Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 6 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
134
Hier :
383
Semaine :
2129
Mois :
9921
Total :
3705030
Il y a 2 utilisateurs en ligne
-
2 invités


LE SEIGNEUR NOUS A ENVOYE UN SEIGNEUR PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Mercredi, 30 Avril 2014 18:48

Message prêché le 21 mars 2013, au tabernacle Le    Chandelier d’or ; Yopougon - Selmer ; Abidjan ; RCI. Matin

Bonjour à tous. Que la paix et de la grâce du Seigneur Jésus–Christ reposent abondamment sur chacun de vous, par la puissance de résurrection ! Bien–aimés de Dieu, nous sommes entrain de nous préparer spirituellement pour un réveil intitulé : PRIE TOUTE LA NUIT.  De même que Jésus–Christ de Nazareth pria toute la nuit, de même nous voulons prier toute la nuit. Que chacun se prépare donc activement dans la prière et l’intercession, afin de prendre part à ce réveil qui s’annonce édifiant et puissant !

Aujourd’hui, je voudrais, à partir d’une déclaration étrange d’un ami catholique, vous annoncer encore ce mystère du Royaume des cieux : Le mystère de la Divinité de l’homme. Ce Message sur la Divinité de l’homme  ne plaît pas à beaucoup d’hommes ; il est même combattu et diabolisé. Mais pour nous, c’est la Vérité de Dieu, laquelle Vérité est conforme aux Ecritures. Je n’ai pas l’intention de me mettre en avant, mais je me dois de vous dire encore une fois que Dieu, dans la Bible, a fait un homme Dieu : Moïse. S’Il a déjà fait une telle chose hier, Il peut très bien le faire encore aujourd’hui. Et Il l’a fait au milieu de nous. A force d’insister sur la Divinité de Moïse, avec l’Ecriture à l’appui, quelques–uns de mes farouches adversaires ont commencé à lâcher du lest, et à comprendre ce mystère. Mais, ils disent : ‘’ Quand il s’agit de Moïse, nous croyons, parce que c’est écrit dans la Bible. Mais, en ce qui concerne frère Abokon Christ–Moïse, nous ne  pouvons pas croire qu’il ait été fait Dieu par Dieu. Parce que son nom n’est pas écrit dans la Bible.’’

Le dimanche dernier, j’étais allé au village pour rendre visite à une famille éplorée. J’étais accompagné de frère Israël, de frère Gédéon, de frère Alphonse et de mon épouse Sarah. Après cette visite, nous nous sommes rendus chez Jacques Masteau qui est un  camarade  de la catégorie. Il se plaignait de l’absence de la plupart de nos camarades qui ont brillé par leur absence lors de notre assemblée mensuelle. S’adressant à nous et à tous ceux qui étaient présents, qu’il a dit à plusieurs reprises à nos camarades, au sujet de moi, que Le Seigneur nous a envoyé un Seigneur pour relever la catégorie. Mais, ils ne le savent pas. Le Seigneur nous a envoyé un Seigneur : Cette parole a attiré notre attention. Je me demandais en mon for intérieur d’où lui venait une telle inspiration. Cette parole, je le crois, il l’a prononcée sous l’inspiration du Saint–Esprit. Pendant que les prédicateurs de la Bible, les prophètes, les docteurs, les évangélistes, les apôtres et les pasteurs voient en moi le diable, lui, qui n’est pas prédicateur, et qui de surcroît est catholique, voit en moi l’Esprit du Seigneur. Ne voyez–vous pas que l’histoire de la Bible se répète ? Que disaient les Pharisiens, les Sadducéens, les scribes et autres prédicateurs au sujet de Jésus–Christ de Nazareth, celui que Dieu leur avait envoyé ?  Ils lui disaient : «  N’avons–nous pas raison de dire que tu as un démon ? »   (JEAN 8 :48). Vous voyez ! Pour ces gens–là, Il était possédé d’un démon. Dans JEAN 9:16, ils Lui dirent encore : «  Cet homme ne vient pas de Dieu, car il n’observe pas le sabbat. » Aujourd’hui les mêmes choses sont dites à mon encontre, et je m’en réjouis énormément, car il n’y a pas meilleur moyen de glorifier l’Ecriture et de lui donner raison que de me diaboliser comme ils ont diabolisé Jésus –Christ de Nazareth. L’histoire de la Bible se répète. Des prédicateurs branhamistes disent : Frère Moïse a un démon. Chose étrange, pendant que ceux qui pensaient être investis de l’autorité de Dieu pour enseigner le peuple maudissaient et diabolisaient Jésus–Christ de Nazareth, un petit groupe a vu en Lui l’Esprit de Dieu. C’est la même chose aujourd’hui. Parce que toute l’Ecriture doit être accomplie. Quand le Seigneur échangeait avec la femme samaritaine, et qu’Il révéla quelque chose de caché dans sa vie, elle dit : Je vois que tu es prophète. Autrement dit Il venait de Dieu. Cette femme n’avait pas le niveau intellectuel et spirituel de ceux qui diabolisaient Jésus–Christ. Pourtant, elle a su qu’Il était prophète, et qu’Il venait de Dieu.  Lorsque le    Seigneur a abordé le mystère de l’adoration, elle lui dit : «  Je sais que le Messie doit venir (celui qu’on appelle Christ) ; quand il sera venu, il nous annoncera toutes choses. » Et le Seigneur lui répondit : «  Je le suis, moi qui te parle. » Je voudrais faire une petite remarque, avant de poursuivre : Cette femme samaritaine savait faire la différence entre le prophète et le Christ. Ce que les branhamistes ignorent totalement. Lorsque le secret de son cœur a été révélé, elle dit : Je vois que tu es prophète. Mais, quand le Seigneur a commencé à parler de la Parole en relation avec l’adoration de Dieu, elle ne dit pas : «  Je vois que tu es le Messie ». Elle dit plutôt : «  Je sais que le Messie doit venir ; quand il sera venu, il nous annoncera toutes choses. » Elle savait que le Signe Messianique n’avait rien avoir avec la révélation des secrets des cœurs, mais avec la révélation de la Parole de Dieu Elle–même. Ce jour–là, quand le mystère de l’adoration de Dieu a été révélé,  le Signe du Messie aussi fut révélé. Il fut révélé quand le Fils de l’Homme lui dit qu’Il était le Messie. Et ce Messie n’était pas une révélation d’un quelconque secret du cœur, c’était Jésus–Christ Lui–même. Le Signe Messianique n’est donc pas le dévoilement des secrets des cœurs, mais la Personne du Christ Lui–même. Ce Signe, c’est la Parole faite chair. Vous voyez la différence ?

Tandis que les érudits, les docteurs de la loi et les autres prédicateurs, disaient que Jésus –Christ avait un démon en Lui, et qu’Il ne venait pas de Dieu, quelque part, loin du temple et de Jérusalem, le Fils de l’Homme  a révélé à une femme qui Il était réellement : Il était  le Christ qui devait venir. Il a fallu cette révélation pour qu’elle sache qui Il était réellement. Tous ceux qui Le diabolisaient n’avaient pas une telle révélation. Ils prêchaient Sa venue. Mais, quand Il est venu, ils L’ont rejeté en disant qu’Il avait un démon, et qu’Il ne venait pas de Dieu. Sans révélation, personne ne peut connaître Dieu, ni celui qu’Il a envoyé.

Tandis que les branhamistes me diabolisent à outrance, il y a  quelque part à Agboville, un homme, à qui Dieu a révélé qu’il enverrait le Fils de l’homme en Côte d’Ivoire. Cet homme, un chrétien évangélique, a attendu pendant longtemps l’accomplissement de cette révélation. Le jour où il m’a vu, pour la toute première fois, et qu’il m’a écouté, quelque chose s’est passé en lui. Et il a tenu à rendre son témoignage, en disant qu’il venait de trouver le Fils de l’homme promis. Le même jour, il s’est fait baptiser par moi. Sans révélation, personne ne peut connaître Dieu et celui qu’Il a envoyé. Il nous faut toujours une révélation.

Ce que mon camarade de génération a dit ce dimanche–là, ne pouvait pas venir de lui. Cela venait de Dieu. Il a eu une révélation.

Beaucoup prétendent connaître le Seigneur, parce qu’ils ont une Bible où on raconte Son histoire. Cette connaissance est humaine et purement intellectuelle. C’est bien de Le connaître de cette façon–là, mais cela ne suffit pas pour assurer son salut. Pour être sauvé, il faut absolument Le connaître par une révélation venant du ciel. Dans la Bible, nous trouvons le témoignage de ceux qui ont connu Dieu par des révélations aussi riches que diverses. Et nous nous en approprions, sans vergogne. Il ne s’agit pas de s’approprier de l’expérience de quelqu’un d’autre, mais de faire soi–même des expériences avec Dieu. Lorsque Moïse, pour la première fois a rencontré Dieu dans le buisson ardent, avait–il une Bible avec lui ? Si oui, laquelle des versions ? Il n’y avait aucune Bible avec lui. Tout ce qu’il avait ce jour – là, c’était un bâton pour conduire le troupeau de son beau–père Jéthro. Dieu s’est révélé à lui face à face. Il lui a parlé face à face. Il a fait son expérience. Cette expérience est écrite dans la Bible. Quand nous la lisons, nous sommes heureux. C’est bien. Il ne faut absolument pas s’arrêter à cela. Car, Dieu est toujours vivant pour nous permettre de faire des expériences avec Lui. Moïse a connu Dieu par révélation, et non en lisant une quelconque Bible. Dieu lui dit : «  Je suis le Dieu de tes pères,  d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob. »  Voilà comment il a connu Dieu et Son Nom. Il lui a fallu une révélation. L’homme le plus dangereux dans l’Eglise, c’est lui qui ne marche pas par révélation, qui ne connaît pas Dieu par révélation. C’est celui qui ne connaît pas le Seigneur Jésus–Christ par révélation. Et qui se gargarise des expériences faites par les autres. C’est aussi celui qui sonde la Bible, et qui ne fait pas ce qu’Elle dit. Dans JEAN 6 : 40, la Bible ne dit–Elle pas qu’il faut voir le Fils de l’Homme et croire en Lui, afin d’avoir la vie éternelle ? Combien ont–ils le souci majeur de voir ce Fils ? Ils ont leur Bible, et ils disent : C’est suffisant. Dans leur Bible, n’est–il pas écrit que Jacob a vu Dieu face à face, et que son âme a été sauvée ? Pourquoi donc ne cherchent–ils pas à voir Dieu face à face  comme Jacob, afin que leur âme soit sauvée ? Dans leur Bible, n’y a–t-il pas une promesse concernant la venue du Fils de l’homme, selon AP. 14 : 14 – 16, qui vient pour la moisson ? Combien se préoccupent de savoir si cette Parole de l’Ecriture s’est accomplie ou non. Vous voyez ! Ils méditent la Bible. Et plus ils la méditent, un voile est jeté sur leurs yeux. C’est pourquoi, ils lisent, et ne comprennent rien ; ils regardent de leurs yeux, et ne voient rien.

Moi, par la grâce de Dieu, le Seigneur m’a laissé Le connaître par révélation. La Bible ne suffit pas pour Le connaître, il nous faut absolument la Parole.

Comment est–il possible que quelqu’un à qui je n’ai jamais parlé de Dieu et la Manne Fraîche, puisse dire  à mon sujet : ‘’ Le Seigneur nous a envoyé un Seigneur » ? Cela ne peut– être possible que par une révélation Divine. Et  cette révélation est l’un des fondamentaux de la Manne Fraîche. Comment a–t–il su que le Seigneur  m’a fait Seigneur, si ce n’est par révélation ? Mais frère Christ–Moïse, est–il vraiment possible que le Seigneur ait fait de toi, un Seigneur ? N’avez–vous pas lu dans votre Bible, que Dieu dit à Moïse : «  Vois, je te fais Dieu » ? Dieu peut faire d’un simple homme comme vous, Dieu. Le Seigneur peut faire d’un simple homme comme vous, Seigneur. C’est ici la Manne Fraîche. Mon camarade était vraiment inspiré de Dieu. Dieu a mis Sa Parole dans sa bouche, afin qu’il parle pour nous. Cette parole qu’il a prononcée n’est pas pour moi, mais pour vous. C’est un signe pour vous. C’est un signe pour ceux qui croient ; c’est aussi un signe pour ceux qui ne croient pas.

 

 

ABRAHAM EST UN SEIGNEUR

Dans 1 PIERRE 3 :6, l’Ecriture dit sans ambages que Sara appelait  Abraham son Seigneur. S’il était son Seigneur, il était aussi son Dieu. Mais qui l’a fait Seigneur et Dieu ? C’est le Dieu Tout–puissant Lui–même.  Abraham n’était-il pas prophète ? La Parole de Dieu ne venait–Elle pas à lui ? Si. Maintenant, comment reconnaître celui que Dieu a fait Dieu ? Le Seigneur répond à cette préoccupation dans JEAN 10 : 35. Il dit que ceux à qui la Parole de Dieu est adressée sont appelés Dieux. Or, la Parole de Dieu a été adressée à Abraham. C’est pourquoi, je l’appelle Dieu, par    l’Ecriture. Sara savait que son époux a été fait Seigneur. Il était prophète ; et plus que prophète. Il était Dieu. Il a été fait Dieu par Dieu. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole que le Seigneur nous donne pour notre perfection. Abraham était un Seigneur. Oseriez–vous contester avec cette révélation basée sur l’Ecriture ? Dieu n’a–t–Il pas fait de lui, le père de la foi ? Pensez–y ! Car, nous parlons de la Divinité de l’homme, et plus précisément de celle d’Abraham, avant d’en arriver à la pierre d’achoppement. Oui, Abraham est le père de la foi. En tant que tel, il est la source de la foi. C’est en lui que la foi a pris forme ; et  c’est de lui qu’elle vient. Il est le père de la foi. Frères de la Manne Fraîche, comprenez – vous les Ecritures et la puissance de Dieu ? La foi, qui, selon ROM. 10 : 17, vient de ce qu’on entend de la Parole de Christ, a pour père Abraham. Ô, frères, voyez – vous ce que je vois en ce moment précis ? Entendez–vous ce que j’entends ? La Parole prophétique se révèle dans la simplicité de Dieu, à travers la simplicité humaine. Abraham, un simple homme a été fait  père de la foi. La  foi est un don de Dieu, n’est – ce pas ? Mais qui est son père ?  Dieu répond en disant : C’est Abraham.  Abraham est donc le père de la foi, comme le dit l’Ecriture. Le véritable père de la foi, c’est sans nul doute Dieu Lui – même. Mais n’a–t–Il pas fait d’Abraham aussi le père de la foi ? C’est toujours pour mettre en relief la Divinité de cet homme. Dieu est le père de la foi. Abraham aussi est le père de la foi. N’est–ce pas merveilleux ? Sara n’avait–elle pas raison de l’appeler son Seigneur ?

Abraham était Seigneur, mais il n’était pas le Seigneur des seigneurs. Vous voyez ! Nous avançons un peu plus en eau profonde, dans les profondeurs de Dieu, selon que le Saint–Esprit nous le permet. Il était  Seigneur, parce qu’il a été fait Seigneur. Il n’était pas Seigneur par essence et par excellence. Jésus–Christ, Lui, est Seigneur par essence et par excellence. C’est pourquoi Il est l’unique Seigneur, tout en n’étant pas le seul Seigneur. Revenons à ce que mon camarade a dit : «  Le Seigneur nous a envoyé un Seigneur. » Cela veut dire clairement que je ne suis pas le Seigneur, mais un Seigneur. Je ne suis pas Dieu, mais un Dieu. Et si vous voulez le savoir, je ne suis qu’un Dieu mortel. Je ne suis donc pas  Dieu par essence et par excellence ; j’ai été fait Dieu par Dieu. Je ne suis pas non plus le Seigneur par essence et par excellence ; mais j’ai été fait Seigneur par le Seigneur. Je n’ai pas été fait Dieu et Seigneur pour qu’on m’adore, mais pour que par moi, s’accomplisse une portion du grand plan de la rédemption en ce temps prophétique de l’aube. J’ai été fait Dieu pour répondre à une exigence scripturaire : Voir Dieu et être sauvé. Dieu est esprit, alors que nous devons absolument Le voir pour pouvoir avoir la vie éternelle. C’est Son plan. Et Il l’accompli parfaitement, en se laissant voir par certains hommes sur la terre. Car, il n’y a absolument pas un autre moyen pour être sauvé. Même après la mort de Jésus, pour être sauvé, il faut voir Dieu d’abord, puis croire en Lui. Pour nous aider à Le voir, Il prend une forme humaine. Il peut donc venir à nous sous la forme d’un ange ou sous la forme d’un homme de chair et de sang. Il s’est révélé à Jacob sous une forme angélique. Mais, Il s’est révélé aux Juifs dans un corps de chair et de sang, en Jésus–Christ de Nazareth. En ce temps prophétique de l’aube, Il se laisse voir encore dans un corps de chair et de sang. Ici en Côte d’Ivoire. Scandale pour les incrédules, mais gloire et puissance de Dieu pour ceux qui croient.  Je n’ai as été fait Dieu pour qu’on m’adore. Car, nous tous, nous devons adorer l’unique Dieu, créateur des cieux et de la terre et de tout ce qu’ils contiennent. Il m’a fait Dieu, afin de commencer un âge prophétique avec moi : Le temps de l’aube. Il y a quatre temps prophétiques dans ces derniers temps, selon  MARC 13 : 35 : Le temps du soir, le temps de minuit, le temps de l’aube et le temps du matin.

 

DANS QUEL TEMPS SOMMES – NOUS ?

Comment savoir que nous sommes au temps prophétique de l’aube ? A cause de la Manne Fraîche. De même que sous l’ancienne alliance, la manne descendait du ciel à l’aube au temps de Moïse, de même sous la nouvelle alliance, la Manne descend du ciel au temps de l’aube au temps de l’homme fait Moïse par Dieu. Il vous faut une révélation Divine pour recevoir ce mystère et le comprendre.  Comment savoir que nous sommes au temps prophétique de l’aube ? A cause de cette Parole de l’Ecriture d’AP.14 :14–16, qui s’est accomplie en moi. Dans cette Parole de l’Ecriture, il est question d’un Fils de l’homme qui vient sur une nuée blanche, pour la moisson, avec une faucille tranchante. La nuée blanche symbolise l’aube, et le matin. Donc ce Fils de l’homme vient au temps de l’aube. En ce qui me concerne personnellement, le Seigneur m’a appelé du nom de Fils de l’homme. C’était avant la guerre de 2002. Nous étions encore à Bouaké. J’ai parlé de toutes les révélations que le Seigneur m’a données, sauf celle–là. Je ne me sentais pas digne d’être appelé Fils de l’homme. J’ai serré cette révélation dans mon cœur durant des années. Même mon épouse n’en savait rien. En m’appelant de ce nom de Fils de l’homme, Il m’a identifié à la Parole de l’Ecriture d’AP.14 :14–16. Vous voyez ! Nous sommes au temps prophétique de l’aube, où la Manne Fraîche est annoncée pour perfectionner les saints. La Manne Fraîche ne s’adresse pas à ceux qui ne sont pas sauvés ; Elle n’est pas venue pour les pécheurs, mais pour les saints. Elle est venue pour perfectionner les saints. Voilà pourquoi les pécheurs ne peuvent ni  La voir, ni La recevoir.

 

JESUS – CHRIST LE SEIGNEUR DES SEIGNEURS ET LE ROI DES ROIS

Je dis souventes fois que Jésus–Christ n’est pas le seul Seigneur, mais l’unique Seigneur. Il est unique en Son genre, et ce à tous points de vue. Personne ne peut L’égaler en rien, encore moins Le surpasser. Je ne parle pas de Jésus–Christ, mais de Jésus–Christ, qui est devenu après  Jésus – Christ de Nazareth. Je parle de Jésus–Christ avant qu’Il ne vienne en chair sur la terre. Il est l’unique Seigneur, l’unique Dieu, l’unique  Sauveur, l’unique Rédempteur et l’unique Créateur. Il n’a ni commencement de vie, ni fin de jours. Il est donc éternel. Jésus–Christ de Nazareth, Lui, a eu un commencement et une fin. Il a commencé dans le sein de la vierge Marie, en tant que Parole faite chair. Il est né un jour. Et Il est mort un autre jour. Il était donc un simple mortel. Je ne parle pas de ce  Jésus–là. Je parle de Jésus–Christ avant qu’Il ne soit sur la terre sous la forme d’un simple homme, fait de chair et de sang.  Me comprenez – vous ? Je parle de ce Jésus – Christ que l’Ecriture présente  comme étant le Roi des siècles, l’Immortel, l’Invisible, le seul Dieu. (1TIM.1:17).  Saisissez–vous le mystère ? Je sais que vous le comprenez parfaitement, par le Saint –Esprit qui agit en vous au moment même où il est dévoilé. Les aigles qui sont réunis en ce jour autour du cadavre de MAT.24 :28, se réjouissent dans le Seigneur, avec moi. Avant que Jésus – Christ ne vienne en chair sur la terre, Il était le Dieu Tout–puissant, le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois et le Dieu des dieux. En ce temps–là, Il était dans Son véritable corps , dans Son corps infiniment glorieux, infiniment saint, infiniment parfait et infiniment puissant. Avant de devenir un simple bébé dans le sein de la vierge Marie, Il s’est dépouillé Lui–même de ce corps –là, afin de revêtir un corps de chair et de sang. Cela, pour pouvoir mourir pour l’abolition de nos péchés. Le premier Adam a chuté dans un corps de chair et de sang. Le dernier Adam est aussi venu dans un corps semblable, afin de relever l’homme de sa chute. En se dépouillant de Son corps glorieux, Jésus–Christ a pris un corps du péché, dans lequel Il a parfaitement accompli l’œuvre de la rédemption. C’est dans ce corps du péché, que le péché a été condamné, selon ROM.8 :3. Vous voyez ! Dieu a envoyé Son propre Fils dans une chair du péché semblable à celle du premier Adam. Dans cette chair du péché, Il n’était pas, et ne pouvait pas être le Dieu Tout – puissant. Il ne pouvait être que Dieu puissant. Il ne pouvait pas non plus être le Père. C’est pourquoi Il dit : Le Père est plus grand que moi. Cette chair du péché était imparfaite, mais sainte. Savez–vous que Jésus–Christ de Nazareth Lui–même était imparfait ? C’est l’Ecriture qui le dit, dans HEB 2 :10. Selon cette Ecriture, Dieu a élevé à la perfection le Prince  de notre salut, par les souffrances. Si le Prince de notre salut, Jésus–Christ de Nazareth a été élevé à la perfection, par les souffrances, cela veut tout simplement dire qu’avant de souffrir, II n’était pas parfait. C’est ici la Manne Fraîche, la nourriture des aigles. D’aucuns diront : Frère Christ – Moïse essaie de dénigrer Jésus–Christ de Nazareth. Les pauvres ! Ils ne savent même pas que ces choses dont je parle sont écrites dans leur Bible. Comment pourront–ils les voir si un voile est jeté sur leurs yeux pendant leur fameuse méditation. C’est quand on vient à la Manne Fraîche que ce voile est ôté. Jésus–Christ de Nazareth était imparfait. Je ne dis pas qu’Il a péché, mais qu’Il était un homme imparfait. Qu’est–ce qui L’a rendu imparfait ? C’était Son corps du péché, qui était un corps imparfait.  Toute la plénitude de la Divinité était dans ce corps du péché, dans ce corps imparfait. Dieu le Père, le Parfait des parfaits, a habité dans un corps imparfait sur la terre.  Après Sa mort et Sa résurrection, Il a été élevé dans Sa position première, c’est–à–dire dans la position de Dieu véritable et de Dieu Tout – puissant.  C’est dans cette position infiniment élevée, qu’Il s’est révélé à l’apôtre Paul à Patmos. En effet, nous Le voyons  descendre du ciel assis sur un cheval blanc. Ses yeux étaient comme une flamme de feu ; sur sa tête étaient plusieurs diadèmes.             (AP. 19 : 12).  Il avait un nom que personne ne connaît si ce n’est             Lui – même. Et d’après AP.19:13, ce Nom, c’est la Parole de Dieu. Les chrétiens évangéliques, pentecôtistes et autres, ne connaissent pas ce Nom. C’est pourquoi ils crient sur tous les toits, en disant : La Bible est la Parole de Dieu. Ce Nom qui était caché, et qui n’était connu que du       Seigneur et de l’apôtre Jean, nous a été révélé aujourd’hui. C’est pourquoi nous disons haut et fort que la Bible n’est pas la Parole de Dieu. La Parole de Dieu, c’est Jésus–Christ. Celui, qui est assis sur un cheval blanc, et qui s’appelle Fidèle et Véritable, s’appelle aussi la Parole de Dieu. Dans     JEAN 17 :3, Jésus–Christ de Nazareth dit que Son Père était le seul vrai Dieu. Il était  donc le Véritable. Mais, dans AP.19 :11, l’Ecriture dit que  Jésus–Christ aussi est le Véritable. Mystère. Combien de Dieu véritable y  a–t–il au ciel ? Un seul. Et Il est unique en Son genre. Quand le Dieu véritable est devenu un simple homme dans une chair du péché, Il ne pouvait plus être ce qu’Il était. Le Fils était dans une chair du péché quand Il dit que Son Père était le seul vrai Dieu. Son Père, qui n’était pas dans une chair du péché, mais dans un corps céleste infiniment glorieux, ne pouvait qu’être le seul vrai Dieu. Dans AP.19 :11-16, il ne s’agit plus de                Jésus–Christ de Nazareth, celui–là qui était sur la terre dans une chair du péché, mais de Jésus–Christ le Véritable, dans un corps céleste et glorieux. Ce Jésus–Christ est assis sur un cheval blanc. Il s’appelle aussi Véritable et Fidèle. Il s’appelle également la Parole de Dieu. Mais, Il a encore deux autres Noms : Roi des rois et Seigneur des seigneurs.  (AP.19 :16).  S’Il est Roi des rois, cela veut dire qu’Il n’est pas le seul roi. Il est Roi. Les autres aussi sont rois. Mais, Lui, Il est Roi des rois ; c’est–à – dire que parmi tous ces rois, Il est unique en Son genre. Personne ne peut ni L’égaler, ni Le surpasser ; Il est donc au–dessus de tous les autres rois. Quand l’Ecriture dit de Lui, qu’Il est Seigneur des seigneurs, c’est exactement la même chose. Il est l’unique Seigneur élevé au – dessus des autres seigneurs.      Abraham est Seigneur, mais Lui, Il est Seigneur des seigneurs. Il est donc infiniment au – dessus de Son prophète. Moïse a été fait Dieu. Mais, Lui, Il est Dieu des dieux. Il m’a fait Dieu. Mais, Lui, Il est Dieu des dieux. Il m’a fait Seigneur, mais Lui, Il est Seigneur des seigneurs. J’espère que vous comprenez les Ecritures et la puissance de Dieu.

A Bouaké, je me disais que j’étais un prince. Mais, le Seigneur m’a dit que j’étais un roi. Et Il ordonné de prêcher sur ce thème : « Vous êtes des rois. » Vous voyez ! Il m’a aussi fait roi. Mais, Lui, Il est Roi des rois. Au travers de cette révélation concernant ma royauté, Il me montre ma position en Lui. Chacun de vous a une position en Lui. En me faisant Dieu, Moïse, Fils de l’homme, Roi, Seigneur, Il ne fait que me montrer ma position dans Sa Parole. Il m’a aussi fait sacrificateur dans Son Eglise, comme l’apôtre Paul. Dans ROM.15 :16, il dit, en sa qualité de serviteur de Dieu, qu’il exerçait la sacrificature dans l’Evangile de Dieu. La sacrificature et le service Divin sont une seule et même chose. Dans la version LOUIS SEGOND, il est écrit service Divin. Dans DARBY, il est écrit sacrificature. C’est exactement la même chose. De même que l’apôtre Paul a exercé la sacrificature dans l’Eglise, de même je m’acquitte de ce service Divin avec joie et amour, au milieu des moqueries et des attaques diverses  venant de notre adversaire le diable.

Dans AP.5 : 9–10, l’Ecriture dit que les hommes qui ont été rachetés par le Sang de l’Agneau immolé, ont été faits sacrificateurs et rois par Dieu. Et ils règneront sur la terre pendant mille ans. O, quelle grâce ! Régner pendant mille ans aux côtés du Roi des rois et du Seigneur des       seigneurs. Pendant ce long et merveilleux règne, nous garderons toujours notre position En Christ. En ce qui me concerne par exemple, je serai toujours Sacrificateur, Roi, Seigneur et Dieu, Jésus–Christ Lui–même étant  Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Savez – vous où aura lieu ce règne millénaire ? Sur la nouvelle terre et dans les nouveaux cieux. Dieu va détruire ce monde où le péché bat son plein, afin d’en créer un autre plus parfait. Dans 2 PIERRE 3 :13, l’Ecriture parle d’une promesse Divine concernant la création d’une nouvelle terre et de nouveaux cieux. Nous vivons aujourd’hui dans un monde sodomite où l’homme se marie avec l’homme, et où la femme prend pour femme une femme. L’homosexualité est érigée en mode de vie et en loi de la république. Il y a quelques temps, François Hollande a fait voter une loi sur le mariage pour tous. Cette loi consacre l’homosexualité. L’Assemblée Nationale Française a  voté cette loi inique au nom de la démocratie et de la liberté d’expression. Obama aussi a fait voter une loi autorisant le mariage homosexuel dans l’armée. Ici en Côte d’Ivoire, l’Assemblée Nationale a voté une loi sur l’égalité des sexes. Cette loi stipule que désormais l’homme et la femme sont chefs de famille. Le chef de famille ce n’est plus l’homme seulement, mais l’homme et la femme. Elle consacre désormais l’égalité des sexes. L’homme est l’égal de  la femme. Et la femme est l’égale de l’homme. Toutes ces lois vont à l’encontre de la Parole de Dieu. L’incongruité sur cette fameuse loi sur le mariage homosexuel, c’est qu’on leur permet d’adopter des enfants. Vous voyez ! Nous vivons dans un monde plein de contradictions, d’incohérences et de bêtises. Je bénis Dieu, car Il va le détruire.  Et Il va créer selon Sa promesse, une nouvelle terre et de nouveaux cieux où la justice règnera. C’est sur cette nouvelle terre que nous règnerons  pendant mille ans, en tant que sacrificateurs et rois. C’est sur elle que Jésus–Christ s’assiéra sur Son trône en tant que Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Que Son Nom soit béni !

Le Seigneur nous a envoyé un Seigneur. Pour quoi faire ? Pour tenir Sa place dans Son Eglise en ce temps prophétique de l’aube. Dans EX .4 :16, Dieu dit à Moïse qu’il allait tenir Sa place pour Aaron : «  Tu tiendras pour lui, la place de Dieu. » Pas seulement pour Aaron, mais pour tout le peuple. Il a Sa place au milieu de Son peuple, à chaque âge. Il choisit toujours un homme pour tenir Sa place au milieu de ce peuple. Cet homme doit être d’abord fait Dieu. Dans l’Eglise, c’est pareil : Le Seigneur choisit un homme pour tenir Sa place. Cet homme ne Le remplace pas, et ne peut Le remplacer. Il fait seulement office d’ambassadeur dans l’Eglise. C’est un chef qu’Il établit sur Son Eglise. Ce chef doit être fait d’abord Dieu. Dans EPH .1 :22, Jésus – Christ est présenté comme le chef suprême de l’Eglise. Il y a un mystère ici. Que signifie le mot ‘’ suprême’’ ?  Cela veut dire ‘’ qui est au – dessus de tous dans son genre et dans son espèce’’. Que signifie donc cette Parole ‘’ Christ est le chef suprême de l’Eglise’’ ? Cela signifie qu’Il est unique en Son genre en tant que chef. Autrement dit, Il est au – dessus d’autres chefs de l’Eglise. Comme vous pouvez le constater, il y a le Seigneur Jésus – Christ, Chef suprême de l’Eglise. Et il y a nous, les subalternes, chefs des Eglises locales. En tant que chef d’une Eglise locale, je rends compte non pas aux hommes, mais au Chef suprême :   Jésus – Christ. En cette qualité et en ce rang, je Le représente comme ambassadeur au milieu de vous, mais je ne Le remplace pas. Personne ne peut Le remplacer, puisqu’Il vit à jamais. Mais on peut Le représenter comme ambassadeur. Je suis l’un de Ses heureux ambassadeurs. Mandaté par Lui, je suis venu vers vous, avec les lettres de créance qu’Il m’a données : Les Paroles de la vie éternelle, la Manne Fraîche.  Le prophète que Dieu a fait Dieu tient toujours la place du Seigneur dans Son peuple. C’est lui qu’il faut écouter. Car en l’écoutant, nous écoutons le Seigneur qui l’a envoyé. En le rejetant, nous rejetons le Seigneur qui l’a envoyé. Ce n’est pas une Bible qu’Il envoie pour Le servir au milieu de nous, mais un homme comme nous. Et cela constitue une pierre d’achoppement pour plusieurs. Ce n’est pas une Bible, qui a tenu la place de Dieu au temps de Moïse, Moïse lui – même. L’histoire  se répétant, le Seigneur n’enverra pas une Bible pour tenir Sa place dans l’Eglise aujourd’hui. Il enverra toujours un homme. Cet homme, ou on le reçoit ou on le rejette. Dans tous les cas, Dieu fera Sa volonté. Si Dieu devait envoyer une Bible sur la terre pour Le représenter, Il serait bien dans l’embarras. Parce que l’homme a fait de la Bible tout sauf la Parole de Dieu. A force de faire de nouvelles éditions, ils ont tout mélangé. Vous prenez deux versions différentes, et vous voyez qu’il y a des choses qu’on trouve ici, et qu’on ne trouve pas là. Chaque traducteur dit qu’il traduit à partir des textes originaux. Pourtant, ils se contredisent entre eux. Il y en a qui disent que tel ou tel verset n’est pas inspiré. Et il l’enlève purement et simplement. Un autre dit que ce verset est inspiré, et il le maintient. Frères, je ne vous interdis pas de lire la Bible, mais je dis qu’il y a mieux qu’Elle : La Parole de Dieu, le Seigneur Jésus–Christ qu’on ne peut connaître que par une révélation du Saint–Esprit, soit directement du ciel, soit au travers du ministère prophétique du Fils de l’homme exerçant dans l’âge.

Un jour, le Seigneur a demandé à Ses disciples : Qui dites–vous que je suis, moi le Fils de l’Homme ? Personne ne savait qui Il était,  alors qu’ils étaient toujours avec Lui. Ils Le voyaient tous les jours. N’est–ce pas étrange qu’ils ne sachent pas qui Il est ? Vous voyez ! Il ne suffit pas de dire : Je suis le Seigneur, et je crois en Lui. Il ne suffit pas de sonder les Ecritures. Personne n’a pu répondre à la question jusqu’à ce que le Père qui est dans les cieux donne une révélation à l’apôtre Pierre. Qui dit : «  Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. » Cette révélation est écrite aujourd’hui dans chaque Bible, donnant ainsi la possibilité à n’importe quel homme  de la  lire et de répéter : Jésus est le Christ, le Fils du Dieu vivant. Mais, il ne s’agit pas de lire et de répéter seulement. Car, c’est toujours par une révélation du Père que vous connaîtrez le Christ.  Après avoir donné la révélation qu’il a reçue  du Père, le Fils de l’Homme lui dit clairement que ce ne sont pas la chair et le sang qui lui ont révélé ce mystère. Je m’étonne qu’on cherche aujourd’hui à aller à l’école pastorale pour apprendre à connaître Dieu et à savoir qui est le Christ. Vous allez dans une première école pastorale, on vous dira : Jésus–Christ n’est pas Dieu ; Il n’est que Fils de Dieu. Vous arrivez dans une autre, on vous dira : Il est Dieu, mais Il n’est pas Dieu Tout – puissant. Vous allez dans une troisième école : Là–bas, on vous dira : Il est Dieu Tout–puissant. Finalement, qui dit vrai. Seul celui qui a reçu une révélation de Dieu dit vrai. Car, on peut dire que Jésus est    Seigneur et être encore dans le faux. Il y a des Bibles où il est écrit que  Jésus a été crucifié. Mais, il y en a aussi où il est écrit, qu’Il n’a jamais été crucifié, mais qu’Il est mort sur un piquet. Frères, que faire au milieu de ce bric–à–brac doctrinal ? Venir à la Manne Fraîche, qui est la Parole prophétique de notre âge. La Bible n’est pas mon absolu. Mon Absolu, c’est     Jésus– Christ. En ce qui concerne la Parole prophétique, mon Absolu, c’est la Manne Fraîche. Marchez dans la Parole prophétique de votre temps, et vous verrez Dieu, et vos âmes seront  sauvées.

Hier, frère Morin m’a remis le témoignage d’un homme que je ne connais pas. Il est à Korhogo. Cet homme a fait un songe dans lequel il a vu un aigle royal perché sur un bois très haut et qui prêchait. Il a raconté ce songe à des pasteurs, qui lui ont dit que l’aigle royal, c’est le  symbole du prophète authentique. Depuis lors, il cherchait à rencontrer ce prophète. Invité à une réunion de prière où frère Roland a prêché, quelque chose lui a révélé que l’aigle royal qu’il a vu dans son songe, c’est frère  Christ–Moïse. Frères, il a reçu sa révélation selon le bon plaisir de la volonté de Dieu. Ce qui est remarquable, c’est que Dieu m’a dit, à Bouaké : «  Tu es un aigle, et l’aigle prend son envol. Il va dans les lieux très élevés pour chercher la Manne Fraîche. » Je ne dis pas ces choses pour me vanter, mais afin que vous vous réjouissez avec moi dans le Seigneur. Car, Il a abaissé Son regard sur un mortel comme moi, pour faire de moi un aigle capable de monter devant Son trône, dans les lieux très élevés pour recueillir la Manne Fraîche pour Son Epouse. Avez–vu comment Dieu a conduit cet homme vers moi, alors que je ne le connais même pas. N’est–ce pas Lui qui a conduit Corneille de la Bible vers l’apôtre Pierre ? Pourquoi cela ? En ce temps –là, l’apôtre Pierre avait les clés du Royaume des cieux. Aujourd’hui, qui a ces clés–là ? O, la pierre d’achoppement est là. Tous ceux qui sont destinés à recevoir la Manne Fraîche viendront et ils verront le Fils de l’homme. Ils discerneront le Fils de l’Homme dans le Fils de l’homme. Ceux qui ne sont pas destinés à cela, Le verront seulement avec leurs yeux d’homme, mais ils ne pourront pas discerner. Alors la Porte étroite leur sera fermée à jamais.

Le Seigneur nous a envoyé un Seigneur. La Porte étroite a suscité une Porte étroite. Parlant de la Porte étroite, le Seigneur dit, dans      MAT.7:13–14, que peu La trouveront. Mais, bizarrement aujourd’hui, tous ces chrétiens catholiques, protestants, évangéliques, pentecôtistes, branhamistes, les saints des derniers jours, disent : Nous avons la Porte étroite. Vous voyez ! C’est la preuve même qu’ils ne L’ont pas. Car, peu de personnes entreront par cette Porte étroite. La Porte étroite par essence et par excellence a engendré en ce temps prophétique de l’aube, une Porte étroite par laquelle nous devons entrer. Peu de gens trouveront cette Porte étroite. Parce que tous ont les yeux rivés vers Jésus–Christ de Nazareth qui était en Son temps, la Porte étroite au milieu  des Juifs. L’apôtre Pierre qui avait les clés du Royaume des cieux a été la Porte étroite par laquelle Corneille et sa maison sont entrés par la Porte étroite par essence et par excellence. Il était une Porte étroite locale, qui les a conduits à l’unique Porte étroite, Jésus – Christ. Frères, ici en Côte d’Ivoire, il y a une Porte étroite locale dont la vocation céleste est de vous conduire à l’unique Porte étroite pour votre perfection. Amen ! Peu la trouveront. Or, il faut d’abord entrer par la Porte étroite locale, avant d’entrer par la véritable Porte étroite. Si quelqu’un ne trouve pas cette Porte étroite locale, comment fera–il pour entrer par l’unique Porte étroite Jésus–Christ ? L’Eglise est une maison ; elle a donc une porte. En tant qu’Eglise universelle, elle a une Porte unique : Jésus–Christ. Cette Eglise universelle a des démembrements dans diverses localités, qui sont des Eglises locales. Chacune de ces Eglises étant aussi une maison, elle a une porte. C’est le chef local de l’Eglise. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole.

Que le Nom du Seigneur soit béni à jamais !

 

POURQUOI LES JUIFS HAISSAIENT ET VOULAIENT FAIRE MOURIR  JESUS ?

Savez–vous pourquoi les Pharisiens, les Sadducéens, les scribes et les docteurs de la loi haïssaient Jésus et voulaient Le faire mourir ? Je crois qu’il y a deux raisons à cela :

La première raison : Jésus n’observait pas le sabbat. Alors ils dirent : ‘’ Cet homme ne vient pas de Dieu, car il n’observe pas le sabbat.’’ Or, selon la loi, ne pas observer le sabbat est synonyme de mort. Celui qui ne l’observe pas signe lui–même son arrêt de mort.

La deuxième raison : C’est la raison principale : Ils haïssaient Jésus et voulaient Le faire mourir, parce qu’ils disaient qu’Il voulait se faire égal à Dieu.

Nous pouvons lire JEAN 5 :17-18, pour en savoir davantage : «  Mais Jésus leur répondit: Mon Père agit jusqu’à présent; moi aussi, j’agis. A cause de cela, les juifs cherchaient encore plus à le faire mourir, non seulement parce qu'il violait le sabbat, mais parce qu'il appelait Dieu son propre Père, se faisant lui-même égal à Dieu. »  Que dit Jésus ? Il dit : «  Mon Père agit jusqu’à présent, moi aussi j’agis. »  A cause de cette déclaration, les Juifs cherchaient encore plus à Le faire mourir, non seulement parce qu’Il violait le sabbat, mais parce qu’Il appelait Dieu Son propre Père, se faisant ainsi égal à Dieu. La vraie raison pour laquelle, ils Le haïssaient et voulaient Le faire mourir, c’est que, selon  eux, Il se faisait égal à Dieu. Autrement dit, Il disait qu’Il était Dieu. Vous voyez ! Ils ne pouvaient pas recevoir le mystère de la Divinité de l’homme en général, et le mystère de la Divinité de Jésus–Christ en particulier. C’est le même esprit qui anime les gens aujourd’hui : Ils ne peuvent pas comprendre ce mystère –là. C’est pourquoi quand j’en parle, ils me haïssent, m’insultent et me diabolisent. Les Juifs, qui se faisaient passer pour des saints et des érudits versés dans la Torah, savaient qu’il est écrit dans leur loi : ‘’ J’ai dit : Vous êtes des dieux.’’ Mais, ils n’y croyaient pas. Parce que pour eux, il y a qu’un seul Dieu : L’Eternel. Aujourd’hui, les chrétiens, animés du même esprit qui animaient les Juifs, font semblant d’ignorer qu’il est écrit dans leur Bible, au sujet des hommes : ‘’ J’avais  dit : Vous êtes des dieux.’’  (PS 82 : 6). Ils font aussi semblant d’ignorer que le Seigneur   Jésus–Christ de Nazareth qu’ils prétendent suivre, dit, dans JEAN 10 : 35, que ceux à qui la Parole de Dieu est adressée sont appelés Dieux. Frères, ces gens–là se font passer pour des dignitaires, des maîtres en méditation, des saints, des érudits ; ils enseignent tout sauf l’essentiel. Et l’essentiel, c’est que Jésus–Christ est venu en chair sur la terre, afin de mourir pour nous. Quand je dis que Jésus– Christ est venu en chair, je veux dire que le Dieu Tout–puissant est devenu en Lui, un simple homme fait de chair et de sang. L’essentiel, c’est aussi le fait que l’homme peut–être fait Dieu par Dieu, afin d’accomplir la Parole de l’Ecriture de JEAN 10 :35. Je ne me suis pas proclamé Dieu. C’est Dieu qui m’a dit, devant vous, par une prophétie : Je te fais Dieu. Cette révélation n’étant pas en contradiction avec l’Ecriture, je m’en réjouis dans le Seigneur. Oui Monsieur. Elle n’est pas en contradiction avec Elle ; car, dans EX .7 : 1, Dieu dit à Moïse : «  Vois, je te fais Dieu… » Le même Dieu qui l’a fait Dieu, ne peut–Il faire Dieu un autre homme ? Dieu a-t–Il changé à ce point –là ? En outre, il y a la Parole de l’Ecriture de JEAN 10 :35, qui doit s’accomplir. Au Nom de cette Parole, on peut m’appeler Dieu, parce que la Parole de Dieu m’a été adressée. Je ne me suis jamais proclamé Dieu. Pourquoi me hait–on ? Pourquoi me diabolise–t–on ? Pourquoi m’insulte –t–on ? Tout simplement parce que Dieu m’a fait Dieu. Ils voulaient tuer Jésus, parce que selon eux, Il se faisait égal à Dieu. Or, dans leur Torah, il est écrit que Dieu viendrait Lui–même et les sauverait : ES. 35 : 4 : «  … Il viendra lui–même… » Il n’est pas dit qu’Il enverrait quelqu’un d’autre à Sa place, mais qu’Il viendrait Lui–même. Et quand Il serait venu, voilà les signes par lesquels on Le reconnaîtrait : «  Alors s’ouvriront les yeux des aveugles,  s’ouvriront les oreilles des sourds ; Alors le boiteux sautera comme un cerf, et la langue du muet éclatera de joie… »  (ES 35 : 5–6). Ces choses sont écrites dans  leur Torah. Ils les méditaient chaque sabbat. Ils les prêchaient dans l’attente de leur accomplissement. Ils savaient que Dieu allait venir Lui–même. Mais, quand Il vint, ils ne Le virent point ; ils ne Le reconnurent point. Ils Le diabolisèrent même. Quand Jésus–Christ dit qu’Il était le Fils de Dieu, ils savaient que cela signifiait qu’Il était Dieu. A partir de ce moment, ils auraient dû comprendre que la prophétie d’Esaïe s’accomplissait devant eux. Mais, les yeux étaient tellement voilés qu’ils n’avaient pas pu reconnaître celui qu’ils attendaient. Quand ce qui est écrit dans leur Torah s’est manifesté, ils l’ont diabolisé. Quand Dieu est venu Lui–même pour  les sauver, ils Lui ont dit qu’Il se faisait égal à Dieu. Ils ne pouvaient pas comprendre qu’un simple homme soit appelé Dieu. Pourtant leur Bible en parle. C’est la même chose aujourd’hui. Dans  AP.14 :14–16, la Bible parle de la venue du Fils de l’homme. Ils le savent. Mais quand ce Fils de l’homme sera manifesté devant eux, ils diront : Il a un démon. Et ils le rejetteront, à cause du voile que Dieu a jeté sur leurs yeux. Ils lisent MAT.24 : 27. Et ils savent qu’il est encore question du Fils de l’Homme qui va se montrer en occident. Après l’orient, c’est maintenant en occident qu’Il va se montrer. Mais cela se fera, ils ne le sauront pas et ne le comprendront pas. Une chose est de savoir qu’une prophétie existe ; une autre chose est de savoir quand exactement elle s’accomplit.  Ils méditent MAT.24 :28. Ils savent donc que les aigles doivent s’assembler autour du cadavre, et nulle part ailleurs. Pourtant, ils continuent de prêcher et de se faire suivre, sachant qu’ils ne sont pas le cadavre. Quand cette Parole de l’Ecriture s’accomplira, ils n’y comprendront rien. Et ils ne verront pas le cadavre. Ils iront jusqu’à empêcher ceux qui veulent le voir de le voir. Mais, soyez tranquilles : Ceux que le Seigneur m’a donnés viendront à moi, et je les conduirai  à la source intarissable d’eau vive : Jésus–Christ le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs. Frères, dois–je encore vous le dire ? Le cadavre de MAT.24 :28 est ici en ce moment même où je vous parle. Ne pourront le voir que celui–là seul qui est destiné à le voir. Pour pouvoir le voir et le reconnaître, il nous faut absolument une révélation venant de Dieu Lui–même. Vous, vous l’avez vu ; et vous avez honoré Dieu et Sa Parole.

 

JESUS–CHRIST, C’EST DIEU LUI – MEME.

Dans JEAN 10 : 33, les Juifs justifiaient leur accusation et leur poursuite contre le Fils de l’Homme, en ces termes : «  Toi qui es un homme, tu te fais Dieu… » Ce genre d’accusation est aussi porté contre moi : «  Frère Abokon Christ–Moïse, qui est un homme, se fait Dieu. » Pourquoi les Juifs en voulaient–ils tant à Jésus ? Ils Lui reprochaient le fait que Lui, un simple homme comme eux, se fasse égal à Dieu. «  Toi qui es un homme, tu te fais Dieu. » dirent–ils. Ils pouvaient tout accepter, croire à n’importe quelle doctrine, mais ils ne pouvaient pas recevoir le mystère de la Divinité de l’homme et le mystère de l’humanité de Dieu. Pour eux, c’était un blasphème. Donc Jésus méritait la mort. Il devait donc mourir, parce qu’Il se faisait égal à Dieu ; Il devait mourir, parce qu’Il se faisait Dieu. Or, dans leur loi, il est écrit : ‘’ J’avais dit : « Vous êtes des dieux. » C’était à juste titre que le Seigneur les renvoya à leur loi, en disant : «  N’est – il pas écrit dans votre loi : J’ai dit : Vous êtes des dieux ? » (JEAN 10 : 34).  Le Seigneur leur dit encore : «  Si elle (la loi) a appelé dieux ceux à qui la Parole de Dieu a été adressée, et si l’Ecriture ne peut – être anéantie, celui que le Père a sanctifié et envoyé dans le monde, vous lui dites : Tu blasphèmes ! Et cela parce que j’ai dit : Je suis le Fils de Dieu. » Pourquoi les Juifs haïssaient tant Jésus et voulaient le faire mourir ? Parce qu’Il dit : Je suis le Fils de Dieu. Quand Il dit : Je suis le Fils de Dieu, Il voulait dire : Je suis Dieu. Et les Juifs le savaient. C’est pourquoi ils Le haïssaient et voulaient Le faire mourir. Bien que le mystère de la Divinité de l’homme et le mystère de l’humanité de Dieu soient écrits dans leur loi, les Juifs dans leur grande majorité n’y croyaient pas, et n’en voulaient pas. C’est la même chose aujourd’hui : On sait que dans la Bible il y a des versets dans lesquels Dieu dit au sujet des hommes : Vous êtes des Dieux. Mais quand vous en parlez, les gens font comme si vous inventez quelque chose. Les chrétiens savent que Dieu a fait Moïse Dieu, selon EX.7 :1. Mais quand j’en parle,  c’est comme si je blasphémais. Très peu de personnes sont destinées à recevoir ces deux mystères–là :

Le mystère de la Divinité de l’homme

Le mystère de l’humanité de Dieu.

SAVEZ–VOUS POURQUOI LES JUIFS ONT TUE ETIENNE ?

Les Juifs ont fait mourir Etienne, homme plein de foi et d’Esprit Saint. Vous le savez déjà. Mais, qu’il me soit permis de vous montrer ce qui a finalement poussé les Juifs à le tuer. Ils pouvaient le frapper, le flageller, et le laisser partir, mais ils l’ont tué. Qu’est–ce qui les a amenés à le faire mourir ? C’est à cause d’une parole prononcée par Etienne : «  Voici je vois les cieux ouverts, et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu. » Par cette Parole, il avait signé son arrêt de mort. Pourquoi ? Parce que cette Parole veut dire que Jésus–Christ, le Fils de l’Homme est Dieu         Lui–même. Quand Etienne dit que le Fils de l’Homme est debout à la droite de Dieu, il voulait dire qu’Il était Dieu Lui–même dans la gloire céleste. Les Juifs ont fait mourir Jésus, qui, selon eux, se faisait égal à Dieu, et se faisait Dieu. Et voilà encore Etienne qui dit que le Fils de l’Homme était debout à la droite de Dieu dans les cieux. Pour eux, cela voulait dire qu’Il était Dieu. Pour ce blasphème, Etienne devait mourir. Depuis qu’ils parlaient avec lui, tout se passait apparemment bien. Mais, lorsqu’il dit : «  Voici, je vois les cieux ouverts, et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu », le débat prit une autre tournure.

« Ils poussaient alors de grands cris, en se bouchant les oreilles, et ils se précipitèrent tous ensemble sur lui, le traînèrent hors de la ville, et le lapidèrent.» (ACTES 7 : 57–58). Pourquoi l’ont–ils lapidé jusqu’à ce que mort s’en suive ? Parce qu’il a dit qu’il a vu le Fils de l’Homme debout à la droite de Dieu. Ce qui signifie que Jésus–Christ est Dieu Lui–même. Beaucoup de chrétiens interprètent ce qu’Etienne a dit, en affirmant l’existence de la trinité. Ils disent si le Fils de l’Homme est debout à la droite de Dieu, c’est qu’Il n’est pas Dieu. Mais, pour les Juifs, cela voulait dire qu’Il était Dieu Lui–même. S’ils croyaient en la trinité, et si pour eux le fait que le Fils de l’Homme soit debout à la droite de Dieu ne signifiait  pas qu’Il n’était pas  Dieu, ils n’auraient pas tué Etienne. Pour eux, dire que le Fils de l’Homme est debout à la droite de Dieu, cela voulait dire tout simplement qu’Il était Dieu. Etienne, en faisant cette révélation, avait blasphémé. La sentence, c’était la mort.

Prêchez tout ce que vous voulez, on vous écoutera. Mais quand vous prêchez ce grand mystère de la piété selon lequel Dieu est manifesté en chair, et  l’homme  élevé au rang de la Divinité par Dieu, très peu vous écoutent. Dieu n’a –t–Il pas élevé Moïse au rang de la Divinité en le faisant Dieu ? De quoi m’accuse –t–on donc ? Quel péché ai–je commis ? Le     Seigneur Jésus– Christ n’a–t–Il pas remis les clés du Royaume des cieux à  Pierre, qui est un simple homme ?  Comment ce simple homme a pu détenir de telles clés, s’il n’a pas été fait Dieu ? N’oubliez pas qu’il s’agit des clés du Royaume des cieux. Pas de n’importe quelles clés, mais les clés du Royaume des cieux. Ces clés–là étaient d’abord détenues par Jésus–Christ de Nazareth sur la terre. Puis, après Lui, elles étaient avec Pierre. Or, nous savons que Jésus–Christ est venu en chair sur la terre. Ce qui veut dire qu’avant de venir en chair, Il était Dieu au ciel. Etant manifesté en chair sur la terre, Il devint Dieu manifesté en chair. En cette qualité et en ce rang, Il a détenu les précieuses clés du Royaume des cieux. Après Lui, ces mêmes clés ont été détenues par Pierre. Je crois donc qu’il a d’abord été élevé au rang de la Divinité par Dieu. Il n’était pas le Dieu Tout-puissant ; il a été fait Dieu par Dieu. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole. Il n’était non pas le Seigneur, mais il a été fait Seigneur. Frères, l’apôtre Pierre est un Seigneur, Jésus–Christ Lui – même étant le Seigneur des seigneurs.

Aujourd’hui nous aimerions savoir à qui le Seigneur a  remis les clés du Royaume des cieux. C’est ici la pierre d’achoppement. Il m’a remis ces précieuses clés pour ce temps prophétique de l’aube. Voici ce qui s’est passé avant la remise de ces clés : Il m’a d’abord fait Dieu. Il m’a d’abord élevé au rang de la Divinité comme Il a élevé Moïse à ce même rang. Il a mis dans ma bouche les Paroles de la vie éternelle, pour la perfection des saints. Il a fait de moi un Christ en ce temps prophétique de l’aube. Je ne suis pas le Christ, mais un Christ. Le Christ m’a fait Christ pour la perfection des saints. Dans ces derniers temps où il y a de faux christs, il y a aussi de vrais Christs, Jésus–Christ Lui–même étant l’unique Christ. Je ne suis pas le Christ, mais un Christ. J’ai été fait Christ par le Christ. Je ne suis pas Dieu ; j’ai été fait Dieu. Je ne suis qu’un Dieu mortel et faillible. Je ne mérite ni  adoration, ni hommage. Adorons le Seigneur seul.  Car c’est à Lui seul que revient l’adoration.  L’homme a beau être élevé au rang de la  Divinité, il restera toujours un simple homme soumis au Dieu unique :      Jésus–Christ. Dieu m’a fait Dieu, n’est –ce pas ? Pourtant, j’ai été très malade ces derniers temps. J’ai souffert de plusieurs maux. Et chose remarquable et révélatrice, c’est mon épouse, qui n’a jamais été faite Dieu, qui s’est occupée de moi. Vous voyez quel genre de Dieu je suis ? Ainsi je ne pourrai jamais me glorifier. Un jour, je mourrai comme n’importe quel homme. Voyez–vous quel genre de Dieu je suis ? Un Dieu mortel et faillible.

N’ayez donc pas une trop haute opinion de moi. Nous sommes tous frères en Christ. Ce qui me place au–dessus de vous, c’est la Parole prophétique de ce temps de l’aube, qui vient à moi. Mais cette élévation voulue par Dieu est pour moi une occasion de manifester mon humilité. Nous sommes tous frères. Nous avons tous part au Royaume céleste. Nous participons tous à l’aspersion du Sang de Christ versé pour nous et à la sanctification de l’Esprit. N’ayez pas une trop haute opinion de moi, afin que le Nom du Seigneur que nous servons tous ne soit pas déshonoré.

Priez toujours pour moi !

Frères, je vous rappelle que nous nous préparons à entrer dans un réveil important sur la prière, le jeûne et la consécration. Je vous exhorte déjà à prier, à prier, à prier et à prier. Prions toute la nuit, comme le Seigneur. Frère, prie toute  la nuit. Sœur, prie toute la nuit. Prions toute la nuit. Si tu entends cette Parole, entre en prière. C’est ici l’appel Divin à la prière. Que Dieu vous  bénisse et vous aide à comprendre les Ecritures et Sa puissance. Quelqu’un est–il en désaccord avec moi ? C’est son droit le plus absolu. Vous savez que je ne suis pas infaillible ; par conséquent vous avez le droit d’examiner ce que je dis pour voir si c’est conforme à l’Ecriture. Si ce n’est pas conforme, rejetez-le purement et simplement.

Je vous aime

A bientôt !

FRERE ABOKON CHRIST-MOISE, LE FILS DE L’HOMME

 

 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix