Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 6 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
309
Hier :
552
Semaine :
1834
Mois :
1328
Total :
3679018
Il y a 1 utilisateur en ligne
-
1 invité


SEPT ETAPES POUR BATIR SON FOYER PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Mardi, 27 Décembre 2016 19:53

Message prêché le jeudi 14 juin 2012 au Tabernacle le Chandelier d’Or ; Yopougon-Selmer ; Abidjan. RCI. Matin

Paroles de frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme, que le Seigneur lui a données pour la perfection des saints.

Bonjour. J’ai décidé ce matin, avec la permission du Seigneur, de vous parler des sept étapes pour bâtir son foyer. Que le Seigneur nous aide à comprendre les Ecritures et la puissance de Dieu. Voici les SEPT ETAPES POUR BATIR SON FOYER :

PREMIERE ETAPE : LE CHOIX DE SON EPOUSE

Le choix de son épouse est le commencement du foyer. Si ce choix est bien, on aura un bon foyer où règneront la paix, la joie,  le bonheur et la justice. Mais si on fait un mauvais choix, ce sera la désolation, le regret, l’amertume, la tristesse et le malheur. La longévité du foyer, sa tranquillité, sa stabilité, sa prospérité, sa gloire reposent essentiellement sur le choix de son époux ou de son épouse. Le choix de son époux ou de son épouse est tellement important qu’il est absolument nécessaire de demander au Seigneur, dans les prières incessantes, les supplications persévérantes et les jeûnes multipliés, de nous conduire. En vérité, en vérité, c’est Lui et Lui seul qui choisit pour nous la femme ou l’homme qu’il nous faut. Choisir sa femme ou son mari en dehors de Sa volonté, c’est s’exposer à de graves dangers. On peut choisir son conjoint dans Sa volonté permissive ou dans Sa volonté parfaite. Savoir choisir son époux ou son épouse, c’est savoir assurer l’avenir de son foyer. Choisir son époux ou son épouse en ne tenant compte que de la beauté extérieure, c’est engager son foyer dans la désolation, la confusion, les problèmes et dans une situation désespérante et sans issue. Car, la beauté extérieure est trompeuse. L’avenir du foyer, son bonheur, sa prospérité, sa croissance spirituelle devant le Seigneur, sa force, reposent sur la beauté intérieure, qui se caractérise par la soumission de la femme à son mari, sur l’amour sincère de l’homme vis – à – vis de son épouse, le respect mutuel, l’humilité, la douceur et la grâce dans les paroles, la patience de l’un envers l’autre, le caractère doux et simple. Ils reposent sur les qualités intrinsèques de l’homme et de la femme, sur leurs valeurs morales et spirituelles. La carrure physique, la taille, le poids, la couleur de la peau,  le rang social, le niveau intellectuel, le métier,  viennent en seconde position. Frères, choisissez la femme que vous aimez et dont vous avez une révélation claire venant du Seigneur. On ne se marie pas sans révélation. Rien ne se fait dans la maison de Dieu sans révélation. Personne ne peut aimer Dieu sans révélation. Personne non plus ne peut aimer sa femme ou son mari sans révélation. L’amour est une révélation. Quand deux personnes se mettent en ménage sans révélation, quand elles  prétendent s’aimer sans révélation, le résultat, c’est : Les querelles, la vie d’adultère, les disputes et les mésententes. Choisissez donc votre époux, par une révélation venant de Dieu. Car de votre choix dépend l’avenir du foyer et de vos enfants. Un mauvais choix conduit à la ruine, mais un bon choix conduit à la gloire, au bonheur,  à la félicité, et à la paix. Choisir une bonne femme, c’est choisir la vie. Choisir une mauvaise femme, c’est choisir la mort. Choisir une femme vertueuse, une bonne femme, c’est aimer Dieu. Choisir une mauvaise femme, une femme querelleuse, c’est aimer le diable. Choisir une femme intelligente, c’est choisir le don de Dieu. Choisir une femme stupide, c’est le don du diable. L’Ecriture dit, dans PROV.18 : 22, que celui qui trouve une femme trouve le bonheur. Choisir donc une bonne femme, vertueuse, polie, respectueuse, pieuse, c’est choisir le bonheur. Choisir une mauvaise femme, une mégère, une tigresse aux griffes acérées, toujours prête à vous dévorer, c’est choisir le malheur. De votre choix dépend votre bonheur. Faites donc le bon choix : Le choix du bonheur et non du malheur, le choix de la vie et non de la mort, le choix de la prospérité et non de la pauvreté, le choix du bien et non du mal. Frères, en choisissant votre femme, choisissez la vie. En choisissant votre femme, choisissez le bonheur, la paix, la richesse, la gloire, l’amour, la fidélité, l’honneur. Choisissez le don de Dieu pour vous. Comment peut – on opérer un tel choix, si ce n’est dans les prières, les supplications et les jeûnes multipliés.  Dans PROV. 19 : 14, il est écrit dans l’Ecriture qu’une femme intelligente est un don de Dieu. Votre choix doit donc porter sur une femme intelligente et non sur une femme stupide. Une femme stupide est un don du diable. Qu’est – ce qu’une femme intelligente ? C’est une femme qui est soumise à son mari, qui l’aime, qui prend soin de lui, qui n’expose pas ses défauts et ses faiblesses dehors, qui ne l’insulte pas, qui ne hausse pas le ton sur lui, qui ne le calomnie pas, qui ne le critique pas, qui ne se querelle pas avec lui, qui ne le dénigre pas. Vous voyez les qualités spirituelles et morales d’une femme intelligente, le don de Dieu ? Elle n’est ni adultère, ni impudique, ni querelleuse, ni bagarreuse, ni menteuse, ni infidèle. Une femme intelligente, qui est un don de Dieu, est une femme consacrée, qui prie beaucoup et qui jeûne pour son mari, ses enfants et pour l’œuvre de Dieu. Une femme intelligente a toujours le désir de contribuer financièrement aux dépenses de la maison, afin d’aider son mari. C’est pourquoi elle ne reste pas oisive, ni ne se donne aucune occasion d’aller s’asseoir chez les autres pour critiquer et bavarder. Mais elle travaille et fait entrer de l’argent à la maison. Si elle ne travaille pas à la fonction publique, elle fait ses propres affaires. Elle se lève tôt le matin, et va à la recherche du bonheur financier et matériel. Une femme intelligente, c’est l’avenir du foyer. Frères, ce sont de telles femmes que vous devez choisir. Avant donc de choisir, assurez – vous qu’elles ont ces valeurs morales et spirituelles. Ne vous pressez pas pour choisir. Car, pour bien choisir, il faut prendre du temps, il faut réfléchir suffisamment, il faut peser le pour et le contre, il faut voir les tenants et les aboutissants. Il faut chercher à savoir si votre choix fera votre bonheur. Il faut toujours et par – dessus tout chercher à savoir si votre choix est celui de Dieu. Ne tombez jamais dans le piège du choix hâtif et fantaisiste basé sur le seul aspect physique de la femme. Choisissez celle sans qui vous ne pouvez pas vivre. Si vous savez que vous pouvez vivre sans la sœur que vous voulez  épouser, ne vous engagez pas. Si votre cœur est partagé entre plusieurs sœurs et que vous avez l’embarras du choix, cela veut dire que vous n’êtes pas encore prêts pour le mariage. Choisissez celle que Dieu a créée à votre image, et non celle qui est créée à l’image d’un autre.

Avant qu’Eliezer ne choisisse une femme pour Isaac, il a demandé un signe à Dieu : Que la jeune fille qui me donnera à boire et qui donnera aussi à boire à mes chameaux, soit la femme d’Isaac. Et c’est Rebecca qui a fait cela. Dieu a donc accompli le signe demandé par Eliezer par la main de Rebecca. Voilà comment le choix a été fait. Et Rebecca a été pour Isaac une femme vertueuse, obéissante, soumise, intelligente. C’était un don de Dieu pour Isaac. En  elle, celui – là a trouvé le bonheur.

Choisissez votre femme après avoir beaucoup prié et jeûné. Choisissez-la d’après une révélation venant de Dieu. La meilleure des révélations, c’est l’amour que le Saint-Esprit répand dans votre cœur pour votre future femme. Même si vous l’avez vue dans une vision ou dans un songe, le Saint – Esprit répandra puissamment dans votre cœur un puissant amour pour elle.

LA DEUXIEME ETAPE : LA VIE SEXUELLE

Bâtir son foyer, c’est aussi avoir une vie sexuelle bien équilibrée et épanouie. Cela signifie que les deux conjoints ont leurs glandes sexuelles qui fonctionnent correctement. A quoi sert – il d’épouser une femme frigide, qui est parfaitement insensible aux caresses et aux rapports sexuels à cause de ce mal qu’est la frigidité. Une femme frigide est une femme qui n’éprouve aucun désir sexuel ou qui est incapable de parvenir à l’orgasme lors des rapports sexuels.  Je sais que les pseudos hommes spirituels, les soi – disant chrétiens spirituels me critiqueront à cause du fait que je parle du sexe, qui est un sujet tabou. Je leur demande de relire leur Bible, car Dieu Lui – même en parle sans détour. Si votre choix est porté sur une femme qui n’éprouve aucun désir sexuel, il va s’en dire qu’elle fera tout son possible pour éviter tout contact sexuel. Cela va entraîner inéluctablement des frustrations chez vous ; et si vous ne prenez garde, vous commencerez à vous disputer, ce qui naturellement ne pourra pas honorer le Seigneur. Aucun foyer ne peut être bâti dans la paix, la joie, le bonheur et la stabilité avec une femme qui refuse tout le temps de coucher avec son mari, sous prétexte qu’elle n’a aucun désir sexuel. Dieu n’a – t – Il pas dit que l’homme quittera ses parents pour s’attacher à sa femme, et que les deux deviendront une seule chair ? Si donc, dans un foyer, le mari et la femme ne peuvent pas devenir une seule chair en entretenant des relations sexuelles, il y a toujours des frustrations, des regrets et des mésententes. Si l’homme et la femme n’y prennent garde, ils connaîtront les pires moments de leur existence. Il n’y a pas de vie conjugale sans vie sexuelle. Il n’y a pas de vie conjugale sans relation sexuelle. L’homme et sa femme ont le devoir d’avoir des relations sexuelles dans la joie, le bonheur et l’amour partagés.

Mon devoir, c’est de combler mon épouse Sarah d’amour sexuel, c’est de l’amener à vivre une vie sexuelle épanouie et équilibrée, joyeuse et bénie. Mon devoir, c’est d’entretenir des relations sexuelles avec elle. Et je ne dois pas manquer à ce devoir et cette heureuse responsabilité que je me dois d’assumer pour la gloire de mon Dieu. Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais je dis ce que je dis. Au nom du Seigneur.

Une femme frigide est un danger, un obstacle à l’édification du foyer. Frères, ce n’est pas de sa faute si elle est frigide. Cela est dû à un disfonctionnement hormonal et sexuel. Par la grâce de Dieu, elle  peut être guérie. C’est pourquoi, avant de se marier, il faut demander à Dieu de choisir votre femme  pour vous. Maintenant sachez qu’Il peut vous donner une femme frigide. C’est ici la Manne Fraîche. N’a – t – Il pas donné une femme stérile à Isaac ? Pourtant Rebecca a été choisie par une révélation venant de Lui. Pensez – y ! Mais, Il l’a guérie, et elle a pu enfanter. S’Il vous donne une femme frigide, Il la guérira. Demeurez simplement dans la prière et le jeûne. Ne maudissez pas le jour de votre mariage, mais bénissez – le, car Dieu fera un grand miracle pour vous. Dieu dans Sa volonté parfaite a donné une femme stérile à Isaac le fils unique d’Abraham. Il peut donc vous donner, dans Sa volonté parfaite, une femme qui n’a aucun désir sexuel, et même qui est stérile ou qui est frappée d’un autre mal. Mais, Il fera quelque chose pour elle, si vous demeurez dans la prière persévérante et les jeûnes multipliés.

Un jour, une sœur du Tabernacle m’a dit que les choses n’allaient pas bien à cause des problèmes sexuels. Son mari est à l’Eglise des Assemblées de Dieu. Elle m’a dit : Il veut toujours coucher avec moi. Mais, moi, je n’aime pas ça. Je lui ai dit : Attention ! Tu risques de détruire ta maison. Si ton mari veut coucher avec toi, tu dois être consentante, et bénir le Nom du Seigneur de t’avoir donné un tel mari. Quand j’ai dit qu’elle devait bénir le Seigneur, elle était étonnée. Mais, c’est la vérité : Elle doit bénir le Seigneur qui lui a donné un mari qui veut coucher avec elle. J’ai compris qu’elle en a fait un problème de frigidité. Après l’avoir exhortée à ne plus jamais se refuser à son mari, j’ai prié pour elle. Elle m’a dit qu’à cause de son refus, son mari lui fait des histoires. Vous voyez ! Son foyer est en danger. A cause des frustrations au niveau sexuel. L’amour sexuel tient une place non négligeable dans la vie conjugale.

Si une femme épouse aussi un homme impuissant, cela risque de détruire sa maison, si elle n’y prend garde. J’ai reçu, il y a trois semaines un homme, un chrétien évangélique. Il m’a exposé son problème. Il a été opéré deux fois au niveau de son anus. Cela a provoqué de graves disfonctionnement au niveau sexuel. Il n’arrive plus à avoir des relations sexuelles avec sa femme. Pour lui, c’est un véritable problème. Pour sa femme aussi. Il est toujours peiné de ne pas pouvoir remplir son devoir en tant qu’homme. Il est frustré et malheureux. Il m’a dit : Je bénis Dieu qui m’a donné une bonne femme. Frères, comprenez – vous pourquoi il ne faut pas se baser sur le physique seulement pour choisir sa femme ou son mari ? Votre mari actuel peut tomber malade au point d’être incapable de coucher avec vous. Que feriez – vous ? Allez – vous chercher à commettre l’adultère ? Allez – vous le quitter pour un autre ? Vous n’avez vu en lui qu’un homme beau au sens strictement physique du terme, pour l’aimer. Et s’il lui arrive de faire un grave accident à l’issue duquel il est amputé d’au moins une jambe. Que feriez – vous ?  Ce chrétien évangélique que j’ai reçu a de sérieux problèmes de santé et de vie sexuelle. C’est la grâce de Dieu qui le soutient et qui fortifie son épouse. Et moi, je prie pour eux. Sans une vie sexuelle épanouie et équilibrée, le foyer est en danger. L’épanouissement sexuel dont je parle est différent du fait d’avoir des rapports sexuels avec sa femme. Car on peut coucher avec une femme sans l’aimer, comme on peut coucher avec un homme sans l’aimer. Je connais un couple bizarre. L’homme dit : Je n’aime pas ma femme, et je veux divorcer. La femme aussi dit : Je n’aime pas mon mari, mais je suis obligée de faire avec, et je veux divorcer. Pourtant, ils font toujours l’amour. Ils font l’amour, c’est vrai, mais ils ne sont pas épanouis sexuellement. Ils font l’amour dans un climat de tension, d’hypocrisie, de haine, de querelle et de méfiance. Il n’y a donc pas d’épanouissement sexuel. L’épanouissement sexuel repose avant tout sur l’amour réciproque dans la sainteté. Beaucoup de gens font l’amour en commettant l’adultère, sont-ils épanouis ? Non.

Quand un homme est impuissant, il est un danger et une menace pour sa propre maison. Il détruit sa maison, parce qu’il ne peut pas avoir de relations sexuelles avec sa femme. Si Dieu n’intervient pas pour fortifier cette femme, et l’aider à garder l’espoir que son mari guérisse un jour, elle peut commettre l’irréparable : Abandonner le foyer et commettre l’adultère. Sœurs, comprenez- vous pourquoi vous devez aussi prier et jeûner, afin que Dieu vous donne un homme saint de corps et d’esprit ? Si votre homme est impuissant, Dieu le sait. Et Il le guérira. Il peut être impuissant avant votre mariage ou devenir impuissant après. Que faire ? Prier et jeûner pour lui ; et Dieu qui est fidèle, le guérira certainement. L’impuissance sexuelle est un frein à l’épanouissement du foyer, ainsi que la frigidité. Il y a aussi le problème récurrent de l’éjaculation précoce,  qui est aussi un obstacle à l’épanouissement sexuel. Il faut le régler par la prière et le jeûne. J’ai reçu un jour, un frère qui venait de se marier. Il m’a posé le problème de l’éjaculation précoce. J’ai vu que l’équilibre de son foyer était en danger. J’ai alors prié pour lui. Quelques jours après, il m’a dit tout joyeux que tout allait bien maintenant. Frères, personne ne peut fonder un foyer dans la joie, la paix et le bonheur avec des problèmes liés à l’impuissance sexuelle, à l’éjaculation précoce et à la frigidité. C’est pourquoi vous devez prier le Seigneur de vous délivrer et de vous aider à accomplir dans le bonheur votre devoir l’un envers l’autre.

Il y a au moins trois mois,  un homme est venu me voir avec sa femme. Celle – ci menace de divorcer d’avec lui. Les deux sont chrétiens. La femme a dit beaucoup de choses qu’elle n’apprécie pas :

1. Elle dit que son mari exige que toutes les lumières soient éteintes avant tout rapport sexuel

2. Elle dit que son mari refuse de coucher avec elle dans la journée, parce qu’il ne fait pas noir dans la chambre

3. Elle dit que son mari ne veut pas se laver avec elle

4. Elle dit  qu’il éjacule trop vite

5. Elle dit qu’il est incapable de l’amener à la jouissance sexuelle, à l’orgasme.

6. Elle dit qu’il fuit les relations sexuelles

Je lui ai donné raison sur toute la ligne ; et j’ai exhorté son mari à faire tout ce qui est à son pouvoir pour régler ces problèmes. Vous voyez ! Pour des questions relatives au sexe, un foyer est sur le point de voler en éclats. La femme voulant à tout prix divorcer. Cette femme n’est pas une bonne chrétienne, sinon elle ne parlerait pas de divorce. Ce qu’elle devait faire, c’est chercher la délivrance de son mari, par le jeûne et la prière. Je vous dis toutes ces choses pour vous montrer la place des relations sexuelles dans le foyer.

Dans 1 COR. 7 : 3, l’Ecriture dit : «  Que le mari rende à sa femme ce qu’il lui doit, et que la femme agisse de même envers son mari. » Qu’est – ce que le mari doit à sa femme, si ce n’est l’acte sexuel ? Qu’est – ce que la femme aussi doit à son mari, si ce n’est l’acte sexuel ? C’est donc un devoir  l’un envers l’autre que d’avoir des relations sexuelles. Nul n’a le droit de se dérober à cette bienheureuse responsabilité Divine. Personne n’a le droit de se refuser à l’autre sous des fallacieux prétextes. D’après 1 COR. 7 : 4-5, «  la femme n’a pas autorité sur son propre corps, mais c’est le mari ; et pareillement, le mari n’a pas autorité sur son propre corps, mais c’est la femme. Ne vous privez  point l’un de l’autre… » Le mari ne peut donc pas dire à sa femme : Je ne peux pas coucher avec toi, à moins que ce soit pour une raison valable. Il est de même en ce qui concerne la femme. Si l’un des conjoints n’est pas satisfait sexuellement, l’autre doit l’aider dans l’amour. Si l’homme seulement est satisfait, la femme sera frustrée. Il doit donc s’assurer que sa femme aussi a atteint l’orgasme. Si la femme seulement est satisfaite pendant les ébats amoureux, l’homme sera frustré et complexé. Sa femme doit aussi veiller à ce qu’il soit satisfait sexuellement. Et comme je vous le dis toujours, tous ces problèmes peuvent se régler sans histoire dans la prière, le jeûne et dans l’amour parfait. Veillez à ce que personne ne soit choqué, ni frustré. Si la femme dit qu’elle est fatiguée, et qu’elle désire dormir et se reposer, cela ne doit pas poser de problème. L’homme doit montrer de la maturité spirituelle pour ne pas faire d’histoire. Rien n’est plus déplorable que de voir des chrétiens faire des histoires à cause du sexe. Si c’est l’homme qui dit qu’il est fatigué, la  femme ne doit pas en faire un problème.

Les hommes ou les femmes  qui racontent à leurs amis leurs ébats amoureux avec leurs conjoints  sont  indignes.

Que Dieu bénisse chaque couple de ce Tabernacle et chaque couple à travers le monde !

TROISIEME ETAPE :  LA VIE DE CONSECRATION

L’un des piliers de la stabilité et de l’équilibre du foyer, c’est la vie de consécration. Il est donc normal de choisir une femme consacrée à Dieu, une femme qui vaque régulièrement à la prière et qui veille à cela avec une entière persévérance. Il est aussi avantageux pour vous de choisir une femme qui pratique le jeûne auquel Dieu prend plaisir, c’est – à – dire qui jeûne dans les conditions de sainteté et de justice dont parle l’Ecriture dans ESAIE 58. Un homme de prière ne cherchera à épouser qu’une femme de prière. Si votre femme n’aime pas prier et jeûner, si elle n’aime pas les choses de Dieu, elle sera une pierre d’achoppement pour votre maison. Elle sera une porte ouverte à la puissance des ténèbres. Si vous-mêmes vous n’aimez pas la vie de consécration, la vie de prière, la vie de jeûne et la vie de sanctification, vous êtes vous – mêmes un obstacle à l’épanouissement du foyer. Quand une femme commet l’adultère, elle met son foyer en danger. Elle n’est pas une femme consacrée au Seigneur. Une femme consacrée au Seigneur, prie, jeûne et s’affectionne aux choses d’En – Haut, en menant une vie de sainteté et de pureté. Une femme querelleuse n’est pas une femme consacrée ; une femme insoumise, rebelle et désobéissante, n’est pas une femme consacrée ; une femme menteuse, voleuse, orgueilleuse, n’est pas une femme consacrée. Sa présence dans un foyer précipite la déchéance et la destruction de celui – ci. Pareillement, un homme adultère ou impudique met l’équilibre de son propre foyer en danger. A cause de lui les souillures de la chair et de l’esprit font leur entrée dévastatrice dans la maison. Dans 1 COR. 7 : 5, l’Ecriture dit : «  Ne vous privez point l’un de l’autre, si ce n’est d’un commun accord pour un temps, afin de vaquer à la prière ; puis retournez ensemble, de peur que Satan ne vous tente par votre incontinence. » L’homme et la femme mariés ont donc le droit d’avoir des relations sexuelles quand ils le désirent. Mais, s’ils désirent se consacrer spécialement à la prière pour un temps bien déterminé, ils se mettent d’accord pour ne pas avoir de rapports sexuels dans ce laps de temps. Après cela, ils doivent reprendre librement leur vie sexuelle dans la paix, la joie et l’amour. Si l’homme veut se consacrer au Seigneur par le jeûne et la prière, il doit impérativement en parler avec sa femme, et lui demander la permission. Il doit avoir son accord avant de commencer son temps de consécration. Il ne doit pas se lever un matin, et commencer à jeûner sans l’accord de sa femme. Il est clairement dit de ne point se priver l’un de l’autre, si ce n’est d’un commun accord pour un temps, afin de vaquer à la prière. L’Ecriture parle de «  commun accord ». Cela veut dire que l’homme et la femme doivent impérativement se mettre d’accord pour suspendre pour un temps tout rapport sexuel pour pouvoir se consacrer à Dieu par la prière et le jeûne. Si l’homme veut se consacrer seul, il doit impérativement avoir l’accord de sa femme pour la suspension momentanée des relations sexuelles. C’est ici la Manne Fraîche. Il n’a pas le droit de décider seul. La femme également doit impérativement avoir l’accord de son mari pour pouvoir se consacrer. Elle n’a pas le droit d’en décider seule. Si elle n’a pas l’accord de son mari, cela peut créer des problèmes, s’il veut coucher avec elle. Si même par extraordinaire, elle dit que c’est Dieu Lui – même qui lui dit de jeûner, elle doit impérativement avoir l’accord de son mari. Sinon, cela va créer des problèmes et le Nom du Seigneur sera blasphémé. Sachez aussi que le mari, qui a autorité sur le corps de sa femme, d’après 1 COR. 7 : 4, peut mettre fin au moment de jeûne et prière, et avoir des relations sexuelles avec elle. Il ne pèche point. Personne dans le foyer n’a le droit de mettre fin à la vie sexuelle pour un temps, même si c’est pour se consacrer au Seigneur. La suspension de cette vie en vue de prier et jeûner pendant un temps bien déterminé est absolument et impérativement décidée par l’homme et sa femme. Je ne parle pas des prières que nous faisons tous les jours, mais des moments particuliers de consécration.

Une femme dont les lèvres sont imbibées de prière et de l’Onction de supplication peut bâtir sa maison dans la puissance de résurrection. Celle dont les lèvres sont imbibées d’injures et de paroles blessantes et insensées renverse sa maison de ses propres mains. Un homme de prière, de jeûne et de consécration est un puissant bâtisseur qui bâtit son foyer sur le Roc de la Parole prophétique de notre temps. Il ne fait rien sans avoir prié et jeûné. Il ne fait rien en dehors de la Parole prophétique de ce temps de l’aube : La Manne Fraîche. Celui qui est vraiment consacré à Dieu bâtit sa maison sans craindre les vents et les tempêtes, car il bâtit sur la Parole du Seigneur. Non seulement il prie et il jeûne, mais il se sanctifie tous les jours se gardant de toute souillure de la chair et de l’esprit. Sa consécration n’est seulement pas basée sur le jeûne et la prière, mais surtout sur la sanctification et la pratique permanente de la Parole de Dieu. Une femme consacrée est une couronne pour son mari. Choisissez une femme consacrée à Dieu, soumise au Seigneur et à celui qu’Il a envoyé. Choisissez une femme remplie de la crainte de Dieu et du Saint – Esprit formée dans la puissance de résurrection.

QUATRIEME ETAPE : LA RECONNAISSANCE DE SA POSITION DANS LE FOYER

L’un des problèmes qui minent gravement les foyers, c’est que la femme  ne reconnaît pas sa place. Du moins, elle la connaît, mais elle ne l’apprécie pas. Elle ne veut pas la position que Dieu lui donne dans le foyer. Elle refuse d’être une femme, afin d’usurper la place de l’homme. Alors le foyer est en danger. Pour bâtir un foyer selon la parfaite volonté de Dieu, sachez que l’homme est le chef de la femme. Une femme qui est opposée à cette Parole de l’Ecriture est digne de jugement. Aujourd’hui, l’esprit de Jézabel agit dans les filles de la rébellion.  Cet esprit est un esprit dominateur et dictatorial. Quand vous voyez une femme à la tête d’une église, elle est animée d’un esprit dominateur, de l’esprit de Jézabel. Quand une femme se bat avec son mari, lui est insoumise et désobéissante, elle est animée d’un mauvais esprit, l’esprit de Jézabel. Cet esprit agit même dans les foyers chrétiens, parce que les hommes n’ont pas cherché la volonté de Dieu avant de choisir leurs femmes. La femme Jézabel des temps modernes ne reconnaît pas sa place dans le foyer. Ne voulant pas être soumise à l’homme qui est son chef, elle n’hésite pas à fouler au pied la Parole de Dieu et l’ordre Divin qu’Elle a établi, en prenant la place de son mari. Elle crie sur lui, le réprimande, l’abreuve d’injures, le diabolise et l’humilie comme elle veut et quand elle veut. Mettre une telle femme dans sa maison, c’est signer son propre arrêt de mort. Car vous n’aurez jamais de paix, à moins que Dieu fasse un miracle. L’homme est au-dessus de la femme, non pour la brimer, mais pour l’aimer et l’éduquer dans l’amour et dans la douceur. Aucun homme digne de ce nom ne va insulter sa femme, encore moins la battre. Si quelqu’un le fait, il détruit sa maison de ses propres mains. Il n’est pas digne d’être disciple de Christ. Aucune femme digne de ce nom ne va chercher à dominer sur son mari. Depuis le jardin d’Eden, Dieu dit que l’homme dominera sur la femme. Les épîtres apostoliques disent exactement la même chose : Que les femmes soient soumises à leurs maris ! La femme qui reconnaît sa place dans le foyer bâtit sa maison avec sagesse, et elle en récoltera les fruits. Amen !

LA CINQUIEME ETAPE : L’EDUCATION DES ENFANTS

L’éducation des enfants est une étape considérable dont il faut tenir compte pour bâtir une maison paisible et joyeuse. Si les enfants ne reçoivent pas l’éducation qu’il leur faut, ils seront pour les parents des soucis permanents. Leur éducation incombe à la fois à l’homme et à la femme. C’est l’homme qui donne les grandes lignes de cette éducation, en accord avec sa femme. Et les deux veillent à ce qu’elles soient appliquées. Il y a une éducation spirituelle et morale basée sur les Ecritures et la puissance de Dieu et une éducation intellectuelle. Dans les deux cas, les parents doivent s’impliquer véritablement. Ils doivent inculquer à leurs enfants les rudiments de la Parole de Dieu, en leur racontant les merveilleuses histoires de Jésus – Christ et des autres héros de la foi, en leur apprenant à prier avant de manger, avant d’aller à l’école et avant de dormir. Il faut leur acheter des Bibles pour enfants avec des images et des illustrations. Il faut les encourager à suivre l’école du dimanche. Pour leur éducation intellectuelle, il faut les scolariser dans les meilleures écoles du pays. Il faut prier pour eux vous – mêmes avant qu’ils n’aillent à l’école. Il faut réviser les leçons avec eux, vérifier s’ils les ont apprises, voir s’ils font correctement leurs devoirs de classe. Quand un enfant travaille bien à l’école, il faut le féliciter par de petits cadeaux. Si ses résultats ne sont pas satisfaisants, il faut le motiver en lui donnant aussi de petits cadeaux. Il est important pour nous les parents de détecter les dons et les talents qui sont dans nos enfants, afin de les aider à les faire éclater. Parlez à vos enfants comme à des gens mûrs et responsables. Amenez – les à comprendre les choses qui les entourent, et tout ce qui se passe autour d’eux.

Sur le plan alimentaire, il faut veiller à ce que les enfants mangent équilibré : Riz, attiéké, légumes et fruits, par exemple. Donnez les fruits et les légumes aussi aux enfants. Veillez sur leur santé. Quand ils tombent malades, priez pour eux, et soignez – les en leur montrant de l’affection.

Sur le plan hygiénique : Apprenez – leur les bienfaits de la propriété corporelle et dentaire. Ils doivent donc se laver et se brosser les dents. Les parents doivent les encourager à faire ces choses.

L’enfant, c’est l’avenir du foyer et l’Eglise. S’il est bien enseigné sur les choses de Dieu et sur les choses de la vie, il fera la fierté des parents et de l’Eglise. Il contribuera donc à la prospérité spirituelle, financière et matérielle de la maison et de l’Eglise. On ne doit pas insulter un enfant en lui parlant de ses défauts. On ne doit jamais le maudire sous prétexte qu’on est en colère. On ne doit jamais le mépriser et le brutaliser. Il est cependant possible de le frapper , de le punir, s’il a commis une faute. Mais attention de ne pas le battre jusqu’au sang.

Dans PROV. 22 : 6, l’Ecriture dit : «  Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre ; et quand il sera vieux, il ne s’en détournera pas. »  C’est ici le devoir des parents. Ne faites pas comme ces parents irresponsables qui ne parlent pas avec leurs enfants, mais qui passent leur temps à les terroriser. Parlez avec vos enfants. Echangez avec eux, afin de voir comment ils raisonnent et comment ils se défendent. Voyez le degré de leur intelligence et de leur sagesse. Instruisez – les par la Parole de Dieu, que vous-mêmes vous aimez et pratiquez. Car vous devez être des modèles  des repères, des références pour eux. Votre enfant doit trouver en vous tout ce qu’il cherche comme nous aussi nous trouvons en Christ tout ce que nous cherchons. C’est ici la Manne Fraîche.

Sur le plan du divertissement : L’enfant a besoin de se divertir, de jouer et de s’amuser. Il est donc important de créer pour lui à la maison et à l’Eglise un espace de jeu. Cela contribue à son épanouissement spirituel, moral, intellectuel, et psychologique.

A la maison, la femme qui veut bâtir sa maison sur le Roc de la Parole de Dieu, doit enseigner la Parole à son enfant. Celui – ci ne doit voir chez sa mère que des qualités. Si c’est une mère impolie qui se permet d’insulter son père, il peut se braquer contre elle, en essayant de prendre la défense de son père. Si c’est l’homme qui brime sa mère, il peut aussi le haïr. Et le foyer ne sera jamais en paix. Eduquez bien vos enfants par la Parole du Seigneur. Voici ce que dit l’Ecriture dans EPH. 6 : 4 : «  Et vous pères, n’irritez pas vos enfants, mais élevez – les en les corrigeant et les instruisant selon le Seigneur. » Quand vous insultez l’enfant, vous pouvez l’irriter. Quand vous le privez de quelque chose auquel il a normalement droit vous pouvez l’irriter. Quand vous le corrigez, alors qu’il a raison, vous pouvez l’irriter. Quand vous vous en prenez à sa mère, ou à son père, vous pouvez l’irriter. N’irritez jamais vos enfants. C’est la Parole.

SIXIEME ETAPE : SECURITE FINANCIERE ET MATERIELLE

L’argent joue un grand rôle dans l’équilibre et le bonheur du foyer. Aujourd’hui, on ne peut rien faire dans ce monde sans argent. Le foyer a besoin d’une sécurité financière et matérielle. C’est pourquoi celui qui veut se marier doit s’assurer qu’il a les moyens financiers et matériels. L’homme doit pouvoir faire venir de l’argent à la maison. La femme aussi. Les deux doivent donc faire quelque chose. Quand il n’y a pas de sécurité financière et matérielle le foyer est enclin à la faim, à la soif et à la nudité ; ce qui entraîne souvent les palabres, les mécontentements,  la tristesse, l’amertume et la confusion. La femme avec qui vous voulez bâtir votre maison doit absolument être une femme vertueuse. Dans PROV. 31 : 15, «  elle se lève lorsqu’il fait encore nuit, et elle donne la nourriture à sa maison…Elle pense à un champ et elle l’acquiert ; Du fruit de son travail elle plante une vigne… » Vous voyez ! C’est ce genre de femme qu’il faut épouser : Elle travaille, elle vend, elle fait le commerce, afin de donner à manger à sa maison. N’épousez jamais les femmes paresseuses et oisives, qui aiment se prélasser disant en elles – mêmes : C’est l’homme qui doit me nourrir. Je suis particulièrement pour l’indépendance économique dans chaque maison. Je suis pour la sécurité financière, matérielle et alimentaire. Dans chaque maison, il doit y avoir suffisamment d’argent pour les besoins, de la nourriture et des habits. La prospérité financière et matérielle doit être notre partage, car elle contribue à l’édification du foyer. Sans argent, il y a un déséquilibre. Le manque d’argent crée un malaise profond et une gêne. Frères, aidez vos femmes à faire quelque chose. Si elles peuvent passer des concours pour travailler, qu’elles le fassent. Si elles peuvent faire le commerce, qu’elles le fassent. Si  elles peuvent aller au Togo, à Noé pour acheter des marchandises à revendre, qu’elles le fassent. Qu’elles ne restent pas sans rien faire. Que celles qui vont à l’école, aient de grands diplômes pour être professeurs, ingénieures, médecins, avocates, magistrates etc. Afin que par leur travail, par leurs propres affaires, par leur commerce, elles apportent de l’argent et de la nourriture à la maison.

LA SEPTIEME ETAPE : L’AMOUR DE L’HOMME ENVERS SA FEMME ET LA SOUMISSION DE LA FEMME VIS – A – VIS DE SON MARI.

La septième étape est l’étape des étapes. C’est l’étape principale qui englobe toutes les autres. Sans amour pour sa femme, il n’y a point de foyer. Et sans soumission de la femme vis – à  vis de son mari, il n’a point non plus de foyer. Maris, aimez vos femmes. Femmes soyez soumises à vos maris !

Que Dieu vous bénisse !

A bientôt !

FRERE CHRIST-MOISE, LE FILS DE L’HOMME

 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix