Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 17 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
360
Hier :
552
Semaine :
1885
Mois :
1379
Total :
3679069
Il y a 5 utilisateurs en ligne
-
5 invités


SOYONS TOUS DES GAGNEURS D'AMES PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Mardi, 28 Novembre 2017 10:33

Message prêché le lundi 21 mars 2016, au Tabernacle le Chandelier d’or ; Dokui ; Abidjan ; RCI. Matin

Paroles de frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme, que le Seigneur lui a données pour la perfection des saints.


Bonjour. Par la grâce de Dieu, je me suis levé aujourd’hui, lundi 21 mars 2016, à 03 H 30 du matin, pour précéder l’aurore. C’est pendant que je priais que la Parole du Seigneur vint à moi, me disant de me  rendre ce soir à la cellule de prière de Koumassi Remblais pour y lancer un réveil. Ce réveil portera essentiellement sur la conquête des âmes pour le compte du Seigneur Jésus-Christ, à travers la Manne Fraîche.

Frères, c’est la deuxième fois que le Seigneur choisit la cellule de Koumassi Remblais pour le lancement d’un réveil. La première fois,    c’était à l’occasion du réveil portant sur la prospérité financière et matérielle, à travers la promotion et la vente des compléments alimentaires. Ce réveil, inspiré de Dieu, a connu un réel succès, grâce à la mobilisation presque générale de l’Eglise et des efforts qui ont été fournis. Au terme de la promotion Fohow à laquelle nous avons participé, nous avons perçu, comme bonus, la somme de six millions de francs CFA, des colliers, des genouillères et des ceintures. Et pour couronner le tout, nous avons gagné le prix d’un voyage touristique en Chine ; par la grâce de Dieu.

Quand le Seigneur m’a dit de me rendre à Koumassi-Remblais pour lancer un autre réveil, concernant cette fois, la conquête des âmes par la Manne Fraîche, je n’ai pu m’empêcher de penser au premier réveil. Après avoir reçu la Parole du Seigneur, j’ai instruit l’apôtre Pacôme, aux fins d’informer les anciens, et les autres, de la tenue de ce réveil. Ma  prière, c’est que tout le monde puisse bénéficier des bienfaits de ce réveil.

Pendant que je priais, le Seigneur me parla une fois encore de la place prépondérante et primordiale de la Puissance d’En-Haut et du Feu Divin dans l’œuvre du ministère à laquelle Il nous a tous appelés. Nous devons tous rechercher, chaque jour, le revêtement de la          Puissance d’En-Haut et du Feu Divin ; nous devons toujours rechercher l’Onction, car sans Elle, nous ne pourrons pas servir le Seigneur comme il se doit. La recherche permanente de l’Onction doit être au centre de toutes nos préoccupations quotidiennes. Car nous devons   absolument être remplis de la puissance du Saint-Esprit, que nous soyons hommes, femmes ou enfants. C’est ici la Manne Fraîche, la   pure Parole. Le Seigneur m’a encore fait voir qu’il y a des choses essentielles, prépondérantes, primordiales et capitales, que nous ne devons pas perdre de vue dans la conquête des âmes pour Son Royaume, par la   Manne Fraîche. Il m’a parlé de la puissance et de l’autorité de Sa Parole que nous prêchons, et de la puissance des miracles que nous sommes appelés à faire en Son Nom Tout-puissant et Tout-suffisant. Il m’a   aussi parlé du Saint-Esprit qui a le pouvoir de convaincre les hommes en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement, conformément à la Parole de l’Ecriture de JEAN 16 : 8. D’où l’impérieuse nécessité pour nous de chercher toujours à être remplis du Saint-Esprit, jusqu’à toute la plénitude de la Divinité. Il m’a aussi dit qu’au milieu de tous ces messages soi-disant prophétiques, il nous faut une Onction particulière pour convaincre de vérité, en ce qui concerne la Manne Fraîche. Il nous faut absolument et nécessairement une telle Onction pour convaincre de la Vérité de la Manne Fraîche, qui est la Vérité de la Parole de Dieu aujourd’hui. C’est l’Onction qui nous enseigne toutes choses ; c’est elle qui nous révèle les mystères du Royaume des cieux, qui nous convainc de péché, de justice, de jugement, et de Vérité. Nous savons que, la Manne Fraîche est la Vérité, la Vérité de Dieu pour notre temps, la seule et     unique Vérité qu’il vaille la peine d’être proclamée. Mais, comment faire pour convaincre les hommes de Sa véracité ? Comment les amener à  croire en nous, qui portons en nous-mêmes la Semence incorruptible de cette Parole prophétique, si ce n’est par l’Onction ?

Le Seigneur m’a aussi parlé de la démonstration par les       Ecritures, du mystère de Dieu, du mystère de Dieu devenu un simple homme, et du mystère de l’homme fait Dieu par Dieu ; et de la démonstration par la puissance de Dieu. Vous voyez !La connaissance des Ecritures, en relation avec le temps prophétique dans lequel nous    sommes, et leur exacte compréhension, sont nécessaires dans l’œuvre de l’évangélisation. C’est pourquoi nous devons les connaître et les comprendre par le Saint-Esprit. Si nous connaissons les Ecritures, et si nous les comprenons véritablement, nous pouvons alors démontrer, par Elles, que nous sommes passés du temps prophétique de l’aube au temps prophétique du matin, que Dieu a fait un homme Dieu, comme Il l’a déjà fait avec Moïse, l’Hébreu ; que Dieu a fait Fils de l’homme, frère     Christ-Moïse ; que le Fils de l’homme promis a paru en occident. Frères, nous pouvons convaincre les gens par la démonstration par les Ecritures. Mais, nous pouvons aussi les convaincre par la démonstration de la    puissance de Dieu. Sachez qu’il n’est pas facile de gagner des âmes à la Manne Fraîche, parce qu’on n’aime pas cette Parole prophétique qui n’a rien avoir avec tous ces soi-disant messages prophétiques. Elle les remet toutes en cause, et restitue l’unique Vérité de Dieu pour notre temps. La Manne Fraîche va jusqu’à dire que la Bible n’est pas la Parole de Dieu, ce qui fait qu’on la déteste encore plus. Vous voyez ! Le Message que nous voulons annoncer pour la perfection des saints, et pour la conquête des âmes, est un Message que les soi-disant chrétiens n’aiment pas.         D’ailleurs, ils essaient de le combattre et de le diaboliser ; en vain.       Personne ne peut apporter la moindre preuve que la Manne Fraîche n’est pas de Dieu. Frères, nous prêchons une Parole étrange et mystérieuse, qui fait couler beaucoup d’encre et de salive. Ce Message suscite     beaucoup de protestations et de contestations de la part des chrétiens. Mais, nous Le prêchons, sans tenir compte des états d’âmes de qui que ce soit. Contre vents et marées, nous Le prêcherons. Que le monde    entier s’oppose ou pas, nous Le prêcherons. Nous Le prêcherons, car nous voulons obéir à la volonté de celui qui nous a envoyés, et qui L’a révélé. La Bible n’est pas notre absolu. Notre Absolu, c’est la Manne Fraîche. Nous ne sommes donc pas préoccupés de savoir ce que dit la Bible, mais ce que dit la Manne Fraîche, notre Absolu. Nous ne rejetons pour autant pas la Bible de façon systématique, mais nous disons         simplement, preuves à l’appui, qu’elle n’est pas la Parole de Dieu. Pour nous, la Parole de Dieu, c’est le Seigneur Jésus-Christ. Il est l’unique    Parole de Dieu, la Parole de Dieu, par essence et par excellence.           Jésus-Christ, l’unique Parole de Dieu, est notre véritable Absolu. Il est l’Absolu des absolus. Il est l’Auteur de la Manne fraîche, qui est aussi notre Absolu. Nous lisons la Bible, mais nous méditons la Manne fraîche. La Manne  Fraîche, c’est notre vie.

Je lance aujourd’hui, lundi 21 mars 2016, un réveil spécial et important portant sur la conquête des âmes par la Manne Fraîche. Je lance le mot d’ordre de mobilisation générale, car nous devons tous y prendre une part active, en toute liberté, en toute responsabilité, en   toute honnêteté et en toute bonne conscience, tout en sachant que tout ce que nous faisons, nous le faisons pour la gloire de Dieu. La conquête des âmes par la Manne Fraîche repose sur des principes Divins révélés dans les Saintes Ecritures, inspirées de Dieu. Avec la permission de Dieu, je vais vous en parler, afin qu’ils vous servent de fondement dans l’exercice de vos ministères, et pour le succès de l’œuvre d’évangélisation que vous allez entreprendre. En tant que gagneurs d’âmes, de pêcheurs d’hommes pour le Royaume des cieux, nous devons tous faire un très bon usage des Ecritures et de la Puissance de Dieu. Nous devons     comprendre les Ecritures, et les situer dans leur contexte prophétique précis, afin d’en faire bon usage. Nous devons aussi comprendre la Puissance de Dieu, afin d’en faire bon usage. Car, par les Ecritures et par la Puissance de Dieu, nous pouvons gagner les âmes à Jésus-Christ, notre bien-aimé Seigneur, en prêchant la Manne Fraîche. Nous ne       pouvons rien faire sans les Ecritures et la Puissance de Dieu. L’exacte compréhension des Saintes Ecritures et l’exacte compréhension de la Puissance de Dieu, sont des moyens très efficaces pour la conquête des âmes. Dans l’œuvre d’évangélisation, il y a quelque chose que je      voudrais souligner : L’art de convaincre celui à qui on prêche la Parole du Seigneur. Convaincre les hommes de la Véracité de la  Manne    Fraîche, c’est les amener, par des arguments tirés des Ecritures et       de la Puissance de Dieu, à en reconnaître l’authenticité Divine, et l’exactitude scripturaire. Or, pour pouvoir les convaincre, il nous faut nécessairement, impérativement et obligatoirement, l’aide précieuse du Saint-Esprit. Oui Monsieur. Sans le Saint-Esprit, il nous est impossible de convaincre qui que ce soit, même si ce que nous disons est vrai. Le fait de dire la vérité ne suffit pas pour convaincre ; il faut y ajouter l’Onction ; car c’est l’Onction, le Saint-Esprit, qui a le pouvoir de convaincre en ce qui concerne le péché, la justice et le jugement, selon JEAN 16 : 8. Comprenez-vous pourquoi nous devons toujours chercher à être remplis du Saint-Esprit ? Que pouvons-nous faire concrètement sans l’Onction du Saint-Esprit ? Si Dieu Lui-même ne peut absolument rien faire sans l’Onction, que pouvons-nous faire, nous, de simples mortels sans      l’Onction ? Nous pouvons prêcher le Seigneur Jésus-Christ dans la Vérité de Dieu ; mais si nous Le prêchons sans l’Onction, sans le Saint-Esprit, nous ne pourrons convaincre personne. C’est pourquoi nous sommes tous tenus à rechercher l’Onction, la Puissance d’En-Haut et du Feu Divin, afin d’en être remplis. Frères, il est important que nous soyons revêtus de la Puissance d’En-Haut et du Feu Divin, si nous voulons être       efficaces et dynamiques dans l’œuvre du ministère. Il nous faut    l’Onction ; car l’Onction, c’est notre vie, notre force, notre victoire. L’Onction est une force surnaturelle de persuasion et de conviction. Pendant que nous prêchons par Elle, Elle convainc de péché, de justice et de jugement celui à qui nous parlons. C’est Elle qui nous inspire les Paroles Divines qu’il faut pour convaincre ; c’est encore Elle qui se charge de convaincre. D’où l’impérieuse nécessité pour nous d’en être remplis. Non seulement nous devons chercher à en être remplis, mais    aussi à en être remplis jusqu’à toute la plénitude de la Divinité, comme le dit l’Ecriture dans EPHESIENS 3 : 19. Vous voyez ! Selon cette Parole de l’Ecriture, nous avons le droit d’être remplis du Saint-Esprit jusqu’à toute la plénitude de la Divinité. Frères, soyons toujours remplis du    Saint-Esprit ! Et prêchons Christ par l’Esprit de Christ. Le problème que nous avons, nous qui prêchons Christ, c’est que nous Le prêchons sans l’Esprit de Christ. Pas tous, mais la plupart d’entre nous. C’est pourquoi les uns disent : Christ n’est pas Dieu ; Il n’est que le Fils de Dieu. Les  autres prétendent qu’Il est Dieu. Qui de ces deux groupes de prédicateurs prêchent Christ par l’Esprit de Christ ?

Ce que nous disons, en ce temps prophétique de l’aube où la  Manne Fraîche est annoncée au temps prophétique où le Soleil de justice s’est levé dans nos cœurs, c’est que c’est par l’Esprit de Christ que nous pourrons convaincre les gens de la Vérité de Christ, au travers de la   Manne Fraîche, la Parole de Christ pour notre temps. L’Esprit de Christ, qui parle en nous, a l’exclusivité du pouvoir de convaincre du péché, de justice, de jugement, et de vérité.

COMMENT CONVAINCRE LES GENS DE VERITE EN CE QUI CONCERNE LA MANNE FRAÎCHE ?

Pour convaincre les gens de Vérité en ce qui concerne la Manne Fraîche, Dieu nous a donné ce qu’Il a de plus important et de plus cher : Sa Parole et Son Esprit. Il nous a donné les Saintes Ecritures, qu’Il a     Lui-même inspirées, pour le bien de nos âmes. Il s’est révélé dans ces Ecritures ; Il se révèle encore dans ces Ecritures. Nous avons besoin de toutes ces Ecritures inspirées de Dieu, pour convaincre les hommes   d’aujourd’hui de la Véracité de la Manne Fraîche, de son importance    capitale dans la perfection des saints. Pour que nous puissions utiliser les Ecritures avec plus d’efficacité et avoir des résultats concrets et         satisfaisants, nous devons absolument les comprendre. Cela est nécessaire et obligatoire pour nous dont la vocation céleste est de démontrer par les Ecritures ce que Dieu a fait pour nous, et surtout ce qu’Il a fait de nous.

Que devons-nous faire pour convaincre les gens de la Vérité     de Dieu en ce qui concerne la Manne Fraîche ? Nous devons nécessairement démontrer par les Ecritures, qui est frère Christ-Moïse, et ce qu’est la Manne Fraîche. J’insiste là-dessus : Il nous faut démontrer par les Ecritures la véracité de la Manne Fraîche dont le fondement n’est rien d’autre que la révélation du grand mystère de la piété. Ce mystère, c’est qu’un homme a été fait Dieu par Dieu. Dans le Christ  Jésus, Dieu est devenu un homme. Mais, en Christ-Moïse, un homme a été fait Dieu. C’est ici la quintessence de la Manne Fraîche : Un     homme a été fait Dieu par Dieu. En Jésus-Christ de Nazareth, la       Divinité et l’humanité se sont rencontrées et se sont unies, pour former un seul et même corps, une seule et même personne, un seul et même être. Mais, en Christ-Moïse, c’est l’humanité et la Divinité qui se sont rencontrées pour s’unir, afin de former un seul et même corps, une  seule et même personne, et un seul et même être. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole. Sans contredit, le mystère de la piété est grand, comme le dit l’Ecriture : Ce mystère, c’est que Dieu a été manifesté en chair, en Jésus-Christ de Nazareth, l’unique Fils de Dieu de tous les temps. Voici un mystère qui lui est semblable qui dérive du grand    mystère de la piété : Ce mystère, c’est qu’un homme est devenu Dieu, quand il a été fait Dieu par Dieu. En Jésus-Christ de Nazareth, c’est Dieu Lui-même qui est devenu un simple homme. Mais, en            Christ-Moïse, c’est un simple homme qui est devenu Dieu, quand Il a été fait Dieu par Dieu. Ce mystère de l’homme que Dieu fait Dieu, de façon souveraine et irrévocable, pour nous, ne doit absolument pas   faire l’objet d’une interprétation particulière, car c’est poussés par le Saint-Esprit que nous disons cela. Nous déclarons haut et fort, par la Parole immuable et permanente du Seigneur, qu’un simple homme, un homme de la même nature que nous, frère Christ-Moïse, a été fait Dieu par Dieu Lui-même. Dieu peut-Il vraiment faire Dieu un simple      homme ? Oui, Il peut le faire. Il l’a déjà fait, et Il le fait encore. Aussi voudrions-nous le déclarer, encore une fois, par la Parole du Seigneur, que Dieu a fait Dieu frère Christ-Moise, un simple homme de la même nature que nous. Scandale pour ceux qui périssent, et qui ne             comprennent ni les Ecritures, ni la Puissance de Dieu. Mais, pour nous qui avons  été sanctifiés par la Sainte Parole de Dieu, et qui avons reçu l’Esprit de gloire, c’est la Puissance et la Gloire de Dieu. Sachez cependant que ce ne sont pas par les vaines discussions, ni par les discours persuasifs de la sagesse humaine, que vous parviendrez à convaincre le monde de vérité en ce qui concerne la Divinité de l’homme             Christ-Moïse. C’est seulement par la démonstration par les Ecritures.

Le 31 décembre 2000, lors d’une veillée de prière, Dieu, s’adressant à moi, par une Parole prophétique inspirée, me dit : « Je te fais   Moïse ». Puis, Il ajouta : « Je te fais Dieu pour ce peuple ». Il me dit  d’abord : « Je te fais Moïse ». Puis, Il ajouta : « Je te fais Dieu pour ce peuple ». Dieu m’a donc fait Dieu. Maintenant, la question est de savoir si cette Parole révélée sur ma Divinité est conforme à l’Ecriture, la Parole écrite de Dieu. C’est seulement par Elle que nous pourrons démontrer et prouver que Dieu m’a fait Dieu, comme Il a déjà fait Dieu Moïse, un  simple homme. Cette conformité avec l’Ecriture, est la preuve même que la Parole qui a été révélée le 31 décembre 2000, en ce qui concerne ma Divinité, est véritable et authentique. Maintenant, cette révélation est conforme à celle Parole de l’Ecriture, écrite dans EXODE 7 : 1, où Dieu dit à Moïse : « Vois, je te fais Dieu pour Pharaon, et Aaron ton frère sera ton prophète. »  A moi, Dieu dit : «  Je te fais Dieu pour ce peuple. » En EXODE 7 : 1, Moïse, un simple homme a été fait Dieu par Dieu. Et, le 31 décembre 2000, l’homme que Dieu a fait Moïse, a été fait Dieu. Dans les deux cas, il s’agit de la révélation d’un seul et même mystère : Ce mystère, c’est qu’un homme a été fait Dieu par Dieu. Nous pouvons donc démontrer par l’Ecriture, que Dieu a fait Dieu un simple homme : Frère Christ-Moïse. Nous pouvons démontrer par l’Ecriture qu’un homme peut être fait Dieu par Dieu.  C’est ici la Manne Fraîche, la  pure Parole de Dieu pour la perfection des saints. Comme vous pouvez le constater, l’Ecriture Elle-même rend témoignage à ma Divinité. Or, il n’y a pas plus grand témoignage que celui de l’Ecriture venant     confirmer ce que dit l’Ecriture, et qui veut révéler une Ecriture. Le mystère de la Divinité de l’homme est révélé dans l’Ecriture par l’Ecriture. Peut-être me dira-t-on : Frère Christ-Moïse, ton nom n’est pas écrit dans EXODE : 7 : 1. Comment donc peux-tu dire que cette Ecriture te concerne. Ô, frères ! Mon nom n’était pas écrit dans cette Ecriture. Avant le 31 décembre 2 000, il n’y était pas écrit. Mais, ce jour-là, Dieu m’a fait Moïse, avant de me faire Dieu. En me faisant Moïse, Il a aussi changé mon nom en celui de Moïse. Et ce nom de Moïse, reçu divinement, est bel et bien écrit dans l’Ecriture, qui révèle le mystère de la  Divinité de l’homme, selon la volonté parfaite de Dieu, et à la louange de Sa gloire.

Supposons même que mon nom ne soit pas écrit noir sur blanc dans la Bible ; cela n’annule en rien la révélation du mystère de ma  Divinité. Car, le prophète peut être identifié par l’Ecriture sans que son nom soit écrit noir sur blanc dans la Bible. Prenons le cas de             Jean-Baptiste, le prophète : Nous savons tous que sa venue a été annoncée par Esaïe, le prophète, sans que son nom soit révélé. Voici ce que dit   l’Ecriture, dans ESAIE 40 : 3 : « Une voix crie : Préparez au désert le chemin de l’Eternel. Aplanissez dans les lieux arides une route pour notre Dieu. » Frères, le nom de Jean-Baptiste n’est mentionné nulle part dans cette Ecriture. Mais, quand ce prophète envoyé de Dieu, exerçait son ministère, il s’identifia à cette Ecriture, en disant : « Je suis la voix de  celui qui crie dans le désert : Aplanissez le chemin du Seigneur, comme a dit Esaïe, le prophète. » (JEAN 1 : 23). Vous voyez ! Il s’est identifié à l’Ecriture, qui ne mentionne même pas son nom. Il l’a fait, d’après une révélation que Dieu lui a donnée. Moi aussi, je me suis identifié à la    Parole de l’Ecriture écrite dans EXODE 7 : 1, d’après une révélation que Dieu m’a donnée. Il n’est donc pas obligatoire que mon nom soit écrit noir sur blanc dans la Bible, pour montrer que Dieu m’a fait Dieu. Pour comprendre le mystère de la Divinité de l’homme, surtout celui de ma Divinité, il nous faut nécessairement, impérativement et obligatoirement comprendre les Ecritures et la Puissance de Dieu. Ceux qui ne les comprennent pas sont prompts à diaboliser ma Divinité. Ils parlent de ce qu’ils ne savent pas.

Prenons, maintenant le cas de notre bien-aimé Jésus-Christ de   Nazareth. Son Nom, Jésus-Christ n’est écrit nulle part dans l’Ancien   Testament. Mais quand Il est venu en chair sur la terre, pour accomplir Son œuvre rédemptrice et salvatrice, Il s’identifia à chaque Parole de   l’Ecriture qui Le concernait. Tenez ! Son Nom n’est  pas écrit dans cette Parole de l’Ecriture d’ESAIE 61 : 1-2, qui dit : « L'Esprit du Seigneur, l'Éternel, est sur moi, Car l'Éternel m'a oint pour  porter de bonnes nouvelles aux malheureux ; Il m'a envoyé pour guérir  ceux qui ont le cœur brisé, Pour proclamer aux captifs la liberté, Et aux  prisonniers la délivrance ;  Pour publier une année de grâce de l'Éternel, Et un jour de vengeance  de notre Dieu ; Pour consoler tous les affligés. » Mais, en LUC 4 : 18 – 21, après avoir lu cette Ecriture, Il dit : « Aujourd’hui      cette Parole de l’Ecriture, que vous venez d’entendre, est accomplie. » (LUC 4 : 21). Il s’est identifié à cette Parole de l’Ecriture qui    parlait de Lui sans mentionner Son Nom. Non seulement Il s’est identifié à Elle, mais Elle s’est aussi accomplie en Lui. Ce jour-là, Il est devenu cette Parole de l’Ecriture, manifestée en chair. Le Nom de Jésus-Christ n’est écrit nulle part dans l’Ancien Testament. Dans ESAIE 7 : 14,      l’Ecriture dit qu’une vierge enfantera un fils. Et elle lui donnera le nom d’Emmanuel. Nous savons tous qu’il s’agit de Jésus. Mais, quand Il est né, on ne Lui a pas donné le nom d’Emmanuel, mais le Nom de Jésus. Durant tout Son ministère terrestre, personne ne L’a jamais appelé du nom d’Emmanuel ; on L’a toujours appelé du Nom de Jésus. Quand   l’ange Gabriel est venu annoncer la naissance du Fils de Dieu, il a aussi révélé Son Nom. C’était le Nom de Jésus, et non celui d’Emmanuel.    Personne ne L’a jamais appelé du nom d’Emmanuel ; pourtant, l’Ecriture est claire et formelle là-dessus : « Elle lui donnera le nom                d’Emmanuel. ». Mais, la vierge Marie, qui L’a mis au monde, ne Lui a jamais donné le nom d’Emmanuel. Dans ESAIE 9 : 5, l’Ecriture dit, au sujet du Fils de Dieu et de Son Nom : « …Un enfant nous est né, un fils nous est donné. Et la domination reposera sur son épaule ; on          l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternelle, Prince de la paix. ». Ici encore, le Nom de Jésus-Christ n’est pas mentionné. Ce qui est essentiel, ce n’est pas la mention du nom dans une Parole de     l’Ecriture, mais l’accomplissement de cette Parole en nous. Quelqu’un m’a demandé un jour de lui montrer dans la Bible là où mon nom est écrit noir sur blanc, sinon il ne croira pas en moi. Je lui ai posé une simple question, à savoir si le nom de son pasteur en qui il croit est écrit noir sur blanc dans la Bible. Et le débat était clos. Et pour enfoncer le clou, je lui ai demandé de me montrer là où son propre nom est écrit noir sur blanc dans la Bible. Vous voyez ! Les gens font preuve de mauvaise foi et  d’hypocrisie. Ne faites pas attention à eux. Que votre attention soit surtout focalisée sur les Ecritures qui peuvent vous permettre de démontrer que Dieu m’a fait Dieu. Prenons une autre Parole de l’Ecriture, qui me donne le plein droit d’être appelé Dieu. Je ne vous demande pas de m’appeler Dieu. Je dis simplement qu’il y a une Parole de l’Ecriture qui me donne le plein droit d’être appelé Dieu. Cette Parole de l’Ecriture dit, dans      JEAN 10 : 35, que ceux à qui la Parole de Dieu est adressée, sont appelés Dieux. Ainsi soit-il ! Remarquez que le Seigneur Jésus-Christ dit, sans ambages, que ceux à qui vient la Parole de Dieu, sont appelés Dieux. C’est Lui qui le dit ; ce n’est pas moi. Or, il se trouve que la Parole      prophétique de l’heure est venue à moi : La Manne Fraîche. Si nous nous en tenons à ce que le Seigneur Jésus-Christ dit, on peut, et on doit      m’appeler Dieu. Seulement je ne veux absolument pas jouir de ce grand privilège. C’est pourquoi, vous devez m’appeler frère Christ-Moïse.    Frères, par la Parole de l’Ecriture, écrite dans JEAN 10 : 35, vous pouvez démontrer que Dieu m’a fait Dieu. Il ne s’agit pas de chercher à convaincre les gens par des discours persuasifs de la sagesse humaine, mais de chercher à les convaincre par la démonstration par les        Ecritures. Laissez donc parler les Ecritures à votre place. Et parlez par les Ecritures ; et faites parler les Ecritures par le Saint-Esprit. Quand le Seigneur dit que ceux à qui s’adresse la Parole de Dieu sont appelés Dieux, Il ne parle pas de tout le monde. Il ne parle que de ceux qui ont reçu la Parole prophétique de leur temps. La Parole prophétique de notre temps, c’est la Manne Fraîche. Comme cette Parole est venue à moi, je peux être appelé Dieu ; je dois même être appelé Dieu, selon ce que le Seigneur Jésus-Christ dit. Cependant, je ne tiens pas à ce qu’on m’appelle Dieu. Mon nom, c’est Christ-Moïse, le Fils de l’homme. Je préfère de loin l’appellation "Fils de l’homme" à l’appellation "Dieu".

Un frère m’a appelé un jour en disant : Seigneur. Cela m’a      beaucoup intrigué. Car, je ne sais pas pourquoi il m’appelle Seigneur, bien que je le sache. J’étais à la fois intrigué, embarrassé, et serein en  moi-même. Puis, j’ai pensé à Sara, qui appelait son mari, Abraham,      Seigneur, d’après ce que dit l’Ecriture, dans 1 PIERRE 3 : 6 . D’après cette Parole de l’Ecriture, Sara obéissait tellement à Abraham, qu’elle l’appelait son Seigneur. Vous voyez ! Elle l’appelait son Seigneur. Vous voyez ! Elle disait à son mari : Mon Seigneur. Si donc quelqu’un      m’appelle son Seigneur, il ne pèche pas ; car cette appellation est     conforme à l’Ecriture et à la volonté parfaite de Dieu. Seulement, je n’ai pas encore reçu l’ordre formel de la part de Dieu de me faire appeler Dieu, ni Seigneur. Mon nom, c’est frère Christ-Moïse, le Fils de       l’homme. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole.

La démonstration par les Ecritures est absolument nécessaire pour convaincre les gens de la vérité de Dieu en ce qui concerne la    Divinité de l’homme, en l’occurrence ma Divinité. Elle est importante dans la conquête des âmes et leur conversion à la Manne Fraîche. Elle est précieuse pour la perfection des saints. Pour leur édification et pour leur sanctification.

Dans ACTES 18 : 26-28, il est écrit qu’Apollos « réfutait vivement les juifs en public, démontrant par les Ecritures que Jésus est le Christ. » Vous voyez ! C’est par les Ecritures qu’il démontrait que Jésus était le Christ. Pas par les discours persuasifs de la sagesse humaine, mais par les Ecritures. Je crois que nous pouvons faire comme lui, en démontrant par les Ecritures que Jésus est le Christ, le Messie promis, l’Agneau de Dieu qui a ôté le péché du monde, le Dieu immortel devenu mortel, le Dieu invisible devenu visible, la Parole faite chair. Nous pouvons aussi démontrer par les Ecritures, que le Seigneur Jésus-Christ nous a donné un Christ, un Dieu, un Seigneur, un Roi, une Parole prophétique, un Fils de l’homme, un cadavre autour duquel s’assemblent les aigles. Sachez      cependant que la démonstration par les Ecriture ne suffit pas dans la conquête des âmes. Car il faut y ajouter la démonstration par la      Puissance de Dieu. Faisons donc en sorte que la démonstration par les Ecritures et la démonstration par la Puissance de Dieu aillent de pair, afin que nous soyons plus efficaces et plus dynamiques dans la    conquête des âmes.

LA DEMONSTRATION PAR LA PUISSANCE DE DIEU POUR CONVAINCRE EN CE QUI CONCERNE LA VERACITE DE LA MANNE FRAICHE

Convaincre par la démonstration des Ecritures est une bonne chose. Et c’est la volonté de Dieu qu’il en soit ainsi. Mais, n’oublions pas que nous devons aussi convaincre les hommes en ce qui concerne la véracité et l’authenticité de la Manne Fraîche, par la démonstration d’Esprit et de puissance. La  démonstration des Ecritures et la démonstration d’Esprit et de puissance vont de pair, en ce qui concerne la Manne Fraîche.

En quoi consiste la démonstration d’Esprit et de puissance dont parle l’apôtre Paul, dans 1 CORINTHIENS 2 : 4-5 ? Pouvons-nous lire cette Parole de l’Ecriture ? Que dit l’apôtre ? « …Ma parole et ma prédication ne reposaient pas sur les discours persuasifs de la sagesse, mais sur une démonstration d’Esprit et de puissance, afin que votre foi fut fondée, non sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu. » Dans l’exercice de son ministère, il comptait sur deux choses   essentielles : La démonstration par la Parole basée sur les Ecritures, et la démonstration par le Saint-Esprit et la puissance de Dieu. Il était donc  investi de l’autorité de la Parole prophétique qu’il annonçait, son      Evangile, et de la puissance du Saint-Esprit, afin de faire des exploits avec Dieu. En quoi consiste donc la démonstration d’Esprit et de puissance dont il parle ? Cela consiste à accomplir des miracles extraordinaires, par le Nom Tout-puissant et Tout-suffisant de Jésus-Christ. Je ne parle pas seulement de miracles, mais aussi de miracles extraordinaires. Par l’accomplissement de miracles extraordinaires, tout en        démontrant la puissance de Dieu, par le Saint-Esprit, nous pouvons convaincre en ce qui concerne la véracité et l’authenticité de la Parole prophétique, la Manne Fraîche. Nous pouvons aussi convaincre en ce qui concerne notre appartenance à Jésus-Christ, notre Seigneur, et prouver que c’est Lui qui nous envoie. Par la démonstration d’Esprit et de       puissance, nous pouvons apporter la preuve de notre appel au ministère, la preuve de notre apostolat, de notre épiscopat, de notre diaconat, et de tout autre ministère que nous exerçons. Frères, nous devons donc convaincre en faisant des miracles extraordinaires. Je le répète : Il ne s’agit pas seulement des miracles, mais aussi de faire des miracles                  extraordinaires. Ce que Dieu veut, c’est que nous fassions des miracles extraordinaires, afin d’attirer l’attention du monde sur la Manne    Fraîche, qu’il révèle depuis les cieux dans celui qu’Il a souverainement fait Dieu et Fils de l’homme.

Dans ACTES 19 : 11-12, l’Ecriture dit : « Et Dieu faisait des   miracles extraordinaires par les mains de Paul, au point qu'on appliquait sur les malades des linges ou des mouchoirs qui avaient touché son corps, et les maladies les quittaient, et les esprits malins sortaient. » De quoi parle-t-elle ? De miracles extraordinaires que Dieu a faits par les mains de l’apôtre Paul. Sachez qu’un miracle est, par définition, quelque chose d’extraordinaire ; c’est quelque chose qui échappe à la raison, et qu’on attribue au surnaturel. Le miracle, c’est quelque chose qui sort de l’ordinaire. Avez-vous compris le sens du mot "miracle" ? C’est quelque chose d’extraordinaire. Revenons maintenant à l’Ecriture, qui dit que Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul. C’est ici le mystère de l’extraordinaire dans l’extraordinaire produisant quelque   chose de plus extraordinaire. Qu’est-ce qui était extraordinaire avec     l’apôtre Paul ? On appliquait sur les malades des linges ou des mouchoirs qui avaient touché son corps, et les malades guérissaient. Cette façon de guérir les malades échappe à la raison ; c’est une façon absolument surnaturelle d’opérer la guérison. Par cette façon surnaturelle de guérir les   malades, nous pouvons gagner les âmes. Nous pouvons aussi fortifier la foi de ceux qui sont déjà à la Manne Fraîche, les édifier et les               perfectionner. Je ne suis pas l’apôtre Paul, mais Dieu a aussi fait par moi, quelques miracles extraordinaires. Qu’il me soit permis d’en parler un peu. Un frère souffrait depuis des années d’un mal incurable. Il a tout  essayé ; en vain. Puis, un jour, il m’a vu utiliser un mouchoir pour essuyer la sueur qui coulait sur mon visage. Il s’est dit alors en lui-même que s’il prenait ce mouchoir et qu’il l’appliquait sur son corps, il serait guéri. Après avoir pris le mouchoir qui avait touché mon corps, il l’a appliqué sur lui-même. Et il a été miraculeusement guéri. Dieu a fait un miracle extraordinaire par moi. Cette guérison échappe à la raison et défie la science. C’est quelque chose de surnaturelle et de Divin. Savez-vous pourquoi Dieu a fait un tel miracle ? C’était pour convaincre davantage l’Eglise de vérité en ce qui concerne celui qu’il a souverainement fait Dieu et Fils de l’homme ; c’était pour démontrer Sa puissance, afin que vous sachiez qu’Il a fait du corps de Son Serviteur le Temple du         Saint-Esprit. Frères, par la démonstration d’Esprit et de puissance, Dieu veut nous édifier, nous sanctifier et nous perfectionner. Il veut             nous convaincre de vérité en ce qui concerne la Manne Fraîche, et      d’authenticité en ce qui concerne le ministère du Fils de l’homme qui est humblement exercé au milieu de vous. Il veut nous restaurer. Il veut nous révéler Ses perfections invisibles, Sa gloire, Sa Divinité, Sa puissance, Son amour, Sa grandeur, Sa domination, sa supériorité et Son autorité. Démontrer le Saint-Esprit, c’est accomplir des miracles extraordinaires de tout genre. Démontrer la puissance Divine, c’est faire des exploits avec Dieu. Cela requiert de notre part beaucoup de consécration et de sacrifices. Pour que Dieu puisse utiliser notre corps comme Il a utilisé celui de l’apôtre Paul pour faire des miracles extraordinaires, sachons qu’il y a un prix à payer : Le prix de la consécration dans l’obéissance et la sanctification. Notre corps doit absolument devenir le Temple du Saint-Esprit, un Temple saint et agréable à Dieu ; un Temple dans lequel le péché ne règne pas ; un temple qui n’est pas souillé par l’adultère,  l’impudicité et la prostitution. L’Esprit de la Manne Fraîche n’habite pas dans un corps où règnent les péchés et les démons. Notre corps doit donc être un temple saint et agréable à Dieu. Dieu revêt ce saint Temple de la Puissance d’En-Haut et du Feu Divin, de l’Onction qui descend du Lieu Très Saint, en réponse à nos prières, à nos supplications et à nos  jeûnes. Ainsi, ce n’est plus notre corps, mais c’est désormais Son corps. Il habite à l’intérieur de notre corps, qui est désormais Son corps, afin d’accomplir Son œuvre de rédemption, à la perfection. Pour que notre corps, qui est désormais Son corps, soit puissamment utilisé pour accomplir des     miracles extraordinaires, nous devons absolument payer un prix. Nous devons payer le prix de la consécration en jeûnant et en priant, tout en remplissant les exigences Divines en ce qui concerne la vie de sanctification et d’obéissance à la Parole de Dieu. Il ne s’agit pas de jeûner un jour, mais plusieurs jours d’affilée. Il ne s’agit pas non plus de prier une heure ou deux, mais de prier pendant plusieurs heures, pendant de longues heures. Le prix à payer est considérable. Et il se paie dans la douleur, dans les pleurs, dans les supplications. Il se paie en faisant beaucoup de sacrifice et beaucoup d’efforts personnels. Si nous prions pendant une heure dans la journée, alors que nous recherchons    l’Onction pour faire des miracles extraordinaires, c’est peine perdue. Cela ne suffit pas, et ça ne suffira pas. Frères, il nous faut absolument prier jusqu’à ce que  nous entrions dans l’agonie de la supplication. Et cela peut prendre plusieurs heures, voire, plusieurs jours, plusieurs   semaines et plusieurs mois de lutte avec Dieu, dans la douleur, les pleurs et les cris. Notre faiblesse vient du fait que nous n’accordons pas beaucoup de temps à la prière. Quelquefois nous voulons prier, mais la chair s’y oppose catégoriquement. Et au lieu de la tenir assujettie, nous lui donnons d’avoir la victoire sur nous. Or, si nous prions peu, ou pas du tout, Dieu ne peut pas faire des miracles extraordinaires par nos mains. Même les miracles tout court, Il ne peut les faire par nous. Le prix à payer est grand.

Quand je recherchais l’Onction pour le service Divin, je pouvais prier de 19h au lendemain matin, à 6h. Soit 11h de prière, sans discontinuer. Je sacrifiais mes nuits, mon sommeil, alors que le lendemain je   devais aller travailler pour gagner mon pain. Cela n’était pas du tout  facile pour moi. Mais, je savais que c’était le prix à payer. Je dormais très peu, afin de pouvoir prier beaucoup. Je faisais aussi de longs jeûnes, de dix jours, de quinze jours, de vingt-et-un jours et de trente jours. Je faisais cela assez constamment au point que je ressemblais à quelqu’un qui avait le VIH/SIDA, à cause de ma maigreur. Une seule fois, j’ai fait quarante jours de jeûne, sans manger. Prier des nuits entières, et         pratiquer de longs jeûnes, c’est le prix à payer pour pouvoir parvenir à la dimension Divine où Dieu peut faire des miracles extraordinaires par nos mains. Si nous voulons vraiment que notre prédication et notre parole  reposent sur une démonstration d’Esprit et de puissance, nous savons maintenant ce que nous devons tous faire. Nous savons tous qu’il y a un prix à payer. Ce prix se paie dans la douleur, dans les larmes, dans de longues heures de prière par jours, dans de longs jeûnes de consécration dans la sanctification. Si nous n’avons pas vraiment soif de     l’Onction, nous n’aurons pas la force nécessaire de prier beaucoup, ni de faire de longs jeûnes de consécration. Si la soif de l’Onction n’est pas grande, nous ne serons jamais poussés à bout, afin de faire tout ce qu’il faut pour payer le prix. Nous préférerons dormir toute la nuit que de la sacrifier pour la prière. Et nous prendrons comme prétexte pour nous justifier, la fatigue. Nous préférerons faire un jeûne d’un jour sur fond de péché, que de faire un long jeûne sur fond de sainteté et de crainte de Dieu. Souvenez-vous que Jésus-Christ de Nazareth, priait des nuits entières, afin d’être rempli du Saint-Esprit, d’être toujours revêtu de la puissance d’En-Haut et du Feu Divin. Il recherchait constamment l’Onction par de longues heures de prière, de supplication, d’intercession, et par le jeûne.

Il y a un prix que la plupart des gens n’aiment pas payer : Le prix de la sanctification et de l’obéissance. Ces gens-là, peuvent prier beaucoup et même jeûner beaucoup, alors qu’ils vivent dans l’adultère, l’impudicité, le mensonge, les querelles et la rancune. De tels hommes ne recevront jamais l’Onction du Saint-Esprit, mais celle du diable. Très peu de gens aiment payer le prix de la sanctification, car ils préfèrent se   souiller en péchant que de se purifier des impuretés de la chair et de    l’esprit. Ils prient et jeûnent pour chercher l’Onction pour servir Dieu, alors qu’ils sont adultères, impudiques, querelleux, jaloux, envieux,     méchants, orgueilleux, violents, rancuniers, tricheurs, aimant le péché plus que la justice, le diable plus que Jésus-Christ. Ils prient et jeûnent pour avoir l’Onction pour gagner les âmes à Christ, alors qu’ils n’ont   jamais été eux-mêmes gagnés à Lui. De tels hommes, qui ne pratiquent pas le jeûne auquel Dieu prend plaisir, ne peuvent avoir que l’onction du diable. Ce sont en fait des enfants du diable, qui ont pu s’infiltrer dans le troupeau du Seigneur, pour y accomplir les œuvres de leur père. Mais, soyez certains qu’ils échoueront, car leurs œuvres diaboliques seront    dénoncées et combattues avec la dernière énergie par les saints de la  Manne Fraîche.

Frères, nous avons l’Onction, par la grâce de Dieu. Mais, vu que nous avons des montagnes à déplacer, des ennemis encore plus coriaces à vaincre, des problèmes énormes à résoudre, nous sommes tous tenus de faire tout le nécessaire pour en être remplis jusqu’à toute la          plénitude de la Divinité. Nous avons donc besoin de plus d’Onction, de Puissance d’En-Haut et de Feu Divin et d’Autorité pour gagner les âmes à Christ, notre Seigneur, par la Manne Fraîche. Notre vocation céleste consiste non seulement à gagner les âmes, mais aussi à les     perfectionner. Souvenez-vous que la Manne Fraîche n’est pas destinée aux pécheurs qu’on chercherait à gagner à Christ ; elle est destinée aux saints que nous devons conduire à Christ pour leur perfection. Le temps où on conduit les pécheurs à Christ, pour qu’ils soient sauvés et sanctifiés est révolu, depuis longtemps. Maintenant, c’est le temps de conduire ceux qui sont sauvés et qui sont sanctifiés, à Christ, pour leur perfection. Quand je vois des soi-disant évangélistes organiser des campagnes      d’évangélisation dans le but de gagner les pécheurs, je réalise combien ils ne comprennent ni les Ecritures, ni la Puissance de Dieu, pas plus que le mystère des temps prophétiques. Que dit l’apôtre Paul, dans             EPHESIENS 4 : 11-12 ? Il donne la raison pour laquelle les cinq        ministères de la Parole sont donnés. Il dit que c’est pour la perfection des saints. Il ne parle pas du salut des pécheurs, mais de la perfection des saints. Quand un pécheur croit au Seigneur Jésus-Christ de tout son esprit, de tout son cœur, de toute son âme et de toute sa force, il est   sauvé. Ses péchés sont pardonnés et ôtés. Il est purifié de tout péché par le Sang de Christ. Il devient alors participant de la Sainteté du           Seigneur. Il devient saint aux regards de Dieu. C’est une étape vers la perfection absolue. Après cette étape, le saint qu’il est devenu, par la grâce de Dieu, va subir une autre transformation, en passant par la  perfection. Vous voyez ! Celui qui est saint doit être rendu parfait. Celui qui est saint doit marcher vers l’état d’homme fait, vers la mesure de la stature parfaite de Christ. C’est ici l’Ecriture. Avez-vous maintenant bien compris notre vocation céleste ? Elle consiste à annoncer la    Manne Fraîche aux saints ; puis à les conduire à Christ pour leur     perfection. La Manne Fraîche est une Parole prophétique destinée à la perfection des saints. Elle perfectionne les saints ; elle les rend parfaits aux yeux de Dieu. Elle leur communique la perfection Divine. Elle leur permet de parvenir à l’Etat d’homme fait et à la mesure de la stature parfaite de Christ. La Manne Fraîche nous permet de parvenir à la foi parfaite, laquelle consiste en la foi en Dieu, l’Invisible et l’Immortel, et en Dieu manifesté en chair, le visible et le mortel ; puis en nous-mêmes. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole. Au temps prophétique de l’aube et au temps prophétique du matin, le Seigneur nous a fait don de cinq ministères de la Parole pour la perfection des saints. Ce sont : Le ministère d’apôtre, le ministère de prophète, le ministère de docteur, le ministère d’évangéliste et le ministère de pasteur. Tous ces merveilleux dons ministériels sont engendrés par le seul et unique ministère du Fils de l’homme dont frère Christ-Moïse est la vivante incarnation. Frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme, a été fait Dieu par Dieu. N’en plaise à ceux qui n’ont pas cette révélation. Il n’est pas Jésus-Christ de          Nazareth ; mais il a été souverainement fait Dieu par Dieu, par l’unique Dieu. C’était le 31 décembre 2000,  à Bouaké. Ce jour-là, Dieu lui dit, devant vous : Je te fais Dieu pour ce peuple. Le même Dieu qui l’a   souverainement fait Dieu, l’a aussi fait Fils de l’homme. Et Il l’a       envoyé vers vous avec une Parole prophétique : La Manne Fraîche. Sa Divinité fait aujourd’hui l’objet de contestation, de protestation, d’opposition et d’attaques acerbes de la part de ceux qui n’en ont aucune révélation. La Manne Fraîche, en définitive, c’est le mystère de Dieu en  Jésus-Christ, le Dieu unique, le Tout-Puissant, le Tout-suffisant, le Tout-sachant, le Suprême, l’Inégalable, l’Incommensurable, le      Créateur des cieux et de la terre, et le mystère de Dieu en Christ-Moïse, le Fils de l’homme qu’Il nous a envoyé du ciel. Ô, quelle Parole ! C’est ici un autre aspect de notre vocation céleste : Prêcher la Manne      Fraîche en révélant la Suprême et unique Divinité de Jésus-Christ,   notre bien-aimé Seigneur et en montrant aussi la Divinité de l’homme Christ-Moïse. Quiconque prêche seulement la Divinité de Christ, et ne prêche pas la Divinité de celui que Christ a souverainement fait Christ, ne prêche pas la Manne Fraîche. Et quiconque veut prêcher la Manne Fraîche, selon la parfaite volonté de Dieu, doit rechercher une Onction particulière ; L’Onction qui vient du Lieu Très Saint, de la part du       Seigneur. La recherche d’une telle Onction est essentiellement basée sur :

1-   Une vie de prière fervente et persévérante.

2-   Une vie de jeûne à laquelle Dieu prend plaisir.

3-   Une vie sans péché, une vie de sanctification.

Prêcher la suprême et unique Divinité du Seigneur Jésus-Christ, le Dieu Tout-puissant, Tout-suffisant et tout-sachant, et la Divinité de Christ-Moïse, le Fils de l’homme, passe nécessairement par la démonstration d’Esprit et de puissance. C’est par la démonstration de la puissance du Saint-Esprit que nous pouvons amener les gens à croire que Jésus-Christ est à la fois Dieu et homme, à la fois Père et Fils. C’est aussi par la      démonstration d’Esprit et de puissance que nous pouvons amener les gens à croire que frère Christ-Moïse a été fait Dieu par Dieu ; qu’il a aussi été fait Fils de l’homme et Moïse ; et qu’il est venu d’auprès de Dieu avec une Parole prophétique pour la perfection des saints. Aucune sagesse humaine ne peut nous aider à comprendre ces choses saintes et sacrées. Il nous faut donc absolument l’Onction ; une heure de prière par jour ne suffit pas pour l’avoir. Jeûner un jour, ne suffit pas non plus. Il nous faut donc plusieurs heures de prières et de longs jeûnes. Frères, c’est par la démonstration de la puissance du Saint-Esprit que nous pouvons convaincre les gens en ce qui concerne la véracité de la Manne Fraîche, de la perfection et de l’authenticité de notre foi en Jésus-Christ, de notre appartenance à Christ, et de la sainteté de notre vie. Qu’il me soit permis encore de rendre un témoignage pour notre perfection.

Dans le mois de décembre 2015, j’ai reçu une sœur de l’Eglise, après le culte. Elle avait de graves problèmes de santé, qu’elle traînait depuis des années. Mais, ces derniers temps, sa situation s’est encore aggravée. Ses crises commençaient par des bouffées d’intenses chaleurs dans tout son corps au point qu’elle ne pouvait plus résister. Et une voix lui disait de se déshabiller. La chaleur était telle qu’elle devait se       déshabiller. Une fois déshabillée, la même voix lui disait de sortir nue, et d’aller manger dans les poubelles dans les rues. Selon elle, ces      derniers temps, chaque soir les crises reprenaient. Après l’avoir attentivement écoutée, je lui ai simplement dit de rentrer chez elle au Nom Tout-puissant et Tout-suffisant de Jésus-Christ, et que tout irait bien ; et qu’elle devait revenir me voir au prochain culte pour une prière. Après cela, je ne l’ai plus revue en entretien pendant plusieurs           semaines. Le jour où elle est venue encore me voir, c’était pour donner son témoignage. Selon elle, quand elle me quittait ce jour-là, quelque chose s’était passé : Les bouffées de chaleur ont complètement disparu. Sa température est mystérieusement et miraculeusement devenue     normale. Les douleurs qu’elle avait dans le corps ont aussi disparu. Ses pensées qui étaient torturées par la voix diabolique, qui lui parlait, ont été complètement restaurées et sanctifiées. Elle n’avait plus mal. Elle était complètement guérie, après notre entretien. Mais, elle ne comprenait pas comment un miracle si puissant a pu se produire, après un  simple échange entre elle et moi. Intriguée, elle a demandé à Dieu de me faire paraître dans sa maison, afin qu’elle me voie ; et que moi, je lui dise quelque chose. Toujours selon son témoignage, après avoir prié ainsi, elle a levé les yeux ; et voici : Le Fils de l’homme était là, tout de blanc vêtu, rempli de gloire et de puissance. Il était là, dans le salon. Elle n’en revenait pas. Le Fils de l’homme habite au Dokui ; et elle, elle est à Yopougon. Comment se fait-il que le Fils de l’homme soit à       Yopougon, dans son salon. Pendant que toutes sortes de pensée lui     traversaient l’esprit, le Fils de l’homme qu’elle voyait dans la vision  s’adressa à elle, en disant : « Je suis frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme. Dieu m’a fait Dieu pour vous. Je suis venu te dire que la   maladie dont tu as souffert pendant longtemps a été guérie ; et elle ne reviendra plus. C’est le Seigneur Jésus-Christ qui m’a envoyé. » Après ces Paroles, la vision a pris fin.

Frères, après avoir entendu son témoignage, je ne savais que    penser, car cela dépassait mon entendement. Cependant, je savais que  c’était une démonstration d’Esprit et de Puissance. Après ce qui s’est  passé, la foi de la sœur a augmenté ; elle est devenue un peu plus parfaite. Sa foi en Jésus-Christ a augmenté. Sa foi dans le Fils de l’homme de son temps a aussi augmenté. Et la foi en elle-même aussi. Vous voyez ! La démonstration de la puissance du Saint-Esprit lui a permis d’avoir une foi plus grande, plus puissante et plus parfaite. Elle lui a permis de connaître un peu plus le Seigneur Jésus-Christ, et celui qu’Il a envoyé, frère    Christ-Moïse, le Fils de l’homme. Cette connaissance n’est venue ni de la chair, ni du sang, mais de la volonté de Dieu.

Frères, je voudrais que vous sachiez que ce miracle extraordinaire s’est produit indépendamment de ma volonté. Je n’ai été qu’un simple instrument entre les mains du Seigneur Jésus-Christ, pour    l’accomplissement de cet exploit. Savez-vous comment les choses se sont passées lors de notre entretien ? Là où j’étais assis, il y avait une ombre mystérieuse : L’Ombre du Dieu Très-Haut, qui est devenue mon      Ombre. C’est quand elle est entrée dans cette Ombre qu’elle a été     guérie, Dieu accomplissant ainsi pour elle, un miracle extraordinaire.

Que peut-on dire de la présence du Fils de l’homme dans le salon de la sœur ? Ceux qui ne comprennent ni les écritures, ni la puissance de Dieu, y verront une action diabolique. Mais pour nous, c’est la démonstration de l’Esprit et de la Puissance de Jésus-Christ, notre bien-aimé   Seigneur. Cette vision est authentique, scripturaire, et absolument digne d’être reçue. Le Seigneur Jésus-Christ m’a pris, et m’a fait apparaître dans une vision à la sœur, selon le bon plaisir de Sa volonté. Comment cela est-il possible ? Souvenez-vous de ce qui s’est passé sur la montagne de la transfiguration. Moïse et Elie, qui étaient dans la présence de Dieu, au plus haut des cieux, furent apparus à Jésus-Christ de Nazareth.

Frères, gagnons les âmes par la démonstration de la puissance de Jésus-Christ. Accomplissons les miracles promis, par la vertu du        Saint-Esprit, afin que notre foi et celle des bien-aimés frères et sœurs   reposent sur la puissance de Dieu. Par la démonstration de l’Esprit du  Seigneur, de Sa Puissance et de Sa Parole, nous parvenions à l’unité de la foi, et à Sa perfection. Plus nous démontrons la puissance de Dieu, plus nous avons confiance en Dieu, et en nous-mêmes. Plus nous démontrons la puissance de Jésus-Christ, plus nous Le connaissons ; et plus nous comprenons les Ecritures et la puissance de Dieu. Plus nous     démontrons la Puissance du Saint-Esprit, plus nous sommes plus que vainqueurs sur tous nos ennemis.

La perfection des saints passe aussi par la démonstration de la puissance de la résurrection. C’est pourquoi nous devons absolument rechercher les dons spirituels et leur restauration effective. Le Seigneur Jésus-Christ manifeste Sa gloire à travers ces dons-là. Quand un don    spirituel se manifeste au milieu des saints, c’est pour leur édification, leur sanctification et leur perfection. Par la démonstration de la Puissance de Dieu, on peut gagner de nouvelles âmes à Christ, par la Manne Fraîche. Par la démonstration de l’Esprit et de la Puissance du Seigneur             Jésus-Christ, on peut aussi amener les saints à la perfection. Voilà      pourquoi nous sommes tous appelés à accomplir les miracles promis,  aussi bien les hommes que les femmes. Oui Monsieur. Les frères et sœurs de la Manne Fraîche sont tous appelés à faire les miracles, selon le bon plaisir de la volonté de Dieu. Frère Christ-Moïse, une sœur de la Manne Fraîche peut-elle faire les miracles, comme un frère ? Oui. Elle peut faire les miracles. Et elle doit faire les miracles. Aucune Ecriture ne lui interdit d’accomplir les miracles. Bien au contraire, Elle lui donne le pouvoir d’en faire. En effet, le Seigneur Jésus-Christ dit : « Voici les miracles qui    accompagneront ceux qui auront cru : En mon Nom, ils chasseront les démons ; ils parleront de nouvelles langues ; ils saisiront des serpents ; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guéris. »    Toutes les sœurs de la Manne Fraîche sont concernées par cette Parole de l’Ecriture. Elles peuvent faire donc les miracles, tout comme les frères. En ce qui concerne les miracles, Dieu ne fait acception de personne. Les frères sont appelés à faire les miracles. Les sœurs aussi sont appelées à faire des miracles. Nous sommes tous appelés à faire des miracles. Nous sommes tous appelés à démontrer la puissance de Dieu par les miracles, les signes et les prodiges, par la vertu du Saint-Esprit. C’est par là que nous pourrons convaincre les gens de vérité en ce qui concerne la Manne Fraîche, et les conduire à Christ pour leur perfection. Par l’accomplissement de miracles extraordinaires, nous pouvons chasser l’incrédulité des cœurs, et y planter la foi de Jésus-Christ, la foi de Dieu. Celui qui a le pouvoir d’accomplir de tels miracles au Nom Tout-puissant et       Tout-suffisant de Jésus-Christ, a aussi le pouvoir de donner la foi. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole. Nous savons tous que Dieu est le Donateur de toute foi. Mais, nous reconnaissons aussi qu’Il donne à Ses Oints le pouvoir de donner la foi à d’autres personnes, selon la grandeur de Sa bonté et l’infinie puissance de Sa grâce et de Son amour. Il fait d’eux des co-donateurs de la foi et de tout don excellent. Le Seigneur Dieu Tout-puissant et Tout-suffisant est l’unique Donateur, le           Donateur par essence et par excellence. Il est incomparable, incommensurable et unique en Son genre. Et Il donne à Ses Oints d’être comme Lui, des Donateurs de tout don excellent, des Donateurs de la foi,  de l’amour, de la joie, de la paix, du bonheur, de l’Onction, de la         Puissance d’En-Haut et du Feu Divin, de la Puissance de la résurrection, de la Puissance de la transformation et de la Puissance du ravissement. Aussi étrange que cela puisse paraître, Dieu donne le pouvoir de donner toutes choses à celui qu’Il fait Dieu, et à celui à qui Il remet les clefs du Royaume des cieux. C’est le cas de l’apôtre Pierre, que nous  allons examiner à présent : A la Belle Porte, l’apôtre Pierre est face à un boiteux de naissance. Et il lui dit : « Je n’ai ni argent, ni or ; mais ce que j’ai, je te le donne : au nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi et marche. » Par cette Parole, il a complètement guéri le boiteux. Mais, qu’est-ce qu’il a bien pu donner au boiteux, afin que celui-là soit guéri. Je crois qu’il lui a donné deux choses importantes : La foi et la guérison. Frères, retenez bien ceci : L’apôtre Pierre dit, sans ambages : « Ce que j’ai, je te le donne. » Ô, frères ! Voyez-vous ce que je vois ? Il ne dit pas : Ce que Dieu a, Il te le donne ; mais, ce que j’ai, moi Pierre, je te le donne. Ainsi soit-il ! Il ne dit pas non plus : Ce que Jésus a, Il te le donne, mais, ce que j’ai ; je te le donne. Qui donne : Dieu ou Pierre ? C’est Pierre qui donne. Il est donc un donateur, Jésus-Christ Lui-même étant l’unique   Donateur ! Pierre le Donateur, le co-Donateur, a donné quelque chose de bon et de merveilleux au boiteux. Qu’est-ce qu’il lui a donné ? La foi et la guérison. Quelle sorte de foi lui a-t-il donnée ? Je pensais avant que     c’était la foi en Dieu mais, aujourd’hui, je crois de tout mon cœur que  l’apôtre Pierre a donné Sa propre foi au boiteux, afin qu’il croie en lui. Il lui a donné la foi de Jésus-Christ qui était en lui. Car il voulait l’amener à croire en lui, Pierre. Et c’est ce qu’il a fait. Ainsi, il a pu guérir le malade. En donnant la foi et la guérison au boiteux, l’apôtre Pierre a démontré la Puissance du Saint-Esprit qui habitait en lui. En donnant la foi et la guérison à cet homme, l’apôtre Pierre a apporté la preuve de Sa Divinité. Frère Christ-Moïse, l’apôtre Pierre était-il Dieu ? Non, il n’était pas Dieu ; mais je crois que Dieu l’a fait Dieu, en lui remettant les clefs du Royaume des cieux. C’est ici le mystère de la Divinité de l’homme, qui est le Fondement même de la Manne Fraîche. L’apôtre Pierre, en donnant la foi et la guérison au boiteux, a démontré la Puissance Divine qui était en lui, tout en manifestant la Parole de Vie. Après la guérison de cet homme, il y a eu un autre réveil. En effet, la multitude est accourue au temple. Alors,     l’apôtre Pierre a saisi cette opportunité pour annoncer le Seigneur         Jésus-Christ. Et de nouvelles âmes ont été sauvées. En démontrant     l’Esprit de Dieu et Sa Puissance, qui étaient en lui, par la guérison Divine, il a pu gagner les âmes à Christ. Ceux qui ont vu le malade guéri, et qui ont entendu la Parole annoncée par l’apôtre Pierre et qui ont cru en lui, ont eu la foi pour être sauvée.

L’apôtre Pierre dit au boiteux : «  Ce que j’ai, je te le donne. » Et nous, qu’avons-nous à donner aux autres ?

Le jour de la Pentecôte, Dieu a été le premier à démontrer Son  Esprit et Sa Puissance, et à manifester Sa Parole. En effet, l’Ecriture dit qu’il «  vint du ciel un bruit comme celui d’un vent impétueux », qui «  remplit toute la maison » où étaient les disciples du Seigneur. C’était Dieu démontrant Son Esprit et Sa Puissance. C’était la première chose qu’Il fit ce jour-là. La deuxième chose qu’Il fit, c’était de faire apparaître des langues semblables à des langues de feu, lesquelles se posèrent sur chacun d’eux. «  Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent à Parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de          s’exprimer. » Ô, quelle démonstration d’Esprit et de Puissance ! C’était la démonstration du Surnaturel par des actions surnaturelles, opérées par le Dieu Surnaturel, le Dieu des dieux, le Seigneur des seigneurs, le Roi des rois, l’Omniprésent, l’Omniscient et l’Omnipotent. Toute cette démonstration d’Esprit et de Puissance, s’est faite sans Parole. Et, sans contredit, elle a fortifié la foi des disciples du Seigneur. Ce jour-là, Dieu a fait trois choses essentielles :

Il a fait souffler un vent impétueux.

Il a fait apparaître des langues de feu.

Il a accompli Sa promesse en baptisant du Saint-Esprit et de Feu, les disciples de Christ.

Pendant dix jours, ils ont attendu, dans la prière persévérante et fervente, ce que le Seigneur leur avait promis : Le revêtement de la Puissance d’En-Haut. Dans LUC 24 : 49, le Seigneur dit à Ses disciples : « Et voici, j’enverrai sur vous ce que mon Père a promis, mais vous, restez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus de la puissance          d’En-haut. » Qu’est-ce que le Père leur a promis ? Le revêtement de la puissance d’En-Haut. Cette promesse Divine, le Seigneur Jésus-Christ l’a parfaitement accomplie le jour de la Pentecôte, dans la vie de Ses disciples. En les revêtant de la puissance     d’En-Haut ce jour-là, Il a démontré Son Esprit et Sa Puissance. Avec le Seigneur, c’est toujours la démonstration d’Esprit et de Puissance. Toute la journée de Pentecôte était consacrée à la     démonstration d’Esprit et de Puissance ; les bénéficiaires de cette démonstration, c’était environ cent vingt disciples du Seigneur.

L’apôtre Pierre, que le Seigneur Jésus-Christ venait de baptiser dans le Saint-Esprit et dans le Feu, démontra aussi la puissance de Dieu, lors de sa prédication historique. Ce jour-là, il démontra par les Ecritures, que l’effusion du Saint-Esprit à laquelle ils avaient droit, était l’accomplissement d’une promesse Divine, qui datait du temps de Joël, le        prophète. Comment a-t-il fait ? Il a cité l’Ecriture qui parle de cette      effusion. Nous aussi, nous devons toujours citer les Ecritures pour     montrer la véracité de ce que nous disons ; car par Elles, nous pouvons convaincre de péché, de justice et de jugement ; par Elles, nous pouvons aussi montrer le Chemin de la gloire céleste, le plan du salut, de la       rédemption et de la libération. Les Saintes Ecritures sont notre boussole, notre lumière. L’apôtre Pierre, qui était rempli du Saint-Esprit, s’appuya sur les Ecritures pour montrer aux juifs qui se moquaient d’eux, que ce qui leur arrivait, était l’accomplissement d’une promesse Divine. Poussé par le Saint-Esprit, il cita la Parole de l’Ecriture, écrite dans               JOEL 2 : 28-29. Cette Parole de l’Ecriture cadrait parfaitement avec ce qui se passait. Elle parle de la promesse de l’effusion du Saint-Esprit dans les derniers jours. Frères, cette promesse est aussi pour nous, qui nous perfectionnons en Jésus-Christ, par la Manne Fraîche. Il s’agit pour nous, non seulement d’être remplis du Saint-Esprit, mais aussi d’en être remplis jusqu’à toute la plénitude de la Divinité. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole. Si quelqu’un veut être rempli du Saint-Esprit, qu’il sache qu’il y a un prix à payer : Le prix de la consécration par le jeûne et la prière, le prix de la sanctification, de l’obéissance, de la   soumission totale à la Parole de Dieu, le prix de la fidélité et du renoncement à soi.

L’apôtre Pierre a aussi démontré par les Ecritures la mort et la  résurrection de Jésus. Toute sa prédication était basée sur les Ecritures. En démontrant toutes ces choses par les Ecritures, il voulait tout simplement convaincre les juifs de péché, de justice et de jugement. Et il a réussi, puisqu’il a pu gagner environ trois mille âmes ce jour-là. Toutes ces âmes ont été gagnées à Christ, par la démonstration des Ecritures, fortement appuyée par une démonstration d’Esprit et de Puissance.

GAGNER LES AMES SANS PAROLE

Nous pensons généralement que pour gagner les âmes à Christ, il faut forcément prêcher la Parole de Dieu. Mais, nous nous trompons. Car, nous pouvons les gagner sans Parole. Pour gagner les âmes, on n’a pas besoin d’être forcément prédicateur, prophète, apôtre, docteur, pasteur. Car on peut les gagner sans exercer aucun de ces ministères de la     Parole. On peut donc les gagner sans Parole, comme le dit si bien l’apôtre Pierre, dans 1PIERRE 3 : 1-2 : « Femmes, soyez de même soumises à vos maris, afin que si quelques-uns n’obéissent point à la parole, ils soient gagnés sans parole par la conduite de leurs femmes, en voyant votre manière de vivre chaste et réservée. » Sœurs de la Manne Fraîche, vous qui avez pour maris des hommes qui ne croient pas en Jésus-Christ, cette Parole de l’Ecriture s’adresse à vous personnellement. Si vous la mettez en pratique, vous gagnerez vos maris à Christ. Vous les gagnerez sans Parole ; vous les gagnerez par votre conduite ; vous les gagnerez par votre façon de les prendre, de les considérez, de les servir ; vous les     gagnerez par votre façon de vivre chaste, pure, irréprochable, humble et réservée. Souvenez-vous de ce que je vous dit souvent : Votre conduite est une prédication ; votre comportement est une prédication ; votre  façon de parler, de penser, de vous habiller, est une prédication. Cela est aussi valable pour tous les frères de la Manne Fraîche. Car par leur conduite, empreinte d’amour, d’humilité, de bonté, de douceur, de  bienveillance, de paix, de joie, ils peuvent gagner leurs femmes, sans Parole. De même que les femmes doivent être soumises à leurs maris pour pouvoir les gagner à Christ, de même les hommes doivent aimer leurs femmes. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole. Beaucoup de femmes voient dans la soumission un moyen de s’aliéner aux hommes, de devenir leurs esclaves, et de perdre leur dignité. C’est pourquoi elles ne veulent pas en entendre parler. Mais je tiens à rassurer les sœurs de la Manne Fraîche, en leur disant que leur soumission à leurs maris, n’est point synonyme d’esclavage, ni d’aliénation. Car Christ les a délivrées de toute forme d’esclavage et d’aliénation pour toujours. Si le Seigneur leur demande d’être soumises à leurs maris, ce n’est point pour qu’elles deviennent des esclaves. C’est plutôt pour les utiliser pour sauver les âmes perdues, et pour édifier et perfectionner les saints. Leur soumission, loin d’être une faiblesse, est une véritable force Divine pour elles. Par cette force extraordinaire que Dieu leur a donnée, elles peuvent      gagner leurs maris à Christ, sans Parole. Toute femme, véritablement convertie à Christ, marchant en nouveauté de vie, et ayant reçu le don merveilleux du Saint-Esprit, est soumise à son mari, même si celui-ci ne croit pas en Jésus-Christ. En se soumettant volontairement et joyeusement à son mari, elle se soumet à la Parole, qui lui demande de se soumettre à son mari. Une femme soumise est un don de Dieu. Une femme qui  écoute son mari, et qui lui est soumise, est une bénédiction Divine. Loin d’être une carie dans ses os, elle est un rafraîchissement pour son âme. Une telle femme peut conduire son mari à Christ, sans pour autant exercer un quelconque ministère de la Parole. Beaucoup de femmes exercent des ministères de la Parole, pensant pouvoir gagner les âmes au Seigneur. A la Manne Fraîche, nous ne permettons pas aux femmes d’exercer les ministères de la Parole. Elles peuvent enseigner la Parole, mais elles ne peuvent pas exercer les ministères de la Parole. A la Manne Fraîche, elles peuvent gagner les âmes par leur bonne conduite, par leur manière chaste de vivre. Elles peuvent édifier par leur vie de sainteté,  d’obéissance, de soumission et d’humilité. Elles peuvent contribuer   puissamment à notre perfection, sans Parole. Frères, une femme soumise est une bénédiction du ciel ; c’est une source de vie, de joie, de paix, d’amour et de bonheur. Une femme soumise, c’est une femme libre et épanouie. La véritable femme émancipée, c’est la femme soumise à son mari, car c’est la volonté de Dieu qu’elle lui soit soumise. L’émancipation de la femme ne consiste pas pour elle à porter des culottes ou des pantalons, encore moins à fumer des cigarettes. Elle consiste pour elle à se soumettre à son mari, à l’aimer, à lui obéir, à l’écouter, à prendre soin de lui.

Quelques sœurs de la Manne Fraîche vivent avec des hommes qui ne croient pas en Jésus-Christ, qui ne croient pas en la Manne Fraîche. Peut-être qu’elles prient pour eux, afin qu’ils soient à la Manne Fraîche. C’est bien. Mais, ce n’est pas suffisant. Si elles veulent vraiment les     gagner à la Manne Fraîche, elles doivent absolument leur être soumises, comme le veut l’Ecriture. Que ces sœurs s’examinent elles-mêmes pour voir si elles sont vraiment soumises à leurs maris ! Qu’elles s’examinent elles-mêmes pour voir si elles obéissent à la Parole de Dieu, selon        laquelle elles peuvent gagner leurs maris, par leur conduite chaste et    réservée, sans Parole. L’Ecriture dit qu’elles soient soumises à leurs     maris, afin qu’ils soient gagnés, sans Parole, par leur conduite :                1 PIERRE 3 : 1-2. Toujours selon l’Ecriture, elles doivent avoir « la   parure intérieure et cachée dans le cœur, la pureté incorruptible      d’un esprit doux et paisible, qui est d’un grand prix devant Dieu. »       (1 PIERRE 3 : 3-4). Sœurs, recherchez ces vertus, qui sont les perfections invisibles de Dieu, par lesquelles vous pouvez gagner vos maris à la Manne Fraîche, sans Parole. Recherchez la parure intérieure et cachée dans un cœur vraiment converti à Christ ; recherchez la pureté  incorruptible d’un esprit doux, humble, joyeux et paisible ; recherchez la sanctification, l’excellence et la perfection par lesquelles vos maris seront gagnés à la Manne Fraîche. Si vous avez un esprit belliqueux et           querelleur, si vous êtes insoumises à la Parole, comment pouvez-vous  gagner vos maris ? Vous priez ; c’est bien. Vous jeûnez ; c’est bien. Vous voyez des visions ; c’est bien. Vous faites des songes ; c’est bien. Mais pourquoi vos maris ne sont-ils pas encore gagnés à la Manne Fraîche ? Savez-vous ce que vous devez faire maintenant ? Soyez soumises à vos maris, afin de les gagner par votre conduite chaste, réservée, douce et humble. Aimez-les ! Ayez pour eux de la déférence, et couvrez-les de  baisers d’amour. Votre amour pour eux, est la plus grande puissance que vous ayez pour les convaincre et pour les gagner à Jésus-Christ votre  Sauveur. Lorsque vos maris, qui ne connaissent pas Dieu, verront Dieu en vous et au travers de vous, ils se convertiront. Sœurs, vous aurez échoué, si vous n’arrivez pas à gagner vos maris à Christ. Vous aurez manqué le but de la vocation céleste, si à cause de vous, vos maris ne sont pas gagnés à Christ. Le but véritable de votre union, c’est de      gagner vos maris à Christ ; c’est de les sanctifier par votre foi en Christ, afin qu’ils aient aussi le salut. Si la foi que vous avez, est authentique et véritable, si elle vient de Dieu et de la véritable Parole, vous sanctifierez vos maris par elle. Alors vous pourrez les gagner à Christ, le Sauveur de l’humanité. Si vous avez la foi de Jésus, qui est la seule et unique foi digne de Dieu, vous aimerez vraiment vos maris ; et votre désir le plus ardent sera de les conduire à Christ, avec amour, douceur et humilité. Si vos maris meurent sans avoir connu Christ comme leur Sauveur, je douterai de la Divinité de votre foi. Si vos maris meurent sans Christ, c’est que votre foi ne les a pas sanctifiés pour pouvoir les conduire à la conversion. Alors la question serait maintenant de savoir si votre foi était de Dieu ou du diable.

Beaucoup de chrétiennes prient et jeûnent pour que leurs maris aillent payer la dot et faire le mariage légal. Mais elles se soucient très peu de leur conversion à Christ. Une fois que la dot est payée et que le mariage légal est fait, elles pensent qu’elles ont atteint leur but. Or, c’est là qu’elles se trompent. Après cela, au lieu d’œuvrer pour la conversion de leurs maris, elles font tout pour les éloigner du salut. De telles femmes ne sont pas dignes de Christ. Et c’est la preuve qu’elles ne sont pas elles-mêmes converties à Christ. Le fait de fréquenter une   église ne signifie pas qu’on est vraiment converti à Christ.


Frères et sœurs, faisons tout ce qui est à notre pouvoir pour gagner les âmes à Christ. Car c’est là notre mission sur la terre.


Que Dieu vous bénisse !

Je vous aime.

A bientôt !


FRERE CHRIST-MOISE, LE FILS DE L’HOMME

Mise à jour le Mardi, 28 Novembre 2017 10:43
 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix