Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 22 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
238
Hier :
506
Semaine :
744
Mois :
238
Total :
3677928
Il y a 11 utilisateurs en ligne
-
11 invités


QUESTIONS ET REPONSES SUR LA SAINTE CENE PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Vendredi, 22 Octobre 2010 08:55

Message prêché le Dimanche 13 avril 2008 matin, Tabernacle Le Chandelier d’or, Yopougon, Wassakara, Côte d’Ivoire

QUESTION : (Frère Joël de Cocody)

J’ai échangé avec des branhamistes sur la Sainte Cène. Ils m’ont demandé comment ça se passe ici. J’ai dit que nous prenons la Sainte Cène la nuit. Et ils m’ont demandé si nous prenons une coupe ou des verres. J’ai dit : des verres. Et ils ont dit que cela n’est pas juste parce que Jésus a pris une coupe et non plusieurs verres. Je veux un éclaircissement.


REPONSE

Ici, nous prenons la coupe et les verres, cela dépend des moments. Qu’on prenne une coupe ou des verres, cela n’a pas d’importance. Car le Seigneur ne parlait pas de coupe au sens littéral du terme, mais au sens symbolique, au sens spirituel. C’est une parabole qu’il a donnée. Et les branhamistes qui sont aveuglés à cause de cette parabole, prétendent qu’il faut prendre une seule coupe, c’est – à – dire un seul récipient. S’ils insistent sur l’utilisation d’une seule coupe au sens littéral, c’est parce que, selon eux, c’est William Branham qui l’a dit. Frères, je connais cependant une église branhamiste qui utilise plusieurs verres. Pour se justifier, le pasteur dit qu’il procède ainsi à cause du grand nombre de ses fidèles. Moi, aussi, j’utilise des verres à cause du nombre grandissant des frères. Cette raison, bien que plausible, n’est pas véritable pour répondre à la question qui m’est posée. Car, il y a une raison spirituelle; et c’est la plus importante. Si les branhamistes insistent sur l’utilisation d’une coupe au sens littéral du terme, moi aussi je vais leur demander de ne prendre qu’une seule bassine et qu’une seule serviette pour le lavage des pieds. Pourquoi ? Parce que le Seigneur Jésus, a pris non seulement une seule coupe, mais aussi une seule bassine et une seule serviette. S’ils prennent plus qu’une bassine, ils ne font pas exactement comme Jésus a fait. Dans toutes les églises branhamistes en général, il y a deux bassines : Une pour les hommes et une pour les femmes. Cela fait déjà deux bassines. Or, le Seigneur n’en a pris qu’une seule. Vous voyez, ces branhamistes qui m’attaquent feraient mieux de demander à l’Esprit de vérité de les conduire dans toute la vérité, que de se borner à répéter ce que Branham a dit. Si vraiment William Branham a parlé d’une coupe au sens littéral, c’est qu’il n’avait pas reçu la révélation de l’Ecriture concernant  cet aspect précis de la Sainte Cène. Il n’a pas été conduit dans toute la vérité par l’Esprit de vérité ; il s’est limité à l’aspect charnel des choses et non à l’aspect spirituel et prophétique. C’est pour cette raison qu’aujourd’hui encore, l’esprit d’Elie est répandu pour corriger les erreurs du Message du Soir,  et pour repositionner la Parole sur le chandelier. C’est pour cela qu’il m’a été dit : «  TU ES UN AIGLE, ET L’AIGLE PREND SON ENVOL ET VA DANS LES LIEUX TRES HAUTS POUR CHERCHER LA MANNE. » Et c’est ici la Manne Fraîche : La coupe que le Seigneur a donné à ses disciples n’était pas une coupe au sens physique du terme, mais une coupe au sens symbolique. Vous me direz : « Mais, frère Branham, le dernier prophète a dit qu’il faut prendre une coupe au sens physique. » Mais, moi aussi je vous dis au Nom de la Parole que ce n’est pas une coupe au sens matériel du terme. Et j’en ai les preuves. Ces preuves sont dans les Ecritures.

Prenons Matthieu 26.26-27 : « Pendant qu’ils mangeaient, Jésus prit du pain ; et après avoir rendu grâces, il le rompit, et le donna à ses disciples en disant : Prenez, mangez ceci est mon corps. Il prit ensuite une coupe ; et après avoir rendu grâces, il la leur donna en disant : Buvez – en tous ; car ceci est mon sang, le sang de l’alliance qui est répandu pour plusieurs.» Ici, il y a deux choses importantes : le pain qui représente le corps de Christ et le sang de l’alliance. Quand Il a pris le pain et l’a rompu, Il a dit : « Prenez, mangez, ceci est mon corps.» Les disciples ont-ils mangé du pain fait avec de la farine de blé ou le corps physique, la chaire humaine de Jésus? Ils ont mangé le pain, et non le corps physique du Seigneur. Après cela, Il a pris une coupe, il a rendu grâces, et a dit : « Buvez-en tous ; car ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés.» Les disciples ont-ils avalé la coupe, le récipient ou ont-ils bu le vin qu’il contenait? Ils ont bu le vin. Par conséquent, la coupe ici est à prendre au sens spirituel et prophétique et non au sens littéral du terme. Si c’est une coupe au sens physique du terme, Jésus aurait dit : « avalez-la.» Car personne ne peut boire littéralement une coupe qui est faite avec de l’acier ou de la terre. Le Seigneur Jésus-Christ n’a pas dit : « Buvez-la », mais « buvez-en tous.» Si c’est « Buvez- la », cela désignerait la coupe elle-même, la matière, le récipient. Mais, Il dit : «  Buvez – en tous. » Les branhamistes pensent que c’est de chez eux que la Parole de Dieu est sortie. Ils pensent détenir le monopole de la vérité, or, il n’en est rien. C’est l’Esprit de vérité qui nous révèle la vérité. Et quand cet Esprit est à l’œuvre en nous, nous comprenons que le Seigneur Jésus-Christ a dit ces choses en utilisant des symboles, des images. Quand Il a dit : « Ceci est mon corps.», c’était un symbole. Quand Il a parlé de coupe, c’était aussi un symbole. Remarquez : Il a parlé de pain, et nous savons que ce pain représente son corps qui allait être brisé pour nos péchés. Et même les branhamistes sont d’accord là-dessus. Mais quand l’Ecriture parle de coupe, ils ne peuvent pas comprendre qu’il s’agit du vin, symbole du sang  qui allait être répandu pour nous. Si c’est d’une coupe au sens matériel qu’il s’agit, qu’on me démontre ce que cela représente dans la mort du Seigneur. Le pain représente son corps. Et la coupe physique, que représente-t-elle? Absolument rien. Si véritablement William Branham a parlé de coupe au sens littéral, c’est qu’il n’avait pas reçu toute la révélation.

Prenons une autre Parole de l’Ecriture dans Luc 22.19-20 : « Ensuite il prit du pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant : Ceci est mon corps, qui est donné pour vous ; faites ceci en mémoire de moi.

Il prit de même la coupe, après le souper, et la leur donna en disant : cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous.» Examinons ce que le Seigneur a dit par l’Esprit de Christ, car tout autre esprit, est l’esprit de l’erreur. Le Seigneur dit : « Ceci est mon corps donné pour vous…Il prit de même la coupe, après le souper, et la leur donna, en disant : Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous.» Le corps ici représente le pain. Quand Il dit que le pain est son corps, Il parle symboliquement. Maintenant, parlons de la coupe. Que dit-Il ? Il dit : « Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang.» La coupe que le Seigneur a prise, et qu’il a donnée à ses disciples est LA NOUVELLE ALLIANCE EN SON SANG. Cette coupe est donc une alliance et non un récipient. Vous voyez, ceux qui parlent de coupe au sens matériel ne savent pas de quoi ils parlent. Ceux qui, comme les branhamistes, enseignent que c’est une seule coupe, une coupe au sens physique, donc un récipient, que le Seigneur a donnée  à ses disciples, ne sont pas conduits par l’Esprit de vérité envoyé du ciel. Les branhamistes, comme vous le savez, répètent servilement mot à mot ce que Branham a dit ; même les mensonges de ce dernier sont répétés mot à mot, et enseignés comme des vérités d’Evangile. Oui, vous m’avez bien compris : William Branham a menti sur plusieurs points. Par exemple, il a dit qu’il est né hors du péché, sans péché. Il a dit que ses visions sont infaillibles ; il a aussi dit que l’enlèvement  aurait lieu, soit en 1975, 1977, 1993 ou 1999. Aucune de ces dates n’est véritable. L’esprit branhamiste est un esprit de mensonge et de séduction. La coupe dont parle le Seigneur Jésus-Christ, n’est pas un récipient ; ce n’est pas une coupe fabriquée de main d’homme. Cette coupe, c’est son sang représenté par le vin. Symboliquement parlant, la coupe, c’est le vin. C’est pourquoi Il a dit : « Buvez-en tous.» Le pronom personnel "En" ne désigne pas le contenant, le récipient, mais le contenu, c’est – à – dire le vin. Ce pronom est mis pour le vin qui est la véritable coupe. Les branhamistes ne peuvent pas comprendre cela parce qu’ils n’ont pas l’Esprit de Christ, le Ressuscité ; ils ont l’esprit d’un mort, Branham.

Pour terminer examinons 1Corinthiens 10.16-17 : « La coupe de bénédiction que nous bénissons, n’est-elle pas la communion au sang de Christ ? Le pain que nous rompons, n’est-il pas la communion au corps de Christ ? Puisqu’il y a un seul pain, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps, car nous participons tous à un même pain.» Les branhamistes s’appuient aussi sur ce passage pour dire de façon dogmatique qu’il faut utiliser une seule coupe pendant la Sainte Cène. Mais, ils ont mal choisi leur passage biblique ; car ce passage même montre de façon plus claire combien de fois ils sont bornés spirituellement. Examinons par l’Esprit de Christ ce que l’apôtre Paul a écrit ; car tout autre esprit est l’esprit de perdition. L’Ecriture dit que nous bénissons la coupe de bénédiction, et que nous rompons le pain. La coupe de bénédiction dont parle l’apôtre Paul est-elle un récipient ? Est – ce un récipient que nous bénissons ou le vin qu’il contient ? Cette coupe, c’est le symbole du vin qui représente le sang de Jésus. Il est question de bénir la coupe de bénédiction. S’agit-il de bénir un récipient, une coupe physique faite de main d’homme ou de bénir le contenu du récipient? Lorsque vous bénissez votre repas avant de manger, est-ce la nourriture que vous bénissez  ou les assiettes ? Lorsqu’on vous dit : « Voulez-vous prendre un verre ?» S’agit-il du récipient, de verre au sens littéral, matériel ou de verre au sens symbolique ? L’apôtre Paul dit que nous bénissons la coupe de bénédiction ; cette coupe de bénédiction ne peut pas être un récipient, mais bien quelque chose d’autre. Je ne crois pas que le récipient, la coupe physique soit appelé par le Saint-Esprit la coupe de bénédiction. Par contre le vin qui symbolise le sang de l’Agneau est une bénédiction pour nous, ainsi que le pain qui représente le corps brisé du Seigneur. Il faut être du diable pour ne pas comprendre ces choses- là. Il est aussi écrit que nous rompons le pain. Or, le pain et le vin vont toujours de pair. La Bible dit expressément que cette coupe de bénédiction est une communion au sang  de Christ et que ce pain est une communion au corps de Christ. Si la coupe est une communion au sang de Christ, ne voyez-vous pas qu’il ne peut en aucun cas s’agir d’un récipient, mais de vin? Etes-vous encore aveugles, branhamistes ? Est-ce un récipient qui nous permet d’avoir une communion au sang de Christ ou est- ce le vin qui représente ce sang ?

Restons toujours dans ce passage de l’Ecriture de 1 Corinthiens 10. 16 – 17, que les branhamistes ont montré à frère Joël. L’apôtre Paul dit en effet «  puisqu’il y a un seul pain, nous qui sommes plusieurs nous formons un seul corps. » En s’appuyant sur cette Ecriture, ils affirment sans détours qu’il faut prendre un seul pain et une seule coupe au sens physique du terme. Mais là encore ils ont besoin de lumière. L’apôtre  Paul parle d’un seul pain ; mais il dit encore ceci : «  Nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps. » Il met en relation le pain et le corps de Christ. Il y a un seul pain, et il y a un seul corps. Mais, le mystère, c’est que ce seul corps est formé de plusieurs membres. Et chaque membre de ce corps, est formé du même matériau que le corps lui – même. Par conséquent, chaque membre du corps vit de la même vie que le corps lui – même. La même vie du corps est dans le membre, faisant du membre un corps à part entière. C’est plusieurs membres qui forment un seul corps. C’est ainsi que plusieurs baguettes de pain forment un seul pain. Il y a plusieurs baguettes, mais il n’y a pas plusieurs pains ; il n’y a qu’un seul pain formé de plusieurs baguettes. En 2003, j’ai été invité à prêcher dans une église. J’ai prié pour savoir si Dieu voulait que j’aille annoncer Sa Parole. Et,  j’ai vu une vision dans laquelle il y avait un gros panier rempli de pain chaud ; c’était comme les gros pains de 125 F. Il y en avait plusieurs dans le panier. Vous voyez, il y avait plusieurs pains qui formaient un seul pain. J’ai pris un pain la – dedans. Et la vision a pris fin.

Maintenant je vais vous dire quelque chose. Quand j’étais confronté à cette question : une seule coupe ou plusieurs verres, je ne suis pas allé consulter quel que livre que ce soit. J’ai fait ce que Dieu dit dans Jérémie 33.3 : « Invoque-moi, et je te répondrai ; Je t’annoncerai de grandes choses, des choses cachées.» Si j’avais voulu répéter mot à mot ce que Branham a dit, je serais toujours sans réponse à ma préoccupation. Quand j’ai prié, j’ai reçu la révélation dont je viens de parler brièvement. Mais, je ne m’attends pas à ce que vous soyez d’accord avec moi, car je n’ai fait que dire ce que j’ai appris pendant mes moments de solitude avec le Seigneur. Vous pouvez aussi prier Dieu qu’Il vous éclaire Lui – même.  Frères, ce qui est important, ce n’est pas le récipient, mais le vin. C’est le vin qui est la coupe dont parle le Seigneur. Par conséquent, qu’il soit dans une carafe, un verre ou une coupe en or ou en argent, cela n’a aucune espèce d’importance. Comme je l’ai déjà dit, s’il faut prendre absolument une seule coupe comme le disent les branhamistes, il va falloir prendre aussi une seule bassine et une seule serviette.

Remarquez encore ceci : quand les branhamistes font le lavage des pieds, on s’impose les mains les uns aux autres. C’est William Branham qui a peut – être enseigné cette doctrine, mais il n’y a aucune Parole de l’Ecriture qui le confirme. C’est pourquoi je ne suis pas obligé de faire comme eux. Et imposer les mains aux gens est une affaire de consécration, une chose sacrée. On ne doit donc pas s’imposer les mains dans le désordre. Malheureusement c’est ce que font les branhamistes. Voilà,  j’ai répondu à la question posée. Non, attendez! Je veux qu’on lise encore l’Ecriture, dans 1Corinthiens 11.23-25 : « Car j’ai reçu du Seigneur ...De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit : cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang…» Voilà qui est encore clair : La coupe est la nouvelle alliance en son sang, le sang de Christ. Vous voyez, ce n’est pas une coupe physique comme l’enseignent les branhamistes.

LA COUPE EST LA NOUVELLE ALLIANCE.

LA COUPE N’EST PAS UN RECIPIENT.

SI QUELQU’UN A DES OREILLES POUR ENTENDRE ? QU’IL ENTENDE.

Dans 1 Corinthiens 11. 20 – 23, l’apôtre Paul dit : «  Quand on se met à table, chacun commence par prendre son propre repas, et l’un a faim, tandis que l’autre est ivre. » Si des gens peuvent manger à leur faim et s’enivrer pendant la Sainte Cène, cela veut dire qu’il y a beaucoup de pain à manger et beaucoup de vin à boire.

Au sujet du vin, les branhamistes disent que le chrétien ne doit pas boire. Or, selon cette Parole de l’Ecriture qu’on a lue, on voit que les Corinthiens s’enivraient. C’est la preuve scripturaire que le vin qu’ils prenaient dans l’Eglise primitive était alcoolisé. A ce sujet – là aussi les branhamistes sont dans l’erreur, car ils disent qu’on ne doit pas boire de la boisson alcoolisée. Comme vous pouvez le constater,  c’était du vin alcoolisé que les apôtres du Seigneur Jésus – Christ prenaient. Le Seigneur Jésus – Christ même buvait du vin selon Luc 7.33 – 34.

Revenons à Matthieu 26. 26 – 27 où le Seigneur Jésus – Christ dit à propos du pain : «  Ceci est mon corps », et à propos du vin, Il dit : «  Ceci est mon sang. » Ceux qui disent que le Seigneur a pris une coupe physique, et  qui prennent cette coupe au sens physique du terme, doivent aussi prendre le pain au sens physique du terme. Autrement dit ils ne doivent pas  manger du pain constitué de farine et cuit dans une casserole, mais le vrai corps de Jésus, la vraie chair humaine. S’ils prennent la coupe au sens physique du terme et non au sens spirituel et symbolique, ils doivent aussi prendre le sang au sens littéral du terme. Autrement dit, ils ne doivent pas boire du vin, mais le sang même de Jésus, le sang humain. Car, quand Il a pris la coupe, Il a dit : «  Ceci est mon sang » Il n’a pas même pas dit que c’était du vin ; Il a dit que c’était son sang. Il n’a pas dit : «  Ceci est du vin. » Mais «  ceci est mon sang.» Les branhamistes doivent donc chercher le sang humain de Jésus, et non du vin. Vous voyez, c’est spirituellement qu’il faut toujours envisager la Parole de Dieu. Mais cela suppose qu’on a le Saint – Esprit. Dans 1 Corinthiens 2. 14, l’Ecriture dit : «  Mais l’homme animal ne reçoit pas les choses de l’esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c’est spirituellement qu’on en juge. » Quiconque croit qu’il s’agit d’une coupe au sens physique du terme est un homme animal, un homme charnel.

Que l’Esprit de Christ Lui – même nous éclaire davantage.

AMEN !

FRERE CHRIST- MOÏSE

 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix