Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 21 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
453
Hier :
936
Semaine :
1389
Mois :
4493
Total :
3862536
Il y a 3 utilisateurs en ligne
-
3 invités


LE MYSTERE DE LA TABLE DRESSEE ENTRE NOS ENNEMIS ET NOUS: PSAUMES 23.5 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Dimanche, 13 Mai 2012 12:19

Message prêché le 31 décembre 2009, au Tabernacle le Chandelier d’Or ; Yopougon – Selmer ; Abidjan ; RCI. Veillée de fin d’année.

Bonjour bien – aimés de Dieu dans le merveilleux Nom de Jésus – Christ notre Sauveur. C’est une grande joie pour moi de pouvoir encore aujourd’hui vous annoncer le mystère de l’Evangile pour lequel j’ai été fait ministre, par la volonté de Celui qui m’a appelé dès le sein de ma mère, afin que je proclame les vertus du Ressuscité.  Le thème de ce matin, c’est : ‘’ LE MYSTERE DE LA TABLE DRESSEE ENTRE NOS ENNEMIS ET NOUS.’’ Mystère qui a été caché durant les âges, mais qui nous est maintenant révélé par le Saint – Esprit par le moyen de la Manne Fraîche en ce temps prophétique de l’aube. Frères, le Seigneur m’a donné la Manne Fraîche pour une révolution spirituelle dont le but  suprême est de restituer la Parole prophétique par le Saint – Esprit, de réparer les brèches, de perfectionner les saints, afin que nous atteignions tous l’état d’homme fait et la plénitude de la stature de Christ notre Rédempteur. Cette révolution spirituelle a déjà commencé sous vos yeux, mais beaucoup ne la voient pas. Elle ne viendra pas comme pour frapper l’œil, mais dans la simplicité de Christ, afin que ceux qui sont aveugles voient, et que ceux qui voient, soient aveugles. Le Royaume de cieux qui est au milieu de nous est d’une simplicité telle que plusieurs ont du mal à le voir. Le Seigneur, qui m’a mis à part dès le sein de ma mère, afin que j’annonce Sa Parole à toute la création, m’a oint. Son Esprit est sur moi, afin que je proclame la délivrance des aveugles, que je guérisse les cœurs brisés, que je jette les bases spirituelles de la révolution spirituelle par la Manne  Fraîche. L’Esprit de Moïse étant sur moi, je ne fais que jeter les bases scripturaires de cette révolution spirituelle dans le désert, afin de permettre au fils mâle, quand il sera manifesté plus tard  de porter cette révolution spirituelle à son point culminant. Je ne verrai certainement pas le réveil qui se fera à ‘’ Canaan’’ par le Tabernacle l’Etoile brillante engendré par le Tabernacle le Chandelier d’Or, qui est lui – même le Tabernacle l’Etoile brillante. Je ne fais que jeter les bases de la révolution spirituelle. Puisse le Seigneur susciter le fils mâle pour la continuité prophétique de cette œuvre. Dieu  trouvera-t-Il des frères dignes du Nom du Seigneur, aptes à annoncer Sa Parole dans l’humilité et dans la puissance de résurrection ; des frères véritablement sanctifiés par la Parole de vie, et qui sont prêts à renoncer à leur propre vie pour servir le Dieu vivant ? Que le Nom du Seigneur soit à jamais béni !  Frères, souvenez – vous de ce que je vous dis toujours : Je ne suis pas infaillible. C’est pourquoi, je vous conseille encore une fois d’examiner les Ecritures pour voir si ce que je vous dis est vrai. Si ce n’est pas vrai, ne le retenez pas. Je ne détiens pas le monopole de la vérité. J’essaie de faire de mon mieux pour vous annoncer la Parole du Seigneur. Et Dieu sait combien d’erreurs je commets en voulant prêcher Son Nom. Puisse- t- Il me pardonner mes erreurs, et faire en sorte que vous ne reteniez que ce qui est conforme à l’Ecriture. La Parole écrite de Dieu est écrite dans un langage hautement spirituel, au point qu’il faut absolument l’aide du Seigneur pour La comprendre. Le mystère dont je vais vous parler aujourd’hui a été caché durant les âges. Mais il est révélé en ce temps de l’aube, pour notre édification et notre perfectionnement. Je vais vous donner, non du lait, mais de la nourriture solide. Dans MATTHIEU 24.45, il est question du serviteur fidèle et prudent dont la vocation céleste est de donner  la nourriture, et non du lait, à ceux sur qui, il est établi, au temps convenable. Cette Parole de l’Ecriture est en rapport direct avec la seconde venue du Seigneur pour l’enlèvement de l’Epouse. «  Quel est donc le serviteur fidèle et prudent, que son maître a établi sur ses gens, pour leur donner la nourriture au temps convenable ? » Comme vous le constatez, le serviteur fidèle et prudent dont parle l’Ecriture n’est ni docteur, ni apôtre, mais prophète. Avant de pouvoir  donner  cette nourriture, il doit d’abord la recevoir. La Parole de Dieu doit donc venir à lui. Et celui à qui vient cette Parole, c’est le prophète. Et le prophète est Dieu. Dans JEAN 10.35, le Fils de l’Homme dit que ceux à qui la Parole de Dieu est adressée, sont appelés Dieux. Ainsi Moïse était Dieu. D’ailleurs, dans EXODE 7.1, il est écrit dans l’Ecriture qu’il a été fait Dieu, avec un ‘’ D’’ majuscule. La Parole de Dieu étant venue à Pierre, qui a reçu les clés du Royaume des cieux, était aussi Dieu, pour son temps. Jésus – Christ Lui – même étant le seul et unique Dieu. Tous les prophètes de Dieu sont appelés Dieux. Le serviteur fidèle et prudent, qui reçoit la Parole de Dieu, et qui La donne aux autres, est aussi Dieu.  Il ne donne pas du lait aux gens, mais de la nourriture. Or, le baptême d’eau est considéré comme du lait. Dans HEBREUX 5.12-14, l’Ecriture parle de deux sortes de nourriture : Le lait et la nourriture solide. Selon cette Ecriture, le lait est réservé aux enfants, et la nourriture solide est réservée aux hommes faits. Le lait, c’est l’ensemble des premiers rudiments des oracles de Dieu, tels que la foi en Dieu, le renoncement aux œuvres mortes, la doctrine des baptêmes, de l’imposition des mains, de la résurrection des morts et du jugement dernier. Il nous est même conseillé de laisser ces choses de côté, afin de tendre vers l’état d’homme fait, vers ce qui est parfait. Et ce qui est parfait, que nous devons rechercher, c’est l’état d’homme fait, la mesure de la stature parfaite de Christ. Or quiconque atteint cette mesure, atteint la Divinité. Donc ce qui est parfait, c’est la manifestation de la Divinité en nous, de Ses attributs en nous, de Sa Parole sainte en nous. C’est l’étape de la Divinité de l’homme. L’enseignement des premiers rudiments des oracles de Dieu ne peuvent pas nous conduire à la mesure de la stature parfaite de Christ, ni à la mesure de la Divinité faite chair en nous. Il nous faut pour cela de la nourriture solide. Laissons donc de côté le lait spirituel pour la nourriture spirituelle que vous donne le serviteur fidèle et prudent que le Seigneur a établi sur nous, en ce temps de l’aube. Souvenez-vous qu’il y a quatre derniers temps prophétiques, qui sont : Le temps du soir, le temps de minuit, le temps de l’aube et le temps du matin, selon ce qui est écrit dans       MARC 13.35. A chacun de ces temps prophétiques, Dieu envoie un serviteur fidèle et prudent. Le serviteur fidèle et prudent de notre temps est différent de celui du temps précédent. La couleur de sa peau est une véritable pierre d’achoppement que Dieu Lui – même a mise devant vous. Il est destiné à amener la chute de beaucoup d’entre vous, mais aussi le relèvement de certains ; il est un signe destiné à provoquer la contradiction. Son Message ne sera pas reçu par les dignitaires des églises organisées, ni par ceux qui disent que William Branham est le dernier prophète- messager. Ces gens – là font semblant d’ignorer que leur propre prophète a annoncé, dans sa prédication ‘’ L’ENLEVEMENT’’ du 04 décembre 1965, la venue d’un nouveau Message, qui amènera une chose nouvelle. Ils font semblant d’ignorer qu’il a dit de brûler son Message avant le lever du jour. Or, le temps qui précède le lever du jour, c’est le temps de l’aube. C’est donc au temps de l’aube que son Message du soir doit être brûlé, à cause du nouveau Message qui doit venir sur terre. Je suis ici ce matin, pour vous apporter le Message de Dieu, et cela sans aucun complexe lié à la couleur de ma peau. Mais souvenez-vous que je ne suis pas infaillible. Seul le Dieu Tout – puissant est infaillible, omniprésent, omniscient et omnipotent. A Lui soient donc la gloire, la puissance, la richesse, les honneurs et les acclamations aux siècles des siècles. Amen !

Prenons nos Bibles  dans PSAUMES 23.1-5 : « L’Eternel est mon berger : je ne manquerai de rien. Il me fait reposer dans de verts pâturages, Il me dirige près des eaux paisibles. Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, à cause de Son nom. Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car Tu es avec moi : Ta houlette et ton bâton me rassurent. Tu dresses devant moi une table, en face de mes adversaires ; Tu oins d’huile ma tête et ma coupe déborde.» Au verset 5, David dit : «  Tu dresses devant moi une table, en face de mes adversaires. » A première vue, on penserait à une table faite de mains d’hommes, à un meuble fait de bois. Mais quand par la grâce de Dieu, nos yeux spirituels s’ouvrent, nous voyons qu’il ne peut pas s’agir de cela. David parle de ses adversaires, ce qui veut dire qu’il est en situation de guerre. Il est en face de ses ennemis. Il ne peut donc pas s’agir d’une simple table, mais de quelque d’autre. Cette table dont il parle est censée le protéger contre ses adversaires. Remarquez sa position : Elle est dressée devant lui, en face de ses adversaires. Elle est donc entre lui et ses adversaires. Elle lui sert donc de bouclier, de protection et de refuge. Il ne peut donc pas s’agir d’un meuble. David est prophète. Sa pensée prophétique a donc transcendé toutes choses pour saisir une réalité Divine qui dépasse notre entendement. Ce mystère de la table dressée entre nos ennemis et nous, a été caché durant tous les âges, afin d’être révélé en ce temps de l’aube, par la Manne Fraîche, qui n’est rien d’autre que le fondement des apôtres et des prophètes. Remarquez aussi que c’est Dieu Lui – même qui dresse cette table entre nos ennemis et nous, pour nous sécuriser et nous protéger de la main du diable. C’est donc une table mystérieuse. Je prie que Dieu vous donne de l’intelligence, afin que vous compreniez les Ecritures et Sa puissance. De quelle table s’agit-il exactement ?


LA NATURE DE LA TABLE

Cette table a une nature Divine, surnaturelle et spirituelle. Quand on parle de table, généralement on pense à un repas. C’est juste. Et le       Seigneur, avant Sa crucifixion, a pris Son dernier repas avec Ses disciples. A cette occasion une table a été dressée par Lui. Cette table mystérieuse, c’est la Sainte Cène.  Cette table est composée de pain, qui symbolise le Corps de Jésus meurtri pour nous, et du sang, qui représente Son  Sang versé pour nous. C’est ici la révélation du mystère de la table que Dieu a dressée entre nos ennemis et nous. Le Corps brisé de Christ et Son sang  versé, c’est la mystérieuse table du Seigneur, dressée entre nos ennemis et nous. Pour notre salut, pour l’abolition du péché, pour notre protection et pour notre délivrance de la puissance des ténèbres.

« Pendant qu’ils mangeaient, Jésus prit du pain ; et après avoir rendu grâces, il le rompit, et le donna à ses disciples, en disant : Prenez, mangez, ceci est mon corps. Il prit ensuite une coupe ; et après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant : Buvez-en tous ; car ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés.» (MATTHIEU 26.26-27).  Vous voyez ! Le      Seigneur a dressé une table entre le diable et Ses disciples, de façon symbolique. Mais cette table a été dressée après concrètement, quand Il était sur la croix. Sur la croix de Golgotha, en effet se trouvaient, et le corps et le sang de Jésus. C’était une table. La croix était une table sur laquelle on trouvait le pain, représenté par le corps, et le vin représenté par le sang. Qu’il me soit permis d’insister sur cette révélation importante : LA CROIX ETAIT UNE TABLE DRESSEE ENTRE LE DIABLE ET NOUS. SUR CETTE TABLE, IL Y AVAIT LE CORPS ET LE SANG DE CHRIST. Cette table mystérieuse a été dressée pour ôter tous nos péchés, afin que nous soyons réconciliés avec Dieu. C’était la table de la réconciliation. C’est ici la Manne Fraîche. Comprenez – vous les Ecritures et la puissance de Dieu ? Le Seigneur dit que Son sang est le sang de l’alliance. C’est par ce sang que nous qui étions autrefois sans Christ, « privés de droit du cité en Israël, étrangers aux alliances de la promesse et sans Dieu dans le monde », nous avons été réconciliés avec Dieu, afin d’avoir part au Royaume du Fils de Son amour. C’est par ce sang, que nous, qui étions sans espérance et sans Dieu, avons été rachetés et sanctifiés pour appartenir à la famille Dieu. Par ce sang de la croix, Dieu a rapproché les circoncis et les incirconcis, afin de faire d’eux un seul peuple, né de Sa Parole, régénéré et purifié de tout péché. Par le corps brisé de Christ, nous avons la rédemption de notre corps, laquelle rédemption sera pleinement manifestée le jour de la rédemption, qui est le jour de la résurrection d’entre les morts, pour certains, et le jour de la résurrection des morts pour d’autres. Lors de Sa seconde venue, les morts en Christ ressusciteront pour être enlevés, avec les vivants qui auront été changés en un clin d’œil. Ce sera la résurrection d’entre les morts, puisque cette résurrection ne concerne pas tout le monde. C’est la première résurrection. Mais il y aura une dernière résurrection  au cours de laquelle tous les morts ressusciteront pour le jugement du trône blanc. C’est la résurrection des morts. La résurrection d’entre les morts, c’est la première résurrection. La table que Dieu a dressée entre notre adversaire le diable et nous, c’est la croix de Christ. C’est aussi Son corps blessé et Son sang versé pour nous. Dans JEAN 6.53-54, le Fils de l’Homme dit aux Juifs : «  En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez son sang, vous n’avez point la vie en vous – mêmes. Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour. » C’est ici le mystère de la table dressée entre nos ennemis et nous. Ce jour-là, quand le Seigneur a dressé cette mystérieuse table entre ses ennemis et Lui, plusieurs personnes qui prétendaient L’aimer, et qui Le suivaient partout, L’ont abandonné, en disant : « Cette parole est trop dure, qui peut l’accepter. »  Les ennemis se sont ainsi manifestés au grand jour, quand la table a été dressée. Cette mystérieuse table était composée de la chair et du sang du Fils de l’Homme,  Jésus – Christ de Nazareth. Ceux à qui Dieu n’avait pas donné l’intelligence pour comprendre ce qu’Il voulait dire, s’étaient mis en colère contre Lui, en disant : «  Comment peut – il nous donner sa chair à manger. »  Et ils se sont retirés de Lui, la Source intarissable de la Vie. Le Seigneur n’a rien fait pour les empêcher de partir. Il en est de même aujourd’hui, quand le Fils de l’Homme manifestera le Fils de l’homme en ce temps de l’aube. Rien ne sera fait pour empêcher qui que ce soit de partir. O, frères, une table est dressée par le Seigneur,  dans la Parole de l’Ecriture de MATTIEU 24.28, entre nos ennemis et nous. C’est ici le mystère du cadavre. Ce  mystère du cadavre est relié au mystère du Fils de l’homme dont il est question dans MATTHIEU 24.27. Ce Fils de l’homme est le cadavre. Or, le Fils de l’Homme dit qu’il faut manger la chair et boire le sang du Fils de l’homme pour avoir la Vie éternelle. C’est que, chaque Fils de l’homme envoyé par le seul et unique Fils de l’Homme, Jésus- Christ, vient avec sa chair et son sang. Remarquez que dans APOCALYPSE 14.14-16, l’Ecriture parle d’un Fils de l’homme venant sur une nuée blanche. Il ne s’agit pas de Jésus – Christ le seul et unique Fils de l’Homme, mais d’un Fils de l’homme envoyé par Lui le jour de la moisson. Comme le Fils de l’Homme par essence et par excellence, ce Fils de l’homme aussi vient avec sa chair et son sang, qui sont la chair et le sang de Christ. De même qu’Eve était la chair et l’os du premier Adam, de même l’Eglise est la chair et le sang du dernier Adam. Voilà pourquoi je dis que ce Fils de l’homme envoyé par le seul et unique Fils de l’Homme, est Sa chair et Son os. Le corps qui est représenté par le pain, c’est la Parole. Et le sang, qui est représenté par le vin, c’est le  Saint – Esprit. Et tout Fils de l’homme a en lui, ces deux choses : La Parole et le Saint – Esprit.

Les Juifs qui prétendaient aimer le Seigneur Jésus – Christ de Nazareth, à cause des miracles qu’Il opérait, L’ont carrément abandonné parce qu’Il a dit de manger Sa chair et de boire Son sang. Vous voyez ! Ils étaient scandalisés. Parce que la loi de Moïse qu’ils avaient reçu leur interdisait la consommation du sang. Pour eux, le Seigneur prêchait une Parole qui allait à l’encontre du message qu’ils avaient reçu. Il en est de même aujourd’hui. Plusieurs me quitteront à cause du Message que je prêche, parce que je dis des choses qui vont à l’encontre de ce qu’ils savent déjà. Pourtant, quand ils avaient besoin de bénédictions d’ordre matériel, ils m’ont suivi.  Tous disaient : «  Frère Moïse est un véritable homme de Dieu. Dieu est avec lui. » Ainsi j’ai prié le Seigneur de leur donner des enfants, parce qu’ils étaient stériles. J’ai aussi prié le Seigneur pour que leurs foyers connaissent la stabilité et la paix, pour que leurs affaires prospères. Et le Seigneur les a bénis. Mais le jour où j’ai dit, au Nom du     Seigneur qui m’a envoyé : Je suis le cadavre du temps de l’aube, en m’appuyant sur MATTHIEU 24.28, ils ont dit : Blasphème. Quand j’ai dit : La Manne Fraîche est un Testament. Ils ont dit : « Comment peut – il dire que la Manne Fraîche qu’il prêche est un Testament, alors qu’il n’est pas mort. La Bible ne dit – Elle pas qu’un Testament n’est valable que si le testateur meurt ? » Vous voyez ! Un voile est jeté sur leurs yeux, à cause de leur incrédulité. Ils ignorent que nous sommes morts avec Christ, et que nous sommes ressuscités avec Lui. Paul n’a – t – il pas dit : «  J’ai été crucifié avec Christ ? » Moi aussi, j’ai été crucifié avec Christ. Je suis donc mort. Je suis donc un testateur, qui est mort avec Christ, et qui est ressuscité avec Lui. Dans les cieux et sur la terre, ma mort a été constatée le jour même où Jésus mourrait, car je suis mort avec Lui. La Manne  Fraîche, qui est un testament, est donc valable. Je ne voudrais même pas parler de ma mort physique qui scellera tout le testament. La Manne   Fraîche, qui est un testament pour ce temps de l’aube est issu, inspiré du seul et unique Testament : Celui de Christ. Un testament, c’est une alliance. La première alliance était un testament. Elle a été scellée avec Moïse. Mais remarquez que quand les autres prophètes de l’Ancien Testament sont venus, ils se sont tous inspirés de cette première alliance pour enseigner le peuple de Dieu. Remarquez aussi que, quand Dieu envoie un prophète, Il conclut une alliance particulière avec ce dernier, laquelle est basée sur Sa Parole. C’est ainsi qu’Il a conclu une alliance avec Abraham, basée sur la révélation de Sa Parole. Il a aussi conclu une alliance avec Jérémie le prophète, basée sur l’alliance qu’Il avait déjà conclue avec Moïse. Dieu ne peut traiter avec nous que dans une alliance bien particulière. Mais chaque alliance qu’Il conclut avec nous est fondée sur l’alliance qu’Il a déjà conclue par Christ. Avez – vous remarqué que l’apôtre Paul parle de son Evangile dans ROMAINS 2.16 ? C’est par son Evangile que Dieu jugera les actions secrètes des hommes, par Jésus – Christ. Pourquoi Dieu ne jugerait – Il pas nos actions secrètes par l’Evangile de Jésus – Christ de Nazareth ? Quand Paul parle de son Evangile, il veut parler de son Message, qui est une alliance basée sur l’alliance scellée par Christ. Comme toute alliance est scellée par la mort et le sang, il a dû être crucifié avec Christ. Paul était un testateur, Jésus- Christ Lui-même étant le seul et unique Testateur.

Frères, le mystère de la table est grand. Que Dieu nous aide à le comprendre ! La croix de Christ est une table dressée par Dieu entre nos ennemis et nous. C’est par cette croix que Christ a vaincu et dépouillé les autorités, les dominations et les esprits méchants, et les a livrés publiquement en spectacle. Entre Jésus – Christ homme et les puissances des ténèbres, une table était dressée : Sa croix. Entre le péché et nous, cette table a été dressée, pour nous sauver et pour nous protéger de tout mal. Entre le monde des ténèbres et nous, cette  table a été dressée.  Christ est venu avec Sa chair et Son sang, afin que nous ayons la vie éternelle. Sa  chair est une véritable nourriture, et Son sang, un véritable breuvage. Sa chair et Son sang réunis, forment la table que Dieu a dressée entre le diable et nous, entre la mort et nous, entre le péché et nous, entre la maladie et nous. Vous voyez ! Ce n’est pas une table ordinaire, mais une table extraordinaire. Le menu en ce qui concerne cette table est tout aussi spirituel et extraordinaire que la table elle-même.  Frères, c’est un mystère du Royaume des cieux, qui est maintenant révélé pour notre perfectionnement, afin que nous parvenions à la mesure de la stature parfaite de Christ. C’est ici la nourriture solide que vous donne le serviteur fidèle et prudent du temps de l’aube, lequel est l’aigle qui a pris son envol pour aller chercher, dans les lieux très élevés, la Manne Fraîche, pour les aigles, pour ceux qui sont spirituellement matures, et «  dont le jugement est exercé par l’usage à discerner ce qui est bien et ce qui est mal. » Beaucoup ne savent pas discerner ce qui est bien du mal. C’est pourquoi ils disent que William  Branham est né hors du péché, qu’il est infaillible, qu’il est tout – puissant, qu’il est le dernier Elie. Ils ne savent pas discerner le bien du mal, c’est pourquoi ils croient en ce que dit leur soi – disant dernier  prophète messager, qui soutient ceci : Le livre de la rédemption était entre les mains d’Adam sur terre. Ce livre est retourné au Propriétaire originel après son péché. Frères, que Dieu nous donne l’intelligence pour comprendre les Ecritures et Sa puissance. Le livre de la rédemption, contrairement à ce que dit William Branham n’était pas sur terre, encore moins entre les mains d’Adam. Il n’y avait rien à rédempter, à sauver, puisque rien n’était perdu. Ce qui est ridicule dans sa révélation, que les branhamistes ne peuvent pas voir, c’est que selon leur prophète, ce livre est retourné au ciel après le péché d’Adam. Vous voyez : Il est retourné au ciel au moment où Adam en avait le plus besoin. Quand il n’avait pas péché, il avait ce livre, d’après lui. Mais quand il a péché, et qu’il fallait une rédemption, il est retourné au ciel. Vous voyez ! Celui qui n’a pas le discernement croit ce que dit William Branham en ce qui concerne ce livre. William Branham dit encore que ce sont les saints qui couronneront     Jésus – Christ Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Là encore, ce n’est pas conforme à la Parole de Dieu. Mais il y a des gens qui pensent que c’est la vérité. Y-a-t-il un homme sur terre, qui soit assez digne pour couronner Jésus – Christ Roi des rois et Seigneur des seigneurs ? Même   William Branham, avec toute la colonne de feu qu’il a n’en est pas digne. L’Ecriture nous dit clairement que c’est Dieu Lui-même qui a couronné Son Fils. Si ce sont les saints qui couronneront Jésus- Christ, les saints, eux, qui les couronnera ? Frères, c’est le Seigneur qui couronnera les saints, et non le contraire. L’apôtre Paul dit, dans 2 TIMOTHEE 4.7-8, que c’est le Seigneur Jésus – Christ qui nous donnera la couronne de justice. William Branham fait croire qu’il a prêché le même Message que Paul, mais force nous est donnée de constater que cela n’est pas toujours vrai. Il a enseigné des choses opposées à l’Evangile de Paul.  Si vous n’avez pas de discernement spirituel, si vous n’avez pas l’Onction qui nous enseigne toutes choses, il vous sera impossible de comprendre le mystère de la table que Dieu a dressée entre nos ennemis et nous, le mystère du corps mort de MATTHIEU 24.28, le mystère du Fils de l’homme de MATTHIEU 24.27, le mystère de la côte d’Adam, le mystère des quatre derniers temps prophétiques, le mystère du ministère et de la Parole de la réconciliation, le mystère des trois jours prophétiques du Fils de l’Homme, le mystère de la Droite de Dieu, le mystère de la Divinité de Dieu, de la Divinité de l’homme et de la divinité du diable. Pour la compréhension de ces mystères, ce qu’il nous faut, c’est l’Esprit de vérité. C’est pourquoi nous devons tous être remplis du Saint – Esprit. La Bible seule ne suffit pas, la Manne Fraîche seule ne suffit pas. Il nous faut Christ Lui – même, l’espérance de la gloire. Mes paroles ne suffiront jamais à vous révéler Christ, mais le Saint – Esprit agissant en vous par la Parole. Les disciples qui avaient été enseignés  par le Seigneur Lui – même, avaient passé  du temps dans la chambre haute, afin d’être revêtus de la puissance d’En – Haut. Ils avaient la Parole et le Saint – Esprit. Ne vous contentez pas de la Parole. Il vous faut aussi être revêtus de la puissance d’En – Haut. C’est le Saint – Esprit qui éclaire la Parole pour nous, et qui La vivifie en nous. La compréhension des Ecritures et de la puissance d’En – Haut est primordiale dans la croissance spirituelle. Il ne s’agit pas d’apprendre les versets bibliques par cœur, afin d’épater les gens, mais de comprendre les Ecritures et la puissance de Dieu. Il s’agit de démontrer la puissance de résurrection qui est en nous, par des signes surnaturels. Car le Royaume de Dieu ne consiste pas en paroles, mais en puissance, dit l’Ecriture. Comment comprendre le mystère de la table que Dieu a dressée entre nos ennemis et nous, si ce n’est par le  Saint – Esprit ? Comment comprendre que les chrétiens ne doivent pas payer la dîme si ce n’est pas le Saint – Esprit ? Frères, que chacun de nous soit revêtu de la puissance d’En – Haut ! C’est par le sacrifice sanglant de Christ que le péché a été aboli, que nos péchés ont été ôtés, et que nous sommes à l’abri des iniquités. La table dont je parle aujourd’hui par la grâce de Dieu, est une table ensanglantée, c’est un homme ensanglanté dont la chair et le sang nous ont sauvés de tout péché. Oui Monsieur. Cette table ensanglantée, c’est l’homme Jésus. Il est le Pain de vie, et le Sang de l’alliance. De Dieu qu’Il était, Il est devenu un simple homme. De saint qu’Il était, Il est devenu péché pour nous. Il n’a point péché, mais Il est devenu péché pour nous, afin qu’en Lui, nous devenions justice de Dieu. Vous voyez ! Non seulement nous sommes justifiés en Lui et par Lui, mais nous sommes aussi devenus en Lui et par Lui, justice de Dieu. Il a été fait aussi  malédiction pour nous, afin qu’en Lui et par Lui, nous devenions bénédiction. Nous ne sommes pas seulement bénis par Lui, mais nous sommes en Lui et par Lui,  bénédiction. Avant d’entrer dans le monde, Il a parlé à Son Père en disant, dans HEBREUX 10.5-6 : « Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, mais tu m’as formé un corps… pour faire, ô Dieu ta volonté. » De quel corps parle-t- Il ? De Son corps de chair, de Sa chair. Où était – Il quand Il parlait à Son Père ? Je crois que c’est dans le sein de la vierge Marie, peu avant Sa naissance. C’est ici la Manne Fraîche. Où Son corps a – t- Il  été formé ? Dans le sein de la vierge Marie, par la puissance du Très – Haut, quand Celui – ci  l’a couverte de Son ombre. Pourquoi ce corps a – t – il été formé ? Pour faire la volonté du Père. Et quelle est cette volonté ? Devenir péché pour nous, afin que nous soyons en Lui, justice de Dieu. C’est pour porter nos iniquités,  nos maladies, nos souffrances et nos douleurs. La chair de Jésus était semblable à celle du péché, selon ROMAINS 8.3. C’est ici le mystère du corps du péché dont je vous ai déjà parlé. Dans ce corps du péché, il y a deux entités : Le corps spirituel du péché et le corps physique du péché. Prenons le premier Adam qui est l’ombre du dernier. Dieu l’a créé à Son image. Cette image de Dieu, c’est un corps spirituel. C’est un esprit. Dieu n’est – Il pas      Esprit ? Adam a donc été créé dans un corps spirituel. Puis Dieu l’a formé avec la poussière de la terre, et il devint un corps physique. Or, l’Ecriture dit que Christ est venu dans une chair semblable à celle du péché. Cette chair du péché, c’est notre chair que nous avons héritée du premier Adam. Or ce dernier a été créé dans un corps spirituel et dans un corps de chair. C’est pourquoi je parle du corps spirituel du péché et du corps physique du péché. Jésus avait en Lui, ces deux sortes de corps. Ces deux sortes de corps ont été créés sans péché, aussi bien en ce qui concerne le premier Adam que le deuxième. Le corps du péché du premier Adam était destiné à tomber dans le péché, tandis que celui de Jésus était destiné à devenir péché. C’est dans le sein de Marie que Dieu a formé le corps du péché de Son Fils bien- aimé. Et c’est depuis ce sein que le Fils parla à Son Père qui était là – haut. Souvenez – vous que Jonas le prophète a parlé à Dieu depuis le ventre du poisson. Jésus a parlé à Son Père, avant de pousser Son premier cri sur la terre à Sa naissance. Nous parlons ce matin du mystère de la table que Dieu a dressée entre nos ennemis et nous. Savez – vous que quand Jésus est né, Il n’a pas tété ? Oui Monsieur. Il n’a jamais tété. C’est l’Ecriture qui le dit, dans ESAIE 7.14-15. Il n’a mangé que du caillé et du miel.  Il est né sans péché, et Il n’a point connu de péché durant toute Sa vie terrestre. Mais Il était destiné à devenir péché. Et Il est devenu péché quand il a pris la coupe et l’a bue dans le jardin de Gethsémané, quelques temps avant Son arrestation. En ce moment – là, Son Père L’avait abandonné. C’est aussi à cet instant précis que tous nos péchés ont été transférés en Lui. Et qu’il est devenu péché. Il a bu la coupe du péché et de la mort. Pour Le présenter à Israël, Jean – Baptiste dit : «  Voici l’agneau de Dieu qui ôte le péché du monde. » Pas l’agneau qui pardonne, mais qui ôte le péché du monde. Et le péché du monde, avant d’être ôté, est devenu un homme : C’était Jésus. Vous voyez ! Le péché, c’est un être. Avant qu’Il n’ôte le péché du monde, Il est devenu Lui – même péché. C’est pourquoi lors de la crucifixion du Fils de l’Homme, le péché a été crucifié en Lui. Il a été aboli par Son sacrifice de la croix. La croix a ôté nos péchés par le Sang de l’alliance en Jésus – Christ, elle a triomphé de tous ennemis par Sa puissance. Et aujourd’hui encore, nous sommes en sécurité sous Ses ailes. Frères, la croix de Christ, c’est notre protection et notre sécurité, c’est notre salut et notre rédemption, c’est notre guérison, c’est notre paix et notre joie. Que serions – nous devenus sans la croix de Christ? Prenez toutes les Bibles du monde, mais laissez-moi la croix de Christ mon Sauveur ! Que serais-je devenu sans le Sang de Christ ? Dans 1 CORINTHIENS 10.21, l’Ecriture dit : «  Vous ne pouvez participer à la table du Seigneur, et à la table des démons. » Participer à la table du Seigneur, c’est prendre part au repas du Seigneur composé de pain et de vin. Quiconque participe à cette table sans discernement s’expose à la colère de Dieu. « Celui qui mange le pain et boit la coupe indignement sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur. » dit l’Ecriture. C’est pourquoi frères, chacun de nous doit s’examiner soi – même pour voir s’il remplit les conditions de sainteté et d’obéissance qu’il faut, avant de s’asseoir à la table du Seigneur. Nous devons y venir dans la crainte de Dieu, dans la sanctification et dans l’humilité. Que celui qui veut prendre le repas du Seigneur s’éloigne du péché, et vive pour le   Seigneur. Ce n’est point un repas comme nos repas habituels. C’est un repas particulier dont la consommation exige de nous sanctification et obéissance à la Parole de Dieu. Que les impudiques, les adultères, les menteurs, les tricheurs, les menteurs, les ivrognes, les cupides, les avares s’en éloignent, afin de ne pas attirer la colère de Dieu sur eux – mêmes. Beaucoup, n’ayant pas pris garde à cela, sont malades, et d’autres sont morts, dit l’Ecriture. Ne venez jamais à la table du Seigneur comme vous allez à table chez vous à la  maison. «  Celui qui mange et boit sans discerner le corps du Seigneur, mange et boit un jugement contre lui-même. » (1 CORINTHIENS 11.28). La table du Seigneur qui est composée  de  pain et de vin, est celle qu’Il a dressée entre nos ennemis et nous. Si nous la prenons au sérieux, si nous la respectons, si nous nous en approchons dignement et dans la sanctification, c’est un rempart pour nous contre les puissances des ténèbres, contre les maladies, contre les mauvais sorts. Mais si nous la  foulons au pied, ce qui nous attend, c’est l’ardente colère de Dieu. Frères, je vous le répète : La table du Seigneur dressée entre nos ennemis et nous, est une véritable protection et une véritable forteresse. C’est un véritable refuge. C’est un véritable remède contre les maladies de toutes sortes. Souvenez-vous du frère qui a été guéri d’une maladie quand il a participé au repas du Seigneur à une de nos veillées de prière. Vous voyez ! La table du Seigneur est une véritable bénédiction pour nous.  Que le Nom du Seigneur en soit béni à jamais !

Prenons maintenant une autre Parole de l’Ecriture, dans  GENESE 14.17-18. Quand Melchisédek est allé au – devant d’Abraham qui revenait de la défaite des rois, il avait du pain et du vin. C’était une table dressée par Melchisédek à laquelle Abraham devait participer en tant que vainqueur. C’est un type de la table du Seigneur qui sera dressée dans le Ciel pour tous les vainqueurs. Cette table n’est pas dressée entre nos ennemis et nous, mais pour nous, parce que nous avons vaincu le monde pendant notre pèlerinage terrestre, la bête et l’image de la bête. Abraham a vaincu les rois. C’est après cela que Melchisédek  est venu au – devant de lui, avec du pain et du vin. Dans MATTHIEU 11.8, le Seigneur dit que plusieurs viendront de l’est et de l’ouest, et s’assiéront à table  avec Abraham, Isaac et Jacob dans le Royaume des cieux. Ces hommes – là ont vaincu, et se sont assis à table, avec le Seigneur Lui – même. Dans MATTHIEU 26. 29, Il dit : « Je ne boirai plus désormais de ce fruit de la vigne, jusqu’au jour où j’en boirai du nouveau avec vous dans le royaume de mon Père. » C’est au cours de la Sainte Cène qu’Il a dit cela. Il parle du nouveau vin qu’Il boira dans le Royaume céleste avec Ses disciples, ceux qui auront combattu le bon combat de la foi, et qui auront vaincu. Vous voyez ! Même au Ciel, nous boirons du vin. Mais ce sera du vin nouveau, fait par le Seigneur Lui- même. Une table sera dressée au Ciel, par les mains Divines du Seigneur, par les soins des anges à laquelle les vainqueurs prendront part. Il y aura aussi du pain nouveau. Il est inconcevable de prendre du vin nouveau seulement, sans prendre aussi du pain nouveau. Cette table ne sera pas dressée entre nos ennemis et nous, mais pour l’Epoux et pour l’Epouse. Ce sera le jour des noces de l’Agneau dans le Royaume céleste. La table dressée par Melchisédek n’était pas dressée entre ses ennemis et lui, car il les avait déjà vaincus. Elle a été dressée pour Melchisédek et pour Abraham.

Qui est ce Melchisédek ? L’Ecriture dit qu’il n’a ni père, ni mère, ni commencement de jours ni fin de vie. Jésus de Nazareth, Lui avait un Père, un commencement de jours et une fin de vie. Qui est donc ce     Melchisédek ? C’est Dieu dans un corps angélique. Car Dieu seul n’a ni commencement de jours ni fin de vie, n’a ni père ni mère. Qui est ce  Melchisédek ? C’est le Seigneur Jésus-Christ le Dieu Tout – puissant, dans Sa forme surnaturelle. Pas Jésus – Christ de Nazareth, mais Jésus – Christ. Pas Jésus – Christ le Fils de Dieu, mais Jésus – Christ le Père. Pas Jésus – Christ le mortel, mais Jésus – Christ l’immortel. Tout comme Jésus, Melchisédek était souverain sacrificateur de Dieu. Le Fils de l’Homme a été fait sacrificateur selon l’ordre de Melchisédek, et non selon l’ordre d’Aaron. Nous aussi, Christ a fait de nous, sacrificateurs, non selon l’ordre d’Aaron, mais selon l’ordre de Melchisédek. Nous exerçons déjà notre sacrificature selon l’ordre de Melchisédek, par Christ notre Rédempteur. Exerçant dans cet ordre, nous ne pouvons, ni percevoir ni payer la dîme. Selon cet ordre, Abraham a payé la dîme du butin à Melchisédek, qui n’était pas un homme de chair. En effet, il s’est révélé à Abraham dans un corps spirituel, dans un corps qui n’est pas fait de chair et de sang. Il a payé sa dîme à Dieu manifesté dans un corps qui n’est pas fait de chair et de sang, mais dans un corps spirituel. Si quelqu’un veut payer sa dîme en imitant la foi d’Abraham, il devra le payer à Dieu révélé dans un corps spirituel, dans un corps angélique. Lorsqu’on paye la dîme selon l’ordre d’Aaron ou selon l’ordre lévitique, selon la loi de Moïse, on la donne à un homme fait de chair et de sang. Dans cet ordre – là, il y a trois entités :

1. Les onze tribus

2. Les sacrificateurs

3. Le souverain sacrificateur.

Les onze tribus donnent leur dîme aux sacrificateurs. Ceux – ci prélèvent la dîme de la dîme au souverain sacrificateur. Tous les chrétiens qui payent la dîme le font selon l’ordre lévitique, selon la loi de Moïse, et non selon l’ordre de Melchisédek. Car il leur est impossible de le faire selon l’ordre de Melchisédek. Selon cet ordre, c’est le Seigneur Jésus – Christ seul qui est Souverain sacrificateur. Personne ne Le voit pour prétendre Lui donner la dîme. En outre, selon APOCALYPSE 5.9-10, Christ a fait de nous, par Son sang, des sacrificateurs. Dans l’Eglise de Dieu, nous sommes tous des sacrificateurs. Il n’y a aucun homme qui soit souverain sacrificateur, pour pouvoir prendre la dîme des autres. Le pasteur est sacrificateur, tout comme son fidèle. Selon la loi de Moïse, le souverain sacrificateur ne paye pas la dîme. Tout pasteur dans l’Eglise de Christ, qui reçoit la dîme sans la payer à quelqu’un d’autre s’est auto – proclamé souverain sacrificateur. Ce qui est contraire à la doctrine des apôtres, qui enseigne que c’est le Seigneur Jésus – Christ seul qui est Souverain sacrificateur. Et ce ministère n’est pas transmissible. Tout pasteur qui perçoit les dîmes de ses frères, qui sont devenus sacrificateurs par le Sang de Christ, comme Aaron percevait les dîmes des sacrificateurs, le fait selon la loi de Moïse. C’est un imposteur dans la mesure où ce ministère de souverain sacrificateur n’est exercé que par le Seigneur Jésus – Christ seul. Tout pasteur, qui reçoit les dîmes de ses  frères, qui sont aussi sacrificateurs, et qui, à son tour paye sa dîme à quelqu’un d’autre, le fait également selon l’ordre de la loi de Moïse. Il est dans l’erreur. C’est un imposteur. Quand je dénonce ces choses, les gens pensent que je veux les empêcher d’être bénis. Car pour eux, c’est en payant sa dîme qu’on est béni. Ils pensent aussi que je ne veux pas qu’on s’occupe des hommes de Dieu financièrement et matériellement. Vous voyez ! Ils ne me comprennent pas. On peut s’occuper des hommes de Dieu sans payer sa dîme. Dans l’Eglise, on fait des offrandes volontaires, en argent et en nature. Maintenant, ceux qui payent leur dîme en argent ne savent ce que c’est que la dîme. Selon DEUTERONOME 14.22-26, la dîme se donne seulement en nature, et non en argent. Nous sommes faits sacrificateurs par le Sang de la croix. Et nous exerçons déjà notre sacrificature. D’aucuns disent que c’est dans le millénium que nous allons exercer notre sacrificature. Ils sont dans l’erreur. Notre sacrificature a déjà commencé ici bas, et elle se poursuivra dans le millénium et dans l’éternité.

Paul aussi a exercé sa sacrificature quand il était sur terre. Prenons  à cet effet ROMAINS 15.16. Il dit : « Mais je vous ai écrit en quelque sorte plus hardiment, frères, comme réveillant vos souvenirs, à cause de la grâce qui m’a été donnée par Dieu, pour que je sois ministre du Christ Jésus envers les nations, exerçant la sacrificature dans l’Evangile de Dieu… »  Vous voyez ! Paul a exercé de son vivant la sacrificature dans l’Evangile. Il était donc sacrificateur. Et dans son Evangile, il n’a jamais été question de paiement de dîme. Je ne comprends pas pourquoi, William Branham qui dit qu’il est venu de la part du Seigneur pour nous faire retourner à la doctrine des apôtres, a demandé aux gens de payer leur dîme. Aucun apôtre du Seigneur n’a enseigné de telles choses. Le Seigneur Jésus – Christ de Nazareth n’a jamais reçu de dîme. On lui donnait de l’argent, mais Il n’a jamais reçu de dîme. William Branham dit qu’il a prêché le même Message que Paul. Mais, où est – ce que Paul a enseigné le paiement de la dîme ? Nous sommes tous des sacrificateurs, et nous exerçons déjà notre sacrificature dans l’Evangile de Christ. Et dans cet Evangile, il n’a jamais été question du paiement de la dîme. Ainsi soit-il! Amen.

Frères, Dieu a dressé une table entre nos ennemis et nous, selon le bon plaisir de Sa volonté. Cette table, c’est la croix de Christ. C’est aussi Son corps brisé pour nos péchés et Son sang versé pour notre justification. Esaïe le prophète a vu de loin cette mystérieuse table. Voici ce qu’il dit à ce sujet : « Il n’avait ni beauté ni éclat pour attirer nos regards, et son aspect n’avait rien pour nous plaire. Méprisé et abandonné des hommes, homme de douleur, habitué à la souffrance, semblable à celui dont on détourne le visage, nous l’avons dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas. Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, c’est de nos douleurs qu’il s’est chargé ; et nous l’avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié. Mais il s’est blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. »  Ô ! Frères, voici notre table : Christ. Il s’est chargé de nos douleurs, Il a porté nos souffrances. Pourtant nous souffrons toujours. Paul a beaucoup souffert à cause de sa foi en Jésus – Christ. Il raconte ici ses souffrances : « Sont-ils ministres de Christ ? Je ne le suis plus encore ;  par les travaux  bien plus ; par les coups bien plus ; par les emprisonnements, bien plus. Souvent en danger de mort, cinq fois j’ai reçu des Juifs quarante coup moins un, trois fois j’ai été battu de verge, une fois j’ai été lapidé, trois fois j’ai fait naufrage, j’ai passé un jour et une nuit dans l’abîme.» (2 CORINTHIENS 11.23-25). L’Ecriture dit clairement que Christ a porté nos souffrances, n’est – ce pas ? Pourtant Paul a beaucoup souffert à cause de sa foi en Christ. Quand Paul est devenu aveugle après avoir rencontré le Seigneur sur la route de Damas, le Seigneur est apparu à Ananias, et Il lui a dit, concernant Paul : «  Va, car cet homme est un instrument que j’ai choisi pour porter mon nom devant les nations, devant les rois, et devant les fils d’Israël ; et je lui montrerai tout ce qu’il doit souffrir pour mon nom. » Comme vous pouvez le constater par vous – mêmes, le Seigneur, qui s’est chargé de nos souffrances, et de celles de Saul de Tarse surnommé Paul, dit que ce dernier allait souffrir pour Son Nom. Et il a beaucoup souffert pour Son Nom. La question que vous vous posez  est certainement la suivante : Pourquoi devons – nous encore souffrir, si Christ a déjà porté nos souffrances ? Il s’est même chargé de nos douleurs, de nos maladies. Pourtant, nous tombons toujours malades, et nos douleurs aussi sont toujours – là. Il a pris tous nos péchés, qu’Il a même ôtés. Pourtant, il nous arrive de commettre des péchés, pour lesquels nous demandons pardon. Je vais vous dire pourquoi, par la grâce de Dieu. Christ s’est vraiment chargé de nos souffrances, de nos douleurs, de nos maladies et de nos péchés sur la croix. Et par Sa mort, et Sa résurrection, par Son précieux sang, Il nous a délivrés de nos maladies, de nos souffrances, de nos douleurs et de nos péchés. Mais cette délivrance acquise à la croix par Son sang, n’est pas encore pleinement manifestée en nous, parce que nous sommes toujours dans un corps faible et corruptible. Nous sommes dans un corps qui n’a pas encore expérimenté la rédemption. Il aura sa rédemption le jour de la rédemption, le jour de la résurrection où les morts en Christ ressusciteront, et où les vivants qui croient en Jésus seront changés. Ce jour – là, le corps mortel revêtira l’immortalité, et le corps corruptible revêtira l’incorruptibilité. Ce corps incorruptible et immortel aura, soit l’éclat du soleil, soit de la lune, soit l’éclat des étoiles. Notre corps spirituel du péché est déjà sauvé du péché. Il reste notre corps physique du péché qui n’a pas encore expérimenté la rédemption. C’est pourquoi nous souffrons encore, au même titre que la création dit l’Ecriture dans ROMAINS 8.22-23 : « … Et ce n’est pas elle seulement, mais nous aussi, qui avons les prémices de l’Esprit, nous aussi, nous soupirons en nous – mêmes, en attendant l’adoption, la rédemption de notre corps. » Vous voyez ! Nous souffrons à cause de notre corps, qui n’a pas encore eu sa rédemption. Il aura sa rédemption le jour de la rédemption. Remarquez que l’Ecriture dit que nous qui avons les prémices du Saint – Esprit, nous soupirons en nous – mêmes. Sur la croix, Christ a tout accompli. Mais c’est seulement le jour de la résurrection que nous allons entrer véritablement et pleinement dans toutes les bénédictions issues de Sa mort et de Sa résurrection. C’est quand nous recevrons des corps célestes, immortels et incorruptibles que nous ne souffrirons plus.

L’apôtre Jean aussi a vu la mystérieuse table.  Moi aussi je l’ai vue à deux reprises sous deux formes différentes. La première fois que j’ai vu cette mystérieuse table, c’était en 1995, dans une vision. C’était un dimanche matin. J’ai été ravi en Esprit jusqu’à Golgotha. Et là, j’ai vu Christ qu’on crucifiait. J’ai vu ceux qui Le crucifiaient. J’ai vu les clous s’enfoncer dans Sa chair. J’ai vu Son sang couler sur Son corps meurtri. C’était une expérience douloureuse que j’ai vécue ce jour – là. J’ai pleuré durant tout le temps de la vision. J’ai vu la crucifixion de mon Sauveur. J’ai vu Son corps blessé, et Son sang. Ce qui était encore plus étrange, c’est que je ressentais dans ma propre chair l’effet des clous qui s’enfonçaient dans Sa chair. J’avais mal comme si on me crucifiait, mais je n’ai pas saigné. J’ai vu le bois sur lequel on L’a crucifié. Ô quel menu ! Il y avait au menu, sur cette table, cette croix, le Corps blessé et le Sang de Jésus. Cette table est dressée entre mes ennemis et moi. C’est quelques années plus tard que le Seigneur m’a permis de comprendre ce qui m’est arrivé : J’ai été crucifié avec Christ. Le jour où Il m’a donné la révélation du mystère du cadavre de MATTHIEU 24. 28, j’ai compris beaucoup de choses. La croix est la table qu’Il a dressée entre mes ennemis et moi.

La seconde  fois, dans une vision que le Seigneur m’a donnée, j’ai vu une table sur laquelle se trouvait du pain. Puis j’ai vu le ciel ouvert, et quelqu’un est descendu du ciel, avec du vin. C’était le Fils de l’Homme Jésus – Christ. Il était arrêté devant moi, de l’autre côté de la table. Il me faisait face. Quand Il a déposé le vin sur la table, Il a dit : « C’est le fruit de la vigne. »  Après cette vision, Il m’a donné l’ordre de préparer la Sainte Cène dans Son Eglise. Vous voyez ! Il a Lui – même dressé une table  devant moi, en face de mes ennemis. Frères, c’est aussi pour vous tous qu’Il l’a fait. Désormais cette table est aussi dressée  devant vous, en face de vos ennemis. Frères, cette table de la vision a été entièrement dressée par Christ, par les mains du Sauveur. C’est toujours Lui qui dresse la table, avant de nous y inviter. Comme Melchisédek est allé au- devant d’Abraham avec du pain et du vin, Christ le Sauveur est aussi venu au-devant de moi avec du pain et du vin. C’est ici l’accomplissement d’une Parole de l’Ecriture dans ma vie.

Comme je l’ai dit, l’apôtre Jean aussi a vu cette table dressée entre nous et nos ennemis. C’est dans APOCALYPSE 5.6 que se trouve cette table mystérieuse et extraordinaire. Il a vu un «  agneau qui était là comme immolé. Il avait sept cornes et sept yeux qui sont les sept Esprits de Dieu envoyés par toute la terre. » Oui Monsieur. L’Agneau immolé est cette table mystérieuse. Je l’ai vu dans la vision. Il était sanglant. Il était là comme immolé. Il était blessé. Il avait Son corps blessé, et  sur Son corps se trouvait Son sang, répandu pour nos péchés. Ô quelle merveilleuse table ! Elle est dressée entre le péché et nous. C’est notre protection contre le péché et contre son pouvoir. Remarquez que cet Agneau a  sept yeux qui sont sept Esprits de Dieu. Et sept Esprits de Dieu, ce sont sept Dieux, sept Saint – Esprits. Dans la version Darby, le mot ‘’ Esprit’’ est écrit avec un ‘’ E’’ majuscule. Selon l’Ecriture, dans EPHESIENS 4.4, « il y a un seul Esprit. » Mais selon APOCALYPSE 5. 6, il y a sept Esprits de Dieu. Cela veut dire que le seul Esprit de Dieu s’est incarné dans sept hommes, qui sont devenus sept Dieux. C’est ici le mystère de la Divinité de l’homme. Je voudrais aussi vous faire remarquer que Zacharie le prophète a vu ces sept yeux, dans ZACHARIE 3.9, gravés sur une seule pierre. Dans ZACHARIE 4.10, ces sept yeux sont les sept yeux de Yahvé – Dieu. Vous voyez ! Dieu a sept yeux. Et dans APOCALYPSE 5.6, c’est l’Agneau qui a sept yeux. Cet Agneau ne peut être que Dieu Lui – même. Les sept yeux, ce sont en fait sept prophètes. L’Agneau qui est là comme immolé est Dieu. C’est Dieu sous la forme d’un simple agneau immolé. Dans cet Agneau qui est là comme immolé, se trouvent sept Esprits de Dieu, qui sont sept Dieux. Un œil représente un prophète. Ces sept yeux qui sont les yeux de l’Agneau, sont aussi sept agneaux. Et ces sept agneaux étant dans l’Agneau qui est là comme immolé, sont aussi des agneaux qui sont là comme immolés. C’est un mystère. C’est le mystère de la table dressée entre nos ennemis et nous. Ces sept yeux, qui sont sept prophètes, sont aussi sept agneaux qui sont là comme immolés. Ils ont pris part à la crucifixion de l’Agneau, et à l’aspersion de Son sang. L’Agneau qui est là comme immolé est une table mystérieuse. Les sept agneaux qui sont là comme immolés, sont dans la table dressée qui est l’Agneau qui est là comme immolé. Ce sont donc des tables dressées entre nos ennemis et nous, l’Agneau Lui – même étant l’unique Table. C’est ici la Manne Fraîche. Si vous ne comprenez pas pourquoi on ne doit pas payer la dîme aujourd’hui, sous la nouvelle alliance, comment comprendrez- vous ce mystère de la table ? L’Agneau est la Parole faite chair, qui a été blessée pour nous. Les sept agneaux qui sont en Lui, sont aussi sept Paroles faites chair durant les sept âges de l’Eglise. Et la Parole faite chair est une table dressée entre nous et nos ennemis.    L’Agneau qui est là comme immolé a pris le Livre scellé de sept sceaux, et L’a ouvert. Ce Livre scellé est un livre de la rédemption. William  Branham dit qu’il contient des noms qui y sont inscrits dès la fondation du monde, dans sa prédication sur le ‘’ Premier sceau ’’ du 18 mars 1963. Mais n’est pas vrai. Le Livre scellé ne contient pas les noms des prédestinés. Quand l’Agneau L’a ouvert, nous n’avons vu aucun nom être révélé. Le livre qui contient les noms écrits dès la fondation du monde, c’est le Livre de vie de l’Agneau. C’est l’Ecriture qui le dit dans APOCALYPSE 13.8. Ceux dont le nom n’est pas écrit dans ce Livre, adoreront la bête. S’il y a des noms qui ne sont pas écrits dans le Livre de vie de l’Agneau, où    sont – ils donc écrits ? Ils sont écrits dans le livre de mort. C’est ici la Manne Fraîche, que Dieu nous donne en ce temps de l’aube. Cette Manne Fraîche, c’est la nourriture spirituelle pour notre temps. C’est la Doctrine de Christ, entièrement fondée sur les Ecritures. Il y a un Livre de vie et un livre de mort. Ils appartiennent tous deux à    l’Agneau. Aucun nom ne peut être effacé du Livre de vie. Aucun nom non plus ne peut être effacé du livre de mort. Le Livre des sept sceaux,  ouvert par l’Agneau, est un livre de la rédemption, mais Il n’est pas le livre de vie. Le livre de vie également est un livre de la rédemption. Selon William Branham, l’Agneau intercède pour que les noms écrits dans le livre scellé, soient proclamés sur terre. Avant Son intercession, aucun nom n’a été proclamé sur terre, selon lui. Là encore, ce qu’il dit n’est pas conforme à l’Ecriture. Prenons le nom d’Adam par exemple. Je crois qu’il était dans le Livre de vie. Et il a été proclamé sur terre par Dieu Lui – même. C’est Dieu qui a appelé l’homme du nom d’Adam. Ce nom a donc été proclamé sur terre, et ce, avant même que l’Agneau ne soit immolé, et qu’Il ne commence Son intercession. Quand Adam a donné le nom d’Eve à sa femme, ce nom a été aussi proclamé sur terre. Dire donc que c’est seulement quand l’Agneau a commencé Son intercession, quand Il est monté s’asseoir à la droite de Dieu, que les noms ont commencé à être proclamés sur terre, est une aberration. Prenons maintenant le Nom de Jésus le Fils de l’Homme. C’est l’ange Gabriel qui l’a proclamé sur  terre, bien avant la naissance du   Sauveur. Prenons encore un nom : Pierre. C’est le Seigneur qui a donné ce nom – là à Simon. Le nom de Pierre a donc été proclamé sur la terre, avant la mort et l’intercession de l’Agneau. Frères, revenez tous à la Parole du Seigneur ! Comme nous venons de le voir, les noms ont toujours été proclamés sur terre. Avant l’immolation de l’Agneau, et après. Si les noms sont proclamés, c’est que le livre de vie est ouvert. Dieu n’a pas attendu que le Sang de Christ soit répandu pour que les noms soient proclamés sur la terre. Il a proclamé le nom d’Adam avant que Christ ne soit crucifié. Il y a un autre mystère : C’est que dans le livre de vie, il y a deux sortes de nom : Les noms anciens et les noms nouveaux. Les noms anciens sont proclamés sur l’ancienne terre, avant la crucifixion de l’Agneau. Quant aux noms nouveaux, ils seront révélés, en ce qui concerne les fils de Dieu, sur la nouvelle terre. Donc ils sont révélés après la crucifixion de Christ. Dans le nouveau monde. Dans        APOCALYPSE 2.17, le Seigneur dit qu’Il donnera un  nom nouveau à celui qui vaincra. Ce nom nouveau est écrit dans le Livre de vie de l’Agneau, dès avant la fondation du monde. S’Il parle de nom nouveau, c’est qu’il y a aussi des noms nouveaux. Sous le sang des animaux, Hénoc et Elie ont été enlevés au ciel. Leurs noms ont  donc été proclamés sur la terre. Comment peut – on dire qu’aucun nom n’a été proclamé sur la terre, avant l’intercession de l’Agneau, alors que des hommes ont été enlevés, sans connaître la mort ?

Frères, nous sommes au temps de l’aube, avec la Manne Fraîche. Reconnaissons le jour où Dieu nous visite. C’est aujourd’hui le jour de notre visitation. Dans les derniers jours dans l’Eglise de Laodicée, il y a quatre grands jours de la visitation de Dieu :

1. Le temps du soir

2. Le temps de minuit

3. Le temps de l’aube

4. Le temps du matin.

A chacun de ces temps, Dieu visite Son peuple, par l’envoi d’un prophète et d’un Message. Au temps du soir et de minuit, Il a visité Son peuple. En ce temps de l’aube, Il visite encore Son peuple. Au temps du matin, Il visitera Son peuple. Quand nous passons d’un temps à un autre, la révélation devient plus pointue,  mais c’est toujours la même Parole de Dieu, et le même Dieu. Quand un pays ne reconnait pas le jour de sa visitation, il va au – devant des difficultés. La Côte d’Ivoire reconnait – elle le jour de sa visitation ? Quand un homme ne reconnait pas le jour de sa visitation, il va tout droit au – devant des problèmes. Quand Dieu est apparu à  Abraham, avec deux anges, sous la forme humaine, c’était le jour de sa visitation. Abraham a reconnu ce jour-là. Et il a été extraordinairement béni. C’était au temps du jour, quand le Seigneur partait pour détruire  Sodome et Gomorrhe. Dieu a mangé chez Son serviteur. C’est Sara qui a eu le grand honneur de faire à manger à Dieu et à Ses anges. Elle n’a pas reconnu le jour de sa visitation, d’autant plus qu’elle a douté de la Parole qui disait qu’elle allait avoir un fils. Mais son mari a reconnu ce jour – là. C’est pourquoi la Parole prophétique s’est accomplie dans leur vie : Sara est tombée enceinte, et elle a enfanté un fils, comme le Seigneur l’a dit. Reconnaissons le jour où Dieu nous visite. Il viendra à nous en prenant la forme d’un homme, et nous parlera dans un langage d’homme. Et nous risquons de ne pas Le voir. Les Juifs attendaient tous la consolation de la part de Dieu. Mais quand Dieu les a visités, ils n’ont pas reconnu le jour de leur visitation. Parce qu’Il est venu vers eux  sous la forme d’un simple bébé, et d’un simple homme. C’est pourquoi ils ont fait tuer Celui – là même qu’ils attendaient depuis longtemps. Savez – vous pourquoi les gens croient en Dieu ? C’est parce qu’ils ne L’ont jamais vu de leurs yeux. Dès qu’ils Le voient, ils Le maudissent, tout en continuant de Le chercher. Dans LUC 19.41-44, le Fils de l’Homme a pleuré sur la ville de Jérusalem. Parce qu’elle n’a pas connu le jour où Dieu l’a visitée. C’est pourquoi d’ailleurs cette ville a connu beaucoup de problèmes, et elle n’est pas encore au bout de ses peines. La Côte d’Ivoire reconnait – elle le jour de sa visitation ? Et vous, reconnaissez – vous le jour de votre visitation ? Le jour de la visitation de Dieu commence quand Il se fait homme sur la terre. Ce jour – là coïncide avec le jour de la réconciliation, où la Parole de la réconciliation est proclamée. D’après  2 CORINTHIENS 5. 18-19, Dieu nous a donné le ministère de la réconciliation, et Il a mis en nous la Parole de la réconciliation. Afin que par nous, le monde soit réconcilié avec Lui – même. Dieu était en Christ réconciliant le monde avec Lui-même, dit l’Ecriture. Si Dieu a fini de réconcilier le monde avec Lui – même par Christ, pourquoi donc nous a-t-Il donné le ministère et la Parole de la réconciliation ? Ô, frères, c’est un mystère. En Christ, Dieu a réconcilié le monde avec Lui – même dans tous les âges. Mais pour que nous puissions bénéficier de cette réconciliation à chaque âge, Il nous a donné le ministère et la Parole de la réconciliation. Quand par exemple, Paul prêchait dans son âge, c’était pour la réconciliation déjà acquise par Christ, du monde de son temps avec Dieu. Cette réconciliation déjà acquise sur la croix, est rendue manifeste dans son âge. C’est pourquoi d’ailleurs, il avait le ministère et la Parole de la réconciliation.  Comme c’est forcément en Christ que toute réconciliation est possible, Christ a fait de Paul, un Christ. Ainsi en Paul, Dieu était en Christ réconciliant le monde avec Lui – même. Nous aussi, nous avons part au ministère et à la Parole de la réconciliation, en ce temps de l’aube. Ainsi en nous, Dieu est en Christ réconciliant le monde avec Lui – même. La Manne Fraîche est la Parole de la réconciliation avec Dieu en ce temps de l’aube. Au temps du soir, beaucoup de fausses doctrines ont éloigné les hommes de Dieu. Pour la réconciliation avec Dieu, le Seigneur nous a donné le ministère et la Parole de la réconciliation. C’est par ce ministère et cette Parole, que les faussetés du message de frère Branham sont corrigées. Le ministère de la réconciliation est le ministère du Fils de l’homme, qui engendre les cinq ministères de la Parole : Prophètes, apôtres, évangélistes, docteurs et pasteurs. Il engendre aussi les charges de diacres et d’évêques, ainsi que les dons spirituels.

L’apôtre Jean a vu la table mystérieuse en la Personne de l’Agneau qui était là comme immolé. L’œil de l’aigle du temps de l’aube a vu dans l’Agneau qui était là comme immolé, sept agneaux qui étaient là aussi comme immolés. Et chacun de ces sept agneaux est le mystère de la table dressée entre nous et nos ennemis. Dans HEBREUX 13.17, l’Ecriture nous demande d’obéir à nos conducteurs, car ils veillent sur nos âmes. S’ils veillent sur nos âmes, ce sont donc les gardiens de nos âmes. En tant que tels, ils nous protègent contre les fausses doctrines en nous enseignant la Vérité de Dieu. Ils sont donc entre les fausses doctrines, les faux docteurs, les faux prophètes, qui sont nos ennemis, et nous. C’est ici le mystère de la table dressée à travers les sept yeux de l’Agneau qui est là comme immolé. Je suis le mystère de la table dressée entre vous et vos ennemis. Car le Seigneur m’a donné le pouvoir de veiller sur vos âmes. Je suis donc le gardien de vos âmes. Je ne peux être un gardien sans garder. Si je veille sur vos âmes, si je suis le gardien de vos âmes, c’est que je suis une table dressée entre vous et vos ennemis. Vos ennemis, ce sont les faux prophètes et les faux docteurs. Vos ennemis, ce sont les fausses doctrines branhamistes. Vos ennemis, ce sont les faux enseignements sur l’immaculée conception de William Branham et de la vierge Marie. C’est par le Sang de Christ que je veille sur vos âmes, ainsi que par Sa Parole sainte. Au temps de Moïse, Dieu a dit de mettre le sang des animaux sur les poteaux et les linteaux des portes, afin que les enfants d’Israël soient épargnés de la mort. C’est un type de ce qui se fait aujourd’hui. Car, en      Jésus – Christ, nous sommes aussi des portes sur lesquelles se trouvent le Sang de la croix. Je suis une porte secondaire, Jésus – Christ Lui – même étant la Porte principale. La porte d’une maison physique sert à la protection. De même la porte d’une maison spirituelle sert aussi à sa protection. Christ la Porte principale protège donc la maison de Dieu qui est l’Eglise universelle. En tant que Berger des bergers, Il est le Gardien de l’Eglise universelle. Mais dans l’Eglise universelle, il y a des Eglises locales. Dans ces Eglises locales, le Seigneur a établi des pasteurs et des gardiens, qui sont des portes secondaires. Et ces portes – là jouent le rôle de protection. Ce sont donc des tables dressées entre les loups ravisseurs et les enfants de Dieu. C’est ici le mystère de la table dont parle l’Ecriture dans PSAUMES 23.5. Quand l’apôtre Paul écrivait pour mettre en garde contre les enseignements des Juifs sur la circoncision, il essayait simplement de protéger le troupeau du Seigneur dont il avait la charge. Il était donc une porte. Mais la porte qu’il était, n’était pas la principale. Cette porte secondaire conduisait à Christ, la Porte principale.  Pierre aussi était une porte pour Corneille et sa famille. C’est par cette porte qu’ils ont pu trouver la Porte principale. Pourquoi Dieu a voulu qu’ils aillent chercher Pierre ? C’était pour dire les choses par lesquelles ils devaient être sauvés. C’était parce qu’il avait les clés du Royaume des cieux. Vous voyez ! Il était une porte. C’est pourquoi il avait ces clés – là. C’est par lui qu’ils ont pu entrer par la Porte principale qui est Christ. Pierre a aussi prêché contre les faux docteurs, afin que l’Eglise du Seigneur soit gardée dans la pureté de la Parole originelle. Il était donc une table dressée entre les faux docteurs et l’Eglise. En tant que table, nous devons présenter le même menu spirituel, celui de la crucifixion. C’est pourquoi Paul a été crucifié avec Christ. Nous aussi, nous avons été crucifiés avec Christ. Et nous sommes mêmes la révélation du mystère du cadavre de                      MATTHIEU 24. 28. Et dans ce cadavre, il y a la chair meurtrie et le sang. Le mystère du cadavre, c’est le mystère de la table dressée entre nos ennemis et nous, durant les âges. Je sais que cette Parole est trop dure, et que plusieurs ne peuvent pas L’accepter. Mais, nous allons toujours La prêcher. C’est la Parole de la réconciliation. Le Saint – Esprit nous a établis sur l’Eglise, afin de la paître et de la protéger contre les loups ravisseurs. Quand Paul dit, dans ROMAINS 16.17, de prendre garde «  à ceux qui causent des divisions et des scandales, au préjudice de l’enseignement que vous avez reçu » et de s’éloigner d’eux, il cherche à protéger le troupeau contre les ennemis de la Vérité. Il joue son rôle de table et de porte. Souvenez – vous que Paul était une Lettre de Christ rendue manifeste. Il était donc une Parole manifestée, Jésus – Christ Lui-même étant la plénitude de la Parole faite chair. Dans EXODE 12.7, Dieu dit à Moïse au sujet du sacrifice que les enfants d’Israël devaient offrir avant l’exode : « On prendra de son sang, et on en mettra sur les deux poteaux et sur le linteau de la porte des maisons où on le mangera. » Dans EXODE 12.13, Il dit : «  Le sang servira de signe sur les maisons où vous serez ; je verrai le sang, et je passerai par – dessus vous, et il n’y aura point de plaie qui vous détruise, quand je frapperai le pays d’Egypte. » Qu’il me soit permis d’insister sur le mystère du sang et de la porte, afin que vous puissiez comprendre ces choses, si Dieu le veut. Le sang dont il est question ici, c’est le sang de la Pâque, répandu avant la sortie des enfants d’Israël du pays d’Egypte où ils étaient esclaves. Ce sang a été mis sur les deux poteaux et le linteau de la porte où le sacrifice de la Pâque est mangé. Et il était un signe de protection contre la mort dont  Dieu frappa les Egyptiens. Sous la seconde alliance, notre Pâque, c’est Christ. En effet, selon 1 CORINTHIENS 5.7, « Christ notre Pâque a été immolé ». C’est Lui le sacrifice, l’Agneau dont le sang a été versé pour nous. De même que le sang des animaux a servi de signe pour la protection des enfants d’Israël au temps de Moïse, de même le Sang de Christ nous sert aujourd’hui  de signe pour notre protection contre la mort. De même que le sang des animaux a été mis sur la porte de la maison où se trouvaient les enfants d’Israël, de même le Sang de Christ est mis sur la porte de la maison où se trouvent les enfants de Dieu aujourd’hui. Et la maison de Dieu, c’est l’Eglise du Dieu vivant, l’Eglise de Dieu, l’Eglise de Christ, l’Eglise du Seigneur. La porte de cette maison, c’est le Seigneur Jésus – Christ. Il est la Porte, l’unique Porte. Pas la seule porte, mais l’unique Porte de la Maison de Dieu, qui est l’Eglise. De même qu’au temps de Moïse, les enfants d’Israël étaient dans plusieurs maisons différentes regroupées en un seul peuple de Dieu, de même, aujourd’hui, les enfants de Dieu sont dans plusieurs maisons de Dieu, c’est – à – dire dans plusieurs Eglises, qui forment un seul Corps, un seul peuple, et une seule Eglise. Dans ROMAINS 16.16, l’apôtre dit : «  Toutes les Eglises de Christ vous saluent. » Il parle ici de plusieurs Eglises de Christ. Mais dans 1 CORINTHIENS 12.13, il dit que «  nous avons tous, en  effet, été baptisés dans un seul Esprit pour former un seul corps. »  D’après la Parole de l’Ecriture d’EPHESIENS 5.22, l’Eglise, c’est le Corps de Christ. Cela veut donc dire que nous avons tous été baptisés dans un seul Esprit, pour former une seule Eglise. Il y a donc une seule Eglise. Pourtant l’apôtre Paul parle de plusieurs Eglises.  Qu’est-ce-à-dire, sinon que toutes les Eglises de Christ forment la seule et même Eglise de Dieu. Il y a une seule et même Eglise. Mais cette Eglise est présente dans plusieurs localités, sous forme de démembrements. Vous comprenez ? Très bien. Continuons donc. De même que les enfants d’Israël étaient dans plusieurs maisons, de même aujourd’hui nous les enfants de Dieu, nous sommes dans plusieurs Eglises, tout en étant une seule et même Eglise. Or, au temps de Moïse, chaque maison avait sa porte sur laquelle le sang était répandu. C’est un type de ce qui se passe sous la nouvelle alliance. Par conséquent, aujourd’hui, chaque Eglise a une porte, Jésus – Christ Lui – même étant l’unique Porte, la Porte principale. Et sur cette porte est appliquée le Sang de Christ par le Saint – Esprit, afin que les enfants de Dieu qui sont à l’intérieur ne soient pas frappés de mort par Dieu, ni par aucun autre fléau dont parle l’Ecriture. Christ,  l’unique Porte ensanglantée pour notre protection contre la colère de Dieu et contre les fléaux, étant une Personne, chaque porte des Eglises de Christ, est aussi une personne. En tant que Porte unique, Christ est la Porte principale de la maison de Dieu, qui est l’Eglise. Et nous, les conducteurs engendrés par le Seigneur, nous sommes des portes secondaires. Sur  ces portes secondaires se trouve du Sang, le Sang de la croix, d’autant plus qu’elles toutes ont été crucifiées avec Christ. C’est le Sang de Christ qui est sur ces différentes portes des Eglises, qui sert de signe pour la protection des enfants de Dieu, qui sont dans ces Eglises. Comprenez – vous pourquoi vous devez absolument vous assurer que votre conducteur est une porte qui porte le signe du Sang de la croix?  Ce sont seulement les conducteurs mandatés par le Seigneur, et agréés par Lui, qui sont les véritables portes des Eglises, avec du Sang de la réconciliation sur elles. Ceux qui sont venus au ministère de leur propre volonté ne sont que des voleurs, des brigands et des séducteurs. Ceux que le Seigneur a envoyés ont un témoignage clair de leur appel. Ils ne diront jamais : «  J’ai senti l’appel, mais Dieu m’a appelé. » Ceux qui sentent l’appel sont des brigands. Moi, j’ai entendu la Voix du Seigneur en 1990, me parlant audiblement. Il m’a appelé, et m’a parlé. Je n’ai pas senti l’appel. Quand Il s’est révélé à moi, par Sa Parole, je n’ai consulté ni la chair ni le sang. Je suis allé directement dans la moisson, pour annoncer le Seigneur Jésus – Christ. Quand Il m’a révélé la Manne Fraîche, je n’ai consulté ni Branham, ni Ewald Frank, ni personne. Je me suis mis simplement à dire Sa Parole. Il y a de vraies portes et de fausses portes, tout comme il y a des vraies Eglises et de fausses Eglises ? Comment reconnaître la véritable Eglise ? C’est d’abord par la Parole prêchée, qui doit être absolument la Doctrine de Christ, qui est le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus – Christ Lui – même étant la Pierre angulaire. Dans cette Eglise, le baptême d’eau se fait dans le seul Nom du Seigneur Jésus – Christ, qui est le nom du Père, du Fils et du Saint – Esprit. Parce que ce Nom – là est le Nom rédempteur de Dieu dans la nouvelle alliance. C’est en ce Nom que la repentance et le pardon des péchés sont prêchés. On y prêche également la suprême Déité de Christ. Car le Seigneur Jésus – Christ est le Dieu véritable et la Vie éternelle, le Dieu invisible et immortel, le Dieu Tout – puissant. Quand Il était dans un corps terrestre, Il était un simple homme. De Dieu qu’Il était, il est devenu un simple homme. De Seigneur qu’Il était, Il est devenu un simple esclave, à cause de nous. Dans cette Eglise véritable, sont prêchés le mystère de la crucifixion de Christ, et le mystère de la crucifixion de Paul avec Christ. Vous voyez ! A travers le mystère de la crucifixion de Christ, on prêche aussi notre propre crucifixion avec Christ. Dans la véritable Eglise de Dieu, la dîme ne se paie pas. Mais on fait des offrandes. La Sainte cène se prend toujours le soir, et non dans la journée. Les femmes n’ont pas droit au ministère de la Parole. En ce temps de l’aube la Manne Fraîche y est prêchée pour le rassemblement de l’Epouse du Seigneur, pour le rassemblement des vierges sages, qui doivent traverser le temps de l’aube pour pouvoir atteindre le temps du matin. Elle n’est pas venue pour les vierges folles, qui y trouvent une pierre d’achoppement. Elle n’est pas venue pour ceux qui s’accrochent bec et ongle au Message du soir de frère Branham, mais pour ceux qui ont la révélation que ce Message a pris fin. Savez – vous que frère Branham lui – même dans sa brochure ‘’ L’ENLEVEMENT’’ du 04 décembre 1963, dit de brûler son Message, à cause du nouveau Message qui vient ? Je sais que vous le savez, car c’est à vous qu’est donné le pouvoir de comprendre les mystères du Royaume des cieux. Il a dit de brûler son Message, et de n’en rien garder, avant le lever du jour. Et nous savons que le temps qui précède le lever du jour, c’est l’aube. Par conséquent, vous devez brûler son Message au temps de l’aube. En d’autres termes prophétiques, son Message ne doit pas être prêché au temps de l’aube. Les vierges folles ne comprennent pas ces choses, elles qui prétendent que William Branham est leur prophète. Vous voyez ! Ils ne veulent pas faire ce que dit leur prophète. Beaucoup ignorent que leur prophète a prédit la venue d’un nouveau Message, avant le lever du jour. Ils ignorent que le Message de leur prophète est le précurseur de la Manne Fraîche. Ils ignorent ces choses, parce que ce sont des vierges folles. Ils ne les comprennent pas, parce qu’elles n’ont plus d’huile dans leurs lampes. Ils sont obligés de s’accrocher à la carcasse de leur fameux message du soir. Ils ignorent qu’après le temps du soir où leur prophète dit avoir exercé son ministère, il y a le temps de l’aube et le temps du matin. Ils ne comprennent pas ce mystère qui se trouve dans MARC 13.35  concernant les quatre derniers temps prophétiques. Parce qu’ils n’ont plus d’huile dans leurs lampes. Même vous essayez de leur montrer ces choses, ils ne les comprennent pas. Parce qu’ils n’ont plus d’huile dans leurs lampes. Pour manifester leur incrédulité notoire, ils vous disent : C’est William Branham ou rien. La Manne Fraîche n’est pas venue pour eux. Ils sont trop sages et trop intelligents à leurs propres yeux, c’est pourquoi ils ne comprennent ni les Ecritures ni la puissance de Dieu. Cinq mois avant sa mort accidentelle, leur prophète a annoncé la venue du Moïse de Dieu. Et à Bouaké, avant la guerre de 2002, Dieu m’a fait Moïse. Je ne savais pas même qu’il y avait une prédiction concernant la venue du Moïse de Dieu. Je n’ai eu connaissance de cette prédiction que sept ans après. N’essayez pas de parler de cela aux branhamistes. Ils vous diront que frère Branham parlait de lui – même, en parlant de la venue de ce Moïse de Dieu. Parce qu’ils ne peuvent pas accepter qu’après leur prophète, il y ait d’autres prophètes. Mal leur en prit, parce qu’il y a d’autres prophètes. Quand vous leur montrez la prédiction sur le nouveau Message dont a parlé leur prophète, ils vous disent : Ce nouveau Message qui vient, c’est le Saint – Esprit, ou bien c’est l’écho de son propre Message. Vous voyez ! Ce sont des vierges folles, qui n’ont plus d’huile dans leurs lampes. Le manque d’huile les a réduits à une vie charnelle, au point qu’ils avalent sans problème même les fausses doctrines de leur soi – disant dernier prophète. Tenez ! Dans sa prédication sur ‘’ LA BRECHE’’ du 17 mars 1963, William Branham dit que ce sont les saints, les chrétiens qui couronneront Jésus – Christ Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Les branhamistes avalent ce mensonge avec bon appétit. Frères, selon l’Ecriture que nous lisons tous, c’est plutôt le Seigneur qui couronnera les saints qui auront vaincu. C’est ce que dit l’apôtre Paul dans 2 TIMOTHEE 4.7-8 : «  J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi. Désormais la couronne de justice m’est réservée ; le Seigneur le juste juge me la donnera dans ce jour – là, et non seulement à moi, mais aussi encore à tous qui auront aimé son avènement. » D’après l’apôtre Paul, c’est le Seigneur qui nous donnera la couronne de justice. Cela veut dire que c’est Lui qui nous couronnera. Mais William Branham dit le contraire. Les vierges folles pensent que tout ce qu’il dit est vrai, alors ils croient au mensonge. Ils n’ont plus d’huile dans leurs lampes, comment feront – ils pour discerner ce qui est faux du vrai ? Il dit encore que le livre de la rédemption était entre les mains d’Adam dans le jardin d’Eden. Et qu’il est retourné à Dieu, après la chute. Diantre ! Pourquoi ce livre est – il retourné au ciel au moment où Adam allait en avoir besoin ? Diantre ! Avant le péché, où il n’y avait rien à racheter, Adam avait le livre de la rédemption, selon lui. Mais, après la chute, où il y avait quelque chose à racheter, il retourne au ciel. Il y a des gens qui pensent que la Parole de Dieu est un conte de fées. Frères, annonçons la Manne Fraîche pour appeler à sortir des fausses églises les enfants de Dieu qui y sont gardés en esclavage. Car nous devons tous reconnaître qu’il n’y a qu’un seul Seigneur, c’est Jésus – Christ, qu’un seul sauveur, c’est Jésus – Christ, qu’un Dieu, c’est Jésus – Christ, qu’un seul Homme, c’est Jésus – Christ,  qu’un seul Esprit, c’est Jésus – Christ, qu’une seule Porte, c’est Jésus – Christ, qu’une seule Eglise, c’est l’Eglise de Christ. En ce qui nous concerne, nous sommes des portes secondaires chargées de vous conduire à l’unique Porte, à la Porte principale. Je suis une porte secondaire  vous conduisant à la Porte principale, qui est Christ. Chaque porte secondaire est un Christ, qui vous conduit à la Porte principale qui est Christ. Durant les sept âges de l’Eglise, Christ envoie des Christs sur la terre, avec Sa Parole. Ces sept Christs sont sept portes secondaires, qui sont dans la Porte principale. C’est ici le mystère des portes dans la Porte.  Le mystère de la table, c’est le mystère de la porte, et le mystère de la Parole.


LE MYSTERE DE LA TABLE ET LE MYSTERE DE LA PAROLE

La table qui est dressée entre nos ennemis et nous, ce n’est pas une table ordinaire, comme je l’ai déjà dit, mais un mystère. Qu’est – ce qui nous protège contre nos ennemis ? N’est – ce pas la Parole du Seigneur ? Elle est donc une table, une table bien mystérieuse, avec une nourriture bien particulière. Nos ennemis, ce sont les dominations, les autorités, les princes de ce monde des ténèbres, les esprits méchants dans les lieux célestes. Si une table est dressée entre nos ennemis et nous, c’est pour nous protéger et nous garder. Qu’est – ce qui peut nous protéger si ce n’est la Parole du Seigneur, qui est pour nous un bouclier, une forteresse inexpugnable, un refuge et un abri. Pour lutter contre les ennemis que j’ai cités plus haut, le Seigneur nous donne des armes particulières. Il  dresse une table entre eux et nous. Sur cette table, se trouve une nourriture spéciale : Les armes spirituelles. Oui Monsieur. Ces armes – là sont aussi une table en elles – mêmes. Parce qu’elles nous protègent contre le diable et ses anges, et nous donne la victoire sur eux. Puissions – nous utiliser ces armes par le Saint – Esprit. Voici ces armes, selon EPHESIENS 6.13-18 :

- La Vérité, comme ceinture à nos reins : Celui qui a la Vérité est protégé contre les ténèbres des fausses doctrines et de l’erreur. La Vérité devient ainsi une table dressée entre le mensonge, le faux, les ténèbres et nous qui sommes les enfants de lumière.

- La cuirasse de la justice, qui nous préserve de l’injustice, est une table.

- Le zèle de l’Evangile : Le zèle de l’Evangile nous préserve de la paresse et de la négligence qui sont de véritables ennemis pour nous. Vous voyez ! C’est une table. C’est un mystère.

- Le bouclier de la foi pour éteindre tous les traits enflammés du diable : Vous voyez ! Ce bouclier est une arme de protection et défense. Il est entre l’incrédulité et nous, et préserve notre foi, tout en la rendant toujours plus puissante et plus vivante. C’est par ce bouclier de la foi que Daniel le prophète a fermé la gueule des lions, et a vaincu tous ses ennemis. Ce bouclier en lui – même est aussi une table dressée entre nos ennemis et nous. Je parle un langage spirituel, le langage de Dieu dans une langue maternelle. C’est par ce bouclier de la foi, que les trois Hébreux qui ont été jetés dans la fournaise ardente, qui a été chauffée sept fois plus pour la circonstance, ont éteint le feu, dit l’Ecriture. Ainsi, ils ont été protégés contre la mort qui est notre ennemi. La foi en Jésus – Christ nous protège de la mort spirituelle. Elle est une table mystérieuse dressée entre nos ennemis et nous. La foi en Sa Parole de vie nous protège contre les pensées négatives et diaboliques, afin de garder un cœur pur devant Dieu.

- L’épée de l’Esprit, qui est la Parole de Dieu : Cette épée de   l’Esprit ne se trouve pas dans notre main, mais bien dans notre bouche. Frère Branham et frère Frank disent qu’ils ont reçu une épée, et que cette épée se trouve dans leur main. Sur le plan scripturaire, l’épée de l’Esprit se trouve toujours dans la bouche. Leur épée n’est pas placée au bon endroit. Frères, l’épée de l’Esprit, qui est la Parole de Dieu, est une table mystérieuse dressée entre nos ennemis et nous. Avec cette Parole de Dieu, nous luttons contre les esprits mauvais et contre les désirs de la chair. Elle nous sert de protection divine. Elle est donc une table, puisque l’Ecriture dit dans PSAUMES 23.5 que Dieu dresse devant nous une table, en face de nos adversaires. Cette table, c’est Sa Parole. Dans le désert, quand le Fils de l’Homme était tenté par le diable, Dieu a dressé une table devant Lui, en face de Son adversaire. C’est ici la Manne Fraîche. Cette table, la voici : C’est ‘’ IL EST ECRIT.’’ C’est la Parole de Dieu. C’est avec cette Parole, qu’Il a vaincu  Satan pour la première fois sur la terre. Au ciel, quand le diable, qu’Il a créé s’est rebellé contre Lui, Il l’avait déjà vaincu par Sa Parole. Déjà au ciel, lors de cette rébellion, Dieu avait dressé une table entre Lui et Son ennemi, par Sa Parole. Et Il avait vaincu  Satan, et l’a chassé du troisième ciel. La Parole de Dieu, c’est le mystère de la table dressée entre nos adversaires et nous. Prêchez – La tous les jours ! Citez – La tous les jours, et vous vaincrez le tentateur le diable. Ne luttez jamais contre le diable avec vos propres paroles, faites – le par la Parole puissante du  Seigneur Jésus – Christ. Restez derrière cette table, qui est la Parole de Dieu, et luttez contre les puissances des ténèbres, et vous les vaincrez à coup sûr. Demeurez dans la table, et vous serez toujours protégés contre les puissances des ténèbres. Mangez tous les jours ce qui est servi sur cette table du Seigneur, et ne commettrez plus de péché. Il y a la table du Seigneur, et il y a la table du diable. Sur la table du Seigneur, il y a la Parole du Seigneur, la Lumière, la Vérité, les armes spirituelles, les dons spirituels, le fruit de  l’Esprit, la sainteté, le Saint – Esprit, la Divinité, les perfections invisibles de Dieu. Sur la table du Seigneur, il y a Dieu Lui – même, et Dieu manifesté en chair. J’espère que je m’adresse à des hommes spirituels, à des vierges sages, qui ont leurs lampes allumées. Restez toujours derrière la table dans ce combat contre les forces du mal. Sur la table du diable aussi, il y a une sorte de nourriture : les péchés. Dans le jardin d’Eden, Dieu dit à l’homme, de ne pas manger l’arbre de la connaissance du bien et du mal, de peur qu’il ne meure. Cette Parole était une table dressée entre lui et la mort. Mais, il n’a pas mangé à cette table. Car il a désobéi à la Parole du Seigneur. Il a préféré manger à la table du diable, en faisant sa volonté, et en croyant en sa parole. Ainsi, il a péché, et il est devenu un mortel. Et il est mort. Il n’a pas été protégé contre la mort, parce qu’il n’est pas resté derrière la table que Dieu a dressée entre lui et ses adversaires, qui sont le diable, le serpent et la mort. Et il est mort. Il a mangé à la table du diable, et il est mort. Et Dieu l’a maudit. Oui Monsieur. Dieu a maudit Adam. D’aucuns disent que Dieu ne l’a pas maudit. Selon eux, c’est le sol qu’Il a maudit en lieu et place d’Adam. C’est une doctrine de William Branham. Mais, je vous dis que Dieu a maudit Adam. S’Il ne l’a pas maudit, pourquoi est – il devenu un mortel, et pourquoi est – il mort ? Il a mangé l’arbre défendu, et il est mort, et on me dit : Dieu ne l’a pas maudit. La mort n’est – elle pas une malédiction ? Vous me direz : Dieu peut – Il maudire Ses enfants ? Je vous pose aussi une question : Jésus était – Il vraiment le Fils unique de Dieu ? Si oui, sachez que Dieu L’a fait devenir péché et malédiction pour nous. Entre Adam qui a été maudit et Jésus, qui a été fait péché et malédiction, qui est vraiment maudit ? Frères, faites ce que frère Branham a dit : Brûlez son Message. Car il y a maintenant un nouveau Message.   L’épée de l’Esprit, qui est la Parole de Dieu, est une véritable table. Elle a été  une table entre Christ et Son ennemi. Elle est une table dressée entre nos adversaires et nous. Le Saint – Esprit Lui – même est une table dressée entre nos ennemis et nous. Le fruit de l’Esprit est aussi une table dressée entre nos ennemis et nous. Vous voyez ! L’amour qui est le fruit de l’Esprit se dresse comme une table entre la haine, le mépris et les animosités et nous. L’amour de Dieu est une véritable protection divine contre ceux qui calomnient et qui cherchent à détruire et à semer la semence de la discorde. Le Seigneur n’a – t- Il pas dit d’aimer nos ennemis, et de bénir ceux qui nous maudissent, et de prier pour ceux qui nous persécutent ? Celui qui aime ses ennemis se préserve de tout mal, et plaît à Dieu. Le fruit de l’Esprit qui est la joie, est aussi une arme contre les désirs de la chair, contre la tristesse et  l’amertume. C’est ici le mystère de la table dressée entre nos ennemis et nous. Frères, tout le fruit de l’Esprit est une table que Dieu dresse entre nos adversaires et nous. Quiconque manifeste ces fruits est à l’abri des traits enflammés du diable. Vous voyez ! Il ne s’agit absolument pas d’une table comme les autres. L’amour est une puissance de Dieu qui accomplit des miracles. Aimons nos ennemis, bénissons ceux qui nous maudissent, et prions pour ceux qui nous maltraitent ! Et nous verrons la gloire de Dieu.

- Les prières : Ce sont aussi des tables dressées entre nos ennemis et nous. Celui qui prie, combat. Par la prière, il remporte la victoire sur les ennemis. Quand Hérode a fait tuer Jacques, et qu’il voulait aussi fait mourir l’apôtre Pierre, l’Eglise a prié pour ce dernier. Et Dieu a envoyé Son ange dans la prison pour le délivrer. Ainsi Pierre a été protégé contre la main d’Hérode. Entre Pierre et     Hérode, une table a été dressée : La prière. L’Eglise était à cette table, elle a mangé à cette mystérieuse table. Et un miracle a été accompli par le Seigneur. C’est la prière qui a été faite en sa faveur qui l’a protégé contre le projet macabre d’Hérode. L’ange qui est descendu dans la prison pour délivrer l’apôtre Pierre, était aussi une table que Dieu a dressée entre ses ennemis et lui. J’espère que vous comprenez le mystère de la table. Ce mystère  qui a été caché durant des âges,   est  maintenant révélé par le Saint – Esprit par le moyen de la Manne Fraîche. Je sais que beaucoup vont contester avec moi, mais qu’ils sachent que je ne suis pas infaillible. S’ils pensent qu’il s’agit d’un meuble comme ils en ont dans leur salon, c’est entre Dieu et eux. Nous n’avons pas l’habitude de discuter sur les mots et les généalogies. Notre désir, c’est de servir le Dieu vivant, le Seigneur Jésus – Christ dans la foi en Sa Parole et en Sa puissance de résurrection. Je vous demande frères, de faire tous vos efforts pour éviter tout débat autour de ma personne. Car, il ne s’agit pas de moi, mais de Lui, et de Sa Parole. Ce serait vraiment dommage de parler de moi, alors qu’on n’a pas encore effleuré la Parole du Seigneur. On parle de William Branham au lieu de parler du Seigneur Jésus – Christ et de Sa Parole. On fait des histoires à cause de ce prophète, on cause des préjudices  et des divisions au sujet de l’enseignement que nous avons reçu. Alors que nous n’avons même pas encore commencé à prêcher la Parole du Seigneur. On vous dit que William Branham est né hors du péché, qu’il est infaillible, alors que tout cela est faux. Quand vous essayez  de montrer qu’il n’était pas tout ce qu’il prétendait, vous vous faites des ennemis dans les milieux des branhamistes. Je me demande ce que vous faites encore avec des gens qui font croire que leur prophète est égal au Seigneur Jésus – Christ. Eloignez – vous d’eux ! On vous fait croire qu’il a révélé toute la Parole. Quand vous leur montrez des Ecritures sur lesquelles il n’a jamais prêchées, vous vous faites des ennemis. Quand vous leur montrez les erreurs monumentales qu’il a faites, vous vous faites des ennemis. Frères, que les ennemis augmentent chaque jour! Il y a une table que Dieu a dressée entre nos ennemis et nous. Cette table mystérieuse, c’est la Parole du Seigneur. Entre William Branham et nous, une table est dressée : C’est L’Ecriture. Quand il dit que Judas est sauvé et sanctifié, nous revenons à l’Ecriture. Et nous voyons qu’il s’est trompé. Et nous prenons ce que dit l’Ecriture, ainsi nous sommes préservés de tout mensonge, de toute erreur et de toute fausse révélation. Vous voyez ! Entre la Lumière et les ténèbres, Dieu a dressé une table. L’Ecriture est une table dressée entre les faux enseignements de William Branham et nous. Sachez aussi que cette même table est dressée entre mes erreurs et vous, entre vos erreurs et moi. Afin que personne ne se glorifie. Je ne suis pas infaillible. C’est pourquoi Dieu Lui – même a dressé une table entre mes déviations et vous. Mangez à cette table, et soyez fortifiés par la puissance de résurrection de Christ ! Dans le jardin d’Eden, Dieu a dressé une table entre Adam et ses ennemis. Mais Adam a préféré manger à la table de l’ennemi. Et il est mort. Mais après sa mort, Dieu a dressé une autre table entre lui et la mort, et tous ses autres ennemis : Le sacrifice des animaux.


DIEU A DRESSE UNE TABLE ENTRE ADAM ET SES ENNEMIS DANS LE JARDIN D’EDEN : LE SANG DES ANIMAUX.

Que Dieu ouvre davantage notre entendement spirituel, afin que nous comprenions le mystère de la table qu’Il dresse entre nos adversaires et nous. L’homme charnel, je le sais ne peut pas comprendre ces choses, car c’est spirituellement qu’on en juge. La révélation des mystères du Royaume des cieux est donnée seulement à l’homme spirituel, à celui qui est né de nouveau, et qui a le Saint – Esprit. Ce mystère, comme je l’ai déjà dit, était caché durant tous les âges jusqu’au temps de l’aube, où l’Esprit de vérité que le Seigneur nous a donné, nous conduit dans cette vérité. Nous connaissons l’histoire d’Adam et Eve. Quand Dieu a créé l’homme, Il l’a créé à Son image et à Sa ressemblance. L’homme était donc esprit, car l’image de Dieu, c’est l’esprit. En tant qu’esprit, image et ressemblance de Dieu, il était un dieu, ayant la souveraineté sur les oiseaux du ciel et sur la terre et ce qu’elle renferme. Adam a été créé dans un corps spirituel, ayant été créé à l’image de Dieu. Ce corps spirituel était en fait un corps spirituel du péché, mais il  a été créé sans péché. Il était pourtant destiné au péché, destiné à être souillé. Après avoir créé l’homme dans ce corps spirituel, Il l’a formé avec la poussière de la terre. Et il est devenu un homme de chair et de sang. Son corps de chair était une chair du péché, formé sans péché. Mais, comme le corps spirituel du péché, sa chair du péché était aussi destinée à être souillée. C’est ici le mystère de la Manne Fraîche. Notre Sauveur Jésus – Christ de Nazareth aussi est venu sur la terre dans une chair semblable à celle du péché, selon ROMAINS 8.3. Dieu a condamné le péché dans la  chair « en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché. » C’est l’Ecriture qui le dit. Si le Fils de l’Homme est venu dans une chair semblable à celle du péché, cela veut dire tout simplement qu’Il est venu dans une chair du péché, dans un corps du péché. Pour comprendre ce mystère, le Seigneur m’a ramené à la création du premier Adam. Car c’est comparativement à sa chair du péché que l’Ecriture parle de la chair du péché dans laquelle Christ est venu. Ce mystère, c’est la Doctrine de Christ, le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus – Christ       Lui – même étant la Pierre angulaire. Et il est prêché dans la véritable Eglise. Le corps du péché du Seigneur a été formé sans péché, hors de tout péché, dans le sein de la vierge Marie. Frères, Son Corps du péché n’a pas été formé au ciel, mais sur la terre, dans le ventre de la vierge. Avant d’entrer dans le monde, Christ dit à Son Père : « Tu n’as voulu ni sacrifice, ni holocauste, mais tu m’as formé un corps. » Peut – être pensez – vous que c’est au ciel qu’Il a parlé à Son Père. Moi, je ne suis pas de cet avis. Car, c’est du sein de la vierge Marie, qu’Il a parlé à Son Père, qui est dans les cieux. Souvenez – vous de Jonas le prophète : Il a parlé à Dieu depuis le ventre du grand poisson qui l’a avalé. Si Jonas a pu parler à Dieu,  étant dans le ventre du poisson, qui lui – même était dans les profondeurs de la mer, le Fils unique de Dieu, pouvait aussi parler à Son   Père, étant dans le ventre de la vierge Marie. Sachez aussi que la filiation entre Dieu et Son Fils unique n’a pas commencé au ciel, bien qu’elle ait été conçue dans l’Esprit de Dieu au ciel. Elle a commencé sur la terre dans le ventre de la vierge Marie. Ce mystère est grand. Tout ce qui se rapporte au Fils unique de Dieu est un véritable mystère. La conception virginale de Christ est un mystère. Sa vie sur la terre est un mystère. Sa mort et Sa résurrection sont des mystères. Tout est mystère en Lui. Quand Il est né de la vierge, Il n’a jamais tété. Le savez – vous ? Jésus n’a jamais été allaité par la vierge Marie. Il n’a jamais tété.   C’est l’Ecriture qui en parle, de façon voilée, dans ESAIE 7.14-15. Jésus n’a mangé que du caillé et du miel jusqu’à ce qu’Il sache choisir le bien et rejeter le mal. Il n’a donc jamais été allaité pas sa mère, qui n’était pas Sa vraie mère. Il n’a jamais tété. C’est ici la Manne Fraîche. Dans le jardin d’Eden, Adam non plus n’a jamais tété. C’est un type du dernier Adam. Les deux n’ont jamais tété. Eve non plus n’a jamais tété. Ils ont tous été formés dans une chair du péché. C’est dans cette chair du péché que le premier pécha. Et c’est aussi dans une chair du péché, que le dernier Adam devint péché pour nous. Quand le premier Adam a péché, il lui fallait une rédemption. C’est alors que Dieu a dressé une table, par le moyen du sang des animaux qu’Il a répandu en Son propre Nom. Quand le dernier Adam est devenu péché pour nous, Il fit la Rédemption. Oui Monsieur. Christ n’a pas fait seulement la rédemption pour nous, mais Il était, et Il est Rédemption. Il est notre Rédemption et notre Rédempteur.  Il n’a pas donné le sang des animaux, mais Son propre Sang, afin d’obtenir pour nous une fois pour toutes, une rédemption éternelle.

Après Sa glorieuse résurrection en ce dimanche matin, Il est apparu à  Marie de Magdala. Quand elle voulait Le toucher, Il lui dit : «  Ne me touche pas ; car je ne suis pas encore monté vers mon Père. Mais va trouver mes frères, et dis – leur que je monte vers mon Père et votre   Père, vers mon Dieu et votre Dieu. »  Vous voyez ! Personne ne devait Le toucher. Il devait d’abord monter vers Son Père qui est aussi notre Père, et vers Son Dieu qui est aussi notre Dieu. Ô, comme c’est merveilleux ! Il devait monter vers Son Père et Son Dieu, en tant que Souverain sacrificateur, avec Son propre Sang. «  Il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non pas avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle. » (HEBREUX 9.12). Dans ce lieu très saint où se trouve Son Père et Son Dieu, Christ a fait l’aspersion de Son Sang, à laquelle nous participons tous. Ce Sang de Christ, c’est le Sang de la rédemption, de la réconciliation et de l’adoption. C’est par Son propre sang qu’Il a aboli le péché, qu’Il a ôté tous nos péchés. Au point que Son Père ne s’en souvient même plus. Vous voyez ! Son Sang est tellement saint et puissant qu’Il a pu même purifier la mémoire de Dieu de tous nos péchés. C’est ici la Manne Fraîche.  Dans HEBREUX 12.24, l’Ecriture parle de ce « Sang de l’aspersion qui parle mieux que le sang d’Abel. »  Frères, c’est par ce Sang de l’aspersion, que Christ, qui est assis à la droite de Dieu dans les lieux très élevés, intercède pour nous.

Cette table dressée dans le jardin d’Eden, c’était le sang des animaux. Il y avait au menu sur cette table spirituelle  deux choses : Le corps blessé des animaux et leur sang. Dieu était dans Son corps angélique, quand Il a tué les animaux et versé leur sang. Mais ce sacrifice n’était pas parfait, puisque le sang des animaux n’a rien amené à la perfection. Ce sang n’a pas pu ôter les péchés. Il ne faisait que les couvrir et les expier. Dieu s’en souvenait toujours. Mais quand le Sang de Christ a été versé, les péchés ont été abolis, ôtés une fois pour toutes, Et Dieu Lui – même ne s’en souvient plus. Dieu dans Son corps céleste, angélique et parfait, a offert un sacrifice imparfait. C’est ici la Manne Fraîche. Mais quand ce même Dieu est venu dans un corps de chair, qui est un corps imparfait, Il a pu offrir un sacrifice parfait pour les péchés. J’espère que vous comprenez les Ecritures et la puissance de Dieu. Le sang des animaux qu’Il a versé, étant dans Son corps céleste et parfait, n’a pas pu obtenir une rédemption éternelle. C’est seulement quand Il est venu dans un corps du péché, dans un corps de chair, dans un corps imparfait, qu’Il a pu obtenir pour nous une rédemption éternelle, une rédemption parfaite et véritable. L’apôtre Paul dit : «  J’ai été crucifié avec Christ ».  Je crois que c’est pour qu’il serve d’instrument entre les mains du Seigneur, pour la manifestation de la rédemption acquise par Christ, dans son âge. Il n’était pas le rédempteur, mais il a été utilisé pour l’accomplissement d’une partie du plan de la rédemption.  Pour moi, il était un co-rédempteur avec Christ. Cela veut dire qu’il était collaborateur de Christ dans le plan de la rédemption. Il n’était absolument pas le Rédempteur, car il n’y a qu’un seul Rédempteur, c’est Christ. Mais Paul a été crucifié avec Christ. C’est l’Ecriture qui le dit. Et la crucifixion fait partie du plan de la rédemption. Quand Christ est mort, Il a obtenu la pleine rédemption pour tous les enfants de Dieu de tous les temps. Personne d’autre ne peut mourir pour cela. Mais voici le mystère de notre collaboration avec Christ dans le plan de la rédemption : Après la mort et la résurrection du Seigneur, et après l’effusion du Saint – Esprit et de Feu, ce grand plan de la rédemption déjà accompli sur la croix, doit être accompli en chacun de nous personnellement, à travers les âges. Pour cela, Dieu nous avons donné, selon 2 CORINTHIENS 5.18-19, le ministère et la Parole de la réconciliation. Or, qui dit réconciliation, dit rédemption. En vérité en vérité, le ministère et la Parole de la réconciliation, sont le ministère et la Parole de la rédemption. C’est lorsque cette Parole de la réconciliation est prêchée à travers le ministère de la réconciliation, que les enfants de Dieu, qui ont déjà été sauvés par la croix de Christ, sont manifestés, et croient en Lui. C’est en ce moment – là que sur la terre, le mystère de la rédemption s’accomplit en nous. Ceux qui ont contribué par l’Esprit de Christ, à nous réconcilier avec Dieu, par leur ministère, ont joué un rôle dans notre rédemption. Ce sont ceux – là que j’appelle co – rédempteurs. Ils sont co – rédempteurs avec Christ l’unique Rédempteur. Je prends encore un exemple : Le baptême d’eau est fait pour le pardon des péchés, et pour le baptême du saint – Esprit, selon ACTES 2.38. Or, ces deux baptêmes font partie intégrante du plan de la rédemption, lequel a été déjà accompli par le Seigneur sur la croix. Lorsque je vous baptise au Nom du Seigneur Jésus – Christ pour le pardon de vos péchés, afin que vous ayez part au don du Saint – Esprit, je deviens un instrument important entre les mains du Seigneur pour votre rédemption. Me comprenez – vous ? Si au travers du baptême d’eau que je vous administre, vos péchés sont vraiment pardonnés, c’est que j’ai contribué à votre réconciliation avec Dieu, j’ai contribué à l’accomplissement du plan de la rédemption dans votre vie. C’est en ce sens – là que je me considère comme étant un co – rédempteur avec Christ. C’est d’ailleurs pour me permettre d’être collaborateur avec Lui dans Son merveilleux plan de la rédemption qui s’accomplit en ce temps de l’aube, qu’Il m’a donné d’être crucifié avec Christ. Je sais que plusieurs ne comprennent pas ce mystère. Et ils essayeront de tordre le cou à la Parole pour leur propre ruine. Ils diront, pour me calomnier : «  Frère Moïse dit qu’il est le Rédempteur. » Alors que je ne dis pas que je suis le Rédempteur, mais un co – rédempteur. La Bible dit que Jésus – Christ est le Fils unique de Dieu. Mais Elle dit aussi que nous sommes fils de Dieu. Vous voyez ! Le Seigneur n’est donc pas le seul fils de Dieu, mais le Fils unique de Dieu. Il en est de même du mystère du rédempteur. Christ est l’unique Rédempteur, et nous sommes des co- rédempteurs. Nous savons tous que c’est Lui qui a le ministère et la Parole de la réconciliation, et qu’Il nous a déjà réconciliés avec Dieu. Pourquoi donc l’Ecriture dit – Elle encore que nous aussi nous avons le ministère et la Parole de la réconciliation ? Cela sert à quoi que Dieu nous donne ces attributs Divins, le ministère et la Parole de la réconciliation, si Jésus – Christ nous a déjà tous réconciliés avec Lui ? J’espère que vous comprenez les Ecritures et la puissance de Dieu. Si Dieu nous a donné le ministère et la Parole de la réconciliation, c’est pour que par nous, le monde soit réconcilié avec Lui. Prenons encore un exemple, afin que vous compreniez bien ce que je dis : Sur la croix, Jésus de Nazareth a déjà pris nos maladies, Il nous a déjà guéris il y a plus de deux mille ans. Mais, non seulement nous tombons toujours malades, mais nous avons besoin d’une prière ou  d’une Parole, pour être guéris. Cela veut dire quoi ? Cela veut dire que la guérison acquise sur la croix par Christ, devient manifeste en nous aujourd’hui, deux mille ans après, quand quelqu’un exerce le ministère de la guérison. Celui qui exerce ce ministère par l’Esprit de Christ, contribue à votre guérison déjà acquise par Christ sur la croix. Il est collaborateur de Christ dans votre guérison : Il est donc co-guérisseur. Il n’est pas le Guérisseur par essence et par excellence, mais un simple co-guérisseur. Pierre était donc co-guérisseur de Christ dans la guérison du boiteux de la Belle Porte. Mais il n’était pas le Guérisseur. Prenons Moïse le prophète : Il était co-rédempteur avec Dieu,  l’unique Rédempteur pour la rédemption des enfants d’Israël. Souvenez – vous qu’Il a été fait Dieu par l’unique Dieu. Or Dieu est Rédempteur. Il est donc impossible qu’il soit Dieu sans être aussi rédempteur. C’est pourquoi il était co-rédempteur. Il était le mystère de la table en ce temps – là.

Remarquez que la  rédemption acquise sur la croix est parfaite, parce qu’elle est faite en Christ. Mais le corps au travers duquel le Seigneur a manifesté cette rédemption, c’est le corps de Pierre, qui est un corps faible et imparfait. L’œuvre de la rédemption acquise une fois pour toutes par la croix de Christ, se révèle encore  aujourd’hui, en ce temps de l’aube, au travers d’un corps faible et imparfait. C’est un corps avec des  défauts. Ce corps aussi a été crucifié avec Christ. Cette  œuvre de la rédemption est parfaite. Mais elle se révèle au travers d’un corps imparfait, pour la perfection de l’œuvre de la rédemption. Frères, il a plu à Dieu de se révéler à vous, en ce temps de l’aube,  au travers d’un corps semblable à celui du péché, donc d’un corps faible et imparfait. Ce qui est parfait est sorti de l’imperfection du corps de Christ. Et ce qui est imparfait est sorti de la perfection du Corps de Dieu, de Sa volonté dans le jardin d’Eden. Oui Monsieur. Le Corps physique de Christ n’était pas parfait, à cause des défauts qui s’y trouvaient, mais Il a été formé sans péché. C’était un corps du péché, formé sans péché. J’espère que vous comprenez les Ecritures et la puissance de Dieu. Vous voyez ! Si ce corps du péché a été formé sans péché, c’est que c’était un corps imparfait, mais  créé dans la perfection. Quand Dieu était dans Son corps céleste, ce Corps  parfait, Il a offert un sacrifice imparfait, qui ne pouvait pas ôter le péché. Mais, quand Il est venu dans un corps avec des défauts, un corps semblable à celui du péché,  Il a pu offrir le véritable sacrifice pour les péchés. Par l’offrande de Son corps, nos péchés ont été ôtés. Par ce sacrifice, le péché a été aboli. Frères, Jésus n’est pas mort pour que nos péchés soient pardonnés, car avant Sa mort, les péchés étaient déjà pardonnés. D’ailleurs, Lui – même pardonnait déjà les péchés. Il est mort plutôt pour que le péché soit aboli. Et le péché a été aboli. Dans le jardin d’Eden, Dieu a offert un sacrifice avec des défauts pour que les péchés soient pardonnés. Mais sur la croix, Jésus a offert un sacrifice parfait pour l’abolition des péchés. L’offrande de Christ est supérieure à celui de Son Père. Son offrande est plus importante  que celui de Son Père. Pourtant Il dit : «  Mon Père est plus grand que moi. » Celui qui est plus petit a offert un sacrifice plus grand que celui qui est plus grand. Le Père est devenu le Fils pour offrir un sacrifice plus grand et plus excellent. Le Père et le Fils sont un. Ils ne sont pas deux, mais un. Le Fils, c’est le Père devenu homme. Le Père est le mystère de la table. Le Fils aussi, est le mystère de la table. Jésus – Christ de Nazareth était le Père devenu un simple homme. Frère, Dieu Lui – même a offert un sacrifice avec des défauts, un sacrifice imparfait, alors qu’Il était dans Son corps céleste. C’est dans ce même corps qu’Il a conclu  la première alliance avec  Son peuple par Moïse le prophète. Et cette alliance avait des défauts,  dit l’Ecriture, dans HEBREUX 8. 7. Quant à la seconde alliance, Dieu l’a conclue avec nous, quand Il est venu dans un corps du péché, dans un corps de chair, dans un corps  méprisable, dans un corps imparfait. Et cette alliance est parfaite. La première alliance était une table dressée entre Dieu et Son peuple. La deuxième alliance aussi est une table. Le menu spirituel, c’est la Parole révélée, la mort et le sang.  Dans le jardin d’Eden, un péché a été commis : Adam et Eve ont mangé de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Il y a eu donc séparation entre Dieu et eux. C’est pour la réconciliation que Dieu a pourvu au sacrifice des animaux, à une table. Cette table a été dressée entre le péché et eux, afin qu’ils soient pardonnés. C’est ici le mystère de la table rédemptrice à laquelle Il a pourvu. Frères, la table dont parle l’Ecriture dans PSAUMES 23.5, est une table spirituelle et extraordinaire. C’est la table de la réconciliation entre Dieu et nous. Mais dans le jardin d’Eden, elle n’était pas parfaite, parce que c’est le sang animal qui l’a scellée. Quand Adam a péché, avec sa femme Eve, Dieu les a maudits. Je sais que votre précieux frère Branham dit que Dieu n’a pas maudit Adam, mais qu’Il a maudit en lieu et place de l’homme, le sol. Frères, je crois qu’Il a aussi maudit Adam. D’ailleurs, Il a maudit toutes choses, après le péché adamique. Adam aussi a été maudit. Dieu lui dit  que le jour où il mangera l’arbre de la connaissance du bien et du mal, il mourra. Il en a mangé, il est mort. Osez me dire que quelqu’un qui est mort n’est pas maudit. Osez me dire que quelqu’un qui a désobéi à la Parole du Seigneur, et qui est mort à cause de cela, n’est pas maudit. Frères, Dieu a maudit Adam. Osez me dire que quand il a été chassé du jardin manu militari, il n’était pas maudit. Osez me dire que quand il a été empêché de prendre l’arbre de vie, il n’était pas maudit. Pour vous, qu’est – ce que la malédiction ? Un branhamiste est venu un jour au culte. Il s’est opposé à moi, quand j’ai dit que Dieu avait maudit Adam. Il a dit que frère Branham dit que Dieu ne l’a pas maudit, mais qu’Il a maudit le sol. Je lui ai dit : Ton prophète s’est  trompé. Le sol, avant le péché, n’était pas maudit. Il y avait de la bonne herbe partout. Mais, après le péché, quand Dieu l’a maudit, des épines sont sorties de lui. Et Dieu a même dit à Adam, que c’est à la sueur de son front qu’il allait désormais pouvoir manger. N’est – ce pas une malédiction ? Il m’a dit : Est – ce que Dieu peut maudire  Ses propres enfants ? Je lui ai dit : Oui, Dieu maudit Ses propres enfants. Sinon, pourquoi l’apôtre Paul dit, dans GALATES 3.13 que « Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi » ? Si Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, c’est que nous étions maudits. Maintenant la question est de savoir si c’est Dieu qui nous a maudits. Oui Monsieur. C’est Lui qui nous a maudits. Car c’est Lui qui a donné la loi, qui était une malédiction. L’Ecriture parle de la malédiction de la loi. Or, c’est Lui qui  a donné la loi. Dieu peut donc maudire Ses propres enfants. Prenons Son Fils unique, Son bien – aimé, le Fils de Son amour : Il l’a fait devenir péché pour nous. Nous, Il nous a simplement maudits, mais Il a fait de Son Fils bien – aimé une malédiction. Peut – être pensez-vous qu’Il vous aime plus qu’Il n’aime Christ ! Quand Adam a mangé de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, Dieu l’a maudit. Il a même maudit les choses qui n’ont jamais mangé de cet arbre. Il a maudit le sol, et toute la création. Pourtant ces choses – là n’ont point mangé de cet arbre. Si Dieu a maudit ces choses, pourquoi vous voulez – vous  que celui qui a mangé de l’arbre défendu ne soit pas maudit ?  Frères, il y avait dans le jardin d’Eden, l’arbre de vie et l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Moïse a vu ces deux arbres. Mais il y en avait un troisième dont il n’a pas parlé. Cet arbre a été vu par Ezéchiel le prophète le Fils de l’homme de son temps. Mais il n’avait pas donné la révélation de son nom. Il l’a décrit seulement. Frère Branham  n’a pas vu cet arbre – là. Dieu a donné la révélation du nom de cet arbre mystérieux au Fils de l’homme mandaté par l’unique Fils de l’Homme, en ce temps de l’aube. Parlons – en, si Dieu le veut.


LES TROIS ARBRES MYSTERIEUX DU JARDIN D’EDEN

Dans GENESE 2.9, l’Ecriture nous révèle deux arbres spéciaux qui se trouvaient dans le jardin d’Eden : L’arbre de la vie et l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Il y a un troisième arbre dont cette Ecriture ne parle pas : C’est l’arbre de la mort. C’est ici le mystère de la Manne Fraîche. Il n’est pas écrit ‘’ arbre de la mort’’ dans la Bible, pas plus qu’il n’est pas écrit le nom de Jésus – Christ, noir sur blanc, dans l’Ancien Testament. Bien que ce Nom n’y soit pas écrit noir sur blanc, le Saint – Esprit nous révèle qu’il a toujours été question du Fils de Dieu dans l’Ancien Testament. C’est le Saint – Esprit qui m’a révélé l’existence de l’arbre de  la mort, qui était dans le jardin d’Eden. C’est encore Lui qui m’a révélé l’existence du livre de mort. Il y a un arbre de vie. Il y a aussi un arbre de mort. Il y a un livre de vie. Il doit y avoir aussi un livre de mort. Il y a un paradis. Il y a aussi un enfer. Il y a le bien, il y a aussi le mal. Il y a Dieu, il y a aussi le diable. Il y a un homme, il y a aussi une femme. Il y a un ciel, il y a aussi une terre. Vous voyez ! Les choses vont par paire. L’arbre de vie était dans le jardin d’Eden. Il y avait aussi un arbre de mort. C’est ici la Manne Fraîche. Dans EZECHIEL 31.3-9, le prophète nous décrit un arbre spécial. Il dit que « ses branches étaient belles, son feuillage était touffu, sa tige élevée, et sa cime s’élançait au milieu d’épais rameaux… Les cèdres du jardin de Dieu ne le surpassaient point, les cyprès n’égalaient point ses branches… Aucun arbre du jardin de Dieu ne lui était comparable en beauté… Et tous les arbres du jardin lui portaient envie. » Cet arbre représente l’Assyrie. Dans EZECHIEL 31.11, Dieu dit qu’il a livré cet arbre entre les mains des héros des nations, à cause de sa méchanceté. Nous savons que Christ, n’est pas méchant. Cet arbre décrit par Ezéchiel le prophète, c’est l’arbre de mort, d’après une révélation du Seigneur Jésus  - Christ. Il était dans le jardin d’Eden. Pensez – y ! Aucun arbre ne lui était comparable en beauté. Il surpassait en beauté, l’arbre de vie et l’arbre de la connaissance du bien et du mal. C’est l’arbre de mort. Judas était plus beau que Jésus: Le savez-vous? L’arbre de mort, dans le jardin d’Eden, était plus beau que l’arbre de vie. C’est ici la   Manne Fraîche. C’est l’arbre de mort, qui a oint le serpent, et qui l’a poussé à aller séduire Eve, qui était l’arbre de la connaissance du bien et du mal. La mort est donc venue  par lui, par l’arbre de mort. L’arbre de mort a été le premier à douter de la Parole du Seigneur. Il a pu entraîner le serpent dans son incrédulité, lequel a pu aussi entraîner l’arbre de la connaissance du bien et du mal dans son incrédulité. Qui à son tour, a pu entraîner Adam, qui était aussi un arbre, dans son incrédulité. La mort était  dans  l’arbre de la mort, qui a pu entraîner Adam dans la mort. Et ainsi la mort est entrée dans le monde par Adam, à cause de son péché. Le premier être à pécher contre Dieu, c’est Lucifer, appelé Satan et le diable. C’est au ciel qu’il a péché contre Dieu. Il était déjà l’arbre de mort, tandis que Dieu était l’Arbre de vie. Sur la terre, dans le jardin d’Eden, il était représenté par l’arbre de mort, tandis que Dieu était représenté par l’arbre de vie. Nous reparlerons du mystère de ces trois arbres spéciaux, quand le Seigneur le permettra. La première table dressée sur la terre, a été dressée dans le jardin d’Eden. Je voudrais maintenant parler du mystère de la table dressée au temps de Moïse le prophète.  Je sais que cette Parole est trop dure pour être acceptée, mais sachez que c’est de la nourriture et  non du  lait. Si quelqu’un ne comprend pas pourquoi on ne doit pas invoquer le Nom de l’Eternel sous la nouvelle alliance, comment    fera – t – il pour saisir le mystère de la table? Beaucoup de personnes invoquent le Nom de l’Eternel aujourd’hui, alors que nous sommes sous une nouvelle alliance. Il y a des gens qui disent que l’Eternel s’est révélé à eux, qu’Il les a appelés à Le servir. Ces gens – là ne savent pas ce qu’ils disent. Ce n’est pas étonnant qu’ils paient encore la dîme. Sous la première alliance, Dieu s’est révélé sous le Nom de Yahvé ou l’Eternel. Mais sous la seconde alliance, Il a changé de nom. Il s’appelle maintenant Jésus – Christ. C’est seulement dans ce Nom, Jésus – Christ qu’Il se révèle sous la nouvelle alliance. Quand Il a rencontré Saul de Tarse sur le chemin de Damas, celui – ci lui a demandé : Qui es – tu Seigneur? Et le Seigneur lui répondit, en disant : Je suis Jésus. Il n’a pas dit : Je suis l’Eternel. C’est sous le Nom de Jésus qu’Il s’est révélé à Son serviteur. Et ce, en conformité avec la nouvelle alliance qu’Il a scellée par Son sang pour nous. Dieu n’agit que par rapport à une alliance bien précise. Il ne mélange jamais les choses. Sous l’ancienne alliance, Il a traité avec l’homme par le sang des animaux. Mais sous la nouvelle, c’est par le Sang de Christ. Si quelqu’un retourne sans discernement au sang des moutons et des boucs, il n’est pas dans la nouvelle alliance. Beaucoup de prophètes disent que c’est l’Eternel qui les a envoyés. Ils veulent dire que c’est le diable qui les a envoyés. Car, l’Eternel n’envoie personne aujourd’hui. Et Dieu ne se révèle à personne aujourd’hui sous ce Nom, car Il sait que l’alliance a changé, et Il a pris un autre Nom : Jésus – Christ. Relisez le Nouveau Testament, et vous verrez que le Nom de l’Eternel n’apparaît nulle part, pas plus que le Nom de Jésus n’apparaît nulle part dans l’Ancien Testament. Quand quelqu’un prie aujourd’hui, et dit : Eternel mon Dieu, vous pouvez être sûr qu’il ne prie pas par le Saint – Esprit. Dieu a deux Noms Rédempteur : Yahvé et Yashuah. L’Eternel et Jésus. Avant d’envoyer Moïse délivrer les enfants d’Israël en Egypte, Dieu lui a révélé Son Nom. C’était l’Eternel, Yahvé. De même,  avant que le Fils de l’Homme ne nous délivre de l’esclavage du péché, Dieu a révélé Son Nom à la vierge Marie, par l’ange Gabriel. Ce Nom, c’est Jésus. Dans l’Eglise de Dieu, nous faisons tout en actes et en paroles, au Nom du Seigneur Jésus – Christ, selon COLOSSIENS 3.17.  En outre Dieu Lui – même fait tout dans ce même Nom : Jésus – Christ. Comment peut – Il encore envoyer des gens au Nom de l’Eternel ? Le Nom de l’Eternel, le Nom de Yahvé, était Son Nom Rédempteur sous le sang des animaux. Et le Nom de Jésus – Christ, est Son Nom Rédempteur sous le sang humain de Dieu. Quand le grand Dieu est venu dans un corps de chair semblable au nôtre, Il avait dans Ses veines du sang humain. Il avait même pris un nom humain. Ce Nom puissant est le seul dans lequel Il sauve, Il pardonne, Il sanctifie, Il guérit, Il restaure, Il se révèle aujourd’hui. C’est pourquoi baptiser au nom du Père, du Fils et du Saint – Esprit n’est pas juste. Le nom du Père, n’est pas un nom rédempteur. C’est un nom, mais pas un nom rédempteur. Il en est de même du nom du Fils et du Saint – Esprit. Le seul Nom Rédempteur sous la seconde alliance, c’est Jésus – Christ. Eloignez – vous donc de ceux qui baptisent au nom de William Branham, qui prêchent ce nom sans vie et sans force ! Le Nom de Jésus – Christ est au – dessus du  nom du Père, du Fils et du Saint – Esprit. C’est au Nom de Jésus – Christ seulement que tout genou fléchit dans les cieux, sur la terre et sous la terre. Pas au nom du Père, du Fils et du Saint – Esprit. Tout baptême fait au nom du Père, du Fils et du Saint – Esprit n’est pas valable.

Tout baptême fait au Nom de l’Eternel est faux, parce que nous sommes sous une nouvelle alliance. L’alliance a changé. C’est pourquoi le Nom Rédempteur aussi a changé. Je voudrais maintenant dire quelque chose, qui vous aidera à vous éloigner de moi définitivement : C’est qu’il y a le mystère de la rédemption dans le nom de Moïse. Ce nom, était le mystère de la table dressée entre les enfants d’Israël et leurs ennemis. Dans           1 CORINTHIENS10.1-3, l’Ecriture dit sans ambages que les enfants   d’Israël ont tous été baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer. Ce baptême  dans la nuée et dans la mer, faisait partie de leur rédemption. Or, c’est en Moïse qu’il a eu lieu. Cela veut donc dire que dans le nom de Moïse, se trouvait la rédemption. Vous voyez ! Il était co – rédempteur avec Yahvé l’unique Rédempteur. Amen !


LE MYSTERE DE LA TABLE DRESSEE AU TEMPS DE MOISE.

Dans le désert, pendant que les enfants d’Israël étaient en partance pour Canaan, Dieu a dressé une table entre eux et leurs adversaires. Cette table, c’était Moïse, l’homme fait Dieu par Dieu. Avant que Dieu ne devienne un homme en Jésus – Christ de Nazareth, un homme a été fait Dieu : C’était Moïse. Dans EXODE 7.1, Dieu lui dit : «  Vois, je te fais Dieu pour Pharaon, et Aaron ton frère sera ton prophète. » Moïse était donc Dieu pour Aaron et pour Pharaon. Or à travers Aaron, il était Dieu pour Israël. Et à travers Pharaon, il était Dieu aussi pour l’Egypte. Je crois qu’il était le Dieu d’Israël manifesté en chair.  Dieu dit à Moïse, dans DEUTERONOME 18.18 : «  Je leur susciterai du milieu de leurs frères un prophète comme toi. » Frères, Dieu parlait déjà de la venue de Jésus – Christ le Fils de l’Homme. Et Il dit qu’il sera comme Moïse. Ce n’est pas Moïse qui sera comme Jésus – Christ, mais c’est Jésus – Christ qui sera comme Moïse. Pensez – y ! Dans JEAN 1.17, l’Ecriture dit que «  la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par  Jésus – Christ. » Ici, les deux testaments sont mis en opposition : L’Ancien et le Nouveau. Ainsi Moïse était le Dieu de l’Ancien Testament, et Jésus – Christ de Nazareth est le Dieu du Nouveau Testament, Jésus – Christ Lui, étant le Dieu de l’Ancien et du Nouveau Testament. Moïse était la table dressée entre les enfants d’Israël et leurs ennemis. Il était la Parole faite chair de son temps, Jésus – Christ de Nazareth  Lui – même étant la plénitude de la Parole faite chair. Il était un chemin, une vérité et une vie. Il était Dieu, et la Parole est Dieu. Il était donc la Parole faite chair pour son temps. IL est impossible d’être Dieu sans être la Parole. Moïse étant Dieu manifesté en chair, était aussi la Parole faite chair. Moïse n’est pas le seul Dieu fait homme. Car, selon JEAN 10.34-35, ceux à qui la Parole de Dieu vient, sont appelés Dieux. C’est le Seigneur Jésus – Christ Lui – même qui l’a dit. Et c’est aux prophètes que vient la Parole de Dieu. Ils sont donc Dieux, Jésus – Christ  Lui – même étant l’unique Dieu. S’ils sont Dieux, et que la Parole aussi est Dieu, ils sont donc des Paroles faites chairs.  Ainsi Jérémie, Ezéchiel,  Daniel, étaient des Paroles faites chairs. Pierre, Paul, qui étaient des prophètes, étaient aussi des Paroles faites chairs. En tant que Paroles faites chairs, ils sont  la révélation du mystère  des tables dressées entre les ennemis et les gens de leur époque. Moïse était la révélation de la table dressée entre les enfants d’Israël et leurs adversaires. En lui était le mystère de la rédemption, puisque les enfants d’Israël ont été baptisés en lui dans la nuée et dans la mer. Quand il est mort, Dieu Lui – même, à travers l’archange Michel a disputé son corps avec le diable. Pourtant quand  Jésus, Son Fils unique est mort, Il a abandonné Son corps sur la croix. Moïse n’était pas Son Fils unique, mais un enfant d’adoption. Pensez – y ! Frères, la Divinité de Moïse ne fait aucun doute. En tant que tel, il était pendant la traversée du désert, une table dressée entre les enfants d’Israël et leurs adversaires. Par lui, Dieu les gardait. Il était donc un rempart, une protection. Il était donc la révélation du mystère de la table que Dieu a dressée entre Son peuple et les ennemis. Tous ceux qui ne sont pas restés derrière cette table, et qui se sont rebellés contre elle, sont morts. Dans OSEE 12.14, l’Ecriture dit que c’est par un prophète qu’Israël a été gardé. Ce prophète, c’est Moïse. C’est par Moïse que Dieu a gardé Israël. C’est ici le mystère de la table dressée entre les enfants d’Israël et leurs ennemis. Comprenez – vous les Ecritures et la puissance de Dieu ? C’est par un prophète, Moïse, que Dieu a protégé Son peuple  contre ses adversaires. Moïse était donc une porte pour la protection du troupeau. Il était un gardien pour Israël. C’est par lui  aussi que Dieu a fait sortir Israël hors de l’Egypte. C’est par lui qu’Il a fait la rédemption pour Son peuple. Frères, j’espère que vous comprenez le mystère de la table dressée entre nos ennemis et nous. Quand Moïse descendait de la montagne après avoir rencontré Dieu, il était la Parole faite chair. Et il annonçait au peuple les oracles vivants du Dieu vivant. Ces oracles, qui sont la Parole prophétique, sont des tables dressées entre Israël et ses adversaires. Quand il dit de ne pas faire d’images taillées pour les servir, c’était une table qu’il dressait entre les enfants d’Israël et  l’idolâtrie. Mais les enfants d’Israël n’ont pas voulu venir à cette table pour être gardés de l’idolâtrie. Ils ont donc fabriqué un veau d’or, qu’ils ont adoré, en disant : « Israël, voici ton dieu, qui t’a fait sortir du pays d’Egypte. » Vous  voyez ! Ils se sont assis à la table du diable, et ils ont mangé et bu. Quand Moïse leur dit : Dieu m’a fait Dieu, ils ont protesté et se sont rebellés contre lui. Ils n’ont pas accepté la Divinité de l’homme, mais ils ont voulu la divinité d’un veau d’or, qui est la divinité du diable. Il y a trois sortes de divinité :

1. La Divinité de Dieu

2. La Divinité de l’homme

3. La divinité du diable.


Aujourd’hui encore, beaucoup de personnes ont du mal à accepter la Divinité de l’homme, à accepter que l’homme soit Dieu. Or cela est écrit dans leur Bible. Ces gens – là gagneraient à bien lire leur Bible. Frères, je suis venu dans ce monde pour jeter un feu sur la terre, pour être une pierre d’achoppement et un signe pour la contradiction. Je suis dans ce pays pour jeter les bases d’une révolution spirituelle, afin que ce monde soit réconcilié avec Dieu, par Christ notre Rédempteur. Cette révolution a déjà commencé, par la révélation des mystères jamais révélés auparavant. Je ne dis cela pour me glorifier, car je ne peux me glorifier qu’en Jésus – Christ, qui m’a fait la grâce et l’honneur d’annoncer la Manne Fraîche en ce temps de l’aube. Lorsque le mystère de la table dressée dont parle l’Ecriture dans PSAUMES 23.5, se révèle, c’est que la révolution spirituelle a déjà commencé.  Moïse a apporté une révolution spirituelle en son temps dans le désert, par la révélation de la loi que Dieu lui a donnée. Cette révélation était contraire aux enseignements qu’ils ont reçus quand ils étaient en Egypte. C’est un type au moment même où Dieu a envoyé Son Moïse en ce temps de l’aube. Quand il prêche la Manne   Fraîche, cela ressemble à une parabole pour plusieurs. Car Elle est contraire aux enseignements qu’ils reçoivent dans leurs églises. Au temps de Moïse, Dieu a donné les cailles aux enfants le soir. Et le matin, Il leur a donné du pain. Vous trouverez cela dans EXODE 16.13-15. C’est un type. Au temps du soir, c’étaient les cailles avec frère Branham. Au temps de l’aube, c’est du pain. Et au temps du matin, c’est encore du pain, la manne. Remarquez que la manne était là, couverte de rosée à l’aube. Elle était cachée aux yeux des enfants d’Israël, qui ne savaient pas ce que c’était. Seul Moïse le savait. Remarquez aussi que même le matin, selon l’Ecriture, il y avait une couche de rosée qui cachait la manne aux yeux des enfants d’Israël. Mais à Moïse, le mystère de cette manne avait été révélé. Il savait quand la manne était descendue du ciel, et pourquoi elle était là. C’était le pain pour Israël. C’est un type : Aujourd’hui encore, quand le Moïse de Dieu viendra, lui seul saura ce qu’est la Manne Fraîche, quand Elle sera là et pourquoi Elle sera là. C’est lui qui expliquera aux gens le mystère de la Manne Fraîche. Remarquez aussi que les enfants d’Israël ne savaient absolument rien de la manne. Ainsi quand la Manne Fraîche viendra, les gens n’en sauront absolument rien. Cette Manne Fraîche est déjà  là,  au moment  même où je vous parle, mais les gens n’en savent rien.  Ils ne La voient pas non plus. Elle est cachée aux yeux des sages et des intelligents. Mais quand l’aigle du temps de l’aube parle, le mystère de la Manne Fraîche se révèle aux yeux des enfants de Dieu, aux yeux des gens humbles de cœur. Nous ne sommes plus au temps des cailles, mais à celui de la Manne Fraîche, du  Pain de vie qui nous vient du ciel. La  Manne Fraîche ne vient pas comme pour frapper les yeux. Elle vient comme vient le Royaume de Dieu, dans la simplicité. Elle est déjà là, dans la simplicité de la chair, et Elle jette de nouvelles lumières sur les sentiers de la vie. Si des mystères qui n’ont jamais été révélés le sont aujourd’hui en ce temps de l’aube, c’est la preuve que la révolution spirituelle a déjà commencé. Cette révolution spirituelle ne vient pas comme pour frapper les yeux, mais dans une simplicité telle qu’elle aveuglera plusieurs. Quand les gens diront : Où est la révolution spirituelle, celle – ci sera à son terme. Dans EXODE 16.13-15, il y a le mystère des quatre temps prophétiques qui sont : Le temps du soir, le temps de minuit, le temps de l’aube et le temps du matin. Remarquez que les cailles étaient là jusqu’à ce que vienne la manne. Les cailles étaient donc là, le soir et à  minuit. Il est en ainsi des cailles apportées par frère Branham : Son Message du soir était là au temps du soir et au temps de minuit. En ce qui concerne la manne, elle était là à l’aube et le matin. Il en est de même de la Manne Fraîche : Elle est là au temps de l’aube et au temps du matin. Le Message du soir est le précurseur de la Manne Fraîche. Souvenez – vous que frère Branham, dans sa prédication intitulée ‘’ L’ENLEVEMENT’’ du 04 décembre 1965, a prédit la venue d’un nouveau Message, qui devait apporter une chose nouvelle. Il a même dit de brûler son Message avant le lever du jour. Et la période qui précède le lever du jour, c’est l’aube. C’est donc au temps de l’aube qu’il faut brûler son Message, à cause du nouveau Message. C’est exactement ce que nous avons fait : Nous avons brûlé son Message du soir au temps de l’aube, quand la Manne Fraîche qui est le nouveau Message, est venue. Ainsi nous sommes passés d’un temps prophétique à un autre temps prophétique. Mais il n’est pas donné à tout le monde de passer du temps du soir et du temps de minuit au temps de l’aube. Cela est donné uniquement aux vierges sages, qui ont de l’huile dans leurs lampes. Les vierges sont obligées de retourner en arrière, dans l’espoir d’acheter de l’huile pour alimenter leurs lampes qui s’éteignent. Dans EXODE 16.13-16, nous avons les quatre temps prophétiques. Ces mêmes temps prophétiques se trouvent cachés dans MATTHIEU 25.1-12. J’espère que vous les voyez, ces temps prophétiques. Il y a le temps du soir, le temps de minuit, le temps de l’aube et le temps du matin. Les dix vierges ont commencé la marche à la rencontre de l’Epoux, au temps du soir. Elles ont traversé tout le temps du soir. « Comme l’époux tardait », elles se sont toutes assoupies, et se sont endormies. «  Au milieu de la nuit, il se fit un cri : Voici l’époux, sortez à sa rencontre. » Avec ce cri, un autre temps prophétique commence : C’est le temps de minuit. Vous voyez ! Il met fin au temps du soir. Le cri qui s’est fait entendre au milieu de la nuit, c’est un Message Divin : C’est le Message de minuit. Ce Message de minuit n’appelle pas à sortir des dénominations religieuses, mais à préparer les lampes qui s’éteignent. C’est le Message du soir qui, dans son essence, appelle à sortir des dénominations. Le Message de minuit n’appelle pas à sortir de quoi que ce soit, mais appelle les dix vierges endormies à la préparation des lampes. C’est un Message Divin essentiellement destiné à la préparation des lampes. Pourquoi préparer les lampes ? C’est pour pouvoir poursuivre la marche à la rencontre de l’Epoux. Le Cri de minuit dit : «  Voici l’Epoux, sortez à sa rencontre. » Il ne dit pas que l’Epoux est là, et que cette rencontre  a lieu en ce moment. Non Monsieur. C’est un cri de réveil appelant à la préparation des lampes. C’est lors de cette préparation que les vierges folles, qui représentent les chrétiens imprudents et négligents, se sont rendues compte qu’elles n’ont plus d’huile. Mais les sages, qui avaient pris soin de prendre de l’huile en réserve, se sont préparées. Le temps de la préparation  commence quand le Cri de minuit  retentit, et il  prend  fin quand un autre temps commence. Il part du temps de minuit au temps de l’aube. A la fin du temps de minuit, commence le temps de l’aube. Le commencement du temps de l’aube met un terme au temps de minuit. Et au temps de l’aube, le coq de MARC 13.35 chante.  Remarquez qu’à partir du temps de minuit jusqu’au temps du matin, il n’y a plus de vierges folles dans la marche à la rencontre de l’Epoux. La séparation entre les vierges sages et les vierges folles a lieu au milieu de la nuit.  C’est le Message de minuit, le Cri de minuit, qui les sépare. Seules les vierges sages continuent la marche à la rencontre de l’Epoux, non pas avec le Message du soir, ni avec le Cri de minuit, mais avec un nouveau Message, qui est le chant du coq. Après le puissant Cri de minuit, pour réveiller les gens profondément endormis, c’est un Chant de coq qu’on entend. Ce Chant du coq annonce le lever du jour. C’est un Message Divin. Savez – vous que Cantique des cantiques du roi Salomon est un Message Divin ? Il en est de même pour le Chant du coq : C’est un Message Divin. Ce Chant du coq est aussi un Message de réveil. Il ne s’adresse qu’aux vierges sages, qui ont de l’huile dans leurs lampes, étant donné que les vierges folles sont retournées en arrière pour chercher à acheter de l’huile. Ce Chant du coq, qui annonce le lever du jour, est un Message Divin, qui met un terme au Message de minuit. Ce Chant est chanté jusqu’à ce que le jour se lève, c’est – à – dire jusqu’à ce que vienne le matin. Et au temps du matin, l’Epoux vient. Examinez attentivement la Parole de l’Ecriture de MARC 13.32-35. Et vous verrez que le Seigneur Lui – même montre qu’Il sera là au temps du matin. C’est un temps prophétique. Par conséquent, je ne sais pas quel jour, ni à quelle heure Il viendra. Le même Chant du coq qui est chanté au temps de l’aube, est chanté au temps du matin. Pourquoi ce Chant du coq ? C’est pour réveiller les gens. Pensez – y ! Les vierges sages qui traversent le temps de minuit, commencent encore à s’endormir. C’est alors que le coq chante. C’est un cri de réveil. C’est donc une table que Dieu a dressée entre l’assoupissement et le sommeil spirituel et nous. Ce Chant du coq et la Manne Fraîche sont un. Au temps de Moïse, la manne est descendue à l’aube. Au temps où un homme a été fait Moïse par Dieu, la Manne Fraîche est descendue  aussi à l’aube.  Frères, il y a un nouveau Message pour nous protéger contre les erreurs et les fausses prophéties de frère Branham. Quand le moment sera venu, Dieu suscitera un prophète qui sera une table dressée entre mes erreurs et les gens. Alors viendra l’enlèvement. Les branhamistes, qui se comportent comme les Juifs, me demandent si je peux faire les miracles que leur prophète a faits. Vous voyez ! Ils me demandent un signe. Mais il ne leur sera donné d’autre signe que celui de la résurrection. De même que Jésus – Christ est ressuscité, moi aussi je ressusciterai par Sa puissance de résurrection, et je serai toujours avec Lui, dans la gloire. Quand Dieu m’a dit d’annoncer Sa Parole, je lui ai dit : Seigneur, quel signe me donnes – tu ? Il m’a dit : Le signe de la résurrection. Moi, je m’en tiens à ce signe, et je prêche le Seigneur Jésus – Christ mort pour mes péchés et ressuscité pour ma justification C’est en Lui, et en Lui seul que je me confie et me glorifie. C’est de Sa mort sur la croix qu’est venue ma vie. Il a pris tous mes péchés, et Il les a ôtés par Son sacrifice. Son sang est une table dressée entre mes ennemis et moi. Sa mort est une table dressée entre la mort et moi. Sa résurrection est une table dressée entre la condamnation et moi. Par Sa mort et Sa résurrection, il n’y a aucune condamnation pour moi. Il m’a totalement affranchi du péché et de la mort. Il m’a donné le don du Saint – Esprit. Rien ne peut me séparer de Lui. Je totalise aujourd’hui vingt et un ans de conversion, et je ne pèche plus par sa grâce. Parce qu’Il m’a fait naître de nouveau, et Il a mis en moi Sa semence incorruptible. L’Ecriture dit que celui qui est né de Dieu ne pratique pas le péché, et il ne peut pécher. (1JEAN 3.9). Les chrétiens qui pèchent encore, soit, ne sont pas encore nés de Dieu, soit ce sont des enfants du diable infiltrés dans le troupeau. Mais rassurez – vous ! Ils  ne pourront pas marcher dans la Parole prophétique. Ces enfants du diable, ont été abandonnés au temps du soir. Ils n’étaient pas parmi ceux qui étaient arrivés à minuit. Et ils ne sont pas parmi ceux qui sont arrivés au temps de l’aube. Ils peuvent être là physiquement au milieu de nous, mais spirituellement, ils ne sont pas au milieu de nous. C’est  surtout spirituellement, dans notre corps spirituel,  que nous appartenons à tel ou à tel âge prophétique. Etre là physiquement n’a aucun sens si nous ne sommes pas remplis du     Saint – Esprit. Confesser que nous avons Christ n’a pas de sens si nous n’avons pas expérimenté le baptême du Saint – Esprit. Il nous faut recevoir l’Esprit de Christ, afin de Lui appartenir. Car celui qui n’a pas Son Esprit ne Lui appartient pas. Pour que nous soyons véritablement réconciliés avec Dieu, il nous faut recevoir le don du Saint – Esprit. La réception de ce don Divin scelle notre réconciliation avec Dieu. Si vous vous contentez de dire : Je crois en Dieu, vous faites fausse route. Car vous n’êtes pas encore réconciliés avec Dieu. Dans ACTES 8.13, l’Ecriture dit que Simon le magicien lui – même a cru en Jésus – Christ. Il a même été baptisé d’eau au Nom du Seigneur. Pourtant il n’était pas réconcilié avec Dieu. Parce qu’il n’avait pas reçu le don du Saint – Esprit. Vous croyez en Jésus – Christ ? Vous faites bien, mais Simon aussi a cru en Lui. Mais il est perdu à jamais. On peut donc croire et être perdu, quand on croit comme le diable croit. Toujours dans cette Parole de l’Ecriture, nous voyons que les Samaritains, qui ont reçu la Parole de Dieu, n’ont pas reçu le Saint – Esprit. Pensez – y ! C’est quand Pierre et Jean ont prié qu’ils L’ont reçu. On peut donc recevoir la Parole de Dieu, et ne pas recevoir le Saint – Esprit. Or, celui qui n’a pas le Saint – Esprit n’appartient pas à Christ. Et celui qui ne Lui appartient pas, n’est pas réconcilié avec Lui. C’est pourquoi je vous le répète, par les compassions de Dieu : Nous ne sommes véritablement réconciliés avec Dieu que, lorsque nous recevons Son Esprit. Ne vous contentez pas de lire la Bible, mais soyez remplis du  Saint – Esprit et de Feu. Ne vous contentez pas de m’écouter, mais soyez toujours remplis du Saint – Esprit. La Manne Fraîche ne vaut rien sans le Saint – Esprit. Soyez toujours remplis du Saint – Esprit ! Ayez toujours de l’huile en abondance dans vos lampes ! Aimez le Seigneur plus que vous ne vous aimez les uns les autres ! Aimez – vous les uns les autres ! Haïssez le mal, et pratiquez la justice ! N’êtes – vous pas des enfants de lumière ? Produisez donc des fruits de la Lumière ! Christ nous a fait passer des ténèbres à Sa merveilleuse Lumière, Il est la table que Dieu a dressée entre les ténèbres et nous, entre la puissance de Satan et la puissance de Dieu. Il nous a séparés des ténèbres, en nous faisant entrer dans Sa Lumière, afin que nous produisions les fruits de la Lumière. Celui qui est né de Dieu, ne pèche pas. Vous voyez ! La nouvelle naissance est une table dressée entre le péché et nous. J’espère que vous comprenez les Ecritures et la puissance de Dieu.

Les enfants d’Israël ont rejeté la Divinité de Moïse, tout en acceptant la divinité d’un veau d’or. Ils ont dit à Aaron le prophète que Dieu a donné à Moïse : «  Fais-nous un dieu qui marche devant nous. »  Ils savaient qu’il leur fallait un Dieu qui marche devant eux, mais ils ne voulaient pas que ce Dieu – là, soit Moïse. Quand Aaron a fait le veau d’or, ils ont  dit : «  Israël, voici ton dieu qui t’a fait sortir du pays d’Egypte. » Le ridicule dans cette affaire, c’est qu’ils ont demandé un dieu qui puisse marcher devant eux, mais ils ont eu un dieu qui ne marche pas, qui n’entend pas, qui ne voit pas. Mais, ils ont préféré s’en contenter, parce qu’ils ne voulaient pas de la Divinité de Moïse. Ils ont rendu un vibrant hommage au veau d’or, en disant que c’est lui qui les a fait sortir du pays d’Egypte. Aujourd’hui, le même genre d’hommage est rendu à frère Branham, tout en disant que c’est lui qui a fait sortir les gens des dénominations religieuses. Frères, ils ont leur veau d’or. Ils ont leur dieu qui les a fait sortir de l’Egypte. Mais ce dieu, ne voit pas, n’entend pas, ne parle pas. De toutes les façons, ils préfèrent marchent derrière ce dieu, que de marcher derrière le seul et unique Dieu, le Seigneur Jésus – Christ. Frère Frank l’allemand continue d’encenser ce veau d’or aux yeux du monde, de rendre de vibrants témoignages à ce dieu qu’il a fabriqué, arguant  qu’il est l’homme de Dieu le plus puissant depuis le temps de Jésus jusqu’aujourd’hui, qu’il est infaillible, que son Message est le dernier. Pauvre frère Frank. Il ne sait même pas que le dieu qui l’a délivré des organisations religieuses a dit qu’un nouveau Message viendrait. Il le sait, mais il fait semblant de ne pas le savoir. Afin de toujours honorer le nom de William Branham, et de continuer à tromper les gens, et surtout à se faire des adeptes. Il sait que les branhamistes vouent un culte sacro – saint à leur prophète. En encensant donc ce prophète, il peut attirer à lui plusieurs branhamistes. Il parcourt le monde entier, annonçant William Branham partout, dans le seul but de gagner les branhamistes à sa suite. Il dit que c’est frère Branham lui – même qui l’a mandaté pour distribuer la nourriture spirituelle au temps convenable. Mais, ce qu’il faut savoir, c’est que le même frère Branham a consacré aussi Joseph Coleman de New – York. Et chose bizarre, il y a une guerre de leadership entre Frank et Coleman. Le premier a cru aux sept tonnerres pendant des années, avant de dire que c’est une doctrine diabolique. Le deuxième y croit toujours. Vous voyez ! Frère Branham a mandaté Frank et Coleman, mais ils ne sont pas d’accord sur le plan doctrinal.  Et ces deux hommes, malgré leurs divergences doctrinales continuent de célébrer le nom de William Branham à travers le monde. Nous, nous n’avons qu’un seul nom à célébrer : Le Nom du Seigneur Jésus – Christ notre Seigneur et Sauveur bien – aimé.   Nous ne nous prêchons pas nous – mêmes, c’est Jésus – Christ notre Rédempteur que nous prêchons. C’est seulement en Son Nom que nous parlons.

Dans EXODE 31.18, l’Ecriture dit : «  Lorsque l’Eternel eut achevé de parler à Moïse sur la montagne de Sinaï, il lui donna les deux tables du témoignage, tables de pierre, écrites du doigt de Dieu. » Sur ces tables de pierre se trouvait la Parole de l’alliance que Dieu a conclue avec Israël par Moïse. Tous les commandements du Seigneur s’y trouvaient. Ils ont été écrits du doigt de Dieu, pour le bien du peuple. Ces tables de pierre étaient des tables dressées par Dieu entre Israël et ses ennemis, entre Israël et les péchés. C’étaient des tables de protection Divine. Aussi longtemps que les enfants  d’Israël observaient ce que disaient ces tables, ils étaient en harmonie avec Dieu, ils étaient bénis, ils étaient protégés contre leurs adversaires. Dans EXODE 32.16, il est écrit dans l’Ecriture que « les tables étaient l’ouvrage de Dieu, et l’écriture était l’écriture de Dieu, gravée sur les tables. » Dieu a donc écrit de Son propre doigt sur les tables de pierre. Dans 2 CORINTHIENS 3.3, l’apôtre Paul  dit que les Corinthiens étaient manifestement une lettre de Christ, écrite par son ministère, par l’Esprit du Dieu vivant, laquelle était écrite sur des tables de chair. Sous le sang des animaux, Dieu a écrit sur des tables de pierre. Mais sous le Sang précieux de la croix, Christ écrit des lettres sur des tables de chair, par les ministères que nous exerçons. Vous aussi frères, vous êtes manifestement une lettre de Christ, écrite par notre ministère, par l’Esprit du Dieu vivant. Qu’est – ce qu’une lettre de Christ ? C’est la Parole de Christ. Vous êtes donc une Parole de Christ manifestée, écrite par mon ministère, par le Saint – Esprit. Nous sommes l’Ecriture de Christ gravée sur les tables de chair. En tant que lettre de Christ écrite sur les tables, nous sommes des tables dressées entre les ennemis et nous. L’apôtre Paul aussi était une lettre de Christ, écrite par l’Esprit du Dieu vivant. Il était une table que Dieu a dressée entre les choses du monde et l’Eglise en son temps, entre les péchés et l’Eglise. C’est pourquoi il crie contre les péchés, les choses du monde et les puissances des ténèbres. A chaque âge de l’Eglise, Dieu dresse une table entre l’Eglise et ses ennemis les faux prophètes, les faux docteurs, les péchés et toutes les puissances des ténèbres. Les sept étoiles qui sont dans la main droite du Fils de l’Homme, qui sont sept Fils de l’homme, sont sept tables dressées entre nous et les portes du séjour des morts. Chacun de vous est une table dressée entre les péchés et lui-même. Celui qui se garde du péché, qui ne pratique pas le péché, et qui ne peut pas pécher, est une table dressée entre lui et le péché. Frères, tu es ta propre table. Ô  quel mystère ! Tu es une table que le Seigneur a dressée entre toi – même et ton adversaire le diable. Tu es une lettre de Christ, écrite par notre ministère, par le Saint – Esprit. En tant que lettre de Christ, Parole de Christ rendue manifeste, tu es une table.  Dans DEUTERONOME 9.9-10, Moïse dit qu’il est resté devant Dieu sur la montagne pendant quarante jours et quarante nuits sans manger de pain et sans boire de l’eau. Et Il lui a donné les deux tables de pierre écrites du doigt de Dieu,  contenant  toutes les Paroles qu’Il a prononcées. Ces deux tables de pierre étaient  des tables de l’alliance ou des tables de la loi. Ces deux tables de l’alliance contenant la Parole de Dieu, étaient  des Paroles de Dieu. Tout ce qui concerne la vie spirituelle, morale, sociale et communautaire du peuple d’Israël y était écrit du doigt de Dieu. Ces Paroles de  Dieu le différenciaient des autres peuples. Elles faisaient de lui un peuple à part, séparé de tous les autres. Elles le préservaient de tout mal, le protégeaient des ennemis. C’était son bouclier, sa forteresse, son refuge.



QU’EST – CE QUE LE DOIGT DE DIEU ?

Le doigt de Dieu, c’est l’Esprit de Dieu. C’est donc par Son Esprit que Yahvé – Dieu a écrit les tables de l’alliance pour conclure une alliance avec les enfants d’Israël, par Moïse qu’Il a fait Dieu. Remarquez que cette alliance a été conclue par l’intermédiaire d’un homme : Moïse. Sous la nouvelle alliance, ce n’est pas sous le Nom Rédempteur de Yahvé qu’Il a traité alliance avec nous, mais sous le Nom de Jésus – Christ. C’est pourquoi invoquer le Nom de l’Eternel ou de Yahvé aujourd’hui, alors que nous sommes sous la nouvelle alliance, est une grave aberration. Dieu s’est manifesté sous deux Noms d’alliance ou de rédemption, sous les deux alliances : L’Eternel sous la première alliance, et Jésus sous la seconde alliance. Sous la première alliance, Il a mis toute Sa puissance et toute Sa gloire dans le Nom de l’alliance, Yahvé ou l’Eternel. Et sous la seconde alliance, Il a mis Sa puissance et Sa gloire dans le Nom de Jésus. Frères, qu’il me soit permis de vous faire remarquer que Moïse a dû jeûner pendant quarante jours et quarante nuits, avant que Dieu ne lui révèle les Paroles de l’alliance, qu’Il a écrites de Son propre doigt. Son doigt, c’est le Saint – Esprit. Dans LUC 11.20, le Seigneur Jésus – Christ de  Nazareth dit qu’Il chassait les démons par le doigt de Dieu. Et dans  MATTHIEU 12.28, Il montre que c’est par l’Esprit de Dieu, qu’Il les chassait. Par conséquent le doigt de Dieu, c’est l’Esprit de Dieu. Et    l’Esprit de Dieu, c’est Dieu Lui – même. Vous voyez ! C’est Dieu        Lui-même qui a écrit les deux tables de l’alliance, qui étaient des tables dressées entre les enfants d’Israël et leurs adversaires. Le doigt de Dieu par lequel Il les a écrites, c’est aussi le prophète. Dans EXODE 34. 27-28, l’Ecriture dit que c’est Moïse qui a écrit les deux tables de l’alliance. Dans cette même Ecriture, il est écrit que c’est Dieu qui les a écrites. Vous voyez ! Dieu et Moïse étaient un. Moïse était donc le doigt de Dieu. Tout prophète de Dieu est le doigt de Dieu. C’est pourquoi moi aussi je suis le doigt de Dieu. Et j’écris la Parole du Seigneur, non sur des tables de pierre, mais sur des tables de chair. Je ne L’écris pas de ma propre volonté, mais par la volonté de celui qui m’a envoyé. Je L’écris par le doigt de Dieu. Je suis le doigt de Dieu pour ce temps. Et j’écris par le doigt de Dieu, qui est l’Esprit de Christ. Et l’Esprit de Christ, c’est Christ. C’est donc par Christ que j’écris la Parole du Seigneur sur des tables de chair. C’est par Lui que j’écris les lettres de Christ sur des tables de chair. C’est par un Christ que Christ écrit Sa propre Parole sur des tables de chair. Quand Dieu devient un simple homme, Il est Christ. Christ, c’est l’Onction devenue chair ou homme. Dieu manifesté en chair, c’est l’Onction manifestée en chair. L’Onction, c’est Dieu. Ainsi Moïse, qui a été fait Dieu par Dieu, était un Christ. Pas le Christ, mais un Christ. Il était un Messie. Pas le Messie, mais un Messie préparant le chemin de l’unique Messie qui devait venir dans le monde. Moïse a été fait Dieu, et moi, j’ai été fait Moïse. Ne suis – je pas aussi un Christ ? La Parole que je vous annonce est Christ. Frères, vous êtes par la seule volonté de Dieu, une lettre de Christ manifestée. Le doigt de Dieu, c’est la puissance de Dieu. C’est aussi la droite de Dieu. C’est un mystère.

Pendant que Dieu révélait Sa Parole à Son prophète, et qu’il concluait une alliance par lui avec les enfants d’Israël, ceux – ci concluaient une alliance diabolique avec le veau d’or, par Aaron le prophète que Dieu a donné à Moïse. Dieu savait qu’Aaron allait commettre un grave péché en fabriquant un veau d’or, mais Il l’avait quand même choisi pour être le prophète de Moïse. Il sait toutes choses, et Il fait toutes choses. Quand Moïse était descendu de la montagne avec les deux tables de l’alliance qui contenaient toutes les Paroles de Dieu pour leur temps, il vit l’abomination et le péché d’Israël. Il brisa ces deux tables dans la colère. Et il remonta vers Dieu sur la montagne où il resta encore pendant quarante jours et quarante nuits sans manger du pain et sans boire de l’eau. Cela fait en tout quatre vingt jours de jeûne sans manger sans boire. Pendant ces quarante jours et ces quarante nuits, il se tint à la brèche devant un Dieu en colère. Pensez – y ! C’était pour intercéder en faveur   d’Israël, qui avait péché, en adorant une image taillée, un veau d’or. En se jetant dans la brèche alors que Dieu était très courroucé, très en colère et très furieux, Moïse voulait empêcher celui – ci de faire du mal à Son peuple. Il s’était dressé entre un Dieu furieux et un peuple pécheur, avec tous les risques que cela pouvait comporter. Il était devenu une table dressée entre Dieu et Son peuple. Car ce jour – là, Dieu voulait se comporter en ennemi des enfants d’Israël pour les anéantir. Dieu les voyait en ennemis. Eux aussi voyaient Dieu en ennemi. Ils se regardaient donc en chiens de faïence. Et Moïse a pris le risque de se mettre entre eux, en intercesseur. Quand Dieu était pour nous un redoutable ennemi, et que nous étions aussi Ses ennemis, Jésus se mit entre nous pour nous protéger contre Sa colère. Il était la Table dressée entre Dieu notre ennemi et nous Ses ennemis. Et Il a pu, par Son sang, faire de Dieu notre Ami. Oui Monsieur. Dieu était notre ennemi. Nous étions aussi Ses ennemis. Mais maintenant nous sommes devenus des amis par Christ, qui nous a réconciliés avec Lui, par Sa croix. Moïse était déterminé à mourir, afin que le peuple soit sauvé de la colère de Dieu. C’est pourquoi il dit à Dieu : « Pardonne maintenant leur péché ! Sinon,  efface – moi de ton livre que tu as écrit. » Dieu lui dit : « C’est celui qui a péché contre moi, que j’effacerai de mon livre. »  Moïse n’a pas pu empêcher Dieu de frapper Israël le jour de Sa vengeance. Il a pu L’apaiser juste pour un temps. Mais Christ Lui, n’a pas seulement apaisé Dieu envers nous, mais Il a pu nous délivrer  complètement de Sa colère pour toujours, en mourant pour nous sur la croix.  Sa médiation est tellement parfaite que Dieu ne peut pas effacer nos noms du Livre de vie qu’Il a écrit, même si nous péchons contre Lui, par inadvertance. Je ne dis pas de pécher, mais je dis un mystère. Quiconque est né de Dieu ne peut pas pécher, dit l’Ecriture. Mais Elle dit aussi : Si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus – Christ le Juste. Nous ne devons pas pécher, mais s’il nous arrive de pécher, nous avons un avocat auprès de Dieu. Il intercède pour nous. Son sang parle pour nous. Il parle mieux que celui d’Abel. En intercédant pour nous, Christ fait office d’une table dressée entre la colère de Dieu et nous.  Avant de descendre de la montagne quand il a pris les deux tables de l’alliance, il a intercédé pour Israël. En intercédant pour les enfants d’Israël, Moïse faisait office de table dressée entre eux et Dieu, qui était en colère contre eux. Dans son intercession, il a dit à Dieu que s’Il détruisait Son peuple, les Egyptiens diraient que c’était pour les tuer qu’Il les a fait sortir du pays d’Egypte ;  il Lui  a  aussi dit de se souvenir d’Abraham, d’Isaac et d’Israël Ses serviteurs auxquels Il a fait des promesses. C’est alors que Dieu s’est repenti du mal qu’il voulait faire à Son peuple. Frères, Moïse a réussi à amener Dieu à se repentir du mal qu’Il voulait faire aux enfants d’Israël. Il voulait les consumer, vous voyez ! Mais il a pu L’amener à renoncer à cela. Momentanément. Mais leur péché n’a pas encore été pardonné. C’est pourquoi il est remonté sur la montagne pour intercéder encore, pendant quarante jours et quarante nuits sans manger sans boire. Il leur a pardonné leur péché, mais Il a promis de les frapper le jour de sa vengeance.

Dans EXODE 17.8-13, il y a eu guerre entre Israël et Amalek. Moïse, Aaron et Hur étaient montés sur la montagne. Josué conduisit le peuple au combat. Quand Moïse avait la main levée, Israël était le plus fort. Quand il la baissait, Amalek était le plus fort. Vous voyez ! Il était placé entre Israël et son ennemi Amalek. La victoire d’Israël sur Amalek  ou sa défaite, dépendait de l’action de Moïse. N’oubliez pas que c’était par lui que Dieu a sauvé Son peuple, et l’a gardé. Sur cette montagne pendant cette guerre, il devait protéger le peuple contre Amalek, et assurer sa victoire sur son ennemi. Il était là, en tant que table dressée entre Israël et Amalek. Derrière cette table se trouvait Israël. Et en face, se trouvait  Moïse le prophète – Dieu. Vous voyez ! Il servait de bouclier pour Israël. Il était aussi une protection. Pour pouvoir vaincre Israël, il fallait d’abord vaincre Moïse. Il était un rempart. Il était le berger du troupeau. En tant que tel, il avait la garde du troupeau. Il était la porte de la bergerie en ce temps – là. Il fallait forcément le vaincre, avant de pouvoir vaincre Israël. Quand sa main était levée, Israël était fort. Mais quand il baissait la main, Amalek était le plus fort. Pour qu’il ait la main toujours levée, Aaron et Hur  la soutenaient. Mais à un certain moment, ses deux mains étaient fatiguées. Et Aaron et Hur placèrent sous lui une pierre, et il s’assit dessus. Frères, Moïse était Dieu. Et il était fatigué. C’est ici le mystère de Dieu qui se fatigue. Et ce Moïse, qui était Dieu, s’était fait aider par deux hommes, qui n’étaient pas Dieu. Pensez – y ! Moïse avait fait preuve d’humilité. Ce qui nous manque, c’est l’humilité. Nous pensons  être plus forts spirituellement que les autres, plus spirituels que les autres, plus intelligents que les autres, plus beaux que les autres, plus oints que les autres. C’est un grand défaut que d’être orgueilleux. Frère Branham dit que Dieu est tellement grand qu’Il peut s’abaisser. L’une des qualités que Dieu appréciait beaucoup chez Son Fils, c’était Son humilité. Dans le jardin de Gethsémané, quelques temps avant Son arrestation, Jésus s’est confié à Ses disciples, en disant :  « Mon âme est triste jusqu’à la mort. Restez ici et veillez avec moi.» Lui qui était Dieu, qui a dit « sans moi, vous ne pouvez rien faire », a eu besoin de Ses disciples. Il s’est abaissé devant eux à l’heure de l’épreuve, et a reconnu leur importance et leur place dans Son ministère. Il était humble, très humble. Il était tellement humble qu’Il n’avait pas caché à Ses disciples qu’Il avait un problème, et qu’Il avait besoin de leur aide. C’est ici le mystère de Dieu se confiant aux hommes. J’entends les gens dire : «  Maudit soit quiconque se confie dans l’homme. » Ils ne comprennent ni les Ecritures ni la puissance de Dieu. Qu’ils sachent que le Seigneur Jésus – Christ de Nazareth s’est confié dans l’homme au travers de Ses disciples ! Qu’ont – ils à dire à ce sujet ? Vous voyez ! On peut se confier dans l’homme, dans l’homme spirituel, et non dans l’homme animal. Quand l’Ecriture dit de ne pas se confier dans l’homme, Elle parle de l’homme animal, de l’homme charnel. N’oubliez pas que Jésus – Christ de Nazareth était aussi un homme. Ceux qui s’étaient confiés en Lui étaient – ils maudits ? Bien sûr que non. Parce qu’Il était un homme spirituel : Il était le Fils unique de Dieu. Moïse qui était Dieu, a eu besoin de l’aide des hommes. Jésus – Christ, qui était la plénitude de la plénitude de Dieu, a aussi eu besoin de l’aide des hommes. C’est ici l’humilité,  qui ne met pas en avant ce qu’on est, mais ce que l’autre est.  C’était grâce à Aaron et Hur que les mains de Moïse étaient restées fermes durant tout le combat. Moïse qui était Dieu, avait besoin d’eux. Eux aussi avaient besoin de lui. C’est dans un tel esprit que j’ai toujours voulu travailler avec vous dans la maison de Dieu. C’est pourquoi je vous demande toujours de mettre à ma disposition et à la disposition de l’Eglise vos compétences, vos dons spirituels, vos dons ministériels, vos capacités, vos forces et vos talents. Car c’est ensemble que nous  édifierons l’Eglise, que nous remporterons les trophées à la gloire de Dieu le Père par Jésus – Christ le Fils. Je vous exhorte à toujours mieux faire ce que vous avez à faire. Soyez excellents, et recherchez toujours l’excellence dans tout ce que vous faites pour le Seigneur. Haïssez la médiocrité ! Recherchez l’excellence ! Il y a des frères qui voient en moi le diable, et qui voient en eux Dieu, parce que je dénonce les erreurs de frère  Branham. Je prie toujours pour eux, comme le Seigneur le veut. Beaucoup me calomnient. Je prie aussi pour eux, car ils ne savent pas ce qu’ils font. Au lieu d’unir nos maigres efforts pour servir la cause du Seigneur, nous voulons nous quereller. Parce que nous voulons savoir qui est plus spirituel que l’autre. Frères, unissons – nous pour la cause du Seigneur. La force d’une chaîne se mesure à son maillon le plus faible. Quand le plus faible parmi sera aussi fort que nous, alors nous serons véritablement une Eglise forte. Je prie que l’Eglise de Dieu soit une Eglise forte. Chacun de nous doit être puissant par la vertu du Saint – Esprit. Nous devons tous être remplis du Saint – Esprit et de Feu. Je ne veux pas d’hommes forts dans l’Eglise, mais une Eglise forte et puissante. Vous voyez frère Branham ? Il était un puissant homme, mais son assemblée n’était pas aussi puissante que lui. Tout était centré sur lui. A sa mort, tout s’est brusquement arrêté. Il n’y a plus de puissance au Branham Tabernacle. Moi, ce que je veux pour l’Eglise de Dieu, ce ne sont pas des hommes puissants seulement, mais que l’Eglise tout entière soit puissante. C’est l’Eglise qui doit être puissante par la vertu du Saint – Esprit, mais pas seulement le prophète. Il est certain que le prophète est un peu plus puissant que les autres, mais toute l’Eglise doit être puissante. Je ne veux pas d’hommes forts dans l’Eglise, mais une Eglise forte. J’ai toujours dit que je voulais un Conseil fort. Pas d’un homme fort, mais d’un Conseil fort. Si nous sommes tous puissants par la vertu du Saint – Esprit, si nous accomplissons tous les miracles promis pour notre temps, si nous avons tous des dons spirituels, des dons ministériels, nous serons plus efficaces, et le Nom du Seigneur sera glorifié au travers de nous. Mais si nous pensons que nous sommes les seuls en qui Christ est, nous ne ferons pas long feu. Regardez l’Eglise primitive : Il y avait un Pierre à qui les clés avaient été remises par le Seigneur Lui – même. Mais il y avait aussi un Philippe, qui n’avait pas ces clés – là. Mais les deux ont œuvré pour le Nom du Seigneur dans un esprit d’unité et d’humilité. Pierre à cause de sa position dans l’Eglise, était plus oint que les autres, mais il n’avait jamais fait de cela un prétexte pour écraser les autres. D’ailleurs il n’était pas le seul qui faisait les miracles. Quand il a été fait prisonnier, il avait les clés du Royaume des cieux avec lui. Mais c’étaient ceux qui n’avaient aucune de ces clés qui avaient prié pour sa délivrance. Vous voyez ! L’Eglise était puissante. Si l’apôtre  Pierre était le seul homme puissant dans l’Eglise, Hérode l’aurait tué. Il n’y avait pas d’hommes forts, mais une Eglise forte. Une Eglise forte est entièrement fondée et consacrée à la Parole du Seigneur. Elle est remplie du Saint – Esprit et de Feu. Elle est conduite par le Saint – Esprit. Elle est sainte, glorieuse et irrépréhensible. Elle a confiance en Jésus – Christ, et Jésus – Christ a confiance en elle. Vous voyez ! La confiance est réciproque. Dans le jardin de Gethsémané, le Seigneur a eu confiance en Ses disciples, c’est pourquoi Il leur a dit ce qu’Il ressentait. Il leur a dit de veiller avec Lui. Lui qui priait habituellement seul, avait besoin de la compagnie de Ses disciples. Vous ne pouvez pas comprendre ce qu’Il  a ressenti comme angoisse en ce moment – là, si vous n’êtes pas passés par là. C’était le début de Son agonie. Beaucoup pensent que la vie chrétienne est une vie toujours en rose, une vie sans aucune difficulté. Moi je pense que c’est la vie la plus dure. C’est un chemin parsemé d’embûches. Aussi longtemps que nous serons dans ce corps mortel, nous souffrirons de toutes sortes de maux. Pas parce que nous avons péché, mais parce que c’est la volonté de Dieu. Nous cesserons de souffrir quand notre corps aura sa rédemption. Il aura sa rédemption le jour de la résurrection, quand il sera transformé en un corps immortel et incorruptible. Souffrir pour le bien que nous faisons pour le Nom du    Seigneur, est une excellente chose. Cela montre que l’Esprit de gloire est sur nous. Jésus que nous suivons a souffert. Nous aussi nous allons souffrir. N’écoutez pas ceux qui disent : Si vous venez à Jésus, vous n’aurez plus de problème, vos affaires prospéreront, etc. Ce sont des brigands et des menteurs. Ceux – là même qui enseignent ces choses, ont plus de problèmes que les autres. Le Seigneur Jésus – Christ de Nazareth a souffert dans Son corps de chair. C’est la preuve même que ce corps était un corps imparfait, mais formé dans la sainteté, sans péché. Oui Monsieur. Son corps de chair était un corps mortel et faible, donc imparfait. Christ, dans ce corps, était imparfait. Je ne dis pas qu’il a connu le péché, mais qu’Il était imparfait quand Il était  dans Son corps physique. Ce Corps physique était un corps mortel comme le nôtre. Souvenez – vous qu’Il est devenu péché pour nous. Et le péché, c’est quelque chose d’imparfait. En tant que péché, Christ était imparfait. Il n’a pas connu le péché, mais Dieu L’a fait devenir péché pour nous. Quand Il a été formé dans le sein de la vierge Marie, sans péché, Il était imparfait. A cause de Sa chair, qui était une chair semblable à celle du péché. Dans ROMAINS 8.3, l’Ecriture dit que Dieu a envoyé Son Fils dans une chair semblable à celle du péché. Cela veut dire que Jésus avait une chair du péché ou un corps du péché. Cette chair du péché était destinée  à devenir péché.  Et elle est devenue péché. Vous voyez ! Ce ne peut être qu’un corps imparfait. Le premier Adam aussi a été créé dans un corps du péché. Quand l’Ecriture dit que Christ est venu dans une chair semblable à celle du péché, Elle fait une comparaison. Elle compare la chair du péché de Christ à la chair du péché de quelqu’un d’autre. Je crois que c’est par rapport à la chair du péché du premier Adam. Le premier Adam a été créé sans péché, dans une chair du péché. Il a d’abord été créé à l’image de Dieu, à Sa ressemblance. Et Dieu est esprit. Il a donc été créé esprit, dans un corps spirituel. C’était un corps spirituel du péché. Puis, il a été formé de la poussière de la terre,   c’est – à – dire dans un corps de chair, dans un corps physique. C’était un corps physique du péché. Christ, qui est venu dans un corps semblable au corps du péché, avait ces deux corps – là aussi : Un corps spirituel du péché et un corps physique du péché.  Ces deux sortes de corps sont imparfaits. Il avait un corps imparfait, mais Il n’a point connu le péché. Il mangeait, se fatiguait, dormait, pleurait, à cause de l’imperfection de Son corps. Dans ce corps imparfait et faible, a habité la plénitude de la Divinité. Dans ce corps imparfait, faible et mortel, Il a accompli des prodiges et des miracles extraordinaires. Dieu a mis Sa grande puissance dans un vase de terre. Il ne pouvait pas être partout à la fois. Il n’était donc pas omniprésent, à cause de l’imperfection et de la faiblesse de Sa chair du péché. Il ne savait pas toutes choses. Tenez ! Il dit qu’il ne savait ni le jour ni l’heure de Sa seconde venue. Parce qu’Il était dans un corps imparfait. Jésus – Christ de Nazareth était imparfait non pas à cause d’un quelconque péché qu’Il aurait commis, mais à cause de Sa chair du péché. Je sais que l’homme animal ne peut pas comprendre ce mystère, mais ce n’est pas à lui que je parle. C’est à vous les aigles que je parle de la part du Seigneur. Comprenez les Ecritures. Jésus – Christ de Nazareth n’était pas parfait, à cause de Sa chair du péché. Seul Jésus – Christ le Dieu Tout – puissant est parfait. Celui – là n’a jamais mis les pieds sur terre. Il était au ciel quand Jésus-Christ de Nazareth était sur terre. Ô, mystère des mystères. Nous parlons du mystère de la table que Dieu a dressée entre nous et nos adversaires. Examinons JEAN 3.13 : « Personne n’est monté au ciel, si ce n’est celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme qui est dans le ciel. » Pendant que le Fils de l’Homme était devant Nicodème dans un corps terrestre, Il était en même temps au ciel, dans un corps céleste. Le  Fils de l’Homme qui était dans un corps terrestre, c’était Jésus – Christ de Nazareth. Le Fils de l’Homme qui était au ciel, c’était Jésus – Christ le Dieu Tout puissant. Le premier était imparfait, tandis que le deuxième était parfait. Et les deux sont un. C’est ici la Manne Fraîche.  Les deux sont le mystère de la table.  En HEBREUX 2.10, l’Ecriture dit que « Celui par qui  et pour qui sont toutes choses, et qui voulait conduire à la gloire beaucoup de fils, élevât à la perfection par les souffrances le prince de leur salut.» Le Prince de notre salut, c’est Christ. Christ a donc été élevé à la perfection par les souffrances qu’Il a endurées pour nous. Cela veut dire qu’avant ces souffrances, Il n’a pas été élevé à la perfection. Cela veut dire encore qu’Il était imparfait avant les souffrances. Mais après les souffrances, Il a été rendu parfait. C’est juste. Après les souffrances, qu’Il a endurées dans Son corps terrestre, qui était imparfait,  Il s’est assis dans les lieux très élevés dans un corps céleste qui est parfait. Dans ce Corps céleste parfait, Il est devenu omniprésent, omniscient et omnipotent. Ce Corps céleste est un corps immortel, éternel, glorieux, puissant et incorruptible. Dans son corps du péché, qui était un corps imparfait, Christ a été abaissé pour peu de temps au – dessous des anges. Mais à cause de la mort qu’Il a soufferte à cause de nos péchés, Il est couronné de gloire et d’honneur. Quand Il est devenu péché, Son corps du péché a été corrompu. Devenu péché, Il était le mystère de la table dressée entre la colère de Dieu et nous. Frères, Il a été élevé à la perfection après Sa mort et Sa résurrection. Pas avant. Pensez – y ! Son corps  était imparfait, parce que c’était un corps de chair et de sang. A la résurrection, et à Sa montée au ciel, ce corps imparfait a été changé en corps parfait. Nous avons aussi un corps imparfait, faible et immortel dans lequel nous soupirons tous les jours. Mais à la résurrection des morts, il sera changé, à la dernière trompette, en un corps parfait, fort, incorruptible et glorieux. Il aura soit, l’éclat du soleil, soit l’éclat des étoiles, soit l’éclat de la lune. C’est le  jour de la rédemption que notre corps sera adopté. Que Dieu nous aide à comprendre Sa Parole !

Avant la chute d’Adam, nous étions en lui, dans notre corps du péché, saints et irrépréhensibles. Ainsi,  quand il pécha, nous péchâmes aussi.  Nous péchâmes avec lui. Ainsi notre corps du péché, qui a été créé pur, est devenu impur, comme celui d’Adam. C’est pourquoi nous avons été conçus dans le péché, et que nous sommes nés dans l’iniquité. Quand Jésus est devenu péché, Dieu nous a transférés  en Lui,  dans Son corps du péché, afin de mourir avec Lui. Nous étions dans notre corps du péché au moment de ce transfert. Ainsi, nous avons été crucifiés avec Christ. Au moment de ce mystérieux transfert, nos épouses et nos enfants étaient en nous, dans leur corps du péché. C’est ici la Manne Fraîche.  Et nous avons tous été crucifiés  avec le Crucifié, afin que notre corps du péché soit détruit.  Jésus est devenu péché dans le jardin de Gethsémané quand il a pris la coupe et l’a bue. Je crois que cette coupe était la coupe du péché, et de la mort. Après l’avoir bue, Il est aussi devenu le mystère de la table que Dieu a dressée entre nous et notre adversaire le diable. Quand Il est devenu péché, le Père L’a quitté. Ainsi les hommes pécheurs ont pu L’arrêter. Les gens se demandent si Dieu peut abandonner Ses enfants. Bien sûr qu’Il peut les abandonner. Jésus Son Fils unique, n’a-t-Il pas dit : «  Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi  m’as- tu abandonné ? » Si Dieu a abandonné Son propre Fils, Son Fils unique, ce ne sont pas nous Ses enfants d’adoption qu’Il ne peut pas abandonner. Maintenant, sachez que cet abandon n’est pas éternel ; il est momentané, c’est pour un temps. Après cela, Dieu permet que nous soyons réconciliés avec Lui. Après le péché adamique,  Il a chassé l’homme du jardin d’Eden. Il y a eu séparation entre Lui et Adam. Mais c’était pour un temps bien déterminé, puisque par le précieux Sang de Christ, il a été réconcilié avec Dieu. Dans le jardin d’Eden, il y avait trois arbres particuliers. Jusqu’au jour d’aujourd’hui, on ne parle que deux arbres particuliers : L’arbre de vie et l’arbre de la connaissance du bien et du mal. J’ai appris que c’est Moïse qui a écrit le livre de Genèse, mais il n’a pas parlé du troisième arbre particulier. Frères, il y avait  un troisième arbre particulier dans le jardin d’Eden. Moïse, qui était Dieu, ne l’a pas vu, et n’en a pas parlé. Frère Branham n’a parlé que de l’arbre de vie et de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, parce qu’il n’a pas vu non plus le troisième arbre spécial. Il y avait  un troisième arbre spécial dans le jardin    d’Eden. Je l’ai vu, par la grâce de Dieu. C’est pourquoi j’en parle. Ce troisième arbre spécial, c’est l’arbre de la mort, qui était aussi dans le jardin d’Eden.  Il y avait donc : L’arbre de vie, l’arbre de la connaissance du bien et du mal et l’arbre de la mort. C’est ici la Manne  Fraîche. L’arbre de vie était le mystère de la table dressée par Dieu entre Adam et la mort son ennemie. Mais il n’a pas pu manger cet arbre de vie. Il a plutôt mangé de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Et il est mort. Il est séparé de Dieu. Après cette séparation, Dieu Lui – même a pourvu au plan de la rédemption qui est le plan de la réconciliation. Il a ainsi, pour la première fois exercé le ministère de la réconciliation, étant dans Son corps angélique. Ce plan de la rédemption était une table dressée entre Adam et son adversaire le diable. Vous voyez ! Nous parlons du mystère de la table dressée entre nos ennemis et nous. Ce n’est pas un meuble avec quatre pieds, c’est un mystère pluridimensionnel.

De même que le corps du premier Adam était un corps imparfait créé dans la sainteté, de même le Corps du dernier Adam était un corps imparfait formé dans la sainteté. Le premier Adam n’était pas une table. C’est le dernier Adam qui est le mystère de la table dans sa plénitude. Il est notre Pâque, notre Agneau immolé. Avant l’exode des enfants d’Israël du pays d’Egypte, Dieu a ordonné une Pâque. A cette occasion, des animaux ont été immolés. Et leur sang a servi de signe de protection contre la mort. De même Christ notre Pâque, a été immolé avant que nous ne soyons délivrés de l’esclavage du péché. Et Son Sang nous sert de signe Divin pour la protection. Son Sang est le Sang de Dieu quand Celui – ci est devenu un homme. C’est par ce Sang que nous sommes réconciliés avec Dieu pour toujours. Et rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus – Christ notre Sauveur. Le diable lui – même ne le pourra pas, encore moins le péché et nos faiblesses. Christ est mort, bien plus Il est ressuscité d’entre les morts : Qui peut donc nous séparer de l’amour de Dieu ? Qui peut nous empêcher de monter au ciel pour y vivre pour l’éternité aux côtés du Roi des rois et du Seigneur des seigneurs ? Nous serons avec Lui dans l’éternité et pour l’éternité. A la dernière trompette de Dieu, qui n’est pas le Message de frère Branham, les morts en Christ ressusciteront premièrement. Et les vivants qui seront restés seront changés en un clin d’œil. Tous ensemble, ils iront à la rencontre du Seigneur sur les nuées dans les airs. Ô quel beau jour ce sera ! C’est ce jour – là que notre corps physique dans lequel nous soupirons, aura sa rédemption. Quand notre corps aura été changé par la puissance du Seigneur, nous serons enlevés à la rencontre de notre Dieu et Christ. Après l’enlèvement, le monde passera par la grande tribulation, ainsi que les vierges folles, qui n’ont pas pris d’huile en réserve. Les douleurs de l’enfantement qu’éprouve actuellement la création vont être multipliées. Le sixième sceau sera ouvert, et les fléaux frapperont la terre. Ce sera un jour terrible et redoutable. Quand l’Eglise  des nations aura été enlevée, je parle de l’Eglise de Dieu qui est dans les nations,  le  Seigneur se révélera aux Israélites à travers le ministère prophétique de deux oliviers d’APOCALYPSE 11.3. Ces deux oliviers viendront avec l’Esprit de  Moïse et l’Esprit d’Elie. Ces deux oliviers oints de la puissance d’En – Haut prophétiseront pendant trois et demi en Israël, et manifesteront la gloire du Seigneur Jésus – Christ. C’est par leur ministère que les 144 000 israélites seront appelés et préparés pour la vie éternelle. Ils seront tués par la bête, mais ils ressusciteront après trois jours, et seront enlevés au ciel sur les nuées. Remarquez que l’enlèvement se fait sur la nuée. Que chacun de nous soit toujours remplis du Saint – Esprit, car le jour de notre délivrance approche à grands pas. Dans peu de temps, nous serons enlevés quand le Seigneur viendra. Tenons – nous prêts ! Il viendra au moment opportun, selon le mystérieux calendrier de Dieu. Personne ne connaît ni l’heure ni le jour de Sa seconde venue pour l’enlèvement. Mais nous comprenons les signes du temps de la fin : Les famines, les inondations, les tremblements de terre, les guerres, qui font des milliers et des milliers de victimes à travers le monde. Aucun pays n’est épargné. Même la grande Amérique traverse des moments difficiles à cause des calamités naturelles, et d’autres fléaux. Même notre pays est en guerre depuis 2002. La pauvreté galopante de beaucoup de pays à travers le monde est aussi un signe précurseur de la seconde venue de Christ. Cette venue ne doit pas être spiritualisée à outrance, car Il viendra dans un corps réel et visible, dans une théophanie. Il n’est pas encore là, mais Il viendra certainement, selon le bon plaisir de Sa volonté.  Quand Il viendra ce jour – là, Il ne sera ni Américain, ni Ivoirien, ni Allemand, ni Africain, Il sera Dieu. Il ne viendra ni pour les catholiques, ni pour les protestants, ni pour les branhamistes, ni pour les mormons, ni pour les adventistes, ni pour les harristes, mais pour tous ceux dont le nom est écrit dans le Livre de vie de l’Agneau dès la fondation du monde. Il viendra pour ceux qui ont fait la volonté du Père. Et la volonté du Père, selon JEAN 6.40, « c’est que quiconque voit le Fils et croit en lui, ait la vie éternelle… » Ce ne sont pas tous ceux qui disent Seigneur, Seigneur, qui entreront dans le Royaume des cieux, mais celui – là seul qui fait la volonté du Père. Beaucoup pensent que la volonté du Père qui ouvre la Porte du ciel, c’est ne pas boire, ni commettre la fornication etc. C’est bien de ne pas faire ce genre de choses, mais sachez qu’il y a des mahométans, des bouddhistes, des féticheurs, qui ne boivent pas, qui ne commettent pas l’adultère. Iront – ils au ciel ? Bien sûr que non. Quelle est donc la volonté du Père qui nous ouvre la Porte du ciel ? Cette volonté du Père, c’est de voir le Fils de l’Homme et de croire en Lui. Cette volonté du Père peut donc se résumer en deux choses essentielles : La vue et la foi. Voir et croire. Voir qui ? Le Fils de l’Homme. Croire en qui ? Au Fils de l’Homme. Celui qui voit le Fils de l’Homme et croit en Lui, fait mieux la volonté du Père, que celui qui ne boit pas et qui ne fume pas, qui ne commet pas la fornication. Voir et croire : Le chemin du ciel. Jacob, après avoir combattu avec Dieu dit : « J’ai vu Dieu face à face, et mon âme a été sauvée. » Si vous ne voyez pas Dieu face à face, comment pourriez – vous être sauvé ? Si vous ne voyez pas le Fils de l’Homme, comment pourriez – vous être sauvés ? Voir le Fils et croire en Lui, c’est le chemin du ciel. Il est le Chemin, la Vérité et la Vie. Et nul ne vient au Père que par Lui. Comment peut – on voir le Fils de l’Homme aujourd’hui, puisque Jésus – Christ de Nazareth l’unique Fils de l’Homme n’est plus là physiquement ? Vous pouvez Le voir, si Dieu vous ouvre les yeux. L’unique Fils de l’Homme n’est plus là physiquement aujourd’hui. Pour qu’on puisse encore Le voir et croire en Lui, Il envoie d’autres Fils de l’homme sur la terre, avec Son Esprit et Sa Parole. Ces Fils de l’homme parlent en Son Nom. Si vous les voyez et croyez  en ce qu’ils disent en Son Nom, c’est en Lui – même que vous croyez. C’est ici la Manne Fraîche. Le Fils de l’Homme m’a appelé du nom de Fils de l’homme. Il m’a donc fait Fils de l’homme, mais je ne suis pas Jésus – Christ le Fils de l’Homme par essence et par excellence. L’unique Fils de l’Homme, Christ, étant en moi, en ma qualité de Fils de l’homme, si vous me voyez et croyez en moi,  c’est Lui que vous voyez et c’est en Lui que vous croyez. Vous avez alors la vie éternelle, et Il vous ressuscitera au dernier jour pour la gloire. Je ne suis pas le Fils de l’Homme, mais simplement un Fils de l’homme. J’ai seulement part au ministère prophétique du Fils de l’homme d’APOCALYPSE 14.14-16. Dans JEAN 17.20, le Fils de l’Homme Jésus – Christ dit qu’Il a prié pour ceux qui croiraient en Lui, non pas par Sa Parole, mais par la parole de Ses envoyés. Vous voyez ! Vous ne pouvez donc pas prétendre avoir le salut en lisant ce que Jésus dit dans la Bible. Car Il dit que désormais les gens croiront en Lui par la Parole qui sera prêchée par Ses envoyés. En ce qui me concerne, Il m’a fait Fils de l’homme, afin que par ma parole, vous croyez en Lui. Voilà pourquoi vous devez me voir et croire en moi. Les gens ont des problèmes quand je dis de croire aussi en moi, car pour eux, on ne doit pas croire en un homme. Ces gens – là n’ont pas la véritable révélation, et ils sont enseignés par des faux docteurs. Dans ACTES 8.12, l’Ecriture dit que les Samaritains ont cru en Philippe. Et Philippe était un homme, comme moi. On peut donc croire en un homme, un homme que le Seigneur a envoyé. Et Il m’a envoyé vers vous avec une Manne      Fraîche, qui est une folie pour ceux qui se perdent, mais pour nous, c’est la puissance de Dieu. En tant que Fils de l’homme, je suis le mystère de la table en ce temps de l’aube. A chaque âge, le Fils de l’Homme envoie des Fils de l’homme, avec Sa Parole. C’est toujours la même Parole, mais Elle se révèle au fil des âges. Au point que ce qui est révélé hier n’est pas ce qui est révélé aujourd’hui. Le Seigneur révèle une portion de Sa Parole aujourd’hui, demain, Il en révèle une autre portion. Mais c’est toujours la même Parole. Sous l’ancienne alliance, Il a révélé Sa Parole à Moïse. Sous la nouvelle alliance, Il L’a révélée à Son Fils. C’est toujours la  même Parole de Dieu. Mais ce qu’il faut savoir, c’est qu’il y  a  une progression dans la révélation prophétique de cette même  Parole de Dieu. Aujourd’hui beaucoup de personnes s’accrochent à la loi de Moïse, arguant que c’est la Parole de Dieu. C’est effectivement la Parole de Dieu, mais Elle a été révélée à un moment bien précis,  selon les besoins du temps dans lequel Elle a été révélée. Après cela, est venu l’Evangile de Christ, à un autre moment  bien précis, selon les besoins de ce moment. Mais c’est toujours la même Parole de Dieu. Jésus n’a pas répété mot à mot ce que Moïse a dit, mais les deux ont proclamé la Parole de Dieu. Les deux étaient le mystère de la table, mais à des moments différents. Avant de monter vers Son père, le Seigneur a ordonné de baptiser au nom du Père, du Fils et du Saint – Esprit. C’était la Parole de Dieu qu’Il a proclamée. Mais le jour de la Pentecôte, l’apôtre Pierre, lui, dit de se faire baptiser au Nom de Jésus-Christ. Ce qu’il a dit, c’est aussi la Parole de Dieu. Le Maître et le disciple ont dit la Parole de Dieu. Mais, dans toute la Bible c’est la formule prescrite par le disciple qui a été pratiquée : Le baptême au Nom de  Jésus – Christ. Quand le Seigneur prescrivait le baptême au nom du Père, du Fils et du Saint – Esprit, Il était déjà ressuscité. Mais Il n’avait pas la révélation que le baptême devait se faire dans Son Nom. C’est ce que je crois. Autre chose : Si le baptême devait se faire devant Lui, avant l’effusion du Saint – Esprit, il aurait été fait selon la Parole qu’Il a dite. Parce que c’était la Parole de l’heure, la révélation de l’heure. Mais quand le Saint – Esprit a été répandu sur les disciples qui étaient dans la chambre haute, l’apôtre Pierre, qui était entre – temps devenu un maître, dit : «  Que chacun de vous soit baptisé au Nom de Jésus – Christ. » Ce qu’il a dit, a apporté plus de lumière sur ce que Jésus avait dit. Ceux qui s’accrochent au baptême au nom du Père, du Fils et du Saint – Esprit, arguant que c’est Jésus Lui – même qui l’a dit, ne marchent pas selon le mouvement de l’Esprit. Jésus de Nazareth ne savait pas que le baptême devrait être fait en Son Nom, parce qu’Il était un corps imparfait. Il était ressuscité, mais Son corps était encore imparfait. C’est même dans ce corps imparfait, avec les marques des clous qu’il est monté au ciel pour faire l’aspersion de Son sang, afin d’obtenir pour une rédemption éternelle. C’est ici la Manne Fraîche. Si vous n’êtes pas d’accord avec moi, c’est votre droit le plus absolu. De toutes les façons, je ne suis pas infaillible. C’est le Père seul qui savait que le baptême devait se faire dans le Nom du Seigneur Jésus – Christ. Mais Il a caché le mystère de ce Nom au Fils, en Lui révélant que le baptême serait fait au nom du Père, du Fils et du   Saint – Esprit. Le Père n’a pas menti au Fils, car Il ne peut ni mentir, ni se tromper. Il Lui a tout simplement caché le mystère. Ce qu’Il a caché à Son Fils unique, Il l’a révélé à un simple enfant d’adoption. Frères, nous prêchons en ce temps de l’aube, la même Parole de Dieu, mais avec des révélations un peu plus pointues que celles que vous avez déjà reçues. Il y a aujourd’hui des mystères qui sont révélés, qui ne l’ont jamais été. Quand je vous parle du mystère de la table dressée, je n’invente rien. Il se trouve dans la Parole de Dieu depuis toujours, mais personne ne l’a compris. Dieu a caché ce mystère – là durant les âges passés, pour le révéler seulement aujourd’hui, à un moment bien précis et selon les besoins spirituels de ce moment. Quand je vous parle du mystère du cadavre de   MATTHIEU 24.28, je n’invente rien. Quand je vous parle du mystère de l’arbre de mort, du livre de mort, je n’invente rien. Comme personne n’en a parlé auparavant, cela vous semble bizarre, sinon je n’invente rien. Ce qui n’a pas été révélé au temps de Moïse, l’a été au temps de Jésus de  Nazareth ; ce qui n’a pas été révélé au temps de Jésus de Nazareth a été révélé au temps de Pierre ; ce qui n’a pas été révélé au temps de Pierre, de Paul, est révélé aujourd’hui au travers de la Manne Fraîche, par le Saint – Esprit. Ce qui n’a pas été révélé au temps du soir, est révélé au temps de minuit ; ce qui n’a pas été révélé au temps de minuit, est révélé au temps de l’aube. Et ce qui ne sera pas révélé au temps de l’aube, le sera au temps du matin. Mais c’est toujours la même Parole de Dieu. Frères, suivez la Parole révélée de votre temps. Suivez le mouvement de l’Esprit. Chaque Parole prophétique révélée est une table dressée par Dieu. Ne retournez pas à une ancienne table ! Ne vivez pas dans le reflet d’une lumière passée. La lumière du soir est passée. Maintenant, c’est l’heure de la lumière de l’aube qui conduit à la lumière du jour. La Lumière est une table entre nous et les ténèbres. J’espère que vous comprenez le mystère de la table que Dieu dresse entre nous et nos adversaires. C’était un mystère pour nous tous, mais il est maintenant dévoilé. Même étant dévoilé, il demeure toujours un mystère total pour les incrédules. La vie est dans la table de l’heure, et la vie est la lumière du monde. Jésus dit : Je suis la Lumière du monde. Mais, Il dit encore dans MATTHIEU 5.14, à Ses disciples : « Vous êtes la lumière du monde. » Vous voyez ! Il n’est donc pas la seule lumière du monde. Il est l’unique Lumière du monde, mais pas la seule lumière du monde, puisque nous aussi nous sommes la lumière du monde. Dans JEAN  9.5, Il dit : « Pendant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde. » Pendant qu’Il était physiquement dans le monde, Il était la Lumière du monde. Et maintenant qu’Il n’est plus là physiquement, qui est la lumière du monde ? C’est nous. C’est l’Ecriture. C’est juste. Pendant qu’Il était physiquement dans le monde, Il était le Fils de l’Homme. Mais aujourd’hui, qui est le Fils de l’homme ? C’est nous qu’Il a envoyés avec le ministère du Fils de l’homme.  N’étant plus là physiquement, Il demeure toujours la Lumière du monde, puisqu’Il vit à jamais. Il était le mystère de la table en Israël, manifesté en chair, et Il est encore le mystère de la table sous forme spirituelle.  Je suis aussi la lumière du monde. C’est l’Ecriture qui le dit. En tant que tel, ma mission, c’est de vous éclairer, par le Saint – Esprit. C’est une mission Divine que le Seigneur m’a confiée. Quand cette lumière est venue vers les siens, ils ne l’ont pas reçue, mais ceux qui l’ont reçue sont éclairés et délivrés des ténèbres, des ruses du diable et de la tromperie des hommes.  Ceux qui l’ont rejetée, sont restés dans les élucubrations branhamistes, croyant que frère Branham est né hors du péché, qu’il est infaillible, qu’il est le      Seigneur Jésus – Christ, qu’il est le dernier prophète – messager. S’il est vraiment le dernier prophète – messager, pourquoi a – t- il prédit la venue d’un nouveau Message ? Et pourquoi dit – il de brûler le sien avant le lever du jour ? Frères, recevez  la Lumière en vous – mêmes par la lumière de l’aube ! William Branham n’est pas né hors du péché ; il n’est pas infaillible ; il n’est pas le Christ ; il n’est pas le dernier prophète – messager. Sachez qu’il a terminé son ministère au temps de minuit. Or, il reste encore deux autres temps à accomplir : Le temps de l’aube et le temps du matin. Nous ne sommes plus au temps du soir, ni au temps de minuit. Nous sommes au temps de l’aube. Si vous ne croyez pas, c’est votre droit le plus absolu. Si vous croyez que William Branham et la vierge Marie sont nés sans péché, c’est entre Dieu et vous. Pour ma part, je sais que seul Jésus – Christ de Nazareth est né sans péché. Il a été entièrement conçu sans péché, et Il est né sans péché, et Il n’a point connu le péché. Amen ! Il n’a jamais tété non plus. Oui Monsieur : Jésus n’a jamais tété. Il n’a jamais été nourri au lait maternel de la vierge Marie, sa mère adoptive. C’est l’Ecriture qui le dit dans ESAIE 7.14-15. Jésus, le Fils unique de Dieu, n’a jamais tété. C’est ici la Manne Fraîche. Il a été seulement nourri avec du miel et du caillé.

Cette Parole n’a jamais été enseignée dans les Eglises, parce que le mystère était caché. Les apôtres ne l’ont pas enseignée, parce que Dieu leur a caché ce mystère. Esaïe le prophète l’a enseigné, l’a révélé en son temps. Puis Dieu l’a encore caché durant les âges, afin de le dévoiler encore aujourd’hui. Quand je parle de ces choses, on pense que je délire, mais c’est la Vérité de Dieu : Jésus n’a jamais été allaité. Il n’a jamais tété. Les branhamistes ne me croient pas, parce que leur prophète n’a pas dit de telles choses. Ce n’est pas étonnant. Les Juifs ne croyaient pas en Jésus, parce qu’Il ne disait pas exactement ce que Moïse leur a dit. Je ne suis pas du tout étonné. Ils étaient assis dans la chaire de Moïse, comme ils sont assis dans la chaire de Branham. Au temps des Juifs se réclamant de Moïse, le prophète à la colonne de feu, est a paru un homme, avec l’Esprit d’Elie : Jean – Baptiste. Il a prêché au milieu de nombreuses dénominations religieuses, comme aujourd’hui. Il y avait les Pharisiens, les sadducéens, etc. Tous se réclamaient de Moïse, mais ne croyaient pas de la même manière. C’est pareil aujourd’hui. L’Esprit d’Elie est en moi. Et je parle au milieu de plusieurs dénominations branhamistes notamment. Il y a les branhamistes purs et durs, il y a les tonnerristes,  les colemanistes et les franckistes. Tous se réclament de William Branham, mais ne croient pas de la même manière. C’est au milieu de ce bric – à – brac religieux que je crie, par l’Esprit d’Elie, essayant de ramener les gens à Christ notre Sauveur. C’est au milieu de ce désordre que je crie contre le péché, les fausses révélations, les faux christs, et les faux prophètes. Déjà la cognée est mise à la racine des arbres, dit l’Ecriture. Et tout arbre qui ne produit pas de fruit est coupé et jeté dehors. Les impudiques, les idolâtres, les adultères, les menteurs, les meurtriers, les voleurs, les querelleurs, les gourmands, n’ont aucune part avec le Royaume de Dieu et de Christ.  Beaucoup de mystères cachés durant les âges passés sont aujourd’hui dévoilés. C’est l’œuvre du Seigneur. Béni soit celui qui vient au Nom du Seigneur, dit l’Ecriture. Béni soit celui par qui la Manne Fraîche est révélée en ce temps de l’aube, car il est venu au Nom du Seigneur. Ô ! Qu’ils sont beaux les pieds de ceux qui annoncent la Bonne Nouvelle. La Bonne Nouvelle que nous annonçons, c’est la Personne de Jésus – Christ notre Rédempteur. Il est  l’Alpha et l’Oméga, le Seigneur Dieu Tout puissant, Celui qui était, qui est, et qui vient. La Bonne Nouvelle, c’est Jésus – Christ. C’est une personne : C’est la personne de Christ. C’est Dieu manifesté en chair. Ainsi Moïse était la Bonne Nouvelle en son temps. Il était une Bonne Nouvelle pour les enfants d’Israël. Parce qu’il a été fait Dieu par Dieu Lui – même. La Bonne Nouvelle est une personne. C’est Christ. Et Moïse était Christ pour son âge. Pas le Christ Jésus, mais un Christ. Dieu est la Bonne Nouvelle. Or Moïse était Dieu. Il était donc la Bonne Nouvelle. Mais Jésus – Christ le Seigneur est la plénitude de la plénitude de la Bonne Nouvelle. Chaque fils de l’homme qui vient au Nom du Fils de l’Homme est une Bonne Nouvelle.  Mais la plénitude de la plénitude de la Bonne Nouvelle, c’est le Seigneur Lui – même. Si nous ne sommes pas une Bonne Nouvelle, pourquoi a – t- Il prié pour qu’on croie en Lui par notre parole ? Frères, c’est peut – être trop dur pour certains, mais je le répète : La Bonne Nouvelle, c’est Dieu Lui – même. Et Moïse était Dieu. Il était donc une Bonne Nouvelle. Paul aussi était une Bonne Nouvelle, Jésus – Christ Lui – même étant la plénitude de la plénitude de la Bonne Nouvelle. Il a parlé dans ROMAINS 2.16 de son Evangile. Or son    Evangile et lui, sont un. Il était donc un Evangile, mais pas l’Evangile. Il était une Bonne Nouvelle. Je crois qu’il a aussi été fait Dieu par Dieu. En lui a habité corporellement la plénitude de la Divinité. Dans EPHESIENS 3.19, il dit de connaître l’amour de Christ qui surpasse toute connaissance, en sorte que nous soyons remplis jusqu’à toute la plénitude de la Divinité. S’il nous dit cela, c’est qu’il a lui – même expérimenté cette plénitude de la Divinité. C’est pourquoi je dis qu’il a été fait Dieu, et qu’en lui, a habité la plénitude de la Divinité. Dans COLOSSIENS 2.9, il dit qu’en Jésus – Christ de Nazareth, a habité corporellement  toute la plénitude de la Divinité. Mais ce qu’il dit en EPHESIENS 3.19, montre qu’en lui aussi a habité toute la plénitude de la Divinité. Et la Divinité  et la Divinité faite chair sont le mystère de la table. Il dit même que cette plénitude  Divine peut aussi habiter en nous. Comme c’est merveilleux. Béni soit celui qui vient au Nom du Seigneur ! Moïse était venu au Nom du Seigneur. Il était béni. Il était une bénédiction pour le peuple de Dieu. Jésus – Christ de Nazareth est venu au Nom du Seigneur. Il était une bénédiction pour le peuple de Dieu.  Pierre est venu au Nom du Seigneur. Il était une bénédiction pour le peuple de Dieu. Je suis venu au Nom du  Seigneur, je suis non seulement béni, mais je suis une bénédiction pour le peuple de Dieu. Etes – vous aussi venus au Nom du Seigneur ? Vous êtes alors une bénédiction pour nous. Beaucoup sont venus au nom du diable, ils sont une malédiction pour les enfants du diable. Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Ils disent : William Branham est né hors du péché, il est l’immaculée conception, il est infaillible ; mais cela ne les empêchent pas d’être des ivrognes, des pécheurs, des idolâtres, des menteurs, des voleurs, des fraudeurs, des corrompus, des impudiques, des adultères. Ô ! Qu’ils sont beaux les pieds qui annoncent la Bonne Nouvelle. Dans           LUC 2.10-11, l’ange dit aux bergers : « Ne craignez point ; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie ; c’est qu’aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. » Vous voyez ! La Bonne Nouvelle, c’est que le Christ est né. C’est que le Seigneur est né. C’est que Dieu est né. C’est que Dieu est devenu un simple bébé, un simple homme. C’est ici le mystère de la Bonne Nouvelle, qui est aussi le mystère de la table. La Bonne Nouvelle, c’est le Christ. Or, nous sommes aussi des Christs envoyés par Christ. Nous sommes donc les Bonnes Nouvelles, Jésus – Christ Lui – même étant l’unique Bonne Nouvelle. Quand Dieu devient un simple homme, Il est Christ. Christ entrant dans le monde, a parlé avec Son Père. Vous voyez ! Il a été fait Christ dans le sein de la vierge, quand Dieu a pris une forme humaine. C’est ici le mystère de Christ. Christ, c’est Dieu dans Sa forme humaine avec du sang et de la chair. Ce n’est pas au ciel qu’Il a parlé à Son Père, mais depuis le ventre de la vierge Marie. Souvenez – vous qu’un simple prophète, de surcroît prophète rebelle, a parlé à Dieu depuis le ventre du grand poisson. Ce n’est donc pas le Fils unique de Dieu qui ne pouvait pas parler à Son père depuis le ventre de la vierge Marie.  Quand Dieu est devenu un fœtus dans le ventre de la vierge Marie, Il était devenu Christ. Il était donc la Bonne Nouvelle.  Maintenant sachez aussi que la Parole dans Sa forme spirituelle, est la Bonne Nouvelle. Que le Seigneur bénisse votre entendement, afin que vous compreniez les Ecritures et la puissance de Dieu.

Le mystère de la table que Dieu a dressée devant David, en face de ses ennemis, est grand. Il s’agit d’une table spirituelle. Nous savons que David a fait la guerre contre ses ennemis et les ennemis d’Israël. C’est lui qui a combattu contre Goliath et qui l’a vaincu. Goliath était lourdement armé, mais David n’avait qu’une fronde et des pierres. Il dit à ce Philistin : «  Tu marches contre moi avec l’épée, la lance et le javelot ; et moi je marche contre toi au nom de l’Eternel des armées… » J’espère que vous voyez la table qui est dressée ici entre David et Goliath : C’est le Nom de l’Eternel. Ce Nom était capable de le protéger contre son ennemi ; Il était capable de lui donner la victoire sur lui. Ce Nom était son bouclier, sa forteresse et son refuge. Ce Nom de l’Eternel était entre lui et son adversaire comme un bouclier, une protection et une arme redoutable. Sous la nouvelle alliance, nous avons le Nom du Seigneur Jésus – Christ, qui est notre table, notre bouclier, notre protection et notre abri. En ce Nom nous chassons les démons qui sont nos adversaires, nous guérissons les maladies qui sont nos ennemies. Dans ce Nom, nous avons tout pleinement. David  dit qu’il marchait contre son ennemi au Nom de l’Eternel des armées. Il était ainsi en sécurité, et il savait que la victoire était déjà assurée. Alors, il ajouta : «  Je t’abattrai et je te couperai la tête… »  Avant même de commencer le combat, il a proclamé sa victoire sur son ennemi par la foi, laquelle l’a oint et l’a mis en confiance , en dépit de la taille de son redoutable adversaire. David faisait confiance en Dieu, mais aussi en lui – même. Il savait que Dieu était avec lui. Frères, puissions – nous confesser positivement notre victoire sur nos adversaires, sachant que le Seigneur est avec nous. Nous devons toujours prononcer des paroles de foi et de victoire, avant même le début de tout combat. Nous devons croire que ce que nous demandons à Dieu dans la prière, nous l’avons déjà reçu, avant de le voir s’accomplir.  C’est la Parole qui le dit. C’était par la foi en Son Dieu que David, malgré son jeune âge, a défié Goliath. C’était par la foi qu’il proclama d’avance sa victoire. Il n’avait pas regardé à la taille de Goliath, ni à sa musculature impressionnante, ni à son armement. Il a regardé à Dieu. Il s’est aussi souvenu des prouesses extraordinaires que Dieu lui a permis de réaliser, en tuant de ses mains un lion et un ours. Frères, avez – vous déjà fait des expériences avec le     Seigneur ? Avez – vous déjà fait des exploits avec Lui ? Les expériences avec Dieu, ça compte beaucoup dans l’œuvre du ministère. Le Seigneur m’a parlé en 1990, en me disant de chercher à savoir qui est Christ. Et j’ai reçu l’ordre de prêcher la Parole à Bouaké en 1999 – 2000. De 1990 à 2000, j’ai fait plusieurs expériences avec le Seigneur. J’ai été confronté à plusieurs difficultés où il fallait absolument une intervention Divine pour que je sois sauvé. J’ai souffert de la faim et de la soif, pourtant je prêchais le Seigneur Jésus – Christ. Plusieurs fois, j’ai dû prier des nuits entières, afin qu’il pleuve, pour me permettre d’avoir un peu d’eau à boire et pour ma toilette. Parce que je ne pouvais pas payer même un  seau d’eau. C’était une formation avant de commencer le ministère de la Parole. Par mes mains, le Seigneur a guéri plusieurs personnes de maladie. Par mes mains, Il a ressuscité un enfant. J’ai prié un jour pour une jeune  fille qui avait de gros boutons sur tout le corps. Aucun traitement médical n’a pu la sauver. Mais quand j’ai prié pour elle au Nom de Jésus – Christ, le Seigneur l’a tellement bien  guérie, que sa peau était devenue neuve. Frères, faisons des exploits avec Dieu. Un jour on m’a fait une commission selon laquelle une de mes élèves faisait des crises de folie. J’ai entendu une Voix me dire de lui écrire. La lettre sera lue en sa présence, et elle sera guérie. Comme un enfant, j’ai obéi à cette Voix sans chercher comment cela allait se passer. Elle a été guérie, et elle a repris les cours. David avait fait des expériences avec Son Dieu, avant son combat historique contre      Goliath. Il savait que le Dieu qui l’a délivré du lion et de l’ours, pouvait aussi le délivrer de la main de Goliath. Le problème des chrétiens aujourd’hui, c’est qu’ils pensent que le temps des miracles est terminé. Ils pensent même que le Seigneur ne peut pas faire de miracle par leurs mains. Ils n’ont ni confiance en Dieu, ni en eux – mêmes. Il y en a qui ne parlent que des miracles opérés par les apôtres,  mais jamais de ce que le Seigneur fait avec eux. Ce sont des historiens de la Bible. Ils conjuguent toujours Dieu au passé. Il y en a qui ne parlent que des miracles faits par frère Branham, mais jamais des miracles qu’ils font eux-mêmes. Je ne fais pas assez de miracles, mais j’en fais quelques – uns selon le bon plaisir de la volonté de Dieu. David savait que Dieu était avec lui. Il avait Son Nom, et il avait aussi son propre témoignage. Quand son adversaire  commença à s’avancer, il courut sur le champ de bataille, et passa immédiatement à l’offensive. «  Il prit une pierre et la lança avec sa fronde ; il frappa le Philistin au front, et la pierre s’enfonça dans le front du Philistin qui tomba le visage contre terre. »  Il prit après l’épée de Goliath, et le tua. Puis il coupa sa tête. La parole qu’il avait prononcée  avant le combat, se réalisa. Car elle était inspirée de Dieu. Frères, ce jour – là Dieu avait dressé une table entre lui et son  adversaire. Cette table, c’était Son Nom : Le Nom de l’Eternel. Aujourd’hui, sous la nouvelle alliance, nous avons le Nom de Jésus – Christ comme une table dressée entre nos adversaires et nous. Par ce Nom, nous sommes protégés contre le diable et ses œuvres ; par ce Nom, nous chassons les démons, opérons des guérisons, nous détruisons les œuvres du malin.  C’était aussi la foi de David. Quand il dit que Dieu  a dressé une table devant lui, en face de ses adversaires, il ne parlait certainement pas d’un meuble.  Cette table, c’était aussi l’Onction qu’il a reçue quand Samuel le prophète a versé de l’huile sur lui. Il savait qu’il était oint par le prophète, que l’Esprit de Dieu était sur lui. Vous devez aussi savoir que l’Onction vous a été donnée, et que le Saint – Esprit est en vous, afin que vous avanciez contre les démons, les péchés, les convoitises mondaines, qui sont nos ennemis,  avec une pleine assurance. Frères, la promesse du don du Saint – Esprit est aussi pour nous. Nous avons été réconciliés avec Dieu par Christ. C’est juste. Mais cette réconciliation n’est parfaite et totale que lorsque le Saint – Esprit vient sur nous, et habite en nous. Dans   ACTES 8.13-17, les Samaritains ont reçu la Parole de Dieu. Le processus de la réconciliation avec Dieu a commencé. Mais il a été rendu parfait quand Pierre et Jean ont prié, afin qu’ils reçoivent le Saint – Esprit. Il vous faut donc persévérer jusqu’à ce que vous soyez revêtus de la puissance d’En – Haut, puissance sans laquelle, nous ne pouvons pas servir le Seigneur. Les apôtres faisaient les miracles, avant la mort et la résurrection de Christ. Mais il leur a été dit de ne pas quitter la ville jusqu’à ce qu’ils soient revêtus de la puissance d’En – Haut. Que personne ne néglige le revêtement de puissance ! Ne vous contentez pas de dire : Nous croyons au Seigneur. Mais soyez revêtus de la puissance d’En – Haut. C’est si important que le Seigneur a dit à Ses disciples de ne pas quitter la ville sans l’avoir eu. C’était  pour cela qu’ils étaient dans la chambre haute, persévérant dans la prière. Après dix jours de prière, un vent impétueux a soufflé, des langues de feu sont apparus, et ils ont été remplis du Saint – Esprit. Vous voyez ! Il y a eu des évènements surnaturels lors de l’effusion du Saint – Esprit. Quand le       Saint – Esprit est descendu sur le Fils de l’Homme après Son baptême, il y a eu des évènements surnaturels. Quand l’apôtre Paul a imposé les mains aux douze disciples pour la réception du Saint – Esprit, dans ACTES 19.5-6, il y a eu des évènements surnaturels.

Dans APOCALYPSE 5.6, l’apôtre Jean a vu un « agneau qui était là comme immolé.» Cet agneau, c’est Christ. Il a sept yeux qui sont les sept Esprits de Dieu. Les sept Esprits de Dieu sont sept Dieux remplis de l’Esprit de Dieu. Ce sont aussi sept prophètes de Dieu, sept Fils de l’homme. Ce sont également sept agneaux de Dieu. L’agneau qu’il a vu était là comme immolé. Il était donc sanglant. Je crois que les sept agneaux qui sont en lui, sont aussi sanglants. C’est ici la Manne Fraîche. L’agneau qu’il a vu, qui était là comme immolé, c’était une  table. C’est ici le mystère de la table. Sa chair était meurtrie et son sang a coulé. Les sept agneaux qui sont en lui, sont aussi des tables, dressées dans les sept âges de l’Eglise, entre l’Eglise et ses adversaires. Entre les péchés, les puissances des ténèbres et nous, est dressée cette table qui symbolise l’Agneau immolé. L’Agneau a pris le livre scellé de sept sceaux et l’a ouvert. C’est le livre de la rédemption. Quand Il a pris le livre scellé de Ses mains sanglantes, il a été ensanglanté. Le sang qui est sur Lui a touché le livre scellé de sept sceaux. Dans ce livre scellé ne se trouve aucun nom de personne. Le nom des enfants de Dieu est écrit dans le livre de vie de l’Agneau dès la fondation du monde. Le livre scellé de sept sceaux est différent du livre de vie de  l’Agneau. Le livre de vie de l’Agneau a été ouvert avant la mort de Christ. Le livre scellé de sept sceaux, quant à lui, a été ouvert après Sa crucifixion et Sa résurrection. Selon frère Branham il y a les  noms  des élus dans le livre scellé de sept sceaux. Toujours selon lui, c’est quand ce livre a été ouvert par l’Agneau que les noms ont commencé à être proclamés sur la terre. Dans sa brochure intitulée ‘’ REVELATION DES SEPT SCEAUX ; Premier sceau’’, à la page 7 (version CMPP), il dit : «  Ainsi l’Agneau, alors qu’Il était encore dans le temps de l’intercession, savait qu’il y avait des noms dans ce Livre qui y avaient été inscrits dès la fondation du monde, et comme ces noms n’ont jamais encore été manifestés jusqu’à présent, il a fallu qu’Il se trouve là comme intercesseur. » Vous voyez ! Selon lui, l’Agneau a intercédé pour que les noms qui sont écrits dans le livre scellé dès la fondation du monde soient manifestés sur la terre. Cela n’est pas juste. D’abord, ce livre ne contient aucun nom. Puis des noms ont été manifestés sur la terre avant que l’Agneau ne soit immolé. A la page 8, il dit : «  Par conséquent aussi longtemps qu’il reste un nom qui n’a pas encore été proclamé sur la terre, Christ doit demeurer là comme intercesseur. » Selon lui, Christ intercède, afin que les noms écrits dans ce livre scellé  des sept sceaux soient proclamés sur la terre, jusqu’au dernier. Sinon, il doit demeurer dans l’intercession. Cela semble beau, mais ce n’est pas scripturaire. Je vous le dis encore : Le livre scellé ne contient aucun nom. Maintenant, prenons frère Branham au mot. Il dit que l’Agneau a intercédé pour que les noms des enfants de Dieu soient manifestés sur la terre. Si pendant l’intercession les noms sont manifestés sur la terre, alors que le livre scellé qui est censé les contenir n’est pas encore ouvert, il y a problème. Si l’Agneau est demeuré dans l’intercession jusqu’à ce le dernier nom soit proclamé, cela veut que pendant qu’il intercédait, les noms aussi étaient proclamés sur la terre. Alors que pendant l’intercession le livre scellé était fermé.  Frère Branham dit en effet, que c’est seulement après l’intercession que l’Agneau a pris le livre scellé de sept sceaux, et l’a ouvert.  Vous voyez ! Il ne savait pas ce qu’il disait. Avant l’ouverture du livre scellé par l’Agneau, des noms ont été proclamés sur la terre. C’est ici la Manne Fraîche. Je voudrais prendre des exemples dans la Bible. Le Seigneur a changé le nom de Simon en Pierre. C’était bien avant Sa mort et Sa résurrection. Ce nom a été proclamé sur la terre, par le Fils de l’Homme. Il était dans le livre de vie de  l’Agneau immolé. Dans la chambre haute, les disciples ont été baptisés du Saint-Esprit et de Feu. Je crois que leurs noms ont été proclamés sur la terre. Ces noms étaient dans le livre de vie avant leur proclamation. Le livre de vie de l’Agneau était donc déjà ouvert. Le livre de vie et le livre de vie de l’Agneau sont un. Dans ce livre de vie, sont écrits les noms des enfants de Dieu. Ceux dont les noms n’y sont pas écrits adoreront la bête, dit l’Ecriture dans APOCALYPSE 13.8. Si ces noms ne sont pas écrits dans ce livre, où sont – ils écrits ? Dans le livre de mort. C’est ici la   Manne Fraîche. Le nom de Hénoc a été proclamé sur la terre, sinon il n’aurait pas pu être enlevé sans connaître la mort. Le nom de Moïse a été manifesté sur la terre, avant que l’Agneau immolé ne prenne le livre scellé de sept sceaux. Sinon Dieu Lui – même ne l’aurait pas enterré. Le nom d’Elie le Thischbite a été proclamé sur la terre, sinon l’Esprit de Dieu ne s’appellerait pas Esprit d’Elie, et Elie lui – même n’aurait pas été enlevé sans connaître la mort. Dieu n’a pas attendu l’ouverture du livre scellé de sept sceaux pour enlever Elie, Hénoc, sans qu’ils ne connaissent la mort. Pensez – y ! Le Nom du Seigneur Lui -  même a été proclamé sur la terre par l’ange Gabriel, avant que  ce livre ne soit ouvert. Frères, je vous le répète : La doctrine de frère Branham concernant ce sujet n’est pas inspirée de Dieu. C’est une doctrine humaine. Osez me dire que le Nom de Jésus n’était pas dans le livre de vie de l’Agneau. Vous voyez ! C’est le premier et le plus grand  nom du livre de vie de l’Agneau parmi tous les noms, jamais proclamés sur la terre. Le Seigneur a un nom nouveau, qui n’est pas encore révélé. Il sera manifesté dans le nouveau monde. Nous aussi nous avons un nom nouveau, selon APOCALYPSE 2. 17. Ce nom – là aussi sera manifesté au renouvellement des choses lors de la création de la nouvelle terre et de nouveaux cieux. Frères, le livre de vie a été ouvert lors de la création du premier homme. Le nom d’Adam était dans le livre de vie. Et Dieu l’a proclamé sur la terre. Avant que l’Agneau ne soit immolé, et qu’Il ne vienne prendre le livre scellé de sept sceaux. Le livre de vie est différent du livre scellé de sept sceaux. Quand ce livre scellé de sept sceaux a été ouvert par l’Agneau, aucun nom n’a été proclamé. Voici ce qui s’est passé. Je vous parle en tant que mystère de la table que Dieu a dressée entre le mensonge et vous. Quand le premier sceau est ouvert, le premier être vivant, qui est semblable à un lion, a parlé à Jean. Et celui – ci a vu un cheval blanc. Quand le deuxième sceau est ouvert, le deuxième être vivant, qui est semblable à un veau, a parlé à Jean. Et il a vu un cheval roux. Quand le troisième sceau est ouvert, le troisième être vivant, qui est semblable à un homme, a parlé à Jean. Et il a vu un cheval noir. Quand le quatrième sceau est ouvert, le quatrième être vivant, qui est semblable à un aigle, a parlé à Jean. Et il a vu un cheval d’une couleur pâle. Quand le cinquième sceau est ouvert, il a vu «  sous l’autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la Parole de Dieu et à cause du témoignage qu’ils avaient rendu. » Quand le sixième sceau est ouvert, il y a eu un grand tremblement de terre et d’autres bouleversements de la nature. Quand le septième sceau est ouvert, il y a eu un silence  d’environ une demi – heure. Il ne s’agit pas de la proclamation des noms écrits dès la fondation du monde. Je sais que pendant l’ouverture des sceaux, Dieu a continué de proclamer des noms. Mais qu’on ne me dise pas que le livre scellé de sept sceaux contient des noms qui doivent être proclamés lors de l’intercession de l’Agneau. Les quatre premiers sceaux couvrent les sept âges de l’Eglise : Ephèse, Smyrne, Pergame, Thyatire, Sardes, Philadelphie et Laodicée. Le dernier âge, qui est Laodicée, correspond au quatrième sceau. Et à l’ouverture du quatrième sceau par l’Agneau, le quatrième être vivant, qui est semblable à l’aigle, a parlé. Et un cheval de couleur pâle est sorti. Celui qui le montait s’appelait la Mort, et le séjour des morts le suivait. Il est sorti pour tuer. Nous sommes à l’âge de Laodicée dont se réclame tant frère Branham. A cet âge, Dieu n’utilise pas de cheval comme symbole de puissance, mais un aigle. C’est le diable qui utilise le cheval, un cheval de couleur pâle. C’est pourquoi je ne suis pas d’accord avec frère Branham quand il dit qu’il chevauchait à l’heure de minuit. Car à cette heure – là, à l’âge de Laodicée, c’est l’antichrist  appelé la mort qui chevauche un cheval de couleur pâle. A Laodicée, c’est le cavalier qui s’appelle la Mort qui chevauche. A Laodicée, c’est Satan qui utilise un cheval pour agir, tandis que Dieu utilise un aigle pour révéler Sa Parole. Aussi m’a – t- Il dit : Tu es un aigle, et l’aigle prend son envol. Il va dans les lieux très élevés pour chercher la Manne Fraîche. Je ne chevauche pas. A Laodicée, il n’y a qu’un seul cheval : Le cheval de couleur pâle. Et celui qui le monte s’appelle la Mort, et le séjour des morts l’accompagne. La Mort est une personne : C’est l’anti christ. Le séjour des morts qui l’accompagne, c’est spirituellement parlant, la fausse église. La mort cause la mort spirituelle dans cette église. Dans APOCALYPSE 19.11, nous voyons celui qui s’appelle Fidèle et Véritable assis sur un cheval blanc. C’est le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs : Jésus – Christ. Il chevauche après l’âge de Laodicée. Frère Branham lui, chevauchait à l’âge de Laodicée. Il y a un hic. Frères, il y a un livre de vie, il y a aussi un livre de mort. Dans la prédication sur le livre de vie et le livre de mort, je parle plus en détail de ces livres mystérieux.  Christ est le Livre de vie, la Parole de vie. Sur la terre, Il était le Livre de vie manifesté. Tous les noms des enfants de Dieu sont écrits donc en Lui, dans ce Livre. Quand Il prêchait, des noms s’étaient manifestés, en vue du salut. Moi aussi je suis un livre de vie. Pas le livre de vie par essence et par excellence, mais un simple livre de vie, étant une lettre de Christ, écrite par le Saint – Esprit. Une lettre de Christ manifestée, pour moi, c’est une Parole de Christ manifestée. Une lettre de Christ,  étant une Parole de vie, est un livre de vie. Je suis donc un livre de vie manifesté. Vos noms sont écrits dans ce livre de vie, qui est sur la terre, voilé dans la  chair humaine. Quand je pêche le Seigneur Jésus – Christ l’unique Livre de vie, ils sont manifestés. De même que Lévi était dans les reins d’Abraham lors de sa rencontre avec Melchisédek, de même vous étiez dans mes reins quand je rencontrais le Seigneur. Par l’Evangile que je prêche, je vous ai engendrés en Jésus – Christ, comme Paul a engendré les Corinthiens en Jésus – Christ par l’Evangile. (1 CORINTHIENS 4.14-15).  C’est ici le mystère de l’engendrement spirituel.  Parlons maintenant brièvement de l’arbre de vie et de l’arbre de la mort.

Il y avait un arbre de vie dans le jardin d’Eden, mais il y avait aussi un arbre de mort. L’arbre de vie représentait Christ, et l’arbre de la mort représentait Satan. Dans EZECHIEL 31.3-9, l’Ecriture décrit cet arbre : «  Aucun arbre du jardin de Dieu ne lui était comparable en beauté… Tous les arbres d’Eden  dans le jardin de Dieu lui portaient envie. » Ce bel arbre, incomparable en beauté, c’est l’arbre de mort. C’est ici le mystère de la Manne Fraîche.  Christ est l’Arbre de vie, par essence et par excellence. Mais je suis aussi un arbre de vie. Je sais que vous êtes scandalisés, mais je le dis conformément à l’Ecriture. Dans PSAUMES 52.10, David dit : « Je suis dans la maison de Dieu comme un olivier verdoyant. » Un olivier est un arbre. Il était donc un arbre dans la maison de Dieu. Il y avait la vie dans cet arbre, puisqu’il dit qu’il était comme un olivier verdoyant. Un olivier verdoyant, c’est un olivier plein de vie, c’est un bois vert. Il était donc un arbre de vie. J’étais un sarment sur l’unique Arbre de vie, le Seigneur Jésus – Christ, mais maintenant je suis devenu un arbre de vie. Pierre qui était un disciple, était devenu un maître,  Jésus – Christ Lui – même étant le Maître des maîtres. Frères, je sais que ce que je dis est trop dur, et que plusieurs ne peuvent pas l’accepter. Si quelqu’un n’est pas d’accord avec moi, qu’il sache que je ne suis pas infaillible. Seul le Seigneur Jésus – Christ le Dieu tout puissant est infaillible. Que Dieu ajoute Ses bénédictions à cette prédication ! Priez pour moi ! Frères, le mystère de la table, c’est aussi le mystère du cadavre. En effet, le cadavre de MATTHIEU 24.28, est une table que Dieu a dressée entre nos adversaires et nous. Ce cadavre n’est pas le Christ, mais il cache le Christ. En quelque lieu que soit le cadavre, là s’assembleront les aigles, dit l’Ecriture. Ce cadavre est celui d’un agneau. Je suis le cadavre du temps de l’aube. Dans ce cadavre de MATTHIEU 24.28, il y a la chair meurtrie et du sang. C’est ici le mystère de la table.

Revenons un peu à frère Branham. Dans sa brochure ‘’REVELATION DES SEPT SCEAUX ; Premier sceau’’ du 18 mars 1963, il dit : «  Et quand les Sceaux sont complètement brisés, le temps de rédemption est terminé, parce que l’Agneau quitte le lieu d’intercession pour aller prendre possession de ses droits. »  Nous savons tous qu’il dit que c’est lui qui a brisé les sceaux au Branham tabernacle, du 18 au 24 mars 1963. Dois – je en déduire que le 24 mars 1963, quand il a brisé le septième sceau, le temps de la rédemption est vraiment terminé ? Si oui, pourquoi a-t-il encore prêché jusqu’à sa mort en 1965. Si le temps de la rédemption est terminé le 24 mars 1963, pourquoi a-t-il prédit l’avènement d’un nouveau Message ?  Frères, le temps de la rédemption n’est pas terminé le 24 mars 1963. Aujourd’hui encore nous sommes dans le temps de la rédemption, et le Seigneur continue de sauver Ses enfants par l’Evangile. Nous exerçons encore le ministère de la réconciliation, prêchant la Parole de la réconciliation. La rédemption et la réconciliation sont une seule et même chose. Dans EPHESIENS 4.30, l’Ecriture dit : «  N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu par lequel vous a été scellés pour le jour de la rédemption. »  Le jour de la rédemption dont il est question ici, c’est le jour de la résurrection. Ce jour – là, la rédemption prendra fin en ce qui concerne les nations, après l’enlèvement de l’Epouse. Mais, il faut aussi noter que pendant la grande tribulation, il y aura une rédemption. Vous voyez ! Elle s’étend sur la période de la grande tribulation. La grande tribulation, c’est le sixième sceau. Frère Branham dit avoir ouvert le sixième sceau, mais il n’y a pas eu de grande tribulation. Peut – être a – t- il brisé les sept sceaux juste pour que nous comprenions ce qu’il y a dans les sceaux. Très bien. C’est formidable. Quand le sixième sceau sera ouvert par l’Agneau Lui – même, les fléaux qui y sont décrits frapperont la terre. Ce sera la grande tribulation. Nous avons toujours pensé que cette période terrible et redoutable se passera sans miséricorde. C’est là que nous nous trompons. Pendant la grande tribulation il y aura des enfants de Dieu, les vierges folles. Et là où il y a des enfants de Dieu, Dieu exerce toujours Sa miséricorde. Il y a toujours une rédemption. Quand le fils mâle aura été enlevé au ciel vers Dieu et vers Son trône, la femme qui l’a enfanté sera dans un lieu préparé par Dieu où elle sera nourrie pendant mille deux cents soixante  jours.  C’est ici le plan de la rédemption prévu par Dieu pour les vierges folles. Dans  APOCALYPSE 12.13-14, quand le dragon voudra s’en prendre à la femme, elle recevra les deux ailes du grand aigle, pour s’enfuir dans le désert où elle sera nourrie un temps, des temps et la moitié d’un temps, loin de la face du dragon. Vous voyez ! Dieu protégera Ses enfants pendant les mille deux cents soixante jours de la grande tribulation. Il sera la table dressée entre eux et leurs adversaires. Dans APOCALYPSE 19.11-15, l’Ecriture nous présente le Fidèle et le Véritable, la Parole de Dieu, le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs, Christ, venant sur un cheval blanc. Ses yeux sont comme une flamme de feu, ce qui se rapporte au jugement Divin. Il est  dit qu’Il vient pour frapper les nations avec l’épée aigüe qui sort de sa bouche, et pour fouler la cuve du vin de l’ardente colère du Dieu Tout-puissant. Vous voyez ! Il vient pour juger, car c’est le jour grand et terrible dont les prophètes ont parlé. Mais j’ai toujours été intrigué par quelque chose : C’est que Son vêtement est teint de sang. Là où il y a le sang, il n’y a pas de jugement. Mais ici, il y a le jugement, et le sang. Vous voyez ! Pendant la grande tribulation, il y aura deux choses :

- Le jugement

- Le sang, qui nous ramène à la miséricorde de Dieu et à Son plan de la rédemption. C’est pourquoi je crois que le temps de la rédemption ne se termine pas avec l’ouverture des sceaux, par frère Branham. Il s’étend  sur la période de la grande tribulation. Son vêtement teint de sang, suggère la miséricorde et la rédemption. C’est par le Sang de Christ que nous sommes réconciliés avec Dieu. S’il n’y aura personne à réconcilier pendant la grande tribulation, pourquoi Son vêtement est – il teint de sang ? Frères, c’est ici la Manne Fraîche : Il y aura  la rédemption pendant la grande tribulation. On nous a fait croire que pendant cette période de la grande tribulation, l’antichrist va tuer les enfants de Dieu, les vierges folles,  qui n’auront pas été enlevés. Je ne crois pas en ces choses. Car Dieu protégera Ses enfants contre le dragon. Il leur préparera un lieu où ils seront en sécurité. Ce sera dur, mais Il les protégera. Ce vêtement teint de sang sera la table dressée entre eux et la colère de Dieu, entre eux et ce jour grand et terrible où le Seigneur jugera le monde. Que Dieu bénisse Sa Parole ! N’oubliez pas que le plan de la rédemption qui a été interrompu pour Israël, reprendra. Frères, on nous a dit que pendant la grande tribulation, l’antichrist découpera en morceaux les enfants de Dieu qui n’auront pas été enlevés.  D’après ce qu’on nous a dit, ceux – ci seront sauvés au prix de leur  propre sang. Cette doctrine  est contraire à la Parole. N’est – ce pas bizarre ? Si c’est par leur propre sang qu’ils seront sauvés, le Sang de Christ n’aura servi à rien. Comment peut – on dire que des gens seront sauvés en versant leur propre sang ? Les vierges folles sont aussi des enfants de Dieu. Elles ont le Saint – Esprit, qui est représenté par l’huile. Leur problème, c’est qu’elles n’ont pas assez d’huile pour continuer la marche, après minuit. Je ne crois pas que le Seigneur puisse les abandonner entre les mains du diable, afin qu’ils soient sauvés par leur propre sang. Dans APOCALYPSE 7.9-15, l’Ecriture parle d’un grand nombre de personnes qui viennent de la grande tribulation. Elles ont lavé leurs robes, et les ont blanchies dans le Sang de l’Agneau. Si elles ont pu laver leurs robes dans le Sang de  l’Agneau en ce temps – là, c’est qu’il y avait le Sang de l’Agneau à la grande tribulation. Et là où il y a le Sang de l’Agneau, il y a la grâce et la miséricorde de Dieu. Et puis laver sa robe, et la blanchir dans le Sang de l’Agneau ne signifie pas qu’on va verser son propre sang pour être sauvé. Personne ne peut être sauvé par son propre sang. Il n’y a que le Sang de l’Agneau qui sauve. Les vierges folles auront beaucoup de difficultés pendant cette période, mais je ne pense pas qu’on les découpera à la tronçonneuse, pour le plaisir de l’anti christ, afin que par leur sang, elles soient sauvées.

Frères, je sais que je dis des choses difficiles à expliquer, et à comprendre. Mais sachez que ce qui est difficile à expliquer et à comprendre, c’est la nourriture solide, et non du lait. Quand je dis que Jésus ne savait pas que le baptême devait se faire en Son Nom, c’est difficile à expliquer et à comprendre. Frères, je ne dis pas qu’Il s’est trompé à ce sujet, mais qu’Il ne le savait pas. Voici ce que je veux dire: Il a dit un mystère dont Il n’avait pas la révélation. Le Père qui L’a toujours inspiré, ne Lui a pas donné la révélation de l’utilisation de Son Nom dans le baptême. Le    Seigneur a dit que la repentance et le pardon des péchés seraient prêchés en Son Nom.  Il pouvait très bien dire aussi que le baptême allait se faire en Son propre Nom. Mais Il n’avait pas toute la révélation à ce sujet. Il ne s’est pas trompé, mais le Père ne Lui a pas révélé que c’est Son Nom qui devait être invoqué dans le baptême. Le Seigneur dit Lui – même  que quand l’Esprit de vérité viendra, Il nous conduira dans toute la vérité.   Jésus de Nazareth  n’a donc pas enseigné toute la vérité quand Il était sur la terre. Par exemple,  Il n’a pas enseigné toute la vérité sur le nom qui devait  être utilisé dans le baptême. Frères, étant dans un corps de chair, qui est un corps du  péché, Il ne pouvait pas tout savoir. Il était limité dans ce corps. Ce corps du péché était la table que Dieu a dressée sur la croix entre le péché, les puissances des ténèbres et nous. C’est dans cette chair du péché qu’Il a condamné le péché. Et c’est par l’offrande de cette chair du péché, que Christ a aboli le péché. Il a porté le péché des hommes dans ce corps du péché. Il est devenu péché, dans ce même corps. A quel moment Dieu L’a – t- Il fait devenir péché ? Je crois que c’est quand Il Lui a donné la coupe dans le jardin de Gethsémané. C’était la coupe du péché et de la mort. Quand Jésus a bu cette coupe jusqu’à la lie, Il est devenu péché. Et Dieu L’a abandonné. A la croix n’a – t – Il pas dit : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as – tu abandonné ? En fait, Il a été abandonné depuis le jardin de Gethsémané, afin qu’on puisse L’arrêter pour Le mettre à mort.  Il a porté le péché des hommes, mais Il n’a pas été le seul à avoir fait cela.


MYSTERE DE L’INIQUITE PORTE PAR DES HOMMES AUTRES QUE JESUS

Jésus de Nazareth n’est pas le seul à avoir porté le péché des hommes. Je suis parfaitement conscient de la gravité de cette déclaration, mais c’est la vérité.  En outre, Dieu m’a donné l’Onction pour faire de telles déclarations. N’essayez pas de m’imiter. Il y a longtemps que je voulais vous en parler, mais le Seigneur ne l’a pas permis. Mais le temps est venu pour que j’en parle aujourd’hui, car vous avez acquis un peu plus de maturité spirituelle. Dans ESAIE 53.4-6, l’Ecriture nous présente le Fils de l’Homme, en disant : «  Ce sont nos souffrances qu’il a portées, c’est de nos douleurs qu’il s’est chargé. Et nous l’avons considéré comme puni. Frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités… Et l’Eternel a fait tomber sur lui l’iniquité de nous tous. » D’après cette Parole de l’Ecriture, Jésus a porté non seulement nos souffrances et nos douleurs, mais aussi notre péché. C’est juste. Mais, je vous le répète : Il n’est pas le seul à avoir porté le péché  des hommes. Je le dis au Nom de la Parole immuable de Dieu. Sachez aussi que Jésus n’a pas fait que porter le péché, mais que Dieu, selon  2 CORINTHIENS 5.21, L’a fait devenir péché pour nous, afin qu’en Lui, nous devenions justice de Dieu. Il est donc le seul que Dieu a fait péché pour nous, mais Il n’est pas le seul qui a porté l’iniquité des hommes. Il a porté le péché des hommes dans Son corps du péché, et Il est devenu péché dans Son corps du péché. En tant que Fils de l’Homme, et Agneau de Dieu qui allait être immolé. Dans EZECHIEL 4.4-6, Dieu dit à Ezéchiel, le Fils de l’homme : «  Couche – toi sur le côté gauche, mets – y l’iniquité de la maison d’Israël, et tu porteras leur iniquité autant de jours que tu seras couché sur ce côté. Je te donnerai un nombre de jours égal à celui des années de leur iniquité, trois cents quatre – vingt – dix jours ; tu porteras ainsi l’iniquité de la maison d’Israël. Quand tu auras  achevé ces jours, couche – toi sur le côté droit, et tu porteras l’iniquité de la maison de Judas pendant quarante jours ; je t’impose un jour pour chaque année.» Comme vous pouvez le constater, Ezéchiel le prophète a porté les iniquités de la maison d’Israël et de la maison de Juda. C’est Dieu qui a fait tomber sur lui, leur iniquité pendant un temps bien déterminé. Mais Jésus a porté nos péchés pour un temps indéterminé, pour toujours et les a ôtés, une fois pour toutes, par Son sacrifice. Ezéchiel le prophète, a porté l’iniquité, en tant que Fils de l’homme de son temps. Jésus a porté le péché des hommes en tant que Fils de l’Homme de tous les temps. La différence entre Ezéchiel le Fils de l’homme et Jésus le Fils de l’Homme, c’est que Jésus, Lui, est mort pour les péchés. Ezéchiel n’a fait que porter  le péché des hommes de son temps, mais il n’est pas mort pour eux.  Il l’a porté dans sa chair du péché. Jésus aussi a porté le péché du monde dans Sa chair du péché. En tant que Fils de l’Homme. En ce temps de l’aube, Dieu a suscité un Fils de l’homme, venu au Nom du   Seigneur avec la Manne Fraîche. Il n’est pas venu pour porter le péché des hommes, puisque le péché a déjà été aboli. Il est venu achever, comme l’a fait l’apôtre Paul, en sa chair du péché, ce qui manque aux souffrances de Christ. Dans COLOSSIENS 1. 24, Paul dit : «  Je me réjouis maintenant dans mes souffrances pour vous ; et ce qui manque aux souffrances de Christ, je l’achève en ma chair, pour son corps, qui est l’Eglise. » Je sais que l’esprit charnel dit : Comment l’apôtre Paul peut – il dire de telles choses, alors que Jésus a dit à la croix : Tout est accompli ? Mais, nous, nous bénissons Dieu pour cette révélation. Moi, je crois ce que dit l’Ecriture : Paul a donc achevé en sa chair, ce qui manquait aux souffrances de Christ. Il n’a pas dit qu’il a porté les péchés des hommes, mais qu’il a achevé pour l’Eglise, ce qui manquait aux souffrances de Christ. Cette Parole de l’Ecriture étant toujours d’actualité, Elle s’applique aussi à nous. C’est pourquoi je dis au Nom de Jésus – Christ le Seigneur : J’achève en ma chair pour vous, ce qui manque aux souffrances de Christ. Je ne porte pas vos péchés, qui sont du reste déjà ôtés, mais j’achève en ma chair ce qui manque aux souffrances de Christ, pour Son corps, l’Eglise. Son corps sur la terre, qui est l’Eglise, est un corps du péché. Elle sera corps de justice après la résurrection le jour de la rédemption. Toutes les souffrances et toutes les douleurs que je ne cesse d’endurer étant dans ce corps de chair, quand je suis outragé, diabolisé à  cause de la Parole, me permettent d’achever en ma chair, ce qui manque aux souffrances de Christ. Des frères avec qui j’ai marché durant des années,  disent aujourd’hui  que j’ai un démon, parce que je dis que frère Branham n’est pas infaillible, qu’il n’est pas né hors du péché, et qu’il n’est pas le dernier prophète. Ils ont dit que j’ai démon quand j’ai parlé de la révélation que le Seigneur m’a donnée concernant le mystère du cadavre de MATTHIEU 24.28. «  En quelque lieu que soit le cadavre, là s’assembleront les aigles ». Vous voyez ! Les aigles ne s’assemblent pas dans une dénomination, mais là où est le cadavre. Ce cadavre est celui d’un agneau. Car seul un agneau a été crucifié pour nous ; seul un agneau est mort pour nous. Et moi, j’ai été fait agneau par l’unique Agneau, Jésus – Christ. Puis j’ai été crucifié avec Christ, comme Paul. Si j’ai été crucifié avec Christ, c’est que je suis un cadavre. Je suis un cadavre dont la chair et le sang sont encore frais. Or, selon l’Ecriture, pour avoir la vie éternelle, il nous faut manger la chair du Fils de l’Homme, et boire Son sang. Et le Fils de l’Homme, c’est Christ. Christ est donc un cadavre. Il est le Cadavre par essence et par excellence. Dans MATTHIEU 24.28, il ne s’agit pas de Jésus de Nazareth,  car Celui – ci a prophétisé pour les derniers jours. Ce cadavre de MATTHIEU 24.28 autour  duquel s’assemblent les aigles, n’est donc pas celui de Jésus de Nazareth. De qui est donc ce cadavre ? C’est ici le mystère qui m’attire toutes sortes de colère, d’injures et d’attaques de la part des gens qui prétendent aimer la Parole. Frères, pour moi, toute parole injurieuse proférée contre moi, toute diabolisation de ma personne à cause du Nom du Seigneur et de Sa Parole, est une bénédiction. Car c’est la preuve que l’Esprit de gloire est sur moi, et en moi. Je ne porte aucun péché des hommes ;  je ne suis pas mort pour quelqu’un, et je ne peux pas mourir pour qui que ce soit, afin que ses péchés soient ôtés, mais j’achève en ma chair, ce qui manque aux souffrances de Christ, pour l’Eglise qui est Son corps.   Et ma chair dans laquelle j’achève ce qui manque aux souffrances de Christ, est une chair du péché, remplie de la puissance de résurrection, le Dieu infiniment saint étant en moi. Que Dieu bénisse Sa Parole en nous ! Dans GENESE 1.27, l’Ecriture dit que Dieu a créé l’homme à Son image, à Sa ressemblance. Si vous pouvez le supporter, cette image de Dieu, était une image imparfaite, d’autant plus qu’elle est le corps spirituel du péché. Adam était donc une image imparfaite du Dieu parfait, et l’image visible du Dieu invisible. Prenons maintenant notre précieux Seigneur Jésus – Christ de Nazareth. Il était aussi l’image de Dieu. Mais en Lui se trouvait la chair du péché, dans laquelle le péché a été condamné. Et cette chair du péché étant imparfaite, Il était l’image imparfaite du Dieu parfait, et l’image visible du Dieu invisible. L’Ecriture dit, dans HEBREUX 2.10, que Jésus a été élevé à la perfection par celui par qui et pour qui sont toutes choses. Souvenez-vous-en ! S’Il a été élevé à la perfection, c’est qu’il fut un temps où Il n’était pas parfait. Oui Monsieur. Or, Il était l’image de Dieu. Il était donc une image imparfaite de Dieu. Non à cause d’un péché qu’Il aurait commis, mais à cause de Sa chair du péché. Moi aussi, je suis une image imparfaite de Dieu, à cause de ma chair du péché. Mais cette image est perfectible. Par la Parole du Seigneur et par l’action du Saint – Esprit, elle devient de plus en plus parfaite depuis ma nouvelle naissance. A la nouvelle naissance, nous recevons un cœur nouveau et un esprit nouveau, qui ne sont pas totalement parfaits. Mais ils sont perfectibles au fur et à mesure que nous écoutons la Parole du Seigneur, que nous faisons Sa volonté, que nous obéissons à Sa voix, que nous marchons   par l’Esprit, et que nous nous sanctifions. Oui Monsieur. Notre corps spirituel de justice, reçu au moment de la nouvelle naissance, est un corps parfait, en ce sens qu’il est créé en nous par l’acte créateur du Saint – Esprit, sans péché, mais il n’est pas complètement parfait. Il le sera, quand le Saint – Esprit nous fera  passer de sanctification en sanctification, de gloire en gloire. Après la résurrection d’entre les morts, à la dernière trompette, quand notre corps mortel aura revêtu l’immortalité, quand notre corps corruptible aura revêtu l’incorruptibilité, et quand notre corps spirituel aura revêtu le corps céleste, notre corps sera alors parfait, à tout point de vue. Vous voyez ! Nous sommes passés du corps mortel à un corps immortel, du corps corruptible à un corps incorruptible, d’un corps animal à un corps spirituel, et d’un corps spirituel à un corps céleste. Notre corps est donc perfectible. Quand il sera rendu parfait, nous serons alors comme le Seigneur ; nous serons l’image parfaite de Dieu. Il en est de même de Jésus – Christ Lui – même. Il était imparfait quand Il était dans Sa chair du péché. Mais il est écrit dans l’Ecriture, dans HEBREUX 2.10,  qu’Il a été élevé à la perfection. Il est donc passé d’un corps imparfait à un corps parfait. Il était donc perfectible. Même après Sa résurrection, Il est passé d’un corps à un autre : Le jour de Sa résurrection, quand Marie de Magdala L’a vu, Il était dans Son corps de chair et de sang, mais c’était un corps sans péché. Le corps devenu péché et crucifié sur la croix, à la résurrection, est devenu un corps sans péché. Il est devenu un peu plus parfait. Mais Il n’était pas encore totalement parfait, à cause de la chair et du sang, et à cause des marques des clous. Il n’était plus dans un corps du péché, mais dans un corps de justice, qui était un corps sans péché, mais il n’était pas encore parfait. Avec ce nouveau corps, Il pouvait passer à travers les murs, mais Il n’était pas encore parfait. Pour savoir sur le trône de Son Père, Il prend un autre corps, un corps infiniment puissant et fort, et glorieux : C’est un corps céleste. Il est donc aussi passé d’un corps à un autre : Il était perfectible. Jésus, l’imparfait, était perfectible. Et Dieu le Père L’a élevé à la perfection absolue, laquelle est infiniment supérieure à notre perfection. Frères, la création elle – même est perfectible. Elle a été créée imparfaite, par le Dieu parfait, mais elle sera aussi élevée à la perfection par le Créateur lorsqu’Il créera une nouvelle terre et de nouveaux cieux. L’Ecriture dit que tout ce qu’Il a créé  est bon, mais pas parfait. Mais Dieu rendra toutes choses parfaites par Sa puissance éternelle. Les hommes, les cieux et tout ce qu’ils renferment, la terre est tout ce qu’elle renferme, les animaux, les oiseaux, les poissons, seront un jour élevés à la perfection par le Créateur, quand Il créera une nouvelle terre et de nouveaux cieux.

Dans 2 CORINTHIENS 3.18, l’Ecriture dit : « Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du  Seigneur, nous serons transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur. » Vous voyez ! Nous serons transformés de gloire en gloire, en l’image du Seigneur. Alors nous aurons la même image, qui est la véritable image de Dieu. Cette transformation de notre image de gloire en gloire a commencé après la mort de Christ, et l’effusion du Saint – Esprit sur l’Eglise. Elle se poursuit encore   aujourd’hui, et se poursuivra jusqu’à ce que nous soyons complètement transformés en Sa glorieuse image, afin d’être comme Il est. Comme vous pouvez le constater, notre image est perfectible, notre corps est perfectible, notre vie est perfectible. Tout ce que nous sommes, et tout ce que nous faisons, sont perfectibles. En passant de l’état de péché à l’état de sanctification, nous subissons une transformation par la Parole et par l’Esprit de Christ. C’est ici le mystère de la perfectibilité. Nos ministères sont perfectibles, les dons spirituels sont perfectibles, tout en nous est perfectible. Les chrétiens vont à l’Eglise pour aller à l’Eglise comme pour remplir simplement des formalités, ne sachant pas que nous devons y aller dans le but d’être perfectionnés. Ainsi ils sont à l’Eglise depuis plusieurs années, mais sont encore incapables de produire les fruits dignes de la repentance. Ils sont toujours fornicateurs, adultères, voleurs, menteurs, calomniateurs, fraudeurs, idolâtres.  Le mystère de la table est étroitement lié à notre perfection. Soyez donc transformés de gloire en gloire, en image de gloire du Seigneur, au moment où la table que Dieu a dressée entre nous et le péché est là ! Que Dieu bénisse votre entendement !

Dans 2 CORINTHIENS 3.18 que nous venons de lire, est caché le mystère de la Divinité de l’homme, et plus particulièrement de la Divinité de Paul.  Il dit que nous contemplons comme dans un miroir, la gloire du Seigneur. Quand Paul est devant un miroir, il contemple la gloire du    Seigneur ; il reçoit non le reflet de son visage, mais le reflet de la gloire du Seigneur. En regardant dans un miroir, il devait voir son propre visage, mais, mystérieusement, c’est la gloire du Seigneur qu’il voit. Il est donc la gloire du Seigneur Jésus – Christ, tandis que Jésus – Christ homme était la gloire du Père. Que Dieu nous vienne en aide, afin que nous comprenions les Ecritures et Sa puissance ! N’ajoutez rien à cette Parole, croyez-La tout simplement !

A bientôt !


FRERE ABOKON CHRIST-MOISE


Mise à jour le Mercredi, 16 Mai 2012 11:33
 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix