Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 22 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
172
Hier :
618
Semaine :
2834
Mois :
2328
Total :
3680018
Il y a 8 utilisateurs en ligne
-
8 invités


ECHANGE ENTRE UN BRANHAMISTE ET FRERE CHRIST-MOÏSE A PROPOS DES ECRITURES QUI L'IDENTIFIENT PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Mardi, 28 Novembre 2017 11:40

Message prêché le mardi 02 mars 2017, au Tabernacle le Chandelier d’Or ; Cocody-Angré ; Abidjan ; RCI. Matin.

Paroles de frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme, que le Seigneur lui a données pour la perfection des saints.


Bonjour. Ce matin, avec la permission de Dieu, je voudrais vous faire le point de l’échange que j’ai eu avec un branhamiste, au Tabernacle de Yopougon – Santé. Cela s’est passé le dimanche 26 février 2017.

Après la prédication qui a porté essentiellement sur le thème, ‟POURQUOI LE FILS DE L'HOMME M’A FAIT FILS DE L'HOMME”, je recevais les gens, comme je le fais habituellement. Et voici, un jeune homme a pris place devant moi. Il m’a dit qu’il voulait échanger avec moi sur la Parole de Dieu. J’ai dit : J’étais tout le temps à la chaire ; et j’ai demandé à ceux qui avaient des questions de me les     poser. Vous auriez dû poser vos préoccupations en ce moment-là.     Maintenant vous venez me poser des questions à huis clos. Il m’a         répondu, en disant : Je suis arrivé ici en retard. J’ai vu votre affiche où il est écrit : POURQUOI LE FILS DE L’HOMME M’A FAIT FILS DE L’HOMME. Est-ce que je peux poser mes questions ? J’ai dit : Allez-y ! Il a dit : ‟Quel est le signe qui vous identifie, puisque vous dites que vous êtes le Fils de l’homme ?” Frères, quand il m’a posé cette question, je  savais que j’avais affaire à un de ces illuminés de branhamistes. Je lui ai dit : Il ne vous sera donné d’autre signe que celui du Fils de l’homme. Il a dit : Oui, mais quels sont les signes scripturaires qui vous identifient ? Un jour, Jean-Baptiste a envoyé ses disciples vers Jésus, pour Lui demander si c'était Lui, ou si on devait en attendre un autre. Et Jésus a dit que les aveugles voyaient, que les boiteux marchaient. Ces signes-là   identifiaient Jésus. Vous, quels sont les signes scripturaires qui vous  identifient ?

J’ai dit : Je suis surpris que depuis que nous parlions, vous n’avez pas encore vu le signe du Fils de l’homme manifesté devant vous. C’est vraiment dommage. Maintenant, vous me citez Jésus et les miracles qu’il a faits. Vous voulez peut-être que je me mette à ressusciter les morts devant vous, à guérir les boiteux et les aveugles. Monsieur, je vous l'ai déjà dit : Il ne vous sera donné d’autre signe que celui du Fils de      l’homme. Vous me parlez des signes scripturaires qui identifiaient Jésus de Nazareth. Ces signes-là étaient en accord avec les prophéties Le     concernant. Moi, Dieu ne m'a pas envoyé pour accomplir exactement les mêmes prophéties que Lui. Chaque Fils de l'homme vient pour   manifester la Parole concernant son temps, et le concernant lui-même. C'est à lui que Dieu, qui l'a envoyé, révèle les Ecritures le concernant. Et ce    Dieu-là accomplit ces Ecritures en tenant compte des temps  prophétiques, des besoins du moment, et de Sa volonté de l'heure. Jésus est venu guérir les malades, comme vous le dites. Moi, je ne suis pas  venu guérir les malades, ni même chasser les démons. Je suis venu pour être le Fils de l’homme qui doit paraître en occident, selon MATTHIEU 24 : 27. Et j’ai déjà manifesté ce signe-là. Il me dit : Quel est ce signe ? J’ai dit : Jusqu’à présent vous ne voyez pas le signe du Fils de l’homme. Cela ne me surprend pas. Le signe scripturaire qui m’identifie en tant que Fils de l’homme, c’est ma parution devant vous. C’est le fait que je sois assis devant vous répondant à vos questions. C’est là le signe scripturaire qui m’identifie. Remarquez que dans MATTHIEU 24 : 27, le Fils de l’homme promis, ne vient pas pour faire des miracles. Il vient pour se  révéler au monde comme étant le Fils de l'homme. Dans  MATTHIEU 24, Jésus a parlé dans un premier temps de ceux qui font des prodiges, au point de séduire les élus, si cela était possible. Ce sont les faux prophètes et les faux christs. Dans un deuxième temps, Il parle de l'avènement du Fils de l'homme en occident. Et là, Il ne parle pas de     miracles, ni de prodiges, comme la guérison et autres. Il parle de l'avènement et de la  parution du Fils de l'homme. Puis, dans            MATTHIEU 24 : 28, Il parle du cadavre autour duquel s'assemblent les aigles. Là, encore, il ne s'agit ni de boiteux qui marchent, ni d'aveugles qui voient. Il s’agit du rassemblement des aigles autour de l’incarnation du mystère du cadavre. Vous voulez connaître les signes scripturaires qui m’identifient ? Les voilà : Le premier signe, c’est la venue du Fils de l’homme en occident. Le deuxième signe, c’est le rassemblement des   aigles en vue de  l’enlèvement. Il ne vous sera donné d’autre signe que celui du Fils de l’homme.

Voulant à tout prix me prouver que j’étais un faux prophète, il dit : Moïse avait un bâton. Quand il l’a jeté par terre, il est devenu un serpent. Ce signe-là l’identifiait.

J’ai dit : C’est juste. J’imagine que vous vouliez que je jette aussi mon bâton par terre. Dites-moi : Vous êtes chrétien ? Il dit : Je suis croyant. J’ai dit : Ah, je vois ; vous êtes branhamiste. Maintenant, que vous soyez chrétien ou croyant, parlons de vous. Quels sont les signes scripturaires qui vous identifient ? Frères, savez-vous ce qu’il a dit ? « Les signes scripturaires n’identifient que les leaders. Et vous, vous êtes un leader. » J’ai dit : Il n’y a aucune Ecriture qui dit que ce sont            seulement les leaders qui doivent accomplir des miracles, pour se faire identifier. Car Jésus dit, sans ambages, que tous ceux qui croient en Lui, feront des miracles. Il dit : « Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. » ça tombe bien ; puisque vous êtes croyant, quels sont les miracles, qui vous accompagnent ? Je vous écoute.

Contre toute attente, il me dit : Moi, je suis venu simplement pour échanger avec vous, ce n’est pas pour discuter. Je lui ai dit : Monsieur, nous sommes justement en train d’échanger. Donc dites-moi : Quels sont les signes scripturaires qui vous identifient en tant que croyant. Ne parlons plus de Jésus, ni de Moïse ;  parlons maintenant de vous, qui êtes assis devant moi. Vous m’avez demandé les signes scripturaires qui    m’identifient. Je vous les ai donnés. Mais, vous n’y croyez pas ; c’est   votre droit le plus absolu. Maintenant, parlons de vous. Donnez-moi les signes scripturaires qui vous identifient, puisque vous dites que vous êtes croyant. Frères, ce branhamiste a commencé à battre de l’aile, et à perdre des plumes. Bien sûr, je parle de ses plumes de faucon. Savez-vous ce qu’il m’a donné comme signe scripturaire l’identifiant ? Le Saint-Esprit. En effet, il me dit : j’ai le Saint-Esprit. Alors, j’ai commencé à rire. J’ai dit : Vous, vous, qui êtes assis devant moi, vous avez le Saint-Esprit ?   Arrêtez de plaisanter. Moi, personnellement je ne crois pas que vous avez le Saint-Esprit. Et je vous le dit : Vous n’avez pas le Saint-Esprit.      Maintenant, si vous pouvez me prouver le contraire, je suis à votre       disposition. Il me dit : Moi, j’ai juste voulu échanger avec vous, mais ça prend une autre tournure. J’ai dit : Rassurez-vous ! Nous sommes bel et bien entrain d’échanger. Vous les branhamistes, vous êtes prompts à    demander des signes aux gens, parce que Vous pensez que vous détenez le monopole de la vérité. Mais, quand on vous retourne la question, afin que vous nous montriez à votre tour, les signes scripturaires qui vous identifient, vous fuyez le débat. Vous voyez ! Vous n’êtes qu’un          hypocrite. Mais, vous n’allez pas vous en sortir si facilement, car je tiens à ce que vous me donniez les signes scripturaires qui vous identifient. Et vous osez me dire que vous avez le Saint-Esprit. Ceux qui ont vraiment le Saint-Esprit n’agissent pas comme vous. Vous n’avez pas le Saint-Esprit. Si vous l’avez vraiment, prouvez-le-moi, maintenant. Et puis, c’est trop facile de dire : J’ai le Saint-Esprit. N’importe qui peut dire cela. C’est pourquoi je vous demande de me dire quels sont les signes scripturaires qui vous identifient. Je ne fais que vous retourner votre propre question. Monsieur, je vous écoute. Il a dit : Je suis dans un groupe. Et nous avons prié pour le père d’une sœur qui souffrait de l’appendicite. Et il a été   guéri. Là, encore, j’ai commencé à rire. Et  j’ai dit : C’est ça votre signe scripturaire ? Je pensais que vous alliez me parler des morts que vous avez ressuscités, des boiteux, des sourds, des muets que vous avez guéris. O, comme c’est pitoyable ! Vous voyez ! Je savais que vous étiez un  plaisantin. Maintenant, considérons ce miracle dont vous venez de parler. Rien ne prouve que c’est vous qui l’avez fait, puisque vous étiez plusieurs dans le groupe. Et moi, personnellement, je ne crois pas que ce soit par vous qu’il a été accompli. Monsieur, répondez à ma question : Quels sont les signes scripturaires qui vous identifient ? Il dit : Moi, je voulais juste échanger avec vous, pour savoir quels sont les signes scripturaires qui vous identifient ; mais je vois que ça prend une autre tournure. Je lui ai aussi dit : Nous sommes bel et bien entrain d’échanger. Vous m’avez   demandé quels sont les signes scripturaires qui m’identifient. N’est-ce pas ? Moi, aussi, j’ai le plein droit de vous poser  la même question. Et c’est ce que je fais. Maintenant, sachez que je suis le signe du Fils de l’homme. Dès que j’ai dit cela, il s’est levé, et voulait partir. Je lui ai    intimé l’ordre de s’asseoir : Asseyez-vous ! Vous voyez ! Vous êtes      impoli et irrévérencieux. Qui vous a dit de vous lever ? Qui vous a dit de disposer ? Vous n’avez aucun respect pour les gens ; mais, avec moi ça ne se passe pas comme ça. Impoli. Et voilà notre faucon de branhamiste qui s’excuse : il dit : Excusez-moi. J’ai dit : Sortez !

Frères de la Manne Fraîche, écoutez ceci : Ce branhamiste est venu dans le seul but de se prouver à lui-même que je suis un faux       prophète. C’est pourquoi il m’a demandé, avec insistance et impolitesse, les Ecritures et les signes scripturaires qui m’identifient.

En ce qui concerne les Ecritures, j’ai parlé de MATTHIEU 24 : 27-28, où il est à la fois question de la venue du Fils de l’homme en occident, et du rassemblement des aigles autour de           l’incarnation du mystère du cadavre. Et, comme signe scripturaire, je lui ai dit : Il ne vous sera donné d’autre signe que celui du Fils de l’homme. Puis, j’ai ajouté : Je suis le signe du Fils de l’homme.

Frères, si quelqu’un, qui tente de me diaboliser, vous demande de lui donner les Ecritures qui m’identifient, demandez-lui aussi de vous donner les Ecritures qui l’identifient. Vous avez le plein droit de lui demander cela. S’il ne peut pas vous en donner, ne discutez pas avec lui. Evitez les vaines discussions. Si quelqu’un vous demande les signes scripturaires qui m’identifient, et que vous voyez qu’il cherche à me traiter de faux, demandez-lui aussi les signes scripturaires qui l’identifient. Car, vous avez le plein droit de lui demander cela.

MOISE IDENTIFIE PAR UNE ECRITURE

Ce branhamiste m’a dit que Moïse a été identifié par une Ecriture. Puis, il dit que cette Ecriture dit que Dieu enverrait Moïse pour sauver le peuple d’Israël, après 400 ans d’esclavage. Vous voyez ! Ce qu’il a dit est peut-être juste, mais qu’en est-il d’Abraham lui-même ? Quelle est l’Ecriture qui l’identifie, comme étant le futur père de la foi ? Ce       branhamiste dit qu’une Ecriture a annoncé la venue de Moïse. C’est    peut-être vrai. Mais, quelle est l’Ecriture qui annonce, noir sur blanc, la venue d’Abraham, comme étant le père de la foi ? Aucune Ecriture, écrite noir sur blanc n’a dit qu’Abraham viendrait sur la scène prophétique et deviendrait le père de la foi. Aucune. Est-ce pour autant qu’il doit être considéré comme un faux prophète ?

Maintenant, frères, aucune Ecriture n’a annoncé la venue de Moïse.

Frères, sachez ceci : Dieu Lui-même peut annoncer la venue de quelqu’un sur la scène prophétique sans que cela soit obligatoirement écrit noir sur blanc dans la Bible. Les Ecritures aussi peuvent parler d’avance de la venue d’un homme. En ce qui concerne Abraham, Dieu Lui-même s’est révélé à lui ; Il s’est révélé à lui personnellement, en disant : « Va-t’en de ton pays, de ta patrie, et de la maison de ton père, dans le pays que je te montrerais. Je ferai de toi une grande nation et je te bénirai ; Je rendrai ton nom grand, et tu seras une source de          bénédiction. Je bénirai ceux qui te béniront et je maudirai ceux qui te maudiront ; Et toutes les familles de la terre seront bénies en toi. » (GENESE 12 : 1-3). Frères, ici, ce n’est pas un verset biblique qui parle de la venue d’Abraham sur la scène prophétique, mais Dieu         Lui-même. C’est la meilleure façon d’identifier l’homme de Dieu. C’est bien d’être identifié par une Ecriture, écrite noir sur blanc dans la    Bible, mais il est mieux de l’être par la Parole parlée et révélée de Dieu, s’adressant à nous directement. C’est le cas d’Abraham, le père de la foi.

Au temps prophétique de l’aube, il en a été ainsi de frère Christ-Moïse. Car, il a été identifié par la Parole parlée et révélée de Dieu, en conformité avec les Ecritures. En effet, le Seigneur lui dit : « Fils de l’homme, lis Luc 4 : 18. » Cette Parole parlée et révélée, l’a identifié comme étant un Fils de l’homme. A travers des prophéties  données publiquement, Dieu lui dit : « Je te fais Dieu pour ce peuple. » Cette Parole parlée et révélée est aussi une Parole d’identification de frère Christ-Moïse. En voici, une autre : « Tu es un aigle, et l’aigle prend son envol. Il va dans les lieux très élevés pour chercher la Manne Fraîche. »

Frères, votre serviteur, frère Christ-Moïse est identifié, comme Abraham, par la Parole parlée et révélée du Dieu Tout-puissant et Tout-suffisant, Jésus-Christ, notre bien-aimé Seigneur. Chaque Parole parlée et révélée, qui l’identifie, n’est absolument pas en contradiction avec les Ecritures.

On me demande quelle est l’Ecriture qui m’identifie, et qui m’annonce. C’est bien. Mais, je voudrais qu’on me donne l’Ecriture,  écrite noir sur blanc, qui a annoncé la création de l’homme et de la     femme, au commencement. Il n’y en a pas. Car c’est Dieu Lui-même, par Sa Parole parlée et révélée, qui dit : Créons l’homme à notre image. En ce temps-là la Bible n’existait pas. Est-ce pour autant que l’homme et la femme sont des enfants du diable ? Adam était la Parole parlée et révélée manifestée en chair. Il était la Parole faite chair. C’est ici la Manne     Fraîche, la pure Parole. Il n’avait pas besoin d’être annoncé par un      quelconque verset biblique. Dieu s’en était chargé Lui-même. Maintenant, peut-être me dira-t-on : Quel est le signe scripturaire qui identifie Adam ? Frères, ce signe-là, c’est Adam lui-même. Oui Monsieur. Adam était un signe, en ce temps-là, parce qu’il était la Parole vivante rendue manifeste. Il était pour ainsi dire le premier signe Divin rendu manifeste, parce qu’il était l’image visible du Dieu invisible.

Ayant été créé en Jésus-Christ, comme une image de Dieu, frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme, est aussi une Parole vivante rendue manifeste, tout comme vous qui croyez au Nom de Jésus. En tant que Parole vivante, il est un signe Divin rendu manifeste. En tant qu’homme fait Dieu par Dieu, il est le signe Divin du temps prophétique de l’aube. Ayant été fait Fils de l’homme par le Fils de l’Homme, il est le signe du Fils de l’homme du temps prophétique de l’aube. Il est aussi un signe qui provoque la contradiction, un rocher de scandale et une pierre d’achoppement.

LA VENUE DU FILS DE L’HOMME SUR LA NUEE BLANCHE

Selon APOCALYPSE 14 : 14-16, un Fils de l’homme viendra, assis sur une nuée blanche. Et le Fils de l’Homme, Jésus, m’a fait Fils de l’homme. Je suis donc identifié par cette Parole de l’Ecriture d’APOCALYPSE 14 : 14-16. Mais, ce qui est remarquable, et que je veux que vous compreniez, c’est que ce Fils de l’homme que j’incarne, ne vient pas pour faire de grands miracles. Il vient pour moissonner, car la moisson est mûre. La moisson étant mûre, quel miracle particulier       veut-on qu’il fasse, si ce n’est celui de moissonner. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole. Remarquez encore ceci : Ce Fils de l’homme ne vient pas avec une Epée, mais seulement avec une Faucille. Car le grain de blé est mûr. Il peut faire quelques petits miracles, à cause des besoins du peuple, mais son ministère ne consiste pas à en faire. Son ministère consiste essentiellement à moissonner le grain de blé, qui est déjà mûr. Le grain de blé étant mûr, quel signe scripturaire doit-il faire, si ce n’est celui de moissonner ? Pensez-y !

LE SIGNE DE LA RESURRECTION

Le jour où Dieu m’a dit de prêcher Sa Parole à Son peuple, j’ai dit : « Seigneur quel signe me donnes-Tu ? » Et Il m’a dit : « Le signe de la résurrection. » Et moi, je vous dis, en Vérité, en Vérité, il ne vous sera donné, d’autre signe que celui de la résurrection. C’est là ce qu’il faut dire quand on vous interrogera. Il ne vous sera donné d’autre signe que celui de la résurrection. Dieu ne m’a pas dit de ressusciter les morts, ni de guérir les malades et les infirmes. Le signe qu’Il m’a donné, c’est le Signe de la résurrection. En ce qui me concerne, tous les signes, comme les guérisons, les dons spirituels, passeront un jour ; mais le Signe de la résurrection ne passera point. Car, je suis le Signe de la résurrection rendu manifeste. Et je serai toujours le Signe de la résurrection rendu manifeste. Sur la nouvelle terre, pendant le règne millénaire, je serai le Signe de la résurrection. Dieu m’a donné ce signe-là comme un Sceau immuable et éternel.

Ce branhamiste, sans vouloir me répéter m’a demandé les Ecritures qui m’identifient, en tant que Fils de l’homme. Comme je savais dans quel esprit il me parlait, et ce qu’il cherchait à faire, je lui ai        simplement retourné la même question. Je lui ai dit : Et vous, quelles sont les Ecritures qui vous identifient ? Il s’est montré incapable de m’en   donner. Pour lui, ce sont les gens comme moi, qui sont seulement        identifiés par les Ecritures. Je lui ai dit : « Ce que vous dites n’est pas vrai. Car, les Ecritures identifient tous les enfants de Dieu, sans aucune exception. Maintenant, sachez aussi que même le diable et ses enfants sont identifiés par les Ecritures. Si vous êtes un enfant de Dieu, vous    devez être identifié par les Ecritures. Alors, quelles sont les Ecritures qui vous identifient. Vous voyez ! Vous ne pouvez pas me répondre, parce que vous êtes ici avec une idée bien arrêtée en ce qui me concerne. Mais, sachez ceci : Faites attention à ce que vous dites. Car, moi, je réponds aux insensés, comme vous, selon leur folie, afin qu’ils ne pensent pas qu’ils sont sages. » Frères, répondez aux insensés selon leur folie, afin qu’ils ne se regardent pas comme sages. Et ce, conformément à                        PROVERBES 26 : 5.

Si quelqu’un, pour se moquer de moi, vous demande quelles sont les Ecritures qui m’identifient, retournez-lui la question. Dites-lui : Et vous, quelles sont aussi les Ecritures qui vous identifient ?

Un jour,  les sadducéens, qui disent qu’il n’y a point de résurrection, ont posé une question à Jésus, dans                                MATTHIEU 22 : 23-30 : « Le même jour, les sadducéens, qui disent qu’il n’y a point de résurrection, vinrent auprès de Jésus, et lui firent cette question : Maître, Moïse a dit : Si quelqu’un meurt sans enfants, son frère épousera sa veuve, et suscitera une postérité à son frère. Or, il y avait parmi nous sept frères. Le premier se maria, et mourut ; et,  comme il n’avait pas d’enfants, il laissa sa femme à son frère. Il en fut de même du second, puis du troisième, jusqu’au septième. Après eux tous, la femme mourut aussi. A la résurrection, duquel des sept          sera-t-elle la femme ? Car tous l’ont eue.

Jésus leur répondit : Vous êtes dans l’erreur, parce que vous ne comprenez ni les Ecritures, ni la Puissance de Dieu. Car, à la résurrection, les hommes ne prendront point de femmes, ni les femmes de maris, mais ils seront comme les anges de Dieu dans le ciel. » Avez-vous remarqué la réponse du Seigneur, à ces juifs ? Il leur dit : « Vous êtes dans l’erreur, parce que vous ne comprenez ni les  Ecritures, ni la puissance de Dieu.» Aujourd’hui encore, nous sommes dans l’erreur, parce que nous ne comprenons ni les Ecritures, ni la      Puissance de Dieu. Frères, il y a deux choses essentielles à comprendre : Les Ecritures et la Puissance de Dieu. Ces juifs avaient les Ecritures, qu’ils enseignaient même au peuple. Mais, ils ne les comprenaient pas. Ils avaient les Ecritures, mais ils ne connaissaient pas leur Auteur ; ils ne connaissaient absolument pas, l’Auteur des Ecritures. Et comme les Juifs ne savaient pas que Jésus était l’Auteur des Ecritures, ils n’hésitaient pas à L’insulter et à Le diaboliser. Ne Lui ont-ils pas dit : Tu as un démon ? O, frères, voilà des gens qui ne comprenaient ni les Ecritures, ni la     Puissance de Dieu, mais qui voyaient un démon en Jésus de Nazareth, l’Auteur des Ecritures, venu en chair, et l’Auteur de la Puissance Divine. Ils ne savaient même pas qui était réellement cet homme qu’ils insultaient et diabolisaient. Ils ne savaient pas qu’ils étaient en face de l’Auteur des Ecritures qu’ils prêchaient sans les comprendre. Le drame aujourd’hui, est semblable au drame du temps de Jésus-Christ ; car, nous aussi, nous     citons les Ecritures quand nous prêchons. Mais quand elles                 s’accomplissent, nous n’en savons rien. Absolument rien. Nous prêchons en nous appuyant sur les Ecritures, sans les comprendre. Il nous arrive même de prêcher, en citant une Ecriture, comme si elle n’est pas encore accomplie, alors qu’elle l’est, il y a belle lurette. Le même reproche que le Seigneur a fait aux Juifs, s’adresse aussi à nous aujourd’hui. Car, comme les Juifs, nous ne comprenons ni les Ecritures, ni la Puissance de Dieu.

QUELLE EST L’ECRITURE QUI ANNONCAIT MOISE ?

Frères, je ne connais pas bien la Bible ; mais je pense qu’aucune Ecriture n’a annoncé la naissance de Moïse et son ministère. Que Dieu me pardonne, si je me trompe.

Quelle est l’Ecriture qui a annoncé la venue de Moïse comme libérateur des enfants d’Israël ? Je n’en vois aucune. Je sais que dans   GENESE 15 :13, Dieu a parlé des descendants d’Abraham, qui           allaient être étrangers dans un pays, et qui allaient être asservis et        maltraités pendant quatre cent ans. Je sais aussi que Dieu a dit qu’Il allait juger ce pays-là. Mais, à aucun moment, il n’a été question de Moïse.   Est-ce pour autant qu’on doit en déduire qu’il était un faux prophète ? Je sais aussi que Joseph dit, avant de mourir que Dieu allait visiter les      enfants d’Israël. « Joseph fit jurer les fils d’Israël, en disant : Dieu vous visitera, et vous ferez remonter mes os loin d’ici. » (GENESE 50 : 25). Cette Ecriture non plus n’annonçait pas la venue de Moïse, de façon    explicite. Mais, quand celui-là a été fait Dieu par Dieu, il s’est identifié à cette Parole de l’Ecriture, car il était ce Dieu-là par qui Dieu avait visité les fils d’Israël. Frères, c’est le prophète de Dieu, qui sait quelles sont les Ecritures qui l’identifient, et qu’il est venu accomplir. Aucune   Ecriture n’a annoncé Moïse. Mais, celui-là s’est identifié à une       Ecriture, pour la faire parler et pour la faire vivre. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole. Aucune Ecriture n’a prédit que Moïse allait être fait Dieu par Dieu. Aucune. Est-ce pour autant qu’il n’était pas Dieu, fait Dieu par Dieu ? Moïse a été fait Dieu par Dieu, même si      aucune prophétie n’a prédit cela. J’espère que vous comprenez les       Ecritures et la Puissance de Dieu.

QUELLE EST L’ECRITURE QUI A PREDIT QUE L’APOTRE PIERRE ALLAIT RECEVOIR LES CLEFS DU ROYAUME DES CIEUX ?

Je ne connais pas bien la Bible ; mais, je dis qu’aucune Ecriture de l’Ancien Testament n’a annoncé que l’apôtre Pierre allait recevoir les clefs du Royaume des Cieux. Cette promesse lui a été faite verbalement, oralement, de vive voix par le Seigneur Jésus-Christ. Qu’en pensez-vous ?

Aucun branhamiste ne se demande quelles sont les Ecritures qui ont annoncé l’apôtre Pierre ; ni quelles sont les Ecriture qui ont prédit qu’il allait recevoir les clés du Royaume des cieux. Mais, quand il s’agit de frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme, on veut à tout prix qu’il montre les Ecritures qui l’annoncent. Je pense qu’il serait intéressant de leur demander de montrer les Ecritures qui ont annoncé que l’apôtre Pierre recevrait les clefs du Royaume des cieux. Et vous verrez qu’ils fuiront le débat.

Aucune Ecriture n’a annoncé d’avance la venue de l’apôtre Pierre. Je me demande bien s’il y a une Ecriture de l’Ancien Testament qui l’a annoncé, et qui l’a identifié. Moi, je n’en connais pas. Peut-être que les branhamistes en connaissent une. Moi, je n’en connais pas.

Je sais que l’apôtre Paul a été identifié par cette Parole de l’Ecriture, écrite dans ESAIE 42 : 6 : « Je t’ai appelé pour être la        lumière des nations. » C’est qu’il dit, dans ACTES 13 : 47 : « Car ainsi nous l’a ordonné le Seigneur. Je t’ai établi pour être la lumière des   nations, pour porter le salut jusqu’aux extrémités de la terre. » La     Parole de l’Ecriture d’ACTES 13 : 47 confirme ESAIE 42 : 6, et       l’accomplit. Mais, remarquez que le Seigneur, dans ACTES 13 : 47, a ajouté des Paroles qui ne sont pas dans ESAÏE 42 : 6. Il a repris     ESAIE 42 : 6 d’une autre manière, tout en gardant sa quintessence et son essence Divine. C’est là ce qui est important. Les mots ‘’jusqu’aux      extrémités de la terre’’ ne se trouvent pas dans ESAIE 42 : 6. Est-ce pour autant que ce que le Seigneur a dit à l’apôtre Paul est faux ?

Frères, l’accomplissement d’une Parole de l’Ecriture n’est pas basée sur une logique mathématique. Faisons donc beaucoup attention.

Revenons à l’apôtre Pierre. Quelle est l’Ecriture qui l’a annoncé ? Quelle est l’Ecriture qui l’a identifié ? A ma connaissance, aucune. Mais, cela n’a pas empêché le Seigneur Jésus de lui faire cette promesse : « Je te donnerai les clefs du Royaume des Cieux… » Et  lorsque le Saint-Esprit est descendu sur lui, il a reçu ces clefs-là, de la part du Seigneur. Les Ecritures de l’Ancien Testament ne parlent pas de l’apôtre Pierre. Pourtant  le Seigneur lui a donné les clefs du   Royaume des cieux.

Je sais qu’on vous demande si mon nom est écrit dans la Bible. Ne vous en faites pas. Le nom de Pierre n’est pas écrit dans l’Ancien Testament. Mais cela n’a pas empêché le Seigneur de lui donner les clefs du Royaume des cieux. Mon nom n’est peut-être pas écrit dans la Bible, mais cela n’a pas empêché le Seigneur de me faire Dieu et Fils de l’homme. Cela ne l’a pas empêché de me donner les clefs du Royaume des cieux, ainsi que les Paroles de la Vie éternelle.

QU’EN EST –IL DE L’APOTRE JEAN ?

Quelle est l’Ecriture de l’Ancien Testament qui l’a annoncé, et qui a prédit qu’il allait recevoir le grand mystère de l’Apocalypse ? A ma connaissance, aucune. Mais, cela n’a pas empêché le Seigneur de lui montrer les choses qui allaient arriver. Frères, ne faites donc pas         attention à ceux qui veulent à tout prix que vous leur donniez les     Ecritures qui m’ont annoncé. Demandez-leur aussi de vous montrer les Ecriture qui les annoncent. Et le débat sera clos.

QU’EN EST-IL DE JESUS, LE FILS DE DIEU ?

Il y a des Ecritures qui L’ont annoncé et identifié. Mais l’accomplissement de ces Ecritures n’est pas basé sur une logique        mathématique, mais seulement sur la volonté souveraine de Dieu. Prenons des exemples.

La naissance de Jésus a été annoncé en ces termes : « C’est     pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe, voici la vierge deviendra enceinte, elle enfantera un fils, et elle lui donnera le nom d’Emmanuel. » (ESAIE 7 : 14). Au moment de l’accomplissement de cette Parole de l’Ecriture, l’ange Gabriel dit à la vierge Marie que l’enfant qu’elle mettrait au monde s’appellerait plutôt Jésus. Au lieu d’Emmanuel, Il a toujours été appelé du nom de Jésus. Est-ce pour autant qu’on dirait que la Parole de l’ange Gabriel est fausse, ou que la prophétie d’Esaïe est erronée ?

Encore un exemple : L’Ecriture a annoncé la mort de Jésus pour les péchés. Mais, a-t-Elle aussi annoncé Sa résurrection d’entre les morts ? A ma connaissance, non. Mais est-ce pour autant que Christ n’est pas ressuscité d’entre les morts ? Quand Il prêchait, Il dit ce que dit l’Ecriture concernant Sa mort ; mais Il dit aussi ce que l’Ecriture ne dit pas, concernant Sa résurrection et Sa montée au ciel. Il a dit          Lui-même ce que l’Ecriture ne dit pas, parce qu’Il était la Parole faite chair, la plénitude de l’Ecriture révélée corporellement. Et nous aussi, nous disons ce que l’Ecriture dit nous concernant ; et nous disons aussi ce qu’Elle ne dit pas, car, nous sommes l’Ecriture révélée corporellement pour ce temps. C’est ici la Manne Fraîche, la pure     Parole.

Frères, que Dieu vous bénisse !

Je vous aime

A bientôt


FRERE CHRIST-MOISE, LE FILS DE L’HOMME

Message prêché le mardi 02 mars 2017, au Tabernacle le Chandelier d’Or ; Cocody-Angré ; Abidjan ; RCI. Matin.
----------------------------------------------------------------------------
Paroles de frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme, que le Seigneur lui a données pour la perfection des saints.
----------------------------------------------------------------------------
Bonjour. Ce matin, avec la permission de Dieu, je voudrais vous faire le point de l’échange que j’ai eu avec un branhamiste, au Tabernacle de Yopougon – Santé. Cela s’est passé le dimanche 26 février 2017.
Après la prédication qui a porté essentiellement sur le thème, ‟POURQUOI LE FILS DE L'HOMME M’A FAIT FILS DE L'HOMME”, je recevais les gens, comme je le fais habituellement. Et voici, un jeune homme a pris place devant moi. Il m’a dit qu’il voulait échanger avec moi sur la Parole de Dieu. J’ai dit : J’étais tout le temps à la chaire ; et j’ai demandé à ceux qui avaient des questions de me les     poser. Vous auriez dû poser vos préoccupations en ce moment-là.     Maintenant vous venez me poser des questions à huis clos. Il m’a         répondu, en disant : Je suis arrivé ici en retard. J’ai vu votre affiche où il est écrit : POURQUOI LE FILS DE L’HOMME M’A FAIT FILS DE L’HOMME. Est-ce que je peux poser mes questions ? J’ai dit : Allez-y ! Il a dit : ‟Quel est le signe qui vous identifie, puisque vous dites que vous êtes le Fils de l’homme ?” Frères, quand il m’a posé cette question, je  savais que j’avais affaire à un de ces illuminés de branhamistes. Je lui ai dit : Il ne vous sera donné d’autre signe que celui du Fils de l’homme. Il a dit : Oui, mais quels sont les signes scripturaires qui vous identifient ? Un jour, Jean-Baptiste a envoyé ses disciples vers Jésus, pour Lui        demander si c'était Lui, ou si on devait en attendre un autre. Et Jésus a dit que les aveugles voyaient, que les boiteux marchaient. Ces signes-là   identifiaient Jésus. Vous, quels sont les signes scripturaires qui vous  identifient ?
J’ai dit : Je suis surpris que depuis que nous parlions, vous n’avez pas encore vu le signe du Fils de l’homme manifesté devant vous. C’est vraiment dommage. Maintenant, vous me citez Jésus et les miracles qu’il a faits. Vous voulez peut-être que je me mette à ressusciter les morts    devant vous, à guérir les boiteux et les aveugles. Monsieur, je vous l'ai déjà dit : Il ne vous sera donné d’autre signe que celui du Fils de      l’homme. Vous me parlez des signes scripturaires qui identifiaient Jésus de Nazareth. Ces signes-là étaient en accord avec les prophéties Le     concernant. Moi, Dieu ne m'a pas envoyé pour accomplir exactement les mêmes prophéties que Lui. Chaque Fils de l'homme vient pour          manifester la Parole concernant son temps, et le concernant lui-même. C'est à lui que Dieu, qui l'a envoyé, révèle les Ecritures le concernant. Et ce    Dieu-là accomplit ces Ecritures en tenant compte des temps               prophétiques, des besoins du moment, et de Sa volonté de l'heure. Jésus est venu guérir les malades, comme vous le dites. Moi, je ne suis pas  venu guérir les malades, ni même chasser les démons. Je suis venu pour être le Fils de l’homme qui doit paraître en occident, selon MATTHIEU 24 : 27. Et j’ai déjà manifesté ce signe-là. Il me dit : Quel est ce signe ? J’ai dit : Jusqu’à présent vous ne voyez pas le signe du Fils de l’homme. Cela ne me surprend pas. Le signe scripturaire qui m’identifie en tant que Fils de l’homme, c’est ma parution devant vous. C’est le fait que je sois assis devant vous répondant à vos questions. C’est là le signe scripturaire qui m’identifie. Remarquez que dans MATTHIEU 24 : 27, le Fils de l’homme promis, ne vient pas pour faire des miracles. Il vient pour se  révéler au monde comme étant le Fils de l'homme. Dans                   MATTHIEU 24, Jésus a parlé dans un premier temps de ceux qui font des prodiges, au point de séduire les élus, si cela était possible. Ce sont les faux prophètes et les faux christs. Dans un deuxième temps, Il parle de l'avènement du Fils de l'homme en occident. Et là, Il ne parle pas de     miracles, ni de prodiges, comme la guérison et autres. Il parle de           l'avènement et de la  parution du Fils de l'homme. Puis, dans            MATTHIEU 24 : 28, Il parle du cadavre autour duquel s'assemblent les aigles. Là, encore, il ne s'agit ni de boiteux qui marchent, ni d'aveugles qui voient. Il s’agit du rassemblement des aigles autour de l’incarnation du mystère du cadavre. Vous voulez connaître les signes scripturaires qui m’identifient ? Les voilà : Le premier signe, c’est la venue du Fils de l’homme en occident. Le deuxième signe, c’est le rassemblement des   aigles en vue de  l’enlèvement. Il ne vous sera donné d’autre signe que celui du Fils de l’homme.
Voulant à tout prix me prouver que j’étais un faux prophète, il dit : Moïse avait un bâton. Quand il l’a jeté par terre, il est devenu un serpent. Ce signe-là l’identifiait.
J’ai dit : C’est juste. J’imagine que vous vouliez que je jette aussi mon bâton par terre. Dites-moi : Vous êtes chrétien ? Il dit : Je suis croyant. J’ai dit : Ah, je vois ; vous êtes branhamiste. Maintenant, que vous soyez chrétien ou croyant, parlons de vous. Quels sont les signes scripturaires qui vous identifient ? Frères, savez-vous ce qu’il a dit ?        « Les signes scripturaires n’identifient que les leaders. Et vous, vous êtes un leader. » J’ai dit : Il n’y a aucune Ecriture qui dit que ce sont            seulement les leaders qui doivent accomplir des miracles, pour se faire identifier. Car Jésus dit, sans ambages, que tous ceux qui croient en Lui, feront des miracles. Il dit : « Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. » ça tombe bien ; puisque vous êtes croyant, quels sont les miracles, qui vous accompagnent ? Je vous écoute.
Contre toute attente, il me dit : Moi, je suis venu simplement pour échanger avec vous, ce n’est pas pour discuter. Je lui ai dit : Monsieur, nous sommes justement en train d’échanger. Donc dites-moi : Quels sont les signes scripturaires qui vous identifient en tant que croyant. Ne       parlons plus de Jésus, ni de Moïse ;  parlons maintenant de vous, qui êtes assis devant moi. Vous m’avez demandé les signes scripturaires qui    m’identifient. Je vous les ai donnés. Mais, vous n’y croyez pas ; c’est   votre droit le plus absolu. Maintenant, parlons de vous. Donnez-moi les signes scripturaires qui vous identifient, puisque vous dites que vous êtes croyant. Frères, ce branhamiste a commencé à battre de l’aile, et à perdre des plumes. Bien sûr, je parle de ses plumes de faucon. Savez-vous ce qu’il m’a donné comme signe scripturaire l’identifiant ? Le Saint-Esprit. En effet, il me dit : j’ai le Saint-Esprit. Alors, j’ai commencé à rire. J’ai dit : Vous, vous, qui êtes assis devant moi, vous avez le Saint-Esprit ?   Arrêtez de plaisanter. Moi, personnellement je ne crois pas que vous avez le Saint-Esprit. Et je vous le dit : Vous n’avez pas le Saint-Esprit.      Maintenant, si vous pouvez me prouver le contraire, je suis à votre       disposition. Il me dit : Moi, j’ai juste voulu échanger avec vous, mais ça prend une autre tournure. J’ai dit : Rassurez-vous ! Nous sommes bel et bien entrain d’échanger. Vous les branhamistes, vous êtes prompts à    demander des signes aux gens, parce que Vous pensez que vous détenez le monopole de la vérité. Mais, quand on vous retourne la question, afin que vous nous montriez à votre tour, les signes scripturaires qui vous identifient, vous fuyez le débat. Vous voyez ! Vous n’êtes qu’un          hypocrite. Mais, vous n’allez pas vous en sortir si facilement, car je tiens à ce que vous me donniez les signes scripturaires qui vous identifient. Et vous osez me dire que vous avez le Saint-Esprit. Ceux qui ont vraiment le Saint-Esprit n’agissent pas comme vous. Vous n’avez pas le Saint-Esprit. Si vous l’avez vraiment, prouvez-le-moi, maintenant. Et puis, c’est trop facile de dire : J’ai le Saint-Esprit. N’importe qui peut dire cela. C’est pourquoi je vous demande de me dire quels sont les signes scripturaires qui vous identifient. Je ne fais que vous retourner votre propre question. Monsieur, je vous écoute. Il a dit : Je suis dans un groupe. Et nous avons prié pour le père d’une sœur qui souffrait de l’appendicite. Et il a été   guéri. Là, encore, j’ai commencé à rire. Et  j’ai dit : C’est ça votre signe scripturaire ? Je pensais que vous alliez me parler des morts que vous avez ressuscités, des boiteux, des sourds, des muets que vous avez guéris. O, comme c’est pitoyable ! Vous voyez ! Je savais que vous étiez un  plaisantin. Maintenant, considérons ce miracle dont vous venez de parler. Rien ne prouve que c’est vous qui l’avez fait, puisque vous étiez plusieurs dans le groupe. Et moi, personnellement, je ne crois pas que ce soit par vous qu’il a été accompli. Monsieur, répondez à ma question : Quels sont les signes scripturaires qui vous identifient ? Il dit : Moi, je voulais juste échanger avec vous, pour savoir quels sont les signes scripturaires qui vous identifient ; mais je vois que ça prend une autre tournure. Je lui ai aussi dit : Nous sommes bel et bien entrain d’échanger. Vous m’avez   demandé quels sont les signes scripturaires qui m’identifient. N’est-ce pas ? Moi, aussi, j’ai le plein droit de vous poser  la même question. Et c’est ce que je fais. Maintenant, sachez que je suis le signe du Fils de l’homme. Dès que j’ai dit cela, il s’est levé, et voulait partir. Je lui ai    intimé l’ordre de s’asseoir : Asseyez-vous ! Vous voyez ! Vous êtes      impoli et irrévérencieux. Qui vous a dit de vous lever ? Qui vous a dit de disposer ? Vous n’avez aucun respect pour les gens ; mais, avec moi ça ne se passe pas comme ça. Impoli. Et voilà notre faucon de branhamiste qui s’excuse : il dit : Excusez-moi. J’ai dit : Sortez !
Frères de la Manne Fraîche, écoutez ceci : Ce branhamiste est   venu dans le seul but de se prouver à lui-même que je suis un faux       prophète. C’est pourquoi il m’a demandé, avec insistance et impolitesse, les Ecritures et les signes scripturaires qui m’identifient.
En ce qui concerne les Ecritures, j’ai parlé de                         MATTHIEU 24 : 27-28, où il est à la fois question de la venue du Fils de l’homme en occident, et du rassemblement des aigles autour de           l’incarnation du mystère du cadavre. Et, comme signe scripturaire, je lui ai dit : Il ne vous sera donné d’autre signe que celui du Fils de l’homme. Puis, j’ai ajouté : Je suis le signe du Fils de l’homme.
Frères, si quelqu’un, qui tente de me diaboliser, vous demande de lui donner les Ecritures qui m’identifient, demandez-lui aussi de vous donner les Ecritures qui l’identifient. Vous avez le plein droit de lui demander cela. S’il ne peut pas vous en donner, ne discutez pas avec lui. Evitez les vaines discussions. Si quelqu’un vous demande les signes scripturaires qui m’identifient, et que vous voyez qu’il cherche à me traiter de faux, demandez-lui aussi les signes scripturaires qui           l’identifient. Car, vous avez le plein droit de lui demander cela.
MOISE IDENTIFIE PAR UNE ECRITURE
Ce branhamiste m’a dit que Moïse a été identifié par une Ecriture. Puis, il dit que cette Ecriture dit que Dieu enverrait Moïse pour sauver le peuple d’Israël, après 400 ans d’esclavage. Vous voyez ! Ce qu’il a dit est peut-être juste, mais qu’en est-il d’Abraham lui-même ? Quelle est      l’Ecriture qui l’identifie, comme étant le futur père de la foi ? Ce       branhamiste dit qu’une Ecriture a annoncé la venue de Moïse. C’est    peut-être vrai. Mais, quelle est l’Ecriture qui annonce, noir sur blanc, la venue d’Abraham, comme étant le père de la foi ? Aucune Ecriture, écrite noir sur blanc n’a dit qu’Abraham viendrait sur la scène prophétique et deviendrait le père de la foi. Aucune. Est-ce pour autant qu’il doit être considéré comme un faux prophète ?
Maintenant, frères, aucune Ecriture n’a annoncé la venue de Moïse.
Frères, sachez ceci : Dieu Lui-même peut annoncer la venue de quelqu’un sur la scène prophétique sans que cela soit obligatoirement écrit noir sur blanc dans la Bible. Les Ecritures aussi peuvent parler d’avance de la venue d’un homme. En ce qui concerne Abraham, Dieu Lui-même s’est révélé à lui ; Il s’est révélé à lui personnellement, en    disant : « Va-t’en de ton pays, de ta patrie, et de la maison de ton père, dans le pays que je te montrerais. Je ferai de toi une grande nation et je te bénirai ; Je rendrai ton nom grand, et tu seras une source de          bénédiction. Je bénirai ceux qui te béniront et je maudirai ceux qui te maudiront ; Et toutes les familles de la terre seront bénies en toi. » (GENESE 12 : 1-3). Frères, ici, ce n’est pas un verset biblique qui parle de la venue d’Abraham sur la scène prophétique, mais Dieu         Lui-même. C’est la meilleure façon d’identifier l’homme de Dieu. C’est bien d’être identifié par une Ecriture, écrite noir sur blanc dans la    Bible, mais il est mieux de l’être par la Parole parlée et révélée de Dieu, s’adressant à nous directement. C’est le cas d’Abraham, le père de la foi.
Au temps prophétique de l’aube, il en a été ainsi de frère       Christ-Moïse. Car, il a été identifié par la Parole parlée et révélée de Dieu, en conformité avec les Ecritures. En effet, le Seigneur lui dit : « Fils de l’homme, lis Luc 4 : 18. » Cette Parole parlée et révélée, l’a identifié comme étant un Fils de l’homme. A travers des prophéties  données publiquement, Dieu lui dit : « Je te fais Dieu pour ce peuple. » Cette Parole parlée et révélée est aussi une Parole d’identification de frère Christ-Moïse. En voici, une autre : « Tu es un aigle, et l’aigle prend son envol. Il va dans les lieux très élevés pour chercher la Manne Fraîche. »
Frères, votre serviteur, frère Christ-Moïse est identifié, comme Abraham, par la Parole parlée et révélée du Dieu Tout-puissant et   Tout-suffisant, Jésus-Christ, notre bien-aimé Seigneur. Chaque Parole parlée et révélée, qui l’identifie, n’est absolument pas en contradiction avec les Ecritures.
On me demande quelle est l’Ecriture qui m’identifie, et qui    m’annonce. C’est bien. Mais, je voudrais qu’on me donne l’Ecriture,  écrite noir sur blanc, qui a annoncé la création de l’homme et de la     femme, au commencement. Il n’y en a pas. Car c’est Dieu Lui-même, par Sa Parole parlée et révélée, qui dit : Créons l’homme à notre image. En ce temps-là la Bible n’existait pas. Est-ce pour autant que l’homme et la femme sont des enfants du diable ? Adam était la Parole parlée et révélée manifestée en chair. Il était la Parole faite chair. C’est ici la Manne     Fraîche, la pure Parole. Il n’avait pas besoin d’être annoncé par un      quelconque verset biblique. Dieu s’en était chargé Lui-même. Maintenant, peut-être me dira-t-on : Quel est le signe scripturaire qui identifie Adam ? Frères, ce signe-là, c’est Adam lui-même. Oui Monsieur. Adam était un signe, en ce temps-là, parce qu’il était la Parole vivante rendue manifeste. Il était pour ainsi dire le premier signe Divin rendu manifeste, parce qu’il était l’image visible du Dieu invisible.
Ayant été créé en Jésus-Christ, comme une image de Dieu, frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme, est aussi une Parole vivante rendue manifeste, tout comme vous qui croyez au Nom de Jésus. En tant que Parole vivante, il est un signe Divin rendu manifeste. En tant     qu’homme fait Dieu par Dieu, il est le signe Divin du temps prophétique de l’aube. Ayant été fait Fils de l’homme par le Fils de l’Homme, il est le signe du Fils de l’homme du temps prophétique de l’aube. Il est aussi un signe qui provoque la contradiction, un rocher de scandale et une pierre d’achoppement.
LA VENUE DU FILS DE L’HOMME SUR LA NUEE BLANCHE
Selon APOCALYPSE 14 : 14-16, un Fils de l’homme viendra, assis sur une nuée blanche. Et le Fils de l’Homme, Jésus, m’a fait Fils de l’homme. Je suis donc identifié par cette Parole de l’Ecriture       d’APOCALYPSE 14 : 14-16. Mais, ce qui est remarquable, et que je veux que vous compreniez, c’est que ce Fils de l’homme que j’incarne, ne vient pas pour faire de grands miracles. Il vient pour moissonner, car la     moisson est mûre. La moisson étant mûre, quel miracle particulier       veut-on qu’il fasse, si ce n’est celui de moissonner. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole. Remarquez encore ceci : Ce Fils de l’homme ne vient pas avec une Epée, mais seulement avec une Faucille. Car le grain de blé est mûr. Il peut faire quelques petits miracles, à cause des besoins du peuple, mais son ministère ne consiste pas à en faire. Son ministère consiste essentiellement à moissonner le grain de blé, qui est déjà mûr. Le grain de blé étant mûr, quel signe scripturaire doit-il faire, si ce n’est celui de moissonner ? Pensez-y !
LE SIGNE DE LA RESURRECTION
Le jour où Dieu m’a dit de prêcher Sa Parole à Son peuple, j’ai dit : « Seigneur quel signe me donnes-Tu ? » Et Il m’a dit : « Le signe de la résurrection. » Et moi, je vous dis, en Vérité, en Vérité, il ne vous sera donné, d’autre signe que celui de la résurrection. C’est là ce qu’il faut dire quand on vous interrogera. Il ne vous sera donné d’autre signe que celui de la résurrection. Dieu ne m’a pas dit de ressusciter les morts, ni de guérir les malades et les infirmes. Le signe qu’Il m’a     donné, c’est le Signe de la résurrection. En ce qui me concerne, tous les signes, comme les guérisons, les dons spirituels, passeront un jour ; mais le Signe de la résurrection ne passera point. Car, je suis le Signe de la résurrection rendu manifeste. Et je serai toujours le Signe de la résurrection rendu manifeste. Sur la nouvelle terre, pendant le règne millénaire, je serai le Signe de la résurrection. Dieu m’a donné ce signe-là comme un Sceau immuable et éternel.
Ce branhamiste, sans vouloir me répéter m’a demandé les       Ecritures qui m’identifient, en tant que Fils de l’homme. Comme je savais dans quel esprit il me parlait, et ce qu’il cherchait à faire, je lui ai        simplement retourné la même question. Je lui ai dit : Et vous, quelles sont les Ecritures qui vous identifient ? Il s’est montré incapable de m’en   donner. Pour lui, ce sont les gens comme moi, qui sont seulement        identifiés par les Ecritures. Je lui ai dit : « Ce que vous dites n’est pas vrai. Car, les Ecritures identifient tous les enfants de Dieu, sans aucune exception. Maintenant, sachez aussi que même le diable et ses enfants sont identifiés par les Ecritures. Si vous êtes un enfant de Dieu, vous    devez être identifié par les Ecritures. Alors, quelles sont les Ecritures qui vous identifient. Vous voyez ! Vous ne pouvez pas me répondre, parce que vous êtes ici avec une idée bien arrêtée en ce qui me concerne. Mais, sachez ceci : Faites attention à ce que vous dites. Car, moi, je réponds aux insensés, comme vous, selon leur folie, afin qu’ils ne pensent pas qu’ils sont sages. » Frères, répondez aux insensés selon leur folie, afin qu’ils ne se regardent pas comme sages. Et ce, conformément à                        PROVERBES 26 : 5.
Si quelqu’un, pour se moquer de moi, vous demande quelles sont les Ecritures qui m’identifient, retournez-lui la question. Dites-lui : Et vous, quelles sont aussi les Ecritures qui vous identifient ?
Un jour,  les sadducéens, qui disent qu’il n’y a point de             résurrection, ont posé une question à Jésus, dans                                MATTHIEU 22 : 23-30 : « Le même jour, les sadducéens, qui disent qu’il n’y a point de résurrection, vinrent auprès de Jésus, et lui firent cette question : Maître, Moïse a dit : Si quelqu’un meurt sans enfants, son frère épousera sa veuve, et suscitera une postérité à son frère. Or, il y avait parmi nous sept frères. Le premier se maria, et mourut ; et,  comme il n’avait pas d’enfants, il laissa sa femme à son frère. Il en fut de même du second, puis du troisième, jusqu’au septième. Après eux tous, la femme mourut aussi. A la résurrection, duquel des sept          sera-t-elle la femme ? Car tous l’ont eue.
Jésus leur répondit : Vous êtes dans l’erreur, parce que vous ne comprenez ni les Ecritures, ni la Puissance de Dieu. Car, à la            résurrection, les hommes ne prendront point de femmes, ni les femmes de maris, mais ils seront comme les anges de Dieu dans le ciel. »       Avez-vous remarqué la réponse du Seigneur, à ces juifs ? Il leur dit : « Vous êtes dans l’erreur, parce que vous ne comprenez ni les  Ecritures, ni la puissance de Dieu.» Aujourd’hui encore, nous sommes dans l’erreur, parce que nous ne comprenons ni les Ecritures, ni la      Puissance de Dieu. Frères, il y a deux choses essentielles à comprendre : Les Ecritures et la Puissance de Dieu. Ces juifs avaient les Ecritures, qu’ils enseignaient même au peuple. Mais, ils ne les comprenaient pas. Ils avaient les Ecritures, mais ils ne connaissaient pas leur Auteur ; ils ne connaissaient absolument pas, l’Auteur des Ecritures. Et comme les Juifs ne savaient pas que Jésus était l’Auteur des Ecritures, ils n’hésitaient pas à L’insulter et à Le diaboliser. Ne Lui ont-ils pas dit : Tu as un démon ? O, frères, voilà des gens qui ne comprenaient ni les Ecritures, ni la     Puissance de Dieu, mais qui voyaient un démon en Jésus de Nazareth, l’Auteur des Ecritures, venu en chair, et l’Auteur de la Puissance Divine. Ils ne savaient même pas qui était réellement cet homme qu’ils insultaient et diabolisaient. Ils ne savaient pas qu’ils étaient en face de l’Auteur des Ecritures qu’ils prêchaient sans les comprendre. Le drame aujourd’hui, est semblable au drame du temps de Jésus-Christ ; car, nous aussi, nous     citons les Ecritures quand nous prêchons. Mais quand elles                 s’accomplissent, nous n’en savons rien. Absolument rien. Nous prêchons en nous appuyant sur les Ecritures, sans les comprendre. Il nous arrive même de prêcher, en citant une Ecriture, comme si elle n’est pas encore accomplie, alors qu’elle l’est, il y a belle lurette. Le même reproche que le Seigneur a fait aux Juifs, s’adresse aussi à nous aujourd’hui. Car, comme les Juifs, nous ne comprenons ni les Ecritures, ni la Puissance de Dieu.
QUELLE EST L’ECRITURE QUI ANNONCAIT MOISE ?
Frères, je ne connais pas bien la Bible ; mais je pense qu’aucune Ecriture n’a annoncé la naissance de Moïse et son ministère. Que Dieu me pardonne, si je me trompe.
Quelle est l’Ecriture qui a annoncé la venue de Moïse comme    libérateur des enfants d’Israël ? Je n’en vois aucune. Je sais que dans   GENESE 15 :13, Dieu a parlé des descendants d’Abraham, qui           allaient être étrangers dans un pays, et qui allaient être asservis et        maltraités pendant quatre cent ans. Je sais aussi que Dieu a dit qu’Il allait juger ce pays-là. Mais, à aucun moment, il n’a été question de Moïse.   Est-ce pour autant qu’on doit en déduire qu’il était un faux prophète ? Je sais aussi que Joseph dit, avant de mourir que Dieu allait visiter les      enfants d’Israël. « Joseph fit jurer les fils d’Israël, en disant : Dieu vous visitera, et vous ferez remonter mes os loin d’ici. » (GENESE 50 : 25). Cette Ecriture non plus n’annonçait pas la venue de Moïse, de façon    explicite. Mais, quand celui-là a été fait Dieu par Dieu, il s’est identifié à cette Parole de l’Ecriture, car il était ce Dieu-là par qui Dieu avait visité les fils d’Israël. Frères, c’est le prophète de Dieu, qui sait quelles sont les Ecritures qui l’identifient, et qu’il est venu accomplir. Aucune   Ecriture n’a annoncé Moïse. Mais, celui-là s’est identifié à une       Ecriture, pour la faire parler et pour la faire vivre. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole. Aucune Ecriture n’a prédit que Moïse allait être fait Dieu par Dieu. Aucune. Est-ce pour autant qu’il n’était pas Dieu, fait Dieu par Dieu ? Moïse a été fait Dieu par Dieu, même si      aucune prophétie n’a prédit cela. J’espère que vous comprenez les       Ecritures et la Puissance de Dieu.
QUELLE EST L’ECRITURE QUI A PREDIT QUE L’APOTRE PIERRE ALLAIT RECEVOIR LES CLEFS DU ROYAUME DES CIEUX ?
Je ne connais pas bien la Bible ; mais, je dis qu’aucune Ecriture de l’Ancien Testament n’a annoncé que l’apôtre Pierre allait recevoir les clefs du Royaume des Cieux. Cette promesse lui a été faite verbalement, oralement, de vive voix par le Seigneur Jésus-Christ. Qu’en                 pensez-vous ?
Aucun branhamiste ne se demande quelles sont les Ecritures qui ont annoncé l’apôtre Pierre ; ni quelles sont les Ecriture qui ont prédit qu’il allait recevoir les clés du Royaume des cieux. Mais, quand il s’agit de frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme, on veut à tout prix qu’il montre les Ecritures qui l’annoncent. Je pense qu’il serait intéressant de leur    demander de montrer les Ecritures qui ont annoncé que l’apôtre Pierre recevrait les clefs du Royaume des cieux. Et vous verrez qu’ils fuiront le débat.
Aucune Ecriture n’a annoncé d’avance la venue de l’apôtre Pierre. Je me demande bien s’il y a une Ecriture de l’Ancien Testament qui l’a annoncé, et qui l’a identifié. Moi, je n’en connais pas. Peut-être que les branhamistes en connaissent une. Moi, je n’en connais pas.
Je sais que l’apôtre Paul a été identifié par cette Parole de         l’Ecriture, écrite dans ESAIE 42 : 6 : « Je t’ai appelé pour être la        lumière des nations. » C’est qu’il dit, dans ACTES 13 : 47 : « Car ainsi nous l’a ordonné le Seigneur. Je t’ai établi pour être la lumière des   nations, pour porter le salut jusqu’aux extrémités de la terre. » La     Parole de l’Ecriture d’ACTES 13 : 47 confirme ESAIE 42 : 6, et       l’accomplit. Mais, remarquez que le Seigneur, dans ACTES 13 : 47, a ajouté des Paroles qui ne sont pas dans ESAÏE 42 : 6. Il a repris     ESAIE 42 : 6 d’une autre manière, tout en gardant sa quintessence et son essence Divine. C’est là ce qui est important. Les mots ‘’jusqu’aux      extrémités de la terre’’ ne se trouvent pas dans ESAIE 42 : 6. Est-ce pour autant que ce que le Seigneur a dit à l’apôtre Paul est faux ?
Frères, l’accomplissement d’une Parole de l’Ecriture n’est pas basée sur une logique mathématique. Faisons donc beaucoup attention.
Revenons à l’apôtre Pierre. Quelle est l’Ecriture qui l’a          annoncé ? Quelle est l’Ecriture qui l’a identifié ? A ma connaissance, aucune. Mais, cela n’a pas empêché le Seigneur Jésus de lui faire cette promesse : « Je te donnerai les clefs du Royaume des Cieux… » Et  lorsque le Saint-Esprit est descendu sur lui, il a reçu ces clefs-là, de la part du Seigneur. Les Ecritures de l’Ancien Testament ne parlent pas de l’apôtre Pierre. Pourtant  le Seigneur lui a donné les clefs du   Royaume des cieux.
Je sais qu’on vous demande si mon nom est écrit dans la Bible. Ne vous en faites pas. Le nom de Pierre n’est pas écrit dans l’Ancien Testament. Mais cela n’a pas empêché le Seigneur de lui donner les clefs du Royaume des cieux. Mon nom n’est peut-être pas écrit dans la Bible, mais cela n’a pas empêché le Seigneur de me faire Dieu et Fils de l’homme. Cela ne l’a pas empêché de me donner les clefs du Royaume des cieux, ainsi que les Paroles de la Vie éternelle.
QU’EN EST –IL DE L’APOTRE JEAN ?
Quelle est l’Ecriture de l’Ancien Testament qui l’a annoncé, et qui a prédit qu’il allait recevoir le grand mystère de l’Apocalypse ? A ma connaissance, aucune. Mais, cela n’a pas empêché le Seigneur de lui montrer les choses qui allaient arriver. Frères, ne faites donc pas         attention à ceux qui veulent à tout prix que vous leur donniez les     Ecritures qui m’ont annoncé. Demandez-leur aussi de vous montrer les Ecriture qui les annoncent. Et le débat sera clos.
QU’EN EST-IL DE JESUS, LE FILS DE DIEU ?
Il y a des Ecritures qui L’ont annoncé et identifié. Mais            l’accomplissement de ces Ecritures n’est pas basé sur une logique        mathématique, mais seulement sur la volonté souveraine de Dieu. Prenons des exemples.
La naissance de Jésus a été annoncé en ces termes : « C’est     pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe, voici la vierge deviendra enceinte, elle enfantera un fils, et elle lui donnera le nom d’Emmanuel. » (ESAIE 7 : 14). Au moment de l’accomplissement de cette Parole de l’Ecriture, l’ange Gabriel dit à la vierge Marie que l’enfant qu’elle mettrait au monde s’appellerait plutôt Jésus. Au lieu d’Emmanuel, Il a toujours été appelé du nom de Jésus. Est-ce pour autant qu’on dirait que la Parole de l’ange Gabriel est fausse, ou que la prophétie d’Esaïe est erronée ?
Encore un exemple : L’Ecriture a annoncé la mort de Jésus pour les péchés. Mais, a-t-Elle aussi annoncé Sa résurrection d’entre les morts ? A ma connaissance, non. Mais est-ce pour autant que Christ n’est pas ressuscité d’entre les morts ? Quand Il prêchait, Il dit ce que dit l’Ecriture concernant Sa mort ; mais Il dit aussi ce que l’Ecriture ne dit pas, concernant Sa résurrection et Sa montée au ciel. Il a dit          Lui-même ce que l’Ecriture ne dit pas, parce qu’Il était la Parole faite chair, la plénitude de l’Ecriture révélée corporellement. Et nous aussi, nous disons ce que l’Ecriture dit nous concernant ; et nous disons aussi ce qu’Elle ne dit pas, car, nous sommes l’Ecriture révélée                  corporellement pour ce temps. C’est ici la Manne Fraîche, la pure     Parole.
Frères, que Dieu vous bénisse !
Je vous aime
A bientôt
FRERE CHRIST-MOISE,        LE FILS DE L’HOMME
Mise à jour le Mardi, 28 Novembre 2017 11:58
 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix