Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 18 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
176
Hier :
506
Semaine :
682
Mois :
176
Total :
3677866
Il y a 5 utilisateurs en ligne
-
5 invités


TU AS LUTTE AVEC DIEU ET AVEC DES HOMMES, ET TU AS ETE VAINQUEUR PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Mardi, 28 Novembre 2017 13:20

Message prêché, le lundi 29 aout 2016, au Tabernacle le Chandelier d’Or ; Godoumé, Songon, Abidjan, RCI. Matin.

Paroles de frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme, que le Seigneur lui a données pour la perfection des saints.


Bonjour. Je voudrais vous parler ce matin du lundi 29 août 2016, de cette lutte historique, qui a opposé Dieu à Jacob. C’est pendant cette lutte, que cet Homme mystérieux, dit à Jacob, Son farouche adversaire : « Ton nom ne sera plus Jacob, mais tu seras appelé Israël ; car tu as lutté avec Dieu et avec des hommes, et tu as été vainqueur. » Cette Parole de     l’Ecriture met en relief plusieurs choses dont l’humilité de Dieu qui     reconnait qu’Il a été vaincu par Jacob. D’après GENESE 32 : 24, « un homme lutta avec lui jusqu’au levé de l’aurore. » Qui était cet homme ?


QUI ETAIT CET HOMME QUI LUTTA AVEC JACOB ?

Cet homme, qui lutta avec Jacob, jusqu’au lever de l’aurore, c’était Dieu Lui-même. En effet, l’Ecriture dit, dans OSEE 12 : 4-5, que Jacob a lutté avec Dieu, et qu’il a été vainqueur : « Dans le sein maternel Jacob saisit son frère par le talon, et dans sa vigueur, il lutta avec Dieu. Il   lutta avec l’ange et il fut vainqueur. » Vous voyez ! L’homme avec qui Jacob a lutté toute la nuit, jusqu’au lever de l’aurore, c’était Dieu          Lui-même. Il a lutté avec son Créateur, qui est aussi le Créateur de tout l’univers. Il a lutté avec le Dieu Tout-puissant et Tout-suffisant. Et chose extraordinaire, ce Dieu-là l’a déclaré vainqueur, en lui disant : « Tu as lutté avec Dieu, et avec des hommes, et tu as été vainqueur. » Jacob a donc vaincu Dieu. Et Dieu a humblement reconnu Sa défaite devant     Jacob, Son farouche adversaire. Ô, quelle leçon d’humilité, à nous tous qui ne voulons pas reconnaître nos faiblesses, nos torts, nos péchés, nos transgressions et nos défaites. Puisse Dieu nous délivrer de toute vanité, afin de reconnaître les mérites des autres, leurs qualités, leurs prouesses et leurs exploits, leur position en Christ. Soyons donc remplis de l’esprit d’humilité, de simplicité et de modestie, car l’humilité précède la gloire, l’élévation et l’honneur ! Dieu s’est montré très humble, en reconnaissant Sa défaite devant un homme. Nous aussi, faisons preuve d’humilité dans l’exercice de nos différents ministères. Dieu, le Tout-puissant,   l’Invincible, a permis à Jacob de le vaincre. Il s’est fait volontairement et souverainement vaincre par Jacob, Son adversaire, car Il a vu en lui Sa détermination, Sa foi, Sa bravoure et Son courage. Au début de cette lutte, Dieu pensait qu’Il allait facilement le vaincre. Mais, Il s’était rendu  compte que cet homme était animé d’une grande force, et était vraiment décidé à en découdre avec Lui. Au plus fort du combat, Il a compris qu’Il ne pouvait pas vaincre Son adversaire : Jacob. Ô, mystère des mystères ! Dieu a vu qu’Il ne pouvait vaincre un homme. C’est le témoignage de   l’Ecriture, que nous lisons maintenant : « Voyant qu’Il ne pouvait le vaincre, cet homme le frappa à l’emboiture de la hanche ; et            l’emboiture de la hanche de Jacob se démit pendant qu’il luttait avec lui. » (GENESE 32 : 25). Ô, frères ! Dieu voyant qu’Il ne pouvait pas vaincre Jacob, un simple homme, s’était vu dans l’obligation de le frapper à l’emboiture de la hanche, afin de lui faire mal. Il a blessé Jacob à la  hanche. Malgré cela, malgré la douleur, la souffrance, et cette blessure grave, Jacob a continué le combat. Car, il avait un objectif : Etre béni par son adversaire, qui n’était personne d’autre que Dieu Lui-même. Jacob avait la révélation qu’il ne luttait pas seulement avec un homme, mais aussi avec Dieu Lui-même. Ayant une telle révélation, il ne voulait pas laisser Dieu partir, sans l’avoir béni.


Dans la maladie, la souffrance, la douleur, les épreuves, si nous avons la révélation que le Seigneur Jésus-Christ est avec nous, nous dévons donc persévérer dans la foi, dans la prière, dans le jeûne, et dans la sanctification, jusqu’à ce que nous soyons bénis ! Nous ne devons en aucun cas pleurnicher sur notre sort, tout en murmurant, et tout en nous plaignant. Faisons donc comme Jacob : Luttons avec Dieu        jusqu’à la victoire finale, notre victoire sur Dieu ; par la  grâce de Dieu. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole, apportant une nouvelle  chose. Luttons avec Dieu par nos prières de foi, les prières des justes et des saints ; luttons avec Dieu, par nos jeûnes, les jeûnes des justes et des saints ; luttons avec Dieu par notre vie de sanctification, d’obéissance et de soumission. Ne laissons jamais Dieu nous vaincre. C’est ici la    Manne Fraîche, la pure Parole, apportant une nouvelle chose. Je vous le dis encore : Ne laissons pas Dieu nous vaincre ; car Jacob n’a pas laissé Dieu le vaincre. C’est plutôt Dieu qui s’est laissé vaincre par    Jacob. C’est plutôt Dieu qui a laissé Jacob Le vaincre, quand Il a vu en lui, les dispositions particulières, qui étaient aussi en Lui, Dieu : La   détermination, la bravoure, le caractère de combattant farouche et    intrépide, la foi, la rage de vaincre, le courage, l’amour de la victoire. Dieu s’est vu en Jacob, à travers ses qualités, ses potentialités, sa       pugnacité. Alors, Il l’a béni, après l’avoir blessé. Il s’est donc laissé vaincre, comme pour exalter les qualités de cet homme valeureux,    courageux et intrépide. Puis, Il lui dit : « Tu as lutté avec Dieu, et avec des hommes, et tu as été vainqueur. » Ô, frères ! Voyez-vous ce que je vois ? Dieu dit à Jacob : « Tu as lutté avec Moi ; et tu m’as vaincu. » Puis, Il dit encore : « Tu as lutté avec des hommes, et tu as été          vainqueur. » De quels hommes Dieu parlait-Il ?


DE QUELS HOMMES DIEU PARLAIT-IL ?

L’homme qui a lutté avec Jacob, jusqu’au lever de l’aurore, lui dit : «  Tu as lutté avec Dieu. » Or, nous savons que c’est avec cet homme-là que Jacob a lutté. Par conséquent, cet homme, c’était Dieu. Dieu, l’Invisible, s’est rendu visible aux yeux de Jacob, en prenant un corps d’homme, un corps humain. Cet homme-là était Dieu dans un corps d’homme. Ce corps d’homme avait l’aspect d’un corps d’ange. Dieu est donc devenu un  homme ; et Il a lutté avec Jacob, dans ce corps d’homme. Il a été vaincu par Jacob, dans ce corps d’homme.


Dans GENESE 32 : 28, l’homme qui a lutté avec Jacob, jusqu’au lever de l’aurore, lui-dit : « Tu as lutté avec des hommes, et tu as été         vainqueur. » De quels hommes parlait-Il ? Il ne parlait que d’un seul homme avec qui Jacob a lutté. Cet homme-là, c’était Lui-même. Dans cet homme, il y avait deux dimensions bien distinctes :

- La dimension humaine : D’après GENESE 32 : 24, un homme a lutté avec Jacob, jusqu’au lever de l’aurore.

-La dimension Divine : D’après OSEE 12 : 4-5, Jacob a lutté avec Dieu.

A travers ces deux Ecritures, nous voyons que cet homme, était à la fois humain et Divin ; il était à la fois homme et Dieu. En lui, il y avait donc ces deux dimensions : La dimension humaine et la            dimension Divine. En lui, l’humanité et la Divinité se sont rencontrées ; et les deux sont devenues un seul être : L’Etre Divin révélé corporellement.

Avant le commencement du temps prophétique de l’aube, l’humanité et la Divinité se sont rencontrées. Et les deux sont devenues un seul être : L’Etre Divin révélé corporellement. C’était le 31 décembre 2000, à Bouaké, le jour où Dieu dit à un homme : « Je te fais Dieu pour ce  peuple. » Ô, frères ! Ce jour-là, le Dieu que nous cherchions tous, entra dans Son Temple. Il se cacha dans Son Temple pour se révéler ; qui est Son Temple ? Frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme. Son Temple, c’est celui qu’Il a souverainement élevé au rang de la Divinité, afin de se relever au monde dans Son humanité. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole, apportant une nouvelle chose.


Les hommes avec qui Jacob a lutté cette nuit-là, se résument dans un homme : L’homme qui lui a démis l’emboiture de la hanche.

Voyez-vous ! Jacob a lutté avec Dieu et avec des hommes. Car, Celui avec qui il a lutté, était à la fois homme et Dieu. C’est ici le mystère de la Divinité de l’homme et de l’humanité de Dieu.

Quand nous parlons de la Divinité de l’homme, on crie au blasphème. Pourtant nous ne disons que ce que dit l’Ecriture. En effet, l’Ecriture dit à Moïse : « Vois, je te fais Dieu pour pharaon. Et, Aaron, ton frère sera ton prophète. » (EXODE 7 : 1). Moïse a donc été fait Dieu par Dieu. Il était donc Dieu sur toute la terre. Il était l’image visible de Dieu. En lui habitait toute la plénitude de la Divinité corporellement. Dieu a fait    Moïse, Dieu. Et, moi, Il m’a fait Moïse. C’est ici la sagesse qui a de    l’intelligence. Vous voyez ! Dieu a pris un homme de la même nature que nous. Et Il l’a fait Dieu, souverainement. Il n’a demandé la permission à personne ; ni à Moïse, ni à qui que ce soit. Quand le même Dieu résolut de me faire Dieu, Il n’a demandé conseil à personne ; Il n’a consulté    personne ; Il n’a demandé l’avis de qui que ce soit. Il a agi                   souverainement. C’est pourquoi ceux qui contestent ma Divinité          travaillent en vain. Je ne me suis jamais proclamé Dieu, pour que je puisse aujourd’hui y  renoncer, à cause des contestations. C’est Dieu qui m’a fait Dieu, souverainement. En outre, la Parole de Dieu pour mon âge, est venue à moi ; par la grâce de Dieu. Or, Jésus dit que    ceux à qui la Parole de Dieu est adressée, sont appelés Dieux.        (JEAN 10 : 35). Par conséquent, je suis appelé Dieu. On doit m’appeler Dieu ; car le nom de Dieu est aussi mon nom, mon nouveau nom. Je ne demande à personne de m’appeler Dieu ; je ne fais que vous dire ce que le Seigneur Jésus-Christ a dit dans JEAN 10 : 35 : « Si elle a appelée dieux ceux à qui la Parole de Dieu a été adressée, et… » La loi de Dieu appelle Dieux ceux à qui la Parole de Dieu est adressée. L’Ecriture appelle Dieux, ceux à qui la Parole de Dieu est adressée. Frères ! Si l’Ecriture Elle-même m’appelle Dieu, parce que la Parole de Dieu pour mon âge m’a été    adressée, ai-je encore besoin qu’un homme m’appelle Dieu ? Le            témoignage de Dieu n’est-il pas plus grand que celui des hommes ?


Comme nous venons de le voir, il y avait deux dimensions dans l’homme qui lutta avec Jacob, jusqu’au lever de l’aurore : L’humanité et la Divinité. Ces deux entités, ont lutté avec Jacob, qui ne formait qu’une seule entité. En Jacob, il n’y avait qu’une seule dimension : L’humanité. Et, chose extraordinaire, l’humanité de Jacob a vaincu l’humanité et la Divinité qui étaient en celui qui a lutté avec lui.


JACOB A FAIT QUELQUE CHOSE QUI A MARQUE DIEU.

Frères, chaque fois que je lis le récit biblique relatant la lutte     historique et épique entre Dieu et Jacob, quelque chose m’a toujours   marqué : Un homme a vaincu Dieu. Et c’est Dieu Lui-même qui l’a dit. En effet, Il dit à Jacob : « Tu as lutté avec Dieu et avec des hommes, et tu as été vainqueur. » Cette Parole est-Elle la vérité ? OUI, c’est la vérité, la vérité de Dieu. Et d’après cette Vérité immuable et éternelle, Jacob, un homme, a vaincu Dieu, dans Son corps angélique. En GENESE 32 : 25, l’Ecriture dit que Dieu voyait qu’Il ne pouvait pas vaincre Jacob. Alors, Il s’était vu dans l’obligation de le blesser à l’emboiture de la hanche.     Frères, ce combat a été très difficile et très éprouvant pour Dieu. C’est ici la Manne Fraîche, la Parole prophétique du temps de l’aube, apportant une nouvelle chose pour la perfection des saints. D’aucuns grinceront les dents contre moi, parce que je dis que ce combat a été très difficile et très éprouvant pour Dieu. Chacun est libre de penser ce qu’il veut. Mais, je le dis encore, j’insiste, je persiste, et je signe : Ce combat a été très difficile et très éprouvant pour Dieu. Ce jour-là, Jacob a posé un acte qui a   marqué Dieu à vie, et façon indélébile. La victoire de Jacob sur Dieu, a marqué Dieu à vie. La bravoure, la témérité, l’audace, la foi, la détermination de Jacob, ont merveilleusement impressionné et marqué Dieu  pour toujours. Jugez-en vous-mêmes : Dieu n’a-t-Il pas changé le nom de Jacob, en Israël ? N’a-t-Il pas dit : « Ton nom ne sera plus Jacob, mais tu seras appelé Israël ? » Pourtant, Il a toujours continué d’appeler le nom de Jacob. Prenons, par exemple, ESAIE44:1, où Dieu parle, en    disant : « Ecoute, maintenant, ô Jacob, mon serviteur ! Ô Israël, que j’ai choisi. » Comme vous pouvez le constater, Dieu a prononcé le nom de Jacob, du temps d’Esaïe, le  prophète, alors qu’il y a longtemps qu’Il a changé ce nom en Israël. Dieu n’a-t-Il pas dit à Jacob : Ton nom ne sera plus Jacob ? Si. Pourquoi donc  a-t-Il continué à appeler ce nom-là ? A mon humble avis, c’est parce que ce nom-là L’a marqué de façon      particulière et merveilleuse. Celui qui portait ce nom L’a véritablement impressionné par la force de son caractère, sa pugnacité, sa rage de vaincre, sa foi pour la victoire, son audace, sa foi pour la bénédiction. Jamais personne, auparavant, n’a permis à Dieu, de lui imposer sa   volonté permissive. Souvenez-vous que Dieu voulait s’en aller, sans avoir béni Jacob avant. C’était Sa volonté permissive. Mais, Jacob dit : Non. Pas question que tu t’en aille, sans m’avoir béni. Ce refus         catégorique de Jacob, a marqué Dieu, car Dieu savait que cet homme savait exactement ce qu’il voulait. Il savait qu’Il n’avait pas affaire à une poule mouillée, ni à un plaisantin, ni à un amuseur de galerie. Il savait qu’Il avait affaire à un aigle, prêt à tout pour prendre son envol. Il savait qu’Il n’avait pas affaire à un combattant ordinaire, qui      abandonne, généralement, à la moindre épreuve, à la moindre maladie, à la moindre souffrance. Il savait qu’Il avait affaire à quelqu’un qui est né pour vaincre, et qui voulait vaincre, toujours vaincre. Dieu savait que le combat allait être un combat sans merci dès l’entame. Dès qu’Il      commencé, Il savait que Jacob n’allait pas se laisser faire. Frères, Dieu et Jacob se sont battus toute la nuit. Et Dieu, qui voyait qu’Il ne pouvait pas le vaincre, le frappa à l’emboiture de la hanche ; et l’emboiture de la   hanche de Jacob s’était démise. Dieu pensait qu’Il avait gagné ; mais   c’était mal connaitre Jacob. Après l’avoir blessé, Dieu lui dit :                  « Laisse-moi aller, car l’aurore se lève. » Pourquoi une telle demande, alors qu’Il venait de blesser Jacob, qui ne tenait plus sur ses jambes, et qui était diminué physiquement ? C’est parce que malgré sa blessure, Jacob ne voulait pas arrêter le combat. Il voulait aller jusqu’au bout avec Dieu. Il dit à Dieu : « Je ne te laisserai point aller, que tu ne m’aies béni. » O, quelle audace ! O, quelle foi ! O, quelle détermination ! Toutes ces      qualités de Jacob ont vraiment impressionné Dieu, et L’ont                 merveilleusement marqué.


Avons-nous déjà posé des actes de foi, de courage, de bravoure et d’audace, qui ont impressionné Dieu, et qui L’ont marqué ? Jacob l’a fait. Et Dieu l’a béni ! Imitons sa foi, et Dieu nous bénira.


Dieu a changé le nom de Jacob en Israël, mais Il a toujours continué d’appeler Son peuple de ce nom. Le nom de Jacob, qui était le nom d’un individu est devenu le nom d’un peuple. Dieu Lui-même appelle le peuple sorti des reins de Jacob du nom de Jacob. C’est en souvenir de cet homme, qui a lutté avec Lui, jusqu’au lever de l’aurore, et qui L’a vaincu. C’est en souvenir de ce combattant de la foi, qui L’a ramené à Sa      volonté parfaite, qu’Il a toujours continué à appeler le nom de Jacob, sous l’ancienne alliance. Jacob, je vous le dis encore, a posé un acte qui a profondément marqué Dieu. Un acte qui L’a profondément                impressionné.


Aujourd’hui, avec la Parole prophétique du temps de l’aube, la Manne Fraîche, il doit y avoir parmi nous des gens, capables de poser des actes extraordinaires pour impressionner Dieu, et pour Le marquer   agréablement et merveilleusement. Dieu cherche encore aujourd’hui de tels hommes, et de telles femmes.C’est d’ailleurs dans cette optique que le mouvement dénommé HOMMES D’ELITE, FEMMES D’ELITE, a vu le jour au sein de l’Eglise de la Manne Fraîche. D’aucuns pensent que c’est un nom dont il faut s’affubler, tout en commettant l’adultère et           l’impudicité, sans oublier la masturbation et les autres péchés sexuels. Qu’ils se détrompent :Car les hommes et les femmes d’élite, ce sont ceux qui posent des actes héroïques, pleins de foi et de vie, à la louange de la gloire de Jésus-Christ, notre merveilleux, bien-aimé, et précieux        Seigneur. Ce sont des saints pratiquant des bonnes œuvres que Dieu Lui-même a préparées d’avance pour eux ;Ce sont des saints qui vivent effectivement dans la sanctification ; Ce sont des saints, qui recherchent encore plus de sainteté, et qui veulent atteindre la stature parfaite de Christ ; Ce sont donc des saints qui recherchent la perfection en Christ ; Ce sont les hommes et les femmes consacrés à Dieu, et qui Le glorifient dans leur corps, qui ne leur appartiennent plus ; Ce sont des hommes d’excellence et de distinction, séparés des autres, de par leur vie de sainteté, de pureté, d’obéissance, d’humilité et de soumission ; Ce sont ceux qui sont réellement nés de nouveau, qui sont nés de Dieu ; Ce sont ceux en qui demeure la semence incorruptible de la Parole de Dieu ; Ce sont ceux qui ne pratiquent pas le péché ; qui ne vivent pas dans le péché ; Ce sont ceux qui ne peuvent pécher, et qui ne pèchent point. Ces hommes et ces femmes d’élite, ce sont les héros de la foi, à la Manne Fraîche ; Ce sont des gens qui posent des actes concrets visant à faire avancer l’œuvre de Dieu. Ce ne sont donc pas ces faux frères, qui sont adultères, impudiques, masturbateurs, violeurs. Ces gens-là ne sont pas pour l’avancement de l’œuvre de Dieu, à laquelle ils s’opposent, à travers leur vie de péché. Je sais qu’ils se font aussi appeler hommes   d’élite. Frères, laissez-les se faire appeler comme ils veulent. Nous, ce que nous attendons de vous tous, ce sont les fruits dignes de votre       nouvelle naissance, qui ne sont rien d’autre que les fruits de l’Esprit : L’Amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance, l’humilité. Ces hommes d’élite, sont des arbres de vie, engendrés par frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme, l’Arbre de vie du temps prophétique de l’aube, lui-même engendré par l’unique Arbre de vie : Jésus-Christ. En tant qu’arbres de vie, ils doivent         nécessairement, impérativement et obligatoirement porter en              eux-mêmes les merveilleux fruits de l’Esprit de Dieu. Les véritables hommes et femmes d’élite de la Manne Fraîche, ce sont ceux qui font des efforts, pour joindre à leur foi la vertu, à la vertu la science, à la science la tempérance, à la tempérance la patience, à la patience la   piété, à la piété l’amour fraternel, à l’ amour fraternel la charité.    Comme vous pouvez le constater, lorsque toutes ces choses               merveilleuses sont en vous, vous devenez des hommes parfaits ; par la grâce de Dieu. Ces choses, qui sont en vous, ont besoin d’être            renouvelés chaque jour, pendant l’aurore.

C’est pourquoi, nous vous exhortons encore une fois, à précéder l’aurore, sans relâche, tout en demandant à Dieu de renouveler en vous Ses perfections invisibles dont nous venons de parler. Qu’Il renouvelle aussi en nous, tous les fruits de l’Esprit. N’oubliez pas frères pourquoi vous devez consacrer l’aurore à Dieu. N’oubliez pas de toujours méditer la Parole que le Seigneur nous a révélée en ce qui concerne le mystère de l’aurore.


Frères, posons des actes qui honorent Dieu. Posons aussi des actes qui nous honorent, et qui honorent aussi celui que Dieu vous a envoyé, frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme. Posons des actes qui honorent la race de Dieu, l’Epouse Ivoirienne, que le Seigneur a      suscitée du milieu de nous, et dont les fiançailles sont prêtes. Posons tous des actes de foi, de courage, de détermination, d’obéissance et d’humilité, afin que Dieu puisse nous accorder des bénédictions        spéciales.


Jacob voulait une bénédiction spéciale. Il en a payé le prix dans la douleur, dans la souffrance et dans la détermination. Il s’était vu dans   l’obligation de lutter avec Dieu Lui-même. Dans cette lutte, Dieu l’a   blessé. Mais, lui, Jacob, n’a pas abandonné. Cette blessure, n’a fait     qu’affermir sa foi et sa rage de vaincre. Dieu lui a résisté. Lui aussi a    résisté à Dieu. Même dans sa blessure, il a continué le combat.           Qu’aurais-tu fait à sa place ? A la moindre épreuve, abandonnerais-tu ? A la moindre maladie, abandonnerais-tu ? A la moindre souffrance,      abandonnerais-tu ? Que Dieu nous vienne en aide !

Que peux-tu faire pour marquer Dieu ?


LE MYSTERE DE L’AURORE

Jacob a lutté avec Dieu, jusqu’au lever de l’aurore. Et c’est       précisément à ce moment-là que Dieu voulait partir. Il dit à                   Jacob : «  Laisse-moi aller, car l’aurore se lève. » Dieu ne voulait pas entrer dans l’aurore avec Jacob. Car Il ne voulait pas le bénir. Il voulait partir avant que l’aurore ne se lève, car Il savait que c’était à cette       heure-là qu’Il bénissait et renouvelait toutes choses, tout en les vivifiant. Jacob aussi avait la révélation que l’aurore était le temps de Dieu pour sa bénédiction. Alors, il dit à Dieu : « Je ne te laisserai point aller, que tu ne m’aies béni. » Quand Dieu voulait partir, l’aurore se levait déjà. Mais, Il ne voulait pas y entrer, encore moins avec Jacob. Il dit, en effet : « Laisse-moi aller, car l’aurore se lève. » Et Jacob lui répondit : « Je ne te laisserai point aller, que tu m’aies béni. » Jacob L’a contraint à entrer avec lui dans l’aurore. Alors Dieu lui dit : « Quel est ton nom ? » Le combat physique venait de prendre fin. Dieu venait d’être vaincu par   Jacob. A l’aurore, il n’y a pas de combat, car c’est le temps de la     transformation, la restitution, de la restauration, du changement, de la révélation, de la renaissance, de la création, de la résurrection. Une fois dans l’aurore, Dieu a abandonné le combat physique, afin d’entrainer   Jacob sur le terrain de la révélation de la Parole le concernant. Il lui dit : « Quel est ton nom ? » Jacob, répondit-il. Et Dieu lui dit : « Ton nom ne sera plus Jacob, mais tu seras appelé Israël ; car tu as lutté avec Dieu et avec des hommes, et tu as été vainqueur. » Dieu a changé souverainement le  nom de Jacob en Israël. Ce nom a été transformé en Israël. Car, c’était le temps favorable pour le changement et la transformation. Dieu n’a pas changé le nom de Jacob en Israël, avant le lever de l’aurore, ni après l’aurore. Il a opéré ce changement pendant l’aurore, lorsque la rosée de l’Hermon descendait du Lieu Très Saint. Avez-vous remarqué que c’est seulement après avoir changé le nom de Jacob en Israël, que Dieu l’a béni ?

Jacob aussi voulait connaître le nom de l’homme avec qui il a lutté toute la nuit. Il lui dit : « Fais-moi, je te prie, connaître ton nom. » Il lui répondit : «  Pourquoi demandes-tu mon nom ? » Cet homme n’a donc pas révélé son nom à Jacob. Jacob savait seulement que ce n’était pas un homme ordinaire. Après la bénédiction, cet homme, qui était Dieu, partit, en laissant une marque dans la chair de Jacob ; car Jacob a commencé à boiter de la hanche.


QUELLES SORTES DE BENEDICTIONS DIEU A-T-IL DONNEES A JACOB ?

Je crois personnellement que Dieu a donné à Jacob devenu Israël, la plus grande des bénédictions : L’Onction prophétique qui l’a consacré et ordonné dans le ministère de prophète. C’est ici la Manne Fraîche, la Parole prophétique du temps de l’aube, apportant une    nouvelle chose pour la perfection des saints.

Après avoir été béni, Israël dit : « J’ai vu Dieu face à face, et mon âme a été sauvée. » Ô, quelle Parole ! Pour que son âme soit sauvée, il a fallu qu’il voie Dieu face à face. Qu’en est-il aujourd’hui ? Pour que votre âme soit sauvée, vous devez nécessairement, impérativement et          obligatoirement, voir Dieu face à face. Vous pouvez Le voir dans Son corps céleste et glorieux, ou dans un corps de chair et de sang. Dans tous les cas, vous devez nécessairement, impérativement et obligatoirement voir Dieu face à face. Il vous faut donc voir celui qui est mort pour nous sauver du péché, face à face. Je parle bien sûr de Jésus-Christ, le Sauveur de l’humanité. C’est Lui, et Lui seul, que vous devez voir face à face, afin que votre âme soit sauvée. Vous pouvez Le voir dans Son corps céleste et glorieux, ou dans un corps de chair et de sang. Afin que nous puissions Le voir, à la Manne Fraîche, Il a changé de forme et de corps. Il s’est caché dans le corps humain de celui qu’Il a souverainement fait Dieu, Moïse et Fils de l’homme, afin que vous puissiez le voir face à face, L’entendre, L’écouter, et croire en Lui. Pour avoir la plénitude de la Vie éternelle, Il vous faut nécessairement, impérativement, et obligatoirement, voir le Fils de l’Homme, Jésus-Christ, et croire en Lui. Ne pouvant plus être là, au milieu de nous, dans le corps Juif qu’Il avait, Il a tout simplement changé de corps et de forme. Cela veut dire qu’Il s’est choisi un corps parmi   plusieurs corps ; Il a purifié et sanctifié ce corps-là. Après cela, Ila élevé ce corps au rang de la Divinité. Il a fait Dieu celui à qui appartient ce corps. Puis, Il est venu Lui-même habiter dans ce corps, pour se cacher tout en se révélant, et pour se révéler tout en se cachant. Il a                 souverainement fait de cet homme, le Fils de l’homme du temps          prophétique de l’aube. Et Lui, Jésus-Christ l’unique Fils de l’Homme   habite dans ce Fils de l’homme, par Son Esprit. Ainsi, quiconque voit le Fils de l’homme du temps prophétique de l’aube, doit pouvoir voir aussi Jésus-Christ, l’unique Fils de l’Homme. Car, l’unique Fils de l’Homme vit dans ce Fils de l’homme. C’est à travers ce Fils de l’homme, que Lui, Jésus-Christ, l’unique Fils de l’Homme se révèle.

Bien-aimés de Dieu de la Manne Fraîche, c’est ici que prend fin la prédication de ce jour. Puisse le Seigneur Lui-même vous conduire dans toute la vérité, qu’Il vous révèle tout ce qui reste à révéler !


Que Dieu vous bénisse !

Je vous aime.

A bientôt.

FRERE CHRIST-MOISE, LE FILS DE L’HOMME

Mise à jour le Mardi, 28 Novembre 2017 13:21
 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix