Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 16 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
357
Hier :
552
Semaine :
1882
Mois :
1376
Total :
3679066
Il y a 6 utilisateurs en ligne
-
6 invités


POURQUOI JE PORTE UNE CHEMISE MARIALE? PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Mardi, 28 Novembre 2017 08:24

Message prêché le mardi 29 août 2017, au Tabernacle le Chandelier d’Or, Cocody Angré ; Abidjan ; RCI ; Matin.

Paroles de frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme, que le Seigneur lui a données pour la perfection des saints.

POURQUOI JE PORTE UNE CHEMISE MARIALE ?

Bonjour. Ce matin du mardi 29 août 2017 2017, je voudrais  répondre à cette question : POURQUOI JE PORTE UNE CHEMISE MARIALE ?

Le mardi  15 août 2017, j’ai pris part à la fête de l’Assomption,    dédiée à la vierge Marie, par les catholiques romains. C’était à Godoumé, mon village natal.

Après la messe, j’ai posé à côté de la statue mariale, qui se trouve dans l’enceinte de la paroisse du village. Cette photo, je l’ai publiée sur ma page Facebook, afin de dire merci Seigneur Jésus, que je sers avec une conscience irréprochable, de m’avoir permis de prendre part à cette heureuse manifestation eucharistique à l’Eglise catholique Romaine de Godoumé, mon village natal.

Après cette publication, un frère de la République Démocratique du Congo (RDC), a réagi. Voici son message : « Bonjour homme de Dieu. Je suis heureux de vous transmettre mes salutations en ce moment.

Je voudrais vous poser une question qui attire tellement mon    attention. C’est en rapport avec votre photo auprès d’une statue de   Marie. Je vous vois devant la statue et vous portez aussi une chemise mariale. Ma question est de savoir quel message cela nous donne, et savoir si nous aussi on peut être habillé comme cela ? »

Frères, il m’a envoyé ce message le samedi 19 août 2017.


Frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme, posant auprès de la statue de Marie, à la Paroisse Saint Jean-Baptiste de Godoumé, le mardi 15 août 2017.


QUELQUES FRERES ONT PRIS AUSSI DES PHOTOS AUPRES DE LA STATUE DE MARIE.



Frère Christ Cephas, posant auprès de la statue de Marie, à la Paroisse Saint Jean-Baptiste de Godoumé, le mardi 15 août 2017.



Frère Serge, posant auprès de la statue de Marie, à la Paroisse Saint Jean-Baptiste de Godoumé, le mardi 15 août 2017.


Apôtre Pacôme, posant auprès de la statue de Marie, à la Paroisse Saint Jean-Baptiste de Godoumé, le mardi 15 août 2017.

MAINTENANT, VOICI MA REPONSE AU FRERE ERIC KONDA DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO :

« Bonjour. C’est juste. Je suis dans une chemise mariale, posant à côté de la statue de la vierge Marie. Car, avec les catholiques, je fais comme les catholiques, alors que je ne suis pas catholique ; afin de   gagner les catholiques. Mes parents sont catholiques. J’essaie de les gagner en faisant comme eux sans être comme eux. En outre, Dieu nous a donné la Manne Fraîche pour une révolution spirituelle dont les bases sont maintenant posées. Porter une chemise mariale me  rapproche de mes parents catholiques. Cela les rapproche aussi de moi. Voilà ce que je peux dire pour le moment, en ce qui concerne ta question.

Salutation à tous.

Je vous aime. »

Frères et sœurs de la Manne Fraîche, voilà la teneur de mon  message au frère Eric Konda de la RDC. Dans ce message de portée Divine et spirituelle certaine, j’ai dit quelque chose conformément à une Parole de l’apôtre Paul, écrite dans 1 CORINTHIENS 9 : 20-21 : « Avec les Juifs, j’ai été comme Juif, afin de gagner les Juifs, avec ceux qui sont sous la loi, comme sous la loi (quoique je ne sois pas moi-même sous la loi), afin de gagner ceux qui sont sous la loi ;

Avec ceux qui sont sans loi, comme sans loi (quoique je ne sois point sans la loi de Dieu, étant sous la loi de Christ), afin de gagner ceux qui sont sans loi.»


AVEC LES CATHOLIQUES ROMAINS, JE SUIS COMME  CATHOLIQUE

Frères, écoutez-moi : Avec les catholiques, je suis catholique sans être catholique. Avec les catholiques, je fais comme les catholiques, sans faire ce que font les catholiques. C’est ici la Manne Fraîche, le Pain de vie qui descend du ciel depuis le temps prophétique de l’aube. C’est poussé par le Saint-Esprit, et en parfait accord avec la Parole de Dieu, que je me suis rendu, sans contrainte, ni tristesse à la fête de l’Assomption de la vierge Marie. Selon la doctrine papale et Catholique, cette femme, encore appelée mère de Dieu, est montée au ciel dans son corps, sans connaître la mort. Et les catholiques commémorent cet évènement qu’ils considèrent comme un mystère heureux, chaque 15 août. Ils considèrent cette montée triomphale de la vierge Marie au Ciel, auprès de son Fils Jésus comme quelque chose de surnaturel qui a marqué l’histoire de l’humanité. Ce mardi 15 août 2017, j’étais avec eux. Dans leur Eglise. A Godoumé. Je n’y étais pas seul. Car il y avait avec moi, mon épouse Sarah  Christ-Moïse, mon fils bien-aimé Christ-Cephas, l’ancien Israël, l’ancien Gédéon, l’ancien Anicet, l’ancien Noël, l’ancien Hermann, l’intérimaire Yavo, frère Richard, frère Assamoi, frère Serge, frère Pierre, l’apôtre   Pacôme, frère Daniel, frère Alphonse, frère Emmanuel de Godoumé, frère Alex de Godoumé, frère Louis de Godoumé, sœur Félicité, sœur Tabitha, sœur Siékoua, sœur Constance, sœur Perpétue, sœur Olga, sœur Michelle, sœur Ella, sœur Rachelle Pierre, sœur Nicole, sœur Anis, sœur Gisèle, sœur Sara de Godoumé, Abéaman, frère Caleb, le fils de frère Pierre,   frère Esdras, le fils de l’ancien Hermann. Oui, Monsieur. Nous, les Aigles de Dieu, venus du temps prophétique de l’aube, nous étions à l’Eglise  Catholique Romaine de Godoumé, au milieu de mes parents catholiques. Notre attitude vous surprend-elle ? Est-elle du diable ? J’en connais, qui diront, sans discernement : C’est du diable. Frère Christ-Moïse est un  démon, un crabe poilu, un serpent vert, un fagot sec ; car un vrai homme de Dieu ne met jamais les pieds à l’Eglise Catholique. Frères, laissez ces égarés mal illuminés dire ce qu’ils veulent. Pour ces gens-là, les catholiques sont du diable, ainsi que les protestants, les évangéliques et les pentecôtistes. Les seuls hommes qui soient de Dieu, ce sont eux. Ne prêtez pas attention à leurs élucubrations, car ils ne savent pas ce qu’ils disent.

Moi, frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme, j’étais à l’Eglise Catholique de Godoumé. Et j’en suis fier. J’étais avec mes parents       catholiques romains. J’ai prié avec eux. J’ai chanté avec eux. J’ai fait mon offrande. J’ai attentivement écouté l’homélie du prêtre.

Après la messe, j’étais à la maison, quand la femme du chef du   village de Godoumé, la première dame, vint me chercher pour prendre part au repas fraternel offert ce jour-là, dans l’enceinte de la paroisse de l’Eglise catholique romaine de Godoumé. On m’a installé à la table d’honneur, réservée aux hommes de Dieu, aux autorités coutumières et ecclésiastiques. On m’a fait asseoir à côté d’un prêtre. C’est ce prête-là qui a rendu grâce pour le repas. Ce repas, béni par le prêtre, je l’ai mangé, avec joie, à la louange de la gloire de Jésus-Christ, mon Sauveur. Je ne me sentais ni supérieur, ni inférieur au prêtre, ni à qui que ce soit. Pour moi, j’étais avec des gens, qui cherchent Dieu, Sa Parole, Sa Lumière et Son Salut. J’étais avec mes parents. J’étais avec les catholiques, afin de gagner les catholiques à la Lumière de l’aube, à la Manne Fraîche, et à Christ mort aussi pour eux. Je n’étais pas avec des diables, mais avec des êtres humains sincères et sympathiques. J’étais avec mes parents. J’étais dans l’Eglise de mes pères. Cette Eglise m’a vu naître. Mon père        s’appelle Joseph. Ma mère, elle s’appelle Marie. Coïncidence prophétique ou pur hasard ? A vous d’en juger, par vous-mêmes. Ce Joseph et cette Marie ont mis au monde le Fils de l’homme du temps prophétique de l’aube. Ainsi soit-il ! J’étais avec mes parents, dans l’Eglise de mes pères. Et mes parents, ce ne sont pas des démons. Ce sont des croyants qui ont besoin de lumière véritable pour les conduire dans le glorieux chemin de la gloire céleste. Et cette lumière Divine, je peux la leur donner, car je suis devenu la lumière du monde, le jour où le Seigneur Jésus m’a fait Fils de l’homme, m’a consacré à Son œuvre, et m’a donné une Parole  prophétique : La Manne Fraîche. Etant l’incarnation vivante de cette    Parole prophétique à laquelle vous faites bien de prêter attention, je ne peux être que la lumière du monde qui luit depuis le temps prophétique de l’aube ; par la grâce de Dieu.

La Manne Fraîche est venue pour être la Parole prophétique du temps de l’aube. Elle est parmi les siens. Ceux qui l’ont reçue, et qui ont cru, et qui croient en son Nom, celle a donné le droit d’avoir part à     l’Arbre de Vie, par essence et par excellence, à la plénitude de la Vie  éternelle, à la plénitude du Salut et à la plénitude de la Perfection en Christ. Dans mon village, il y a des gens qui cherchent Dieu et Sa Parole. Ils ont faim et soif de justice, de sainteté et de lumière. Mais, qui pourra leur donner à manger et à boire ? Si celui qui peut leur donner la  nourriture spirituelle et l’eau vive, les fuit, les diabolise à outrance, et à tout bout de champ, comment pourront-ils manger et boire ? Si celui qui a les Paroles de la vie éternelle aujourd’hui, ne veut avoir aucun rapport avec eux, comment parviendront-ils à la vie éternelle ? Si celui qui a les clefs du Royaume des cieux aujourd’hui, leur tourne le dos catégoriquement sous prétexte qu’ils sont catholiques, qui leur ouvrira la Porte, afin qu’ils puissent entrer par la Porte ? Ne suis-je pas la Porte étroite du temps prophétique de l’aube, conduisant les saints à l’unique Porte Etroite de tous les temps prophétiques ? Comment puis-je donc fermer la Porte, à ceux qui sont destinés à y entrer ? Frères, je vous le dis, en vérité, en    vérité : Il y a des enfants de Dieu à l’Eglise catholique Romaine. Allons vers eux, dans l’amour, par amour et pour l’amour, afin de leur annoncer l’Evangile du véritable Amour de Dieu. Ne les diabolisons pas, mais    enseignons-leur la Parole de Vérité, de Vie et de Lumière, que le Seigneur nous a donnée. Ne les méprisons pas, mais disons-leur comment parvenir à la plénitude du Salut de Dieu. Ne faites pas comme ces soi-disant      illuminés et détenteurs de la Vérité Absolue, qui ne savent rien faire que de diaboliser les autres, alors que rien ne prouve qu’ils sont de Dieu. Vous, soyez doux et simples comme des colombes. Partagez avec les   autres ce que le Seigneur vous a donné. Respectez-les ! Aimez-les !

Les soi-disant crieurs de minuit, les branhamistes et les évangéliques condamnent tous les catholiques, sans aucune exception et les jettent en enfer. Heureusement qu’ils n’ont pas le pouvoir de jeter les gens en enfer. Sinon il n’y aurait plus personne pour aller au ciel, au    Paradis. Jugez-en vous-mêmes : Les crieurs de minuit maudissent les branhamistes, et les envoie en enfer. Les branhamistes aussi maudissent les crieurs de minuit et les expédient tout droit en enfer. Les crieurs de minuit et les branhamistes, après qu’ils se soient jetés en enfer réciproquement, s’en prennent aux chrétiens évangéliques. Et ils les expédient en enfer. A cette allure-là, frères, qui sera au Ciel ? Vous voyez ! Ce ne sont que des plaisantins. Ne faites jamais comme eux. Ne pensez jamais    comme eux.

Ecoutez la Parole du Seigneur : L’entrée au Paradis, n’est absolument pas liée à une religion, ni à une dénomination. C’est une affaire de prédestination et d’élection Divines. Tous ceux qui doivent entrer au Paradis ont leur nom écrit dans le Livre de vie de l’Agneau immolé, dès avant la fondation du monde. Ces noms y sont écrits, avant la création du premier homme et de la première femme sur la terre. Ils y sont écrits avant la venue de ces soi-disant crieurs de minuit, de ces branhamistes et ces évangéliques, qui envoient tout le monde en enfer, sans discernement aucun.

On n’entre pas au Paradis, tout simplement parce qu’on est crieur de minuit, ou branhamiste, ou pentecôtiste, ou évangélique. On n’y entre pas non plus tout simplement parce qu’on est à la Manne Fraîche. Frères, c’est une question de prédestination et d’élection,    relevant de la volonté souveraine de Dieu. Quand Dieu inscrivait les noms des élus dans le Livre de vie de l’Agneau, aucun crieur de minuit n’était là. Ni aucun évangélique. Ni moi. Ni personne.

Ce n’est pas parce qu’on est catholique qu’on est forcément du diable, et qu’on est déjà en enfer. Frères, faisons beaucoup attention. Considérez les catholiques ! Aimez-les ! Si vous en avez l’occasion, communiez avec eux dans l’amour, par l’amour et pour l’amour, afin de pouvoir partager avec eux la merveilleuse et précieuse Parole de   notre Seigneur. Vous leur apprendrez beaucoup de choses ; par la grâce de Dieu. Et ils vous apprendront aussi beaucoup de choses ; par la   grâce de Dieu.

Le mardi 15 août 2017, j’étais à la fête commémorative de la  montée triomphale de la vierge Marie au ciel, selon la doctrine catholique. J’ai porté une chemise mariale. Et j’en suis fier ; très fier même. C’est mon Dieu qui m’a dit de faire ce que j’ai fait. C’est Lui qui m’a conduit dans cette Eglise. C’est Lui qui m’a dit de porter cette chemise mariale, afin de communier avec mes parents catholiques, lesquels ont besoin de beaucoup plus de lumière Divine pour leur sanctification et leur           perfection.

Si un ami mahométan m’invite à la mosquée, j’irai, pour la gloire de Jésus-Christ mon sauveur. Je serai avec les mahométans, afin de  gagner les mahométans. Une telle attitude est conforme à l’Ecriture. Relisez à ce sujet ce que l’apôtre Paul a écrit dans                        1 CORINTHIEN 9 : 20.

Frères, si vous voulez vraiment gagner un homme à Jésus, pour sa perfection, soyez comme lui, sans être comme lui, et sans être lui. Si vous voulez vraiment gagner les catholiques, soyez comme les             catholiques, sans être catholiques. Allez là où vous pouvez les trouver et leur parler. Si vous voulez vraiment gagner les protestants, les         évangéliques, et j’en passe, à la Manne Fraîche, soyez comme eux, sans être eux. Allez là où vous pouvez les trouver et échanger avec eux, dans l’amour, par l’amour et pour l’amour. Parlez-leur avec courtoisie,    respect et politesse, car c’est à cela que la Manne Fraîche vous a       appelés. Faites-leur voir vos bonnes œuvres, afin qu’ils glorifient le  Seigneur Jésus-Christ que vous prêchez.

Si vous avez des parents catholiques comme moi, respectez-les, et aimez-les. Car c’est votre devoir vis-à-vis d’eux. Donnez-leur à boire et à manger s’ils ont faim et soif. Pourvoyez à leurs besoins. Ne les fuyez pas comme le font les soi-disant chrétiens évangéliques, et autres crieurs de minuit et branhamistes. Ne prenez pas vos parents pour des diables, sous prétexte qu’ils sont catholiques, méthodistes, branhamistes, évangéliques. Honorez-les !

Le mardi 15 août 2017, j’ai porté une chemise à l’effigie de la vierge Marie ; une chemise mariale. Savez-vous pourquoi j’ai fait cela ? C’était pour me rapprocher davantage d’eux. C’était aussi pour qu’ils se rapprochent davantage de moi. Ainsi nous pourrons échanger nos expériences, partager la Parole de Dieu, tout en renforçant les liens qui nous unissent depuis toujours. Frères, il est temps, grand temps pour nous de faire tomber toutes sortes de barrière que nous avons-nous-mêmes bâties par orgueil. Rapprochons-nous des gens, afin qu’ils se rapprochent de nous. N’ayons pas une trop haute opinion de nous-mêmes, car ce n’est que vanité.

J’étais avec les catholiques. J’ai mangé et bu avec eux, dans leur paroisse. Et il y’a des gens qui tentent de me diaboliser. J’aimerais      simplement les inviter à méditer sur la vie de Jésus-Christ de Nazareth, qu’ils prétendent servir et prêcher. Lui, il mangeait et buvait avec les   pécheurs, alors qu’il n’était pas pécheur. Ses ennemis, qui se croyaient plus saints et plus spirituels que Lui, disaient : C’est un mangeur et un buveur, un ami des publicains et des gens de mauvaise vie.                 (LUC 7 :34-35). Comme vous pouvez le constater, Jésus a marché avec des pécheurs. Il mangeait du pain et buvait du vin avec eux. Quand Il était avec ces gens de mauvaise vie, Il était comme eux, afin de les gagner à Lui. Cependant, Il n’était pas quelqu’un de mauvaise vie. Frères, on peut être avec des gens de mauvaise vie, sans être quelqu’un de mauvaise vie. On peut être avec un pécheur, sans être un pécheur, afin de gagner le   pécheur à Christ, le Rédempteur.

Que disent maintenant ceux qui me diabolisent parce que j’étais avec les catholiques et que j’ai mangé et bu avec eux ? J’ai porté une  chemise mariale, comme les vénérateurs de la vierge Marie. Je voulais seulement être comme eux, sans être un vénérateur de la vierge Marie. J’ai vu et entendu les légionnaires de Marie magnifier la vierge. J’ai été comme eux, sans pour autant vénérer la vierge Marie. Ma vocation      céleste, c’est de manifester l’Amour de Dieu envers eux, afin de les     gagner, si possible à la Manne Fraîche. Ma mission Divine, c’est de me manifester devant eux comme étant le Fils de l’homme dont parle  l’Ecriture, dans MATTHIEU 24 : 27, et qui doit paraître en occident. Car ils doivent aussi voir le Fils de l’homme de leur temps, et croire en lui, afin d’avoir pleinement part à l’Arbre de vie. Comment pourront-ils voir ce Fils, si celui-ci les renie et les rejette ?

J’ai pris une photo devant la statue de la vierge Marie. Mais, à  aucun moment je ne l’ai adorée, ni même vénérée. Je voulais par ce geste béni de Dieu, dire aux catholiques que je veux être comme eux, ce qui me permettra un jour de leur annoncer Christ, la Parole. Je voulais leur dire que je les aimais, et que j’appréciais leur fête. Je voulais leur dire que  j’aimais la vierge Marie, et que je n’avais rien contre elle. Je ne sais pas si nous parlons de la même vierge Marie, mais moi, j’aime la vierge Marie dont parle l’Ecriture, la Parole de Dieu. J’aime la vierge Marie, mère de Jésus-Christ mon Sauveur. L’amour que j’ai pour cette femme vertueuse et pieuse, et l’amour qu’ils ont aussi pour elle, est un trait d’union qui nous unit. Si nous parlons de la même vierge Marie, mère de Jésus-Christ, pourquoi devons-nous encore nous disputer. Frères, saisissons ce trait d’union pour nous rapprocher des catholiques. Ce trait d’union pourra aussi leur permettre de voir en nous, non des ennemis, mais des amis. A partir de ce moment, tout peut être possible ; par la grâce de Dieu.


LA VIERGE MARIE EST LA MERE DE MON DIEU.

Nous nous approchons de plus en plus de Kades Barnéa. C’est le plan de Dieu. Frères, écoutez-moi bien : La vierge Marie est la mère de mon Dieu. Elle est la mère de mon Seigneur. Je ne peux donc pas la     diaboliser. Etes-vous surpris de m’entendre dire cela ? La vierge Marie est la mère de mon Dieu et de mon Seigneur. Et mon Dieu et mon   Seigneur, c’est Jésus. La vierge Marie n’était-elle pas la mère de Jésus ! Et ne disons-nous pas que Jésus est notre Dieu, qu’il est Dieu manifesté en chair ? Si tel est vraiment le cas, n’était-elle pas la mère de notre Dieu ? N’était-elle pas la mère de notre Seigneur ? J’espère que vous comprenez les Ecritures et Puissance de Dieu.

Souvenez-vous de ce qui s’est passé dans la vie d’Elisabeth, mère de Jean-Baptiste, et vous me comprendrez. Lors de la visite que la vierge Marie a rendue à Elisabeth, qui était enceinte de Jean, quelque chose de surnaturel s’est passé. « Dès qu’Elisabeth entendit la salutation de  Marie, son enfant tressaillit dans son sein, et elle fut remplie du  Saint-Esprit.

Elle s’écria d’une voix forte : Tu es bénie entre les femmes, et le fruit de ton sein est béni.

Comment m’est-il accordé que la mère de mon Seigneur vienne auprès de moi ? » (LUC 1 :41-43). Vous voyez ! Elisabeth, remplie du Saint-Esprit, s’écria d’une voix forte : Comment m’est-il accordé que la mère de mon Seigneur vienne auprès de moi ?

La vierge Marie est la mère du Seigneur d’Elisabeth. Le  Seigneur d’Elisabeth a une mère. C’est la vierge Marie. Toi, qui est la mère de ton Seigneur ? Moi, frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme, la mère de mon Seigneur, c’est la vierge Marie. Par conséquent là où elle est prêchée et honorée, je me dois d’y être. Voilà la raison principale pour laquelle j’ai participé à la fête de l’assomption. Frères, la vierge Marie est la mère de mon Seigneur et de mon Dieu. Elle est la mère de mon Sauveur, car c’est elle qui l’a porté en son sein, et qui l’a enfanté. Cette vérité que je vous annonce aujourd’hui est une vérité éternelle et immuable. C’est absolument AINSI DIT LE SEIGNEUR. C’est la  Manne Fraîche, la Parole prophétique du temps de l’aube, vous apportant quelque chose de nouveau, pour votre perfection. La vierge Marie est la mère de Jésus-Christ votre Seigneur. Prêchez-la à toute la création. Dites qu’elle est une Béatitude, une bienheureuse, une femme d’élite,         d’excellence et de distinction. Faisons partie de la génération qui dit qu’elle est bienheureuse. Dans LUC 1 : 48, que dit-elle, remplie du    Saint-Esprit qu’elle était ? « Désormais toutes les génération me diront bienheureuse. » Tous ceux qui font semblant d’ignorer cette Parole de l’Ecriture, ne sont pas dans la volonté de Dieu ; ils ne sont pas en         harmonie avec la Parole de Dieu. Nous, à la Manne Fraîche, nous disons que la vierge Marie est une Bienheureuse. Elle est une Béatitude incarnée, qui, en son temps avait trouvé grâce aux yeux de Dieu. Avant, je n’avais pas toute cette connaissance ; c’est pourquoi je pensais qu’elle était     comme n’importe qu’elle femme. Je me trompais. Et je vous ai trompés, sans le vouloir. Veuillez me pardonner.

Au fur et à mesure que la Rosée matinale se dissipait pour laisser apparaître la Manne Fraîche, je comprenais de mieux en mieux le mystère caché dans cette femme qui a joué un rôle  non négligeable dans la conception de Jésus, le Saint enfant de Dieu, et dans le grand plan de la rédemption. De même qu’il y’a eu un Judas pour trahir Jésus, de même il y’a une Marie pour le mettre au monde.

Sans contredit, Jésus, la Parole faite chair, Dieu manifesté en chair, est bel et bien né de Marie. C’est incontestable. On peut ne pas y croire, mais c’est la pure Vérité. Cette Vérité scripturaire ne peut être anéantie.

Bienheureux ceux qui croient que Marie est la mère du Seigneur Jésus-Christ. Bienheureux ceux qui croient que Marie est la mère du Seigneur du frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme.

Nous faisons désormais partie de cette génération dit que Marie, mère de notre Seigneur Jésus est bienheureuse.


ACHAT DU SEL MARIAL

Lors de la fête de l’Assomption, il y a eu une vente aux enchères, à l’Eglise catholique Romaine de Godoumé. Il y avait à cette occasion, de l’eau bénite (eau olgane bénie par le prêtre), des cierges et du sel marial. Moi, frère Christ-Moïse, le Fils, j’ai acheté le sel marial, selon la volonté de Dieu. Ça m’a coûté 2000F. C’est du sel de table. En achetant ce sel, je voulais tout simplement être comme les catholiques. Et je savais en     moi-même que je ne faisais absolument rien de mal devant Dieu. J’ai agi avec une pleine conviction intérieure et une grande assurance. Par ce   geste, j’ai fait tomber d’autres barrières et d’autres préjugés ; par la grâce de Dieu. Désormais, la porte de l’Eglise catholique Romaine de Godoumé m’est grandement ouverte. C’est là la sagesse de Dieu. Le sel que j’ai acheté sera purement et simplement consommé. C’est du sel ordinaire. Il n’a rien de diabolique. Bien au contraire, il vient de la volonté de Dieu ; car c’est Lui qui l’a créé, afin que nous le consommions avec des actions de grâces. Ainsi soit-il !

Du lundi 24 au vendredi 28 juillet 2017, j’étais allé visiter la  Basilique Notre Dame de la Paix de Yamoussoukro. J’étais avec mon épouse et Céphas. Là-bas, nous avons acheté des objets de dévotion, selon la tradition  catholique. C’était des porte-clefs portant l’image de   l’archange Gabriel. On me dira peut-être que ce que j’ai fait est   diabolique ; mais pour moi ; c’est Divin.

L’HOMELIE DU PRETRE


Pendant son homélie, le prêtre a dit quelque chose d’intéressant. Il a dit : La femme d’APOCALYPSE 12, couronnée de douze étoiles, ce n’est pas Marie. O, frères, je n’ai jamais rien entendu de si merveilleux de la part d’un prêtre catholique. Car, nous aussi, nous disons la même    chose : la femme d’APOCALYPSE 12, n’est pas Marie. Par conséquent le Fils mâle que cette femme a enfanté, ce n’est pas non plus Jésus. O, quelle Parole !

La déclaration du prêtre m’a fait beaucoup de bien. Si cette femme n’est pas Marie, qui est-elle donc ? C’est en ce moment-là que nous qui avons la connaissance de la vérité, nous entrerons en scène, avec amour, par amour, pour l’amour. Et, par la grâce de Dieu, nous pourrons éclairer les catholiques. Maintenant, qui est cette femme d’Apocalypse 12 ? C’est l’Eglise du Dieu vivant. Et le Fils mâle, qui est-ce ? C’est le Corps de Christ, issu de l’Eglise du Dieu vivant, et qui sera enlevé vers le Trône éternel. C’est l’Epouse de l’Agneau immolé.


MARIE EST-ELLE MONTEE AU CIEL ?

Dans son homélie, le prêtre a dit que la vierge Marie a été enlevée au ciel, étant  dans son corps de chair et de sang. Selon  la doctrine  catholique, elle n’a pas connu la mort.

Quelle est la position de la Manne Fraîche à ce sujet ?


A la Manne Fraîche, nous croyons que Marie est au ciel. Mais, était-elle montée au ciel, dans son corps physique, sans passer par la mort ? Nous n’en savons absolument rien.

Ce que nous pouvons affirmer, c’est que Marie est bel et bien au ciel, après sa mort. Après sa mort, son esprit est retourné à Dieu, au ciel. Elle est donc au ciel. Pour les catholiques, elle n’a jamais connu la mort physique. Mais, pour nous, elle a connu cette mort-là. Voilà notre pomme de discorde. Mais est-ce suffisant pour nous disputer ? Je crois que non. Avec le temps, le Seigneur nous éclairera tous.


Frères, que Marie soit montée au ciel dans son corps physique ou non, elle est la mère de notre Seigneur Jésus-Christ. J’ai toujours dit qu’elle était sa mère adoptive. Et sa mère adoptive, c’est sa mère. Non seulement elle l’a adopté, mais elle l’a aussi conçu. Pensez-y !


Après la mort, la résurrection, et la montée de Christ au ciel, le sein d’Abraham ne reçoit plus les élus qui meurent en Christ. Leur   esprit va directement au ciel, en attendant l’adoption, la rédemption de leur corps.

Frères, j’ai participé à la fête de l’Assomption, à Godoumé. C’est à l’an 650 avant Jésus-Christ, que les catholiques romains ont commencé à fêter en l’honneur de la vierge Marie. La vénération de la vierge a   commencé à l’an 788. Comme vous pouvez le constater, le culte à la   vierge Marie ne date pas d’aujourd’hui. Il est profondément ancré dans la conscience et l’âme du catholique romain. A l’An 1854, c’était la proclamation de l’Immaculée conception de la vierge Marie. Nous aussi, à la Manne Fraîche, nous croyons en l’immaculée conception de la vierge  Marie ; mais pas à la manière des catholiques. Nous, nous disons qu’elle est passée de l’état de pécheresse à celui de l’immaculée conception, avant de pouvoir concevoir l’unique et véritable Immaculée conception : Jésus-Christ. C’est lorsqu’elle a reçu la Parole de l’ange Gabriel, le    Message de Dieu pour cette heure prophétique, et qu’elle y a cru, que son iniquité a été enlevée. Et elle est devenue une Immaculée conception. Quand elle a dit à l’ange Gabriel, qu’il me soit fait selon ta Parole, elle est passée des ténèbres à la lumière, de l’incrédulité à la  foi, du péché à la justice. Elle est devenue une Immaculée conception. Etant devenue une Immaculée conception, le Saint-Esprit vint sur elle. Et la Puissance du Très-Haut l’a couverte de son ombre. C’est alors que Dieu a formé le corps de Christ, dans son ventre. Frères, à la Manne Fraîche, nous disons que Marie est une Immaculée conception, une Béatitude, une femme   vertueuse et bienheureuse, une femme sainte et pure, une femme pieuse, une femme d’élite et de distinction.

Que tous ceux de la génération de la Manne Fraîche disent qu’elle est bienheureuse. Cependant, nous n’avons pas le droit de la prier.

Nous disons aussi que les Pierre, les Paul et les Jean, qui sont des Immaculées conceptions, sont aussi des bienheureux. Au temps  prophétique de l’aube, parut un homme, fait Dieu par Dieu. C’est le Fils de l’homme. Il est une Immaculée conception. Après sa nouvelle naissance, il est entré dans le mystère de l’Immaculée conception ; par la grâce de Dieu. Dès lors, il est trois fois saint ; par la grâce de Dieu. Il ne pèche pas, et il ne peut pas pécher ; par la grâce de Dieu.

A Dieu seul soit la gloire pour toute ces merveilles !

Frères et sœurs de la Manne Fraîche, soyez perfectionnés par ces quelques Paroles que le Seigneur Jésus m’a données.

Tous ceux qui sont à la Manne Fraîche ; et dans la Manne   Fraîche, peuvent aussi porter cette chemise mariale, s’ils le désirent. Je n’en fais pas une loi bien qu’elle soit une loi de Christ pour ceux qui croient et qui obéissent.

Parole de l’Ecriture à méditer chez vous : 1 CORINTHIENS 9 : 20.

Que Dieu vs bénisse

Je vous aime

A bientôt

FRERE CHRIST-MOISE, LE FILS DE L’HOMME

L’HOMELIE DU PRETRE

Mise à jour le Mardi, 28 Novembre 2017 09:32
 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix