Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 19 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
176
Hier :
506
Semaine :
682
Mois :
176
Total :
3677866
Il y a 5 utilisateurs en ligne
-
5 invités


LA CONSECRATION DANS L’ŒUVRE DE DIEU PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Samedi, 12 Septembre 2015 07:12

Message prêché le lundi 20 janvier 2014, au Tabernacle Le Chandelier d’Or ; Plateau-Dokui ; Abidjan ; RCI. Matin.


Paroles de frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme que le Seigneur lui a données pour la perfection des saints.

Bonjour à tous dans le merveilleux Nom de Jésus-Christ, qui est le Nom rédempteur de Dieu sous la nouvelle alliance. Que l’Onction qui demeure en vous, et qui vous enseigne toutes choses, vous conduise dans la plénitude de la Vérité de Dieu ! Que la grâce, la paix, la joie, le       bonheur, l’amour et la puissance de résurrection inondent vos cœurs sanctifiés par la Parole et par l’Esprit de sanctification !

Intéressons-nous maintenant au sujet du jour : LA CONSECRATION DANS L’ŒUVRE DE DIEU. Nous aurons bientôt un réveil sur la consécration. Aussi voudrais-je vous faire connaître le conseil de Dieu sur ce mystère, par la Manne Fraîche et par le Saint-Esprit de Dieu.


QUE SIGNIFIE CONSECRATION ?

La consécration, c’est le fait de mettre à part, une personne, une chose ou un objet, pour la sacrificature ; c’est l’acte par lequel nous   sommes mis à part pour Dieu, afin de Le servir. La consécration est un acte de sanctification nous permettant d’être au service de Dieu dans le sacerdoce.

QUAND LA CONSECRATION COMMENCE-T-ELLE ?

Examinons l’exemple de Jérémie pour voir à quel moment la consécration commence. Dieu lui dit : « Avant que je t’ai formé dans le ventre de  ta  mère,  je  te  connaissais,  et  avant  que  tu  sois  sorti  de  son  sein,  je  t’avais  consacré,  je  t’avais  établi  prophète  des  nations. » (JEREMIE 1 : 5). Comme vous pouvez le constater, Dieu connaissait Jérémie avant qu’il soit formé dans le ventre de sa mère, et avant qu’il soit né, Il l’avait consacré prophète des nations. Cette consécration a donc eu lieu dans la Pensée de Dieu, lorsque Jérémie se trouvait en Lui, sous la forme d’un attribut, d’une pensée. Frères, elle a eu lieu avant la fondation du monde, avant la création des cieux et de la terre. Avant la fondation du monde, Dieu a souverainement résolu par un décret Divin, immuable et éternel, que Jérémie serait prophète des nations. C’est exactement en ce moment-là qu’Il l’a mis à part pour la sacrificature, pour Le servir en tant que prophète des nations. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole. Dès avant la fondation du monde, Jérémie a été appelé par le Seigneur, à être enfant de Dieu, fils de Dieu et prophète des nations. C’est donc une prédestination. Il l’a prédestiné à être prophète de Dieu. Quand le moment est venu, Dieu l’a formé dans le sein de sa mère. Là-bas, il était toujours consacré prophète des nations, mis à part pour servir le Dieu vivant, le Dieu Tout-puissant et Tout-suffisant. La consécration dont je vous parle est d’ordre surnaturel, et elle est faite par Dieu Lui-même, sans aucune intervention humaine. C’est une consécration éternelle. Frères, sa toute première consécration a eu lieu au plus haut des cieux, dans la glorieuse Pensée du Dieu Tout-puissant et Tout-suffisant, selon Son bon  plaisir et l’infinie richesse de Son amour éternel. Le jour où la Parole de Dieu est venue à lui, Dieu l’a fait Dieu. C’était sa deuxième consécration, qui elle, a eu lieu sur la terre. Le Seigneur Jésus-Christ de Nazareth dit, dans JEAN 10 : 35, que l’Ecriture appelle Dieux ceux à qui la Parole de Dieu est adressée. Le croyez-vous ? Or, la Parole de Dieu a été adressée à Jérémie. C’est en effet, ce qu’il dit lui-même : « La Parole de l’Eternel me fut adressée, en ces mots… » Par voie de conséquence, Jérémie est appelé Dieu ; il a été donc fait Dieu par Dieu. Il n’est pas le Dieu        Tout-puissant et Tout-suffisant, mais Celui-là l’a fait Dieu, afin de Le  servir dans le sacerdoce. Le jour où Dieu l’a fait Dieu, le jour où la Parole de Dieu lui a été adressée, il a été encore consacré. Comme vous pouvez le constater, il a été consacré plus d’une fois. La première fois, c’était avant la fondation du monde ; la seconde fois, c’était après sa naissance, sur terre. Dans JEREMIE 1 : 10, Dieu lui dit : « Regarde, je t’établis aujourd’hui sur les nations et les royaumes, pour que tu arraches, et que tu abattes, pour que tu ruines et que tu détruises, pour que tu      bâtisses et que tu plantes. » Frères, au travers de cette Parole, nous pouvons comprendre qu’il s’agit de la consécration de Jérémie prophète des nations. Cette consécration a eu lieu dans le temps, alors que la première consécration a eu lieu dans l’éternité. Dieu a fait sur la terre, ce qu’Il avait déjà fait dans les cieux, et même avant la fondation du monde. C’est ici la véritable consécration.

Frères, Dieu n’a pas fait que consacrer Jérémie, que le mettre à part pour Son œuvre, mais Il lui a aussi clairement défini sa mission Divine sur terre. Il lui a dit pourquoi Il l’a consacré. Il l’a consacré pour qu’il  arrache, pour qu’il abatte, pour qu’il ruine et pour qu’il détruise, et pour qu’il bâtisse et pour qu’il plante. Vous voyez ! Sa mission Divine a été révélée par Dieu Lui-même, sans aucune ambiguïté.

J’ai eu l’insigne honneur d’entendre des paroles semblables venant de Dieu. En effet, Il me dit un jour : Tu détruiras, tu déracineras et tu reconstruiras. Telle est ma mission Divine. Quand cette Parole est venue à moi, Dieu m’a consacré pour Le servir dans le sacerdoce. Il m’a consacré pour détruire et pour déraciner les fausses doctrines, les dogmes et les enseignements de démon, qui ont pris la place de la Véritable Parole de Dieu. Lorsque quelqu’un vient de la part du Seigneur, avec un tel  ministère, semblable à celui de Jérémie le prophète, il est mal compris. Et les gens le diabolisent et le rejettent, sauf la minorité écrasante, ce petit troupeau de Dieu. Quand j’ai commencé à détruire et à déraciner les fausses doctrines et les révélations mensongères de frère Branham, les  branhamistes, toutes tendances confondues, se sont ligués contre moi, me menaçant et me diabolisant. Ils ont juré que Dieu allait me frapper, et me faire  mourir. Ils m’ont envoyé des lettres dans lesquelles ils ont proféré des menaces de mort. Mais, jusqu’à présent, je suis encore en vie. Avant que je ne commence mon ministère prophétique du Fils de l’homme, le      Seigneur m’a donné le pouvoir de marcher sur toute la puissance du     diable, avec la promesse solennelle que rien ne pourrait me nuire. J’ai mis ma foi et mon espérance dans ce pouvoir surnaturel et Divin, afin d’accomplir la Divine mission que le Seigneur m’a confiée. Quand je dis que la Bible n’est pas la Parole de Dieu, je suis de plein pied dans mon ministère, détruisant une fausse doctrine. Vous avez appris que la Bible est la Parole de Dieu, mais moi, frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme de ce temps prophétique de l’aube, je vous dis : La Bible n’est pas la Parole de Dieu. A cause de cette déclaration, je me suis fait, sans le vouloir, beaucoup d’ennemis dans les milieux chrétiens. Pour moi, et ce, conformément à l’Ecriture, la Parole de Dieu, c’est le Seigneur des seigneurs, le Roi des rois, le Dieu Tout-puissant et Tout-suffisant : Jésus-Christ. Je suis mal compris, et on me hait sans cause. On m’insulte, on me diabolise sans    cause. Mais, en vérité, en vérité, la Bible n’est pas la Parole de Dieu. Elle contient les Paroles de Dieu écrites par les prophètes, mais elle n’est pas la véritable Parole de Dieu. Le Seigneur m’a appelé à un ministère de restauration, de rétablissement des choses et de restitution ; c’est un          ministère qui est destiné à causer la perte de ceux qui se perdent, et à apporter la lumière Divine et le Salut à ceux qui croient. C’est un signe qui provoque la contradiction. Et je sais qu’une épée transpercera mon âme, et que j’éprouverai beaucoup de douleurs de l’enfantement. Mes ennemis, qui deviennent de plus en plus nombreux, et de plus en plus menaçants, continuent de proférer contre moi des menaces de mort. La dernière     menace date de la semaine dernière, et elle vient d’un centrafricain.

Pourquoi les gens s’agitent-ils ainsi ? Pourquoi cherche-t-on à me faire mourir ? C’est parce que je rends témoignage à la Lumière, disant que Dieu m’a fait Dieu et Fils de l’homme. Ils disent : « Toi, qui es un    homme, tu te fais Dieu. » Ce qui est étrange, c’est que les Juifs ont dit exactement la même chose au Fils de l’Homme, Jésus-Christ de Nazareth, dans JEAN 10 : 33. Frères, je ne me suis jamais fait Dieu ; c’est Dieu qui m’a fait Dieu, pour la chute et le relèvement de plusieurs. Il m’a fait Dieu pour que les uns soient sauvés, et aient la plénitude de la Vie éternelle, et que les autres soient perdus à jamais.

Le 31 décembre 2000, quand Dieu m’a dit : « Je te fais Dieu », Il m’a aussi consacré dans le sacerdoce. Cette consécration est d’ordre surnaturel.


LA CONSECRATION DE SAUL DE TARSE

Saul de Tarse, encore appelé Paul, a été consacré trois fois au moins, selon l’Ecriture. Sa première consécration a eu lieu dans le sein de sa mère. En effet, il dit, dans GALATES 1 : 15-17, qu’il a plu à Dieu de le mettre à part dès le sein de sa mère, et de l’appeler par Sa grâce, afin de révéler en lui Son Fils. Je vous rappelle que consacrer quelqu’un, c’est le mettre à part pour le sacerdoce. Ayant donc été mis à part dès le sein de sa mère par Dieu, Saul de Tarse, l’apôtre Paul, a été consacré à Dieu. Cette consécration a eu lieu dans le ventre de sa mère, avant sa naissance. Etant encore dans le sein de sa mère, Dieu l’a choisi, l’a appelé au ministère de la Parole, et l’a consacré prophète et apôtre. C’était sa première consécration sur la terre. Mais, il y a eu une autre consécration, la toute première de toute sa vie, celle qui a eu lieu dans la Pensée de Dieu, dès avant la fondation du monde. La consécration qui a eu lieu sur la terre, n’est que la confirmation de celle qui a eu lieu avant la fondation du monde, dans la Pensée même de Dieu. Paul dit que Dieu l’a mis à part pour le sacerdoce, dès le sein de sa mère. Mais, avant que cette consécration ne devienne une réalité pour lui, avant qu’elle ne soit rendue manifeste, il a servi le Dieu de ses pères, le Dieu d’Abraham, Yahwé-Dieu, pensant que c’est à cela qu’il a été appelé. Il avait donc été consacré dans le judaïsme, en tant que pharisien. Cette consécration n’avait aucune espèce de valeur devant Dieu, parce qu’elle était basée sur le sacerdoce lévitique, selon l’ordre d’Aaron. Vous voyez ! Elle était donc basée sur le sang des animaux. Tout ce qu’il faisait dans ce sacerdoce était désagréable à Dieu, qui l’a mis à part, et qui l’a appelé à Le servir, dès le sein de sa mère, dans un sacerdoce plus excellent et plus parfait que le sacerdoce lévitique, selon l’ordre de Melchisédek. Bien qu’il soit mis à part, consacré à Dieu dès    le sein de sa mère, il a fait fausse route en servant l’Eternel dans le sacerdoce lévitique, selon ordre d’Aaron. Or, ce sacerdoce est basé sur la loi mosaïque. Et  cette loi n’a rien amené à la perfection, étant elle-même imparfaite. Il a donc servi dans un sacerdoce imparfait, sous l’autorité de la loi, qui était un message passé et révolu. Il a servi Dieu dans l’éclat     douteux d’une  lumière passée. Au moment où il servait l’Eternel, dans un message qui n’était plus d’actualité, la loi mosaïque, Dieu a changé de Nom, mais il ne le savait pas. Son Nom nouveau, sous la nouvelle        alliance, c’est Jésus-Christ. Aujourd’hui encore, il y a des gens, qui      invoquent le Nom de l’Eternel, qui prient l’Eternel. Ils sont tous dans  l’erreur, parce que ce Nom-là ne peut plus et ne doit plus être invoqué  aujourd’hui. Dieu a deux Noms rédempteurs révélés sur la terre : Yahwé et Jésus-Christ. Sous la première alliance, plus précisément sous le sang des animaux, Il s’est   révélé aux hommes sous le Nom rédempteur de Yahwé, l’Eternel. Mais sous la nouvelle alliance, Il a changé de Nom   rédempteur. Son nouveau Nom rédempteur, c’est Jésus-Christ. Invoquer donc le Nom de l’Eternel aujourd’hui, alors que nous sommes sous une nouvelle alliance, est une erreur. Ce Nom n’a aucun pouvoir aujourd’hui, car tout pouvoir est dans le seul Nom de Jésus-Christ. Pourquoi donc   invoquer un nom qui n’a plus de pouvoir ? L’Ecriture dit que Dieu, après avoir souverainement élevé Son Fils, Lui a donné un Nom qui est           au-dessus de tout nom. Ce Nom, c’est Jésus-Christ. Elle dit encore dans COLOSSIENS 3 : 17 : «  Et quoique vous fassiez, en parole ou en    œuvre, faites tout au nom de Jésus-Christ, en rendant par lui des       actions de grâce à Dieu le Père. » Si nous devons tout faire au Nom de Jésus-Christ, pourquoi devons-nous encore invoquer le Nom de            l’Eternel ? Frères, quiconque invoque le Nom de l’Eternel aujourd’hui, ou qui prie l’Eternel, est dans l’erreur. Du temps de Saul de Tarse, Dieu a changé de Nom rédempteur, mais il ne le savait pas, aveuglé qu’il était par l’éclat douteux d’une lumière passée, d’un message passé.

Sur le chemin de Damas, une lumière venant du ciel, a resplendi autour de Saul de Tarse. Et une voix lui dit : « Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ? » Lui, qui savait que cette Voix était celle du Seigneur, et que cette Lumière aussi était celle du Seigneur, a dit : « Qui es-tu        Seigneur ? » Frères, je crois qu’une telle question n’est pas fortuite ; car il pensait que la Voix qu’il entendit était celle de l’Eternel qu’il servait avec zèle et violence. Il s’attendait à ce que la Voix lui dise : Je suis     l’Eternel ton Dieu. C’est ce que je crois. Quelqu’un a-t-il une autre compréhension ? Que le Nom du Seigneur en soit béni ! Que se serait-il passé si jamais la Voix céleste lui avait dit : Je suis l’Eternel le Dieu de Moïse, alors qu’il haïssait Jésus et Ses disciples ? Mais, la Voix céleste lui dit : « Je suis Jésus que tu persécutes. » Frères, le débat était clos pour Saul de Tarse, qui venait de comprendre que le Seigneur, c’était Jésus-Christ. Il servait le Seigneur sans savoir qu’Il avait changé de Nom. Et comme il était prédestiné à connaître par révélation le nouveau Nom du Seigneur, comme il était mis à part, consacré dès le sein de sa mère, Dieu lui a fait grâce, en le sauvant du judaïsme, et en confirmant sa consécration et son appel.

Après avoir rencontré le Seigneur Jésus-Christ, qui s’est révélé à lui sous la forme d’une Lumière céleste, Saul de Tarse est entré dans une  autre phase de sa consécration à Dieu. Quand le Seigneur lui est apparu dans une vision céleste, qu’Il lui a parlé de vive voix, et qu’Il lui a révélé Son nouveau Nom rédempteur, c’était pour le consacrer à l’œuvre du ministère, ou plus exactement confirmer sa consécration.

Quand j’étais à Bouaké, avant la crise militaro-politique de 2002, Dieu me dit un jour : « Il y a des profondeurs de la consécration que tu ne connais pas. » Douze ans après, Il me révèle quelques aspects du mystère de la consécration. Avant, je pensais que se consacrer à Dieu consistait seulement à jeuner et à prier. Aujourd’hui, je sais que le mystère de la consécration est aussi grand et profond que Dieu Lui-même.

L’apôtre Paul, a été consacré avant la fondation du monde ; il a été consacré après la fondation du monde, étant dans le sein de sa mère ; il a été consacré sur le chemin de Damas quand le Seigneur lui est apparu, et qu’Il lui a révélé Son Nom : Jésus-Christ. Frères, le processus de sa consécration a continué. La consécration est un processus, qui a commencé dans l’éternité, et qui va s’achever dans l’éternité. Et dans l’éternité, cette consécration n’aura jamais de fin. En vérité, en vérité, la consécration à Dieu est revêtue du Sceau de l’éternité. C’est un mystère qui dépasse l’entendement humain. Frères, ce n’est pas seulement le fait de jeûner. Généralement quand on jeûne, on dit : Je me consacre. Mais, la consécration, telle que la révèle la Manne Fraîche, par l’Esprit de Vérité qui nous conduit dans toute la Vérité, en relation avec ce temps            prophétique de l’aube, est quelque chose de très profond et très spirituel. C’est la révélation de la Divinité. C’est ici la Manne Fraîche : La consécration, c’est la révélation de la Divinité de Dieu et de Son humanité ; c’est la révélation de la Divinité de l’homme ; c’est la révélation des fils et des filles de Dieu ; c’est la révélation et la réception de la Parole prophétique ; c’est le passage des ténèbres à la merveilleuse Lumière de Christ ; c’est le passage du péché à la justice Divine, à la sainteté ; c’est le passage de la sainteté à la perfection, à la mesure de la stature      parfaite de Christ ; c’est le fait de passer d’un Message prophétique à un autre ; c’est le fait de voir et croire en celui que Dieu a envoyé, au Fils de l’homme de chaque temps prophétique. Frères, le mystère de la consécration consiste aussi à ajouter à la foi la vertu, à la vertu la science, à la science la tempérance, à la tempérance la patience, à la patience la piété, à la piété l’amour fraternel, et à l’amour fraternel la charité. Nous ne pouvons passer d’une étape à une autre qu’en étant de plus en plus consacrés à Dieu. Car, Dieu nous a mis à part, dès le sein de notre mère, pour accomplir Ses desseins, pour Sa volonté, et pour se glorifier. La consécration à Dieu prend en compte l’élection Divine, la prédestination, la naissance physique et spirituelle, le baptême du Saint-Esprit et de Feu, l’exercice du ministère, la vie pratique de sanctification. Elle prend même en compte la mort. C’est ici la Manne Fraîche. Mourir, c’est se consacrer à Dieu. Ô, mystère des mystères !


LA VIE ET LA MORT : MOYEN DE CONSECRATION

Quand un enfant de Dieu, prédestiné à être saint, selon la prescience du Seigneur, naît, il est d’office consacré pour l’œuvre du ministère. Sa naissance est d’office un moyen de consécration par lequel Dieu le prédestine à Le servir. Dès cette naissance, comme nous l’avons déjà dit, il est mis à part pour le sacerdoce. Tout enfant de Dieu qui naît dans ce monde, ne naît pas pour servir le diable, mais Son Père, le Dieu          Tout-puissant et Tout-suffisant. Avant sa naissance, il appartient à Dieu ; pendant son pèlerinage terrestre, il appartient toujours à Dieu. En  définitive, il appartient à Dieu d’éternité en éternité. Au travers de sa naissance, de sa vie terrestre, et de sa mort, il est consacré à Dieu.

Dans PHILIPIENS 1 : 20-21, l’apôtre Paul dit que Christ sera glorifié dans son corps avec une pleine assurance, soit par sa vie, soit par sa mort. Comme vous pouvez le constater, sa vie et sa mort sont des choses par lesquelles Christ est glorifié. Sa vie et sa mort sont donc des choses mises à part pour glorifier le Seigneur. Ce sont donc des moyens de consécration à Dieu. Sa vie ne lui appartient pas ; elle appartient à Christ. Sa mort aussi ne dépend pas de lui, mais du Seigneur. Frères, savez-vous que le corps des rachetés ne leur appartient pas ? Notre corps, notre âme et notre esprit appartiennent à Dieu qui les a purifiés, afin qu’ils soient mis à part pour le sacerdoce. Nous devons donc glorifier Dieu dans notre corps, dans notre âme et dans notre esprit. Pour pouvoir accomplir ce   noble dessein pour la gloire du Seigneur, nous devons tenir notre corps assujetti, afin de ne point le souiller de quelle que manière que ce soit. Nous devons le maintenir dans la sanctification, tout en poursuivant la sanctification sans laquelle personne ne verra le Seigneur. Nous devons aussi nous éloigner des faux frères, qui vivent dans toutes sortes de péché, se vautrant dans les souillures de l’esprit et de la chair, comme des       cochons. Frères, n’ayez aucune part avec eux, car il leur est impossible de se repentir, et de se faire aimer de Dieu. Après avoir goûté à la Parole vivante, après avoir été une fois éclairés, après avoir eu part au Saint-Esprit, ils sont tombés en ne croyant pas en celui que Dieu a envoyé, au Fils de l’homme de ce temps prophétique de l’aube. En péchant de la sorte, ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et L’exposent à l’ignominie. Leur condamnation est sans appel. Sur la terre les hommes essayeront de sympathiser avec eux, mais dans les cieux, leur condamnation est scellée et sans appel. En vérité, en vérité, ce sont les ennemis de la croix, les profanateurs du Sang de l’alliance et les serviteurs du diable. Leur naissance ne rime pas avec la consécration ; leur vie et leur mort non plus.

La vie de l’apôtre Paul, elle, est une vie de consécration. Sa       naissance est une naissance de consécration. Sa mort est aussi une mort de consécration. A sa naissance, une Onction spéciale était sur lui. A sa conversion à Christ, il a reçu une autre sorte d’Onction. C’était une Onction spéciale. Pour l’exercice de son ministère, Dieu lui a donné une autre sorte    d’Onction. C’était une Onction spéciale. A sa mort, Il lui a donné une  autre sorte d’Onction. C’était une Onction spéciale. C’est toujours la   même Onction Divine. Mais dans cette Onction, il y a plusieurs sortes d’Onction. Souvenez-vous qu’il y a cinq ministères de la Parole :        Prophètes, apôtres, évangélistes, docteurs et pasteurs. A chacun de ces ministères correspond une Onction particulière. Mais, c’est toujours la même Onction Divine. Le prophète a une Onction particulière liée à son appel et à son ministère. Il en est de même de l’apôtre, de l’évangéliste, du docteur et du pasteur. C’est la même chose en ce qui concerne les dons spirituels. A chaque don spirituel correspond une Onction particulière. Celui par exemple qui a le don des guérisons n’a pas la même Onction que celui qui parle en langues. Et ainsi de suite. Lorsque Dieu dans Sa grande bonté et dans Sa grâce souveraine, fait un homme Dieu, celui-ci incarne tous les cinq ministères de la Parole : Prophète, apôtre,           évangéliste, docteur et pasteur. Cet homme fait Dieu par Dieu, est aussi Fils de l’homme pour son temps. Il est celui que Dieu a envoyé. C’est lui, et seulement lui qu’il faut voir, et en qui il faut croire, afin d’avoir la Vie éternelle. En dehors de lui, on ne trouvera cette Vie nulle part ailleurs. Il est la parfaite incarnation de la Divinité et de la Vie éternelle, en ce qui concerne ce temps prophétique de l’aube, temps dans lequel l’aigle de Dieu monte dans les lieux très élevés pour recueillir la Manne Fraîche destinée à notre perfection. Ce Fils de l’homme qu’il faut voir, et en qui il faut croire, engendre ses propres reflets, par la puissance de la Parole  prophétique et par la puissance de la résurrection. Ces reflets sont son  incarnation. Quiconque les voit et croit en eux, voit le Fils de l’homme et croit en lui.

Chaque ministère de la Parole est consacré à Dieu. Il est mis à part pour le sacerdoce, pour l’édification et la perfection du Corps de Christ. Chaque don spirituel aussi est consacré à Dieu pour l’œuvre du ministère. C’est pourquoi tous ceux qui exercent ces dons ministériels et ces dons spirituels doivent aussi être des hommes et des femmes consacrés à Dieu dès le sein de leur mère. Ils doivent naître de nouveau, et expérimenter le baptême du Saint-Esprit et de Feu. Et Dieu doit les appeler au ministère, soit directement, soit indirectement. Il y a un vrai appel et un faux appel. Parlons-en un tout petit peu.


LE VRAI APPEL

Le véritable appel de Dieu est exclusivement réservé au prophète, qui est plus que prophète. Dieu se révèle à lui de façon particulière. Il l’appelle. Je dis bien, Il l’appelle. Je sais qu’il y a des gens qui disent qu’ils ont senti l’appel. Ce sont les faux appelés, des imposteurs. Je      répète : Dieu appelle Ses serviteurs. Il y a deux sortes d’appel : L’appel direct, qui correspond au mandat direct, et l’appel indirect, qui correspond au mandat indirect. Prenons un exemple : Dieu a appelé directement  Moïse, qu’Il a fait Dieu. Et Il a appelé Josué, en passant par Moïse, l’homme qu’Il a fait Dieu. Avec Moïse, c’est un appel direct. Avec Josué, c’est un appel indirect. Moïse, en ce temps-là, était Fils de l’homme. Il était prophète, et plus que prophète. Josué était simplement prophète,   engendré par celui qui était prophète et plus que prophète. Du vivant de Moïse, Josué n’était que prophète. L’appel de Moïse est un appel         véritable. Celui de Josué aussi est un vrai appel. Vous voyez ! Ces deux appels sont véritables. Mais, celui de Moïse est plus que véritable par rapport à celui qu’il a engendré. Me comprenez-vous ? L’appel véritable, et plus que véritable est adressé exclusivement à celui que Dieu a fait Dieu, au Fils de l’homme. C’est cet homme fait Dieu par Dieu, ce Fils de l’homme, qui appelle au ministère ceux qu’il a engendrés, et qui les consacre à Dieu, par la Parole prophétique et par le Saint-Esprit. En ce temps prophétique de l’aube, c’est le Fils de l’homme qui a reçu un véritable appel de la part du Seigneur Jésus-Christ, car Dieu l’a fait Dieu. Lui, à son tour, appelle et consacre aux différents ministères ceux qu’il a     engendrés par la Parole prophétique, la Manne Fraîche, et par le         Saint-Esprit. De lui sortent les prophètes, les apôtres, les évangélistes, les docteurs et les pasteurs.


Qu’en est-il maintenant du faux appel ?

Quand quelqu’un dit : « Dans ma vie, je ne connais que des        blocages. J’échoue dans tout ce que je fais. Rien ne va. Quand j’en ai  parlé aux hommes de Dieu, ils m’ont dit que c’est parce que je ne veux pas servir Dieu que j’ai tous ces problèmes. Et ils m’ont dit : L’appel de Dieu est sur toi. Alors je suis devenu prophète, apôtre, évangéliste, docteur ou pasteur. » Frères, vous voyez ! Ce genre d’appel n’est que pure comédie. Quand Dieu appelait Moïse à Son service, était-ce parce qu’il connaissait des blocages dans sa vie ? Et Jésus-Christ de Nazareth ? Et Pierre ? Et Paul ? Ces gens-là, qui sont des ouvriers d’iniquités, ne sont que des envoyés du diable, consacrés à l’œuvre de leur père, le diable. Quand quelqu’un vous dit : J’ai été appelé par Dieu Lui-même comme prophète, apôtre, évangéliste, docteur ou pasteur, sachez que vous avez en face de vous un parfait hypocrite. Je dis ces choses par rapport à la Manne Fraîche, tout en prenant les Ecritures à témoin. Il se pourrait que quelqu’un vienne du dehors avec un ministère, et qu’il désire continuer à l’exercer, étant maintenant dans la Manne Fraîche. C’est le Fils de  l’homme qui en décidera, après avoir consulté Celui qui l’a envoyé,        le Seigneur Jésus-Christ. Frères, quand vous voyez ces soi-disant évangélistes parcourir les mers et la terre, monts et vallées, afin de prêcher aux   pécheurs pour leur salut, aujourd’hui, dans le temps dans lequel nous sommes aujourd’hui, c’est la preuve même qu’ils ne sont ni envoyés, ni consacrés à Dieu. Car, en ce temps prophétique de l’aube, les cinq ministères de la Parole coopèrent ensemble par la vertu du Saint-Esprit pour la perfection des saints. Je tiens à vous rappeler, bien-aimés frères dans le Christ Jésus notre Seigneur, que la Manne Fraîche que nous avons       l’insigne honneur d’annoncer de la part de Dieu, n’est pas destinée aux      pécheurs, mais seulement aux saints. Elle est uniquement destinée à ceux qui ont été prédestinés à être saints, dès avant la fondation du monde, et qui sont véritablement saints. Partout, on prêche l’Evangile de Christ. C’est une bonne chose. Mais on ne se soucie pas de savoir dans quel temps on le prêche aujourd’hui. C’est justement ce qui est regrettable et  dommage. Savez-vous dans quel temps nous sommes aujourd’hui ? Dois-je vous le rappeler ? Nous sommes au temps prophétique de l’aube. En ce temps-là, quelle sorte d’Evangile devons-nous prêcher ? L’Evangile de la perfection pour la perfection des saints. Depuis l’appel au Souper du   Seigneur jusqu’au chant du coq, il n’y a que des vierges, qui vont à la rencontre de l’Epoux qui vient. Pourquoi sont-elles vierges ? Parce que leurs péchés ont été pardonnés, lavés, effacés et ôtés par le Sang précieux de Christ, l’unique Agneau de Dieu. Etant ainsi purifiées, ces vierges n’ont plus de péché en elles ; elles ne sont plus des pécheresses, mais des    saintes. Elles sont passées des ténèbres à l’admirable et merveilleuse    Lumière de Christ. Elles sont passées du péché à la sainteté, une fois pour toutes. Elles ne pratiquent plus le péché, et elles ne peuvent pécher. En ce temps prophétique de l’aube, où le coq chante, la Manne Fraîche est destinée aux vierges sages. Quelle sorte d’Evangile doit-on leur annoncer ? L’Evangile de la perfection pour leur perfection. En ce temps prophétique de l’aube, Dieu a définitivement scellé le sort des pécheurs et celui des saints. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’Ecriture dit : « Que celui qui est injuste soit encore injuste, que celui qui est souillé se souille encore ; et que le juste pratique encore la justice, et que celui qui est saint se sanctifie encore. » (APOC. 22 : 11) Voilà qui clair. Dieu a définitivement scellé le sort des pécheurs et celui des saints. En termes plus simples, cela veut dire que les pécheurs ne peuvent plus être sauvés. N’est-ce pas pour cette raison que le Seigneur Lui-même leur dit de pécher encore, de se souiller encore, et de pratiquer encore l’injustice ? Vous voyez ! Il n’y a maintenant aucune possibilité de repentance pour eux. Leur sort est à jamais scellé. Au lieu de prêcher un tel Message, on essaie de séduire les gens, en leur faisant croire qu’ils peuvent encore être sauvés de leurs péchés. Celui que le Seigneur a véritablement consacré et appelé au ministère, a la révélation du temps prophétique dans lequel il vit. Il a aussi la révélation de l’orientation spirituelle que le Seigneur donne aux cinq ministères de la Parole aujourd’hui. Il a également la révélation des sept âges de l’Eglise, et surtout la révélation du mystère des quatre derniers temps prophétiques dont parle l’Ecriture, dans MARC 13 : 35 : Le soir, le milieu de la nuit, le chant du coq et le matin. Celui-ci sait faire la  différence entre ces différents temps prophétiques. Il sait que ces temps prophétiques sont dans l’âge de Laodicée, sans être de l’âge de Laodicée. Il sait qu’au temps du soir, et au temps de minuit, il y a eu un Message de Dieu pour les saints, et qu’au temps prophétique de l’aube, il y a aussi un Message de Dieu pour la perfection des saints : Le chant du coq.

Précieux frères et sœurs, sachez que chaque temps prophétique est consacré à Dieu, mis à part pour Son œuvre, afin de manifester Ses perfection invisibles. Tout ce qui est de Dieu et pour Dieu, Lui est consacré.

Revenons à la consécration de l’apôtre Paul. Il a expérimenté plusieurs sortes de consécration. Après avoir rencontré la Lumière céleste sur le chemin de Damas, le Seigneur lui dit : « Lève-toi, entre dans la ville, et on te dira ce que tu dois faire. » (ACTES 9 : 6). Pourquoi ne lui a-t-Il pas dit Lui-même ce que Saul de Tarse devait faire ? Pourquoi l’a-t-Il conduit vers un simple homme ? Ô, mystère !

Arrivé dans la ville, un homme nommé Ananias lui a imposé les mains. Et il a été guéri ; puis il a été rempli du Saint-Esprit. Cette imposition des mains, qui a eu pour couronnement la descente du Saint-Esprit sur Saul de Tarse, est un acte de consécration. En fait, il y a eu deux actes ce jour-là :

- L’imposition des mains

- Et le baptême du Saint-Esprit.

Par ces deux actes, Saul de Tarse a été consacré à Dieu. Après l’imposition des mains d’Ananias, et le baptême du Saint-Esprit, il a commencé à prêcher la Parole du Seigneur. Voici le témoignage de l’Ecriture à cet effet : « Et aussitôt il prêcha dans les synagogues que Jésus est le Fils de Dieu. » (ACTES 9 : 20). Avant de prêcher, il a rencontré le Seigneur sous la forme d’une lumière. Il a entendu Sa Voix. Puis, il a rencontré ce même Seigneur au travers d’Ananias, qui lui a imposé les mains, afin qu’il soit rempli du Saint-Esprit. Frères, toutes ces étapes étaient pour lui des moments de consécration.

Etant rempli du Saint-Esprit quand Ananias lui a imposé les mains, il a été consacré à Dieu. Il a même prêché l’Evangile. Mais, en            ACTES 13 : 1-3, nous voyons que des prophètes et des docteurs étaient entrain de jeûner. Et le Saint-Esprit dit : « Mettez-moi à part Barnabas et Saul pour l’œuvre à laquelle je les ai appelés. » Que signifie ‟mettez-moi à part Barnabas et Saulˮ ? Cela veut dire : Consacrez-moi Barnabas et Saul. Vous voyez ! Il s’agit donc ici de consécration, alors que Saul a déjà été consacré. Après avoir entendu la Parole du Seigneur, et « après avoir jeûné et prié, ils leurs imposèrent les mains, et les laissèrent partir. » Avez-vous remarqué que c’est la deuxième fois qu’on impose les mains à Saul de Tarse ? L’avez-vous remarqué ? La première fois, c’était à Damas. Et la seconde fois, c’est à Antioche. La première fois, c’était Ananias seul qui lui imposa les mains. Mais la seconde fois, c’étaient trois personnes : Siméon appelé Niger, Lucius, et Manahen. Frères, ce Siméon appelé Niger, était un noir. Ô, comme c’est merveilleux de  voir un noir imposer les mains à un Juif, afin de le consacrer à l’œuvre du ministère. Ce Siméon, ce Niger, ce noir, a eu l’insigne honneur d’imposer les mains à Saul de Tarse, appelé à être messager-prophète du premier âge de l’Eglise. Il a consacré dans le ministère prophétique le futur prophète de l’âge d’Ephèse ; par l’imposition de ses mains, ce noir, a communiqué à Saul de Tarse l’Onction prophétique et apostolique ; il a communiqué l’Onction à celui qui allait poser le fondement comme un sage architecte. Pensez-y ! Les gens ne sont pas d’accord que je leur dise que Dieu m’a confié une Parole prophétique, la Manne Fraîche, pour la perfection des saints. Ils ne sont pas d’accord à cause de la couleur de ma peau. Ils ne sont pas d’accord parce que je suis un noir africain. Pourtant, il est écrit dans leur Bible, qu’un noir, un Niger, a imposé les mains à un Juif, afin de le consacrer au Seigneur et à l’œuvre du ministère. Niger, veut dire noir. Ce Siméon appelé Niger, était donc un noir. Et Dieu l’a utilisé pour imposer les mains à Saul de Tarse, qui était déjà oint, rempli du          Saint-Esprit, et consacré. Qui a dit que Dieu a oublié les noirs ? Frères, je vous le dis, en vérité, en vérité, Il n’a pas oublié les noirs. Il n’a pas oublié l’Afrique ; car l’Afrique, ce continent mal famé auquel on attribut tous les maux, ce continent maltraité et humilié, est aussi consacré à Dieu. Le jour viendra, et il est déjà là, où Dieu ouvrira une source d’eau vive en Afrique. Le Moïse de Dieu sortira d’Afrique, il viendra avec une Parole prophétique, la Manne Fraîche, pour la perdition des uns et la perfection des autres. Il sera une pierre d’achoppement à cause de la couleur de sa peau. On le haïra sans cause. On le combattra avec violence. On le menacera. On l’humiliera. Mais, il restera toujours debout, car Celui qui l’a envoyé est toujours debout. Quand il mourra, les gens pousseront un ouf de soulagement et se réjouiront.

Frères, peut-être voulez-vous savoir ce qu’il faut faire le jour de ma mort. Ne faites rien de spécial. Si vous voulez m’enterrer avec les riches, faites-le. Si par contre, vous voulez m’enterrer avec les pauvres, faites-le. Sur ma pierre tombale, si vous voulez bien en faire une, écrivez ces      paroles : Ci-gît le Fils de l’homme du temps prophétique de l’aube, l’incarnation du cadavre de MAT. 24 : 28. Vous voyez ! Vous ne devez rien faire de spécial, car ma mort elle-même est quelque chose de spécial, en ce sens qu’elle est une consécration à Dieu. Frères, les larmes aux yeux, je vous laisse un commandement nouveau : Gardez la Manne Fraîche, votre héritage et votre vie ! Gardez-la au plus profond de votre âme, et transmettez-la à vos enfants. C’est votre vie. Gardez-la.

Un Niger a imposé les mains à un Juif. Il a consacré ce Juif. Il l’a mis à part pour l’œuvre à laquelle le Saint-Esprit l’a appelé. Saul de    Tarse, est passé d’une consécration à une autre. Nous aussi, nous pouvons passer d’une consécration à une autre, allant de consécration en consécration. Le roi David a été consacré trois fois. Le savez-vous ? Nous y reviendrons, si Dieu le veut. Savez-vous que Jésus-Christ de Nazareth, le Fils de Dieu, a été, Lui aussi, consacré plusieurs fois ? Nous y reviendrons, si Dieu le veut. Et Dieu Lui-même ? Savez-vous qu’Il se        consacre ? Nous y reviendrons, si Dieu le veut. Examinons maintenant les consécrations de David.



LES TROIS CONSECRATIONS DE DAVID

David est passé par trois consécrations essentielles. Ce sont elles qui vont retenir notre attention à présent.


LA PREMIERE CONSECRATION DE DAVID

Quand Dieu a choisi Saül, Il l’a consacré roi d’Israël. Mais, il a été destitué de cette haute fonction pour avoir désobéi à une seule Parole de Dieu. Alors Dieu a choisi David pour le remplacer sur le trône royal. Sur ordre du Seigneur, Samuel le prophète l’a oint d’huile sainte. Et le     Saint-Esprit vint sur lui. Vous voyez ! Par cette Onction, il a été consacré roi d’Israël. C’était sa toute première consécration en tant que roi :           1 SAMUEL 16 : 12-13.


LA DEUXIEME CONSECRATION DE DAVID

Aimez-vous la Parole ? Je ne parle pas de la Bible, mais de la      Parole de Dieu. Aimez-vous la Parole de Dieu ? La Bible n’est pas la   Parole de Dieu. Le croyez-vous ? Les gens ont élevé injustement la Bible au rang de la Divinité, en disant qu’elle est la Parole de Dieu. L’Ecriture dit que la Parole est Dieu. Si donc la Bible est vraiment la Parole de Dieu, cela revient à dire qu’elle est Dieu. Comme c’est absurde de dire que la Bible est Dieu ! Si elle est vraiment la Parole de Dieu, alors qu’il y a plusieurs versions de Bible, ne peut-on pas dire qu’il y a plusieurs dieux ? Les chrétiens vénèrent la Bible, comme les mahométans vénèrent le     coran. Vous voyez ! Ce sont des idolâtres. La Parole de Dieu, ce n’est  absolument pas ce que les chrétiens tiennent dans leurs mains. La Parole de Dieu, c’est le Seigneur Jésus-Christ, le Dieu Tout-puissant et          Tout-suffisant. Je ne dis pas de ne pas lire la Bible, mais j’essaie de vous montrer qui est la Parole de Dieu, la Véritable Parole de Dieu. Dans la Bible, nous trouvons les écrits de Moïse et des prophètes, et ceux des  apôtres. Ces écrits, ce sont les Paroles de Dieu écrites. La Bible contient donc la Parole écrite de Dieu, mais elle n’est pas la Parole de Dieu. Elle contient aussi les paroles du diable, celles des hommes et même des     erreurs. Ce qu’il faut aussi savoir, c’est qu’il n’y a pas de vie dans la    Bible. Beaucoup la méditent pensant avoir en elle la Vie éternelle, mais ils se trompent éperdument ; car il n’y a pas de vie en elle. Même dans les quatre Evangiles, il n’y a pas de vie. Il n’y a pas de vie dans tout ce que Jésus de Nazareth a dit et qui est écrit dans la Bible. Je viens de dire quelque chose de très grave, n’est-ce pas ? C’est juste. Mais,  je le répète : Il n’y a pas de vie dans ce que Jésus-Christ de Nazareth a dit, et qui est écrit dans la Bible. Je suis parfaitement conscient de l’extrême gravité de cette   déclaration. Et je sais qu’à cause de cela, plusieurs me haïront, me traiteront de tous les noms, me diaboliseront. Mais peu importe ce que pensent les gens, et ce qu’ils diront. J’ai une mission Divine à accomplir : Perfectionner les saints par la folie de la prédication. Croyez-vous que le scandale de la croix a pris fin ? Non, vous dis-je. Il est toujours d’actualité. Un homme n’a-t-il pas été fait cadavre conformément à la Parole de l’Ecriture, dans MAT 24 : 28 ? Si. C’est ici le scandale de la croix en ce temps prophétique de l’aube. Ne devons-nous pas manger la chair du Fils de l’homme, frère Christ-Moïse, et boire son sang ? Si. C’est ici le scandale de la croix. Un ivoirien, de surcroit un ébrié, n’a-t-il pas été fait Dieu par Dieu ? Si, vous dis-je. C’est ici la folie de la prédication. Sans contredit, un africain noir a été fait Dieu par Dieu. Avant que Dieu ne fasse cet homme Dieu, il a fallu qu’Il devienne d’abord fou. Etant devenu fou, Il a manifesté le grand mystère de la piété : Sans contredit, Dieu est manifesté en chair dans un africain noir. Et Il porte le nom de Christ-Moïse, le Nom de Jésus-Christ étant Son véritable Nom révélé sur la terre. Voulez-vous en entendre encore, ou voulez-vous vous en aller ? Frères, en ce temps prophétique de l’aube, il plaît à Dieu de vous perfectionner par la folie de la prédication. Ô, quelle parole ! Puisque ces soi-disant chrétiens n’ont pas connu Dieu dans la sagesse de Dieu, il plaît à Dieu de se révéler au monde par la folie de Dieu, en faisant Dieu un africain noir. Tandis que les uns font de grands prodiges, et que les autres nient la suprême Divinité de Jésus-Christ, nous, nous prêchons Christ crucifié. Ce Christ crucifié que nous prêchons, nous ne le prêchons pas comme l’apôtre Paul l’a fait, car en son temps, il était question de sauver les pécheurs. Aujourd’hui, nous prêchons Christ crucifié pour la perfection des saints que vous êtes. Selon 1 COR. 1 : 23, prêcher Christ crucifié est un scandale aussi bien pour les Juifs que les païens. Ô, frères, pouvez-vous voir ce que je vois ? Allez par tout le monde, et prêchez   Jésus-Christ de Nazareth crucifié. Et vous verrez qu’il n’y aura pas de scandale. Car tout le monde a fini par faire avec ce message, même si  tous n’y croient pas. Allez prêcher ce Christ crucifié dans les nations aujourd’hui, et vous verrez qu’il n’y aura aucun scandale. D’ailleurs, vous serez accueillis comme des rois. Or, le scandale lié à la crucifixion de Christ est une puissance de Dieu pour les croyants. S’il n’y a donc plus de scandale, il n’y a pas non plus de puissance de Dieu. Et s’il n’y a plus de puissance, sur quoi sera fondée notre foi ? Frères, voyez-vous ce que je vois ? Sur quoi sera fondée notre foi, si le scandale de la croix a pris fin ? Prêchez la crucifixion de Jésus-Christ de Nazareth, aux chrétiens, toutes tendances dénominationnelles confondues, et ils vous béniront. Mais,  essayez de leur prêcher la crucifixion de Christ-Moïse, le Fils de l’homme de ce temps prophétique de l’aube, tout en disant que c’est sa chair qu’il faut manger, et que c’est son sang qu’il faut boire ; et je suis sûr que vous provoquerez un scandale. Frères, au travers de ce scandale, la puissance de Dieu se manifestera, afin que la foi des saints soit fondée sur elle. C’est Ici le scandale de la croix dans notre temps : Christ-Moïse a été fait Fils de l’homme. Et il a été crucifié avec Christ. Sa chair est une nourriture, et son sang un breuvage. Quiconque mange sa chair et boit son sang a la plénitude de la Vie éternelle. Pour la perpétuation du scandale de la croix, qui est une puissance de Dieu, l’unique Christ crucifié, a engendré des Christs. Ces Christs sortis de Christ, quand ils se manifestent par la puissance de résurrection, provoquent un scandale lié à leur crucifixion. Frères, la prédication de la croix doit toujours provoquer un scandale. Or, quand vous parlez de la croix de Jésus-Christ de Nazareth, de la croix de Golgotha, il n’y a pas de scandale. Si aujourd’hui, une telle prédication ne provoque pas de scandale dans les milieux chrétiens, alors qu’elle doit en provoquer un, selon ce que dit l’Ecriture, c’est qu’il ne s’agit pas de la crucifixion de Jésus-Christ de Nazareth.

Quand Dieu est devenu fou, Il a manifesté le grand mystère de la piété : Sans contredit Dieu est manifesté en chair aujourd’hui en la personne de frère Christ-Moïse ; et frère Christ-Moïse a été fait Dieu par Dieu. La plus grande consécration, en ce temps de l’aube, ce n’est pas le fait de ne pas commettre l’adultère, l’impudicité, ni tout autre péché, mais le fait qu’un africain noir soit fait Dieu par Dieu.

Qu’en est-il maintenant de la deuxième consécration de David ? Il a déjà été consacré à Dieu par Samuel le prophète. Quand il a répandu l’huile sainte sur la tête du futur roi, l’Esprit de Dieu est descendu sur lui. Et il a été consacré, mis à part pour Dieu, en vue du sacerdoce royal. Mais, il n’a pas été roi sur-le-champ, car il devait faire ses preuves, et  acquérir de l’expérience. Il a fait ses preuves avant de recevoir l’Onction royale des mains de Samuel le prophète, quand il gardait le troupeau de son père. Mais, il devait encore faire ses preuves, car la tâche qui l’attendait était grande.

Dans quelques mois, je vais procéder à la consécration de certains frères, de ceux qui ont fait leurs preuves, et qui ont un bon témoignage.  Cette consécration ne signifie pas qu’ils sont arrivés au sommet de leur ministère, car il y aura encore d’autres consécrations, selon le bon  plaisir de la volonté de Dieu. Moi, je n’en ai pas encore fini avec les consécrations, ou plus exactement Dieu n’en a pas encore fini avec mes consécrations. Après la consécration des frères dont je viens de parler, si quelqu’un se montre hautain ou sombre dans la désobéissance    comme Saül, il peut être déchu et rejeté. Cette consécration est pour vous l’occasion de rechercher encore plus l’excellence, afin de glorifier Dieu dans votre ministère. Faites donc toujours vos preuves. David a fait ses preuves avant de recevoir l’Onction qui l’a consacré futur roi   d’Israël. Depuis ce temps jusqu’à son intronisation effective, il a encore fait ses preuves. En voici quelques exemples :

Après avoir été oint pour être le futur roi d’Israël, David a servi Saül dans la cour royale. Pendant longtemps, il a été serviteur du roi    déchu, à qui Dieu a envoyé un mauvais esprit. Après avoir reçu l’Onction des mains de Samuel le prophète, Dieu l’a oint de Son Esprit. Mais à   cause de sa désobéissance, l’Esprit de Dieu s’est retiré de lui ; et Dieu  Lui-même lui a envoyé un mauvais esprit pour le tourmenter. Quand le mauvais esprit agitait le roi déchu, David le futur roi jouait de la harpe et louait Dieu par des cantiques spirituels et inspirés. Alors Saül était soulagé. Voyez-vous les effets positifs de la louange, quand elle est inspirée et ointe du Saint-Esprit ? Elle nous permet de retrouver notre sérénité, Elle nous aide à surmonter les épreuves de la vie, et à dominer sur nos soucis. Aussi voudrais-je vous demander, par les compassions de Christ, de toujours louer le Seigneur, quelles que soient les circonstances. Louons-Le quand tout va bien ! Louons-Le aussi quand tout va mal ! David le nouveau roi, oint et consacré à Dieu, par le ministère prophétique de Samuel, a servi et aimé un roi déchu. Il a toujours respecté Saül, et n’a jamais rien dit de mal contre sa personne. Saül agité par un mauvais esprit envoyé par Dieu, haïssait le futur roi, et cherchait à le faire mourir. Malgré cette haine contre lui, David n’a jamais haï Saül ; il n’a jamais parlé contre lui, parce qu’il disait que c’était l’oint de l’Eternel. Saül était viscéralement jaloux de David. Quand les femmes chantaient, elles disaient :

Saül a frappé ses mille

Et David ses dix mille

« Saül fut très irrité, et cela lui déplut. Il dit : On en donne dix mille à David, et c’est à moi que l’on donne les mille ! Il ne lui manquait plus que la royauté. » Vous voyez ! Il se plaignait beaucoup, et il était beaucoup en colère contre David. Il murmurait contre lui, et méditait toujours le mal à son encontre. Son cœur était rempli de ténèbres, de méchanceté et de pensées diaboliques. Il en voulait terriblement à David, qu’il cherchait à tuer, mais Dieu était avec lui. Toutes les tentatives de meurtre contre lui échouèrent, parce que Dieu était sa protection, sa forteresse et son refuge. Aveuglé par la haine, la colère et la jalousie, Saül le roi déchu a fait mourir en un seul jour quatre-vingt-cinq sacrificateurs, parce que l’un d’entre eux, Achimélec, a donné à manger à David, et lui a remis  l’épée de Goliath. Frères, Saül déchu de la grâce Divine, a osé tuer des sacrificateurs consacrés à Dieu. Il ne craignait ni Dieu ni Ses serviteurs, à cause du démon que Dieu Lui-même lui a envoyé.

David a eu aussi l’occasion de se venger de Saül qui cherchait à lui faire du mal. Mais, il n’a jamais rien fait de mal contre lui, parce que,  disait-il, c’était l’oint de l’Eternel. Dans la caverne d’En-Guédi, Saül était à sa merci. Il pouvait le tuer. Mais il dit : « Que l’Eternel me garde de commettre contre mon seigneur, l’oint de l’Eternel, une action telle que de porter ma main sur lui ! Car il est l’oint de  l’Eternel. » (2 SAMUEL 24 : 7). Avez-vous remarqué qu’il appelait Saül, le roi déchu, son seigneur ? Dieu a rejeté Saül ; Il lui a même envoyé un démon pour le tourmenter. Et Saül, qui en voulait terriblement à David, voulait le faire mourir. Malgré cela le futur roi l’aimait, et l’appelait ‟mon seigneur.ˮ Savez-vous ce qui a protégé David contre Saül ?  C’était son amour pour lui. L’amour est une puissance de Dieu, qui nous protège et nous garde contre nos ennemis. L’amour est une forteresse, un refuge et un abri sûr. Quiconque aime le Seigneur et celui qu’Il a envoyé, le Fils de l’homme, est protégé contre tout. Et il n’y a aucune occasion de chute en lui. En aimant Saül, le roi déchu de la grâce et rejeté par Dieu, David, l’homme selon le cœur de Dieu, a fait ses preuves. Faisons aussi nos preuves en nous aimant les uns les autres, comme Christ nous a     aimés, et a donné Sa vie pour nous. Aimer le Seigneur, c’est faire ses preuves. Aimer son frère, c’est faire ses preuves. Aimer son ennemi, c’est aussi faire ses preuves. Malgré la déchéance et le rejet de Saül, le roi    rebelle, David l’appelait ‟mon seigneurˮ, parce qu’il était l’oint de       l’Eternel. En le considérant, malgré tout, comme l’oint de l’Eternel, il a fait ses preuves, démontrant ainsi qu’il craignait Dieu et Son serviteur  déchu.

Frères, aussi longtemps qu’un oint de Dieu est en vie, respectez-le, et craignez-le, même s’il a commis une faute. Même si Dieu l’a rejeté, craignez-le, respectez-le et aimez-le. Ne parlez jamais contre lui, et ne cherchez pas à lui nuire. Comprenez-vous ces choses, qui, je le sais, sont difficiles à comprendre ? Notre inclinaison naturelle veut que nous nous moquions de celui qui est déchu de la grâce, que nous rejetions celui que Dieu a rejeté. Mais notre connaissance et notre compréhension des Ecritures et de la puissance de Dieu, doivent nous amener à le respecter et à l’aimer. David, qui savait qu’il allait devenir roi, à la place de Saül rejeté par Dieu, ne regarda pas comme une proie à arracher d’être égal à lui. Il n’a jamais cherché à s’emparer du trône par la force, car il savait qu’il allait lui revenir tôt ou tard. Il a donc attendu que son heure sonne. Il a fait montre de patience, sachant que son heure allait forcément sonner. Il n’avait donc pas besoin de dénigrer Saül aux yeux des hommes, ni de le diaboliser. Il savait qu’un mauvais esprit le tourmentait et l’agitait. Mais, il ne l’a jamais diabolisé, ni insulté. Il s’est plutôt mis à son service en jouant de la harpe, afin de l’aider à se retrouver un tant soit peu. Dieu en permettant cela, voulait forger davantage le caractère spirituel et moral de Son futur serviteur. David était un homme brave et courageux, mais il n’était pas patient. Pour pouvoir lui inculquer cette valeur morale et spirituelle dont a besoin un roi pour diriger son peuple, Dieu l’a fait passer par plusieurs épreuves. Dieu pouvait chasser Saül du pouvoir manu militari, et placer David sur le trône. Mais, Il a préféré que celui-là serve le roi déchu dans la patience, afin d’acquérir cette vertu Divine. Un roi doit être patient ; un chef doit être patient, et à l’écoute de son peuple. David savait que l’Esprit de Dieu était sur lui ; il savait aussi que Saül avait reçu un démon. Logiquement, il était supérieur à Saül. Non seulement il était oint pour le remplacer sur le trône royal, mais l’Esprit de Dieu était aussi sur lui. Vous voyez ! Il était donc supérieur à Saül, qui avait été déchu de la royauté, et qui était désormais oint d’un mauvais   esprit. Mais, que fit David, le futur roi ? Il s’est soumis à Saül qu’il a servi pendant longtemps. Il a fait preuve d’humilité et de simplicité. L’humilité ne précède-t-elle pas la gloire, dit l’Ecriture ? Le Seigneur se sert de   l’humilité qui nous caractérise pour nous élever. David s’est montré très  humble devant Saül. Durant tout le temps qu’il a passé au service du roi déchu, Dieu a forgé en lui, l’esprit d’humilité et de simplicité qu’Il voulait voir en lui. Ces deux perfections invisibles de Dieu sont d’une importance capitale, et nécessaires pour faire de David un roi selon le cœur de Dieu.

Il s’est passé quelque chose dans ce Tabernacle Le Chandelier d’Or. Je vais en parler, afin que vous sachiez comment marcher avec le Seigneur. J’ai dit à un frère de m’aider dans l’œuvre du ministère. Ainsi, il a commencé à prêcher la Parole, à cette même chaire. Au fur et à      mesure qu’il prêchait, il devenait de plus en plus hautain et orgueilleux, au point qu’il se disait être au-dessus de moi, qu’il était plus grand que moi, plus oint et plus spirituel que moi. Il disait ces choses dans son cœur. Il ne s’est pas arrêté là. Il s’en est aussi pris à mon corps physique, me traitant de vilain. Il me haïssait sans cause, mais je ne le savais pas. Quand il a dépassé les bornes, Dieu l’a frappé d’une maladie. Toujours plein d’orgueil et de vanité, il a prié pour sa guérison, mais en vain. Et la maladie devenait de plus en plus grave. Il a donc été obligé de m’avouer tout le mal qu’il pensait de moi. J’ai été fort surpris de l’entendre dire ces choses. N’ayant absolument rien contre lui, je lui ai pardonné, en prononçant la Parole au Nom du Seigneur Jésus-Christ. Et le Seigneur l’a guéri. Je l’ai laissé continuer de prêcher. Cela fait dix ans maintenant. Et, en dix ans de sacerdoce, tenez-vous bien, il n’a pas pu faire une œuvre avec succès. Tout ce qu’il touche, meurt. Je lui ai confié plusieurs responsabilités au sein du Tabernacle, mais il a échoué partout. Celui à qui Dieu aurait dit qu’il était le plus oint parmi les oints, et qui me haïssait sans cause, a montré ses vraies couleurs. L’Ecriture ne dit-Elle pas que l’orgueil      précède la ruine ? Vous voyez ! Son orgueil l’a perdu. Sa vanité l’a      détruit. Ce frère n’a pas voulu attendre que Dieu Lui-même l’élève. Il a voulu s’élever lui-même ; c’est pourquoi Dieu l’a abaissé. Frères, il ne s’agit pas de dire, comme ce frère : « Dieu m’a dit que je suis plus oint que tous les oints du monde entier ». Mais, il s’agit de faire ses preuves. Si c’est ce que Dieu vous a dit, vous avez le plein droit d’en parler. Mais, n’oubliez surtout pas que vous devez apporter les preuves de ce que vous dites. Ce frère dit : « Dieu m’a dit : Il y a des oints, mais tu es le plus oint. » Très bien. Maintenant, qu’il nous prouve qu’il est vraiment le plus oint parmi les oints. Qu’il nous prouve que c’est Dieu qui lui a parlé.   Frères, vanité de vanité, tout est vanité. Après dix ans de ministère, il n’a pu prouver qu’il était le plus oint parmi les oints. Ce qu’il nous a été donné de constater, c’est que tout ce qu’il touche meurt. Il m’a donc insulté gratuitement ; il a aussi menti sur Dieu ; et il m’a haï sans cause. En ce temps prophétique de l’aube, quiconque voudra s’élever sera abaissé, et quiconque s’abaissera pour la gloire du Seigneur, sera élevé. Nous     sommes là pour faire nos preuves, et non pour nous complaire dans des visions et des révélations charnelles. Nous sommes là pour voir Dieu, et non pour qu’on nous voie ! David a fait ses preuves, en manifestant     l’amour, la patience, l’humilité et la simplicité à l’égard de Saül. Frères, je vous le dis, en vérité, en vérité, que personne ne regarde aux défauts de l’autre, mais aux qualités que Dieu lui a données. Que personne ne pense être plus grand, plus oint et plus spirituel que son frère, car nous avons reçu du Seigneur des dons spirituels et ministériels différents. Ce que le    Seigneur nous demande, par la voix du Fils de l’homme, frère       Christ-Moïse, c’est que chacun fasse ses preuves. Faire ses preuves, c’est se consacrer à Dieu. Obéir à celui que Dieu a envoyé, au Fils de l’homme qu’Il a envoyé, c’est se consacrer à Dieu. Etre enraciné dans la Parole prophétique, la Manne Fraîche, l’aimer de tout son cœur, c’est se consacrer à Dieu. Se consacrer, ce n’est donc pas le fait de jeûner seulement. Savez-vous qu’on peut jeûner sans pour autant être consacré à Dieu ? Les mahométans ne jeûnent-ils pas ? Sont-ils pour autant consacrés à Dieu ? Les adultères et fornicateurs ne jeûnent-ils pas ? Sont-ils pour autant consacrés au Seigneur ? En ce temps prophétique de l’aube, si la doctrine du jeûne ne fait pas partie de la Parole prophétique, la Manne Fraîche, quiconque la pratique viole l’alliance que le Seigneur a conclue avec Son serviteur, le Fils de l’homme. Celui qui ne dit pas exactement ce que dit la Manne Fraîche, mais qui essaie d’y apporter ses propres       pensées, n’est pas consacré à Dieu. Un tel homme n’est pas de la Manne Fraîche.

Avant de monter sur le trône royal, Dieu a éprouvé la foi et la bravoure du futur roi, en le mettant face à Goliath. David a lutté contre les animaux, mais faisait-il le poids devant un homme de guerre ? Frères, il y a une grande différence entre tuer un lion, un animal, et tuer un    homme. En ce temps-là, le roi d’Israël devait faire la guerre aux philistins. Dieu a donc soumis David à une autre épreuve : Affronter Goliath le géant.    C’était pour tester sa bravoure et son courage. Là, il ne s’agissait pas de tuer un ours, mais tuer un homme : Goliath. Toute l’armée d’Israël craignait et redoutait cet homme, y compris Saül lui-même. Chaque jour, il insultait et défiait cette armée. Mais personne n’osait relever le défi, car tous avaient peur. Mais quand David a entendu cet incirconcis de Goliath insulter, menacer et défier les enfants d’Israël, il a décidé de relever le défi et de l’affronter. Il dit : « Qui est donc ce Philistin, cet incirconcis, pour insulter l’armée du Dieu vivant ? » Puis il dit à Saül : « Que personne ne se décourage à cause de ce Philistin ! Ton serviteur ira se battre avec lui. » Le roi, plein de doute, dit au jeune David : «  Tu ne peux pas aller te battre avec ce Philistin, car tu es un enfant, et il est un  homme de guerre dès sa jeunesse. » Alors David lui a parlé de son expérience et de son exploit : « Ton serviteur faisait paître les brebis de son père. Et quand un lion ou un ours venait en enlever une du troupeau, je courais après lui, je le frappais, et j’arrachais la brebis de sa gueule. S’il se dressait contre moi, je le saisissais par la gorge, je le frappais, et je le tuais. C’est ainsi que ton serviteur a terrassé le lion et l’ours, et il en sera du Philistin, de cet incirconcis, comme de l’un d’eux, car il a     insulté l’armée du Dieu vivant. » Frères, avez-vous des expériences et des exploits à raconter avant votre consécration ? Le Seigneur vous a-t-Il utilisé pour faire quelque exploit ? Sur quoi le jeune David a-t-il compté en voulant affronter Goliath ? Sur son expérience et son exploit face au lion et à l’ours. Il avait donc foi en cette expérience, en sa force, en son courage et en sa bravoure. David dit encore à Saül : « L’Eternel, qui m’a délivré de la griffe du lion et de l’ours, me délivrera aussi de la main de ce Philistin. » Sur quoi comptait-il cette fois-ci ? Sur sa foi en Dieu. Que fit-il après cela ? Il confessa sa victoire sur Goliath avant même que le combat ait lieu. Vous voyez ! Ses pensées étaient des pensées positives. Ses paroles étaient aussi des paroles positives. Ses pensées et ses paroles positives ont produit en lui une foi vivante, puissante et victorieuse. Elles ont ravivé en lui, l’esprit de courage et l’esprit de bravoure qui étaient en lui. Il voyait déjà sa victoire, avant la victoire. Il voyait déjà dans son   esprit la défaite et la mort de Goliath. Ses pensées et ses paroles positives, son courage et sa bravoure, étaient consacrés, mis à part, pour la gloire de Dieu. Frères, avant sa deuxième consécration, David devait vaincre l’ennemi d’Israël Goliath. Pour se faire, il a choisi des armes spéciales, différentes de celles des enfants d’Israël et des Philistins : Cinq pierres polies. C’étaient des armes consacrées, mises à part, pour accomplir des exploits. Avec ces armes insolites, il marcha contre Goliath. Il lui dit : « Tu     marches contre moi avec l’épée, la lance et le javelot ; et moi je marche contre toi au nom de l’Eternel des armées, du Dieu de l’armée d’Israël, que tu as insultée. Aujourd’hui l’Eternel te livrera entre mes mains, je t’abattrai et je te couperai la tête ; aujourd’hui je donnerai les cadavres du camp des Philistins aux oiseaux du ciel et aux animaux de la terre. Et toute la terre saura qu’Israël a un Dieu. » Avez-vous remarqué les paroles positives et audacieuses prononcées par David ? Ces paroles puissantes et bénies ont fortifié sa foi en Dieu, et sa foi en lui-même. Ce sont les paroles d’un homme vraiment consacré à Dieu, qui connaît le         Seigneur, et que le Seigneur connaît, qui sait qui il est, qui connaît sa position en Christ, qui a fait des expériences avec Lui, qui a foi en Lui, et qui a foi en lui-même. David a prononcé des paroles de victoire avant sa victoire sur son adversaire. Dans son cœur, et dans son esprit, il avait déjà vaincu Goliath ; il l’avait déjà vu, la tête coupée. Il a prophétisé sa       victoire avant même le combat. Après cela, comme le Philistin s’est mis à marcher contre lui, « David courut sur le champ de bataille à la rencontre du Philistin. Il mit sa main dans sa gibecière, y prit une pierre, et la lança avec sa fronde ; il frappa le Philistin au front, et la pierre   s’enfonça dans le front du Philistin, qui tomba le visage contre          terre. » (1 SAM. 17 : 48-49). C’est ainsi qu’il a tué Goliath. En tuant ce Philistin, il a fait ses preuves, avant sa deuxième consécration, avant qu’il ne s’asseye sur le trône royal. Frères, vous êtes tous appelés à servir Dieu. Mais avant que vous ne soyez consacrés dans le ministère dans ce        Tabernacle, vous devez absolument faire vos preuves, en obéissant au Seigneur Jésus-Christ et à celui qu’Il a envoyé, le Fils de l’homme de ce temps prophétique de l’aube. Par votre entière obéissance à la Parole prophétique, à la Manne Fraîche, vous vous consacrez à Dieu. Par votre vie de sanctification, vous vous consacrez à Dieu. Frères, faites vos preuves. Recherchez toujours l’excellence et la perfection dans tout ce que vous faites, pour la gloire de Dieu. David a fait ses preuves, en tuant Goliath son adversaire. Vous aussi faites vos preuves, en traitant durement votre chair, afin de ne pas pécher, en résistant toujours au diable et au péché jusqu’au sang. Faites vos preuves en montrant que vous n’êtes plus des pécheurs, en montrant que vous êtes saints, que vous ne pratiquez pas le     péché, et que vous ne pouvez pas pécher. Faites vos preuves en évangélisant afin de gagner les saints à la Manne Fraîche, en vue de leur perfection, et pour qu’ils parviennent aussi à la connaissance du Fils de Dieu, à l’unité de la foi, et à la mesure de la stature parfaite de Christ. L’évangélisation, en ce temps prophétique de l’aube, ne consiste pas à appeler le pécheur à la repentance, mais à appeler le saint à la perfection. D’après APOCALYPSE 22 : 11, que celui qui est injuste soit encore injuste, que celui qui est souillé se souille encore ; et que le juste pratique encore la justice, et que celui qui est saint se sanctifie encore. Voilà qui est clair : Que le pécheur pèche encore, et que le saint se sanctifie encore. Comprenez-vous cela ? Le pécheur ne peut plus se repentir et parvenir au salut. C’est pourquoi le Seigneur lui dit de pécher encore. Quand vous entendez les gens crier dans les rues, en disant, repentez-vous car le royaume des cieux est proche, vous pouvez être sûrs que vous avez affaire à des païens. Ces gens-là ne comprennent ni les Ecritures ni la puissance de Dieu. Ils ne comprennent pas, et ne savent pas dans quel temps ils vivent ; ils ne savent pas non plus quel Message de Dieu correspond à  ce temps. Vous, vous savez dans quel temps vous vivez. Vous, vous comprenez le mystère des quatre derniers temps prophétiques tels que révélés dans  MARC 13 : 35 :

- Le temps du soir

- Le temps de minuit

- Le temps de l’aube

- Le temps du matin


En ce temps prophétique de l’aube, Dieu traite avec ceux qui sont saints, afin de les amener à la perfection par l’Esprit de Christ, qui est un Esprit de perfection, d’excellence, d’élite et de distinction. Tous ceux qui pratiquent le péché se consacrent au diable ; car il est écrit : « Celui qui pèche est du diable. » (1 JEAN 3 : 8). Et tous ceux qui sont saints, et qui se sanctifient encore se consacrent au Dieu Saint. Le péché est un moyen par lequel on se consacre au diable. La sainteté, quant à elle, est un moyen par lequel on se consacre au Seigneur Jésus-Christ le Dieu infiniment Saint. Pécher, c’est donc se consacrer au diable. Se sanctifier, c’est se consacrer à Dieu. L’incrédulité est un moyen par lequel on se consacre au diable. La foi, quant à elle, est un moyen par lequel on se consacre à Dieu.

Dans 1 SAMUEL 18 : 14-16, l’Ecriture dit que David réussissait toujours dans toutes ses entreprises. Savez-vous pourquoi ? Dieu était  toujours avec lui, et lui aussi était toujours avec Dieu. Il avait toujours foi en Dieu, et Dieu aussi avait toujours foi en lui. Ô, quelle Parole ! Frères, David avait toujours foi en Dieu, et Dieu aussi avait toujours foi en      David. C’est ici la Manne Fraîche : Si Dieu n’avait pas foi en David, s’Il n’avait pas confiance en lui, Il ne l’aurait pas choisi pour être roi en Israël. Quelqu’un peut dire : J’ai confiance en Dieu. C’est bien. Mais, Dieu a-t-Il confiance en lui ? C’est la réciprocité dans la confiance qui déclenche la puissance de Dieu, et qui Lui permet de nous confier d’importantes responsabilités dans Son Eglise. D’après l’Ecriture, David était un homme selon le cœur de Dieu : « L’Eternel s’est choisi un homme selon son cœur, et l’Eternel l’a destiné à être le chef de son               peuple… » (1 SAMUEL 13 :14). Si David était un homme selon le cœur de Dieu, c’est qu’Il avait confiance en lui. C’est bien que nous ayons confiance en Dieu, mais c’est mieux que Dieu ait confiance en nous. Si Dieu n’a pas foi en nous, comment peut-Il nous appeler aux différents ministères de la Parole pour perfectionner les saints ? David réussissait toujours dans toutes ses entreprises, parce que, vous dis-je, il avait confiance en Dieu, et Dieu aussi avait confiance en lui.

Dans 2 SAMUEL 2 : 4, l’Ecriture dit que les hommes de Juda ont oint David pour roi sur la maison de Juda. C’était sa deuxième consécration. Cette consécration a été faite après celle de Samuel le prophète. Vous voyez ! Dieu fait intervenir les hommes dans la consécration de Ses serviteurs. Aujourd’hui, je peux vous consacrer en ma qualité de Fils de l’homme, de l’homme que Dieu a fait Dieu. Mais demain, quelqu’un d’autre peut encore vous consacrer. Cet homme, sortira de la Manne   Fraîche qui est prêchée aujourd’hui, il sera engendré par moi, et sera  trouvé digne et fidèle devant le Seigneur. Si Dieu ne suscite pas un tel homme, votre consécration de ce jour restera la même jusqu’au jour de l’enlèvement de l’Epouse.


En 2 SAMUEL 5 : 1-5, deux choses essentielles sont à retenir :

- La première chose : C’est que le peuple d’Israël est l’os et la chair de David

- La deuxième chose : C’est la troisième consécration de David.


PEUPLE D’ISRAËL : OS ET CHAIR DE DAVID

Frères, toutes les tribus d’Israël dirent à David : « Voici, nous   sommes tes os et ta chair. » (2 SAMUEL 5 : 1). Cette Parole de          l’Ecriture nous ramène dans le jardin d’Eden. Après avoir créé toutes  choses, Dieu a créé l’homme à Son image. Il a créé l’homme et la femme. Et Il les a   appelés du nom d’Adam. Vous voyez ! L’homme s’appelait Adam. Et la femme aussi s’appelait Adam. En ce temps-là, la femme était dans  l’homme. Quand Dieu a vu qu’il « n’est pas bon que l’homme soit seul », Il a fait tomber sur lui un profond sommeil. Et Il a pris une de ses côtes pour créer la femme. Quand l’homme a vu la femme, il s’est écrié, en disant : « Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair ! On l’appellera femme parce qu’elle a été prise de                            l’homme. » (GENESE 2 : 23). Vous voyez ! La femme a été prise de l’homme, elle est sortie de l’homme. C’est pourquoi elle est l’os de ses os et chair de sa chair.

Le peuple d’Israël en disant qu’il est l’os et la chair de David, veut dire qu’il est l’os de ses os et la chair de sa chair. Frères, c’est un symbole fort et révélateur de ce que représente David pour ce peuple. Il est l’époux de ce peuple, sur le plan spirituel et symbolique. De même que le peuple d’Israël est l’os et la chair de David, de même vous êtes l’os de mes os et la chair de ma chair : car vous êtes sortis de moi, par le mystère de l’engendrement.

LA TROISIEME CONSECRATION DE DAVID

Comme nous l’avons déjà vu, David, qui a été consacré roi par    Samuel le prophète, puis par les hommes de Juda, a été aussi consacré par les anciens d’Israël, roi sur Israël. Selon l’Ecriture, il a régné sur Juda sept ans et six mois, et à Jérusalem il a régné trente-trois ans sur tout Israël et Juda.

LA CONSECRATION D’ESAIE

Je ne cesse de prier, afin que vous compreniez les Ecritures et la puissance de Dieu, concernant le mystère de la consécration. Comme tout mystère, il nous faut une révélation Divine pour pouvoir le comprendre et le recevoir. Il y a plusieurs choses par lesquelles Dieu nous consacre, nous met à part pour le sacerdoce, afin que nous soyons participants de Sa nature Divine et acteurs privilégiés dans la réalisation de Son plan de rédemption. Nous allons maintenant voir comment Esaïe a été consacré à Dieu. Voici ce qui caractérise sa consécration :

1) LA VISION

2) LA CONFESSION DE SON PECHE

3) LA PURIFICATION DE SON PECHE

4) L’ENVOI DU PROPHETE

5) LA PAROLE EST ADRESSEE AU PROPHETE


LA VISION

La toute première chose qui caractérise la consécration d’Esaïe,  selon l’Ecriture, c’est la vision du Roi, de l’Eternel des armées. Voici ce qu’il dit à cet effet : « Je vis le Seigneur assis sur un trône très élevé, et les pans de sa robe remplissaient le temple. » Frères, le Seigneur Dieu Tout-puissant et Tout-suffisant, lui est apparu dans une vision, qui est pour lui, un moyen par lequel il a été consacré. En se révélant de la sorte à lui, le Seigneur a porté Son choix sur lui, afin de le mettre à part pour Son œuvre. Vous voyez ! Le fait de voir Dieu, est un moyen de consécration pour l’œuvre du ministère. Quand Esaïe a vu Dieu, quelque chose s’est passée en lui. Quiconque voit Dieu expérimente quelque chose. Il a vu Dieu dans Son corps glorieux et céleste, assis sur un trône élevé dans les lieux très élevés. Et sa vie a changé, sa vision des choses a aussi changé ainsi que l’idée qu’il se faisait de lui-même. Zachée, lui, a vu Dieu manifesté en chair, Jésus-Christ de Nazareth, et sa vie a changé. Quand      Corneille a vu Dieu en Pierre, sa vie aussi a changé : Il a été sauvé, et il a reçu le don du Saint-Esprit. En ce temps prophétique de l’aube, voir Dieu et Dieu manifesté en chair, et voir l’homme devenu Dieu par la volonté souveraine de Dieu, c’est se consacrer au Seigneur pour le sacerdoce. Celui qui n’a jamais vu Dieu, ne peut pas Lui être consacré. Le jour où j’ai vu le Seigneur Jésus-Christ, c’était un jour de consécration pour moi. C’est pour me mettre à part pour Son œuvre qu’Il s’est révélé à moi, qu’Il m’est apparu. En me faisant Dieu, Il m’a aussi mis à part, consacré pour Son œuvre, Il m’a mis à part pour pouvoir se révéler aux autres personnes en se cachant, et pour pouvoir se cacher en se révélant. En m’appelant du nom de Fils de l’homme, Il m’a aussi consacré, mis à part, afin d’avoir part à l’unique ministère du Fils de l’Homme, Jésus-Christ, afin d’annoncer une Bonne nouvelle aux saints. Dans LUC 4 : 18, Jésus dit : « L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres. » Par cette déclaration, Il a accompli la Parole de l’Ecriture d’ESAIE 61 : 1, qui dit : « L’Esprit du Seigneur, l’Eternel, est sur moi, car l’Eternel m’a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux. » Dans LUC 4 : 18, le mot ‟bonne nouvelleˮ est au singulier, alors qu’il est au pluriel dans ESAIE 61 : 1. Savez-vous pourquoi ? Si vous voulez le comprendre, sachez qu’il y a plusieurs Bonnes nouvelles, selon ESAIE 61 : 1. Parmi cette pluralité de Bonnes nouvelles, Jésus de Nazareth, est venu annoncer la Bonne  nouvelle qui était en rapport avec Son ministère, Son temps et ses besoins spirituels. En ce temps prophétique de l’aube, le Seigneur a sélectionné une Bonne nouvelle parmi les Bonnes nouvelles, et nous l’a envoyée du ciel sous la forme d’une Manne Fraîche. Ce temps prophétique porte l’empreinte de cette Parole prophétique, la Manne Fraîche. Souvenez-vous de ce que je vous ai déjà dit :La Manne Fraîche est notre Absolu. Pas la Bible, car elle n’est pas notre Absolu. Seule la Manne Fraîche est notre Absolu. Au-dessus d’elle, se trouve l’Absolu par essence et par excellence, l’Absolu des absolus, le Dieu Tout-puissant et                 Tout-suffisant, l’Alpha et l’Omega, le Roi des rois, le Seigneur des    seigneurs : Jésus-Christ. En-dessous de Lui, se trouve votre Absolu : Frère Christ-Moïse, la pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissent la maison de Dieu, en ce temps prophétique de l’aube, et qui est devenue la principale de l’angle, Jésus-Christ Lui-même étant la Pierre principale de l’angle par essence et par excellence. Je ne suis pas la Pierre angulaire par essence et par excellence, mais une pierre angulaire dans    l’édification de l’Epouse Ivoirienne, qui est l’os de mes os et la chair de ma chair. C’est ici la Manne Fraîche : Frères, vous êtes l’os de mes os et la chair de ma chair. Dans 2 SAMUEL 5 : 1, l’Ecriture dit : « Toutes les tribus d’Israël vinrent auprès de David, à Hébron, et dirent : Voici, nous sommes tes os et ta chair. » Ô, quelle Parole ! Le peuple d’Israël était l’os des os de David et la chair de sa chair. Il en est de même de vous que j’ai engendrés par la Manne Fraîche, en Jésus-Christ : Vous êtes l’os de mes os et la chair de ma chair, car vous avez tous été pris de moi, par la richesse infinie de Son amour. Si vous pouvez le supporter, sachez que vous êtes mon épouse, et je suis votre époux dans le Christ Jésus l’unique Epoux. Si quelqu’un pense être prophète ou spirituel, qu’il sache que ce que je dis est la Parole du Seigneur.


LA CONFESSION DU PECHE : ESAIE 6 : 5

Quand Esaïe a vu le Seigneur, il s’est écrié, en disant : « Malheur à moi ! Je suis perdu, car je suis un homme dont les lèvres sont impures, j’habite au milieu d’un peuple dont les lèvres sont impures, et mes yeux ont vu le Roi, l’Eternel des armées. » Comme vous pouvez le constater, la consécration d’Esaïe qui a vu Dieu, est aussi passée par la confession de son péché. Quand il a vu le Roi dans Sa sainteté suprême, et qu’il a entendu la voix puissante des Séraphins célébrant cette glorieuse sainteté, en disant : « Saint, Saint, Saint est l’Eternel des armées », il a pris conscience de son état de péché, d’homme aux lèvres impures et au cœur corrompu. La sainteté qui se dégageait du Seigneur l’a convaincu de péché, de justice et de jugement. Il a alors compris qu’il était un homme maudit aux lèvres impures, habitant au milieu d’un peuple aux lèvres impures. Il était un pécheur perdu à cause de son iniquité. Maintenant qu’il a vu Dieu, et qu’il a confessé son péché, quelque chose allait se passer.


LA PURIFICATION DE L’INIQUITE D’ESAIE

Que s’est-il passé ? Un Séraphin a pris une pierre ardente sur l’autel avec des pincettes, et en toucha la bouche d’Esaïe. Puis il lui dit : « Ceci a touché tes lèvres ; ton iniquité est enlevée, et ton péché est expié. »    Frères, Dieu venait de lui pardonner son péché, de le purifier entièrement en ôtant son iniquité. Il l’a fait passer du péché à la sainteté, des ténèbres à la lumière, afin de le consacrer et de l’établir prophète sur Son peuple. Nous sommes tous passés par cette étape importante de la confession des péchés, de la repentance et de la purification par le Sang de Christ. Cette étape est fondamentale et primordiale dans le processus de la consécration dans le sacerdoce. Sous le Sang de Jésus, notre Sauveur et Rédempteur, pour que nous soyons consacrés à Dieu pour la sacrificature, nous devons être sans péché ; nous devons êtres saints, et nous ne devons plus pratiquer le péché. En ce temps prophétique de l’aube, personne ne peut exercer un ministère de la Parole s’il n’est pas saint. Je sais qu’on vous dira qu’il n’y a pas de saint sur la terre, tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu. Et on vous brandira la Bible, en vous montrant ce verset : ROMAINS 3 : 23. Ne craignez rien ! Car il a plu au Seigneur de vous faire comprendre les Ecritures et la puissance de Dieu. Posez simplement cette question : L’apôtre Paul, qui a écrit la Parole qui est dans            ROMAINS 3 : 23, avait-il péché, et était-il privé de la gloire de Dieu au moment où il écrivait ? Si on vous dit : Oui, alors ne lisez plus ses écrits. Pour nous, qui sommes parvenus à ce temps prophétique de l’aube, et qui sommes destinés à croire en la Manne Fraîche, nous savons qu’il était saint, oint du Saint-Esprit quand il écrivait cela. Quand il parle de ceux qui ont péché et qui sont privés de la gloire de Dieu, il parle de tous les hommes, y compris lui-même, avant leur conversion à Christ. Avant cette conversion, tous sont des pécheurs et privés de la gloire de Dieu. Mais, quand nous recevons la Parole et croyons en Son Nom, lors de notre conversion à Christ, nous naissons de nouveau, nous naissons de Dieu. Et lors de cette nouvelle naissance, qui est un acte créateur du Saint-Esprit, le Sang de Jésus nous purifie de tout péché. Nous devenons ainsi saints. Le Seigneur met en nous Sa sainteté et Sa justice, Sa Parole et Son Esprit, car nous sommes désormais réconciliés avec Dieu, par Son Sang. Une fois que la réconciliation est scellée, nous ne sommes plus des pécheurs privés de la gloire de Dieu, mais des saints remplis de cette gloire. Les chrétiens disent qu’ils sont pécheurs, et disent dans le même temps que l’Esprit saint, l’Eprit de sainteté est en eux. Ils disent qu’ils sont pécheurs, et affirment encore que Christ, qui est très saint habite en eux. Vous voyez ! Ils ne savent pas ce qu’ils disent. Ils disent qu’ils sont pécheurs privés de la gloire de Dieu, et disent encore que l’Esprit de gloire est en eux. Ils ne savent pas ce qu’ils disent, vous dis-je. Qu’en est-il de nous ? Nous avons été sanctifiés, une bonne fois pour toutes, par l’offrande du corps de Jésus. Tous nos péchés ont été ôtés et effacés à jamais par le Sang de l’Agneau au point que Dieu Lui-même ne peut s’en souvenir. Frères, je parle de nos péchés d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Tous ont été effacés par le Sang de la rédemption. Après cette purification qui révèle l’efficacité absolue de l’œuvre expiatoire, Dieu a mis en nous la semence de la Parole incorruptible. A cause d’elle, nous ne pratiquons plus le péché, et nous ne pouvons plus pécher. Cet état de purification éternelle issue de la rédemption éternelle que Christ a obtenue pour nous, est un signe de notre consécration. Quiconque pratique le péché, n’est pas consacré à Dieu, mais au diable. Les adultères, les impudiques, les       idolâtres, les menteurs, les avares, les cupides, les querelleurs, ne sont pas consacrés à Dieu, mais au diable.


L'ENVOI DU PROPHETE

Après la vision du Seigneur, la confession du péché et la purification, la Voix de Dieu s’est faite entendre ; et la Parole est venue à Esaïe, en ces termes : « Qui enverrai-je, et qui marchera pour nous ? » Frères, quand Dieu vous pose une question, sachez qu’Il a la réponse à cette question. Il dit à Esaïe à qui Il s’est révélé dans une vision, et à qui Il a pardonné le péché : « Qui enverrai-je, et qui marchera pour nous ? » Il savait que c’était Esaïe qu’Il allait envoyer. Alors pourquoi une telle question ? Je crois qu’Il voulait amener Esaïe à prendre ses responsabilités ; car Il aime celui qui prend ses responsabilités et  les assume dans la dignité et l’honneur. Il savait d’avance qu’Il pouvait faire confiance à Esaïe, qui allait prendre ses responsabilités. N’a-t-il pas vu Dieu ? Son péché n’a-t-il pas été expié ? N’a-t-il pas entendu la Voix du Seigneur ? Que lui restait-il à faire, sinon prendre ses responsabilités. C’est exactement ce qu’il a fait, en disant : « Me voici, envoie-moi. » Combien de temps a-t-il mis pour prendre ses responsables, en répondant à l’appel de Dieu ? Un seul jour lui a suffi. J’en connais qui hésitent, et qui hésitent encore, alors que la Voix du Seigneur retentit en ce temps prophétique de l’aube, cherchant qui envoyer annoncer la Manne Fraîche. Ils ne veulent pas prendre leurs responsabilités, se montrant ainsi désagréables à Dieu. Combien de temps, Jésus de Nazareth a mis pour prendre Ses responsabilités, quand Il n’avait que douze ans, et que Dieu Lui a donné l’occasion d’échanger avec les docteurs de la loi. Il n’a pas eu peur de leurs diplômes ecclésiastiques, car Il savait qu’Il était la Parole faite chair, et qu’Il devait s’occuper des affaires de Son Père. Frères, Il n’avait que douze ans. Toi, quel âge as-tu ? En prenant ses responsabilités en répondant favorablement à l’appel de Dieu, Esaïe a montré qu’il était consacré à Dieu. Le vrai consacré n’hésite pas quand Dieu l’appelle à Son œuvre, car il connaît sa position en Christ, et il ne veut pas que l’œuvre de Son Seigneur végète et meure. Il est toujours prêt pour la bataille. Même s’il a peur, il dit :      Seigneur, me voici, envoie-moi. Je sais qu’il peut arriver que nous hésitons, mais Dieu nous rassurera, et nous Lui dirons : Me voici, envoie-moi. Il peut aussi arriver que nous connaissions un déclin si nous ne voulons pas prendre nos responsabilités. Que chacun prenne donc ses responsabilités et fasse ses œuvres ! Car il n’y a pas de consécration sans prise de responsabilité. On ne peut pas non plus être consacré sans faire ses    preuves. Je vous exhorte encore une fois à prendre vos responsabilités et à faire vos preuves dans l’œuvre du ministère, car c’est à cela que Dieu vous a appelés.


LA PAROLE EST VENUE A ESAIE

Savez-vous pourquoi la Parole de Dieu a été adressée à Esaïe ?   Parce que Dieu voulait le faire Dieu. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole. Frère Christ-Moïse, Esaïe était-il Dieu ? Oui, il était Dieu, car il a été fait Dieu par Dieu. Mais, frère, où cela est-il écrit noir sur blanc ? Une génération méchante et adultère demande toujours à voir ce qui est écrit noir sur blanc avant de croire. Mais, vous dis-je, il ne lui sera donné     aucune Ecriture si ce n’est l’Ecriture manifestée en chair. N’est-il pas écrit dans leur Bible que ceux à qui la Parole de Dieu a été adressée sont appelés Dieux ? N’est-il pas aussi écrit dans leur Bible que Dieu a fait Moïse Dieu ? La Parole de Dieu ayant été adressée à Esaïe, il a été fait Dieu par Dieu. C’est ici le mystère de la Divinité de l’homme. Au temps du soir, c’était la Divinité dans l’homme. Mais, au temps prophétique de l’aube, c’est la Divinité de l’homme. La chose la plus scandaleuse, en ce temps prophétique de l’aube, c’est que Dieu m’a fait Dieu pour vous. Pour le monde, c’est une folie, mais pour vous, c’est la puissance de Dieu. Frères, réjouissez-vous car il plaît à Dieu de vous perfectionner par la  folie de la prédication. La folie de Dieu, en ce temps prophétique de   l’aube, c’est qu’un africain noir est devenu Dieu par la volonté souveraine de Dieu ; c’est que Dieu a fait Dieu un ébrié de Godoumé. Quelque chose de bon peut-il sortir de ce village, diront les sages de ce monde ? Frères, je vous le dis, en vérité, en vérité, avant que Dieu ne me fasse Dieu, Il était d’abord devenu fou. Ô, quelle Parole ! Dieu, agissant par Sa folie, qui est plus sage que le monde, m’a fait Dieu, afin qu’au travers de moi, vous puissiez Le voir, L’entendre et croire en Lui pour avoir la plénitude de la Vie éternelle, et pour que vous soyez édifiés et perfectionnés. Avant que Dieu ne devienne un simple homme en Jésus-Christ de Nazareth, afin de prendre nos péchés, et de devenir péché pour nous, et de mourir pour nous, Il a fallu qu’Il devienne fou d’abord. Et Il devint fou.

Je ne me suis jamais proclamé Dieu. C’est Dieu qui m’a fait Dieu. Je sais que c’est un scandale pour ceux qui se perdent, mais pour nous qui sommes parvenus à cette heure prophétique de l’aube, c’est la puissance de Dieu. Dieu m’a fait Dieu, selon le bon plaisir de Sa volonté et l’infinie richesse de Sa grâce à la louange de Sa gloire. Avant que Dieu ne me   fasse Dieu, il a fallu qu’Il devienne fou. Et Il devint fou. C’est ici la folie de Dieu, qui est plus sage que la sagesse des hommes. Les chrétiens ont élevé la Bible au rang de la Divinité, pensant rendre ainsi un culte à Dieu. Ils la vénèrent, la respectent profondément, après lui avoir conféré la   même autorité que la Parole de Dieu. Pour se protéger contre les sorciers, ils font d’elle leur oreiller, pensant qu’elle a le pouvoir de les garder. En agissant de la sorte, ils pensent qu’ils sont dans la vérité, alors qu’ils se trompent. Quand je dis que Dieu m’a fait Dieu, ils crient tous au         blasphème et au scandale. Et ils disent : Comment un homme peut-il être fait Dieu ? Frères, vous voyez ! Ils semblent ignorer qu’il est écrit dans leur Bible que Dieu a fait Dieu Moïse, qui était un homme de la même nature que nous. Si Dieu a déjà fait un homme Dieu par le passé, ne peut-Il pas en faire autant aujourd’hui ? Les chrétiens font semblant d’ignorer ce que dit Jésus de Nazareth dans  JEAN 10 : 35. Que dit-Il ? Il dit que ceux à qui la Parole de Dieu est adressée sont appelés Dieux. Or, en ce temps prophétique de l’aube, la Parole de Dieu m’a été adressée. Selon l’Ecriture, je suis donc appelé Dieu. Ô, quel scandale ! Ô, quel blasphème, diront ceux que le dieu de ce siècle mauvais a aveuglés, afin qu’ils ne voient point briller la splendeur de l’Evangile de Christ pour notre temps. Mais pour vous qui avez connu Dieu et Sa Parole par une révélation du Saint-Esprit, c’est le jour béni de votre visitation ; car Dieu vous visite par la Manne Fraîche, la Parole prophétique, et par le Fils de l’homme de  votre temps. Qu’a fait Dieu le Tout-puissant et le Tout-suffisant quand Il voulait sauver les enfants d’Israël de la servitude du Pharaon ? Il a fait un homme Dieu. Mais la Divinité de cet homme a été purement et simplement rejetée par eux. Ils ont préféré la divinité du veau d’or à celle d’un homme. Pendant que Moïse, l’homme que Dieu a fait Dieu, était sur la montagne, Aaron son prophète a fait un veau d’or sur la demande du   peuple, qui lui dit : « Allons ! Fais-nous un dieu qui marche devant nous… » Et Aaron, le prophète de Moïse a fait un veau d’or auquel ils ont rendu un hommage vibrant, en disant : « Israël ! Voici ton dieu, qui t’a fait sortir du pays d’Egypte. » Vous voyez ! Ils ont fait montre d’une ingratitude caractérisée, en ne reconnaissant pas ce que Moïse, l’homme que Dieu a fait Dieu, a fait pour eux. Ils ont osé attribuer au veau d’or ce que Dieu a fait pour eux, commettant un péché impardonnable. La plupart des hommes sont prêts à croire en la divinité du diable, des eaux, des montagnes, des animaux et de toute autre créature, sauf en la Divinité de l’homme. Les enfants d’Israël dans leur plus grande majorité croyaient en la divinité des animaux. C’est pourquoi ils ont pu accepter la divinité du veau d’or. N’ont-ils pas dit que c’est le veau d’or qui les a fait sortir du pays d’Egypte ? Beaucoup de chrétiens pensent qu’ils sont sauvés par la Bible ; ils pensent qu’ils ont la Vie éternelle en sondant les Ecritures, en méditant la Bible chaque jour. Savez-vous pourquoi ils ont une telle attitude vis-à-vis de la Bible ? C’est parce qu’ils pensent que la Bible est la Parole de Dieu, et qu’elle est Dieu. Ils l’ont mise sur le même pied       d’égalité que Dieu. C’est là justement qu’ils se trompent. Frères, dois-je vous le répéter encore une fois ? La Bible n’est pas la Parole de Dieu. Ô, scandale, crieront ceux  qui n’ont aucune révélation et qui se perdent. J’insiste, je persiste et je signe : La Bible n’est pas la Parole de Dieu. Je reconnais cependant qu’elle contient la Parole de Dieu écrite par les prophètes et les apôtres. La Parole de Dieu est au-dessus de la Parole de Dieu écrite dans la Bible. Dans la Bible, il y a aussi des paroles contradictoires, qui ne sont pas de Dieu, car en Lui, il n’y a point de contradiction. La  Bible elle-même dit qu’elle n’est pas la Parole de Dieu. C’est ici la    Manne Fraîche, la pure Parole. En effet, dans APOCALYPSE 19 : 11, la Bible parle de quelqu’un qui est assis sur un cheval blanc. Il s’appelle  Fidèle et Véritable. Dans APOCALYPSE 19 : 13, la Bible dit que c’est ce Personnage, qui s’appelle la Parole de Dieu. La Bible ne dit pas qu’elle s’appelle la Parole de Dieu. Elle dit plutôt que c’est celui qui est revêtu d’un vêtement teint de sang, qui s’appelle la Parole de Dieu. Comprenez-vous maintenant pourquoi je dis que la Bible elle-même dit qu’elle n’est pas la Parole de Dieu ? Frère Christ-Moïse, devons-nous cesser de lire la Bible ? Non. Lisez-la ! Méditez-la ! Sondez-la ! Mais sachez qu’elle ne peut pas vous donner la Vie éternelle. Sachez aussi qu’elle n’est pas votre Absolu. La Parole de Dieu, qui est le Seigneur Jésus-Christ est votre    unique Absolu. La Manne Fraîche qui est sortie d’elle est aussi votre   Absolu. Et si vous pouvez le supporter, le Fils de l’homme, frère      Christ-Moïse, est aussi votre Absolu. Je sais que tout ce que je dis est un scandale pour ceux qui sont encore aveuglés par la lumière de la Bible. Mais pour vous, c’est une bénédiction céleste. Seul celui qui est réellement consacré à Dieu comprend mon langage, et sait de quoi je parle. Dieu n’est-Il pas devenu fou en faisant Dieu un pauvre type comme moi, qui suis de surcroît un africain noir ? Frères, Dieu dans Sa folie, a engendré par la folie de Sa Parole, un fou dont la vocation céleste est de faire de vous des fous, afin que vous soyez perfectionnés par la folie de la prédication de la Manne Fraîche. La folie de Dieu nous fait pénétrer dans la profondeur de la consécration. Vous voyez ! Elle nous consacre à Dieu, et elle nous perfectionne.

Quand la Parole de Dieu a été adressée à Esaïe, Dieu l’a fait Dieu. Dans ESAIE 7 : 14, Esaïe le prophète dit : « Voici, la vierge concevra et elle enfantera un fils. » C’est ici la folie de Dieu : La vierge concevra. Que dit la sagesse des hommes : Une vierge ne peut pas concevoir. Mais, Dieu, par la folie de Dieu, a confondu la sagesse des hommes, en faisant concevoir la vierge Marie. Avant que Dieu ne donne cette révélation qui dépasse l’entendement humain, il a fallu qu’Il devienne fou. Et Il devint fou. Il en est de même du prophète Esaïe. Avant qu’il ne donne une telle prophétie, il a fallu qu’il devienne aussi fou. Et il devint fou de la folie de Dieu. Ceux qui sont animés de la folie de Dieu sont les véritables consacrés. Etes-vous suffisamment fous pour annoncer la Manne Fraîche ? Selon cette Parole prophétique, il faut manger la chair du Fils de l’homme, frère Christ-Moïse, et boire son sang pour avoir la  plénitude de la Vie éternelle. Etes-vous suffisamment fous pour dire de telles   choses ? La Manne Fraîche dit aussi que frère Christ-Moïse a été fait Dieu par Dieu. Etes-vous suffisamment fous pour donner au monde une telle révélation ? Elle dit encore qu’il a été fait Fils de l’homme, et qu’à ce titre, c’est lui, et seulement lui qu’il faut voir et en qui il faut absolument croire pour avoir la plénitude de la Vie éternelle. Etes-vous, frères, suffisamment fous pour enseigner cela aux hommes de ce    monde ? C’est ici la folie de Dieu et la folie de la prédication : Dieu m’a fait Dieu, afin qu’on puisse Le voir face à face, au travers de moi, pour pouvoir être sauvé. Ô, quelle Parole ! En me faisant Dieu, Dieu s’est consacré Lui-même, afin de nous donner pleinement la Vie éternelle. Je ne suis pas Dieu, mais Dieu m’a fait Dieu. Je ne peux m’empêcher de rendre ce témoignage, car c’est quelque chose que j’ai entendu et que j’ai vécu. Je ne suis pas le Christ, mais le Christ m’a fait Christ,  scandale pour les uns, et source de salut et de bénédiction pour les autres. Je ne suis pas le Fils de l’Homme, mais le Fils de l’Homme m’a fait Fils de l’homme. Je ne suis pas le Cadavre, mais le Cadavre m’a fait        cadavre. Je sais qu’il y aura beaucoup de cadavres, en imitant le véritable. Des gens qui veulent faire sensation s’affubleront des titres comme Fils de l’homme et cadavre. C’est une bonne chose d’avoir beaucoup de cadavres aujourd’hui, pourvu qu’ils n’attirent pas et ne rassemblent pas les mouches autour d’eux.


QUI PEUT CONSACRER ?

Qu’il me soit permis de vous rappeler que la consécration consiste à mettre à part une personne pour le service de Dieu, pour le sacerdoce. Se consacrer à Dieu, c’est Lui abandonner tout son être, son corps, son âme et son esprit, afin de Le servir de tout son cœur, de toute son âme, de tout son esprit et de toute sa force, ne faisant aucun cas de sa propre vie. Répondons maintenant à cette question : Qui peut consacrer ? Le tout premier être à pouvoir consacrer, c’est le Seigneur Dieu Tout-puissant et Tout-suffisant. C’est Lui qui a consacré Jérémie, qui n’était même pas encore né. Puissions-nous écouter ce qu’Il lui dit à ce sujet: « Avant que je t’eusse formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais, et avant que tu fusses sorti de son sein, je t’avais consacré, je t’avais établi prophète des nations. » Avez-vous remarqué qu’Il a consacré Jérémie prophète des nations, avant que celui-là ne soit né ? Dès le sein de sa mère, il a été consacré prophète de Dieu. Mieux, avant même qu’il ne soit formé dans le sein de sa mère, il a été consacré prophète par Dieu Lui-même. Vous voyez ! Il a été consacré prophète dès avant la fondation du monde par Dieu. Avant que Dieu ne le consacre, Il s’est d’abord consacré Lui-même pour lui. Ô, quelle Parole ! C’est ici la Manne Fraîche : Dieu s’est d’abord consacré Lui-même avant de consacrer Jérémie. Cela veut dire tout simplement qu’Il s’est d’abord mis à part, avant de mettre à part Jérémie. Me comprenez-vous ? Il s’est sanctifié Lui-même d’abord, avant de sanctifier Jérémie, avant de le consacrer prophète des nations. Se consacrer, c’est aussi se sanctifier. Dieu s’est démarqué des faux dieux, Il s’est séparé d’eux, à cause de Sa Nature unique, de Son essence unique, de Son Être unique, de Son Esprit, de Sa Parole unique, de Sa Gloire unique, de Sa Bonté unique, de Sa Sainteté unique, de Sa Perfection unique, de Sa     Vérité unique, de Sa Personnalité unique, de Son Nom unique, de Sa Vie unique, de Son existence unique, afin de ne point être confondu avec eux. Il n’y a personne à qui l’on puisse Le comparer afin qu’Il lui soit égal. Il est le Dieu unique en Son genre. Personne vous dis-je, ne peut L’égaler, encore moins Le surpasser. Il était, Il est, et Il sera toujours le Dieu      unique, qui mérite la gloire, la puissance, l’adoration, l’élévation, l’acclamation, la domination, la célébration, l’exaltation, aux siècles des siècles. Il s’est mis à part Lui-même, afin de nous mettre à part pour Son œuvre. Il s’est sanctifié Lui-même, afin de nous sanctifier pour Son œuvre. Il      détient toute la puissance nécessaire pour nous consacrer, afin de nous mettre à part pour Son œuvre. Par Jésus-Christ de Nazareth, qui a offert Son corps comme sacrifice, Il nous a séparés du péché et de ses désirs, du monde et de son esprit, du vieil homme et de ses convoitises. Par cette offrande, le péché est aboli pour toujours, et nous, nous sommes sanctifiés une fois pour toutes. Etant ainsi sanctifiés par le Sang de Jésus, nous  sommes à jamais séparés du péché et de ses désirs, afin que nous soyons consacrés à Dieu pour le sacerdoce royal. Etant ainsi séparés du péché et de ses désirs, nous sommes saints, et nous poursuivons notre sanctification dans la crainte de Dieu. Ayant une telle position en Christ, nous ne sommes plus des pécheurs, et nous ne pouvons plus pécher. En ce temps prophétique de l’aube, Dieu ne traite qu’avec ceux qui ne sont pas des pécheurs, mais des saints ; Il ne traite qu’avec ceux qui ne peuvent plus pécher. Quiconque est consacré à Dieu, n’aime pas le monde et tout ce qui est dans le monde : La convoitise de la chair, la convoitise des yeux et l’orgueil de la vie. Quiconque est consacré à Dieu, ne pratique pas le    péché, et il ne peut pécher. Quiconque est consacré à Dieu, n’est ni adultère, ni impudique, ni voleur, ni impur, ni fraudeur, ni avare, ni cupide, ni menteur, ni idolâtre, ni blasphémateur. Quiconque est consacré à Dieu, est plutôt saint et juste, et pratique toujours la justice. Quiconque est consacré à Dieu, est excellent, et recherche toujours l’excellence, afin de plaire à celui qui l’a appelé. Un consacré est une personne d’élite, d’excellence, de distinction et de perfection. Tout son désir, c’est Christ. Tout son être, c’est Christ. Toute sa vie, c’est Christ. En lui, se trouvent les perfections invisibles de Dieu, Sa Divinité, Sa puissance éternelle, Sa gloire éternelle, Son amour infini et Sa bonté. En lui, se manifeste, le fruit de l’Esprit : L’amour, la joie, la douceur, la bonté, la maîtrise de soi, la sainteté, la perfection.

Qui peut consacrer, après le Dieu Tout-puissant et Tout-suffisant ? C’est Dieu manifesté en chair. Qui est ce Dieu manifesté en chair ? C’est Jésus-Christ de Nazareth, le Fils unique de Dieu et le Fils de l’Homme. Ce Jésus-Christ, c’est le Dieu Tout-puissant et Tout-suffisant, manifesté en chair. Ce Dieu Tout-puissant et Tout-suffisant, a été manifesté dans une chair juive, afin de prêcher la Bonne nouvelle aux Juifs, dans le premier jour du Fils de l’Homme. En ce deuxième jour du Fils de l’Homme, ce même Dieu est manifesté dans une chair ivoirienne, afin d’annoncer la Bonne nouvelle, la Manne Fraîche, aux Ivoiriens. Quand Dieu a été manifesté en chair en Jésus-Christ de Nazareth, dans une chair juive, le salut venait des Juifs. En ce temps prophétique de l’aube, Il est manifesté dans une chair ivoirienne, le salut vient des Ivoiriens. C’est ici la Manne    Fraîche, la Parole prophétique de ce temps prophétique de l’aube.

Jésus-Christ de Nazareth, qui était le Dieu Tout-puissant et        Tout-suffisant venu en chair, qui était aussi la révélation du grand mystère de la piété, a consacré douze disciples au service de Dieu. Comme vous pouvez le constater, Dieu manifesté en chair consacre aussi les hommes, Il les met à part pour le sacerdoce. C’est ainsi que le Fils de l’Homme, Dieu manifesté en chair, Jésus-Christ de Nazareth, a appelé, a choisi, et a mis à part douze hommes, afin qu’ils Le servent, et à travers Lui, Celui qui L’a envoyé. Vous voyez ! Le Père a consacré Son Fils unique pour le sacerdoce, Il L’a mis à part pour accomplir une œuvre particulière. Et Lui à Son tour, Il a consacré douze hommes. Quelle était la mission Divine du Fils unique de Dieu, du Fils de l’Homme par essence et par excellence, Jésus-Christ de Nazareth ? Sa mission, c’était de révéler le mystère de Dieu dont Il était l’unique révélation. Frères, Il était, Il est, et Il sera l’unique révélation du mystère de Dieu. Sa mission a aussi consisté à annoncer une Bonne nouvelle aux pauvres, à guérir ceux qui avaient le cœur brisé, à proclamer aux captifs la délivrance, aux aveugles le recouvrement de la vue. Il était aussi venu en chair pour être la victime expiatoire, et pour offrir Son corps pour l’abolition du péché. Par Sa mort et Sa résurrection, nous avons tous été justifiés une fois pour toutes. Il était, Il est, et Il sera toujours, l’unique révélation de l’amour de Dieu. En 1 JEAN 4 : 9,      l’Ecriture dit : «  L’amour de Dieu a été manifesté envers nous en ce que Dieu a envoyé Son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui. » Comprenez-vous le mystère de l’amour de Dieu ? C’est le don du Fils unique de Dieu par Dieu. Ce mystère, c’est la manifestation      visible du Dieu Invisible dans un corps de chair et de sang. Quand le Dieu Invisible est manifesté en chair, Il devient un Dieu visible, qu’on peut toucher. Jésus-Christ de Nazareth était, est, et sera la manifestation      visible, l’image visible du Dieu Invisible. Et Jésus-Christ venu en chair, a choisi douze hommes, qu’Il a consacrés pour le service Divin. Il les a mis à part pour annoncer l’Evangile du Royaume et pour accomplir, en Son Nom puissant, des miracles. Comment les a-t-Il consacrés ?

1) Par la Parole

2) Par la transmission du pouvoir Divin

Voici ce que dit l’Ecriture à ce sujet, dans MATTHIEU 10 : 1 : « Puis, ayant appelé ses douze disciples, il leur donna le pouvoir de chasser les esprits impurs, et de guérir toute maladie et toute infirmité. » Maintenant voici les noms des douze disciples : « Simon appelé Pierre, et      André, son frère ; Jacques, fils de Zébédée, et Jean, son frère ; Philippe, et Barthélemy ; Thomas, et Matthieu, le publicain ; Jacques, fils     d’Alphée, et Thaddée ; Simon le Cananite, et Judas l’Iscariote. »     Avez-vous remarqué que Judas le traite, était sur la liste de ceux que    Jésus appela, et à qui Il donna le pouvoir de faire les miracles ? Ô, les voies du Seigneur sont vraiment insondables. Comment le Seigneur qui savait depuis toujours que Judas était un démon et un fils de perdition, pouvait-Il l’appeler au ministère en Son Nom ? N’est-ce pas là de la     folie ? Oui, vous dis-je. Le Seigneur était fou quand Il choisissait ce fils du diable, quand Il l’oignait, quand Il le consacrait, et quand Il l’envoyait prêcher la Bonne nouvelle du Royaume des cieux, auquel il n’avait pas droit. C’est ici la folie de Dieu. Frères, Dieu est fou. Il est fou à lier. Sa folie est infiniment plus sage que la sagesse des hommes. Quand Dieu devient fou, Il fait des choses que les sages et les intelligents de ce monde ne comprennent pas, et ne pourront jamais comprendre. Quand Il devient fou, Sa sagesse surpasse celle des hommes. Quand Il devient fou, Sa sagesse atteint son paroxysme. Avant de choisir Judas, qui allait Le trahir, il a fallu que Jésus-Christ de Nazareth, devienne d’abord fou. Et Il devint fou. Souvenez-vous qu’Il a prié Son Père pendant toute la nuit, avant de choisir les douze apôtres. Pendant qu’Il priait, Dieu le Père Lui a révélé les douze qu’Il devait choisir. Lors de cette glorieuse révélation, Dieu  Lui-même devint fou. Quand cette folie de Dieu a frappé Son Fils unique, Celui-là aussi devint fou. Rempli de la folie de Dieu, Il n’a pas craint d’appeler ce démon à Son service, sachant que c’était le choix de Son  Père. C’est ici le mystère de Dieu consacrant même un démon pour le sacerdoce. Dans JEAN 6 : 70, Jésus dit à Ses disciples : « N’est-ce pas moi qui vous ai choisis, vous les douze ? Et l’un de vous est un démon ! Il parlait de Judas l’Iscariote. » Vous voyez ! Il a choisi un démon. Et Il a donné à ce démon de Judas, le pouvoir d’annoncer l’Evangile et de faire des miracles.

Comment Josué a-t-il été consacré ? Par la Parole révélée du    Seigneur que Moïse a reçue pour lui, et par l’imposition de sa main ? En prononçant la Parole prophétique sur lui, et en lui imposant la main,   Moïse l’a rendu participant de sa dignité, et de sa gloire. La dignité de Moïse, c’est la gloire. En imposant la main à Josué, Moïse, que Dieu a fait Dieu, a mis sur lui de sa gloire. Remarquez frères, que l’Esprit de Dieu était déjà en Josué, avant que Moïse ne lui imposât la main. Dieu a pris l’Esprit qui était en Moïse, qu’Il a fait Dieu, et l’a mis en Josué. Ce fut la première consécration de Josué. Il a été consacré pour la seconde fois quand Moïse lui a imposé la main. Frères, Dieu n’a pas mis Son    Esprit en Josué directement. Il a prélevé l’Esprit de Dieu qui était sur Moïse, qu’Il avait fait Dieu, et L’a mis sur lui. Il en est de même en ce temps prophétique de l’aube : Dieu a fait un homme Dieu. Il a mis en lui Son Esprit Saint. Il prend de Son Esprit qui est sur l’homme qu’Il a fait Dieu, et Le met en celui qu’Il agrée. Celui que Dieu a fait Dieu dans Sa volonté souveraine, est compétent, qualifié et habilité à consacrer les   autres pour le sacerdoce. Celui qu’il consacre au Nom du Seigneur       Jésus-Christ peut aussi recevoir un mandat indirect pour la consécration. Tout cela doit être fait conformément à la volonté de Dieu, et par la puissance du Saint-Esprit. En ce temps prophétique de l’aube, un seul homme a le pouvoir de vous consacrer dans la Manne Fraîche pour le sacerdoce. Une fois consacrés, vous pouvez consacrer les autres à votre tour. Mais, faites bien attention de ne rien faire de vous-mêmes.

Après la mort de Moïse, Dieu a parlé à Josué, lui révélant ce qu’il  devait faire : Passer le Jourdain, se fortifier, agir selon la loi de Moïse. Par ces Paroles Divines, Josué a été une fois encore consacré à Dieu. Frères, quand Dieu vous parle, c’est pour votre consécration. Puisqu’Il vous parle toujours, votre existence toute entière est une consécration.

Avant la prise de Jéricho, Josué a vu « le chef de l’armée de       l’Eternel. » Celui-là lui dit : « Ôte tes souliers de tes pieds, car le lieu sur lequel tu te tiens est saint. » En obéissant à cette Parole divinement     révélée, Josué se consacrait encore à son Dieu. Frères, notre obéissance à Dieu est une consécration. Se consacrer, ce n’est donc pas seulement le fait de jeûner. Qui peut consacrer ? L’homme que Dieu a fait Dieu, selon la volonté souveraine de Dieu. Avant que Dieu ne devienne un homme, un homme est devenu Dieu. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole. Est-il possible qu’un homme devienne Dieu ? Oui, cela est possible. Non seulement l’homme peut devenir Dieu, mais Dieu aussi peut devenir un homme. C’est ici le grand mystère de la piété que personne ne peut contredire.

Moïse, qui était prophète, a consacré Josué, qui était aussi prophète. En vérité, en vérité, il était prophète et plus que prophète. Il était donc Dieu, ayant été fait Dieu par Dieu. Ayant été fait Dieu par Dieu pour son âge, il avait le pouvoir de consacrer les prophètes et les sacrificateurs pour Dieu. Il a consacré Josué, afin qu’il ait part à sa dignité, et à sa gloire, mais aussi pour qu’il le remplace un jour. En lui imposant la main, Moïse l’a fait entrer dans son ministère, dans son rayonnement, dans sa dignité, dans sa gloire, dans sa Divinité, dans son Message et dans ses perfections invisibles. En lui imposant la main, il l’a élevé, sur ordre de Dieu, au rang de la Divinité, afin qu’il ait part à sa Divinité, sans être Dieu ; car un seul a été fait Dieu pour cet âge. C’était Moïse.

Moïse, l’homme fait Dieu par Dieu, selon l’Ecriture, avait aussi  reçu le mandat de la part du Dieu Tout-puissant et Tout-suffisant, de consacrer les sacrificateurs. C’est en effet, ce qui ressort de cette Parole de l’Ecriture, où Dieu dit à Moïse : « Tu en revêtiras (les tuniques)     Aaron, ton frère, et ses fils avec lui. Tu les oindras, tu les consacreras, tu les sanctifieras, et ils seront à mon service dans le                           sacerdoce. » (EX. 28 : 41). Oindre quelqu’un, c’est le mettre à part pour le service Divin dans le sacerdoce. Le mot ‘’consacrer’’ et le mot ‘’sanctifier’’ signifient la même chose. Tous ceux que Moïse mettait à part pour le service Divin dans le sacerdoce, étaient purs et séparés du mal, car Dieu est pur et saint. Il a oint, consacré et sanctifié Aaron et ses fils pour Dieu pour qu’ils accomplissent des tâches bien précises et bien définies : Offrir les sacrifices et les parfums à Dieu. Enseigner la loi au peuple. Consulter Dieu pour les hommes. Si Dieu le veut, je vais procéder à la consécration et à la sanctification de quelques frères et sœurs, qui     seront mis à part pour accomplir des œuvres bien précises au Nom du  Seigneur Jésus-Christ. Ils seront mis à part pour exercer les ministères de la Parole et les dons spirituels. Ceux que le Seigneur choisira de Sa seule autorité, et révélera, pourront baptiser avec moi. Des dirigeants seront aussi consacrés à Dieu. Si Dieu le veut, je consacrerai aussi des sœurs qui ont de l’expérience et qui ont fait leurs preuves, afin qu’elles assistent les autres, les exhortent par la Parole à être toujours soumises aux autorités de l’Eglise, à leurs époux, et par-dessus tout à notre bien-aimé Seigneur. Elles ont le droit de leur enseigner la Parole, sans pour autant exercer les ministères de la Parole, qui sont réservés aux hommes. Elles peuvent organiser et décréter des moments de jeûne collectif, après avoir consulté leurs responsables, qui seront chargés d’aviser frère Christ-Moïse le Fils de l’homme. Elles peuvent prendre l’initiative d’organiser des séminaires de perfectionnement des saints, tout en se soumettant aux règles établies. Qu’il me soit permis de demander aux pasteurs et aux anciens de rappeler ces choses aux sœurs qui seront consacrées comme responsables des  femmes. Ils  doivent veiller à ce qu’elles se mettent au travail pour la  cause du Seigneur. Il n’y a pas de temps à perdre, car le jour approche. Les anciens et les prédicateurs qui ont fait leurs preuves seront aussi consacrés.


QUI PEUT CONSACRER ? : LES PROPHETES ET LES  DOCTEURS

Dans ACTES 13 : 1-4, l’Ecriture parle de l’Eglise d’Antioche où il y avait des prophètes et des docteurs : Barnabas, Siméon appelé Niger, Lucius de Cyrène, Manahen, qui avait été avec Hérode le tétrarque, et Saul. « Pendant qu’ils servaient le Seigneur dans leur ministère et qu’ils jeûnaient, le Saint-Esprit dit : Mettez-moi à part Barnabas et Saul pour l’œuvre à laquelle je les ai appelés. Alors, après avoir jeûné et prié, ils leur imposèrent les mains, et les laissèrent partir. Barnabas et Saul, envoyés par le Saint-Esprit, descendirent à Séleucie, et de là ils s’embarquèrent pour l’île de Chypre. » Ici, trois consécrations se dégagent de cette Parole de l’Ecriture : La première consécration a consisté en la révélation de la Parole de Dieu par le Saint-Esprit, qui dit : Mettez-moi à part Barnabas et Saul. Par cette Parole prophétique, ces deux hommes ont été mis à part par le Seigneur Lui-même. La deuxième consécration a eu lieu lorsque les prophètes et les docteurs ont imposé les mains à ces deux hommes. La troisième consécration s’est faite par le jeûne et la prière. En effet, par le jeûne et la prière, ces hommes de Dieu se sont mis à part pour le service Divin dans le sacerdoce. Qu’il me soit maintenant permis de parler un peu plus d’un homme : Siméon appelé Niger. Le nom ‘’Niger’’ signifie noir. Par conséquent ce Siméon était noir. Il y avait donc un noir parmi les prophètes et docteurs de l’Eglise de Dieu qui était à Antioche. Dieu, qui n’a pas oublié les noirs, a mis à part un noir, Siméon appelé  Niger, afin qu’il ait part à la dignité des prophètes et des docteurs. Ce noir était parmi ceux qui avaient imposé les mains à ceux que le Saint-Esprit choisit pour une mission particulière. Le même Dieu qui a choisi un noir pour Le servir dans le sacerdoce, choisit toujours des noirs. En ce temps prophétique de l’aube, Il a appelé, choisi et consacré un noir, un noir africain, Dieu, Fils de l’homme et Moïse. Je vous le dis : En vérité, en vérité, Dieu n’a pas oublié l’Afrique. N’a-t-Il pas fait séjourner les enfants      d’Israël en Afrique pendant des centaines d’années ? Lors de la délivrance de Son peuple de la servitude du Pharaon, Dieu est descendu Lui-même dans le pays d’Egypte en la personne de Moïse, qu’Il a fait Dieu. Cet homme, Moïse, n’était pas Dieu Lui-même, mais Dieu Lui-même était en lui, afin d’accomplir une œuvre de rédemption en Afrique. Quand l’enfant Jésus était en danger en Israël à cause du roi Hérode, qui voulait le faire mourir, « un ange du Seigneur apparut en songe à Joseph, et dit : Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, fuis en Egypte, et restes-y jusqu’à ce qui je te parle ; car Hérode cherchera le petit enfant pour le faire mourir. » Vous voyez ! C’est en Egypte, en Afrique, que la Parole faite chair, Jésus de Nazareth, le Fils unique de Dieu, Dieu devenu homme, a trouvé refuge. Ce Seigneur Jésus-Christ a été élevé à la perfection par la mort qu’Il a soufferte, et est monté au plus haut des cieux, où Il est assis à la droite de la majesté Divine. Peut-Il oublier l’Afrique Sa terre de refuge ? Frères, Il n’a pas oublié l’Afrique, qui est un continent qu’Il a souverainement mis à part pour Son œuvre. En ce temps prophétique de l’aube, Il a choisi et consacré la Côte d’Ivoire pour nous révéler la Manne Fraîche, la Parole prophétique destinée à notre perfection. Aujourd’hui, cette Parole de l’Ecriture s’accomplit en Côte d’Ivoire : « … Comme l’éclair part de l’orient et se montre jusqu’en occident, ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme. En quelque lieu que soit le cadavre, là s’assembleront les aigles. » C’est à Bouaké, que j’ai entendu la Voix du Seigneur me disant : « Fils de l’homme, lis   Luc 4 : 18. » Ce jour-là, l’éclair qui autrefois était sorti de l’orient, entra en moi, et devint chair en moi. Ce jour-là, l’éclair s’est montré, il s’est   révélé en occident dans une chair noire. Or, la manifestation de l’éclair est semblable à l’avènement du Fils de l’homme en occident. La Côte d’Ivoire, sur le plan géographique et prophétique, est en occident. Le Fils de l’Homme est donc en Côte d’Ivoire en la modeste personne de Christ-Moïse. Ce Christ-Moïse, que Dieu a fait Fils de l’homme, est devenu une pierre d’achoppement et un rocher de scandale pour ceux qui se perdent. Mais, pour nous, c’est une bénédiction du ciel. En ce temps prophétique de l’aube, il est la pierre que ceux qui bâtissent ont rejetée. Cette pierre, est devenue la principale de l’angle dans l’édification de l’Epouse Ivoirienne, Jésus-Christ      Lui-même étant l’unique Pierre angulaire de l’Epouse universelle. Il n’est donc pas la Pierre angulaire par essence et par excellence, mais une pierre essentielle dans la construction de l’édifice spirituel. Et cette pierre essentielle est une pierre angulaire. Dieu n’a pas oublié l’Afrique, car Il nous a envoyé le Fils de l’homme que nous devons voir, en qui nous devons croire, pour avoir la plénitude de la Vie éternelle. En voyant ce Fils de l’homme qu’Il a mis à part pour le sacerdoce, c’est Jésus-Christ l’unique Fils de l’Homme que nous voyons. En croyant en lui, c’est en Jésus-Christ l’unique Fils de l’Homme que nous croyons. Frères, Dieu a tant aimé les ivoiriens, qu’Il a donné Son Fils, afin que quiconque croit en lui, ait la plénitude de la Vie éternelle. Dans JEAN 4 : 22, Jésus de      Nazareth dit : « Le salut vient des juifs. » Le salut vient des Juifs, en ce sens que Dieu, le Salut par essence et par excellence, a été manifesté en chair, en devenant un Juif. Du temps de l’apôtre Pierre, le Salut venait toujours des Juifs, car il détenait les clés du Royaume des cieux et les Paroles de la Vie éternelle. Du temps de l’apôtre Paul, le Salut venait toujours des Juifs, parce que le Seigneur fit de lui, la Lumière des nations. Aujourd’hui, en ce temps prophétique de l’aube, de qui vient le Salut ? Le salut vient des ivoiriens. C’est ici la Manne Fraîche. Je suis parfaitement conscient de la gravité de ce que je viens de dire, et de la vive protestation qui s’élèvera du milieu des chrétiens. Mais, je vais le répéter :              Aujourd’hui, le Salut vient des ivoiriens, car Dieu, qui est l’unique Source du Salut, a fait Dieu un ivoirien. Ayant été fait Dieu par Dieu, il ne peut être qu’une source du salut. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole. Et il est une source du Salut et de la Vie éternelle pour tous ceux qui sont prédestinés à avoir  cette Vie. Dans 1 PIERRE 1 : 5, l’apôtre Pierre parle du Salut prêt à être révélé dans les derniers temps. De quel salut parle-t-il encore, alors que Jésus-Christ l’unique Salut a déjà été révélé au monde ? Il parle du même Salut : Jésus-Christ. La première fois, ce Salut, a été  révélé par Jésus-Christ de Nazareth dans le premier jour du Fils de l’Homme. Dans le deuxième jour du Fils de l’Homme, qui s’accomplit dans les nations en ces derniers jours, le Salut, qui est Jésus-Christ, est révélé, non pas par Jésus-Christ de Nazareth, mais par des hommes que le Seigneur a fait Christs. Ces Christs ont pour mission de nous révéler le Salut : Jésus-Christ crucifié, Jésus-Christ ressuscité, Jésus-Christ homme, Jésus-Christ Dieu, Jésus-Christ Dieu Tout-puissant et Tout-suffisant,   Jésus-Christ le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs. Ces Christs, mis à part pour le service Divin particulier, paraissent, chacun pour sa part dans chaque âge, selon le bon plaisir de la volonté de Dieu. Souvenez-vous du mystère des quatre derniers temps prophétiques, qui sont : Le soir, minuit, l’aube et le matin. Au cours de ces quatre derniers temps prophétiques, qui sont des temps consacrés à Dieu, le Salut prêt à être révélé, se révèle effectivement au travers des Christs, mis à part pour cette      œuvre. Ces Christs ont fait l’expérience de la crucifixion avec Christ de façon particulière. Ces Christs sont des Fils de l’homme, ayant été faits Dieux par Dieu. Ces Christs sont la manifestation visible et corporelle du Salut, comme Jésus-Christ de Nazareth en fut la plénitude de la manifestation visible et corporelle. Le Salut prêt à être révélé dans les derniers temps, n’est absolument pas une vue de l’esprit ; c’est un homme. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole. Au temps prophétique du   soir, et de minuit, le Salut prêt à être révélé, a été révélé. Tous les élus, prédestinés à recevoir le Salut, qui est Jésus-Christ, dans ces temps prophétiques, L’ont reçu, en voyant le Salut de leur âge manifesté en chair. Après ces deux temps prophétiques, vient un autre temps prophétique : Le temps prophétique de l’aube. En ce temps prophétique de l’aube, que Dieu a mis à part pour la perfection des saints, le Salut prêt à être révélé, doit être aussi   révélé. Et il est révélé au fur et à mesure que la Rosée de l’Hermon, la Rosée matinale s’évapore. Les chrétiens lisent toujours la Bible, mais ils ne se sont jamais demandé ce que voulait dire la Parole de l’Ecriture qui est écrit dans 1 PIERRE 1 : 5. Ils ne se sont jamais demandé de quel   Salut parle encore cette Parole de l’Ecriture. Frères, il n’y a qu’un seul Salut. C’est Jésus-Christ, le Dieu Tout-puissant et Tout-suffisant, le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs et le Dieu des dieux. Ce Jésus-Christ a été prêché par Jésus-Christ de Nazareth, puis par Pierre, Jean et Paul. A travers les âges de l’Eglise, Il a été prêché par d’autres hommes de Dieu. En ce temps prophétique de l’aube Il est encore prêché par  frère Christ-Moïse, que Dieu a fait Dieu et Fils de l’homme. Du temps de Jésus-Christ de Nazareth, Dieu est devenu un Juif. Il était donc Juif. En ce temps prophétique de l’aube, où un homme a été fait Moïse, Dieu est devenu un ivoirien. Il est donc ivoirien. C’est pourquoi le Salut vient des ivoiriens. Frères, c’est seulement à vous que je parle de la part du  Seigneur, car vous êtes des aigles. Les faucons ne comprennent pas ma parole. Vous, vous la comprenez et vous la recevez parce que vous êtes les aigles, accomplissant la Parole de l’Ecriture qui dit : « En quelque lieu que soit le cadavre, là s’assembleront les   aigles. » Dans toute l’histoire de l’Eglise, c’est la première fois qu’un homme révèle le mystère du cadavre de MATTHIEU 24 : 28. Cet    homme, étant noir, ne peut être  reçu, parce que tout le monde cherche ce qui vient des blancs. La révélation du mystère du cadavre est donnée à un noir africain, en ce temps prophétique de l’aube. Ce mystère du cadavre est étroitement lié à l’avènement du Fils de l’homme. Les deux sont un. Le mystère du cadavre nous renvoie au mystère de la crucifixion avec Christ. Or, qui parle du salut, parle de crucifixion. Qui parle de crucifixion, parle du salut. Qui parle du cadavre selon MAT. 24 : 28, parle aussi de crucifixion. La crucifixion de ce cadavre est une source de salut, car il a été crucifié avec Christ, l’unique Salut. Les évangéliques et les pentecôtistes demandent les signes, les branhamistes, les catholiques, les méthodistes, les saints des derniers jours cherchent la sagesse ; nous, nous prêchons Christ crucifié dans les derniers temps ; scandale pour les uns, et folie pour les autres, mais pour nous qui sommes sauvés et saints, c’est une puissance de Dieu. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole. Frères, n’est-il pas écrit dans leur Bible : En quelque lieu que soit le cadavre, là s’assembleront les aigles ? Vous voyez ! Ils lisent, mais ne comprennent pas ce qu’ils lisent, car Dieu les a aveuglés, en leur envoyant un esprit d’égarement.

Qui peut consacrer ? Il y a les prophètes les docteurs, comme nous l’avons déjà vu. Mais il y a aussi les apôtres, les pasteurs, les évangélistes, et les anciens agissant sous le mandat du Fils de l’homme de l’âge. C’est ce Fils de l’homme, qui engendre les prophètes, les apôtres, les docteurs, les évangélistes, les pasteurs, les anciens. C’est lui qui leur donne mandat pour consacrer. Qui peut être consacré ? Tout enfant de Dieu.

Que Dieu vous bénisse !

Je vous aime

A bientôt !

FRERE CHRIST-MOISE, LE FILS DE L’HOMME

Mise à jour le Samedi, 12 Septembre 2015 07:20
 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix