Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 12 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
37
Hier :
383
Semaine :
1279
Mois :
11354
Total :
3843406
Il y a 2 utilisateurs en ligne
-
2 invités


QUELLE SORTE DE FRUIT ADAM ET EVE ONT-ILS MANGE DANS LE JARDIN D'EDEN ? PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Vendredi, 14 Octobre 2011 15:13

Message prêché le 16 août 2011 au Tabernacle le Chandelier d’Or ;  Yopougon – Selmer ; Abidjan ; RCI. Matin.


Hier, nous étions à Port – Bouët Adjouffou pour le dernier jour du réveil sur le thème : POURQUOI LA FEMME NE PEUT PAS ENSEIGNER LA PAROLE DANS L’EGLISE DE DIEU ? C’est au cours de ce réveil, quand nous sommes passés à la séance de Questions – Réponses, qu’un frère de Port – Bouët Adjouffou m’a posé la question concernant le fruit qui a été mangé dans le jardin d’Eden, car selon lui, les hommes de Dieu qu’il a rencontrés lui ont dit qu’il ne s’agit pas de rapport sexuel, mais d’une désobéissance. Je lui ai alors demandé, devant tous, quelle était la nature de cette désobéissance. J’ai dit : C’est vrai, Adam et Eve ont désobéi à Dieu ; maintenant, qu’est-ce qu’ils ont fait exactement et concrètement ? Ils ont désobéi, c’est vrai ; mais qu’ont – ils fait concrètement pour qu’on parle de désobéissance ? Vous voyez ! Je crois qu’il est important que nous sachions quelle sorte de fruit ils ont mangé dans le jardin d’Eden. C’est pourquoi ce matin, je parlerai brièvement de ces choses cachées aux yeux des sages et des intelligents, aux yeux de ces soi – disant grands hommes de Dieu, et de ces soi – disant prophétesses qui écument les rues, cherchant qui séduire par leurs paroles mielleuses et flatteuses. De quelle sorte de fruit s’agit – il ?

LA REVELATION DU MYSTERE DE L’ARBRE DE VIE ET  L’ARBRE DE LA CONNAISSANCE DU BIEN ET DU MAL.

Dans GENESE 2.8-9, l’Ecriture dit que Dieu a planté un jardin en Eden, et a fait pousser du sol l’arbre de vie au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal. De tous les arbres du jardin d’Eden, ces deux arbres sont particuliers et mystérieux. Pour savoir ce que c’est, il nous faut absolument une révélation Divine venant du Saint – Esprit. Dans le langage prophétique, spirituel et symbolique, l’arbre représente l’être humain, la personne humaine. Ainsi donc, l’arbre de vie et l’arbre de la connaissance du bien et du mal représentent des personnes. L’arbre de vie représente la Personne de Jésus – Christ, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal représente quant à lui, la personne de la femme d’Adam. Prenons maintenant les Saintes Ecritures pour révéler le mystère de l’arbre dans la prophétie par rapport à l’être humain. Dans  PSAUMES 1.1-3, il est écrit dans l’Ecriture : « Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, qui ne s’arrête pas sur la voie des pécheurs, et qui  ne s’assied pas en compagnie des moqueurs, mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Eternel, et qui la médite jour et nuit ! Il est comme un arbre planté près d’un courant d’eau, qui donne son fruit en sa saison, et dont le feuillage ne se flétrit point : Tout ce qu’il fait lui réussit.»  Dans cette Parole de l’Ecriture, l’homme est comparé à un arbre planté près d’un courant d’eau. L’arbre représente donc l’homme. C’est donc sous l’angle symbolique et prophétique qu’il faut comprendre le mystère des deux arbres du jardin d’Eden mentionnés plus haut. Ils représentent des personnes. Il ne s’agit donc de les comprendre littéralement, mais plutôt spirituellement. Je sais que l’homme animal, qui est totalement fermé aux choses de Dieu, ne pourra pas comprendre ce mystère dont la compréhension est réservée aux seuls élus du Seigneur.  Voici ce que dit David dans PSAUMES 52.10 : «  Et moi, je suis dans la maison de Dieu comme un olivier verdoyant. » David qui est un homme, se compare ici à un arbre, à un olivier verdoyant. Et un olivier verdoyant, est un olivier plein de vie. C’est donc un arbre de vie. C’est ici la Manne Fraîche. David ne s’est pas comparé à un olivier mort, desséché, mais à un olivier verdoyant, c’est – à – dire à un olivier dans lequel il y a la vie. Il s’est donc comparé à un olivier de vie, planté dans la maison de Dieu, qui est une maison de vie. Il en est ainsi de moi en ce temps prophétique  de l’aube. Car, je suis comme un olivier verdoyant planté dans la maison de Dieu, qui est l’Eglise du Dieu vivant. Je suis comme un arbre de vie dans lequel vit l’unique Arbre de vie Jésus – Christ, l’Arbre de vie par essence et par excellence. Dans JEAN 15.1, le Seigneur Jésus dit : «  Je suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron. » Le Seigneur Lui – même se compare à un arbre, afin de faire passer un message. Il en est ainsi de l’arbre de vie qui était dans le jardin d’Eden : Il représentait le Seigneur Jésus – Christ, l’unique Arbre de vie, l’Arbre de vie par essence et par excellence. Quant à l’arbre de la connaissance du bien et du mal, il représentait la femme d’Adam. Adam aussi, peut être comparé à un arbre, d’autant plus qu’il est un homme. Dans LUC 3.9, Jean – Baptiste le prophète dit : «  Déjà la cognée est mise à la racine des arbres : tout arbre donc qui ne produit pas de bon fruit sera coupé et jeté au feu. » Il ne parle pas des arbres au sens littéral du terme, mais au sens spirituel. Il parle des hommes. L’arbre de vie était une personne. L’arbre de la connaissance du bien et du mal était aussi une personne.

Dans GENESE 2.16-17, Dieu dit à Adam : « Tu pourras manger de tous les arbres du jardin ; mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. » Dieu utilise ici le mot ‘’ manger’’ en rapport avec l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Or, nous savons que cet arbre ne doit pas être pris au sens littéral du terme, mais au sens spirituel. Par conséquent le mot ‘’manger’’ aussi doit être pris au sens spirituel du terme, et non au sens littéral. Que signifie donc le mot ‘’ manger’’, en relation avec ce mystérieux arbre de la connaissance du bien et du mal ? La révélation de ce mot nous est donnée dans PROVERBES 30.20 : «  Telle est la voie de la femme adultère : Elle mange, et s’essuie la bouche, puis elle dit : Je n’ai point fait de mal. » D’après cette Parole de l’Ecriture, que fait la femme adultère ? Elle mange.  Quand vous mettez la  femme adultère en relation avec le mot ‘’ manger’’, vous comprenez que le mot ‘’ manger’’ revêt un autre sens que celui que nous connaissons généralement. Ainsi donc : Manger ici, signifie commettre l’adultère. Quand la femme adultère mange, c’est qu’elle commet l’adultère. C’est qu’elle a des rapports sexuels avec un homme qui n’est pas son mari. Le sens spirituel du mot ‘’ manger’’ dans ce contexte biblique et symbolique, c’est avoir des relations sexuelles. Revenons au jardin d’Eden où l’arbre de la connaissance du bien et du mal a été mangé : Manger ici, signifie avoir des relations sexuelles. Je sais que la compréhension de ces choses mystérieuses ne peut venir que d’une révélation du Saint – Esprit. C’est pourquoi il est important de prier, afin que le Seigneur nous vienne en aide. En outre, moi, Christ – Moïse, je ne détiens pas le monopole de la vérité. Si donc quelqu’un n’est pas d’accord avec ce que je dis, c’est son droit le plus absolu. Qu’il apporte les corrections qu’il juge nécessaires, afin que seul le Nom du Seigneur Jésus – Christ soit béni. Je ne suis pas infaillible.

Dans GENESE 3.1-5, l’Ecriture dit : « Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l’Eternel Dieu avait fait. Il dit à la femme : Dieu a-t-Il réellement dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ? La femme répondit au serpent : Nous mangeons du fruit des arbres du jardin. Mais quant au fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n’en mangerez point et vous n’y toucherez point, de peur que vous ne mouriez. Alors le serpent dit à la femme : Vous ne mourrez point ; mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme Dieu, connaissant le bien et le mal. » Ici, nous voyons le serpent engager une causerie avec la femme. Celle – ci n’a pas l’air d’avoir peur du serpent. Puis qu’elle aussi parle librement à celui – ci. L’avez – vous remarqué ? Cela veut dire qu’ils se connaissent bien, et qu’ils ont l’habitude de parler.  Avez – vous aussi remarqué que le serpent parle la  même langue que la femme ? L’avez – vous remarqué ? L’Ecriture dit que le serpent a parlé à la femme. Et la femme aussi a parlé au serpent. Dans quelle langue les deux ont – ils pu communiquer ? Dans une langue humaine. Le serpent a parlé dans une langue que la femme comprenait parfaitement. Elle aussi a parlé au serpent dans une langue qu’il comprenait parfaitement.  Je crois donc que les deux ont parlé dans une même et seule langue. D’ailleurs, en GENESE 11.1, il est écrit dans l’Ecriture que «  toute la terre avait une seule langue et les mêmes mots. » Dans le jardin d’Eden où tout a commencé, il ne pouvait y avoir qu’une seule langue et les mêmes mots. C’est seulement lorsque les hommes, qui parlaient tous la même langue avaient voulu construire une ville et une tour dont le sommet devait toucher au ciel, afin de se faire un nom, que Dieu confondit leur langue. Voici à ce sujet le témoignage de l’Ecriture, dans GENESE 11.3-7 : « Ils se dirent l’un à l’autre : Allons ! Faisons des briques, et cuisons-les  au feu. Et la brique leur servit de pierre, et le bitume leur servit de ciment. Ils dirent encore : Allons ! Bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet touche au ciel, et faisons-nous un nom, afin que nous ne soyons pas dispersés sur la surface de la terre. L’Eternel descendit pour voir la ville et la tour que bâtissaient les fils des hommes. Et l’Eternel dit : Voici, ils forment un seul peuple et ont tous une même langue, et c’est là ce qu’ils ont entrepris ; maintenant rien ne les empêcherait de faire tout ce qu’ils auraient projeté. Allons ! Descendons et là confondons leur langage, afin qu’ils n’entendent plus la langue les uns des autres.»  Vous voyez ! Les hommes avaient une seule et même langue, avant que Dieu ne la confonde. C’est pourquoi vous devez comprendre que dans le jardin   d’Eden, il n’y avait qu’une seule langue qui était parlée : Et c’était la langue humaine. Or, le serpent  a parlé dans cette langue avec la femme d’Adam. Le serpent était donc quelqu’un qui maitrisait les subtilités de cette langue, au point de pouvoir séduire la femme avec. Qui était donc ce serpent ? C’était quelqu’un qui était à la ressemblance de l’homme. Il était un homme, ou exactement, il était presqu’un homme. C’était un animal particulier, à l’instar des deux arbres mystérieux, qui étaient des arbres particuliers. Parmi tous les animaux du jardin, le serpent était le plus rusé ; il était aussi le seul qui parlait la langue humaine. C’était un animal particulier. Voici ce que dit le Docteur Scolfied à son sujet : « A l’origine, le serpent n’était pas un reptile ; il le devint par la malédiction. » Frères, le mystère du serpent qui était dans le jardin d’Eden est à prendre très au sérieux. Il était certes un animal ; mais c’était un animal pas comme les autres. Dieu l’a créé de façon spéciale, afin qu’il soit proche de l’homme aussi dans sa constitution biologique et que dans la langue. Il était semblable à l’homme. L’une des différences entre lui et Adam, c’est qu’il n’a pas été créé à l’image de Dieu. Le serpent savait que Dieu avait parlé de l’arbre de la connaissance du bien et du mal à Adam, et par ricochet à la femme. C’est pourquoi il dit à la femme : «  Dieu a- t- il réellement dit de ne pas manger de tous les arbres du jardin ? » Vous voyez ! Il en savait quelque chose. Et la femme lui répondit, en disant : «  Nous mangeons du fruit  de tous les arbres du jardin. Mais quant au fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n’en mangerez point et vous n’y toucherez point, de peur que vous ne mouriez. » Maintenant, bien – aimés de Dieu, écoutez ce que dit le serpent à la femme : « Vous ne mourrez point ; mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme Dieu, connaissant le bien et le mal. »  Frères, je vous le répète, le serpent était un animal particulier parmi tous les animaux du jardin. Avez – vous remarqué qu’il a fait même des révélations à la femme, au point de prendre le contre – pied de ce que Dieu Lui – même a dit. En effet, il dit à la femme : «  Vous ne mourrez point, mais Dieu sait que le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme Dieu. » Frères, je vous le répète : Le serpent a fait des révélations à la femme. Il avait non seulement le pouvoir de séduire la femme, mais aussi le pouvoir de lui faire des révélations prophétiques pointues. Ce que Dieu a caché à Adam, Son fils, Son premier fils sur la terre, et sa  femme, le serpent le leur a révélé. Pensez – y ! C’est ici la Manne Fraîche. Comment le serpent a-t-il fait pour savoir qu’en mangeant du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, Adam et son épouse seront comme Dieu ? Comment a-t-il fait pour savoir une telle chose ? Frères, je vais peut – être vous scandaliser, mais sachez ceci : C’est Dieu Lui – même qui a révélé ce mystère au serpent, et qui l’a caché à Adam. C’est ici la Manne Fraîche que le Seigneur nous a donnée en ce temps de l’aube, pour votre édification et pour votre perfectionnement. C’est Dieu Lui – même qui a révélé ce mystère au serpent. Ce qu’il a caché à Adam et à sa femme, le serpent l’a révélé. Savez – vous que Dieu a donné raison au serpent ? Frères, Il a donné raison au serpent, en confirmant de Sa propre bouche ce que le serpent a dit. Jugez-en vous- mêmes : «  L’Eternel Dieu dit : Voici, l’homme est devenu comme l’un de nous, pour la connaissance du bien et du mal. Empêchons – le maintenant d’avancer sa main, de prendre de l’arbre de vie, d’en manger, et de vivre éternellement. » Dieu Lui – même a reconnu qu’en mangeant du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, on pouvait être comme Lui, pour ce qui concerne la connaissance du bien et du mal. N’est – ce pas la révélation que le serpent a donnée à la femme ? N’a-t- il pas dit à celle – ci : «  Vous ne mourrez point, mais Dieu sait que si vous en mangez, vous serez comme lui.» Vous voyez ! Dieu a confirmé ce qu’il a dit à la femme. Ce qu’Il a caché à Adam et à sa femme, le serpent le leur a révélé de façon claire et précise. Le fait de devenir comme Dieu, en mangeant du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, pour ce qui concerne la connaissance du bien et du mal, était un mystère caché en Dieu. Comment le serpent, cet animal, a pu découvrir cela ? Comment a-t-il pu avoir la révélation de ce mystère détenu par Dieu seul ? Je crois que c’est Dieu Lui – même qui le lui a révélé. Quand  nous disons par la Parole infaillible du Seigneur, que le serpent a séduit la femme, et qu’il a couché avec elle, on crie au scandale. Les soi – disant pasteurs, les soi – disant apôtres, les soi – disant  prophètes, les soi – disant prophétesses, et les soi – disant enfants de Dieu, crient au scandale. Qu’ils continuent de crier au scandale ! La Vérité de Dieu est devant eux. Ou ils L’acceptent ou ils La rejettent. S’ils ne croient pas que le serpent a eu un rapport sexuel avec la femme, ils sont obligés de croire que celui – ci a dit la vérité en ce qui concerne le fait de manger du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Ils sont obligés de reconnaître au moins que Dieu a donné raison au serpent, en confirmant  ce qu’il a dit à la femme. Dieu n’a pas dit que le serpent a menti. Il a plutôt reconnu qu’en mangeant de ce fruit, on pouvait être comme Lui. Et c’est exactement ce que le serpent a révélé à la femme. Dieu Lui – même est entré dans la révélation du serpent, dans la révélation que celui-ci a donnée à la femme. Ô, la Manne Fraîche ! Si vous reconnaissez que le serpent a pu révéler à la femme un mystère caché en Dieu, vous devez aussi reconnaître qu’il était un animal particulier, sensible même aux choses Divines. Vous devez aussi reconnaître qu’il pouvait avoir des relations sexuelles avec la femme. Quelqu’un qui a pu percer un mystère caché en Dieu seul, ne pouvait – il pas avoir de relations sexuelles avec une femme ? Qu’est – ce qui est plus difficile ? Percer le mystère de Dieu, mystère que Dieu seul détient, ou avoir des relations sexuelles avec une femme ? Dites – moi ? Frères, avez – vous remarqué que le serpent a eu plus de révélations  spirituelles, que n’en ont ces soi – disant prophètes et prophétesses. Le serpent dont je parle aujourd’hui, est plus spirituel que ces soi – disant hommes de Dieu au col blanc, qui ne peuvent pas distinguer leur main gauche de la droite. Si le serpent a pu avoir la révélation d’un mystère caché en Dieu, c’est qu’il pouvait aussi avoir des relations sexuelles avec une femme. Ce serpent n’était pas un reptile. Il est devenu un reptile après que Dieu l’ait maudit. Avant la malédiction Divine, il n’était pas un reptile. Il l’est devenu après.

Quand le serpent a parlé à la femme, celle – ci a vu que l’arbre était bon à  manger. «  Elle prit de son fruit, et en mangea ; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d’elle, et il en mangea. » Manger dans ce contexte biblique, c’est avoir des relations sexuelles. Ainsi donc, la femme a eu une relation sexuelle avec le serpent,  qui lui a donné cette  précieuse révélation. Puis, elle a donné de ce fruit à son mari, qui en a mangé aussi.  Ce qui est bizarre, c’est qu’avant de manger du fruit défendu, «  l’homme et sa femme étaient tous deux  nus, et ils n’en avaient point honte. » (GENESE 2.25). Mais, après l’avoir mangé, ils ont eu honte de leur nudité ; c’est pourquoi ils ont « cousu des feuilles de figuier », pour en faire des ceintures. Pourquoi ont – ils cousu des feuilles de figue ? C’était pour se faire des ceintures ? A quoi ont servi ces ceintures ? C’était pour cacher leur nudité, plus précisément leur sexe. Pourquoi c’était seulement leur sexe, leur nudité, qu’ils voulaient cacher ? Pourquoi pas les pieds, les mains, la bouche, et toute autre partie du corps ? Pourquoi leur sexe seulement ? C’est parce que leur sexe était la partie de leur corps, par laquelle ils ont péché, en désobéissant à l’ordre du Seigneur. Quand vous surprenez votre enfant voler un morceau de viande dans la sauce, instinctivement, il cherche à protéger  sa bouche où se trouve la viande volée, ou il cherche à cacher ses mains qui ont volé. Il cherche à cacher les parties de son corps qui ont pris part au vol. C’est ce qui est arrivé à Adam et à sa femme. C’est par leur sexe qu’ils ont péché. C’est pourquoi ils ont caché leur sexe par des feuilles de figuier qu’ils ont cousu. Avant de manger le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, ils n’avaient point honte de leur nudité. Mais, après avoir mangé de ce fruit, ils ont eu honte de leur nudité. Et, ils ont caché leur nudité avec des feuilles de figuier qu’ils ont cousues. Posez – vous la question de savoir quel lien il y a entre le fait de manger le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal et le fait d’être nu. L’Ecriture dit, dans GENESE 3.7 que «  les yeux de l’un et de l’autre s’ouvrirent, ils connurent qu’ils étaient nus. » Quand ils ont mangé de ce fruit, ils ont connu qu’ils étaient nus. Posez-vous la question de savoir quel lien il y a entre ce fruit et leur nudité. Quelle sorte de fruit ont – ils mangé, pour qu’ils connaissent qu’ils étaient nus. Frères, si vous pouvez le supporter, il y a un lien très étroit entre ce fruit et la nudité, entre ce fruit et le sexe. Quelle sorte de fruit Adam et sa femme ont – ils mangé ? Voici le nom de ce fruit : Relation sexuelle. L’Ecriture dit qu’ils ont  cousu des feuilles de figuier, pour en faire des ceintures. Le mot ‘’ ceintures ‘’ est aussi révélateur. En mettant ces ceintures autour de leurs reins, c’était pour cacher leur sexe. Pourquoi c’est après avoir mangé ce fruit qu’ils ont cherché à cacher leur sexe ? C’est parce que c’est par leur sexe qu’ils ont désobéi à la Parole du    Seigneur. Ils se sont cachés quand Dieu est descendu dans le jardin     d’Eden. Dieu dit : «  Adam, où es – tu ? »  Et Adam lui dit : «  J’ai entendu ta voix dans le jardin, et j’ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché. » Adam dit qu’il est  nu, c’est pourquoi il s’est caché. Maintenant, écoutons le Seigneur, qui dit à Adam : «  Qui t’a dit que tu es nu ? Est – ce que tu as mangé de l’arbre dont je t’avais défendu de manger ? » C’est ici la Parole du Seigneur Lui – même, qui établit aussi un lien entre la nudité et le fait de manger du fruit défendu. Frères, voyez – vous ce lien ? Il y a un lien entre le fruit défendu et la nudité. Il y a aussi un lien entre la nudité et le fait de manger. Combien de fruits mange-t- on, en étant nu ? Je crois que c’est le sexe. Le seul fruit qu’on mange depuis la nuit des temps, en étant nu, c’est bien le sexe. Pour Dieu, si Adam savait qu’il était  nu, c’était  parce qu’il avait  mangé le fruit défendu. C’est juste. Vous voyez ! Ce n’est donc pas une pomme ; c’est un fruit particulier. Le serpent était un animal particulier ; le fruit était un fruit particulier ; l’arbre de la connaissance du bien et du mal, était un arbre particulier. Dieu savait qu’en mangeant de ce fruit, on pouvait savoir qu’on était nu. Pour Lui, c’est parce que l’homme et sa femme ont mangé de ce fruit, qu’ils ont su qu’ils étaient nus. «  Qui t’a dit que tu es nu ? Est – ce que tu as mangé de l’arbre dont je t’avais défendu de manger ? » dit- Il à l’homme. Et cet arbre défendu, c’était la femme. Et l’homme Lui dit : «  La femme que tu as mise auprès de moi m’a donné de cet arbre, et j’en ai mangé. » Cela veut dire que la femme l’a amené à avoir une relation sexuelle avec elle. Il a rejeté la faute sur sa femme. Et Dieu dit à la femme : «  Pourquoi as – tu fait cela ? » Et la femme Lui répondit : «  Le serpent m’a séduite, et j’en ai mangé. » Le serpent a séduit la femme. Pensez – y ! Ce n’était pas un animal ordinaire : Il pouvait séduire une femme, avoir des révélations Divines, et parler la langue de l’homme.

Dieu, après avoir entendu l’homme et la femme, est passé directement au jugement, sans donner la parole au serpent. Il dit au serpent, dans GENESE 3. 14 : «  Puisque tu as fait cela, tu seras maudit entre tout le bétail et entre tous les animaux des champs, tu marcheras sur ton ventre, et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie. Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité : celle – ci t’écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon. » En disant que le serpent sera maudit, et marchera sur son ventre, l’Ecriture révèle clairement qu’il ne marchait pas sur son ventre, avant que le fruit ne soit mangé. S’il ne marchait pas sur son ventre, c’est qu’il n’était pas un reptile. Il marchait donc comme un homme. Pourquoi Dieu l’a-t- Il maudit ? C’est parce qu’il a séduit la femme, et l’a ainsi poussée à manger le fruit défendu. Frères, c’est un fruit qui a été mangé, n’est – ce pas ? Pourquoi donc dans le jugement de Dieu, Celui – ci parle de postérité. La postérité  est en rapport avec le genre humain, alors que le pedigree est en rapport avec le genre animal. Le serpent, qui était un animal,  allait avoir, non pas un pedigree, mais une postérité.  C’est vraiment un animal exceptionnel et particulier. Au lieu d’avoir un pedigree, c’est – à dire une généalogie animale, il allait avoir une généalogie humaine.   La femme aussi allait avoir une postérité. Si c’est un fruit comme une pomme qui a été mangé, quel lien a une pomme avec la postérité qui est d’essence humaine, et qui s’acquiert seulement par des rapports sexuels ? Frères, Adam et sa femme n’ont pas mangé de pomme ; le serpent non plus n’a pas mangé de pomme. D’après GENESE 3.15, le serpent allait avoir une postérité, la femme aussi. Et la postérité c’est une descendance humaine. Le serpent aurait donc une descendance humaine. Pensez – y ! Si le serpent pouvait avoir une descendance humaine, c’est parce qu’il avait en lui les mêmes structures biologiques que l’homme, qui pouvait lui permettre de concevoir en ayant des relations sexuelles avec un être humain. Sa semence pouvait féconder la femme. Et c’est ce  qui s’est passé, quand il a eu un rapport sexuel avec la femme d’Adam. Oui Monsieur. Dieu a créé l’homme à Son image, Adam. Il était le chef de la terre, ayant pouvoir et souveraineté sur toutes choses. Satan, qui a été chassé de la présence de Dieu, du troisième ciel, voulait aussi avoir sur la terre ses propres enfants, afin de pouvoir contrecarrer l’œuvre de Dieu. Ne pouvant pas créer l’homme, comme Dieu l’a fait, il a trouvé un moyen pour avoir ses enfants à lui sur la terre. Il a tout simplement possédé le serpent, qu’il a utilisé à des fins obscures. Il savait que le serpent ressemblait à l’homme. Il l’a alors utilisé pour parvenir à ses fins diaboliques. Quand le serpent parlait avec la femme, afin de la séduire, l’esprit du diable était en lui. C’est comme si c’était Satan lui – même qui lui parlait et la séduisait. C’est pourquoi l’Ecriture appelle Satan, le serpent ancien. Quand le serpent, qui était possédé du diable, a eu le rapport sexuel avec la femme, il a conçu en elle un enfant, un être humain. Ô, blasphème, diront les sages et les intelligents de ce monde. Savez – vous que ceux qui ne croient pas que le serpent a eu une relation amoureuse avec la femme, et qu’il a même eu un enfant d’elle, sont justement les enfants du diable, qui est le serpent ancien ? Ils ne veulent pas qu’on en parle, parce qu’ils ne veulent pas être dévoilés. Ainsi, ils pourront facilement se glisser parmi les enfants de Dieu, afin d’accomplir les desseins de leur père. Dans JEAN 8.43, le Seigneur dit à certains hommes : «  Pourquoi ne comprenez – vous pas mon langage ? Parce que vous ne pouvez pas écouter ma parole. »  Et Il dit à ceux qui ne comprennent pas Son langage : «  Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les desseins de votre père. »  (JEAN 8.44). Le diable a donc des enfants. C’est la Parole du Seigneur qui le dit. Comment le diable a – t – il pu avoir des enfants ? C’est en passant par le serpent, dans le jardin d’Eden. Dans MATTHIEU 13.36-39, le Seigneur parle de la parabole du blé et de l’ivraie. Il dit que la bonne semence, ce sont les fils du Royaume. Et c’est le Fils de l’Homme qui l’a semée. Il dit aussi que l’ivraie, ce sont les fils du diable. Et c’est le diable qui a semé l’ivraie. Le Fils de l’Homme est un semeur ; le diable aussi est un semeur. Et chacun d’eux a semé sa semence. Cette parabole du blé et de l’ivraie nous ramène dans le jardin d’Eden où le blé et l’ivraie ont été semés. Le Fils de l’Homme a semé le blé qui représente Ses enfants, en créant l’homme par Sa Parole Toute – puissante. Le diable aussi a semé l’ivraie, qui représente ses enfants. Mais, comme il ne peut pas créer, il a utilisé le serpent pour avoir ses propres enfants. C’est au travers du serpent qu’il a eu sa postérité. Le premier fils du diable, au travers du serpent, c’est Caïn. Quelques – uns me brandiront cette Ecriture, pour me dire que Caïn est un fils de Dieu : «  Adam connut Eve, sa femme ; elle conçut, et enfanta Caïn, et elle dit : J’ai formé un homme avec l’aide de l’Eternel. » Et, ils me diront : «  Frère Christ – Moïse : Il est écrit que Eve a conçu Caïn avec l’aide de l’Eternel. Et, toi, tu dis que Caïn est du diable. » Qu’il me soit aussi permis de dire, qu’il est aussi écrit de ne pas ressembler à Caïn, qui est du diable, selon  1 JEAN 3.12. Maintenant sachez ceci : C’est Dieu qui a créé Satan ; c’est aussi Lui qui a créé le serpent. Par conséquent les enfants du serpent, qui sont les enfants du diable, sont des créatures de Dieu. Caïn fait partie des enfants du serpent, et il a été créé par Dieu. Eve dit qu’elle a formé un homme avec l’aide de l’Eternel. Elle ne dit pas que Caïn est un fils de Dieu. Pensez – y ! Donnez – moi le nom d’une femme, d’une seule femme, qui peut concevoir et enfanter sans l’aide de Dieu. Même les animaux conçoivent et mettent bas, avec l’aide de Dieu. Les plantes aussi poussent du sol, avec l’aide de Dieu. Les pluies tombent avec l’aide de Dieu. Quand vous mettez votre semence en terre, elle germe, pousse, grandit, porte des feuilles et des fruits, avec l’aide de Dieu. Satan lui – même accomplit ses desseins obscurs, avec l’aide de Dieu, et avec la puissance de Dieu. Etes – vous scandalisés à cause de ce que je dis ? Que diriez – vous alors quand je vous dirai que c’est Dieu qui a créé le mal et le bien ? Qui a créé Satan ? C’est Dieu. Qui a donné la puissance à Satan ? C’est encore Dieu. Vous voyez ! Le diable agit dans le monde avec la puissance de Dieu, avec l’aide de Dieu. En donnant Sa puissance au diable, c’est pour l’aider à agir. Dans MATTHIEU 10.1, l’Ecriture dit que le Seigneur    Jésus – Christ a donné le pouvoir de chasser les démons, de guérir toute maladie et toute infirmité aux douze. Et parmi les douze figurait Judas, le fils de perdition, le fils du diable. Le Seigneur a donné Son propre pouvoir à un fils du diable. Et avec ce pouvoir Divin, ce fils du diable a fait des miracles. Ne devrons – nous pas dire que Judas a fait des miracles avec l’aide de Dieu ? Si. Il a fait des miracles avec l’aide de Dieu. Il a prêché l’Evangile du Royaume avec l’aide de Dieu. Et, il a trahi Jésus, avec l’aide de Dieu. Dans JEAN 13.26-27, l’Ecriture dit que c’est quand le Seigneur a donné à Judas le morceau de pain trempé dans du vin, que Satan est entré en Judas. Si le Seigneur ne lui avait pas donné ce morceau de pain trempé de vin, que serait – il passé ? C’est quand le Seigneur lui a donné le morceau de pain en question que Satan a possédé Judas. C’est donc avec l’aide du Seigneur que Satan l’a possédé ; c’est aussi avec l’aide de Dieu que Judas a pu avoir la force et le courage de trahir Jésus et de Le livrer. L’Ecriture dit, dans LAMENTATIONS 3.37 : «  Qui dira qu’une chose arrive, sans que le Seigneur l’ait ordonné ? » Vous voyez ! C’est sur l’ordre du Seigneur que tout arrive : Le bien et le mal. Eve a pu donc  concevoir et enfanter Caïn, parce que le Seigneur l’a ordonné. S’Il l’a ordonné, c’est donc avec Son aide qu’elle a pu former Caïn. Dans   LAMENTATIONS 3.38, l’Ecriture dit que les biens et les maux viennent de la volonté du Dieu Très – Haut. C’est donc avec l’aide de Dieu que tout arrive sur la terre, la naissance comme la mort. En un mot, toutes choses. Caïn a été formé dans le sein d’Eve parce que Dieu l’a voulu. C’est donc avec son aide qu’il a été conçu. Et ce Caïn est un fils du serpent, qui était possédé du diable, lors de son rapport avec Eve.

QUELLE SORTE DE FRUIT ADAM ET EVE ONT- ILS MANGÉ DANS LE JARDIN D’EDEN ? Ce fruit, c’était le sexe.

Eve a mangé ce fruit d’abord avec le serpent, puis avec son mari. Le serpent a donc eu un rapport sexuel avec elle, avant qu’elle ne couche avec son mari. En couchant avec le serpent, elle a commis l’adultère, ce qui est un péché grave. S’il ne s’agissait pas de rapport sexuel entre le serpent et Eve, Dieu ne parlerait pas de postérité. Si c’est un fruit ordinaire qu’ils ont mangé, qu’est donc venu faire la postérité dans cette affaire ?

LA POSTERITE DU SERPENT A COMMENCE DANS LE JARDIN D’EDEN AVEC CAIN.

Dans GENESE 3.16, Dieu dit à la femme : « Je rendrai très grandes tes souffrances et ta grossesse. » Si c’est une pomme qu’ils ont mangée, qu’est – ce qu’une grossesse était venue faire dans cette affaire ? Dieu a pris une sanction contre Eve, laquelle était en relation avec sa grossesse. Est – ce à dire qu’Eve était en grossesse ? Pourquoi Dieu a-t-Il parlé de grossesse, alors qu’elle a mangé un fruit ? Pourquoi a – t – Il établi un lien entre le fruit et la grossesse d’Eve ? Frères, le fruit défendu, c’était le sexe. Quand Eve a mangé de ce fruit, Dieu savait qu’elle allait tomber enceinte. Alors, Il dit qu’Il allait rendre très grandes les souffrances de sa grossesse. Si ce fruit n’avait rien avoir avec le sexe, pourquoi a – t – Il parlé de sa grossesse ? Aujourd’hui, le seul fruit dont la consommation conduit à la grossesse, c’est le sexe. De tous les fruits que nous connaissons, c’est le fruit défendu, le rapport sexuel qui conduit à la grossesse. Si vous en connaissez d’autres, je serai ravi de le savoir. Dans           PROVERBES 30. 20, l’Ecriture dit : «  Telle est la voie de la femme adultère : Elle mange, et s’essuie la bouche. Puis, elle dit : Je n’ai point fait de mal. » Avant que la femme ne mange du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, elle a été séduite par le serpent. Vous voyez ! Il avait du charme et de la beauté. Regardez – le, après la malédiction qui l’a frappé dans le jardin d’Eden ! Il n’a rien perdu de sa grâce et sa beauté. Il a pu préserver cette beauté primitive, parmi tous les animaux de la terre.

Dans GENESE 5.1-24, l’Ecriture décrit la postérité d’Adam de Seth à Hénoc. Nulle part on ne trouve le nom de Caïn. Pourtant celui – là avait aussi une postérité. Je  sais que le nom d’Abel non plus ne figure point sur la liste en ce qui concerne la postérité d’Adam. Mais, il y a une raison à cela. C’est parce qu’il n’a pas eu de postérité. C’est ici la Manne Fraîche. Il a été tué par son diable de frère Caïn ; c’est pourquoi il n’a pas pu avoir de postérité. Si on met son nom, on ne pourra pas établir la postérité d’Adam. Car, il y aura une cassure au niveau d’Abel. La postérité, c’est une lignée. Si quelqu’un n’a pas fait d’enfant, il rompt la continuité de la postérité, si on le met sur la liste. L’Ecriture dit : Adam a engendré Seth ; et Seth aussi a engendré Enosch ; et Enosch aussi a engendré Kénan ; et Kénan aussi a engendré Mahalaleel ; et Mahalaleel a engendré Jéred ; et Jéred a engendré Hénoc. Et ainsi de suite. Si on veut établir la postérité d’Adam en prenant en compte Abel, voici ce que cela va donner : Adam engendra Abel. Comme Abel n’a engendré personne, on ne pourra plus continuer. C’est pour cette raison que l’Ecriture n’a pas mentionné le nom d’Abel. Mais, Elle le mentionne comme étant un fils d’Adam. Caïn, lui a eu une descendance, on pouvait le mettre sur la postérité d’Adam sans aucun problème, mais en le faisant ainsi, cela voudrait dire qu’il était aussi un fils d’Adam. Or, il n’était pas un fils d’Adam. Il était un fils du serpent, un fils du diable.

Sur la terre, depuis Adam jusqu’aux jours d’aujourd’hui, il y a deux catégories de personnes sur la terre : Les enfants de Dieu et les enfants du diable. Aucun enfant de Dieu ne peut devenir un enfant du diable, et aucun enfant du diable ne peut devenir un enfant de Dieu.

QUELLE SORTE DE FRUIT ADAM ET EVE ONT- ILS MANGÉ DANS LE JARDIN D’EDEN ?

Que Dieu vous bénisse dans le Nom du Seigneur Jésus – Christ !

A bientôt !

FRERE ABOKON CHRIST-MOISE

Mise à jour le Vendredi, 14 Octobre 2011 15:49
 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix