Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 16 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
183
Hier :
618
Semaine :
2845
Mois :
2339
Total :
3680029
Il y a 7 utilisateurs en ligne
-
7 invités


CELUI QUI PRIE PEU, RECOIT PEU. CELUI QUI PRIE BEAUCOUP, RECOIT BEAUCOUP PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Dimanche, 14 Juillet 2019 02:21

Message prêché le jeudi 05 septembre 2017, au  Tabernacle le Chandelier d’Or, Cocody-Angré ; Abidjan ; RCI ; Matin.

Paroles de frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme, l’homme trois fois saint, que le Seigneur lui a données pour la perfection des saints.

 

LA MANNE FRAICHE, LA PAROLE PROPHETIQUE DU TEMPS DE L’AUBE.

Bonjour.

Paroles du Fils de l’homme à l’Epouse Ivoirienne :

Celui qui prie est toujours victorieux, celui qui prie est  toujours vainqueur, celui qui prie est toujours fort, celui qui prie est toujours à la tête, parce que la prière de la foi qu’il adresse au      Seigneur est source de victoire, de gloire et d’élévation. Celui qui ne prie pas n’a rien, celui qui prie a tout. Celui qui prie peu reçoit peu. Celui qui prie beaucoup reçoit beaucoup. La prière de la foi est la source de l’exaucement. Celui qui prie est semblable à celui qui    sème. La prière est une semence. Et l’exaucement de la prière est semblable à une moisson. La loi de la prière et de l’exaucement est semblable à la loi de l’ensemencement et de la moisson. Prier, c’est semer. Etre exaucé, c’est moissonner ce qu’on a semé par la prière. Si donc quelqu’un prie peu, cela veut dire qu’il sème peu. Et celui qui sème peu, moissonne peu, et devient de plus en plus pauvre,    misérable et malheureux. Quant à celui qui prie beaucoup, cela    signifie qu’il sème beaucoup. Et celui qui sème beaucoup, moissonne beaucoup, et devient de plus en plus riche et prospère. Sa lampe sera toujours remplie de l’Huile Sainte coulant du Lieu Très Saint. Il ne manquera ni de lampe, ni d’huile pour alimenter sa lampe ; qui ne s’éteindra point. Celui qui prie beaucoup, reçoit beaucoup, car il   sème beaucoup. Sa vie sera toujours imprégnée de la glorieuse présence du Seigneur Jésus. Son âme se délectera toujours de la merveilleuse Parole de Dieu. Son cœur se réjouira toujours dans la présence du Dieu vivant. Il ne manquera de rien.

Celui qui prie beaucoup, qui prie continuellement, qui prie sans cesse, qui prie avec foi et avec persévérance est semblable à une lampe d’or allumée au milieu du Tabernacle de Dieu, et qui éclaire tout homme. Sa lumière ne s’éteindra point, car elle est revêtue du sceau de l’éternité et de l’immortalité. Les ténèbres de la nuit        s’éloignent toujours de lui, car il est Lumière Divine désormais.    Celui qui prie beaucoup, avec foi et autorité, par l’Esprit de sanctification et de la résurrection, ne peut pas succomber à la tentation ; car il est toujours vainqueur. Celui qui prie peu, est vite accaparé par les ténèbres de la nuit, par les choses charnelles et mondaines. Le voilà donc commettant toutes sortes de péché : Adultère, fornication, ivrognerie, masturbation, avortement, homosexualité, vol, viol,  jalousie, envie, querelle, calomnie, faux témoignage. Celui qui prie peu, sème pour la corruption de la chair et de l’esprit. Il moissonnera les œuvres infructueuses de la chair. Celui qui prie peu, sème pour le péché. Il moissonnera les fruits du péché. Celui qui prie peu est  semblable à une lampe dont la flamme est vacillante et faible. Autour de lui, s’accumulent les ténèbres et les désirs du péché. Celui qui prie beaucoup est semblable à un arbre planté en Eden, le jardin de Dieu. Il produit de très bons fruits selon leur saison : Les fruits de la  Divinité, qui sont les perfections invisibles de Dieu ; les fruits de   l’Amour qui engendre la Joie, la Paix, la Tempérance, le Pardon, l’Humilité, la Sainteté, la Pureté, la Richesse et la Prospérité. Celui qui prie beaucoup, et avec foi, est semblable à un arbre de vie planté en Eden, dans le Jardin de Dieu. Son feuillage est toujours           verdoyant et abondant. Ses branches sont solides et verdoyantes. Son tronc est robuste et impressionnant de beauté et de gloire. Sa sève nourricière est abondante, et est sans cesse renouvelée. C’est ici la Manne Fraîche, la Parole Prophétique du temps de l’aube, destinée à la perfection des saints. Ses racines sont profondément enfouies dans le sol fertile du Jardin d’Eden. Elles sont pleines de vie et de force. Rien, ni personne ne pourra déraciner un tel arbre. La prière du juste et la prière du saint constituent pour celui qui prie         beaucoup, une force qui résiste à tout, et qui protège de tout.

Celui qui prie beaucoup, qui fait la prière de la foi et la prière du juste, étant revêtu de la gloire de la Shekinah, est semblable à une forteresse inexpugnable et imprenable. Ses ennemis viendront en grand nombre, armés jusqu’aux dents, mais ils ne pourront jamais    investir cette forteresse aux murs épais et résistants. Ils ne pourront pas la prendre, parce qu’elle est imprenable. Sa gloire, sa magnificence, son éclat, sa puissance et sa force, sèment la terreur chez ses ennemis. Et ceux-ci prennent la fuite. Celui qui prie beaucoup, par le   Saint-Esprit et par la Parole prophétique, est gardé et se garde  lui-même. Et il n’y a point d’occasion de chute en lui. Sa propre  prière le garde de tout mal, le sanctifie et le perfectionne, par la     puissance de la résurrection qui agit en lui. Celui qui prie beaucoup, par la puissance de Jésus-Christ est semblable à une tour d’ivoire hermétiquement fermée aux influences négatives extérieures. Il est comme une maison bâtie sur un rocher. Il n’a pas peur des vents et des tempêtes, car il est en sécurité. Les pluies violentes s’abattront sur elle. Mais cette maison résistera ; elle ne sera point détruite. Les vents, les tempêtes et les orages la frapperont de plein fouet, mais elle restera inébranlable, parce qu’elle est construite, non pas dans du sable     mouvant, mais dans le roc.

Celui qui prie beaucoup, reçoit beaucoup. Et celui qui prie peu reçoit peu. C’est ici la loi immuable de l’ensemencement et de la  moisson.

Celui qui prie peu est comme une maison bâtie sur du sable mouvant. Il ne peut pas résister au vent du péché, de l’adultère, de la masturbation, de la sodomie, de la fellation et de tous les autres désirs de la chair. Sa maison deviendra peu à peu, un nid d’oiseaux impurs, un lieu de prédilection des souillures de la chair et de l’esprit. Cette maison, tôt ou tard sera emportée par les eaux impures du péché. Et sa destruction sera certaine et inévitable. Prier peu, c’est se souiller la chair et l’esprit. Prier peu, c’est livrer son corps au péché. Celui qui prie peu, et celui qui prie mal, sont toujours dominés par les péchés sexuels : L’adultère, l’impudicité, la masturbation, la sodomie, la  fellation, le cunnilingus. Celui qui prie peu, et qui prie mal, se   souille. Il est semblable à un arbre de mort, et à une lampe qui fume et qui s’éteint.

Celui qui prie beaucoup, qui prie par la Puissance du       Saint-Esprit et la Puissance de la Parole de Vie, se sanctifie et se  perfectionne. Il se sanctifie par sa propre prière, et par sa propre   parole. Il n’y a aucune occasion de chute en lui. Il est toujours plus que vainqueur, plus que fort et plus que victorieux. Il vit de sa prière ; il se nourrit de sa prière. Et tout ce qu’il fait lui réussit. Parce qu’il est    toujours en communion et en contact avec le Souverain Maître de    l’univers, l’unique source de Bénédiction : Le Dieu Tout-Puissant et Tout-Suffisant, le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs et le Dieu des dieux : Le Seigneur Jésus. Celui qui prie beaucoup, se rapproche     toujours plus du Seigneur. Celui qui ne prie pas, ou qui prie peu,  s’éloigne de Lui.

Celui qui prie beaucoup, qui veille et qui jeûne, selon la      volonté de Dieu, ne peut jamais tomber en tentation. Car, il est         au-dessus de la tentation ; par la grâce de Dieu. Il est immunisé contre elle. Car il n’y a point d’occasion de chute en lui. Il est immunisé contre le péché. C’est ici le mystère de l’Immunité Divine contre le péché. Cette Immunité est une résistance et une protection Divine contre le pouvoir du péché et contre le diable et ses anges, et ses     suppôts. Elle garantit et pérennise la sécurité de celui qui est saint, et qui prie beaucoup. Elle vient au travers du baptême du Saint-Esprit et de Feu, du revêtement de la Puissance d’En-Haut et du Feu Divin, de la nouvelle naissance. Elle vient au travers du Sceau de Dieu, qui est le Saint-Esprit. C’est une sécurité, une forteresse et une protection sûre pour les Fils et filles de Dieu, parvenus au temps prophétique, de   l’aube, et qui ont reçu la Manne Fraîche comme leur absolu.         L’Immunité Divine est accordée à tout enfant de Dieu, né de nouveau et qui a reçu le don merveilleux du Saint-Esprit. Elle garantit l’éternité de son salut, acquis au prix très élevé du Sang de la rédemption. Elle garantit l’immortalité et l’incorruptibilité de notre corps, lesquelles  seront manifestées le jour de la rédemption. Elle protège contre la mort, le péché et l’enfer. Celui qui est né de Dieu, qui prie beaucoup, qui jeûne beaucoup, qui se sanctifie chaque jour, est au-dessus de tout péché et de toute tentation. Il est sanctifié pour toujours ; et désormais, sa nourriture, c’est la sanctification et la volonté de Celui qui l’a     sauvé : Le Prince du salut. Il est passé de la mort à la vie, et ne pourra plus mourir. Même s’il meurt, il vivra ; car l’Esprit de Celui qui vit à jamais habite en lui. Il est passé du péché à la justice ; et Celui qui a été fait péché pour lui, l’a fait devenir en Lui, et pour Lui Jésus-Christ, Justice de Dieu. Il ne connaîtra plus jamais les affres du péché. Et il est ressuscité pour la Vie éternelle. Il est passé de la puissance des         ténèbres à la Puissance de la vie. Et des fleuves d’eau vive coulent de son sein. Il est passé de la puissance de la mort et de l’ensevelissement à Puissance de la vie et à la Puissance de la résurrection. Celui qui est né de nouveau, né de l’Esprit et de la Parole, qui est sanctifié, et qui pratique la sanctification dans la crainte de Dieu, est semblable à une source d’eau pure coulant du rocher. Son flot est comme un souffle violent et impétueux. Sa clarté est comme la neige de la montagne de Sion. Son chant est doux et merveilleux comme le Chant du coq,     appelant les fils et filles du Royaume au grand rendez-vous du matin. Celui qui prie beaucoup, est comme une source d’eau vive qui coule en Eden, dans le Jardin de Dieu, qui est symboliquement et                  prophétiquement en occident aujourd’hui. Son eau douce et paisible donne toujours de la force, de la vigueur et de de la vitalité à tous les arbres de vie du Jardin d’Eden.

Celui qui prie peu, reçoit peu. Celui qui prie beaucoup, reçoit beaucoup.

Celui qui est né de nouveau, né de Dieu, et en qui demeure la Semence incorruptible de Dieu, et qui ne pratique pas le péché, et qui prie beaucoup, est semblable à un feu, qui ne peut pas s’éteindre. Par la prière persévérante, le Feu allumé par Dieu dans la vie de ses fils et filles, ne peut pas s’éteindre ; car c’est un Feu éternel. Il     brûlera d’éternité en éternité. Rien d’impur ne peut demeurer en lui. Car, le feu Divin qui brûle constamment en lui, est permanemment à l’œuvre pour consumer toute souillure de la chair et de l’esprit. Le feu purifie et protège ; il solidifie. Celui qui prie peu est semblable à la cendre encore chaude, alors que le feu est éteint. Toute sorte      d’impureté peut tomber dans cette cendre, et se mêler à elle.       N’importe qui peut jouer avec elle. Celui qui prie peu est un jouet entre les mains du diable. Le diable joue avec sa vie comme il       l’entend. Il fait ce qu’il veut de lui, et avec lui. S’il veut qu’un tel  homme pèche, il pèchera. Il fera toujours la volonté du diable. Mais celui qui prie beaucoup fait toujours la volonté de Dieu, parce qu’il est né de Dieu et aime Dieu. Il marche, non par la chair, mais par l’Esprit. Il accomplit toujours les saints désirs du Saint-Esprit, le Paraclet que le Seigneur a donné à Son Corps, qui est l’Eglise. Celui qui prie        beaucoup, qui se sanctifie chaque jour, et qui jeûne selon l’Ecriture n’attriste pas le Saint-Esprit qui est en lui. Il glorifie le Nom et la  Parole du Seigneur par le Saint-Esprit qui agit puissamment en lui. Celui qui prie continuellement, tout en passant de longues heures dans la présence du Seigneur, et qui pratique le jeûne auquel Dieu prend plaisir, qui vit et marche dans la sanctification tout en      obéissant à la Parole de Christ, est toujours rempli de la Puissance d’En-Haut et du Feu Divin. Il est toujours rempli de la Parole de vie, qui révèle en lui toutes les Perfections invisibles de Dieu. Sa Lampe ne s’éteindra jamais. La prière fervente, la prière de foi, la prière du juste, la prière inspirée, et la prière spirituelle renouvellent sans   cesse le dépôt d’Onction que le Seigneur a donné. Elle entretient l’Onction, et l’amène à se manifester. Celui qui prie beaucoup, selon la volonté de Dieu, peut amener le Seigneur à agir en sa faveur.    Celui qui est toujours en communion parfaite avec Dieu, qui Lui parle constamment, de jour comme de nuit, sans relâche, qui     L’importune sans répit, verra de puissantes et merveilleuses actions du Saint-Esprit dans sa vie. Le Seigneur aime et bénit celui qui prie beaucoup, qui jeûne conformément à Sa Parole, et qui se sanctifie, et qui Le glorifie. La prière fait vivre. Prier, c’est vivre. Ne pas prier, c’est mourir. Prier peu, c’est se préparer à mourir. Prier peu, c’est mourir à petit feu. C’est ici la Manne Fraîche, la Parole prophétique du temps de l’aube, apportant quelque chose de nouveau pour la      perfection des saints. Après le temps prophétique du soir et le temps prophétique de minuit, avec les cailles, la Lumière du soir, est venu le temps prophétique de l’aube, avec le Pain, la Manne Fraîche. Conformément à EXODE 16 : 13-15, il y a eu quatre temps différents et deux sortes de nourritures :

- Le temps du soir

- Le temps de minuit

- Le temps de l’aube

- Le Temps du matin.

Voici les deux sortes de nourritures :

- Les cailles

- La manne, le pain

Si vous remarquez bien, il y a eu une même nourriture pour deux temps différents. Au temps du soir et au temps de minuit, il y eu les cailles. Mais au temps de l’aube et au temps du matin, il y a eu la manne, le pain. Il n’y a donc pas eu de pain, ni le soir, ni à minuit ; car il n’y a que les cailles. Cela est un type parfait de ce qui se passe dans les quatre derniers temps prophétiques révélés dans MARC 13 : 35 : Le soir, minuit, l’aube et le matin.

A ces quatre temps prophétiques correspondent deux sortes de nourriture spirituelle, de message prophétique. La nourriture spirituelle du temps du soir et de minuit, c’est la Lumière du soir, c’est les cailles. La nourriture spirituelle du temps de l’aube et du matin, c’est la Manne Fraîche. Cette Manne Fraîche, c’est le pain, la manne.

Un Message prophétique couvre deux temps prophétiques. Le Message du soir de frère Branham a couvert le temps du soir et le temps de minuit. La Manne Fraîche couvre le temps de l’aube et le temps du matin.

Celui qui prie beaucoup reçoit beaucoup de révélations de la part du Seigneur. Celui qui prie peu, reçoit peu de révélation.     L’esprit de celui qui prie beaucoup est beaucoup plus ouvert que l’esprit de celui qui prie peu. Celui-ci qui prie beaucoup tout en se sanctifiant, est beaucoup plus spirituel que celui qui prie peu. Celui qui prie beaucoup reçoit les choses de l’Esprit de Dieu, contrairement à celui qui prie peu. Il comprend les Ecritures et la Puissance de Dieu, mieux que celui qui prie peu. Celui qui prie beaucoup a les lèvres    toujours ointes. Des Parole Divines sortent de sa bouche. Celui qui prie peu, au contraire a des lèvres impures qui profèrent les mensonges et les injures gratuites.

Jésus-Christ de Nazareth priait beaucoup. Il reçut beaucoup de bénédictions. Il pouvait prier des nuits entières, bravant la fatigue et les intempéries.

 

QUELLES BENEDICTIONS A-T-IL RECUES ?

Jésus-Christ de Nazareth était un homme de jeûne et prière,  entièrement consacré à Dieu. Il a jeûné pendant quarante jours et    quarante nuits, avant de commencer Son ministère de Fils de      l’Homme. Moïse, quant à lui, a jeûné pendant quatre-vingt jours sans rien manger, sans rien boire. Et ces deux envoyés de Dieu ont reçu beaucoup de bénédictions. Si nous imitons leur foi, en priant beaucoup et en pratiquant de longs jeûnes dans la sanctification et la crainte de Dieu, le même Dieu qui les bénit, nous bénira aussi.

Jésus-Christ de Nazareth priait beaucoup ; Il pouvait passer des nuits entières en prière ; Il pouvait rester seul à seul avec Dieu pendant de très longues heures de prières et d’intercession. Comme Il priait beaucoup, Il reçut aussi beaucoup de la part de Dieu Son Père. Si nous aussi nous prions beaucoup, nous recevrons beaucoup de la part de Dieu. Celui qui prie beaucoup reçoit beaucoup ; celui qui prie peu,  reçoit peu. C’est ici la Manne Fraîche, la Parole prophétique du temps de l’aube.

Un jour, Jésus-Christ de Nazareth devait choisir Ses douze    disciples pour L’accompagner dans Son ministère. Et Il pria toute la nuit. A supposer qu’Il ait commencé à prier à minuit, et qu’Il ait fini à 06h du matin. Cela ferait six heures de prière, d’intercession,  d’adoration et de combat. Quiconque est saint et juste, et prie pendant six longues heures durant la nuit, ne peut que recevoir d’abondantes bénédictions de la part du Seigneur. Jésus-Christ de Nazareth pria   toute la nuit. Quand nous lisons la Bible à ce sujet, nous avons  tendance à penser que cela fut facile. Détrompez-vous, frères ! Car, Il dût faire face à beaucoup d’oppositions de la part de Son ennemi, le diable. Mais, comme Il savait ce qu’Il voulait, Il lui résista et alla    jusqu’au bout. Au bout de Ses efforts se trouvait la victoire. Il était aussi confronté à la fatigue, au sommeil, aux douleurs musculaires, mais Il resta égal à Lui-même, priant, intercédant tout en persévérant jusqu’au bout. Et Dieu Le bénit de façon merveilleuse et  extraordinaire. Durant cette longue et pénible nuit de prière, Dieu Lui révéla les douze disciples qui devaient L’accompagner.

Frères et sœurs de la Manne Fraîche, si nous passons de longues heures de prières, d’intercession, de louange et d’adoration devant le Seigneur notre Dieu, Il nous fera connaître Sa volonté, et nous        conduira dans toute la Vérité. Il nous montrera avec exactitude ce qu’Il veut que nous fassions, et comment Il veut que nous Le fassions. Il communiquera avec nous, et nous avec Lui. Le Ciel descendra vers nous, et nous monterons vers le Ciel. Alors la communion sera        parfaite. Les longues heures de prière dans l’obéissance et la sainteté, nous donnent accès au Trésor infiniment varié et dense de Dieu ; elles nous donnent accès au Trône de grâce pour notre bénédiction. Quand quelque chose nous tient vraiment à cœur, et que nous voulons que Dieu fasse quelque chose, il faut nécessairement, impérativement et obligatoirement prier beaucoup, et avec persévérance ; il nous faut    absolument prier jusqu’à ce qu’Il nous parle, et qu’Il nous fasse      connaître Sa volonté. Quand nous étions enfants, nos parents nous  donnaient tout. Mais maintenant que nous sommes devenus grands, nous devons faire un effort nous-mêmes pour mériter quelque chose de leur part. Nous qui sommes parvenus au temps prophétique de     l’aube, et qui croyons en la Manne Fraîche, nous ne sommes pas des        enfants de Dieu, mais des fils et filles de Dieu. Voilà pourquoi, en toute chose, nous devons nécessairement, impérativement et obligatoirement fournir des efforts personnels, si nous voulons recevoir beaucoup de bénédictions de la part de Dieu. Car rien de grand ne peut se faire sans effort personnel, sans sacrifice, sans passion, sans don de soi, sans renoncement à soi et sans abandon de soi. Prier toute la nuit, comme l’a fait Jésus-Christ de Nazareth, n’est pas une partie de plaisir, ni un jeu d’enfant ; car c’est une lutte, c’est un combat et une question de vie et de mort. Et cela exige de nous beaucoup d’efforts et de sacrifices. Il y a un prix à payer. Prier toute la nuit comme Il l’a fait, n’est pas donné aux chrétiens charnels et pleurnichards, cela n’est pas donné non plus aux aiglons, mais seulement aux Aigles de Dieu. Avant que le Fils de l’Homme ne passe toute la nuit à prier, Il avait reçu la Puissance du Saint-Esprit, et en était rempli. Soyons donc revêtus de la Puissance du Saint-Esprit, avant de nous engager à prier toute la nuit. Sinon, nous n’y parviendrons pas. Recherchons chaque jour la sanctification et l’Onction, si nous voulons vraiment prier toute la nuit.

Jésus-Christ de Nazareth, l’unique Fils de l’Homme, priait des nuits entières, et Il fut extraordinairement béni de Dieu. Quand nous voyons les puissants miracles qu’Il fit, nous sommes heureux ; ce qui est bien. Mais, n’oublions pas que c’est après de longues et pénibles heures de prière, qu’Il a pu accomplir tous ces signes-là. C’est à force de prier, de persévérer et d’intercéder qu’Il reçut l’Onction nécessaire pour accomplir de grands miracles. Bien qu’Il fût Dieu manifesté en chair, Il priât toute la nuit. Il avait besoin du Surnaturel pour accomplir parfaitement Sa mission. Et chaque fois qu’Il priait, Il rencontrait le Surnaturel. Sa prière de foi déclenchait toujours la Puissance           Surnaturelle du Saint-Esprit, qui agissait puissamment en Lui. Sa     force, c’était la prière de foi, Sa vie de prière. Et Il le savait ; c’est pourquoi Il faisait tous Ses efforts pour vaquer à la prière, quelques soient les circonstances. Il ne relâcha jamais dans Sa prière. Il alla   toujours jusqu’au bout, jusqu’à la victoire finale. Faisons comme Lui, et nous verrons la gloire de Dieu. Faisons comme Lui, et nous serons toujours exaucés, selon le bon plaisir de la volonté de Dieu, et la      richesse de Son Amour.

Un jour, on m’appela dans une famille où une jeune fille    faisait une crise de folie. Elle se déshabillait et faisait des choses   bizarres. Quand je vis cette scène et compris la gravité de la situation, je dis en moi-même, après avoir soupiré : Seigneur que dois-je      faire ? Que veux-Tu que je fasse ? Alors, une Voix me dit d’aller prier toute la nuit, et de revenir le lendemain pour prier pour elle. Je rentrai chez moi, fortifié par cette Parole du Seigneur, cette Parole révélée. Et je passai toute la nuit en prière. Cela ne fut pas du tout facile, car j’étais fatigué physiquement à cause de ma journée de  labeur. Il y avait aussi le doute qui essayait de prendre le dessus sur ma foi, lorsque l’image de cette fille me revenait à l’esprit. Mais, plus je priais et persévérais, plus ma foi en la Parole qui m’avait été      révélée croissait et augmentait puissamment. Je priais jusqu’au    matin, sans repos. J’étais prêt pour le combat et pour la victoire. Le doute avait complètement disparu de mon cœur. Je savais maintenant que le Seigneur Jésus-Christ allait opérer une grande   délivrance ce jour-là. Quand le jour fut levé, je me rendis chez les parents de la jeune fille en question. Dès que les hostilités avaient à peine commencé, Satan fut vaincu. Et par la Puissance du   Saint-Esprit que le Seigneur me donna quand je priais cette nuit-là, je pus chasser l’esprit de folie. Quand elle retrouva ses esprits, elle s’habilla et demanda à manger. Que toute la gloire en revienne au Seigneur Jésus-Christ, mon Maître, car, moi, je n’ai été qu’un   serviteur inutile. Ce qu’il vous faut retenir, c’est que j’ai obéi à la Voix du Christ qui me dit de prier toute la nuit. L’obéissance à la  Parole de Dieu révélée pour la circonstance, vaut mieux que l’obéissance à toute la Bible. La deuxième chose à retenir, c’est que c’est pendant de longues heures de prière durant la nuit, que le Seigneur m’a oint pour pouvoir guérir cette jeune fille, par le pouvoir extraordinaire de Son Nom Tout-Puissant et Tout-Suffisant.

Si Jésus-Christ de Nazareth, le Fils unique de Dieu, et Dieu manifesté en chair priait des nuits entières, quelle excuse           avons-nous, si nous ne cherchons pas à faire comme Lui, à imiter Sa foi et Sa vie de prière ? Frères, ne nous donnons plus de repos, et ne nous donnons plus de repos à Dieu, non plus ;mais prions sans     cesse. Persévérons dans la supplication. Cela ne sera pas facile, mais nous pouvons y arriver ; par la grâce de Dieu.

L’Ecriture dit : Demandez, et vous recevez. Avec la  permission de Dieu, nous disons par la Manne Fraîche : Celui qui demande peu reçoit peu ; et celui qui demande beaucoup reçoit beaucoup.

Avant de commencer Son ministère public, Jésus-Christ de   Nazareth a dû faire un long jeûne de quarante jours et de quarante nuits. C’est à l’issue de ce temps de consécration qu’Il a été revêtu de la Puissance de l’Esprit. Moïse aussi a fait un long jeûne de quarante jours et de quarante nuits, au terme duquel, il a reçu la révélation de la Parole de Dieu pour son temps : Les dix Paroles, les dix commandements. Vous voyez ! Jésus-Christ de Nazareth et Moïse, ont été bénis de façon extraordinaire, et ont été une source de bénédiction pour le peuple, parce qu’ils ont passé plusieurs jours à jeûner. Recevoir le   revêtement de la Puissance d’En-Haut et du Feu Divin est une grande bénédiction. Recevoir la Parole de Dieu pour le peuple, est aussi une grande bénédiction. Aussi voudrais-je vous exhorter encore une fois à beaucoup prier et à beaucoup jeûner. Plus on prie, et plus on jeûne, plus on est béni. Celui qui jeûne beaucoup, reçoit beaucoup, celui qui jeûne peu, reçoit peu. C’est la loi de l’ensemencement et de la     moisson, laquelle est inscrite partout dans la nature. Plus on prie et on jeûne, plus on est rempli d’Amour, de Paix, de Joie, de Vérité, de Lumière, d’Onction et de la Parole de Dieu. Plus on prie et on jeûne, plus on se rapproche de Dieu, plus on est en contact avec Lui ; plus on est sensible à Sa Voix, à Sa Présence et Son Action. Plus on prie et on jeûne, plus on connaît le Seigneur, et plus on Le comprend ; car notre communion avec Lui devient de plus en plus parfaite.

Que Dieu bénisse l’Epouse Ivoirienne, l’Epouse de l’Agneau qui est là comme immolé !

Je suis Manne Fraîche

Je vous aime.

FRERE CHRIST-MOÏSE, LE FILS DE L’HOMME,  L’AGNEAU QUI EST LA COMME IMMOLE.

 

 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix