Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 24 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
451
Hier :
936
Semaine :
1387
Mois :
4491
Total :
3862534
Il y a 5 utilisateurs en ligne
-
5 invités


LA PUISSANCE DE LA RESURRECTION PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Samedi, 13 Juin 2015 15:51

Message prêché le 16 avril 2013, au Tabernacle le Chandelier d’Or ; Yopougon – Selmer ; Abidjan ; RCI. Matin.


Paroles de frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme, que le Seigneur lui a données pour la perfection des saints.

Bonjour. Puisse le Seigneur vous oindre davantage ce matin, afin de vous disposer à écouter Sa précieuse et merveilleuse Parole. Je remercie le Seigneur qui nous donne aujourd’hui une journée radieuse et ensoleillée pour notre bien. Tout ce qu’Il a créé, Il l’a créé pour nous dans le Nom de Jésus – Christ notre bien – aimé Seigneur et Sauveur. Durant  toute la nuit dernière, Sa présence ne nous a pas fait défaut, car Il a veillé sur nous, nous protégeant contre nos ennemis. C’est la raison pour laquelle nous avons pu nous réveiller sans trop de problèmes. Il est l’Auteur de notre vie et de notre mort. Que Son Nom soit béni !

J’espère que nous continuons de précéder l’aurore pour prier Dieu. Je prie que vous ayez tous la force de persévérer dans ce réveil de prière et d’intercession. Souvenez – vous de ceci : Rien de grand ne peut se  faire sans jeûne et prière. Tout cela doit être fait par l’Amour de Dieu. Car sans amour, le jeûne et la prière deviennent une abomination devant Dieu.

De quoi allons – nous parler ce matin ? De la puissance de résurrection de Jésus - Christ.

Dans PHILIPPIENS. 3 : 7 – 11, l’apôtre Paul en parle. A cause de l’excellence de la connaissance de Jésus - Christ le Seigneur,  il a renoncé à tout, afin de connaître Christ et la puissance de Sa résurrection. Notre préoccupation n’est – elle pas la même aujourd’hui que celle de l’apôtre Paul : connaître le Christ Jésus et Sa puissance de résurrection ?

LA REVELATION DU MYSTERE DE LA PUISSANCE  DE RESURRECTION

Frères, tout ce qui est en Jésus – Christ est un mystère. Il est un mystère. Sa Parole est un mystère. Ses actions sont des mystères. C’est pourquoi nous ne pouvons que Le connaître que par une révélation venant d’En – Haut. C’est par une révélation que je L’ai connu, et c’est par des révélations que je veux Le connaître davantage. C’est par une révélation que je vais vous parler de Lui, et vous parler en Son Nom. Vous aussi, c’est par une révélation que vous Le verrez ce matin, que vous comprendrez les Ecritures et la puissance de Dieu.


LES DEUX ASPECTS ESSENTIELS DE LA PUISSANCE DE RESURRECTION

Nous pouvons distinguer deux aspects  essentiels dans la   puissance de résurrection :

Premier aspect : C’est la Parole de la résurrection, qui est une puissance de Dieu.

Deuxième aspect : C’est l’Esprit de la résurrection, qui est aussi une   puissance de Dieu ;

La Parole de la résurrection et l’Esprit de la résurrection coopèrent toujours  ensemble pour manifester la gloire de Dieu, Ses perfections   invisibles, Sa puissance éternelle, Sa Divinité. Voici comment les choses se passent : Dieu prononce d’abord la Parole de la résurrection. Puis    l’Esprit de la résurrection, qui est le Saint – Esprit vient sur cette Parole pour La faire agir puissamment, afin  de susciter la résurrection.  De  l’Ancien Testament au Nouveau Testament, Dieu a toujours           manifesté Sa glorieuse puissance de résurrection. D’ailleurs, dès la création du monde, Il l’a manifestée et inscrite à jamais dans Ses œuvres de création. La puissance de résurrection est un grand mystère du Royaume des cieux.


LA MANIFESTATION DE LA PUISSANCE DE RESURRECTION LORS DE LA CREATION

Aussi étrange que cela puisse paraître, lors  de la création, Dieu a manifesté  Sa grande et glorieuse puissance de résurrection et l’a inscrite à tout jamais dans toutes Ses œuvres de  création.  Quand Il a créé les cieux et la terre, par Sa Parole, Il savait qu’ils allaient être corrompus, et qu’ils allaient être séparés d’avec lui, à cause du péché. Or, tout ce qui se sépare de Dieu, qui est l’unique Source de vie, meurt systématiquement. Mais, tout ce qui est mort, peut aussi revenir à la vie, c’est – à – dire     ressusciter. C’est pour cela, qu’Il a prévu dans Son grand plan de la  rédemption, une résurrection pour la création. Avant le péché adamique, toute la création originelle était en parfaite harmonie avec son créateur : Dieu. Mais, quand Adam et Eve ont péché contre Lui, il y a eu une rupture totale de cette harmonie, laquelle a eu pour conséquence la séparation d’avec Dieu, l’unique Source de vie. A cause du péché, Adam et Eve sont morts devant Dieu. Etant ainsi morts, il leur fallait une   résurrection pour être à nouveau connectés à l’unique Source de vie : Dieu. Mais, ce ne sont pas les seuls morts : Toute la création est morte avec eux. Aussi elle a aussi besoin de résurrection. Cette résurrection va la conduire à la réconciliation avec Dieu. C’est ici la Manne Fraîche, la Parole de la résurrection et de la réconciliation avec Dieu en ce temps prophétique de l’aube.


RESURRECTION PUIS RECONCILIATION DU MONDE AVEC DIEU

Avant la réconciliation avec Dieu, il faut d’abord une résurrection. Car ce ne sont pas les morts qui se réconcilient avec Dieu, mais les      vivants. Par conséquent, avant toute réconciliation, il faut une   résurrection. L’Ecriture dit, dans 2 CORINTHIENS 5 :19, que «  Dieu était en Christ réconciliant le monde avec Lui – même. » De quel monde s’agit – il ? Du monde créé par Dieu. Ce monde renferme toutes Ses     œuvres de création : Les cieux et tout ce qu’il renferme à l’exception des  anges qui servent le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs au plus haut des cieux ; la terre et tout ce qu’elle renferme : Les hommes, les animaux, les végétaux etc. Frères, le monde créé par Dieu doit se réconcilier avec Lui. Le Seigneur a donc prévu un merveilleux plan de rédemption dans lequel sont inscrites la résurrection et la réconciliation. Le monde, qui est mort, à cause du péché d’Adam, séparé de son Créateur, doit être   réconcilié avec Dieu par le Sang de Christ. Mais, avant la réconciliation, il faut qu’il revienne d’abord à la vie. D’abord la résurrection, puis la   réconciliation.  Je prends un exemple : Je suis mort, séparé de Dieu, à cause du péché. Pour que je puisse me réconcilié avec Dieu, je dois  absolument ressusciter. Une fois revenu à la vie, je peux maintenant me réconcilier avec Lui. Vous voyez ! Il y a d’abord la résurrection, puis la réconciliation. Il en est de même pour toute la création de Dieu. Je parle de la création originelle qui a été entraînée dans la chute et dans le péché, à cause du péché adamique. Je ne parle pas des choses qui ne font pas partie de la création originelle comme les ronces et les épines, qui sont apparues quand Dieu a maudit la terre à cause d’Adam. Ces épines et ces ronces ne connaîtront ni résurrection, ni réconciliation, ni rédemption. Elles sont irrémédiablement destinées à être détruites pour toujours. Toute la création originelle, qui a été séparée de Dieu, et, pour ainsi dire,  est morte devant Dieu, a  expérimenté la résurrection et la réconciliation par le Sang de Jésus de Nazareth. Quand Jésus mourrait, tout ce qui devait être justifié par Son sang était en Lui. Le monde qui devait être réconcilié avec Dieu était en Lui. Nous aussi qui devions être réconciliés avec Dieu, nous étions en Lui. Nous avons toujours pensé que c’est l’homme pécheur seulement qui était en Christ quand Il mourrait pour les  péchés. Mais, il y a aussi le monde. Car il était aussi séparé avec Dieu, à cause du péché. Et Dieu l’a déclaré impur à Ses yeux. Si le monde n’a pas de péché en lui, s’il n’est pas séparé d’avec Dieu, pourquoi donc Dieu serait en Christ pour le réconcilier avec Lui – même ?

Si Jésus de Nazareth Lui – même s’est réconcilié avec Son Père par Sa propre croix, ce n’est pas le monde qui ne le fera pas.

Jésus est mort pour que le monde, c’est – à – dire toute la création de Dieu qui a été entraînée dans le péché, soit réconciliée avec Dieu. Par Sa croix. Or, pour pouvoir amener toute chose à la réconciliation avec Dieu, Il doit d’abord la faire passer par le mystère de la résurrection. Jésus Lui – même, avant d’être réconcilié avec Dieu Son Père, a d’abord expérimenté la résurrection.

A cause du  premier Adam, le monde est séparé d’avec Dieu. Maintenant avec le deuxième Adam, Jésus – Christ, il a été réconcilié avec Dieu, par le Sang de la nouvelle alliance. Frères, seriez – vous scandalisés si je vous disais que même le monde a été  crucifié avec Christ, afin d’avoir part à l’aspersion de Son sang,  à la résurrection et à la  réconciliation ? Frères, c’est ici la Manne Fraîche : De même que nous étions en Christ, afin d’être crucifiés avec Lui, et afin de ressusciter avec Lui, de même le monde, les cieux et la terre étaient en Lui, afin d’être crucifiés avec Lui, et afin de ressusciter avec Lui. Désormais ces trois choses demeurent : La crucifixion, la résurrection et la  réconciliation avec Dieu.

Quand le premier Adam mourrait dans le péché et à cause du péché, toute la création originelle aussi mourrait dans le péché et à cause du péché. Mais, quand le deuxième Adam, Jésus – Christ ressuscitait, tout ce qui était en Lui, et qui était  mort avec Lui, ressuscita avec Lui. Le jour de Sa mort, toute la création originelle, y compris nous, est morte avec Lui. Le jour de Sa résurrection, elle est ressuscitée avec Lui. De même que Dieu a soufflé dans les narines d’Adam le souffle de vie pour le faire entrer dans le monde qu’Il venait de créer, de même Christ, après Sa mort et Sa résurrection, a soufflé sur Ses disciples, en disant : Recevez le Saint – Esprit, afin de les introduire dans un monde spirituel         nouveau, dans un nouvel ordre spirituel et dans une nouvelle ère. Ce monde spirituel nouveau est différent du nouveau monde qu’Il va créer quand le moment sera venu.

Dans ROMAINS 8 : 22 – 23, l’apôtre Paul dit que la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l’enfantement. Mais, il ajoute ceci : «  Et ce n’est pas elle seulement ; mais nous aussi, qui avons les prémices de l’Esprit, nous aussi nous soupirons en nous – mêmes, en attendant l’adoption, la rédemption de notre corps. » Frères, l’Ecriture fait ici une comparaison entre nous et la création. L’avez – vous remarqué ? De même que la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l’enfantement, de même, nous aussi, nous soupirons et nous souffrons les douleurs de l’enfantement en attendant la rédemption de notre corps. Or, nous sommes morts avec Christ, et nous sommes ressuscités avec Lui. Et nous sommes réconciliés avec Dieu par Son sang. Donc notre crucifixion avec Christ, notre résurrection avec Lui et notre réconciliation avec Dieu, par Lui, n’excluent pas la souffrance et les douleurs de l’enfantement. En cela, nous sommes logés à la même enseigne que la création, qui souffre comme nous des douleurs de l’enfantement. Cette création est aussi passée par la crucifixion, la résurrection et la réconciliation. Elle attend comme nous, sa rédemption totale qui aura lieu quand Dieu créera selon Sa promesse, de nouveaux cieux et une nouvelle  terre. En ce qui concerne la rédemption de notre corps, elle consistera en sa transformation en un nouveau corps : Notre corps terrestre sera transformé en un corps céleste et glorieux. Notre corps mortel sera transformé en un corps immortel.

La création tout entière a été crucifiée avec Christ, ressuscitée avec Lui, puis réconciliée avec Dieu par Lui. Dieu était en Christ  réconciliant le monde avec Lui – même. Quand on parle de réconciliation, on parle aussi de séparation. Donc la création tout entière était séparée d’avec Dieu. Gloire soit rendue à Dieu, qui a réconcilié la    création avec Lui – même par la croix de Son Fils unique  Jésus – Christ de Nazareth. Avant cette réconciliation, il y a eu d’abord une résurrection. La création a donc été ressuscitée avec Christ. Car, il ne peut pas y avoir de réconciliation sans résurrection.

Dans HEBREUX 9 : 23, l’Ecriture parle de la purification des choses célestes par des sacrifices plus excellents que les sacrifices des animaux. Et le sacrifice le plus excellent que l’humanité ait jamais vu, c’est l’offrande du corps de Jésus pour l’abolition du péché et pour la   purification des choses terrestres et des choses célestes. Selon HEBREUX 9 : 12, Christ est entré une fois pour toute dans le lieu très saint, pour obtenir une rédemption éternelle pour Ses élus et pour toute la création. Mais, avant de traverser le Tabernacle plus grand et plus parfait, qui n’est pas fait de main d’homme, c’est – à – dire qui n’est pas de cette création, selon HEBREUX 9 : 11, Il est d’abord passé par la résurrection d’entre les morts. C’est après Sa résurrection qu’Il est monté au ciel pour obtenir la rédemption éternelle dans le lieu très saint. Or, quand Il ressuscitait, toute la création qui était en Lui, et qui était crucifiée avec Lui, et nous – mêmes, nous ressuscitâmes avec Lui. Après Sa résurrection, Il est revenu à la vie, c’est évident. C’est après Sa résurrection, qu’Il a été     réconcilié avec Dieu Son Père par Son propre sang. C’est la même chose pour nous : Après notre résurrection, nous qui étions morts, nous sommes revenus à la vie. Et nous sommes réconciliés avec Dieu par le Sang de la nouvelle alliance.  Il en est de même de la création tout entière : Après sa résurrection, elle est revenue à la  vie. Et elle a été réconciliée avec Dieu par la croix de Christ. Après notre crucifixion avec Lui, après notre résurrection avec Lui, et après notre réconciliation avec Dieu par Lui, nous  attendons maintenant la rédemption de notre corps. La création tout  entière attend aussi la dernière étape de sa  rédemption, afin d’avoir part à la liberté de la gloire des enfants de Dieu.


LE MYSTERE DE LA PUISSANCE DE LA RESURRECTION INSCRITE DANS LA CREATION DE DIEU

La puissance de résurrection, qui est un mystère du Royaume des cieux, est manifestée dès la création, et est inscrite dans toute la création. Elle se voit à travers les choses que Dieu a créées pour Sa gloire. Prenons un exemple : Après avoir créé la lumière par Sa Parole puissante, l’Ecriture dit : « Il y eut un soir et il y eut un matin ». (GENESE. 1 : 5). A travers le soir et le  matin, Dieu nous révèle Sa puissance de  résurrection manifestée au travers de ces choses. Le soir, c’est le symbole de la mort. Et le matin, c’est le symbole de la résurrection. C’est ici le mystère de la puissance de résurrection manifestée au travers de la  création de Dieu. Ce mystère est inscrit dans la création tout entière. Quand le soleil se couche, c’est le symbole de la mort. Quand il se lève le lendemain, c’est le symbole de la résurrection. Quand un arbre meurt, c’est le symbole de la mort. Quand il reprend vie, c’est le symbole de la résurrection. Cette puissance de la résurrection agit aussi bien entendu chez les hommes.

La puissance de la résurrection est déjà répandue dans la création tout entière, en attendant le jour de la création des nouveaux cieux et de la nouvelle terre promis. Cette même puissance de la résurrection est déjà répandue dans l’Eglise, en attendant le jour de la rédemption. C’est elle qui ramènera notre corps mortel à la vie. Tout ce qui doit être transformé et ramené à la vie a déjà reçu la puissance de la résurrection.  Dans      ROMAINS 8 : 11, l’apôtre Paul dit : «  … Si l’Esprit de celui qui a     ressuscité Jésus d’entre les morts habite en nous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par Son Esprit qui habite en vous. » Si l’Esprit de Dieu, qui est l’Esprit de la   résurrection habite en nous, Il nous ressuscitera quand bien même nous serons morts. Il rendra la vie à nos corps mortels, par Sa puissance de  résurrection qui est déjà en nous. Cette puissance de résurrection n’est pas seulement en nous, mais aussi dans la création tout entière, puisqu’elle aussi désire ardemment avoir part à la liberté de la gloire des enfants de Dieu. Cette puissance de la résurrection, Dieu nous l’a déjà donnée. En effet, Il nous a déjà donné la Parole de la résurrection et l’Esprit de la   résurrection. Mais cela ne nous empêche pas de soupirer et de souffrir les douleurs de l’enfantement. Il nous a donné Sa puissance de résurrection maintenant pour le jour de la rédemption. C’est cette puissance, qui est déjà en nous, qui ramènera nos corps mortels à la vie. C’est elle qui nous ressuscitera le jour de la rédemption et qui nous transformera. C’est aussi elle qui transformera les anciens cieux en nouveaux cieux, et l’ancienne terre en nouvelle terre. Vous voyez ! La puissance de la résurrection est une puissance de transformation. Dieu l’a répandue véritablement dans la création tout entière le jour de la pentecôte. C’est ici la Manne Fraîche. Après la crucifixion du monde avec Christ, après sa résurrection avec Lui, et après sa réconciliation avec Dieu par Lui, Dieu a répandu véritablement Sa puissance de résurrection sur elle. Quand le moment sera venu, Il    utilisera cette même puissance de la résurrection pour transformer les cieux et la terre en nouveaux cieux et en nouvelle terre. Et Il les fera    entrer dans l’éternité. Avez – vous déjà entendu parler du mystère de   l’éternité ?


PUISSANCE DE RESURRECTION ET MYSTERE DE L’ETERNITE

L’éternité, c’est quelque chose qui n’a ni commencement ni fin. C’est aussi quelque chose qui a un commencement mais  qui n’a pas de fin. Et la puissance de la résurrection agit dans l’éternité qui a un  commencement et qui n’a pas de fin.  Les élus de Dieu sont éternels, le savez – vous ? Mais leur éternité n’est pas similaire à celle du Dieu   éternel : Elle a un commencement, mais n’a pas de fin. En croyant en   Jésus – Christ, nous avons la vie éternelle. Nous sommes éternels.        Personne ne peut avoir la vie éternelle sans être lui – même éternel. Nous sommes donc éternels, nous qui avons la vie éternelle.  Le jour même où nous recevons la vie éternelle, nous recevons aussi la puissance de la   résurrection. Quand nous mourrons, notre esprit vit, mais notre corps est mort. Etant mort, il ne jouit plus de la vie éternelle. Mais le jour de sa  rédemption, la puissance de la résurrection que nous avons déjà reçue, lui rendra la vie. Cette puissance de la résurrection repositionnera notre corps transformé en un corps céleste dans l’immortalité, donc dans l’éternité. C’est ici le mystère de la puissance de la résurrection agissant dans  l’éternité qui a un commencement, mais qui n’a pas de fin. Dieu a tout créé, sauf l’éternité qui n’a ni commencement ni fin. Cette éternité est en fait le reflet du Dieu éternel. Dieu est entré dans Son propre reflet pour pouvoir créer l’éternité qui a un commencement, mais qui n’a pas de fin. Puis, Il est entré dans cette éternité qui a un commencement, mais qui n’a pas de fin, afin de créer le temps qui a un commencement et qui a une fin : Le temps temporel.  Que Son Nom soit béni !


PUISSANCE DE RESURRECTION ET PREDESTINATION

Dieu a créé les cieux et la terre lors de la première création.  Mais ils ont été entraînés dans la chute et dans le péché. Ils se sont donc  souillés aux yeux de Dieu. Quand Christ est mort, par Son sang, Il les a sanctifiés et réconciliés avec Dieu, comme nous. Cependant ils doivent être transformés, afin de devenir des nouveaux cieux et une nouvelle terre où la justice Divine habitera.  D’après 2 PIERRE 3 : 10, le jour du Seigneur viendra comme un voleur ; en ce jour les cieux passeront avec    fracas, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre avec les œuvres qu’elle renferme sera consumée. Au travers  de cette Parole de l’Ecriture, Dieu a déjà annoncé en quelque sorte la mort des cieux et de la terre. Or, ces choses – là doivent subsister d’éternité en éternité. Pour pouvoir les faire passer de la mort à la vie, Dieu agira par la puissance de résurrection de Christ. Les cieux et la terre ont été prédestinés à exister éternellement, c’est pourquoi, par la puissance de résurrection, Il les placera dans la vie éternelle, après les avoir transformés en nouveaux et en nouvelle terre. Dans 2 PIERRE 3 : 13, Il promet la création de nouveaux cieux et d’une nouvelle terre.  La création de ces nouveaux cieux et de la nouvelle terre symbolise la résurrection des anciens cieux et de l’ancienne terre. Cette résurrection se fera naturellement par la puissance de résurrection de Christ, le Créateur de toutes choses. Dans le jardin d’Eden, Dieu a  fait pousser du sol  des arbres de toute espèce agréables à voir et bons à   manger pour la nourriture d’Adam et Eve, ainsi que des herbes. Ces     arbres fruitiers, les animaux  et les oiseaux qui faisaient partie de la    création originelle, étaient tous  destinés à la vie éternelle. Mais, ils ont été corrompus à cause du péché. Et ils sont tous morts,  séparés d’avec Dieu. Lorsque les jugements de Dieu vont s’abattre sur la terre, le jour du Seigneur ils connaîtront tous une mort physique. Mais au renouvellement de toutes choses, Dieu fera encore pousser du sol ces arbres fruitiers agréables à voir et bons à manger, par les élus, Il fera revenir à la vie, par la puissance de résurrection, les animaux et les oiseaux qui faisaient partie de la création originelle. Ces animaux vivront avec les hommes sur la nouvelle terre.  Dans ESAIE 65 : 25, l’Ecriture en donne une liste non exhaustive : Le loup, l’agneau, le lion, le bœuf, et le serpent. Ces       animaux ont tous été rachetés par le précieux Sang de l’Agneau immolé. C’est ici la Manne Fraîche. J’espère que tout va bien chez vous après une telle déclaration. Ils ont eu aussi leur rédemption, la rédemption de leur corps le jour de la résurrection. Ces animaux – là sont prédestinés à la vie éternelle, c’est pourquoi Dieu les a sélectionnés, sauvés,  sanctifiés et   rédemptés. De même que tous les  hommes ne sont pas destinés à la vie éternelle, de même tous les animaux et tous les oiseaux ne sont pas non plus destinés à la vie éternelle. De même que Dieu, dès la fondation du monde a choisi certains hommes, et en a rejetés d’autres, de même Il a choisi certains animaux, certaines plantes, certains arbres, certains        oiseaux, et en a rejetés d’autres. C’est ici le mystère de la prédestination concernant le règne animal et végétal. Jugez – en vous – mêmes : Dieu a dit à Noé de faire entrer dans l’arche les animaux et les oiseaux par      couple. Parmi tous les éléments, deux seront choisis. Et les autres ? Ils ne le seront pas. Quel est leur sort ? Dieu dès avant la fondation du monde, les a prédestinés à la destruction, à la mort par noyade. Parmi les          colombes, deux seulement seront choisis. Et les autres ? Dieu dès avant la     fondation du monde, les a prédestinés à la mort. Et ainsi de suite. Vous voyez ! ll y a aussi une prédestination chez les animaux. Car, tous n’ont pas eu accès à l’arche de Noé, mais seulement ceux qui y sont destinés, par la volonté souveraine de Dieu. Au temps de Noé, Dieu a prédestiné  seulement huit personnes à entrer dans l’arche pour sauver leur vie. Et les autres. Il les a tous prédestinés à la mort par noyade, dès avant la fondation du monde. Dans GENESE 6 : 19, Dieu dit à Noé : «  De tout ce qui vit, de toute chair, tu feras entrer dans l’arche deux de chaque espèce, pour les conserver en vie avec toi : Il y aura un mâle et une femelle. »  Frères, pensez aux hippopotames et  aux éléphants qui sont de véritables mastodontes, vivant dans un environnement hostile à l’homme. Comment Noé a – t – il fait pour pouvoir choisir les couples que Dieu voulait. Puis, comment a – t – il fait pour les attraper et les faire entrer dans l’arche ? Comment a – t – il fait pour attraper deux de chaque espèce animale ? Pensez à  tous ces animaux féroces, à tous ces serpents venimeux, à tous ces oiseaux qui volent dans les cieux d’un bout à l’autre.  Pensez à tous ces petits insectes qui pullulent partout, pensez à toutes ces fourmis. Comment a – t – il fait ? Il avait six cents ans. Et il était avec ses trois fils et leurs femmes, et sa propre femme.  Comment a – t – il fait ? Je crois qu’il a agi par la Parole et par la puissance du Saint – Esprit. Voici comment s’est faite l’entrée dans l’arche : Noé y est entré avec sa  femme, ses fils et leurs femmes. Après eux, les animaux et les oiseaux y aussi sont entrés, deux à deux, un mâle et une femelle, comme Dieu l’avait    ordonnée à Dieu. (GENESE. 6 : 8 – 9). Frères, c’est la puissance de    résurrection qui les a fait entrer dans l’arche, après qu’ils aient entendu la Parole de la résurrection. Ils ont pu sauver leur vie en entrant dans l’arche de Noé. Après le déluge, ils ont pu conserver leur vie, comme Dieu le voulait. Ils sont donc passés par une sorte de résurrection. Ces animaux et ces oiseaux ont cru au Message de Noé, et ils y ont répondu favorablement, poussés en cela par la puissance de Dieu. Ces animaux et ces      oiseaux ont vu le Fils de l’homme de leur temps, et ils ont cru en lui, afin de pouvoir conserver leur vie dans l’arche. C’est ici la Manne Fraîche. Quand Noé prêchait son Message, sa voix a couvert la forêt et la brousse, et l’espace, afin de procéder à la sélection et au choix des animaux et des oiseaux, par le Saint – Esprit. Ceux qui étaient prédestinés, entendirent sa voix, et il s’est passé quelque chose en eux. Les autres aussi l’entendirent, mais restèrent de marbre et insensibles à la Parole prophétique. Poussé par la puissance du Saint – Esprit, ils ont quitté la forêt pour l’arche. Que le Nom du Seigneur soit béni !

Bien – aimés de Dieu en Jésus – Christ, il y a aussi une résurrection pour les jours de la semaine, et partant pour les mois et les années. Les sept jours de la semaine ont été créés lors de la création. Quand la création tout entière sombrait dans le chaos, les jours de la semaine n’ont pas été épargnés. Même le septième jour, le jour du sabbat, le jour où Dieu s’est reposé, n’a pas été épargné. Ces sept jours de la  semaine aussi ont été séparés d’avec Dieu. Mais le Seigneur a tué des animaux, et Il a versé leur sang, pour l’expiation du péché commis, afin d’obtenir une sorte de réconciliation, une réconciliation imparfaite. Dans cette sorte de réconciliation, les sept jours de la semaine aussi ont été   réconciliés avec Dieu. Cette réconciliation était imparfaite, il leur fallait une véritable réconciliation. C’est ainsi qu’ils ont été purifiés aussi par le Sang de l’Agneau. Ces sept jours, qui étaient morts, c’est – à – dire  séparés d’avec Dieu vont connaître leur résurrection, par la puissance de résurrection, par la création d’un nouveau jour appelé aujourd’hui, qui a engendré les autres jours : Dimanche, lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi et samedi. Le sabbat sera observé pendant le règne millénaire sur la nouvelle terre, selon ESAIE 66 : 23. Cela veut dire qu’il sera     encore créé, au renouvellement de toutes choses. Il sera donc ressuscité, par la puissance de résurrection. Toute la création passera par une   résurrection, afin de pouvoir avoir part à la liberté de la gloire des    enfants de Dieu.


LA MANIFESTATION DE LA PUISSANCE DE LA RESURRECTION DANS L’ANCIEN TESTAMENT

La puissance de la résurrection s’est déjà manifestée dans l’Ancien Testament, avec Elisée le prophète. Par sa parole, la Sunamite est tombée enceinte, et a enfanté un fils. Mais ce fils est tombé malade et est mort.  A sa mort, la Sunamite est allée à la rencontre du prophète Elisée. Quand il l’a vue, il a dit  à Guéhazi : « Laisse – la, car son âme est dans  l’amertume et l’Eternel me l’a caché et ne me l’a point fait connaître. » Vous voyez, Dieu qui a promis de tout révéler à Ses serviteurs les        prophètes, selon AMOS 3 :7, a caché à Elisée, le prophète à la double portion de l’Esprit d’Elie, qu’Il a fait mourir le fils de la Sunamite. Dieu dans Sa souveraineté, peut révéler ou ne pas révéler telle ou telle chose à Son prophète, malgré que l’Ecriture dise que «  le Seigneur, l’Eternel ne fait rien sans  avoir révélé son secret à Ses serviteurs les prophètes. » Il n’a pas révélé à Son puissant prophète ce qui est arrivé au fils de la   femme qui est né d’après une promesse. Mais, il apprit la nouvelle de   cette mort, il a donné des instructions claires et précises à Guéhazi en vue de la résurrection du mort : «  Ceins tes reins, prends mon bâton dans ta main, et pars. Si tu rencontres quelqu’un ne le salue pas ; et si  quelqu’un te salue, ne lui réponds pas. Tu mettras mon bâton sur le  visage de l’enfant. » Guéhazi a fait exactement ce que le prophète lui a dit, mais il n’y a pas eu de miracle. Le miracle attendu n’a pas été   fait :   L’enfant n’est pas ressuscité. O, quelle leçon pour aujourd’hui ! Le problème qui est posé à travers de ce qui est arrivé malgré la parole du prophète Elisée est de savoir si vraiment le prophète de Dieu est           infaillible. Des branhamistes du Congo m’ont écrit des lettres particulièrement virulentes pour me diaboliser parce que je dis que leur prophète a fait des erreurs. Puis ils ont dit haut et fort : ‘‘ Frère Branham est  infaillible. S’il peut se tromper, c’est que Dieu Lui – même peut se   tromper.’’ D’autres me disent : ‘’ Frère Abokon corrige le prophète, c’est qu’il corrige Dieu Lui – même. Dieu va le frapper.’’ Par rapport à ma mort, au jour où Dieu devait me frapper, ils ont prophétisé sur plusieurs dates,  qui sont déjà passées. Ils ressemblent vraiment à Branham leur père. Bien – aimés de Dieu, le prophète de Dieu, dûment mandaté par Dieu, peut se tromper. L’exemple du prophète Elisée en est la    preuve édifiante et irréfutable. Aucun prophète n’est infaillible, même s’il a été fait Dieu par Dieu. Le fait même qu’il soit fait Dieu par Dieu prouve qu’il n’est pas Dieu par essence et par excellence. C’est pourquoi il peut se tromper et il se trompe. Seul Dieu, le Tout puissant ne se trompe pas. Moi, je me trompe, quand je parle de mon propre chef. Si je dis quelque chose que le Seigneur m’a dit, alors je ne peux pas me tromper, car ce n’est pas ma parole, mais Sa Parole. Alors je dis : Le Seigneur m’a dit telle ou telle chose. Ou bien : Je parle au Nom de    Jésus – Christ.

Guéhazi est parti. En route, il n’a salué personne. Et il n’a pas   répondu à ceux qui l’ont salué. Il a mis le bâton de son maître sur le  visage du mort. Mais, il n’y a eu ni son, ni signe. Le miracle escompté n’a pas eu lieu. Elisée est – il donc un faux prophète ? Sa parole a failli.   Est – il donc un faux prophète. Frères, ce fiasco n’a pas fait de lui un faux prophète. Il a échoué, mais il est resté prophète authentique de Dieu jusqu’à sa mort.  Moi aussi, j’ai enregistré plusieurs échecs à cause de ma parole qui a manqué de se réaliser, mais je demeure toujours le  Fils de l’homme pour ce temps prophétique de l’aube, le prophète de la Manne Fraîche. Elisée, en donnant des instructions à Guéhazi, lui a donné la   parole de la résurrection dont l’application devait conduire à la  résurrection du fils de la Sunamite. Mais cette parole n’est pas  l’authentique Parole de la résurrection. Elle n’était pas inspirée de Dieu. C’est une parole charnelle et humaine qui n’a aucune force.

Mais quand le prophète Elisée est arrivé auprès du cadavre de l’enfant, il a prié Dieu. Pourquoi a – t – il prié ? Il cherchait la volonté de Dieu, car il ne savait pas exactement ce qu’il devait faire pour que cet  enfant revienne à la vie.  Et puis,  la Parole de Dieu, concernant cette  situation précise n’est pas venue à lui. Alors, lui, il est allé vers cette    Parole. C’est ici la Manne Fraîche. Car, Dieu n’agit qu’en confirmation de Sa Parole.  Frères, quand la Parole qui doit vous aider à décanter une situation précise ne vient pas à vous, allez vers elle, allez la  chercher par la prière. Quand le prophète Elisée a prié, Dieu lui a révélé la Parole de la résurrection concernant ce cas précis : Se coucher sur le corps mort. Alors, il s’est couché sur ce corps mort, en mettant sa bouche sur sa bouche, ses yeux sur ses yeux, ses mains sur ses mains. Après avoir fait ces choses, la puissance de la résurrection qui était déjà en lui s’est mise en action. Elle a frappé le corps froid de l’enfant, et l’a réchauffé. Elisée le prophète est remonté sur l’enfant, et a fait comme la première fois. Et cette fois – ci, l’enfant a éternué sept fois et a ouvert les yeux. Il est ressuscité d’entre les morts, par la puissance de la résurrection qui était dans le prophète Elisée. Frères, cette même puissance de la   résurrection est aussi en nous, en vous et en moi, par la grâce de Dieu. Nous avons pour obligation  de la manifester pour la gloire de Dieu.

Qu’il me soit permis de vous raconter un témoignage qui n’est  certes pas aussi glorieux que celui d’Elisée le prophète. Nous étions un dimanche matin. J’étais avec mon ex – femme (aujourd’hui décédée). Au moment où je m’apprêtais à aller au temple pour le culte dominical, j’ai entendu une Voix qui m’a dit de ne pas y aller. Par manque d’argent, je devais laisser à la maison mon épouse et le petit, qui depuis quelques jours était malade. La Voix m’a dit de rester à la maison. J’étais surpris,  parce que pour moi, Dieu ne pouvait pas me dire une telle chose, surtout que j’allais pour L’adorer. Pour être situé, je lui ai  demandé  un  signe : Qu’il pleuve de telle heure à telle heure. Et subitement, la pluie s’est mise à tomber fort, pour cesser dans le laps de temps que j’ai choisi. Je suis donc resté à la maison. Rien ne s’est passé jusque dans   l’après – midi, quand l’enfant qui chauffait terriblement piqua une grave crise avant de demeurer inerte dans mes bras, la respiration coupée. Prise de panique, sa mère a commencé à crier et à pleurer. Je savais que la    situation était extrêmement grave, et qu’il me fallait invoquer le Nom du Seigneur. J’ai donc commencé à prier, en invoquant le Nom du Seigneur. Mais, sans aucun résultat : Il n’y a eu ni son ni signe. J’ai continué le combat, déterminé à aller jusqu’au bout. Pendant que je persévérais,   j’entendis une voix vraiment lugubre et terrifiante, qui me dit avec une brutalité extrême que l’enfant était mort, et que je ne pouvais rien faire pour lui, que ma prière ne pouvait rien faire pour lui. Quand j’ai regardé cet enfant, il était vraiment mort. Cette voix macabre m’a même dit     d’abandonner l’enfant, et d’aller chercher du secours dehors en vue de son enterrement. Mais, au plus profond de moi – même une autre Voix me disait : Prie, prie, prie. C’était le Seigneur qui me parlait. L’Autorité de cette Voix m’a oint davantage et fortifié. J’ai donc continué à prier tout en subissant la pression diabolique de la voix lugubre. J’ai prié pendant une heure, avant que la vie ne revienne dans le corps de l’enfant. Cela a été très éprouvant et très dur pour moi. Mais, le Seigneur Jésus – Christ était là, avec moi, et  en moi, pour m’aider à gagner cette bataille. Et j’ai pu la gagner par la puissance de la  résurrection qui était déjà en moi. Cette puissance de la résurrection, s’est manifestée pendant que je priais en invoquant le Nom Tout – Puissant et Tout – Suffisant de Jésus – Christ le Dieu Tout – Puissant. Souvenez – vous de l’exemple du prophète Elisée : C’est après avoir prié, que Dieu lui a donné la Parole de la résurrection, et qu’Il a déployé la puissance de la résurrection qui était déjà en lui sur l’enfant. Quand je priais ce jour – là, le Seigneur m’a révélé la Parole de la résurrection, en me disant : Prie, prie, prie. Puis le Saint – Esprit est venu sur cette Parole pour manifester la puissance de résurrection qui était déjà en moi. Cette puissance de la résurrection, Dieu me l’a donnée pendant mes moments de prière et de jeûne, lorsque je précédais l’aurore pour Le rencontrer. Précédons donc toujours l’aurore pour chercher la face du Seigneur, afin qu’Il nous remplisse, non pas seulement de la plénitude de la puissance du Saint – Esprit, mais de toute la plénitude de la puissance du Saint – Esprit. En ce temps prophétique de l’aube ce que nous cherchons, c’est toute la plénitude de la puissance du Saint – Esprit, manifestée corporellement.


EXPERIENCE DOULOUREUSE

Un ou deux ans après la résurrection de cet enfant, l’enfant d’une sœur du Tabernacle est tombé gravement malade. Je priais continuellement pour lui demandant à Dieu de le guérir. Une nuit, j’ai fait un songe dans lequel j’ai vu cet enfant, mais il ne s’est pas approché de moi. Il s’est retourné, et est parti. Au départ, je n’avais pas compris le sens de ce songe sur – le – champ.  Quelques jours après, vers le matin, j’ai eu le pressentiment que cette journée allait être difficile pour moi, et ma pensée est allée sur l’enfant qui était toujours malade. J’ai dit à mon épouse que la mère de l’enfant allait venir d’un moment à l’autre pour me chercher, parce que le cas de son enfant était devenu critique. Et c’est ce qui s’est passé. Quand elle m’a remis l’enfant, le songe que j’avais fait auparavant  m’est revenu à l’esprit. J’ai su alors qu’il allait mourir. Mais, je ne pouvais pas le dire à sa mère, puisque tout le monde voulait qu’on aille à l’hôpital de Dabou avec lui. J’ai pris l’enfant. Et j’ai commencé à prier pour lui dans le secret de mon cœur. Je priais sans aucune conviction réelle à cause du songe et de son explication que j’ai eue avant qu’on ne vienne me chercher. Je ne voulais pas qu’il meurt, mais je ne pouvais absolument rien faire pour lui. Au – dedans de moi une lutte terriblement s’est engagée. L’enfant était dans mes bras ; il a commencé à se vider de son souffle. Je savais qu’il s’en allait vers Son créateur. Quand sa mère me demandait quelque chose, je lui disais : Tout va bien. Nous avons pris le car pour Dabou. Quand nous sommes arrivés à la SAPH, l’enfant a cessé de  respiré : Le souffle de vie est complètement sorti de lui. Il venait de    mourir dans mes mains. Mon cœur était déchiré au – dedans de moi ; il saignait de douleur et de peine. Je voulais crier à Dieu, en Lui               disait : ‘‘ Pourquoi as – tu fais cela ? Pourquoi Seigneur ? Pourquoi peux – tu laisser mourir un si petit enfant dans mes bras, alors que je te priais de faire grâce.’’  J’avais envie de pleurer, mais je ne le pouvais pas. J’avais envie de crier, mais je ne le pouvais pas. J’ai dit à  l’apprenti : Nous descendons. La mère de l’enfant m’a dit : Qu’est – ce qu’il y a ? Je lui ai simplement dit : On descend. Elle a jeté un coup d’œil sur son     enfant. Il ne bougeait plus, ne respirait plus. Alors, elle a éclaté en  sanglots. O, Seigneur, pourquoi de telles choses nous  arrivent – elles dans  des circonstances aussi dramatiques et humiliantes ? Nous sommes      retournés à la maison. Et l’enfant a été enterré. Où était donc passé la puissance de la résurrection ? Où était donc le Seigneur Jésus – Christ qui a promis d’être toujours avec nous, jusqu’à la fin du monde ?  Bien – aimés frères de la Manne Fraîche sachez ceci : Dans l’exercice de mon ministère, j’ai connu des hauts et des bas. J’ai eu des douleurs de l’enfantement. J’ai connu les joies et les peines. J’ai vu des bébés     naître, j’ai aussi vu des bébés mourir. J’ai également vu des personnes mûres mourir sous mes yeux, sans que le Seigneur ne bouge le petit doigt. J’ai eu des douleurs de l’enfantement. Le Seigneur m’a fait passer au pressoir de Sa Parole. Afin que je ne me glorifie point.

La mort et les circonstances de cette mort sont restées gravées dans mon esprit. J’en ai souffert pendant de longs mois. Je ne savais    même pas comment réconforter ma bien – aimée sœur, ma précieuse sœur qui venait de perdre son enfant de quatre ans. C’était dramatique et  douloureux pour moi.

J’ai aussi perdu une précieuse sœur, sœur Nomel. Elle a été malade seulement trois jours, et elle s’en est allée auprès du Seigneur. Sa mort m’a tellement fait mal que j’ai éclaté en sanglots devant vous, comme un enfant. J’ai supplié le Seigneur de lui accorder encore quelques temps au milieu de nous. Mais Il ne m’a pas exaucé. J’ai dépensé, avec les frères et sœurs de bonne volonté, énergie et argent pour pouvoir la sauver, mais Dieu en a décidé autrement. Mes frères et moi avons tout fait. Au Nom du Seigneur Jésus – Christ, je rends hommage à ces braves frères et à ces vaillantes sœurs, qui ont été à mes côtés jusqu’à la mort de la sœur Mireille, que j’appelais Nomel,  de son nom de famille.  Je l’aimée, elle m’a aimé. Dieu me l’a donc donné, afin que là où je serai un jour dans le Royaume céleste, elle y soit aussi. C’est ici ma consolation en Jésus – Christ. Je mourrai aussi un jour quand j’aurai accompli la    mission que le Seigneur m’a donnée. Vous mourrez aussi. Et nous nous retrouverons devant le Tribunal de Christ pour recevoir les félicitations du Maître. O, quel beau jour ce sera ! Nous nous verrons là – bas, vous que j’aime, et vous qui m’aimez. C’est ici ma consolation.

OU ETAIT DONC LA PUISSANCE DE LA RESURRECTION ? Elle était bien là, en nous, quand sœur Nomel mourrait, selon le bon plaisir de la volonté de Dieu, à la louange de Sa gloire. Où  sera – t – elle le jour de notre mort ? Elle sera toujours là, sur nous, jusqu’au jour de l’enlèvement. Maintenant parlons de la mort du prophète Elisée.


LA PUISSANCE DE LA RESURRECTION SUR LES OS D’ELISEE

Elisée le prophète est mort. D’une maladie. Et il a été enterré. Un an après, des gens sont allés enterrer quelqu’un, mais ils ont vu les     troupes ennemies, les Moabites. Pris de panique, ils ont jeté le cadavre dans le sépulcre où étaient les os du prophète Elisée. Et un grand miracle s’est produit : Lorsque le cadavre a touché les os du prophète Elisée, il est revenu à la vie, et s’est mis debout sur ses pieds : Il est ressuscité d’entre les morts. La puissance de la résurrection qui était sur le     prophète s’est déposée sur ses os lorsque sa chair est devenue poussière. Ses os étaient  tellement oints, tellement revêtus de la puissance   d’En – Haut et de Feu Divine qu’ils ont pu opérer un grand miracle. Les os du prophète  ont manifesté la puissance de la résurrection, ayant reçu  l’ordre Divin de le faire. Frères, si Dieu a pu utiliser puissamment des os pour opérer ce grand signe, que  ne ferait – Il pas avec nous,  qui sommes le temple du Saint – Esprit ?  Beaucoup de choses merveilleuses et glorieuses. Sachez cependant que ces os n’appartenaient pas à n’importe qui, mais à un fils de Dieu, qui aimait le Seigneur, qui Le craignait, et ne faisait rien pour Le contrarier. Cet homme d’Elisée était fidèle est droit dans la sacrificature. Il ne vivait pas dans le péché, ni dans les souillures de la chair et de l’esprit. Il recherchait constamment la sanctification, tout en achevant sa sanctification dans la crainte de Dieu. Si ces caractéristiques Divines qui étaient en lui, sont aussi en nous abondamment, Dieu nous remplira de la puissance de la résurrection de Jésus – Christ, et pourra alors nous utiliser aussi puissamment que Son prophète Elisée.       Sanctifions – nous donc continuellement ayant une telle promesse, afin de voir aussi dans notre vie, la puissance de la résurrection se manifester pour glorifier le merveilleux Nom de Jésus – Christ.


MEME LES OS DU PROPHETE ELISEE ONT FAIT LEURS   PREUVES

De son vivant, Elisée le prophète a fait ses preuves, par la proclamation de la Parole prophétique de son temps sous la puissante conduite de l’Esprit d’Elie, et par la démonstration de puissance et  d’Esprit. A sa mort, il a fait encore ses preuves à travers ses os. Vous voyez ! Même les os d’Elisée ont fait leurs preuves, dans le tombeau.  Ses os n’ont pas voulu laisser passer cette occasion unique de  glorifier le Nom du Seigneur. Cela faisait un an que le prophète est mort. Ses os, qui n’attendaient qu’une occasion pour montrer une fois encore que le  prophète était un homme d’action et de feu, qui ne ratait aucune occasion pour accomplir la volonté de Dieu. O, frères, je suis chaque fois interpelé par le miracle de la résurrection opéré par ses os, sur lesquels reposaient encore la puissance de résurrection. C’est Dieu Lui – même qui a créé les conditions de l’accomplissement de ce puissant signe. C’est Lui qui a  permis qu’on vienne enterrer un mort ce jour – là. C’est aussi Lui qui a permis que l’armée des Moabites surgissent là, dans les environs du tombeau du prophète où la puissance de résurrection attendait une occasion pour se manifester. C’est encore Lui qui a permis aux parents du mort d’être exactement devant le tombeau du prophète quand les soldats  ennemis sont apparus, afin qu’ils jettent ce cadavre là où étaient les os oints de la puissance de résurrection. Les os du prophète, ont saisi l’occasion pour faire l’œuvre du Seigneur dans la puissance de résurrection. Même les os d’Elisée ont fait leurs preuves. Dieu a tout mis en place pour que ses os puissent L’honorer. Et ils n’ont pas voulu manquer le jour de leur visitation.  Même les os d’Elisée ont fait leurs preuves. Et nous  qui sommes encore vivants, ne devons – nous pas aussi faire nos preuves ? Nous avons plusieurs fois laissé passer des occasions de prêcher la Parole du Seigneur aux gens, de leur apporter assistance spirituelle, financière ou matérielle, de prier pour eux, manquant ainsi le jour où Dieu nous visite, et faisant manquer à ces gens le jour de leur visitation. Puisse le Seigneur nous pardonner ! Sur notre lieu de travail, nous avons  laissé  passer des occasions d’annoncer le Seigneur Jésus – Christ à nos collègues, soit parce que nous avons honte, soit parce que nous avons peur qu’ils ne nous écoutent pas. A l’école, nous avons laissé  passer plusieurs occasions de parler à nos amis d’écoles, à nos amis collégiens, lycéens et étudiants des merveilles du Seigneur, afin d’en sauver quelques – uns d’entre eux, en les conduisant à la Parole prophétique de l’heure où ils pourront être perfectionner. Partout où nous sommes, là où nous habitons, nous avons laissé  passer plusieurs occasions de parler du retour imminent du Seigneur Jésus – Christ. Nous parlons de tout, sauf de la Parole prophétique qui est venue pour la perfection des saints. Puisse le Seigneur nous aider à comprendre que même les os d’Elisée ont fait leurs preuves, et qu’ils n’ont pas laissé passer l’occasion unique de manifester la puissance de la résurrection.


L’ONCTION DE MULTIPLICATION ETAIT SUR ELISEE

Elisée était tellement rempli de la puissance d’En – Haut,  qu’il a pu multiplier vingt pains pour cent personnes.  Il dit, dans  2 ROIS 4 : 43 : «  Donne à ces gens, et qu’ils mangent ;  car Ainsi parle  l’Eternel : On mangera, et on en aura de reste. » Frères, Elisée le prophète a eu la Parole de la  multiplication : On mangera, et on en aura de reste.  Et l’Esprit de la multiplication qui était en lui, est venu sur cette Parole pour l’exécuter. C’est ici le mystère de Dieu veillant sur Sa Parole pour l’exécuter. C’est ici également le mystère de l’Onction de multiplication en Dieu.


LA MORT DANS LE POT

Dans 2 ROIS 4 : 38 – 41, Elisée le prophète a dit à son serviteur de préparer quelque chose à manger aux fils des prophètes qui étaient avec lui.  Mais quand ils ont goûté cette nourriture, ils s’écrièrent : « Il y’a la mort dans le pot, car c’était très amer ». Elisée a alors ordonné de jeter de la farine dans le pot. Et le goût de la nourriture a changé. Et tous ont pu manger avec joie. La mort a donc été chassée du pot. Il y a eu donc résurrection ; c’est une sorte de résurrection. Vous voyez ! Elisée était tellement rempli de la puissance de résurrection, qui  a pu, par la farine, chasser la mort, et ramener la vie dans le pot. Il  a pu changer le goût de la nourriture. O, frères ministres de la Parole, prédicateurs dans les cellules de prière où la tiédeur a gagné tout le monde, si vous êtes vraiment remplis de la puissance de résurrection, vous pouvez, en jetant la farine, symbole de la Parole, communiquer le Feu  du Saint – Esprit à vos frères, vous pouvez leur apporter la vie, la joie, la paix et l’amour dans le Nom de Jésus – Christ. Si la puissance du Feu Divin est en vous, vous pouvez allumer dans vos cellules de prière le feu du réveil, par la Parole et le Saint – Esprit qui habite en vous. Dieu utilise ce qui est en vous pour faire du bien aux autres, et pour faire avancer Son œuvre. C’est pourquoi l’apôtre Paul disait à Timothée de ne pas négliger le don qui était en lui. Beaucoup dans ce Tabernacle néglige le don du Saint – Esprit qui est en eux. Ils négligent aussi les dons spirituels et les nombreux talents qui sont en eux. Or, Dieu leur a donné ces choses pour l’édification de Son corps. Je mets en vous,  à l’instant même, séance tenante,   par la puissance de résurrection, la Parole de la restauration, afin de réveiller, de restaurer  ces dons, ces talents et le don du Saint – Esprit. Et je prie que ces dons soient mis au service de l’Eglise de Dieu. Ne négligez pas le don qui est en vous. Utilisez – le pour votre bien et pour le bien des autres. Si vous voyez que la mort est dans le pot quelque part, apportez  – y la Parole de la résurrection, par l’Esprit de la résurrection, la puissance de la résurrection qui est en vous, afin de provoquer une résurrection. Vous en êtes capables pour peu que vous preniez conscience de votre responsabilité devant Dieu. Elisée était tellement rempli de la puissance de résurrection, qu’il a pu faire remonter à la surface une hache qui était tombée dans l’eau. C’est une sorte de résurrection. (2 ROIS. 6 : 1 – 7).  Puisse le Seigneur nous remplir véritablement de Sa puissance de résurrection, afin que nous soyons tous puissants en actes et en paroles. Et que nous soyons une Eglise redoutable et redoutée des démons ; une Eglise contre laquelle les portes du séjour des morts ne pourront aucunement prévaloir.

Frères, sachez ceci : Quand nous recevons le baptême du     Saint – Esprit et de Feu, le Seigneur oint tout notre être : Le corps, l’esprit et l’âme. L’Onction pénètre profondément notre chair, la traverse jusqu’à se déposer sur nos os aussi. Quand nous mourrons, cette     Onction, qui est la puissance de résurrection  sera toujours sur nous. Le jour de l’enlèvement, c’est elle que le Seigneur utilisera pour opérer toutes choses de transformation pour nous revêtir de nouveaux corps, et pour nous faire sortir vivants des tombeaux. C’est pourquoi il est       absolument important que maintenant, de notre vivant, nous en soyons véritablement remplis. Que nos corps soient oints de la puissance de la résurrection ! Que nos langues soient ointes de la puissance de la      résurrection ! Que nos âmes soient ointes de la puissance de la résurrection ! Que nos esprits soient oints de la puissance de la résurrection ! Que nos cœurs soient oints de la puissance de la résurrection ! Que nos maisons soient ointes de la puissance de la résurrection ! Que nos     habits soient oints de la puissance de la résurrection ! Ainsi soit – il !


LA MANIFESTATION DE LA PUISSANCE D’EN – HAUT DANS LA VIE DE LA VIERGE MARIE

Quand l’ange Gabriel a annoncé la naissance du Fils de Dieu par la vierge Marie, celle – là lui demanda : «  Comment cela se fera – t – il, puisque je ne connais point d’homme ? » Et il lui répondit, en disant : «  Le Saint – Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très – Haut te couvrira de Son ombre. C’est pourquoi le Saint enfant qui naîtra de toi, sera appelé Fils de Dieu. » Quand le Saint – Esprit est venu sur elle, et que la puissance du Très – Haut  l’a couverte de Son ombre, la Parole, qui était au commencement, a été faite chaire en elle : Le corps de Christ vient d’être formé. C’est après cela qu’elle est allée rendre visite à       Elisabeth. Quand elle l’a saluée, quelque chose de surnaturel s’est passé : Elle  fut  remplie du Saint – Esprit, et le bébé qu’elle portait  tressaillit de joie. O, frères bien – aimés dans le Seigneur, cet évènement  surnaturel s’est produit sous le sang des animaux. Et nous, nous sommes sous le précieux Sang de Jésus, l’Agneau immolé. La voix de notre salutation peut – elle accomplir un tel signe ? La voix de notre prédication peut – elle le faire, par la puissance du Saint – Esprit. Sommes – nous suffisamment remplis du Saint – Esprit pour que notre voix puisse apporter dans la vie des autres la Vie de Dieu dans Sa plénitude, Sa sainteté dans Sa plénitude, Sa joie, Sa paix et Son amour, dans leur plénitude ? Frères, nous devons en arriver là, afin que Dieu de par notre présence en un lieu fasse des merveilles, par la puissance d’En – Haut qui est en nous. Qu’Il fasse au travers de nous, de par une poignée de main, de par une simple salutation, par une révélation prophétique, par une exhortation des miracles, en nous remplissant du Saint – Esprit et de Feu. La vierge Marie était dans des conditions particulières, afin d’être l’instrument de Dieu pour remplir Elisabeth du Saint – Esprit ainsi que son bébé :


LA SANCTIFICATION :  CONDITION POUR ETRE REMPLI DU SAINT - ESPRIT

1. Elle était vierge, n’ayant connu aucun homme. Comment une prostituée, une femme adultère et impudique peut – elle être un tel instrument dans la main de Dieu pour réaliser Son plan de la rédemption pour nous ? Comment une femme qui commet spirituellement l’adultère et la fornication par son insoumission à son mari et sa désobéissance  vis – à vis de la Parole de Dieu peut – être utilisée par Dieu pour remplir ses œuvres du Saint – Esprit ? Marie n’était ni adultère, ni impudique ni prostituée. Elle a pu garder son corps dans la pureté et dans la chasteté. Dois – je rappeler aux sœurs que leurs corps sont le temple du Saint – Esprit, que Dieu veut utiliser pour se glorifier et faire du bien à Son corps, qui est l’Epouse ? Qu’elles tiennent donc leurs corps loin de tout péché.


NOUS NE POUVONS RIEN FAIRE SANS LE SAINT - ESPRIT

2. La puissance du Saint – Esprit était sur elle, et l’a couverte de Son ombre : Nous ne pouvons rien faire sans le Saint – Esprit. Dieu a pu utiliser puissamment la vierge Marie parce que la puissance du  Saint – Esprit était sur elle, et elle était couverte de l’ombre de Dieu. Frères et sœurs de la Manne Fraîche, recherchons donc dans nos prières la puissance du Saint – Esprit dans toute Sa plénitude. En ce temps    prophétique de l’aube, il ne s’agit plus pour nous d’être seulement rempli de la puissance de résurrection, mais de toute la plénitude de cette puissance glorieuse. C’est pour cette raison que j’exhorte chacun de nous à précéder l’aurore pour prier, à prier toute la nuit, à jeûner et à se sanctifier davantage.  Dieu a accompli en la vierge Marie la     Parole prophétique que  l’ange Gabriel lui a annoncée. C’était pour elle la Parole de l’heure. Aujourd’hui, Dieu nous a donné une autre Parole prophétique de l’heure. Si nous La gardons telle qu’Elle est enseignée, la puissance du Saint – Esprit nous remplira chaque jour de façon merveilleuse, et nous aurons l’amour et la force de servir le Sauveur. Avant que Dieu n’utilise quelqu’un, Il l’équipe spirituellement : Il lui donne le Saint – Esprit, le revêt de dons spirituels particuliers, des dons ministériels particuliers et du fruit de l’Esprit, sans oublier la révélation  de la Parole prophétique de son temps. La vierge Marie a cru  en la Parole de l’ange Gabriel qui était un Message   étrange et bizarre. C’était un Message révolutionnaire selon lequel une femme vierge, ne connaissant aucun homme devait tomber       enceinte par la vertu du Saint – Esprit. Elle n’a pas raisonné, mais elle a cru, en disant au Messager de Dieu : «  Qu’il me soit fait selon ta Parole. » Sa foi en la Parole de l’ange Gabriel a permis à Dieu      d’accomplir l’un des plus grands miracles dans ce monde. Sa foi a attiré sur elle la puissance du Saint – Esprit. Sa foi a rendu manifeste la promesse de Dieu pour elle. Frères et sœurs, Dieu agit en réponse à notre foi. Car sans la foi personne ne peut lui être agréable. Nous ne pouvons rien faire sans le Saint – Esprit. Aussi devrons – nous en être remplis tous les jours de notre vie. En quoi faisant ? En précédant l’aurore pour prier, en priant sans cesse, en priant toute la nuit, en chantant des hymnes, des cantiques spirituels, en obéissant à la Parole prophétique de notre temps, en nous aimant les uns les autres, en    aimant le Seigneur Jésus – Christ notre Dieu. Et puis en m’imitant dans tout ce que je fais. J’espère que je n’ai pas touché à un interdit en disant cela. Bien sûr que non. Bien – aimés de Dieu en Jésus – Christ imitez – moi, et vous serez remplis du Saint – Esprit. Au temps de  l’apôtre Paul, il dit aux Philippiens : «  Ce que vous avez appris, reçu et entendu de moi, et ce que vous avez vu en moi, pratiquez – le. Et le Dieu de paix sera avec vous. » (PHILIPPIENS. 4 : 9). N’ai – je pas le droit de vous dire  à peu près la même chose, en ces termes : Imitez – moi au Nom du Seigneur. Je ne suis ni impudique, ni adultère, ni ivrogne, ni querelleur, ni fraudeur. Je suis saint. Je ne pratique pas le péché, et je ne pèche pas, et je ne peux pécher. Imitez – moi donc, et le Saint – Esprit vous remplira de Sa puissance       éternelle, de Sa joie, de Sa paix et de Son amour. C’est ici la pierre d’achoppement que je mets devant vous, par le  Saint – Esprit : Imitez – moi et Dieu vous remplira de Sa gloire.


LA SALUTATION QUI DECLENCHE  LA PUISSANCE DU SAINT – ESPRIT

3. La Parole était déjà formée en elle. Avant que Dieu ne puisse nous utiliser selon le bon plaisir de Sa volonté, à la louange de Sa gloire, Il met en nous Sa Parole. Et avant que nous ne parlions, Il la met dans notre bouche, et Elle devient comme du feu. Quand elle sort de notre bouche, le Saint – Esprit qui L’a inspirée et mise dans notre bouche s’en empare pour L’accomplir parfaitement. La salutation de la   vierge Marie, c’était une Parole de Dieu. C’est pourquoi elle a pu déclencher la puissance du Saint – Esprit. Il y a des salutations qui  tuent. Elles sont inspirées du diable. Il y a des gens qui n’aiment pas saluer les autres, et qui n’aiment pas qu’on les salue. Leur place n’est pas au milieu de nous. Dans ma maison, il y a une loi du   Saint – Esprit : Se saluer au réveil. Je sais ce que Dieu peut faire à travers une simple salutation. Quand je me lève, je salue tout le monde dans ma maison. Et la journée est gagnée, parce que l’Onction s’empare de ma salutation pour répandre la bénédiction dans toute la maison. C’est ici la puissance de la salutation. A votre avis, pourquoi l’apôtre Paul dans ses épîtres salue tout le monde ? Dans 2  CORINTHIENS.13 : 12, il dit aux Corinthiens : «  Saluez – vous les uns les autres par un saint baiser. » Je peux comprendre  qu’il salue ceux à il écrit, mais de là à leur demander de se saluer les uns les autres, il y a un mystère. Ce mystère c’est la salutation en Jésus – Christ est une bénédiction spirituelle si elle est faite par le Saint – Esprit. Par ma salutation aussi, Dieu a eu à faire des merveilles dans la vie de plusieurs. Leurs fardeaux ont été miraculeusement ôtés, et quelques – uns ont été guéris de leur maladie. Je sais ce que Dieu fait quand nous saluons un frère, par le Saint – Esprit. Souvenez – vous de ce qu’Il a fait par la simple salutation de la vierge Marie. Chaque matin, à votre réveil, après avoir précédé l’aurore pour prier, et emmagasiné assez d’onction, saluez – vous les uns les autres ! Saluez votre femme ! Saluez votre mari ! Saluez vos enfants et tous ceux qui vivent sous votre toit. Cela paraît banal, mais si cela est fait par le Saint – Esprit, avec un cœur sincère et plein de joie, vous répandrez cette joie qui est en vous. Par le Saint – Esprit. Saluez – vous les uns les autres. Quand je monte en chair, je vous salue toujours. Un jour, après avoir salué l’assemblée, je me suis mis à parler, et Dieu est entré en scène pour accomplir un grand miracle dans la vie d’une femme, qui avait une boule dans le ventre. Dès que j’ai dit ‘‘ bonsoir ’’, l’Onction, comme du feu, l’a frappée. Vous voyez ! Je venais de libérer la puissance du              Saint – Esprit en un tout petit mot ‘‘ bonsoir.’’ Puis, l’instant d’après cette boule s’est cassée dans son ventre. Et elle a été complètement guérie de ce mal. Que le Nom du Seigneur soit béni. L’apôtre Paul, j’en suis sûr connaissait le mystère de la salutation en Jésus – Christ. Quand un païen se lève le matin, il n’a même pas envie de parler à quelqu’un, à plus forte raison saluer. Il est nerveux, et prêt à en découdre avec le premier qui va oser lui adresser la parole. Ce comportement est souvent exacerbé quand il n’a pas d’argent sur lui, ou quand la fin du mois est encore loin. N’ayez pas ce comportement, bien – aimés de Dieu en Jésus – Christ ! Saluez – vous les uns les autres par le Saint – Esprit dans l’amour du Seigneur ! Je le répète : Saluez – vous les uns les autres ! Je vous dis ces choses par la Parole du Seigneur. Amen ! Soyez toujours joyeux à votre réveil !


Frères, que la voix de votre salutation nous remplisse de joie ! Que la  voix de votre prédication nous édifie et nous perfectionne, par le Saint – Esprit ! Que la Voix de la Manne Fraîche en vous fasse couler de notre sein des fleuves d’eau vive, jusqu’à ce que chacun de nous devienne une source d’eau vive ! Qu’Elle nous conduise dans toute la plénitude de la Divinité, afin que nous comprenions quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur de l’Amour de Christ pour nous !


DIEU A OUVERT UNE SOURCE D’EAU VIVE POUR NOTRE TEMPS

Dans JEAN 7 : 38, le Seigneur dit : «  Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein. » La foi vient de ce qu’on     entend et ce qu’on entend vient de la Parole de Christ. C’est juste. Cela veut donc dire qu’il faut nécessairement entendre la Parole de Christ, La recevoir de tout son cœur, alors des fleuves d’eau vive couleront de notre sein. Nous serons donc remplis jusqu’à toute la plénitude du  Saint – Esprit. Si des fleuves d’eau vive coulent de mon sein, cela veut dire que je suis devenu une source d’eau vive, une source d’Onction, une source de bénédictions, une source de gloire, une source de feu, une source de puissance de la résurrection. Cela veut aussi dire que Dieu enverra ceux qui ont soif boire à ma source d’eau vive. C’est ici la Manne      Fraîche. Beaucoup ont déjà bu à cette source d’eau vive que Dieu a  ouverte pour nous en ce temps prophétique de l’aube. D’autres boiront encore dans peu de temps. Depuis deux jours, je prie toute la nuit, demandant au Seigneur de faire boire de l’eau vive à ma source. Déjà les vannes sont ouvertes, l’eau vive coule déjà, par le Saint – Esprit. Si quelqu’un, un frère ou une sœur, a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive. Car le  Seigneur Jésus – Christ, l’unique Source à Laquelle nous buvons tous est en moi. Et Il a fait de moi une source d’eau vive. Par Sa grâce infinie des fleuves d’eau vive coulent de mon sein. Je mets encore devant vous une autre pierre d’achoppement : Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive ! Dans ACTES 19 : 5, c’est quand l’apôtre Paul a imposé les mains aux  douze disciples qu’ils ont été baptisés du Saint – Esprit. Ce n’est point par l’imposition des mains de Jésus – Christ de Nazareth, mais par celles de l’apôtre Paul. Il était pour ces douze disciples une source d’eau vive. Et des fleuves d’eau vive coulaient de son sein. Et  Jésus – Christ l’unique Source d’eau vive était en lui, le ravitaillant en eau vive, et lui à son tour ravitaillait les autres.  Il était la source d’eau vive pour son temps. Et il n’est plus. Aujourd’hui qui est la source d’eau vive à laquelle nous pouvons boire ? Cette source d’eau vive a un                nom : Christ – Moïse,  l’homme que Dieu a fait Dieu pour vous. Dieu n’est – Il pas l’unique Source d’eau vive, la Principale ? Si c’est le cas, celui qu’Il a fait Dieu ne peut – il pas aussi être une source d’eau vive ? Si. Il est aussi une source d’eau vive, une source secondaire, mais qui est la principale pour son temps, Jésus – Christ étant l’unique Source d’eau vive pour tous les temps.

L’apôtre Paul a été une source d’eau vive pour les douze disciples. Mais, lui, Paul, à quelle source a – t – il bu ? Sa source a un nom : Ananias. Car c’est par l’imposition de ses mains que Saul de Tarse a été rempli du Saint – Esprit. Et plus tard Paul est devenu lui aussi une source d’eau vive, répandant et manifestant la puissance de résurrection de Jésus – Christ, puissance de résurrection qu’il désirait tant connaître.

Et Jean – Baptiste, le prophète qui est plus que prophète selon la Parole du Seigneur, à quelle source a – t – il bu ? A la source d’une femme. Cette source  a aussi un nom : Marie. Aussi paradoxal  que cela puisse paraître, il a bel et bien bu à la source de cette femme, qui portait en son sein l’unique Source d’eau vive manifestée en chair.

Qu’il me soit permis de retourner dans l’Ancien Testament pour examiner avec vous, par la grâce de Dieu, qui a été la source d’eau vive à laquelle Elisée le prophète a bu. Sa source a un nom : Elie le Thischbite. Avant d’être enlevé, Elie dit à Elisée : «  Demande ce que tu veux que je fasse pour toi, avant que je sois enlevé d’avec toi. » Elisée lui répondit : «  Qu’il y ait sur moi, je te prie, une double portion de ton esprit. » Et Elie le Thischbite a donné à Elisée la double portion de son esprit, de l’Esprit de Dieu qui était sur lui. Il était pour Elisée une source d’eau vive ouverte pour lui derrière le Jourdain. Elie le Thischbite a donné la double portion du Saint – Esprit qui était sur lui à Elisée, l’oignant ainsi pour l’œuvre qui l’attendait de l’autre côté du Jourdain. Frères, avant de commencer le ministère de la Parole, nous devons d’abord être revêtus de la puissance d’En – Haut et de Feu Divin. C’est un impératif. Quelle était la source d’eau vive à laquelle Elie le Thischbite buvait. Elle a un nom : L’Eternel le Dieu d’Israël.  Et ce temps prophétique de l’aube, l’Esprit d’Elie m’a été donné pour le rétablissement de toutes choses dans l’Eglise de Dieu. A quelle source j’ai bu ? Ma source aussi a un nom : Seigneur Jésus – Christ. Il m’a revêtu de la puissance d’En – Haut et de Feu Divin avant que je ne commence mon ministère à Bouaké. Et Il m’a fait source d’eau vive d’où coulent des fleuves d’eau vive. C’est après quarante jours et quarante nuits de jeûne et prière qu’Il a ouvert cette  source d’eau vive en moi, en me remplissant du Saint – Esprit. Quand j’étais au trente troisième jour de ce long jeûne, j’ai vu la vision d’une grande Lumière très éclatante. Elle était l’unique que je devais emprunter. Je suis donc entré là – dedans complètement. J’étais immergé dans cette Lumière éternelle,  sans limite.  Dans la Lumière se trouvait Jésus – Christ le Fils de    l’Homme par essence et par excellence. Il a mis Sa main droite sur ma tête, et je suis tombé à Ses pieds. Quand cette vision m’a quitté, il s’est fait un déclic dans mon esprit, et j’ai commencé à comprendre la  Bible autrement. J’ai vu cette vision à Abidjan. Quelques années après, je priais à Bouaké. Puis quelque chose semblable à du feu est tombé sur moi, avec une telle force que je suis tombé par terre. Pendant que j’étais couché sur le ventre, je sentais ce même feu entrer en moi par vagues successives, comme des décharges électriques, des ondes électriques. C’était comme si on gonflait un ballon. Ce feu me remplissait, me remplissait, avec puissance. C’est ce jour – là que j’ai été revêtu de la puissance d’En – Haut et de Feu Divin. Et depuis ce temps mémorable, ce Feu Divin ne m’a jamais quitté. Au moment même où je parle, Il agit en moi. Je sens Sa présence. Mon corps est devenu comme un brasier à cause de cette grande chaleur qui se dégage de moi. Un jour, un frère a rendu ce témoignage : Son portable était presque déchargé, il était à une barre. Mais il voulait me saluer. Donc il m’a appelé. Après notre causerie, son portable a été complètement rechargé. Vous voyez ! Dieu a mis Son Feu en moi, pour l’accomplissement de Sa volonté. Celui qui vous baptise du Saint – Esprit et de Feu habite en moi. Il est voilé en moi. Il s’est caché en moi pour se révéler, tout en se révélant pour se cacher. Souvenez – vous qu’Il m’a  dit de lire LUC 4 : 18. Et dans cette Parole de l’Ecriture, le Fils de l’Homme par essence et par excellence dit : «  L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’Il m’a oint… » Que puis – je dire, moi ? Je dirai exactement la même Parole que Lui : «  L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’Il m’a oint… »

Frères, revenons dans le Nouveau Testament dans ACTES 8. Il y a là une précieuse révélation que je voudrais vous faire, par le               Saint – Esprit, qui est la puissance de résurrection. Philippe a prêché    l’Evangile  en Samarie. Et selon ACTES 8 : 7, des esprits impurs ont été chassés, beaucoup de paralytiques et de boiteux ont été guéris. Très bien. Le Saint – Esprit est descendu là – bas pour guérir les malades. Mais, personne n’a reçu le don du Saint – Esprit. Pensez – y ! Selon ACTES 8 : 14 – 17, c’est quand l’apôtre Pierre et l’apôtre Jean sont venus, qu’ils ont prié pour eux en leur imposant les mains, qu’ils L’ont reçu. A quelle source ont – ils bu ? A la source de l’apôtre Pierre et de l’apôtre Jean. Pourquoi pas à la source de Philippe l’évangéliste ? Il n’était pas une source d’eau. C’est ici la Manne Fraîche. La Source d’eau, c’est le Dieu  Tout – puissant. Quand Il veut ouvrir une source d’eau dans un âge pour les hommes, Il choisit un homme qu’Il fait Dieu. Et l’homme qu’Il fait Dieu est un prophète, et non un évangéliste. C’est la pure Parole. Philippe étant un évangéliste, ne pouvait pas être une source d’eau vive. Quand je vois les évangélistes américains et autres venir pour guérir les gens, je me dis : Et après la guérison Divine, que va – t – il se passer ? Ils retournent chez eux, comme ils sont venus. C’est le ministère prophétique du Fils de l’Homme qui est la Source d’eau vive, ainsi que les autres ministères prophétiques du Fils de l’homme qu’Il suscite, par le Saint – Esprit. Je ne suis pas contre les campagnes d’évangélisation, mais je dis qu’à chacune de ces campagnes, le slogan est le même : GRANDE CROISADE DE GUERISON ET DE MIRACLES. GRANDE CROISADE DE DELIVRANCE ET DE PRODIGES. GRANDE CROISADE DE FOI ET DE MIRACLES. Etc. On parle toujours de miracles, de guérisons, de prodiges, mais on oublie la chose la plus importante : Le baptême du          Saint – Esprit et de Feu. Je ne parle pas du parler en langues,  mais du baptême dans le Saint – Esprit et dans le Feu qui scelle notre salut pour l’éternité. C’est par ce baptême spirituel et surnaturel que tous les élus de Dieu qui croient en Jésus – Christ, qui sont nés de nouveau, et dont les péchés sont effacés et purifiés par le Sang de la croix, forment un seul corps, selon 1 CORINTHIENS 12 : 13. «  Nous avons tous, en effet été baptisés dans un seul Esprit, pour former un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit libres, et nous avons tous été abreuvés d’un seul Esprit. » Ce ne sont pas ceux qui goûtent au Saint – Esprit qui forment le corps de Christ, mais ceux qui boivent à la Source d’eau vive. Ce sont ceux du sein duquel coulent des fleuves d’eau vive. Frères, je parle de ceux qui boivent de cette eau vive à satiété, qui boivent, qui boivent, et qui boivent  jusqu’à ne plus avoir soif. L’eau vive qu’ils boivent  deviendra en eux, selon JEAN 4 : 14, une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle.

A quelle source d’eau vive Corneille et sa maison ont – ils bu ? Cette source a aussi un nom : Pierre, celui qui avait en ce temps – là les clés du Royaume des cieux. Et ce Pierre n’est plus. Où sont les clés du Royaume des cieux en ce temps prophétique de l’aube ? Le Seigneur les a remises à un noir africain, à un ivoirien qu’Il a fait Dieu et Moïse, à la louange de Sa gloire. Oui Monsieur. N’est – ce pas là une autre pierre d’achoppement. Je suis parfaitement conscient que la couleur de ma peau, mes origines africaines constituent pour beaucoup une pierre d’achoppement, habitués qu’ils sont à ne croire qu’en ce qui vient des blancs. Corneille était en prière quand il vit dans une vision un ange du Seigneur. Cet ange lui dit que ses prières et ses aumônes étaient montées devant Dieu, et qu’Il s’en est souvenu. Maintenant, dit – il à Corneille d’envoyer chercher Simon – Pierre qui lui dirait des choses par lesquelles il serait sauvé, lui et sa famille. (ACTES 11 : 13 – 14). Je me suis demandé pourquoi l’ange du Seigneur n’a pas orienté Corneille vers Jésus – Christ de Nazareth, mais vers Pierre. Le savez – vous ?  C’est parce que Jésus – Christ de Nazareth n’est plus, et qu’Il a fini d’exercer Son ministère terrestre. Et c’est Lui, Jésus – Christ, qui a promis de remettre à Pierre les clés du Royaume des cieux. Et Pierre, au temps de Corneille avait bel et bien ces clés – là. L’ange du Seigneur le sachant, a conduit Corneille vers Pierre.             Aujourd’hui Pierre non plus n’est plus. Qui a donc ces clés – là ? Elles sont ici en ce moment même, il faut une révélation pour le savoir et pour voir celui qui les détient. Il a fallu une révélation pour que Corneille sache qui les avait. Il te faut aussi une révélation pour que tu saches qui les a  aujourd’hui. Quand Pierre est arrivé chez Corneille, il a prêché le         Seigneur Jésus – Christ. Pendant qu’il parlait encore, le Saint – Esprit tomba sur Corneille et sa famille. «  Comme Pierre prononçait encore ces mots, le Saint – Esprit descendit sur tous ceux qui écoutaient la    Parole. » (ACTES. 10 : 44). Dans ACTES 10 : 47, l’apôtre Pierre dit qu’ils «  ont reçu le Saint – Esprit ». Au travers de qui L’ont – ils reçu ? Jésus – Christ de Nazareth ou l’apôtre Pierre ? L’apôtre Pierre. Celui – là était la source d’eau vive à laquelle ils burent ce jour – là, par la grâce de Dieu. Ils ont tous été abreuvés dans le Saint – Esprit à la source d’eau  vive qui s’appelait Pierre. Ainsi, ils sont entrés dans le corps de Christ. Pour faire partie d’une dénomination chrétienne une carte de membre   suffit, mais pour faire partie du corps de Christ, il faut plus qu’une carte de membre. Il faut le baptême du Saint – Esprit. Pour pouvoir sortir des choses du monde, des péchés dans lesquels et à cause desquels nous étions tous morts, il a fallu que le Seigneur manifeste à notre égard Sa puissance de résurrection. Partout il y a des églises de toutes sortes,  qui sont en fait des lieux de mort, des tombeaux spirituels où sont temporairement enterrés les enfants de Dieu. Si nous voulons les faire sortir de ces tombeaux spirituels, il nous faut absolument la Parole de la résurrection et  la puissance de la résurrection. L’apôtre Pierre a été une source d’eau vive à laquelle Corneille et sa maison ont bu. Et lui, Pierre, quelle a été sa source ? Sa source a un nom : Seigneur Jésus – Christ Lui – même. Comme vous pouvez le constater, il y a deux sortes de chrétiens :

1-  Les chrétiens que le Seigneur Jésus – Christ baptise directement du Saint – Esprit depuis les cieux.

2- Et les chrétiens qui sont baptisés du Saint – Esprit par le Seigneur au travers d’autres chrétiens.


LA PUISSANCE DE RESURRECTION MANIFESTEE PAR  JESUS – CHRIST DE NAZARETH

Lazare, l’ami de Jésus est mort. Arrivé en Béthanie, Il a rencontré Marthe la sœur de Lazare, qui est mort et enterré depuis quatre jours  déjà. Marthe lui dit : «  Si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort. » Vous voyez !  Jésus lui dit : «  Ton frère ressuscitera. » Connaissant certainement les Ecritures, elle lui répondit en disant : « Je sais qu’il ressuscitera à la résurrection au dernier jour ». Mais le Seigneur lui dit : « Je suis la résurrection et la vie ». Après cet échange, le Seigneur s’est rendu au cimetière devant le tombeau de Lazare. Quand Il a dit d’ôter la pierre, Marthe s’est interposée, en disant : « Seigneur, il sent déjà, car il y a  quatre jours qu’il est là ». Le Seigneur lui dit : «  Ne t’ai – je pas que tu crois tu verras la gloire de Dieu ? » Après avoir rendu grâces à Dieu, Il dit au mort : « Lazare, sors ». Et il sortit vivant du tombeau. Jésus l’a ressuscité d’entre les morts. Le Fils de l’Homme a manifesté ce jour – là, la puissance de résurrection qui était en Lui. Il a d’abord prononcé la Parole de la résurrection dont s’est emparé l’Esprit de la résurrection pour      accomplir la résurrection de Lazare.  Voici la Parole de la résurrection : Lazare, sors. Deux petits mots oints de la puissance de résurrection. Cette puissance de résurrection a frappé le corps mort de celui – là, et l’a      ramené à la vie. Assis aujourd’hui dans les lieux très hauts à la droite de la majesté Divine, le Seigneur a répandu sur nous la puissance de la résurrection par laquelle Il nous ressuscitera un jour d’entre les morts, lors de la première résurrection, et changera nos corps mortels en corps immortels, nos corps corruptibles en corps incorruptibles, nos corps terrestres en corps célestes, nos corps faibles et méprisables en corps glorieux et forts. Parlons maintenant la résurrection du Fils de l’Homme Lui – même.


LA RESURRECTION DE JESUS – CHRIST DE NAZARETH

Les Juifs ont livré Jésus à la mort pour deux raisons essentielles :

1. Selon eux, Il violait le sabbat, donc Il ne venait pas de Dieu.


2. Lui qui était un homme, se faisait Dieu. Pour eux ce blasphème méritait la peine capitale. Et Jésus a été crucifié.

Sur la croix, Il s’est écrit : « Mon Dieu, mon Dieu pourquoi         m’as – tu abandonné ? » O, frères, vous voyez ! Il est possible que Dieu abandonne Ses enfants, mais seulement pour un temps. La preuve en est qu’Il a abandonné Son Fils unique en qui Il a mis toute Son affection. Déjà dans le jardin de Gethsémané, quand Il a pris la coupe et qu’il l’a bue, Dieu L’avait quitté. Car, Il était devenu péché. C’est dans ce jardin qu’Il est devenu péché, et qu’Il a pris nos péchés. Etant devenu péché, le Père qui était en Lui, Le quitta. Il y a eu donc une séparation entre le Fils et le Père. En disant que Dieu L’a abandonné, Jésus a montré qu’il y a eu    effectivement une séparation entre Lui et Son Père. Etant devenu péché pour nous, selon  2CORINTHIENS 5 : 21, Il est monté à Golgotha, portant dans Sa chair du péché nos péchés. Savez – vous que le Fils de Dieu est venu dans une chair du péché ? Le corps que Son Père  Lui a formé était un corps du péché destiné à devenir péché pour nous et à prendre tous nos péchés. Le mystère de la chair du  péché de Jésus, qui est écrit dans ROMAINS 8 : 3, a fait l’objet d’une prédication plus détaillée que je vous conseille vivement de revoir encore. Il s’intitule : LE MYSTERE DU CORPS DU PECHE DE JESUS. Son corps du péché était saint, mais imparfait. C’est ce corps du péché qui L’a rendu imparfait. Oui Monsieur. Christ était imparfait. Je ne dis pas qu’Il a péché, mais qu’Il était imparfait. Il était saint, mais imparfait. Il n’a point connu le péché, mais Il était imparfait. Beaucoup auront l’impression que je suis entrain de dénigrer le Seigneur, mais ils se trompent. L’une des façons pour moi de Le glorifier, c’est de dire la vérité scripturaire. Et la vérité, c’est qu’Il était imparfait, selon l’Ecriture. Examinons maintenant cette Parole de l’Ecriture, afin de vérifier si ce que je dis est vrai ou                            non : HEBREUX. 2 :10. Dans cette Parole de l’Ecriture, il est écrit que Dieu a élevé à la perfection par les souffrances,  le Prince de notre salut. Cela veut dire tout simplement que Jésus de Nazareth, avant d’être élevé à la perfection par les souffrances, par Dieu, n’était pas parfait. Il était donc imparfait. Ce qui Le rendait imparfait, c’était Sa chair du péché dans laquelle Il vint sur la terre pour devenir péché pour nous, et pour prendre tous nos péchés. C’est ici la Manne Fraiche.  Le Fils de l’Homme         Jésus – Christ de  Nazareth était dans un corps saint, mais imparfait, qui Le rendit imparfait. C’est justement dans ce corps du péché, dans ce corps imparfait qu’Il s’est trompé, comme tout homme. Je ne dis pas qu’Il a péché, mais qu’Il s’est trompé. Jésus – Christ de Nazareth n’était donc pas infaillible, à cause de Sa chair du péché. Frères, je suis entrain de jeter les bases d’une révolution spirituelle dans l’Eglise au travers de ces déclarations fondées bibliquement. J’insiste : Jésus – Christ de Nazareth s’est trompé, à cause de Son humanité. Dans MATTHIEU 21 : 18 – 19, le Seigneur eu a faim. Et Il voit de loin un figuier. Il pense qu’il y a des figues là – dessus. Il s’en approche donc pour en cueillir quelques – unes pour manger. Mais arrivé près de l’arbre, Il se rend compte qu’il n’y a pas de figues sur le figuier. Et sa colère s’enflamme, et maudit l’arbre. Qui sèche. Vous voyez ! Il s’est trompé. Il était fort contrarié de n’avoir pas trouvé de    figues. Alors, Sa colère s’est enflammée contre l’arbre qui était dans tous ses droits, parce que ce n’était pas encore la saison des  figues. Et Il l’a maudit. Le Seigneur s’est trompé sur deux choses :

1. Sur la saison des figues.

2. Sur le figuier lui – même.

Voici ce qui L’a induit en erreur : Les feuilles du figuier. Quand Il était sur la terre dans Sa chair du péché, Il ne connaissait pas toutes choses.  Il ne connaissait pas par exemple l’heure et le jour de Son avènement. Si Jésus de Nazareth a pu se tromper, ne me dites pas que Branham est infaillible.

Jésus a été crucifié. Et Il a été enseveli. Mais le troisième jour, Il est ressuscité d’entre les morts par la puissance de la résurrection. Frères, comme je l’ai déjà dit, Jésus a été abandonné par Son Père. Les deux étaient séparés, à cause du péché. Mais, il y a eu la réconciliation entre eux, afin de devenir de nouveau un. Le Père ne L’a pas abandonné pour toujours. Ils se sont réconciliés. C’est ici la Manne Fraîche. Où a eu lieu cette réconciliation ? Dans le tombeau. Comment s’est – elle faite ? Par Sa propre croix. Car il n’y avait que la croix pour sceller cette réconciliation entre le Fils et le Père. Vous voyez ! Jésus de Nazareth Lui – même s’est réconcilié avec Son Père par la croix. Souvenez – vous qu’ils étaient séparés. Mais ils ne sont  pas séparés éternellement. Ils se sont donc réconciliés. Par la puissance de résurrection. Comment s’est faite cette réconciliation dans le tombeau ? Il y a eu trois étapes essentielles que je vais enseigner par une révélation du Saint – Esprit :

Première étape : La transformation du corps du péché en corps de  justice :

Jésus était dans Son corps du péché quand Il mourut sur la croix. Il était dans ce corps quand Il donna Sa vie pour nous. Et Il fut enseveli dans ce corps.  Avant de reprendre Sa vie, Il a transformé Son corps du péché en un corps de justice où il n’y a plus de péché. De péché qu’Il était, Il devint justice de Dieu dans un corps de justice.

Deuxième étape : La reprise de la vie

Souvenez – vous qu’Il avait le pouvoir de donner Sa vie, et de La reprendre, selon JEAN 10 : 17 – 18. Il dit : «  Le Père m’aime, parce que je donne ma vie, afin de la reprendre. Personne ne me l’ôte, mais je la donne de moi – même ; j’ai le pouvoir de la donner, et j’ai le pouvoir de la reprendre ; tel est l’ordre que j’ai reçu du Père. » Il a donc donné Sa vie sur la croix. Mais où l’a – t – Il reprise ? Dans le tombeau, avant d’en sortir. Quand Il l’a reprise en exerçant Sa souveraineté, Il l’a mise dans Son nouveau corps, qui est le corps de justice. Et Il est revenu à la vie : Il est ressuscité d’entre les morts. Par la puissance de résurrection.

Troisième étape : La réconciliation

Après avoir transformé Son corps du péché en un corps de justice, étant devenu justice de Dieu, et après avoir mis Sa vie dans ce corps de justice, afin qu’il vive, Jésus est ressuscité d’entre les morts. Etant revenu à la vie, Il a été réconcilié avec Son Père. Etant ainsi réconcilié avec Lui, la communion entre les deux a été rétablie. Le Fils et le Père sont à nouveau devenus un.  C’est à travers de Sa propre                  réconciliation avec Dieu le Père, qu’Il nous a aussi réconciliés avec Lui. Car nous étions en Lui quand Il mourait sur la croix, nous étions en Lui quand on L’ensevelissait, nous étions en Lui quand Il transformait Son corps du péché en un corps de justice, nous étions toujours en Lui quand Il mettait Sa vie dans ce corps, nous étions toujours en Lui quand Il ressuscitait dans le tombeau, et enfin nous étions en Lui quand Il se réconciliait avec Dieu. Par Son propre Sang. Il n’y avait aucun autre moyen de se réconcilier avec Dieu, si ce n’est par Son propre Sang. A travers Sa     propre mort, nous sommes morts avec Lui ; à travers Sa propre résurrection, nous sommes ressuscités avec Lui. Je dis, par la Manne Fraîche que c’est aussi à travers Sa propre réconciliation avec Dieu le Père, que nous aussi nous avons été réconciliés avec Lui.  Car, nous étions en Lui quand Il se réconciliait avec Dieu le Père. Dois – je encore vous rappeler que le Père a abandonné le Fils à cause de ce qu’Il est devenu péché et de ce qu’Il a pris nos péchés. Maintenant qu’Il a résolu par Son sang le problème du péché, qu’Il a ôté, il est évident que Lui et Son Père seront de nouveau unis. D’où la nécessité d’une réconciliation entre les deux. Et comme aucune réconciliation ne peut se faire sans le Sang versé, je dis, par la Manne Fraîche, que même Jésus de Nazareth s’est réconcilié avec Son Père par Son propre Sang. Après cette réconciliation, Il est monté dans le Lieu très saint, afin d’obtenir pour nous une rédemption éternelle.

Le jour de la résurrection de Jésus de Nazareth, la puissance de la résurrection était telle que plusieurs corps des saints qui étaient morts ressuscitèrent, selon MATTHIEU 27 : 52. Parmi ces saints, je peux compter Elisée le prophète dont les os ont ressuscité un mort. La puissance de la résurrection qui était sur lui, et qui a opéré ce grand miracle, est demeuré sur lui jusqu’au jour où Jésus ressuscita. Et il ressuscita avec Lui, par la puissance de la résurrection. Frères, si Dieu nous accorde cette puissance de la résurrection aujourd’hui, elle demeurera sur nous jusqu’au jour de la rédemption. C’est cette puissance de résurrection qui produira la première résurrection dont parle l’Ecriture. Elle produira aussi la dernière résurrection pour le jugement du trône blanc. Lors de cette résurrection, les enfants du diable aussi bénéficieront de cette puissance de résurrection à titre exceptionnel, afin de comparaître devant le trône du jugement. Car, il n’y a aucun autre moyen  de les faire revenir à la vie pour le jugement, si ce n’est par la puissance de résurrection. Dans JEAN 5 : 28 – 29, le      Seigneur dit : «  Ne vous étonnez pas de cela ; car l’heure vient où tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix, et en sortiront. Ceux qui auront fait le bien ressusciteront pour la vie, mais ceux qui auront fait le mal ressusciteront pour le jugement ». Il parle de deux  catégories de gens : La résurrection de ceux qui auront fait le bien,  pour la vie éternelle,  et la résurrection de ceux qui auront fait le mal, pour le jugement. Il y a donc d’un côté les enfants de Dieu, et de l’autre, les     enfants du diable. Tous les deux groupes bénéficieront de la puissance de la résurrection.

Les saints qui sont ressuscités avec Jésus, sont entrés dans la ville sainte de Jérusalem. Le jour où le Seigneur montait au ciel pour s’asseoir à la droite de Dieu dans les lieux très élevés, Il monta avec ceux qui étaient ressuscités avec Lui. Ce qui en effet ressort de cette Parole de   l’Ecriture : EPHESIENS 4 : 8 – 9 : «  C’est pourquoi il est dit : Etant monté en haut, il a emmené des captifs, Et il a fait des dons aux hommes. Or, que signifie : Il est monté, sinon qu’il est aussi descendu dans les régions inférieures de la terre ? » Vous voyez ! En montant au ciel, Il est monté avec ceux qui sont ressuscités avec Lui, lors de Sa résurrection. Ce jour – là ceux qui étaient dans le sein d’Abraham ont été enlevés au ciel, par la puissance de Dieu. La puissance de la résurrection que Dieu a répandue sur eux, a transformé leurs corps mortels en corps immortels.


LA MANIFESTATION DE LA PUISSANCE DE LA RESURRECTION SOUS LE SANG DE L’AGNEAU

L’EXEMPLE DE L’APOTRE PIERRE

Pierre était tellement rempli de la puissance de la résurrection que même son ombre guérissait les malades, selon ACTES 5 : 15.  Savez – vous que la guérison Divine est une création et une résurrection ? Les yeux de l’aveugle sont des yeux morts, des yeux sans vie. La vie y était avant. Maintenant elle y est plus : Les yeux sont donc morts.  Quand le Seigneur les guérit, Il leur redonne la vie. Il les ressuscite. Par la puissance de la résurrection. Qu’il me soit permis de vous rappeler ce que Dieu a fait pour la sœur Michelle qui avait les trompes coupées. Ses trompes étaient donc mortes. Mais quand nous avons prié pour elle lors d’un réveil sur la guérison des femmes stériles, le Seigneur lui a créé de nouvelles trompes. Il y a donc eu une création et  une sorte résurrection des trompes. Aujourd’hui, elle a deux petites filles. Quand une cellule meurt dans notre corps, il faut une résurrection pour qu’elle revienne à la vie, par la manifestation de la puissance de la résurrection. Dans son livre intitulé ‘‘ LA GUERISON BIBLIQUE’’, Tommy Osborn rend ce puissant témoignage de guérison : «  Il y a eu des tympans, des poumons, des reins, des côtes et d’autres parties du corps enlevés par des opérations chirurgicales, qui ont été recréés par la puissance créatrice de Dieu. » Frères, ces organes enlevés par des opérations chirurgicales étaient tous morts ; il n’y avait plus de vie en eux. En les récréant, Dieu leur donne encore la vie. C’est une sorte de résurrection.

Dans ACTES 9 : 36, l’apôtre Pierre était confronté à un problème sérieux : Dorcas est morte. Qu’a – t – il fait ? Il a prié, non seulement pour connaître la volonté de Dieu, mais aussi pour que la puissance la résurrection qui était en lui, se positionne, et que Dieu mette dans sa bouche la Parole de la résurrection. Avant que Dieu n’accomplisse un miracle, Il choisit le don spirituel approprié. Si c’est pour guérir un malade, par exemple,  c’est le don des guérisons qu’Il positionne dans l’homme par qui Il veut faire cette action. Et Lui – même se tient à la fois au – dessus du malade et de Son serviteur, tout en étant en lui. Quand Moïse devait frapper le rocher, afin qu’il donne de l’eau, Il dit à Son prophète : «  Voici je me tiendrai devant toi sur le rocher d’Horeb ; tu frapperas et il en sortira de l’eau, et le peuple boira… » (EXODE 17 : 6). Quand je prêche les mystères du Royaume de Dieu, je sens que le Saint – Esprit  qui est en moi, se tient au – dessus de moi pendant toute la prédication. Je sens Sa présence à cause du Feu qui est au – dessus de moi, et qui me tombe dessus jusqu’à la fin. Après avoir prié, Pierre s’est tourné vers le corps mort de Dorcas, et dit : Tabitha, lève – toi ! Frères, seulement deux petits mots oints de la puissance de la résurrection, et Tabitha ressuscita : Lève – toi.  Que Dieu nous oigne de la puissance de la résurrection dans une autre dimension, afin qu’à l’instar de Pierre, nous puissions aussi prononcer des petits mots oints pour accomplir des signes extraordinaires. Pierre a prié aussi pour être rempli de la puissance de la résurrection et de foi avant de passer à l’action. Puisse chacun de nous s’inspirer de son exemple, afin d’être puissant en actes et en paroles dans l’œuvre du ministère. Ne      faisons rien, absolument rien, sans avoir prié. Pierre était un homme de  prière entièrement consacré au Seigneur  Jésus – Christ. Souvenez – vous que même son ombre a fait ses preuves, par la puissance de la résurrection.


L’EXEMPLE DE L’APOTRE PAUL

L’Ecriture dit que «  Et Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul, au point qu’on appliquait sur les malades des linges ou des

mouchoirs qui avaient touché son corps, et les maladies les quittaient, et les esprits malins sortaient. » (ACTES 19 : 11 – 12 ). O, frères, avez – vous remarqué que même les mouchoirs et les linges ont fait leurs preuves par la puissance de la résurrection qu’ils ont reçue au travers du corps de Paul ? Que Dieu nous vienne en aide ! Nous valons plus que les mouchoirs et les linges. Pensez – y ! Eux, ils ont fait leurs preuves, à combien plus forte raison ne ferions – nous les nôtres, par la puissance de la résurrection ? Un jour, l’apôtre Paul a prêché jusque tard dans la nuit. Et un jeune homme, assis sur la fenêtre s’est endormi profondément, et il est tombé du troisième étage. Et il est mort. Paul est descendu, l’a pris dans ses bras, et il ressuscita, par la puissance de la résurrection qui agissait dans l’apôtre. Il dit : «  Ne vous troublez, car son âme est en lui. » En ACTES 20 : 12, l’Ecriture dit que «  le jeune homme fut ramené vivant, et ce fut le sujet d’une grande consolation. »  C’est ici la manifestation  de la puissance de la résurrection dans la vie de Paul. Quand nous lisons ces choses nous sommes heureux, mais nous oublions souvent que Paul a dû se battre pour être revêtu de cette grande puissance de la résurrection. En effet, dans 2 CORINTHIENS.11 : 27, il dit : «  J’ai été dans le travail et dans la peine, exposé à de nombreuses veilles, à la faim et à la soif, à des jeûnes multipliés, au froid et à la nudité. » Si nous voulons que la puissance de la résurrection qui est en nous se manifeste véritablement, nous savons tous ce que nous  devons faire :

1. Précéder l’aurore pour prier et pour méditer la Manne Fraîche

2. Prier toute la nuit

3. Priez sans cesse, de jour comme de nuit

4. Faire des jeûnes multipliés

5. Rechercher constamment la sanctification

6. Avoir du zèle pour l’Evangile, afin de prêcher dans les conditions bonnes ou mauvaises

7. Renoncer à soi – même, à ses intérêts personnels, à sa famille pour se consacrer à Dieu. Faire toujours des sacrifices pour l’avancement de Son œuvre.


LA MANIFESTATION DE LA PUISSANCE DE LA RESURRECTION PENDANT L’ENLEVEMENT

Par le ministère du cadavre que j’exerce, par le Saint – Esprit,  les aigles ont commencé à s’assembler. Par la puissance de la résurrection, Dieu, par ce ministère,  fait sortir les aigles de tout système, ce qui constitue en soi une sorte de résurrection. Mais le plus grand rassemblement des aigles se fera le jour – même de l’enlèvement. Ce jour – là, «  le Seigneur Lui – même, à un signal donné, à la voix d’un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement. Ensuite nous les vivants qui seront restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. »  (1 THESSALONICIENS. 4 : 16 – 17). Trois grands évènements vont se passer avant que le Seigneur ne descende du ciel, et avant qu’il n’y ait résurrection :

1. Un signal donné ou un cri de commandement se fera entendre

2. La voix de l’archange qui se fera aussi entendre

3. La trompette de Dieu qui retentira

Après ces trois évènements, le Seigneur descendra du ciel sur des nuées. Et les morts en Christ ressusciteront premièrement et les vivants qui seront restés seront tous ensemble enlevés sur des nuées à la rencontre du Seigneur dans les airs. La puissance de la résurrection sera telle que dans le monde entier les morts en Christ ressusciteront,  et avec  les vivants qui seront restés, ils seront enlevés. Selon                                         1 CORINTHIENS 15 : 51 – 52, nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons transformés par la puissance de la transformation qui est en Jésus – Christ. Quand la dernière trompette sonnera, les morts ressusciteront incorruptibles, et nous serons tous changés. C’est ici la manifestation de la puissance de la résurrection. En quoi consistera ce changement ? Notre corps corruptible revêtira l’incorruptibilité, notre corps mortel revêtira l’immortalité. Alors s’accomplira cette Ecriture : « La mort a été engloutie dans la victoire. O, mort, où est ta victoire ? O, mort où est ton aiguillon ? »



LA MANIFESTATION DE LA PUISSANCE DE RESURRECTION A L’EGLISE DE LAODICEE

Il y a sept Eglises auxquelles le Seigneur a demandé à l’apôtre Jean d’écrire : Ce sont :

1. L’Eglise d’Ephèse

2. L’Eglise de Smyrne

3. L’Eglise de Pergame

4. L’Eglise de Thyatire

5. L’Eglise de Sardes

6. L’Eglise de Philadelphie

7. L’Eglise de Laodicée

Ce qui est remarquable, c’est que le Fils de l’Homme est au milieu de chacune des six premières Eglises, mais, quant à la septième, qui est Laodicée, Il est hors de l’Eglise. Parce que cette septième Eglise n’est ni bouillante, ni froide. C’est une Eglise qui n’a ni l’or éprouvé par le feu, ni le collyre pour oindre ses yeux, afin qu’elle voie, ni les vêtements blancs. L’or éprouvé par le feu, signifie dans le contexte où nous sommes, la foi authentique en Jésus - Christ, vivante, puissante, agissante, acquise au travers de plusieurs épreuves. En termes clairs, cette Eglise de Laodicée n’a pas la vraie foi.  Le collyre, c’est le symbole du Saint – Esprit, de l’Onction qui nous ouvre les yeux et l’entendement spirituel, afin que nous voyions et comprenions la Parole de Dieu, le déroulement du plan de la rédemption, les mystères du Royaume des cieux, le ministère prophétique du Fils de l’Homme exerçant dans l’Eglise du Dieu vivant. En d’autres termes le Saint – Esprit n’est pas au milieu de cette Eglise de Laodicée. Et en outre, elle n’a pas les vêtements blancs que doit absolument avoir la véritable Eglise. Que représentent les vêtements blancs dans la Pensée et la Parole de Dieu ? Me référant à la Parole de l’Ecriture  d’APOCALYPSE 19 : 8, je dirai que ce sont les œuvres justes des saints.  Comme vous pouvez le constater, cette Eglise n’est pas une Eglise des saints. Ses œuvres ne sont pas les œuvres justes des saints. Frères, dites à un membre de cette Eglise que vous êtes saint, et vous verrez sa réaction. Il vous dira presqu’automatiquement : Il n’y a pas de saint sur la terre. Même les pasteurs évangéliques, pentecôtistes et tous les autres soi – disant serviteurs de Dieu, qui exercent dans cette Eglise de Laodicée, sont scandalisés quand nous leur disons par la Parole du Seigneur que nous sommes saints, et que nous ne sommes plus des pécheurs, et que nous ne pratiquons pas le péché, et que nous ne pouvons même pas pécher. Frères, ils crient au scandale, et ils sont prêts à vous taxer de tous les  noms : ‘‘ Vous êtes orgueilleux. Comment pouvez – vous affirmer que vous êtes saints, alors qu’il n’y a pas de saint sur la terre ?’’ Vous voyez ! Ce n’est pas de leur faute. Parce que cette Eglise n’a pas été justifiée par le Sang de l’Agneau. Et on leur dit à longueur de journée qu’ils sont de pauvres pécheurs, pensant qu’en disant de telles choses, ils auront la grâce de Dieu. L’Eglise de Laodicée n’a pas les vêtements blancs que doit avoir toute Eglise. Selon APOCALYPSE 3 : 20, le Fils de l’Homme n’est pas au milieu de cette Eglise, mais hors d’elle, à la porte. S’Il est dehors, à la porte, qui peut bien être celui qui est à l’intérieur, si ce n’est notre adversaire le diable.  Si le Saint – Esprit n’est pas au milieu de cette Eglise, c’est forcément l’esprit du diable qui s’y trouve. Si le Christ n’est pas au milieu de cette Eglise, qui est là ? C’est Son ennemi  irréductible : L’antichrist.

Le Christ, le Fils de l’Homme est à la porte de l’Eglise de Laodicée. Que fait – Il ? Il appelle à sortir pour le souper : «  Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi. » Pourquoi un tel appel ? C’est parce qu’Il sait qu’à l’intérieur de l’Eglise de Laodicée se trouvent Ses élus. Et ceux – ci doivent en sortir absolument. Etant dans une telle Eglise, on peut aisément se faire une idée de l’état spirituel  lamentable des élus de Dieu, qui sont enfermés dans les ténèbres dans lesquelles ils sont assis, contrôlés et maltraités par l’esprit antichrist et ses suppôts. C’est pour les délivrer de la main du diable, des faux christs et des faux prophètes qui exercent leurs ministères de séduction et de tromperie basés essentiellement sur l’accomplissement de grands miracles, que le Fils de l’Homme par un Message prophétique clair, les appelle à sortir, afin de prendre part au souper qu’Il a préparé pour eux. C’est pour les ressusciter, par Sa puissance de résurrection, qu’Il leur parle depuis le lieu où Il se trouve, c’est – à – dire dehors. Sortir d’une telle Eglise de mort, c’est ressusciter d’entre les morts. Les élus sont assis dans les ténèbres avec les enfants du diable qui sont spirituellement parlant considérés comme morts devant Dieu. Faire sortir donc les enfants de Dieu du  milieu de ces morts,  pour leur donner la Vie éternelle, c’est  les faire passer par une  résurrection spirituelle. Par la puissance de la résurrection.  C’est le sens véritable de l’appel au Souper du Fils de l’Homme. Son appel a été entendu par Ses élus. Qui sont sortis de l’Eglise de Laodicée, et qui doivent aller à la rencontre de l’Epoux qui vient. Ces élus, ce sont les dix vierges. Quand ces élus sont sortis de ce bourbier spirituel, ils ont été justifiés par le Sang de l’Agneau. Le Fils de l’Homme leur a alors donné des vêtements blancs, symbole de leur justification et de leur réconciliation avec Dieu. Le Fils de l’Homme dit qu’il entrera chez celui qui ouvrira la porte de l’Eglise de Laodicée pour en sortir, pour souper avec lui, et lui avec Lui. Quand Christ entre dans la vie d’un élu, c’est pour s’unir à celui – ci. Et cela se fait par le Saint – Esprit.   Christ entrant chez cet élu, c’est Christ donnant le don du Saint – Esprit à ce dernier. A quel moment a lieu ce souper ? Le soir et tard dans la nuit. Prophétiquement parlant, le mot ‘‘souper’’ nous renvoie donc au temps du soir. C’est donc en ce temps – là que le Fils de l’Homme a appelé Ses élus à sortir de l’Eglise de Laodicée, afin de les ressusciter d’entre les morts, par Sa puissance de la résurrection. Une fois ressuscités d’entre les morts, ils ont reçu la vie éternelle. En sortant de cette Eglise morte, ils ont vu le Fils de l’Homme et ont cru en Lui. Et ils ont eu la Vie éternelle. Le       Seigneur dit : «  Si quelqu’un entend ma voix, et ouvre la porte, je souperai avec lui, et lui avec moi. » La réciprocité de cette action signifie que le Fils de l’Homme s’unit à l’élu, et l’élu s’unit au Fils de l’Homme. Par le Saint – Esprit. Et rien au monde ne peut briser cette union Divine et Surnaturelle. C’est au cours de ce souper préparé par le Fils de l’Homme, que les dix vierges ont pris leurs lampes et de l’huile. Après avoir pris ces choses, elles ont pris le chemin spirituel qui mène à l’Epoux qui vient.


LA MANIFESTATION DE LA PUISSANCE DE RESURRECTION A MINUIT

Les dix vierges, après avoir parcouru un assez long chemin, se sont assoupies et endormies, à cause du déclin dans le ministère du messager du soir. Mais, au milieu de la nuit, donc au temps de minuit, un cri s’est fait entendre : «  Voici l’Epoux, allez à sa rencontre. » Toutes les vierges se sont réveillées, quand elles ont entendu ce cri. Ce cri de réveil les a fait sortir de l’assoupissement et du sommeil. Qu’il me soit permis de vous dire qu’elles ne dormaient pas profondément ; elles étaient toutes seulement dans un demi – sommeil, car leurs lampes n’étaient pas éteintes. Avec ce cri de minuit, elles ont entrepris de préparer leurs lampes. Ce cri de minuit les a toutes tirées de l’assoupissement et du sommeil pour les faire passer à l’état d’éveil et de renouvellement spirituel, par la puissance de la résurrection. Elles sont pour ainsi dire passées par une sorte de résurrection. Pas par une résurrection, mais par une sorte de résurrection,  parce qu’elles n’étaient pas mortes. Elles étaient tout simplement assoupies et endormies. D’ailleurs, elles ne dormaient même pas profondément.   Elles ont reçu la Vie éternelle par Jésus – Christ le Fils de l’Homme par essence et par excellence. Elles ne peuvent en aucun cas mourir. Elles ne peuvent mourir que si cette Vie – là leur est ôtée. Ce qui est impossible, parce que rien ne peut les séparer de l’Amour de Dieu manifester en Jésus – Christ leur Sauveur et Rédempteur. Les vierges sages, ayant pris de l’huile en réserve, ont pu alimenter leurs lampes pour pouvoir poursuivre leur marche. Et elles ont traversé le temps prophétique de minuit. Comme l’assoupissement a commencé à se faire sentir, Dieu a oint un coq pour chanter. Ce chant du coq fait deux choses essentielles :

1. Il tient notre esprit toujours éveillé. Il permet à nos lampes d’être toujours allumées, afin de continuer la marche à travers le temps prophétique de l’aube. Ce coq chantera jusqu’au lever total du jour, et il s’en ira, selon le bon plaisir de la volonté de Dieu, à la louange de Sa gloire.

2. Il annonce le lever du jour, le temps prophétique du matin.

C’est aussi par la puissance de la résurrection que le coq chante. Le coq est oint pour voler, mais il ne peut pas voler haut. Il ne peut donc pas voler jusque dans les lieux célestes pour chercher l’hymne qu’il doit chanter. Il n’est pas oint pour voler haut. Il doit donc recevoir son chant de quelqu’un qui vole plus haut que lui. C’est pour cette raison que Dieu a fait de moi un aigle, avec le pouvoir d’aller chercher le chant du coq dans les lieux très élevés. Une fois que j’ai le chant en question avec toutes ses paroles et sa mélodie, je descends sur la terre avec. Le coq lui, m’attend, car il ne peut pas chanter sans moi. Quand je lui donne le chant qu’il attend, alors il commence à chanter. Son chant va durer tout le temps prophétique de l’aube. Je dois donc chaque fois, selon l’ordre du Seigneur,  aller chercher le chant dans les lieux très élevés. Le coq est oint pour voler. L’aigle aussi. Mais l’aigle vole plus haut, et son œil est perçant. Le ministère de l’aigle et celui du coq sont incarnés par une seule et même personne : Le Fils de l’homme de ce temps prophétique de l’aube.

Au temps prophétique de minuit, la Parole prophétique annoncée dit : «  Voici l’Epoux, allez à sa rencontre. » C’était la Parole de la résurrection spirituelle sur Laquelle est venue l’Esprit de la résurrection pour faire passer les vierges par une sorte de résurrection. Au temps prophétique de l’aube, le mystère du chant du coq reste entier. Car dans       MARC 13 : 35, où le Seigneur mentionne cela, Il ne donne aucune orientation  pouvant nous permettre de savoir quelle est sa teneur. Vous voyez ! Ce mystère reste entier. Mais, gloire soit rendue à Dieu qui a brisé ce sceau mystérieux au travers de la Manne Fraîche qui révèle la teneur spirituelle, les Paroles et la mélodie spirituelle de ce chant mystérieux. Savez – vous à quel moment la manne descendait du ciel au temps de Moïse ? C’était à l’aube où le coq chantait. C’était une manne physique qui descendait à l’aube, qui était un temps physique, au moment où un coq physique chantait un chant physique. Me comprenez – vous ? Rapportons ces choses à notre temps aujourd’hui. Car ces choses physiques typifient les choses spirituelles aujourd’hui. A quel moment la Manne Fraîche descend du ciel ? Au temps prophétique de l’aube, qui est un temps spirituel et symbolique. Cette Manne n’est pas physique, mais spirituelle. Elle descend au temps prophétique de l’aube. Or, nous savons que c’est à l’aube que le coq chante. Elle descend donc au temps prophétique de l’aube où le coq chante.  Frères, la Manne Fraîche qui est une nourriture spirituelle descend au temps prophétique de l’aube, qui est un temps spirituel et symbolique, au moment où un coq spirituel et symbolique chante un chant spirituel.

Quand les vierges sages atteindront le temps du matin, avant de rencontrer l’Epoux dans les airs, il y aura la première résurrection concernant ceux qui sont en Christ. Par la puissance de la résurrection. Puis, il y aura la transformation des vivants qui croient en Christ. Par la puissance de la résurrection. Leurs corps mortels seront transformés en des corps immortels. Ils passeront de la mort à l’immortalité. Il y aura donc une résurrection de ces corps, par la puissance de résurrection.

Bien – aimés de Dieu en Jésus – Christ, souvenez – vous du mystère des quatre derniers temps prophétiques qui sont : Le temps du soir, le temps de minuit, le temps de l’aube et le temps du matin. Quand on passe d’un temps prophétique à un autre, le Seigneur agit par Sa puissance de la résurrection, qui est une puissance particulière qui agit dans un domaine particulier. Toute l’Eglise doit aujourd’hui rechercher toute la plénitude de la puissance de la résurrection ou de la puissance du Saint – Esprit tout court, car sans Lui, nous ne pouvons absolument rien faire. Si le          Saint – Esprit est en nous, et qu’Il n’agit pas comme il se doit, considérons – nous comme morts bien que vivants. S’Il est éteint en nous, considérons – nous comme morts. Grâces soient rendues à Dieu pour nos lampes qui sont toujours allumées en ce temps prophétique de l’aube. Considérons un instant Jésus dans le jardin de Gethsémané. Il dit que Son âme était triste jusqu’à la mort. Je crois que c’était à cause de la coupe du péché qu’Il devait boire. C’est ici la Manne Fraîche. Angoissé, Il pria trois fois Son Père d’éloigner cette coupe de Lui,  si cela était possible. « Toutefois », ajouta – Il, « pas ce que je veux, mais ce que tu veux. » Quand Il pria la première fois déjà, Son Père qui était encore en Lui, n’avait pas agi, alors qu’Il était en agonie. Il était déjà entrain de mourir. L’agonie, c’est l’étape transitoire entre la mort et la vie au cours de laquelle le système circulatoire du sang ralentit et il y a une altération de la conscience. Jésus était donc entrain de mourir. Il n’était pas encore mort, mais Il était presque mort. Son Père, qui était encore en Lui n’agissait plus. Il s’apprêtait d’ailleurs à sortir de Lui. Ce fut la première étape de l’abandon du Fils par le Père. C’est ici la Manne Fraîche. Ainsi abandonné, le Fils fut fortifié par un ange du ciel. Et Il pria une seconde fois et une troisième fois. Toujours avec l’onction angélique qu’Il avait reçue. Puis Il prit la coupe, la but jusqu’à la lie. Et le Père Le quitta ; Il sortit de Lui. Comprenez – vous cela ? C’est ici la Manne Fraîche : Quand Il but la coupe, le Père Le quitta. En vérité, en vérité, avant qu’Il ne boive cette coupe, le Père Le quitta. Donc avant qu’Il ne devienne péché, Il Le quitta.  Pendant Son agonie, qui était une sorte de mort, Jésus versa Son sang ; Il donna Sa vie au travers des grumeaux de sang qui tombèrent de Son corps sur la terre. Je crois que c’est à Gethsémané qu’Il donna Sa vie de Lui – même, sur une sorte de croix dressée là – bas, par Dieu. Cette croix n’était pas faite de main d’homme, c’est – à – dire qu’elle n’est pas de cette création. Mais sur la croix de Golgotha, faite de main d’homme, on la lui ôta. Il dit dans JEAN 10 : 17 – 18 qu’Il a le pouvoir de donner Sa vie, et le pouvoir de la reprendre, selon l’ordre que Son Père Lui a donné. Et Il fait une précision de taille : Personne ne me l’ôte. Frères, à Gethsémané, Il a donné Sa vie. Avant que Dieu ne Le fasse devenir péché, Il a versé Son sang, Il a donné Sa vie.  Que le Nom du Seigneur soit béni !

Dans 1 PIERRE 1 : 18 – 20, l’Ecriture nous révèle que l’Agneau sans tache et sans défaut, a été immolé dès avant la fondation du monde. Le croyez – vous ? Cela veut dire qu’Il a donné Sa précieuse vie, Son précieux Sang pour l’humanité, avant que Dieu ne crée les cieux et la terre. Avant que le péché n’existe, l’Agneau a été crucifié pour cela ; pour le péché qui devait intervenir un jour dans le monde. C’est ici la Manne Fraîche, la Parole prophétique de ce temps de l’aube, qui nourrit vos âmes, les perfectionne et les conduit dans la plénitude de la vie éternelle et dans toute la plénitude de la Divinité. Avant que Dieu ne créé le péché, selon le bon plaisir de Sa volonté, à la louange de Sa gloire, l’Agneau sans tache et sans défaut,  a été immolé pour le péché. C’est une immolation par anticipation. Ainsi, à Gethsémané, Il a donné Sa précieuse vie et Son précieux sang, avant de devenir péché, afin de garantir la sainteté et la pureté originelle du salut et de la rédemption. Déjà, à Gethsémané, le processus de la purification des péchés et l’abolition du péché ont commencé sur la terre, avec le Sang pur qui est sorti de Lui pendant Son agonie. C’est avec du sang pur et du sang innocent que Dieu purifie toutes choses, mais pas avec du sang impur et souillé. Considérez le sang des animaux, versé avant l’avènement du véritable Agneau de Dieu,           Jésus – Christ : Ce sang était du sang innocent et pur. Selon la loi, on confessait les péchés sur l’animal du sacrifice en lui imposant les mains. Symboliquement parlant, cet animal prenait les péchés des enfants       d’Israël, et était par la suite immolé. Cet animal ne devenait pas pour autant dans sa chair péché, comme Christ est devenu péché dans Sa chair, quand Il but la coupe du péché. Comme l’animal ne prenait que symboliquement les péchés des hommes pécheurs, son sang gardait toujours son innocence et sa pureté originelle. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole.  Retournons dans le jardin d’Eden. Là – bas, Adam et Eve ont péché contre la Parole de Dieu. Qu’est – ce que Dieu a fait ? Il a tué des animaux dont le sang a été versé sur la terre. Le sang de ces animaux était du sang pur et innocent, parce que les animaux eux – mêmes étaient purs et innocents. Dieu a fait retomber sur eux le péché commis par Adam et Eve, mais de façon très symbolique, ce qui a pu garantir la pureté de leur sang. Et c’est avec ce sang pur que Dieu a fait l’expiation de leur péché. Il faut du sang innocent pour justifier le sang coupable devant Dieu. C’est toujours un homme innocent qui peut justifier un homme coupable. C’est ici la Manne Fraîche, la Parole prophétique de ce temps prophétique de l’aube, à laquelle vous faites bien de prêter attention : C’est votre vie,  votre rédemption, votre justice et votre sanctification, par le                 Saint – Esprit.

Dans le jardin de Gethsémané, pendant Son agonie, le Fils de l’Homme a versé Son sang pour nous. Sur une sorte de croix, une croix à caractère spirituelle. Sur la croix faite de main d’homme aussi, Il a donné Son sang pour nous. Cependant le sang versé à Gethsémané a plus de valeur spirituelle que celui versé à Golgotha, bien que les deux sortes de sang aient de la valeur. A Gethsémané, quand Il a versé Son sang, Il n’était pas encore devenu péché. Son sang était donc pur. Avec ce sang pur et innocent, Dieu, qui était encore en Lui, a lancé le processus de la purification des péchés. A Gethsémané déjà, Il avait offert Son corps à Dieu comme offrande pour l’abolition du péché. Et là – bas, je le répète par la Manne Fraîche, qui est la Parole du Seigneur pour nous aujourd’hui, le processus de la purification des péchés a commencé. Avec le Sang pur et innocent de l’Agneau de Dieu immolé ; Son agonie est une sorte d’immolation. Quand Dieu L’a fait devenir péché, et qu’Il a été arrêté, Il a été copieusement battu. Son sang a donc continué de couler. Cependant le processus de la purification des péchés, qui a commencé à Gethsémané s’est interrompu. Parce que Jésus est devenu péché, et qu’aucune purification ne peut se faire avec du sang impur, du sang devenu péché. C’est ici la Manne Fraîche : Quand Jésus est devenu péché, Son sang aussi est devenu péché. Tout en Lui est devenu péché.  Le sang qui est sorti de Lui quand on L’a percé était du sang impur rempli de péchés. Avec cette sorte de sang, la purification des péchés ne pouvait être faite. C’est seulement avec du sang pur et innocent qu’elle se fait et peut se faire. Or, le sang qui est sorti de lui quand on L’a percé n’était ni pur ni innocent, puisqu’Il devint péché. Le sang qui est sorti de Lui ce jour – là a manifesté Sa mort. Vous voyez ! Il a manifesté la mort de Jésus, et non Sa vie. Croyant qu’Il était encore en vie, on voulait Lui briser les os. Mais les soldats s’étaient rendus compte qu’Il était déjà mort. Alors l’un d’entre eux Lui perça le côté. Et «  aussitôt, il sorti du sang et de l’eau ». Ce sang et cette eau montrent qu’Il est vraiment mort. Il y a eu séparation entre le sang et l’eau : C’est le signe clinique de la mort. Maintenant, sachez ceci : Ce sang – là était du sang impur, tout comme l’eau. Et avec du sang impur, aucun péché ne peut être purifié. Quand vous voulez  vous laver et vous débarrasser des saletés de votre corps, vous ne prenez pas de l’eau bouilleuse, de l’eau sale, mais de l’eau pure. Il en est de même de la purification des péchés : Elle se fait avec du sang pur de l’Agneau immolé. Et ce sang pur, l’Agneau de Dieu l’a déjà offert à Gethsémané. A la mort de Jésus, le processus de la purification a repris, avec une autre sorte de sang : Du sang pur et innocent. Après  que le sang impur et souillé,  le sang devenu péché, soit sorti de Lui, une autre sorte de sang était en Lui. C’était du sang pur et innocent, comme celui qu’Il avait déjà versé à Gethsémané. Le sang qui était sorti de Lui quand on  L’avait percé ne pouvait pas donner la vie, parce que ce n’était pas du sang innocent et pur. Pour qu’il puisse donner la vie, il doit être transformé en sang pur et innocent. Et cette   transformation en sang pur et innocent  en Lui c’est faite après la sortie du sang impur. Après Sa mort sur la croix de          Golgotha, Il avait en Lui – même du sang pur et innocent, avec lequel le processus de la purification des péchés a repris. En Lui, il y avait donc un sang nouveau pur et innocent. Avant Sa mort, Il était le péché du monde. Mais, après Sa mort, Il était la Vie de tout homme. Il était redevenu la Vie. Par la puissance de la résurrection qui allait agir un peu plus tard, Sa vie allait  encore se manifester glorieusement. Jésus est mort en tant que péché. Quand Il est mort, le péché dont Il était l’incarnation mourut aussi avec Lui. A sa mort donc, Il n’était plus péché, mais Justice de Dieu potentiellement. C’est la puissance de la résurrection qui allait Le manifester plus tard comme étant la Justice de Dieu. Vous voyez Adam ! Quand Dieu l’a créé corps spirituel et corps de chair, la vie était déjà en lui. Mais, il n’était pas encore devenu concrètement un être vivant. Il l’est devenu quand Dieu a soufflé en lui le souffle de vie qui a vivifié la vie qui était déjà en lui. Si nous mourrons aujourd’hui, nous vivons encore d’une vie cachée aux yeux des hommes. Cette vie – là est rendue manifeste par la puissance de la résurrection qui vient sur nous. Savez – vous qu’Elisée le prophète était mort ? C’est l’Ecriture qui le dit dans 2 ROIS 13 : 14 : «  Elisée était atteint de la maladie dont il mourut. » Il était donc mort, et bien mort. Pourtant, ses os ont ressuscité un autre mort. Maintenant              dites – moi : Elisée était mort ou vivant ? Comme vous pouvez le constater, ce mystère est profond : Il était à la fois mort et vivant. De même le Fils de l’Homme était à la fois mort et vivant. C’est ici la Manne Fraîche.

Comprenez – vous le mystère du Sang de Christ ? Avant Sa mort, Il a donné Sa vie, Son sang. A Gethsémané. Sur la croix, Il a donné Sa vie en mourant physiquement.  A Gethsémané, c’était une mort spirituelle d’autant plus que Le Père qui était en Lui mit fin à toute communion, et finit par L’abandonner.  Etes – vous scandalisés quand je dis que Jésus était mort spirituellement ? Sachez donc ceci : Quiconque est séparé de Dieu est mort spirituellement. Et le Fils de l’Homme a été séparé de Dieu. Pensez – y !  Quand Il a bu la coupe, Il devint péché. Sur la croix, avant Sa mort, Il était toujours péché. Etant devenu péché, Il a été crucifié, et Il a fait la purification des péchés. Voici ce que je veux dire : Christ est devenu péché par Celui qui L’a fait devenir péché pour nous. Devenu péché, Il a été crucifié, c’est – à – dire qu’Il est mort. Et c’est après Sa mort qu’Il a fait la purification des péchés.  Cette purification a été scellée dans le Lieu très saint où Il est monté, non pas avec du sang des animaux, mais avec Son propre sang. Beaucoup pensent malheureusement qu’Il y est monté avec le sang qui est sorti de Lui quand Il a été percé. C’est là qu’ils s’achoppent, n’ayant pas la révélation des choses de Dieu. Le sang qui est sorti de Lui n’est pas, et ne peut pas être le sang avec lequel Il est monté dans le lieu très saint, pour obtenir pour nous une rédemption éternelle. On ne peut obtenir une chose d’une telle portée  spirituelle,  d’une telle importance et d’une telle valeur, avec du sang impur. Pensez – y ! Christ n’est pas monté dans le Lieu très saint avec ce        sang – là, mais avec du sang pur et innocent. Il était devenu péché, c’est juste. Il était donc impur et ténèbres. Il était aussi coupable que n’importe lequel d’entre nous. Quand Il a pris nos péchés et qu’Il est devenu péché pour  nous, Il nous a innocentés. Mais, Lui, n’était plus innocent devant Dieu. Il était coupable. C’est pourquoi Il a subi le châtiment qu’Il nous donne la paix aujourd’hui. Mais ce châtiment a pris fin. Donc Il n’est plus coupable devant Dieu. Il est devenu Justice de Dieu. C’est après qu’Il ait été châtié sur la croix de Golgotha, qu’Il ait payé la rançon pour  nous, qu’Il ait été réconcilié avec Son Père, qu’Il est monté dans le Lieu très saint, avec du sang nouveau,  du sang pur et innocent pour sceller à tout jamais l’abolition du péché et la purification des péchés.

Quand Jean – Baptiste L’a touché lors du baptême d’eau, il Lui a transmis symboliquement nos péchés. Je dis bien symboliquement. En ce temps – là, Il n’était ni péché, et n’avait pris dans Sa chair réellement aucun de nos péchés. De Son baptême d’eau, du Jourdain à Gethsémané, avant de boire la coupe, Il n’y avait aucun péché en Lui. D’où Son irréfutable innocence devant Dieu. Et c’est justement en ce moment – là qu’Il versa du sang innocent et pur. Après Sa mort, il y a eu transformation du sang coupable en sang innocent, afin de poursuivre le processus de la purification des péchés. Et toujours avec du sang innocent et pur, Il est monté dans le Lieu Très saint pour parachever ce processus. C’est ici la    Manne Fraîche. Frères, j’ai encore beaucoup à dire sur le mystère du Sang de Christ, mais je dois m’arrêter là pour aujourd’hui. Que Dieu ouvre puissamment votre entendement, afin que vous compreniez toutes choses étranges, qu’on ne peut comprendre qu’en recevant de tout son cœur, et par le Saint – Esprit, la Manne Fraîche, qui est votre Lumière en ce temps prophétique de l’aube.

La puissance de la résurrection est une puissance Divine particulière, une Onction particulière qui agit généralement là où il y a mort. Si vous priez pour que votre enfant réussisse à l’école, vous pouvez L’invoquer si vous pensez qu’il y a une idée de mort quelque part. Si l’échec est perçu par vous comme étant une espèce de mort, alors vous pouvez l’invoquer. Si vous invoquer simplement la puissance du Saint – Esprit, vous obtiendrez le même résultat. Dans la puissance de Dieu, il y a plusieurs sortes de puissance : Il y a la puissance de la résurrection, la puissance de la prospérité, la puissance de l’Evangile, la puissance ou l’Onction      prophétique. Pour chaque ministère, il y a une puissance de Dieu qui l ’accompagne. Le prophète est accompagné par une puissance spécifique de Dieu. Il en est de même des autres ministères de la Parole. Pour chaque don spirituel aussi, il y a une puissance spécifique de Dieu. Quand Dieu créait toutes choses au commencement, Il a utilisé une puissance particulière, qui est la puissance créatrice, au moment où rien n’était mort. Ce n’était donc pas une puissance de résurrection. Mais, aujourd’hui, s’il y a quelque chose de mort, et qu’Il utilise Sa puissance créatrice pour le faire revenir à la vie, cette puissance créatrice devient une puissance de la résurrection. Dans l’éternité où Dieu agira toujours, ce ne sera plus avec la puissance de la résurrection, car il n’y aura rien à ressusciter. Frères, vous pouvez invoquer la puissance de la résurrection là où vous estimez qu’il y a quelque chose à ressusciter. Qu’on ne fasse pas de ‘‘ isme’’ autour de ce mystère. Manifestons simplement la puissance de la résurrection  selon que le Saint – Esprit vous conduira. Amen !

Bien – aimés de Dieu, la prédication tire maintenant à sa fin. Je prie que Dieu ajoute à cette prédication Ses merveilleuses bénédictions. Que Dieu vous bénisse !

Je vous aime

A bientôt !

FRERE CHRIST-MOISE, LE FILS DE L’HOMME


Mise à jour le Samedi, 13 Juin 2015 16:14
 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix