Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 11 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
160
Hier :
506
Semaine :
666
Mois :
160
Total :
3677850
Il y a 4 utilisateurs en ligne
-
4 invités


NOUS SOMMES COLLABORATEURS AVEC DIEU PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Samedi, 12 Septembre 2015 07:51

Message prêché  le dimanche 11 avril 2010, au Tabernacle Le Chandelier d’Or ; Yopougon-Selmer ; Abidjan ; République de Côte d’Ivoire. Matin

Paroles de frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme, que le Seigneur lui a données pour la perfection des saints.

Bonjour bien-aimés de Dieu. C’est avec beaucoup de joie que nous venons d’écouter ces témoignages des bienfaits du Seigneur en notre faveur. L’Ecriture dit que Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et pour toujours. Ce qu’Il a fait par les mains des apôtres, Il le fait aussi par nos modestes mains. Je vous ai dit une fois qu’il y a un livre dans la Bible qui n’est pas encore scellé : C’est le livre des actes des apôtres. Tous les autres livres sont scellés, et on ne peut rien y ajouter, ni rien en retrancher. Mais le livre des Actes des apôtres n’est pas encore scellé dans la mesure où le Saint-Esprit qui a utilisé les apôtres autrefois, nous utilise aujourd’hui pour accomplir les mêmes actes de Dieu. Chaque jour, le  Seigneur continue d’écrire de nouvelles pages des Actes des apôtres, en accomplissant d’autres signes, d’autres miracles et d’autres prodiges. C’est la preuve irréfutable que Jésus est vraiment sorti vivant du sépulcre et qu’Il vit à jamais.

Nous venons d’écouter avec joie le témoignage du frère     Roland de Yopougon, qui a remercié le Seigneur pour la délivrance qu’Il a opérée dans sa maison. Avant de rencontrer son épouse    Michelle, celle-ci avait été opérée à cause d’une grossesse extra-utérine (G.E.U). Et le médecin lui a dit qu’elle avait six mois pour guérir, et deux ans pour faire un bébé. Passé ce délai de deux ans, il lui serait difficile, voire impossible de concevoir. Mais sa femme lui a caché tout cela,  de peur de détruire son foyer. Depuis qu’ils sont ensemble, elle n’arrivait pas à concevoir. Voulant savoir exactement ce qui n’allait pas, il a posé la question à son épouse, qui lui a  enfin tout raconté. Mais, il lui a dit que le Seigneur Jésus-Christ  pouvait faire quelque chose pour eux. Frère Roland et son épouse sont arrivés dans ce Tabernacle Le Chandelier d’Or,  avec ce problème : Son épouse a subi une intervention chirurgicale à la suite de laquelle une de ses  trompes  a été coupée, ce qui l’a rendue stérile.

Mais, au cours d’une veillée de prière organisée en 2009, j’ai prié pour les femmes stériles. Michelle était  dans la ligne de prière. C’est après cette veillée de prière,  qu’elle est tombée enceinte,  huit ans après l’intervention chirurgicale. Et aujourd’hui, elle a fait un bébé, par la grâce de Dieu. En écoutant son témoignage, nous ne pouvons que nous réjouir et louer le Nom du Seigneur Jésus-Christ,  qui est pour nous, avec nous et en nous, par Son Esprit. Nous avons aussi écouté le témoignage rendu par le frère Pacôme, à la louange de la gloire du Seigneur. Il a parlé de son cousin qui était gravement malade. Tous les médicaments pharmaceutiques n’ont eu aucun  effet sur lui. Après un moment de jeûne qu’il a passé à  Williamsville, il est rentré à la maison. Quand il a vu l’état de la maladie dans lequel se trouvait son cousin, il s’est souvenu de ce cantique merveilleux:

Partout il va, Il fait du bien

Tout-puissant guérisseur guérit les lépreux

Quand les malades le voient, ils sont tous guéris

Partout il va, mon Sauveur fait du bien.


Et il a dit à son cousin : «Le Tout-puissant guérisseur est en moi et il a fait de moi un puissant guérisseur. Regarde-moi; tu es guéris au Nom de Jésus-Christ.» Et le Seigneur Jésus-Christ, le Tout-puissant guérisseur,  a complètement guéri son cousin. Vous voyez! Là où la médecine et les hommes ont échoué, le Seigneur a réussi. Il est triomphateur, et Il triomphe toujours.

La puissance de guérison se trouve dans Son Nom, parce que Son nom est le Nom rédempteur de Dieu sous  la nouvelle alliance. Esaïe avait prophétisé que le Fils naîtrait de la vierge,  et il s’appellerait Emmanuel. Mais quand l’ange Gabriel est venu vers la vierge Marie pour l’accomplissement de la prophétie d’Esaïe, il a dit plutôt que le Fils s’appellerait Jésus. Et dans toute la bible, on a appelé le Fils de l’homme du Nom de Jésus et non d’Emmanuel. Pourquoi ? J’ai déjà donné les raisons scripturaires à cela dans la prédication  intitulée "POURQUOI LE NOM DE JESUS, ET NON LE NOM D’EMMANUEL, QUI A POURTANT ETE PREDIT PAR LE PROPHETE DANS ESAIE 7.14?" C’est que le Nom Jésus est le Nom rédempteur de Dieu sous la nouvelle alliance. Le Nom       Emmanuel n’est pas le Nom rédempteur de Dieu ; il signifie simplement Dieu avec nous. Le Fils étant venu pour la rédemption, devait porter un nom rédempteur. Et ce nom, c’est Jésus. C’est pourquoi on ne L’a jamais appelé du nom d’Emmanuel, mais Jésus. Toute la puissance rédemptrice de Dieu se trouve en Jésus-Christ, et en    Jésus-Christ  seulement.

Frères, je voudrais aussi exprimer toute ma reconnaissance et toute ma gratitude au Seigneur Jésus-Christ  pour tout ce qu’il fait pour nous aujourd’hui, et en profiter pour vous exhorter à demeurer fermement dans Sa Parole. Aucune autre Parole ne peut remplacer sa merveilleuse Parole. La Manne Fraîche n’est pas venue pour remplacer la Parole du Seigneur car c’est la Parole du Seigneur.

Ce matin, nous allons encore écouter la Manne Fraîche, qui est la Doctrine de Christ. Je vais encore vous parler du Seigneur, et parler en son Nom, en ma qualité d’ambassadeur de Christ au     milieu de vous.

Voici le thème que je vais maintenant aborder: "NOUS  SOMMES COLLABORATEURS DE DIEU". Comme texte de  base, nous lisons 1 CORINTHIENS 3.6-9, dans la version Darby: "Moi, j’ai planté, Apollos a arrosé; mais Dieu a donné l’accroissement . De sorte que ni celui qui plante n’est rien ni celui qui arrose mais Dieu donne l’accroissement. Or  celui qui plante et celui qui arrose sont un; mais chacun recevra sa propre récompense selon son propre travail. Car nous somme collaborateur de Dieu; vous êtes le labourage de Dieu, l’édifice de Dieu." Frères, avant tout propos je voudrais vous rappeler ces paroles: "Examinez tout ce que vous pouvez examiner, retenez tout ce que vous pouvez retenir, et rejetez tout ce que vous pouvez rejeter. Car je ne suis infaillible."En ce qui concerne la Parole de l’Ecriture que nous venons de lire, je voudrais attirer votre attention sur ces cinq mots: "NOUS SOMMES     COLLABORATEURS DE DIEU". Un collaborateur est une personne qui travaille avec un autre qui partage sa tâche. Le verbe "collaborer" signifie selon le dictionnaire travailler en commun   ensemble à un ouvrage. Le préfixe ‘’co’’ exprime le concours,    l’union, simultanéité.

Quand l’Ecriture dit que nous sommes collaborateurs de Dieu, cela veut dire que nous travaillons avec Dieu ou du moins Dieu travaille avec nous dans sa moisson. Vous voyez! Dieu et nous, nous travaillons ensemble dans l’union avec le Saint-Esprit qu’il nous a donné. Nous travaillons simultanément, en même temps. Le Père et le Fils unique de Dieu ont travaillé ensemble, simultanément, étant une seule et même Personne Divine. En effet, le Père et le Fils sont un. Dieu et Christ sont un. Dieu c’est Christ ; et Christ est Dieu. C’est la seule et même Personne Divine. Sous l’ancienne alliance, Dieu s’est manifesté sous une apparence humaine en prenant un corps angélique. Sous la nouvelle alliance, le même Dieu s’est    révélé sous une apparence humaine en prenant un corps de chair. Quand il se sous la forme d’ange. Il portait le Nom de Yahvé, qui est le nom rédempteur sous la première alliance. Mais quand Il s’est manifesté dans un corps de chair afin de mourir pour nos péchés, Il a pris le Nom Jésus, qui est Son Nom Rédempteur sous la nouvelle alliance. Dans ESAIE 7.14, il est écrit dans l’écriture que le Fils qui allait naître s’appellerait Emmanuel. Mais Il n’a jamais été appelé de ce nom mais plutôt du Nom de Jésus. Pourquoi? C’est parce que le Fils devait accomplir une œuvre de rédemption. Pour cela Il devait porter un nom rédempteur or Emmanuel, qui signifie Dieu avec nous, n’est pas un nom rédempteur. Jésus ou  Yahshuah en hébreux est un nom rédempteur. Comparez-vous maintenant pourquoi le Fils de l’homme n’a jamais été appelé du Nom d’Emmanuel, mais plutôt du Nom El, qui est l’abréviation du nom Elohim. Et le Nom El signifie Dieu lui même. Emmanuel veut donc dire "Dieu lui-même est avec nous". Jésus-Christ  c’est donc Dieu lui même qui est avec nous. Le nom Elohim est singulier dans sa forme, mais pluriel dans son fond. Et ce pluriel ne révèle pas une pluralité de dieux mais une pluralité et une diversité d’attributs Divins du seul Dieu. Dans le Nom Yahshuah, il y a le Nom Yah, qui est l’abréviation de Yahvé ou Yahwé. C’est le nom rédempteur de Dieu. Comme vous pouvez le constater  le Yahvé de l’Ancien Testament. Il n’y a donc pas une trinité de personnes en Dieu. C’est Jésus-Christ  qui est Dieu; Il est le seul vrai Dieu, l’Invisible, l’Immortel, le Créateur de toutes    choses, du bien et du mal, l’Alpha et l’Omega, le Premier et le   Dernier. Que Son Nom soit béni à jamais ! Le Père, le Fils et le Saint-Esprit, c’est la seule Personne du Seigneur Jésus-Christ. C’est pourquoi le baptême se fait au Nom du Seigneur Jésus-Christ. On ne peut pas baptiser au nom du Père, le Fils et Saint-Esprit parce que Père, Fils et Saint-Esprit ne sont pas des noms rédempteurs de Dieu. D’après l’Ecriture dans ACTES 2.38-39, le baptême est fait pour la rémission des péchés, qui fait partie de l’œuvre de la        rédemption. On ne peut pas accomplir une œuvre de rédemption comme le baptême en invoquant les noms Père, Fils et Saint-Esprit, qui ne sont pas des noms rédempteurs. Dans Luc 24.47, le Seigneur dit que "la repentance et le pardon des péchés seraient prêchés en nom". Pas au nom du Père, Fils et Saint-Esprit, mais seulement en son Nom. Et Son Nom, c’est Jésus-Christ .Si quelqu’un est baptisé dans les noms non rédempteurs de Père, Fils et Saint-Esprit, qu’il se fasse rebaptiser dans le seul Nom rédempteur de Dieu sous la nouvelle alliance: JESUS-CHRIST. On vous a dit que Père n’est pas un nom, mais moi je vous dis par l’Ecriture, que Père est un nom. Car il est écrit dans ESAIE 9.6 (version Darby) qu’on “appellera son nom: Merveilleux, Conseiller, Dieu fort, Père éternel, Prince de paix.” Vous voyez ! Père est son nom. Ce n’est pas seulement un titre. C’est un nom, mais ce n’est pas un nom rédempteur; ce n’est pas le nom qui nous a été donné par lequel nous pouvons être     sauvés, ni par lequel nos péchés sont pardonnés et ôtés. C’est pourquoi on peut pas baptiser au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit pour le pardon des péchés. Faites-vous donc baptiser au Nom du Seigneur Jésus-Christ  pour le pardon de vos péchés.

Le Père et le Fils unique Jésus-Christ de Nazareth étaient des collaborateurs. Le Fils Jésus-Christ de Nazareth était collaborateur de Dieu le Père. Dieu était en lui réconciliant le monde avec          lui-même. Le Père, c’est le Saint-Esprit qui était dans le Fils        Jésus-Christ de Nazareth, en vue d’une collaboration, pour l’accomplissement des prophéties de la première alliance. Aujourd’hui  l’Esprit de Christ est en nous, en vue d’une collaboration pour   l’accomplissement des prophéties de la nouvelle alliance. L’Esprit de Christ et nous, nous travaillons ensemble pour l’avancement de l’œuvre de Dieu de façon simultanée. C’est en vérité l’Esprit de Christ qui fait toutes choses; nous, nous ne sommes que des instruments entre ses mains.

L’Ecriture dit que nous sommes collaborateurs de Dieu. Elle dit aussi que nous sommes cohéritiers de Christ, héritiers de Dieu et cohéritiers de Christ. Jésus-Christ n’est donc pas le seul héritier de Dieu, mais Il est L’Héritier unique de Dieu. Il n’est pas le seul Fils de Dieu, puisque nous aussi, nous sommes les fils de Dieu. Mais Il est le Fils unique de Dieu. Comprenez-vous ce mystère que vous révèle la Manne Fraîche par le Saint-Esprit? Le problème des gens aujourd’hui c’est qu’ils ne comprennent ni les Ecritures ni la puissance de Dieu. Et je fais partie de ces   gens-là, mais quelques fois, le Saint-Esprit m’aide à comprendre certaines Ecritures. L’Ecriture dit que Jésus-Christ est le Fils unique de Dieu. Elle dit aussi que nous sommes des fils de Dieu. C’est pourquoi je dis que              Jésus-Christ n’est pas le seul Fils de Dieu, mais qu’Il est le Fils  unique de Dieu. Je le dis au Nom de l’Ecriture. Et j’applique cette norme biblique à tous les autres attributs Divins. C’est donc en   vertu de cette norme biblique que je dis que Jésus-Christ  n’est pas le seul héritier de Dieu, car nous aussi nous sommes des héritiers de Dieu. Mais Il est l’héritier unique de Dieu. Si nous sommes aussi des héritiers de Dieu, cela veut dire que nous sommes cohéritiers de Christ. Jésus-Christ  n’est pas le seul Dieu, mais il est le Dieu     unique. Je sais qu’il est écrit dans l’Ecriture, qu’il est le seul Dieu selon 1 TIMOTHEE 1.17. Et c’est juste; croyez donc qu’Il est le seul Dieu comme le dit l’Ecriture. Quand je dis qu’Il n’est pas le seul Dieu, c’est tout simplement pour mettre en lumière un mystère du  Royaume de cieux. Dans 1 TIMOTHEE 1.17, l’expression "seul Dieu "signifie Dieu unique. Car la même Ecriture dit, dans EXODE 7.1, que Moïse a été fait Dieu, avec un “D” majuscule. En outre, dans PSAUMES 82.6, Dieu nous dit : “Vous êtes des dieux”. Vous voyez! Il y a donc plusieurs Dieux, mais Jésus-Christ  est le Dieu unique; Il est le Dieu des dieux, le Seigneur des seigneurs, le Roi des rois. L’Ecriture dit, à juste titre d’ailleurs, dans                    1 CORINTHIENS 8.5-6 qu’il “est des êtres qui sont appelés dieux, soit dans le ciel soit sur la terre, comme il existe réellement plusieurs dieux et plusieurs seigneurs.” Vous voyez! Il existe réellement plusieurs dieux et plusieurs seigneurs. Mais Elle dit aussi que "néanmoins pour nous il n’y a qu’un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses et pour qui nous sommes, et un seul Seigneur Jésus-Christ, par qui sont toutes choses et par qui nous sommes.”Avez-vous remarqué ici le mystère de Dieu créateur du bien et du mal ? L’Ecriture parle en effet, du Père de qui viennent toutes choses, c’est-à-dire le bien et le mal, les cieux et la terre, les anges de lumière et les anges des ténèbres, la lumière et les ténèbres, la richesse et la pauvreté. Ô quelle merveille ! Avez-vous aussi remarqué que Jésus-Christ  est le seul Seigneur de qui viennent toutes choses, le bien et le mal, la lumière et les ténèbres, la vie et la mort ? Comment peut-il être le seul Seigneur, s’Il est selon               APOCALYPSE 19.16, Seigneur des seigneurs?

Oui, Il est le seul Seigneur. C’est l’Ecriture qui le dit. Mais Il n’est pas non plus le seul Seigneur, puisqu’Il est Seigneur des     seigneurs. Et c’est aussi l’Ecriture qui le dit. J’espère que vous êtes spirituels, et que vous comprenez les Ecritures et la puissance de Dieu. S’Il est à la fois le seul Seigneur et Seigneur des seigneurs, cela veut dire que l’expression “seul Seigneur” signifie Seigneur unique. Jésus-Christ  n’est donc pas le seul Seigneur puisque nous aussi nous sommes des seigneurs par la volonté de Dieu. Mais Il est le seul Seigneur en ce sens qu’Il est l’Unique   Seigneur et qu’il est incomparable, qu’Il est unique en son genre, et que personne dans les cieux, sur la terre et sous la terre ne peut s’égaler à lui. Le      Seigneur Jésus-Christ  est unique en son genre, et cela à tout point de vue. William Branham dans sa brochure intitulée “DIEU AMENE SON EGLISE A LA PERFECTION ” s’est targué d’être égal à Jésus-Christ. Mais ne faites pas attention à cela parce qu’il ment. Il a osé dire aussi qu’il est né hors du péché, mais ne le croyez pas.

Jésus-Christ  homme n’est pas le seul collaborateur de Dieu, mais Il est l’unique collaborateur de Dieu. Il est le rédempteur    unique, mais pas le seul rédempteur; Il est le Sauveur unique de l’humanité, mais il n’est pas le seul sauveur de l’humanité. Car Il a fait de nous, par son sang, des rédempteurs et des sauveurs avec Lui. L’Ecriture dit que Christ a vaincu le malin. La même Ecriture dit que nous aussi, nous avons vaincu le malin par le Sang de     l’Agneau. Nous sommes donc des co-vainqueurs avec Christ. Il est écrit dans l’Ecriture que Christ est guérisseur, mais il est aussi écrit que nous avons le pouvoir de guérir les malades. Christ le Guérisseur par essence et par excellence, en nous donnant le pouvoir de guérir les malades, a fait de nous des guérisseurs: Nous sommes donc co-guérisseurs avec Christ le Guérisseur. Le mystère de la collaboration avec Dieu est grand et couvre tous les aspects de l’œuvre de Dieu. Ce mystère nous permet de jouir des mêmes attributs que Christ sans l’égaler aucunement. Christ est Dieu, nous aussi nous sommes des Dieux à l’instar de Moïse. Cependant Il est l’unique Dieu. Christ est l’héritier de Dieu. Nous le sommes aussi. Cependant, Christ est l’unique héritier de Dieu. Christ est Créateur; nous aussi sommes créateurs. Cependant Christ est l’unique créateur qui utilise les créateurs que nous sommes. Christ le Créateur par       essence et par excellence, a fait de nous des co-créateurs, pour la gloire de son Nom. Lorsque quelqu’un meurt, il n’y a plus de vie en lui. Mais Christ nous a donné le pouvoir de ressusciter les morts. Or, on ne peut pas ressusciter les morts au Nom du Seigneur        Jésus-Christ, sans donner la vie. Et donner la vie à un mort ne peut se faire que par la puissance créatrice de Dieu. La résurrection est donc une création. Celui qui a le pouvoir de ressusciter les morts par le Nom puissant de Jésus-Christ, est un créateur de vie. Il n’est pas le Créateur, mais un créateur : il est donc co-créateur avec Christ le Créateur. Il est collaborateur de Dieu dans la création de la vie naturelle. Il est l’instrument créateur utilisé par le Seigneur             Jésus-Christ  le Créateur par essence et par excellence.

Un jour, je partais au travail, et j’ai vu un taxi terrasser une femme. Le taxi l’a violemment heurtée, l’a projetée en l’air. Quand elle est tombée sur terre,  elle ne respirait plus. Je me suis précipité sur les lieux de l’accident. Et quelqu’un a dit: Elle est morte. Je suis tombé à genoux à côté de ce corps inerte. Et j’ai commencé à prier. Et tout à coup, cette femme commença encore à respirer. Et je me suis éclipsé quand les gens chercher à faire ma connaissance. Il y a eu création de vie naturelle. Je me souviens aussi de cet enfant qui est mort, et pour qui j’ai prié pendant une heure, avant que la vie ne revienne en lui. C’était une création, une résurrection. Ce jour là, j’entendis deux voix distinctes me parler clairement. La première me disait que l’enfant est mort, et que je ne pouvais rien faire pour lui. Elle était lugubre et moqueuse. L’autre voix, plus calme et plus douce, me dit : Prie, Prie, Prie. Et j’ai reçu assez de foi pour réclamer la résurrection de l’enfant, par la grâce de Dieu. Cette résurrection fait partie des promesses de Dieu pour nous. C’est une création. Vous voyez, Christ le créateur a fait de moi un créateur. Je suis donc un co-créateur avec lui, collaborant avec Dieu pour l’accomplissement du plan de la rédemption. Frères, la puissance de  résurrection est pour nous. Mais elle ne peut se déployer pleinement que lorsque nous nous emploierons à prier beaucoup et à observer les jeûnes multipliés. John Wesley dit que Dieu n’agit qu’en réponse à nos prières. C’est pour cette raison que nous devons nous armer de courage, de foi et de persévérance, pour vaquer à la prière  dans la ferveur du Saint-Esprit, et pour pratiquer le jeûne auquel Dieu prend plaisir. La prière est le seul moyen dont nous disposons pour parler au Seigneur. Celui qui ne prie pas et qui ne jeûne pas, asphyxie son âme, et l’empêche de s’élever dans les hauteurs spirituelles pour jouir de la plénitude de la gloire céleste.

Nous sommes collaborateurs de Dieu, héritiers de Dieu et  cohéritiers de Christ, par le sang de la croix. En quoi consiste notre collaboration avec Dieu ? Elle consiste à l’avancement de l’œuvre du Seigneur, que nous allons examiner en nous basant sur les    Saintes Ecritures. Si ce que je vais dire n’est pas conforme à la    Parole, rejetez-le. Ne faites jamais comme ces incrédules de branhamistes qui avalent, même les hérésies de leur soi-disant dernier prophète. Je vous le répète : Examinez les Ecritures pour voir si ce que je dis est vrai. Si la Manne Fraîche, ce n’est pas le mystère de Christ, alors rejetez-la. Si elle ne reflète pas la lumière des          Ecritures, rejetez-la.

Comme je l’ai déjà dit, la collaboration avec Dieu s’étend sur tous les aspects de l’œuvre de Dieu. Elle s’étend sur tout le plan de la rédemption. De Genèse à Apocalypse, nous pouvons voir   l’homme en collaboration avec Dieu. Savez-vous que le premier homme sur terre, Adam, était un collaborateur de Dieu ?


ADAM : UN COLLABORATEUR DE DIEU

La collaboration entre Dieu et l’homme à commencé dans le jardin d’Eden. Après avoir créé les cieux et la terre par Sa Parole, Dieu a créé l’homme à son image, à sa ressemblance. Il a donné à l’homme, créé à son image et à Sa ressemblance la souveraineté sur la terre, avec le pouvoir de procréer, et de dominer sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre. En établissant Adam souverain sur la terre, Dieu a fait de ce dernier, un collaborateur. En effet, le règne et la domination du   Seigneur sur la terre devaient se faire au travers de l’homme, collaborateur de Dieu. Collaborer, c’est  œuvrer ensemble, travailler ensemble, faire quelque chose ensemble. Le pouvoir de domination qu’Adam avait, venait de Dieu. Pourquoi Lui a-t-Il donné ce pouvoir de domination ? C’est pour que l’homme, Adam, domine avec lui sur la terre. C’est pour qu’il soit son collaborateur dans la domination et la gestion de la terre. C’est pour qu’il soit un souverain, créé à l’image et à la ressemblance du Véritable Souverain qui est Dieu. Adam était donc co - souverain de Dieu.  Il était le collaborateur de Dieu. Le Seigneur a travaillé avec l’homme à la domination de la terre, dans une parfaite collaboration. L’Ecriture dit que nous sommes ouvriers avec Dieu, selon 1 CORINTHIENS 3.9. Cela veut dire que nous œuvrons avec Dieu. Or, dominer sur la terre participe de l’œuvre de Dieu. C’est pourquoi je dis, en conformité avec l’Ecriture, qu’Adam qui a dominé sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel et sur les animaux, était un collaborateur de Dieu dans l’œuvre de domination. Dieu lui a déléguée son pouvoir pour qu’il domine sur la terre, en union avec Lui. C’est ici la Manne Fraîche. C’est ici le mystère de la collaboration entre l’homme et Dieu. Cette collaboration est basée sur un principe divin : La     création de l’homme à l’image et à la ressemblance de Dieu. Ce principe divin est le partage de tous les fils de Dieu, qui auront l’honneur et le privilège de régner avec Christ : Ils sont créés en  Jésus-Christ à l’image et à la ressemblance de Dieu. Ils sont le reflet de Sa Personne, comme Christ est le reflet de la Personne du Père. Ils sont l’empreinte de Christ, comme Christ Lui-même est l’empreinte de Dieu. Frères, l’Ecriture dit dans HEBREUX 1.1-3, que Christ, le Fils unique de Dieu, est le reflet de la gloire et l’empreinte de la Personne de Dieu le Père. Cela veut dire que Dieu et Christ sont un. Ils ne sont pas deux, mais un. Dieu, c’est Christ, et Christ est Dieu. C’est une même et seule Personne Divine. Si le Fils Christ, est l’empreinte de la Personne du Père, cela veut dire qu’Il est le Père. C’est donc à juste titre qu’Il a dit : « Celui qui m’a vu, a vu le Père. » Dans JEAN 14.7, le Fils de l’Homme dit à ses disciples : « Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon père. Et dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu. » Philippe lui dit alors : « Seigneur, montre nous le père, et cela nous suffit. » Et le Seigneur dit : « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m’as pas connu, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père. » A travers ces paroles inspirées, le Fils de Dieu a décliné son identité, en disant, de façon claire : Je suis le Père. En disant à Philippe, « il y a si longtemps que je suis avec vous », alors qu’il était question de montrer le Père à ses disciples, Il voulait simplement dire : « Il y a si longtemps que le Père est avec vous. » Le Fils de Dieu,            Jésus-Christ, est aussi Dieu le père. C’est la parole, la pure Parole. Il est le reflet de la Personne de Dieu : Il est donc Dieu. Il est l’empreinte de la Personne de Dieu : Il est donc Dieu. Savez-vous que chacun de nous a son empreinte, qui diffère de l’empreinte de    l’autre ? Savez-vous qu’à travers une empreinte donnée, on peut découvrir celui à qui appartient cette empreinte. Je voudrais faire une petite illustration, par la grâce de Dieu. Prenons le cas du     Seigneur quand Il était sur terre, dans un corps humain, un corps de chair. Son corps physique ne diffère en rien des autres corps, à l’exception de sa conception virginale. On demande à tous les hommes d’apposer leur empreinte sur du papier. Le Seigneur aussi appose son empreinte sur du papier. Et Dieu aussi descend, et appose la tienne sur du papier. L’on verra que l’empreinte du Fils est égale à tous points de vue à celle du père. Parce que le Fils et le Père sont une seule et même Personne ; ils sont un. La théorie de la trinité de personnes en Dieu, n’a donc aucun fondement scripturaire.

Dieu a créé l’homme à son image, à sa ressemblance, dans le jardin d’Eden. Puis Il lui a donné le pouvoir de procréer, et de dominer sur la terre. C’est ici le début de la collaboration entre Lui et l’homme. Remarquez que dans GENESE 1. 28, la collaboration se situe à deux niveaux :

1 Premier niveau : La collaboration dans la procréation

2 Deuxième niveau : La collaboration dans la domination

Au premier niveau, Dieu, après avoir créé l’homme et la   femme, les bénit, et leur dit : « Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre. » Cette bénédiction à l’égard de l’homme et de la    femme, révèle clairement la volonté de Dieu de les voir procréer, et de remplir la terre. Sachez maintenant que cette procréation ne peut se faire qu’avec l’aide de Dieu, qu’en union avec la Parole du         Seigneur et sa volonté. Dieu et l’homme vont œuvrer ensemble pour la procréation. Dieu va jouer sa partition dans cette œuvre de procréation, l’homme aussi va jouer sa partition. C’est ici le mystère de la collaboration entre l’homme et Dieu, qui a commencé dans le jardin d’Eden, par la volonté du Très-Haut. Adam était collaborateur de Dieu, dans l’œuvre de la procréation, de la domination de la terre.

Le mystère de la procréation est relié au mystère du salut de la femme, par l’apôtre Paul. Voici ce qu’il dit à cet effet, dans                             1 TIMOTHEE 2. 12-15. Dans cette Parole de l’Ecriture, le      Saint-Esprit, par la bouche de l’apôtre Paul, dit, qu’Il ne permet pas à la femme d’enseigner la Parole du Seigneur. Et Il en donne la raison : C’est parce que Eve, séduite par le serpent dans le jardin    d’Eden, s’est rendue coupable de transgression. Au verset 15, Il dit une Parole difficile à comprendre : « Elle sera néanmoins sauvée en devenant mère, si elle persévère avec modestie dans la foi, dans la charité, et dans la sainteté. » Voici ce que dit la version Darby : « Mais elle sera sauvée en enfantant… » Comme vous pouvez le constater, Paul qui, par la grâce de Dieu, a posé le fondement, à savoir Jésus-Christ, a relié le mystère de la procréation au mystère du salut en ce qui concerne la femme. Le fait d’enfanter est relié au salut de la femme. C’est ici la doctrine apostolique, enseignée par Paul. Quelquefois je me demande si un prédicateur stérile n’est pas un danger pour sa femme. Je me demande aussi si un prédicateur dont la femme est stérile depuis des années, ne doit pas s’interroger. Je me demande aussi si les chrétiennes qui se complaisent dans leur stérilité, ont déjà entendu parler de ce que dit l’Ecriture. Il y a des gens, qui clament haut et fort, qu’ils prêchent la doctrine des      apôtres, mais qui n’osent pas parler de cette mystérieuse Parole de l’Ecriture. Frères, le Salut de la femme est relié à l’enfantement. Autrement dit, aucune Chrétienne ne doit demeurer dans son état de stérilité. C’est pourquoi le Seigneur nous a donné le pouvoir de guérir les stériles, de proclamer par Sa puissance de résurrection la fécondité en Son Nom. Le fait de faire des enfants, étant relié au salut de la femme, par  l’Ecriture, je considère que cela rentre dans le cadre de la collaboration avec Dieu. C’est Lui qui nous a donné des appareils de reproduction et le pouvoir de procréer. Nous, nous utilisons ces appareils et le pouvoir de procréer qu’Il nous a donné pour faire Sa volonté. De la conception du fœtus à la naissance du bébé, Dieu travaille avec nous, chacun dans son domaine de définition. C’est ici le mystère de la Manne Fraîche révélant le mystère de la collaboration entre Dieu et l’homme dans la procréation. Le fait, pour une femme chrétienne mariée, d’enfanter, est un bienfait     rédempteur de Dieu. Toutes les filles de Dieu, mariées selon la volonté de Dieu, doivent absolument bénéficier de ce bienfait. C’est la Parole qui dit aux mariés de faire des enfants. Ne pas faire d’enfant, c’est désobéir à la Parole, c’est ne pas être collaborateur de Dieu dans l’œuvre de la procréation, à cause de votre incrédulité. O, quelle merveilleuse collaboration avec Dieu !

L’homme et la femme travaillent ensemble à la naissance des enfants. Ce sont des collaborateurs de Dieu, si du moins ils sont mariés dans le Seigneur.

Dans GENESE 2. 19-20, Dieu a établi un autre type de collaboration avec l’homme : Il lui a donné le pouvoir de nommer le bétail, les oiseaux du ciel et les animaux des champs. Dieu Lui-même a nommé certaines choses qu’Il a créées, telles que la lumière qu’Il a appelée jour, le ciel, la terre, avant de donner le pouvoir à Adam de donner les noms à d’autres créatures. C’est ici le mystère de la collaboration avec Dieu. C’est ainsi que l’homme a donné des noms à tout le bétail, aux oiseaux du ciel et aux animaux de la terre. Il a reçu ces noms-là par une révélation divine. Si Dieu a donné des noms à certaines créatures, et si l’homme en a donnés à d’autres, cela veut dire que l’homme était collaborateur de Dieu. La collaboration était tellement parfaite, et Adam a été tellement inspiré que Dieu Lui-même a agréé tous les noms que ce dernier a donnés au bétail, aux oiseaux, aux animaux. Remarquez que c’est par ces noms-là qu’Il appelle ces créatures. Il a mis ces noms dans la bouche de l’homme, qui les a révélés. Vous voyez ! Adam était collaborateur de Dieu. Il était ouvrier avec Dieu. Comme vous pouvez le constater, il a été le premier instrument que le Seigneur a utilisé sur terre pour l’accomplissement de Sa volonté. Il a été créé à l’image de Dieu, à Sa ressemblance. Pour moi, il était un dieu sur terre. Il a d’abord été créé dans un corps spirituel, avant d’être formé de la poussière de la terre. C’est Elohim qui l’a créé dans un corps spirituel, mais c’est Yahvé-Dieu qui l’a formé dans un corps de chair. Le Nom Yahvé-Dieu ou l’Eternel Dieu apparait seulement lors de la formation de l’homme de la poussière de la terre, et non lors de Sa création en tant qu’image de Dieu. Or, le Nom Yahvé est un Nom rédempteur de Dieu. C’est Son Nom rédempteur sous le sang des animaux, et sous l’ancienne alliance qu’Il a conclue avec Moïse. Remarquez ceci : Avant que le péché d’Adam ne soit commis, et que le sang ne soit versé dans le jardin, l’Ecriture a déjà révélé le Nom rédempteur de Dieu : Yahvé, qui est traduit par l’Eternel. Pourquoi quand Dieu créait à son image, l’homme, Il s’est révélé sous le Nom Elohim, et sous le Nom Yahvé, quand Il le formait de la poussière de la terre ? Voici la révélation : Il savait d’avance que l’homme créé à son image, qui était un corps spirituel, n’allait pas pécher dans ce corps-là, mais plutôt dans son corps de chair. En se révélant sous le Nom de Yahvé-Dieu ou l’Eternel Dieu, dans      GENESE 2. 7, qui est Son Nom rédempteur, Il montrait déjà que l’homme allait tomber dans le péché, et qu’Il allait pouvoir à Sa rédemption. C’est ici la Manne Fraîche ! Yahvé, ou Yahweh, c’est le Nom rédempteur de Dieu sous le sang des animaux. Le Nom Jésus, est le Nom rédempteur du même Dieu, mais sous le sang de Christ. Tout le plan de la rédemption sous le sang des animaux reposait dans le Nom Yahvé. Et tout le plan de la rédemption sous la nouvelle alliance repose dans le Nom Jésus, qui est le Nom rédempteur de Dieu aujourd’hui. Souvenez-vous que toutes les promesses divines de la première alliance, y compris le plan de la rédemption, ont été rendues parfaites dans le Nom rédempteur de Dieu sous la nouvelle alliance. Ce Nom rédempteur, c’est Jésus-Christ. Je m’étonne que des gens délaissent ce Nom rédempteur de Jésus-Christ, au profit du nom de William Branham, poussant l’outrecuidance jusqu’à baptiser en ce nom. Quelle abomination ! Baptiser au nom de William Branham est la pire des abominations. Prêcher William Branham est une hérésie, un péché, une abomination. Nous, c’est le Seigneur Jésus-Christ que nous prêchons pour le salut de vos âmes. Car, selon l’Ecriture, il n’y a de salut en aucun autre, sinon dans le Nom de Jésus-Christ, qui est le Nom rédempteur que Dieu a porté quand Il est devenu un simple homme. Selon LUC 24. 47, l’Ecriture dit que la repentance et le pardon des péchés sont prêchés au Nom de     Jésus-Christ. Pas au nom de William Branham, ni en mon nom, mais au Nom Tout-suffisant du Seigneur Jésus-Christ. L’Ecriture dit encore dans ACTES 2. 38 que le baptême se fait au Nom de  Jésus-Christ pour le pardon des péchés et pour le don du           Saint-Esprit. Les branhamistes ont foulé au pied le Nom de         Jésus-Christ, qui est le Nom rédempteur de Dieu sous la nouvelle alliance ; ils ont profané ce Nom de la nouvelle alliance pour s’attacher au nom de William Branham, le soi-disant dernier prophète. Eloignez-vous d’eux ! Rejeter le Nom de Jésus-Christ, c’est rendre nul le plan de la rédemption. Il n’y a aucun pouvoir rédempteur dans le nom de William Branham pour qu’on puisse l’invoquer ou le prêcher. Seuls ceux qui sont morts spirituellement, qui n’ont pas le Saint-Esprit, invoquent ce nom dans le baptême.

J’accuse William Branham d’avoir préparé le chemin de la perdition, en se faisant l’égal de Jésus-Christ. Par ses miracles, et au nom de cette fameuse  colonne de feu, il a réussi à induire beaucoup de gens en erreur. Aujourd’hui, il y a des gens qui parlent de son ministère surnaturel et infaillible, dans le seul but d’égarer           davantage d’hommes. C’est William Branham lui-même, qui, en enseignant de fausses doctrines, des dogmes et autres, a détourné les gens de la véritable foi en Jésus-Christ. Il a prétendu qu’il est né hors du péché, se faisant ainsi l’égal de Jésus-Christ. C’est dans sa brochure « LA PROFONDEUR APPELLE LA PROFONDEUR », qu’il a dit ce mensonge, qui est aujourd’hui cru par les enfants de perdition. Dans sa brochure « DIEU AMENE SON EGLISE A LA PERFECTION », il montre qu’il est l’égal de Jésus-Christ. Il l’affirme. Vous voyez ! Il est sorti de la Parole pour s’enliser dans les profondeurs des ténèbres. Si quelqu’un dit qu’il est l’égal de             Jésus-Christ, c’est un menteur, et la vérité n’est point en lui.       William Branham est donc un menteur, un imposteur.

Le Nom de Jésus, en hébreux, c’est Yahshuah, qui signifie            Yahvé-Sauveur. Le Nom Yah veut dire Yahvé; c’est l’abréviation de Yahvé. Dans ESAIE 7. 14, l’Ecriture dit que l’enfant qui naîtrait de la vierge s’appellerait Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous. Mais, quand l’ange Gabriel est venu faire l’annonce de cette naissance à la vierge Marie, il a dit que l’enfant s’appellerait Jésus. Pourquoi donc le Nom de Jésus, et non le Nom d’Emmanuel qui a été pourtant prédit par le prophète Esaïe ? C’est parce que dans le Nom Emmanuel, il n’y a aucun pouvoir de rédemption. Or, l’enfant qui allait naître, venait pour le rachat des âmes perdues. C’est pourquoi Dieu lui a donné le Nom de Jésus, qui est le nom pour la rédemption des âmes. Le Nom El, c’est l’abréviation du nom Elohim, qui signifie Dieu Lui-même. Et il n’y a pas de puissance rédemptrice dans ce nom. Le Nom Yah, quant à lui, est l’abréviation de   Yahvé, qui est un nom rédempteur de Dieu, pour la rédemption des âmes. C’est dans ce seul Nom Yah que se trouve tout le pouvoir rédempteur de Dieu. C’est pourquoi sous l’ancienne alliance, Il s’est révélé à Moïse, selon EXODE 6. 3, sous le Nom de Yahvé, traduit par le Nom de l’Eternel. Et sous la nouvelle alliance, Il s’est révélé à nous sous le Nom de Yahshuah, traduit par Jésus. Dans ce seul Nom de Jésus se trouvent cachés tous les sept noms rédempteur de Dieu, qui sont :

1. Yahvé –Jiré : L’Eternel qui pourvoit

2. Yahvé-Rapha : L’Eternel qui guérit

3. Yahvé-Nissi : L’Eternel ma bannière

4. Yahvé – Schalom : L’Eternel notre paix

5. Yahvé – Tsidkenu : L’Eternel notre justice

6. Yahvé – Schamma : L’Eternel est ici

7. Yahvé – Raah : L’Eternel notre berger

Vous voyez ! Tous les bienfaits rédempteurs de Dieu se trouvent dans le Nom tout-suffisant de Jésus-Christ. Dois-je encore m’affubler d’un autre nom, du nom de William Branham ? William Branham a-t-il donné sa vie pour moi ? Pouvait-il donner son nom pour moi, lui, qui était un pécheur comme moi ? Dans le catholicisme romain, on dit que Marie est née sans péché et que le Pape est infaillible. Dans le branhamisme, on dit aussi que William Branham est né sans péché, et qu’il est infaillible. Ces deux entités religieuses sont animées de l’esprit anti-christ. L’esprit catholique romain et l’esprit branhamiste collaborent  ensemble pour séduire le monde entier, pour l’enivrer du vin de leur fornication. Mais, nous, nous collaborons avec Dieu, dans l’union dans la saine doctrine de Christ, pour vous conduire vers les verts pâturages et les eaux paisibles. Nous sommes ouvriers avec Dieu pour l’exaltation du Nom de             Jésus-Christ et de son Evangile. Le premier Adam a collaboré avec Dieu dans l’œuvre de la procréation, de la domination et de la révélation des noms donnés à certaines créatures. Les enfants de Dieu collaborent avec Dieu, mais sachez aussi que les enfants du diable aussi sont collaborateurs de Dieu. Les anges de lumière comme  Gabriel sont des collaborateurs de Dieu. Les anges des ténèbres, comme Satan, aussi sont des collaborateurs du même Dieu.        L’Evangile de Christ nous présente Judas Iscariote comme un collaborateur du Seigneur Jésus. J’espère que maintenant vous comprenez pourquoi je dis que les enfants du diable, les démons sont des collaborateurs de Dieu. C’est l’Ecriture.


JUDAS ISCARIOT : UN COLLABORATEUR DE CHRIST

Dans JEAN 17. 12, le Fils de l’Homme dit que Judas est un fils de perdition ; Il dit même qu’il est perdu. William Branham, dans un zèle amer, a contredit la Parole du Seigneur, en déclarant que Judas est sauvé et sanctifié. Comment un prophète de Dieu, peut-il se permettre de contredire ouvertement Christ le Dieu-prophète ? Comment William Branham, qui a clamé durant toute sa vie, son infaillibilité, a-t-il pu dire un tel mensonge ? Frère, il ne s’agit pas de clamer son infaillibilité, mais il s’agit de dire la Parole du Seigneur. Nous, nous croyons ce que le Fils de l’Homme a dit, et qui n’a besoin d’aucune interprétation particulière : Judas, le fils de perdition, est bel et bien perdu. Dans JEAN 6. 70, Il dit que Judas est un démon. Vous voyez !

Judas était un démon, un fils de perdition, et il était perdu. Dans MATTHIEU 10. 1-7, l’Ecriture dit que le Seigneur Jésus a appelé ce démon de Judas, ce fils de perdition, au ministère de la guérison divine et au ministère apostolique. L’apôtre Pierre dit, dans ACTES 1. 17, qu’il « avait part au même ministère » qu’eux. Comme vous pouvez le constater, ce démon et fils de perdition de Judas, était un disciple du Seigneur, un apôtre, qui avait reçu le pouvoir de guérir toute maladie et toute infirmité, de chasser les démons, de purifier les lépreux, de ressusciter les morts et de prêcher la Parole du Seigneur. Ce pouvoir lui a été donné par le Seigneur Jésus-Christ Lui-même. Ainsi ce diable de Judas, ce fils de perdition a manifesté pendant son ministère le pouvoir de Jésus-Christ. Ce diable de Judas a chassé les démons par le pouvoir divin que Christ lui a donné. Il était donc un collaborateur de Christ. Qui a envoyé Judas prêcher l’Evangile ? C’est le Seigneur Jésus-Christ. Qui lui a donné le pouvoir de faire des miracles et des prodiges ? C’est le Seigneur. Pour qui a-t-il œuvré ? Pour le Seigneur. Amen ! Judas était donc un collaborateur de Christ. Savez-vous aussi qu’il a été un collaborateur de Dieu dans l’accomplissement de l’Ecriture et dans le plan de la rédemption. Oui Monsieur. Judas a joué un rôle non négligeable dans l’accomplissement du plan de la rédemption. Avez-vous déjà remercié Dieu pour le rôle qu’a joué ce diable de Judas dans le plan du salut ? Tout le monde Sait qu’il a joué un grand rôle dans le plan du salut, mais personne n’ose en parler. On a comme l’impression que parler de cela est immoral, et que cela heurte la conscience, la morale, mais je suis désolé. Car je ne prêche pas la morale, mais la Parole du Seigneur. En outre c’est l’Ecriture, et non moi, qui nous révèle le rôle que ce diable de Judas a joué dans l’abolition du péché, dans le plan de la rédemption. L’Ecriture dit, dans ACTES 4. 27-28, que Ponce Pilate et Hérode se sont ligués contre Jésus, pour faire tout ce que la main et le Conseil de Dieu avaient arrêté d’avance. Comme vous pouvez le constater, Ponce Pilate et Hérode ont joué un grand rôle dans la mort de Jésus, donc dans le plan de la rédemption. Il en est de même de Judas, qui a livré le Fils de l’Homme. Lui aussi, a fait exactement ce que la main et le Conseil de Dieu avaient arrêté avant la fondation du monde. Il a donc collaboré d’une certaine manière à l’accomplissement du plan du salut. Dieu, avant la fondation du monde, a préparé le plan de la rédemption. Il a programmé la mort de Jésus pour le pardon et l’abolition du péché. Il a aussi choisi les acteurs de ce plan, avant la fondation de ce monde. Jésus était l’acteur principal de ce plan de la rédemption. Mais, il y avait aussi des acteurs secondaires, comme Judas, Ponce Pilate, Hérode, les Juifs, les Romains. Ils ont tous participé à un niveau ou à un autre à l’accomplissement de l’Ecriture concernant la mort de Jésus. C’étaient tous des collaborateurs de Dieu. Jésus de Nazareth était un collaborateur de Dieu. D’ailleurs Il était le collaborateur de Dieu par essence et par excellence. Judas était aussi un collaborateur de Dieu. Le rôle que Dieu lui a donné dans cette tragédie, c’était de livrer le Fils de l’Homme. Ce rôle, j’insiste, a été créé par Dieu. Et Dieu a choisi Judas pour le jouer à la perfection. Il y a donc eu collaboration entre Lui et ce diable de Judas. Dieu a écrit ce grand livre de tragédie, avec des rôles bien définis. Et il a choisi les acteurs qu’il fallait pour exécuter sa volonté. Judas était dans cette tragédie, un acteur important. S’il n’avait pas trahi et livré Jésus pour qu’il soit arrêté et tué, nous serions encore dans nos péchés. Puissiez-vous bénir le Nom du Seigneur pour Judas qu’Il a créé enfant du diable, qu’Il a choisi pour livrer le Fils de l’Homme pour être crucifié pour nous. Après avoir collaboré avec Dieu, en accomplissant Sa volonté, Judas, qui était un fils de perdition, avant la fondation du monde, est parti en son lieu : L’enfer. Quand il guérissait les malades, et les infirmes, quand il chassait les démons et annonçait l’avènement du Royaume des cieux, il était en étroite collaboration avec le Seigneur. Savez-vous pourquoi le Fils de l’Homme l’a choisi comme disciple ? Savez-vous pourquoi Il lui a donné le pouvoir de faire des miracles et d’opérer des guérisons, et le pouvoir de prêcher Sa Parole ? C’était pour faire de lui son collaborateur. Vous voyez ! Les fils de perdition aussi sont collaborateurs de Dieu. Mais, ils ne peuvent en aucun cas être sauvés. Car leur nom n’a pas été écrit, avant la fondation du monde, dans le livre de vie. Il a été écrit dans le livre de mort, avant la fondation du monde. C’est ici le mystère du livre de mort, révélé en ce temps de l’aube, au travers de la Manne Fraîche. Je sais que vous contesterez avec moi, en ce qui concerne le mystère de ce livre de mort. Et je bénis le Nom du Seigneur pour cela. Maintenant prenons l’Ecriture, dans APOCALYPSE 13. 8, et lisons : « Et tous les habitants de la terre l’adoreront, ceux dont le nom n’a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie de l’agneau qui a été immolé. » Qui sont ceux qui adoreront la bête qui monte de la mer ? Tous les habitants de la terre dont le nom n’a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie de     l’Agneau qui a  été immolé. Si leur nom n’est pas écrit dans le livre de vie de l’Agneau immolé, où est-il écrit ? Je crois que c’est dans un autre livre, qui est le livre de mort. L’Ecriture dit qu’il y a plusieurs livres au ciel. Pensez-y ! Je crois que le nom de tous les enfants de Dieu est écrit dans le livre de vie de l’Agneau immolé, avant la fondation du monde. Je crois aussi que le nom de tous les enfants du diable est écrit, dès la fondation du monde, dans le livre de mort. S’il y a un livre de vie, il y a aussi un livre de mort. Ces deux livres ont été écrits par Dieu, dès la fondation du monde.

William Branham dit que le nom de Judas était écrit, dès la fondation du monde, dans le livre de vie, mais que Dieu l’a effacé quand il s’en allait pour livrer Jésus. Je ne savais pas qu’un         prophète comme lui, pouvait raconter de telles blagues. Comment Dieu peut-il écrire un nom dans le livre de vie, avant la fondation du monde, et l’effacer après la fondation du monde ? Dieu serait-il un plaisantin ? Non. C’est William Branham le plaisantin. A supposer même qu’Il ait effacé le nom de Judas du livre de vie, comme le dit le soi-disant dernier prophète, où l’a-t-Il mis ? Frères, il faut que le nom de Judas soit absolument écrit dans un autre livre, car ceux qui ne sont pas trouvés écrits dans le livre de vie, seront jugés selon leurs œuvres, d’après ce qui est écrit dans les autres livres. Et s’il est vrai que son nom, après avoir été effacé par Dieu, a été écrit dans un autre livre, cela voudrait dire que Dieu continuerait d’écrire les noms aujourd’hui. O, quelle aberration ? Frères, Dieu n’a jamais écrit le nom de Judas dans le livre de vie. Dans                          APOCALYPSE 20. 15, l’Ecriture dit : « Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l’étang de feu. » Nous savons tous que Judas sera jeté dans l’étang de feu. Car son nom n’est pas écrit dans le livre de vie. Nous savons aussi que le nom de ceux qui ne seront pas jetés dans l’étang de feu, a été écrit dès la fondation du monde, dans le livre de vie. Si Judas sera jeté dans  l’étang de feu, c’est parce que son nom n’est pas écrit dans le livre de vie, avant la fondation du monde. Où donc est-il écrit ? Je crois que c’est dans le livre de mort qu’il est écrit. Je sais que vous brûlez d’envie de me demander de vous montrer un verset biblique où il est écrit noir sur blanc les mots : Livre de mort. Je ne le peux pas, tout comme personne ne peut me donner un passage dans la bible où il est écrit le mot enfer. Vous voyez ! C’est une question de révélation. Tous les noms qui ne sont pas dans le livre de vie sont écrits dans le livre de mort. Sachez aussi que Dieu a écrit tous Ses livres dès avant la fondation du monde. Judas, un collaborateur de Dieu, n’avait pas son nom écrit dès la fondation du monde. C’est pourquoi il a servi le diable.

Peut-être allez-vous me demander de vous expliquer ce que signifie l’Ecriture qui se trouve dans EXODE 32. 32-33 : « Pardonne maintenant leur péché ! Sinon, efface-moi de ton livre que tu as écrit. L’Eternel dit à Moïse : C’est celui qui a péché contre moi que j’effacerai de mon livre. » William Branham a pris justement cette Parole de l’Ecriture pour soutenir sa thèse selon laquelle Dieu efface les noms du livre de vie. Malheureusement, il n’a pas pris le temps d’examiner les autres Ecritures avant de parler. Dieu dit qu’Il efface le nom de celui qui pèche contre Lui. Et je crois, parce que c’est la Parole. Mais, qu’il me soit permis de demander pourquoi Il n’a jamais effacé le nom de David qui a violé son commandement qui dit de ne point commettre adultère. Pourquoi n’a-t-Il pas effacé le nom de Salomon qui s’est détourné de Lui, pour Servir de faux dieux ? Pourquoi n’a-t-Il pas effacé le nom de Moïse qui a péché contre Lui ? Pourquoi n’a-t-Il pas effacé mon nom lorsque je vivais dans le péché ? Pourquoi n’a-t-Il pas effacé vos noms du livre de vie quand vous étiez engloutis dans la boue du péché ? Le savez-vous ? C’est parce que nos noms ont été écrits dès avant la fondation du monde dans le livre de vie. En outre, Dieu n’est pas en train d’effacer des noms. Quand William Branham a péché contre Dieu, ce qui a causé la mort de sa femme Hope et de sa fille Sharon, Dieu a-t-Il effacé son nom du livre de vie ?

Dans le livre de vie se trouvent écrits le nom des vierges sages et le nom des vierges folles. Le livre de vie et le livre de vie de    l’agneau, c’est un seul et même livre. William Branham dit que Dieu a écrit le nom de Ses vrais élus dans la partie appelée livre de vie de l’Agneau, et le nom de ses autres enfants et de tous les autres hommes dans une partie appelée livre de vie. Car pour lui, le livre de vie de l’Agneau comporte deux compartiments : L’un appelé  livre de vie de l’Agneau où sont écrits les noms que Dieu ne peut pas effacer. L’autre, appelé livre de vie tout court, duquel Dieu   efface des noms à cause des péchés. Frères, je n’ai rien contre sa doctrine, peut-être inspirée par la fameuse colonne de feu, mais je ne partage pas son avis. Dans ma prédication sur le livre de vie et le livre de mort, j’ai donné plus de détails sur ces deux livres. J’ai expliqué, en m’appuyant sur l’Ecriture comment Dieu a effacé les noms, ce qu’Il entend pour effacer les noms. Que Son nom en soit béni ! Maintenant, si vous ne comprenez pas pourquoi le chrétien ne doit pas payer la dîme, comment comprendrez-vous le mystère du livre de vie et le mystère du livre de mort ? Savez-vous que Dieu a créé beaucoup de choses par paire ?

Voici ce que je veux dire exactement : Il a créé un Paradis et un  enfer, un homme et une femme, un mâle et une femelle, la lumière et les ténèbres, la vie et la mort. Il a créé le bien et le mal, pour la gloire de son Nom. Que son Nom en soit bénit !

JUDAS ISCARIOTE ETAIT UN COLLABORATEUR DU SEIGNEUR JESUS. SATAN AUSSI  EST UN  COLLABORATEUR DE DIEU.

Dans 2 CHRONIQUES 18. 19, Dieu dit : « Qui séduira Achab, roi d’Israël, pour qu’il monte à Ramoth en Galaad et        périsse ? » Que voulait Dieu ? Il voulait deux choses :

1. Qu’on séduise Achab

2. Qu’Achab meurt


Dans 2 CHRONIQUES 18. 20, un démon lui dit : « Moi, je le séduirai ». Et Dieu dit à ce démon : « Tu le séduiras, et tu en viendras à bout : sors, et fais ainsi. » Vous voyez ! Dieu avait décidé de la mort du roi Achab. Dans ce plan de mort qu’Il a conçu pour le roi Achab, plusieurs personnes devaient intervenir. Il faillait un démon pour séduire Achab, il fallait aussi de faux prophètes pour pousser le roi à aller en guerre, et il faillait enfin un peuple ennemi pour tuer Achab. Tous ces acteurs ont contribué chacun pour sa part, à la mort du roi Achab. Dieu les a utilisés pour faire mourir ce roi rebelle. Ils ont donc collaboré avec Lui dans la mise à mort du roi. De même que les enfants de Dieu collaborent avec Dieu pour conduire les gens à la vie éternelle, de même les enfants du diable collaborent avec Lui pour conduire les gens à la honte éternelle. Frères, nous sommes ouvriers avec Dieu, collaborateurs de Dieu dans tout ce qu’Il fait dans Sa maison qui est l’Eglise.


NOUS SOMMES CO – GUERISSEURS AVEC CHRIST    L’UNIQUE GUERISSEUR

L’Ecriture dit que nous sommes collaborateurs de Dieu, ouvriers avec Dieu. Cette collaboration avec le Seigneur s’étend sur tous les domaines de la vie spirituelle y compris le domaine de la guérison divine. Le Seigneur Jésus-Christ est le seul Dieu qui guérit les malades. Son Nom de rédemption sous l’ancienne alliance, c’est Yahvé-Rapha qui signifie l’Eternel qui guérit. Le Yahvé-Rapha de l’Ancien Testament est le Seigneur Jésus-Christ du Nouveau Testament. Il est le Guérisseur unique mais Il n’est pas le seul guérisseur, Car Il a fait de nous aussi par son sang des guérisseurs. Ainsi nous sommes co-guérisseurs avec Christ. Cela veut dire que nous collaborons avec Lui dans le ministère de guérison. Autrement dit Il travaille avec nous pour guérir les malades en son Nom puissant et tout-suffisant. Dans MARC 16. 20, l’Ecriture dit : « Et ils s’en allèrent prêcher partout. Le Seigneur travaillait avec eux, et confirmait la parole par les miracles qui l’accompagnaient. » Vous voyez ! Le   Seigneur travaillait avec les apôtres, dit l’Ecriture. Cela veut dire qu’ils étaient collaborateurs de Christ dans le champ de Dieu. Le Seigneur travaillait avec eux à la proclamation de la Parole et à l’accomplissement des miracles qui l’accompagnaient.


PAUL : COLLABORATEUR DE DIEU DANS LE MINISTERE DE LA GUERISON DIVINE

Prenons ACTES 28. 8-9 : L’Ecriture dit :  « Le père de      Publius était alors au lit, malade de la fièvre et de la dysenterie ; Paul, s’étant rendu vers lui, pria, lui imposa les mains, et le guérit. Là-dessus, vinrent les autres malades de l’île, et ils furent guéris. » Dans cette Parole de l’Ecriture, il est question de l’apôtre Paul. Après avoir prié pour le père de Publius, il lui a imposé les mains, et l’a guéri. Remarquez que c’est l’apôtre Paul qui a guéri cet homme. Le guérisseur ici, c’est Paul. C’est l’Ecriture. Or, c’est Dieu seul qui guérit les malades. Paul était donc Dieu manifesté dans la chair. Pas parce qu’il a guéri un homme, mais parce qu’il était prophète. Il n’était pas le Dieu Tout-puissant, mais Dieu puissant. Souvenez-vous que lorsque le Dieu Tout-puissant devient un simple homme, Il est Dieu puissant. Le Seigneur Jésus-Christ   homme, le Fils dont parle  ESAIE 9. 5 est appelé du nom de Dieu puissant, et non de Dieu Tout-puissant. Parce que le Dieu           Tout-puissant est devenu un homme. Le même Dieu Tout-puissant, qui est le Seigneur Jésus-Christ dans son corps céleste, était en Paul pour manifester la guérison divine. Paul était donc en ce temps-là Dieu puissant. L’Ecriture dit dans JEAN 10. 35 que celui à qui la Parole de Dieu est adressée est appelé Dieu. La Parole du Seigneur ayant été adressée à Paul, celui-ci était Dieu. Il était Dieu puissant. Dans PSAUMES 82. 6, il est aussi écrit dans l’Ecriture : « J’avais dit : Vous êtes des dieux. » C’est ici le mystère de la Divinité de l’homme. Il y a trois sortes de Divinité :

1. La Divinité de Dieu

2. L a Divinité de l’homme

3. La divinité du diable.

L’homme à qui la Parole de Dieu s’adresse, c’est le prophète. Et il est appelé Dieu. Le prophète est donc Dieu, selon l’Ecriture. Savez-vous que Paul était prophète ? Il était donc Dieu. Dans l’île, il a guéri le père de Publius et les autres malades. Il était donc le Dieu guérisseur manifesté en chair en ce temps là, en qui habitait Christ l’unique Dieu Guérisseur. Le Seigneur a donc travaillé avec Paul pour guérir les malades. Celui-ci était donc collaborateur de Dieu dans le ministère de la guérison divine, et plus spécialement dans la guérison de cet homme. Il était donc  co-guérisseur avec  Jésus-Christ l’unique Guérisseur. Christ l’unique guérisseur était en lui, guérissant les malades par ses mains. Il ne pouvait pas par ses propres moyens guérir les malades ; il le faisait par la puissance du Saint-Esprit qui était en lui. Il était un instrument entre les mains du Seigneur pour la guérison des malades. Le Tout-puissant guérisseur, Christ étant en lui dans toute la plénitude de la divinité, a fait de lui un puissant guérisseur. D’après l’Ecriture, c’est Paul, qui a prié, qui a imposé les mains aux malades, et qui les a guéris. Pas,              Jésus-Christ de Nazareth, mais Paul par  Jésus-Christ le Dieu      Tout-puissant. Le Saint-Esprit a utilisé la bouche de Paul pour la prière, et ses mains pour l’imposition des mains. Et voilà : Il y a eu miracle. Le Saint-Esprit veut faire la même chose avec nous : Utiliser nos lèvres pour prier pour les malades, et nos mains pour l’imposition des mains, afin de guérir les malades au travers de nous. Nous avons des malades dans nos maisons et dans notre entourage, qui ne savent plus à quel saint se vouer. Il y en a qui ont dépensé des fortunes dans l’espoir d’être guéris, mais en vain. Il y en a aussi qui n’ont pas les moyens de payer les soins médicaux, et qui croupissent dans la maladie et la pauvreté. Tous ces gens–là peuvent être guéris par le Seigneur Jésus-Christ, qui est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Mais il faut des gens oints du           Saint-Esprit et revêtus de la puissance de guérison divine, entièrement consacrés à Dieu pour être la bouche et les mains du Seigneur. Il faut des hommes oints comme Paul, craignant Dieu comme lui, remplis du Saint-Esprit comme lui, pour collaborer avec Dieu dans le ministère de la guérison divine. Comment pourrions-nous être de véritables ouvriers avec Dieu, des collaborateurs de Dieu, si nos lèvres et nos mains sont impures ? Si de notre bouche sortent des propos insensés, des plaisanteries, des blagues, des mensonges, des calomnies, des injures, comment pourrions-nous être  des collaborateurs de Dieu, de puissants instruments pour soulager ceux qui souffrent dans leur corps et dans leur âme ? Ne sommes-nous pas nous-mêmes de sérieux  obstacles à l’avancement de l’œuvre de Dieu ? N’avons-nous pas besoin de délivrance nous-mêmes ? Comment serons-nous collaborateurs de Dieu, si nous livrons nos corps à la fornication, à l’adultère, à la masturbation, et à toutes sortes de passions et de vices ? Frères, Paul était un homme saint et pur, aimant le Seigneur de tout son cœur. Il a été baptisé dans le Saint-Esprit et  dans le Feu, il était rempli de la puissance de résurrection, et il avait la Parole du Seigneur. Ce sont-là quelques qualifications spirituelles que nous devons avoir, avant de pouvoir être collaborateurs de Dieu, co-guérisseurs avec Christ. Christ le Guérisseur par essence et par excellence a travaillé avec Paul à la guérison des gens de l’île. Paul était donc co-guérisseur avec Dieu. Dans ACTES 19. 11-12, l’Ecriture dit : « Et Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul, au point qu’on appliquait sur les malades des linges et des mouchoirs qui avaient touché son corps, et les maladies les quittaient, et les esprits malins sortaient. » Comprenez-vous cette Ecriture ? Il est écrit que « Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul… » Autrement dit Dieu travaillait avec Paul, ou Dieu l’utilisait dans le ministère de la guérison Divine. Paul était donc un collaborateur de Dieu dans la guérison des malades.  Il était pour ainsi dire : Un co – guérisseur. Il n’était pas le guérisseur par excellence et par excellence, mais simplement un co – guérisseur. La collaboration était tellement parfaite qu’il se faisait des miracles extraordinaires. Les miracles étaient tellement extraordinaires « qu’on appliquait sur les malades des linges ou des mouchoirs qui avaient touché son corps, et les maladies les quittaient, et les esprits malins sortaient. » On pourrait se demander comment était le corps de Paul, pour que les linges et les mouchoirs qui le touchaient, soient assez oints pour guérir les malades et   chasser les démons. O, frères, avez-vous déjà pensé à cela ? Dans LUC 8. 44-48, il y avait « une femme atteinte d’une perte de sang depuis douze ans » et qui « toucha le bord du vêtement de Jésus. Au même instant la perte de sang s’arrêta. » Vous voyez ! Tout comme avec Paul, la guérison divine a été accordée à cette femme, au travers du vêtement de Jésus. Avec Paul, c’était au travers des linges et des mouchoirs. Avec le Seigneur, c’était au travers de son vêtement. Dans les deux cas, le vêtement, les linges et les mouchoirs ont touché des corps : Le corps de Jésus et le corps de Paul. Le corps de Jésus de Nazareth,  c’était le corps de Dieu. Et le corps de Paul, c’était le corps de Saint-Esprit. Le corps de Jésus, c’était le temple du Saint-Esprit. Le corps de Paul aussi était le temple du Saint-Esprit.      Pensez-y ! Je voudrais vous dire que si Paul a été l’instrument par lequel le Seigneur a fait des miracles extraordinaires, c’est parce qu’il avait en lui des caractéristiques de Dieu, Ses perfections invisibles, Sa puissance éternelle, Sa Divinité, Sa Parole.

Dans MARC 16. 20, l’Ecriture que le « Seigneur travaillait avec les disciples, et confirmaient la parole par les miracles qui l’accompagnaient. » Lorsque l’Ecriture dit que le Seigneur travaillait avec les apôtres, cela veut que les apôtres collaboraient avec Lui. Remarquez que la Parole qu’ils prêchaient était confirmée de façon surnaturelle par les signes. L’Evangile par définition signifie puissance de Dieu pour le salut des hommes. Il ne consiste pas en paroles mais en puissance. N’oubliez jamais ceci : La Parole du  Seigneur est esprit et vie.


LES CARACTERISTIQUES DIVINES QUI ETAIENT EN PAUL

Comme je l’ai déjà dit, les perfections invisibles de Dieu, Sa puissance éternelle et  Sa Divinité étaient en Paul. C’est pourquoi il a pu être un puissant instrument entre les mains de Dieu, un collaborateur fidèle, dynamique et efficace. Les caractéristiques Divines étaient en lui, Dieu Lui-même était en lui. Voyons quelques-unes de ces caractéristiques Divines :


1.  PREMIERE CARACTERISTIQUE : PAUL ETAIT REMPLI DU SAINT-ESPRIT JUSQU'A TOUTE LA PLENITUDE DE LA DIVINITE.

De même qu’en Christ habite corporellement toute la plénitude de la Divinité, selon l’Ecriture, de même en Paul habitait corporellement toute la plénitude de la Divinité, selon l’Ecriture. Dans EPHESIENS 3.19, Paul nous exhorte à « connaître l’amour de Christ, qui surpasse toute connaissance, en sorte que » nous soyons « remplis jusqu’à toute la plénitude de Dieu » Pour moi, s’il nous exhorte à être rempli du Saint-Esprit jusqu’à toute la plénitude de Dieu, c’est que lui-même était rempli jusqu’à toute la plénitude de la Divinité. En lui donc habitait corporellement toute la plénitude de la Divinité. La plénitude de la Divinité est une caractéristique de Dieu, une perfection invisible de Dieu qui se rend visible par les actes et les paroles. Quand toute la plénitude de la Divinité était corporellement en Jésus-Christ de Nazareth, ceux qui touchaient ses vêtements étaient guéris de leurs maladies. De même quand toute la plénitude de la Divinité était corporellement en Paul, les linges et les mouchoirs qui touchaient son corps opéraient des signes surnaturels, des guérisons extraordinaires. Si la même plénitude de la  Divinité est en nous corporellement, Dieu guérira les malades au travers des linges, des mouchoirs, et de nos vêtements au Nom du Seigneur Jésus-Christ. Vous êtes témoins de la guérison que le   Seigneur Jésus-Christ a opérée dans la vie de sœur Chantal et de frère Morin. Ils souffraient depuis longtemps de maladies incurables. Mais quand ils ont appliqué sur leur corps le pagne (pour sœur Chantal) et les mouchoirs (pour frère Morin) qui ont touché le mien, ils ont été complètement guéris. Ainsi une nouvelle page de l’Ecriture a été ajoutée au Livre des Actes des Apôtres, qui est le seul livre de la Bible qui n’est pas encore scellé. Quand Christ est en nous, accomplissant les mêmes œuvres qu’Il fit autrefois, c’est la continuation du Livre des Actes des Apôtres. Aujourd’hui, c’est par nos mains que le Seigneur écrit une nouvelle page du Livre des   Actes des Apôtres. C’est pourquoi nous devons tous être collaborateurs de Dieu, des ouvriers avec Dieu. Des collaborateurs de Dieu en qui habite corporellement toute la plénitude de la Divinité, qui sont revêtus de la puissance d’En-Haut et qui sont rendus capables par la vertu du Saint-Esprit de guérir toute maladie et toute infirmité, de purifier les lépreux, de ressusciter les morts, et prêcher la   Parole du Seigneur à toute la création. L’Ecriture dit dans         LUC 10. 2 que la moisson est grande, mais qu’il y a peu d’ouvriers. Et elle nous dit de prier le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans Sa moisson. Les ouvriers que Dieu envoie sont des ouvriers qu’Il envoie en réponse à nos prières. C’est pourquoi personne ne peut s’élever dans ce Tabernacle Le Chandelier d’or, et prétendre à un quelconque ministère de la Parole, si nous n’avons pas prié le Maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans Sa moisson. Les ouvriers qui sont venus d’eux-mêmes, par leur propre volonté, sont des ouvriers d’iniquité. Ce sont les faux prophètes et les faux Christ dont parle l’Ecriture dans MATTHIEU 24. 24. Qu’est-ce qui les caractérise ? C’est l’accomplissement de grands prodiges pour séduire, s’il était possible, même les élus. Ces ouvriers d’iniquité ont des signes qui n’ont pas de voix. Le signe qui vient de Dieu a toujours une voix. C’est ici le mystère de la voix du signe. Les faux prophètes et les faux christs, ces ouvriers d’iniquité font beaucoup de miracles par le Nom de Jésus-Christ, ils prophétisent et chassent les démons par le Nom du Seigneur, pourtant ils ne font pas la volonté de Dieu. C’est l’Ecriture qui le dit dans                MATTHIEU 7. 21-23. Au jour du jugement, la sentence Divine sera sans appel : « Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité. » Voilà des gens que le Seigneur n’a jamais connus, qu’Il n’a jamais envoyés, mais qui font quand même des miracles en Son Nom. Pensez-y ! Ceux qui disent que le       Seigneur Jésus-Christ est Dieu font les mêmes miracles que ceux qui disent qu’Il n’est pas Dieu. Ceux qui baptisent dans le nom non rédempteur de Père, Fils et Saint-Esprit font les mêmes prodiges que ceux qui baptisent au Nom rédempteur de Jésus-Christ. Les véritables ouvriers et les faux ouvriers sont venus dans le monde. Les vrais prophètes et les vrais Christs, et les faux prophètes et les faux christs sont à pied - d’œuvre dans le monde accomplissant des miracles dans le seul et même Nom de Jésus-Christ. Les ouvriers d’iniquité font tout au Nom de Jésus-Christ, sauf le baptême qu’ils font au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

Frères, c’est en réponse à nos prières que Dieu envoie des  ouvriers dans Sa moisson, en ce qui concerne le Tabernacle Le Chandelier d’or. Les ouvriers qu’Il envoie dans Sa moisson, qui sont de véritables collaborateurs de Dieu, sont des ouvriers qualifiés et spécialisés dans des domaines bien précis. Ils sont équipés spirituellement, et revêtus de qualifications surnaturelles émanant de la Seule volonté du Maître de la moisson. La première des qualifications surnaturelles, pour espérer un jour être collaborateur de Dieu dans Sa moisson, c’est de naître de nouveau, c’est de devenir une nouvelle création. C’est à la nouvelle naissance que nous commençons à voir le Royaume de Dieu, à comprendre le Royaume de Dieu, à comprendre ses mystères et Sa gloire, à comprendre les Ecritures et la puissance de Dieu, à comprendre et aimer les choses de l’Esprit de Dieu. Celui qui n’est pas né de nouveau n’est nullement qualifié pour être ouvriers avec Dieu. Naître de nouveau, est une expérience Divine à laquelle nous devons tous satisfaire. Ne confondez pas naître de nouveau et se faire baptiser d’eau au Nom du Seigneur Jésus-Christ. Connaissez-vous Simon le magicien dont parle l’Ecriture dans ACTES 8. 13 ? Il a été baptisé d’eau par     l’évangéliste Philippe, au Nom du Seigneur. Mais il n’était pas né de nouveau. Ne confondez donc pas la nouvelle naissance et le fait d’être baptisé d’eau. Ne confondez pas la nouvelle naissance et le fait de chanter les louanges du Seigneur dans un groupe musical. Celui qui est réellement né de nouveau, reçoit une nouvelle vie, une vie d’origine Divine et surnaturelle. Il est devenu alors une nouvelle création en Jésus-Christ. Cette nouvelle naissance nous confère le statut éternel d’enfant de Dieu prédestiné à être Saint et irrépréhensible devant le seigneur. En 2 CORINTHIENS 5. 17, l’Ecriture dit que si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle création : Les choses anciennes sont passées ; et voici toutes choses sont devenues nouvelles. A la nouvelle naissance, Dieu enlève notre vieille nature, la nature pécheresse et met en nous Sa nature Pure et Sainte, qui n’est pas pécheresse ; Il ôte de nous le vieil homme avec ses passions et ses désirs, et crée en nous l’homme nouveau rempli de Sa vie Divine. Cette première qualification spirituelle et surnaturelle nous confère le Statut éternel d’enfant de Dieu. Or, un enfant de Dieu ne peut pas être collaborateur de Dieu dans Sa moisson, parce qu’il est encore au lait, et manque d’expérience spirituelle. C’est pourquoi vient une autre étape, plus importante : Le baptême du Saint-Esprit et de Feu. Ce baptême spirituelle et surnaturelle nous qualifie surnaturellement, et nous met à part pour la moisson dans le champ de Dieu. Il fait de nous les témoins de Christ, des moissonneurs, des ouvriers qualifiés dans tous les domaines de l’œuvre du Seigneur.

L’apôtre Paul a satisfait à toutes les exigences de Dieu : Il est né de nouveau, il a été baptisé du Saint-Esprit et de Feu. En lui habitait corporellement toute la plénitude de la Divinité. Nous devons aussi passer par ces différentes étapes, afin d’être de véritables ouvriers avec Dieu. N’oubliez pas que c’est avec Dieu Lui-même que nous travaillons, du moins que Dieu travaille avec nous et au travers de nous. Paul était le reflet, l’image  et la gloire de Christ sur terre. Toute la puissance du Seigneur était en lui pour la manifestation de la gloire de Dieu. C’était Dieu dans l’homme. C’était Jésus-Christ le Seigneur Lui-même qui était en lui, voilé dans Sa chair. Il était le temple du Saint-Esprit, un temple saint et pur, un temple digne de la mort et de la résurrection du Fils de l’Homme, digne de Dieu, digne de la Parole. Notre vie est-elle digne de l’Evangile de Christ, comme celle de Paul le puissant collaborateur de Dieu ? Il faut qu’il en soit ainsi. Dépouillons-nous du vieil homme avec ses passions et ses désirs, des œuvres des ténèbres. Que chacun conserve son corps qui est le temple du Saint-Esprit dans la sainteté et dans la lumière de la Parole, loin de la duplicité, de l’orgueil, de la vanité, de la fornication, de l’adultère, de l’ivrognerie ! Achevons notre sanctification dans la crainte du Seigneur. Notre corps, qui est le temple du Saint-Esprit, ne vous appartient pas. Il appartient au Seigneur qui l’a créé pour Son œuvre. Si vous avez été justifiés, lavés de tout  péché et sanctifiés, c’est pour que vous apparteniez, corps âme et esprit, au Seigneur, qui vous a fait passer de la mort à la vie, des ténèbres à Sa merveilleuse Lumière. C’est pour que vous soyez collaborateurs de Dieu, ouvriers avec Lui, héritiers de Dieu et co - héritiers de Christ. C’est pour que vous soyez co – guérisseurs, co – rédempteurs, co – sauveurs, co – créateurs avec Christ. Qu’aucun péché ne soit nommé dans votre vie, à cause du nom glorieux que vous portez. Le corps de Paul était le temple du Saint-Esprit. Et Paul n’est plus aujourd’hui. Aujourd’hui, c’est nous qui sommes le temple du Saint-Esprit, qui habite en nous. Dieu ne peut plus utiliser le corps de Paul pour opérer la guérison Divine. Mais, nous, Il peut nous utiliser, si du moins nous lui sommes entièrement consacrés, si nous vivons dans la sanctification, si nous prenons conscience de notre Statut de fils de Dieu et de collaborateur de Dieu. Par le moyen des prières, des supplications et des jeûnes multipliés, Paul a toujours Vécu dans la présence du Seigneur. Quelques-uns parmi nous, par le moyen des plaintes, des murmures, des péchés, des convoitises mondaines, de la gourmandise, de l’ivrognerie, de l’impudicité, de l’adultère, vivent encore dans la présence du diable et servent Satan leur père. Comment pourrions-nous être des collaborateurs de Dieu efficaces et dynamiques, comme l’apôtre Paul, si nous sommes négligents et nonchalants quant à la vie de prière et de jeûne ? RIEN DE GRAND NE PEUT SE FAIRE DANS LA MAISON DE DIEU SANS JEUNE ET PRIERE, NI AMOUR. Ne vous contentez pas des prières classiques et formalistes qu’on fait juste avant de manger et de dormir. Nous devons lutter avec Dieu dans la solitude durant des heures et des heures, durant des nuits entières. Que chacun programme chez lui, des veillées de prière où il passera toute la nuit à crier à Dieu de toute sa force, de toute son âme et de tout son cœur. IL VAUT MIEUX NE PAS PRIER QUE PRIER QUELQUES MINUTES. Au travers des prières ferventes et sincères, le Seigneur apporte une nouvelle dynamique dans notre vie, une nouvelle impulsion et un souffle nouveau à nos âmes assoiffées de la gloire céleste. L’apôtre Paul a fait de la prière, Sa vie. Nous sommes émerveillés devant les exploits qu’il a faits avec Dieu, mais nous oublions toujours que pour en arriver là, il a beaucoup prié et jeûné, qu’il a beaucoup souffert pour la cause de la   Parole du Seigneur. Il a été un sacrifice pour l’avancement de    l’œuvre de Dieu. Il a renoncé à sa propre vie, ne faisant aucun cas de lui. Il a payé le prix de la consécration dans les pleurs, les lamentations, les prières ferventes et les jeûnes multipliés. C’est ici le chemin que nous devons emprunter si nous voulons être de puissants collaborateurs de Dieu. Celui qui ne prie pas peut-il être collaborateur de Christ, qui passait de longues heures en prières ? Bien sûr que non. Celui qui prie peu juste quelques minutes, pour se donner une bonne conscience, peut-il être collaborateur de Christ, qui passait de longues et pénibles nuits à prier ? Frères, la collaboration avec Dieu repose sur une véritable vie de prière, de jeûne, de sanctification. Il y en a qui veulent ressembler à l’apôtre Paul, qui veulent être puissamment utilisés comme lui, mais qui n’osent pas emprunter le chemin ô combien pénible de la consécration et du renoncement à soi. Comment des gens qui ne jeûnent pas, peuvent-ils être utilisés aussi puissamment que Paul, qui pratiquaient des jeûnes répétés ? Si Christ s’est manifesté dans Sa vie, c’est parce qu’il s’affectionnait aux choses spirituelles que le Seigneur Lui-même aime : Le jeûne, la prière, le renoncement à soi, la sanctification  et l’obéissance. Ceux qui s’affectionnent aux choses du monde, ceux qui ne sont pas encore morts aux choses du monde, ceux qui aiment l’argent plus que Dieu, n’ont pas leur place dans la collaboration avec Dieu dans la vérité.

Prier beaucoup, et jeûner beaucoup sont des caractéristiques        Divines de Christ qu’on retrouve dans la vie des apôtres. Par le   jeûne et la prière, Christ se forme en nous. Par les longs jeûnes et les longues heures de prière, Dieu façonne notre foi, notre vie, notre être, notre corps physique, notre ardeur au combat, notre pugnacité, notre rage de vaincre nos ennemis, notre patience, à l’image de Christ. Par les longs jeûnes de consécration et de longues heures d’intercession. Il nous délivre des appétits sexuels démesurés, des désirs charnels, des vices et des passions. Il nous délivre de notre moi. Le jeûne et la prière ont façonné la vie du Fils de l’Homme et celle des apôtres. La plénitude de la puissance de Dieu, le revêtement de la puissance du Saint-Esprit, la restauration des dons spirituels nous sont donnés par le Seigneur à travers une vie entièrement consacrée à Dieu. Beaucoup parmi nous sont encore à la merci des péchés, du diable, de l’incrédulité, parce qu’ils ne jeûnent ni ne prient. Quand ils se décident à jeûner et à prier, c’est juste pour se donner bonne conscience, en récitant à la hâte des formules de   prière apprises par cœur. Ce qu’il faut aux vrais collaborateurs de Dieu et de Christ, c’est une vie entièrement consacrée à Dieu, une vie de prière et de jeûne hors du commun des mortels. Un jour j’ai demandé aux anciens de l’Eglise et aux prédicateurs l’heure à laquelle ils allaient se lever pour prier le lendemain. Ils m’ont dit : A 05h matin. Et je leur ai dit : Vous avez échoué. 05h du matin c’est l’heure à laquelle mon épouse se lève pour prier le Seigneur. Je conçois donc mal que les anciens et les prédicateurs se lèvent à   cette même heure pour prier, eux qui ont la lourde responsabilité de conduire le troupeau, de le nourrir et de le garder. Quand la brebis prie et jeûne plus que le berger qui est sensé être son conducteur, c’est  que ce berger est déchu de la vocation céleste. Je me suis imposé une règle de vie : jeûner et prier tous les vendredis, samedis et dimanches. En outre avant chaque prédication, je me dois de prier pendant au moins quatre longues heures d’affilée. Sachez aussi   ceci : Tant que le Seigneur ne m’a pas ouvert l’esprit pour que je comprenne une Ecriture, je n’essaie jamais de prêcher là-dessus. Et pour pouvoir comprendre la Parole du Seigneur, je lui demande de me l’a révéler, au travers des prières ferventes et persévérantes. En priant beaucoup, en jeûnant beaucoup, en obéissant à la volonté de Dieu, nous sommes véritablement collaborateurs de Dieu. Considérez la vie des apôtres du Seigneur : L’obéissance, la sainteté, la prière fervente et persévérante, le jeûne, la consécration, étaient la base de leur vie et de leur ministère. Ne devons-nous pas faire   comme eux ? Frères, imitons leur foi, par le Saint-Esprit, et non de façon charnelle.

Depuis que quelques-uns ont appris que je peux prier pendant de très longues heures, ils ont décidé de faire comme moi, d’imiter ma foi. Ils ont donc commencé à prier pendant quatre à cinq heures d’affilée. Mais, après ces longues heures de prière, et quelquefois de longs jeûnes, ils font des cauchemars comme avant, commettent l’impudicité comme avant, mentent, trichent et plaisantent comme avant. En définitive, rien n’a changé véritablement dans leur vie. Pourquoi ? Ces gens-là imitent mal la foi de ceux que le Seigneur a oints. Ils veulent prier beaucoup et jeûner comme moi, pour montrer aux gens de quoi ils sont capables. En outre, ils n’ont aucune révélation du mystère de la prière et du jeûne. Enfin, ils se mettent à prier et  jeûner sans aucune conviction intérieure. Or, tout ce qui n’est pas le fruit d’une conviction est péché. Le Saint-Esprit, par la Parole que nous écoutons, doit pouvoir nous convaincre de la nécessité de prier beaucoup, de jeûner beaucoup, de nous éloigner de tout  péché. Il doit aussi créer en nous le vouloir et le faire. Si quelqu’un accomplit une œuvre aussi bonne soit-elle, de sa propre volonté, cette œuvre est mauvaise devant Dieu. Enfin, ces gens – là n’ont pas le cœur pur, et ils prient pendant de longues heures. A quoi cela servira – t- il ? Les longues heures de prière ne valent rien, si nous vivons dans les péchés.

Le Seigneur n’a-t-Il pas dit : «  Sans moi, vous ne pouvez rien faire.» Notre problème, c’est que nous agissons sans connaître  véritablement la volonté de Dieu. Nous agissons sans révélation ni conviction profonde. Or, tout bon collaborateur de Dieu doit agir par révélation et avec beaucoup de conviction. Je voudrais encore vous rappeler ce qui m’est arrivé quand  je voulais faire quelque chose alors que le Seigneur ne  m’avait rien révélé : C’est au sujet du baptême d’eau. Un jour, j’ai décidé d’évangéliser et d’ouvrir une cellule de prière dans mon quartier. Quand j’ai eu quelques âmes, j’ai décidé de les baptiser en m’appuyant sur l’Ecriture de Matthieu 28.19 . J’ai donc pris rendez-vous avec ces âmes pour le baptême. Mais, le jour J, quand je priais pour préparer spirituellement ce service de baptême, j’ai entendu distinctement et clairement la Voix du    Seigneur qui  m’a demandé qui m’avait donné l’autorité pour baptiser les gens. J’ai répondu que c’est parce que cela est écrit dans Matthieu 28.19. Et la Voix m’a dit que cette Parole de              Matthieu 28.19 avant d’être écrite, a été adressée audiblement aux disciples du Seigneur. Elle m’a dit que je ne pouvais pas baptiser les gens parce que je n’avais aucun mandat pour le faire. Et puis, la  Parole ne s’est pas encore adressée à moi, m’ordonnant de prêcher et de baptiser les gens. Elle m’a dit de ne baptiser personne, et d’attendre qu’Elle me l’ordonne d’abord; j’ai raconté cette expérience à ceux que je voulais baptiser, et j’ai tout simplement annulé le      service de baptême. C’est ce jour-là que j’ai compris l’importance de la révélation de la Parole du Seigneur et de la parfaite conviction intérieure en rapport avec l’Ecriture. Ce Service de baptême que je voulais faire, était purement et simplement charnel, parce que le Seigneur ne m’avait dit de le faire. A partir de ce jour-là, j’ai décidé d’attendre que Dieu me dise de Le servir avant de le faire. J’avais vu des visions de mon appel, mais  vu ce qui s’était passé, j’ai voulu attendre qu’Il me parle. J’ai demandé pardon au   Seigneur pour la faute que j’étais sur le point de commettre, et je me suis rangé. Des années plus tard, pendant que je priais chez moi, j’ai entendu une Voix, me disant : « Prêche Ma Parole à mon peuple.» J’ai dit : « Seigneur, quel signe me donnes-tu ? » Et Elle a dit : « Le  signe de la  résurrection. » J’ai alors senti comme une puissante décharge électrique parcourir tout mon être mon être. Je suis même tombé face contre terre, en adoration, et rendant  grâce au Seigneur. La joie était immense et indescriptible, la puissance Divine aussi. Après cela, la même Voix m’a dit que je pouvais maintenant baptiser ceux qui gagnerais à Christ. Quand j’ai pu gagner les premières âmes au Seigneur, le Saint-Esprit a manifesté un signe surnaturel, comme pour montrer qu’Il m’a vraiment donné le pouvoir de baptiser. Un frère qui était sourd d’une oreille, a été miraculeusement guéri, juste après que je l’ai baptisé au Nom du Seigneur             Jésus-Christ. Vous voyez ! Je ne baptise pas seulement parce que cela est écrit dans l’Ecriture, mais aussi et surtout parce que le    Seigneur me l’a dit. J’ai entendu Sa Voix ; Il m’a révélé Sa Parole ; Il m’a mandaté pour baptiser pour la rémission des péchés. Je suis donc devenu collaborateur de Dieu. Vous voyez ! La collaboration avec  de Dieu est basée sur la révélation prophétique de la Parole.

« Frère Christ-Moïse, tu as dit que tu étais tombé face contre terre. Est-ce à dire que le Saint-Esprit peut faire tomber les gens ? »


LE SAINT-ESPRIT PEUT-IL FAIRE TOMBER LES GENS ?

Question pertinente et intéressante ! Beaucoup de personnes condamnent le fait que les gens tombent et poussent des cris à     l’Eglise. Ils attribuent ces choses au diable, et aux émotions et aux sentiments. Moi, je ne condamne pas cela systématiquement, mais j’essaie toujours de discerner quelle est la puissance qui fait tomber les gens. Car cette puissance peut être de Dieu. Pour ne pas attribuer à Satan une manifestation du Saint-Esprit, je préfère prier le        Seigneur et recourir à l’Ecriture pour comprendre ce qui se passe véritablement. Le Saint-Esprit peut-Il faire tomber les gens? Moi, je dis oui, tout en sachant que vous n’êtes pas de cet avis. Maintenant, mon avis n’est pas la Vérité absolue, mais je le dis par rapport à  l’Ecriture. Voyons ce qui se passe dans Jean 18.4-6 : « Jésus, sachant tout ce qui devait lui arriver, s’avança et leur dit : Qui cherchez-vous? Ils répondirent : Jésus de Nazareth. Jésus leur dit : C’est moi...Lorsque Jésus leur eut dit : C’est moi, ils reculèrent et tombèrent par terre.» Cette Parole de l’Ecriture nous parle de l’arrestation de Jésus dans le jardin de Gethsémané. Les principaux sacrificateurs et les pharisiens ont envoyé la cohorte et des huissiers pour arrêter le Fils de l’Homme. Une cohorte, c’est un grand nombre de personnes. Il y avait donc beaucoup de personnes venues pour arrêter Jésus. Le Seigneur leur a demandé : Qui chercher-vous? Ils lui ont répondu : Jésus de Nazareth. Et toute la cohorte et tous les huissiers sont tombés par terre. Qui est-ce qui a bien pu les faire tomber par terre ? Le Saint-Esprit ou le diable ? La Parole du  Seigneur ou Satan ? Qu’est-ce qui a bien pu les faire tomber par terre ? Ceux qui ne veulent pas voir la réalité en face, diront peut-être que c’est la peur. A supposer que ce soit vraiment  la peur, qui l’a suscitée chez ces hommes : Le Saint-Esprit ou le diable ? La Parole de Jésus ou Satan ? Pour moi, c’est la puissance de la Parole de Jésus qui les a tous fait tomber ; c’est Sa Parole qui les a terrassés. Vous pouvez penser que c’est le diable qui les a fait tomber, c’est votre droit le plus absolu. Mais, moi, je crois que c’est la puissance du           Saint-Esprit qui les a fait tomber. Dans ce passage de l’Ecriture, nous avons Jésus-Christ de Nazareth, collaborateur unique de Dieu, et la cohorte et les huissiers collaborateurs de Dieu dans le plan de l’arrestation que le Seigneur a conçu dés la fondation du monde. Frères, c’est seulement quand Jésus a parlé que ces hommes sont tombés par terre, terrassés par la puissance de la Parole. Il m’arrive souventes fois de prononcer la Parole du haut de la chaire, et les gens tombent par terre. Il y en a qui pleurent sur leurs péchés, et qui se confessent ; il y en a qui poussent des cris démoniaques, pour qui nous prions pour chasser les démons de leur vie. Toutes ces choses se passent avec beaucoup d’émotions, de sensations et de cris. Ce n’est donc pas forcément démoniaque. Ne vous empressez donc pas de diaboliser ces choses, car on ne sait jamais.

Daniel le prophète, dit : « Moi, Daniel, je vis seul la vision, et les hommes qui étaient avec moi ne la virent point, mais ils furent saisis d’une grande frayeur, et ils prirent la fuite pour se cacher. Je restai donc seul, et je vis cette grande vision ; les forces me manquèrent, mon visage changea de couleur et fut décomposé, et je  perdis toute vigueur. J’entendis le son de ses paroles ; et comme j’entendis le son de ses paroles ; et comme j’entendis le son de ses paroles, je tombai frappé d’étourdiment, la face contre                 terre.» (DANIEL 10.7-9). Dans Daniel 10.11, le prophète dit qu’il tremblait. La vision qu’il a vue venait-elle de Dieu ou du diable ? De Dieu incontestablement. Pourtant à cause de cette vision, les hommes qui étaient lui étaient saisis d’une grande frayeur, et ils prirent la fuite. Cela signifie qu’une véritable manifestation peut engendrer la peur chez nous. Et quand on parle de peur, on parle d’émotion, de sensation et de sentiments. Cette vision qui venait de Dieu a provoqué beaucoup de choses chez Daniel le prophète, qui était devenu faible. Et personne ne peut manquer de force, devenir faible sans éprouver d’émotion et de sensation.  Daniel le prophète, qui était de surcroît un vrai collaborateur de Dieu, a donc éprouvé des émotions et des sensations à cause de la puissance de Dieu. Les émotions du prophète étaient-elles charnelles ?

-Il dit : «  Mon visage changea de couleur et fut décomposé, et je perdis tout vigueur. » La puissance du Saint-Esprit à travers la vision a agi sur le corps physique de Daniel le prophète, au point que le visage de celui-ci a été décomposé, et a changé de couleur. Oseriez-vous me dire qu’il n’a eu ni émotion ni sensation ? Si oui, de qui viennent ces émotions et ces sensations ? Pour moi, elles viennent de Dieu. Le jour où le Seigneur Jésus-Christ m’a dit : « Je suis le Dieu tout-puissant, et je suis en toi pour accomplir ma volonté», une grande force m’a saisi, et m’a rempli. Et je suis tombé face contre terre, au bord de l’évanouissement. Après cela, j’ai demandé au Seigneur si ce qui venait de m’arriver était de Lui, car je  ne connaissais pas ce genre de chose. C’est alors qu’Il m’a donné de lire l’expérience que Daniel a vécue. Quand j’ai entendu la Voix du Seigneur, frères, je suis tombé la face contre terre, presque étourdi. Quand Daniel aussi a entendu la Voix de Dieu, il est tombé la face contre terre, frappé d’étourdissement, comme le dit l’Ecriture dans Daniel 10.9. Et quelqu’un qui est frappé d’étourdissement comme Daniel le prophète éprouve forcement des émotions et des sensations, lesquelles viennent de Dieu. Mais il y a aussi  des émotions charnelles. Ces émotions charnelles sont les plus sont les plus nombreuses dans les églises.

Daniel dit, dans Daniel 10.9 : « J’entendis le son de ses paroles, et comme j’entendais le son de ses paroles, je tombais frappé d’étourdissement, la face contre terre.» Vous voyez ! C’est la puissance de la Parole qui l’a fait tomber par terre, la face contre terre et qui l’a frappé d’étourdissement. Cela s’est passé sous le sang des animaux. Qu’en sera t’il aujourd’hui sous le Sang de Christ? Si la puissance de la Parole a fait tomber un prophète rempli du        Saint-Esprit, pourquoi ne ferait-elle pas tomber par terre ceux qui ne sont même pas convertis?

Revenons à l'apôtre Paul qui était un vrai collaborateur de Dieu. Avant sa conversion, il se rendait à Damas pour persécuter les chrétiens."  Comme il était en chemin, et qu'il approchait de Damas, tout à coup une lumière venant du ciel resplendit autour de lui. Il tomba par terre, et il entendit une voix qui lui disait: Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu? Il répondit : Qui est-tu Seigneur ? Et le Seigneur dit. Je suis Jésus que tu persécutes..." (Actes 9.3-4). Qui est-ce qui a provoqué la chute de Saul de Tarse ? Dieu ou Satan ? C'est Dieu, selon l'Ecriture, au travers de la lumière qui était venue du ciel. Qui est cette lumière ? C'est le Seigneur  Jésus-Christ. C' EST DONC LA PUISSANCE DE JESUS-CHRIST QUI FIT TOMBER PAUL DE TARSE PAR TERRE. Si ce même Jésus-Christ est vraiment en moi, et s'Il agit véritablement, Il fera tomber par terre des gens comme Saul de Tarse, afin de les amener à la repentance. Savez-vous qu'après avoir rencontré cette Lumière venant du ciel, Saul de Tarse était tombé aveugle pendant trois jours? L'homme animal dira qu'une telle expérience ne vient pas de Dieu, car Dieu ne peut faire de mal à quelqu'un. Et c'est là que la plupart des chrétiens s'achoppent. Mais, nous savons , nous qui sommes parvenus à la connaissance de la Manne Fraîche par la grâce de Dieu, que Dieu est le Créateur du Paradis et de l'enfer, de la lumière et des ténèbres, de la maladie et de la santé. C'est Lui qui a créé Satan et les démons, l'ange Gabriel et les anges de lumière. Personne ne peut prouver par l'Ecriture que c'est le diable qui a rendu Saul de Tarse aveugle. Personne . Personne ne peut me prouver par la Parole que le Saint-Esprit ne peut pas faire tomber les gens. Personne . Souvenez- vous de ceci: La Parole de Dieu est une Epée à double tranchant. Et souvent, les gens utilisent un seul tranchant. Moi aussi je le fais. Mais, en vérité, il faut utiliser les deux tranchants , afin de mieux comprendre les choses de Dieu. Ceux qui sont catégoriques, et qui n'utilisent qu'un seul tranchant, disent : Le Saint-Esprit ne peut pas faire tomber les gens, sans pouvoir apporter des arguments scripturairement convaincants. Ou bien, ils disent: Le Saint-Esprit seul fait tomber les gens dans les églises. Frères, restons dans le juste milieu.

Connaissez-vous Charles Finney, ce grand collaborateur de Dieu, (1792-1875) ? Voici ce qu'il dit: "Lorsque je me retournai  pour m'asseoir, je reçu le puissant baptême dans Saint-Esprit... L' Esprit Saint descendit sur moi de telle sorte qu'il parut emplir mon corps et mon être. Je le ressentis comme une onde électrique qui me traversa à plusieurs reprises. Vous voyez! Il parle du baptême dans le Saint-Esprit comme une onde électrique. Oseriez-vous me dire que ce que Charles Finney a ressentit est du diable ? Celui qui n'a jamais reçu le véritable baptême du Saint-Esprit peut le dire, mais certainement pas celui qui a fait l'expérience de la Pentecôte. Celui qui n'a jamais expérimenté le Surnaturel, qui ne se contente que des Ecritures, ne peut pas comprendre ce que Charles Finney a vécu. Avant le baptême dans le Saint-Esprit, il dit: "Lorsque j'entrai et fermai la porte dernière moi, j'eus l'impression de me trouver face à face avec le Seigneur Jésus-Christ...Je  pleurai tout haut et confessai mes péchés de mon mieux entre mes sanglots." Vous voyez! Ce grand collaborateur de Dieu, était en proie aux émotions, aux sanglots et à toutes sortes de sensation quand il avait l'impression d'être face à face avec le Seigneur. Il a confessé ses péchés et pleuré.   Frères, dans la véritable  collaboration avec Dieu, il y a aussi des moments de pleurs, d'émotions et de lamentations. Quand Jésus, la Parole faite chair, pleurait à cause de la mort de Lazare, l'Ecriture dit qu'il était ému : Il avait donc des émotions, des sentiments et des sensations, qui étaient loin d'être charnels. Je ne vous demande pas de recherche les émotions et les sensations, mais je dis simplement en m'appuyant sur l'Ecriture qu'en Jésus-Christ, on éprouve aussi des émotions et ses sensations. Ce qu'il faut rechercher, c'est      l'authentique baptême du Saint-Esprit, qui produit des évènements surnaturels et des émotions, et des sensations. Je sais qu'il y a des émotions, et des sensations charnelles. Mais je sais aussi qu'il y en de spirituelles, causées par le Saint-Esprit. Je sais que celui qui n'a pas encore rencontré le Seigneur Jésus-Christ véritablement ne peut pas comprendre ce que je dis.

Après avoir entendu la Parole du Seigneur me disant de lire la Bible et de chercher à savoir qui est Christ , j'ai fait une expérience très étrange. Je m'étais retiré seul au stage municipal de Bingerville. Pendant que je priais, je voyais tous mes péchés défiler devant moi. Et mon cœur était rempli d'une grande peine et d'une grande amertume. J'avais un poids énorme sur le cœur. Je pleurais, je confessais mes péchés. L'atmosphère spirituelle était tellement sainte que je ressentais davantage le poids et la gravité de mes péchés. J'avais beaucoup pleuré. Mais quelque chose de merveilleux s'était passé par la suite. Après cette confession des péchés entrecoupée de terribles sanglots, le poids énorme qui m'étreignait avait complètement disparu. La peine et l' amertume avaient disparu. Et des ondes de joie, de paix et d'amour remplirent tout mon être. Mes larmes s'étaient transformées en joie Divine. J'étais complètement délivré du poids des mes péchés et de toutes sortes de culpabilité. Comme vous pouvez le constater, cette expérience que j'ai vécue était pleine d'émotions et de sensations dont l'auteur est le Saint-Esprit de Dieu . J'ai pleuré, mais j'étais poussé par le Saint-Esprit. J'ai confessé mes péchés, mais j'étais poussé par Saint-Esprit qui m'avait profondément convaincu de péché, de justice et de jugement. C'est ici la vraie confession des péché. C'est lorsqu'Il nous convainc de péché, que nous sommes purifiés par le Sang de Jésus, une fois les péchés confessés. Frères, la collaboration avec Dieu passe aussi par la confession des péchés suscitée par le Saint-Esprit Lui même. Avant toute collaboration, nous devons confesser nos péchés, naître de nouveau et être rempli du Saint-Esprit. Mais personne ne peut passer par ces choses si ce n'est par le Saint-Esprit. NE CONFESSEZ LES PECHES QUE LORSQUE LE SAINT-ESPRIT VOUS CONVAINC, ET VOUS POUSSE A LE FAIRE. TOUT PECHE CONFESSE DANS LA CHAIR NE PEUT PAS ETRE PURIFIE PAR LE SANG DE JESUS. La confession des péchés est devenue aujourd'hui dans certaines églises, quelque chose de mécanique. C'est quelque chose qui se fait par la volonté de la chair selon un rituel, selon la tradition des hommes et le formalisme religieux. Par exemple, à chaque culte, on a un temps bien déterminé pour la confession des péchés. A cette occasion, chacun donne libre concours ses plaisanteries et à son orgueil. On confesse les péchés du bout des lèvres, en se moquant de Dieu. Il y en a qui, pour montrer qu'ils sont humbles, confessent des péchés inventés, en criant le plus fort possible pour qu'on les entende. Je passai un jour devant une église évangélique, et j'ai entendu le pasteur prier, en disant : "Eternel, ce matin, je suis rempli de péchés..." Sa prière était charnelle. Sa confession était charnelle, car le Saint-Esprit ne l'a pas convaincu de péché. Il a voulu simplement sacrifier à la tradition. Frères, il est juste et bon de confesser ses péchés, mais il est mieux de le faire après avoir été convaincu de péché, de jugement et de justice par le Saint-Esprit. Car c'est Dieu qui créé en nous le vouloir et le faire.

Il en est de même de la prière et du jeûne: C'est Dieu  qui créé en nous le vouloir et le faire. Un jour, après plusieurs réveils, j'étais épuisé. Mais, je voulais à tout prix prier avant d'aller me coucher. Mais, j'ai entendu une Voix qui m'a dit d'aller me reposer, avec la promesse qu'Elle me réveillerait à une certaine heure de la nuit pour prier. C'était la Voix du Seigneur. Ici, il y avait deux volontés: Ma volonté et Sa volonté. Aussi longtemps que j'étais dans ma propre volonté, je ne pouvais rien faire. Il m'a révélé Sa volonté à Lui, avec la force qui l'accompagne, afin que je puisse faire son œuvre. La révélation de la volonté de Dieu est très importante dans la collaboration avec Christ. Une collaboration en dehors de sa volonté est d'avance vouée à l'échec. Une collaboration en dehors de la Parole révélée n'est que ruine de l'âme.

Dans 1 CHRONIQUES 13, David, après avoir consulté les chefs de milliers et de centaines, avec tous les princes, a décidé de ramener l'arche dans la cité de David, mais il fit les choses  selon sa propre volonté. Lui et ses hommes ont mis l'arche sur un cher neuf, alors que selon la  Parole révélée en leur temps, c'était les Lévites qui devaient la porter. Cette collaboration en dehors de la Parole révélée pour l'âge et en dehors de la volonté de Dieu, a tourné au drame: Dieu a frappé Uzza de mort, parce qu'il avait étendu la main pour saisir l'arche que les bœufs ont fait pencher. Vous voyez! C'est Dieu, et Dieu seul qui fixe les règles de la collaboration. C'est pourquoi, il nous faut toujours connaître la volonté de Dieu et la Parole révélée pour notre temps. Aujourd'hui, dans l'Eglise du Dieu vivant, la collaboration avec Dieu se fait sur la base immuable de la Nouvelle Alliance au Sang de Jésus.


2.  DEUXIEME CARACTERISTIQUE : PAUL ETAIT LUMIERE DU MONDE

Dieu est Lumière. Quiconque collabore avec Lui, doit être aussi lumière. C'est ici une caractéristique de Dieu. Dans Jean 8.12, le Fils de l'Homme, Jésus-Christ, dit: " Je suis la lumière du monde; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie." Jésus-Christ est donc la Lumière monde. Mais, Il n'est certainement pas la seule Lumière du monde. Car Il dit à ses disciples, dans MATTHIEU 5.14:" Vous êtes la lumière du     monde." Comme vous pouvez le constater, Jésus-Christ est la     Lumière unique, mais Il n'est pas la seule lumière du monde. Ses disciples aussi sont la lumière du monde. C'est ainsi que Paul était aussi la lumière du monde. C'est d'ailleurs ce que dit l'Ecriture dans ACTES 13.47: "Je t'ai établi pour être la lumière des nations, pour porter le salut jusqu'aux extrémités de la terre." Paul était la lumière du monde. Il devait porter le salut jusqu'aux extrémités de la terre. Mais, Christ la véritable Lumière du monde était en lui. C'est parce que Christ était en lui, qu'il a été fait lumière du monde pour porter le salut jusqu'aux extrémités de la terre. Jésus-Christ la véritable Lumière du monde et Paul la lumière des nations étaient un. Ils n'étaient pas égaux, mais ils étaient un. C'est ici le mystère de Paul la lumière du monde, collaborateur de Christ la véritable Lumière du monde. Dans JEAN 9.5, le Seigneur Jésus dit : " Pendant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde." Je crois qu'Il parlait de sa présence physique, mais aussi de sa présence spirituelle. Quand le Seigneur était dans un corps de chair, Il était la Lumière du monde en Israël. Après sa mort, sa résurrection et son élévation au ciel, Il a pris Son véritable Corps, Son Corps céleste dans lequel Il est assis à la droite de Dieu, étant toujours la lumière du monde. Quand Il venait habiter dans les apôtres, c'était sous la forme du         Saint-Esprit, qui est Dieu. Et Dieu est Lumière. Quand Christ, le         Dieu-Lumière était en Pierre, ce dernier était la lumière du monde. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il avait reçu du Seigneur les clefs du  Royaume des cieux. Comme il était la lumière du monde en ce temps-là, le Seigneur a dit à Corneille, à travers l'ange d'aller chercher Simon-Pierre, qui lui dirait les choses par lesquelles il serait sauvé lui et sa famille. Si Pierre n'était pas la lumière du monde, le Seigneur ne lui aurait pas remis les clefs du Royaume des cieux. Et Il n'aurait pas dit à Corneille d'envoyer chercher cet apôtre. Vous voyez! Il était, à l'instar de Paul, la lumière du monde pour son temps. A chaque âge, il y a une lumière du monde, Jésus-Christ Lui-même étant la Lumière du monde par essence et par excellence. Il y a sept Eglises, selon l'Ecriture; ces sept Eglises sont sept âges de l'Eglise symboliquement parlant. Et Dieu envoie un prophète dans chaque âge pour apporter la révélation de Sa Parole. Cela veut dire qu'il y a sept prophètes pour les sept âges de l'Eglise. Et chaque   prophète étant Dieu, selon  l’Ecriture, est une Lumière du monde. Dans Apocalypse 1.16, l’Ecriture dit que le Fils de l’Homme « avait dans sa main droite sept étoiles. » Ces sept étoiles, selon Apocalypse 1.20, sont les sept anges des sept Eglises. Un ange de l’Eglise, c’est un messager de l’Eglise. Donc les sept anges des sept Eglises sont sept messagers des sept âges de l’Eglise. Ces sept messagers, qui sont aussi sept étoiles, ce sont en vérité sept Lumières du monde, Jésus-Christ Lui-même étant la Lumière du monde par essence et par excellence. Comprenez-vous maintenant pourquoi je dis qu’à chaque âge de l’Eglise, il y a une Lumière du monde. Paul était la Lumière du monde pour son temps. En tant que Lumière des nations chargé de porter le salut jusqu’aux extrémités de la terre, il a posé le fondement comme un sage architecte. Ce fondement, c’est                Jésus-Christ. Quiconque ne bâtit pas sur ce fondement, comme les branhamistes, fait fausse route. Savez-vous que les branhamistes baptisent, non au Nom du Seigneur Jésus-Christ, mais au nom de William Branham ? Savez-vous qu’ils disent que leur prophète est né physiquement hors du péché, et qu’il est infaillible ? Ils bâtissent sur un autre fondement ; ils ont posé un autre fondement, savoir William Branham dont ils brandissent la photo partout. Le Nom du Seigneur Jésus-Christ n’est qu’une façade ; car le nom qu’ils vénèrent, c’est le nom de William   Branham. Paul a posé le fondement sur lequel nous devons bâtir, savoir Jésus-Christ. Dans l’Eglise de Dieu, c’est le seul Nom de Jésus-Christ notre bien-aimé Rédempteur, qui est digne de louange, de vénération et d’adoration. Selon Colossiens 3.17, nous devons tout faire, en actes et en paroles au Nom du Seigneur Jésus, « en rendant par lui des actions de grâces à Dieu le Père. » Dois-je encore vous donner d’autres raisons pour que vous délaissiez le nom de William  Branham pour vous tourner vers Jésus-Christ ? Je vous le dis, en vérité, en vérité, les branhamistes ont posé un autre fondement, savoir William Branham. Leur rocher n’est pas notre rocher. Les branhamistes qui font office de bâtisseurs, ont rejeté la Pierre angulaire, qui est Jésus-Christ. La pierre qu’ils ont rejetée, pour s’attacher à William Branham, est la principale de l’angle. Toute leur prédication repose sur cet homme, né et conçu dans le péché comme eux, au lieu de reposer sur la   Personne Glorieuse du Seigneur Jésus-Christ, la  Lumière du monde par essence et par excellence. Les sept étoiles qui sont dans la main droite du Fils de l’Homme sont sept Lumières du monde engendrées par Jésus-Christ l’unique Lumière du monde. Ces sept        Lumière du monde reflètent la Lumière du monde. Si vous êtes aussi une lumière, alors vous êtes le reflet de Jésus-Christ la véritable Lumière. Lorsqu’une lumière reflète William Branham, c’est une fausse lumière. Frères, il y a deux sortes de lumière : Les vraies lumières et les fausses lumières. Les vraies lumières,  ce sont ceux qui sont nés de nouveaux, qui ont reçu en partage l’Esprit de Christ et qui sont les images du Seigneur sur terre. Les fausses lumières, ce sont les faux prophètes, les faux docteurs et les faux christs, qui se déguisent en serviteurs de Christ. Nous, nous sommes le reflet de la Parole originelle, de la Lumière originelle.

Du premier âge de l’Eglise au septième âge de l’Eglise, la  Lumière du monde, Christ, s’est incarné en six messagers, devenant ainsi, chacun pour sa part, la lumière du monde pour son temps. Ainsi, Paul, Irénée, Martin, Colomba, Luther, Wesley, étaient l’incarnation de la Lumière du monde. Chacun d’entre eux était la lumière du monde pour son temps. Souvenez-vous de ceci : Ces six premiers messagers, qui étaient collaborateurs de Dieu, ont prêché la Parole au temps du matin, en passant par le temps du jour. Après le temps du matin, il y a eu le temps du soir. C’est en ce temps du soir, que William Branham dit avoir annoncé la lumière du soir. Après le temps du soir, il y a eu le temps de minuit, le temps de l’aube. Et nous retournons au temps du matin. A chacun de ces temps, la Lumière du monde, qui est Christ, doit luire pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres. Il choisit alors un prophète en qui Il s’incarne, afin de faire de ce dernier la lumière du monde pour son temps. Ainsi au temps du soir, le Seigneur a suscité une lumière du monde, en la personne de William Branham. Cet homme a malheureusement abandonné la Parole du Seigneur par moment pour s’enliser dans le dédale d’un prophétisme douteux, poussant l’outrecuidance jusqu’à contredire celui qui a dit : Je suis la vérité. Quand Jésus-Christ, le Chemin, la Vérité et la Vie dit que Judas est un fils de perdition, et qu’il est perdu, lui, William  Branham, dit le contraire. En effet, il dit, pour s’insurger contre ce que le    Seigneur dit, que Judas est sauvé et sanctifié. William Branham était une lumière qui n’a pas pu refléter  réellement Christ, la véritable et unique Lumière du monde. Il a poussé l’outrecuidance tellement loin qu’il a osé dire, dans sa brochure ‘‘ LA PROFONDEUR APPELLE LA PROFONDEUR’’, qu’il est né hors du péché, et que s’il appelle les gens du plein évangile ses frères, il le fait par grâce. O, quelle outrecuidance ! Quelle vanité ! En s’auto-déclarant né hors du     péché, il s’est fait l’égal de Jésus-Christ, ce qui est une abomination devant Dieu. Il n’a pas parlé ce jour-là par le Saint-Esprit, mais Dieu lui a envoyé un esprit de mensonge pour qu’il dise ce mensonge. Dans Romains 11.32, l’Ecriture dit que « Dieu a renfermé tous les hommes dans la désobéissance, pour faire miséricorde à tous. » L’Ecriture dit : « Tous les hommes. » Malgré cela, William      Branham dit qu’il est né hors du péché. Dans Galates 3.22, Elle dit encore que « L’Ecriture a tout renfermé sous le péché, afin que ce qui avait été promis fut donné par la foi en Jésus-Christ à ceux qui croient. » En Romains 5.12, il est écrit : « C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché. » En Romains 3.23, il est écrit dans l’Ecriture que « tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ; et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. » C’est ici l’Ecriture : TOUS ONT PECHE, ET SONT GRATUITEMENT JUSTIFIES PAR LE SANG DE   JESUS. En disant qu’il est né hors du péché, donc sans péché,   William Branham voulait dire tout simplement qu’il n’avait pas besoin d’être justifié par le sang de l’Agneau, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. Un seul n’avait pas besoin d’être justifié pour ses péchés, c’est Jésus-Christ. Car Il a été conçu sans péché et hors du péché par le Saint-Esprit. Pourquoi William    Branham a-t-il voulu s’égaler au Seigneur en disant qu’il est né hors du péché ? Le savez-vous ? C’est par esprit d’orgueil et de vanité qu’il a dit cela.  Il s’est laissé manipuler par le diable, qui l’a incité à s’égaler à Jésus-Christ, l’inégalable, qui l’a incité à faire ce qui est contraire à la volonté de Dieu. Frère Christ-Moïse, n’est-il pas un faux prophète ? Je ne crois pas. Je dis simplement qu’il est tombé dans la suffisance et dans l’outrecuidance. Je dis simplement que le diable a pu l’inciter à sortir de la Lumière, de la Parole, de la volonté de Dieu. Un passage m’est venu à l’esprit : 1 Chroniques 21.1. Il est écrit dans cette Parole de l’Ecriture que « Satan se leva contre Israël, et il excita David à faire le dénombrement d’Israël. » Je vous rappelle que David était prophète de Dieu, mais Satan a pu l’inciter à faire quelque chose que Dieu n’a pas aimé. C’est ce qui est arrivé à William Branham, qui se frappait la poitrine, tout en défiant les gens de lui montrer là où il a failli, là où ses visions ont failli.

Au temps du soir, il y a eu la lumière du soir, laquelle n’a pas pu apporter la révélation de la Parole de façon véritable. Au temps de l’aube, Dieu nous a envoyé la lumière du matin qui se lève à l’aube, pour manifester la Manne Fraîche. La lumière qui se lève à l’aube est plus éclatante que la lumière qui s’est couchée le soir. Et la lumière qui luit le matin est plus éclatante que la lumière qui s’est levée à l’aube. Souvenez-vous du mystère des quatre derniers temps prophétiques, tels que décrits dans Marc 13.32-35 :

- Le soir

- Le milieu de la nuit ou minuit

- Le chant du coq ou l’aube

- Le matin


Considérez la Parole de l’Ecriture de Marc 13.32-35 :      L’Ecriture parle ici de la seconde venue de Christ. Quatre temps prophétiques sont déterminés à cet effet : Le soir, le milieu de la nuit, le chant du coq et le matin. A chacun de ces quatre temps prophétiques correspond une lumière du monde, laquelle est un prophète de Dieu. Ce prophète est collaborateur de Dieu, ayant en lui les caractéristiques de Dieu, Ses perfections invisibles, Sa divinité et Sa puissance éternelle. Avec la Manne Fraîche, toute la révélation de la Parole ne sera pas donnée, mais nous comprendrons tout de même pas mal de choses concernant les Saintes Ecritures et la puissance de Dieu.

Souvenez-vous de ce que dit l’Ecriture dans Matthieu 5.14 : « Vous êtes la lumière du monde. » Le croyez-vous ? Souvenez-vous aussi de ce qu’Elle dit dans 1 Jean1.5, à savoir que « Dieu est lumière. » Si vous êtes lumières, et que Dieu aussi est Lumière, alors vous êtes des Dieux. C’est ici le mystère de la Divinité de l’homme. Dans Jean 10.34-35, le Fils de l’Homme, après avoir proclamé la Divinité de l’homme, en disant : « Vous êtes des dieux », affirme ceci : L’Ecriture appelle Dieu celui à qui la parole de Dieu est adressée. Et nous savons que la parole vient au prophète. Alors le prophète est Dieu.

Dans Apocalypse 5.6, l’Ecriture dit que « l’agneau qui était là comme immolé », « avait sept cornes et sept yeux, qui sont les sept Esprits de Dieu envoyés par toute la terre. » (Version Darby). Remarquez que les sept Esprits de Dieu sont écrits avec ‘‘E’’ majuscule. Le mot Esprit est écrit avec ‘‘E’’ majuscule. Cela veut dire que l’Ecriture parle du Saint-Esprit. L’agneau qui était là comme immolé avait donc sept Saints-Esprits de Dieu. L’Ecriture dit qu’il n’y a qu’un seul Esprit de Dieu, et je le crois. Mais la même Ecriture dit aussi qu’il y a sept Esprits de Dieu. Et je le crois aussi. Qui sont maintenant ces sept Esprits de Dieu ? Selon Apocalypse 4.5, ces sept Esprits de Dieu sont sept lampes ardentes qui brûlent devant le trône de Dieu. Or, selon Jean 5.35, Jean était une lampe ardente, donc un prophète. Par conséquent les sept lampes ardentes sont sept prophètes de Dieu. Vous voyez ! Le mystère de la piété se manifeste sept fois. Le mystère de la divinité de l’homme se révèle sept fois dans l’Eglise à travers sept prophètes de Dieu. Ces sept prophètes de Dieu, qui sont sept Esprits de Dieu, sont collaborateurs de Dieu pour la révélation du mystère de Dieu, qui est Christ. Oui Monsieur. Christ est la révélation du mystère de Dieu dont parle l’Ecriture dans Apocalypse 10.7. « …Mais qu’aux jours du septième ange, quand il sera sur le point de sonner de la trompette, le mystère de Dieu aussi sera terminé, comme il en a annoncé la bonne nouvelle à ses esclaves les prophètes. » (Version Darby). Qu’est-ce que le mystère de Dieu ? C’est Christ, selon Colossiens 2.2 : « …Afin qu’ils aient le cœur rempli de consolation, qu’ils soient unis dans la charité, et enrichis d’une pleine intelligence pour connaître le mystère de Dieu, savoir Christ. » (Version Louis Segond). Tous les   véritables prophètes de Dieu, tous les vrais hommes de Dieu, tous les vrais apôtres, pasteurs et docteurs, remplis du Saint-Esprit, n’ont en vérité qu’une seule vocation céleste : Faire connaître Christ au  monde par la proclamation de l’Evangile éternel. N’oubliez pas qu’il y a de faux prophètes, de faux christs, de faux pasteurs, de faux évangélistes, de faux apôtres qui s’évertuent à faire connaître aux gens, leur gourou, leur prophète, au lieu de présenter le sauveur au monde. De ceux-là sont les branhamistes, qui ne vivent que pour faire connaître William Branham au monde. Et ils ont réussi à convaincre les enfants de la rébellion, ceux qui n’ont pas l’Esprit de Christ en eux. L’Ecriture est formelle : Le mystère de Dieu, c’est Christ. Pas William Branham, mais Christ. Dans                          Colossiens 1.26-27, l’Ecriture parle aussi de ce mystère de Dieu, en disant : « Le mystère caché de tout temps et dans tous les âges, mais révélé maintenant à ses saints, à qui Dieu a voulu faire connaître quelle est la glorieuse richesse de ce mystère parmi les païens, savoir : Christ en vous, l’espérance de la gloire. » Juste au verset suivant, l’apôtre Paul dit : « C’est lui que nous annonçons, exhortant tout tomme, et instruisant tout homme en toute sagesse, afin de présenter à Dieu tout homme devenu parfait en Christ. » Frères, écoutez ce que dit l’Ecriture : Le mystère de Dieu, c’est Christ en vous, l’espérance de la gloire. Pas William Branham, mais Christ. Qui vous a donc ensorcelés, ô hommes dépourvus de sens, pour que vous passiez du Sauveur de l’humanité Jésus-Christ à William Branham qui a été sauvé comme vous ? Ô frères : Pourquoi écoutez-vous ceux qui ont renversé l’Evangile de Christ, qui ont perverti les voies du Seigneur, en vous annonçant William Branham ? Etes-vous dépourvus de sens comme les branhamistes, qui, au lieu d’attendre dans la prière, le jeûne, la sanctification le retour du          Seigneur, attendent William Branham, qui selon eux, doit revenir pour prêcher son message. N’est-ce  pas ce que notre bien-aimée sœur Aimérance, qui est aux Etats-Unis nous a dit ? En effet, elle m’a écrit pour me dire ces choses. Dans l’église branhamistes où elle a atterri, tout le monde attend le retour de William Branham, au lieu du retour du Seigneur. Frères, si vous êtes vraiment remplis du    Saint-Esprit, vous croirez ce que dit la Parole, savoir Christ est le mystère de Dieu. Frères, je ne suis pas le mystère de Dieu dont parle l’Ecriture, mais Christ. Je voudrais vous rappeler mon témoignage, si cela peut faire du bien à vos âmes. J’étais encore dans le monde, vivant dans les convoitises charnelles, quand j’entendis pour la toute première fois, une voix me parler, en me disant de chercher à savoir qui est Christ. C’était en 1990. Cette voix m’a d’abord dit de lire la Bible, avant de me dire de chercher à savoir qui est Christ. Elle ne m’a jamais dit de chercher à savoir qui est l’apôtre Paul, ni qui est l’apôtre Pierre, encore moins qui est William Branham. Mais, qui est Christ. Et je n’ai pas pu résister à la voix céleste qui m’a parlé. Après avoir entendu cette mystérieuse voix, une grande soif de connaître Christ s’est emparée de tout mon être. Animé   d’une force peu commune, j’ai commencé à lire la Bible avec ardeur, à prier, à veiller seul, et à jeûner. Je n’avais qu’un seul désir : Connaître Christ. Je ne partais dans aucune église. Et le Saint-Esprit m’a révélé à travers les Saintes Ecritures qui est Christ. Et Christ m’a dit un jour : « Je suis le Dieu Tout-puissant, et je suis en toi pour accomplir ma volonté. » Mon désir de connaître Christ est toujours ardent, car je ne le connais pas encore il se doit ; et je sais que je ne le connaîtrai pas dans toute Sa dimension, car Il est infiniment grand et infiniment puissant. Lorsque la voix céleste me parlait, Dieu était en train de jeter les bases de la collaboration. Frères, si Christ m’a permis de le connaître un peu, pourrais-je avoir d’autre désir que vous l’annoncer, afin que vous aussi vous le connaissiez ? Tous ceux qui n’annoncent pas Christ, mais William Branham, sont déchus de la vocation céleste. Pourrai-je annoncer William       Branham alors que c’est Christ qui s’est révélé à moi ?

La vocation des sept Esprits de Dieu dans la collaboration avec Dieu, c’est d’annoncer le mystère de Dieu qui est Christ. Tout le mystère de la collaboration avec Dieu repose sur le mystère de Dieu qui est Christ. Toute collaboration en dehors de ce mystère de Dieu qui est Christ, est diabolique. Christ est la révélation du mystère de Dieu. Christ est la Lumière du monde par essence et par excellence. Quand Christ l’unique Lumière est en nous, nous sommes aussi la lumière du monde. Quand Christ l’unique Lumière du monde était en Paul, ce dernier devint la lumière du monde pour refléter la véritable Lumière qui est Christ. Paul était la lumière du monde pour son âge, Christ l’unique Lumière étant en lui. C’est en vertu de ce mystère qu’il a dit : « Ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi. » Vous voyez ! C’est Christ, et Christ seul qui vit en nous, si du moins nous sommes de vrais collaborateurs de Dieu. Notre parole, dans cette collaboration, c’est Christ. Si notre prédication n’est pas Christ, nous sommes déchus de la grâce. Si votre prédication repose sur William Branham, et non sur Christ le Rédempteur, vous n’êtes pas de Dieu. Si l’esprit qui est en vous confesse William Branham et non Christ, vous n’êtes pas de Dieu. Vous   n’êtes pas la lumière du monde si vous n’avez pas en vous Christ, l’unique Lumière du monde. Seul celui qui est lumière comme Dieu Lui-même est Lumière, est collaborateur véritable de Dieu. La    lumière des nations qui était Paul, a conduit les gens vers Christ  l’unique Lumière du monde. Les Esprits de Dieu conduisent les gens au seul Esprit de Dieu, qui est Christ. Toute lumière qui ne conduit pas à Christ n’est pas de Dieu. Si la lumière du soir, telle que prêchée par les branhamistes, conduit à William Branham et non à Christ, elle est dangereuse pour nos âmes. Paul, la lumière du monde, a annoncé le mystère de Dieu qui est Christ. Et il a dit dans Galates 1.8-9, que même si un ange du ciel annonce un autre  Evangile que celui qu’il a prêché, qu’il soit maudit. Que dire donc des branhamistes qui annoncent un autre Evangile ? Que dire de ces soi-disant hommes de Dieu qui consacrent les femmes à l’enseignement de la Parole dans l’Eglise, alors que l’apôtre Paul dit : « Je ne permets pas à la femme d’enseigner la Parole. » Tous ces soi-disant hommes de Dieu qui consacrent les femmes à la prédications de la Parole, sont de fausses lumières, de faux prophètes, de faux christs pour égarer les fils de la rébellion. Toutes ces femmes qui           enseignent la Parole dans les églises doivent se repentir, car elles font ce qui est contraire à l’enseignement de Paul. La femme ne doit pas enseigner la Parole dans l’Eglise, dit l’Ecriture, dans                  1 Timothée 2.12 : « Je ne permets pas à la femme d’enseigner, ni de prendre de l’autorité sur l’homme ; mais elle doit demeurer dans le silence. » Quiconque va contre cette Parole de l’Ecriture, ne connaît pas Dieu. Maintenant pourquoi l’Ecriture interdit la prédication de la Parole à la femme dans l’Eglise ? L’Ecriture en donne la raison : C’est que la femme s’est rendue coupable de transgression, selon 1 Timothée 2.14. Cette Parole de l’Ecriture nous ramène dans le jardin d’Eden où le fruit de l’aube de la connaissance du bien et du mal a été mangé. Dieu dit à l’homme dans Genèse 2.16-17 : « Tu pourras manger de tous les arbres du jardin ; mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. » Vous voyez ! L’interdiction Divine était claire et formelle. Mais, le serpent a pu séduire la femme ; et elle en a mangé. La femme à son tour, en a donné à l’homme, qui en a mangé. C’est à partir de ce moment que l’homme, la femme et toute la création se sont séparés d’avec Dieu. La femme, séduite par le serpent, a transgressé la loi de Dieu, en mangeant de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. C’est pourquoi il ne lui est pas permis d’enseigner la Parole du Seigneur. Au temps du soir, il vous a été dit que le péché originel, c’est l’acte sexuel. Mais, en ce temps de l’aube, la Manne Fraîche nous a révélé que le péché originel, c’est l’incrédulité envers la Parole, laquelle a conduit à l’acte sexuel. Avant de manger l’arbre de la connaissance du bien et du mal, la femme a manifesté son incrédulité à l’égard de la Parole. C’est ici la lumière qui s’est levée à l’aube, afin de nous conduire au temps du matin. C’est ici le mystère de la Manne Fraîche, qui est la Parole faite chair, en ce temps de l’aube. Et la Parole faite chair en ce temps de l’aube est collaborateur de Dieu. Pas collaboratrice, mais collaborateur de Dieu. Avant de transgresser la loi de Dieu, avant de désobéir à la Parole de Dieu, nous manifestons d’abord l’incrédulité. Dire que l’acte sexuel est le péché originel, comme l’affirment les branhamistes, n’est pas la pleine révélation. C’est ici la pleine révélation : L’INCREDULITE EST LE PECHE ORIGINEL. Et l’incrédulité, comme la foi, vient de ce qu’on entend. De même que la foi vient de ce qu’on entend de la Parole de Christ, de même l’incrédulité vient de ce qu’on entend de la parole de Satan. En écoutant le serpent, en entendant sa parole, l’incrédulité est née dans le cœur de la femme. Et l’incrédulité, étant consommée, l’a conduite à manger de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Sachez aussi ceci : La femme aussi a parlé à Adam. C’est alors que l’incrédulité est entrée dans son cœur, chassant ainsi de lui la foi en la Parole Divine. Et Adam, premier collaborateur de Dieu dans la domination de la terre, a aussi mangé de cet arbre défendu. Il a été incrédule envers la Parole en écoutant sa femme : Il avait déjà     péché contre Dieu. Le fait de manger de cet arbre défendu, n’était qu’une confirmation de son incrédulité. A cause de cela, Dieu a été obligé de mettre fin temporairement à la collaboration qui existait entre l’homme et Lui. Cette collaboration interrompue depuis longtemps, a été rétablie de façon parfaite et véritable en Jésus-Christ. Mais, après la chute de l’homme dans le jardin, Dieu a tué des animaux dont le sang a été versé. Déjà en ce moment-là, le plan de la rédemption de l’homme a pris forme sur terre. Dans ce plan de la rédemption était inscrite la possibilité de la poursuite de la collaboration. Il est vrai qu’Adam a presque tout perdu, notamment la souveraineté et la domination sur la terre, mais, par le moyen du sang versé, le mystère de la collaboration avec Dieu, a été sauvegardé. C’est Dieu qui a créé l’homme à son image, mais c’est l’Eternel Dieu qui forma l’homme de la poussière de la terre. Voyez-vous le mystère ? Dans Genèse 1.27, l’Ecriture dit : « Dieu créa l’homme à son image. » Mais dans Genèse 2.7, c’est l’Eternel Dieu, et non Dieu, qui forma l’homme de la poussière de la terre. J’espère que vous comprenez les Ecritures et la puissance de Dieu. J’espère que vous êtes spirituels. Dans Genèse 1.27, Dieu, en créant l’homme, n’a pas porté Son Nom rédempteur qui est Yahvé, lequel est traduit par l’Eternel. Il a créé l’homme à son image. Et l’image de Dieu, c’est l’esprit. Il a donc créé l’homme dans un corps spirituel. Dans Genèse 1.27, l’homme était donc esprit. Mais dans Genèse 2.7, l’homme a été formé de la poussière de la terre ; par Yahvé-Dieu. Cela veut dire que l’homme qui était esprit, est revêtu d’un corps de chair. Vous remarquerez que c’est dans son corps de chair, et non dans son corps spirituel, qu’il a péché contre Dieu. C’est dans son corps de chair qu’il a été incrédule, et qu’il a mangé de l’arbre défendu. C’est pourquoi le dernier Adam, Christ, qui était, et qui est Dieu, est devenu un homme, fait de sang et de chair. Afin de verser son précieux sang pour la rédemption. Pourquoi Dieu a formé l’homme de la poussière de la terre en tant que Yahvé-Dieu, l’Eternel Dieu ? Il se positionnait déjà comme le Dieu rédempteur ; car Il savait que l’homme allait chuter, et qu’il allait avoir besoin de rédemption et d’un rédempteur. Le Nom Yahvé est le Nom rédempteur de Dieu sous l’ancienne alliance, et sous le sang des animaux. Sous la nouvelle alliance, Dieu a chargé de nom rédempteur, car il y avait changement d’alliance. Son Nom rédempteur sous la nouvelle alliance, c’est Jésus : C’est Yashuah, traduit par Jésus.

Quand Adam a péché, Dieu ne pouvait pas lui pardonner. Car, selon l’Ecriture, dans Hébreux 9.21, « sans effusion de sang, il n’y a pas de pardon. » C’est pourquoi, Il a sacrifié des victimes innocentes dans le jardin d’Eden. Adam et Eve ont donc été pardonnés, afin de permettre à la collaboration de subsister. En Jésus-Christ, le dernier Adam, nous avons été justifiés, pardonnés et sanctifiés, afin d’être collaborateurs de Dieu, par la puissance de résurrection. En Jésus-Christ, nous avons été réconciliés pour toujours avec Dieu. En Jésus-Christ, nos péchés, tous nos péchés ont été ôtés. Depuis le jardin d’Eden jusqu’à la naissance du Fils de Dieu,  Jésus-Christ, les péchés étaient seulement pardonnés, expiés. Mais, par le sang de Jésus, le péché est complètement aboli, nos péchés sont ôtés pour toujours, au point que Dieu ne s’en souvient plus. Jésus était le   péché du monde, le premier-né d’entre les pécheurs. Il a été fait  péché pour nous, afin que nous soyons en Lui, justice de Dieu. Ayant été faits en Lui, justice de Dieu, et le péché ayant été aboli par son sacrifice, nous ne pouvons plus pécher, si du moins l’Esprit de Christ vit en nous.

Dans Esaïe 7.14-15, l’Ecriture dit que l’enfant qui allait naître de la vierge, s’appellerait Emmanuel. Mais quand l’ange Gabriel s’est présenté à la vierge Marie, pour lui annoncer la naissance du Fils de Dieu, Il a dit qu’Il s’appellerait, non pas Emmanuel, mais Jésus. Pourquoi le Nom de Jésus, et non le Nom d’Emmanuel ? C’est parce que le Nom Emmanuel n’est pas un nom rédempteur de Dieu. Or, le Fils de Dieu qui devait naître de la vierge, venait pour la rédemption, pour nous sauver de nos péchés. Par conséquent, Il devait porter un nom rédempteur. Ce nom rédempteur, c’est      Yashuah, Jésus. Cependant, Christ est Emmanuel, qui signifie Dieu Lui-même est avec nous. Examinez les Ecritures, et vous verrez qu’il n’a jamais été appelé du Nom d’Emmanuel, pourtant  Il est Emmanuel. On l’a appelé, et on l’appelle Jésus le Christ.

Paul, la lumière des nations, avait pour vocation céleste, non seulement de porter le salut jusqu’aux extrémités de la terre, mais aussi d’ouvrir les yeux des païens. C’est l’Ecriture qui le dit dans Actes 26.17-18. En tant que collaborateur de Dieu, il devait, selon Actes 26.17-18 :

1. Ouvrir les yeux des païens

2. Les faire passer des ténèbres à la lumière

3. Les faire passer de la puissance de Satan à Dieu. Afin qu’ils reçoivent, par la foi en Jésus-Christ, le pardon des péchés et l’héritage avec les sanctifiés.


Qui devait ouvrir les yeux des païens, les faire passer des   ténèbres à la lumière, et de la puissance de Satan à Dieu ? Jésus de Nazareth ou Paul ? C’était l’apôtre Paul. Vous voyez ! Il avait le pouvoir surnaturel d’ouvrir les yeux des gens, de les faire passer des ténèbres à la lumière et de la puissance de Satan à Dieu. Parce qu’il était collaborateur de Dieu. En cette qualité et en ce rang, le        Seigneur Jésus-Christ l’a oint et mandaté pour exercer en Son Nom. Nous savons tous que c’est le Seigneur seul qui peut ouvrir les yeux des gens, les faire passer des ténèbres à la puissance de Satan à Dieu. C’est d’ailleurs ce que dit l’Ecriture dans 1 Pierre 2.9, concernant l’Eglise : « Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation Sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière. » Vous voyez ! C’est Christ le Seigneur de gloire, le Rédempteur, qui nous a ouvert les yeux, et qui nous a fait passer des ténèbres à la lumière, de la puissance du diable à la puissance du Saint-Esprit. C’est justement ce Christ, qui a dit à Paul d’ouvrir les yeux des païens, de les faire passer des ténèbres à la lumière et de la puissance de Satan à Dieu. Il lui a délégué Son grand pouvoir. C’est le même Seigneur qui ouvre les yeux et qui fait passer les gens des ténèbres à la lumière, en utilisant d’autres hommes. En Israël, Dieu était en Jésus ouvrant les yeux des juifs, afin de les faire passer des ténèbres à la lumière. Mais, Il a été rejeté par la grande majorité des juifs. Dans les nations, Dieu était, pas en Jésus de Nazareth, mais en Paul, pour ouvrir les yeux des gens et pour les faire passer des ténèbres à la lumière. Le même Dieu qui était en Jésus de Nazareth, était aussi en Paul. Vous voyez ! Il a tout simplement changé de corps, de voile. Il change toujours de voile pour se révéler et révéler Sa Parole, dans le but d’ouvrir les yeux aux uns, et d’aveugler les autres, selon la nature de la semence qui est en nous. En ce temps de l’aube, le même Dieu est voilé dans une chair humaine, afin d’ouvrir les yeux des gens, les faire passer des cailles du soir à la Manne Fraîche qui est la lumière de cette heure. Ne m’a-t-Il pas dit : « Fils de l’homme, lis Luc 4.18 » ? Et que dit cette Parole de l’Ecriture ? Elle dit : « L’Esprit du    Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres ; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue. » Oui monsieur. C’est ici ma vocation céleste, dans la collaboration entre Dieu et moi. Le Seigneur a fait de moi la lumière du monde, en tant que son disciple et son prophète ; Il m’a fait devenir un signe qui provoque la contradiction. Je sais que beaucoup n’aiment pas m’entendre parler ainsi. Pourtant, c’est    l’Ecriture qui dit : « Vous êtes la lumière du monde. » Si vous êtes vraiment disciples de Jésus-Christ, et si Sa Parole demeure en vous et si vous demeurez dans Sa Parole, et si le Saint-Esprit qui est    Lumière, habite en vous, vous êtes alors la lumière du monde. Votre rôle en tant que lumière du monde, c’est :

  • D’être le reflet de Jésus-Christ : C’est donc à travers vous que le monde doit voir le Seigneur et l’entendre une fois encore. Que vos paroles soient Ses Paroles, que votre vie soit Sa vie, que votre conduite soit Sa conduite, que votre vision soit Sa vision, que votre caractère spirituel et moral soit Son caractère spirituel et moral. Comment quelqu’un peut-il prétendre être la lumière alors que la vie qu’il mène est diamétralement opposée à celle du Seigneur. Comment un impudique, un adultère, un tricheur, un fraudeur, un voleur, un menteur, un idolâtre, un ivrogne peuvent-ils être la lumière du monde ? Frères, nous sommes la lumière du monde, collaborateurs de Dieu, ayant été sanctifiés par l’Esprit de sanctification, lavés de nos péchés par le sang de la rédemption. Que chacun lutte jusqu’au sang, afin de travailler à son salut, avec  crainte et tremblement ; que chacun achève sa sanctification dans la crainte de Dieu ; que chacun produise le fruit de l’Esprit de Dieu. Que chacun prouve par la puissance de résurrection, par la puissance des miracles, par l’obéissance à la Parole, par la manifestation du fruit de l’Esprit, par une vie de prière, de jeûne et de consécration, par une vie sainte et pure, qu’il est vraiment la lumière de Dieu sur cette terre envahie par les ténèbres. Levons-nous, et reflétons la gloire de notre bien-aimé Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, Sa vie pure et humble, par le Saint-Esprit qui habite en nous. Personne ne peut lui-même manifester le caractère moral et spirituel de Christ, ni le fruit de l’Esprit. Car c’est Dieu qui crée en nous le vouloir et le faire, toutes les dispositions nécessaires à la réalisation de Ses promesses en nous. Même s’il nous arrive de faire des efforts en dehors de Sa volonté, nous ne pourrons jamais réaliser le dessein de Dieu en nous. Si nos efforts ne sont pas le fait du vouloir et du pouvoir créés en nous par Dieu, ils sont vains.
  • D’être l’empreinte de la Personne de Christ : L’Ecriture dit, dans Hébreux 1.3, que Christ est l’empreinte de la Personne de Dieu. Nous aussi, nous devons être l’empreinte de la Personne de Christ. Christ était l’image du Dieu invisible, selon Colossiens 1.15. Nous aussi, nous devons être l’image du Dieu invisible, qui est Christ. C’est ici notre vocation céleste. Et je crois que nous sommes l’empreinte et l’image de Christ, si du moins nous avons en nous Sa crainte, Son humilité, Sa Parole Sainte, Sa vie pure, Son Esprit de vérité, Sa vie de prière, de jeûne et de consécration. N’oubliez pas que la véritable collaboration avec Dieu repose sur ces principes spirituels, sur la sainteté, la puissance de résurrection. Le vrai collaborateur de Dieu est l’empreinte de la Personne de Christ, l’image de Christ, le Dieu invisible et immortel. Le vrai collaborateur de Dieu est un Christ. Oui Monsieur. Il est un Christ. Il est écrit dans l’Ecriture, dans Matthieu 24.24, que dans les derniers temps, il y aura plusieurs faux prophètes et plusieurs faux christs. C’est juste. Mais je vais vous dire qu’il y aura aussi de vrais prophètes et de vrais Christs dans les derniers jours. C’est pourquoi l’Ecriture dit que là où sera le cadavre, là s’assembleront les aigles, selon Matthieu 24.24. Si les aigles, qui symbolisent les vrais adorateurs de Dieu, les fils de Dieu, doivent s’assembler là où sera le cadavre, cela veut dire que ce cadavre est un vrai Christ. Comment l’Ecriture peut-Elle parler de faux christs s’il n’y a pas de vrais Christs ? C’est parce qu’il y a de vrais Christs qu’on peut savoir qui sont les faux. Le christ Jésus dit dans Matthieu 24.26 : « Si donc on vous dit : Voici, il est dans le désert, n’y allez pas ; voici, il est dans les chambres, ne le croyez pas. » Vous voyez ! Le Christ dans les derniers temps ne sera ni dans le désert ni dans les chambres. Mais où sera-t-il alors ? Le     Seigneur nous répond, en disant : « En quelque lieu que soit le cadavre, là s’assembleront les aigles. » Quand vous verrez là où s’assemblent les aigles, c’est là que se trouve le cadavre, qui est un Christ. Ce cadavre n’est pas le Seigneur              Jésus-Christ, mais seulement un Christ, c’est-à-dire un Oint, celui que Dieu a oint pour le rassemblement des aigles. Les aigles, ce sont les fils de Dieu qui ont la révélation du mystère de Dieu, et qui comprennent les Ecriture et la puissance de Dieu. Quand vous verrez ces aigles-là, vous verrez aussi le Christ que les gens cherchent aujourd’hui qui est caché dans le cadavre. Le cadavre, c’est un Christ. Pas le Christ Jésus, mais un Christ, c’est-à-dire l’homme que Dieu a oint pour le rassemblement des aigles. Ce cadavre, ce Christ, c’est Jésus-Christ dans l’homme, c’est Dieu dans l’homme. Que signifie cadavre ? C’est le corps mort d’une personne ou d’un animal. Dans Matthieu 24.28, il est parlé d’un corps mort autour duquel s’assemblent les aigles. De qui est donc ce corps mort? D’après la révélation que le Seigneur m’a donnée, c’est le corps mort d’un animal, d’un agneau. Pourquoi un agneau ? Parce que sur la croix de Golgotha, c’est un Agneau qui a été immolé pour nous. En outre, parmi tous les emblèmes symbolisant Dieu dans le règne animal, seul le symbole de l’agneau est relié à la crucifixion de Jésus. L’Ecriture ne dit-Elle pas que Jésus est l’agneau de Dieu immolé pour nous ? Dieu est symbolisé par la colombe, l’aigle, l’agneau, le lion. Mais, Il a pris l’emblème de l’agneau pour mourir pour nous. Par conséquent le corps mort de  Matthieu 24.28 ne peut être que celui d’un agneau. Comprenez-vous ces choses, qui nous sont révélées seulement au travers de la Manne fraîche en ce temps de l’aube ? Ce cadavre, qui est un homme oint du Saint-Esprit, est l’empreinte et l’image de la Personne de Christ. Il est le Christ en ce temps de l’aube seulement, mais il n’est pas le Christ Jésus. Il n’est qu’un Christ, c’est – à – dire un Oint. Il n’est pas le Christ Jésus, mais seulement un Oint.  Le         Seigneur Jésus – Christ, l’unique Oint a engendré des Oints, qui sont des Christs. Dans MATTHIEU 24. 24, l’Ecriture parle de l’avènement des faux christs dans les derniers jours. S’il y a de faux christs, il y a aussi nécessairement de vrais Christs.


Au premier âge de l’Eglise, Paul a dit : « J’ai été crucifié avec Christ.» Il était donc le corps mort, le cadavre de Matthieu 24.28 pour son temps. Ne deviez-vous pas méditer profondément ce qu’il dit dans Colossiens 1.24 ? Et je cite : « Je me réjouis maintenant dans mes souffrances pour vous ; et ce qui manque aux souffrances de Christ, je l’achève en ma chair pour son corps qui est l’Eglise.» Quelques-uns parmi vous verront là de la prétention, de l’orgueil et  de la vanité. Mais pour nous, c’est la puissance de la croix révélée dans la chair de Paul. Pour nous, c’est le mystère de la folie de la prédication. Il y a des souffrances qui manquent aux souffrances de Christ, que nous devons achever en notre chair pour l’Eglise qui est le corps de Christ. Nous ne pouvons le faire que si nous sommes de vrais Christs oints par le Christ Jésus. Nous ne pouvons le faire que si nous sommes de vrais agneaux de Dieu destinés avant la fondation du monde, à la crucifixion avec Christ. Ici la collaboration avec Dieu prend toute sa dimension prophétique. Car elle est basée sur le mystère de la crucifixion, de la mort et de la résurrection avec Christ. Comment peut-on prêcher l’Evangile du crucifié, si on n’a jamais été crucifié avec Lui? Aujourd’hui, les églises sont prises en otage par des gens qui n’ont jamais expérimenté la crucifixion et la résurrection avec Christ ; par des gens irrégénérés, incrédules, conduits par le vieil homme dans tout ce qu’ils font. Souvenez-vous de ce branhamiste et  pasteur : Il couche avec ses fidèles, tout        en leur faisant croire que c’est par les rapports sexuels que la délivrance s’opère aujourd’hui. Quand il les enceinte, il les pousse à l’avortement. Quelle abomination ? Dans le journal ‘‘L’INTER’’ il nous est rapporté le procès d’un pasteur qui couche avec ses fidèles, sous prétexte que c’est à travers les rapports sexuels que Dieu leur ouvrira la porte du ciel. Vous voyez ! Ces gens-là sont ennemis de la croix, de faux christs. Mais il y a aussi de vrais Christs, oints par Christ le Seigneur. Comment quelqu’un dont le cœur est rempli de convoitises charnelles, de cupidité, d’adultère, de fornication,        de passions et de vices de toutes sortes, peut-il être la lumière du monde pour conduire les gens à l’unique Lumière du monde qui est le Seigneur Jésus-Christ ? Quiconque n’est pas crucifié avec Christ ne doit pas prêcher l’Evangile du crucifié. Il nous faut tous être crucifiés avec Christ, mourir à nous-mêmes, renoncer à nous-mêmes, afin d’être une vraie lumière pour éclairer les autres, pour les faire passer des ténèbres à la lumière.

Paul dans Galates 2.20, dans Colossiens 1.24, a montré qu’il était l’incarnation du mystère du cadavre de Matthieu 24.28. Il  n’était pas le Christ Jésus, mais le Christ, l’Oint, pour son âge. Comme Jésus-Christ le crucifié, il  avait Son Evangile, d’après    Romains 2.16. Son Evangile, c’est le Message Divin qu’il a donné. Son Evangile, c’est le Seigneur   Jésus – Christ. Frère Moïse : qu’en est – il de la Manne Fraîche ? C’est le Seigneur Jésus – Christ. C’est le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus – Christ Lui – même étant la Pierre angulaire. C’est pourquoi, je ne prêche ni Paul, ni Pierre, ni Branham. C’est le Seigneur Jésus – Christ que je prêche.

Seuls ceux qui ont déjà expérimenté la crucifixion avec Christ reçoivent du Seigneur, un Message Divin pour leur temps, lequel Message Divin amène les enfants de Dieu à la mort à soi, au renoncement à soi. Paul était l’incarnation du mystère du cadavre pour son temps. Après lui, il y a les autres messagers qui sont aussi l’incarnation de ce mystère, mais chacun dans son âge. Les sept Esprits de Dieu, qui sont sept prophètes de Dieu, sont  aussi  l’incarnation de ce mystère à travers les sept âges de l’Eglise. Au premier âge, il y a eu la manifestation du cadavre, ainsi que dans les six autres âges : Smyrne, Pergame, Thyatire, Sardes, Philadelphie, Laodicée. Remarquez ceci : L’âge de Laodicée est un âge particulier et différent des autres. C’est le seul âge parmi les six où il y a quatre temps prophétiques bien distincts :

1. Le temps du soir

2. Le temps de minuit

3. Le temps de l’aube

4. Le temps du matin.


Le temps du soir et le temps de minuit sont un. Et il y a eu en ces temps-là, un cadavre pour la manifestation de la Parole de     l’Ecriture de Matthieu 24.28. Le temps de l’aube et le temps du matin sont un. Et il y aura un cadavre pour l’accomplissement de l’Ecriture de Matthieu 24.28.  Frères, si vous voyez des gens qui ont la révélation du mystère du corps mort de Matthieu 24.28, ce sont les aigles. Approchez-vous d’eux, et vous verrez le cadavre promis pour notre heure. Car, « en quelque lieu que soit le cadavre, là s’assembleront les aigles. » En ce temps de l’aube, et ce depuis tous les âges, c’est seulement aujourd’hui que le Saint-Esprit nous a révélé le mystère du cadavre de Matthieu 24.28. Pendant que   vous écoutez et lisez ces choses, faites attention. Car le jour de la rédemption approche à grand pas. Demeurez dans la Parole de votre temps ! Mangez la chair et buvez le sang du cadavre de votre temps. Celui à qui la révélation de ce mystère a été donnée est le cadavre du temps de l’aube. Lui aussi a été crucifié et ressuscité avec Christ, pour avoir part à l’aspersion du sang de Christ et à la sanctification de l’Esprit.

Du premier âge au sixième âge de l’Eglise, c’était l’Esprit de Christ dans les six premiers cadavres qui sont les six premiers messagers. Vous voyez ! Dieu leur a donné l’Esprit de Christ. Mais, au septième âge qui est Laodicée, qui commence avec le temps du soir et qui prend fin avec le temps matin, Il nous a envoyé l’Esprit    d’Elie pour le rétablissement de toutes choses. L’Esprit d’Elie n’est personne d’autre que l’Esprit de Christ répandu  nous pour le rétablissement des choses Divines, pour la restauration et la restitution de la Parole éternellement valable. En ce temps de l’aube, l’Esprit d’Elie que Dieu a répandu sur le cadavre de MATTHIEU 24. 28, restaure la Parole, répare les brèches, et révèle encore Jésus-Christ comme le seul homme né physiquement hors du péché, le seul    Infaillible, le seul Seigneur, le seul Sauveur et le seul  Rédempteur. Ici le mot seul veut dire unique.

Là où William Branham dit qu’il est né physiquement hors du péché, qu’il est infaillible, qu’il est le dernier prophète, l’Esprit  d’Elie en moi crie à l’imposture, et restaure la Parole. C’est ici la vocation céleste du cadavre de Matthieu 24.28 pour notre temps. Là où William Branham dit à l’Eglise de payer la dîme, l’Esprit d’Elie en moi dit non, et restaure la Parole. Là où il dit que le péché originel, c’est l’acte sexuel, l’Esprit d’Elie en moi proclame que le péché originel, c’est l’incrédulité. Là où il dit que la femme a une côte de plus que l’homme, parce que Dieu a pris une côte de l’homme pour  la former , l’Esprit d’Elie en moi, apporte un démenti cinglant. Car la côte d’Adam n’est pas un os, mais du sang. En outre, aucune femme n’a une côte de plus que l’homme. De même que l’Epouse de Christ le dernier Adam est formée du sang de Christ, de même Eve a été formée du sang du premier Adam.

A chaque âge de l’Eglise, il y a manifestation du mystère du cadavre de Matthieu 24.28. Vous voyez ! A chacun des sept âges est donc dressée spirituellement parlant la croix de Christ, afin de permettre la crucifixion des messagers avec Christ. D’ailleurs chacun de vous a été crucifié avec Christ. Et il n’y a qu’un seul endroit où nous pouvons être crucifiés avec Christ : C’est sur la croix de Christ. Notre croix n’est pas différente de Sa croix. La croix qu’Il a portée, c’est elle que nous aussi nous avons portée jusqu’à la crucifixion.


POURQUOI UN CADAVRE ?

Le mot de cadavre suggère la mort. Il est étroitement lié à la crucifixion et à la résurrection. Il a fallu que Christ soit crucifié pour que le salut du monde soit manifesté. Par Sa mort et Sa résurrection, le salut pour tous les enfants de Dieu  de tous les temps, a été manifesté.  Dans LUC 2. 30, Siméon a dit, en voyant l’enfant Jésus, au Seigneur : «  Mes yeux ont vu ton salut. » Même bébé, le Seigneur Jésus – Christ était le Salut du monde. A douze ans, Il était le Salut du monde, voilé dans une chair humaine. A trente ans et demi, Il était toujours le Salut promis. Mais ce Salut s’est révélé de façon pleine lorsqu’Il a été crucifié. C’est quand Il a été crucifié, qu’Il a donné Son Sang pour ôter nos péchés, que le Salut s’est pleinement manifesté. Vous voyez ! La révélation du Salut de Dieu est étroitement lié à la crucifixion. Quand Paul dit qu’il a été crucifié avec Christ, c’est pour dire qu’au travers de sa modeste personne, le Salut que Christ a acquis pour tous Ses élus sur la croix, a été manifesté et rendu visible à ceux de sa génération. Prenons cette Parole de l’Ecriture dans 1 PIERRE 1. 3 – 5, et examinons le dernier    verset où il est question du salut prêt à être révélé dans les derniers jours. L’apôtre Pierre a écrit cela, après la mort et la résurrection de Christ. Nous savons qu’à Sa mort, le  salut a été révélé. Pourquoi donc parle – t – il encore d’un salut qui est prêt à être révélé dans les derniers jours ? Vous voyez ! C’est un mystère. En                 Jésus – Christ de Nazareth, le salut a déjà été  pleinement manifesté. Comment comprendre ce que dit l’Ecriture au sujet du salut prêt à être révélé dans les derniers jours ? De quoi s’agit – il exactement ? Dans 1 PIERRE 18 – 20, l’Ecriture dit que nous avons été rachetés par le Sang précieux, « comme d’un agneau sans défaut et sans tache, prédestiné avant la fondation du monde, et manifesté à la fin des temps à cause de nous. » Comme vous pouvez le constater, il s’agit de la crucifixion de Jésus l’Agneau de Dieu sans défaut et sans tache. Cet Agneau  qui était prédestiné  avant la fin du monde à être immolé, a été manifesté à la fin des temps. Quand Il été crucifié, le salut aussi s’est révélé. Mais, le même apôtre Pierre  dit     encore qu’il y a un salut prêt à être révélé dans les derniers jours.  Comme vous pouvez le constater, ce salut qui est prêt à être  révélé dans les derniers jours, ne le sera pas au travers de Jésus – Christ de Nazareth, né de la vierge Marie,  mais au travers des Christs faits Christs par le Seigneur. Remarquez que pour que le salut se révèle, il faut nécessairement que quelqu’un soit crucifié. Il faut nécessairement qu’il y ait un agneau immolé. Il faut nécessairement qu’il y ait un cadavre. Voici la révélation du mystère concernant le salut prêt à être révélé dans les derniers jours. Le plein salut a été révélé quand Jésus l’Agneau de Dieu a été crucifié. Ce salut prend en compte tous les enfants de Dieu sans exception. Ce salut concerne les élus de tous les temps, de toute tribu, de toute nation et de tout peuple. Mais pour que les enfants de Dieu qui étaient à Corinthe, à Ephèse, par exemple, soient sauvés, il a fallu que l’apôtre Paul leur annonce la Parole prophétique de leur temps. C’est donc au travers de ce dernier que le salut leur a été révélé. Parce que l’apôtre Paul était le cadavre de MATTHIEU 24. 28 de son temps. Il était pour les              Corinthiens, les Colossiens, les Ephésiens, la lumière du monde et le salut manifesté en chair. En tant que lumière du monde, il a conduit les gens au Seigneur Jésus – Christ l’unique Lumière du monde. En tant que salut fait chair, il les a conduits à l’unique Salut qui est le Christ Jésus. Frères, si vous pouvez le comprendre, sachez qu’à chaque âge, le Seigneur révèle le salut au travers du prophète – messager de l’âge concerné. C’est pourquoi, bien que le salut ait déjà été manifesté en Jésus – Christ de Nazareth, l’Ecriture nous parle encore d’un salut prêt à être révélé dans les derniers jours. C’est ici la Manne Fraîche. Si quelqu’un n’est pas d’accord avec moi, qu’il sache que je dis toujours que je ne suis pas infaillible.  Nous sommes dans les derniers jours. Et la Parole de Dieu dit qu’il y a un salut prêt à être révélé. Du temps du soir au temps du matin, le salut est prêt à être révélé. Au temps du soir et au temps de minuit, le salut qui était prêt à être révélé, s’est révélé. Au temps de l’aube, le salut qui était prêt à être révélé, se révèle : C’est un homme. C’est le cadavre de    MATTHIEU 24. 28. C’est au travers de cadavre que le salut se révèle à nous, par Jésus – Christ notre Rédempteur. Le Seigneur Lui – même a prié pour ceux qui croiraient en Lui par sa parole. Dans JEAN 17. 20, le Fils de l’Homme dit qu’Il a prié pour ceux qui croiraient en Lui par la parole de Ses apôtres. Et ce temps de l’aube, tous ceux pour qui Il a prié , afin qu’ils croient en Lui par ma parole, croiront la Manne Fraîche. La révélation du plein salut a été rendue possible par la mort de Christ, mort pour nos péchés. Au temps de l’aube, la révélation du salut est rendue possible par la mort de celui qui a reçu la Manne Fraîche pour notre temps. Frères, le salut acquis sur la croix par le Seigneur Jésus – Christ se  révèle à chaque âge de l’Eglise, par la prédication de ceux  qui, à l’instar de l’apôtre, ont été crucifiés avec Christ. C’est parce que Christ est mort que nous avons la Vie éternelle. Si nous prêchons la Parole de Dieu pour que les gens soient sauvés, nous devons au préalable être crucifiés avec Christ. C’est une aberration que de vouloir prêcher le Crucifié, alors que nous n’avons jamais été crucifiés avec Lui. Pensez – y !


LE SALUT PRET A ETRE REVELE DANS LES DERNIERS TEMPS EST -   IL LA REDEMPTION DE NOTRE CORPS ?

Le salut prêt à être révélé dans les derniers temps concerne l’âme et le corps. Quand le salut prêt à être révélé dans les derniers temps, s’est révélé au temps de l’apôtre Paul, c’était pour la salut des âmes. Ces âmes, qui ont été sauvées, ressusciteront à la dernière trompette, pour être enlevées. C’est ce jour – là, qu’elles connaîtront la rédemption de leur corps. Au temps du soir, au temps de minuit et au temps de l’aube, le salut prêt à être révélé dans les derniers temps concerne notre âme. Mais, il ne s’arrête pas à cela seulement, puisque nous connaîtrons aussi plus tard, au temps du matin, la rédemption de notre corps. Cette rédemption se fera le jour de la rédemption. Amen ! En définitive, disons que le salut prêt à être révélé dans les derniers temps concerne l’âme et le corps. En ce qui concerne la rédemption du corps, elle aura lieu le jour de l’enlèvement et le jour du jugement.

Paul était en son temps, le reflet de la Personne de Christ, le reflet de Sa crucifixion, de Sa mort, de Son ensevelissement et de Sa résurrection. Frères, notre collaboration avec Dieu a pour fondement ces choses. Paul était le reflet de la croix de Christ, c’est-à-dire le reflet de ses souffrances. Mieux, il était l’incarnation vivante des souffrances du Rédempteur. La collaboration avec Dieu, dans le champ de Dieu, est synonyme d’épreuves, de souffrances, d’humiliations, d’opprobres. Considérez la vie des prophètes et des apôtres, et vous comprendrez que collaborer avec Dieu, c’est souffrir avec Christ et pour Christ. La souffrance va de pair avec cette collaboration. Comme Christ a souffert pour nous, nous aussi nous devons souffrir pour les autres, pour les frères. C’est la Manne Fraîche. Dans 1 Jean 3.16, l’Ecriture dit : « Nous avons connu l’amour, en ce qu’il a donné sa vie pour nous ; nous aussi, nous devons donner notre vie pour les frères. » Ô, quelle Parole ! Christ est mort pour nous. Nous aussi nous devons mourir pour les frères. C’est ici le mystère du cadavre et de la crucifixion. Où Christ est-Il mort pour nous ? Sur la croix. L’Ecriture dit que nous aussi nous devons mourir pour les frères : Où ? Je crois que c’est sur la même croix de Christ. N’a-t-Il pas dit à chacun de porter sa croix et de le suivre ? La même croix qu’Il a portée pour mourir pour nous, c’est la même croix que nous devons porter pour mourir pour les frères. Il n’y a qu’une seule croix pour toute l’Eglise. Où Paul a-t-il été crucifié avec Christ ? Sur la même croix où Christ a été crucifié. Parce que Paul était en Lui lors de Sa crucifixion. Où était le brigand ? Il était sur la même croix que Christ. Ô, je vois votre surprise, puisque    l’Ecriture parle de trois croix : Une pour Jésus, une pour le premier brigand et une autre pour le deuxième. C’est l’Ecriture qui le dit. Donc je crois. La même Ecriture dit que Paul a été crucifié  avec Christ, pourtant il n’y avait que trois croix. Si vous êtes spirituels, et je crois que vous l’êtes, vous comprendrez qu’il a été crucifié sur la même croix que le Seigneur. Le brigand aussi a été crucifié sur la même croix que Christ, bien qu’il soit crucifié à côté de la croix du Seigneur. Le brigand n’était-il pas en Christ quand Christ fut crucifié ? Si. Par conséquent il a été crucifié sur la même croix que Christ. Cette même croix de Christ est dressée dans chaque âge de l’Eglise, afin que nous aussi nous puissions mourir pour les frères. Si Christ est déjà mort pour nous, devons-nous encore mourir pour les autres ? Comme vous pouvez le constater la Parole de Dieu est infiniment profonde. C’est pourquoi je vous demande encore de  faire montre de discernement spirituel quand vous voulez dire quelque chose. Nous avons toujours cru que Christ a pris toutes nos souffrances, n’est-ce pas ? Et cela est vrai, puisque c’est l’Ecriture qui le dit. Mais nous n’oublions que la même Ecriture dit que Paul a achevé en sa chair ce qui manquait aux souffrances de Christ. Cela veut dire qu’il y a des souffrances que Christ n’a pas pu endurer bien qu’Il ait tout enduré pour nous. Et ce qu’Il n’a pas pu endurer dans Son corps de chair, Il l’endure en s’incarnant dans d’autre corps comme celui de Paul par exemple. Dans Jean 12.32, Il dit : « Et moi, quand j’aurai été élevé de la terre, j’attirerai tous les hommes à moi. » Il parlait de Sa mort au travers de laquelle la vie éternelle allait être donnée aux enfants de Dieu. Depuis qu’Il a été élevé de la terre, Il a réconcilié tous les enfants du Royaume avec Dieu. Maintenant pour que nous les païens nous entrerions dans le mystère de cette réconciliation acquise à la croix, Christ s’est incarné en Paul, qui a été crucifié avec Lui. Ainsi, Il a pu attirer les hommes à Lui, par la parole de Paul. C’est ce qu’Il fait à chaque âge. Les sept Esprits de Dieu sont des instruments entre Ses mains pour attirer les hommes à Lui. Or, cette œuvre d’attirance se fait à travers la croix. C’est pourquoi Il a prédit la parution du cadavre de Matthieu 24.28 dans les derniers temps. Comme je l’ai déjà dit, le cadavre de chaque âge est mort sur la croix avec Christ, afin d’attirer les hommes au Seigneur. Dans Jean 6.53, le Seigneur dit : « En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez son sang, vous n’avez point la vie en vous-mêmes. » D’après cette Parole de l’Ecriture, la vie éternelle est donnée à celui qui mange la chair du Fils de l’Homme et boit son sang. Nous voyons par là que Jésus-Christ le Fils de l’Homme est le cadavre par essence et par excellence. Nous voyons aussi que c’est la chair du Fils de l’Homme qu’il faut manger, et que c’est son sang qu’il faut boire. Or, dans Matthieu 24.27, l’Ecriture nous parle de l’avènement du Fils de l’homme dans les derniers jours, dans les jours où apparaîtront les faux prophètes et les faux christs. Et nous sommes dans ce temps-là. Par conséquent aujourd’hui encore, il nous faut manger la chair du Fils de l’homme et boire son sang pour avoir la vie éternelle. Mais où est donc le Fils de l’homme ? C’est ici l’accomplissement du mystère du cadavre de Matthieu 24.28. Ce cadavre, c’est le Fils de l’homme. Je ne parle pas du Fils de l’Homme, mais du Fils de l’homme. Je parle en fait du mystère du Fils de l’Homme dans le Fils de l’homme pour la révélation de la Parole prophétique dans chaque âge. Remarquez que dans     Matthieu 24.27-28, c’est le Fils de l’Homme, Jésus-Christ, qui prophétise sur l’avènement du Fils de l’homme, du cadavre et des aigles. C’est pourquoi le Fils de l’homme de Matthieu 24.27 n’est pas Jésus-Christ le Fils de l’Homme. Il s’agit de l’Esprit du Fils de l’Homme, Jésus-Christ, agissant au travers des prophètes ayant le ministère de Fils de l’homme, dans les derniers temps. Souvenez-vous de ce que Dieu m’a dit : « Fils de l’homme, lis Luc 4.18-19. » Souvenez-vous aussi du Fils de l’homme venant sur la nuée blanche dans Apocalypse 14.14-16. Le Fils de l’homme de Matthieu 24.27 est le cadavre de Matthieu 24.28. Il faut donc manger de sa chair et boire de son sang pour avoir la vie éternelle. C’est l’unique Fils de l’Homme, Jésus-Christ, se révélant au travers du Fils de l’homme de Matthieu 24.27. Le Fils de l’homme de Matthieu 24.27 n’est pas Jésus-Christ l’unique Fils de l’Homme. C’est plutôt le Fils de l’Homme, Jésus-Christ, voilé dans le ministère de Fils de l’homme qui est exercé dans l’Eglise par les sept Esprits de Dieu. Dans    Apocalypse 1.16, l’Ecriture dit que le Fils de l’Homme a dans Sa main droite sept étoiles. Ces sept étoiles, ce sont, d’après     Apocalypse 1.20, les sept anges des sept Eglises. Et les sept anges ce sont les sept messagers. Ce sont donc sept prophètes de Dieu. La main droite du Fils de l’Homme, c’est le symbole de Sa Divinité, de Son ministère prophétique, de Sa puissance, de Sa gloire. Ces sept étoiles qui sont dans sa main droite, ont donc part spirituellement au ministère du Fils de l’Homme, Jésus-Christ. Ce sont donc des Fils de l’homme envoyés sur terre par l’unique Fils de l’Homme,     Jésus-Christ. Dieu a donc pourvu au ministère de Fils de l’homme dans les âges de l’Eglise, parce qu’il faut manger la chair du Fils de l’homme et boire son sang pour avoir la vie éternelle. Au premier âge de l’Eglise, Paul était le Fils de l’homme mandaté par le Fils de l’Homme, Jésus-Christ. Les autres anges étaient aussi les Fils de l’homme. Le septième Fils de l’homme est un grand mystère, parce que le septième âge de l’Eglise est aussi un grand mystère. Il comporte quatre temps prophétiques différents : Le soir, le milieu de la nuit, le chant du coq et le matin. Au temps du soir, il y a eu le Fils de l’homme, pour ce temps. Au temps de l’aube, il y a le Fils de l’homme de ce temps-là. Il est revêtu de l’Esprit d’Elie, afin de rétablir tout ce qu’il y a à rétablir en son temps. Il est le cadavre dont il faut manger la chair et boire le sang. La chair que Dieu donne au travers de lui, c’est la Manne Fraîche ; et le sang, c’est la vie éternelle qui vient par la Manne Fraîche. La vie éternelle, c’est la vie même de Dieu, c’est le Saint-Esprit, vous conduisant dans toute la vérité.

Notre rôle, en tant que lumière du monde, dans la collaboration avec Dieu, c’est d’être le reflet de Christ, le reflet de Sa       Personne, l’empreinte et l’image du Seigneur, le reflet de Sa mort et de Sa résurrection, le reflet de la croix. Notre rôle, c’est de faire passer les gens des ténèbres à la lumière, de la mort à la vie, de la puissance du diable à la puissance de résurrection. Frères, nous sommes des Christs conduisant à Christ pour la vie éternelle. C’est pour cela que nous annonçons le Seigneur Jésus-Christ. Je ne suis pas le Christ, mais un Christ conduisant à Christ le Rédempteur. Je ne suis ni le Chemin, ni la Vérité, ni la Vie, mais un chemin conduisant au Chemin, une vérité conduisant à la Vérité, et une vie conduisant à la Vie. Dans Jean 17.20, le Seigneur a prié pour ceux qui croiraient en Lui par la parole de Ses disciples. Les disciples, ne sont donc pas des Chemins, mais un chemin conduisant au Chemin. Le Seigneur a prié pour ceux qui croiraient en Lui par ma parole. Et ma parole, c’est la  Manne Fraîche. Moi et ma parole nous sommes un. Vous qui croyez en Jésus-Christ par la prédication de la Manne Fraîche, le Fils de l’Homme Lui-même a prié pour vous. Celui qui écoute ma Parole, écoute la Parole de Christ ; celui qui me reçoit, reçoit Christ qui m’a envoyé. Quiconque me rejette, rejette Christ qui m’a envoyé pour vous faire passer des ténèbres branhamistes à la lumière de Dieu qui est Christ. Votre problème, c’est que je suis un noir africain. Vous pouvez à la rigueur croire en un noir américain, mais certainement pas à un noir africain. Vous avez les regards tournés vers l’Amérique, l’Europe, l’Allemagne, parce que vous vous dites : Peut-il sortir quelque chose de bon d’Afrique ? Et bien  sachez-le une fois pour toutes : Aujourd’hui, c’est en Afrique qu’est prêché le scandale de la croix ; c’est en Afrique que Dieu manifeste le mystère de la folie de la prédication, qui est une puissance de Dieu pour notre salut.

L’éclair qui est apparu en orient, et qui se montre en occident, est actuellement en Côte d’Ivoire, voilé dans une chair humaine. En Côte  d’Ivoire, nous sommes en occident sur le plan prophétique. Frère Branham a fait croire que l’occident, c’est seulement l’Amérique, chez lui. C’est pourquoi il a dit qu’il était le dernier prophète. Mais nous savons qu’il s’est trompé en disant ces choses. Le mystère de l’éclair qui apparaît en orient et qui se montre jusqu’en occident, selon Matthieu 24.27 m’a été divinement révélé par le       Seigneur. L’orient, ce sont tous les lieux où la Parole a été annoncée du temps du matin au temps du soir  non compris. Et l’occident, ce sont tous les lieux où la   Parole est prêchée du temps du soir au temps de l’aube y compris. Quand Paul prêchait à Corinthe, il était au temps du matin. Il était donc en orient. Mais quand frère      Branham prêchait, il était au temps du soir. Il était donc en occident. Aujourd’hui, avec la  prédication de la Manne Fraîche, nous      sommes encore en occident. Parce qu’Elle est prêchée au temps de l’aube. Quand cette même Manne Fraîche sera prêché au temps du matin, nous serons encore en orient. J’espère que vous êtes spirituels. Ce mystère dont je parle a été caché pendant tous les âges de l’Eglise. Il est seulement révélé en ce temps de l’aube. Dans     Matthieu 8.11, le Seigneur dit : « Or, je vous déclare que plusieurs viendront de l’orient et de l’occident, et seront à table avec       Abraham, Isaac et Jacob, dans le royaume des cieux. » D’après   cette Parole de l’Ecriture, tous ceux qui entreront au Paradis viendront de l’orient et de l’occident. Pas du nord, ni du centre, ni du sud. Si vous vous limitez seulement à des considérations d’ordre géographique et physique, vous penserez que les habitants du nord, du centre et du sud n’entreront pas au Paradis. Vous voyez ! C’est un mystère, qui a été caché durant des générations. C’est seulement au temps de l’aube qu’il est révélé. En ce temps de l’aube, il y a un collaborateur de Dieu, un Fils de l’homme, un cadavre, utilisé par le Saint-Esprit pour nous révéler ces choses. Devant Dieu, l’orient et l’occident, c’est le monde entier, partout où Sa Parole se révèle aux hommes. Quand Il est apparu à Abraham dans la chaleur du jour, selon Genèse 18.1, c’était en orient. Parce que la Parole a été adressée à Abraham au temps du jour, qui découle du temps du matin. Quand Dieu et Jacob ont lutté durant la nuit, c’était en occident. Parce que la Parole s’est révélée à Jacob au temps de la nuit. C’est ici la Manne Fraîche.

Quand le Seigneur devait mourir, les ténèbres ont couvert toute la terre. Il faisait nuit. On était en occident, prophétiquement parlant. Quand Il était ressuscité, c’était à l’aube. On était toujours en occident. Mais le matin, quand Il est apparu à Ses disciples, on était en orient. Vous voyez ! Sur le même territoire, on est passé de l’occident à l’orient. Pensez-y !

Paul était la lumière du monde ; Pierre était la lumière du monde ; Jean était la lumière du monde, Jésus-Christ Lui-même étant la Lumière du monde par essence et par excellence. Quand la lumière vient, les ténèbres ne peuvent pas la recevoir. Elles préfèrent se replier sur le reflet d’une lumière passée. Quand Christ la Lumière du monde est venu en Israël, les juifs, les pharisiens, les sadducéens et les scribes se sont cramponnés sur le message de Moïse, récitant ce que Moïse a dit. Ils ont vécu dans le reflet d’une lumière passée. Quand la lumière de la Parole de Christ luit aujourd’hui, les ténèbres ne peuvent pas la recevoir. Elles se replient, se cramponnent sur le reflet d’une lumière passée, en répétant mot à mot ce que dit frère Branham. Ces gens sont assis dans la chaire de William Branham, comme les juifs étaient assis dans la chaire de Moïse. Mais, heureusement, les cieux, l’Ecriture, le Saint-Esprit et les faits ont prouvé que William Branham n’est pas ce qu’il prétend être. Il a dit qu’il était infaillible, mais il ne l’était pas. Jésus-Christ le Dieu Tout-puissant seul est infaillible.

Qu’il me soit permis de revenir encore sur cette délicate question : LE SAINT-ESPRIT PEUT-IL FAIRE TOMBER LES GENS ? Je sais que c’est un sujet à controverse. Et chacun est libre de penser ce qu’il veut. Par conséquent, moi aussi je peux penser ce que je veux. Non seulement je peux penser, mais le Seigneur m’a fait la grâce d’expérimenter Sa puissance. Quand je compare mon expérience avec ce que les hommes de Dieu reconnus mondialement ont expérimenté, je sais que mon expérience est authentique. J’ai déjà parlé de Daniel de la Bible, de Charles Finney. Maintenant, je veux parler de John Wesley reconnu par tous comme étant un véritable serviteur de Christ. Il a vu le Saint-Esprit agir avec puissance. Lui et George Whitefield étaient des hommes de vision, des hommes de foi, des hommes de prière. Ils passaient des nuits entières dans la prière et les supplications. Ils priaient pour une effusion du Saint-Esprit. Un jour, lors d’une réunion de prière, le Feu Divin tomba sur tous ceux qui intercédaient avec John Wesley.  Voici d’ailleurs ce que dit ce dernier dans son journal en ce qui concerne ce qui est arrivé ce jour-là : « A environ trois heures du matin, comme nous continuions dans la prière, la puissance de Dieu vint sur nous avec force, au point que beaucoup expérimentèrent un débordement de joie et beaucoup tombèrent par terre.» Ce témoignage de John Wesley est-il diabolique, puisqu’il dit que des hommes sont tombés à cause de la puissance de Dieu? Vous voyez ! La puissance du Saint-Esprit a fait tomber des gens au temps de John  Wesley. Ces gens-là étaient tombés par terre. Pensez-y ! Dans           Esaïe 20.1-2, Dieu dit à son prophète de marcher nu et déchaussé. Que dira l’homme animal à ce propos ? Il dira : « Le Saint-Esprit ne peut pas dire ça à quelqu’un.» Je voudrais vous poser une question : Dieu peut-Il tuer quelqu’un ? Dieu peut-Il faire du mal à quelqu’un ? L’homme animal dira: « Dieu ne peut pas faire du mal aux gens, car Il est amour.» Encore une question : Dieu a-t-il créé le mal ? Il dira : « Dieu n’a pas créé le mal, mais Satan.» Vous voyez ! L’homme animal ne connaît pas les choses de Dieu. Pour lui ces choses-là sont une folie, un scandale. Dans Luc 10.1-4, le Seigneur envoie ses disciples en mission. Mais curieusement, Il leur dit : « Ne portez ni bourse, ni sac, ni soulier, et ne saluez personne en chemin.» Que dira l’homme charnel devant une telle recommandation ? Il dira : «  Le Saint-Esprit ne peut pas dire à quelqu’un de ne pas porter de chaussures, et de ne pas saluer les gens.» Saluer les gens qu’on rencontre est un signe d’une bonne éducation, n’est-ce pas ? Mais, le Seigneur dit dans cette Parole de l’Ecriture à ses disciples de ne saluer personne  en chemin. Frères, si j’ai un conseil à vous donner, c’est de vous demander de vous abstenir de juger les manifestations spirituelles et les révélations prophétiques de peur de commettre des erreurs, et de parler contre le  Saint-Esprit. Demeurons donc dans la prière jusqu’à ce que le Seigneur nous dise que telle ou telle chose est fausse. Les Ecritures et les témoignages des hommes de Dieu comme John Wesley, Charles Finney, nous montrent que le Saint-Esprit peut faire tomber les gens. Le diable le fait aussi. Ayons donc le discernement spirituel. Pendant des réveils, j’ai vu des hommes, même des prédicateurs tomber par terre, frappés par la puissance du Saint-Esprit. Je les ai vu pleurer à chaudes larmes tout en confessant leurs péchés, avant d’être remplis de joie et de paix.

Un jour, on a transporté une femme paralytique au tabernacle. Pendant que je prêchais, le Saint-Esprit m’a conduit dans cette    Parole de l’Ecriture : «Je n’ai ni argent, ni or ; mais ce que j’ai, je te le donne : au nom de Jésus-Christ Nazareth, lève-toi et marche.» Quand j’ai prononcé cette Parole, j’ai vu l’Onction tomber sur la femme paralytique. Et d’un bond, elle s’est mise debout ; et elle a commencé à marcher, à sauter et à danser. La puissance de Dieu était telle que plusieurs personnes étaient tombées par terre, louant le Seigneur à haute voix. Il y a eu ce jour-là ; des émotions, des cris, des louanges, des guérisons etc. Une fois, en pleine prédication, pendant que j’annonçais les merveilleuses vertus du Rédempteur, la puissance de résurrection tomba sur l’assemblée. Et la maison dans laquelle nous étions réunis a tremblé. Vous êtes témoins de ces  choses ainsi que le Saint-Esprit qui est en nous et au milieu de nous. Les manifestations surnaturelles dépassent l’entendement humain et ne se ressemblent pas. L’Ecriture dit que quand le Saint-Esprit est tombé sur les disciples qui étaient dans la chambre haute, ils       s’étaient comportés comme des gens ivres. Au point qu’on se moquait d’eux. Si on s’est moqué d’eux, cela veut dire qu’ils avaient un drôle de comportement ce jour-là. Leur comportement était contraire à la bienséance et aux règles du conformisme et de la normalité. Ils se sont comportés comme s’ils étaient ivres. Et nous savons tous comment se comporte quelqu’un qui est ivre. Pour ma part, je crois que les disciples dandinaient, tombaient par terre, se roulaient par terre, se comportant comme des gens ivres. Que Dieu nous aide à comprendre les choses de l’Esprit !

Il n’y a pas longtemps, il avait beaucoup plu. Les frères qui venaient pour la prière du soir chez moi, étaient trempés. Et ils avaient très froid. Mais quand je me suis approché d’eux,  du feu  les a enveloppés, chassant ainsi le froid. O, frères !  D’où venait ce feu ?  Du Saint-Esprit,  pour les délivrer du froid. C’était le Feu  Divin.  Toutes ces choses spirituelles se produisent dans la collaboration avec Christ. Ce feu, qui est le Feu Divin, qui les a enveloppés, afin de les rechausser, est d’abord tombé sur moi, pendant les moments de lutte et de solitude dans la présence du Seigneur. Ce puissant Feu Divin qui agit en moi par la grâce de Dieu, c’est le Feu du Réveil. La collaboration avec Dieu est une collaboration de réveil, de restauration et d’édification. Chaque parole, chaque prédication, chaque révélation et chaque miracle convergent vers une seule chose : Le réveil. Et le socle du réveil, c’est la prière, le jeûne, la sanctification, l’obéissance et l’abandon total à Dieu. RIEN DE GRAND NE PEUT SE FAIRE SANS JEUNE ET PRIERE. La collaboration entre le Fils et le Père reposait sur une vie de prière d’intercession intense, fervente et persévérante. La collaboration entre le Fils et nous repose également sur une vie de prière intense, fervente et persévérante. Tout ministère de la Parole dans l’Eglise de Dieu, est un ministère de réveil. Toute prédication est une prédication de réveil. Le savez-vous ? La Parole du Seigneur qui est esprit et vie, ne peut rien produire d’autre que l’Esprit et la Vie. Elle ne peut être qu’une Parole de Vie et d’Esprit, une Parole de réveil. Le premier jour de la création, Dieu dit : « Que la lumière soit. Et la lumière fut.» Ce fut un réveil. La Parole prononcée par Dieu, qui est Lui-même Parole, a produit la lumière. C’est ici le réveil. Quand un vrai serviteur de Dieu, revêtu de la gloire de Dieu prononce la     Parole par le Saint-Esprit, cette Parole produit toujours la lumière Divine. Par la Parole inspirée, Il crée la vie et la transmet à celui qui croit en son serviteur. Dieu dit : « Que la lumière soit. Et la lumière fut.» : Ce fut un réveil. Vous voyez ! La Parole de Dieu produit toujours un réveil. Quand Dieu crée quelque chose, c’est un réveil. Quand Il révèle quelque chose de nouveau, c’est un réveil. Quand le Fils de l’Homme est venu, et qu’Il a apporté quelque chose de nouveau par rapport à la loi de Moïse, c’était un réveil. Prenons l’exemple de baptême pour montrer par l’Ecriture ce qu’est le réveil. D’après l’Ecriture, les enfants d’Israël ont été baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer. Mais sous la nouvelle alliance, nous sommes baptisés en Jésus-Christ : C’est un réveil, car nous sommes passés d’une révélation à une autre, d’un âge prophétique à un autre. Jean-Baptiste a baptisé pour la repentance, mais dans l’Eglise du Seigneur, nous baptisons selon Actes 2.38 pour la rémission des péchés et pour le don du  Saint-Esprit. C’est un réveil dans la mesure où nous sommes passés d’une révélation prophétique à une autre, d’un âge à un autre. Au temps du soir, nous avons eu le message du soir, mais en ce temps de l’aube, nous avons la Manne Fraîche. Nous sommes passés d’une révélation prophétique à une autre, d’un âge à un autre. A chaque âge, Dieu apporte la lumière de Sa Parole, afin de conduire Son peuple jusqu’à la perfection. Souvenez vous que Dieu a dit à Daniel le prophète de sceller le livre, en ces termes : « Toi, Daniel, tiens secrètes ces paroles, et scelle le livre jusqu’au temps de la fin. Plusieurs alors le liront, et la connaissance augmentera.» (Daniel 12.4). Au temps de la fin dans lequel nous sommes aujourd’hui, le livre scellé est ouvert, et la connaissance de choses de Dieu augmente. Quand nous passons d’un temps prophétique à un autre, la connaissance spirituelle de la Parole du Seigneur augmente. Au temps du soir, il y a des choses qui ont été révélées, et des choses qui n’ont jamais été révélées. Celles qui n’ont pas été révélées au temps du soir, le sont maintenant par la Manne Fraîche. En guise d’exemples, je citerai pêle-mêle :

1. La révélation du mystère de la côte d’Adam

2. Le mystère du cadavre de Matthieu 24.28

3. La révélation du mystère de la table que Dieu a dressée entre nos adversaires et nous, selon Psaumes 23.5. Cette table, n’est pas un meuble. C’est un mystère que Dieu a caché durant tous les âges, mais qui a été divinement révélé au temps de l’aube au travers de la Manne Fraîche. La révélation de ce mystère a produit en nous la lumière de la Parole. C’est ici le mystère du réveil. Cette table, c’est la table du Seigneur, c’est le corps et le sang de Christ, livrés pour nos péchés.  Entre le diable et ses anges qui sont nos adversaires, une  seule table a été dressée : Le corps blessé de Jésus le         Rédempteur.

4. La révélation du mystère des quatre derniers temps prophétiques, selon Marc 13.32-35 : le soir, le milieu de la nuit, le chant du coq et le matin. Ce mystère des quatre derniers temps  prophétiques a été caché durant tous les âges, y compris le temps du soir. Il est révèle seulement en ce temps de l’aube, quand l’aigle a pris son envol. William Branham, malgré tout le tapage qu’il a fait pour attirer l’attention des gens sur lui, n’a pas eu la révélation de ce mystère. Il a cru que tout allait s’arrêter au temps du soir. C’est pourquoi il a prophétisé par son fameux « AINSI DIT LE SEIGNEUR», que l’année 1977 serait l’année de la fin du monde. Cette prophétie, qui était du diable, ne pouvait pas s’accomplir. Et elle ne s’est pas accomplie. Il a cru que tout allait s’arrêter avec lui, et juste après sa mort, la terre entière serait brûlée. Là encore, il s’est laissé avoir par ses pensées charnelles. Frères, il y a quatre derniers temps prophétiques qui sont ; le soir, minuit, l’aube et le matin. C’est l’Esprit d’Esprit d’Elie qui agit au cours de ces temps prophétiques. Dans    Matthieu 25.6, la Voix qui a retenti à minuit est celle de l’Esprit d’Elie. Amen ! De même que l’Esprit d’Elie en   Jean-Baptiste a crié jusqu’à ce que Christ soit manifesté en Israël, de même, après le temps de minuit, le même Esprit d’Elie va crier jusqu’à ce que Christ soit manifesté pour l’enlèvement de l’Eglise. En Israël, le même Esprit d’Elie va crier au travers des deux oliviers d’Apocalypse 11.3 jusqu’à ce que Christ soit manifesté. Il vous a été dit que l’Esprit d’Elie se manifeste cinq fois, mais, moi je vous dis qu’Il se manifeste sept fois, afin d’amener toutes choses à l’achèvement total. Il s’est manifesté en Elie le Thischbite, puis en Elisée, puis en Jean-Baptiste, puis au temps du soir en     William Branham. Au temps de l’aube, Il se manifeste dans l’homme fait Moïse par Dieu. En Israël, selon   Apocalypse 11.1-6, le même Esprit d’Elie se manifestera en deux personnes, en deux prophètes. Il se manifestera dans la vie de celui qui aura un ministère semblable à Elie le  Thischbite et dans la vie de celui qui aura un ministère semblable à celui de Moïse. Cela fait en tout sept manifestations Divines de l’Esprit d’Elie.


Frères, toutes ces révélations prophétiques sont de nouvelles lumières que Christ le Dieu de Lumière répand sur notre sentier, le sentier qui mène à la gloire céleste. Mais, il est impossible aux vierges folles de le recevoir, parce que leurs lampes sont éteintes.

Comme vous pouvez le constater, chaque nouvelle révélation apporte une nouvelle connaissance, laquelle produit la lumière de la Parole qui donne la vie éternelle. La lumière de la Parole produit le réveil spirituel, en relation avec la prière d’intercession. Pendant la collaboration avec Christ, la lumière de la Parole luit puissamment pour éclairer le cœur des enfants de Dieu. N’oubliez pas ceci : Et la Parole est Dieu. Nous sommes donc collaborateurs de la Parole. Dans nos fonctions sacerdotales de collaborateur de Dieu, nous sommes la lumière du monde. En tant que lumière du monde, nous ne pouvons que produire la lumière de la Parole dans le cœur de ceux qui nous écoutent. Par la Parole de Christ que nous proclamons, nous produirons la lumière, la vie, la puissance, la joie et la paix dans les cœurs des enfants de Dieu. Frères, que vos paroles soient donc lumière ! Soyez rempli du Saint-Esprit, soyez revêtus de la puissance de résurrection. Soyez des prédicateurs de réveil, apportant la vie là où il y a la mort, la lumière là où il y a les ténèbres. Soyez à l’image du Rédempteur qui nous a appelés à la sacrificature avec Lui, selon la richesse de Sa gloire et de Son amour. Ne vous séparez jamais de la Parole ! Ne prêchez jamais sans onction de peur de tuer spirituellement les gens ! Prêchez toujours par la puissance de résurrection, afin de ressusciter ceux qui font dans les tombeaux ecclésiastiques. Que notre prédication et notre parole, à l’instar de celles de l’apôtre Paul, repose non pas sur « les discours persuasifs de la sagesse, mais sur une démonstration d’Esprit et de puissance.» Si ce n’est pas le cas, vous devez simplement abandonner la chaire pour aller à la rencontre du Surnaturel, pour aller prier et jeûner pour que vous soyez revêtus de la puissance d’En-haut. La prédication de la Parole consiste à démontrer la puissance de Dieu au travers des signes extraordinaires. N’essayez jamais de convaincre les gens par la sagesse humaine. Démontrez la puissance du Saint-Esprit, et manifestez la Parole. N’oubliez pas ceci : Vous ne pouvez pas manifester la puissance du   Saint-Esprit si vous n’en êtes revêtus. Et vous ne pouvez pas être revêtus de cette puissance glorieuse d’En-haut si vous ne priez pas et ne jeûner pas. Celui qui n’est pas revêtu de la puissance du Saint-Esprit ne peut pas collaborer avec Dieu. Prêcher, c’est démontrer la puissance de Dieu. Prêcher, consiste en la démonstration du Saint-Esprit et de la puissance de Dieu, sinon nous devons quitter la chaire pour un temps : Le temps d’aller lutter à genoux avec Dieu jusqu’à ce que le Saint-Esprit tombe sur nous, comme Il est tombé sur les apôtres. Je dis bien : Lutter à genoux jusqu’à ce que le Saint-Esprit tombe sur vous. Quand je prie, je dis au Seigneur : « Père, je sais que prêcher sans onction, sans démonstration de puissance est une preuve d’incrédulité de ma part. C’est pourquoi Père je te supplie de me remplir de puissance de résurrection, afin qu’il se fasse par mes mains des signes extraordinaires comme au temps des apôtres. » Chaque fois que je monte en chaire, je m’attends à voir les signes du Saint-Esprit. Et par la grâce de Dieu, je les vois ; et cela me fortifie. Au travers de ces signes, je vois que j’ai la foi en la Parole. Si vos prédications ne reposent pas sur la démonstration du Saint-Esprit et de la puissance de Dieu, vous n’avez pas la foi en Jésus-Christ. N’essayez pas de trouver des excuses pour essayer de vous donner une bonne conscience : Vous n’avez pas la foi. Si vous avez la foi en Dieu, votre foi produira des œuvres. La foi sans les œuvres est une foi morte, dit l’Ecriture. Frères, la collaboration avec Dieu repose sur la démonstration de la puissance du Saint-Esprit, et non sur les discours persuasifs de la sagesse humaine. Deux frères m’ont dit qu’ils voulaient lire le coran, afin de gagner les musulmans à Christ. Je leur ai dit que c’était peine perdue, car c’est par la démonstration de puissance que nous pouvons gagner les âmes au Seigneur. S’ils doivent lire le coran pour pouvoir gagner les mahométans, ils doivent aussi lire les livres bouddhiques pour pouvoir gagner les bouddhistes, les livres pornographiques pour pouvoir gagner les prostituées, les pervers et les détraqués sexuels. Frères, la lecture de ces livres n’est pas la solution. La solution, c’est le baptême du Saint-Esprit et de Feu. Et ce baptême s’obtient en réponse à nos prières.

Un jour, j’ai parlé du Seigneur à une jeune fille mahométane. Je lui ai parlé de la puissance du Rédempteur Jésus-Christ et de Son amour. Elle a rétorqué en disant que Jésus-Christ n’est pas aussi puissant que les chrétiens le prétendent. Car elle avait un mal pour lequel les chrétiens méthodistes ont prié deux fois sans résultat. Quand j’ai entendu ces paroles, je lui ai dit que le Seigneur          Jésus-Christ dont je parle est le Véritable ; c’est le Jésus-Christ de la Bible. Il est différent de celui des méthodistes, des branhamistes, des catholiques. Oui Monsieur. Je parle du Seigneur Jésus-Christ de la Bible. Pendant que je parlais à cette jeune fille, le Saint-Esprit se mit en action, et Il me révéla avec exactitude le mal dont souffrait la jeune fille mahométane. Quand je lui ai dit ce dont elle souffrait, elle était fort surprise, et me dit, à plusieurs reprises : « Monsieur, qui vous a dit cela ? » J’ai répondu : « C’est Jésus-Christ qui me l’a dit. » Maintenant, crois-tu qu’Il peut te guérir ? Et elle a dit oui. La révélation du mal dont elle souffrait a produit la lumière de la Parole dans son cœur, laquelle a produit à son tour la foi en Jésus-Christ le précieux Sauveur. Cette révélation Divine a oint ma foi et a donné la foi à la jeune fille mahométane. Et le réveil a ainsi commencé. Voici son problème : Depuis qu’elle est née, elle n’a jamais fait ses menstrues. Tous les soins gynécologiques et autres traitements n’ont pu rien faire pour elle. Même les séances de délivrance des méthodistes n’ont pu rien faire pour elle. Je ne dis pas cela pour blesser qui que ce soit. D’ailleurs il y a d’excellents méthodistes que Dieu utilise pour faire du bien aux gens. Vous voyez ! Frères, j’ai prié brièvement pour cette jeune fille mahométane, et je lui ai imposé les mains. Avant de prier pour elle, je lui ai dit d’apprêter les protèges périodiques, car elle allait voir ses menstrues. Effectivement quand j’ai prié pour elle au Nom de Jésus-Christ, ses menstrues sont venues au même instant. Et elle a cru au Seigneur. Avons-nous besoin de connaître le coran ? Bien sûr que non. Ce qu’il nous faut connaître, c’est la puissance de résurrection de Christ.

L’apôtre Paul, fidèle collaborateur de Dieu, dit dans    2 Corinthiens 12.12 : « Les preuves de mon apostolat ont éclaté au milieu de vous par une patience à toute épreuve, par des signes, des prodiges et des miracles. » Vous voyez ! Les preuves de notre appel au ministère doivent aussi éclater au milieu de ce tabernacle par des signes, des prodiges et des miracles, ainsi que la patience, l’amour, la joie, la douceur et l’humilité. Frères, où sont les preuves de ton ministère ? Il y a des gens qui ont les brochures de William      Branham comme preuves de leur ministère ce sont des plaisantins. Il y en a aussi qui disent qu’ils prêchent la doctrine des apôtres, mais qui n’ont aucune preuve de leur ministère par les signes, les prodiges et les miracles. Ce sont des plaisantins. Ils feignent d’ignorer que la doctrine des apôtres, c’est aussi la démonstration de la puissance du Saint-Esprit par des signes, des prodiges et des miracles. La collaboration avec Dieu, ne repose pas seulement sur l’enseignement de la Parole du Seigneur, mais aussi sur une démonstration d’Esprit et de puissance. Les preuves de tout ministère dans l’Eglise de Christ peuvent se voir sous deux aspects :

1. Manifestation du fruit de l’Esprit : L’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance.

2. Manifestation de la puissance du Saint-Esprit par les signes, les prodiges et les miracles.


Celui qui n’a pas ses preuves scripturaires doit s’interroger. Les signes doivent accompagner ceux qui auront cru, dit l’Ecriture, dans Marc 16. 17-18. Cette Parole de l’Ecriture est une promesse Divine pour l’Eglise. C’est pourquoi si ces signes ne nous accompagnent pas, nous devons avoir le courage de reconnaître que nous ne croyons pas en Jésus-Christ. N’essayez pas de vous trouver des excuses : Vous ne croyez pas en Jésus-Christ. Il y a des gens, qui, pour camoufler leur incrédulité, disent : « Il est écrit que             Jean-Baptiste n’a fait aucun miracle. » Peut-être êtes-vous de ceux qui pensent ainsi. Si c’est le cas, repentez-vous, et recherchez le baptême du Saint-Esprit et de Feu, afin que les miracles vous accompagnent. Maintenant, je vais vous montrer pourquoi Jean-Baptiste n’a pas fait de miracle. L’Ecriture a prédit la venue de Dieu Lui-même dans Esaïe 35.4-6. Selon Elle, quand Dieu Lui-même viendra, des signes précis vont l’identifier : Les yeux des aveugles s’ouvriront ainsi que les oreilles des sourds, le boiteux sautera comme un cerf, et la langue du muet éclatera de joie. Or, Jean-Baptiste a été manifesté avant que Jésus-Christ qui était ce Dieu qu’on attendait, ne soit révélé à Israël. S’il avait fait des miracles, cela allait perturber l’ordre Divin de la Parole, et on l’aurait pris pour le Christ. A mon avis, c’est pour cela que Dieu n’a pas utilisé         Jean-Baptiste pour faire des signes extraordinaires. Maintenant, si quelqu’un s’appuie sur Jean-Baptiste pour essayer d’anéantir la promesse de l’Ecriture de Marc 16.17-18, qu’il se repente, et qu’il revienne à la Parole de la promesse. Car, nous devons apporter les preuves de notre ministère, par des signes, des miracles et des prodiges. Ces signes-là sont le fait du Surnaturel agissant dans l’Eglise de Dieu. Nous avons pour obligation de rechercher ces signes, sinon quittons la chaire. L’Ecriture ne nous ordonne-t-Elle pas de rechercher les dons spirituels, dans 1 Corinthiens 14.1 ? Ne savez-vous pas que les signes, les prodiges et les miracles promis afin que nous les accomplissions, s’opèrent par les dons spirituels ? Si nous ne sommes pas revêtus de dons spirituels, comment ferons-nous pour opérer des miracles ? Si nous ne jeûnons ni ne prions, comment ferons-nous pour chasser les démons comme il se doit, et démontrer que réellement Christ vit en nous ? Tout collaborateur de Dieu dans l’Eglise de Christ, fait des miracles au Nom de Jésus-Christ. Et faire des miracles repose sur la foi. Si donc nous ne faisons pas de miracles, alors que cela est clairement promis pour nous, cela veut dire que nous avons un problème d’ordre spirituel. Le réveil, c’est aussi démontrer la puissance du Saint-Esprit par des miracles. La collaboration avec Dieu repose sur le Surnaturel, ne l’oubliez pas.

Vous souvenez-vous de Charles Finney, surnommé Apôtre des réveils ? Dans le livre : ‘‘ LES HEROS DE LA FOI’’, il est parlé de lui. Un jour, il est entré dans une fabrique. « La force de    l’Esprit Saint était en lui. En le voyant, les ouvriers se sentirent convaincus de leurs péchés…Alors qu’il passait près de deux jeunes filles qui travaillaient ensemble, l’une d’elles au moment de réparer un fil, fut prise d’une conviction si forte qu’elle tomba sur le sol en pleurs. Un instant plus tard, presque tous ceux qui l’entouraient avaient des larmes aux yeux et en quelques minutes, le réveil se répandit dans toutes les parties de l’usine. » Ô, frères, quel merveilleux réveil ce fut ce jour-là ! La puissance du Saint-Esprit qui était sur Finney produisant une profonde conviction de péché chez les gens. Vous voyez ! La démonstration du Saint-Esprit et de la puissance Divine était telle que les gens pleuraient, au point même qu’une jeune fille fut terrassée. Ô, me direz-vous : « Le Saint-Esprit ne peut pas faire tomber les gens. » Qu’est-ce qui était à la base de ces pleurs et ce terrassement ? C’était la puissance du Saint-Esprit; Avaient-ils des émotions ou non ? Ô, la pure Parole ! Frères, le Saint-Esprit est la plus grande force spirituelle qui ait jamais existé. Quand Il tombe sur quelqu’un, il se produit des choses surnaturelles. C’est le Saint-Esprit seul qui convainc de péché, de justice et de jugement. Et Sa puissance est telle qu’Elle peut nous terrasser.   Frères, vous qui êtes depuis Bouaké avec moi, vous avez vu, et vous voyez comment la puissance du Saint-Esprit sort de moi pour agir sur les gens. Souvenez-vous des fois où des gens fortement convaincus de leurs péchés par la puissance du Saint-Esprit, ont éclaté en sanglots, et sont tombés par terre. Souvenez-vous des fois où des femmes sont tombées par terre en pleurs, et se sont traînées jusqu’à moi pour pleurer sur mes pieds, tout en les essuyant avec leur chevelure. N’est-ce pas émouvant et étrange ? Un jour, j’ai dit au Seigneur que je ne voulais pas que les gens viennent pleurer et confesser leurs péchés à mes pieds, et de les essuyer avec leur chevelure, comme cela se faisait avec Lui dans la Bible. Plus je priais que cela cesse, plus cela s’intensifiait. Et cela a commencé à me mettre mal à l’aise, car selon l’Ecriture, c’est au pied de Jésus qu’on venait pleurer. J’ai continué de prier jusqu’à ce que j’obtienne une réponse claire du Seigneur. Il m’a fait savoir que ces choses arrivent à cause de l’identification au ministère du fils de l’Homme, et de l’accomplissement d’une    Parole de l’Ecriture dans ma vie. C’est ici une preuve de mon appel au ministère de Fils de l’homme par le Fils de l’Homme. Frères, tout véritable ministère de la Parole dans l’Eglise de Dieu est identifié par des signes scripturaires, par les caractéristiques de Dieu, par Ses perfections invisibles, par Sa puissance éternelle et Sa Divinité. Voici ce qui est encore dit de        Finney : « Ce ne fut pas seulement en Amérique du Nord que     Finney vit le Saint-Esprit tomber sur les croyants et les jeter par terre. » Ô, quel merveilleux réveil ! Le Saint-Esprit jetait les croyants par terre. Pas les païens, mais les croyants. Pensez-y ! Le           Saint-Esprit peut-Il jeter les gens par terre ? Répondez vous-mêmes à la question, et dites-moi si Finney avait l’Esprit de Dieu ou pas.

Frères, êtes-vous vraiment collaborateurs de Dieu ? Où sont les preuves de votre ministère ? Vous annoncez la Parole de Dieu, n’est-ce pas ? Où sont les preuves de votre ministère ? Peut-être pensez-vous que la puissance qui était sur Finney et qui terrassait les gens, était du diable. Très bien. Vous qui avez l’Esprit de Dieu, où sont les preuves de votre foi ? Qu’est-ce qui prouve que Dieu est avec vous ? Si Dieu est vraiment avec vous, comme Il a été avec les apôtres, où sont les miracles ?

Dans le puissant ministère de David Brainerd, un autre collaborateur de Dieu, la puissance du Saint-Esprit faisait la différence et confirmait la Parole qu’il annonçait aux indiens. Après une puissante prédication, il dit : « Je restai debout, admirant l’influence de Dieu qui avait pris possession de presque tous  auditeurs… Presque tous ceux qui étaient là priaient et imploraient la miséricorde divine, et nombreux étaient ceux qui ne pouvaient se tenir debout. » Vous voyez! C’est ici une preuve du ministère de David Brainerd : La puissance du Saint-Esprit était telle que plusieurs indiens peaux-rouges ne pouvaient pas se tenir debout.  Cela se passe-t-il lorsque vous annoncez Jésus-Christ le Sauveur ? Les signes vous accompagnent-ils ? Sinon, vous avez tout intérêt à prendre le chemin de la consécration, du jeûne et de la prière. La collaboration avec Dieu repose sur la prière d’intercession. Entrons donc dans l’agonie de la prière, et prions jusqu’à ce que Dieu fasse quelque chose de merveilleux pour nous, et pour l’Eglise de Dieu. Prions pendant de longues heures, seul à seul avec Dieu. Au début de mon ministère, le Seigneur m’a donné trois paroles qui se résument en une seule : Prie, prie, prie. Quand j’ai commencé à prier, prier, prier, la gloire de Dieu aussi à commencer à me suivre de façon merveilleuse. Je priais des nuits entières, des journées entières. Au service, je ne descendrais pas pour manger, mais je m’enfermais dans mon bureau pour prier. Je vivais de la prière, et je me nourrissais de la prière. Un jour, après avoir prié toute la nuit, Dieu m’a parlé de la sœur Abigaël, d’un démon qui la fatiguait, et ce que devais faire pour chasser ce démon, et l’heure précise à laquelle je devais le chasser. J’ai suivi Ses instructions à la lettre, et le démon a été expulsé. Ce fut une expérience merveilleuse, n’est-ce pas ? Mais, il m’a fallu prier toute une nuit, avant que le Seigneur ne me donne ces révélations. Et comme je priais beaucoup, il fut facile pour moi de chasser ce démon. Combien de temps priez-vous ? J’espère que vous n’êtes pas partisans du moindre effort. J’espère que vous n’êtes pas de ceux-là qui ne prient que juste avant de manger. Honte à vous !

Finney dit : « Je levai les yeux plein d’angoisse vers Dieu, jour après jour, et le priai de me montrer le chemin que je devais suivre et de me donner la grâce de supporter la tourmente… Le  Seigneur m’envoya une vision pour me montrer ce que je devais affronter. Il s’approcha si près de moi tandis que je priais que ma chair frémit littéralement sur mes os. Je tremblais de la tête aux pieds, pleinement conscient de la présence de Dieu. » Vous voyez ! Il a tremblé de la tête aux pieds à cause de la présence de Dieu. Il était dans l’agonie de la prière, et sa chair frémit sur ses os, et il trembla de la tête aux pieds. Quiconque n’a jamais ressenti la présence de Dieu avec intensité ne peut pas comprendre ce qui est arrivé à Finney, l’oint du Seigneur. Quiconque n’a pas l’expérience du Surnaturel dira : « C’est le diable qui fait trembler les gens. »

Les branhamistes, et William Branham, en tête critiquent les pentecôtistes et les évangéliques parce que ceux-ci tremblent et poussent des cris. Selon William Branham, c’est du diable, ce sont des émotions charnelles. Mais, ce que vous ne savez pas, c’est que lui-même tremblait aussi. Dans sa brochure ‘‘PARLE A CETTE MONTAGNE’’ du 23 novembre 1959, il dit : « Et alors que nous nous tenions là, à côté d’un petit appentis dans lequel j’avais laissé Meda et Billy, dans ce petit appentis pendant que je chassais l’ours… Eh bien, je fis quelques pas à l’écart, et  l’Esprit du        Seigneur vint sur moi, et je commençai à trembler. » Vous voyez ! Celui-là qui condamnait les autres parce qu’ils tremblaient, tremblait aussi. N’essayez  surtout pas de me convaincre qu’il a tremblé sans avoir ni émotion ni sensation. Remarquez qu’il dit que c’est lorsque   l’Esprit du Seigneur est venu sur lui, qu’il a tremblé.  L’Esprit du Seigneur peut-Il faire trembler les gens ? Qu’ont-ils à répondre, ces branhamistes aveuglés par les discours de leur soi-disant dernier prophète. Maintenant, que personne dans cette assemblée ne cherche à trembler, ni à tomber par terre. Ce qui nous est demandé, c’est de prier, de jeûner et de se soumettre entièrement à Dieu, afin d’obtenir un réveil du Saint-Esprit. Elie le Thischbite était de la même nature que nous, et il prié jusqu’à ce qu’il ait son réveil : Par sa parole, il a fermé le ciel, et il n’a pas plu pendant trois ans et demi. Et par sa prière, Dieu a envoyé la pluie sur terre. Ce fut un homme consacré à la prière.

L’apôtre Paul était le reflet de la Parole qui est Christ ; il était la lumière du monde conduisant les gens à la Lumière du monde, qui est Christ le Rédempteur. Il était co-rédempteur avec Christ le Rédempteur. Il n’était pas le Rédempteur, mais co-rédempteur, parce qu’il avait part à l’aspersion du sang de Christ et à la sanctification de l’Esprit ; parce qu’il a été un instrument du Rédempteur pour accomplir certains aspects du plan de la rédemption. Il était l’empreinte et l’image du Dieu invisible, qui est Christ. Il est né prophète, et a été formé par le Seigneur de façon spéciale pour pouvoir assumer ses fonctions sacerdotales dans l’Eglise de Dieu.    Frères, dans la collaboration avec Dieu, la formation tient une place très importante. Nous en reparlerons si Dieu le veut, quand le moment sera venu. Je ne parle pas de la formation théologique, mais de la formation spirituelle qui est une œuvre du Seigneur. Pour l’heure, nous allons montrer par les Ecritures que nous sommes co-rédempteurs, co-sauveur avec Christ le Rédempteur et le Sauveur de l’humanité.


NOUS SOMMES CO-REDEMPTEURS ET CO-SAUVEURS AVEC CHRIST L’UNIQUE  REDEMPTEUR ET SAUVEUR

Jésus-Christ est le seul et unique Rédempteur et Sauveur de l’humanité. Tout le plan de la rédemption repose sur Sa glorieuse Personne, sur Son œuvre salvatrice accomplie parfaitement sur la croix de Golgotha, en s’offrant Lui-même comme victime expiatoire et propitiatoire, en donnant Son propre sang pour l’abolition du péché. Il est unique en son genre ; personne ne peut l’égaler ;      personne ne peut accomplir l’œuvre du salut, de la rédemption à sa place. Dans Esaïe 35.4, il est écrit dans l’Ecriture que Dieu viendra Lui-même, et nous sauvera. C’est en Jésus-Christ de Nazareth que cette Parole de l’Ecriture s’est pleinement  accomplie. En effet, en Lui, Dieu Lui-même est venu pour nous sauver de nos péchés. Car Jésus-Christ, c’est Dieu Lui-même. Dans Esaïe 35.4, il n’est pas dit que Dieu enverrait Son Fils, mais qu’Il viendrait Lui-même pour nous sauver. C’est pourquoi, Jésus-Christ le Fils unique de Dieu est Dieu Lui-même. Du coup la doctrine de la trinité vole en éclats : Il n’y a donc pas trois personnes divines distinctes en Dieu, mais une seule Personne Divine en Dieu : Le Seigneur Jésus-Christ. L’Ecriture dit, dans Esaïe 43.11 que l’Eternel est le seul sauveur : « C’est moi, moi qui suis l’Eternel, et hors de moi il n’y a point de sauveur. » Vous voyez ! C’est l’Eternel qui est le seul sauveur, et hors de Lui, il n’y a point de sauveur. Dans Luc 2.11, l’Ecriture dit à propos de Jésus-Christ : « C’est qu’aujourd’hui, dans la ville de  David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. » La Parole de Dieu nous présente l’Eternel comme le Sauveur, et       Jésus-Christ aussi comme un Sauveur. Or, il est écrit dans l’Ecriture qu’il n’y a point de Sauveur hors de l’Eternel. Si donc Jésus-Christ est différent de l’Eternel, c’est qu’il y a deux sauveurs distincts. Si  Jésus-Christ est différent de l’Eternel, et si l’Eternel est le seul   Sauveur, c’est qu’Il est un imposteur. Vous voyez ! C’est pourquoi      l’Eternel et Jésus-Christ sont une seule et même Personne. L’Eternel, c’est Jésus-Christ ; et Jésus-Christ, c’est l’Eternel. C’est une seule et même Personne. Dans Jérémie 23.5-6, l’Ecriture parle du Germe Juste que l’Eternel a promis de susciter à David. Et selon l’Eternel, ce Germe Juste s’appellera l’Eternel notre justice. Comme vous pouvez le constater, l’Eternel et le Germe Juste portent le   même Nom : L’Eternel. Sachez aussi que selon l’Ecriture, il n’y a qu’un seul Eternel : « Ecoute, Israël :   L’Eternel, notre Dieu, est le seul Eternel. » (Deutéronome 6.4). S’il y a un seul Eternel, cela veut dire que l’Eternel et l’Eternel notre justice sont une seule et même Personne Divine. L’Eternel notre justice, qui est le Germe Juste suscité à David, c’est la Parole faite chair qui a habité avec les Juifs. Et l’Eternel, c’est la Parole dans sa forme céleste.

Dans l’Ancien Testament, et plus particulièrement sous le sang des animaux, Dieu, pour accomplir Son plan de la rédemption pour l’humanité, a porté le Nom de l’Eternel, qui était son Nom  rédempteur en ce temps-là. Mais dans la nouvelle alliance il a changé de Nom rédempteur. Son Nom rédempteur dans cette nouvelle alliance, c’est Jésus. Le Nom Eternel, c’est la traduction du nom Yahvé ou Yahwé. Et le Nom Jésus, c’est la traduction du Nom Yahshuah. Le Nom Yahvé est le Nom divin de Dieu en rapport avec la rédemption sous le sang des animaux. Et le Nom Jésus est le Nom divin de Dieu en rapport avec la rédemption sous la nouvelle alliance. Frère, Jésus-Christ est le seul et l’unique Rédempteur. C’est seulement en Lui, que nous sommes justifiés et lavés de nos péchés, par le moyen de la rédemption, qui est en Lui. C’est en Lui que se trouve le salut, et il est le salut de Dieu pour l’humanité ; il est le seul et unique Sauveur de l’humanité. Dans le plant du salut, de la rédemption, il y’a deux chose importantes par rapport au     péché :

-La première chose, c’est que Jésus, par l’offrande de son corps, a aboli le péché. C’est ici le point focal et déterminant du plan de la rédemption. Avant la naissance du Fils de Dieu, les péchés étaient pardonnés, mais ils n’étaient pas ôtés. Mais, avec le sacrifice de croix, les péchés sont abolis et ôtés pour toujours, au point que Dieu ne se souvient plus de nos iniquités. L’abolition des péchés est la principale œuvre de rédemption. Cette œuvre a été accomplie par Jésus-Christ seul une fois pour toutes. Personne avant Lui n’a pu accomplir cette œuvre, et personne après Lui ne le pourra. Il        demeure donc le Rédempteur unique, le Sauveur unique de l’humanité.


- La deuxième chose, c’est le pardon des péchés, qui est aussi une œuvre du plan de la rédemption. Nous savons que c’est Dieu, Christ, qui a le pouvoir de pardonner les péchés, accomplissant   ainsi une œuvre du plan de la rédemption. Ce qui est extraordinaire et merveilleux, c’est que le Seigneur a donné aux hommes le pouvoir de pardonner aussi les péchés, en Son Nom. Oui Monsieur.


Ainsi ces hommes-là interviennent dans le plan de la rédemption. Ils deviennent donc co-rédempteurs avec Christ le seul et unique Rédempteur. Quand un enfant de Dieu commet un péché, et qu’il confesse, et que celui qui a le pouvoir de pardonner les péchés, lui pardonne, le sang de Jésus le purifie de toute iniquité. La Parole de celui qui a le pouvoir de pardonner les péchés au Nom du       Seigneur, a assez de pouvoir pour faire agir le sang de Jésus, ce sang rédempteur pour le pardon du péché commis. Celui qui a ce pouvoir, ne peut pas agir de lui-même, car il n’est qu’un instrument entre les mains de Dieu. En vérité, en vérité, c’est Christ en lui, qui pardonne les péchés. Il est donc co-rédempteur avec le Seigneur.  Il n’est pas le Rédempteur, mais seulement un – rédempteur agissant au Nom du Seigneur Jésus – Christ l’unique  Rédempteur. Il collabore avec Christ pour la rémission des péchés. Mais, il n’est pas mort pour les péchés, encore moins pour leur abolition. Il est seulement mort avec Christ, et ressuscité avec Lui, pour pouvoir pardonner les péchés dans le Nom Divin de la rédemption. C’est comme pour la guérison des malades. Nous savons que le seul et unique guérisseur, c’est Jésus-Christ. Mais, nous savons aussi que le      Seigneur nous a donné le pouvoir de guérir les malades. C’est ainsi qu’Il a fait de nous des co-guérisseurs avec Lui. Lorsque quelqu’un est malade ici, et que nous devons prier pour sa guérison, Dieu nous utilise pour le faire. Autrement dit: Jésus-Christ et nous, travaillons ensemble à la guérison de cette personne : Nous, en tant qu’instrument, et Lui, en tant que guérisseur.  C’est ici le mystère de la collaboration. Quand Christ et nous, travaillons ensemble à la guérison des gens, cela veut dire que nous sommes collaborateurs de Christ dans la guérison Divine. Et cette collaboration entre Christ  et nous, entre Dieu et nous, s’étend aussi  sur  le domaine du pardon des  péchés. Or, le pardon des péchés est une œuvre rédemptrice, qui fait partie  intégrante du grand plan de la rédemption. Par conséquent, celui qui a reçu du Seigneur le pouvoir de pardonner les péchés, participe à cette œuvre de la rédemption. Il est donc co-rédempteur avec le Seigneur Jésus – Christ, qui est le Rédempteur par essence et par excellence, et qui est l’unique Rédempteur. Personne ne  peut Le remplacer dans cette œuvre de la rédemption, mais Il nous utilise comme des collaborateurs dans cette œuvre. Peut-être que je dis des choses difficiles à comprendre et à recevoir, si c’est le cas, priez le Seigneur, qui vous éclairera. S’Il vous dit que ce que je dis n’est pas la vérité, éloignez – vous de moi.


Dans 1 CORINTHIENS 9 : 22, l’apôtre Paul dit : «  J’ai été faible avec les faibles, afin de gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous, afin d’en sauver de toute manière  quelques – uns. » Qui est sauveur ici ? C’est l’ apôtre Paul. Mais, il n’est pas le     Sauveur par essence et par excellence. Il était collaborateur de Dieu  et de Christ  dans la réalisation du plan du  salut des Corinthiens. Il était donc co – sauveur avec Christ. Lui, Paul, ne sauvait pas par son sang,  car le Sang de Christ est suffisant, mais par la prédication de la croix de Christ, et par la folie de la prédication. Dans       JACQUES 5 : 19 – 20, l’Ecriture dit : «  Mes frères, si quelqu’un parmi vous s’est égaré loin de la vérité, et qu’un autre l’y ramène, qu’il sache que celui qui ramènera un pécheur de la voie où il s’était égaré sauvera une âme de la mort et couvrira une multitude de péchés. »  Ici, ce n’est pas Jésus de Nazareth qui ramène le pécheur de la voie où il s’est égaré, mais un chrétien. Selon cette    Parole de  l’Ecriture, celui qui ramène un pécheur de la voie où il s’est égaré, sauve une âme de la mort et couvre beaucoup de       péchés. Cela veut dire que celui – ci est un sauveur. On ne peut pas sauver sans être un sauveur. Il est donc un sauveur, mais il n’est pas le Sauveur. L’unique Sauveur, c’est le Seigneur Jésus – Christ, qui a oint des hommes, par qui Il sauve d’âge en âge. Ces hommes – là sont des sauveurs, tandis qu’Il est l’unique Sauveur, le Sauveur par essence et par excellence, le Sauveur des sauveurs. Ils sont collaborateurs de Dieu dans la réalisation du plan du salut dans la vie des hommes. Ils sont donc co – sauveurs avec Jésus – Christ, l’Unique       Sauveur.


En ce qui concerne ce temps prophétique de l’aube, le        Seigneur nous a fait don de la Manne Fraîche et de Son Esprit, afin qu’au travers de nous, des gens soient sauvés des ténèbres doctrinales, afin qu’ils passent de ces ténèbres à la Vérité de Dieu. Nous sommes donc des sauveurs, d’autant plus que c’est par nous qu’Il accorde ce salut. Vous voyez ! Nous sommes devenus Ses collaborateurs dans la perfection des saints. Ne sommes – nous pas aussi  co – sauveurs avec Lui ? Il est l’unique Sauveur ; nous, nous ne sommes que des co – sauveurs, c’est–à-dire des collaborateurs de Dieu dans la réalisation de Son plan de salut. Que Dieu bénisse   notre entendement !

A bientôt.

FRERE CHRIST-MOISE,   LE FILS DE L’HOMME


Mise à jour le Samedi, 12 Septembre 2015 07:58
 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix