Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 8 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
142
Hier :
383
Semaine :
2137
Mois :
9929
Total :
3705038
Il y a 3 utilisateurs en ligne
-
3 invités


NE CRAINS PAS LA TEMPETE PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Samedi, 13 Juin 2015 16:23

Message prêché le jeudi 28 novembre 2013, au Tabernacle Le Chandelier d’or ; Plateau – Dokui ; Abidjan ; RCI. Matin.


Paroles de frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme que le Seigneur lui a données pour la perfection des saints.

Bonjour. Que le Seigneur bénisse chacun de vous, selon le bon   plaisir de Sa volonté, à la louange de sa gloire.

Hier soir, nous avons commencé un réveil sur la puissance de la foi. Le sur lequel j’ai prêché, c’était : AIE CONFIANCE EN TOI – MEME. Mon intention au cours de ce réveil, c’est de réveiller l’esprit de tout homme, afin que nous sachions que la foi en Dieu et la foi en nous – mêmes sont absolument nécessaires pour améliorer nos conditions d’existence. Hier, nous avons examiné la Parole de l’Ecriture écrite dans MARC 11 : 20-23. Dans MARC 11 : 22, le Seigneur nous dit : « Ayez foi en Dieu ». Puis, dans MARC 11 : 23, Il nous enseigne à avoir foi en nous – mêmes. Deux choses sont donc nécessaires : La foi en Dieu, et la foi en nous – mêmes. Que dit – Il exactement dans MARC 11 : 23 ? Voici ce qu’Il dit : « Je vous le dis, en vérité, si quelqu’un dit à cette montagne : ôte – toi de là et jette – toi dans la mer, et s’il ne doute pas en son cœur, mais croit que ce qu’il dit arrive, il le verra s’accomplir ».  Il dit : « Si quelqu’un dit » ; Il ne dit pas : « Si Dieu dit, ou si moi le Seigneur Jésus – Christ, je dis… » Frères, Il dit : « Si quelqu’un dit… », si quelqu’un d’entre nous dit… Ce ‘‘ quelqu’un’’, c’est toi mon frère, c’est toi ma sœur, c’est aussi moi. Vous voyez ! Le Seigneur parle de ce que nous disons. Il dit que si nous croyons que ce que nous disons arrive, nous le verrons s’accomplir. Que signifie ‘‘croit que ce qu’il dit arrive’’ ? Cela signifie croire en nos propres paroles, croire en nous – mêmes. Si nous croyons que ce que nous disons arrive, nous le verrons s’accomplir. En priant Dieu, si nous croyons en nos paroles, aux paroles que nous disons, nous serons toujours exaucés. C’est une loi spirituelle que je vous invite à pratiquer. Si vous la pratiquer, tout en croyant en Dieu, rien ne vous sera impossible. Le Seigneur n’a – t – Il pas dit que tout est possible à celui qui croit ? Si nous croyons fermement en Dieu, et en nous – mêmes, rien ne nous sera impossible. L’apôtre Paul dit : Je puis tout par celui qui me fortifie. Nous pouvons et nous devons nous approprier cette Parole, et dire aussi que nous pouvons tout par celui qui nous fortifie. Qui nous fortifie ? C’est le Seigneur Jésus – Christ. Par quels moyens nous fortifie – t – Il ? Par la Parole prophétique de notre temps, la Manne Fraîche, et par le Saint – Esprit, qui est un Esprit d’excellence, de perfection, de sanctification, et d’édification, un Esprit supérieur. Frères, nous devons avoir foi en nous – mêmes, en nos propres paroles. Mais, de quel genre de paroles s’agit – il ? Il s’agit de paroles positives et saines issues de pensées créatrices.

Ce matin, je vous parlerai de ce thème : NE CRAINS PAS LA TEMPETE. A ce sujet, j’aimerais vous inviter à lire avec moi MARC 4 : 35 – 41. De quoi s’agit – il ? Le Seigneur dit à Ses disciples : Passons à l’autre bord. Mais, pendant la traversée, « il s’éleva un grand tourbillon, et les flots se jetaient dans la barque, au point qu’elle se remplissait déjà. Et Lui, il dormait à la poupe sur le coussin. » Comme vous pouvez le constater, Il était épuisé et il dormait profondément dans la barque. Voyant que leur vie était en danger, les disciples Le réveillèrent, et Lui dirent : « Maître, ne t’inquiètes – tu pas de ce que nous périssons ? S’étant réveillé, il menaça le vent, et dit à la mer : Silence ! Tais – toi ! Et le vent cessa, et il y eut un grand calme. Puis Il leur dit : Pourquoi avez – vous ainsi peur ? Comment n’avez – vous point de foi ? »

Frères, le Seigneur n’a pas craint la tempête, Ses disciples, si. Il nous donne la raison essentielle de cette crainte : Selon Lui, c’est à cause de la peur et du manque de foi. La peur et le doute vont toujours de pair. C’est ici la Manne Fraîche. La peur engendre le doute, et le doute engendre la peur. Les disciples étaient effrayés, à telle enseignent qu’ils pensèrent qu’ils allaient tous mourir. La frayeur et la peur, couronnées de doute, les poussèrent même à réprimander le Seigneur. En effet, ils Lui dirent : « Ne t’inquiètes – tu pas de ce que nous périssons ? » Pour eux, le Seigneur passait Son temps à dormir, sans se préoccuper de leur sort, de ce qui leur arrivait. Qu’ils périssent ou non, était le dernier de Ses soucis. Ils L’accusèrent sans raison. Il nous arrive aussi de L’accuser sans raison, de le réprimander. Tout cela, parce que nous n’avons ni foi en Lui, ni foi en nous – mêmes. La peur au ventre, nous désespérons de tout, tout en ayant en nous – mêmes des pensées noires et funestes. Frémissant de frayeur, nous disons des paroles négatives, qui attirent sur nous, de très mauvaises influences. Les paroles négatives attirent des influences négatives.  Et les paroles positives engendrent des influences positives et Divines. Les disciples, en faisant des reproches au Seigneur, avaient proféré des paroles négatives, obscures, ténébreuses, funestes, lugubres, et défaitistes. Ils pensèrent tous à la mort, au lieu de penser à la vie et à leur salut. Ils étaient négatifs. Quand ils virent les flots remplir la barque, et quand ils entendirent le violent sifflement du vent, ainsi que la force impétueuse de la tempête, ils perdirent toute confiance en leur Seigneur. Ils perdirent aussi toute confiance en eux – mêmes. Ils perdirent toute sérénité, et se laissèrent envahir par les pensées les plus noires et les plus ténébreuses. Ils craignaient tellement la tempête, qu’ils se virent déjà morts. Le Fils de l’Homme, Lui, ne craignait absolument rien. Il dormait paisiblement. Il se faisait confiance. S’étant réveillé, Il menaçait la tempête, le vent et la mer. Il dit au vent : « Silence ! Tais – toi ! » Et il se tut. Il dit aussi à la mer : « Silence ! Tais – toi ! » Et elle se tut aussi. Et le calme revint. Mais, Il réprimanda aussi Ses disciples, en leur disant : « Pourquoi avez – vous ainsi peur ? Comment n’avez – vous point de foi ? » Vous voyez ! Ils craignaient la tempête, tout en pensant qu’ils allaient tous mourir, parce qu’ils avaient peur et manquaient de foi. Quand nous cédons à la peur et à la panique, le doute s’installe en nous, et prend possession de tout notre être. Etant dans une telle position, nous ne pouvons qu’échouer dans tout ce que nous entreprenons. Il est donc important que nous gardions toute la foi en notre bien – aimé Seigneur Jésus – Christ, et en nous – mêmes, en dominant sur la peur, tout en la laissant en nous. Ne cédons pas à la panique, mais croyons en Dieu, et croyons en nous – mêmes.

Frère, ne crains pas la tempête !

Sœur, ne crains pas la tempête !

Car le Seigneur Jésus – Christ est toujours avec vous. L’Ecriture ne dit – Elle pas : Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? (ROMAINS 8 : 31). Si Dieu est pour nous, que peut faire Satan contre nous ? Si Dieu est pour nous, que peuvent faire la faim, la soif, la pauvreté, et la maladie contre nous ? Si Dieu est pour nous, que peut faire la mort contre nous ? Comme vous le savez, j’ai été très malade en cette année 2013. Mon dernier culte avec vous, remonte au 19 mai 2013. Le mercredi 22 mai 2013, j’étais terrassé par la maladie. Quand la maladie battait son plein, j’ai entendu la Voix du Seigneur, qui me dit : « Tu ne mourras pas. » Malgré la gravité de la maladie, je disais à mon épouse, ce que le Seigneur me dit ; je lui disais : Je ne mourrai pas. Un jour, j’étais tombé, parce que j’avais perdu toutes mes forces. Ma respiration était coupée. Mon cœur avait cessé de battre. Quelques temps après, le Seigneur me ressuscita. Fidèle à Sa Parole, Il confirma ce qu’Il me dit : Tu ne mourras pas. Si le Seigneur est pour moi, que peut faire la mort contre mort ? Absolument rien. D’ailleurs, la mort est un chemin qui me permet d’atteindre le Paradis. Même si je meurs un jour, et c’est ce qui va se passer, la mort n’aura aucune emprise réelle sur moi, elle n’aura aucun pouvoir réel sur moi, car je ressusciterai un jour, par la puissance de résurrection ; et je vivrai éternellement avec mon Sauveur. Mon corps mortel revêtira un jour l’immortalité, mon corps corruptible revêtira l’incorruptibilité, alors s’accomplira pour moi, cette Parole de l’Ecriture : La mort a été engloutie dans la victoire. O mort, où est ta victoire ? Frères, je mourrai, et Christ me ressuscitera. Je vis, et je crois en Lui, c’est pourquoi je vivrai même si je meurs. Mon corps sera embaumé et mis dans un tombeau. Et on écrira sur la pierre tombale ces Paroles prophétiques : Frère Christ – Moïse le Fils de l’homme du temps prophétique de l’aube. L’aigle de Dieu venu avec la Manne Fraîche. Des cantiques spirituels seront chantés, des veillées de reconnaissance et de gratitude envers le Seigneur seront organisées, si Dieu le veut.

Si Dieu est pour nous, rien ne peut nous effrayer au point de douter de Lui, et de Le renier. Bien au contraire, nous resterons dignes dans la douleur, la souffrance et les épreuves. Et nous relèverons toujours la tête, pour dire : Satan, arrière de nous, au Nom de Jésus – Christ.

Frère, ne crains pas la tempête !

Sœur, ne crains pas la tempête !

Commande à la tempête, au Nom de Jésus – Christ, et elle t’obéira ! Commande au diable, au Nom de Jésus – Christ, et il te laissera tranquille ! Commande aux mauvaises pensées et aux sentiments d’animosité, et ils seront chassés de toi ! Commande au péché, à l’adultère, à l’impudicité, au mensonge, à l’hypocrisie, à la jalousie, à l’envie, à l’orgueil, à la vanité, à la paresse, et tu auras la victoire sur ces choses ! Ne te tais pas ; parle ! Ne crains pas l’échec ! Ne crains pas la maladie ! Mais, sois positif et optimiste, par le Saint – Esprit. Ce que tu crains, c’est ce qui t’arrive, dit l’Ecriture.

NE CRAINS PAS CEUX QUI TUENT LE CORPS

Dans MATTHIEU 10 : 28, le Seigneur dit : « Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent pas tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr l’âme et le corps dans la géhenne. » Beaucoup de chrétiens ont peur des sorciers ; ils les redoutent même. A cause d’eux, ils ne vont pas dans leur village. Cette crainte des sorciers prouve qu’ils n’ont ni foi en Jésus – Christ, ni foi en eux – mêmes. Ils vont à l’Eglise, prient et jeûnent, mais leur attitude prouve qu’ils n’ont aucune foi. La foi n’a absolument rien avoir avec le fait d’aller à l’Eglise, de prier ou de jeûner. La foi véritable vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la Parole de Christ, selon ROMAINS 10 : 17. Maintenant, que dit la Parole de Christ ? Elle dit de ne pas craindre ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent pas tuer l’âme. Elle dit de craindre plutôt Dieu qui peut tuer l’âme et le corps dans la géhenne. Ne crains donc pas les sorciers, les brigands, les gens mal intentionnés. Ne crains pas tes ennemis ! Ne crains personne ! Ne crains rien ! Remets tout simplement ton sort au Seigneur Jésus – Christ ; et Il prendra soin de toi. Chante ce cantique si tu es troublé, et tu auras la paix du cœur :

Ne crains pas la tempête

Reste tranquille

La paix viendra

Relève donc la tête

Regarde à Jésus

Il pourvoira

Au Nom puissant de Jésus

L’ennemi s’enfuit

Tu es vainqueur

En 2010, lors de la campagne électorale pour la présidentielle, j’ai publiquement affiché mon intention de voir le président Gbagbo réélu. J’en parlais même du haut de la chair, au Tabernacle de Yopougon – Selmer. Tous les mahométans du quartier ont juré d’avoir ma peau quand Alassane Dramane Ouattara prendra le pouvoir. Plus d’une fois, les jeunes du RDR du quartier ont voulu envahir le Tabernacle pour me faire la peau, mais ils ont peur de concrétiser ce projet. Savez – vous pourquoi ?  Je ne les craignais pas. En outre, je savais en qui je croyais. Partout les projets les plus macabres étaient fomentés et préparés contre moi et l’Eglise. Une sœur dont la mère est fédéral FPI, nous a dit que nous étions sur la liste, et dans l’œil du cyclone, dans le collimateur des FRCI.  C’est au cours d’une réunion du FPI, qu’il a été révélé qu’on parlait de nous à l’Hôtel du Golf, qui était devenu pour la circonstance, le quartier général du RDR. Notre extermination était donc programmée. Mais, je ne craignais personne, sauf Dieu. Ma vie et celle de mes frères et sœurs étaient entre Ses puissantes mains. Pendant tout ce temps j’exhortais l’Eglise à se confier en Dieu. Je prêchais des messages de victoire sur nos ennemis. Je croyais en Dieu, et je croyais en moi – même. Je savais que le Seigneur était avec moi, et que personne ne pouvait être contre moi. Quand la guerre a éclaté, j’étais au Tabernacle, à Yopougon, avec mon épouse et mon fils Céphas. Nous y sommes restés jusqu’ à la fin des hostilités, jusqu’à la capture de Gbagbo. Mes frères et moi, avons vécu au milieu des bombardements et des tueries, mais personne n’a été touché. J’étais encore à Yopougon, quand ce quartier tomba entre les mains des forces pro – Ouattara. Mais, personne n’a pu nous agresser ni nous faire quoi que ce soit. Même les FRCI ne comprenaient pas pourquoi ils ne pouvaient pas nous attaquer. Nous, nous savions pourquoi : Le Seigneur Jésus – Christ était avec nous. Chaque jour, je réveillais moi – même les frères pour la prière. Nous précédons l’aurore pour prier.  Et nous faisions nos cultes au milieu des bombardements. Tous les pasteurs et tous les prophètes ont fui de Yopougon, sauf moi. Quand les hostilités ont cessé, je suis rentré à la maison. Je retournais à Yopougon pour les cultes chaque semaine. Les FRCI sont descendus trois ou quatre fois au Tabernacle, armées jusqu’aux dents, dans l’intention de nous détruire, et de brûler le Tabernacle. Mais une fois sur place, ces militaires devenaient comme des agneaux. Savez – vous pourquoi ? Dieu a fait pour nous, ce qu’Il a fait pour Daniel le prophète dans la fosse aux lions. Il a calmé pour nous, la tempête qui devait s’abattre sur nous.

Frère, ne crains pas la tempête

Sœur, ne crains pas la tempête.

Ayez foi en Jésus – Christ notre Seigneur ! Et ayez foi en vous – mêmes ! Car, c’est par la foi que vous pouvez tout faire, que vous pouvez réussir et prospérer à tous égards. Quelle que  soit la puissance de la tempête, ne craignez rien, mais croyez seulement ! Quels que soient les problèmes, ne craignez rien, mais restez toujours positifs, ayez en vous des pensées positives, et dites des paroles positives. Ne permettez pas à la peur de s’emparer de vous, et de vous contrôler. C’est vous qui devez la contrôler. En quoi faisant ? En ayant confiance en Dieu, en ayant confiance aussi en vous – mêmes, en priant et en louant le Seigneur, en aimant Dieu de tout votre esprit, de tout votre cœur, de toute votre âme et de toute votre force, en aimant vos ennemis, et en bénissant ceux qui vous maudissent. Par la prière, par la louange et par le jeûne, frères, vous pouvez contrôler la peur et dominer sur elle. Par ces exercices spirituels, vous pouvez être rendus capable de minimiser les situations les plus graves, de vous élever au – dessus des épreuves et des obstacles. Voyons maintenant d’autres raisons pour lesquelles nous ne devons rien craindre :

LE ROYAUME DE DIEU EST EN VOUS

Quand le Seigneur Jésus – Christ a commencé Son ministère prophétique, Il disait : «  Le Royaume de Dieu est proche » (MARC 1 : 15). Quelques temps après, Il dit : «  Le Royaume de Dieu est au milieu de vous, en parlant de Lui – même ». Christ est donc le Royaume des cieux. Depuis le jour de la Pentecôte où le don du saint – Esprit a été donné aux disciples, où ils ont été revêtus de la puissance d’En – haut et du Feu Divin, jusqu’aujourd’hui, le Royaume de Dieu est en nous. En ce temps prophétique de l’aube, où la Manne Fraiche est prêchée par le saint – Esprit, le Royaume de Dieu est en nous. C’est pourquoi nous ne devons pas craindre la tempête. Selon 1CORINTHIENS 4 : 20, le Royaume de Dieu ne consiste pas en parole, mais en puissance. Qu’est – ce donc le Royaume de Dieu. C’est la puissance de Dieu. Cette puissance étant en nous, nous ne devenons pas craindre la tempête. Dans LUC 17 : 20 – 21, les pharisiens ont demandé à Jésus quand viendrait le Royaume de Dieu. Il leur dit : «  Le Royaume de Dieu ne vient pas de manière à frapper les regards. On ne dira point : Il est ici, ou : Il est là. Car voici, le Royaume de Dieu est au milieu de vous ». En ce temps prophétique de l’aube aussi le Royaume de Dieu ne viendra pas de manière à frapper les regards. Et je vous le dis, en vérité, en vérité, le Royaume de Dieu est déjà au milieu de vous. En Israël, Il était au milieu des Juifs dans une chair humaine : Jésus – Christ, la Parole faite chaire, Dieu manifesté en chair. Qu’est – ce que le Royaume de Dieu ? C’est Dieu manifesté en chair, ou l’homme devenu Dieu. Frères, là où Dieu est manifesté en chair, là se trouve le Royaume de Dieu, et nulle part ailleurs. Là où Dieu fait un homme Dieu, là se trouve le Royaume de Dieu. Cet homme fait Dieu par Dieu, est le Royaume de Dieu. Ainsi donc, le Royaume de Dieu était au milieu des enfants d’Israël, en la personne de Moïse, l’homme que Dieu a fait Dieu. Cet homme était le Royaume de Dieu manifesté en chair. C’est la raison pour la laquelle les enfants d’Israël ne devaient rien craindre. En ce temps prophétique de l’aube, Dieu m’a fait Dieu, selon le bon plaisir de Sa volonté, à la louange de Sa gloire. Je ne suis pas Dieu, mais j’ai été fait Dieu par Dieu. Jésus – Christ de Nazareth n’a pas été fait Dieu, mais Il est Dieu. Il s’est manifesté en chair, afin de nous sauver de nos péchés. Je ne suis pas Christ, mais j’ai été fait Christ. Ayant été fait Christ, je suis devenu le Royaume de Dieu, qui est au milieu de vous, christ Lui – même étant l’unique Royaume de Dieu. C’est pourquoi, vous ne devez rien craindre, car j’ai pour mission Divine de vous conduire au Paradis, par Jésus – Christ l’unique chemin qui mène au Paradis. Le seigneur Jésus – Christ est en moi, vous conduisant Lui – même au Paradis, par l’homme qu’Il a fait Dieu. Si Christ est en nous, nous ne devons pas craindre la tempête de quelle que nature que ce soit. Car, nous avons le pouvoir de commander à la tempête, à la pluie, au vent, et à tous les éléments de la nature, par Jésus – Christ notre Sauveur. Nous avons aussi le pouvoir de commander aux puissances des ténèbres, par le      Saint – Esprit.

Frère, tu peux commander à la tempête

Sœur, tu peux commander à la tempête

Frères, le Royaume de Dieu est là où la Manne fraîche, la Parole prophétique est prêchée, en ce temps prophétique de l’aube. Le Royaume de Dieu, c’est la Parole prophétique. Cette Parole est prêchée à Korhogo, plus précisément à Tongon, au Ghana, à Agboville, en Haïti. Le Royaume de Dieu se trouve au milieu des frères dans ces régions. Là où le Message du prophète, qui est l’incarnation du mystère du cadavre de MATTHIEU 24 : 28, est annoncé, là se trouve le Royaume de Dieu. Quand je parle de la Manne Fraîche, et du temps prophétique de l’aube, il y a des gens qui préfèrent me diaboliser, et de vivre dans le reflet d’un âge passé. A vous qui croyez en Jésus – Christ, le Dieu Véritable et Tout – puissant, par la Manne Fraîche, sachez que nous évoluons vers la Pierre faîtière.

LA PIERRE FAITIERE

A la naissance de l’Eglise du Dieu vivant à Jérusalem, nous étions à l’étape embryonnaire, avec l’apôtre Pierre. Quand l’apôtre Paul posait le fondement, nous étions toujours à l’étape embryonnaire. Après lui, la maison de Dieu, a commencé à prendre forme, car d’autres Fils de l’homme bâtissaient dessus, à travers les âges ; Dans l’âge de Laodicée, l’Eglise de Dieu est sortie de cet âge, afin que sa construction continue. Dans cet âge particulier, il y a quatre temps prophétiques, le soir, minuit, l’aube et le matin. En ce temps prophétique de l’aube, le Seigneur nous a envoyé un aigle, avec la Manne Fraîche, pour continuer la construction de l’édifice spirituel. Chaque fois que quelqu’un vient pour bâtir sur le fondement posé par l’apôtre Paul, il utilise les pierres vivantes. En notre temps où les vierges sages marchent vers le temps prophétique du matin, à la rencontre de l’Epoux, vous qui êtes de la Manne Fraîche, et de la Manne fraîche, vous êtes les pierres vivantes utilisées par le Fils de l’homme mandaté par l’unique Fils de l’Homme : Jésus – Christ. Le ministère de l’aigle, qui est venu avec la Manne Fraîche, nous permet d’aller vers la Pierre faîtière, qui est le Fils de l’Homme par essence et par excellence, le Seigneur Jésus – Christ.  Nous ne sommes plus au temps de la pose de la première pierre, de la Pierre angulaire. Nous nous acheminons vers la Pierre faîtière. Nous en reparlerons une autre fois.

Dans MATTHIEU 16 : 18, le Seigneur dit que les portes du  séjour des morts ne prévaudront point contre Son Eglise. Si nous croyons en cela, nous ne devons pas avoir peur de la tempête. Qui sont les portes du séjour des morts ? Ce sont les faux pasteurs, les faux prophètes. Et le séjour des morts, qui est – ce ? C’est l’ensemble des églises évangéliques et pentecôtistes qui sont issues de l’Eglise catholique romaine, la grande prostituée. Le Seigneur n’a pas bâti plusieurs églises, mais une seule. Par conséquent, toute autre église est un séjour des morts. C’est ici la Manne Fraîche. Ces autres églises, sont fondées par le diable. Vous qui êtes dans l’Eglise bâtie par le Seigneur, vous êtes éternellement en sécurité. Par Son précieux sang, Il a obtenu pour nous une rédemption et un salut éternel.

CELUI QUI EST EN VOUS EST PLUS GRAND QUE CELUI QUI EST DANS LE MONDE

Ne crains pas la tempête, parce que celui qui est en toi, est plus grand qu’elle. Celui qui est en nous, Christ, est plus grand que Satan, notre adversaire. C’est le Créateur Lui – même qui est en nous. Il est plus grand que la création ; Il est plus grand que nos problèmes, nos épreuves, nos difficultés, nos besoins et nos appréhensions. Il peut donc nous aider à surmonter les épreuves, à résoudre tous nos problèmes, à combler tous nos besoins. En Lui, nous avons tout pleinement. Croyez – vous que celui qui est en vous est plus grand que l’univers et tout ce qu’il renferme ? Si vous le croyez de tout votre cœur, vous déplacerez les montagnes, par la puissance du saint – Esprit. Et rien ne vous sera impossible. En vous habite le Dieu du possible et de l’impossible. Celui qui rend toutes choses possibles est en vous. Par la foi en Lui, vous aussi vous pouvez rendre toutes choses possibles. Pour atteindre ce noble objectif, vous devez faire deux choses essentielles :

Croire en Dieu

Croire en vous – mêmes.

Soyez toujours joyeux et positifs. Abstenez – vous de toute parole et de toute pensée négative. Si le Dieu Tout – puissant habite en vous, Il fait de vous des hommes puissants en paroles et en actes. Il fait de vous Son temple sur la terre. Si vous êtes devenu Son temple, cela veut dire que vos membres sont Ses membres, que vos yeux sont Ses yeux, et que votre bouche est Sa bouche. Vous êtes alors les Fils du Très – Haut. Ô, quelle positon. Et les perfections invisibles de Dieu, Sa puissance éternelle, Sa Divinité, Son amour, Sa bonté, Sa douceur, Son humilité, se manifestent en vous, pour servir de témoignage pour les hommes.

Dans ACTES 19 : 11, l’Ecriture dit : « Et Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul, au point qu’on appliquait sur les malades des linges ou des mouchoirs qui avaient touché son corps, et les maladies les quittaient, et les esprits malins sortaient. » C’est là une des preuves que le corps de Paul était le temple du Seigneur. Le Seigneur qu’on cherchait en ce temps – là, entra en Paul, Son temple. Il n’est donc pas étonnant que des miracles extraordinaires soient faits au travers de son corps.


VOUS AVEZ VAINCU LE MALIN

Selon 1 JEAN 2 : 13, vous avez vaincu le malin. Si vous l’avez vaincu, deviez – vous encore le craindre, et avoir peur de lui ? Jésus – Christ l’a vaincu par Son sang ; vous aussi vous l’avez vaincu par Son sang. Satan et tous les démons vous sont soumis au Nom du Seigneur. Vous l’avez vaincu aussi par la Parole de Dieu qui est en vous. Quand ce même diable vient contre vous en essayant de souiller votre esprit par des pensées noires, utilisez la Parole de Dieu pour le repousser. Citer la Parole de Dieu ; n’essayez jamais d’utiliser vos propres paroles. Utilisez uniquement la Parole de Dieu. Lors de la tentation et de l’épreuve, le Saint – Esprit Lui – même vous rappellera la Parole de Dieu. Prononcez – la avec foi, et vous aurez la victoire sur l’ennemi. Ayez foi en cette Parole. Quand vous la prononcez, croyez que ce que vous dites arrive, et vous le verrez s’accomplir. Que s’est – il passé lors de la tentation de Jésus – Christ ?

LA TENTATION DE JESUS – CHRIST DE NAZARETH

Après avoir été baptisé d’eau par Jean – Baptiste, et après avoir été rempli du Saint – Esprit le Seigneur Jésus – Christ, poussé par l’Esprit, s’est rendu dans le désert. Pendant qu’Il jeûnait, le diable a préparé contre Lui, une grande tempête, une grande tentation, afin de Le faire chuter comme il a fait chuter le premier Adam, dans le jardin d’Eden. S’étant approché du Seigneur, il lui dit : « Si tu es le fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains ». Il a voulu L’amener à faire sa volonté, au détriment de celle de celui qui L’a envoyé. Considérons sa stratégie : Il dit au Fils de l’Homme : «  Si tu es Fils de Dieu… » Pour lui, si le Seigneur est vraiment Fils de Dieu, Il est capable de faire des miracles. Frères, il savait qu’Il était Fils de Dieu, mais il dit cela pour le tenter, et pour fouetter Son orgueil, afin qu’Il fît quelque chose en dehors de la volonté du Père. Souvent, pour nous tenter, il nous dit : « Es – tu vraiment un fils de Dieu ? Dieu t’écoute – t – il vraiment. Il écoute Christ – Moïse, mais es – tu sûr qu’Il t’écoute aussi ? Il fait tout cela pour nous amener à douter de nous – mêmes, à douter de nos capacités, à douter de notre position en Christ. Il envoie cette sorte de tempête pour essayer de balayer notre foi en Jésus – Christ, et notre fois en nous – mêmes. Frères, résistons lui, en proclamant avec foi et autorité, notre appartenance à Christ, notre foi en Lui, et notre foi aux capacités qu’Il a mises en nous. Il veut essayer de susciter en nous  des idées noires et des pensées négatives, afin de nous pousser à murmurer contre Dieu, et à pleurnicher, en s’apitoyant sur notre sort. Résistons – lui jusqu’au bout par la foi qui est en nous, et il fuira loin de nous. Comment le Seigneur a – t – Il réagit à la tentation ? Il lui dit : « L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » (MATTHIEU 4 : 4). Frères, cette Parole, Il L’a prise dans le Message de Moïse. Elle est écrite dans DEUTERONOME 8 : 3. Avant de commencer Son ministère prophétique du Fils de l’Homme, Il a prêché des mystères contenus dans la Parole de ce prophète. Mais, au début de Son ministère, Il a reformé son message, le Message prophétique de Moïse, non parce qu’Il voulait le désigner, mais parce qu’Il voulait perfectionner ce Message. En ce temps prophétique de l’aube, l’homme fait Moïse par Dieu, a puisé quelques Paroles prophétiques dans le Message du soir, puis il a perfectionné ce Message par un nouveau Message prophétique, la Manne Fraîche. La perfection du Message du soir continue.

Comment le Seigneur Jésus – Christ a résisté à la grande tempête envoyée par le diable ? En s’appuyant sur la Parole de Dieu, en prêchant et en citant cette Parole. En effet, Il lui dit : « L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu ». Voyant que le Seigneur l’a envoyé sur le terrain de la Parole, le diable aussi va l’envoyer sur ce même terrain, en citant la Parole de Dieu. Il dit alors au Fils de l’Homme, après L’avoir transporté dans la ville sainte, et L’avoir placé sur le haut du temple : «  Si tu es Fils de Dieu, jette – toi en bas ; car il est écrit : Il donnera des ordres à ses anges à ton sujet ; Et ils te porteront sur les mains, de peur que ton pied ne heurte contre une pierre ». Vous voyez ! Non seulement Il a transporté en esprit Jésus, le Dieu manifesté en chair dans la vielle sainte, et L’a placé sur le haut du temple, il Lui a aussi prêché la Parole de Dieu, tout en le défiant. En Le plaçant sur le haut du temple de Jérusalem, en Lui prêchant Sa propre Parole, et en Le défiant de se jeter en bas, le diable a envoyé contre Lui, une grande tempête, une grande tentation. Mais, le Seigneur n’a pas eu peur de lui ; Il ne craignait ni la tempête, ni la tentation, ni Satan. Il lui a résisté, en s’appuyant encore sur la Parole de Dieu, qui est l’Epée de l’Esprit, en disant : « Il est aussi écrit : Tu ne tenteras point le Seigneur ton Dieu ». Le diable lui dit : «  Il est écrit… »  Le Seigneur a réagi vivement, en lui disant : « Il est aussi écrit… ». C’était la Parole contre la Parole. La meilleure façon de résister à toutes sortes de tempête, de tentation c’est de s’appuyer sur la Parole de Dieu. Cette Parole de Dieu, il faut la connaître et la citer. Elle est un rempart pour nous, une forteresse et un abri sûr. Personne ne peut combattre le diable et le vaincre en comptant sur ses propres forces, mais en comptant sur la Parole de Dieu, que le Saint – Esprit nous donne à l’heure de l’épreuve. Nous devons combattre par la Parole de Dieu qui est l’Epée de l’Esprit, jusqu’à la victoire finale. Frères, le diable ne se laisse pas faire. C’est pourquoi, il faut lui résister jusqu’à ce qu’il capitule. Frères, il doit capituler devant nous, car le seigneur nous a donné le pouvoir de marcher sur les scorpions et les serpents, et sur toute la puissance de l’ennemi, et rien ne pourra nous nuire. Frères, rien ne peut nous nuire. C’est pourquoi, ne craignons pas la tempête, ne craignons pas le diable et ses suppôts ; ne craignons pas ceux qui peuvent tuer le corps, mais qui ne peuvent pas tuer l’âme. Ne craignons pas nos ennemis ! Ne craignons pas le péché, qui a été aboli par l’offrande du corps de Jésus – Christ ! Craignons Dieu seul !

Le diable ne se laisse pas faire. Il a contre – attaqué, en élevant le Seigneur, et en Lui montrant en un instant tous les royaumes de la terre. Vous voyez ! Il a osé donner une vision au Fils de l’Homme, qui était Dieu manifesté en chair. S’il n’a pas craint de donner une vision au Seigneur Lui – même, aura – t – il peur de susciter en nous songes et visions ? Beaucoup croient en leurs songes et visions plus qu’ils ne croient en la Parole Prophétique de leur temps. Je le répète : Le diable a donné une vision au Seigneur, en Lui montrant tous les royaumes de la terre. Et il Lui dit : « Je te donnerai toute cette puissance, et la gloire de ces royaumes ; car elle m’a été donnée, et je la donne à qui je veux » (LUC 4 : 5 – 6). Jésus, n’a pas été impressionné par tout ce que le diable Lui a montré. Car, Il savait qu’il allait conquérir toute la terre et tous ses royaumes, non pas en acceptant l’offre de Satan, mais en donnant Son sang, Sa vie pour les hommes. Le comble, c’est que le diable Lui dit : «  Si donc tu te prosternes devant moi, elle sera toute à toi ». Tout ce qu’il voulait, c’est que le Seigneur l’adore, lui, le diable. Mais, le Seigneur lui dit : « Il est écrit : Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul ».

Après l’avoir tenté de toutes ces manières, le diable s’éloigna de lui, jusqu’à un moment favorable, dit l’Ecriture. La première victoire du Seigneur sur le diable, Il l’a obtenue par la Parole. Sa deuxième victoire, Il l’a obtenue par Sa crucifixion. D’après la Parole de l’Ecriture de COLOSSIENS 2 : 15, Il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix. Que Son Nom soit béni !

Frères, revenons à ce que le Seigneur dit à Ses disciples, avant la traversée : « Passons à l’autre bord ». Comme Il a parlé ainsi, de façon positive, quelques soient les problèmes, ils allaient traverser. Lui, Il a cru en ce qu’Il a dit, c’est pourquoi Il n’a pas craint la tempête. Il l’a affrontée et l’a vaincu. Les disciples, eux, n’y ont pas cru. Alors la peur et la crainte se sont emparées d’eux. Cette Parole positive, «  passons à l’autre bord » a oint la foi du Seigneur au moment de l’épreuve. Il a eu foi en Sa propre Parole. Quand Il dit au vent : Silence ! Tais – toi ! Cette Parole est sortie de sa bouche, et est allée à la rencontre du vent, afin de le soumettre à la volonté du Maître. Le Maître, Lui, attendait dans la foi que ce qu’Il dit arrive. Cette Parole ne pouvait pas revenir à Lui, sans avoir accompli son effet. Frères, Il a commandé au vent. Et le vent Lui a obéi. Il s’est tu.

Toi, depuis que tu crois en Dieu, as – tu déjà commandé au vent, à la pluie, et à la tempête. As – tu déjà commandé au matin ? As – tu déjà commandé aux démons ? As – tu déjà commandé aux problèmes de la vie, aux épreuves, à la maladie ?

TU AS LE POUVOIR DE MARCHER SUR LES SCORPIONS ET LES SERPENTS

Voici une autre pour laquelle tu ne dois pas craindre la tempête : Le Seigneur nous dit, dans LUC 10 : 10 : «  Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi ; et rien ne pourra vous nuire ». Avez – vous bien compris ce que dit le Seigneur ? Rien ne pourra vous nuire, même si vous marchez sur toute la puissance du diable. Croyez – vous en cela ? Croyez – vous que même si vous marchez sur toute la puissance de l’ennemi, rien ne pourra vous nuire ? Si vous y croyez de tout votre cœur, le Seigneur vous rendra invulnérables et invincibles face au diable. C’est ici l’onction d’invulnérabilité dont je vous parle souvent. Si nous croyons que cette puissance est en nous, nous la verrons s’accomplir, et nous confesserons notre invulnérabilité face au péché, aux épreuves, à la mort et au diable. Croyez – vous que les problèmes que vous avez, aussi graves soient – ils, ne peuvent pas vous nuire ? Si vous le croyez de tout votre cœur, confessons – le ; parlez aux problèmes, en leur disant qu’ils ne peuvent pas vous nuire, et que vous avez leur solution, qui est Christ. En priant, dites, avec foi et assurance, que les problèmes que vous avez n’ont aucune emprise réelle sur vous, et qu’ils ne peuvent pas vous nuire, à cause de Son Nom Tout – puissant et Tout – suffisant. Après avoir dit ces paroles positives et saines, chantez des cantiques spirituels et des hymnes à la louange de Sa gloire. Réjouissez – vous chaque jour ! Minimisez ces problèmes ! Servez le Seigneur de façon désintéressé ! Adoptez toujours une attitude positive et pleine de foi et d’assurance ! Cette attitude positive et saine créera les conditions qu’il faut pour vous permettre de régler vos problèmes. Elle attirera l’onction sur vous, et créera une atmosphère spirituelle de Lumière Divine en vous et autour de vous. La solution à tous vos problèmes dépend de votre façon positive de penser et de parler. Quand vous pensez et parlez positivement, par le Saint – Esprit, vous  permettez à la puissance créatrice qui est en vous de se manifester et d’agir. Cette puissance créatrice transformera la tempête en vent favorable, le problème en solution, le malheur en bonheur, la maladie en guérison, la peine en joie.

Frères, au moment où la Pierre faîtière, qui est le Fils de l’Homme, le Seigneur Jésus – Christ, est sur le point de descendre vers nous, les pierres vivantes de Sa maison, nous devons être plus forts que la tempête, les épreuves, les problèmes et les malheurs. Aussi longtemps que nous serons dans ce corps de chair et de sang, dans ce corps corruptible et mortel, nous affronterons toujours le diable et les épreuves de toutes sortes. Mais, nous ne devons absolument pas nous laisser faire. De même que Christ a été tenté de toutes les manières possibles, sans pécher, de même nous somme aussi tentés par le diable, mais nous pouvons ne pas succomber, nous pouvons ne pas pécher. Comment faire pour ne pas succomber à la tentation ? Comment faire pour ne pas pécher contre Dieu à l’heure de la tentation ?  Il faut s’appuyer sur la Parole de Dieu que le Saint – Esprit nous inspire. Il faut répéter avec foi et autorité, ce qu’Il a dit à notre esprit. Le Seigneur ne nous abandonne pas dans nos épreuves, mais Il nous délivre toujours, en nous donnant les moyens d’en sortir. Cette onction nous sert de protection. Cette onction, c’est l’ombre du Très – Haut, qui nous enveloppe complètement, de la tête aux pieds.

Meschac, Shadrac et Abed – Nego ont refusé d’adorer la statue fabriquée par Nebucatnezar. Quand ce roi a appris cela, il les a convoqués, afin de les obliger à l’adorer. Il leur dit : « Maintenant tenez – vous prêt, et au moment où vous entendrez le son de la trompette, du chalumeau, de la guitare, de la sambuque, du psaltérion, de la cornemuse, et de toutes sortes d’instrument, vous vous prosternerez et vous adorerez la statue que j’aie faite ; si vous ne l’adorez pas, vous serez jetés à l’instant même au milieu d’une fournaise ardente. Et quel est ce dieu qui vous délivrera de ma main ». Ce roi impie a préparé une grande tempête contre eux, s’ils n’adorent pas la statue. Qu’ont – ils répondu au roi ? Plein de foi et d’assurance, et ne craignant ni le roi ni la fournaise ardente ni la tempête, ils lui dirent : « Nous n’avons pas besoin de te répondre là – dessus. Voici, notre Dieu que nous servons peut nous délivrer de ta main, ô roi. Sinon, sache, ô roi, que nous ne servirons pas tes dieux ». Que peut – on retenir de l’attitude de ces trois hébreux ? Ils ont adoptés une attitude très positive devant l’épreuve par laquelle le roi voulait les faire passer. Ils n’ont pas eu peur. Ils n’ont eu aucune crainte. En outre, ils ont prononcé d’avance des paroles positives, tout en croyant en leur Dieu, de tout leur cœur, et en Lui restant fidèles. A l’heure de l’épreuve, nous avons vraiment besoin d’avoir foi en Dieu, et en nous – mêmes. Ils sont restés sereins et imperturbables. Ils ont confessé d’avance leur délivrance et leur victoire. Imitons leur foi : confessons toujours d’avance notre victoire par Jésus – Christ, sur les épreuves et nos ennemis. Ils ont dit à ce puissant et redoutable roi, que leur Dieu allait les délivrer de sa main. Ils ne se sont pas mis à pleurnicher ou à se plaindre. Ils ont plutôt parlé avec foi et autorité, en disant : « Voici, notre Dieu que nous servons peut nous délivrer de la fournaise ardente, et il nous délivrera de ta main ». Ô, quelle assurance ! Puissions – nous avoir une telle foi en Jésus – Christ notre Dieu, à l’heure de l’épreuve ! Et en réponse à nos paroles positives qui Le louent et L’élèvent, Il ne nous abandonnera pas, mais Il se glorifiera. Il agira conformément à nos paroles positives, Il les confirmera, pour  montrer aux yeux des hommes, qu’Il est avec nous.

La réaction de ces trois hébreux, a mis le roi dans tous ses états. D’après l’Ecriture, il « fut rempli de fureur, et il changea de visage… » Et il a ordonné de chauffer la fournaise sept fois, plus qu’il ne convenait de la chauffer. Vous voyez ! Il préparait une grande tempête contre eux. Mais, eux, ils étaient toujours sereins et imperturbables. Ils ne changèrent point de position. Ils étaient moralement et spirituellement prêts à aller jusqu’au bout. Le roi ordonna de les lier et de les jeter dans la fournaise ardente. C’est alors que Dieu aussi entra en scène, en envoyant au milieu de la fournaise ardente, quelqu’un qui a la ressemblance d’un fils de Dieu. Frères, notre secours vient toujours de Dieu. Ayons foi en Lui, car Il agira certainement. Quand le roi a vu ce quatrième homme dans la fournaise ardente, il fut effrayé, et dit, dans DANIEL 3 : 24 – 25 : «Alors le roi Nebucadnetsar fut effrayé, et se leva précipitamment. Il prit la parole et dit à ses conseillers : n’avons-nous pas jeté au milieu du feu trois hommes liés ? Ils répondirent au roi : certainement, o roi ! Il reprit et dit : eh  bien, je vois quatre hommes sans liens, qui marchent au milieu du feu et qui n’ont point de mal ; et la figure du quatrième ressemble à celle d’un fils des dieux.». Maintenant, qui était ce quatrième homme, et d’où venait – il ? C’était un ange du Seigneur, et il venait du ciel, de la présence même de Dieu. Sa mission, c’était de protéger les condamnés à mort, de les rassurer et de leur apporter le soutien de Dieu. Sa mission, c’était de les délier et de créer par la puissance de Dieu qui était en lui, les conditions d’une vie agréable et paisible dans une fournaise ardente chauffée sept fois plus que d’ordinaire. Sa mission, c’était de calmer la tempête que le roi avait préparée contre eux. Comprenez – vous ce que je veux dire par tempête ? Sa mission, c’était de les rendre invulnérables et invincibles face à la fournaise ardente. Dieu a honoré leur foi et leur courage devant l’adversité.  Il honore toujours la foi de tous ceux qui croient en Lui. Frères, ces trois condamnés à mort, n’avaient pas craint le roi qui leur ordonnait d’adorer une statue, ce qui était contraire à la volonté de Dieu. Ils n’avaient pas fait cas de leur vie, comme si elle était importante. Pour eux, l’obéissance à la Parole de Dieu était plus importante que leur vie. Ils n’avaient pas voulu sauver leur vie en obéissant à l’ordre du roi. Ils avaient préféré mourir que de lui obéir. Frères, la situation était très difficile pour eux, apparemment, il n’y avait pas d’espoir pour eux, car personne ne pouvait sortir vivant de la fournaise ardente, et personne ne pouvait être délivré de la main du roi. Ces hébreux le savaient, mais ils s’étaient entièrement abandonnés entre les mains de leur Dieu, Lui faisant confiance jusqu’au bout. N’ayons donc par peur des épreuves par lesquelles nous sommes bien obligé  de passer. Ayons confiance en Jésus – Christ notre Dieu. Car Il peut nous délivrer de la main du diable, et de la main de tous nos ennemis. Ayons toujours des pensées saines et positives ! Gardons toujours la foi, et Dieu nous bénira. Ce n’est pas facile de surmonter les épreuves, mais cela n’est pas impossible. Le Seigneur rend toujours possible, ce qui nous est impossible. Croyons en Lui, faisons – Lui confiance, et ayons aussi confiance en nous – mêmes. Même devant la mort, faisons tout pour rester sereins, pour louer le Seigneur, pour croire en Lui, et pour croire en nous – mêmes.

Un jour, j’ai prêché sur la foi vivante, disant aux gens que ceux qui ont vraiment foi en Jésus – Christ ne craignent rien, y compris la mort. Après ma prédication, je devais me rendre à Yopougon. Nous étions tous assis dans le car, quand un homme se leva, et commença à parler. Il était visiblement effrayé. Et il cherchait à descendre du car. Il parlait, et il nous montrait la bague qu’il avait au doigt. Il dit que cette bague serrait fortement son doigt, et que le car dans lequel nous étions faire un accident grave et mortel. Et il montrait l’effet de cette bague sur son doigt. Pris de panique, tous les passagers descendaient du car. Selon cet homme, ce car ne devrait pas rouler ce jour – là, sinon il ferait un grave accident. Tous descendaient donc, la peur au ventre. Mais, moi, je ne descendis pas. Ne voulant pas accepter les paroles négatives de cet homme, je commençai à prêcher le Seigneur Jésus – Christ, en disant qu’à cause de Son Nom, il n’y aurait aucun accident. Frères, je venais juste de prêcher à Treichville sur la puissance de la foi en Jésus – Christ, sur la foi vivante en action. Maintenant, un fils du diable était en train de prédire un accident, parce que sa bague le serrait fortement. Que devrais – je faire en ce moment précis ? Renoncer à ma propre prédication ou continuer de croire en Jésus – Christ. Il est bon de prêcher aux autres, mais c’est quand nous serons confronté à une situation grave et désespérée que nous saurons nous – mêmes si nous croyons ou pas. Je ne pouvais pas croire en cet homme, qui glorifiait le diable. Je ne descendis pas de la voiture. J’exhortais les gens à reprendre leur place dans le car, car il n’y aurait pas d’accident à cause de ma présence et à cause du Nom du Seigneur. Je dis au chauffeur que rien n’allait se passer, même si la bague coupait le doigt de cet homme. Pendant que je parlais ainsi, le diable, qui voulait me faire douter du Seigneur et de moi – même, essaya de m’effrayer. Mais, je lui résistai fermement. Je senti en moi – même le Saint – Esprit se mouvoir, ce qui me remplit davantage de foi. Ceux qui avaient cru en moi, montèrent dans le car. Le chauffeur, galvaniser, prit le volant. Ce fut le voyage le plus paisible que je n’aie jamais fait. Nous arrivâmes à destination sans aucun problème. Vous voyez ! Le diable essaya de me faire peur en me faisant croire qu’un accident mortel allait effectivement avoir lieu, et que je mourrais aussi. Mais, je rejetai fermement toutes ces paroles négatives et diaboliques, au Nom de Jésus – Christ. Ma foi en Jésus – Christ, et la foi en moi – même triomphèrent de Lui. Que notre foi en notre bien – aimé et précieux Sauveur soit toujours plus ferme et plus grande. Il est notre bouclier, notre protection et notre forteresse. Il peut tout, car rien ne Lui est impossible. Nous aussi, nous pouvons tout par Lui, car rien ne nous est impossible. Nous pouvons rendre toutes choses possibles, par la foi en notre propre parole. C’est Sa Parole qui engendre en nous des paroles positives et saines. Si donc nous croyons en nos paroles, c’est en Sa Parole que nous croyons.

Frère, ne crains pas la tempête

Sœur, ne crains pas la tempête.

Le même Dieu qui a protégé les trois hébreux contre la fournaise ardente, peut aussi nous protéger contre nos ennemis. Ayons foi en Lui. Le même Dieu qui a protégé Daniel le prophète contre les lions, peut aussi nous protéger contre tout mal. Ayons seulement foi en Lui ! Remettons – Lui notre sort ! Il agira. Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement, dit l’Ecriture. Il peut faire aujourd’hui, ce qu’Il a fait hier. Et Il peut faire demain, ce qu’Il a fait aujourd’hui. Il est tout pour nous. Je me demande toujours ce que je serais devenu sans le sang de Christ. En ce temps prophétique de l’aube, Son sang coule dans nos veines. Nous mangeons Sa chair et nous buvons son sang. Dans JEAN 6 : 53, Il dit : « En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l’Homme, et si vous ne buvez son sang, vous n’avez point la vie en vous – mêmes ». Par cette Parole prophétique, Il montrait qu’Il était le cadavre, Frère, je vous le dis, en vérité, en vérité, Il est l’unique cadavre, le cadavre par essence et par excellence. En tant que tel, Il s’est manifesté par Sa mort et Sa résurrection. Maintenant, voici ce que dit le cadavre par essence et par excellence, dans MATTHIEU 24 : 28 : « En quelque lieu que soit le cadavre, là s’assembleront les aigles ». Parlait – Il de Lui – même ? Non. Il parlait de l’avènement d’un autre cadavre. Et là où sera ce cadavre, là s’assembleront les aigles. En ce temps prophétique de l’aube, où est le cadavre dont le Seigneur parlait dans MATTHIEU 24 : 28 ? Il est ici, devant vous, présentement. Il est en Côte d’Ivoire ; il est présentement au Tabernacle Le Chandelier d’Or. Ce cadavre est l’incarnation de l’unique Cadavre, du Cadavre par essence et par excellence. Il est ici, vous le connaissez et vous l’avez vu. Son nom, c’est      Christ – Moïse, le précurseur de Jésus – Christ en ce temps prophétique de l’aube. Il est la parfaite révélation du mystère du cadavre de MATTHIEU 24 : 28, pour ce temps prophétique de l’aube. Voulez – vous savoir où adorer aujourd’hui ? Les branhamistes vont à Jeffersonville, sur le tombeau de leur prophète, croyant que c’est là – bas le lieu d’adoration choisi par Dieu. Ils sont dans l’erreur. Les catholiques, eux, vont à Rome, au Vatican où à Lourdes. Nous savons exactement où adorer Dieu en esprit et en vérité : C’est autour du cadavre, là où s’assemblent les aigles de Dieu. A Jeffersonville, il n’y a pas de rassemblement d’aigles autour du cadavre, parce que le cadavre n’est pas là – bas. Il n’est non plus dans les églises branhamistes, qui vivent dans le reflet d’une lumière passée. Le rassemblement des aigles se fait en Côte d’Ivoire, autour d’un seul homme, et autour de la Parole prophétique qu’il annonce. Cet homme, c’est Christ – Moïse. Là où est ce prophète de Dieu, là aussi a lieu la véritable adoration. En quelque lieu où son Message, qui est le Message de Dieu, est prêché, les aigles s’assemblent également pour adorer Dieu en esprit et en vérité. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole. Adorer dans les églises évangéliques et pentecôtistes, est peine perdue, car l’incarnation et la manifestation du cadavre de MATTHIEU 24 : 28, ne sont par leur partage. Dieu choisit toujours un seul lieu d’adoration. Du temps de Jacob, Il a choisi, Béthel, comme lieu d’adoration. Du temps de Samuel, Il a choisi Silo. Du temps de Jésus – Christ de Nazareth, Il a choisi un seul lieu : C’était autour de la Personne du Fils de l’Homme. Ce n’était ni dans le temple de Jérusalem, ni dans les synagogues. Je le répète, c’était autour du Seigneur, le Cadavre par essence et par excellence. L’adoration a lieu en interne en nous – mêmes, parce que nous sommes le temple de Dieu. Que fait – on dans un temple ? On adore Dieu. C’est juste. Du temps de Pierre et de Paul, l’adoration avait lieu en eux, parce que c’étaient des cadavres. Et du temps de frère Christ – Moïse ? L’adoration a lieu autour du cadavre de ce temps prophétique de l’aube. Savez – vous pourquoi le Seigneur, le Cadavre par essence et par excellence, m’a fait cadavre ? C’est pour que les aigles de Dieu de mon temps, s’assemblent autour de moi. Maintenant savez – vous pourquoi Il m’a fait Fils de l’homme ? N’a – t – Il pas dit que pour avoir la vie éternelle, il faut manger la chair et boire le sang du Fils de l’homme ? Frères, si tel est le cas, le Fils de l’homme doit absolument être un cadavre. Oui Monsieur. Le Fils de l’homme de ce temps prophétique de l’aube, et le cadavre sont un. Dans le cadavre, il y a la chair et le sang. Ce sont justement ces choses – là qui attirent les aigles. Dans JOB 39 : 30 – 33, l’Ecriture parle des aigles, des aiglons et des cadavres. Quand l’aigle tue sa proie, ses petits boivent son sang. Il s’agit donc de cadavre frais. La chair et le sang du cadavre de MATTHIEU 24 : 28, sont de la chair fraîche et du sang frais. Que le Seigneur nous accorde de comprendre plus en profondeur le mystère du Fils de l’Homme et le mystère du cadavre ! Les deux vont de pair.

Et le mystère de la Porte étroite, le comprenez – vous ? Dans     MATTHIEU 7 : 13 – 14, le Seigneur parle de la porte large et du chemin spacieux qui mènent à la perdition. Et Il dit que beaucoup entrent par là. Il parle aussi de la porte étroite et du chemin resserré. Et Il ajoute : « Il y en a peur qui les trouvent ». Qui est  la Porte étroite. Au moment où Il parlait de cela, Il était l’incarnation vivante de cette Porte étroite. Il était la Porte étroite manifestée en chair. Je parle bien sûr de Jésus – Christ de Nazareth, de        Jésus – christ homme. Sur le plan spirituel, le Seigneur est la Porte étroite de tous les temps. Mais, sur le plan physique, quand Il vient en chair, quand Il devient un simple homme, Il devient la Porte étroite de son temps. C’est ainsi que Jésus – Christ de Nazareth était devenu la Porte étroite de Son temps, au milieu des Juifs. Il était le Fils de l’Homme qu’ils devaient voir, et en qui ils devaient croire. Après Sa mort et Sa résurrection et Son ascension au ciel, Il a répandu Son Esprit en l’apôtre Pierre, qui est devenu l’incarnation de la Porte étroite. Il était la Porte étroite de Son temps. Frères, ne vous effrayez pas ; c’est la Parole, la pure Parole. En Pierre, la Porte étroite, a vécu la Porte étroite par essence et par excellence. Le croyez – vous ? En ce temps prophétique de l’aube, qui est la Porte étroite en qui habite la Porte étroite par essence et par excellence ? C’est frère Christ – Moïse. Le Fils de l’Homme dit que peu d’hommes trouveront la Porte étroite. Peu d’hommes, pensez – y ! Mais, aujourd’hui ce sont des milliers et des milliers de catholiques, de méthodistes, de pentecôtistes, de baptistes, de branhamistes, de chrétiens célestes et harristes, etc, qui prétendent l’avoir trouvée. Frères, ils ne l’ont point trouvée. Ils ont la Bible, mais ils n’ont point trouvé la Porte étroite, qui est cachée, en ce temps prophétique de l’aube, dans une Porte étroite. C’est ici la Manne Fraîche. Ne craignez rien, mais croyez seulement ! Puisse le Seigneur nous permettre d’examiner maintenant le cas de Job.

QUI EST JOB ?

Selon JOB 1 : 1, c’était un homme intègre, droit, craignant Dieu et se détournant du mal. Il avait sept fils et trois filles. Il possédait sept milles brebis, trois milles chameaux, cinq cent paires de bœufs, cinq cent ânesses. « Et cet homme était le plus considérable de tous les fils d’orient ».

Un jour, Satan s’est présenté devant Dieu, qui lui dit : D’où viens – tu ? Et Satan lui répondit : De parcourir la terre. Dieu lui dit encore : « As – tu remarqué mon serviteur Job ? Il n’y a personne comme lui sur la terre ; c’est un homme intègre et droit, craignant Dieu, et se détournant du mal ». Frères, puis – je vous faire remarquer quelque chose, qui va vous réjouir, mais qui va scandaliser ceux qui se perdent ? De quoi s’agit – il ? Il s’agit de Dieu prêchant Job, un homme, au plus haut des cieux. Devant Satan et les fils de Dieu, Il a annoncé les vertus morales et spirituelles de cet homme, tout en l’élevant. Il dit que Job est un homme intègre et droit, craignant Dieu et se détournant du mal. Il a rendu témoignage à cet homme, tandis que nous, nous rendons témoignage à Dieu.

« Et Satan lui dit : Est – ce d’une manière désintéressée que Job craint Dieu ? Ne l’as – tu pas protégé, lui, sa famille, et tout ce qui est à lui ? Tu as béni l’œuvre de sa main, et ses troupeaux couvrent le pays. Mais étant ta main, touche à tout ce qui lui appartient, et je suis sûr qu’il te maudira en face ». Vous voyez ! Le diable était en train de préparer une grande et terrible tempête contre Job. Où ? Au Paradis ou en enfer ? Au Paradis, dans la présence même de Dieu. Il cherchait à amener Dieu à lui livrer Satan, afin de le cribler comme du froment. Car, il ne pouvait rien lui faire sans la permission de Dieu Lui – même. De même il ne peut absolument rien faire contre nous sans la permission du Seigneur Lui – même. C’est pourquoi ne devons pas le craindre. Il est entièrement soumis à dieu, bien qu’il soit un rebelle. Dans LUC 22 : 31, le Seigneur dit à Ses disciples : « Simon, Simon, Satan vous a réclamés, pour vous cribler comme du froment ». Comme vous pouvez le constater, le diable voulait les cribler, s’en prendre à eux, mais il devait d’abord avoir la permission du Seigneur. Il était allé vers Lui, pour les réclamer. Et le Seigneur les lui livra, mais Il pria pour Simon, « afin  que sa foi ne défaille point ». Malgré Sa prière pour lui, il L’a renié. Que ce serait – il passé S’il n’avait pas prié pour eux ? Frères, c’est avec la permission du Seigneur que Satan nous attaque. Dans AMOS 3 : 6, l’Ecriture dit : « Arrive – t – il un malheur dans une ville, sans que l’Eternel en soit l’auteur ? » Non. Parce qu’Il est l’auteur de tout ce qui arrive en ce bas monde, en bien ou en mal. Il est l’auteur de tout bonheur et de tout malheur. Ainsi soit – il ? Il est l’auteur de la vie et de la mort. Il est l’auteur du bien et du mal.  Il est l’auteur de la maladie et de la santé. Dans LAMENTATIONS 3 : 37, l’Ecriture dit : « Qui dira qu’une chose arrive, sans que le Seigneur l’ait ordonné ? » Comme vous pouvez le constater par vous – mêmes, c’est sur ordre du Seigneur que le bien et le mal, le bonheur et le malheur, la vie et la mort, la santé et la maladie, que les choses bonnes et mauvaises arrivent. C’est sur son ordre que Satan, les démons, et leurs suppôts agissent sur la terre contre nous. Il ne leur est par permis de nous attaquer de leur propre chef. C’est pourquoi nous ne devons pas la craindre, mais craindre celui qui leur donne des ordres. De qui viennent les maux et les biens ? De Dieu ou de Satan ? Ils viennent tous du Seigneur. Vous voyez ! Notre Seigneur est le Maître absolument absolu, et incontestablement incontestable. Toutes choses Lui sont soumises, toutes créatures Lui sont soumises, toutes autorités, toutes dominations et toutes puissances, Lui sont soumises. Gloire à Son saint Nom ! Selon LAMENTATIONS 3 : 38, c’est de la volonté du Très – Haut que viennent les maux et les biens.

Satan a réclamé Job, afin de le cribler. Et Dieu lui dit : « Voici tout ce qui lui appartient, je te le livre ; seulement ne porte pas la main sur lui ». Il venait d’oindre, par Sa Parole, Satan, qui avait maintenant la permission d’agir contre Job le serviteur de Dieu. Dieu fixa Lui – même les limites de son action : Ne porte pas la main sur lui. Après avoir reçu la permission de Dieu, il descendit directement dans la maison de Job, comme une bourrasque, une violente tempête. Ce jour – là, Job perdit ses bœufs, ses brebis, ses serviteurs, ses chameaux. Un grand vent a frappé contre les murs de sa maison où étaient ses sept fils et trois filles. Elle s’était écroulée. Et tous ses enfants moururent.

Frères, en un seul jour, Job est devenu pauvre. Et il a perdu tous ses enfants, quand la tempête du diable a balayé sa maison. Qu’a – t – il fait ?

ATTITUDE POSITIVE DE JOB

Devant ce désastre, « Job se leva, déchira son manteau, et se rasa la tête ; puis se jetant par terre, il se prosterna, et dit : Je suis sorti nu du sein de ma mère, et nu je retournerai dans le sein de la terre. L’Eternel a donné, et l’Eternel a ôté ; que le nom de l’Eternel soit béni ! En tout cela, Job ne pécha point et n’attribua rien d’injuste à Dieu ». Ô, quel bel exemple de foi et d’optimiste ! Malgré ce grand malheur qui l’a frappé, il est resté digne dans la douleur. Il s’est même prosterné pour adorer son Dieu. Il n’a pas murmuré ; il ne s’est pas plaint ; il n’a rien dit d’injuste, de mauvais contre Dieu. Il savait que le Seigneur était l’auteur de son malheur. Au lieu donc de murmurer, il a préféré adorer et louer le Seigneur. Il a dit : Le Seigneur a donné, et le Seigneur a ôté ; que le Nom du Seigneur soit béni ! Par son attitude positive et digne devant le malheur, par ses paroles positives et saines, il a fait mentir Satan, et a donné raison à Dieu.

Un autre jour, Satan s’est encore présenté devant Dieu, qui lui dit : « D’où viens – tu ? Satan répondit : De parcourir la terre. Dieu lui dit alors : As – remarqué mon serviteur Job ? Il n’y a personne comme lui sur la terre ; c’est un homme intègre et droit, craignant Dieu, et se détournant du mal. Il demeure ferme dans son intégrité, et tu m’excites à le perdre sans motif ». Et Satan répondit : « Peau pour peau ; tout ce que possède un homme, il le donne pour sa vie. Mais étends ta main, touche à son os et à sa chair, et je suis sûr qu’il te maudit en face ». Alors Dieu lui dit : « Voici, je te le livre : seulement, épargne sa vie ». Et Satan a frappé Job d’un ulcère malin, depuis la plante du pied jusqu’au sommet de la tête. Il a pris un tesson pour se gratter et s’est assis sur la cendre. Sa femme lui dit : « Tu demeures ferme dans ton intégrité ! Maudis Dieu et meurs ! » Quelle a été l’attitude de Job ?

ATTITUDE POSITIVE DE JOB

Job dit à sa femme : « Tu parles comme une femme insensée. Quoi ! Nous recevons de Dieu le bien, et nous ne recevrions pas aussi le mal ! » Malgré cette nouvelle épreuve, il n’a pas péché contre Dieu. Sa femme dont le cœur était rempli de pensées noires, a dit des paroles négatives : « Maudis Dieu, et meurs.» Frères, il y a toujours des gens autour de nous pour parler de la sorte, de façon négative. Repoussez leurs paroles négatives, et restez toujours positifs et optimistes ! Quelle a été la réaction de Job ? Elle a été des plus positives. Il dit à sa femme : « Nous recevons de Dieu le bien, et nous ne recevions pas aussi le mal ? » Frères, Job avait la révélation que le Seigneur était à la base de son malheur. Il savait que le bien et le mal venait de Lui. Quand quelqu’un a une telle révélation, il peut garder la foi, et aimer le Seigneur, quels que soient les maux dont il souffre. Un tel homme ne craint pas la tempête que Satan envoie sur ordre de Dieu son Seigneur. Job ne craignait pas la tempête, les épreuves et les difficultés. Il ne craignait non plus Satan. C’est pourquoi il était serein et imperturbable. Mais, vu l’ampleur du désastre et le piteux état dans lequel il était, il changea de discours. Après une attitude positive, il sombra dans les plaintes.

ATTITUDE NEGATIVE DE JOB

Frères, Job n’en pouvait plus. Alors, il commença à se plaindre. Selon l’Ecriture, il « ouvrit la bouche et maudis le jour de sa naissance. » Il dit : « Pourquoi ne suis- je pas mort dans le sein de ma mère ? Pourquoi n’ai – je pas expiré au sortir de ses entrailles ? » Des paroles négatives commencèrent à sortir de sa bouche. Alors, Dieu entra en scène. Selon JOB 38 : 1, Il « répondit à Job du milieu de la tempête, et dit : Qui est celui qui obscurcit mes desseins, par des discours sans intelligence ? » Après avoir été longuement repris pas Dieu, Job s’est repenti. Et Dieu l’a rétabli dans son premier état, et lui a accordé le double de tout ce qu’il avait possédé. Vous voyez la bonté de notre Dieu ? Il est compatissant et bienveillant envers ceux qu’Il agrée. Il est plein de grâce, de miséricorde et d’amour. Quelle que soit la tempête, Il est toujours avec nous, afin de nous soutenir. A Lui seul soient la gloire, la puissance, la richesse, l’autorité, l’élévation, l’adoration, la louange et les actions de grâces ! Aux siècles des siècles ! Amen !

Que Dieu vous bénisse !

Je vous aime

A bientôt

FRERE CHRIST-MOISE, LE FILS DE L’HOMME

Mise à jour le Samedi, 13 Juin 2015 22:02
 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix