Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 20 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
455
Hier :
936
Semaine :
1391
Mois :
4495
Total :
3862538
Il y a 3 utilisateurs en ligne
-
3 invités


LE SEIGNEUR QUE VOUS CHERCHEZ EST ENTRE DANS SON TEMPLE PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Jeudi, 08 Décembre 2011 17:28

Message prêché le mercredi 22 décembre 2010 au Tabernacle Le Chandelier d’Or ; Yopougon-Selmer ; Abidjan ; République de Côte d’Ivoire. Soir.

Bonsoir à tous. J’espère que tout le monde va bien en cette période sensible et difficile de crise post- électorale,  et de turbulences politiques et sociales. Quoi qu’il en soit, nous sommes sereins et imperturbables à cause de la présence du Seigneur,  qui nous protège chaque jour. Que Son  Nom en soit béni !

Il y a belle lurette que  je vous ai promis de parler sur ce thème : « LE SEIGNEUR QUE VOUS CHERCHEZ EST ENTRE DANS SON TEMPLE. » C’est un sujet d’une importance capitale,  qui nous plongera dans l’univers spirituel du Seigneur  Jésus - Christ, de Sa puissance éternelle, de Sa Divinité suprême, et  de Ses glorieux attributs. A travers ce thème, nous verrons aussi le rôle important et primordial que joue le  Saint-Esprit dans notre vie,  et dans le Corps de Christ, qui est l’Eglise. Que le Seigneur Lui-même ouvre notre esprit, afin que nous comprenions les Ecritures  et Sa puissance !

Nous trouverons notre texte de base dans MALACHIE 3.1 : « Voici, j’enverrai mon messager ; Il préparera le chemin devant moi. Et soudain entrera dans Son temple le Seigneur que vous cherchez ; Et le messager de l’alliance que vous désirez, dit l’Eternel des armées. » Afin de mieux comprendre cette Parole de l’Ecriture, nous allons d’emblée identifier l’auteur de cette Parole de MALACHIE 3.1. Qui parle ici ? C’est l’Eternel des armées, c’est Yahvé le Dieu Tout-puissant. Que dit-Il ? Il dit : « Voici, j’enverrai mon messager ; Il préparera le chemin devant moi. » Comme vous pouvez le constater, l’Eternel des armées dit qu’Il enverra son messager, qui préparera le chemin devant Lui. Maintenant qui est ce messager qui préparera  le chemin devant l’Eternel des armées ? Le Fils de l’Homme, le Seigneur Jésus-Christ nous révèle qu’il s’agit de Jean-Baptiste, le prophète, dans MATTHIEU 11.7-10 : « Et comme ils s'en allaient, Jésus se mit à dire de Jean aux foules,     Qu'êtes – vous allés voir au désert ? Un roseau agité par le vent ? Mais     qu'êtes – vous allés voir ? Un homme vêtu de vêtements précieux ? Voici, ceux qui portent des vêtements  précieux  sont dans les maisons des rois. Mais qu'êtes – vous allés voir ? Un prophète ? Oui, vous dis – je, et plus qu'un prophète ; car c'est ici celui dont il est écrit, Voici, moi j'envoie mon messager devant ta face, lequel préparera ton chemin devant toi.». Vous voyez ! Le messager annoncé par la Parole de l’Ecriture de MALACHIE 3.1, qui doit préparer le chemin devant l’Eternel des armées, c’est Jean-Baptiste. Et Jean-Baptiste a effectivement préparé le chemin devant l’Eternel des armées durant l’exercice de son puissant ministère prophétique en Israël. Or, selon l’Ecriture, c’est devant le Seigneur      Jésus-Christ de Nazareth qu’il a préparé le chemin. Par conséquent, le Seigneur Jésus-Christ est l’Eternel des armées. Amen ! En ce temps-là, l’Eternel des armées, qui est esprit, s’est révélé sous la forme humaine en la personne glorieuse du Seigneur  Jésus-Christ de Nazareth. En d’autres termes, l’Eternel des armées a paru en prenant la forme d’un simple homme, en devenant un simple homme en Jésus-Christ de Nazareth. Il a fallu que l’Eternel des armées devienne un simple  homme en Jésus-Christ de Nazareth pour que Jean-Baptiste puisse préparer le chemin devant Lui. L’Eternel des armées et le Seigneur Jésus-Christ sont donc une seule et même Personne Divine. C’est le même Dieu qui s’appelle l’Eternel des armées,  et Seigneur Jésus-Christ. Pas deux Dieux, mais un Dieu unique portant deux Noms rédempteurs différents au cours des deux grandes dispensations : La dispensation basée sur le sang des animaux, et la dispensation basée sur le sang de Jésus-Christ homme. Sous le sang des animaux, le Nom rédempteur de Dieu, c’est Yahvé. Mais sous le sang de la nouvelle alliance, son Nom rédempteur, c’est Jésus. Nous sommes passés d’une dispensation à une autre. Il y a eu donc changement de dispensation. Ainsi, il y a eu aussi changement de nom rédempteur. Frères, l’Eternel des armées, c’est le Seigneur Jésus-Christ. Ce Nom de l’Eternel, est le Nom rédempteur que Dieu a porté sous l’ancienne alliance. Sous la nouvelle alliance, Il a changé de Nom rédempteur. Il s’appelle maintenant Jésus.  Et le messager que l’Eternel des armés a envoyé pour préparer le chemin devant Lui, c’est Jean-Baptiste.

Dans MATTHIEU 11.10, le Fils de l’Homme, se référant à la Parole de l’Ecriture de MALACHIE 3.1, dit : «  Voici, j’envoie mon messager devant ta face, pour préparer ton chemin devant toi. » Ici,  Il fait intervenir Dieu le Père et le Fils du Père. Quand l’Ecriture dit : « J’envoie mon messager »,  Elle parle de Dieu le Père, qui est aussi l’Eternel des armées. Mais,  quand Elle dit « devant ta face »,  Elle fait allusion au Fils de Dieu. Dieu le père a donc envoyé Jean-Baptiste devant la face de Son Fils unique Jésus-Christ de Nazareth. Or, dans MALACHIE 3.1, l’Eternel des armées, qui est Dieu le Père, dit qu’Il envoie son messager devant Lui. Par conséquent, Dieu le père et le Fils du Père sont une seule et même Personne. C’est d’ailleurs pour cela que l’Ecriture, dans ESAIE 9.5 (version Louis Segond), dit que le Fils qui nous est donné s’appelle aussi Père éternel. Le Fils, c’est le Père. Et le Père, c’est le Fils : Une seule et même Personne Divine dans deux offices différents. Souvenez-vous que le Fils de l’Homme dit : « Moi et le Père, nous sommes un. »

Jean-Baptiste a préparé le chemin devant le Seigneur Jésus-Christ, selon l’Ecriture. Toujours selon l’Ecriture, c’est devant l’Eternel des armées qu’il devait préparer le chemin. Vous comprenez donc  que l’Eternel des armées et le Seigneur Jésus-Christ sont une seule et même Personne     Divine. Dans JEREMIE 23.5-6, l’Ecriture a prophétisé l’avènement d’un Germe juste :  C’est le Seigneur Jésus-Christ le Fils de Dieu. Et l’Ecriture dit qu’on appellera le nom de ce Germe juste, l’Eternel notre justice. Comme vous pouvez le constater, le Seigneur Jésus-Christ ,  le Germe juste, c’est l’Eternel notre justice. Il est aussi l’Alpha et l’Oméga, le Premier et le Dernier, le Commencement et la Fin, le Dieu Tout-puissant, le Dieu puissant, le Seigneur des seigneurs, le Roi des rois, la Parole, la Parole faite chair, le Père, le Fils, le Saint-Esprit, le Rédempteur. Frères, Il est l’Invisible rendu visible,  et l’Immortel rendu mortel, afin de mourir pour nos péchés. C’est ici la Manne Fraîche. Il est ma vie, ma joie, et ma paix. En Lui, nous avons tout pleinement. Il est Tout-suffisant pour nous. Bien-aimés, sachez-le : JESUS-CHRIST NOUS SUFFIT. C’est devant Lui, le Christ Jésus, que Jean-Baptiste a préparé le chemin, alors qu’il devait le faire, selon l’Ecriture, devant l’Eternel des armées, devant Yahvé des armées, devant le Dieu Tout-puissant. Sans contredit, le Seigneur Jésus-Christ est l’Eternel des armées. J’insiste sur ces choses parce que c’est le fondement inébranlable de notre foi : Le Seigneur Jésus-Christ est notre Dieu. Prenons une autre Parole de l’Ecriture, cette fois, dans MARC 1.1-2, où il est écrit : « Commencement de l’Evangile de Jésus-Christ, Fils de Dieu. Selon ce qui est écrit dans Esaïe, le prophète : Voici, j’envoie devant toi mon messager, qui préparera ton chemin. » Avant de continuer, je voudrais dire, avec la permission du Seigneur ,  que je sers avec un cœur pur et honnête, que cette Parole de l’Ecriture n’est pas écrite dans Esaïe, le prophète, mais plutôt dans MALACHIE 3.1. Vous voyez ! La Bible a fait une erreur que la Véritable Parole de Dieu vient de corriger. Souvenez-vous de ceci : La Bible est la Parole de Dieu, mais Elle n’est pas la Véritable Parole de Dieu. La véritable Parole de Dieu, c’est Jésus-Christ le Dieu Tout – puissant, le Créateur de toutes choses.  En Lui, il n’y a point de défaut. Continuons maintenant la lecture, dans MARC 1.3 : « C’est la voix de celui qui crie dans le désert ; Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez ses sentiers. » C’est cette Parole de l’Ecriture qui est écrite dans Esaïe le prophète : ESAIE 40.3. Que nous révèle-t-Elle ?

JEAN-BAPTISTE : LE PRECURSEUR DE CHRIST

Cette Parole de l’Ecriture nous révèle que Jean-Baptiste a été le précurseur de Christ. Il a eu l’insigne honneur de préparer le chemin devant le Seigneur,  avant Son entrée en scène,  et de Le présenter à Israël comme étant « l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde. » Dans JEAN 1.31, il dit au sujet de Jésus : « Je ne le connaissais pas, mais,  c’est afin qu’il fût manifesté à Israël que je suis venu baptiser d’eau. » Et Christ a été manifesté lors d’un service de baptême d’eau dans le   Jourdain. L’ayant baptisé, il l’a présenté à Israël en disant : « Voici      l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde. » Avant que le Seigneur que les juifs cherchaient,  n’entre dans Son temple, Jean-Baptiste a joué le rôle de précurseur en annonçant l’entrée en scène du Fils de l’Homme, et en préparant le chemin devant Lui. Qui était le Seigneur que les gens cherchaient, et quel était son temple ?

LE SEIGNEUR ET SON TEMPLE

Selon la Parole de l’Ecriture de MALACHIE 3.1, le Seigneur qu’on cherche  entrera dans Son temple. Qui est le Seigneur qui, je tiens à le préciser, doit entrer dans Son temple ? Le Seigneur, c’est l’Esprit. Amen ! Son temple n’est rien d’autre que le corps de chair dans lequel Il doit entrer. Souvenez-vous que notre corps est le temple du  Saint-Esprit, selon l’Ecriture. Le temple du Seigneur, c’est le temple du Saint-Esprit. Car le Seigneur, selon 2 CORINTHIENS 3.18, c’est    l’Esprit. « Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit. » Dans 2 CORINTHIENS 3.17, l’Ecriture est très explicite : « Or, le Seigneur, c’est l’Esprit. » Vous voyez ! Le Seigneur, c’est le Saint-Esprit. Dans MALACHIE 3.1, le Seigneur qui doit entrer dans son temple, n’est personne d’autre que le Saint-Esprit. C’est ici la Manne Fraîche,  en ce temps prophétique de l’aube où le chant du coq de MARC 13.35 se fait entendre. Le Seigneur, c’est le Saint-Esprit. Et le temple du Saint-Esprit, c’est le corps humain. Par conséquent,  le temple dans lequel le Seigneur doit entrer,  n’est rien d’autre que le corps humain. Si vous voulez le comprendre, sachez qu’ici, il s’agit du corps humain de Jésus. En effet,        Jésus-Christ homme était le temple du Saint-Esprit pour l’accomplissement de la Parole de l’Ecriture de MALACHIE 3.1. Le corps de Jésus-Christ était le temple dans lequel le Seigneur, qui est le Saint-Esprit,  devait entrer. C’est ici la Manne Fraîche.

Examinons la Parole de l’Ecriture de JEAN 2.18-22, afin de mieux comprendre le mystère du temple. Dans ce passage biblique, les Juifs ont demandé au Seigneur Jésus-Christ de Nazareth, qui venait de les chasser du temple ,  qu’ils avaient transformé en un lieu de trafic : « Quel miracle nous montres-tu pour agir de la sorte ? » En réponse à leur question, Il leur dit : « Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai. » N’ayant pas compris le sens de ce que le Seigneur disait, ils crurent qu’Il parlait du temple de Jérusalem d’où ils venaient d’être brutalement expulsés. Vous voyez ! Ces gens-là avaient la Bible, la loi et les prophètes, mais ils ne comprenaient pas ce que le Fils de l’Homme disait. Ils prêchaient et enseignaient les Ecritures dans les synagogues, mais en vérité, ils n’y comprenaient absolument rien. Ils enseignaient les autres sans aucune révélation Divine. Quand le Seigneur a dit de détruire le temple, ils ont cru qu’’Il parlait du temple de Jérusalem. Voici d’ailleurs leur réaction : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce temple, et toi, en trois jours tu le relèveras ! » Ô, quel aveuglement spirituel ! Leurs yeux étaient voilés au point qu’ils raisonnaient charnellement. Ils avaient la loi et les prophètes, pourtant leurs yeux étaient voilés. Ainsi en est-il des gens qui ont la Bible, mais dont les yeux sont fatalement et inexorablement voilés en ce qui concerne les choses de Dieu. Ces Juifs qui avaient la Torah, n’étaient pas sur la même longueur d’onde que le Seigneur, qui était venu avec la Parole, et qui était la Parole faite chair. Ils ne pouvaient pas recevoir la Parole de Christ, car Elle était une folie pour eux.

Maintenant, de quel temple parlait le Seigneur Jésus-Christ de Nazareth ? Selon l’Ecriture, Il parlait du temple de son corps. Ainsi donc, le corps terrestre de Christ, était un temple. Et l’Ecriture dit, dans  MALACHIE 3.1 que quand l’Eternel des armées enverra son messager pour préparer le chemin devant Lui, le Seigneur qu’on cherche entrera dans son temple. Nous savons que le Seigneur, c’est l’Esprit. Nous savons aussi que le temple, c’est le corps physique de Christ. Ce qui veut dire que le Seigneur qu’on cherche entre dans son temple, lorsque le     Saint-Esprit vient sur Jésus-Christ de Nazareth pour habiter en Lui. Lorsque le Saint-Esprit est entré en Christ, c’est le Seigneur qui est entré dans son temple. C’est ici la Manne Fraîche réservée uniquement à l’homme spirituel ; car pour l’homme animal, Elle est une folie. Frères, le Seigneur que nous cherchons entre dans Son temple, lorsque le Saint-Esprit entre dans l’homme qui croit en Jésus-Christ. Ne savez-vous pas que le corps du croyant est le temple du Saint-Esprit ? «  Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? » (1COR.3.16). Si l’Esprit de Dieu habite en nous, c’est parce que notre corps est le temple de Dieu. Nous sommes le temple de Dieu individuellement et collectivement, par Jésus-Christ notre Seigneur. L’authentique chrétien, pris individuellement, est le temple de Dieu. Et les chrétiens véritables dans leur ensemble, formant l’Eglise, sont aussi le temple de Dieu. En 1 CORINTHIENS 6.19, l’Ecriture dit encore : « Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit,  qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-même ? » Ô, bien-aimés de Dieu ! La Parole de Dieu dit que nous sommes le temple du Saint-Esprit, que notre corps est le temple du Saint-Esprit. C’est donc en nous, dans notre corps que le grand Dieu      Lui-même habite, par le Saint-Esprit,  qu’Il nous a donné gracieusement. Le jour où le Saint-Esprit nous a été donné, ce jour-là, le Seigneur que nous cherchons est entré dans son temple. Son temple, c’est notre corps purifié de tout péché, de toute impureté et de toute souillure,  par le précieux sang de l’Agneau. Lorsque le Seigneur que nous cherchons entre dans Son temple, Il est voilé dans la chair humaine ;  Il est alors  caché aux yeux des hommes. Et seuls ceux à qui Il veut bien se révéler,  Le voient et croient en Lui. Tandis que les gens cherchent Dieu les yeux désespérément levés vers le ciel, Il est sur la terre, voilé dans l’homme. Et très peu Le trouvent. Les Juifs cherchaient le Seigneur, le Dieu de leurs pères. Mais,  quand le Seigneur qu’ils cherchaient était venu à eux, ils ne Le virent point.  Parce que le Seigneur qu’ils cherchaient et  qu’ils attendaient, était entré dans Son temple. Une fois entré dans Son temple, Il était caché à leurs yeux. Et ils L’ont traité de tous les noms, allant jusqu’à Le diaboliser. D’autres disaient qu’Il était possédé d’un démon. Quand le Seigneur qu’ils attendaient, est venu à eux,  en entrant dans Son temple, qui était le corps physique de Christ, ils l’ont diabolisé et rejeté.  C’est ce qui se passe encore aujourd’hui. Dans JEAN 10.19-21, l’Ecriture révèle que les Paroles enseignées par le Seigneur Jésus-Christ de Nazareth, ont provoqué des divisions parmi les Juifs. Les uns disaient : « Il a un démon, il est fou. » Les autres disaient : « Ce ne sont pas les paroles d’un démoniaque. » Aujourd’hui, nous assistons à cette même division parmi nous, à cause de la Manne Fraîche que j’annonce. Les uns disent : « Comment frère Moïse peut-il dire que William Branham, qui est né avec une colonne de feu au-dessus de la tête, a fait des erreurs ? Il a un démon, il est fou. » Les autres disent : « C’est Dieu qui nous parle par sa bouche. »Frères, je voudrais vous rappeler ceci : Les gens prétendent croire en Dieu, parce qu’ils ne Le voient pas. Le jour où ils Le verront dans un homme, ils ne pourront plus croire en Lui.  Le Seigneur que les Juifs cherchaient était entré dans son temple, comme l’avait prédit l’Ecriture. Le temple du Seigneur, c’était le temple du corps du Fils de l’Homme. Quand et comment le Seigneur était-Il entré dans Son temple ?

Le Seigneur que les Juifs cherchaient, est entré dans Son temple le jour du baptême d’eau de Jésus-Christ de Nazareth par Jean-Baptiste. C’est ici la Manne Fraîche  que Dieu nous a donnée, en ce temps prophétique de l’aube. Avant de continuer, qu’il me soit permis de dire qu’à chaque âge, le Seigneur que les gens cherchent entre  dans Son temple. Et, une fois qu’Il entre dans Son temple, qui est un corps de chair et de sang, beaucoup de  ceux qui Le cherchent ne peuvent pas Le trouver.  Parce qu’Il est caché à leurs yeux, à cause du voile humain, qu’est Sa chair du péché. Oui Monsieur ; C’est à cause de cette chair du péché que beaucoup de ceux qui cherchent le Seigneur ne Le voient pas. En ROMAINS 8 : 3, l’Ecriture dit que Dieu a envoyé Son Fils dans une chair semblable à celle du péché. Jésus – Christ est venu sur la terre, dans un corps du péché, semblable à notre propre corps du péché. C’est pourquoi beaucoup de personnes disent qu’Il n’est pas Dieu, mais qu’Il n’est que le Fils de Dieu. C’est parce qu’Il est devenu semblable aux hommes, et qu’Il a paru comme un simple, que beaucoup pensent qu’Il n’est pas Dieu. Frères, sachez que le Seigneur que nous cherchons, entre dans Son temple, qui est un corps de chair et de sang, afin de devenir semblable aux hommes, et de paraître comme un simple homme, pour se cacher en se révélant, et pour se révéler en se cachant. C’est pour que les sages et les intelligents ne Le voient point, et qu’ils ne croient point en Lui. La révélation Divine est donnée seulement aux enfants de Dieu, afin qu’ils puissent voir le Seigneur qu’ils cherchent au – delà de Son voile humain.

Avant la dispensation de la loi, le Seigneur que les enfants d’Israël attendaient pour leur délivrance de la servitude, était entré dans Son temple. En ce temps-là, Son temple, c’était le corps de Moïse. Et quand Il est entré dans Son temple, qui était Moïse, ceux qui criaient à Lui, et qui voulaient qu’il vienne les délivrer, ne L’ont point vu. Sauf une minorité. Ils ne L’ont point reconnu, c’est pourquoi ils se sont toujours opposés à  Moïse. Ils L’ont même rejeté en fabriquant un veau d’or, auquel ils ont rendu hommage, en disant que c’est lui qui les a délivrés de la main du Pharaon. Et ils ont adoré ce veau d’or. Vous voyez ! Ils ont rejeté la Divinité de Moïse, mais ils ont adoré la divinité d’un veau d’or. Pensez – y !

Du premier âge de l’Eglise au dernier, le Seigneur que les gens cherchent entre  toujours  dans Son temple. Son temple, c’est le corps de l’ange de chaque Eglise. Du premier âge de l’Eglise au sixième, il y a eu  six temples dans lesquels le Seigneur qu’on cherchait  est entré. Au septième âge de l’Eglise, qui est l’âge de Laodicée, il y a deux temples dans lesquels le Seigneur que nous cherchons entre. Il y a un temple au temps du soir pour la proclamation du message du soir, et il y a un autre corps au temps de l’aube pour la révélation de la Manne Fraîche.  Mais ce temple du temps de l’aube, ne terminera pas le temps du matin. C’est pourquoi il engendrera un autre temple. En MALACHIE 4.5-6, l’Ecriture dit que Dieu enverra Elie le prophète avant le jour grand et redoutable. En termes clairs, avant ce jour grand et redoutable de Dieu, nous sommes amenés à chercher Elie le prophète. Laissez-moi vous dire que cet Elie que nous cherchons entrera dans son temple, et plusieurs ne Le verront pas. Cet Elie le prophète, c’est l’Esprit d’Elie. Frères, l’Esprit d’Elie que nous cherchons en ce temps de l’aube, est entré dans son temple. Mais très peu Le verront et croiront en Lui. Le Seigneur que les Juifs cherchaient était entré dans son temple sur le bord du Jourdain,  le jour où le Fils de l’Homme fut baptisé par Jean-Baptiste. C’est ici la Manne Fraîche. En effet, le jour du baptême de Jésus, l’Esprit de Dieu est descendu du ciel comme une colombe,  et est venu sur le Fils de l’Homme. Ce jour-là, le Saint-Esprit est entré en Lui. Ce jour-là, le Fils de l’Homme a été rempli du Saint-Esprit. Le Saint-Esprit, c’est le Seigneur. Le temple dans lequel Il est entré, c’est Jésus-Christ homme. Lorsque le Saint-Esprit est entré en Jésus-Christ homme, c’est le Seigneur qui est entré dans Son temple. C’est ce jour – là que le Seigneur qu’ils cherchaient et qu’ils attendaient était entré dans Son temple.  Ainsi,  la Parole de l’Ecriture de MALACHIE 3.1 est accomplie en Jésus-Christ de Nazareth. Jésus-Christ homme est le temple de Jésus-Christ Dieu. Ô, mystère des mystères ! Ô, la Manne Fraîche ! Jésus-Christ homme est le temple de Jésus-Christ Dieu. Le Dieu manifesté en chair est le temple du Dieu-Esprit. Le Seigneur Jésus a été baptisé dans le Jourdain, pour pouvoir accomplir des fonctions sacerdotales spécifiques.

QUELLES SONT LES FONCTIONS SACERDOTALES DE JESUS – CHRIST  ?

Selon l’Ecriture, Jean baptisait du baptême de repentance. Ainsi, les gens confessaient leurs péchés avant de se faire baptiser par lui. Mais, chose étrange, Jésus-Christ, conçu sans péché par le Saint-Esprit, s’est aussi fait baptiser par Jean-Baptiste. En vérité, en vérité, le baptême de Jésus n’est pas un baptême de repentance. Ce baptême est en rapport avec les fonctions sacerdotales du Fils de l’Homme. Sous l’ancienne alliance, avant d’immoler l’animal pour le pardon des péchés, on lui imposait les mains et on confessait les péchés sur lui. C’était une façon symbolique de lui transmettre les péchés commis, de les lui faire porter. Ainsi il devenait coupable devant Dieu, tandis que le pécheur était en quelque sorte justifié. Cet animal, porteur de péchés, mourrait avec les péchés en lui. Et le péché était pardonné. Pour un temps. Dans le Jourdain, il y avait Jean-Baptiste qui représentait symboliquement ceux qui ont péché. Et Jésus représentait l’agneau de Dieu qui devait porter nos péchés. Quand Jean-Baptiste a posé sa main sur Lui, il Lui a transmis symboliquement  les péchés des hommes. En ce moment-là, le Seigneur n’était pas encore entré dans son temple.

En le baptisant d’eau, Jean-Baptiste a lavé Jésus. Or, selon l’Ecriture, le souverain sacrificateur Aaron a été lavé par Moïse le prophète,  avant qu’il ne commence la sacrificature. Ainsi Jean-Baptiste a lavé, c’est – à – dire, a baptisé Jésus de Nazareth,  le souverain sacrificateur, avant que celui-ci ne commence Son ministère. Le baptême d’eau n’a pas fait de Lui un souverain sacrificateur, mais L’a confirmé comme tel. Comprenez-vous les Ecritures et la puissance de Dieu? Vous voyez ! Il a été confirmé en tant qu’agneau qui devait porter nos péchés, et en tant que souverain sacrificateur qui devait entrer dans le lieu très saint, avec le sang de la rédemption éternelle et de  l’abolition du péché. Beaucoup pensent que le sang de Christ a été versé pour le pardon de nos péchés. Ce qu’ils pensent est vrai, mais ce n’est pas tout. Car, avant la mort de Jésus, avant qu’Il ne verse Son sang, les péchés étaient déjà pardonnés. Il est  donc incorrect de dire que le sang de Jésus est versé pour le pardon des péchés. Il faut aller plus loin.  Vous voyez ! Dans LUC 7.48, Jésus dit à la pécheresse : « Tes péchés te sont pardonnés. » Comme vous pouvez le constater, les péchés étaient pardonnés avant que son sang ne soit versé. Le sang de l’Agneau fait mieux que le simple fait de pardonner les péchés : IL LES A OTES. Amen ! En effet, l’Ecriture dit, dans 1 JEAN 3.5, que  « Jésus a paru pour ôter les péchés, et il n’y a point en Lui de péché. » Frères, Jésus n’a donc pas paru pour pardonner les péchés, mais pour les ôter. Et Il les a ôtés. Il ne s’est donc pas limité au pardon des péchés, Il est allé plus loin : Il les a ôtés. Dans HEBREUX 9.26, il est écrit qu’ «  il a paru une seule fois pour abolir le péché par son sacrifice. »  Le péché étant ainsi aboli, Dieu Lui-même ne s’en souvient plus.  Le puissant sang de Jésus a purifié la mémoire même de son Père de tous nos péchés, au point qu’Il ne s’en souvient même plus. C’est ici le mystère de la Manne Fraîche. C’est ici la puissance et l’efficacité incontestables du Sang de la croix. C’est dans ce Sang de l’Agneau que je me confie totalement. Ce précieux Sang de la rédemption qui nous purifie de tout mal est mon absolu. Que serions-nous devenus sans le Sang de la croix ? Sans ce Sang, il n’y aurait ni rédemption, ni salut, ni Eglise, ni nouvelle alliance.

Frères, c’est au bord du Jourdain, après le baptême,  que le Seigneur que les Juifs attendaient depuis belle lurette,  est entré dans son temple. Ce jour-là, « dès que Jésus eut été baptisé, il sortit de l’eau. Et voici, les cieux s’ouvrirent, et il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et une voix fit entendre des cieux ces paroles : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection. » C’est ici le mystère du Seigneur entrant dans son temple. Au Jourdain, le Seigneur, c’est l’Esprit de Dieu. Son temple, c’est le corps de Jésus-Christ de Nazareth. Jésus-Christ homme était le temple du Seigneur pour ce temps-là. Mais, après la mort de Jésus, l’unique  temple du Seigneur, Dieu a changé de temple,  en  faisant  des apôtres et de l’Eglise son temple.  Jésus-Christ homme est l’unique temple de Dieu, mais Il n’est pas le seul temple de Dieu. Il est le temple de Dieu par essence et par excellence. Nous aussi, nous sommes le temple de Dieu. Dieu Lui-même était en Christ réconciliant le monde avec Lui-même. Ce même Dieu qui était en Christ, est aujourd’hui en nous,  pour se révéler à nouveau au monde. C’est au travers de nous qu’Il fait connaître aujourd’hui sa merveilleuse Parole, sa Divinité, sa puissance éternelle, ses perfections invisibles.    Frères, c’est par nous, son temple, qu’Il révèle le salut,  tel que prédit par l’apôtre Pierre dans 1 PIERRE 1.5, lequel salut, d’après l’Ecriture , est prêt à être révélé dans les derniers temps. Frères, il y a donc un salut prêt à être révélé dans les derniers temps dit l’Ecriture. Et nous sommes dans les derniers. Et le salut promis nous est révélé. C’est ici le mystère de la Manne Fraîche. Remarquez que l’apôtre Pierre  a prédit ce salut prêt à être révélé dans les derniers temps,  après la mort et la résurrection de Christ,  le salut du monde. Si Christ,  le salut du monde,  a déjà été révélé, de quel salut parle donc l’Ecriture dans 1 PIERRE 1.5 ? C’est ici l’intelligence qui a de la sagesse. C’est quand Jésus a été crucifié, que le salut qu’Il était, a été pleinement révélé. C’est par le sang de Christ que nous sommes sauvés et justifiés, et que nos péchés ont été abolis. Vous voyez ! Christ crucifié, c’est le mystère révélé du salut. Christ crucifié, c’est le mystère du salut révélé. Sans crucifixion, il n’y a pas de révélation du salut. Le salut n’est révélé que lorsqu’il y a crucifixion. Dans 1 PIERRE 1.18-20, l’Ecriture dit que nous avons été rachetés par le « sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache, prédestiné avant la fondation du monde, et manifesté à la fin des temps, à cause de nous. » Frères, Christ l’Agneau de Dieu,  a été crucifié à la fin des temps. Or, Christ est le salut manifesté en chair. Donc, là où Christ est crucifié, c’est là que le salut est révélé. Christ crucifié est la révélation du salut. Le salut est révélé là où Christ est crucifié. La révélation du salut commence avec la crucifixion de Christ. Nous savons que le Christ Jésus a été crucifié dans les derniers temps, afin de manifester, de révéler le plein salut. Mais l’Ecriture, dans  1 PIERRE 1.5, parle d’un salut qui est prêt à être révélé dans les derniers temps, c’est – à – dire  après la mort de Christ. Ô, j’espère que vous comprenez les Ecritures et la puissance de Dieu. Après le Salut par essence et par excellence révélé dans les derniers temps par le Christ Jésus de Nazareth,  par sa crucifixion, il y a un autre salut prêt à être révélé. Dans les derniers temps. Or, c’est là où il y a crucifixion que le salut est révélé. Les deux sont un.  Cela veut dire qu’après le Christ Jésus, crucifié pour manifester le salut dans les derniers temps pour tous les temps, il y aura des Christs qui seront crucifiés pour révéler le  même salut dans les derniers temps. Souvenez-vous que l’apôtre Paul a été crucifié avec Christ. C’est la Parole. C’est juste. Et Paul était un Christ pour son temps. Pas le Christ, mais simplement un Christ. Il était donc un Christ crucifié dans son temps. Or, là où Christ est crucifié, là, le salut est révélé. Paul étant un Christ crucifié avec l’unique Christ, il était le salut révélé, Jésus-Christ Lui-même étant la plénitude du salut révélé, le salut  par essence et par excellence. Avec la crucifixion de Paul dans son temps, le salut a été révélé pour son âge. Quand il a été crucifié avec Christ, son propre salut a été révélé. Mais,  comme il était le prophète des nations qui a paru dans le premier âge de l’Eglise, sa crucifixion a manifesté le salut pour son âge. C’est par sa parole que ceux de son temps ont pu croire en Jésus-Christ pour être sauvés. Frères, sans crucifixion, il n’y a point de salut. Pour que les gens puissent croient en Jésus-Christ le sauveur,  par la parole de l’apôtre Paul, il a fallu d’abord que ce dernier soit crucifié. Si un prédicateur n’est pas crucifié avec Christ, sa parole ne peut pas amener les gens à croire véritablement en Jésus-Christ. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’en 1995, Dieu m’a fait expérimenter et voir la crucifixion de Jésus. Et cela, avant de me révéler la Manne Fraîche pour ce temps de l’aube. Moi aussi, j’ai été crucifié avec Christ, afin que le salut qui est prêt à être révélé dans ces derniers jours, plus précisément dans le temps prophétique de l’aube,  soit manifesté. A chaque  âge, le salut est révélé au travers des Christs crucifiés avec Christ. Le salut qui est manifesté en ce temps de l’aube,  procède de la crucifixion du Christ de ce temps. Je ne suis pas le Christ, mais seulement un Christ crucifié avec l’unique Christ,  pour la révélation du salut en ce temps de l’aube. Je ne suis pas le Chemin,  mais un chemin conduisant à l’unique  Chemin. Je ne suis pas la Vérité, mais une vérité conduisant à l’unique  Vérité. Je ne suis pas la Vie, mais une vie conduisant à l’unique Vie, qui est le Seigneur Jésus-Christ. Je ne suis pas le Salut, mais un salut conduisant à l’unique Salut. Dans LUC 2.29-30, Siméon dit que ses yeux ont vu le salut de Dieu, en la personne de l’enfant Jésus. Le salut de Dieu est donc une personne. Quand cette personne, Jésus,  a été crucifiée,  le salut a été révélé dans sa plénitude. Quand Christ est entré en Paul, son temple, ce dernier est devenu un Christ. Quand Paul le temple de Christ, a été crucifié avec Christ, le salut a été révélé pour son temps. Frères, la vie se trouve dans le sang. Pour avoir la vie, il faut du sang. C’est pourquoi Christ a été crucifié pour nous. En 1 JEAN 3.16, l’Ecriture dit que nous aussi, nous devons donner notre vie pour les frères, comme Christ a donné sa vie pour nous. Comment Christ a-t-Il pu donner sa vie pour nous ? Par sa crucifixion. C’est aussi par notre crucifixion que nous pouvons donner notre vie pour nos frères. Pourquoi Christ a-t-Il été crucifié ? Pourquoi a-t-Il donné sa vie pour nous ? C’est pour révéler le salut pour nous.  Pourquoi devons-nous donner notre vie pour les frères ? C’est pour révéler le salut pour eux. Quand Paul, le temple du Saint-Esprit pour son temps,  a été crucifié avec Christ, il a donné sa vie pour ceux de son temps. Sinon, pourquoi a-t-il été crucifié avec Christ ?  Spirituellement parlant, il a été crucifié avec Christ, et il a donné sa vie pour ceux qui croiraient en Jésus-Christ par sa parole, qui est la Parole du Seigneur. C’est ici le mystère de la Manne Fraîche réservé aux aigles qui se nourrissent de la chair et du sang du cadavre de MATTHIEU 24.28, en ce temps de l’aube. « En quelque lieu que soit le cadavre, là s’assembleront les aigles. » dit l’Ecriture. Ce mystère dans lequel est caché la partie du plan de la rédemption concernant les derniers temps, a été caché durant  tous les âges ; il est révélé seulement au temps de l’aube,  lorsque l’aigle a pris son envol,  pour aller recueillir la Manne Fraîche. Ce mystère, c’est que le cadavre de MATTHIEU 24.28 est celui d’un agneau. Le Seigneur s’est révélé à nous sous divers emblèmes : Il s’est révélé comme lion, agneau, colombe, aigle. Mais un seul emblème suggère Sa mort : c’est l’agneau. Quand on parle de cadavre, on parle de mort. Le cadavre de MATTHIEU 24.28 est donc le cadavre d’un agneau mort. C’est le corps mort d’un agneau. C’est ici la crucifixion d’un agneau. De même que Christ est l’Agneau crucifié, de même il y a des Christs, qui sont des agneaux crucifiés.  Christ crucifié, c’est le symbole du cadavre. Il est donc le cadavre par essence et par excellence. Il a engendré des cadavres dont le rôle est de donner leur vie pour leurs frères, afin que par eux, le salut soit révélé. L’apôtre Paul, qui a été crucifié avec Christ, était un cadavre. Il «était le cadavre de MATTHIEU 24.28 pour son temps. Il en est ainsi de tous les sept anges des sept Eglises. Chacun d’entre eux, est le cadavre de MATTHIEU 24.28 pour son âge. Là où il y a un cadavre, c’est là que s’assemblent les aigles, dans  les différents temps prophétiques. Au temps du soir, il y a eu un cadavre pour révéler le salut par le message du soir. Au temps de l’aube, il y a un cadavre pour révéler le salut, par la Manne Fraîche. Le cadavre du temps de l’aube n’est pas le Christ Jésus, mais il révèle le Christ Jésus,  par le Saint-Esprit au travers de la Manne Fraîche. Le cadavre du temps de l’aube est le temple dans lequel le Seigneur qu’on cherche est entré. Il est le Fils de l’homme envoyé par le Fils de l’Homme pour manifester le Fils de l’homme d’APOCALYPSE 14.14-16.

Frères, voyez-vous combien est grand le mystère du salut qui est prêt à être révélé dans les derniers temps, selon 1 PIERRE 1.5 ? Nous savons que Jésus-Christ homme était aussi le salut de Dieu. Le temple de Dieu, c’est donc le salut de Dieu. Pour que Dieu qui est le salut puisse agir sur terre pour sauver les gens, Il fait de son temple, le salut manifesté en chair. Puis Il entre dans ce salut manifesté en chair pour révéler le salut. Il fait cela à chaque âge. D’âge en âge, Il change de temple. Le temple de Dieu dans lequel le Saint-Esprit entre, c’est Dieu manifesté en chair. Jésus-Christ de Nazareth était le temple de Dieu en Israël. Il était Dieu manifesté en chair.

LE SEIGNEUR QUE VOUS CHERCHEZ EST ENTRE DANS SON TEMPLE, DIT L’ECRITURE.

Quand le Seigneur entre dans son temple, c’est pour accomplir Sa propre volonté, faire Son œuvre et glorifier Son saint Nom. Quand Il est entré en Jésus-Christ homme, Son temple, Il a accompli la Parole de    l’Ecriture d’ESAIE 35.4-6. Quand le Seigneur, le Saint-Esprit entre en nous qui sommes Son temple, c’est pour accomplir son œuvre. Quand Il est entré dans son temple, qui était Jésus-Christ homme, Il a accompli de puissantes œuvres : Les aveugles ont vu, les boiteux ont marché, les sourds ont entendu, les muets ont parlé, les morts sont ressuscités, et la Parole a été annoncée à toute la création. Quand le Seigneur est entré dans son temple en Jésus-Christ homme, Il a calmé la tempête et la mer. Il a marché sur l’eau, Il a multiplié le pain pour de milliers de personnes. Lorsqu’Il fait de nous son temple, c’est pour accomplir des signes surnaturels par nos mains, pour proclamer sa puissante Parole à toute la création. Vous voyez ! Ce n’est point pour vivre dans la débauche, dans l’adultère, dans l’impudicité, dans les passions et autres convoitises que nous sommes devenus le temple du Saint-Esprit. Le temple du Saint-Esprit est saint. Et c’est ce que nous sommes, dit l’Ecriture. Aussi devenons-nous glorifier Dieu dans notre corps qui ne nous appartient pas. Ne vous y trompez pas : ni les ivrognes, ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les voleurs, ni les menteurs, ni les avares, ne sont le temple du Saint-Esprit. S’il y a un temple de Dieu, il y a aussi un temple du diable. Le corps des enfants de Dieu, c’est le temple de Dieu. C’est dans ce corps que le Saint-Esprit habite. Le corps des enfants du diable, c’est le temple du diable. C’est dans ce corps que Satan et ses anges vivent. Le corps de Judas était le temple du diable. Il n’y avait aucune possibilité que ce corps devienne le corps du Saint-Esprit. Et le corps de    Jésus-Christ de Nazareth était le corps de Dieu. Ce corps a été formé pour un but bien précis, par la volonté souveraine de Dieu.

POURQUOI LE CORPS DE JESUS A-T-IL ETE FORME ?

Le corps de chair de Jésus, c’était le temple de Dieu en ce temps-là. Savez-vous pourquoi son corps a été formé ? Il a été formé pour être un corps du péché. Le corps de Jésus-Christ de Nazareth était-il un corps du péché ? Oui Monsieur. C’est l’Ecriture qui le dit dans ROMAINS 8.3. Dans cette Parole de l’Ecriture, il est écrit que « Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché. » Comme vous pouvez le constater, Dieu a envoyé son propre Fils dans un corps semblable à celui du péché. Il a donc envoyé son propre Fils dans un corps du péché. Le temple dans lequel le Seigneur est entré, pour accomplir la Parole de l’Ecriture de MALACHIE 3.1, n’était rien d’autre qu’un corps du péché, un temple du péché. C’est dans ce corps du péché que le péché a été condamné.  Il est venu dans cette chair du péché, mais Il n’a point connu le péché. Sachez aussi que cette chair du péché a été conçue dans la sainteté la plus absolue. Ce corps du péché était donc saint. C’est ici la Manne Fraîche. Dans la Parole de l’Ecriture de ROMAINS 6.6, il est écrit que  «  notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché. » Vous voyez ! Nous aussi, nous avions un corps du péché, qui a été détruit quand le corps du péché de Christ a été brisé sur la croix. Par le sang de la croix, notre vieil homme a été crucifié avec Christ, pour que notre corps du péché fût détruit. Notre vieil homme,  ayant été crucifié, nous avons maintenant revêtu l’homme nouveau, par Jésus-Christ notre Seigneur, lequel (l’homme nouveau), se renouvelle quotidiennement par la puissance du Saint-Esprit qui habite en nous. Quant à notre corps du péché, il a aussi été détruit au travers de la crucifixion de Christ. C’est juste. Mais, il s’agit du corps spirituel du péché, et non du corps physique du péché. Il y a en effet ces deux sortes de corps en nous : Un corps spirituel du péché , qui est le vieil homme, et un corps physique du péché. Par l’offrande du corps de Jésus – Christ, le vieil homme, qui est le corps spirituel du péché, a été détruit. Quant à notre corps physique du péché, il n’a pas été détruit, mais, il a été sanctifié et purifiée de tout péché. Il sera détruit le jour de la rédemption. Nous aurons alors un nouveau corps, qui sera un corps céleste et glorieux, à l’éclat du soleil, de la lune ou des étoiles. A la nouvelle naissance, nous recevons un nouveau corps spirituel, qui est un corps spirituel de justice, le corps spirituel du péché, ayant été entièrement détruit. Mais, nous gardons notre corps physique du péché, purifié de tout péché, par le Sang de la croix.

Notre corps spirituel du péché ayant été détruit, nous avons revêtu maintenant un corps spirituel  de  justice et de sainteté,  par Jésus-Christ notre Seigneur. Notre corps actuel, le corps physique du péché, purifié de tout péché,  est devenu  le temple du Saint-Esprit.  N’est-il pas écrit dans 1 CORINTHIENS 3.17 : « Si quelqu’un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira; car le temple de Dieu est saint, et c’est ce que vous êtes » ? Vous voyez !  Nous sommes donc le temple de Dieu, lequel est un temple saint. Nous sommes donc saints. Bien que nous soyons saints, nous ne sommes pas encore parfaits. C’est pourquoi d’ailleurs, selon EPHESIENS 4 : 11 – 13, le Seigneur a donné les apôtres, les prophètes, les évangélistes, les docteurs et les pasteurs pour la perfection des saints. Si c’est pour perfectionner les saints,  qu’Il a donné ces cinq ministères de la Parole, cela veut dire qu’on peut être saint, sans être parfait. C’est ici la Manne Fraîche.

Quand Dieu a créé Adam, Il l’a crée dans un corps spirituel, selon GENESE 1 : 27,  puis,  dans un corps de chair, selon GENESE 2 : 7. Le corps spirituel et le corps de chair d’Adam forment  le corps du péché d’Adam. De même que Jésus-Christ homme, le dernier Adam, a eu un corps du péché, de même le premier Adam,  a eu un corps du péché. Quand Dieu a créé le corps du péché du premier Adam, Il l’a créé dans la sainteté la plus absolue. Mais ce corps du péché était destiné à recevoir le péché,  qui est une créature de Dieu. De même,  quand Dieu a formé un corps du péché au dernier Adam,  Jésus – Christ homme, Il l’a formé corps du péché,  destiné à porter nos péchés, nos douleurs et nos souffrances, et à devenir péché pour nous. Frères, le corps du péché du dernier Adam,  était destiné à devenir le péché du monde. C’est ici le mystère de la Manne Fraîche. L’Ecriture dit, dans 2 CORINTHIENS 5.21, que Dieu a fait devenir Jésus  péché pour nous, afin que nous devenions en Lui, justice de Dieu. Jésus  est donc devenu péché, tandis que nous, nous sommes devenus en Lui, justice de Dieu. Le corps du péché du premier Adam a été formé hors du péché, dans la sainteté. Mais,  il était destiné à devenir le temple du péché. Après sa création,  dans la sainteté, Adam a mangé le fruit défendu, le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal.  Or, Dieu lui a dit ne pas manger de cet arbre, car le jour où il en mangerait, il mourrait. Par conséquent, en mangeant de cet arbre défendu, il a désobéi à Dieu. Avant d’en manger, il a dû être incrédule envers la Parole de Dieu. Oui Monsieur. C’est par incrédulité qu’il a mangé de cet arbre de la connaissance du bien et du mal. C’est l’incrédulité qui l’a conduit à désobéir à la Parole de Dieu. C’est ainsi que le péché est entré en lui. Or, Adam était un temple de Dieu.  Le savez – vous ? Par conséquent, avec la chute, le péché est entré dans ce temple de Dieu, qui est devenu le temple temporaire du péché.  Le péché est entré dans le corps du péché du premier Adam, qui était le temple destiné à cela. Quand le péché est entré dans son temple, en Adam, dans le jardin d’Eden, ce temple de Dieu a été souillé et séparé d’avec Dieu. Le Seigneur n’est jamais entré dans le temple qu’Il a créé dans le jardin d’Eden. C’est plutôt le péché qui y est entré. Le premier corps humain sur terre, était celui du premier Adam. C’était le temple de Dieu ,  devenu temple du péché. Le Seigneur n’y est jamais entré. C’est ici la Manne Fraîche. Je sais que ce sont des choses difficiles à expliquer et à comprendre. Et ces choses-là, c’est la nourriture solide,  et non du lait. Nous avons quitté les mamelles de la Parole,  avec le baptême d’eau au Nom du Seigneur Jésus-Christ, avec le fait que la femme ne doit pas enseigner la Parole. Nous sommes maintenant dans la nourriture solide réservée aux aigles,  qui s’assemblent autour du mystère du cadavre de MATTHIEU 24.28, en ce temps de l’aube. Cette nourriture solide du temps de l’aube,  nous est donnée par le serviteur fidèle et prudent de cette heure de l’aube. Le serviteur fidèle et prudent du temps du soir a donné la nourriture du soir. Cette nourriture n’est pas valable au temps de l’aube. Au temps de l’aube, le serviteur fidèle et prudent nous donne la Manne Fraîche. Et cette Manne Fraîche sera proclamée aussi au temps du matin. La fin du temps de l’aube est confondue au début du temps du matin. Lorsque le tabernacle Le Chandelier d’or aura engendré le tabernacle l’Etoile brillante, le tabernacle l’Etoile brillante proclamera la Manne Fraîche au temps du matin. Le tabernacle l’Etoile brillante annoncera la venue de l’Etoile brillante du matin. Et le tabernacle Le Chandelier d’or, que fait-il ? Il annonce aussi l’avènement de l’Etoile brillante du matin. Il est le précurseur du tabernacle l’Etoile brillante et de l’Etoile brillante du matin qui est Christ le Seigneur. Dieu voulant, nous y reviendrons. Le corps du péché de Jésus, était le temple où le Seigneur est entré. Ce corps du péché a été formé pour devenir péché pour nous, par la volonté souveraine de Dieu. Dans HEBREUX 10.5-7, Christ entrant dans le monde, dit à son Père : « Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, mais tu m’as formé un corps. » Ce corps a été formé pour les péchés, pour servir de sacrifice perpétuel pour nos péchés. Il a été formé pour faire la volonté du Père. Cette volonté, c’est de mourir pour nos péchés. Ce corps formé pour nos péchés c’est le temple de Dieu ; c’est aussi le corps du péché. Selon l’Ecriture, dans ESAIE 53, ce corps a été « blessé pour nos péchés », il a été « brisé pour nos iniquités. » Afin que nos péchés soient ôtés, et que nous ne soyons plus esclaves du diable. Ce corps meurtri sur la croix est la source de notre guérison. « Et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. » C’est ici le mystère du corps de Jésus, le temple de Dieu.

Avant que ce corps ne soit meurtri, Christ guérissait déjà les malades. Si tel était le cas, pourquoi donc ce corps a – t - il encore été meurtri ? Je crois que les meurtrissures de Christ ne se limitent pas à une simple guérison, mais à la destruction totale de la maladie, qui n’est rien d’autre que la conséquence du péché. Frères, avec les meurtrissures du corps du péché du Fils de l’Homme, l’heure de la disparition totale a déjà sonné. Mais, cette disparition ne sera effective que lorsque notre corps de chair connaîtra la rédemption, la délivrance, le jour de la rédemption dont parle l’Ecriture dans ROMAINS 8 : 23. Jusqu’à présent nous souffrons étant dans notre corps. Mais, le jour de la rédemption,  qui est le jour de la résurrection, notre corps sera totalement délivré de toute maladie, de toute souffrance, de toute douleur et de toute oppression. Ce jour-là, nous revêtirons  des corps de résurrection, des corps forts et incorruptibles, des corps glorieux et célestes,  à l’éclat du soleil, de la lune ou  des étoiles. Ô, frères ! Nous aurons des corps immortels et éternels. Ceux qui seront vivants  lors de l’apparition du Seigneur sur les nuées de la gloire, seront changés en un clin d’œil. Et nous irons  tous ensemble à la rencontre du Seigneur sur des nuées,  dans les airs. C’est seulement lorsque notre corps corruptible aura revêtu  l’incorruptibilité, que notre corps mortel aura revêtu l’immortalité, qu’il  expérimentera la rédemption ; c’est à partir de ce moment – là qu’il  ne pourra plus jamais tomber malade. Dans ROMAINS 8.23, l’Ecriture dit que « nous qui avons les prémices de l’Esprit, nous aussi nous soupirons en nous mêmes,  en attendant l’adoption, la rédemption de notre corps. » Frères, c’est cette rédemption de notre corps qui mettra fin définitivement à la maladie et aux autres souffrances. Et cette rédemption aura lieu le jour de la résurrection et de l’enlèvement. Ce jour-là, nous serons  dans des temples éternels, par la volonté souveraine de Dieu. Avant les meurtrissures de Jésus, Dieu guérissait déjà les malades. Par conséquent, ce n’est pas pour nous guérir actuellement,  qu’Il s’est laissé meurtrir, mais pour détruire et pour faire disparaître à jamais la maladie. Jusqu’à la création de la nouvelle terre et des nouveaux cieux, nous allons toujours souffrir. C’est seulement sur la nouvelle terre que le Seigneur va créer,  qu’il n’y aura plus de maladie,  en ce qui nous concerne. Savez-vous que même sous le sang des animaux, Dieu guérissait déjà les hommes ? Pensez-y ! De même que le sang de Christ n’a pas été versé  pour que nos péchés soient pardonnés, mais pour qu’ils soient abolis et ôtés, de même son sang n’a pas été donné pour que nos maladies soient guéries,  mais pour  qu’elles soient ôtées à tout jamais. Je prie que le Seigneur nous aide à comprendre les Ecritures et la puissance de Dieu.

DIEU A FORME UN CORPS A SON FILS POUR NOS PECHES, ET POUR QU’IL DEVIENNE PECHE POUR NOUS.

Le Seigneur que les Juifs cherchaient,  est entré dans son temple,  sur la rive du Jourdain, lors du baptême. Il en est de même en chaque âge : Le Seigneur que nous cherchons entre  toujours dans son temple. Une fois qu’Il est dans Son temple, Il est caché aux yeux des sages de ce monde, mais révélé uniquement aux enfants du Royaume des cieux.  Amen ! Dans les derniers jours, avant le jour grand et redoutable, et conformément à MALACHIE 4.5-6, Dieu a promis d’envoyer Elie le prophète. Et Elie le prophète aussi entrera dans son temple.

ELIE LE PROPHETE ENTRE DANS SON TEMPLE

Elie le prophète de MALACHIE 4, c’est l’Esprit d’Elie. Et l’Esprit d’Elie, c’est le Saint-Esprit ramenant le cœur des pères à leurs enfants, et le cœur des enfants à leurs pères. C’est l’Esprit d’Elie rétablissant toutes choses dans les âges. Frères, Elie le prophète que nous attendons est entré dans son temple.

L’ELIE QUE LES JUIFS CHERCHAIENT ETAIT ENTRE DANS SON TEMPLE, EN JEAN-BAPTISTE

Jean-Baptiste était l’Elie qui devait venir, selon le Seigneur Jésus-Christ : « Et si vous voulez le comprendre, c’est lui qui est l’Elie qui devait venir. »  (MATTHIEU 11.14). Jean-Baptiste était l’Elie qui devait venir conformément à la Parole de l’Ecriture de MALACHIE 4.5. Il n’était pas Elie le Thischbite, mais il avait reçu l’Esprit d’Elie, comme Elisée. Le corps de Jean-Baptiste était le temple où était entré l’Esprit d’Elie. Afin de ramener le cœur des pères à leurs enfants. A quel moment le Saint-Esprit, qui est l’Esprit d’Elie, est entré en Jean ? C’est lors de la visite que la vierge Marie, qui avait rencontré l’ange Gabriel, a faite à sa parente Elisabeth. Elisabeth avait six mois de grossesse. Autrement dit, Jean, qui était encore dans le sein de sa mère, avait six mois. Selon    LUC 1.44, lorsque la voix de la salutation de la vierge Marie a frappé l’oreille d’Elisabeth, l’enfant que celle-là portait , tressaillit de joie dans son sein. Jean a été donc rempli de la joie du Saint-Esprit. C’est ce jour-là qu’il a été rempli du Saint-Esprit,  alors qu’il était encore dans le sein de sa mère. Le fœtus Jean était déjà un temple du Saint – Esprit, quand il avait six mois . Et le Saint-Esprit y entra. Le Seigneur que les gens attendaient entra dans son temple, qui n’était qu’un fœtus âgé de six mois. Ce n’est donc pas étonnant que ceux qui le cherchaient,  n’aient pas pu le trouver. Sauf une minorité. L’Elie que les Juifs cherchaient et attendaient était caché dans le ventre d’une femme. Savez-vous que Jean, qui n’avait que six mois, est né de nouveau dans le sein de sa mère ? Oui Monsieur. Il y est né de nouveau. Car,  personne ne peut recevoir le Saint-Esprit,  s’il ne naît de nouveau. Jean est donc né de nouveau dans le sein de sa mère, et il a été rempli du Saint-Esprit. C’est ici le mystère de la Manne Fraîche. A six mois, il était déjà  le temple du Saint-Esprit. A six mois, il était l’Elie qui devait venir. A six mois, il était devenu une nouvelle création. Et il fut rempli de l’Esprit d’Elie,  qui est le Saint-Esprit. Dans JEAN 1.21, Jean dit qu’il n’était pas Elie, alors que le Seigneur dit dans MATTHIEU 11.44, qu’il était l’Elie qui devait venir. Mystère ! A six mois, il était né de nouveau, avant d’être le temple où entra le Seigneur que les Juifs cherchaient. Il nous faut aussi naître de nouveau avant d’être le temple où entrera le Seigneur qu’on cherche. Quand le Seigneur qu’ils cherchaient est entré dans son temple,  qui était Jean-Baptiste, ils ne l’ont point reconnu. Ce Jean-Baptiste en qui était le Saint-Esprit,  avait un style de vie et des  manières étranges. Il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage, et était revêtu de peau d’animal. Il était loin de ressembler aux dignitaires religieux,  toujours bien habillés,  et qui forçaient l’admiration et le respect des uns et des autres. Hormis ces manières bizarroïdes,    Jean-Baptiste prêchait avec beaucoup de violence et d’autorité. «  Races de vipère », dit-il aux Juifs. Il menaçait les gens, leur criait dessus à longueur de journée. Puisse le Seigneur nous envoyer des prophètes comme Jean-Baptiste,  pour mettre de l’ordre dans l’Eglise, pour crier contre le péché, pour annoncer le jugement de Dieu et la seconde venue de Christ, afin que nous achevions notre sanctification dans la crainte de Dieu. Dieu a formé un corps à Jean-Baptiste. Quand il est entré dans ce corps qui était son temple, c’était pour crier contre la race de vipère, contre le péché. C’était aussi pour présenter au peuple d’Israël, l’Agneau de Dieu qui allait ôter le péché du monde. C’était aussi pour accomplir la Parole de l’Ecriture de MALACHIE 3.1, en tant que précurseur de Christ,  et la Parole de MALACHIE 4.5 - 6,  qui consistait à ramener le cœur de pères à leurs enfants, et enfin,  la Parole de l’Ecriture d’ESAÏE 40.3. Frères, si le Seigneur que nous cherchons aujourd’hui entre en nous qui sommes  son temple, Il fera la même chose :

- Accomplir en nous la Parole de l’Ecriture qui nous identifie

- Proclamer Sa propre Parole en nous

- Accomplir les signes promis par  l’Ecriture

- Annoncer Ses vertus, Ses perfections invisibles, Sa Divinité,  et Sa puissance éternelle

- Manifester le fruit de l’Esprit : l’amour, la paix, la joie, la douceur, la fidélité, la patience, la bonté, la bienveillance, la maîtrise de soi.

Si ces choses ne sont pas en nous, nous devons nous poser l’impérieuse question de savoir si nous sommes vraiment le temple du Saint-Esprit. A la nouvelle naissance, Dieu forme pour nous un corps dans lequel Il habite. C’est le temple du Seigneur,  que nous devons garder pur et irrépréhensible,  en évitant de retomber dans les passions et les convoitises charnelles : l’ivrognerie, la cupidité, l’impudicité, l’adultère, l’envie, la gourmandise, la jalousie, les disputes. Car tous ceux qui s’adonnent à ces choses pernicieuses,  n’hériteront point le Royaume des cieux. Eloignez-vous des ténèbres, fils de lumière ! Séparez-vous de tout ce qui est impur!  Le temple de Dieu est saint,  et c’est ce que nous sommes. N’est pas le temple de Dieu qui veut, mais celui qui remplit les conditions et les exigences de Dieu, à savoir : La nouvelle naissance, le baptême du Saint – Esprit, et  la vie de sanctification et d’obéissance. Après Jean-Baptiste,  je peux citer Moïse,  le prophète qui fut le temple de Dieu en son temps.

MOISE ETAIT  LE TEMPLE DE DIEU

Moïse a été le temple où était entré le Seigneur que les enfants  d’Israël cherchaient. Dans GENESE 15.13-14, Dieu dit à Abraham que les enfants d’Israël seront étrangers dans un pays où ils seront asservis. Mais,  Il promet de juger ce pays, et de les délivrer. Au temps de Moïse,  les enfants d’Israël étaient asservis en Egypte. Ils criaient et attendaient leur délivrance de la part du Dieu de leur père. Et Dieu a entendu leurs cris et leurs supplications. Il leur a donc envoyé Moïse,  Son prophète. Mais, avant de l’envoyer,  Il l’a fait Dieu. Oui Monsieur. Moïse a été fait Dieu par Dieu,  selon EXODE 7.1. Il était donc devenu le temple de Dieu. Le Seigneur que les enfants d’Israël cherchaient et attendaient,  pour leur libération,  entra dans son temple, qui était  Moïse. Et ceux qui Le cherchaient, ne L’avaient pas vu ; et ils L’avaient  rejeté. Ils ont rejeté le Seigneur qu’ils cherchaient, et qu’ils attendaient pour leur délivrance. Parce qu’ils ne L’avaient pas vu, à cause du voile dans lequel Il s’est caché. Ce voile, était Moïse. Quand le Seigneur à qui ils ont crié pendant des années, pour leur délivrance, vint à eux, en prenant la forme de    Moïse, qui était semblable à eux, ils ne l’avaient point reconnu, et ils l’ont rejeté. Seule une minorité L’avait vu et reconnu. C’est la même chose dans tous les âges. Les hommes cherchent Dieu ; et Dieu vient à eux, ils Le rejettent, parce que Celui – ci entre dans Son temple, qui est le corps humain. C’est ce qui est arrivé aux enfants d’Israël.

Ils ont rejeté la Divinité de Moïse,  tout en acceptant celle d’un veau d’or. Moïse, qui était Dieu, et qui a été envoyé par Dieu, pour leur libération, devint leur ennemi. Plusieurs fois, ils ont voulu le lapider. Ils ont rejeté son message, malgré les puissants signes qu’il fit. Leur aveuglement était tel qu’ils ne faisaient que contester avec Moïse, l’homme fait Dieu par Dieu. Et ce,  parce qu’ils avaient reçu un don de prophétie, et qu’ils prophétisaient. Ils contestaient avec lui, car ils ne le voulaient pas comme chef. Ils ne voulaient pas qu’un seul homme soit établi sur tout le peuple, car ils se considéraient aussi saints que lui. Ils voulaient conduire le peuple de façon collégiale. Ce même esprit de rébellion et de vanité agit dans certains milieux dits chrétiens. Dans ces milieux, on vous dit : Chez nous ici, il n’y a pas de chef, de pasteur. Il n’y a personne qui émerge et qui écrase les autres. Il y a plutôt un collège d’anciens qui dirige le troupeau. Ceux qui enseignent ces choses pernicieuses et dépourvues de sens, veulent montrer leur spiritualité, mais en réalité, ce qu’ils montrent, c’est leur stupidité. Ils disent que c’est le collège des anciens qui doit conduire l’Eglise. Qu’on me dise qui a établi ce collège ? Si c’est un homme qui l’a établi, alors cet homme émerge, et il est leur chef. Ces gens font des annonces pendant le culte. Ils ne me diront pas que les anciens rédigent ces annonces en même temps, et qu’ils se mettent tous ensemble à faire des annonces. Si c’est un seul qui fait ces annonces, il y a problème : Soit il s’est autoproclamé comme celui qui doit faire les annonces, auquel  cas nous avons affaire à un esprit dominateur et dictatorial ; soit c’est quelqu’un qui l’a désigné pour faire des annonces. Dans ce cas, celui qui l’a désigné devient son chef. A Bouaké, avant la crise de 2002, j’ai croisé ce genre de chrétiens. Je leur ai dit que leur doctrine est diabolique. Quand Paul écrivait ses épîtres à Timothée, pourquoi n’écrivait – il pas au collège d’anciens? Même s’il écrivait au collège d’anciens, dans ce collège, il y aurait quelqu’un à qui on remettrait la lettre. Je ne suis pas contre la direction collégiale de l’Eglise, car c’est que nous faisons dans ce     Tabernacle. Mais, le collège d’anciens ici, est dirigé par un responsable. Je demande à ceux qui enseignent ces choses pernicieuses, s’il n’y a pas de chef dans leur maison. Voilà des gens, sur qui sont établis des supérieurs hiérarchiques au service, mais qu’ils ne veulent pas de chef dans l’Eglise. Vous voyez ! Ce sont des plaisantins. Ils pensent que l’Eglise est un lieu de désordre. S’ils sont sûrs qu’il ne faut pas qu’on établisse un chef sur eux, qu’ils refusent aussi d’avoir des supérieurs hiérarchiques établis sur eux au service. C’est en ce moment – là, que moi, frère Christ – Moïse, je les prendrai au sérieux.

Les enfants d’Israël ne voulaient pas que Moïse soit leur chef, car disaient – ils, tous étaient saints. Ils ont oublié que Dieu a pris l’Esprit qui était sur Moïse,  et l’a mis sur eux. Si personne ne doit émerger dans    l’Eglise, pourquoi ne t’es – tu pas baptiser  d’eau toi – même ? Je suis contre le fait qu’on tyrannise les gens, mais je suis pour qu’il y ait un berger, un pasteur, un chef établi sue les autres. Celui – ci doit naître de nouveau, et être rempli du Saint – Esprit, et avoir en lui les sentiments d’humilité qui étaient en Christ. Sinon, il n’est pas un vrai chef.

L’orgueil, la vanité, l’envie et la jalousie ont aveuglé les enfants d’Israël, au point que personne d’entre eux n’est entré à Canaan , excepté Josué et Caleb. Moïse était Dieu manifesté en chair en ce temps-là. Il était le Dieu d’Israël en ce temps-là. Il était le temple de Dieu, le temple où le Seigneur est entré, afin de délivrer les enfants d’Israël. Ils attendaient que le Seigneur vienne les délivrer. Mais,  quand Il est venu pour leur délivrance,  ils l’ont purement et simplement rejeté. Parce qu’Il est entré dans son temple. Le problème des gens, c’est qu’ils n’aiment pas le temple où Dieu entre pour faire son œuvre. Ils prétendent aimer Dieu,  mais ils détestent le temple où Dieu habite. Ce faisant, c’est Dieu Lui-même qu’ils détestent. Car Dieu et son temple sont un. Les gens ne peuvent pas concevoir que l’homme soit Dieu. Or, c’est l’Ecriture même qui dit que Dieu a fait Moïse Dieu.

Dans JEAN 10.34-35, le Fils de l’Homme, Jésus-Christ Lui-même dit que ceux à  qui la Parole de Dieu vient,  sont appelés Dieux. Et la    Parole de Dieu est venue à Moïse, à Jérémie, à Ezéchiel, à l’apôtre Pierre, à l’apôtre Paul. Ce sont donc des Dieux, le Seigneur Jésus-Christ          Lui-même étant l’unique Dieu, le Dieu par essence et par excellence. Dans PSAUMES 82.6-7, Dieu Lui-même parle  aux Fils de Dieu,  en ces termes : « Vous êtes des Dieux. » « Cependant,  vous mourrez comme des hommes », ajoute-t-Il. Chaque fois que Dieu entre dans un prophète, dans un homme pour le faire Dieu, très peu Le voient,  et Le comprennent véritablement. C’est ici le mystère de la Divinité de l’homme, et le mystère de la piété. Moïse était le temple où était  entré le Dieu d’Israël, afin de se révéler à Son peuple, et afin de le sauver de la servitude.  Les enfants   d’Israël souffraient beaucoup dans le pays d’Egypte, à cause de la servitude et des traitements affligeants que Pharaon leur imposait. Ils gémissaient, et criaient, afin que Dieu vienne les délivrer. Dieu ayant entendu leurs cris et leurs gémissements, et ayant vu leurs souffrances, a décidé d’aller les délivrer de la main du Pharaon. Pour ce faire, Il a choisi un temple dans lequel Il devait entrer : C’était Moïse. C’est quand Il est entré dans Son temple, qui était le corps de Moïse, qu’Il est apparu aux enfants d’Israël. Mais, la plupart des enfants d’Israël ne L’ont pas reconnu. Vous voyez ! Le Seigneur à qui ils ont crié, et le Seigneur qu’ils ont cherché pendant des années, est venu vers eux. Mais, ils ne L’ont pas reçu. Pourquoi ? Parce que le Seigneur a pris la forme de Moïse, et est venu vers eux, comme un simple homme. Frères, le Seigneur que vous cherchez en ce temps de l’aube, viendra vers vous, en prenant la forme d’un simple homme, et vous ne Le recevrez pas. C’est ici la Manne Fraîche.

Le jour de la pentecôte, le Seigneur que les apôtres cherchaient,  entra dans son temple.

LE SEIGNEUR QUE LES APOTRES CHERCHAIENT ENTRA DANS SON TEMPLE

Dans la chambre haute, cent vingt disciples environ persévéraient dans la prière. Ils attendaient quelque chose : L’accomplissement de la promesse du revêtement de la puissance d’En-haut. Le Saint-Esprit, qui est le Seigneur, devait tomber sur eux,  et les revêtir de la puissance de résurrection. Ils devaient être baptisés du Saint-Esprit et de Feu. Le jour de la pentecôte, le Seigneur qu’ils cherchaient dans la prière persévérante, et qui n’était personne d’autre que Christ, entra dans son temple. Son temple ce jour-là, c’était à la fois les individus et le groupe. «  Tout à coup il vint du ciel  un bruit comme celui d’un vent impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient réunis.  Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d’eux. Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer. » Vous voyez ! Quand le Seigneur, qu’ils cherchaient et attendaient, dans la prière,  est entré dans Son temple, qui est   l’Eglise, il y a eu des manifestations surnaturelles : Les disciples de Jésus ont parlé en d’autres langues par la puissance du Saint-Esprit,  qui agissait en eux. Ils ont parlé ce jour-là des langues maternelles, au point que la multitude était confondue, « parce que chacun les entendait parler dans sa propre langue. » Le Seigneur que les disciples cherchaient dans la chambre haute, entra dans Son temple. Chacun des disciples était Son temple. Le groupe des cent vingt était aussi Son temple. C’est ainsi que, dans la chambre haute,  est née l’Eglise que le Seigneur Jésus-Christ a promis de bâtir,  dans MATTHIEU 16.18. Cette Eglise du Seigneur est le temple de Dieu, la maison de Dieu. Elle est composée de gens  nés de nouveau, sanctifiés par l’offrande du corps de Jésus – Christ, qui sont remplis du Saint-Esprit, et  qui ont reçu le don du Saint-Esprit. Quelqu’un peut être à l’Eglise, et ne peut pas être membre de l’Eglise. Car, pour être membre de l’Eglise,  qui est le corps de Christ, il faut nécessairement naître de nouveau, et  recevoir le don du Saint-Esprit. Dans HEBREUX 3.5-6, l’Ecriture dit que Moïse a été fidèle dans toute la maison de Dieu. Cette maison de Dieu, c’était le peuple d’Israël. C’est ici la Manne Fraîche.  Elle dit aussi que Christ,  est fidèle dans sa maison. Et sa maison, c’est nous l’Eglise,  qu’Il s’est acquise au prix très élevé de Son sang. Cette Eglise, qui est la maison de Dieu, le temple de Dieu, est aussi la femme de l’Agneau, l’Epouse de Christ. Elle est unie à Christ par le sang de la croix,  et par l’Esprit de sanctification. Le Seigneur Jésus-Christ vit dans son Eglise,  qui est Son corps. Je ne parle pas des dénominations évangéliques, pentecôtistes, branhamistes, catholiques, méthodistes. Je parle de ce peuple acquis, de ce sacerdoce royal, de cette nation sainte,  et bénie de Dieu. Je parle de cette Eglise sainte, glorieuse et irrépréhensible dont le chef suprême est Jésus-Christ,  le Seigneur. Je parle du corps de Christ auquel on ne peut appartenir que par le baptême dans l’Esprit du Dieu vivant, comme le dit l’Ecriture dans 1 CORINTHIENS 12.13. On n’y entre pas en lisant seulement la Bible, encore moins en lisant mes brochures. On y entre par le baptême du Saint-Esprit et de Feu. On peut entrer dans les dénominations évangéliques et pentecôtistes, et dans les religions d’Etat,  comme l’Eglise catholique et méthodiste par plusieurs moyens charnels. Mais, on ne peut entrer dans le corps de Christ,  que par le baptême du Saint-Esprit et de Feu. Et c’est le Seigneur qui baptise du Saint-Esprit et de Feu. C’est pourquoi nous devons tous Lui obéir. Dans la chambre haute, se trouvait un homme, Pierre qui était le temple que le Seigneur avait choisi pour révéler Sa Parole. Quand Il est entré dans son temple qui était Pierre, Il a remis à ce dernier, les clés du Royaume des cieux. Alors, Pierre est devenu le mystère de la Porte étroite, Jésus – Christ Lui – même étant l’unique Porte étroite.

En ACTES 10, l’Ecriture nous parle d’un homme pieux et craignant Dieu, Corneille. Cet homme cherchait le Seigneur, et priait continuellement. Mais,  le Seigneur qu’il cherchait,  était entré dans Son temple, qui était   Pierre. Pour pouvoir trouver le Seigneur qu’il cherchait, il devait d’abord trouver Pierre. C’est ici la Manne Fraîche.  C’est ici le mystère de la Parole faite chair nous conduisant à l’unique  Parole qui est Christ. Comme il persévérait dans la prière, Dieu lui envoya un ange, qui lui dit d’envoyer chercher Simon Pierre,  qui lui dirait des choses par lesquelles il serait sauvé, lui et sa famille. Pourquoi Dieu a voulu que Pierre vienne chez Corneille ? C’est parce que le Seigneur qu’il cherchait tant,  était en Pierre, Son temple. Trouver Pierre, c’était trouver le Seigneur. Voir Pierre, c’était voir le Seigneur. Ecouter Pierre, c’était écouter le Seigneur. Quand Pierre est arrivé chez Corneille, il a prêché le Seigneur Jésus-Christ qui était en lui, et que Corneille cherchait. Et ce jour-là, le Saint-Esprit tomba sur Corneille. Il entra en lui. Le Seigneur qu’il cherchait, et qui était en Pierre,  il L’a trouvé au travers de l’apôtre.  Et il entra aussi en lui. Ce n’était pas l’esprit de Pierre qui entra en      Corneille, mais l’Esprit de Christ,  qui était en lui. Si on vous prêche Christ, vous ne pouvez recevoir que Son Esprit. Quand Corneille a reçu l’Esprit de Christ, il est devenu le temple dans lequel le Seigneur est entré. Avez-vous remarqué les dispositions particulières dans lesquelles était Corneille avant l’arrivée de Pierre chez lui ? L’Ecriture dit qu’il « était pieux et craignait Dieu, avec toute sa maison ; il faisait beaucoup d’aumônes au peuple, et priait Dieu continuellement. » Ces dispositions spirituelles lui ont été favorables, et ont joué un grand rôle dans ce qui s’est passé dans sa vie.  Mais, ce n’était pas la chose essentielle. La chose essentielle, c’est qu’il devait voir Pierre, et croire en lui ; car, pour la circonstance, il était le Fils de l’homme qu’on devait, et en qui on devait croire. Il n’était pas le Fils de l’Homme, Jésus – Christ, mais un Fils de l’homme. Il était le Fils de l’homme de son temps. C’est la pure Parole, la Manne Fraîche. Dieu a tout de même pris en compte ses bonnes œuvres. Au point que l’ange du Seigneur lui dit : « Tes prières et tes aumônes sont montées devant Dieu,  et il s’en est souvenu. Envoie maintenant des hommes à Joppé, et fait venir Simon, surnommé Pierre. » Frères, Dieu se souvient toujours de nos prières, de nos supplications, de nos offrandes,  et de tout ce que nous faisons dans Sa maison. Et Il nous le rend au centuple. Que se serait-il passé, si Corneille ne priait pas continuellement, et ne faisait pas d’aumônes ? Pensez-y ! Remarquez aussi que c’est Dieu Lui-même qui a voulu que Corneille envoie chercher Pierre. Vous voyez ! Dieu a conduit un homme vers un autre homme. Pensez- y ! Pourquoi  l’a-t-il fait ? Il l’a fait parce que c’était Pierre qui avait les clés du royaume des cieux, et  les paroles de la vie éternelle. Le Seigneur savait que ces clés - là se trouvaient avec l’apôtre Pierre, et qu’il fallait que l’apôtre parle à Corneille. Vous voyez ! Il est donc important pour nous de savoir aujourd’hui qui a les clés du royaume des cieux,  et  qui a les Paroles de la vie éternelle. Pierre était le temple où le Seigneur que    Corneille cherchait,  entra. Il était aussi le mystère de la Porte étroite. Je sais que maintenant, beaucoup vont se retirer de moi, à cause de cette déclaration formelle : Pierre était  le mystère de la Porte étroite.  Mais, je le répète : Il était la Porte étroite, sans être la Principale Porte étroite. Il était la porte,  parce qu’il avait les clés du royaume des cieux. Quiconque a ces clés, devient la porte.  Il était la porte étroite par laquelle Corneille a pu entrer dans le royaume des cieux,  par la Porte étroite,  qui est le Seigneur Jésus-Christ.  En vérité, en vérité, Pierre était une Porte étroite conduisant à l’unique Porte étroite, à  la Porte étroite par essence et par excellence, qui est le Seigneur Jésus-Christ. Jésus – Christ est la seule et  unique Porte étroite.

Ô, la Manne Fraîche ! Le Seigneur dit dans Sa Parole, dans  MATTHIEU 7. 13 – 14, d’entrer par la Porte étroite. Et nous savons qu’Il est  l’unique Porte étroite, la Porte étroite par essence et par excellence ;  et qu’Il est unique en Son genre. Il est l’unique Porte étroite. Pas la seule Porte étroite, mais l’unique Porte étroite. C’est ici le mystère de la Manne Fraîche. Par la parole de qui,  Corneille a été sauvé ? Par la parole de Pierre.  Car, il était une Porte, qui a conduit Corneille à l’unique Porte, à la Porte par essence et par excellence, Jésus – Christ. Par  la parole de  qui,  a – t – il  reçu le don du Saint-Esprit ?  Par la parole de Pierre.  Par la parole de qui,  a – t- il  cru en Jésus – Christ ? Par la parole de  Pierre, et non par la parole de Jésus-Christ homme, dans la mesure où        Jésus-Christ homme  n’a jamais  prêché directement à Corneille. Dans JEAN 17.20, le Seigneur dit qu’Il a prié pour ceux qui croiraient en Lui par la parole de Ses apôtres. C’est ainsi que Corneille a cru en Lui,  par la parole de Pierre. Pierre était donc la Porte étroite qui a conduit Corneille à l’unique Porte étroite, à  la Porte étroite par essence et par excellence,  qui est Christ notre Absolu. C’est la pure Parole, la Manne Fraîche.

Dans MATTHIEU 16.18, le Seigneur parle des portes du séjour des morts qui ne prévaudront point contre Son Eglise. Je crois que ces portes du séjour des morts sont les faux prophètes et les faux docteurs qui éloignent les gens de la Véritable Eglise de Christ. Ceux – ci enseignent de fausses doctrines, qui, de toutes les façons, ne prévaudront point contre la saine doctrine. Ces fausses doctrines, ne pourront faire de mal à aucun enfant de Dieu, ni nous séduire. S’il ya des portes du séjour des morts, il y a aussi des Portes du royaume des cieux. C’est un mystère que je dis : Le Seigneur parle des portes du séjour des morts qui ne prévaudront point contre Son Eglise. L’Eglise est composée de personnes, qui croient en Lui. Je crois qu’Il oppose, dans cette Parole de l’Ecriture, Son Eglise au séjour des morts. Si donc le séjour des morts a des portes, c’est que l’Eglise aussi a des portes. Or, la porte, d’après l’Ecriture, dans JEAN 10. 9, c’est Christ. Donc, la porte est une personne. Les portes du séjour des morts, ce sont donc des personnes. Comme je l’ai déjà dit, l’Eglise aussi a des portes. Ces portes, sont aussi des personnes. C’est ici la pure Parole, la Manne Fraîche. La Porte principale de l’Eglise, c’est le Christ Jésus. Il est l’unique Porte, la Porte par essence et par excellence, et Il est unique en Son genre. C’est par cette Porte, qui est Christ, que nous pouvons entrer au Paradis. Mais, ce que vous devez savoir, c’est qu’il y a des portes secondaires sur la terre, qui nous conduisent à la Porte principale. L’apôtre Pierre, par exemple, est une porte secondaire, qui a conduit Corneille et sa maison, à la Porte principale, qui le Christ Jésus. Car, c’est Pierre qui leur a dit les choses par lesquelles ils ont été sauvés. (ACTES 11. 13 – 14). C’est quand il prêchait la Parole, que le Saint – Esprit tomba sur eux. Vous voyez ! Ils ont reçu le Saint – Esprit de Pierre et de son ministère. Or, celui qui a le baptême du Saint – Esprit entre dans le Corps de Christ. C’est donc par Pierre qu’ils y sont entrés. Voilà pourquoi je dis, par la Manne Fraîche, que Pierre est une porte. Il est une porte secondaire, qui a conduit Corneille et sa maison, à la Porte principale, à l’unique Porte, qui est le Christ Jésus.

Frères, je vous le dis, en vérité, en vérité : Si Pierre avait les clés du Royaume des cieux, c’était parce qu’il était une porte du Royaume des cieux, Jésus – Christ Lui – même étant l’unique Porte, la Porte principale, la Porte par essence et par excellence. Pierre était une Porte étroite, par laquelle, Corneille et sa maison, étaient parvenus, à l’unique Porte étroite, à la Porte étroite principale, à la Porte étroite par essence et par excellence, Jésus – Christ. Je sais que plusieurs ne seront pas d’accord avec moi, en ce qui concerne le mystère de la Porte étroite, pourtant, c’est la Vérité. Si Pierre n’était pas une Porte étroite, pourquoi avait – il les clés du Royaume des cieux? S’il n’était pas une Porte du Royaume des cieux, pourquoi avait – il ces clés – là, qui ne sont pas n’importe quelles clés? Frères, ce sont les clés du Royaume des cieux, les clés du Paradis céleste. Pensez – y ! Quand le Seigneur Jésus – Christ homme prêchait l’Evangile, Il avait ces clés – là. Comme Il savait qu’un jour viendrait où Il ne serait plus là physiquement, Il fit la promesse solennelle de les remettre à Pierre. Et, je crois qu’Il les a remises à Pierre, le jour de la Pentecôte, quand le Saint – Esprit tomba sur lui, pour le revêtir de Feu. Ce jour – là, quand il prêchait le  Seigneur Jésus – Christ, il avait les clés du Royaume des cieux. Avec ces clés, il ouvrit la Porte du Royaume des cieux à trois mille hommes environ. Ce jour – là, il était aussi la Porte étroite, qui conduisit les trois mille hommes, à l’unique Porte étroite, Jésus – Christ.

A chaque âge, le Seigneur pourvoie à une Porte étroite, à un chemin resserré, qui est le Temple dans lequel Il entre. Cette Porte étroite, qui a les clés du Royaume des cieux, doit conduire le peuple saint et mis à part, à Christ, l’unique Porte étroite. Avec les clés du Royaumes des cieux qui étaient en sa possession, Pierre a pu ouvrir la Porte du ciel à Corneille. C’est ici la volonté de Dieu pour nous : Que celui qui a aujourd’hui les clés du Royaume des cieux, nous ouvre la Porte de ce Royaume ! Que celui qui est la Porte étroite aujourd’hui, nous conduise à l’unique  Porte étroite, Jésus – Christ.  En vérité, en vérité,  ce n’était pas Pierre le fils de Jonas,  qui était la Porte étroite, et qui avait les clés du    Royaumes des cieux, mais,  Pierre Fils de Dieu et Fils de l’homme. Ce n’est donc pas non plus, frère Abokon François fils d’Abokon,  qui a reçu les clés du Royaume des cieux,  et qui est la Porte étroite en ce temps de l’aube, mais frère  Christ – Moïse,  Fils de Dieu et Fils de l’homme. Avant de recevoir les clés du Royaume des cieux pour ce temps de l’aube, j’ai été placé par le Seigneur dans ma position de Fils de Dieu, et de Fils de l’homme. J’ai donc été adopté, et j’ai reçu l’Esprit d’adoption. Le  Seigneur m’a fait Fils de l’homme, en m’appelant de ce nom, avant de me révéler la Manne Fraîche, et avant de commencer à prêcher cette Manne Fraîche. J’ai fait l’expérience de la nouvelle naissance, et du baptême du Saint – Esprit et de Feu, j’ai vu Christ crucifié dans une vision, et je L’ai aussi vu, ressuscité, j’ai entendu Sa voix me mandatant pour annoncer Sa Parole à Son peuple, avant qu’Il ne me donne les clés du Royaume des cieux. Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui prêchent la Parole par envie. Ceux – ci n’ont jamais vu Celui qu’ils prêchent Jésus – Christ. Ils n’ont jamais entendu Sa voix. Ils prétendent que le Seigneur les a envoyés, comme ambassadeurs. Pourtant, ils ne L’ont jamais vu, ni entendu. Un ambassadeur, dans le naturel, est envoyé par le Chef de l’Etat, auprès d’un autre état. Le Chef de l’Etat l’appelle, de vive voix, lui donne les lettres de créance, et le mandate. L’ambassadeur voit donc celui qui l’envoie, et parle avec lui. Les employés de l’ambassade, ne sont pas obligés de voir le Chef de l’Etat face à face. Ils travaillent à l’ambassade sous le mandat de l’ambassadeur, qui est lui – même mandaté par le Chef de   l’Etat. C’est un type de la fonction d’ambassadeur que nous faisons pour Christ. En tant qu’ambassadeur de Christ, et pour Christ, j’ai vu le       Seigneur Jésus – Christ, qui m’envoie vers vous. Il m’a donné ma lettre de créance, qui est la Manne Fraîche. Il m’a donné le mandat pour parler en Son Nom. Ceux que j’engendre en Jésus – Christ par l’Evangile, peuvent ne pas voir le Seigneur, car ils travaillent sous le couvert de mon ministère, sous mon mandat.

Frères, prenez garde à tous ces soi – disant hommes de Dieu, qui bouquinent, et qui cherchent l’inspiration dans des livres écrits par des gens que le Seigneur n’a pas mandatés pour écrire. Méfiez – vous des gens qui écrivent à l’Eglise de Dieu, sans mandat Divin, car ce sont des imposteurs et des brigands. Dans APOCALYPSE 1. 11, c’est le Seigneur qui a dit à Jean d’écrire aux sept Eglises. Il ne s’est donc pas levé un matin, pour écrire. Moi – même, si j’écris aujourd’hui, c’est parce que j’en reçu l’ordre de la part du Seigneur. En effet, avant la crise de 2002, Il m’a dit que j’allais un jour écrire mes prédications. Méfiez – vous de ces  soi – disant hommes de Dieu, qui font de la maison de Dieu, un lieu de désordre, où on fait les choses sans mandat Divin. Je prêche la Parole du Seigneur, parce que j’ai un mandat.

Dans APOCALYPSE 5.6, l’Ecriture nous présente un « agneau qui était là comme immolé. Il avait sept cornes et sept yeux, qui sont les sept Esprits de Dieu. » Ces sept Esprits de Dieu, sont sept Saint - Esprits, sept Dieux. Remarquez que le mot ‘‘Esprit ‘’ est écrit avec un ‘‘E’’ majuscule (Version Darby). Cela veut dire qu’il s’agit bien de sept  Saint - Esprits de Dieu. Selon APOCALYPSE 4.5, ces sept Esprits de Dieu, sont sept lampes ardentes. Et selon JEAN 5.35, Jean, qui était prophète, était une lampe ardente. Par conséquent ces sept Esprits de Dieu, qui sont sept lampes ardentes, sont aussi sept prophètes. Et ces sept prophètes,  ce sont sept temples où le Seigneur que nous cherchons entre pour accomplir Sa volonté,  et Son merveilleux plan de rédemption. Les sept Esprits de Dieu, ce sont sept prophètes dans lesquels,  l’unique Esprit de Dieu habite,  pour révéler  la Parole de Seigneur pendant les sept âges de l’Eglise. A chaque âge, il y a un temple de Dieu où le Seigneur que cherchent les gens de l’âge en question,  entre, pour se révéler en se cachant, et pour se cacher en ce révélant. En ce temps de l’aube, Dieu a pourvu à Son temple,  où Il se révèle en ce cachant,  et se cache en se révélant. Très peu trouveront ce temple de Dieu. Car, il est une Porte étroite. Il n’est pas la Porte étroite par essence et par excellence, mais une  Porte étroite destinée à vous conduire à Christ. En tant que Porte étroite en ce temps de l’aube, je vous conduis à l’unique Porte étroite, qui est  Jésus – Christ, le Dieu Tout – puissant. Frères, très peu trouveront cette porte étroite du temps de l’aube, qui est ici ce matin, pour vous conduire à la Porte étroite de tous les temps, à l’unique Porte étroite, à la Porte étroite par essence et par excellence, Jésus – Christ, le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs et le Dieu des dieux.

Ce temple de Dieu pour ce temps de l’aube, c’est le tabernacle Le Chandelier d’or. Le tabernacle Le Chandelier d’or, est une personne, qui a pour vocation Divine d’engendrer  en Jésus – Christ, par la Parole vivante,  la personne du tabernacle l’Etoile brillante. L’incarnation de la personne du tabernacle l’Etoile brillante se fera réellement lorsque la personne du tabernacle le Chandelier d’or quittera la scène prophétique. Aussi longtemps que la personne du Tabernacle le Chandelier d’or exerce son ministère prophétique, la personne du tabernacle l’Etoile brillante doit conduire les gens à la personne du Tabernacle le Chandelier d’or, qui est la Porte étroite au temps de l’aube, qui à son tour, les conduit à l’unique Porte étroite. Dans ACTES 8, Philippe a prêché la Parole, et des gens ont été gagnés. Il les a baptisés au Nom du Seigneur Jésus – Christ. Après son œuvre d’évangéliste, les âmes qu’ils a gagnées, ont été conduites aux apôtres Pierre et Jean. Et ces apôtres, les ont conduites véritablement à Christ. Frères, l’évangéliste Philippe a gagné des âmes. Mais, son ministère n’a pas la vocation céleste de conduire ces âmes au baptême du Saint – Esprit. C’est le ministère prophétique qui a la vocation céleste de conduire au baptême du Saint – Esprit. C’est pourquoi, les âmes que Philippe a gagnées, ont été conduites à Pierre et à Jean. Quand ces deux apôtres, qui étaient des prophètes, ont prié pour les Samaritains, et leur ont imposé les mains, ceux – ci ont reçu le Saint – Esprit. Vous voyez ! Les âmes gagnées par l’évangéliste Philippe, ont été conduites à Pierre et à Jean, qui, à leur tour, les ont conduites au Seigneur, en priant pour qu’elles reçoivent le Saint – Esprit. Il en est de même du Tabernacle l’Etoile brillante et du Tabernacle le Chandelier d’Or.  La personne du Tabernacle l’Etoile brillante doit conduire les gens à la personne du Tabernacle le Chandelier d’Or, qui à son tour, les conduit à la glorieuse Personne de Christ, au travers du baptême du Saint – Esprit.

Au temps de l’aube, la personne du Tabernacle le Chandelier d’or et la personne du Tabernacle l’Etoile brillante sont une seule et même personne. Cette personne est l’incarnation de la Manne Fraîche. Au temps de l’aube dans lequel nous sommes aujourd’hui, le temple dans lequel le Seigneur est entré, s’appelle Tabernacle le Chandelier d’or. Ce temple de Dieu engendre des temples de Dieu pour le Temple de Dieu qui vient. Ce Tabernacle le Chandelier d’or deviendra le Tabernacle   L’Etoile brillante au temps du matin.  Souvenez – vous de ceci : La fin du temps de l’aube se confond au début du temps du matin. Celui que le Tabernacle l’Etoile brillante a engendré, deviendra le Tabernacle l’Etoile brillante. Alors le Tabernacle l’Etoile brillante disparaîtra pour laisser la place au Tabernacle l’Etoile brillante. Le Tabernacle le Chandelier d’or a engendré un fils mâle par la Parole prophétique de l’heure, par la Manne Fraîche. Ce fils mâle, qui est le temple de Dieu qui vient, manifestera le Tabernacle l’Etoile brillante, étant lui-même le Tabernacle l’Etoile brillante, prêchant la venue de l’Etoile brillante du matin.

Frères, le Seigneur que les Juifs cherchaient et attendaient, c’était le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Mais, quand ce Dieu – là est venu à eux, en prenant une simple forme humaine, la plupart d’eux ne L’ont pas reconnu. Ainsi, ils ont manqué le jour de leur visitation. La chair du péché dans laquelle, Il est devenu un simple homme, et dans laquelle Il leur a paru, L’a caché à leurs yeux. Pourtant, ils avaient les Ecritures qu’ils sondaient chaque jour. Il en est de même  aujourd’hui. Les chrétiens méditent la Bible chaque jour, mais ne comprennent rien. Ils ne comprennent ni les Ecritures, ni la puissance de Dieu. Malgré leur méditation, leurs diplômes pastoraux et leur formation théologique, les hommes de Dieu enseignent souvent n’importe quoi, souvent ils n’ont qu’une infirme partie de la révélation. Examinons quelques – uns de leurs  enseignements :

SELON EUX, JESUS EST MORT POUR LE PARDON DES PECHES : La doctrine selon laquelle Jésus est mort pour le pardon des péchés, est incomplète, donc dangereuse. Or, ce qui est enseigné dans toutes les dénominations chrétiennes. Frères, je vous le dis : Jésus n’est pas mort pour le pardon des péchés. Certes, Il est mort pour les péchés, mais Il n’est pas mort pour le pardon des péchés, bien qu’Il soit aussi mort pour que nos péchés soient pardonnés.  Jugez – en vous – mêmes : Avant la mort de Jésus, les péchés étaient déjà pardonnés. Dire donc qu’Il est mort pour le pardon des péchés est une hérésie, une fausse doctrine. Malheureusement tous les chrétiens se sont englués dans cette fausse doctrine, au point qu’ils sont complètement perdus. Jésus n’est pas mort pour le pardon des péchés. Dans LUC 7. 47,  Il dit au pharisien, au sujet de la femme pécheresse : «  c’est pourquoi je te le dis, ses nombreux péchés lui ont été pardonnés ; car elle a beaucoup aimé. Mais, celui à qui on pardonne peu aime peu. » Puis, s’adressant à la pécheresse, Il lui dit : «  Tes péchés te sont pardonnés. » Comme vous pouvez le constater, le Seigneur a pardonné les péchés de cette femme pécheresse, avant Sa crucifixion. Pourquoi donc dit – on qu’il est mort pour le pardon des péchés ? Quiconque enseigne qu’Il est mort pour le pardon des péchés, montre par là, que le Seigneur ne la pas envoyé pour annoncer Sa Parole, qu’Il ne l’a pas mandaté. Jésus n’est pas mort pour le pardon des péchés. C’est ici la Manne Fraîche. Depuis le jardin d’Eden, quand Dieu a immolé des animaux dont Il a répandu le sang, à cause du péché adamique, les péchés sont pardonnés, jusqu’à l’avènement de Jésus. Les péchés étaient pardonnés sous le sang des animaux. Le Seigneur même a dû pardonner les péchés de cette femme, sous le sang des animaux. Il s’est référé au sang des animaux pour pardonner les péchés, avant de verser Son propre Sang. Si déjà par le sang des animaux, Dieu pardonnait les péchés, n’est – ce pas mépriser le Sang précieux de Jésus, que de dire qu’Il est mort pour le pardon des péchés, sans aller plus loin ? Voulez – vous établir une égalité entre le sang des animaux et le Sang de Jésus ? Ou voulez-vous rabaisser le Sang de la nouvelle alliance en Jésus – Christ au niveau du sang des animaux ? Frères, je vous le répète : Jésus n’est pas mort pour le pardon des péchés. S’il est mort seulement pour le pardon des péchés, cela est vain, parce qu’avant Sa mort, les péchés étaient déjà pardonnés. C’est ici la Manne Fraîche. Pourquoi est – Il mort donc ?

1. Il est mort pour abolir le péché. Il y a une grande différence entre pardonner le péché et abolir le péché.  Je sais qu’un péché aboli est un péché pardonné. Par conséquent, en abolissant nos péchés, par Sa mort, ils sont aussi remis. Il est mort pour mettre fin au règne du péché sur nous. Sous le sang des animaux, les péchés étaient pardonnés, mais non abolis. C’est pourquoi, malgré le pardon des péchés, le péché a toujours régné sur l’homme. Mais, par Sa mort, le Seigneur a mis complètement fin  à son règne. Ainsi, nous qui étions esclaves du péché, nous sommes maintenant affranchis de son esclavage, de son pouvoir et de sa loi, une fois pour toutes. Et nous sommes justifiés en Jésus – Christ, par qui nous sommes devenus justice de Dieu. Vous voyez ! Etant affranchis du péché, nous ne sommes plus des pécheurs, mais des Saints en Jésus – Christ. Jésus est donc mort, pas pour que les péchés soient pardonnés, mais pour que nous passions des ténèbres à la Lumière céleste, du péché à la sainteté, de la mort à la vie, de la puissance du diable à Sa puissance de résurrection. Avant qu’il ne soit crucifié, les péchés étaient déjà pardonnés. Il n’est donc pas mort pour le pardon des péchés, mais pour leur abolition, pour leur anéantissement total, afin que nous ne soyons plus esclaves du péché, ni  du diable. Dans  HEBREUX 9. 26 – 27, l’Ecriture dit que Jésus a paru pour abolir le péché, une fois pour toutes. Il n’est donc pas mort pour le pardon des péchés. Dans 1 JEAN 3. 5, Elle dit qu’Il a paru pour ôter les péchés. Vous voyez ! Il n’est donc pas venu pour que les péchés soient pardonnés, mais, pour qu’ils soient ôtés. Et, ils ont été ôtés. C’est pourquoi nous ne sommes plus esclaves du péché, mais esclave de la justice, ayant été faits par Jésus – Christ, justice de Dieu. Quand Jean – Baptiste présentait le Seigneur à Israël, il dit : «  Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde. » Il ne dit pas : «  Voici l’Agneau de Dieu qui pardonne le péché du monde », mais «  qui ôte le péché du monde. » Et l’Agneau de Dieu, par Sa mort, a effectivement ôté le péché du monde, nous permettant ainsi de nous réconcilier avec Dieu, par Sa croix. Avant d’ôter le péché du monde, Dieu, selon 2 CORINTHIENS 5. 21, L’a fait devenir péché pour nous, afin que nous soyons en Lui, justice de Dieu. Jésus a donc été fait péché par Son Père. Où et quand Jésus est – Il devenu péché ? Selon Paul C. Jung, c’est au Jourdain, lors de Son baptême, qu’Il a pris nos péchés sur Son corps. Il a peut – être raison, mais ce que le Seigneur Lui – même m’a révélé est tout autre. Selon ce qu’Il m’a révélé, c’est dans le jardin de Gethsémané, qu’Il est devenu péché pour nous, quand Il a bu la coupe. Cette coupe était la coupe du péché et de la mort. Quand Il l’a bue, Il est devenu péché. C’est alors que Son Père L’a abandonné. Au Jourdain, après Son baptême, le Saint – Esprit, sous la forme d’une colombe, est descendu sur Lui. S’Il était devenu péché en ce moment – là, le Saint – Esprit ne serait pas descendu sur Lui. C’est ici la   Manne Fraîche. Mais, dans le jardin de Gethsémané, quand Il a bu la coupe du péché et de la mort, Dieu L’a abandonné. La preuve scripturaire que Dieu L’ a abandonné dans le jardin de Gethsémané, c’est que c’est un ange qui L’ a fortifié, quand Il était en agonie. Oui Monsieur. Voici à ce sujet, le témoignage de l’Ecriture, dans LUC 22. 43 : «  Alors un ange lui apparut du ciel, pour le fortifier. » C’est parce que le Saint – Esprit L’a abandonné, qu’un ange L’a fortifié. Pourquoi Dieu  a - t – Il abandonné Son Fils unique en qui Il a mis toute Son affection ? C’est parce qu’Il est devenu péché. Avant donc d’abolir le péché, Jésus Lui – même est devenu péché. Sur la croix, c’est donc Jésus,  le péché,  qui a été crucifié. Jésus n’est pas devenu péché, pour que nos péchés soient pardonnés. Il est devenu péché pour ôter le péché du monde. Jésus n’a pas subi toutes ces humiliations et cette mort ignominieuse, pour que le péché soit pardonné, mais pour qu’il soit ôté. Jésus n’est pas mort pour le pardon des péchés. Quand le Seigneur, est entré dans Son temple, c’était pour devenir un jour péché pour nous, afin que par Sa mort, le péché soit ôté. Il est entré dans Son temple, pour pouvoir porter en Sa chair, nos douleurs, nos souffrances, nos iniquités et nos maladies, afin que par Sa mort, nous soyons tous libérés. Frères, savez – vous aussi que Jésus n’est pas mort pour la guérison de nos maladies ?

2.  Jésus n’est pas mort pour le pardon des péchés. Voici ce que je veux dire : Par Sa mort, Il a fait une œuvre plus parfaite et plus excellente que le simple pardon des péchés. Il est mort pour mettre fin à la première alliance, qui, selon HEBREUX 8. 7,  a des défauts. Et, pour inaugurer et sceller la seconde alliance, qui est une alliance plus excellente et plus merveilleuse, une alliance éternelle. Lors de la Sainte cène, Il dit que la coupe est la nouvelle alliance en Son sang, répandu pour nous. ( LUC 22. 20). Sous la première alliance, le sang des animaux était versé pour le pardon des péchés. Car, sans  effusion de sang, il n’a pas de pardon, dit l’Ecriture. Pour que le pardon des péchés continue sous la nouvelle alliance, il faut encore que le sang soit versé. C’est pourquoi Jésus, l’Agneau de Dieu, a versé Son sang. Avec la première alliance, c’est avec le sang des animaux que le péché est pardonné. L’alliance étant changée, il faut nécessairement que le sang des animaux soit remplacé par un autre sang. Et il a été remplacé par le Sang de Jésus, pour permettre la continuation du pardon des péchés. Mais, ce Sang n’a pas été versé véritablement pour cela. Le Sang de Jésus, qui a été versé pour la rémission de nos péchés, a surtout été versé pour ôter le péché et les désirs du péché que sont les péchés. Avec le sang des animaux, Dieu pardonnait les péchés, mais Il gardait rancune contre ceux qui péchaient. Il gardait donc en Lui le souvenir des péchés comme, afin de se venger le moment venu. Mais, avec le Sang de Jésus, Dieu ne garde plus le souvenir de nos péchés, car Il  dit, dans HEBREUX 10. 17 : «  Je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités. » Le Sang de Jésus est tellement puissant, qu’Il purifie même la mémoire du Dieu vivant, de tous nos péchés. Au point que Dieu ne s’en souvient plus. C’est ici la Manne Fraîche. Le Sang de Jésus est certes versé pour la rémission des péchés, mais ce n’est point pour cela qu’Il a été  véritablement versé. Il a été versé pour ôter les péchés. Dans la première alliance, c’est au travers du sang que les péchés étaient pardonnés. Dans la seconde alliance aussi, c’est au travers du sang que les péchés doivent  être  pardonnés, car sans effusion de sang, il n’y a pas de pardon. Le Sang de Jésus a donc été versé pour que nos péchés soient pardonnés, mais surtout pour qu’ils soient ôtés. Et quand les péchés sont ôtés, il ne reste plus de péchés à pardonner. C’est pourquoi je dis que Jésus n’est pas mort  pour le pardon des péchés. Dans  1 JEAN 1. 9, il est écrit dans l’Ecriture : « Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. » D’après cette Parole de l’Ecriture, Dieu pardonne les péchés confessés.  Or, Jésus, par Sa mort, a aboli le péché sur la croix, et a ôté nos péchés. Si nos péchés ont été abolis et ôtés sur la croix, quels péchés avons – nous encore à confesser ? Si par le Sang de Jésus, nous n’avons que le pardon des péchés, alors Il est mort en vain, puisque, par le sang des animaux, les péchés étaient déjà pardonnés. Mais, gloire soit rendue à Son Nom, parce qu’Il a non seulement pardonné nos péchés, mais Il les a surtout ôtés, une fois pour  une toutes. Dans MATTHIEU 26. 28, le Seigneur dit que Son sang est le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés. Il est donc aussi mort pour la rémission des péchés, mais surtout pour leur abolition.

3. Jésus est mort, afin d’obtenir pour nous, une rédemption éternelle. Dans HEBREUX 9. 12, l’Ecriture dit que Christ est entré dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec Son propre sang, afin d’obtenir une rédemption éternelle. Vous voyez ! Ne limitons pas l’œuvre de la croix au pardon du péché, car, par cette œuvre, Christ a fait quelque chose de plus parfait, de plus sublime, de plus excellent et de plus glorieux, pour nous : Obtenir une rédemption éternelle, laquelle assure l’éternité de notre salut. Quand le Seigneur qu’on cherchait est entré dans Son temple, en  Jésus – Christ, c’était pour devenir l’Agneau du sacrifice, qui devait être immolé, afin que nous soyons sauvés de tous nos péchés. Quand Il est entré dans Son temple, c’était pour mourir, afin d’obtenir pour nous une rédemption éternelle. Par Sa mort et Sa résurrection, non seulement nos péché sont ôtés, mais nous avons reçu de Lui, un salut éternel, que rien ne peut nous ôter.

Frères, quand le Seigneur qu’on attendait est entré dans Son temple, Il est devenu imparfait, par la volonté de Dieu Son Père. D’après         HEBREUX 2. 10, celui par qui et pour qui sont toutes choses, a élevé à la perfection, Jésus, le Prince de notre salut. Jésus était donc imparfait, puisqu’Il a été élevé à la perfection par les souffrances qu’ Il a subies.  Frères, quand le Seigneur infiniment parfait est entré dans Son temple, Il est devenu imparfait. Quand le Seigneur, infiniment beau est entré dans Son temple, Il est devenu vilain. C’est pourquoi l’Ecriture dit dans        ESAIE 53. 2, qu’Il « n’avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards. Et son aspect n’avait rien pour nous plaire. » Vous voyez ! Quand l’infiniment beau est entré dans Son temple, en Jésus – Christ homme, Il est devenu vilain, au point que Son temple n’avait rien pour nous plaire. Quand l’infiniment parfait est entré dans Son temple, qui était Son corps du péché, Il est devenu imparfait. Dieu, en  Jésus – Christ homme, était imparfait. Dieu manifesté en chair en Jésus – Christ, était imparfait, tout en restant parfait en Jésus – Christ, le Dieu Tout – puissant. Tandis qu’Il était imparfait en Jésus – Christ homme sur la terre, Il était infiniment parfait en Jésus – Christ le  Dieu Tout – puissant, dans les lieux très élevés. Qu’est – ce qui a rendu Jésus imparfait ? Ce n’est pas parce qu’Il a commis un péché, qu’Il est devenu imparfait. Il était imparfait à cause de Sa chair du péché. Il était imparfait, tout étant saint. C’est ici la Manne Fraîche. Dans ROMAINS 8. 3, l’Ecriture dit que Dieu a envoyé Son Fils, dans une chair semblable à celle du péché. Jésus avait donc un corps du péché. C’est ce corps du péché, qui est semblable à notre corps du péché, qui L’a rendu imparfait. Dans ce corps du péché, Il n’a point connu le péché. Il était imparfait, mais saint. Après Sa mort et Sa résurrection, Dieu L’a souverainement élevé à la perfection. C’est alors qu’Il est redevenu l’infiniment parfait. Elevé à la perfection, Il n’était plus dans un corps du péché, mais un corps céleste, glorieux, éternel et immortel. Vous voyez ! Il a repris Sa vraie position dans les lieux très élevés, où Il est assis à la droite de la majesté Divine.

Frères, beaucoup cherchent encore Dieu, mais ils ne L’ont pas encore trouvé. Parce que le Dieu qu’ils cherchent est entré dans Son temple. Une fois qu’Il entre dans Son temple, qui est une chair du péché, Il est caché aux yeux des sages et des intelligents. Mais, Il se révèle à Ses élus. Frères, on ne peut connaître Dieu que par une révélation venant du Saint – Esprit. Dans GENESE 32. 30, Jacob dit : «  J’ai vu Dieu face à face, et mon âme a été sauvée. » Frères, je crois qu’il a eu la révélation que l’homme avec qui il s’est battu pendant toute la nuit, était Dieu. Il a vu un homme. Cet homme ne lui a pas dit qu’il était Dieu. Il ne lui a même pas dit comme il s’appelait. Malgré cela, Jacob a su que c’était Dieu. Il a donc vu Dieu. Et il dit : «  J’ai vu Dieu face à face, et mon âme a été sauvée. » Jacob était très effrayé à l’idée de rencontrer son frère Esaü, qui venait contre lui avec quatre cents hommes. Souvenez – vous qu’il avait trompé la vigilance de leur père, et a pu se faire bénir, à la place de son frère. Maintenant, c’était pour Esaü, l’heure de régler ses comptes à Jacob. Celui – là était donc très effrayé. Dans sa frayeur, il avait cherché Dieu dans la prière et la supplication. Et étant resté seul, un homme « lutta avec lui jusqu’à l’aurore. »  Cet homme, c’était Dieu. Frères, le Seigneur qu’il cherchait, et qu’il a prié,  pour sa protection contre Esaü son frère, vint à lui, mais en prenant la forme d’un simple homme. Il a donc fallu un discernement spirituel poussé pour qu’il sache que cet homme, était Dieu.

Nous connaissons tous le témoignage de sœur Chantal. Elle a subi une intervention chirurgicale à cause d’une maladie appelée occlusion intestinale. Quand quelques années plus tard elle est tombée enceinte, le médecin a dit que la césarienne était la seule chose à faire, afin qu’elle puisse accoucher.   Mais, le jour de l’accouchement, tout le corps médical était en grève. Les sages femmes qui assuraient le service minimum étaient impuissantes devant son cas. Et, elles l’ont abandonnée, dans la salle d’accouchement. L’heure était grave. C’est alors qu’elle a prié le Seigneur Jésus – Christ de lui venir en aide.  Soudain, la salle où elle était, était envahie d’une présence mystérieuse, avec une forte odeur du parfum que met frère Christ – Moïse. Les instants qui ont suivi cette expérience étrange et mystérieuse, elle a accouché sans aucun problème. Le Seigneur qu’elle cherchait vint à elle, à  cette heure sombre de sa vie, en se voilant dans un parfum utilisé par Son humble serviteur Christ – Moïse. C’est ici le mystère de la Divinité de l’homme. C’est ici un signe, non pour moi, mais pour vous qui êtes à la Manne Fraîche, en ce temps de l’aube. Le Seigneur que vous cherchez, et que vous attendez, est entré dans Son temple, afin de devenir le Fils de l’homme de ce temps prophétique de l’aube, où l’aigle promis, est monté dans les lieux très élevés, pour recueillir la Manne Fraîche. Souventes fois, quelques – uns parmi vous prient le Seigneur chez eux, par rapport à la compréhension de telle ou telle Ecriture. Et ils viennent au Tabernacle. Quand je monte en chaire, je commence, par le Saint – Esprit, à révéler l’Ecriture en question. Le Seigneur que vous a prié, est entré dans Son temple, afin de vous éclairer. Vous priez le Seigneur de vous bénir ou de vous guérir de tel ou tel mal. Quand le moment de votre délivrance arrive, je prie pour vous en Son Nom, et vous êtes guéris. Vous voyez ! Le Seigneur que vous a cherché dans la prière, est entré dans Son temple, afin de vous guérir. Quelques frères ont fait des expériences vraiment étranges, comme celle de sœur Chantal. Ils étaient malades. Et ils ont prié, ou des frères ont prié pour eux. Mais, la maladie persistait, et devenait grave. Alors, ils ont dit : «  Je vais aller appeler frère Christ – Moïse, afin qu’il prie pour moi. » Et chose étrange, la maladie disparut complètement. Je ne comprends  pas ce mystère, mais ce que je sais, c’est que le Seigneur que vous cherchez, est entré dans Son temple ; et que, pour cette raison, Il peut faire des miracles à tout moment, en utilisant tout ce qui appartient à Son temple : Corps, nom, parole, habit. Si dans ACTES 19. 11 – 12, le Seigneur a utilisé les linges et les mouchoirs qui touchaient Paul, pour guérir des gens, ce n’est pas un nom, Christ – Moïse, qu’Il a sanctifié, qu’Il ne peut pas utiliser pour votre guérison, et pour votre bénédiction. Souvenez – vous du témoignage de guérison de frère Morin. Il souffrait d’un mal incurable. Un jour, j’ai utilisé des mouchoirs en papier ‘’ LOTUS’’, que j’ai laissés sur la table. Et il s’est dit : Si les mouchoirs qui ont touché le corps Paul, qui était   prophète – messager, ont pu guérir les malades, les mouchoirs qui ont touché le corps de frère Christ – Moïse, peuvent aussi me guérir. Et, il a pris ces mouchoirs, afin de les appliquer à la partie de son corps qui était malade. Et, il a été complètement guéri, au Nom du Seigneur Jésus – Christ. Souvenez – vous de cet autre témoignage de guérison de sœur Chantal. Elle  souffrait d’une maladie incurable. Un jour, lors d’une cérémonie de mariage, j’étais assis sur une chair recouverte de son pagne. Et elle s’est dit qu’elle allait appliquer ce pagne sur lequel j’étais assis, sur son corps, et elle serait guérie. Ce qu’elle a fait. Et elle a été guérie, au Nom du Seigneur Jésus – Christ. Dans la Bible, ceux qui ont simplement touché le vêtement de Jésus – Christ de Nazareth, ont été guéris de leurs maladies. Car, Jésus – christ de Nazareth, était en ce temps – là, le temple dans lequel, le Seigneur que les Juifs cherchaient était entré.

Frères, en ce temps de l’aube, le Seigneur qu’on cherche n’est pas seulement entré en moi, en tant que temple ; car, Il est aussi entré en vous. N’êtes – vous pas le temple du Saint – Esprit, qui habite en vous ? Vous êtes le temple dans lequel le Seigneur qu’on cherche est entré, afin de se révéler aux hommes, en ce temps de l’aube. Par la prédication de la   Manne Fraîche que vous prêchez, par l’accomplissement des signes surnaturels,  et par les œuvres d’amour, de miséricorde et de bienveillance que vous faites, Il se révèle aux hommes. Votre corps est le temple du Seigneur Jésus – Christ. Votre corps n’est donc plus votre corps, mais le Corps du Seigneur, qui habite en vous, par le Saint – Esprit. Et si votre corps est Son corps, ce n’est pas étonnant que les vêtements que vous portez soient oints pour accomplir des miracles. Il n’est pas étonnant non plus que les malades soient guéris quand vous les toucher, en leur imposant les mains. Il n’est toujours pas étonnant que votre parole produise la vie, la joie, la paix et le bonheur, autour de vous. Le Seigneur qu’on veut voir, et qu’on cherche, est entré dans Son temple, afin de manifester Ses perfections invisibles. Et son temple, c’est vous.  L’ombre de Pierre ne guérissait – elle pas les malades ? Le Seigneur qu’on cherchait était entré dans Son temple, en Pierre. Un jour, je prêchais la Parole du Seigneur. Quand je suis arrivé devant une sœur qui était malade, la maladie l’a quittée pour toujours. C’est ici le mystère de l’ombre de Christ – Moïse. Frères, quand l’Ecriture dit que notre corps est le temple du Saint – Esprit, Elle dit quelque chose d’extraordinaire et de surnaturel. Pour beaucoup de chrétiens, c’est juste un verset biblique à réciter par cœur, mais pour nous, c’est le mystère de la Divinité dans l’homme. Si nous sommes le temple de Dieu, cela veut dire que Dieu Lui – même habite en nous. Et s’Il habite en nous, Il doit manifester Ses attributs, Ses perfections invisibles, Sa puissance éternelle, Sa Divinité, Son amour, et Sa gloire.  On ne peut pas dire qu’on est le temple du Saint – Esprit, alors qu’on est incapable d’accomplir Ses œuvres. Le Saint – Esprit, c’est la puissance de Dieu. C’est une dynamique. Si nous sommes Son temple, cela veut dire nos mains sont les mains du Seigneur. C’est en imposant nos mains aux gens qu’ils sont bénis. Si nous sommes réellement le temple du Seigneur, cela veut dire que notre voix est Sa voix. C’est pourquoi, en prêchant la Parole, il se produit des signes ; c’est pourquoi l’Onction se dégage comme du feu, pour créer, pour sanctifier et pour perfectionner. Si notre voix n’est pas la Voix du Seigneur, si notre parole n’est pas Sa Parole, comment  ferons – nous pour perfectionner les saints ? Vous pouvez connaître les versets bibliques par cœur, connaître toute la Bible, ce qui est bien d’ailleurs. Mais, c’est à l’heure de la prédication qu’on saura, si vous êtes un temple vivant ou un temple mort ; c’est en ce moment – là qu’on verra si vous êtes vraiment le temple du Saint – Esprit ou le temple du diable.

Bien – aimés de Dieu en Jésus – Christ, le Seigneur qu’on cherche d’âge en âge, entre toujours dans Son temple, afin de paraître aux hommes comme un simple homme. Seuls ceux à qui Il veut se révéler Le voient et croient en Lui. Que Dieu vous bénisse abondamment ! A bientôt.

FRERE ABOKON CHRIST-MOISE

 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix