Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 17 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
304
Hier :
467
Semaine :
1277
Mois :
771
Total :
3678461
Il y a 7 utilisateurs en ligne
-
7 invités


LA ROSEE DE L’HERMON PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Samedi, 12 Septembre 2015 07:20

Message prêché le 03 Janvier 2014, au Tabernacle Le Chandelier d’or ; Yopougon-Selmer ; Abidjan ; RCI. Matin.

Paroles de Frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme, que Dieu lui a données pour la perfection des saints.

Bonjour. Nous sommes au troisième jour de l’an 2014, par la grâce de Dieu. Nous ne cesserons jamais de Le louer pour tout ce qu’Il fait pour nous, dans Sa grande bonté. Je prie qu’Il vous donne plus d’Onction, de joie, de paix et de bonheur.

Je voudrais encore exhorter les sœurs qui sont frappées de stérilité, à rester toujours positives, tout en croyant au Seigneur Jésus-Christ, en nous et en elles-mêmes, car telle est la volonté de Dieu pour nous tous. Je sais que l’apôtre Paul dit, dans 1 TIMOTHEE 2 : 15, que la femme sera sauvée en devenant mère, si elle persévère avec modestie dans la foi, la charité et la sainteté. Mais, soyez tranquilles, précieuses sœurs de la  Manne Fraîche, car nous n’entérinons pas cette parole. M’avez-vous bien compris ? Je n’entérine pas ce que le grand et puissant apôtre Paul dit. Ce qu’il dit est écrit dans la Bible, seulement dans la Bible, et non dans la véritable Parole de Dieu. C’est pourquoi, je ne peux l’entériner. Ce qu’il dit n’est pas écrit dans la Manne Fraîche, la Parole prophétique de ce temps prophétique de l’aube. C’est seulement écrit dans son Evangile. Vous pouvez avoir plus de connaissance que moi, mais si je ne les entérine pas, elles ne peuvent en aucun cas nous concerner. Dieu nous a fait don  d’une Parole prophétique, la Manne Fraîche. Nous ne pouvons dire que ce qu’elle dit, et ce qui est révélé en elle, et par elle. Quelqu’un peut dire qu’il a un ministère, ce qui est très bien. Mais, s’il n’est pas entériné par la Manne Fraîche et par le Fils de l’homme, ce ministère ne peut en aucun cas nous concerner. Frères, je le répète, par le Saint-Esprit, par la puissance de la Parole, et par le Nom Tout-puissant et Tout-suffisant de Jésus-Christ : Je n’entérine pas cette parole de l’apôtre Paul.

Que signifie le mot ‘‘entériner’’ ? C’est rendre valable, c’est admettre quelque chose comme valable. Vous voyez ! Je n’admets pas la parole de Paul concernant le salut de la femme, comme valable dans le temps prophétique dans lequel nous sommes. Je ne dis pas qu’elle n’est pas valable, mais je dis qu’elle ne l’est pas pour nous. Elle est peut-être valable pour les femmes de son temps, mais pas pour celles de mon temps. D’après cette parole paulinienne, cette parole de Paul, pour être sauvée, la femme doit faire de bonnes œuvres : Faire des enfants, et persévérer avec modestie dans la foi, la charité et la sainteté. Précieuses sœurs de la Manne Fraîche, votre Salut est un don gratuit de Dieu, que vous avez reçu, non par les œuvres, mais par la foi en notre bien-aimé Seigneur Jésus-Christ. Sœurs d’élite, vous êtes sauvées uniquement par la grâce de Dieu, et par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. Comme vous êtes déjà sauvées, et que vous êtes l’ouvrage de Dieu, ayant été créées en Jésus-Christ, je vous exhorte à pratiquer les bonnes œuvres que Dieu a d’avance préparées pour vous, à persévérer avec modestie dans la foi, la charité et la sainteté. Avez-vous remarqué que ces quatre choses, la modestie, la foi, la charité et la sainteté sont les fruits du  Saint-Esprit ? Une femme qui n’est pas sauvée, et en qui Christ et Sa Parole ne résident pas, peut-elle vraiment produire ces fruits-là ? Frères, enseignez ce que je vous enseigne par la Manne Fraîche, afin que nos sœurs qui sont dans l’attente de la délivrance de la stérilité, ne soient point troublées. Dites-leur qu’en ce temps prophétique de l’aube, pour être sauvées, il leur faut voir le Fils de l’homme et croire en lui. Dites-leur que le fait de devenir mère, n’a rien avoir avec leur salut, car elles sont sauvées par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ le Sauveur. Dites-leur également que je ne suis pas venu pour abolir le message de Paul, mais pour        l’accomplir. N’oubliez pas de leur dire que Paul n’est pas le prophète que Dieu leur a envoyé en ce temps prophétique de l’aube, mais frère      Christ-Moïse. Rappelez-leur que frère Christ-Moïse est l’incarnation du mystère du cadavre de MAT. 24 : 28. Frères et sœurs, que votre cœur ne se trouble point. Croyez au Seigneur Jésus-Christ le Dieu Tout-puissant et    Tout-suffisant, et croyez aussi en moi. Que Son Nom soit béni !

Voice le thème de ce matin : LA ROSE DE L’HERMON. Nous  allons maintenant prendre nos Bibles, afin de méditer ce qui est écrit dans PSAUMES 133 : 1-3 « Voici, oh !Qu’il est agréable, qu’il est doux pour des frères de demeurer ensemble ! C’est comme de l’huile précieuse qui, répandue sur la tête, descend sur la barbe, sur la barbe d’Aaron, qui descend sur le bord de ses vêtements. C’est comme la rosée de l’Hermon, qui descend sur les montages de Sion ; car c’est là que     l’Eternel envoie la bénédiction, la vie, pour l’éternité. » Le fait de demeurer ensemble, de tout faire ensemble, est quelque chose d’agréable, de doux et de merveilleux, pour nous. Mais, où pouvons-nous demeurer ensemble ? Ô, frères, voyez-vous ce que je vois ? Où pouvons-nous demeurer ensemble aujourd’hui ? N’est-ce pas dans la Manne Fraîche, la seule et unique Parole prophétique de ce temps de l’aube ? Ô, frères, comprenez les Ecritures et la puissance de Dieu. Au temps de Jésus-Christ de  Nazareth, où pouvait-on demeurer ? Dans Son Evangile, dans Son     Message. Tous les Juifs qui étaient restés attachés au Message de Moïse, étaient perdus, morts. Avant le Seigneur, où pouvait-on demeurer ? Dans le Message prophétique de Jean-Baptiste, qui était l’Elie qui devait venir, d’après MAT. 11 : 14. Le Seigneur dit de lui, qu’il était prophète, et plus que prophète. Qu’est-ce à dire, sinon qu’il a été fait Dieu par Dieu. En son temps, on pouvait demeurer dans son Message, qui était la nourriture spirituelle en ce temps-là ; Quelque chose m’a toujours émerveillé dans son ministère. De quoi s’agit-il ? Avant sa naissance, l’ange Gabriel a donné une révélation prophétique à son sujet : « Il marchera devant Dieu avec l’esprit et la puissance d’Elie. » (LUC 1 : 17). Cette Parole prophétique a-t-elle été accomplie en Jean-Baptiste ? A-t-il vraiment marché devant Dieu avec l’Esprit et la puissance d’Elie ? A-t-il fait tomber le feu du ciel comme Elie ? Non. A-t-il vraiment marché devant Dieu avec l’Esprit et la puissance d’Elie ? Je crois que oui, même s’il n’a pas fait exactement ce  qu’Elie a fait. Quand le roi Hérode, a envoyé ses soldats mettre           Jean-Baptiste, qui était revêtu de l’Esprit et de la puissance d’Elie, aux arrêts, celui-là n’a pas invoqué le feu. Vous voyez pourquoi je vous     demande de faire beaucoup attention lorsqu’il s’agit d’une Parole prophétique, qui n’obéit à aucune logique scientifique et mathématique?

Où demeuraient les disciples de Jean-Baptiste, avant la manifestation de Jésus-Christ, le Fils de l’Homme par essence et par excellence ? Dans son Message prophétique. Ce Message prophétique et lui, étant un, nous pouvons affirmer, par le Saint-Esprit, qu’ils demeuraient en        Jean-Baptiste le prophète qui était plus que prophète. Le jour où il a dit : « Voici l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde », ses disciples ont   quitté leur première demeure, afin de demeurer désormais en Jésus-Christ et dans Son Message. Ces disciples avaient suffisamment de discernement spirituel pour suivre le mouvement de l’Esprit. Leur attachement à la   personne de Jean-Baptiste, ne les a pas empêchées de suivre Jésus-Christ. Jean-Baptiste était encore en vie quand ses disciples le quittèrent pour   suivre Jésus qu’il venait de leur présenter, en disant : « Voici  l’agneau   de Dieu qui ôte le péché du monde. C’est celui dont j’ai dit : Après moi vient un homme qui m’a précédé, car il était avant             moi » (JEAN 1 : 29-30). En JEAN 1 : 35, l’Ecriture dit que deux de ses disciples ont suivi Jésus. Aujourd’hui, il y a des gens qui restent attachés à des morts, incapables qu’ils sont de suivre le mouvement de l’Esprit. Ils sont attachés à Branham, qui est mort, et avec lui, son Message. Ils sont attachés à Luther, à Wesley, qui sont aussi morts, et avec eux, leur     Message. Frères, à moins que nous n’entérinions leurs Messages, ils n’auraient plus de vie en eux. Jean-Baptiste a annoncé et présenté                Jésus-Christ, assurant ainsi sa succession. Au temps du soir, frère      Branham a annoncé la venue du Moïse de Dieu et d’un nouveau Message, qui allait apporter une nouvelle chose. Ce Moïse de Dieu, n’ayant aucun discernement spirituel, et étant aveuglés par l’éclat d’une lumière passée, beaucoup de gens sont incapables de voir en lui le Fils de l’homme, et de croire en lui. Ils sont incapables de voir ce Moïse de Dieu et de comprendre le nouveau Message.

Frères, où pouvons-nous demeurer ensemble aujourd’hui ? Dans le Message de Jésus-Christ de Nazareth ? Non, vous dis-je, à moins que nous l’entérinions. Ô, quelle parole ! Qui peut l’accepter ! Pouvons-nous demeurer ensemble dans le Message de l’apôtre Pierre, qui avait reçu les clés du Royaume des cieux ? Non, vous dis-je. Pouvons-nous demeurer ensemble dans le Message de Paul, qui dit avoir posé le fondement comme un sage architecte ? Non, vous dis-je, à moins que nous l’entérinions. Il n’a fait que poser le fondement. Mais il n’a pas bâti dessus. Pouvons-nous aujourd’hui, demeurer ensemble dans son Message, alors que depuis deux mille ans, Dieu a envoyé d’autres prophètes pour bâtir Sa maison ? Non, vous dis-je. Nous ne sommes pas venus pour poser le fondement, mais pour bâtir là-dessus. Et nous aimerions de loin demeurer ensemble dans le Message de celui qui bâtit aujourd’hui, que de demeurer dans le message de Paul. Celui qui bâtit aujourd’hui, est aussi venu avec un   Message, une Parole prophétique, la Manne Fraîche. Cette Manne, c’est aussi le fondement des apôtres et des prophètes, et plus que ce fondement ; car nous sommes venus renforcer la construction avec un matériau plus solide et plus lourd. Quand Paul dit, par exemple, que la femme sera sauvée en devenant mère et en persévérant dans la modestie, la charité, la sainteté, et la foi, c’est quelque chose qui a beaucoup affaibli le fondement qu’il a posé. Il faut donc extraire cette pierre, et la faire remplacer par une autre, plus solide et plus vivante. C’est là notre mission, un aspect de notre mission. Quand frère Branham dit, par exemple que Judas est sauvé et sanctifié, c’est quelque chose qui a mis en mal la construction de l’édifice spirituel. Nous sommes venus pour ôter cette chose diabolique, et la faire remplacer par quelque chose de divin. Nous avons une double mission : Détruire et reconstruire. On se demande toujours pourquoi le Seigneur tarde à venir enlever Son Epouse. Voici l’une des raisons : Celui qui a posé le fondement, l’apôtre Paul, ne l’a pas fait avec exactitude. En outre, quelques-uns parmi ceux qui sont chargés de bâtir sur le fondement, n’ont pas fait leur travail comme il le faut. Ce qui fait que nous sommes dans un perpétuel recommencement, bien que la construction avance, par la grâce de Dieu. A quel niveau sommes-nous aujourd’hui, dans la construction de la maison de Dieu, qui est l’Epouse ? Nous sommes dans le temps où la maçonnerie spirituelle est renforcée par une expertise Divine avisée. Frères, nous sommes au chaînage haut. Il s’agit bien sûr de chaînage sur le plan spirituel. Après ce chaînage, la construction se poursuivra au temps prophétique du matin. Elle sera complètement achevée en ce temps-là. Alors viendra la Pierre faîtière qui couronnera le reste du corps de Christ. L’apôtre Pierre a fait les fouilles, en ce qui concerne l’Eglise des nations, l’apôtre Paul a posé le fondement. Nous, nous bâtissons là-dessus, par la grâce de Dieu. Où pouvons-nous donc demeurer ensemble ? Dans le fondement ou dans le chaînage haut ? Je laisse à chacun de vous le soin de répondre à cette question capitale.

Où pouvons-nous demeurer ensemble aujourd’hui ? Autour de l’incarnation du cadavre de MAT. 24 : 28. C’est là le seul lieu d’adoration choisi par Dieu, en ce temps prophétique de l’aube. Toute adoration dans  un autre lieu ne saurait être agréable à Dieu. La véritable adoration se  passe autour de ce cadavre, où il y a de la chair fraîche et du sang frais du Fils de l’homme. Le fait d’être ensemble, est non seulement agréable et doux, mais c’est aussi le symbole de l’huile, qui, elle aussi, représente le Saint-Esprit, l’Onction. L’huile répandue sur la tête d’Aaron descend sur sa barbe et sur ses vêtements. C’est de cette manière que  l’Onction, que Dieu répand sur nos têtes, agit. Elle descend sur tout notre corps et dans tout notre être. Ainsi, nous en sommes imbibés, imprégnés ; nous sommes entièrement immergés là-dedans, à telle enseigne que nous sommes confondus en elle. Elle et nous, devenons un, selon le bon plaisir de la volonté de Dieu. Frères, en cette nouvelle année, que Dieu nous oigne encore plus de cette huile précieuse et sainte, qui descend du Lieu très saint, afin que nous soyons puissants en paroles et en actes. A la veillée du 31      décembre 2013, j’ai prêché sur le thème : Depuis que tu existes, as-tu commandé au matin, d’après JOB 38 : 12. Lors de cette prédication, je vous ai dit que notre responsabilité, c’est de commander au matin, au jour, à la semaine, au mois, à l’année, à tout ce qui vit et respire, par le Nom Tout-puissant et Tout-suffisant de Jésus-Christ. Il ne s’agit pas de prier, en disant au Seigneur : Seigneur, fais ceci, fais cela pour moi. Mais, il s’agit de commander nous-mêmes, d’ordonner nous-mêmes en invoquant le Nom de Jésus-Christ. Frères, cela ne peut être possible que si nous sommes véritablement remplis de cette Huile de Joie, qu’est le   Saint-Esprit. Dans PSAUMES 23 : 5, David dit à Dieu : « Tu oins d’huile ma tête, et ma coupe déborde. » De quelle coupe s’agit-il ? De la coupe d’Onction, de puissance Divine, de joie, de paix, et de toutes sortes de bénédiction. Il en est de même en ce qui nous concerne, nous qui sommes en Jésus-Christ, nous qu’Il a oints de Son Esprit : Quand Il oint notre tête de cette Huile précieuse, du Saint-Esprit, nous devenons une nouvelle création remplie de puissance de résurrection, d’autorité Divine, du pouvoir surnaturel, de bonheur, de joie, de paix, d’amour. Frères, c’est pourquoi, soyons toujours remplis du Saint-Esprit. C’est par le Saint-Esprit, qui est en nous, que nous pouvons tout par celui qui nous fortifie. Par la puissance du Saint-Esprit, nous pouvons commander à toute la création de se soumettre à nous, au Nom de Jésus-Christ. Le Saint-Esprit, cette glorieuse Personne du Seigneur Jésus-Christ, nous enflamme pour l’œuvre du ministère, vivifie en nous la Parole de Dieu, et la met en action dans la puissance de résurrection, nous inspire, nous dirige pendant la prédication, tout en révélant les mystères du Royaume des cieux. Pourquoi David dit qu’il ne craint aucun mal quand il marche dans la vallée de l’ombre de la mort ? C’est parce que Dieu est avec lui, mais non seulement cela, il l’a oint du Saint-Esprit. Avant d’affronter le redoutable Goliath, le jeune   David a confessé d’avance sa victoire, en disant : « Aujourd’hui,  l’Eternel te livrera entre mes mains, je t’abattrai et je te couperai la   tête... » Vous voyez ! Avant l’affrontement, il a annoncé d’avance ce qui allait arriver à Goliath, avec foi et autorité. Il avait foi en Dieu, foi en l’Onction Divine qu’il a reçue de la part du Seigneur, et il avait aussi foi en lui-même.  Avez-vous remarqué qu’il a fait preuve d’audace, en allant affronter Goliath, et en lui parlant de la sorte. Avoir la foi en Dieu, est une bonne chose, mais si nous n’avons pas d’audace, nous ne verrons pas la gloire de Dieu. Nous pouvons avoir le Saint-Esprit, et avoir foi en nous-mêmes, mais si nous manquons d’audace, rien ne se fera. David avait foi en Dieu, en son   Onction, et en lui –même. Mais il avait aussi foi aux différentes expériences qu’il a faites quand il gardait le troupeau de son père. A mains nues, il a affronté le lion et l’ours, et les a vaincus ; Vous voyez ! Il était très courageux. Dieu ne peut nous utiliser puissamment que si nous sommes aussi courageux que lui. L’Onction est là, mais nous devons   aussi faire montre de courage et d’audace.

Confessons notre victoire en Jésus-Christ, avant de passer à l’acte.

Considérons maintenant ce que Jésus a dit devant le sépulcre de Lazare, qui était mort et enterré depuis quatre jours. Il dit : « Père, je te rends grâces de ce que tu m’as exaucé… » (JEAN 11 : 41). Avant de commander au mort de sortir du tombeau, il a rendu grâce au Père, parce qu’Il L’avait déjà exaucé. C’est là l’un des secrets de la réussite en  Jésus-Christ : Remercier Dieu d’avance, avant même de demander quelque chose. Après avoir rendu grâces, le Seigneur a commandé au mort, en disant : Lazare, sors. Frères, Il n’a pas dit : Père, s’il te plaît, daigne ressusciter Lazare. Mais il a dit : Lazare, sors. Il a pris Ses responsabilités devant l’adversité. Nous aussi, nous devons prendre nos responsabilités en commandant au Nom Tout-puissant et Tout-suffisant de Jésus-Christ. On me dira peut-être : Frère Christ-Moïse, Jésus-Christ est né sans péché, et Il est Dieu, c’est pourquoi Il a pu faire cela. Très bien, frères. Ne parlons plus du Seigneur. Parlons de l’apôtre Pierre, un homme de la même nature que nous. Il dit au boiteux : « Je n’ai ni argent, ni or ; mais ce que j’ai, je te le donne : Au Nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi, et marche. » Frères, cet homme de la même nature que nous, n’a pas prié, en disant : Seigneur Jésus-Christ, guéris le malade. Mais il a commandé, tout en prenant ses responsabilités. Il a ordonné au boiteux de se lever et de marcher, au Nom de Jésus-Christ. Cherchons à atteindre cette dimension spirituelle où nous pourrons aussi commander au Nom de Jésus-Christ. Ayons foi en Jésus-Christ, et en  nous-mêmes. Et soyons audacieux, tout en faisant preuve de courage. Pour pouvoir entrer dans cette dimension spirituelle, il nous faut absolument être remplis du Saint-Esprit. L’Huile sainte doit couler sur nous, en nous, et de nous. Ce n’est pas un péché de demander au Seigneur d’agir, mais nous voulons simplement expérimenter quelque chose d’autre. Quand le Seigneur devait mourir des milliers de personnes avec cinq pains et deux poissons, il n’a pas dit à Son Père de faire quelque chose. Mais il a rendu grâces, et le miracle a été accompli.

En 2001, quand j’étais encore en fonction au centre culturel Jacques Aka de Bouaké, je voulus éprouver ma foi. Après avoir lu le récit du figuier maudit par Jésus, je suis allé vers un arbuste auquel j’ai ordonné de sécher ; Le lendemain, il n’a pas séché. D’ailleurs, il n’a jamais séché. J’ai alors compris qu’il me manquait quelque chose : la foi surnaturelle. J’ai échoué parce que je n’avais qu’une foi naturelle. J’étais sincère, mais je n’avais pas la foi de Jésus, qui est une foi surnaturelle. A travers cet échec, le Seigneur m’a enseigné beaucoup de choses. Depuis lors, je n’ai qu’une préoccupation : Bâtir sur cet échec. J’avais de l’audace, mais je n’avais pas la foi surnaturelle.

Dans MAT. 10 : 1, le Seigneur donne à Ses disciples le pouvoir de chasser les esprits impurs, et de guérir toute maladie et toute infirmité. Il leur dit : « Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les     lépreux, chassez les démons. » (MAT. 10 : 8). Qui doit guérir les malades, ressusciter les morts, purifier les lépreux et chasser les démons ? Lui ou les disciples ? Ce sont les disciples. Il ne leur dit pas : Demandez-moi de guérir les malades, de chasser les démons, de purifier les lépreux et chasser les démons ? Il leur dit de faire ces choses eux-mêmes, en prenant  leurs responsabilités, et en commandant. Dans MARC 16 : 17, Il nous dit : « Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : En mon nom, ils chasseront les démons, … ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guéris… » Vous voyez ! C’est nous qui devons faire ces choses, en invoquant le Nom du Seigneur. Il ne faut donc pas dire au Seigneur de chasser les démons pour nous. Nous devons les chasser nous-mêmes, en Son Nom. Cela revient à dire que nous devons prendre nos responsabilités, nous montrer audacieux et courageux. Nous devons commander. Apprenons donc à commander. Dans nos prières,  demandons au Seigneur de nous aider à commander avec foi, et autorité en Son Nom.

ENTERINER QUELQUE CHOSE

Qu’il me soit permis de revenir un tant soit peu sur le fait d’entériner quelque chose, le rendre ou le déclarer valable. J’ai dit que je n’entérinais pas une parole de l’apôtre Paul, car elle n’est pas conforme à l’esprit de notre temps. Avant, je m’y conformais. Mai aujourd’hui, à l’heure  même où la Rosée matinale monte vers la voûte céleste, sous l’effet du Soleil, la Manne Fraîche se révèle de façon pleine. Ce qui m’a permis de comprendre certaines choses. Frères, souvenez-vous de la prédication sur la souveraineté du prophète et de son pouvoir discrétionnaire. Dieu, le Tout-puissant et le Tout-suffisant, en me faisant Dieu, m’a aussi conféré la souveraineté. C’est donc en vertu de cette souveraineté que je peux  entériner ou non une chose. Le Seigneur en me faisant Fils de l’homme, et en me remettant les clés du Royaume des cieux, m’a aussi donné le pouvoir de lier et de délier toute chose. Par voie de conséquence, ce que je lie sur la terre est lié dans les cieux ; et ce que je délie sur la terre, est délié dans les cieux. En déclarant que cette parole de l’apôtre Paul ne concerne pas le temps prophétique dans lequel la Manne Fraîche est annoncée, en déclarant qu’elle n’est pas valable pour nous, cela est lié dans les cieux. Je fais ces choses après avoir reçu une révélation claire venant du Seigneur. Je les fais par la puissance de résurrection, et par l’Esprit d’Elie dont je suis oint pour notre âge. Souvenez-vous de la vocation céleste et de la mission Divine de cet Esprit : Rétablir toutes choses, avant la seconde  venue de Christ.

Après le veillé du 31 décembre, un frère d’Adjouffou m’a posé une question très pertinente, qu’il dit avoir déjà posée au frère Richmond. Il m’a demandé pourquoi nous chantons les cantiques de l’Eglise méthodiste, alors que nous disons qu’elle est du diable. Je lui ai dit : C’est moi qui permets cela. Puis, il m’a aussi dit que sa fille qui était à la fête des enfants le 22 décembre, a dit à sa mère que nous chantons des cantiques de l’Eglise méthodiste. Et sa mère a dit pourquoi nous chantons ces cantiques, alors que nous disons que cette Eglise est du diable. Quand j’ai compris et discerné l’esprit dans lequel sa femme a parlé, j’ai demandé à ce bien-aimé frère si sa fille en question allait à l’école. Et il m’a répondu : oui.

Puis, je lui ai dit : Mais, l’école est du diable, l’école où elle va est du diable. Vous voyez ! Frères, nous devons faire beaucoup attention. On ne peut pas envoyer son enfant dans une école du diable, et me reprocher de chanter les cantiques de l’Eglise méthodiste. Sachez-le : De  par ma souveraineté, j’ai le pouvoir d’entériner tel ou tel cantique, de quelle que église que ce soit. D’ailleurs les paroles des cantiques de l’Eglise         Méthodiste que nous chantons, sont des paroles bibliques. Dites-moi : A l’Eglise Méthodiste, ne parle-t-on pas de Jésus? Est-ce une raison suffisante  pour ne pas parler de Lui dans la Manne Fraîche, sous prétexte que cette Eglise est du diable ? Quand nous disons qu’elle est du diable, ce n’est point à cause des cantiques, mais c’est à cause de son origine et de ses enseignements. Frères, il  nous faut être imbibés  de l’Huile Sainte qui descend du Lieu très saint, et de la Rosée de l’Hermon pour comprendre ces choses. Et nous parlons du Seigneur, nous parlons de Son Nom, afin que vous en soyez remplis. C’est par mon droit de souveraineté que je déclare haut et fort que même Jésus de Nazareth s’est trompé, à la gloire de Dieu le Père, l’Infaillible, l’Immortel et l’Invincible. C’est toujours en vertu de cette souveraineté que j’ai ajouté à Son enseignement, quelque chose qu’Il a omis de dire, lorsqu’Il parlait de ce qui arriva du temps de Lot. J’en parle longuement dans la prédication ‘‘ CE QUI ARRIVA DU TEMPS DE LOT, ARRIVERA PAREILLEMENT LE JOUR OU LE FILS DE L’HOMME PARAITRA.’’ Le Seigneur dit que les hommes mangeaient, buvaient, achetaient, vendaient, plantaient, bâtissaient. Selon Lui, c’était à cause de ça que Dieu détruisit Sodome et     Gomorrhe. Soit. Mais, je dis que ces raisons ne sont pas suffisantes pour que Dieu détruise ces villes-là. Il y a la raison principale qu’Il a omis de mentionner : La pratique homosexuelle. Frères, le prophète, qui est plus que prophète, est souverain dans l’âge dans lequel il exerce son ministère. C’est pourquoi la question n’est pas de savoir ce que dit la Bible, mais ce que dit le prophète de ton âge. C’est ici la Manne Fraîche : La Bible n’est pas ton absolu. Jésus-Christ de Nazareth n’est pas ton Absolu bien qu’Il soit ton Absolu. Ton Absolu, c’est la Manne Fraîche. Ton Absolu, c’est le Dieu des dieux, le Seigneur des seigneurs, le Roi des rois, l’Immortel, l’Invincible,          l’Invisible, le Créateur des cieux et de la terre : Son Nom, c’est             Jésus-Christ. A un niveau plus bas, ton absolu, c’est celui que Dieu a fait Dieu, celui qu’Il a fait Moïse, celui qu’Il a fait Fils de l’homme pour ton temps.

Nous savons tous que nous vivons dans un siècle contrôlé par le prince de la puissance de l’air, Satan. Le transport, le commerce, l’école, les infrastructures routières, aériennes et portuaires lui appartiennent. Maintenant si quelqu’un me dit : Frère Christ-Moïse, tu dis que ces choses sont sous le contrôle du diable, pourquoi donc vas-tu au supermarché et au marché pour faire tes achats, pourquoi empruntes-tu les moyens de transport, etc. ? Ma réponse est la suivante : Ces choses-là appartiennent au diable et à ses suppôts, mais j’ai tout à fait le droit d’en user, parce qu’elles appartiennent d’abord à Dieu. Le diable les a récupérées quand il a réussi à faire tomber Adam dans le péché. Mais, depuis le jardin de Gethsémané, Christ a restitué toutes choses, et les a disposées en notre faveur. Si l’Eglise méthodiste a fait main basse sur les Paroles du         Seigneur, j’ai le droit de les récupérer. Me comprenez-vous ?

Savez-vous que le serpent est l’incarnation du péché ? Pourtant le Seigneur voit en lui des qualités ; Il nous demande même de lui ressembler à certains égards. Voici ce qu’Il nous dit sans ambages, dans   MAT. 10 : 16 : « Soyez prudents comme les serpents. » Vous voyez ! Il veut que nous soyons prudents comme les serpents. Ne sait-il pas que le serpent est l’incarnation du péché ? Si, Il le sait. Pourtant Il nous demande de lui ressembler, à certains égards. Il trouve qu’Il y a quelque chose de bon en lui. Alors Il nous dit d’avoir cette chose de bon en lui. Si je vois qu’il y a quelque chose de bon dans l’Eglise Méthodiste, je l’entérine, et je le prends, même si cette Eglise est du diable. Avant qu’elle ne devienne une Eglise du diable, le Saint-Esprit était au milieu d’elle, inspirant les cantiques à des oints. Maintenant qu’elle est devenue ce qu’elle est devenue, Dieu voit en elle quelque chose de bon : Les cantiques qu’Il a inspirés. Ce sont ces cantiques-là que j’entérine en vertu de l’autorité qu’Il m’a conférée ; ce sont ces cantiques-là que nous chantons. Frères, ces cantiques-là ne sont pas des cantiques méthodistes, mais des cantiques de la Manne Fraîche. Car toutes choses m’ont été remises par mon Seigneur et mon Dieu, et personne ne connaît le Fils de l’homme, si ce n’est le Fils de l’Homme, et celui à qui le Fils de l’homme veut le révéler. Le Fils de l’homme a le pouvoir de sanctifier toute chose par la Parole, par la prière, et par la puissance de résurrection ; C’est ce Fils de l’homme qui sort de l’unique Fils de l’Homme, qui vous parle aujourd’hui du mystère de l’Huile sainte et de la Rosée de l’Hermon.

QU’EST-CE QUE L’HERMON ?

L ’Hermon et Sion, sont une seule et même chose, selon l’Ecriture. Qui parle de l’Hermon parle de Sion, et vice-versa. Dans  DEUTERONOME 4 : 48, l’Ecriture dit que la montagne de Sion, c’est  l’Hermon : La montagne de Sion c’est l’Hermon. La Rosée de l’Hermon, c’est donc la Rosée de Sion. Maintenant voyons ce que c’est que Sion. Sous la première et la deuxième alliances, la montagne de Sion est mentionnée à plusieurs reprises dans l’Ecriture. Cette montagne a donc une très grande importance devant Dieu. Dans APOC. 14 : 1, nous voyons l’Agneau sur la montagne de Sion, en compagnie de cent quarante quatre mille personnes. Sion, c’est l’une des montagnes qui entourent Jérusalem. C’est sur cette montagne que le roi David a bâti la cité de David, d’après 2 SAMUEL 5 : 6-9. Sur cette montagne, les Jébusiens, ennemis de Dieu, ont bâti une forteresse. David a marché contre eux sur Jérusalem, et s’est emparé d’elle. Cette forteresse est devenue la cité de David. Sion ou l’Hermon, c’est donc un lieu de victoire contre les ennemis. La Rosée de l’Hermon qui descend sur nous, selon le bon plaisir de la volonté de Dieu, est une rosée victorieuse ; c’est la rosée de la victoire acquise pour nous, par Jésus-Christ de Nazareth. Si aujourd’hui, l’Esprit de gloire, qui est la Rosée de l’Hermon, repose sur nous, c’est à cause de la mort, de la résurrection et de la glorification de Christ notre Seigneur et notre Dieu. Si, conformément à la Parole de l’Ecriture, dans JEAN 7 : 38-39, des fleuves d’eau vive, qui sont la Rosée de l’Hermon, peuvent couler de notre sein, c’est parce que Christ a été glorifié. D’après 2 SAMUEL6 : 15-17, le roi David a déposé l’arche de l’alliance dans la cité de David ; donc à Sion qui est l’Hermon. Dans cette arche, se trouvaient les tables de la loi, la manne et le bâton d’Aron qui avait fleuri.  Elle était le symbole de l’alliance que Dieu a conclue avec Israël, et le signe manifeste de sa glorieuse présence au milieu de Son peuple. Frères, quelle signification spirituelle et prophétique peut-on donc donner à la Rosée de l’Hermon ? Cette  Rosée surnaturelle, qui est notre partage aujourd’hui, est le signe de    l’alliance que Dieu a signée avec nous, en ce temps prophétique de     l’aube. Dieu n’agit avec les hommes que par des alliances particulières qu’il conclut Lui-même avec eux. Ces alliances viennent de Sa volonté, et elles sont uniquement basées sur la Parole prophétique qu’Il révèle, et sur  Sa puissance éternelle.

Un jour, j’ai dit : La Manne Fraîche est un Testament. Puis, certaines personnes mal intentionnées, et qui voulaient me diaboliser, frère Théodore et frère Paul de Yakro, ont dit : ‘‘ Frère Christ-Moïse a écrit un troisième testament. Il n’est pas mort, et il a un testament. Je n’ai pas trouvé nécessaire de leur répondre, car ce serait peine perdue. A mes fils que j’ai engendrés, je peux dire encore ceci : La Manne Fraîche est un Testament, une alliance. C’est par cette Parole prophétique que le        Seigneur a conclue une alliance avec nous, en ce temps prophétique de l’aube. Quand on dit que je ne suis pas mort, cela me fait rire ; parce que moi, frère Christ-Moïse, j’ai été crucifié avec Christ. Je suis donc mort avec lui. Le problème des gens qui pensent être plus spirituels que les autres, c’est qu’ils ne comprennent ni les Ecritures ni la Puissance de Dieu. Ces gens-là disent, en citant l’Ecriture : « Là où il  y a un testament, il est nécessaire que la mort du testateur soit constatée. » (HEB. 9 : 16). Si ces gens comprenaient les Ecritures et la Puissance de Dieu, ils auraient su que tous les chrétiens, y compris moi, bien sûr, sont morts avec Christ. Ma mort a été constatée, non par ces hommes-là, mais par Dieu lui-même, par l’Ecriture qui est Dieu. Et cela me suffit largement. En ce temps prophétique de l’aube, il y a un testament, la Manne Fraîche ; et en ma     qualité de testateur, ma mort a été constatée par celui qui a signé cette  alliance avec moi. Et le Testament que Dieu m’a donné, la Manne      Fraîche, est valable, parce que le testateur que je suis, est mort. Nous     disons que le Testament de Jésus est valable, parce qu’Il est mort. C’est juste. Nous le croyons ; Mais dites-moi, où est ce Testament, puisqu’Il n’a jamais rien écrit ? Qu’est-ce qu’un Testament ? D’après le dictionnaire, c’est un acte rédigé par lequel une personne fait connaître ses dernières volontés. Mais, notre Seigneur n’a rien rédigé du tout,  pourtant, Il a un testament. Ce que je veux vous montrer, c’est que le testament dont parle l’Ecriture est un mystère. Et comme tout mystère, il nous faut absolument une révélation venant du Lieu très Saint, venant de la montagne de Sion, qui est l’Hermon pour le comprendre. Je le répète : Jésus de Nazareth n’a rédigé aucun acte pour faire connaître Ses dernières volontés. Pourtant, l’Ecriture dit qu’il a un Testament, parce que sa mort a été constatée. Qu’est-ce donc ce Testament ? C’est Son Message, c’est la Parole prophétique qu’il a annoncée. Maintenant, je vais peut-être vous scandaliser, en vous disant certaines choses : Et si je vous disais par exemple que la mort du testateur n’a pas besoin d’être forcement constatée, pour que son testament soit valable. Quelle serait votre réaction ? Vous me direz peut-être que c’est écrit noir sur blanc qu’il faille que la mort du testateur soit constatée. C’est vrai, c’est écrit noir sur blanc, et je le crois. Mais, je ne suis pas venu seulement pour dire ce qui est écrit noir sur blanc, mais aussi pour vous révéler, par le Saint-Esprit, ce qui n’est pas écrit noir sur blanc. Frères, comprenez bien mon ministère ! Comprenez-le très bien ! Le Seigneur m’a dit : Tu es un aigle, et l’aigle prend son envol. Il va dans les lieux très élevés pour chercher la Manne Fraîche. Frères, comprenez bien mon appel et mon ministère ! En quoi consiste ma vocation céleste ? Elle consiste à monter dans les lieux très élevés pour recueillir la Manne   Fraîche. Si cette Manne Fraîche était sur la terre, est-il encore nécessaire d’aller la chercher dans les lieux très élevés ? Non, vous dis-je. Elle n’est pas sur la terre ; Or, la Bible, elle, est sur la terre. Ô, quelle parole ! Voulez-vous me quitter, comme on a quitté Jésus de Nazareth, quand il a dit de manger Sa chair et de boire Son sang ? Que le Nom du Seigneur soit béni ! Je dis ce qui est écrit noir sur blanc, et je l’entérine. Mais, je dis aussi ce qui n’est pas écrit noir sur blanc. C’est la Véritable vocation    céleste de la Manne Fraîche. Il est écrit que pour qu’un testament soit valable, il faut que la mort du testateur soit constatée. Vous avez appris que cela a été dit. Mais, moi , je vous dis, moi frère Christ-Moïse : Un testament peut être valable même si la mort du testateur n’est pas constatée. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole. Je ne prendrai qu’un seul exemple aujourd’hui. Dieu a conclu une alliance avec Moïse et Israël. C’est la première alliance, l’ancienne alliance, l’ancien testament. Ce testament était – il valable, oui ou non ? Oui, vous dis-je. Il était valable, alors que Dieu, le Tout-puissant qui l’a suscité, ne peut pas mourir. Sa mort n’a jamais été constatée, pourtant Son testament était valable.     L’Ecriture dit, dans HEBREUX 9 : 18, que «  c’est avec du sang que même la première alliance a été inaugurée. » Moïse a donc fait tuer des animaux ; il a pris leur sang pour faire l’aspersion sur le livre de la loi et le peuple. Ici, c’est la mort des animaux qui a été constatée ; pas la mort de Dieu, qui était le Testateur, mais la mort des animaux. Si l’on doit s’en tenir strictement à ce que dit la Bible, et faire comme ces frères qui me diabolisent, on dirait que c’étaient les animaux qui étaient les testateurs de la première alliance, parce que c’est leur mort qui a été constatée. Comprenez-vous pourquoi il nous faut un Fils de l’homme et non une Bible ? Que Dieu nous vienne en aide, et qu’Il pardonne, si cela est possible, à Théodore et à Paul. Permettez-moi de prendre encore un exemple, dans GENESE 6 : 18 : Dieu dit à Noé : J’établis mon alliance avec toi. Quelle est la clause essentielle de cette alliance ? Noé devait construire une     arche, y faire entrer certains animaux, certains oiseaux, sa famille, y compris lui-même. Cette alliance était-elle valable ? Oui, vous dis-je. Pourtant le Testateur, Dieu, n’était pas mort et ne pouvait mourir. Sa mort n’avait donc pas été constatée. Après avoir détruit la terre par le déluge, il a conclu une autre alliance avec Noé, en disant : « Soyez féconds, multipliez, et remplissez la terre. » (GENESE 9 : 1). Il a établi encore une  alliance avec Noé et sa famille, en disant : « J’établis mon alliance avec vous : aucune chair ne sera plus exterminée par les eaux du déluge, et il n’y aura plus de déluge pour détruire la terre. C’est ici le signe de    l’alliance que j’établis entre moi et vous, et tous les êtres vivants qui sont avec vous, pour les générations à toujours ; j’ai placé mon arc dans la nue, et il servira de signe d’alliance entre moi et la                 terre » (GENESE 9 : 11-13). Qui a établi cette alliance ? C’était Dieu      Lui-même. Cette alliance était-elle valable ? Oui, vous dis-je. Mais dites-moi : La mort de Dieu le Testateur, avait-elle été constatée ? Non, vous dis-je. Pourtant Son Testament était valable ; et il l’est toujours. Frères, sans vouloir vous scandaliser, permettez-moi de vous dire que celui qui a écrit aux Hébreux concernant le Testament n’avait pas toute la révélation. Mais en ce temps prophétique de l’aube, nous avons la plénitude de la révélation, sans avoir la plénitude de la plénitude de la révélation.

Dans l’arche de l’alliance, du temps de David, se trouvaient les tables de la loi, la manne et le bâton d’Aaron. C’était de cette arche, déposée au sommet de la montagne de Sion, qui est la Rosée de l’Hermon, que descendaient l’Huile et la Rosée. En ce temps prophétique de l’aube, où se trouve l’arche de l’alliance d’où descendent la Manne Fraîche, l’Huile, la Rosée, la puissance du Saint-Esprit ? Ils descendent du lieu très saint, du saint Sanctuaire du Dieu Tout-puissant et Tout-suffisant. Ils viennent des lieux très élevés. Quand je parle des choses écrites dans la Bible, les gens ne me comprennent pas. Comment feront-ils lorsque je leur parlerai de celles qui n’y sont pas écrites ? Comment feront-ils lorsque je leur parlerai des choses qui ne sont que dans la Parole éternelle ? Frères, nous sommes ici pour une révolution spirituelle, par la Manne Fraîche. Cette Parole prophétique est au-dessus de tout enseignement dispensé sur la  terre aujourd’hui. Frères, étudiez ce Message ! Etudiez-le, par le        Saint-Esprit ! Cette Parole prophétique est au-dessus du Message de     l’apôtre Pierre, de celui de l’apôtre Paul, de celui de Luther, de Wesley, de frère Branham. Si vous pouvez le supporter, elle est même au-dessus du Message de Jésus-Christ de Nazareth. Ô, quelle Parole ! De qui vient-elle ? Du Seigneur Jésus-Christ, le Dieu des dieux, le Roi des rois, le   Seigneur des seigneurs, le Dieu Tout-puissant et Tout-suffisant, l’Inégalable, l’Immortel, l’Invincible, la Plénitude de la plénitude du Dieu éternel.

L’Ecriture dit que le fait pour les frères d’être ensemble, est comme l’Huile sainte et la Rosée de l’Hermon. Cette communion fraternelle est donc le signe manifeste de la présence du Seigneur, de Son Onction, de Son Esprit, de Sa puissance, de Sa joie et de Sa paix, au milieu de nous. C’est aussi le signe évident de Sa sainteté à laquelle nous avons part par l’aspersion du sang de la nouvelle alliance, et par l’Esprit de sanctification. Ne sommes-nous pas une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte ? Si, vous dis-je. Nous ne sommes plus des pécheurs, encore moins de pauvres péchés , parce que Jésus a ôté tous nos péchés, Il les a effacés pour toujours, Il les a abolis. Comme le dit l’Ecriture, dans                       2 COR. 5 : 21, Jésus est devenu péché pour nous, afin que nous soyons en Lui, justice de Dieu. Pourquoi voudrait-on nous faire croire que nous sommes encore des pécheurs ? Tous, les chrétiens peuvent dire qu’ils sont des pécheurs, c’est leur droit, et leur position. Nous, nous avons une position, différente de la leur. Cette position, c’est qu’en Jésus-Christ, nous sommes devenus justice de Dieu. Il est impossible   d’être à la fois justice de Dieu et pécheurs, car c’est l’un ou l’autre.

Si nous sommes véritablement un seul cœur et une seule âme, si nous sommes véritablement une nation sainte, c’est que nous avons en partage la Rosée de l’Hermon, qui descend à l’aube. Je parle de ceux qui sont saints, qui pratiquent la sainteté, et qui cherchent toujours plus de sainteté. Je ne parle pas de ces faux frères, qui se disent saints, tout en commettant des actes ignobles et honteux : l’impudicité, l’adultère, le vol, le mensonge et les choses semblables. Ils ne sont pas des nôtres. La colère de Dieu est déjà sur eux. Ils ont été une fois éclairés, ils ont goûté à la bonne Parole, et à la puissance de Dieu. Et ils sont tombés dans toutes sortes de péché, scellant ainsi leur propre condamnation et leur propre arrêt de mort. Il leur est, impossible de se repentir, parce qu’ils crucifient pour leur part, le Seigneur, et l’exposent à l’ignominie. La sainteté ne se décrète pas, mais elle se vit.

A quel moment descend la Rosée de l’Hermon ? Au temps de    l’aube. A quel moment descend la Manne Fraîche d’auprès de Dieu ? Au temps de l’aube. Du temps de Moïse, la manne descendait sur la terre, sans que ce prophète aille la chercher. Aujourd’hui, l’homme fait Moïse par Dieu, monte d’abord dans les lieux très élevés, assiste au conseil de Dieu, et entend ses Paroles. Puis il descend sur la terre, avec ces Paroles. Vous voyez ! La Manne Fraîche et l’homme fait Moïse par Dieu descendent ensemble sur la terre. Ô, quel mystère ! Frères, ne deviez-vous pas vous assembler, afin de lire ces Paroles saintes, ointes et bénies ? Que quelqu’un parmi vous, prenne cette  prédication, et la lise. Aussi sûr que Dieu est vivant, l’Onction vous frappera. La Rosée de l’Hermon, quand elle descend sur la terre, sur le Fils de l’homme, qui y est déjà descendu avec la Parole, elle l’oint, et oint aussi cette Parole. Et quand le Fils de l’homme commande au matin, l’onction se positionne sur tous ceux qui lui obéissent, afin de les renouveler, et les disposer davantage à accomplir la volonté de Dieu. Elle les fait avancer dans l’alliance que le Seigneur a établie avec le Fils de l’homme.

Le mot ‘‘Testament’’ et le mot ‘‘alliance’’ sont une seule et même chose. Ils ont le même sens.

Dans HEBBREUX 9 : 17, celui qui a écrit aux Hébreux dit qu’un testament n’est valable qu’en cas de mort, puisqu’il n’a aucune force tant que le testateur vit. Nous n’entérinons pas cette parole, car pour nous,  même quand le testateur vit, son testament a de la force. Toutes les alliances que celui qui vit par Lui-même, le Dieu immortel, a établies avec Abraham, Jacob, Moïse, Noé, avaient de la force. Oui Monsieur. Elles avaient de la force, alors que le Testateur, le Dieu Tout-puissant et      Tout-suffisant, ne peut pas mourir. Dieu le Tout-puissant et le             Tout-suffisant n’a-t-Il pas établi une alliance avec Elie le Thischbite ? Cette alliance avait-elle de la force ? Oui, vous dis-je. Bien que le       Testateur soit le Dieu immortel, elle avait de la force. C’est d’ailleurs étant dans cette alliance qu’Elie le Thischbite a été enlevé au ciel, sans connaître la mort. Qui pourra donc me prouver qu’elle était sans force ? Elle était tellement remplie de force, de puissance d’En-Haut, qu’Elie le Thischbite a été enlevé dans un char de feu.

Considérons encore l’exemple de Jésus-Christ. Quand il est venu en chair sur la terre, il a conclu une alliance avec nous, par Son Sang et Sa mort a été constatée. Cette mort a donc rendu valable le testament qu’Il a établi, avant Sa crucifixion. Plusieurs années après Son élévation au ciel, où il est assis à la droite de la majesté Divine dans les lieux très élevés, Il apparaît à l’apôtre Jean, sur l’île de Patmos. Dès cette apparition, Il lui dit ces Paroles : « J’étais mort ; et voici, je suis vivant au siècle des siècles. » (APOC. 1 : 18). J’étais mort, (au passé), dit-Il. Maintenant, je suis vivant (au présent) aux siècles des siècles. Etant vivant aux siècles des siècles, Il a fait connaître à l’apôtre Jean Ses dernières volontés. Il a donc établi une autre alliance avec l’apôtre Jean, avec l’Eglise, et avec le monde entier. Maintenant répondez-moi : Doit-Il encore mourir pour que cette alliance soit valable ? Non, vous dis-je. Il ne peut plus mourir. Durant les quatre derniers temps prophétiques, le soir, minuit, l’aube, et le matin, Il a établi quatre alliances : une alliance pour un temps prophétique. Ces quatre alliances sont en définitive deux alliances. En ce temps prophétique de l’aube, une alliance est établie avec le Fils de l’homme. Souvenez-vous de ce que le Seigneur a dit, à Bouaké : « Je traite avec toi une alliance de feu. » Cette alliance de feu repose sur la Manne Fraîche. Cette Manne Fraîche est une alliance qui est sortie de l’unique nouvelle alliance en  Jésus-Christ. Dans l’ancienne alliance comme dans la nouvelle, il y a plusieurs alliances ; C’est ce que j’essaie de vous faire comprendre, par la grâce de Dieu. Cette alliance établie en ce temps prophétique de l’aube, est basée sur deux signes essentiels : La Parole, et la Parole faite chair. Me Comprenez-vous, les aigles ? Quelle heure est-il ? C’est l’heure de la manifestation du signe qui provoque la contradiction. Quand je dis, par exemple, que Jésus de Nazareth s’est trompé, et qu’Il reconnaît Lui-même qu’Il s’est trompé, ne suis-je pas un signe qui provoque la contradiction ? Si, vous dis-je. Quand je dis que la Bible n’est pas la Parole de Dieu, qu’il n’y a aucune vie en elle, ne suis-je pas un signe qui provoque la contradiction ? Quand je dis que je suis le seul homme sur toute la terre, que Dieu a fait Dieu et Fils de l’homme pour ce temps prophétique de l’aube, ne suis-je pas un signe qui provoque la contradiction ? Quand je dis que la Manne Fraîche est au-dessus de l’Evangile de Jésus-Christ de Nazareth, ne suis-je pas un signe qui provoque la contradiction ? Quand je dis, que je suis saint, que je ne pratique pas le péché, et que je ne peux pas pécher, ne suis-je pas un signe qui provoque la contradiction ? Frères, le signe qui provoque la contradiction est rendu manifeste devant vous. Quand vous entendez ces choses étranges et mystérieuses annoncées par la Manne Fraîche, sachez que le Fils de l’homme qu’on attend, conformément à la Parole de l’Ecriture, dans  LUC 17 : 30, est là devant vous, dans la simplicité de Dieu. Sachez aussi que le retour du Seigneur est très proche. Quand je dis, conformément à la Parole de l’Ecriture de JEAN 6 : 40, qu’il faut absolument voir le Fils de l’homme et croire en lui, pour pouvoir avoir la vie éternelle, et qu’en ce temps prophétique de l’aube, je suis ce Fils de l’homme, ne suis-je pas un signe de contradiction ? Si vous voyez ce que je vois, l’Onction vous frappe en ce moment même. Dans JEAN 5 : 39-40, Jésus-Christ le Seigneur dit que les Juifs sondent les Ecritures, pensant avoir en elles la vie éternelle. Et ils ne veulent pas  venir à Lui pour avoir cette vie. En d’autres termes, il n’ y a pas de vie éternelle dans les Ecritures qu’ils sondent, et qu’ils méditent. En ce temps-là, Son Evangile n’était pas encore couché sur du papier ; il n’était pas encore écrit. Mais aujourd’hui, Son Evangile aussi est devenu une Ecriture. Les gens pensent avoir en elle la vie éternelle, mais ils n’auront pas cette vie-là. Car pour avoir la vie éternelle, il faut voir Dieu face à face ; il faut obligatoirement voir le Fils de l’homme, croire en lui, manger sa chair et boire son sang. Frère Christ-Moïse, as-tu bien dit qu’il n’y a pas de vie dans l’Evangile de Jésus-Christ de Nazareth parce qu’il est devenu une Ecriture, comme les autres Ecritures ?  Oui, c’est exactement ce que je dis. Et je vais le répéter afin de provoquer la chute des uns et le relèvement des autres : Depuis que l’Evangile de Jésus-Christ de Nazareth est couché sur du papier, et qu’il est aussi devenu une Ecriture, comme les autres Ecritures, il n’ y a plus de vie en lui. La vie éternelle ne se trouve pas dans les quatre Evangiles rédigés par Matthieu, Marc, Luc et Jean. Cette vie se trouve dans un homme : Du temps de Jésus-Christ de         Nazareth, elle se trouvait en Lui, parce qu’Il était le Fils de l’Homme de ce temps. Quand les clés de Royaume des cieux ont été remises à Pierre, c’était en lui que se trouvait la vie éternelle, en ce temps-là. Remarquez ceci : Il n’y avait même plus de vie dans l’Evangile de Jésus-Christ de Nazareth, alors qu’il n’était même pas encore rédigé. Etes-vous scandalisés par mes déclarations ? Pour que la vie éternelle soit toujours dans Son Evangile, il faut que celui qui avait maintenant les clés du Royaume des cieux, l’apôtre Pierre l’entérine. Il faut qu’il le fasse passer par une résurrection. Et l’Evangile de l’apôtre Paul ? Il n’y a pas de vie en elle aujourd’hui. La vie éternelle ne se trouve que dans la Manne Fraîche, et dans le Fils de l’homme qui l’annonce. Que cette Manne Fraîche soit écrite ou parlée aujourd’hui, la vie éternelle est en elle, parce que celui que Dieu a fait Dieu, et Fils de l’homme, qui la prêche, est encore vivant dans un corps de chair. Cet homme, qui est une Parole faite chair, étant encore là, la vie éternelle aussi est là, dans la Parole, et dans la Parole faite chair. Après sa mort, si Dieu envoie un autre Fils de l’homme, engendré par le Fils de l’homme de notre temps, celui-ci fera passer la Manne Fraîche par une résurrection, en l’entérinant. S’il n’envoie personne en particulier, alors l’Epouse ivoirienne déjà suscitée par le Fils de l’homme du temps de l’aube, qui est aussi une Parole faite chair, entérinera la Manne      Fraîche, et la prêchera. Si quelques-uns parmi vous sont troublés par ce que je dis, je les comprends parfaitement. Mais, je ne saurais changer la Manne Fraîche, qui est la Pensée de Dieu pour nous. Qui a dit qu’il n’y a pas de vie dans les Ecritures ? C’est Jésus de Nazareth. Or son Message fait maintenant partie des Ecritures. Par voie de conséquence, il n’y a pas de vie en lui. Les gens n’ont-ils pas raison de dire que j’ai un démon ? Ô, frères de la Manne Fraîche ! Aucun démon ne peut parler comme je le fais. C’est l’Esprit de Christ qui parle en moi, et qui atteste ces choses. Ma doctrine n’est point de moi, mais de Christ qui m’a envoyé. Je sais que Dieu est toujours mal compris. Aussi ne suis-je pas étonné si je suis mal compris. Dans JEAN 8 : 48, les juifs disent à Jésus : « N’avons-nous pas raison de dire que tu as un démon ? » Pourquoi disent-ils cela ? C’est parce que le Seigneur leur dit : « Qui de vous me convaincra de péché ? » (JEAN 8 : 46). Savez-vous ce qu’Il veut dire par là ? Qu’Il n’est pas un pécheur, et qu’Il ne pratique pas le péché. N’est-ce pas ce que dit aussi le Fils de l’homme de notre temps ? Je ne suis donc pas étonné qu’on dise que j’ai un démon. Je suis venu avec un Message Divin qui ne pénètre pas en eux, parce qu’ils ne sont pas de mes brebis : Alors ils disent : Frère Christ-Moïse a un démon. Frères, quelle heure est-il ? C’est l’heure de la parution du Fils de l’homme, le signe qui provoque la contradiction. Je suis venu avec la Manne Fraîche, afin que les aveugles voient, et que ceux qui prétendent qu’ils voient, deviennent aveugles.   Celui qui est de Dieu, écoute ma parole. Celui qui est de Dieu, voit ce que je vois. Celui qui n’est pas de Dieu, ne peut pas voir ce que je vois. La  Manne Fraîche n’est pas venue pour ceux qui voient, mais pour les aveugles.

Ô, la Rosée de l’Hermon ! Selon l’Ecriture, c’est là où sont assemblés les frères, là où descendent l’Huile et la Rosée de l’Hermon, que Dieu envoie la bénédiction et la Vie éternelle. (PSAUMES 133). En ce temps prophétique de l’aube, où Dieu peut-il envoyer la vie éternelle ? Il envoie la vie éternelle là où sont assemblés les aigles, plus précisément là où est le cadavre. En quelque lieu que soit le cadavre, là s’assembleront les aigles, selon MAT. 24 : 28. Frères, où pouvons-nous être ensemble, si ce n’est autour du cadavre ? Et nulle part ailleurs. Si le cadavre dont parle l’Ecriture, n’est pas au milieu des catholiques, des protestants, des célestes, des saints des derniers jours, des chrétiens évangéliques et pentecôtistes, c’est qu’ils ont choisi le mauvais endroit pour s’assembler. Dieu n’enverra pas la vie éternelle là-bas. Il n’y a qu’un seul lieu d’adoration choisi par Dieu aujourd’hui. Ce ne sont ni les églises branhamistes, ni les églises protestantes, ni les églises catholiques, ni les églises évangéliques et pentecôtistes. C’est uniquement autour du cadavre. Où est ce cadavre ? Ce n’est ni le bishop Benjamin Boni, ni le Pape François 1er , ni Ediémou  Jacob, ni les bishops et archibishops, ni les prophètes, ni les pasteurs des églises, mais c’est frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme. La vie éternelle, aujourd’hui, est dans la chair et dans le sang de ce Fils de l’homme. Ô, quelle parole ! Quel scandale ! Quelle folie ! N’a-t-il pas plu à Dieu de sauver les croyants par la folie de la prédication ? C’est ici la folie de la prédication en notre temps : Christ-Moïse, un africain noir, un ivoirien, a été fait Dieu par Dieu. Il a été fait Fils de l’homme dont la chair est une nourriture et le sang, un breuvage. Ô, quelle folie ! C’est la folie de Dieu.   Suis-je fou ? Comment ne pourrais-je pas être fou, moi qui ai été sauvé par la folie de Dieu ?

Frères, attendez un peu, j’ai encore quelque chose à dire. Quand  Jésus-Christ est venu en chair sur la terre, Ses disciples demeuraient dans Sa Parole. Mais, ils ne pouvaient pas avoir la vie éternelle, parce que   Jésus-Christ homme, qui était la parfaite incarnation de la vie éternelle, n’avait pas encore versé Son sang. Il était la plénitude de la vie éternelle manifestée en chair. Pour que cette vie soit donnée aux hommes, Il devait verser Son précieux sang pour eux. Cette vie était dans Son sang. Or, quand Il était avec Ses disciples, et n’ayant pas encore versé Son sang, ceux-là ne pouvaient pas recevoir la vie éternelle. Dans le jardin de   Gethsémané, quand Il priait instamment, Sa sueur devint comme des grumeaux de sang. C’est en ce moment-là, qu’Il donna Son sang, et qu’Il répandit la vie éternelle. Avant même qu’Il ne soit crucifié, Il a donné Son sang pour nous. Les théologiens, les érudits, les sages de ce monde, disent que c’est le sang qui est sorti de Son côté quand il a été percé, qui a sauvé le monde. Le Saint-Esprit dit quelque chose d’autre par la Manne       Fraîche : Ce sang était du sang impur et coupable devant Dieu. Ce sang était devenu péché quand Jésus Lui-même devint péché. Par contre le sang qui était sorti de Lui quand Il priait dans le jardin de Gethsémané, était du sang pur, saint et innocent. Pendant qu’Il versait ce sang précieux, Dieu Son Père était en Lui, réconciliant le monde avec Lui-même. Dans   2 COR. 5 : 19, l’Ecriture dit : « Dieu était en Christ réconciliant le monde avec Lui-même. » Or, sur la croix, Jésus dit : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ; Il l’a quitté ; Il n’était donc plus en Lui. S’Il n’était plus en Lui, quand Il était crucifié, pourquoi dit-on encore que c’est par le sang de la croix que la réconciliation a été faite? Frères, je vous le répète au Nom de la Parole ; Dieu était en Christ réconciliant le monde avec Lui-même. A quel moment la réconciliation   a-t-elle commencé ? Avant Sa mort, quand Dieu était encore en Lui. Et cela s’est   passé, non sur la croix de Golgotha, mais dans le jardin de Gethsémané. Lorsque l’homme et la femme ont péché, Dieu a pris le sang pur et innocent des animaux pour faire l’expiation. De même Il a pris le sang pur, saint et innocent de Jésus pour faire l’expiation du péché, et pour l’abolir. Le salut de l’humanité par le sang, a commencé dans le jardin de       Gethsémané, et il a été définitivement scellé lors de la comparution de Christ devant Dieu le Père. Il en est ainsi de la vie éternelle, qui est le salut. Les disciples qui étaient avec Jésus-Christ homme, qui faisaient des miracles, qui prêchaient l’Evangile, n’avaient ni la Vie éternelle, ni le don du   Saint-Esprit. Ceux qui ont vu le Fils de l’Homme, et qui ont cru en Lui, qui étaient environ cent vingt personnes, ont eu la Vie éternelle lorsque le baptême du Saint-Esprit leur a été donné. Ce jour-là, dans la chambre haute, étaient réunis les frères. C’est là-bas, là-bas seulement que le Seigneur a envoyé la vie éternelle. Pourquoi étaient-ils environ cent vingt, alors que des milliers et des milliers Le suivaient ? Parce qu’il était la Porte étroite que très peu pouvaient trouver. Aujourd’hui, des milliers et des milliers prétendent suivre Christ, mais combien trouvent la Porte étroite en ce temps prophétique de l’aube ? Très peu. Qui est cette Porte étroite ? Ce n’est pas Jésus-Christ de  Nazareth. C’est la Manne Fraîche, la pure Parole . Dans MAT. 7 : 21-23, ceux qui ont fait des miracles, qui ont chassé les démons, et qui ont prophétisé, par le Nom de Jésus-Christ, n’avaient même pas la Vie éternelle. Ils n’étaient même pas sauvés. Le Seigneur leur dit ouvertement : « Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité. » Vous voyez! On peut faire de grands prodiges, alors qu’on n’est même pas sauvé, qu’on n’a même pas la vie éternelle. Frères, nous voyons partout dans la ville des panneaux publicitaires annonçant des croisades de guérisons et de miracles, des veillées de prière avec des actions prophétiques. C’est bien, même, très bien. Mais ces gens font-ils la volonté du Père dont parle l’Ecriture dans MAT. 7 : 21, et qui consiste à voir le Fils de l’Homme et à croire en Lui? Non, vous dis-je. Alors, ce sont tous des ouvriers d’iniquité. Qu’est-ce que l’iniquité ? L’iniquité, c’est le fait de ne pas faire la volonté du  Père. Quelle est donc cette volonté du Père ? Cette volonté se trouve révélée dans JEAN 6 : 40.

Frères, autant que faire se peut, que cette prédication ne soit prêchée qu’aux saints, qu’à ceux qui croient en la Manne Fraîche. Il en est de   même en ce qui concerne le mystère du sang versé avant la crucifixion de Jésus. Ne discutez surtout pas sur ces choses sacrées qui nous sont révélées maintenant. N’en parlez pas au-dehors jusqu’à ce que le Fils de l’homme en parle ouvertement du haut de la chaire. Notre légitime intention, c’est de proclamer la Parole que nous avons reçue de la part du    Seigneur, pour l’édification et la perfection des saints, en vue de la préparation pour le jour de la rédemption, et non faire étalage de nos connaissances. La connaissance, quand elle n’est pas sous le contrôle de l’Amour Divin, remplit d’orgueil et de vanité celui qui la possède. L’Amour Divin, lui, édifie, sanctifie, et perfectionne celui qui en est rempli.

L’AMOUR DIVIN, C’EST LA ROSEE DE L’HERMON

Frères, savez-vous à quel moment précis Dieu a commencé  à créer tout ce qui existe sous les cieux ? C’est à l’aube. C’est la Manne Fraîche, la pure Parole. C’est à l’aube que tout a commencé. C’est à l’aube que Dieu a prononcé la toute première Parole : Que la lumière soit ! Cette  Parole proclamée était ointe de la Rosée de l’Hermon, qui est le symbole du Saint-Esprit agissant à l’aube. L’Esprit de Dieu a commencé à se mouvoir sur la terre quand les ténèbres étaient là. En GENESE 1 : 5,          l’Ecriture dit que Dieu a appelé les ténèbres nuit. Les ténèbres, c’est la nuit. Dans GENESE 1 : 5, toujours, Il a appelé la lumière jour, et les ténèbres nuit. Mais, où est passée l’aube ? Vous voyez ! Seul celui sur qui    repose la Rosée de l’Hermon comprendra ce mystère. Entre la nuit et le jour, il y a l’aube. Dieu a créé les ténèbres, la nuit, avant le jour. Mais avant de créer le jour, Il a d’abord créé l’aube. C’est après avoir créé  l’aube, qu’Il dit : « Que la lumière soit ! » Frères, voici le mystère : La nuit a engendré l’aube, et l’aube a engendré le jour, par la Parole. La    Parole créatrice porteuse de vie était enveloppée dans les ténèbres, dans la nuit. Quand l’Esprit de Dieu s’est mis à se mouvoir au-dessus des eaux, agissant puissamment sur la Parole créatrice et vivifiante, qui était cachée dans les ténèbres, dans la nuit, cette Parole est sortie, pour s’envelopper de l’aube. Alors quand Dieu dit : Que la lumière soit ! La Parole créatrice et vivifiante est sortie du temps de l’aube, pour produire cette lumière qui est le jour. C’est la Manne Fraîche, la pure Parole. Frères, ce que je dis est un mystère caché. Je sais qu’on me dira : C’est écrit où ? Je ne suis pas venu avec la Manne Fraîche pour expliquer ce qui est seulement écrit noir sur blanc, mais aussi et surtout pour révéler, par le Saint-Esprit ce qui n’est pas écrit noir sur blanc. Et je suis mal compris. Que se passera-t-il lorsque je vous parlerai des choses qui ne sont pas écrites noir sur blanc dans la Bible ? Frères, dois-je vous rappeler que je ne suis pas venu avec la  Bible, mais avec la Parole prophétique du temps de l’aube. Je suis venu avec la   Manne Fraîche. Frère Branham dit qu’il était venu pour ramener les gens à la Bible. Moi, je ne suis pas venu pour vous ramener à la Bible, mais à  la Parole de Dieu, qui est Jésus-Christ, la Parole éternelle. Si Dieu voulait ramener les gens à la Bible, Il n’aurait pas besoin d’envoyer des prophètes sur la terre. Il aurait dit simplement d’acheter la    Bible, et de la méditer. Mais Il sait qu’il n’y a pas de vie dans la Bible, dans les Ecritures. C’est pourquoi Il envoie toujours des Fils de l’homme sur la terre. Dans JEAN 5 : 39-40, le Fils de l’Homme reprochait aux juifs leur attachement aux Ecritures, pensant avoir en Elles la vie        éternelle. Puis, Il a ajouté : Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie. Si la vie est dans les Ecritures, pourquoi doit-on encore venir à Lui ? Il devait plutôt les féliciter, les encourager à les sonder davantage. Voyez-vous où Il voulait en venir en faisant une telle déclaration dans JEAN 5 : 39-40 ? C’est clair : Sonder les Ecritures ne permet pas d’avoir la vie éternelle. Frères, lisez la Bible. Mais sachez qu’elle n’est pas la  Parole de Dieu. Elle n’est pas non plus votre absolu. Votre Absolu, c’est le Seigneur Jésus-Christ. En dessous de Lui, il y a frère Christ-Moïse qui est aussi un Absolu, qui vous annonce un autre Absolu, la Manne Fraîche. Dieu n’a jamais envoyé la Bible à l’humanité. Si tel est le cas, de quelle Bible s’agit-il, puisqu’il y a plusieurs versions de Bible, les unes aussi contradictoires que les autres ; les unes aussi imparfaites que les autres. Ce sont les prophètes, qu’Il a envoyés. Et ces prophètes ont laissé divers écrits sur leur Message, leurs vies et leurs expériences spirituelles. C’est la compilation de ces écrits qui a donné ce que nous appelons la Bible. Mais, à côté de ces écrits sacrés et inspirés de Dieu, il y a aussi des écrits erronés aux relents ténébreux et mensongers. Il y a même des écrits dont on ne connaît pas les auteurs. Quand on me dit que même ces écrits anonymes, c’est la Parole de Dieu, j’ai du mal à y croire.

Frères, la lumière a été créée à l’aube de la création. C’ est au temps de l’aube, que la Parole qui était enveloppée dans les ténèbres, est sortie pour apporter la vie sur la terre. Qu’en est –il maintenant de la Parole faite chair qui a été crucifiée et ensevelie dans la terre? Elle y est restée pendant deux nuits. A quel moment est-Elle sortie du tombeau ? A quel moment est-Elle sortie de la nuit, des ténèbres pour apporter une vie nouvelle et une lumière nouvelle sur la terre ? Au temps de l’aube. Comprenez-vous ce type ? Ô, la Parole ! Quand la Parole faite chair est ressuscitée, la    Rosée de l’Hermon était sur Lui. Il est ressuscité au temps de l’aube où la Rosée de l’Hermon descend sur la terre, d’auprès de Dieu. Cette Rosée descendit directement sur le Fils de l’Homme, dans un cimetière et nulle part ailleurs. Dans tout Israël, et dans le monde entier, c’était dans ce   cimetière qu’elle descendit sur la Parole vivante manifestée en chair, au milieu des morts. La Lumière Divine était en ce seul lieu, en la glorieuse personne de Jésus-Christ. Elle passa au-dessus du temple de Jérusalem et des synagogues, pour descendre dans un cimetière. Quelle attraction y avait-il là-bas ? Le Fils unique de Dieu était sorti vivant du tombeau. Comme la Rosée de l’Hermon, le Saint-Esprit qui ne vient que sur la   Parole et sur la Parole faite chair, descendit sur Jésus-Christ. En ce temps prophétique de l’aube,, où descend la Rosée de l’Hermon ? Elle descend sur la Parole et sur la Parole faite chair, au milieu des morts, dans ce grand cimetière, qui est le monde. Aujourd’hui, le seul lieu où elle descend, cette Rosée de l’Hermon, c’est là où est l’incarnation du mystère du cadavre de MAT. 24 : 28, apportant la révélation du mystère de l’Amour de Dieu, du mystère de la Divinité de Dieu et de la Divinité de l’homme. Dans le monde entier, elle ne descend que là où la Manne Fraîche est  prêchée.

En créant le monde par Sa Parole, Dieu a manifesté Son Amour. L’Amour Divin manifesté au temps de l’aube, lors de la création de la lumière, c’est la Rosée de l’Hermon. L’Ecriture dit que Dieu est amour. Et l’amour, c’est Dieu. Et Dieu, c’est le Saint-Esprit. Or, la Rosée de l’Hermon, c’est le symbole du Saint-Esprit. Par voie de conséquence,  l’Amour Divin, c’est la Rosée de l’Hermon, la Rosée matinale.

Dieu dit : Que la lumière soit ! Vous voyez Il a exprimé Sa Pensée, par la Parole. Et cette Pensée exprimée devint une création. La lumière créée par la Parole est donc une Pensée de Dieu exprimée. Elle est donc une Parole manifestée. La toute première lumière qui ait jamais frappé le monde, après la création des cieux et de la terre, c’est la Parole de  Dieu qui dit : « Que la lumière soit ! » Cette Lumière Divine a créé la lumière. Quand Dieu a prononcé Sa Parole, qui est la Lumière, Sa Parole-Lumière, il a créé le jour. Par cette Parole-Lumière, Il a séparé les ténèbres du jour. Dans cette Parole-Lumière se trouvaient les perfections invisibles de Dieu : Son amour, Sa Divinité, Sa puissance éternelle, Sa gloire et Sa bonté.

Lorsque la terre était informe et vide, et qu’il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme, il n’y avait pas de vie. Il n’y avait la vie que dans le ciel où il y avait les êtres vivants. Sur la terre, il n’y avait pas de vie. Tout était morne, triste et mort. Pour pouvoir donner la vie à la terre, Dieu prononça Sa Parole, afin de créer la lumière : Que la lumière soit ! Il y eut deux lumières qui avaient frappé la terre : La Lumière Divine, la Parole, et la lumière rendue manifeste. Quand Dieu a créé la terre, Il a aussi créé toutes sortes de semence qu’Il a enfouies dans le sol. Ces semences étaient porteuses de vie, mais ne vivaient pas encore. Pour qu’elles puissent vivre, il leur fallait de la lumière. Alors Dieu donna de la lumière de vie. La chaleur vivifiante de ces deux lumières, et leurs actions conjuguées, ont vivifié les semences, afin de permettre à la vie qui étaient en elles, de germer.

Le premier homme, Adam a aussi subi ce processus. Mais, il faut savoir qu’Adam avait un corps dans le ciel, dans la Pensée de Dieu, et un autre corps dans la terre. Au ciel, c’était son corps spirituel, et sous la  terre, c’était son corps de chair. Dans ce corps de chair, qui était dans le sol, se trouvaient toutes les composantes essentielles des créatures de Dieu, telles que les arbres fruitiers et les animaux. On pouvait trouver dans cette chair, le calcium, le magnésium, les sels minéraux. C’est pourquoi lorsque l’homme a péché, il a entrainé toute la création dans sa chute. On trouve dans le corps humain d’autres éléments symboliques de la création, tels que le vent, l’eau, le feu. Dieu a d’abord créé l’homme à Son image. Cette image, c’est le corps esprit, c’est l’esprit ; car Dieu est     esprit. Puis Il a pris la poussière de la terre pour le former, afin de lui donner un corps de chair. Le corps spirituel et le corps de chair du premier Adam étaient des corps du péché. Il était donc constitué d’un corps spirituel du péché, et d’un corps physique du péché. Ces deux corps étaient destinés à prendre le péché. Vous voyez ! Dès le commencement Dieu Lui-même avait créé le premier Adam dans une chair du péché, destinée au péché. C’est la Manne Fraîche. Cette chair du péché était déjà destinée à laisser entrer le péché en elle, afin qu’elle soit souillée. Pour que cela puisse arriver, il y a eu un transfert du péché. Savez-vous où le péché a été commis pour la toute première fois ? C’était au ciel, dans le Lieu très Saint. Oui Monsieur. Qui a créé ce péché ? C’est Dieu Lui-même. Il a aussi créé deux sortes d’anges : Les anges de lumière, avec un corps spirituel de justice et de sainteté, et les anges des ténèbres, avec un corps spirituel du péché. Les corps spirituels de justice et de sainteté ne peuvent pas devenir les corps spirituels du péché. Et les corps spirituels du péché ne peuvent pas non plus devenir les corps spirituels de justice et de sainteté. A travers ces deux catégories d’anges, les anges de lumière et les anges des ténèbres, nous pouvons voir le mystère de la prédestination. A travers elles, nous pouvons aussi voir les deux races humaines qui sont sur la  terre : Les enfants de Dieu et les enfants du diable.

Dieu a créé Adam dans la sainteté, sans aucun péché. Il a été la toute première immaculée conception, mais il était imparfait, à cause de sa chair du péché. En lui, était sa femme, sous la forme d’esprit et de sang. Quand Dieu a fait tomber sur l’homme un profond sommeil, Il a pris une de ses côtes pour former la femme. Contrairement à ce que dit frère Branham, cette côte n’est pas un os physique. Cette côte, c’est le symbole de l’esprit et du sang de l’homme. Ainsi Dieu a formé un être vivant semblable à l’homme. La femme correspond à l’homme, elle lui ressemble. C’est son image et sa gloire. L’homme étant la création originale, la femme est sa photocopie conforme. Quand Dieu a pris une côte de l’homme, savez-vous ce qui en est sorti ? Un autre homme.  Oui        Monsieur. Un homme est sorti de l’homme. Un autre homme est sorti de l’homme. C’est ici la Manne Fraîche la pure Parole. Savez-vous comment Dieu a appelé l’homme et la femme, après les avoir créés ? Il les a appelés, tous les deux d’un seul nom, le nom d’Adam. L’homme s’appelait Adam ; la femme aussi s’appelait Adam. L’Ecriture dit, dans GENESE 5 : 1-2, que Dieu « créa l’homme et la femme, il les bénit, et il les appela du nom d’homme, lorsqu’ils furent créés. » Comment appela-t-Il l’homme ? Il l’appela homme. Et comment appela-t-Il la femme ? Il l’appela aussi homme. Le nom d’homme, c’est le nom d’Adam. Il appela donc les deux du nom d’Adam. Adam, la femme, était donc en Adam, l’homme. En d’autres termes, l’homme était dans l’homme. Au départ, Dieu appela les deux du nom d’homme. Mais quand Dieu a fait sortir un homme de l’homme, l’homme, l’appela du nom de femme. Ce nom de femme, veut dire ‘’pris de l’homme’’, "sorti de l’homme.″ Comprenez-vous les Ecritures et la puissance de Dieu ?

Au temps de l’aube, Dieu a créé la lumière, qui est le jour, manifestant ainsi Sa puissance et Son amour. Quand la Rosée de l’Hermon, la Rosée matinale, qui était déjà présente à l’aube, entra en action, elle produisit la lumière, le jour. En ce temps prophétique de l’aube, la même  Rosée de l’Hermon, la Rosée matinale, agit sur la Parole, la Manne    Fraîche, afin de produire la lumière, le temps prophétique de l’aube, qui est un nouveau jour. La Rosée de l’Hermon, symbolise le revêtement de la puissance d’En-Haut et  du Feu Divin auxquels j’ai eu part, par la grâce de Dieu, afin de commencer le temps prophétique de l’aube, avec la  Manne Fraîche. La promesse de la venue de la Manne Fraîche a été faite au temps prophétique du soir. Mais son accomplissement a eu lieu en ce temps prophétique de l’aube, quand la Parole prophétique est venue à moi enveloppée de la Rosée matinale, la Rosée de l’Hermon. Cette même   Parole vient à vous, ointe de cette Rosée de l’Hermon. A quel moment descend cette Rosée ? Elle descend à l’aube, d’auprès de Dieu. Et la  Manne Fraîche, à quel moment descend-elle d’auprès de Dieu ? A l’aube. Ces choses prendront fin , en ce qui me concerne, au début du temps prophétique du matin, qui est confondu à la fin du temps prophétique de  ’aube. Savez-vous que je suis l’alpha et l’oméga de ce temps prophétique de l’aube ? En effet, je suis le commencement et la fin de ce temps,      Jésus-Christ Lui-même étant l’unique Alpha et Oméga de tous les temps prophétiques. Frères, me comprenez-vous ? Etudiez la Manne Fraîche ! S’il y a une Parole à sonder, c’est bien la Manne Fraîche. Savez-vous ce qu’elle est pour vous ? C’est votre vie, votre destinée. En elle se trouvent votre vie passée, votre vie présente, et votre vie future. C’est pourquoi je vous exhorte à l’étudier, à la sonder et la garder. C’est en elle que se trouve la Vie éternelle. Cette Vie se trouve aussi dans le Fils de l’homme. Ce que je dis et ce que j’écris sont esprit et vie. Quiconque lit ces choses, les sonde, reconnaît leur véracité, et discerne en elles l’Esprit du Fils de l’Homme, a la plénitude de la Vie éternelle. Celui-là a vu le Fils de l’homme de son temps, et a cru en lui.

Avez-vous vu le Fils de l’homme de votre temps ? Croyez-vous en lui ? Que le Nom du Seigneur en soit béni !

LA ROSEE DE L’HERMON SUR LES 144.000

Dans APOC. 14 : 1, nous voyons l’Agneau sur la montagne de Sion, là où descend la Rosée de l’Hermon, avec cent quarante quatre   mille personnes. Qu’est-ce qui caractérise ces personnes ? Sur leurs fronts sont écris deux noms : Le Nom de l’Agneau et le Nom de Son Père. Quels sont ces noms-là ? Ce sont des noms nouveaux que personne ne connaît. D’après APOC. 3 : 12, l’Ecriture dit que le Seigneur écrira sur le vainqueur le nom de la nouvelle Jérusalem, le nom de Son Dieu, et Son Nom nouveau. Ce sont ces Noms nouveaux du Père et de l’Agneau qui seront écrits sur les fronts des cent quarante quatre mille personnes qui seront sur la montagne de Sion, qui est l’Hermon. Voici la deuxième caractéristique : Ces cent quarante quatre mille personnes marquées du Sceau Divin, échapperont aux terribles fléaux qui frapperont la terre. Ce sera le signe de leur invulnérabilité, de leur invincibilité, de leur protection et de leur sécurité. Pour pouvoir échapper au jugement de Dieu, à la condamnation éternelle, frères, il nous faut absolument être marqués du Sceau de Dieu, qui est le baptême du Saint-Esprit et du Feu Divin. Quand le sixième sceau sera ouvert, les fléaux vont frapper la terre. Ceux qui sont en Christ,  à travers les âges, qui ont vu le Fils de l’homme de leur temps, et qui ont cru en lui, qui sont véritablement nés de nouveau, et qui sont réellement revêtus de la puissance d’En-Haut et du Feu Divin, ne verront pas ces fléaux. Car ils auront été enlevés avant ces jugements Divins, dans un corps immortel, incorruptible, puissant et glorieux. Les enfants de Dieu qui n’auront pas été enlevés verront ces choses terribles qui arriveront. Mais le Seigneur a promis de leur préparer un lieu où ils seront nourris et protégés pendant trois ans et demi. Pendant que ces fléaux s’abattront sur la terre, Dieu enverra un aigle à Ses enfants, qui auront la possibilité de laver leurs robes dans le Sang de l’Agneau et de les blanchir.

Qu’est-ce que le Sceau de Dieu ? Le Sceau de Dieu, c’est le Sceau du Saint-Esprit. A quel endroit Dieu marque Ses élus de Son Sceau ? Là où ils demeurent ensemble dans la même Parole prophétique qui est Christ, dans la même vision qui est Christ, dans le même chemin qui est Christ, dans la même vérité qui est Christ, et dans la même vie qui est Christ. Du temps de l’Eglise d’Ephèse, qui a été marqué du Sceau de Dieu ? Ce sont ceux qui ont connu l’ange de cette Eglise et son Message, et ont reçu son Message. Il en est de même de l’Eglise de Smyrne, de  Pergame, de Thyatire, de Sardes et de Philadelphie. Au septième âge, qui est l’Eglise de Laodicée, personne n’a été scellé du Saint-Esprit à l’intérieur de cette Eglise, puisque Celui qui scelle et qui baptise du            Saint-Esprit et de Feu, est dehors, à la porte. Dans APOC. 3 : 20, Il dit : « Voici, je me tiens à la porte et je frappe ; si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, et je souperai avec lui, et lui avec moi. » Le mot ‘’souper’’ nous renvoie au repas du soir, de la nuit. Nous sommes donc au temps prophétique du soir. En ce temps-là, le Fils de l’Homme n’est pas à l’intérieur de l’Eglise de Laodicée, mais à l’extérieur. Et Il appelle Ses élus à en sortir. Avez-vous remarqué que le souper se prend à l’extérieur de l’Eglise de Laodicée ? Si Christ, le Fils de l’Homme n’est pas à l’intérieur de cette Eglise, qui est donc à l’intérieur ? Le diable. Que signifie "j’entrerai chez lui, et je souperai avec lui, et lui avec moi″ ? C’est le symbole de la nouvelle naissance, de la réception du Saint-Esprit, et du baptême du Saint-Esprit et de Feu. Ces choses se font au temps prophétique du soir. Celui qui a entendu la Voix du Fils de l’Homme, c’est-à-dire qui a cru en Jésus-Christ et a reçu Sa Parole dans son cœur, en ce temps-là, est né de nouveau, né d’eau et d’Esprit, et a  reçu le don du  Saint-Esprit. Il a donc reçu le Sceau de Dieu. Je voudrais insister pour dire que c’est hors de l’Eglise de Laodicée, que le Sceau de Dieu a été donné à ceux qui en sont sortis. Tous ceux qui sont restés à l’intérieur de cette Eglise sont marqués du sceau du diable. Qu’est-ce que l’Eglise de Laodicée ? C’est une Eglise apostâte dans laquelle sont enseignées des doctrines de démon.

Aujourd’hui encore, nous avons besoin du Sceau de Dieu, qui est le Sceau du Saint-Esprit, qui garantit et sécurise notre Salut, qui assure et garantit son éternité. Qu’est-ce qu’un sceau ? C’est un cachet qu’on appose sur un document, afin de le rendre authentique, le clore de façon inviolable. Dans l’administration par exemple, quand le président de la république prend un décret, celui-ci est rédigé. Il signe ce décret, y appose son cachet pour le rendre authentique, et pour le clore de façon inviolable. Dieu fait la même chose avec Ses élus. Son cachet, c’est Son Sceau. Nous, nous sommes des Lettres de Christ. A la nouvelle naissance, Il leur donne un cœur nouveau et un esprit nouveau. Et Il met Son cachet, Son Sceau sur eux, pour attester qu’ils sont d’authentiques enfants de Dieu, et pour achever l’œuvre de cette nouvelle naissance. Personne ne peut violer cet acte Divin, ni les hommes, ni les femmes, ni la hauteur, ni la profondeur, ni la largeur, ni la longueur, ni les puissances, ni le péché, ni les démons, ni Satan. Par Son cachet Divin, le Seigneur atteste que Ses élus ont acquis un salut éternel, et inviolable. Même le péché le plus grave ne peut pas le remettre en cause, encore moins l’enlever. Frères, notre Salut en Jésus-Christ est un Salut éternel. Le Seigneur, après avoir été élevé à la perfection, est devenu pour nous qui Lui obéissons, l’Auteur d’un Salut éternel, comme le dit l’Ecriture, dans HEBREUX 5 : 9. Qu’est-ce qui garantit l’éternité de notre Salut en Jésus-Christ ? C’est le Sceau de Dieu, le Saint-Esprit. Quiconque reçoit le don merveilleux du Saint-Esprit, ne peut pas le perdre, à cause de l’excellence et l’absolue perfection de l’œuvre de Christ. Cependant, il peut L’attrister ou L’éteindre en faisant ce qui est mal aux yeux de Dieu. Dans EPHESIENS 4 : 30, l’Ecriture dit : « N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption. » Vous voyez ! C’est par le Saint-Esprit que Dieu nous scelle pour le jour de la rédemption. C’est donc un Sceau de Dieu. Quel est ce jour de la rédemption ? C’est le jour de la résurrection. L’apôtre Paul a limité le scellement Divin dans le temps, quand il prêchait son Message dans son âge. Dans notre âge, nous transcendons le temps, afin de l’étendre jusque dans l’éternité. C’est ici la Manne Fraîche : Dieu nous a scellés par le   Saint-Esprit pour l’éternité. Pendant le règne de mille ans, nous aurons toujours le scellement Divin en partage, ainsi que dans l’éternité. D’éternité en éternité, le Saint-Esprit sera en nous, selon le bon plaisir de la volonté de Dieu, et à la louange de Sa gloire. Dans ROMAINS 8 : 9, l’Ecriture dit : « …Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. » Frères, vous voyez pourquoi il est absolument important pour nous tous de recevoir l’Esprit de Christ, d’en être remplis, et d’en être remplis jusqu’à toute la plénitude de la Divinité ? Sans cet Esprit, nous ne pouvons rien faire. Si quelqu’un a la Parole de Christ, et n’a pas Son Esprit, il ne peut être un homme accompli. S’il L’attriste, il ne peut être non plus un homme accompli. Pour être un homme accompli, il faut recevoir la Parole prophétique de l’âge, naître de nouveau, d’eau et    d’Esprit, être baptisé du Saint-Esprit et de Feu.

« Voici, oh ! Qu’il est agréable et qu’il est doux

Pour des frères de demeurer ensemble !

C’est comme l’huile précieuse qui, répandue sur la tête,

Descend sur la barbe, sur la barbe d’Aaron,

Qui descend sur le bord de ses vêtements.

C’est comme la rosée de l’Hermon,

Qui descend sur les montagnes de Sion ;

Car c’est là que l’Eternel envoie la bénédiction,

La vie,  pour l’éternité. » (PS 133 : 1-3).

Que l’Onction qui est sur vous, et en vous, vous enseigne toutes choses ! Qu’elle vous conduise toujours en eau profonde, jusqu’à ce que nous parvenions tous à la connaissance du Fils de Dieu. Frères, qui est le Fils de Dieu ?

Que Dieu vous bénisse !

Je vous aime

A bientôt.

FRERE ABOKON CHRIST-MOISE,  LE FILS DE L’HOMME

Mise à jour le Samedi, 12 Septembre 2015 07:28
 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix