Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 25 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
464
Hier :
936
Semaine :
1400
Mois :
4504
Total :
3862547
Il y a 8 utilisateurs en ligne
-
8 invités


QUE VOS LAMPES SOIENT ALLUMEES PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Lundi, 12 Décembre 2011 09:59

Message prêché le mercredi 14 juillet 2010, au Tabernacle Le Chandelier d’Or ; Yopougon – Selmer ; Abidjan ; République de Côte d’Ivoire. Soir.

Bonsoir bien – aimés de Dieu en Jésus- Christ. Nous venons de faire connaître nos besoins au Seigneur, qui nous exauce toujours. Depuis un certain temps, nous sommes dans un réveil de prière d’intercession et de jeûne, demandant à Dieu de nous donner une Onction spéciale pour Son œuvre. Vous savez que rien de grand ne peut se faire dans la maison du Seigneur sans jeûne et prière.  Rien de grand ne peut se faire non plus sans amour. Vous savez qu’aucun réveil ne peut se faire sans amour pour le Seigneur, et sans amour les uns pour les autres. Vous savez aussi qu’aucun réveil ne peut se faire sans repentance sincère, sans la vie de sanctification, d’obéissance totale à Dieu. Vous savez qu’aucun réveil ne peut se faire sans sacrifice. Frères, que chacun prenne conscience de sa position en Christ, de sa mission sur terre, de sa responsabilité dans l’Eglise, afin de garder sa lampe toujours allumée. La lampe est très importante dans la vie naturelle, parce qu’elle est la lumière pour nous éclairer, pour chasser l’obscurité. Il en est de même de la lampe dans la vie spirituelle, dans la vie surnaturelle que nous menons avec le Seigneur. Elle produit en nous la vie, la lumière, le feu, la chaleur. Elle tient notre esprit en état d’éveil permanent, chasse les ténèbres spirituelles loin de nous, nous met en contact avec le Seigneur Jésus – Christ. Il est impossible de vivre sans lumière, car la lumière est vie. Elle est une source de puissance. Que vos lampes soient allumées ! dit le Seigneur. Il est très important pour nous de savoir pourquoi nous devons garder nos lampes allumées. Il est aussi primordial de savoir ce que nous devons faire pour qu’elles soient toujours allumées. Quand vous  ne veillez pas à ce que vos lampes soient allumées, vous désobéissez à la Parole du Seigneur, à vos risques et périls. Que le Seigneur nous aide à comprendre Sa Parole, à La mettre en pratique, pour Lui témoigner notre amour et notre fidélité.    N’a – t- il pas dit : « Si vous m’aimez, garder mes commandements » ? Personne ne peut prétendre aimer le Seigneur, tout en foulant au pied Sa Parole, Ses commandements. Comment quelqu’un qui vit dans la fornication, dans l’adultère, dans l’ivrognerie, dans la masturbation, dans la fraude, dans la tricherie, dans le mensonge, dans l’envie, les passions et les choses mondaines, peut – il dire : J’aime le Seigneur. Si votre vie n’est pas digne de l’Evangile, vous n’aimez pas le Seigneur, mais le diable. Comment vous pouvez faire la volonté du diable, accomplir ses désirs qui sont l’adultère, l’impudicité, le vol, l’ivrognerie, le mensonge, et dire : « J’aime Jésus ». Vous devez plutôt dire : « J’aime Satan, le diable ». Beaucoup de soi – disant chrétiens se contentent de confesser le Nom de Jésus, mais leur vie prouve qu’ils n’ont aucune part avec Lui. Dans      TITE 1.16, l’Ecriture dit  qu’ « ils font profession de connaître Dieu, mais ils le renient par leurs œuvres , étant abominables, rebelles, et incapables d’aucune bonne œuvre. » Vous voyez ! Ce sont en fait des enfants du diable qui se  sont infiltrés dans le peuple de Dieu, en se cachant sous des peaux de brebis. Mais leurs œuvres finissent toujours par se manifester, par les rattraper. Leur folie finit toujours par se révéler au grand jour, au travers de leurs mauvaises œuvres, incapables qu’ils sont de pratiquer les bonnes œuvres que Dieu a préparées d’avance pour nous, afin que nous les pratiquions. L’Ecriture dit qu’ils sont abominables, rebelles. Quiconque couche avec la femme d’un autre,  est abominable aux yeux de Dieu. Quiconque commet l’adultère avec le mari d’une femme,  se rend abominable devant Dieu. La lumière qui est en eux, n’est pas la véritable lumière que Dieu donne. Leur lumière est ténébreuse, car ils sont eux – mêmes enfants des ténèbres. Il y a des enfants de lumière et des enfants des ténèbres. C’est Dieu qui a fait les uns et les autres, pour manifester soit Sa bonté, soit Sa colère. C’est Lui qui a créé le bien et le mal. Dans MATTHIEU 6. 22-23, le Seigneur parle de ce genre de personnes. Il dit :  «  L’œil est la lampe du corps. Si ton œil est en bon état, tout ton corps sera éclairé ; mais si ton œil est en mauvais état, tout ton corps sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien seront grandes ces ténèbres. »  O, frères, la lumière peut être ténèbres. C’est ici le mystère de la lumière ténébreuse. C’est ici le mystère de la lumière trompeuse qui fait croire à certains qu’ils sont dans la vérité, alors qu’ils sont complètement engloutis dans d’épaisses ténèbres. Quand quelqu’un vit dans le péché, l’adultère, le mensonge, l’idolâtrie, la fraude, l’impudicité, et qu’il est incapable d’aucune bonne œuvre, c’est que la lumière qui est en lui est ténèbres. C’est qu’il a en lui, une lumière trompeuse, une fausse lumière, qui lui faire croire qu’il aime la Parole, Jésus - Christ. Malgré qu’il vive dans l’adultère, dans l’impudicité, dans l’ivrognerie, dans le mensonge, dans l’avarice, dans la cupidité, dans la convoitise depuis toujours,  il dit : « J’aime Jésus ».  Le Seigneur  parle aussi dans cette Parole de l’Ecriture de l’œil qui est la lampe de notre corps. N’est – ce pas un mystère ? L’œil est la lampe du corps. Que le Seigneur Lui – même nous révèle ce mystère. Et Il dit que si notre œil est en bon état, tout notre corps sera éclairé. Dans le cas contraire, tout notre corps sera dans les ténèbres, et la lumière qui est en nous sera ténèbres. Et si la lumière qui est en nous est ténèbres, combien sont grandes nos ténèbres. Le Seigneur dit dans JEAN 1.5 que «  la vie est la lumière des hommes. » Vous voyez ! La vie, c’est la lumière. La vie que nous menons est une lumière. Nos actes, nos paroles sont des lumières. Nous pensées sont des lumières. Si donc notre vie est le reflet de la vie du prince des ténèbres, c’est que la lumière qui est en nous est ténèbres. Si nous accomplissons les désirs du diable, c’est que la vie qui est en nous est une lumière ténébreuse. Si nos pensées sont impures, diaboliques, c’est que la lumière  qui est en nous est ténèbres. La vie est la lumière des hommes. Et il y a deux types d’hommes sur la terre : Les enfants du diable et les enfants de Dieu. Si nous accomplissons les désirs du Seigneur Jésus – Christ, qui est la véritable Lumière qui ait jamais apparue dans le monde, c’est que la lumière qui est en nous est lumière. Si nous vivons dans la sanctification, et si nous recherchons cette sanctification au point que nous sommes prêts à consentir des sacrifices pour l’obtenir par la puissance de résurrection, c’est que la lumière qui est en nous est lumière. C’est ici le mystère de la lumière lumineuse. Si nous sommes remplis de la crainte de Dieu, et si nous nous  éloignons de ce qui est impur, afin de rechercher plus de sanctification, c’est que la lumière qui est en nous est la même que celle qui était en Jésus – Christ de Nazareth ; c’est que la lumière qui est en nous est lumière ; c’est que notre vie est lumière. Votre  vie est une lumière. Si l’adultère est cette lumière, l’adultère est ténèbres.  Or, l’adultère est un esprit. C’est donc un esprit ténébreux qui est en vous. Cet esprit d’adultère est un être, qui est en vous, et qui vous  contrôle. Cet esprit ténébreux est maître de vous, et vous vivez par lui. Vous lui obéissez. Vous faites sa volonté. Vous accomplissez ses désirs. Vous êtes son esclave. Et vous  n’avez plus de volonté propre. Vous ne voulez peut – être plus commettre l’adultère, mais l’esprit d’adultère qui vous possède vous y contraint. Si vous n’êtes pas un enfant du diable dès le commencement, si vous êtes simplement possédé de ce démon, vous pouvez être délivrés par la puissance du Sang de Jésus.


QUE VOS LAMPES SOIENT ALLUMEES !

POURQUOI DEVONS – NOUS GARDER NOS LAMPES ALLUMEES ?

1. NOUS DEVONS GARDER NOS LAMPES ALLUMEES AFIN DE POUVOIR ALLER A LA RENCONTRE DE L’EPOUX QUI VIENT.

Je voudrais vous inviter à prendre avec moi, l’Ecriture qui parle des dix vierges, dans MATTHIEU 25. Les dix vierges représentent  l’Eglise de Dieu, avec en son sein, deux sortes de chrétiens : Les enfants de Dieu et les fils de Dieu. Les enfants de Dieu, ce sont les cinq vierges folles : Ils croient en Jésus, leurs péchés sont pardonnés et effacés ; ils sont sanctifiés par la Parole de vérité qu’ils  ont reçue. Le Sang de Jésus les purifie de tout péché. C’est d’ailleurs ce qui leur confère le statut de vierges. Ils sont nés de nouveau, nés d’eau et d’Esprit, ils ont reçu le Saint – Esprit. Mais, ils ne sont ni remplis du Saint - Esprit, ni revêtus de la puissance d’En – Haut. Ils ont simplement reçu le don du Saint – Esprit. Leur nom est écrit dans le livre de vie de l’Agneau avant la fondation du monde. Les concernant, l’Ecriture dit qu’elles, les vierges folles, n’ont pas pris d’huile avec elles, avant de commencer la marche vers l’enlèvement. Elles se sont contentées du pardon de leurs péchés, de leur justification par la mort et la résurrection du Fils de l’Homme qui les a rachetées, du fait qu’elles sont des enfants de Dieu, oubliant qu’un enfant de Dieu doit pouvoir grandir, quitter les mamelles de la Parole, quitter le lait spirituel pour manger de la nourriture solide, pour atteindre la stature parfaite de Christ ; elles se sont contentées du don du Saint – Esprit, alors qu’il y a mieux que cela : Le baptême du Saint et de Feu. Quand elles ont commencé la marche avec les cinq  vierges sages, elles avaient de l’huile dans leurs lampes. Les  cinq vierges sages, elles, avaient pris de l’huile en réserve dans des vases. Elles étaient prudentes.  Les vierges folles avaient de l’huile dans leurs lampes avant de partir. Car, l’Ecriture dit qu’après le cri de minuit, elles ont demandé de l’huile aux cinq vierges sages, parce que leurs lampes s’éteignaient. Vous voyez ! Elles ont traversé tout le temps du soir, avec leurs lampes allumées. Mais comme l’Epoux tardait à venir, elles se sont endormies, tout comme les cinq vierges sages. Mais au milieu de la nuit, à minuit, une Voix dit : « Voici l’Epoux, sortez à sa rencontre. » Réveillées par cette puissante Voix, elles ont entrepris, à l’instar des cinq vierges sages, de préparer leurs lampes. Remarquez que leurs lampes ne s’étaient éteintes en ce moment – là, mais elles s’éteignaient. C’est donc afin de pouvoir les tenir allumées, qu’elles ont demandé de l’huile aux cinq vierges prudentes, aux cinq vierges sages. Pourquoi voulaient – elles tenir leurs lampes allumées ? C’était pour pouvoir aller à la rencontre de l’Epoux dont la venue imminente, venait d’être annoncée. Pourquoi devons – nous garder nos lampes allumées ? C’est afin de pouvoir persévérer dans la marche, dans le combat de la foi jusqu’au jour de l’enlèvement, pour ceux qui ne mourront pas avant ce jour glorieux. Pour ceux qui connaîtront la mort avant ce jour, c’est pour pouvoir marcher dans la clarté de la Lumière de la Parole de Christ,  jusqu’au jour de leur mort. Nos lampes doivent être allumées jusqu’au jour de la rédemption, afin de pouvoir ressusciter à la Voix du Fils de l’Homme, qui nous appellera  à sortir des sépulcres. Quel moment ce sera ! Frères, ayons toujours de l’huile en nous abondamment, afin de toujours garder nos lampes allumées. Car une glorieuse rencontre se fera dans les airs, sur les nuées, avec le Seigneur de gloire, à « un signal donné », « à la voix d’un archange » et au son de la trompette de Dieu. Après le signal, la voix de l’archange, le son de la trompette de Dieu, il y aura la première résurrection : « Les morts en Christ ressusciteront premièrement. Ensuite, nous les vivants, qui seront restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et nous serons toujours avec le Seigneur. » Cette glorieuse expérience sera faite par les cinq vierges sages, et non par les cinq vierges folles. Par ceux qui sont morts en Christ, comme Pierre, Paul, Jacques et les autres apôtres, Finney, Luther, Wesley, Frère Branham, et qui ont gardé leurs lampes allumées,  jusqu’au jour de leur mort. Nous aussi, qui aurons gardé nos lampes allumées,  jusqu’au jour de Son avènement, et qui mourrons en Christ, nous ressusciterons avec les autres. Et nous serons enlevés avec ceux qui ne connaîtront pas la mort, mais qui seront changés en un clin d’œil. Frères, que nos lampes soient allumées  tous les jours de notre vie. Entretenons la Flamme Divine qui est en nous, par la pratique rigoureuse et sans restriction de la Parole du Seigneur,  par les prières continuelles et persévérantes, par les jeûnes multipliés, par la sanctification et par les cantiques spirituels.


Les cinq vierges folles, ce sont les enfants de Dieu.

Mais les cinq vierges sages, ce sont les fils de Dieu. Amen ! Elles ont leurs lampes allumées, et elles ont pris de l’huile en réserve dans des vases. Ces fils de Dieu, sont  naturellement nés de nouveau, nés d’eau et d’Esprit, et ils ont reçu le don du Saint – Esprit. Mais, et contrairement aux cinq vierges folles, ils ont expérimenté le baptême du Saint – Esprit et de Feu. Ils sont revêtus de la puissance d’En – Haut. Ils sont conduits par le Saint – Esprit, ils marchent par l’Esprit, et n’accomplissent plus les désirs de la chair. Il est impossible qu’ils vivent dans les souillures de la chair et de l’esprit. Ils ne pratiquent pas le péché, et ils ne peuvent pas pécher.

Quand le cri de minuit a retenti, les cinq vierges sages se sont aussi réveillées. Et elles ont aussi  préparé leurs lampes. Frères, il y a eu un temps de préparation avant d’aller à la rencontre de l’Epoux. Je crois que cette préparation s’est faite par le moyen de la prière de foi, afin que le Seigneur restaure la plénitude du Saint – Esprit qui était déjà en elles, et le revêtement de la puissance d’En – Haut.  Je le crois sincèrement. Les vierges folles, au lieu de prier pour demander la restauration spirituelle, ont préféré demander de l’huile aux autres. De toutes les façons, le peu d’huile qu’elles avaient en elles, ne pouvait pas leur permettre de crier à Dieu.  Elles n’ont pas l’habitude de prier. Elles n’avaient pas assez de force spirituelle pour le faire à cette heure très avancée de la nuit : Il était minuit.  Elles n’avaient pas pris la bonne habitude de prier. Pensez-y ! Le Seigneur dit, dans LUC 21.34- 36 : «  Prenez garde à vous – mêmes, de peur que vos cœurs ne s’appesantissent par les excès du manger et du boire, et par les soucis de la vie, et que ce jour ne vienne sur vous à l’improviste. Car il vient comme un filet sur tous ceux qui habitent sur la face de toute la terre. Veillez donc et priez en tout temps, afin que vous ayez la force d’échapper à toutes ces choses qui arriveront, et de paraître debout devant le Fils de l’Homme. »  C’est à cause de cette   Parole de l’Ecriture, que je dis que les cinq vierges sages ont dû prier pour avoir la force d’échapper à la grande tribulation, et de paraître debout devant le Fils de l’Homme. Quand nous prions tous les jours avec un cœur sincère, un cœur  plein de foi,  de la crainte de Dieu, de sainteté, le     Saint – Esprit en nous  ne  peut pas s’éteindre. L’Ecriture dit : «  N’éteignez pas l’Esprit. » Comme vous pouvez le constater, l’Esprit de Dieu, c’est du Feu. Donc nous pouvons l’éteindre par la négligence,  la nonchalance et le manque de dévouement dans l’œuvre du Seigneur, par la satisfaction des désirs de la chair. Quand le Saint – Esprit, ce Feu Divin qui est en nous, s’éteint, Il ne peut,  ni nous remplir, ni nous revêtir de Sa puissance. C’est alors que nos lampes aussi s’éteignent. Pour rallumer ce Feu Divin en nous, pour que nos lampes soient toujours allumées, il nous faut absolument recourir à la prière, au jeûne, à la sanctification, à l’obéissance. Dans LUC 21.34-36 que nous venons de lire, il est question de la grande tribulation et de la rencontre avec le Fils de l’Homme. Ce filet qui viendra sur tous les hommes, représente le jour grand et terrible du      Seigneur, le jour de la grande tribulation. Ce jour – là, dit la Parole, «  il y aura des signes dans le soleil, la lune et dans les étoiles. Et sur toute la terre, il y aura de l’angoisse chez les nations qui ne sauront que faire au bruit de la mer et des flots, les hommes rendant l’âme de terreur dans l’attente de ce qui surviendra pour la terre ; car les puissances des cieux seront ébranlées. » (LUC 21. 25-26).  Le Seigneur dit que pour échapper à ces choses terribles qui vont surprendre tous les hommes, il faut veiller et prier. Frères, je vous le répète : Après le cri de minuit, il y a eu un temps de préparation, comme le dit l’Ecriture. Et ce temps de préparation a consisté à prier le Seigneur pour la restauration de la puissance de résurrection, afin de pouvoir reprendre la marche jusqu’à rencontrer l’Epoux. C’est ce que les cinq vierges sages ont fait. Quant aux cinq vierges folles, habituées qu’elles étaient à lire seulement  les brochures de frère Branham, et les lettres circulaires d’Ewald Frank, habituées qu’elles étaient à  ne se soucier que  de leur ventre, de leurs affaires personnelles, de leurs études, de leurs activités scolaires et professionnelles , habituées qu’elles étaient à ne pas veiller,  ni prier, habituées qu’elles étaient à discuter vainement sur les généalogies, sur les fables, elles n’avaient pas la force spirituelle pour crier à Dieu. De toutes les façons, le peu d’huile qu’elles avaient ne pouvait pas le leur permettre. C’est pourquoi elles passeront par la grande tribulation. Elles ne pourront pas aller à la rencontre de l’Epoux, parce que leurs lampes s’éteignent. Autrement dit, elles ne feront pas partie de ceux qui vont être enlevés sur les nuées à la rencontre du Seigneur. Lorsqu’elles vont faire demi – tour pour aller acheter,  je ne sais où, de l’huile, les cinq vierges sages continueront seules la marche glorieuse et victorieuse vers le grand jour de gloire, à la rencontre du   Seigneur dans les airs, et sur les nuées de la gloire céleste. Que vos lampes soient toujours allumées, de jour comme de nuit. Qu’elles soient toujours allumées ! Les cinq vierges sages, qui avaient leurs lampes allumées, ont pu continuer le chemin vers l’enlèvement. Les autres ont été disqualifiées. Pourtant, elles étaient vierges comme les autres. Pensez – y !  Si la lampe de quelqu’un n’est pas allumée, il ne peut pas continuer la marche vers le jour  de la rédemption. Quand une lampe s’éteint, elle ne peut plus éclairer. Et celui qui a cette lampe,  ne peut plus avancer,  à cause de  l’obscurité. Tout ce qu’il peut faire, c’est de chercher à acheter de l’huile, afin d’alimenter sa lampe. L’huile, c’est le symbole du Saint – Esprit. Avoir de l’huile en réserve, c’est être baptisé dans le    Saint – Esprit et dans le Feu, c’est être revêtu de la puissance d’En – Haut, c’est être rempli du Saint - Esprit. Et le revêtement de cette puissance s’obtient après de longs moments dans la prière. Il a fallu quarante jours et quarante nuits de jeûne pour que le Fils de l’Homme Lui- même en soit revêtu. Pensez – y ! Il a fallu dix jours de prière persévérante, pour que les disciples qui étaient dans la chambre haute, en soient revêtus. Pensez – y ! Si vous croyez que c’est en lisant les brochures de frère Branham ou les lettres circulaires d’Ewald Frank qu’on est revêtu de la puissance d’En – Haut, détrompez – vous. Et examinez les Ecritures pour voir,  s’il y a un  seul exemple où quelqu’un, lisant une brochure ou une lettre circulaire, a été revêtu de la puissance du Saint – Esprit.  Examinez les Ecritures pour voir,  si c’est en lisant mes brochures qu’on peut être revêtu du Saint – Esprit et de Feu. Frères, suivez l’exemple du Seigneur qui a dû jeûner quarante jours et quarante nuits,  pour ce revêtement de puissance. Pensez aussi aux apôtres du Seigneur dans la chambre haute : Ils ont persévéré dans la prière pendant dix bons jours. C’est après trois jours sans manger ni boire, que Saul de Tarse, a été rempli du Saint – Esprit,  quand Ananias lui a imposé les mains. Pensez – y ! Ne dites pas en vous – mêmes : « Nous avons la Manne Fraîche, cela nous suffit. Celui qui a de telles pensées, n’a pas encore compris pourquoi le Seigneur nous a donné cette Manne Fraîche ».

Après le temps de la préparation, les cinq vierges sages, qui avaient leurs lampes allumées, ont repris la marche glorieuse et victorieuse vers la gloire et la victoire finale. Elles vont traverser l’âge de minuit, remplies de puissance Divine et Feu, parce que leurs lampes sont allumées. Elles vont passer à travers des ténèbres du temps de minuit sans rien craindre, parce que leurs lampes sont allumées. La Lumière Divine qui jaillit d’elles repousseront toutes sortes de ténèbres, qui de toutes les façons, ne peuvent pas La recevoir. Ces fils de Dieu qui marchent triomphalement vers le jour de la rédemption, scellés qu’ils sont par le Saint – Esprit, arriveront un jour à la frontière entre le temps de minuit et le temps de l’aube. C’est alors que le Seigneur les fera entrer dans un autre âge : L’âge de l’aube ou le temps de l’aube. Quand le coq dont parle le Seigneur dans MARC 13. 35, commencera à chanter, une nouvelle ère prophétique débutera : L’ère de la restauration du message du soir par la Manne Fraîche. C’est en ce temps prophétique que le Seigneur se tournera vers l’Afrique, vers la Côte  d’Ivoire, pour choisir du milieu d’elle un aigle. Quelque chose de bon peut – il sortir d’Afrique, dites – vous ? O, frères, il sortira d’Afrique, de Côte d’Ivoire, une faible plante qui sera méprisée par la plupart d’entre les hommes. Il sortira de Côte d’Ivoire, d’Afrique, un cadavre pour l’accomplissement de l’Ecriture de MATTHIEU 24. 28. Comment comprendrez – vous ces choses si vos lampes sont presqu’éteintes, ou même éteintes ?  Que vos lampes soient allumées, et qu’elles luisent fort, afin que vous voyiez  venir le Moïse de Dieu, qui sera revêtu de l’Esprit d’Elie !  Avec le chant du coq qui est la Manne Fraîche, nous traverserons le temps de l’aube dans la victoire, purs, saints, et irrépréhensibles. Au temps de Moïse, la manne ne descendait qu’à l’aube, avant d’être pleinement révélée le matin, selon EXODE 16.13-15. Le soir, c’était les cailles que Dieu leur a données. C’est un type de ce qui arrive aujourd’hui, car l’histoire de la Bible se répète. Au temps du soir, frère Branham est venu avec la lumière du soir, afin de susciter les enfants de la lumière du soir. Dans sa brochure intitulée LE DIEU DE CET AGE MAUVAIS  du 1er août 1965, il dit : «  Séparez – vous de cette Eve incrédule, vous les enfants de la lumière du soir. » Or, un enfant, n’a pas l’intelligence spirituelle qu’il faut pour comprendre les Ecritures et la puissance de Dieu, car il est encore au lait. Il n’est  donc pas étonnant que les enfants de la lumière du soir, qui sont au temps de l’aube, ne comprennent pas le mystère des quatre derniers prophétiques, ni le mystère du cadavre, ni le mystère de la côte  d’Adam. Ce n’est pas étonnant qu’ils ne comprennent même pas que ce qu’ils appellent,  «  le message du temps de la fin de frère Branham »,  représente les cailles, et qu’il y a aujourd’hui la Manne Fraîche. Ce n’est pas étonnant qu’ils ne comprennent pas que celui qu’ils disent être le dernier prophète, est le précurseur de la Manne Fraîche faite chair, annonçant la Manne Fraîche pour le temps de l’aube, laquelle Manne Fraîche nous conduira au temps du matin.  Ils sont assis dans la chair de leur prophète, comme les Juifs étaient assis dans la chair de Moïse. Le Fils de l’Homme a dit à ces Juifs, qui se réclamaient de Moïse,  dans JEAN  5. 45- 47 : «  Ne pensez pas que moi je vous accuserai devant le Père ; celui qui vous accuse c’est Moïse, en qui vous avez mis votre espérance. Car si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, parce qu’il a écrit de moi. Mais si vous ne croyez pas à ses écrits, comment croirez-vous à mes paroles ? »  Les branhamistes ont mis leur espérance en Branham. Or, c’est ce Branham qui a parlé de la venue d’un autre prophète après lui, du Moïse de Dieu, et d’un autre message après le sien. Le savez – vous ? Ils prétendent croire en Branham. Mais ils ne croient pas en moi. S’ils croyaient vraiment en Branham, ils croyaient aussi en moi, car Branham a parlé de moi. Peut – être me direz – vous : « Comment frère Moïse peut – il dire que William Branham a prophétisé sa venue, alors qu’il dit que ce dernier a fait des erreurs, qu’il a menti, qu’il s’est trompé ? » Je vais vous répondre par l’Ecriture : Balaam, qui était à la fois devin et prophète, recevait les Paroles de Dieu, quand le Saint – Esprit venait. Dans NOMBRES 24.2, il est écrit dans l’Ecriture que «  l’Esprit de Dieu fut sur lui. » Le Saint – Esprit était donc sur un devin qui prophétisait de la part de Dieu. Dans NOMBRES 23.5, il est écrit expressément dans l’Ecriture que «  L’Eternel mit des paroles dans la bouche de Balaam. » J’espère que vous croyez l’Ecriture. Si Dieu a mis Ses précieuses Paroles dans la bouche d’un devin, d’un faux prophète, ce n’est pas dans la bouche de frère Branham qu’Il ne peut pas mettre Sa Parole. Je dis que frère Branham s’est trompé, mais je ne dis pas qu’il est un faux prophète. Pour moi, un vrai prophète de Dieu peut se tromper. Regardez Judas, le fils de perdition, qui était un démon : Il a avait part au même pouvoir de Christ et au même ministère apostolique que les onze autres.

Frères, sachez – le : Frère Branham a prophétisé la venue d’un nouveau Message   sur la scène prophétique, et la venue du Moïse de Dieu,  dans deux de ses brochures : L’ENLEVEMENT et LE DIEU DE CET AGE MAUVAIS. Dans la première brochure, il dit qu’il faut brûler son message avant le  lever du  jour, car il y aura un nouveau Message. Or, c’est le temps de l’aube qui est le temps qui précède le lever du jour. Par conséquent, c’est au temps de l’aube qu’il faut brûler le message de frère Branham. C’est ce que nous avons fait. Il dit de brûler son message à cause d’un nouveau Message, d’une nouvelle chose qui vient. Ce nouveau Message ne peut venir qu’au temps de l’aube. Ce nouveau Message, c’est la Manne Fraîche. Dans la deuxième brochure, il a prophétisé la venue d’un Moïse de Dieu, qui viendrait avec l’Esprit d’Elie. Et le Seigneur m’a dit : «  Je te fais Moïse », et «  Le Dieu d’Elie est sur toi. » Il m’a aussi dit : «  Tu es un aigle, et l’aigle prend son envol. Il va dans les lieux très élevés pour chercher la Manne Fraîche. »  Remarquez que Joseph Coleman et Ewald Frank ne font que répéter ce que frère Branham a dit. Moi, je ne répète pas ce qu’il a dit, mais ce que dit la Parole du Seigneur. Comment pouvez – vous comprendre ces choses si vous êtes des vierges folles dont les lampes s’éteignent, et qui ont mis leur espérance en  Branham, au lieu de la mettre en Jésus – Christ ? Seules les cinq vierges sages, qui ont leurs lampes allumées ont reçu le pouvoir de comprendre ces choses mystérieuses. Leur œil est en bon état.  Tout leur être est bien  éclairé.

Il y a un cadavre aujourd’hui autour duquel se fait le rassemblement des aigles de Dieu. L’Ecriture de MATTHIEU 24. 28, est  aujourd’hui accomplie au travers d’un ministère prophétique ordonné par Dieu Lui – même. Cherchez et trouvez ce cadavre, et vous trouverez la Parole du Seigneur.

Dans MATTHIEU 25 où il est question des dix vierges, se trouve le mystère des quatre derniers temps prophétiques : Le soir, minuit, l’aube et le matin. Ces quatre derniers temps prophétiques se trouvent aussi dans la Parole de l’Ecriture de MARC 13. 32- 35 et de LUC 12.38. Ces temps prophétiques sont cachés aux yeux des vierges folles qui vivent dans le reflet de la lumière du soir, mais ils sont révélés aux aigles, parce que ceux – ci ont trouvé le cadavre de MATTHIEU 24.28. « En quelque lieu que soit le cadavre, là s’assembleront les aigles. »  Là où est le cadavre, là s’assemblent les aigles de Dieu. L’aigle  de Dieu représente un oiseau qui est capable de monter très haut dans les hauteurs spirituelles pour voir ce que les faucons et les vautours ne peuvent pas voir. Tandis que les faucons disent à l’unisson : «  Frère Branham dit, frère Branham dit », les aigles s’assemblent autour du cadavre du temps de l’aube, et proclament la  Toute – puissance de Jésus – Christ, le seul et unique Dieu, Son infaillibilité, Sa seconde venue, Sa puissance de résurrection, Sa Parole.

Que vos  lampes soient allumées, car nous allons à la rencontre du Seigneur Jésus – Christ. Après le temps de minuit, nous avons le temps de l’aube à traverser. C’est pourquoi nous devons garder nos lampes allumées. Quelques frères ont manifesté leur statut de vierges folles en mettant leur espérance en Branham. C’est leur destin. Seuls ceux qui auront leurs lampes allumées seront enlevés. Seuls ceux qui auront expérimenté le baptême du Saint- Esprit et de Feu, comme les apôtres l’ont expérimenté, seront enlevés. Frères, soyez donc revêtus de la puissance d’En-Haut. Soyez remplis du Saint-Esprit, et que vos lampes soient toujours allumées ! Recherchez toujours la plénitude de la puissance de Dieu en vous. L’Ecriture dit que nous devons être remplis jusqu’à toute la plénitude de la Divinité, selon EPHESIENS 3.19. Comment atteindre cette plénitude de la Divinité ? Certainement pas en croyant en moi, mais en Jésus – Christ le Rédempteur, par ma parole. Il faut ensuite que Christ habite en nous véritablement, que nous soyons enracinés et fondés dans l’amour de Christ, que nous comprenions  la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur de l’amour de Christ. Tout est centré sur l’Amour de Christ, et non l’amour de frère Moïse, encore moins de frère Branham. Comment pourrez – vous être remplis jusqu’à toute la plénitude de la Divinité, si vos lampes ne sont pas allumées ? Comment pouvez – vous aimer Christ de tout votre cœur,  si vos lampes ne sont pas allumées ? O, frères, ne devons –  nous pas demander à être remplis du Saint – Esprit,  jusqu’à toute la plénitude de la Divinité ? C’est une promesse pour nous.  En COLOSSIENS 2.9, l’Ecriture dit qu’en Christ « habite corporellement toute la plénitude de la Divinité. » L’Ecriture ne dit pas qu’en Christ habitait toute la plénitude de la Divinité (au passé), mais habite ( au présent). Pense – y ! Cela veut dire, prophétiquement parlant,  que  toute la plénitude de la Divinité,  n’a pas habité uniquement en Jésus – Christ  de Nazareth. Car cette plénitude de la Divinité peut aussi habiter en nous, qui avons été faits Christs par Christ. Nous ne sommes pas le Christ Jésus de Nazareth, mais des Christs, des hommes faits Christs par l’unique Christ Jésus. Frères, l’Ecriture dit que toute la plénitude de la Divinité habite (au présent) en Christ. Pas en Jésus – Christ, mais en Christ. Cette plénitude a déjà habité en Jésus – Christ de Nazareth. Et elle doit continuer d’habiter dans des hommes. Pour cela, le Seigneur Dieu, qui avait fait Moïse Dieu, a fait des hommes des Christs. Il les a faits Christs, parce que toute la plénitude de la Divinité n’habite qu’en Christ. Pour que cette plénitude de la Divinité puisse toujours habiter en Christ, Christ a fait Christs d’autres hommes. Ces hommes – là ne sont pas le Christ Jésus, mais des Christs faits Christs par le Christ Jésus, afin que toute la plénitude continue d’habiter en Christ.

Je crois que toute la plénitude de la Divinité a habité aussi en Paul, sinon, il ne pouvait pas nous dire d’être remplis jusqu’à toute la plénitude la Divinité. Paul était donc un Christ. Pas le Christ, mais un Christ. Le Christ, c’est Jésus. Et nous aussi nous sommes des Christs. Nous ne sommes pas le Christ, mais des Christs. L’Ecriture dit que dans les derniers temps, il y aura des faux prophètes et de faux christs. Il ne peut pas y avoir de faux prophètes sans qu’il y ait  aussi de vrais prophètes, pas plus qu’il ne peut pas y avoir de faux christs,  sans qu’il y ait de vrais Christs.  Ces vrais Christs, ne sont pas le Christ. Si toute la plénitude de la Divinité  habite en Christ, et si  nous sommes remplis jusqu’à toute la plénitude de la Divinité, alors nous sommes des Christs. Mais comment pourrions – nous être remplis jusqu’à toute la plénitude de la Divinité, si nos lampes ne sont pas allumées ? Encore une chose, qui confirme ce que je viens de dire. Si nous sommes remplis jusqu’à toute la plénitude de la Divinité, alors nous sommes des Dieux. Selon EXODE 7.1, Moïse a été fait Dieu, avec un «  D » majuscule. Moïse était – il Dieu oui ou non ? Il était Dieu. C’est ici la Parole immuable. Il était Dieu. En lui donc  a habité toute la plénitude de la Divinité : C’était  donc un Christ, qui a annoncé l’avènement du Christ Jésus. Moïse était un Christ, parce que c’est en Christ qu’habite toute la plénitude de la Divinité.  Les vrais Christs conduisent les gens à l’unique Christ, mort et ressuscité pour notre justification : Le Christ Jésus.

Je veux dire quelque chose concernant la Divinité de l’homme. Dans le jardin d’Eden, le serpent a dit à la femme, qu’en mangeant de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, Adam et elle seront comme des dieux, connaissant le bien et le mal (GENESE 3.1-5). Dans  GENESE 3.22, voici ce que Dieu dit : « L’homme est devenu comme l’un de nous, pour la connaissance du bien et du mal. » Si l’homme est devenu comme l’un d’eux, comme le dit Dieu, cela ne veut – il pas dire que l’homme est devenu comme un dieu ?  Ce que le serpent a dit à la femme était – il donc vrai ?  Ce qu’il a dit est vrai, mais cette vérité est un mensonge, parce qu’il est sorti de la bouche du diable. Ce qui est extraordinaire, c’est que Dieu lui – même avait dans Son plan éternel, le désir de faire l’homme Dieu. Ce désir s’est réalisé en Moïse, qu’Il a fait Dieu. Mais, Il ne s’est pas arrêté à Moïse, car Il a souverainement étendu le mystère de la Divinité de l’homme à d’autres hommes. C’est pourquoi le Fils de l’Homme Lui – même dit, dans JEAN 10.34-35, que ceux à qui la Parole de Dieu est adressée, sont appelés Dieux. C’est la Parole. Et Elle est non seulement immuable, mais Elle s’accomplit aussi toujours. Moïse était Dieu. Et en lui, a habité toute la plénitude de la Divinité. Il était donc un Christ. C’était le Christ de son temps.

Esaïe, était un type de Christ.  En lui a habité toute la plénitude de la Divinité. Il était un Christ, annonçant la naissance et la mort du Christ  Jésus pour nos péchés. Dans ESAIE 7.14- 15, il a prophétisé qu’une vierge enfanterait un fils, et qu’elle lui donnerait le Nom d’Emmanuel. Mais quand ce fils est né, elle ne lui a pas donné le Nom d’Emmanuel, mais le Nom de Jésus. Si vos lampes sont éteintes ou presqu’éteintes, comment pourriez – vous comprendre ces choses ? Pourquoi le Nom de Jésus et non celui d’Emmanuel ? Parce que le Nom d’Emmanuel n’est pas un nom rédempteur de Dieu, alors que le Fils promis venait pour la rédemption. Il devait donc porter un nom rédempteur. Ce Nom rédempteur, c’est Jésus. Mais, Il sera Emmanuel dans la plénitude pendant le millénium, quand Dieu Lui – même sera avec nous dans Son glorieux corps incorruptible et infiniment  puissant. L’Ecriture dit encore que le fils qui allait naître de la vierge ne serait  pas allaité,  jusqu’à ce qu’il sache choisir le bien et rejeter le mal. C’est pourquoi, Jésus n’a jamais tété. Marie ne L’a jamais allaité. Amen ! Comment les gens dont les lampes sont éteintes ou presque, peuvent – ils comprendre ces choses cachées ? C’est ici le mystère de Dieu qui se cache en se révélant, et qui se révèle en se cachant. Si vous êtes remplis du Saint – Esprit jusqu’à toute la plénitude de la Divinité, comme Jésus de Nazareth, vous êtes des Dieux, vous êtes des Christs, Jésus – Christ Lui – même étant l’unique Dieu et l’unique Christ. Si  toute la plénitude de la Divinité est en moi, je suis un Christ, mais je ne suis pas le Christ. Je ne suis point l’égal de Christ, mais un Christ en qui Christ habite. Je peux être rempli jusqu’à toute la plénitude de la Divinité, mais je ne serai jamais le Dieu Tout – puissant, je ne serai jamais l’égal de Christ. La Divinité de Jésus – Christ est unique en son genre, elle est inégalable et inégalée.  Je ne  peux être qu’un Dieu puissant, enclin à la faiblesse de la chair, qui fait des erreurs comme tout homme, et qui mourra comme tout homme. J’espère que vos lampes sont bien allumées en ce moment précis.  L’Ecriture dit, dans PSAUMES 68. 29 : «  Ton Dieu ordonne que tu sois puissant. » Si cette Parole est appliquée à Moïse, qui a été fait Dieu, il devient Dieu puissant.  Dieu l’a fait Dieu. Et Dieu lui ordonne d’être puissant. Et Dieu le rend puissant. Il devient alors Dieu puissant. Où en êtes – vous avec vos lampes : Sont –elles allumées ou éteintes ?  Dieu n’a jamais dit à personne : « Je t’ordonne d’être tout – puissant. » Quand le Dieu Tout – puissant était dans la chair de Jésus – Christ de Nazareth, Celui – là n’était que Dieu puissant. J’espère que vos lampes sont bien allumées en ce moment, sinon, comment ferez – vous pour saisir la pensée de Christ,  que j’essaie de vous donner maintenant ? Avant que Jésus – Christ ne soit manifesté en chair, Il était Dieu Tout – puissant. Quand Il a été manifesté en chair, Il est devenu Dieu puissant.

Quand vous êtes remplis  du Saint – Esprit, de Vie Divine,  jusqu’à toute la plénitude de la Divinité, vous n’avez pas seulement une lampe, mais vous êtes une  Lampe de Dieu. C’est ici la Manne Fraîche.


2. NOUS DEVONS GARDER NOS LAMPES ALLUMEES,  PARCE QUE NOUS SOMMES LA LAMPE DE DIEU,  LA LUMIERE DU MONDE.

Le  mystère de la lampe de Dieu  ou de la Lumière du monde revêt trois aspects :

Premier aspect : La lampe de Dieu, c’est la Parole de Dieu dans Sa forme originelle et spirituelle : « Ta Parole est une lampe à mes pieds, et une lumière sur mon sentier » dit l’Ecriture dans PSAUMES 119.105. Ici, comme vous pouvez le constater, la Parole du Seigneur est à la fois une lampe et une lumière.  Ainsi donc la Parole qui était au commencement, par Qui toutes choses ont été faites, le bien et le mal, la lumière et les ténèbres, le jour et la nuit, est la Lampe et la Lumière de Dieu. Cette Parole qui était au commencement, était Dieu. Son Nom, c’est Jésus – Christ Dieu. Quand je parle de Jésus – Christ Dieu, je veux parler de Jésus – Christ, avant qu’Il ne soit venu en chair dans le monde. Il est expressément mentionné dans l’Ecriture, l’expression prophétique « Jésus – Christ homme.» C’est pourquoi, je parle de Jésus – Christ Dieu.  Cette Parole est infaillible et éternelle. Elle est unique en Son genre. Cette Parole, c’était le Fils de l’Homme dans Sa forme spirituelle et céleste, dans Son corps spirituel et céleste, dans Son corps éternel et immortel.

Deuxième aspect : La lampe de Dieu, c’est la Parole de Dieu faite chair. Cette Parole de Dieu faite chair, s’appelle Jésus – Christ homme. Cette Parole faite chair s’est trompée, alors que la Parole  qui était au commencement,  dans Son corps céleste,  ne peut pas se tromper. Mais quand cette Parole, qui est esprit, qui ne peut donc  pas se tromper, quand Elle est dans Son corps spirituel et céleste, a été faite chair, Elle s’est trompée. Vous voyez ! Le Dieu – esprit ne peut pas se tromper. Mais quand ce Dieu – esprit devient Dieu fait chair, Il peut se tromper. Quand ce Dieu – esprit devient un simple homme, semblable à nous, Il peut se tromper. Le Dieu – esprit, c’est le Saint – Esprit. Le Saint – Esprit ne peut donc pas se tromper, quand Il demeure sous Sa forme spirituelle et surnaturelle. Mais, quand Il devient chair dans un homme, Il peut se tromper. Je dis bien quand Il devient chair,  c’est – à – dire un simple homme. Quand Il parle dans l’homme, Il ne peut se tromper, mais quand Il devient chair, un homme, et que cet homme – là, qui est Dieu fait chair, pose des actes, il peut se tromper.  Je suis parfaitement conscient que ce que je dis est difficile à comprendre. Mais c’est justement ce qui est difficile à comprendre qu’il vous faut. Car ce qui est difficile à comprendre, c’est la nourriture solide réservée uniquement aux aigles de Dieu. Ce qui est difficile à comprendre l’est seulement pour les bébés spirituels, qui  sont encore au lait, pour les aiglons, mais pas pour les aigles. Dans HEBREUX 5.12-14, on peut distinguer deux sortes de chrétiens : Les enfants et les hommes faits. Les enfants sont au lait, ils n’ont pas l’expérience de la Parole de justice, ni de la nourriture solide ; ils ne comprennent ni les Ecritures ni la puissance de Dieu. Les hommes faits quant à eux, ont dépassé le stade du lait ; ils ont l’expérience de la Parole de vérité et de la nourriture solide ; ils sont revêtus de la puissance d’En – Haut et de Feu, contrairement aux enfants en Christ,  qui n’ont reçu que le don du Saint – Esprit. Ils ont non seulement leurs lampes allumées, mais ils sont eux – mêmes des lampes allumées. Ils n’ont plus besoin de lait, mais de nourriture solide. Cette nourriture solide, c’est ce que le Seigneur vous donne au travers de la Manne     Fraîche en ce temps de l’aube. Quand je vous dis que Jésus – Christ homme s’est trompé, mais que Jésus – Christ Dieu ne peut pas se tromper, vous êtes tout embrouillés. C’est parce que vous êtes des enfants en Christ, des bébés spirituels, que vous n’avez pas l’expérience de la Parole de justice, et que vous ne comprenez ni les Ecritures ni la puissance de Dieu. Ces bébés spirituels sont mêmes scandalisés,  parce qu’ils pensent que je dénigre le Seigneur. Or, c’est le Seigneur Lui – même qui m’a révélé qu’Il s’est trompé quand Il était dans Son corps de chair, et qui m’a dit d’en parler ouvertement. Cette nourriture solide, je le sais, n’est pas destinée à tous, mais seulement aux aigles, aux hommes faits. Lorsque vous lisez MATTHIEU 21.18-20, et que vous faites partie de « ceux dont le jugement est exercé par l’usage à discerner ce qui est bien et ce qui est mal », et que vos lampes sont bien allumées, vous voyez que le Seigneur Jésus s’est trompé. Il a cru qu’il y avait des figues sur le figuier, c’est pourquoi Il s’en était approché. Mais il n’y avait pas de figues. Le fait qu’Il ait dans Sa colère,  maudit le figuier, montre à quel point Il était contrarié. Il s’est trompé, mais Il n’a point connu le péché. Mon   Sauveur s’est trompé. Qu’on ne me dise donc pas que William Branham ne s’est jamais trompé. Le Dieu – esprit ne peut pas se tromper. Mais quand ce Dieu – esprit s’est fait homme en Jésus – Christ de Nazareth, Il s’est trompé.  Cette Parole est trop dure, me direz – vous. Mais c’est ici la nourriture des aigles, au moment même où le cadavre de MATTHIEU 24. 28, est révélé en ce temps de l’aube.

Un jour, le Seigneur Jésus parlait avec la femme samaritaine, au puits de Jacob, dans JEAN 4. Il dit à cette femme : «  Va, et appelle ton mari. » Mais elle lui dit : «  Je n’ai point de mari. » Et Jésus lui dit : «  Tu as eu raison de dire : Je n’ai point de mari. Car tu as eu cinq maris, et celui que tu as maintenant, n’est pas ton mari. En cela, tu as dit vrai. »  Vous voyez ! Le Seigneur pensait qu’elle avait un mari au moment où Il lui parlait. C’est pourquoi Il lui dit : «  Va, et appelle ton mari. » Vous voyez ! Il s’est trompé. Car Il a parlé comme n’importe qui d’entre nous, sans révélation. Il pensait qu’elle avait un mari. Mais après cela, l’Onction du Saint – Esprit L’a frappé, et le Don prophétique se mit à l’œuvre. C’est alors qu’Il a pu révéler la vie cachée de la femme samaritaine. Quand Il s’est trompé, c’était Son côté purement humain. Mais quand Il a révélé la vie de cette femme, c’était Son côté purement Divin. Dans chaque prophète de Dieu, il y a ces deux côtés : Le côté humain et le côté Divin. C’est pourquoi, quand le prophète de Dieu donne un avis personnel sur quelque chose, il peut se tromper. Mais quand Il parle au Nom du Seigneur, et par le Saint – Esprit, il ne peut pas se tromper. Car, ce n’est pas lui qui parle, mais le Saint – Esprit qui est en lui. Prenons le cas biblique du prophète de Dieu Elisée. Quand la sunamite lui a dit que son fils était mort, le prophète a donné des instructions à Guéhazi, pour sa résurrection. Il lui a dit de prendre son bâton, de ne pas saluer les gens, et de poser ce bâton  sur le mort. C’est ce que Guéhazi a fait, mais il n’y a eu ni signe, ni son : L’enfant n’est pas ressuscité. Vous voyez ! Le prophète Elisée, qui avait sur lui la double portion de l’Esprit d’Elie a échoué ; il s’est trompé. C’était son côté humain. Mais, quand l’Onction l’a frappé, et qu’il a su exactement ce qu’il fallait faire, il a réussi : L’enfant est ressuscité.

Quand il donnait ses instructions à Guéhazi, il avait foi que l’enfant allait ressusciter. Mais sa foi l’a trahi. Il avait manifesté une foi naturelle. Mais quand l’Onction l’a frappé, et qu’il a connu la volonté de Dieu, il a reçu une foi surnaturelle. Et, il y a eu un miracle.

Le prophète de Dieu peut – il se tromper ? OUI. Il peut se tromper quand il parle de son propre chef. Mais quand il parle par le Saint – Esprit qui est en lui, il ne peut pas se tromper. Quand il parle par le ‘‘ Ainsi dit le Seigneur’’, ou au Nom du Seigneur, ou quand il dit que c’est Dieu qui lui a dit de dire telle ou telle chose, ou encore quand il dit que c’est le Seigneur qui lui a montré une vision, il ne peut absolument pas se tromper.

Le problème avec William Branham, c’est qu’il dit par exemple que le Seigneur lui a montré une vision, ou qu’Il lui a dit quelque chose, et avec le temps, la chose n’arrive pas. C’est plus que se tromper, parce qu’il a dit quelque chose par le ‘‘ Ainsi dit le Seigneur ‘’, et cela n’est pas arrivé. J’ai à ma disposition des ‘‘ Ainsi dit le Seigneur ‘’ de William Branham qui ne se sont pas accomplis, et qui ne vont pas s’accomplir.

Maintenant écoutez ce que dit l’Ecriture dans HEBREUX 6. 1-2 : La foi en Dieu est un rudiment de la Parole de Christ, un élément de la Parole de Christ. Dans HEBREUX 5.12, il est question de premiers  rudiments des oracles de Dieu enseignés aux enfants. Parmi ces premiers rudiments des oracles de Dieu, se trouve la foi en Dieu. Laissons l’Ecriture parler : «  C’est pourquoi laissant les éléments de la Parole de Christ, tendons vers ce qui est parfait, sans poser de nouveau le fondement du renoncement aux œuvres mortes, de la foi en Dieu, de la doctrine des baptêmes, de l’imposition des mains, et du jugement dernier.» (HEBREUX 6.1). Comprenez – vous ce qui dit cette Parole de l’Ecriture ? Elle dit de laisser  de côté les éléments de la Parole de Christ, afin de tendre vers ce qui est parfait. Et Elle cite les éléments de la Parole : Le renoncement aux œuvres mortes, la foi en Dieu, la doctrine des baptêmes, l’imposition des mains, le jugement dernier. Prenons maintenant la foi en Dieu. L’Ecriture dit de laisser cela de côté, et de tendre vers ce sui est parfait. Si la foi en Dieu n’est pas ce qui est parfait,  qu’est – ce qui est donc parfait ? Tous les chrétiens ont foi en Dieu, et ils pensent que tout est parfait en eux. Mais voilà que la Bible qu’ils aiment tant,  leur dit que la foi en Dieu n’est pas ce qui est parfait, et qu’il faille même laisser cela de côté, et tendre vers ce qui est parfait. Voilà quelque chose qui est difficile à comprendre,  n’est- ce pas ?  Souvenez – vous : Ce qui est difficile à comprendre, c’est la nourriture solide,  et non le lait. Et cette nourriture solide n’est pas pour les enfants, les bébés en Christ, mais pour les hommes faits. Si la foi en Dieu n’est pas ce qui est parfait, cela veut dire que quand vous croyez en Dieu, vous ne faites rien d’extraordinaire, d’autant plus que même le diable croit en Dieu. Maintenant, si croire en Dieu n’est pas ce qui est parfait, et que malgré la foi en Dieu, nous devons encore  tendre vers ce qui est parfait, en laissant la foi en Dieu de côté, qu’est – ce qui est donc parfait ? Ce qui est parfait, ce n’est pas la foi en Dieu, mais la foi en Dieu fait homme, la foi en Jésus – Christ le Dieu fait homme, la Parole faite chair. La foi en l’homme devenu Dieu est parfaite, ainsi que la foi en Dieu devenu homme.  C’est ici le mystère de la foi parfaite. C’est pourquoi Jésus – Christ homme dit, dans JEAN 14. 1 : «  Croyez en Dieu, et croyez en moi. » Ce n’est pas la foi en Dieu seulement qui nous sauve, mais la foi en Dieu manifesté en chair, en Jésus – Christ le Dieu devenu homme. C’est pourquoi l’Ecriture dit de croire au Nom du Fils unique de Dieu,   Jésus – Christ, pour avoir le salut. C’est en croyant en ce Nom humain de Dieu, qu’on est sauvé. Savez – vous que la Vie éternelle était dans le Fils Jésus- Christ de Nazareth, et qu’après Lui, cette Vie éternelle est passée en Pierre, qui avait les clés du Royaume des cieux, et que maintenant, cette même Vie est dans le cadavre de MATTHIEU 24. 28 du temps de l’aube ? Vous voyez ! Dieu a mis la Vie éternelle en Dieu fait chair. C’est pourquoi, dans JEAN 6. 40, il est dit que pour avoir cette Vie, il faut voir le Fils de l’Homme et croire en Lui.  C’est ici le deuxième aspect du mystère de la Lampe de Dieu. Avoir foi en Dieu, sans avoir foi en Dieu fait homme, est vain. Croire en la Parole, sans croire en la Parole faite chair, est vain.  Dans JEAN 14.1, je le répète,  le Fils de l’Homme dit : «  Croyez en Dieu, et croyez en moi. » Si croire en Dieu était suffisant, Il n’aurait jamais dit : Croyez en moi. Ici le Fils de    l’Homme, c’était Jésus – Christ homme ; donc un simple homme. Pour pouvoir tendre vers ce qui est parfait, les disciples ne devaient pas se contenter de croire seulement en Dieu, mais aussi et surtout en Jésus – Christ homme, qui n’était personne d’autre que Dieu fait chair. Il était la parfaite  et l’unique incarnation de Dieu sur terre. Personne ne peut prétendre croire en Dieu, sans croire en l’incarnation de ce Dieu – là. Personne ne peut prétendre croire en un Dieu invisible, sans croire en l’image visible  de ce Dieu invisible. Les Juifs croyaient en Dieu, n’est – ce pas ? Ils étaient au lait. Maintenant, ils devaient tendre vers ce qui était parfait, vers la foi parfaite, en croyant en Jésus – Christ homme, qui était l’incarnation, l’image visible de leur Dieu. Mais, ils n’ont pas cru en Lui. Et ils sont perdus. Croire en Dieu qu’on ne voit pas, sans croire en Son incarnation, en Son image visible, c’est aller à la perdition. Tous les hommes ou presque croient en Dieu, mais le problème, c’est de croire en l’incarnation de ce Dieu – là, qui est Christ.

Les hommes croient en Dieu, parce qu’ils ne L’ont jamais vu. Le jour où ils Le verront, ils Le rejetteront, tout en  prétendant croire en Lui. C’est ici la Manne Fraîche.

Dans le jardin d’Eden, c’est un homme qui est tombé dans le péché. Et par cet homme, Adam, le péché et la mort sont rentrés dans le monde, et se sont étendus sur tous les hommes. Pour le rachat de l’homme déchu, Dieu Lui – même est descendu sur terre en prenant la forme d’un homme dans un corps de chair. C’est dans ce corps de chair, que tout le plan de la rédemption a été accompli. Ce plan de la rédemption ne s’est pas accompli dans le corps céleste de Dieu, mais dans Son corps de chair. Ce n’est pas le Dieu – esprit qui est mort pour nos péchés, mais le Dieu – esprit devenu homme, Jésus – Christ homme. Voilà pourquoi, si vous croyez seulement en Dieu, comme les autres hommes le font, sans croire en  Jésus – Christ homme, vous êtes perdus.  Croire en Dieu n’est qu’un élément de la Parole.  Le diable aussi croit en Dieu. Laissez cela de côté, et tendez vers ce qui est parfait, vers la foi parfaite. Ce qui est parfait, c’est de croire en un homme fait, en un homme ayant atteint la plénitude de la stature de Christ, en un homme qui ne pratique pas le péché, et qui ne peut pas pécher, en un homme fait Dieu par Dieu, ou en Dieu fait homme. C’est ici la Manne Fraîche. Dieu a fait reposer tout Son plan de la rédemption en Jésus – Christ homme. La repentance, le pardon des péchés, le salut, la vie éternelle, le baptême du Saint – Esprit, sont prêchés au Nom du Seigneur  Jésus – Christ. Or, ce Nom – là, c’est le Nom du Fils de Dieu. Et le Fils de Dieu,  est Dieu.  Il est Dieu, et Il est aussi homme. C’est donc le Nom de Dieu fait homme. Jésus  est le Nom humain et le Nom Divin de Dieu. C’est le Nom que le Dieu – esprit a porté, lorsqu’Il est devenu un simple homme, lorsqu’Il s’est fait homme, par Sa volonté souveraine. C’est aussi Son Nom quand Il est redevenu le Dieu-esprit. Lorsque la Parole a été faite chair, Elle est appelée du Nom de Jésus. Le nom par lequel nous sommes sauvés, c’est le Nom de la Parole faite chair, et le Nom de la Parole. D’ailleurs l’Ecriture dit, dans JEAN 3.18 : «  Celui qui croit en lui n’est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. » Vous voyez ! Celui qui croit au Nom du Fils n’est point jugé. Celui qui croit donc en Jésus – Christ, n’est point jugé. Mais celui qui croit seulement en Dieu, est déjà jugé. Celui qui ne croit pas est déjà jugé, dit l’Ecriture, « parce qu’il n’a pas cru au Nom du Fils unique de Dieu. » Vous voyez ! La foi  que nous devons avoir pour être sauvés,  est étroitement liée au Fils,  et non au Père seulement. Et le Fils, c’est le Père  fait homme. Vous voyez ! Si vous croyez en Dieu seulement, comme l’ont fait beaucoup de Juifs,  sans croire en Dieu fait homme, vous êtes perdus. Ne placez pas seulement votre foi en Dieu,  que vous ne voyez pas, mais aussi et surtout, en Dieu que vous voyez, parce que le Dieu que vous ne voyez pas,  se rend visible à travers l’homme que vous voyez. Il est encore écrit dans l’Ecriture, que «  Dieu a tant aimé le monde, qu’il a donné  Son Fils unique, afin que quiconque croit en lui, ne périsse point, mais qu’il ait la vie  éternelle. » (JEAN 3. 16).  Maintenant dites – moi : En qui devons – nous croire pour avoir la vie éternelle : En Dieu ou en  Son Fils ? C’est en Son Fils qu’il faut croire. Or, Son Fils, ce n’est pas le Saint – Esprit, car Dieu  n’a jamais engendré le Saint – Esprit, mais  Jésus – Christ homme. Il faut donc croire en Jésus – Christ venu en chair, c’est – à – dire en Dieu fait homme, et non en Dieu – esprit seulement. C’est ici le mystère de la foi parfaite. Dieu le Père,  dit Lui – même, que c’est en Son Fils qu’il nous faut croire. Autrement dit, il faut croire en Lui,  quand Il est devenu un homme, afin d’avoir la vie éternelle. Quand le  Seigneur était sur terre dans Son corps terrestre, Il était la Lumière du monde, la Lampe de Dieu, pour éclairer tout homme. C’était la  plénitude de la plénitude de la Lumière céleste incarnée. C’était la plénitude de la plénitude de la Parole incarnée, du Verbe incarné. En tant Parole faite chair, Il était la Lampe de Dieu incarnée. Cette Lampe de Dieu incarnée a été éteinte sur la croix de Golgotha, après avoir accompli toutes les prophéties La concernant, tandis que la Lampe éternelle de Dieu continuait de luire. En tant que Parole éternelle, Elle demeure à perpétuité, la Lampe de Dieu qui ne s’éteint point.  Dans 1 JEAN 5. 9-12, l’Ecriture parle du témoignage de Dieu le Père. Voici ce témoignage : La Vie éternelle se trouve dans Son Fils. Pas dans le Père, mais dans le Fils. Car le Père a rendu cette Vie manifeste dans le Fils.  Celui qui a le Fils, a donc la Vie éternelle. Qu’en est – il de ceux qui prétendent avoir le Père,  et qui renient  le Fils ? Pensez – y ! Dieu le Père a transféré toute Sa vie dans Son Fils Jésus – Christ. Pour avoir cette vie – là, il faut venir  donc au Fils unique de Dieu, Jésus – Christ. Dieu le Père a remis les clés du Royaume des cieux à Son Fils. Et Son Fils, après Sa glorieuse résurrection, et le jour de la Pentecôte, a remis ces mêmes clés à Pierre, qui était devenu le Fils de Dieu. Le mystère commence à se déployer véritablement. Assurez – vous que vos lampes sont bien allumées.  Le Père a remis les clés du Royaume des cieux à Son Fils unique, Jésus – Christ de Nazareth. Et le Fils unique de Dieu, Jésus – Christ,  a remis ces mêmes clés à l’apôtre Pierre,  qui était un fils de Dieu. Un jour, le Seigneur a envoyé un ange chez Corneille, avec un message pour lui : « Envoie à Joppé, et fais venir Simon, surnommé Pierre, qui te dira les choses par lesquelles tu seras sauvé, toi et toute ta maison. »  Si c’est Pierre, et non Jésus – Christ de Nazareth,  qui devait dire à Corneille, les choses par lesquelles il serait sauvé, lui et sa famille cela veut dire tout simplement qu’il devait croire en Pierre, qui était un simple homme. Mais en ce simple homme, était la plénitude de la Divinité. Ce simple homme, était devenu un Christ, par la volonté de l’unique, Christ le Rédempteur. Remarquez  que Corneille, avant l’arrivée de l’ange dans sa maison, croyait déjà en Dieu. Il est même écrit qu’il était pieux et craignait Dieu. Cela aurait dû suffire. Mais, la foi en Dieu, n’est qu’un rudiment de la Parole. Corneille tendait donc tendre vers ce qui est parfait, vers la foi parfaite : Croire en un homme fait Dieu par Dieu.  Croire en celui qui avait les clés du Royaume des cieux en ce temps – là ; croire en Jésus – Christ par la parole de Pierre, qui était un Christ pour ce temps – là. Pas le Christ, mais un Christ. C’est ici le mystère de la   Manne Fraîche,  que vous ne pouvez comprendre que si vos lampes sont bien allumées. Corneille croyait déjà en Dieu ; il était même pieux, plus pieux que la plupart des chrétiens d’aujourd’hui ; il craignait Dieu plus que la plupart des soi– disant chrétiens d’aujourd’hui ; il faisait l’aumône au peuple ; il priait continuellement, il priait plus que la plupart des soi – disant chrétiens d’aujourd’hui. Malgré tout cela, il n’était pas encore sauvé. Pensez – y !  Il croyait en Dieu, mais il n’était pas encore sauvé. Pour qu’il soit sauvé, il devait maintenant croire en un homme revêtu de la puissance d’En – Haut. Remarquez que c’est le Seigneur Lui – même qui a envoyé son ange chez Corneille, pour lui dire d’envoyer chercher un homme, Pierre. Pensez – y ! Il lui a montré le chemin du salut. C’est quand il a écouté l’apôtre Pierre, et qu’il a cru en lui, qu’il a été sauvé de ses péchés, et qu’il a reçu le Saint – Esprit, avec  des  manifestations surnaturelles. Qui était Pierre en ce temps – là, pour que le Seigneur Lui – même demande à Corneille de l’envoyer chercher, pour son salut ? Pour moi, il était la Parole faite chair pour son temps, Jésus – Christ Lui – même étant la plénitude de la  Parole faite chair pour tous les temps, l’unique Parole faite chair pour tous les temps. Qui était Pierre en ce temps – là ? Il  a été fait Dieu par l’unique Dieu, Jésus – Christ. N’oubliez pas qu’il avait en ce temps – là les clés du Royaume des cieux. Il était un homme fait Dieu par Dieu, à l’instar de Moïse. En croyant en lui, Corneille pouvait tendre vers ce qui est parfait. La Divinité de l’homme nous permet d’entrer dans la plénitude de la Divinité de Dieu. Dans ACTES 2.41, il est écrit dans l’Ecriture que «  ceux qui acceptèrent sa parole furent baptisés. » Ces gens – là ont accepté la Parole de qui : De Jésus – Christ de Nazareth ou de Pierre ? Ils ont accepté la parole de Pierre. Jésus de Nazareth n’était pas là pour prêcher, mais Christ était toujours vivant pour prêcher. Et Il était en Pierre quand celui – ci prêchait  la Parole. Comment peut – on accepter la parole d’un homme comme Pierre, et être sauvé ? Avez – vous déjà pensé à cela ?  C’est parce que Pierre était la Parole faite chair ce jour – là. Ce   Pierre a même dit que le baptême devait se faire au Nom de  Jésus – Christ, alors que Son maître,  Lui, a dit que c’était au nom du   Père, du Fils et du Saint – Esprit. O, quel mystère ! Quand Jésus de Nazareth n’était plus là physiquement, c’était Pierre qu’on devait écouter ; c’était en Pierre qu’il fallait croire si on voulait croire au Seigneur Jésus – Christ. Les clés du Royaume des cieux étaient avec lui. Dans JEAN 17. 20, le Fils de l’Homme dit  qu’Il a prié pour ceux qui croiraient en Lui par la parole de Ses apôtres. Comprenez – vous cela ? Il a prié pour ceux qui croiraient en Lui par la prédication de Ses disciples. Il a donc prié pour les trois mille hommes environ qui ont cru en Lui par la parole de Pierre ; il a aussi prié pour Corneille et pour sa maison, qui ont cru en Lui par la parole de Pierre. Il a prié pour les Corinthiens qui ont cru en Lui par la parole de Paul. Ces disciples – là étaient la Parole faite chair en qui il fallait croire, afin d’être conduit à la Parole. Aujourd’hui, ils ne sont plus de ce monde. Or, il y a encore des gens pour qui le Seigneur a déjà  prié, afin qu’ils croient en Lui par la parole d’autres ministres de la Parole. C’est dans cette perspective bénie, qu’Il m’a aussi  choisi du milieu de cette génération corrompue. Et Il m’a donné la Manne Fraiche pour vous. Il a prié aussi pour vous qui croyez en Lui par ma parole.

Croyez au Seigneur, mais croyez aussi en moi, car je suis sorti de Lui pour proclamer Sa Parole et Son salut au milieu de vous.

Maintenant, laissez  la foi en Dieu de côté, et tendez vers ce qui est parfait pour ce temps de l’aube : La foi en la  Divinité révélée dans la chair humaine. Frère Moïse, veux– tu dire que toi aussi tu es la Parole faite chair ? Ce n’est pas moi qui le dis, mais Celui qui m’a envoyé. Celui – là parle pour moi, et ce qu’Il dit est vrai, mais la plupart d’entre vous ne peuvent pas le porter. Car leurs lampes s’éteignent. Si malgré tous les dérages des corinthiens, Dieu dit qu’ils étaient la Lettre de Christ, écrite par l’Esprit du Dieu vivant, à combien de plus forte raison, ne serais – je pas devenu aussi la lettre de Christ, après que la Parole se soit adressée à moi ?  N’est – il pas écrit dans votre Bible, que celui à qui la Parole de Dieu est adressée, est appelé Dieu ? Or, la Parole de Dieu s’est adressée à moi. Cette Parole, c’est la Manne Fraîche. La Manne Fraîche, cette Parole bénie éternellement, est venue à moi. Alors, Dieu est tenu d’accomplir en moi, la Parole de l’Ecriture de JEAN 10.34-35. Et Il l’a fait. Je n’ai pas de témoignage propre, mais le témoignage de l’Ecriture qui s’est révélée. Et Son témoignage est vrai ; c’est la Vie éternelle. Qu’est-ce qu’une Lettre de Christ ? Pour moi, c’est la Parole de Christ rendue manifeste dans une chair humaine. Vous voyez ! Le témoignage de Celui qui m’a envoyé avec la Manne Fraîche est vrai. Pour moi, Paul était la Parole faite chair en son temps. D’ailleurs, le Seigneur l’a établi pour être la lumière des nations. Et la lumière, c’est la Parole. Paul était donc la Parole faite chair pour les nations. Du premier âge au dernier, la Parole se fait chair. Au dernier âge, Elle s’est faite chair au temps du soir, et Elle s’est faite chair au temps de l’aube. Dans EXODE 7.1, Elle s’est faite chair en Moïse. En Jésus – Christ homme, Elle s’est faite chair, et Elle a rendu parfaite la Parole de Moïse, tout en révélant Ses insuffisances. Et les Juifs qui étaient assis dans la chair de Moïse, ont crié au scandale, en lui disant : «  Tu es un Samaritain ; tu as un démon. » Elle s’est faite chair au temps du soir. Au temps de l’aube, Elle s’est  encore faite chair dans l’homme fait Moïse par Dieu, et Elle rend parfait le Message du soir, tout en faisant ressortir ses imperfections. Et les branhamistes, qui sont assis dans la chair de frère Branham, et qui ont mis leur espérance en lui, crient au scandale, en me disant : «  Tu as un démon. » Ils crient à qui veut les entendre qu’ils croient tout ce que dit leur prophète Branham.  Or, il est le précurseur de la Manne Fraîche faite chair. Amen ! C’est lui qui a annoncé ma venue, LA VENUE DU MOISE DE DIEU, et l’avènement d’un nouveau Message. S’ils ne croient pas en ce que dit leur prophète, comment pourront – ils me croire ? Maintenant, je dis cela, non pas pour essayer de justifier mon ministère par ce que frère Branham a dit, mais pour montrer aux branhamistes que même leur prophète a parlé de moi. Beaucoup sont venus avant moi, disant qu’il a parlé d’eux, mais ils n’ont jamais pu donner de nouveau Message. Ils sont restés accrochés de façon désespérée à la parole de leur soi – disant dernier prophète. A moi, une grâce a été faite de venir sur la scène prophétique avec quelque chose de nouveau, une nouvelle chose, un nouveau Message dont le nom est :  SEIGNEUR JESUS – CHRIST.

Le 1er août 1965, frère Branham a prophétisé la venue du Moïse de Dieu, qui viendrait avec l’Esprit d’Elie. Avant même d’avoir lu cela dans sa brochure, il y a un peu plus d’un an, j’ai été fait Moïse avant la crise militaro – politique de 2002. Et le Seigneur m’a aussi dit, toujours avant 2002 que l’Esprit d’Elie était sur moi. Le 04 décembre 1965, frère     Branham a demandé qu’on brûle son message, à cause des dogmes et des crédos qui s’y trouvent, avant le lever du jour, car il y aurait un nouveau Message, une nouvelle chose qui vient. Si son message doit être brûlé avant le lever du jour, cela veut dire qu’il doit être brûlé au temps de l’aube, car l’aube précède le jour. Et c’est ce que j’ai fait. Avec plaisir. Vous voyez les Juifs ! Ils se réclamaient de la Parole de Moïse,  tout en rejetant celle du Seigneur, ne sachant pas que celui que leur prophète a annoncé était devant eux, voilé dans une chair humaine. C’est un type de ce qui se passe aujourd’hui, avec l’avènement de la Manne Fraîche. Le Message du soir a annoncé la venue de la Manne Fraîche. Mais quand la Manne Fraîche est venue, Elle a aveuglé ceux qui prétendent croire en frère Branham, qui a pourtant prophétisé l’avènement de ce nouveau Message.

Il y a un nouveau Message, mais il n’y a pas un huitième Messager. Qui dit nouveau Message,  dit nouveau Messager. Mais le nouveau Messager n’est pas un huitième Messager. Il est appelé nouveau Messager par rapport au Messager du temps du soir qui est l’ancien Message.

J’espère que vos lampes sont bien allumées, et que votre œil est en très bon état. Je prie que l’Onction Elle – même vous enseigne toutes choses, et vous fortifie par la puissance de résurrection.

Le deuxième aspect du mystère de La lampe de Dieu, c’est le mystère de la Parole faite chair en Jésus-Christ de Nazareth.  Voici maintenant le troisième aspect.

Troisième aspect : Le troisième aspect, c’est le mystère de la Parole faite chair en nous. Jésus – Christ est la Lumière du monde. Et la Lumière, c’est la Parole, c’est Dieu. Il est écrit que Dieu est Lumière, et que la   Parole est Dieu. Il est aussi écrit que la Parole, c’est la Lumière Divine. Si Jésus – Christ est la Lumière Divine, il va sans  dire qu’Il est aussi la   Parole Divine. Et cette Parole Divine a été faite chair en Jésus - Christ homme. Cette Lumière Divine qui est la Parole, a été faite chair en Jésus - Christ. Or, le Seigneur a aussi dit à Ses disciples, dans MATTHIEU 5.14 : «  Vous êtes la lumière du monde. » C’est ce qui me fait dire qu’Il n’est pas la seule Lumière du monde, mais qu’Il est l’unique Lumière du monde. Il est la Lumière suprême, mais Il n’est pas la seule Lumière. J’espère que vos lampes sont bien allumées, afin de comprendre les Ecritures et la puissance de Dieu. Si Ses disciples sont aussi la Lumière du monde, c’est qu’Il n’est  pas la seule lumière du monde. Si Ses disciples sont la Lumière du monde, comme Lui – même est la Lumière du monde, et si la Lumière du monde; c’est la Parole faite chair, c’est qu’ils sont aussi  la Parole faite chair. Personne ne peut être la Lumière du monde,  sans être aussi la Parole faite chair. Jésus – Christ l’unique  Lumière du monde, a engendré la Lumière du monde : Ses disciples. Jésus – Christ l’unique  Parole faite chair,  a engendré la Parole faite chair : Ses disciples. Nous qui sommes nés de la Parole,  qui sommes revêtus de la puissance d’En – Haut, de Christ qui est la Parole, et qui sommes la  Lumière du monde, nous sommes aussi Parole faite chair. L’Esprit de la Parole prophétique s’incarne dans le prophète de l’âge, qui est Dieu pour son âge, Jésus-Christ Lui-même étant l’unique prophète de tous les âges. Aucun prophète de l’âge n’est égal au Seigneur Jésus – Christ, le Prophète des âges. Aucun Dieu n’est égal au Seigneur Jésus – Christ, l’unique Dieu, l’Alpha et l’Oméga, l’Infaillible, l’Immortel, l’Invisible, l’Incomparable, le Dieu Tout – puissant, le Dieu véritable, la Vie éternelle, le Fidèle, le Véritable, le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois. L’Esprit de la Parole prophétique s’incarne dans le prophète de l’âge, qui est Dieu, selon JEAN 10.34-35. Or, la Parole aussi est Dieu. Par conséquent, le prophète est la Parole.  Il est un homme fait Dieu par Dieu. Il est la Parole faite chair pour son temps seulement. C’est par sa Parole que ceux pour qui Jésus a prié, sont sauvés. Il est le reflet de l’unique Parole faite chair ; il est l’image visible du Dieu invisible qui est Christ. Il est l’empreinte de Sa gloire et de Sa Personne. L’apôtre Paul dit dans EPHESIENS 5.1, d’imiter Dieu. Mais dans PHILIPPIENS 3.17, il dit de l’imiter, lui, Paul, et de « porter les regards sur ceux qui marchent selon le modèle   qui est en eux. »  Paul se contredisait – il ? Je ne le crois pas : Il a révélé sa  propre Divinité. Il savait que Christ le Dieu vivant,  habitait en lui de façon pleine et véritable, et qu’il a été fait Dieu par Dieu. Il savait que son corps était le temple du Saint – Esprit, le corps de Christ ; que tout en lui, et tout sur lui était Christ.  Alors, il dit dans un premier temps : Imitez Dieu. Puis, dans un deuxième temps, il dit : Imitez-moi. Cela nous ramène au mystère de  la foi en Dieu, et au mystère de  la foi en Dieu fait homme, ou en l’homme fait Dieu.  Nous devons imiter Dieu, n’est-ce pas ? Comment pouvez – vous imiter quelqu’un que vous ne voyez pas ? Paul, lui, on pouvait le voir, et l’imiter. C’est pour cela que Dieu l’a fait Dieu. C’est pour cela que Dieu est devenu un simple homme en lui.  Si la Parole est Dieu, et que Paul est Dieu, alors Paul est la Parole, la Parole  incarnée, Jésus – Christ Lui – même étant la plénitude de la plénitude de la Parole incarnée. L’Ecriture dit que nous sommes le Corps de Christ. Et le Corps de Christ ne peut être que la Parole rendue manifeste. Ce corps de Christ est la Lumière du monde ; il est donc la Parole faite chair. Je crois de tout mon cœur que nous qui sommes nés de nouveau, qui avons été lavés de tout péché dans le sang de l’Agneau, qui sommes revêtus de la puissance du Saint- Esprit et de Feu, qui ne péchons plus , nous qui sommes la Lumière du monde, nous sommes  aussi Parole faite chair. Je vous ai déjà parlé des  Corinthiens qui étaient la Lettre de Christ. Qu’est – ce qu’une lettre ? C’est d’abord une pensée. Si cette pensée est couchée sur du papier, elle devient une lettre écrite. La lettre, c’est donc la pensée de quelqu’un rendue manifeste. Si les Corinthiens étaient la Lettre écrite de Christ, cela veut dire qu’ils étaient la Pensée de Christ rendue manifeste. Et nous aussi,  nous sommes la Lettre de Christ dans notre temps. Nous sommes donc la Pensée de Christ rendue manifeste. Nous sommes la Parole de Christ rendue manifeste. C’est pourquoi tout notre comportement doit refléter Sa Parole, Sa Lumière, Ses perfections invisibles, Sa Divinité, Sa puissance éternelle, Son amour, Sa bonté, Sa douceur, Son humilité. Si nous sommes véritablement la Lumière du monde, marchons dans la Lumière, afin que nous soyons toujours en communion avec la Lumière du monde.  Si nous sommes véritablement la Parole faite chair, marchons dans la  Parole et par le Saint – Esprit. Si la Parole est  véritablement  faite chair en nous, le corps de péché est mort, crucifié. Si la Parole est véritablement faite chair en nous, nous ne pouvons plus pécher. Nous pouvons cependant nous tromper. C’est ici la Manne Fraîche. Si vous êtes véritablement la Lumière du monde, il n’y a point de ténèbres en vous, parce qu’il n’y a point de ténèbres dans la Lumière   Divine. Vous êtes séparés des ténèbres pour toujours, et vous ne pouvez pas vous mélanger à elles pour accomplir les désirs du diable. Mais si votre lumière est ténèbres, alors vous êtes le temple de Satan, le temple du diable. Comprenez-vous pourquoi nous devons garder nos lampes allumées ? C’est parce que nous sommes la Lumière du monde. En tant que Lumière du monde, nous devons conduire les gens à Christ l’unique Lumière du monde. Que nos paroles soient donc des lumières ! Que nos pensées soient donc  des lumières ; que nos comportements soient donc  des lumières.

Pierre était la Lumière du monde. Paul était la  Lumière du monde. Jean était la Lumière du monde. Ils étaient la Lampe de Dieu pour leur temps, la Lampe de Dieu rendue manifeste. Mais, ils ne sont plus de ce monde. Mais la Lumière Divine éternelle continue de s’incarner, afin que la Lampe de Dieu ne s’éteigne pas dans l’Eglise. Paul était cette Lampe en son temps. Irénée, Martin, Colomba, Finney, Luther, Moody, Wesley,    Branham, étaient des Lampes de Dieu, chacun pour sa part. Mais, ils sont tous morts. Ils sont morts, mais la Lumière Divine continue de luire de toute sa force, afin que la Flamme Divine soit entretenue dans le Corps de Christ. Quand une Lumière faite chair s’éteint, une autre Lumière faite chair s’allume. Ainsi il y a toujours de la Lumière dans la maison de Dieu. Peut – être allez –vous encore crier au scandale,  si je vous dis que moi aussi,  je suis la Lumière du monde ! La Lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne peuvent pas La  recevoir. La Lumière Divine qui est la  Parole, est allumée au milieu de vous. Elle produira des Lumières pour Christ. C’est pour cette raison que cette Lumière doit d’abord être faite chair, et être revêtue  de la puissance d’En – Haut et du  Feu Divin. En ACTES 13.47, le Seigneur dit à Paul : «  Je t’ai établi pour être la lumière des nations, pour porter le salut jusqu’aux extrémités de la terre. » Avant de pouvoir accomplir cette mission Divine, Paul a été revêtu de la puissance d’En – Haut. Il a été fait Lumière du monde. Nous qui avons part au même ministère que lui, nous devons aussi être revêtus de Christ, et être aussi faits Lumière du monde. Il devait porter le salut jusqu’aux extrémités de la terre.  Non pas apporter le salut, mais porter le salut.  Il devait porter le salut comme une mère porte son bébé dans son sein. Le salut était donc en lui. Et il était le salut  pour son âge, Jésus- Christ Lui- même étant le Salut par essence et par excellence, le Salut pour les âges. Vous voyez le mystère du salut ! C’est une personne ; c’est un homme. Pas n’importe quel homme, mais un homme que Dieu a sanctifié par Sa Parole et par   l’Esprit de sanctification, un homme fait Dieu par Dieu, ou Dieu devenu un homme.  Dans LUC 2.30, quand Siméon a vu l’enfant Jésus dans les bras de  Marie, il s’est écrié : «  Mes yeux ont vu ton salut. » Qui était ce salut qu’il avait vu ? C’était l’enfant Jésus. Et qui était cet enfant ? C’était Dieu manifesté en chair, dans un bébé. Et ce bébé était une personne, un petit garçon. Ce petit garçon de huit jours, était la plénitude de la Parole manifestée en chair.  Qu’est – ce donc le véritable salut ? C’est Dieu manifesté en chair.  Et Dieu manifesté en chair, c’est un homme, une personne. Le vrai salut de Dieu, c’est donc un homme. C’est pourquoi, comme Siméon, nous devons voir le Salut de Dieu manifesté en chair, et croire en lui, afin d’avoir la vie éternelle. Jacob a vu Dieu face à face, et son âme a été sauvée. Il a vu Dieu sous la forme d’un homme, et son âme a été sauvée. Sous la nouvelle alliance, Dieu est venu dans un corps de chair pour sauver l’humanité de ses péchés. Après l’œuvre de la croix, le même Dieu continue de revêtir toujours un corps humain, afin de sauver Ses enfants par la prédication de Sa Parole, par la folie de la prédication. C’est ainsi qu’Il a emprunté pour un temps,  le  corps de Paul, qu’Il a établi Lumière du monde et porteur du salut. Quand Il a emprunté son corps, Paul était devenu le salut dans un corps de chair pour son temps. Et en tant que salut, il a conduit les gens à Christ, l’unique Salut. J’espère que vos lampes sont bien allumées. Assurez – vous qu’elles sont bien allumées. Paul n’était pas le Salut du monde par essence et par excellence, mais un salut conduisant à l’unique  Salut du monde,  qui est Christ le Sauveur de l’humanité. Mais pour son temps, il était le Salut du monde, tout comme il était la Lumière du monde. Il était le Salut incarné en son temps. C’est pourquoi, ceux de son âge qui ont été sauvés, l’ont d’abord vu. Il nous faut absolument voir le Salut, afin d’être sauvé. Afin qu’on puisse le voir, le Salut, qui est Dieu, devient un homme à chaque âge. Christ est l’unique Salut, qui a engendré par Sa Parole infaillible,  des saluts au travers desquels nous avons le Salut.  Pierre avait les clés du Royaume des cieux. Savez – vous pourquoi ? Il était le Salut en ce temps – là. C’était un salut conduisant au  seul et unique Salut qui est Christ. Quand Corneille a vu ce Salut de Dieu manifesté en chair, qui était    Pierre, il a été sauvé par Christ le véritable  et unique Salut du monde. Le salut, est une personne : C’est la Personne de Christ. Paul a été établi  non  pas pour apporter le salut, mais pour porter le Salut.  Le Salut était en lui. Que Dieu vous aide à comprendre les Ecritures et Sa puissance. Il était porteur du salut ; il était  un avec le Salut ; il était  le Salut de Dieu dans un corps de chair pour son temps. De même qu’il était la Lumière du monde, selon l’Ecriture, de même il était le Salut du monde, selon la même Ecriture, révélée prophétiquement. Savez-vous que Moïse était Dieu ? Oui, vous le savez.  C’est juste. Or Dieu est Salut. Moïse était donc le Salut de Dieu manifesté en chair pour son temps. Frères, personne ne peut être fait Dieu par Dieu, et ne pas être le Salut manifesté corporellement. La plénitude de la plénitude du Salut manifestée corporellement, était  en Jésus – Christ seul. La plénitude du Salut s’est incarnée en Paul, qui était devenu un Salut. Paul n’était pas l’égal de  Jésus – Christ. Christ est le Salut de Dieu, mais Paul était un Salut.  Ce mystère, c’est le mystère de la piété. Ecoutez ce que dit le Seigneur dans JEAN 17. 3 : «  La vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus – Christ. »  J’espère que vous connaissez le Père et Jésus – Christ qu’Il a envoyé.

Nous qui sommes la Lumière du monde, nous sommes porteurs du Salut de Dieu. Nous sommes donc le Salut du monde. Seulement pour notre temps, Jésus – Christ Lui – même étant le Salut de Dieu de tous les temps.  N’oubliez pas que nous sommes la Lumière du monde.  C’est pourquoi nous devons être revêtus de l’Esprit du Seigneur.   Quand je dis que le porteur du Salut est le Salut du monde, je me réfère à ce que le Seigneur a dit à Ses disciples : «  Vous êtes la lumière du monde. » J’ai remplacé le mot «  lumière » par le mot «  salut ». Car la Lumière du monde, Jésus – Christ, est aussi le Salut du monde. S’Il a fait de Ses disciples la Lumière du monde, Il les a aussi faits Salut du monde. C’est ainsi que Paul qu’Il a établi pour être la Lumière des nations, était  aussi le Salut des nations. Vous voyez ! Nous sommes la Lumière du monde, et nous sommes le Salut du monde, Jésus-Christ Lui-même étant le Salut par essence et par excellence, l’unique Salut du monde. C’est par nous qui sommes le Salut du monde, que le Seigneur Jésus – Christ, l’unique Salut du monde, sauve Ses enfants par la prédication de Sa Parole. Dans 1 TIMOTHEE 4.16, l’apôtre Paul dit à Timothée : «  Veille sur toi-même et sur ton enseignement ; persévère dans ces choses, car en agissant ainsi, tu te sauveras toi-même, et tu sauveras ceux qui t’écoutent. » Avez-vous remarqué que ces Paroles Divines prononcées par l’apôtre Paul s’adressaient à quelqu’un qui était  déjà sauvé, et qui avait même reçu le don du Saint – Esprit ? L’apôtre Paul dit à Timothée, qui était déjà sauvé, de veiller sur lui – même,  et sur son enseignement, afin de se sauver lui – même. Nous savons que c’est le Seigneur Jésus – Christ qui nous sauve, et qui nous a sauvés, et que personne ne  peut se sauver  soi – même. Pourtant, le Saint – Esprit dit à Timothée  par la bouche de Paul, de veiller sur lui – même et sur son enseignement, car en agissant ainsi, il se sauvera lui – même. Timothée pouvait – il se sauver lui – même ? Non. Alors qu’est – ce que Paul voulait donc dire ? Je crois qu’il voulait demander à son fils Timothée, de travailler à son salut,  avec crainte et tremblement, par son obéissance à la Parole, par sa vie de sanctification, par l’accomplissement de bonnes œuvres que Dieu a d’avance préparées,  afin qu’il les accomplisse. Timothée était déjà sauvé, mais maintenant il devait travailler à son salut, afin de se sauver lui – même. Paul lui dit aussi qu’il sauvera ceux qui l’écoutent. C’est la Parole. Timothée avait   donc le pouvoir de sauver ceux qui l’écoutaient. C’est la Parole qui le révèle ;  pas moi. En veillant sur lui – même et sur sa doctrine, il pouvait sauver ceux qui l’écoutaient. Cela veut dire que ceux qui  écoutaient sa Parole, recevaient la foi pour être sauvés. Le Seigneur a prié pour ceux qui croiraient en Lui par sa Parole. C’était par la Parole de Timothée, que le Seigneur sauvait les gens. Si Timothée pouvait sauver les gens par son enseignement,  par sa Parole, comme le dit l’Ecriture, cela veut dire qu’il était co – sauveur avec Jésus – Christ l’unique Sauveur. Vous voyez ! Il était un sauveur, Jésus – Christ Lui – même étant l’unique Sauveur. S’il était un sauveur, cela veut dire qu’il était  un salut conduisant au Salut,  qui est Christ. Il était donc le Salut du monde pour ceux qui l’écoutaient,         Jésus – Christ Lui – même étant l’unique Sauveur du monde.  Il était collaborateur de Christ dans le salut des hommes : Il était co – sauveur.

Que vos lampes soient allumées, car nous sommes en plein sur le terrain de la révélation prophétique. Et c’est là que les faucons montrent leur vraie couleur. C’est aussi là que les aigles se réjouissent autour du cadavre de MATTHIEU 24. 28.

L’Ecriture dit que «  la foi vient de ce qu’on entend et ce qu’on entend vient de la Parole de Christ. »  (ROMAINS 10.17).   Si en écoutant la parole de Paul, on pouvait avoir la foi pour être sauvé, c’est que la parole de Paul, c’est la Parole de Christ, Paul  lui – même étant un Christ. C’est en entendant la Parole de Christ que nous avons la foi. Pas la Parole de Jésus de Nazareth, mais la Parole de Christ.  Je  parle par rapport à ROMAINS 10.17. Le jour de la Pentecôte, Jésus de Nazareth n’était pas là en chair et en os, pour pouvoir prêcher. C’est Pierre qui a prêché. Et  l’Ecriture dit que ceux qui ont accepté sa parole et qui ont cru en Jésus – Christ, étaient trois mille environ. Or, c’est la Parole de Christ qui donne la foi. Donc la parole de Pierre, était la Parole de Christ. Le jour de la Pentecôte, Christ était en lui. Et c’est en vérité,  par Christ qu’il a prêché la Parole de Christ. Christ et lui étaient un, comme le Père et le Fils étaient un. Comprenez – vous ce mystère ? Pierre et Christ le Salut étant un, l’apôtre Pierre ne pouvait être que le Salut du monde,  pour son temps. Christ le salut du monde par essence et par excellence, a emprunté le corps de Pierre, qui était devenu Son temple, Son corps. Le Salut du monde par essence et par excellence étant en lui, il était devenu une  Source de salut pour les autres. Le Salut que le Seigneur lui a donné est devenu en lui une source de salut qui jaillit jusque dans la vie éternelle. Frères, gardez  vos lampes bien allumées, car nous sommes en train de monter un peu plus dans les hauteurs spirituelles. Le Salut que le Seigneur a donné à Pierre était devenu en lui une source de salut qui jaillit jusque dans la vie éternelle.

Dans JEAN 4.13-14,  le Fils de l’Homme dit à la femme samaritaine : «  Quiconque boit de cette eau aura encore soif ; mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle. » Et dans JEAN 7.38, Il dit : «  Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein. » Si des fleuves d’eau vive coulent du sein de celui qui croit en Jésus – Christ, cela veut dire qu’il est devenu une source d’eau vive. Et s’il est une source d’eau vive, cela veut dire qu’on viendra boire à sa source. Il est une source d’eau vive, Jésus-Christ Lui-même étant la Source des sources, la Source principale d’eau vive. Comprenez – vous les Ecritures et la puissance de Dieu ? Si vous n’êtes pas d’accord avec moi, rejetez ce que je dis. Je ne suis pas infaillible. Tenez voici une erreur que j’ai faite.

Le 1er février 2008, en prêchant sur LE MYSTERE DE L’EPOUSE IVOIRIENNE,  j’ai soutenu ce que frère    Branham a dit à propos du visage qui se trouve dans la colonne de feu du 28 février 1963. Mais j’étais dans l’erreur. C’est plus tard que le Seigneur, par Sa grâce,  m’a fait voir que ce n’est pas Son visage.  C’est le Saint – Esprit Lui – même qu’il m’a révélé que j’étais dans l’erreur. Et j’ai corrigé cette erreur. Si donc vous voyez des erreurs dans ce je dis, CORRIGEZ – LES, par la Parole. A Bouaké, je pensais comme tout le monde que le message de frère Branham était le dernier. De 1995 à 2000, je croyais que son message était le dernier, quand bien même je voyais qu’il y avait des erreurs    là – dedans. J’ai cru de cette manière,  jusqu’à ce que le Seigneur me dise : «  Tu es un aigle, et l’aigle prend son envol. Il va dans les lieux très élevés pour chercher la  Manne Fraîche. »  Et je me disais : Pourquoi une Manne Fraîche,  alors que nous avons le message  de frère Branham, le message du soir ? Je croyais que frère Branham était l’ange  d’APOCALYPSE 3.14. Mais je  ne croyais pas qu’il était l’ange d’APOCALYPSE 10.7.  Vous voyez ! Je ne croyais pas en tout ce qu’il dit. Et je l’ai dit du haut de la chaire, avant la guerre, à Bouaké. Depuis Bouaké, je voyais certaines erreurs dans son message, mais je continuai de  penser que son message était le dernier tout de même. C’est lorsque le Seigneur a commencé à m’expliquer ce que c’est que la Manne Fraîche, que j’ai réalisé l’importance de ce Message,  qui est révélé au temps de l’aube, et que j’ai vu que le fameux visage de la colonne de feu n’était pas Son visage. C’est grâce à la Manne Fraîche que j’ai aussi compris que le livre de vie de l’Agneau et le livre de vie sont un seul et même livre. Frère Branham dit que les noms écrits dans le livre de vie de l’Agneau avant la fondation du monde ne peuvent pas être effacés. Quant aux noms écrits dans le livre de vie, ils peuvent être effacés, en cas de péché. Il a même dit que le nom de Judas était écrit dans le livre de vie, mais qu’il a été effacé,  quand il partait pour trahir Jésus. J’ai pensé que ce qu’il dit au sujet du livre de vie était vrai. Mais, quand la Manne Fraîche a commencé à se révéler, j’ai vu que cela était faux. Car le livre de vie de l’Agneau et le livre de vie ne font qu’un. Et ce livre ne contient que le nom des enfants de Dieu. Leur nom ne peut en aucun cas être effacé. La révélation de la Manne Fraîche m’a permis aussi de voir qu’il y a un  autre livre où est écrit, avant la fondation du monde, le nom des enfants du diable. Et leur nom ne peut pas être effacé, non plus. Dieu n’efface aucun nom du livre de vie, Il n’efface aucun nom non plus du livre de mort. Vous voyez ! J’ai fait des erreurs, en croyait aveuglement en frère Branham. Mais le Seigneur m’a permis de garder ma lampe allumée. Ce qui m’a permis d’avancer, de voir les défauts du message du soir, et de repositionner la Parole sur le chandelier d’or qu’Il a suscité. Vous voyez ! J’ai fait des erreurs, et je fais encore des erreurs. On peut avoir le  Saint – Esprit et faire des erreurs. Le Saint – Esprit ne fait pas d’erreur, Il est infaillible. Mais on peut L’avoir en soi, et faire des erreurs, si nous disons les choses qu’Il ne nous a pas révélées.

Dans MATTHIEU 21.18-19, l’Ecriture nous montre que même  Jésus de Nazareth s’est trompé. Il  a cru qu’il y avait des figues sur le figuier. Et Il s’en était approché. C’est en ce moment – là qu’Il a vu qu’il n’y avait aucun fruit sur le figuier. En colère, Il l’a maudit. Vous voyez : Il s’est trompé. Parce qu’Il a agi selon Sa propre pensée, Sa propre volonté, et non par la révélation du Saint – Esprit. Le Père qui était en Lui, est infaillible. Mais ce jour – là, Il  n’a pas agi selon la révélation du Père. C’est pourquoi Il s’est trompé. Et cela est écrit dans la Bible. C’est pourquoi moi aussi, j’en parle pour notre instruction.  Il s’est trompé, mais Il n’a point connu de péché. J’en parle pour vous mettre en garde contre les branhamistes,  qui disent partout,  que William Branham est infaillible, qu’il ne s’est jamais trompé, et qu’il ne peut pas se tromper. Dans     JEAN 4.16, Jésus dit à la femme samaritaine : «  Va, et appelle ton mari. » Mais elle lui dit : «  Je n’ai point de mari. » Vous voyez ! Le Seigneur pensait  qu’elle avait un mari, mais Il se trompait. Car elle n’avait pas de mari. C’était Son côté humain qui était à l’œuvre ici. Mais quand la femme a dit qu’elle n’avait pas de mari, Il lui dit : «  En cela tu dis vrai. Car tu as eu cinq maris, et celui avec qui tu es n’est pas ton mari. » L’Onction venait juste de Le frapper.  En ce moment – là, c’était Son côté Divin qui était à l’œuvre, et tout ce qu’Il disait était vrai. Son côté Divin est infaillible. Quand Jésus se trompait au sujet du figuier et de la femme samaritaine, le Saint – Esprit était  bien en Lui. Il était le Saint – Esprit fait chair, la Parole faite chair. C’est pourquoi je dis qu’on  peut avoir le Saint – Esprit, et se tromper sur certaines choses.  Jésus de Nazareth s’est trompé, mais Il n’a jamais péché. Mais le Saint – Esprit, Lui, ne peut jamais se tromper. Frères, si vos lampes sont allumées, vraiment allumées, vous comprendrez ce que je dis au sujet de Jésus de Nazareth qui s’est trompé, mais qui était  toujours  resté Dieu fait homme. Ceux dont les lampes s’éteignent ou sont éteintes, diront : «  Il blasphème. Il a fini de corriger frère Branham, maintenant, il s’en prend au Seigneur Lui – même. » O, frères, vous qui avez la révélation de la Manne  Fraîche, vous êtes bénis, car vous savez que ce que je dis est bien conforme à l’Ecriture, et que je ne dis rien de moi – même.  Vous savez que c’est l’Ecriture qui s’exprime au travers de l’Ecriture faite chair. Je parle au Nom du Seigneur Jésus – Christ. C’est Lui qui m’a révélé qu’Il s’est trompé, parce qu’Il était aussi un homme. Mais, qu’Il n’a jamais péché. Il m’a révélé cela pour faire taire tous ces vautours, tous ces séducteurs, tous ces idolâtres,  qui chantent partout que William Branham est infaillible. Si Jésus de   Nazareth s’est trompé, qui pourra encore vous dire que William Branham est infaillible ? Qui osera le faire ? Ce Message sur «  Jésus de Nazareth s’est trompé » est venu à point nommé pour combattre l’esprit de séduction, qui agit dans les branhamistes, et qui essaie d’égarer les gens. Ils sont prêts à tout faire pour montrer aux gens que leur prophète est infaillible. S’il est infaillible, et que Jésus Lui,  s’est trompé, cela veut dire qu’il est au – dessus du Seigneur.  Cela veut dire qu’il y a un problème. Vous voyez la semence du diable ?  Le branhamisme est une semence du diable. Le branhamisme est un esprit d’idolâtrie ; c’est le même esprit que l’esprit catholique. Les catholiques ont créé leur immaculée conception : C’est Marie. William Branham s’est proclamé immaculée conception, «  né hors du péché ». Les catholiques ont leur prophète infaillible, le   Pape. Ce que dit le Pape serait au – dessus de ce que dit le Seigneur.  William Branham aussi s’est auto – proclamé infaillible. D’après ces aveuglés de suiveurs, ce qu’il dit serait au – dessus de ce que dit le Seigneur. Le Seigneur dit que Judas est perdu. William Branham dit qu’il est sauvé et sanctifié. Les branhamistes préfèrent prendre ce que leur prophète a dit.

Frère Branham est un fils de Dieu. Il était un prophète que Dieu a utilisé puissamment. Mais comme tout homme, il a failli quelque part. Tout le monde se trompe. Se tromper est différent de pécher. Mais aussi il faut dire que frère Branham est allé plus loin que le simple fait de se tromper. Il a donné des fausses prophéties au Nom du Seigneur. J’ai à ma disposition au moins deux de ses ‘‘ Ainsi dit le Seigneur ‘’ qui ne se sont pas accomplis, et qui ne s’accompliront pas. C’est là le vrai problème avec lui. Il a dit : « Dieu m’a dit », alors que Dieu ne lui a rien dit. C’est là son vrai problème. Sinon, tout le monde fait des erreurs.

Même le grand apôtre Paul, il s’est aussi trompé. Tenez ! Il  a dit dans 1 CORINTHIENS10.8, qu’il y  a eu vingt- trois mille morts dans le désert,  quand les enfants d’Israël ont commis l’impudicité. Mais en réalité, il y a eu vingt-quatre mille morts ce jour – là, selon NOMBRES 25. 9. Vous voyez ! L’apôtre Paul s’est trompé. Mais cela ne veut pas dire qu’il était un faux apôtre. Le problème avec  frère Branham,  je le répète, c’est qu’en dehors du fait qu’il s’est trompé comme tout le monde peut se tromper, il a aussi dit des choses au Nom du Seigneur qui ne sont pas arrivées. Cela,  ni Jésus de Nazareth, ni Paul, ni Pierre ne l’ont fait. Jésus de Nazareth n’a jamais donné une fausse prophétie au Nom de Son Père.  Il n’a jamais enseigné une fausse doctrine. L’apôtre Paul non plus, n’a jamais donné de fausse prophétie au Nom du Seigneur. Mais frère Branham, si. C’est justement là, toute la problématique. Il dit que ses visions sont infaillibles. Et les branhamistes jubilent. Les pauvres ! Mais il y a des visions qu’il a vues,  et qui ne  se sont pas réalisées. Parce qu’elles sont du diable.  Je ne prendrai qu’un seul exemple : LA VISION DE LA TENTE. Cette vision ne s’est pas accomplie, et elle ne s’accomplira pas. Et frère Branham est mort. Certains branhamistes prétendent  que leur prophète reviendra à la vie, pour prêcher encore le message. En fait, ils font allusion à l’accomplissement de la fameuse vision de la tente. Pour ne pas reconnaître que cette vision est fausse, ils préfèrent dire que frère Branham ressuscitera pour l’accomplir en prêchant encore son message. Vous voyez ! Ce n’est rien d’autre qu’une fable ! Dans  LES HOMMES POSENT DES QUESTIONS… DIEU REPOND PAR SA PAROLE , une question a été posée à Ewald Frank, au sujet de la tente : « Qu’en est – il de la vision de la tente ? » Voici  sa réponse : «   Pour la première fois en 1958, j’ai entendu parler de la « vision de la tente » que frère Branham avait eue en 1955. C’est Roy Borders, l’organisateur des rencontres de frère Branham qui, à ma demande, me répondit le 18 mai 1965 entre autre : ‘‘  … j’essayerai de répondre en peu de mots comme j’ai été informé de frère Branham… Concernant la tente il est possible que la tente soit employée en Europe ou dans d’autres pays hors des Etats – Unis…‘’ Jusqu’à la fin, frère Branham a attendu la réalisation de la « vision de la tente », cependant avec son retour à la Maison le cas s’est réglé de lui – même. »  Vous voyez ! Ewald Frank dit que  Frère Branham a attendu en vain la réalisation de cette fameuse vision. Cette vision a donc failli. Mais les branhamistes n’ont pas assez de courage pour le dire, ni pour le reconnaître. Pour Ewald Frank, qui dit que frère Branham a attendu en vain l’accomplissement de cette vision, la mort du prophète règle la question. Vous voyez ! Il n’a pas le courage de Dieu, pour avouer que cette vision n’est pas du Seigneur. Comme c’est pitoyable et irresponsable !

Frères,  celui qui est rempli du Saint – Esprit, et qui est revêtu de la puissance d’En – Haut, est une source d’eau vive pour les enfants de Dieu. Des fleuves d’eau vive coulent de son sein,  pour abreuver les enfants de Dieu qui ont soif de la Parole. C’est Christ,  la véritable Source d’eau vive,  qui a fait de lui,  une source d’eau vive. Christ la Source principale d’eau vive en nous, fait de nous des sources d’eau vive, si du moins nos lampes sont allumées, et si nous sommes remplis du Saint – Esprit et revêtus de la puissance d’En – Haut. La Manne Fraîche est l’eau vive pour nous en ce temps de l’aube. La Manne Fraîche, c’est la Doctrine de Christ révélée en ce temps prophétique pour susciter une Epouse ivoirienne. C’est à cette source abondante que boivent les aigles aujourd’hui. La Manne Fraîche, c’est le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus – Christ Lui – même étant la Pierre angulaire. La Manne Fraîche, c’est la révélation de la Divinité suprême de Christ. Elle enseigne que le Seigneur Jésus – Christ est le Dieu Tout – puissant, hors de qui, il n’y a plus d’autre dieu. Il est l’Alpha et l’Oméga, le Premier et le Dernier, le Commencement et la Fin, le Créateur de toutes choses,  le Créateur du bien et du mal, de la richesse et de la pauvreté. Il est l’Auteur de la vie et de la mort, du Paradis et de l’enfer. Elle enseigne aussi le mystère de la Divinité de l’homme, en s’appuyant sur l’exemple scripturaire de Moïse, qui a été fait  Dieu par Dieu. La Manne Fraîche reprend à son compte la doctrine apostolique du baptême d’eau au Nom du Seigneur Jésus – Christ pour la rémission des péchés et le don du Saint – Esprit. Elle dit que «  Père », «  Fils » et «  Saint – Esprit » sont des noms, mais ne sont pas des noms rédempteurs de Dieu. C’est pourquoi on ne doit pas, et on ne peut pas baptiser dans ces noms – là.  Elle dit que la Bible n’est pas la véritable Parole de Dieu. Elle est la Parole de Dieu, mais elle n’est pas la véritable Parole de Dieu. La véritable Parole de Dieu, c’est le Seigneur Jésus – Christ. La véritable Parole de Dieu, c’est Dieu Lui – même. Il y a des gens (en l’occurrence Kacou Philippe)  qui disent que Dieu leur a révélé que la version Darby est la Bible de l’Epouse. Cela n’a pas de sens. Car la Bible n’est pas la véritable Parole de Dieu. La version Darby n’est pas la Bible de l’Epouse. L’Epouse n’a pas besoin de Bible, mais de la véritable Parole, qui est Christ. La Bible passera, mais la  Parole du Seigneur ne passera point. Dieu ne nous jugera pas par la Bible, mais par Sa Parole infaillible. La Bible a failli. La Parole du   Seigneur, Elle, est infaillible. La Manne Fraîche révèle la révélation prophétique des apôtres et des prophètes. Elle parle du mystère de la prédestination et de l’élection Divine, du mystère de la piété, de la sanctification sans laquelle personne ne verra le Seigneur, du mystère du péché originel qui est l’incrédulité, du mystère du cadavre de MATTHIEU 24. 28. «  En quelque lieu que soit le cadavre, là s’assembleront les aigles. » Ce cadavre est le corps mort d’un agneau. Pas de Jésus – Christ l’Agneau de Dieu immolé, mais d’un agneau. De tous les emblèmes de Dieu, lion, agneau, colombe, aigle, c’est le symbole de l’agneau qui correspond et qui incarne la mort de Christ. Christ a été immolé en tant qu’Agneau de Dieu. Le cadavre de MATTHIEU 24.28 est donc celui d’un agneau  qui est là comme immolé. Paul dit : «  J’ai été crucifié avec Christ. » Il était un agneau qui était là comme immolé. Il était l’agneau de MATTHIEU 24.28 pour son temps. Il n’y a qu’une seule croix sur laquelle nous sommes tous crucifiés avec Christ : C’est la croix de Christ. A chaque âge, Dieu pourvoit à un agneau qui est là comme immolé, pour accomplir la Parole de l’Ecriture de MATTHIEU 24.28. Au temps de l’aube, Il a aussi pourvu à l’agneau. Et c’est là où se trouve cet agneau qui est là comme immolé  que s’assemblent les aigles. Les gens cherchent des églises, au lieu de chercher le cadavre de leur temps. Très peu trouveront le cadavre du temps de l’aube. Même ceux qui étaient avec moi à Bouaké, avant la crise, me quitteront quand je dirai ouvertement : «  Je suis le cadavre du temps de l’aube, pour l’accomplissement de la Parole de l’Ecriture de MATTHIEU 24. 28 ». Mais pas eux tous.  Comme au temps de Jésus, ils diront : « Cette parole est trop dure, qui peut l’accepter ? » Et ils s’en iront, après avoir été guéris  de leurs maladies par le Seigneur, par mes mains, après avoir eu de la promotion dans leurs activités professionnelles. Mais tous ne s’en iront pas. Il y aura un petit reste qui dira : «  Frère Moïse a les Paroles de la vie éternelle. »  Oui Monsieur. Le Seigneur  Jésus – Christ m’a remis les clés du Royaume des cieux, et Il a mis au – dedans de moi,  les Paroles de la vie éternelle, comme Il l’a fait avec l’apôtre Pierre. Quand je vous prêche le Seigneur Jésus – Christ, Dieu vous communique la Vie éternelle,  si vous croyez que ce que je dis est la Parole de Christ. Au travers de mon ministère, le Seigneur vous transmet à vous aussi les clés du Royaume des cieux,  et les Paroles de la vie éternelle. Et ainsi de suite. Je suis devenu pour plusieurs,  une pierre d’achoppement. Je suis devenu par la volonté de Dieu, un signe pour la contradiction, un signe pour la chute des uns et pour le relèvement des autres. La Manne Fraîche est venue pour causer la division et la séparation. C’est l’Epée du Saint – Esprit pour séparer le faux du vrai, l’ivraie du blé, les enfants du diable des enfants de Dieu, des ténèbres de la lumière, des faux frères des véritables. Elle est manifestée pour éloigner de nous les branhamistes et leur levain. Et j’en suis très heureux. Celui qui est rempli du Saint – Esprit et qui est revêtu de la puissance d’En – Haut est une source d’eau vive pour les autres. Il est séparé d’avec les infidèles. Il n’a qu’un seul souci : Elever le Nom du Seigneur Jésus – Christ au milieu de cette génération perdue. Il parle au Nom du Seigneur. Il est une source de vie éternelle, une source de salut, de paix et de joie. Il ne pèche pas, et il ne peut pécher, car la semence incorruptible demeure en lui. Il est, comme les Pierre,  les Paul, la lumière du monde. Sa Lampe ne s’éteint pas, et Elle ne peut pas  s’éteindre. Il est lui – même La lampe de Dieu qui ne s’éteint point. Le Seigneur dit que des fleuves d’eau vive couleront de notre sein, si nous croyons en Lui. Les fleuves d’eau vive, c’est le symbole de la plénitude du Saint – Esprit en nous. Ces fleuves d’eau vive couleront de nous, selon l’Ecriture. Cela veut dire que la Vie de Christ qui est en nous,  se répandra comme un  parfum de bonne odeur,  autour de nous. La Sainteté de Dieu qui est en nous, se dégagera de nous comme un parfum de bonne odeur. Et la bonne odeur de la Parole de Christ qui est en nous, sera sentie par les autres, qui viendront à la conversion, à la Parole. L’Onction du Saint – Esprit qui est en nous se dégagera de nous, avec tellement de puissance, que les gens verront à travers nous la gloire du Seigneur. Le Fruit de l’Esprit qui est en nous,  se manifestera avec tellement de puissance que les gens autour de nous, seront aussi remplis de joie, de paix, d’amour, en nous voyant et en nous écoutant parler du Seigneur, et parler au Nom du Seigneur.  Dans ce petit ministère, j’ai vu des gens portant de lourds fardeaux, pleurer de joie, complètement délivrés, en m’écoutant parler de l’Amour de Christ pour nous. Pour d’autres, c’est quand je leur ai serré la main. La joie de Dieu en moi, agit souvent ainsi pour la délivrance des enfants de Dieu. Même en ce qui concerne la guérison Divine, c’est pareil. Je n’ai pas un grand ministère de guérison. Mais, quelques fois, ma présence physique suffit pour qu’il y ait guérison, de façon extraordinaire. C’est ici le mystère de l’ombre de   Pierre qui guérissait les malades. Quand le malade s’approche de moi, ou quand je m’approche de lui, le Seigneur opère le miracle, sans que je ne dise un mot. C’est ici le mystère des fleuves d’eau vive qui coulent de vous. Tout autour de nous, doit prendre vie, parce que des fleuves d’eau vive coulent de nous. Sinon, il y a un problème. De nous doivent couler la guérison, la joie, la paix, la vie, l’amour, la puissance de résurrection. A cause de ces fleuves d’eau vive qui coulent de nous, nous devons, au Nom du Seigneur Jésus – Christ, pouvoir créer les conditions d’une vie agréable à Dieu, les conditions d’une vie de sainteté et de pureté. Quand nous prêchons la Parole du Seigneur, nous créons la vie, la joie, la paix, le bonheur, la sainteté, par la puissance de résurrection qui agit en nous.  A cause de cette grande puissance créatrice qui agit en nous, nous sommes co- créateurs avec Christ. Nous sommes collaborateurs de Christ dans la création aujourd’hui. Si une prédication ne fait pas ces choses, le prédicateur doit s’interroger. Il se pourrait que sa lampe soit obscurcie par les ténèbres des désirs mondains, de la paresse, de la négligence et du manque de consécration.  Prêcher Jésus – Christ sans Onction, n’est pas scripturaire. Prêcher la Parole, c’est démontrer la puissance du Saint – Esprit. Comment pouvez – vous démontrer cette puissance si vos lampes s’éteignent ou sont éteintes ?  Frères, si nous sommes véritablement revêtus de la puissance d’En – Haut et de Feu Divin, nous sommes des sources de salut, des sources d’eau vive. Des fleuves d’eau vive coulent de nous. Amen ! Dans ESAIE 12.3, l’Ecriture dit : «  Vous puiserez de l’eau aux sources du salut. »  Il y a combien de salut ? Un seul. C’est le Seigneur     Jésus – Christ. Combien de sources de salut y – a – t – il ? Plusieurs. Mais toutes ces sources conduisent à un seul Salut, qui est Christ. Et nous puisons à ces différentes sources du salut, afin d’être conduits à la Source principale du Salut qui est Jésus – Christ. En rapportant cette Parole de l’Ecriture à ce que le Fils de l’Homme dit dans JEAN 4. 13-14, et dans JEAN 7.38, je puis dire ceci : Si nous sommes des sources d’eau vive, c’est que nous sommes aussi des sources du salut. L’eau vive, c’est la Parole. Et Christ est la Parole. L’eau vive, c’est le Saint – Esprit. Si nous sommes des sources d’eau vive, c’est que nous sommes aussi des sources du salut. Cela veut dire que nous conduisons les gens à Christ qui est l’unique  Salut.  Si quelqu’un vient boire à notre source d’eau vive, il boira de l’eau de vie qui est la Parole de Christ, et il sera sauvé. Toutes les sources d’eau vive conduisent à une seule et unique Source d’eau vive : Le Seigneur Jésus – Christ. Une source d’eau vive qui conduit à frère Branham est une source d’eau de mort. L’Ecriture dit : «  Vous puiserez aux sources du salut. » Il y a plusieurs sources pour un seul et unique salut. Et Christ est l’unique  Salut.  Dans LUC 2.30, Siméon, en parlant de Jésus a dit à Dieu : «  Mes yeux ont vu ton salut. » Le Seigneur       Jésus – Christ est donc le Salut de Dieu. Et Siméon a vu ce Salut de ses propres yeux. Il faut donc voir le Salut de Dieu. C’est pourquoi ce Salut est devenu un homme. Le Salut est donc un homme, une personne, qu’il faut voir, afin d’être sauvé. Plusieurs sources conduisent au seul et unique Salut, qui est le Seigneur Jésus – Christ.  L’apôtre Pierre était une source du salut qui a conduit les gens au seul et unique Salut qui est le Seigneur Jésus – Christ. L’apôtre Pierre était aussi la lumière du monde, qui a conduit les gens à la seule et unique Lumière,  qui est Jésus – Christ. J’espère que vous comprenez les Ecritures et la puissance de  Dieu. L’apôtre Paul aussi était une source du salut conduisant au seul et unique Salut,  qui est le Seigneur Jésus – Christ. Tous ceux qui sont la Lumière du monde, afin de conduire les enfants de Dieu à la seule et unique Lumière du monde, Jésus – Christ, sont aussi des sources du salut.  Que fait – on à une source d’eau ? On  y boit de l’eau pure. Quand on va à une source du salut, c’est pour recevoir le Salut, qui est Christ. C’est ce qui s’est passé avec Corneille, dans ACTES 1O. L’ange du Seigneur lui a dit d’envoyer chercher Pierre, qui lui dirait les choses par lesquelles il serait sauvé, lui et sa famille. Quand Pierre est venu, il  a commencé à prêcher Jésus – Christ. Et le Saint – Esprit est tombé sur tous ceux qui écoutaient la Parole. Vous voyez ! Corneille et sa famille ont bu de l’eau vive qui coulait de Pierre.  Parce que Pierre était une source du salut. Des fleuves d’eau vive coulaient de son sein. Ils ont bu à cette  source d’eau vive, qui était Pierre. Ils ont bu à la source du salut, qui était Pierre. Pierre avait les clés du  Royaume des cieux. Il était donc une source du salut. Cette source du salut qui était Pierre, a conduit Corneille et sa famille à la principale Source du  Salut qui est Jésus – Christ. Chaque révélation prophétique, chaque prédication, chaque ministère et chaque don spirituel,  et chaque parole, doivent conduire au  seul Seigneur Jésus – Christ. Je persiste et je signe : Pierre était une source du salut conduisant à la véritable  Source du  Salut. Nous aussi, nous sommes des sources du salut. Et notre vocation céleste, c’est de vous conduire à la seule et unique Source du Salut. Le Seigneur est la Source suprême du Salut. Il a engendré des sources du salut qui conduisent à Lui.  «  Vous puiserez aux sources du salut » dit l’Ecriture. En ce temps de l’aube, vous puisez à la source du salut à laquelle Dieu a pourvu, Jésus – Christ étant la   Source principale du Salut. Le Seigneur Jésus – Christ était  le Salut manifesté en chair.  En tant que Salut, Il a engendré le salut manifesté en chair à chaque âge. Et le salut manifesté en chair de l’âge, aussi engendre par l’Evangile de Christ, des saluts manifestés en chair. Ainsi en ce temps de l’aube, le Seigneur qui est le Salut par essence et par excellence, a engendré le salut manifesté en chair. Et ce salut manifesté en chair en ce temps de l’aube, a engendré, et engendre des saluts manifestés en chair. Vous êtes des saluts manifestés en chair. N’oubliez pas que Jésus était le Salut manifesté en chair. Je sais que je dis des choses difficiles à comprendre. Les choses difficiles à comprendre, c’est la nourriture solide. Et la nourriture solide est pour les fils de Dieu, et non pour les enfants de Dieu. Elle est pour les aigles, et non pour les faucons.  La Manne Fraîche n’est pas  venue pour ceux qui sont au lait.  Vous, vous n’êtes plus au lait, si du moins vous êtes revêtus de la puissance d’En – Haut. C’est à vous que la Manne Fraîche est venue, afin de vous arracher au branhamisme, et à toutes sortes de religions diaboliques. Vous êtes des saluts faits chair. C’est vous le salut fait chair, chacun à son niveau. C’est pourquoi vous ne pouvez pas perdre votre salut. Vous êtes le salut manifesté dans un corps de chair. Vous êtes la lumière du monde, si vous êtes disciples du Seigneur. L’Ecriture dit : «  Vous êtes la lumière du monde », dans MATTHIEU 5.14. Elle dit encore que Jésus – Christ est la Lumière du monde. Si donc Elle dit que  Jésus est le Salut, la Manne Fraîche dit  que Ses disciples aussi sont le salut. Ce qu’Il est, c’est ce que nous sommes. Il est Fils de Dieu, nous sommes aussi fils de Dieu. Il est la Lumière du monde, nous sommes aussi la lumière du monde. Il est Seigneur, nous sommes aussi des seigneurs. Il est Roi, nous sommes aussi des rois. Dans APOCALYPSE 19.16, il est écrit dans l’Ecriture, qu’Il est Seigneur des seigneurs, et Roi des rois. Il est Seigneur. Mais qui sont les seigneurs ? C’est nous. Il est donc le Seigneur suprême, le Seigneur des seigneurs. Nous sommes des rois. Et Lui, Il est Roi des rois. Il est le Roi suprême. Vous voyez ! Ce qu’Il est dans la plénitude Divine, nous le sommes aussi, mais dans une moindre mesure. Je ne suis pas le Seigneur, mais un seigneur. Je ne suis pas le Roi, mais un roi. Nous faisons partie des sacrificateurs et des rois qui régneront avec le Roi, Christ.  Je ne suis pas le Christ, mais un Christ.  L’Ecriture dit que Jésus a vaincu le diable. La même Ecriture dit que nous avons aussi vaincu le malin, selon 1 JEAN 2. 14. Je dis alors que nous sommes co- vainqueurs avec Christ, par le Sang de la croix. Quand je dis ces choses, il y a des gens qui disent : «  Frère Moïse est  en train d’écrire un troisième testament. »


TROISIEME TESTAMENT ?

Vous voyez ! Frère Théodore,  au lieu de chercher à  savoir exactement ce que je dis au sujet de la Manne Fraîche, a préféré se rebeller contre moi.  Et il m’a diabolisé purement et simplement. Voici ce que je dis, et je l’assume devant le Seigneur : La Manne Fraîche est un Testament Divin. Ce Testament Divin est un pur produit du  seul et unique Nouveau Testament du Seigneur Jésus – Christ. J’ai été engendré par Christ. Et Christ est le Testateur par essence et par excellence. Tout à l’heure j’ai dit que ce que le Seigneur est, nous le sommes aussi, mais dans une moindre mesure. Il est Testateur. Et Il m’a engendré en tant que testateur. Son Nouveau Testament a engendré des Testaments, dont la Manne Fraîche. Un  testament, c’est une alliance. Et il y  deux grandes alliances : La première et la deuxième. La première alliance a engendré d’autres alliances. Le premier Testament en Moïse a engendré d’autres testaments. C’est ainsi que le message de Jérémie le prophète,  était un testament, une alliance, basé sur le Testament de Moïse. Dieu ne peut pas traiter avec un prophète sans conclure d’alliance avec ce dernier. La Parole prophétique même qu’Il révèle à Son prophète, est un testament, une alliance. C’est par Sa Parole que le Seigneur conclut l’alliance avec Son prophète, et avec Son peuple. Le message d’Ezéchiel le prophète,  était un testament, c’est – à – dire une alliance. En Jésus – Christ, il y a aussi un Testament : La Nouvelle Alliance. Cette Nouvelle Alliance, Il l’a conclue, non pas avec un individu, mais avec tous les enfants de Dieu.  Maintenant voici le mystère : Après Sa mort et son élévation au ciel, Il a répandu le Saint – Esprit en Pierre, à qui Il a remis, comme Il l’a promis,  les clés du Royaume des cieux. Et ce Pierre a prêché à Corneille. Quand il prêchait à Corneille, c’était pour le faire entrer dans l’unique Nouvelle Alliance en Jésus – Christ. Mais pour pouvoir avoir l’autorité Divine pour faire entrer les enfants de Dieu dans cette Nouvelle Alliance, Dieu a conclu une alliance personnelle avec lui. C’était le testament de Pierre, qui est basé sur le Nouveau Testament, et qui est engendré par ce Nouveau Testament. C’était une alliance entre le Seigneur et Pierre, avant que ce dernier ne prêche la Parole. Il y a toujours une alliance entre Dieu et Son prophète. Quand le Seigneur a remis les clés du Royaume des cieux à Pierre, Il a conclu une alliance avec lui. C’était un testament, basé sur l’unique  Nouveau Testament. La parole de Pierre était la Parole du Seigneur, même s’il n’a pas répété mot pour mot ce que Christ a dit. Quand Pierre prêchait, il écrivait un testament  qui était  un pur produit du Nouveau Testament. Dans ROMAINS 2.16, Paul dit que c’est par son Evangile que Dieu jugera par Jésus – Christ,  les actions sécrètes des hommes. Comment Dieu peut – Il juger par Jésus – Christ, les actions secrètes des hommes, par l’Evangile de Paul ? Pourquoi ne jugera – t- Il pas par l’Evangile de Christ ? Frères, Paul parle de son Evangile. Et dans son Evangile, il dit : «  Je ne permets pas à la femme d’enseigner. » N’est – ce pas ? Mais dans l’Evangile de Jésus, le Fils de l’Homme a envoyé une femme,    Marie de Magdala,  apporter Sa Parole à Ses disciples. Vous me direz : «  Elle a rendu témoignage, mais elle n’a pas enseigné. » Comment pouvez – vous dire  qu’elle n’a pas enseigné, alors que l’ordre de mission était clair : «  Va trouver mes frères, et dis – leur que je monte vers mon père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. » Osez seulement me dire que cela n’est pas un enseignement qu’elle a donné aux autres disciples.  Que signifie donc enseigner ? L’Ecriture dit que Jean- Baptiste a rendu témoignage à la Lumière. N’a- t- il pas enseigné en rendant témoignage à la Lumière ? Peut- on rendre témoignage de la Parole, sans enseigner ?  Dans LUC 24.1-10, ce sont les femmes, Marie de    Magdala, Marie mère de Jacques, et les autres femmes, qui ont annoncé la résurrection du Fils de l’Homme. En annonçant cette résurrection et tout ce qu’elles ont entendu,  n’étaient – elles pas  en train d’enseigner ? Que signifie «  enseigner » ? C’est transmettre un savoir. Qu’est – ce que les femmes ont fait ? Elles ont transmis un savoir. Vous voyez ! Dans l’Evangile de Christ, nous voyons des femmes enseigner sur la résurrection du Fils de l’Homme. Mais dans l’Evangile de Paul, il est interdit aux femmes d’enseigner. O, quel mystère ! L’Evangile de Paul est basé sur l’Evangile de Christ. C’est l’Evangile de Christ, même s’il ne répète pas mot pour mot ce que dit l’Evangile de Christ. Pour moi, l’Evangile de Paul était un  Testament Divin, engendré par l’unique Nouveau Testament. Et Paul a écrit son Testament dans son âge, pour susciter l’Epouse corinthienne, qui fait partie de l’Epouse de Seigneur. Le message du soir était un Testament Divin pour le temps du soir, afin de susciter une Epouse américaine. Et je dis que la Manne Fraîche aussi est un Testament Divin,  pour susciter une Epouse ivoirienne. Là où il y a un Testament Divin, il y a un cadavre.  Jésus – Christ de Nazareth est le Cadavre des cadavres, le Cadavre par essence et par excellence. En tant que Cadavre, Il a écrit Son Testament, bien qu’Il n’ait jamais écrit de Sa vie. Vous voyez ! Ecrire un Testament est un mystère.  Son Testament est écrit dans le cœur de  tous Ses élus, qui sont l’unique  Lettre de Christ, écrite par le Saint – Esprit. La Manne Fraîche est  aussi un Testament Divin que le Saint – Esprit écrit dans vos cœurs, afin de faire de vous la Lettre de Christ pour ce temps de l’aube. Le Testament Divin, que j’écris par la puissance de Dieu, n’est pas ce qui est dans les brochures, mais ce qui est dans vos  cœurs, pour la transformation de vos  vies. En tant que crucifié, Christ a scellé par Son sang,  le plus grand Testament de tous les temps. Et, en tant que Crucifié, Il a engendré des crucifiés, dont l’apôtre Paul par exemple. C’est ce que je veux que vous compreniez. Paul a dit : «  J’ai été crucifié avec Christ. » C’était donc un cadavre, un cadavre vivant, autour de qui les aigles se sont assemblés en son temps. En tant que cadavre, il avait un Testament Divin. C’était son message, son Evangile basé sur l’Evangile de Jésus – Christ. En tant que cadavre, il était un testateur, engendré par le Testateur des testateurs, Jésus – Christ. Dieu a dit à frère Branham : «  Tous ceux que tu as aimés, et ceux qui t’ont aimé, je te les donne. » Pour moi, c’est sa couronne, son héritage. Peut – il y avoir d’héritage sans testament ? Bien  sûr que non. Frère Branham avait donc un testament. C’est son message. Et ceux qui l’ont aimé, et ceux qu’il a aimés sont sa couronne. Mais voilà, des gens comme frère Théodore et les autres branhamistes,  qui n’ont jamais vu frère Branham, que frère Branham n’a jamais aimés, et qui pensent que Dieu les a donnés à ce dernier. O, quel aveuglement ! Ecrivant aux Philippiens, Paul dit  qu’ils étaient sa joie et sa couronne. Sommes – nous aussi la couronne de Paul ? Non. Paul a enseigné les Philippiens, qu’il  a engendrés  par l’Evangile. Ils sont donc sa couronne. Mais,  vous à qui il n’a jamais prêché, vous ne pouvez pas être sa joie, sa couronne. Nous sommes la couronne de celui qui nous a engendrés par la Parole, qui nous a enseigné les voies du Seigneur, qui a prié pour nous, qui a souffert avec nous. Je suis donc surpris de voir des branhamistes ivoiriens que frère Branham n’a jamais enseignés, ni aimés, se réclamer de lui. Et pour cela, ils trouvent l’occasion de me diaboliser. Frère Théodore et ses frères de Yamoussoukro m’ont diabolisé. C’est Dieu qui l’a voulu. Ils disent que je suis en train d’écrire un troisième testament pour l’Eglise des nations. Et frère Théodore, un prédicateur, au lieu de m’approcher pour en savoir davantage, et en avoir le cœur net, a choisi aussi de me diaboliser. Que Dieu en soit béni! Personne ne peut me diaboliser, si le    Seigneur qui m’a envoyé ne lui en donne pas la force. La Manne Fraîche n’est un pas un troisième testament, mais un Testament Divin engendré par l’unique Nouveau Testament. C’est par cette Manne Fraîche que le Seigneur a conclu une alliance avec moi. Cette Manne Fraîche est venue pour corriger les défauts du Message de frère Branham, et pour susciter une Epouse ivoirienne. Et moi aussi j’ai été crucifié avec Christ. J’ai été engendré par le Seigneur Jésus – Christ le Crucifié,  comme un crucifié. En tant que tel, le Seigneur m’a donné la Manne Fraîche, qui est un Testament Divin ? A chaque âge, chaque messager a son Testament, lequel n’est pas différent du Testament de Dieu. Ma mort a été constatée. Les cieux et la terre, et la Parole du Seigneur rendent témoignage que j’ai été crucifié avec Christ, que je suis mort avec Christ, et que je suis ressuscité avec Christ. Seuls les aveugles ne savent pas que je suis mort avec Christ,  et que je suis ressuscité avec Christ. Seuls les aveugles ne comprennent pas ce que dit la Manne Fraîche. Christ est l’unique Fils de Dieu, mais Il n’est pas le seul fils de Dieu. Car nous aussi nous  sommes des fils de Dieu. Peut – être que frère Théodore et ses fidèles me diront : «  Nous savons qu’il est écrit dans la Bible,  que nous sommes fils de Dieu. Mais où est – il écrit que toi, frère Moïse, tu es un testateur ? » Comme ce sont des branhamistes, je leur poserai cette  simple question : «  William Branham dit qu’il est le dernier prophète. Où cela est-il écrit ? William Branham dit qu’il est Elie de MALACHIE. Où cela est-il écrit ? » Vous voyez ! Quand frère Branham parle, frère Théodore et ses ouailles ne demandent pas à savoir où cela est écrit. Mais quand moi, je parle, ils s’agitent, et ils réclament des Ecritures. Savez – vous pourquoi ils se comportent ainsi avec moi ? Parce que j’ai été fait cadavre.  Et puis, aucun prophète n’est le bienvenu dans sa patrie.  Frères, je vous le dis, en vérité en vérité, le  Seigneur Jésus – Christ m’a mandaté pour vous annoncer Ses vertus, Ses perfections invisibles, Sa Divinité, Son Amour, Sa bonté. C’est Lui qui m’a révélé le mystère des quatre derniers temps prophétiques ; c’est Lui qui m’a révélé que le temps du soir et le temps de minuit sont passés. C’est Lui qui m’a dit que de même qu’Il n’avait été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël, Il m’a aussi envoyé aux brebis perdues de la maison de Dieu qui est en Côte d’Ivoire. Je suis  rejeté, mais cela  m’est égal. Je ne cherche pas à avoir des suffrages. Si frère Théodore n’a plus besoin de mon ministère, est- ce un problème ? Devrons-nous nous quereller pour cela ? Il s’est séparé  de moi à cause de la Manne Fraîche. Mais est-ce problème ? Au contraire, il m’a rendu service. S’il pense être aujourd’hui plus spirituel que moi, jusqu’ à voir en moi un démon, c’est bien. Quand je priais pour lui et pour sa maison, j’étais un ange ; quand je mettais de l’ordre dans son foyer orageux, j’étais un ange ; quand je priais pour qu’il fasse l’expérience du Saint- Esprit, j’étais un ange ; quand je révélais son ministère, j’étais un ange. Mais, quand j’ai dit que j’ai été fait cadavre selon MATTHIEU 24. 28, je suis devenu un diable. Que le Nom du Seigneur en soit béni !   Il a un ministère. J’ai un ministère.  Que chacun exerce son ministère ! Et que Dieu seul soit juge entre lui et moi. Désormais, nos deux verges sont dans  l’Arche de l’alliance; que la Verge de Dieu pousse des fleurs !


MAINTENANT, JE LE REPETE,  POUR CEUX QUI VEULENT QUITTER LE TABERNACLE LE CHANDELIER D’OR, ET QUI HESITENT ENCORE : LA MANNE FRAICHE EST UN TESTAMENT DIVIN.   Maintenant  séparez – vous de moi! Allez – vous – en !  A ceux qui resteront après ce message de ce matin, je dis ceci : Que vos lampes soient allumées ! Qu’elles soient bien allumées ! Car vous n’avez pas fini d’entendre ce que vous n’avez pas encore entendu.   Frères, examinez toutes choses, et retenez ce qui est bon ! Veillez et priez ! Le     Seigneur ne vous abandonnera point.  Parce que je vous dis la vérité. Ce que j’ai reçu du Seigneur, c’est ce que je vous donne, par le Saint - Esprit. J’aurais aimé ne pas faire d’erreurs, mais cela est impossible. Priez pour moi, si Dieu le veut. J’ai placé toute ma confiance en Jésus – Christ mon Rédempteur, mon Sauveur et mon Seigneur. Je peux vous tromper, mais Lui, Il ne vous trompera jamais. Priez donc qu’Il vous enseigne Sa Parole plus profondément ! Que le Saint – Esprit vous conduise dans toute la vérité ! Examinez toutes choses, et retenez ce qui est bon et agréable au  Seigneur ! Même si vous partez tous, je continuerai de dire que la   Manne Fraîche est un Testament Divin. Que frère Branham n’est pas infaillible. Le seul péché que j’ai commis contre frère Théodore et ses frères, c’est ma pugnacité à démontrer que leur soi-disant dernier prophète, William Branham, s’est trompé, et nous a trop menti. Ce qui m’étonne de la part de frère Théodore, c’est que c’est depuis Bouaké que je parle des erreurs de frère Branham.  Allez – vous – en, si vous pensez que  la Manne Fraîche n’est pas de Dieu. Faites comme frère Théodore. Allez – vous – en ! De ces chaises, Dieu peut susciter des enfants pour Son Royaume. Priez beaucoup ! Que vos lampes soient allumées. William Branham est passé, je passerai, la Bible elle – même passera, mais la Parole du Seigneur demeurera éternellement. Attachez – vous donc à Sa Parole !


COMMENT ENTRETENIR NOS LAMPES ?

Dans le naturel, la lampe a besoin d’être toujours bien entretenue, pour qu’elle puisse briller comme il se doit, et éclairer la maison comme il faut. Il en est de même dans le spirituel, car le naturel typifie le spirituel. Comment entretenir nos lampes, afin qu’elles continuent de luire de tout leur éclat ?  Ce qui fait la force d’une lampe dans le naturel, c’est l’huile, qui en est l’élément primordial. L’huile est un élément moteur dans une lampe. Sans l’huile, il n’ y a ni lampe, ni flamme. Dans le spirituel, il nous faut aussi de l’huile dans nos lampes. Car la vie de nos lampes spirituelles est entretenue par l’huile, qui est le symbole du Saint – Esprit. Sans le Saint – Esprit, nos lampes ne sont absolument rien, et elles ne  peuvent rien. C’est par le Saint – Esprit qu’elles vivent et qu’elles luisent. La flamme de nos lampes est entretenue et maintenue allumée et vivace par la puissance du Saint – Esprit. C’est pourquoi, pour entretenir nos lampes, et les garder toujours allumées, il faut que nous soyons toujours remplis du Saint – Esprit. N’oubliez pas que nous pouvons éteindre l’Esprit. Nous pouvons aussi faire en sorte qu’Il ne s’éteigne jamais.

Dans EPHESIENS 5.18, l’Ecriture nous dit : «  Ne vous enivrez pas de vin : c’est de la débauche ; soyez au contraire remplis du       Saint-Esprit. » Remarquez qu’il n’est pas  écrit : «  Ne buvez pas de vin », mais «  ne vous enivrez pas de vin ». Autrement dit : Ne soyez jamais ivres quand vous prenez du vin. Savez – vous que le Seigneur buvait du vin ? C’est l’Ecriture qui le dit, dans LUC 7.33. Ne cherchons pas à boire du vin, jusqu’à l’ivresse, mais cherchons plutôt à être remplis du Saint – Esprit. On peut avoir le Saint – Esprit sans en être rempli. Si par exemple, le Saint – Esprit est éteint en nous, il est évident que nous ne pouvons  pas en être  remplis, et qu’Il ne peut pas nous remplir. Soyons donc remplis du Saint – Esprit  en  vivant une vie de sanctification dans la persévérance. Dans la Parole de l’Ecriture que nous venons de lire, le Saint – Esprit, par la bouche de Paul, met deux choses en opposition : L’ivresse par le vin, et l’ivresse par le Saint – Esprit. L’ivresse par le vin, c’est de la débauche, c’est du désordre, c’est un péché. Et quiconque est dans un tel état, ne pourra jamais expérimenter la plénitude du  Saint – Esprit. Bien au contraire : L’ivresse par le vin, la débauche, le péché,  contribuent à l’extinction du Saint – Esprit en nous. C’est pourquoi nous devons toujours rechercher la sanctification. La sanctification, le fait de ne pas vivre dans la débauche, dans le péché, est une source intarissable de bénédictions spirituelles, et même physiques. La sanctification nous lubrifie, lubrifie nos canaux spirituels, afin de permettre aux dons spirituels de se manifester puissamment pour la gloire de notre Seigneur. Beaucoup ont eu des dons spirituels lors de la nouvelle naissance, mais jamais ces dons ne se manifestent. Parce qu’ils vivent dans la débauche. Ils ne vivent pas dans la sanctification. Le péché obstrue les canaux spirituels, « tue » les dons spirituels, «  tue » la foi en nous, alors que la sanctification les restaure et les rend puissants. Les dons spirituels ont besoin de sanctification pour se manifester véritablement sans être pervertis. La sanctification les préserve de la corruption.  En effet, c’est la débauche qui les pervertit. Soyons donc toujours remplis du Saint – Esprit, afin de pouvoir bénéficier des promesses Divines liées à la nouvelle naissance, et au baptême du Saint – Esprit et de Feu. Si après la nouvelle naissance, la puissance de résurrection n’agit pas en vous, vous devez vous poser cette question : «  Pourquoi sommes – nous nés de nouveau ? »  Celui qui est toujours rempli du Saint – Esprit, et qui s’éloigne des péchés, des convoitises et des passions, garde sa lampe toujours allumée, et toujours puissante, par la vertu du Saint – Esprit. Que faut – il faire encore, pour que nos lampes soient toujours allumées ?  Selon EPHESIENS 5.18-21, il faut :

1. Que nous nous entretenions mutuellement par des psaumes, par des hymnes, par des cantiques spirituels, chantant de tout notre cœur les louanges du Seigneur. Vous voyez ! Nous devons tout faire pour éviter les paroles déshonnêtes, les critiques vaines, les chansons profanes, certaines chansons chantées pendant les cultes, mais qui ne sont pas inspirées. En chantant des hymnes et des cantiques spirituels, nous permettons au   Saint – Esprit de nous remplir de Sa présence, de Sa foi, de Sa force, de Sa joie, de Sa paix, et de Son amour.  Quand nous louons  le Seigneur, par le Saint – Esprit, Sa puissance de résurrection se manifeste de façon extraordinaire. Quand Paul et Silas ont été jetés en prison, ils ne se sont pas mis à se plaindre, ni à murmurer contre Dieu. Ils ont plutôt chanté les cantiques spirituels, louant le Seigneur. Et la puissance de résurrection s’est extraordinairement manifestée au travers des signes surnaturels : Les fondements de la prison ont été  ébranlés, les murs ont tremblé, les portes se sont ouvertes seules, les chaines qui les tenaient captifs, sont tombées seules. Vous voyez ! Le Seigneur a fait des merveilles. Parce que Paul et Silas, qui étaient remplis du  Saint – Esprit, ont chanté des cantiques spirituels, des hymnes, à la gloire de Son Nom. S’ils s’étaient mis à se plaindre, au lieu de louer le Seigneur, ils auraient éteint simplement l’Esprit. Et Dieu n’aurait rien fait pour eux. Chantons donc des cantiques spirituels ! Exhortons – nous réciproquement, par la Parole du  Seigneur. Soyons toujours dans Sa Parole. Aimons Sa Parole. Mettons – La en pratique. Et nous serons toujours remplis du  Saint – Esprit.

2. Que nous rendions continuellement grâces  à Dieu pour toutes choses. Vous voyez ! Nous devons rendre grâces à Dieu, Le remercier pour toutes choses, pout tout ce qui nous arrive. Notez bien : Pour toutes choses. Pas pour les bonnes choses seulement, mais aussi pour les mauvaises. Car Dieu est le Créateur du bien et du mal, des bonnes choses, et des mauvaises, de la vie et de la mort, de la richesse et de la pauvreté. En outre, c’est par Sa volonté que toutes choses nous arrivent. Car, l’Ecriture dit que rien ne peut arriver dans une ville, sans qu’Il en soit l’Auteur. Si donc Dieu est l’Auteur de  TOUT ce qui nous arrive, quoi de plus normal que de Le louer pour toutes ces choses - là. Frères, c’est à ce prix – là que nous serons toujours remplis du Saint – Esprit. Et ainsi, nos lampes seront toujours allumées.

3. Que nous nous soumettions les uns aux autres dans la crainte du Seigneur. Ici, il s’agit pour nous de manifester les sentiments d’humilié les uns envers les autres. Que vous soyez prophètes ou spirituels,  qui que vous soyez, soumettez – vous les uns aux autres. Ne permettons pas à l’orgueil d’éteindre en nous le Feu Divin. Considérons que l’autre est supérieur à nous, et soumettons – nous aux plus faibles. Sachant  que le même Sang qui est versé pour nous, est aussi versé pour le plus faible d’entre nous. Il n’y a donc aucune raison de mépriser un frère. Nous sommes nés du même Sang de la croix. Si nous sommes humbles les uns envers les autres, dans la crainte du Seigneur,  nous serons toujours remplis du Saint – Esprit, et nos lampes seront toujours allumées. Que chacun obéisse à son frère dans la crainte du   Seigneur, et nos lampes seront toujours allumées. L’orgueil  contribue à l’extinction de nos lampes. Beaucoup de lampes sont presqu’éteintes, à cause de l’orgueil. L’Ecriture dit dans HEBREUX 13.17 que nous devons obéir à nos conducteurs, car ils veillent sur nos âmes, comme devant en rendre compte. Le diable réussit très souvent à nous opposer à nos conducteurs, en nous faisant croire que nous sommes plus spirituels qu’eux, que nous sommes plus grands  qu’eux, que nous sommes plus oints qu’eux. Et ainsi, nous attristons le Saint – Esprit qui est en nous, et nous éteignons le Feu Divin. C’est le Saint – Esprit qui établit nos conducteurs sur nous. Désobéir donc à ces conducteurs - là, c’est désobéir au Saint – Esprit. Se rebeller contre nos conducteurs, c’est se rebeller contre le  Saint – Esprit. Et gare à celui qui se rebelle contre le Saint – Esprit. Mais, frère Moïse, si nous voyons que nous sommes plus spirituels et plus grands que nos conducteurs, que devons – nous faire ? Vous devez prier le   Seigneur, afin qu’Il vous délivre de votre orgueil. Diantre !  Dans ce ministère, j’en ai vu des choses.  Ecoutez donc ce que je dis.  Priez donc pour votre propre délivrance ! Dans le désert, les Coré, Datan, qui étaient oints de l’Esprit de Moïse, ont pensé qu’ils étaient aussi saints que Moïse, aussi spirituels que lui. C’est pourquoi ils se sont rebellés contre le prophète de Dieu. Dieu n’y était pas allé par quatre chemins : Il les a tués. Par là, tout le monde a su qui était réellement saint et spirituel.


Je vais vous donner un petit conseil : Ne vous rebellez jamais contre un prophète de Dieu en fonction, même si vous pensez que vous êtes Dieu Lui – même.

COMMENT ENTRETENIR NOS LAMPES ?

Jeûner et prier au Nom du Seigneur Jésus - Christ, est aussi un puissant moyen de garder nos lampes toujours allumées. Ne priez pas au nom du Père, du Fils et du Saint. Ne priez pas non plus au Nom de  l’Eternel. Priez seulement au Nom du Seigneur Jésus – Christ, et vos lampes seront toujours allumées. Ne priez pas au Nom de l’Eternel. Parce que nous sommes sous la nouvelle alliance, et que sous cette alliance, le Nom de l’Eternel, n’est pas le Nom Rédempteur de Dieu. Son Nom Rédempteur, c’est plutôt   Jésus – Christ. Sous l’ancienne alliance, Son Nom Rédempteur, c’était l’Eternel, Yahvé. Nous sommes passés d’une alliance à une autre, d’une loi à une autre, et d’un Nom Rédempteur à un autre. Priez au Nom de l’Eternel aujourd’hui, c’est montrer qu’on ne comprend ni les Ecritures, ni la puissance de Dieu. Jeûner et prier, est un puissant moyen pour entretenir nos lampes, afin qu’elles luisent puissamment. Quand le Seigneur a fait quarante jours et quarante nuits de jeûne, Sa Lampe a été tellement revêtue de la puissance du Saint – Esprit, qu’Elle continue de luire encore aujourd’hui. Evitons le jeûne selon la chair. Car, nous devons pratiquer le jeûne auquel le Seigneur prend plaisir : Un jeûne dans le strict respect des conditions de sanctification, de vérité, de lumière et de probité. Evitons les jeûnes  entrecoupés de palabres, de péché, de querelles. En ce qui concerne la prière, notre modèle par excellence, c’est Jésus – Christ. Il priait des nuits entières. Il passait donc de longues heures en prière devant Son Père, criant à Lui de toutes Ses forces. O, quel bel exemple ! Quand nous ne prions pas, nous éteignons l’Esprit. Quand nous prions mal, nous éteignons l’Esprit. Quand nous prions de temps en temps, nous éteignons l’Esprit. Pour pouvoir garder nos lampes toujours allumées, nous devons prions sans cesse, et y veillez avec une entière persévérance. Ne vous y trompez pas : On ne peut pas dire que Christ, qui passait de longues heures en prière, est en nous, alors que nous ne pouvons pas prier une heure. Ne vous y trompez pas ! A force de prier, Daniel  le prophète avait sa lampe toujours allumée. Il était lui – même la Lampe de Dieu pour son heure. Un jour, il a été jeté dans la force aux lions, alors que sa lampe brillait très fort par la puissance de Dieu. Et aucun mal ne lui a été fait. Aucun lion ne l’a touché. La puissance de la Lumière de sa lampe les a domptés totalement. Considérez aussi Méshac, Shadrac et Abed –  Négo. Ils ont été jetés dans la fournaise ardente chauffée sept fois. Mais leur lampe luisait tellement que le Feu Divin qui était sur eux, les a protégés du feu allumé par un homme, le roi de Babylone. Leur lampe luisait tellement qu’ils se sont farouchement opposés à la volonté du roi de les voir adorer sa statue. Si vos lampes luisent vraiment, vous vous opposerez farouchement, à vos risques et périls, à toute décision contraire à la Parole de Dieu. Mais si  elles s’éteignent, vous allez faire des compromis, afin de gagner la sympathie des hommes. Frères, la prière quotidienne et continuelle permet à nos lampes d’être toujours allumées. Le Saint – Esprit en nous, se nourrit de nos prières, de nos jeûnes, de la Parole que nous recevons. C’est pourquoi il nous faut toujours prier, et toujours écouter la Parole du Seigneur. Dieu se nourrit de Sa propre Parole.


L’exercice permanent et quotidien des ministères de la Parole, nous permet de garder nos lampes allumées, par la vertu du Saint – Esprit. Celui qui s’adonne à l’œuvre du Seigneur, qui s’occupe de Ses affaires, avec dévouement,  et avec persévérance, qui est toujours à pied d’œuvre, aura toujours sa lampe allumée. Et sa lampe ne s’éteindra point. Elle luira jusque dans l’éternité.  Les fonctions sacerdotales mêmes qu’il exerce l’obligent à garder sa lampe allumée. Et celui qui a pu tenir sa lampe toujours allumée, sera couronné par le Seigneur. Dans sa brochure  REVELATION DES SEPT SCEAUX : LA BRECHE, frère Branham dit que ce sont les saints qui couronneront Jésus – Christ Roi des rois et Seigneurs des seigneurs. Cette doctrine est fausse, et non biblique. Parce que selon l’Ecriture, c’est Christ qui couronnera les vainqueurs en leur décernant des couronnes de gloire, de justice et de vie. Dans 1 CORINTHIENS 9.24- 26, Paul nous demande de combattre, afin d’obtenir du Seigneur une couronne incorruptible. Aucun saint, aucun homme,  ne couronnera donc  le Seigneur Jésus – Christ. Jésus – Christ le Fils est couronné par Son Père. Frères, il y a des promesses liées à l’obtention des couronnes Divines. Mais, il faut que nos lampes soient toujours allumées jusqu’à notre mort, afin d’en bénéficier. Car ce sont les vainqueurs qui ont droit à ces couronnes glorieuses et incorruptibles que le Seigneur nous réserve. Or, pour que nos lampes soient toujours allumées, nous devons nous consacrer corps, âme et esprit à l’exercice des ministères auxquels Dieu nous a appelés. Ne consacrons pas tout notre temps à nos affaires personnelles, mais à l’exercice des ministères de la Parole. Plus nous exerçons dans le ministère, plus nos lampes luisent, et plus nous acquérons de l’expérience avec Christ. Sur le terrain de l’exercice des ministères de la Parole, il y a beaucoup de difficultés. Je ne connais pas de travail plus difficile que l’exercice du ministère de la Parole. Mais ces difficultés sont des choses que Dieu Lui – même permet, afin de faire briller plus nos lampes. Vous voyez Paul ! Il a été souvent battu à cause de son Evangile. Il a été beaucoup persécuté à cause de son Evangile. Il a souffert de faim, de la soif, et de toutes sortes d’épreuves. Mais sa lampe brillait tellement qu’il a dit qu’il se plaisait dans ses outrages. Il a dit  aussi que c’est quand il était faible, qu’il était fort. Toutes  les souffrances qu’il a endurées par la volonté du Seigneur, ont puissamment contribué à tenir sa lampe toujours allumée. Au soir de sa vie, il a dit : «  J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi. Désormais, la couronne de justice m’est réservée ; le Seigneur, le juste juge me la donnera dans ce jour – là ; et non seulement à moi, mais encore à tous qui auront aimé son avènement. » Vous voyez ! Sa lampe a tellement brillé, qu’il a pu combattre le bon combat de la foi, achever la course et garder la foi. Que nos lampes luisent aussi comme celle de Paul, afin que nous puissions combattre le bon combat, achever la course et garder la foi ! Comme sa lampe a puissamment brillé dans l’exercice de son ministère apostolique, le Seigneur lui a réservé une couronne de justice. Il dit expressément que c’est Jésus – Christ qui la lui donnera. Autrement dit, c’est Lui qui le couronnera. Comment donc frère Branham a pu dire que ce sont les saints qui vont couronner le Seigneur ?  Vous voyez ! Sa doctrine diffère de celle de l’apôtre Paul. Frères, exercez vos ministères, où que vous soyez ! Et vos lampes ne s’éteindront jamais. Faites – le avec amour, et abnégation. Et le Juste Juge vous donnera une couronne incorruptible. N’essayez pas de vous trouver des excuses pour ne pas le faire. Quand je travaillais dans l’administration, j’exerçais aussi mon ministère. Je prêchais, je priais, je jeûnais, je rendais visite, je recevais en entretien ceux qui avaient des besoins, je dormais peu, et j’allais aussi au service. Vous êtes témoins de cela. Ne cherchez donc pas à vous trouver quelque excuse que ce soit. C’est le moment où nous devons racheter le temps. C’est maintenant que la Manne Fraîche a commencé à être prêchée. Notre devoir, c’est de la publier partout dans ce pays, et dans le monde. C’est pourquoi nous L’avons mise sur le Net. Il faut donc des frères dévoués, et qui sont prêts à renoncer à tout pour la cause du Seigneur, pour s’occuper de ce volet du ministère qui est exercé ici. Il faut des frères pour prêcher la Manne   Fraîche partout où besoin sera : Ici au Tabernacle, dans les rues, dans les maisons. Partout. En exerçant ainsi, nous gardons nos lampes toujours allumées. Et nous serons couronnés par le Seigneur. Ce n’est pas nous qui allons Le couronner, mais c’est Lui qui nous couronnera. C’est le Supérieur qui couronne l’inférieur dans la maison de Dieu. C’est celui à qui appartient le trône qui couronne. Et non le contraire. Et le  Trône du    Seigneur appartient au Seigneur.  En exerçant nos ministères, c’est pour que les  lampes des autres soient toujours allumées, n’est – ce pas ? Pour que nous puissions  donc aider les autres à garder leurs lampes allumées, il est évident que nous devons veiller à ce que les nôtres soient toujours allumées. En voulant aider les autres, c’est nous – mêmes que nous aidons. Frères, ayez à vos pieds le zèle que donne l’Evangile. Rachetons le temps. Parlons du Sauveur autour de nous, par le moyen de la Manne Fraîche, tandis que je parle de Sa part. Prêchons aux hommes, prêchons à la création. Prêchons aux anges. Prêchons à   nous – mêmes. Et nos lampes seront toujours allumées. Celui qui prêche Jésus – Christ vit. Les cinq ministères de la Parole et les dons spirituels sont à notre disposition. C’est par ces moyens spirituels que le Seigneur œuvre pour nous, et que nous aussi, nous œuvrons  pour le Seigneur. Depuis la création du monde jusqu’aujourd’hui, Dieu agit par les dons spirituels. Dans l’Eglise, Il agit encore par les cinq dons ministériels et les dons spirituels. Nous aussi, c’est seulement par ces dons que nous agissons pour Son Nom. Par l’exercice des dons spirituels, l’on saura que Christ est vraiment au milieu de nous, dit l’Ecriture. Dans 1 CORINTHIENS14.24- 25, Elle dit que si nous prophétisons, et que les secrets des cœurs sont dévoilés, on dira que Dieu est réellement au milieu de nous. La Parole prophétique, c’est l’idéal,  c’est le principal, le fondamental, l’essentiel, mais Elle doit être  aussi accompagnée des signes qui doivent L’accompagner, selon la volonté de Dieu. Par la manifestation des dons spirituels, la présence du  Seigneur est  donc rendue manifeste au milieu de nous. Par l’exercice des dons ministériels aussi, Sa présence est rendue manifeste.  Ne négligeons donc aucun don spirituel, ni aucun don ministériel.  Exercer un ministère de la Parole sans manifester de don spirituel, n’est pas scripturaire. La Parole, est le Don le plus grand et le plus excellent. C’est justement dans cette Parole que se trouvent  les ministères et les dons spirituels. La révélation d’un ministère de la Parole est accompagnée de la révélation d’un ou des dons spirituels. On ne peut donc pas prêcher sans manifester de don spirituel. Le Donateur des dons spirituels, c’est Christ. Si donc Christ est vraiment en nous, nous avons aussi les dons spirituels. N’a pas les dons spirituels et ministériels,  qui dit qu’il a les dons spirituels et ministériels, mais celui – là seul qui les manifeste par la puissance du Saint – Esprit. Manifestons donc toujours les dons spirituels, et exerçons nos ministères, afin que nos lampes soient toujours allumées. Quand nous exerçons nos ministères et les dons spirituels dans la sanctification et dans la Vérité, le Seigneur Lui – même nous remplit sans cesse de Son Huile Sainte, afin que nos lampes soient toujours allumées. Si vous êtes oisifs, nonchalants, négligents, paresseux dans les choses spirituelles, pourquoi vous remplira – t – Il de Son Onction ? L’Onction est réservée UNIQUEMENT  à ceux qui œuvrent  pour le Seigneur.  Pour l’exercice de chaque don ministériel et spirituel, il nous faut l’Onction. Car l’Onction les rend puissants et dynamiques, Elle les rend efficaces et opérants. L’Onction tient nos lampes toujours allumées. Sans l’Onction qui vient du lieu Très – Saint, nos lampes s’éteindront, et nous serons exposés,  sans défense, à toutes sortes de convoitises, et de péchés. L’Onction dont je parle, celle qui descend du lieu Très –Saint, ne se fabrique pas. C’est le Seigneur qui La donne, en répondant à nos prières persévérantes. Elle nous sanctifie et nous qualifie pour l’œuvre du  Seigneur.

Frères, même si on me donnait l’éternité pour  parler de ce sujet, je ne pourrai que l’effleurer. C’est pourquoi, avec la permission du Seigneur, je désire m’arrêter là. Que Dieu bénisse cette prédication dans vos cœurs, qu’Il vous aide à la comprendre et à la garder.

Que nos lampes soient toujours allumées, jusqu’à la seconde venue du Seigneur. Le Seigneur revient bientôt.

Amen ! A bientôt.


FRERE ABOKON CHRIST-MOISE


Mise à jour le Jeudi, 05 Avril 2012 15:46
 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix