Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 11 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
32
Hier :
385
Semaine :
1979
Mois :
12859
Total :
3829796
Il y a 3 utilisateurs en ligne
-
3 invités


DE SA BOUCHE SORTAIT UNE EPEE AIGUE A DEUX TRANCHANTS PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Lundi, 25 Octobre 2010 13:57

Message prêché le vendredi 24 juillet 2009, Matin, au Tabernacle le Chandelier d’Or ;
Yopougon-Selmer ; Abidjan ; République de Côte d’Ivoire.

Bonjour à tous. Je remercie le Seigneur Jésus-Christ pour l’honneur qu’Il me fait de vous apporter Sa Parole. Je voudrais sans plus tarder, par- ler de ce qui s’est passé le vendredi 03 juillet 2009. Ce jour-là, la Parole du Seigneur est venue à moi, alors qu’il y a quelques jours, j’ai lu la para- bole du filet. Quand j’ai lu cette parabole dans Matthieu 13.47-51, le Sei- gneur a ramené dans mon esprit une vision que j’avais faite. Dans cette vision, Il m’a remis un filet que j’ai jeté une première fois. J’étais sur le point de la jeter encore quand la vision prit fin. Je me suis aussi souvenu d’une autre vision dans laquelle le Fils de l’Homme et moi, nous descen- dions du ciel sur les nuées du ciel. J’avais un filet dans la main.

En lisant la parabole du filet mon attention a été retenue par les points suivants :
1.      Le royaume des cieux est semblable à un filet : Si le Seigneur m’a remis un filet, c’est que le Royaume des cieux est parmi vous.

2.      Le filet jeté ramasse toute espèce de poissons : les bons et les mau- vais.

3.      Le pouvoir de trier les poissons est donné à celui qui a le filet. Il met ce qui est bon dans le vase, et il jette ce qui est mauvais

4.      Le Seigneur relie le mystère du filet et le mystère du tri au mystère de la fin du monde. Autrement dit, c’est à la fin du monde qu’Il re- met   le   filet   à   Ses   serviteurs.   Or,   la   fin   du   monde,   selon Matthieu 13.39, c’est le temps de la moisson. Ce temps de la moisson nous ramène au mystère d’Apocalypse 14.14-16, où le Fils de l’homme moissonne avec une faucille tranchante.

5.      Le Seigneur dit qu’à la fin du monde, ce sont les anges qui vien- dront séparer les méchants d’avec les justes, et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. Ces anges, ce sont des anges terrestres, des hommes oints du Saint-Esprit. Ils ont reçu le pouvoir suprême de la part du Seigneur pour séparer les méchants d’avec les justes, et de les jeter dans la fournaise ardente.

Sans contredit, cette parabole montre clairement que le pouvoir de jeter en enfer est donné à certains hommes. Elle nous montre que ce sont ces hommes-là qui  s’assiéront un jour sur des trônes pour le jugement dernier. Dans Daniel 7.9-10, le prophète a vu « qu’on plaçait des trônes. Et l’ancien des jours s’assit. Son vêtement était blanc comme la neige, et les cheveux de Sa tête étaient comme de la laine pure ; Son trône était comme des flammes de feu, et les roues comme du feu ardent ». Le pro- phète dit encore : «   Les juges s’assirent, et les livres furent ouverts ». C’est ici le mystère du jugement du trône blanc. Il est écrit : « Les juges s’assirent. Et des livres furent ouverts ». Qui sont ces juges, et que font- ils ? Remarquez qu’il n’est pas écrit : « Le juge s’assit ». Mais, « les ju- ges s’assirent ». Qui sont ces juges ? Le Seigneur Jésus-Christ Lui-même nous en donne un aperçut dans Luc 22.30. Il dit à Ses disciples qu’ils se- ront assis sur douze trônes pour juger les douze tribus d’Israël. Et les au- tres tribus, les autres peuples, qui les jugera ? J’espère que vous compre- nez les Ecritures et la puissance de Dieu. Judas faisait partie des douze, mais il n’était nullement concerné par cette promesse. Si vous croyez la Parole, vous êtes obligés de reconnaître que ce n’est pas le Seigneur Jésus-Christ Lui-même qui va juger les douze tribus d’Israël. Il déléguera le pouvoir de juger aux hommes qu’Il aura choisi de Sa seule autorité. Il en sera ainsi à la fin du monde.

En lisant cette parabole du filet, j’ai été vraiment instruit par le Saint- Esprit. C’est après cela, que la Parole du Seigneur s’est adressée à moi en ces termes : «  Quelle est la position du filet et celle de l’épée sous la nouvelle alliance ? Quelle est la position de l’épée dans l’Ecriture par rapport à la nouvelle alliance ? Est-elle  dans  la bouche ou dans la main ? Prends l’Ecriture, et lis-la. Quelle est la position de la faucille tranchante, dans la bouche ou dans la main ? L’épée est-elle dans la bouche du Fils de l’Homme ou dans Sa main ? Prends l’Ecriture, et lis-la ». J’ai pris la Bible, et j’ai relu la parabole du filet. Et j’ai vu que le filet est dans la main. J’ai relu Apocalypse 14.14-16, et j’ai vu que la fau- cille tranchante se trouve aussi dans la main. Quant à l’épée, elle se trouve dans la bouche du Fils de l’Homme.

LEPEE DANS LA BOUCHE DU FILS DE L’HOMME

Dans Apocalypse 1.16, il est écrit à propos de Jésus-Christ le Fils de l’Homme :  « Il avait dans sa main droite sept étoiles. De sa bouche sor- tait une épée aigüe, à deux tranchants… » La position de l’épée nous est clairement donnée : Elle est dans la bouche du Fils de l’Homme. Pas dans Sa main. Qu’y-a-t-il dans Sa main ? Sept étoiles, qui sont les sept anges des sept Eglises. Vous voyez ! L’Epée de l’Esprit, qui est la  Parole de Dieu, est dans la bouche du Fils de l’Homme. Dans Apocalypse 2.16, le Seigneur dit qu’Il combattra ceux qui sont attachés à la doctrine des nico- laïtes par l’épée de Sa bouche. Pas par l’épée de Sa main, mais par l’épée de Sa bouche. Dans Apocalypse 19.15, il est encore écrit : « Et une épée aigüe à deux tranchants sort de sa bouche, afin qu’il en frappe les na- tions ». Comme la Voix me l’a demandé, j’ai cherché à voir la position de l’épée par rapport au Fils de l’Homme : Elle sort de Sa bouche. Elle n’est pas dans Sa main. Dans la main du Fils de l’Homme, se trouvent plutôt sept étoiles. Quant au filet qui représente aussi la Parole de Dieu, il est dans la main, et non dans la bouche. Remarquez la précision prophétique avec laquelle Dieu parle. Si dans une vision, une épée sort de ma main pour combattre les esprits ou les ennemis, au lieu de sortir de ma bouche, c’est qu’il y a un problème. Car, cela n’est pas conforme à ce que dit l’Ecriture sous la nouvelle alliance. Je ne dit pas cela pour vous attrister, mais pour  vous  amener à comprendre quelque chose. Il y a une femme qui dit que Dieu lui a donné une épée, et qu’elle doit annoncer le retour de Jésus dans le monde entier. Cette épée est dans sa main. Je ne suis pas contre ce qu’elle a reçu comme révélation, mais je constate que ce n’est pas conforme à l’Ecriture. Car, selon l’Ecriture, sous la nouvelle alliance en Jésus-Christ, l’épée est toujours dans la bouche, dans la bouche du Fils de l’Homme. Cette précision est de taille : L’épée aigüe à double tran- chant est dans la bouche du Fils de l’Homme, du Fils de l’Homme uni- quement. Je suis donc étonné que Dieu ait donné cette épée à une femme qui n’a même pas le droit d’enseigner la Parole. L’épée sort de la bouche du Fils de l’Homme, et non de Sa main. Dans Apocalypse 14.14-16, celui qui est assis sur une colonne de nuée blanche, et qui est semblable au Fils de l’Homme, a une faucille tranchante, c’est aussi la Parole de Dieu pour le temps de la moisson. Et elle est dans la main du Fils de l’homme, assis sur la nuée. Le Fils de l’homme d’Apocalypse 14.14-16 ne vient pas avec une colonne de feu, mais avec une colonne de nuée. Car, le mystère du Fils de l’Homme avec la colonne de feu est terminée. Maintenant, c’est le mystère du Fils de l’Homme avec la colonne de nuée. Quelle est donc la position de la faucille tranchante ? Dans la main  du Fils de l’homme. Quelle est la position de l’Epée ? Dans la bouche du Fils de l’Homme. Quelle est la position du filet ? Dans la main du Fils de l’homme. Vous me direz peut-être : « Que l’épée soit dans la bouche ou dans la main , c’est la même chose ». Je suis désolé, mais ce n’est pas la même chose. C’est comme si on me disait : « Le baptême au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit et le baptême au nom du Seigneur Jésus-Christ, c’est la mê- me chose ». Frères, sous la nouvelle alliance, l’Epée de Dieu, qui est la Parole de Dieu se trouve toujours dans la bouche du Fils de l’Homme et dans celle du Fils de l’homme.

Remarquez aussi que depuis l’avènement de Christ jusqu'à l’Apoca- lypse, le Seigneur n’a pas remis d’Epée dans la main de qui que ce soit, pour la moisson, car l’Epée est toujours dans la bouche. Je parle par rap- port à l’Ecriture, et non par rapport à vos révélations personnelles. Pour la moisson en ce temps de la fin, Il donne aux hommes, soit le Filet, soit la Faucille tranchante. Et ces instruments sont dans leur main, d’après l’E- criture. D’après l’Ecriture, Il n’a jamais donné d’épée à qui que ce soit. Je vous signale que l’Ecriture doit s’accomplir jusqu’au dernier iota, au tra- vers de nous. L’Ecriture dit que Dieu veille sur Sa Parole pour l’accom- plir. Frères, le Seigneur n’accomplit que  Ses promesses, lesquelles sont écrites dans l’Ecriture pour nous. Dans Matthieu  13.47-50, Il a fait la promesse de donner le filet à des hommes, qui vont ramasser les poissons de toutes espèces, et qui sépareront les bons d’avec les mauvais. Il veille sur cette Parole pour l’accomplir. Quand le temps viendra, Il remettra le filet à ces  hommes-là. J’insiste : Ceux-ci recevront le Filet de Dieu. Si c’est en songe ou en vision, ils recevront le filet promis. Si c’est la voix du Seigneur qui leur parle, Elle leur dira : ‘‘Je vous remets Mon Filet pour ramasser les poissons’’. Le Seigneur agit toujours en conformité avec Sa Parole. Il ne vous parlera donc pas de moissonneuse-batteuse, ni d’hame- çon, car l’Ecriture parle de filet.

Dans Apocalypse 14.14-16, Il a parlé de quelqu’un qui ressemble au Fils de l’Homme, qui avait une faucille tranchante dans sa main. Si le Sei- gneur veut vous  identifier à cette Ecriture, c’est une faucille tranchante qu’Il vous remettra, et non une épée, et Il vous appellera du nom de Fils de l’homme. A Bouaké, avant la crise, le Seigneur m’a appelé du nom de Fils de l’homme. Il a dit : ‘‘Fils de l’homme, lis LUC 4.18’’. Puis, Il m’a ramené à Apocalypse 14.14-16. J’ai gardé ces choses dans mon cœur jus- qu’en 2007. Dans une vision, une sœur m’a vu assis sur la nuée blanche avec une faucille tranchante. Quand elle m’a raconté cette vision, je n’en ai rien dit à personne.  Mais, j’ai demandé au Seigneur de révéler à une autre personne que c’est Lui-même qui m’identifie à Apocalypse 14.14-16. Plusieurs mois se sont écoulés. Et Il a montré une autre  vision  à  une  autre  personne   me  concernant,  en  rapport  avec Apocalypse 14.14-16. J’avais mes deux témoins, sans compter la révéla- tion qu’Il m’a donnée, à moi-même, à Bouaké. Mais, je voulais un autre signe. C’est alors que j’ai vu une vision où j’étais avec le Fils de l’Homme qui me  parlait du ministère du Fils de l’homme d’Apocalypse 14.14-16. Mais je ne suis pas le Fils de l’Homme par es- sence et par excellence.

Si le Seigneur veut vous identifier à l’Ecriture de Matthieu 13.47-50, Il vous remettra un filet ; s’Il veut vous identifier à Apocalypse 14.14-16, Il vous remettra une  faucille tranchante. Et ces deux instruments seront dans vos mains. S’Il veut vous identifier à l’Ecriture d’Apocalypse 1.16, où l’épée aigüe sort de la bouche du Fils de l’Homme, Il vous donnera une épée. Cette épée sera dans votre bouche, et non dans vos mains. Pour vous, ça ne fait peut-être aucune différence. Que l’épée soit dans la bou- che ou dans la main, c’est la même chose. Dans ce cas, vous conviendrez aussi que le baptême au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit et le baptême au Nom de Jésus-Christ, c’est la même chose. Je sais que plusieurs questions se bousculent dans votre esprit, en ce qui concerne frère Bran- ham, à qui Dieu a remis une épée. Qu’en est-il exactement ?

LEPEE DU ROI DE WILLIAM BRANHAM

Frère Branham a commencé à prêcher la Parole de Dieu depuis 1933. Le 11 juin 1933, une voix lui a dit : « De même que Jean-Baptiste est venu comme précurseur de la première venue de Christ, tu as reçu un message pour préparer Sa seconde  venue ». C’était la voix de Dieu, selon Branham. Et nous sommes d’accord là-dessus. En janvier 1963, il a reçu une Epée dans sa main. Il dit à ce sujet : « Voici cette épée dans ma main, brillante, étincelante, scintillante dans le soleil. La garde était d’or, la poignée était enchâssée de perles et la lame soit de chrome ou d’argent, était  bien     aiguisée.         L’épée avait la forme de ma main ». « Soudain retentit une voix qui fit trembler les rochers : C’est l’Epée du Roi ! » Vous voyez ! Il a reçu l’Epée du Roi. Vous savez aussi que frère Branham s’est  identifié au Fils de l’Homme pour la fin des temps. C’est donc en tant que Fils de  l’homme qu’il a reçu cette épée. J’en suis ravi ; seulement il y a un problème. Le problème, c’est que dans les derniers jours, selon l’Ecriture, l’Epée se trouve dans la bouche du Fils de l’Homme. Frère Branham, l’a pourtant reçue dans sa main. Je ne doute pas de l’extraordinaire expérience qu’il a faite ce jour-là, mais je voudrais ramener tout à l’Ecriture. Selon l’Ecriture, dans les derniers jours, l’Epée de Dieu sera dans la bouche du Fils de l’Homme. Comment se fait-il que frère Branham l’ait reçue dans sa main ? Y-a-t-il une promesse dans l’Ecriture où, sous la nouvelle alliance, quelqu’un recevra l’Epée dans sa main ? Si oui, laquelle ? Le fait qu’il ait reçu l’Epée du Roi dans sa main, devait être normalement pour accomplir une Parole de l’Ecriture pour le temps du soir. Malheureusement, il n’y a aucune Ecriture à ce propos. Ce que dit la Parole, c’est que l’Epée de Dieu, sous la nouvelle alliance, sort de la bouche du Fils de l’Homme. C’est ici la Manne Fraîche.

Frères, si vous vous mettez en colère contre moi, je vous comprendrai. Car pour vous, je dénigre votre prophète Branham, qui selon vous, est in- faillible. Mais, cela n’est pas mon intention. Croyez-le ! Au lieu de vous fâcher, prenez les Ecritures, et montrez-moi que j’ai tort. Avez-vous re- marqué que malgré cette Epée du Roi qu’il a reçue, et la visitation de sept anges venus de l’éternité, et la colonne de feu au-dessus de sa tête, frère Branham a enseigné la dîme, alors que le chrétien ne doit pas payer la dî- me. C’est en 1963, qu’il a reçu cette Epée du Roi. Et bizarrement, malgré cela, il n’a  cessé d’enseigner des faussetés doctrinales, et de donner de fausses révélations. Quelle était donc l’utilité de cette Epée du Roi ? C’est muni de cette ‘‘Epée du Roi’’ qu’il a dit que l’Epouse aurait la foi de l’en- lèvement avec la révélation des sept tonnerres d’Apocalypse 10.7. Tou- jours muni de cette ‘‘Epée du Roi’’, il a démenti sa propre révélation, en déclarant que les tonnerres ne sont pas révélés. S’ils ne sont pas révélés, comme il le dit, qu’en est-il de la foi de l’enlèvement ? En 1964, dans ‘‘DIEU DEVOILE’’, il dit que si quelqu’un dit que les sept tonnerres sont révélés , c’est  qu’il a ajouté quelque chose à la Parole. Mais, curieuse- ment, en 1965, le même qui a dit ces choses, dit qu’il est venu pour révé- ler les sept tonnerres. Ce qui est plus grave, c’est qu’il a été incapable de dire exactement ce que ces sept tonnerres représentent.  C’est pourquoi vous assistez à toutes ces disputes dans les milieux branhamistes. Les uns disent : « Frère Branham dit que les sept tonnerres sont révélés ». Les au- tres disent : « Frère Branham dit que les sept tonnerres ne sont pas révé- lés ». A quoi a donc servi l’Epée du Roi reçue par frère Branham ? Etait- ce pour semer la confusion ? Il dit qu’il est le dernier prophète, et qu’il a prêché le dernier message. Mais, avec toutes ces  confusions, je me de- mande bien s’il n’y a pas de problème. Le 29 avril 1965, deux ans après avoir reçu l’Epée du Roi, et deux ans après avoir été visité par les sept anges venus de l’éternité, frère Branham va donner une fausse prophétie dont je parle. Frère Branham dit à Billy Paul : « Le même Dieu qui m’a dit que Florence allait mourir, m’a dit de te dire en ce moment (il se peut que je ne sois plus ici), que tu ne seras pas un vieil homme avant que les requins ne nagent où tu te trouves aujourd’hui ». Lui et Billy Paul se trouvaient à Los Angeles. Billy Paul est devenu un vieil homme aujourd’hui. Il a 74 ans. Frère  Branham dit que Dieu a dit que Billy Paul ne serait pas un vieil homme avant que Los Angeles ne soit engloutie dans la mer. Malheureusement, il est devenu un vieil homme, et Los An- geles n’a pas été engloutie  dans la mer. Qui a donc parle à Branham ? C’est le diable. Quand il disait ce mensonge, il avait déjà reçu l’Epée du Roi dans sa main. Je sais combien vous êtes tourmentés par ce que vous entendez, et combien vous désirez en découdre avec moi, ce qui est votre droit le plus absolu. Mais faites-le en prenant l’Ecriture. Vous dites que frère Branham est le dernier Elie, le dernier Fils de l’homme, Jésus-Christ Lui-même. Prenez donc l’Ecriture, et montrez-moi là où l’Epée est dans la main du Fils de l’Homme.

LEPEE D’EWALD FRANK

Ewald Frank dit que le 31 décembre 1965, « lors de la rencontre de fin d’année, à laquelle exactement 120 personnes prenaient part », les paroles suivantes furent dites dans une prophétie : « Mon serviteur, j’ai placé entre tes mains Mon Epée ». En voilà un autre qui a reçu l’Epée dans ses mains. Il dit encore ceci : « Au soir de  l’ensevelissement, arrivé dans ma chambre d’hôtel, malgré le deuil une paix céleste et une joie profonde et inexprimable encore jamais vécues me remplit. Cette fois ce ne fut pas une voix audible, mais cependant, c’est par de très clai- res paroles que l’Esprit de Dieu parla dans mon cœur : Mon serviteur ton  temps  est  venu  de  distribuer  la  nourriture ». C’était en 1966. Après cette révélation, il a commencé la distribution de la nourriture selon l’ordre de Dieu, d’après ce qu’il dit. Mais,  c’est dès la première distribu- tion qu’il dit que le Seigneur avait révélé les sept tonnerres à frère Bran- ham. Dès la première nourriture, il a commencé à enseigner que les tonnerres étaient révélés. Mais, curieusement, en 1977, il a commencé à dire qu’ils ne sont pas révélés. A quoi sert donc l’Epée qu’il a dans sa main ? Est-ce pour semer la confusion, comme frère Branham ? Frères, les faits sont la, irréfutables. Malgré l’Epée qu’il a dans ses mains, Ewald Frank aussi enseigne la dîme sous la nouvelle alliance.  A quoi sert donc son Epée ? Où se trouve son Epée ? Dans ses mains. Y-a-t-il une Parole de l’Ecriture pour justifier cela ?

Dans la lettre circulaire N° 56 de février 2005, Ewald Frank dit que Dieu lui a donné une moissonneuse-batteuse pour la moisson, en disant :« Mon serviteur, rentre la moisson ». Il dit encore : « Lorsque j’eus moissonné la dernière bande, l’ouverture dans le ciel se referma, tout devint sombre, et il commença à tonner et à y avoir des éclairs. C’é- tait une atmosphère de fin de monde, mais le champ de blé était ré- colté ». Frères, selon Apocalypse 14. 14-16, c’est celui qui est assis sur la colonne de nuée qui rentre la moisson. Il ressemble au Fils de l’Homme. Il avait une faucille tranchante. Pas une moissonneuse-batteuse. Mais, Ewald Frank qui dit qu’il est le dernier moissonneur, a une moissonneuse- batteuse. Avez-vous aussi remarqué ses prétentions et ses ambitions ? Ce- la se voit clairement à travers le songe dont il parle. Il dit : « En ce qui concerne la moisson et la  moissonneuse-batteuse, j’en rend encore témoignage devant le Dieu Tout-puissant. J’ai vu un immense champ de blé parfaitement mûr brûlé par le soleil ». « L’instant suivant, je vis à ma gauche une moissonneuse-batteuse toute neuve.  Une voix puissante  parla,  disant  :  Mon  serviteur,  la  moissonneuse-batteuse t’est destinée pour rentrer la moisson… » Pendant que je m’appro- chai de la moissonneuse-batteuse, je dirigeai mes regards à droite, en haut, et je vis le ciel s’assombrir comme si une catastrophe arrivait sur la terre. L’angoisse me saisit et je dis : « Bien-aimé Seigneur, il est trop tard pour rentrer la moisson, les jugements tombent déjà ! » Im- médiatement après cela, je vis comme une grande ouverture se faire dans la couche épaisse des nuages, et au travers de cela le soleil brilla dans  toute sa force. L’instant d’après, le Seigneur parla encore une fois : « Mon serviteur, rentre la moisson ! » Tout de suite, je me vis monter sur la machine, je manœuvrai quelques leviers et commençai à moissonner le champ de blé. Lorsque j’eus moissonné la dernière bande,  l’ouverture dans le ciel se referma, tout devint sombre et il commença à tonner et à y avoir des éclairs. C’était une atmosphère de fin de monde, mais le champ de blé était récolté ». J’ai tenu à reco- pier intégralement ce que Ewald Frank dit pour  mieux comprendre ses prétentions et ses ambitions. Selon lui, c’est le Seigneur Jésus-Christ qui lui a parlé, en disant : « Mon serviteur, rentre la moisson…La  mois- sonneuse-batteuse t’est destinée ». Je voudrais faire une petite remarque avant  de  continuer. Dans l’Ecriture, dans Apocalypse 14.14-16, le Sei- gneur envoie quelqu’un moissonner, avec une faucille tranchante. Com- ment se fait-il donc que le  même Seigneur donne à Ewald Frank, une moissonneuse-batteuse ? Avez-vous aussi remarqué que Ewald Frank dit qu’après avoir moissonné le champ de blé, c’est la fin du monde. Après son œuvre de moissonneur, les jugements de Dieu s’abattent sur le mon- de. Après son œuvre, c’est l’enlèvement de l’Epouse et le commencement de la grande tribulation. Quelle prétention, et quelle ambition !

Dans Matthieu 13.47-50, le Seigneur parle de la fin du monde ; Il parle aussi de la pêche avec un filet. Pêcher le poisson équivaut à mois- sonner le blé. Et ces deux choses se rapportent à la fin du monde. Mais, à aucun moment, l’Ecriture ne parle de  moissonneuse-batteuse, Elle parle de filet et de faucille tranchante. Dans le songe dont parle Ewald Frank, il est question de moissonneuse-batteuse. J’ai comme l’impression  qu’on essaie d’adapter la Parole de Dieu aux réalités occidentales. Ewald Frank dit qu’il a moissonné la dernière bande, et que c’est après cela que les ju- gements de Dieu ont commencé à s’abattre sur le monde. Qu’est-ce à dire sinon qu’il est le dernier messager, le dernier serviteur de Dieu, le dernier moissonneur. Après lui, viendra la fin du monde.

Frères, souvenez-vous des prétentions non fondées bibliquement de William Branham, et comparez-les avec celles d’Ewald Frank. Branham a prétendu être le dernier prophète, le dernier Elie. Il a dit que juste après son départ ce serait la fin du monde. Malheureusement, cela fait 44 ans qu’il est mort, et la fin du monde n’est  pas  venue. Aujourd’hui, c’est Ewald Frank qui tient les mêmes propos que celui qui l’a mandaté pour distribuer la nourriture. J’ai comme l’impression que frère Branham ne savait pas ce qu’il disait. Jugez-en vous-mêmes : Il dit qu’aussitôt après sa mort, ce serait la fin du monde, et l’introduction du millénium sur terre. Dans le même temps il mandate Ewald Frank pour distribuer la nourritu- re, après sa mort. Le même Branham qui a mandaté Ewald Frank, et qui dit être le dernier prophète, dit encore que Dieu lui a dit qu’il aurait un fils du nom de Joseph, et qui serait prophète. C’est le comble de la confusion. Son fils Joseph, est né ; et il est prophète, selon la révélation de William Branham qui s’est autoproclamé dernier prophète. Maintenant, tenez-vous bien : Joseph Branham croit aux sept tonnerres ; il a été mandaté par Wil- liam Branham. Ewald Frank, qui a aussi été mandaté par le même Wil- liam Branham, n’y croit pas. Et ces deux hommes de Dieu, mandatés et suscités par le ministère surnaturel de William Branham, ne sont pas du tout d’accord sur la doctrine des sept tonnerres. Ces deux hommes contrô- lent des milliers de personnes à travers le monde. Joseph Branham, à tra- vers « LA VOIX   DE  DIEU » démontre que son père a révélé les sept tonnerres d’Apocalypse 10.7. Ewald Frank, quant à lui, à travers «  LE CENTRE  MISSIONNAIRE  DE  LA   PAROLE  PARLEE » démontre que William Branham n’a pas révélé ces fameux  tonnerres. Et partout, c’est la confusion. Frères, ce n’est pas fini. Le même Branham a mandaté Joseph Colman, qui est à New York, en disant : « la Parole sortira de New York ». Joseph Colman croit aux sept tonnerres. Vous voyez ! C’est William Branham  qui a suscité et mandaté ces trois hommes : Ewald Frank, Joseph Branham et Joseph Colman. Pourtant, ils sont divisés en ce qui concerne la révélation de la Parole. Chacun enseigne une doctrine dif- férente de l’autre.

William Branham a reçu une épée. Or, selon l’Ecriture, la moisson se fait à l’aide  d’un filet ou d’une faucille tranchante. Ewald Frank a reçu une épée, lui aussi. Branham dit : « Je suis le dernier messager ». Ewald Frank dit : « Je suis le dernier messager ». En plus de l’épée, Ewald Frank a reçu une moissonneuse-batteuse. Je ne suis pas contre cela, mais mon intention, c’est de m’en tenir à la Parole. Et la Parole ne parle nulle part de moissonneuse-batteuse. Je bénis Dieu de ce que je n’ai pas reçu d’épée pour la moisson. Je sais que l’Epée de l’Esprit, c’est la Parole de Dieu.

Mais en ce qui concerne la moisson, cette Parole de Dieu est symbolisée par un filet ou par une faucille tranchante. Jamais par une épée ; encore moins par une moissonneuse- batteuse.

Frères, si dans une vision, on vous a remis une épée, que le Nom du Seigneur en soit béni. Je n’ai rien contre cela. Seulement je vous conseille de demander à celui qui vous a donné cette épée, de vous dire à quoi elle sert. Si c’est pour la moisson, sachez qu’il vous faut soit un filet  soit une faucille tranchante. Vous pouvez recevoir une  épée  ; cela est possible. Mais, si cette épée ne se trouve pas dans votre bouche, alors faites beau- coup attention. Je dis cela par rapport à la Parole et à l’alliance dans la- quelle nous sommes aujourd’hui. N’oubliez pas que nous sommes dans l’âge de Laodicée, le dernier âge de l’Eglise, avant l’enlèvement. Cet âge de Laodicée est composé de quatre temps prophétiques : le soir, le milieu de la nuit, l’aube et le matin. Dans ce dernier âge, Dieu manifeste le mi- nistère du Fils de l’Homme à travers les Fils de l’homme. Or, selon l’E- criture, l’Epée ne se trouve pas dans la main du Fils  de l’Homme. Par conséquent, tous les Fils de l’homme auront cette même Epée dans leur bouche, et non dans leur main.  Dans ce dernier âge, l’Esprit de Dieu se révèle et se manifeste sous la forme de l’Esprit d’Elie. Au temps du soir, c’est l’Esprit d’Elie ; au temps de minuit, c’est l’Esprit d’Elie ; au temps de l’aube, c’est l’Esprit d’Elie ; au temps du matin, c’est l’Esprit d’Elie. Au temps du soir, un homme a été fait Elie avec l’Esprit de Moïse, repré- senté par la colonne de feu. Au temps de l’aube, un homme sera fait Moïse avec l’Esprit d’Elie.

Frères, dans Matthieu 13.39, le Seigneur dit : « La moisson, c’est la fin du monde ; et les moissonneurs, ce sont les anges ». Ces moisson- neurs sont envoyés par le Fils de l’Homme. Dans Apocalypse 14.14-16, il est aussi question de moisson.  Ici, le moissonneur a la ressemblance du Fils  de  l’Homme.  En  rapprochant  ces   deux  Paroles  de  l’Ecriture, Matthieu 13.39 et Apocalypse 14.14-16, nous voyons qu’il s’agit de la fin du monde, donc de la moisson de la terre, et des moissonneurs  qui sont les anges envoyés sur terre par le Fils de l’Homme, le Seigneur Jésus-Christ. Voici ce que je veux vous montrer : c’est que le Fils de l’homme assis sur la nuée blanche avec une faucille tranchante à la main représente les  moissonneurs, les anges, envoyés par le Fils de l’Homme. Chaque moissonneur est donc un Fils de l’homme. Je ne dis pas qu’il est le Fils de l’Homme en chair et en os, mais qu’il est un Fils de l’homme. Autrement dit, il incarne le ministère du Fils de l’Homme. L’ordre de moissonner est ainsi donné, selon l’Ecriture : «  Lance ta faucille et moissonne ». Per- mettez-moi d’insister là-dessus. L’Ecriture dit à celui qui est assis sur une nuée blanche, semblable au Fils de l’Homme, de lancer sa faucille, et de moissonner. Elle ne dit pas : « Lance ton épée, et moissonne », parce qu’aucune  épée n’a été remise à personne. Elle ne dit pas non plus : « Monte sur ta moissonneuse-batteuse, et moissonne. » Parce que l’Ecri- ture ne mentionne pas la moissonneuse-batteuse. Frères, selon l’Ecriture, la moisson de la terre se fait avec deux choses : Le filet et la faucille tran- chante. Pas avec une épée ni avec une moissonneuse-batteuse. Je sais que l’Epée de l’Esprit, la faucille tranchante et le filet, symbolisent tous la Pa- role de Dieu. Mais, il y a une chose que personne ne doit  ignorer : Au temps de la moisson de la terre, selon Apocalypse 14.14-16, Dieu suscite le ministère du Fils de l’Homme, qui est un ministère prophétique particu- lier. L’ordre n’a été donné, ni à un apôtre, ni à un docteur, ni à un évangé- liste, ni à un pasteur de rentrer la moisson. L’ordre a été donné à celui qui est assis sur la nuée blanche, semblable au Fils de l’Homme. Et le Fils de l’Homme, c’est le Prophète de Dieu, Jésus-Christ. Celui qui est assis sur la nuée, n’est pas Jésus-Christ de Nazareth, le Fils de l’Homme par essen- ce et par excellence. Mais il est semblable au Fils de l’Homme, étant re- vêtu de Son ministère prophétique. L’ordre de moissonner est donné au Fils  de l’homme, au prophète de Dieu, envoyé pour chaque âge. Ewald Frank dit qu’il est  docteur, et que l’ordre lui a été donné de rentrer la moisson. Sans vouloir contester avec lui, cet ordre n’est pas conforme à l’Ecriture. Car selon l’Ecriture, celui qui doit  rentrer la moisson est un prophète, et non un docteur. Celui qui doit rentrer la  moisson exerce le ministère de Fils  de l’Homme,  en  tant  que prophète de Dieu.  Ewald Frank, non seulement a reçu une moissonneuse-batteuse, mais il n’a pas non plus le ministère du Fils de l’Homme. D’après ce qu’il dit, il est doc- teur. Vous ne  devez pas ignorer ces choses-là. N’ignorez pas non plus qu’au temps de la moisson, les moissonneurs viendront avec le filet et la faucille tranchante. Le Saint-Esprit vient juste de me montrer quelque chose en rapport avec le thème qui est développé maintenant. Pour cela, je voudrais qu’on lise la Parole de l’Ecriture qu’Il m’a donnée, concernant la parabole du blé et de l’ivraie : Matthieu 13.24-30. De quoi s’agit-il ? Il s’agit une fois encore du temps de la moisson qui est symbolisé par la fin du monde. Le Seigneur parle du blé et de l’ivraie. Celui qui a semé le blé, c’est le Fils de l’Homme ; et le blé, ce sont les fils du royaume. Celui qui a semé l’ivraie, c’est le diable ; et l’ivraie, ce sont les fils du malin. Le blé et l’ivraie ont poussé  dans  le même champ, qui est le monde. Quand on lui a dit : « Veux-tu que nous allions arracher l’ivraie ? » « Non, dit-Il, de peur qu’en arrachant l’ivraie, vous ne déraciniez en même temps le blé. Laissez croître ensemble l’un et l’autre jusqu’à la moisson, et à l’é- poque de la moisson, je dirai aux moissonneurs : Arrachez d’abord l’i- vraie, et liez-là en gerbes pour la brûler, mais amassez le blé dans mon grenier ». Vous voyez ! Jusqu’à la moisson, il y aura le blé et l’ivraie, les fils du royaume et les fils du diable. A l’époque de la moisson, les mois- sonneurs doivent  moissonner le blé et l’ivraie en séparant l’un d’avec l’autre. Comme vous pouvez le  constater, il y a plusieurs moissonneurs qui moissonneront avec une faucille tranchante, ou qui pêcheront le pois- son avec un filet.

Frères, examinez bien l’Ecriture d’Apocalypse 1.13-16 : Il s’agit du Fils de l’Homme au milieu des sept lampes d’or, avec sept étoiles dans Sa main droite ; et de  Sa  bouche sortait une épée aiguë à deux tranchants. Les sept étoiles, ce sont les sept  anges des sept Eglises. Chaque étoile étant dans la main droite du Fils de l’Homme, cela revient à dire que cha- que messager de l’Eglise a part au ministère du Fils de l’Homme. Chaque messager ressemble au Fils de l’Homme, parce qu’il est le Fils de l’hom- me pour son âge. En tant que Fils de l’homme pour son temps, l’épée ai- guë à deux tranchants sort de sa bouche, et non de sa main. Frère Bran- ham dit qu’il a reçu l’Epée du Roi dans la main. Selon l’Ecriture, ce n’est pas la position de l’Epée, en relation avec le ministère du Fils de l’Hom- me. Mais, je n’ai rien contre sa révélation personnellement. Je ne fais que recourir à l’Ecriture pour essayer de vous amener à comprendre quelque chose. Du premier âge au septième âge de l’Eglise, c’est la manifestation du ministère du Fils de l’Homme au travers de sept Fils de l’homme. La septième manifestation du ministère du Fils de l’homme, c’est Elie le pro- phète. La première  manifestation de ce même ministère, c’est Paul. Du premier âge de l’Eglise au sixième, c’est la manifestation du Saint-Esprit sous la forme de l’Esprit de Christ. Mais, au septième âge, c’est le Saint- Esprit sous la forme de l’Esprit d’Elie. Contrairement à ce qui a été dit au temps du soir, l’Esprit d’Elie ne se manifeste pas cinq fois, mais sept fois. Comprenez-vous les Ecritures et la puissance de Dieu ? Comment com- prendrez-vous ce que dit l’Ecriture concernant le mystère de l’Epée de l’Esprit, si vous ne comprenez pas le mystère de Dieu Créateur du bien et du mal ? Si vous ne comprenez pas que le chrétien ne doit pas payer la dîme, comment comprendrez-vous le mystère de l’Epée de l’Esprit, de la création du bien et du mal par Dieu ? Selon Esaïe 45.7, c’est Dieu, qui a créé la lumière et les ténèbres, la prospérité et la pauvreté. Mais, vous ne pouvez pas y croire parce que vous n’êtes pas de Dieu. Vous dites en vous
-mêmes : « Frère Branham dit que le mal vient du diable. » S’il est vrai, comme le dit frère Branham, que le mal vient du diable, je vous pose une question bien simple : Et le diable, de qui vient-il ? Etes-vous encore sans intelligence pour comprendre que c’est Dieu qui a créé le diable ? Ou êtes-vous toujours aveuglés par la lumière du soir de frère Branham, avec son cortège de fausses doctrines ? Je sais que William Branham était un pro- phète de Dieu ; mais je sais aussi qu’il a fait de fausses révélations. Com- ment un prophète de Dieu peut-il faire de fausses révélations, me direz- vous ? je vous comprends. Mais, moi aussi, j’ai des questions à vous poser :

1-  Comment frère Branham a-t-il pu dire que Judas est sauvé et sancti- fié ? Comment appelez-vous cela ? Est-ce une vraie ou fausse doctrine ?

2-  Comment a-t-il pu dire que ceux qui croient en la trinité de personnes en Dieu sont sauvés ? Est-ce une vraie ou fausse doctrine ?  Je vais vous donner les cotations afin que vous vérifiez, si vous en avez cou- rage : ‘‘LA REVELATION DE  JESUS-CHRIST, LE TRONE’’ du 8 janvier 1961, page 24-25 ; je cite : « Le trinitarisme est du diable !

Je le dis comme étant AINSI DIT LE SEIGNEUR ! ... Je crois qu’il y a des milliers de trinitaires croyant en trois Dieu qui seront sauvés parce qu’ils ne savent pas la différence ». Comment un pro- phète comme Branham peut-il dire  de  telles choses ? Selon son fa- meux ‘‘ AINSI DIT LE SEIGNEUR’’ le  trinitarisme est du diable. Et contre toute attente, il déclare qu’on peut croire en trois Dieu et être sauvé. Croire en quelque chose de diabolique et être sauvé !  Croire que Jésus-Christ n’est pas le Dieu Tout-puissant et être sauvé ! Croire qu’Il n’est que la deuxième personne de la trinité et être sauvé ! C’est William Branham qui le dit tout en condamnant la doctrine de la trini- té. Pourquoi condamner  quelque  chose qui peut sauver ? Pourriez- vous m’expliquer, partisans  inconditionnels de Branham ? Frères, si William Branham dit quelque chose de conforme à la Parole, retenez- le, sinon rejetez-le. Qu’il en soit ainsi de moi !

Examinons maintenant Genèse 3.24 : « Il chassa l’homme, et pla- ça à  l’orient  du jardin d’Eden les chérubins et la lame de l’épée qui tournait ça et là, pour garder le chemin de l’arbre de vie ». Le Seigneur a pris cette disposition particulière en chassant Adam du jardin d’Eden, et en mettant les chérubins pour garder le chemin de l’arbre de vie. Ces ché- rubins avaient une épée flamboyante chacun. Vu  le contexte, nous pou- vons dire que l’épée flamboyante se trouvait dans leur main. Cette dispo- sition a été prise après que Adam et Eve aient mangé de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Cet arbre de la connaissance du bien et du mal a été planté, non pas par le diable, mais par Dieu lui-même. C’est ici le mystère de Dieu, Créateur du bien et du mal. Selon l’ordre donné par le Seigneur, Adam ne devait pas manger de cet arbre, sinon il mour- rait. Eve, séduite par le serpent, en a mangé.  Puis, elle en a donné à Adam, qui en a aussi mangé. Selon frère Branham, le fait de manger de cet arbre de la connaissance du bien et du mal, c’est le péché originel. Je respecte ce qu’il a dit, mais en examinant l’Ecriture de plus près, nous voyons  qu’avant l’acte sexuel, il y a eu le péché d’incrédulité qui peut être considéré comme le péché originel. Après avoir transgressé la Parole du Seigneur, Adam et Eve ont été chassés du jardin d’Eden. Et Dieu a en- voyé des chérubins avec une épée pour garder le chemin de l’arbre de vie.

C’était pour empêcher l’homme et la femme de manger de l’arbre de vie, et de vivre  éternellement. L’épée reçue par frère Branham, c’était pour quoi ? Dans Nombres 22.23, « l’ânesse vit l’Ange de l’Eternel se tenant dans le chemin, son épée nue dans sa main ». Nous voyons ici Dieu Lui- même avec une épée nue dans la main. Pas dans Sa bouche, mais dans Sa main ? Pourquoi avait-il Son épée à la main ? C’était, dit-Il, pour s’oppo- ser à Balaam. William Branham a reçu une épée dans sa main, pour quoi faire ? Frères, vous avez peut-être reçu une épée flamboyante dans votre main, c’est  bien. Mais, sachez que ce n’est pas pour la moisson. C’est peut-être pour quelque  chose d’autre. Il vous appartient de demander à celui qui vous l’a donnée de vous dire à quoi elle va servir. Sachez aussi que sous la nouvelle alliance, et dans les derniers temps, l’Epée de l’Es- prit qui est la Parole de Dieu, se trouve dans la bouche du Fils de l’Hom- me et non dans Sa main. L’épée qui était dans la main de Dieu au temps de Balaam, n’était-elle pas  pour lutter contre la chair et le sang ? L’épée qui était dans la  main des chérubins n’était-elle pas pour lutter contre l’homme et la femme, contre le sang et la chair ? Aujourd’hui, notre lutte, « n’est pas contre le sang et la chair, mais contre les principautés, contre les autorités, contre les dénominateurs de ces ténèbres, contre la puissance spirituelle de méchanceté et qui est dans les lieux célestes ». Dans Josué 5.13, « le chef de l’armée de l’Eternel » est apparu au pro- phète avec une épée nue dans sa main. C’était avant la prise de Jéricho. C’était pour un combat contre la chair et le sang, et non pour la moisson de la terre.

Sous le sang des animaux, Dieu s’est plusieurs fois révélé sous la for- me de « l’Ange de l’Eternel » avec une épée nue dans la main. Mais, sous le sang précieux de Jésus, Il s’est révélé sous la forme du Fils de l’Hom- me avec l’Epée aiguë à deux tranchants dans la bouche. Vous ne trouve- rez nulle part dans l’Apocalypse où il est question du Fils de l’Homme au milieu des sept âges de l’Eglise avec une épée dans la main, une Parole de l’Ecriture qui parle de l’ Epée de l’Esprit dans la main de quelqu’un. Frè- re Branham dit qu’il est venu comme l’ange de Laodicée. Et Laodicée, c’est le dernier âge de l’Eglise. Dans cet âge, comme dans les autres, le Fils de l’Homme apparaît avec l’Epée aiguë dans la bouche. Pas dans la main. Dans la bouche.

Que peut-on dire pour conclure ? Voici ce qu’il faut retenir :

1-  L’Epée aiguë à deux tranchants sort de la bouche du Fils de l’Homme.
Elle est donc dans Sa bouche ; pas dans Sa main.

2-  Dans la main du Fils de l’Homme se trouvent plutôt les sept étoiles des sept Eglises.

3-  Au temps de la moisson, c’est avec une faucille tranchante que la moisson  se  fait.  Pas  avec  une  épée  ni  avec  une  moissonneuse- batteuse. Le filet aussi est  utilisé à la fin du monde pour pêcher les poissons pour le Seigneur.

4-  William Branham a reçu une épée, en tant que Fils de l’homme ; mais aucune  Ecriture dans le Nouveau Testament ne peut accréditer une telle révélation.

5-  Ewald Frank aussi a reçu une épée dans sa main, en tant que docteur.
Or, l’Epée est réservée essentiellement au Fils de l’Homme et à ceux qui exercent le ministère du Fils de l’Homme.

6-  Ewald Frank dit qu’il a moissonné dans un songe tout le champ de blé avec une moissonneuse-batteuse. Or, selon l’Ecriture, le blé se mois- sonne avec une faucille tranchante.

Que le Nom du Seigneur Jésus-Christ soit béni ! Frères, examinez ce que j’ai dit ; retenez ce qui est bon ! Je ne suis pas infaillible ! Priez pour moi !


A bientôt.

FRERE CHRIST-MOÏSE

 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix