Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 16 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
253
Hier :
506
Semaine :
759
Mois :
253
Total :
3677943
Il y a 8 utilisateurs en ligne
-
8 invités


FILS DE L'HOMME, LIS LUC 4.18 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Vendredi, 22 Octobre 2010 16:20

Message prêché le dimanche 08 Février 2009, Matin, au Tabernacle Le Chandelier d’Or ; Yopougon-selmer, Abidjan,  République de Côte d’Ivoire.

Bonjour bien-aimés de Dieu au nom du Seigneur Jésus-Christ. Le mardi dernier, j’étais en prière, quand le Saint-Esprit m’a dit de prêcher sur Luc 4.18 ; Il m’a autorisé à lire jusqu’au verset 19, car après la guérison des cœurs brisés, il y a aussi le recouvrement de la vue des aveugles. Que Son nom en soit béni !

Je voudrais dire quelque chose que je n’ai jamais dit à l’église, même pas à mon épouse. C’est quelque chose qui s’est passé il y a sept ans à Bouaké. J’étais en prière, et soudain une Voix s’adressa à moi en ces termes : « Fils de l’homme, lis Luc 4.18. » j’ai arrêté de parler et de bouger, car je ne comprenais pas pourquoi la Parole s’était adressée à moi en m’appelant du nom de Fils de l’homme. Pour  moi, je n’en étais pas digne, surtout que c’est l’un des glorieux attributs du Seigneur Jésus-Christ. J’ai pris ma Bible et j’ai lu Luc 4.18. J’ai compris alors que le Seigneur venait de me montrer un aspect du ministère que je vais exercer. L’Esprit du Seigneur, le Saint-Esprit est sur moi, parce qu’Il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle, et pour guérir ceux qui ont le cœur brisé. Le mardi dernier, Il m’a dit de lire le verset suivant.

Sans plus tarder, nous allons lire ensemble cette Parole de l’Ecriture, et s’attendre au Seigneur pour tout le reste.

Luc 4.18-19 : « L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres ; il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés, pour publier une année de grâce du Seigneur. »

L’ACCOMPLISSEMENT DE L’ECRITURE DANS L’HOMME.

Le Fils de l’homme, après quarante jours et quarante nuits passés dans le désert dans le jeûne, est rentré en ville, revêtu de la puissance du Saint-Esprit. Arrivé à Nazareth, Il est entré dans la synagogue. Il a pris le livre du prophète Esaïe, et l’a lu. Après la lecture, Il a fait une déclaration solennelle : « Aujourd’hui cette parole de l’Ecriture s’est accomplie. » Je voudrais ajouter ceci : Toute la Parole de l’Ecriture a été accomplie en Jésus-Christ car Il est la plénitude de la Parole incarnée. Ce jour-là, le Seigneur a lu Esaïe 61.1-2. Deux choses m’ont frappé dans la lecture qu’Il a faite :

-La première chose : Il n’a pas lu tout le verset 2 d’Esaïe. Voici l’intégralité de cette Ecriture : « pour publier une année de grâce de l’Eternel et un jour de vengeance de notre Dieu ; pour consoler tous les affligés. » Il n’a pas lu cette partie « Et un jour de vengeance de notre Dieu ; pour consoler tous les affligés. » Cette Ecriture peut être divisée en deux périodes quant à son accomplissement total : la première période, c’est l’année de grâce, et la deuxième, c’est le jour de vengeance, de colère de Dieu. Lors de Sa première venue, c’était pour publier une année de grâce. Mais Il reviendra un autre jour pour la vengeance et manifester Sa colère contre ceux qui L’ont rejeté. Comme Sa première venue n’avait rien à avoir avec la colère et la vengeance, Il n’a pas lu l’Ecriture qui s’y réfère.

-La deuxième chose : En comparant la Parole de l’Ecriture d’Esaïe 61.1-2 et la Parole de  l’Ecriture Luc 4.18-19, j’ai remarqué que le Seigneur Jésus-Christ, le Fils de l’homme, n’a pas employé le nom de l’Eternel. Ce nom est écrit dans Esaïe 61.1-2, mais Il ne l’a pas utilisé dans Luc 4.18-19. A la place de ce nom, Il a préféré le nom «  Seigneur. » Le Seigneur Jésus-Christ étant le Fils de l’homme par essence et par excellence, étant le véritable prophète de Dieu, savait que le nom de l’Eternel ne devait pas être invoqué sous la Nouvelle Alliance. Il dit : « l’Esprit du Seigneur est sur moi. » Il ne dit pas : «  l’Esprit du Seigneur, l’Eternel est sur moi. »

Je ne veux pas être différent des autres, mais je vois que la plupart des chrétiens invoquent le nom de l’Eternel alors que nous sommes dans une Nouvelle Alliance scellée par le sang de Jésus. Il y a des hommes de Dieu qui disent : «  l’Eternel m’a envoyé. » Dans les églises, on prophétise en ces termes : “Ainsi parle l’Eternel.’’ Partout il y a des chantres de l’Eternel et autres. Je ne dis pas que c’est un péché, puisque ce nom est écrit dans l’Ecriture. Mais, le Seigneur m’a permis de voir que ni Lui ni les apôtres n’ont utilisé le nom de l’Eternel dans le Nouveau Testament.

Alexis BARILIER qui croit au message de Branham depuis 1955 dit dans la brochure intitulée “LA NOUVELLE NAISSANCE’’ : « Par le ministère du frère Branham, l’Eternel notre Dieu a brisé les sceaux… » Est-il vrai que l’Eternel est notre Dieu, à nous les nations ? Voici  le témoignage de l’Ecriture dans Deutéronome 6.4 « Ecoute Israël ! L’Eternel notre Dieu, est le seul Eternel. » L’Eternel est le Dieu d’Israël, c’est l’Ecriture. Il n’est pas notre Dieu. Notre Dieu s’appelle Seigneur Jésus-Christ.

LES PREUVES QUE JESUS N’A JAMAIS UTILISE LE NOM DE L’ETERNEL.

Nous avons déjà vu cela avec Esaïe 61.1-2 et Luc 4.18-19. Prenons aussi Deutéronome 6.4 et Marc 12.29. Dans Deutéronome 6.4, il est écrit : « Ecoute Israël, l’Eternel notre Dieu... » Mais Jésus en reprenant ce passage de l’Ecriture dit : « Ecoute Israël, le Seigneur notre Dieu… » Il a remplacé le nom de l’Eternel par le nom du Seigneur. Ce n’est pas le fait du hasard. Que Dieu nous aide à comprendre les Ecritures.

Revenons à Luc 4.18-19. C’est le ministère du Fils de l’homme qui y est clairement révélé. C’est pourquoi la Parole s’est adressée à moi en ces termes : « Fils de l’homme, lis Luc 4.18. » Que signifie “Fils de l’homme ?’’ Cet attribut désigne le prophète de Dieu, plus spécifiquement. Il peut désigner tout homme. Mais ce qui nous intéresse c’est l’aspect prophétique et divin de cet attribut. Jésus est le Fils de l’homme, c'est-à-dire qu’il est le prophète de Dieu, par essence et par excellence. Ezéchiel aussi a été appelé par Dieu, du nom de Fils de l’homme. Puisse Dieu nous aider à percer le mystère du Fils de l’homme par la puissance de résurrection. Frères, avant de continuer je vous rappelle que vous devez examiner ce que je dis par les Ecritures afin de retenir ce qui est bon. Parlons du mystère des trois jours du Fils de l’homme.

LE MYSTERE DES TROIS JOURS DU FILS DE L’HOMME.

Dans Luc 13.31-32, les pharisiens ont dit à Jésus de s’en aller parce que le roi Hérode cherchait à le tuer. Mais, le Seigneur leur dit : « Allez et dites à ce renard : Voici, je chasse les démons et je fais des guérisons aujourd’hui et demain, et le troisième jour j’aurai fini. Mais, il faut que je marche aujourd’hui, demain et le jour suivant... » Vous voyez, cela fait trois jours : aujourd’hui, demain et le troisième jour. Trois jours de ministère du Fils de l’homme. Quels sont ces trois jours prophétiques pris dans un contexte purement symbolique ? Lisons Luc 17. 22, avant de répondre à cette question. «  Et Il dit aux disciples : Des jours viennent où vous désirerez voir l’un des jours du Fils de l’homme, et vous ne le verrez point. » D’après cette Parole de l’Ecriture, il y a au moins un jour du Fils de l’homme, et selon Luc 13.31-32, il y en a au plus trois : Trois jours du Fils de l’homme. Peut-être allez-vous en trouver plus que trois, mais quoi qu’il en soit ne faisons pas d’histoire. Que chacun enseigne ce que Dieu lui a révélé. Selon l’Ecriture, il y a trois jours du Fils de l’homme. Ces trois jours couvrent tout le temps prophétique jusqu’aux confins du règne millénaire. Le premier jour du Fils de l’homme a commencé avec la première venue de Christ en Israël. Son deuxième jour s’accomplit dans la dispensation de l’Eglise des nations. Son troisième jour commencera en Israël, après le départ de l’Epouse dans la gloire. Retenez ceci : Après les trois jours du Fils de l’homme, il y aura les mille ans de règne du Fils de David, en tant que Roi. C’est alors que s’accomplira cette Parole de l’Ecriture : «  Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père. » Jésus est le Fils de Dieu, le Fils de l’homme et le Fils de David. Il remplira chacune de ces fonctions sacerdotales selon le bon plaisir de la volonté du Père. Examinons ces trois mystérieux jours si Dieu le veut

LE PREMIER JOUR DU FILS DE L’HOMME.

Lors du premier jour du Fils de l’homme, Dieu et l’homme se sont unis en Jésus-Christ, la Divinité et l’humanité sont devenues un en Jésus-Christ. La Parole qui était au commencement auprès de Dieu a été faite chair ; Son nom, c’est Jésus, le Fils unique de Dieu. L’expression “Fils de l’homme’’ met en relief la parfaite nature humaine de Christ, qui est la Parole faite chair. L’expression “Fils de Dieu’’ met en exergue Sa parfaite Divinité. « Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu… Et la Parole a été faite chair. » Branham dit que Dieu a créé un spermatozoïde et un ovule, et Il a fait un croisement pour former le corps physique de Christ. Cette révélation donnée au temps du soir, ne reflète malheureusement pas la vérité de la Parole. Il n’y a pas eu de croisement entre un spermatozoïde et un ovule pour former le corps de Christ. Si c’est le cas, que dire de la médecine qui fait aussi ce genre d’expérience aujourd’hui ? Les scientifiques peuvent aujourd’hui prélever un spermatozoïde chez l’homme et un ovule chez la femme, et faire un croisement pour donner naissance à un être humain. Pour bien comprendre comment Dieu a formé le corps de Christ, essayons de comprendre comment Il a créé le corps du premier Adam. Le premier Adam est l’ombre du dernier. Pour créer l’ombre, le premier Adam, Il n’a pas eu besoin de procéder à un croisement. Comment voulez vous qu’Il le fasse pour le parfait, le dernier Adam, Dieu Lui-même venant sur terre. L’Ecriture dit que Dieu a formé l’homme de la poussière de la terre. Il n’y a eu aucun croisement entre un quelconque spermatozoïde et un quelconque ovule. Il a formé l’ombre, l’image, avec de la terre. Il a d’abord créé l’homme en tant qu’esprit, en tant que corps spirituel, puis Il l’a formé de la terre. Et Il a soufflé dans ses narines un souffle de vie, et l’homme est devenu un être vivant. C’était l’image de Dieu. En effet, Dieu dit : « Faisons l’homme à notre image. » Adam était donc l’image de Dieu, car celui-ci l’a créé à son image. Le récit de la création  de l’homme est diversement compris par les chrétiens. Les trinitariens justifient la doctrine de la trinité en s’appuyant sur cette Parole de Dieu : « Faisons l’homme à notre image. » Malheureusement, ils ne continuent pas la lecture. S’ils continuent, ils  verront ce qui est aussi écrit : « Et Dieu créa l’homme à son image. » Le mystère du Fils de l’homme Jésus, est grand et unique en son genre. Dieu a employé le pluriel, en disant « faisons l’homme à notre image », mais quant à l’acte de création lui-même, il est clairement prouvé que c’est Dieu seul qui a crée l’homme. L’Ecriture dit : « Et Dieu créa l’homme à son image », et non pas : « Et Dieux créèrent l’homme à leur image.» Ewald Frank, le serviteur fidèle et prudent, a tenté de résoudre cette énigme. Selon lui, Dieu s’est adressé aux anges ; le « faisons l’homme à notre image» s’adressait aux anges de Dieu qui étaient là lors de la création. Son point de vue paraît logique, mais il est dénué de toute approche prophétique. Si c’est vraiment aux anges que Dieu s’est adressé en disant « faisons l’homme à notre image » comment se fait-il qu’Il ait été le seul finalement à créer l’homme ? Le fait d’employer la deuxième personne du pluriel signifie t-il qu’Il s’adressait aux anges ? Dans Jean 3, le Seigneur Jésus est en conversation avec Nicodème, le docteur de la loi. Et Il lui dit : « En vérité, en vérité, je te le dis, nous disons ce que nous savons, et nous rendons témoignage de ce que nous avons vu ; et vous ne recevez pas notre témoignage. » Le Seigneur était seul devant Nicodème, et Il parle en utilisant la première personne du singulier  “JE’’ puis la première personne du pluriel “NOUS.’’ Qu’avez-vous à répondre trinitariens, partisans de la doctrine de la trinité ? Qu’avez-vous à répondre franckistes ?  Quand nous prenons ce que le Seigneur a dit dans son contexte, nous voyons que le « Je te le dis » et le « nous disons ce que nous savons » se rapportent à la seule et même personne, Christ. Lors de la création de l’homme, il n’y avait pas plusieurs personnes divines unies pour créer, ni un Dieu qui s’adressait aux anges. N’est-ce pas étrange qu’après avoir créé Seul les cieux, la terre et tout ce qu’ils renferment, Dieu demande de l’aide à deux autres personnes de la trinité ? Où étaient ces deux personnes quand Dieu créa les cieux et la terre ? Dans Esaïe 44.24, Dieu dit : « Seul, j’ai déployé les cieux, seul j’ai étendu la terre. » Pourquoi maintenant demander l’intervention des deux autres personnes de la trinité ? Est-il plus difficile de créer l’homme que de créer les cieux et la terre ? Frères, le Fils de l’homme n’est pas la deuxième personne d’une quelconque trinité, qui du reste, n’existe que dans l’imaginaire de l’homme. Dans Deutéronome 32. 39, Dieu dit : « Sachez donc que c’est moi qui suis Dieu, et qu’il n’y a point de dieu près de moi. » Y-a- t-il une révélation, une parole plus claire que celle-là pour comprendre que Jésus, que vous appelez Dieu le Fils ne peut pas être assis près de Dieu ? Dieu dit sans ambages qu’il n’y a point de dieu près de Lui.

Je sais que vous me citerez cette Parole de l’Ecriture qui dit que Jésus est debout à la droite de Dieu. Vous faites bien d’en parler parce que c’est l’un des mystères du Fils de l’homme. Prenons Actes 7.55-56« Mais Etienne, rempli du Saint-Esprit, et fixant les regards vers le ciel, vit la gloire de Dieu et Jésus debout à la droite de Dieu. Et il dit : Voici, je vois les cieux ouverts, et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu. » Ici, Etienne dit qu’il a vu Jésus, le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu. Cela ne veut pas dire qu’il y a un Dieu le Fils près de Dieu le Père. Car Dieu dit qu’il n’y a point de dieu près de Lui. Que signifie donc cette Parole qui dit que le Fils de l’homme est debout à la droite de Dieu ? La réponse à cette interrogation se trouve dans l’Ecriture. Que signifie « la droite de Dieu ? » D’après Esaïe 48. 13, c’est la droite de Dieu qui a fondé la terre et les cieux. Dieu dit en effet : «  Ma main a fondé la terre, et ma droite a étendu les cieux. » Or, toujours selon l’Ecriture, c’est Dieu qui au commencement  créa les cieux et la terre comme le dit Genèse 1.1. Dieu dit dans Esaïe 48.13 que c’est Sa droite qui a créé les cieux et la terre, et dans Genèse 1.1, il nous est dit que c’est Dieu qui a fait ces choses. Quelle est donc la révélation ? La voici : LA DROITE DE DIEU ET DIEU SONT UNE SEULE ET MEME CHOSE. LA DROITE DE DIEU, C’EST DIEU LUI-MEME. Si c’est Dieu Lui-même, que peut signifier « Le Fils de l’homme est debout à la droite de Dieu ? » Cela veut dire qu’Il est Dieu Lui-même. La position debout est un signe de gloire, de supériorité, de domination, de souveraineté, de royauté, de divinité, de force, et de puissance. Ce Jésus qui a été bafoué, humilié et crucifié comme un vulgaire a regagné après Sa glorieuse résurrection Sa royauté et Il a retrouvé toute Sa gloire, toute Sa puissance et toute la plénitude de la Divinité. Il n’est plus le Dieu Puissant, mais le Dieu Tout-Puissant. Le Fils de l’homme est le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs, le Dieu Tout-Puissant. Dans Apocalypse 1.7-8, il est écrit de Lui ces Paroles : « Voici, il vient avec les nuées. Et tout œil le verra, même ceux qui l’ont percé ; et toutes les tribus de la terre se lamenteront à cause de lui. Oui. Amen ! Je suis l’alpha et l’oméga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout-Puissant.» Il vient sur des nuées ; les nuées sont liées à la révélation et à la manifestation du Fils de l’homme et de Son ministère. Le Fils de l’homme qui vient sur les nuées dit : « Je suis l’alpha et l’oméga dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout-Puissant. » Combien de Tout-Puissants y a-t-il ? Un seul. Le Fils de l’homme est donc le seul Dieu Tout-Puissant. Voyons maintenant comment le corps du Dernier Adam a été formé. « Christ entrant dans le monde, dit : Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, mais tu m’as formé un corps. » (Hébreux 10.5.) Dans Jean 1.1, il est écrit : « Au commencement était la Parole et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. » « Et la Parole a été faite chair. » Cette Parole qui était au commencement avec Dieu, et qui était Dieu, C’était Christ, mais Christ dans un corps spirituel, avec deux jambes, deux pieds, deux yeux, et Ce Christ dans un corps spirituel est devenu Christ dans un corps de chair par la toute puissance de Dieu. Le corps spirituel de Christ a revêtu un corps de chair formé par la droite de Dieu, la main de Dieu. La création du premier Adam a subi le même processus : il a été créé corps spirituel avant d’être recouvert de corps de chair tiré de la terre. Le corps spirituel d’Adam, c’est l’image de Dieu. Christ aussi était un corps spirituel au ciel avant de devenir un corps de chair sur terre. L’Ecriture dit qu’Il « s’est dépouillé Lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; et ayant paru comme un simple homme. » Frères, n’oubliez jamais ceci : « LA PAROLE A ETE FAITE CHAIR. » Le corps spirituel de Christ est devenu un corps de chair, sans passer par un quelconque croisement entre un spermatozoïde et un ovule. Le Seigneur Jésus dit expressément qu’Il est sorti de Dieu. Il est aussi écrit qu’Il a été engendré. C’est le seul homme qui ait eut une puissance aussi glorieuse et particulière. Le mystère du Fils de l’homme, Jésus le messie, est insondable par l’esprit humain. Sa conception dans le sein de la vierge Marie est unique en son genre, Sa naissance est unique en son genre, Sa mort est unique en son genre, Sa résurrection est unique en son genre. Il n’a point d’égal. C’est le don le plus précieux, le plus grand, le plus parfait et le plus sublime que Dieu ait jamais fait à l’humanité. C’est d’ailleurs à juste titre que IRWIN JAMES dit : « La plus grande chose dans l’histoire du monde, ce n’est pas l’homme qui a marché sur la lune. Mais c’est Dieu qui a marché sur la terre, en la personne de Jésus-Christ. » C’est ici le mystère du Fils de l’homme : Dieu marchant sur terre dans un homme. Alléluia ! Dieu a marché sur terre en Jésus-Christ le Fils de l’homme. Parlons un peu de Sa glorieuse naissance.

LA NAISSANCE DE JESUS LE FILS DE L’HOMME.

Le prophète Esaïe a prophétisé en ces termes : « C’est pourquoi le Seigneur Lui-même vous donnera un signe : voici, la vierge concevra et enfantera un fils, et appellera son nom Emmanuel. » Des centaines d’années plus tard, l’ange Gabriel dit à une jeune femme vierge du nom de Marie qu’elle deviendra enceinte et enfantera un fils. Etonnée, elle dit à l’ange : «  Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d’homme ? » L’ange lui répondit : « le Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de Son ombre. C’est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu. » Cette révélation de l’ange Gabriel est l’accomplissement de la prophétie d’Esaïe. Et la vierge Marie a conçu, et elle a enfanté Jésus, le Fils de l’homme. Il n’y a pas eu de rapports sexuels à la conception de l’enfant Jésus. Mais la puissance du Très-haut a accompli ce miracle. A la création du premier Adam, il n’y a pas eu de rapports sexuels, à la conception du Dernier Adam, il n’y a pas eu de rapports sexuels. A la création du premier Adam, il n’y a pas eu de croisement entre un spermatozoïde et un ovule. A la conception du Dernier Adam, il n’y a pas eu de croisement entre un spermatozoïde et un ovule. Même la création de la femme Eve n’a pas nécessité un tel croisement, elle qui était une simple femme. Dieu a simplement pris la côte d’Adam pour former la femme, sans faire de croisement. William Branham dit dans sa tentative de révéler le mystère de la côte d’Adam, que la femme a une côte de plus que l’homme. Puisque Dieu a pris une côte chez l’homme, c’est qu’il a une côte en moins et que la femme a une côte de plus. Malheureusement, il a dit un mensonge, puisque la femme n’a aucune côte de plus que l’homme. Mais qu’est-ce donc la côte d’Adam ? C’est tout simplement le sang d’Adam, duquel Eve a été tirée, par la puissance de Dieu pour former le corps féminin. L’esprit masculin d’Adam, et l’esprit féminin d’Eve étaient liés ensemble en l’homme. Eve était en Adam. Mais, ils ont été séparés par Dieu lorsque celui-ci a pris la côte d’Adam. Regardez le Dernier Adam, sur la croix : c’est de son côté percé, de son corps blessé qu’est sortie Son Epouse, l’Eglise. Car l’Eglise n’est rien d’autre que le sang de Jésus manifesté en chair. Dans le jardin d’Eden, Dieu a fait tomber un profond sommeil sur Adam avant de prendre sa côte pour former Eve. De même sur la croix, Il a fait tomber un profond sommeil sur le Dernier Adam avant de pouvoir former pour lui, une Eve spirituelle, Son Epouse. La côte d’Adam ne peut pas être une vraie côte, un os, comme le dit Branham. De toutes les façons, dans le corps humain, la vie ne se trouve que dans le sang, et non dans l’os. Que Dieu nous aide à comprendre. Vous comprendrez que la conception de Christ n’a rien de commun avec la nôtre. Comme je l’ai déjà enseigné selon la révélation divine, Il n’a même pas tété. C’est ici le mystère de la Manne Fraîche. Jésus n’a pas tété, selon la Parole. En effet, Dieu a même prophétisé son régime alimentaire en ces termes : «  Il mangera de la crème et du miel. » L’enfant qui naîtra de la vierge mangera de la crème et du miel. Nous savons que tout enfant qui naît doit téter. Pourquoi donc Dieu mentionne pour le cas de Son Fils unique, qu’Il mangera de la crème et du miel ? Jésus n’a pas tété : c’est ici le mystère du Fils de l’homme. Il est le Fils unique de Dieu, comme vous le savez. Mais, qu’est-ce qui fait Son unicité ? Vous êtes-vous posés la question ? Frères, Il a été conçu du Saint-Esprit, Il est né sans péché, et Il n’a pas péché, mais Il a été fait péché pour nous. Il n’a pas tété, Il n’y avait même pas de cordon ombilical entre Lui et Marie. S’Il avait tété, Son précieux sang serait mélangé avec celui de Marie, la mère porteuse. Et nous serions encore dans nos péchés. Par l’allaitement et le cordon ombilical, la mère transmet à l’enfant des éléments de son sang. Or le sang de Jésus devait être sans aucun mélange ; c’était le sang de la nouvelle alliance pour la rémission des péchés. Comprenez-vous le mystère du Fils de l’homme ? Il était le premier-né de Marie, mais le Fils unique de Dieu. Il n’était pas le Fils unique de Marie, mais son fils premier-né. C’est la bible qui le dit : « Pendant qu’ils étaient là, le temps où Marie devait accoucher arriva, et elle enfanta son fils premier-né. » Pas son fils unique, mais son fils premier-né. Marie n’est donc pas restée vierge toute sa vie. Elle a eu d’autres enfants après Jésus, son fils premier-né. Le fait d’avoir porté Jésus fait d’elle une mère porteuse ; pas une vraie mère, mais une mère porteuse. Le Fils de l’homme est né sans péché, mais Il a été fait péché, pas pécheur mais péché. William Branham dit aussi qu’il est né sans péché, dans sa brochure "LA PROFONDEUR APPELLE LA PROFONDEUR." Vous convenez avec moi qu’il a menti, car l’Ecriture dit dans Romains 5.12 que « par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché. » Tous les hommes ont péché, et ils naissent dans le péché. Le premier jour du Fils de l’homme par essence et par excellence est marqué par une naissance sans péché, une vie sans péché, une mort ignominieuse et violente, une glorieuse résurrection. En ce jour, la Parole a été faite chair, la plénitude de la Divinité a été manifestée corporellement. Dans le deuxième jour, Dieu a été manifesté en chair ; et le troisième jour Il sera manifesté en chair. Le premier jour du Fils de l’homme est apparu en Israël, avec le Messie qui dit : « Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël. » Son deuxième jour se manifeste dans les nations, et son troisième jour, ce sera en Israël. A chacun de ces jours bénis, Dieu révèle Sa Parole. Quand Jésus est venu, Il a dit : « Vous avez appris qu’il a été ditTu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi. »  Mais moi je vous dis : « Aimez vos ennemis. » «  Il vous a été dit, mais moi je vous dis. » Le Seigneur a apporté un message dépassant de loin celui que Moïse et les prophètes de l’Ancien Testament ont laissé au peuple d’Israël. Il s’en est inspiré, mais Il ne l’a pas prêché. C’est pourquoi les pharisiens, les docteurs de la loi, les sadducéens et les scribes ne pouvaient pas le suivre. Ceux-ci, « assis dans la chaire de Moïse » dont ils se réclamaient tant ont déclaré que le Fils de l’homme était possédé du diable, qu’Il avait blasphémé et qu’Il méritait la mort. Et ils avaient fini par faire mourir celui dont ils prêchaient la venue. Ils ont crucifié le Dieu d’Abraham, d’Isaac, dont ils se réclamaient parce qu’Il était venu vers eux dans la forme d’un simple homme. Chaque fois que Dieu se présente  aux hommes dans la forme d’un être humain, Il est systématiquement rejeté par la plupart des gens. Car ces gens-là préfèrent voir Dieu sous la forme d’une lumière éclatante que sous la forme d’un  homme. Or le mystère du Fils de l’homme, c’est que Dieu a tabernaclé dans l’homme, venant avec Sa Parole révélée. Oui, Monsieur. C’est Dieu dans l’homme révélant Sa propre Parole à un moment bien donné. C’est ce qui s’est passé au premier jour du fils de l’homme. Mais les juifs dans leur écrasante majorité n’ont pas pu faire un pas de plus que leurs guides. Il en est de même aujourd’hui des luthériens, des wesleyens, des branhamistes ; ils ne peuvent pas faire un pas de plus que leurs leaders. Or, après le départ de ces derniers, Dieu continue de répandre Sa lumière sur le chemin qui mène à la gloire céleste. Au temps du soir il a été dit que le péché originel, c’était l’adultère. Mais, lorsque la Manne Fraîche a commencé à descendre du ciel d’auprès de Dieu, le  Saint-Esprit nous a montré que c’était plutôt le péché de l’incrédulité qui était le tout premier péché commis à l’origine dans le jardin d’Eden. L’incrédulité a conduit à la désobéissance. Adam et Eve ont d’abord rejeté la Parole de Dieu ouvertement ; c’est ce qui les a amenés à manger de l’arbre défendu. Au temps du soir, il a été dit : « Tout bon chrétien doit payer sa dîme. » Branham dit qu’il est venu nous ramener à la doctrine des apôtres. Mais ceux-ci n’ont jamais donné des enseignements sur la dîme. Et  puis selon l’Ecriture, la dîme ne se paie pas en argent, selon Deutéronome 14.24-26. Je sais que les Branhamistes ne peuvent pas recevoir un tel enseignement, parce qu’ils font comme les luthériens et les méthodistes : ils ne peuvent pas faire un pas de plus que leurs guides décédés. Branham dit qu’il est infaillible, que ses visions sont infaillibles. Moi, je dis que personne n’est infaillible en dehors du Seigneur Jésus-Christ. Mais les Branhamistes ne peuvent pas être d’accord avec moi, car ils refusent de voir la réalité en face. Leur prophète a dit depuis 1933 que Dieu lui a donné sept visions dont cinq sont déjà accomplies. Il en reste deux :

1- La montée d’une femme au pouvoir aux Etats-Unis d’Amérique avant 1977. Non seulement cela n’est pas arrivé, mais Branham a été incapable de dire exactement qui est cette femme. Tantôt il dit que c’est l’Eglise Catholique romaine, tantôt c’est une vraie femme. Avec ça, il se dit infaillible.

2- La destruction des Etats-Unis d’Amérique au plus tard en 1977. Cela n’est pas arrivé. Nous sommes aujourd’hui en 2009. Avec ça, il se dit infaillible. Et il faut être aveuglé au dernier degré pour continuer de soutenir que Branham est infaillible, que c’est le Seigneur Jésus-Christ Lui-même qui est revenu sur terre. Si ma mémoire est bonne, il est décédé en 1965 et son corps est encore dans le tombeau, attendant le jour de l’enlèvement. Un seul est infaillible : LE SEIGNEUR JESUS-CHRIST, LE SEUL VRAI DIEU ET LA VIE ETERNELLE. William Branham a prophétisé que Los Angeles sera engloutie dans la mer avant que son fils Billy Paul ne devienne un vieil homme. Mais, ce dernier, étant né en 1935, a 74 ans aujourd’hui. Cette prophétie ne s’étant pas accomplie, nous devons nous interroger sur la prétendue infaillibilité de l’homme. Il a dit quelque chose au nom du Seigneur, et la chose n’est pas arrivée. Que penser de tout cela ?

Le premier jour du Fils de l’homme a commencé en Israël, et va prendre fin en Israël. Après la résurrection et l’ascension de Jésus, Etienne L’a vu debout à la droite de Dieu. La droite de Dieu, c’est la puissance suprême de Dieu, c’est Dieu Lui-même. Cette vision signifie que le Fils de l’homme qui était sur terre dans un corps de chair est maintenant révélé au ciel dans toute Sa Divinité dans Son corps spirituel. Dans Hébreux 1.3, il est dit qu’Il « s’est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts. » Dans le langage symbolique, quand on dit de quelqu’un qu’il est assis, cela veut dire qu’il est fort, puissant. On peut dire par exemple : Tel frère est assis dans la foi, ou dans la Parole. Tel autre est assis financièrement. Vous voyez ! Il s’agit de leur position spirituelle, sociale ou financière. ‘‘Jésus s’est assis à la droite de la majesté divine’’ veut dire qu’Il est la Majesté Divine Suprême. Dans Actes 7, il est écrit que Jésus le Fils de l’homme est debout à la droite de Dieu. Et les gens disent de façon erronée : « Il y a deux personnes : Dieu le Père et Dieu le Fils.» Maintenant dans Hébreux 1.3, il est dit qu’Il s’est assis à la droite de la majesté divine. Combien de personnes sont-ils ? Dans ce passage de l’Ecriture, qui est Dieu le Père ? Et qui est Dieu le Fils ? Actes 7 et Hébreux 1.3 disent la même chose. La majesté Divine et la droite de Dieu sont une seule et même chose. Oui Monsieur. La droite de Dieu, c’est la majesté Divine. Il n’y a donc pas deux personnes divines, comme on essaie de nous le faire croire. Si c’est vraiment la deuxième personne de la trinité qui est debout à la droite de Dieu, où était la troisième personne dans la vision ? Etienne n’a pas vu deux personnes, mais une seule : Le Fils de l’homme dans Son Véritable Corps en tant que Dieu Suprême et Souverain, Dieu Tout-Puissant.

Dans Jean 3.13, le mystère du Fils de l’homme est révélé par le Seigneur Lui-même. Il dit : « Personne n’est monté au ciel, si ce n’est celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme qui est dans le ciel. » Frères, Jésus était devant Nicodème le docteur d’Israël, et Il lui dit un grand mystère : Le Fils de l’homme qui est descendu du ciel et qui est devant toi, est aussi assis au ciel. J’imagine aisément l’étonnement de Nicodème le grand docteur de la loi, prédicateur de surcroît, mais qui ne sait rien du spirituel, encore moins du surnaturel. L’enseignement du Seigneur est clair et révélateur : Le même Fils de l’homme qui parlait à Nicodème était aussi assis au ciel. Frères, maintenant voici ce que dit la Manne Fraîche : Au ciel, Il était le Fils de l’homme dans Son véritable Corps céleste, en tant que Seul Vrai Dieu, Immortel, Invisible, Eternel, revêtu de gloire de beauté et de magnificence éternelles. Sur terre Il était le Fils de l’homme dans un corps de chair, un corps faible et mortel. C’est le même Fils de l’homme dans deux corps différents. Ce même Fils de l’homme qui est debout à la droite de Dieu, quand Il vient habiter dans un corps de chair, dans le cœur d’un homme, cet homme devient semblable au Fils de l’homme. Ce Fils de l’homme dans Son corps spirituel et céleste, c’est Dieu Lui-même, c’est le Saint-Esprit. Le Saint-Esprit peut venir sur moi et habiter en moi sous la forme de l’Esprit d’Elie. De même Il peut venir sur moi sous la forme du Fils de l’homme qui est au ciel. Je deviens alors semblable à Elie ou au Fils de l’homme. Vous voyez, je ne suis pas Elie, mais je suis rendu semblable à Lui, à cause de l’Esprit d’Elie qui est sur moi. Je ne suis pas le Fils de l’Homme, mais je suis rendu semblable au Fils de l’Homme à cause de Son Esprit qui est sur moi. Il m’a été dit en effet : « Le Dieu d’Elie est sur toi », « Fils de l’homme, lis Luc 4.18. » Devant Nicodème était assis le Fils de l’Homme dans un corps de chair ; c’était le négatif, l’ombre du Fils de l’Homme assis au ciel dans un corps spirituel et céleste. Le Fils de l’Homme assis à la droite de la Majesté Divine, c’est le positif. C’est la Parole.

Sur la montagne de la transfiguration, Moïse et Elie se sont entretenus avec le Seigneur dont le visage resplendissait comme le soleil. Cette Parole de l’Ecriture me ramène à l’évènement surnaturel survenu  avec Moïse dont le visage aussi avait été transfiguré. En effet l’Ecriture dit que son visage rayonnait de la gloire de Dieu. Son visage était devenu le visage de Dieu, car aucun visage humain ne peut resplendir comme le soleil. Ce jour-là, Moïse le prophète avait revêtu le visage rayonnant de Dieu. Ce Moïse était avec Elie ; ils étaient apparus dans la gloire pour parler du départ que le Seigneur allait accomplir à Jérusalem. Avez-vous remarqué que la présence du Fils de l’Homme sur terre a ramené Moïse et Elie ? L’Esprit de Moïse et l’Esprit d’Elie étaient sur terre à cause du ministère du Fils de l’homme. Dans l’âge de Laodicée  là où sera le ministère du Fils de l’homme là seront l’Esprit de Moïse et l’Esprit d’Elie. Lors de l’accomplissement du premier jour du Fils de l’Homme, Moïse et Elie sont venus sur terre. Il en sera de même lors de l’accomplissement des deux autres jours du Fils de l’homme : Moïse et Elie seront là, sous la forme du Saint-Esprit. Après cette glorieuse vision de la montagne de la transfiguration, Pierre voulait dresser trois tentes : Une pour le Seigneur Jésus-Christ, une pour Moïse et une pour Elie. Comment a-t-il su que ces deux hommes étaient Moïse et Elie ? Par une révélation venant du Père. Frères, c’est par la révélation seule que vous pouvez connaître Dieu et le servir. C’est pourquoi nous devons impérativement être remplis du Saint-Esprit. Que l’Esprit de Christ soit en nous tous jusqu’à la plénitude de la Divinité. Car si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. Recherchez les choses d’En-haut, et fuyez celles qui sont dans le monde. Il ne s’agit même pas d’avoir une Bible, mais de croire en celui que Dieu a envoyé. Le Seigneur dit dans Matthieu 7.21-23 que seul celui qui fait la volonté de Dieu entrera au ciel. Mais savez-vous ce que c’est que la véritable volonté de Dieu ? Il nous en donne la réponse Lui-même : « La volonté de mon Père, c’est que quiconque voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle.» (Jean 6.40) Il faut donc voir le Fils et croire en Lui pour pouvoir faire la volonté de Dieu qui nous conduit au ciel. Je pourrai appeler cela la volonté primordiale de Dieu, la volonté N°1 de Dieu. Si cette volonté N°1 n’est pas accomplie, tout ce que vous faites est vain. Quelle est la volonté véritable de Dieu ? C’est de voir le Fils et croire en Lui afin d’avoir la vie éternelle. Qui est le Fils ? C’est Jésus-Christ, le Fils unique de Dieu. Il faut donc voir le Fils et croire en Lui pour faire la volonté de Dieu. Dans la version Darby, il est écrit : « C’est ici la volonté de mon Père que quiconque discerne le Fils et croit en lui ait la vie éternelle.» Cette version précise (en note) que le mot « discerner » veut aussi dire « voir. »

Discerner, c’est donc distinguer, reconnaître par la vue et par l’esprit. Voir le Fils, c’est non seulement voir avec les yeux du corps, mais aussi avec les yeux du cœur. Au temps de Jésus, homme, faire la volonté de Dieu, c’est voir physiquement et spirituellement, le Fils et croire en Lui. Même quand Jésus ne sera pas là physiquement, la Parole de Dieu ne changera pas pour autant : il faut toujours voir le Fils et croire en lui. Comment cela se passera-t-il ? Le Fils qui est maintenant sous forme du Saint-Esprit, viendra habiter dans le cœur des hommes de Dieu, faisant d’eux des fils de Dieu. Ces hommes-là annonceront la Parole ; si nous voyons en eux le Fils unique de Dieu, et si nous croyons en eux, nous aurons la vie éternelle. Prenons l’exemple de l’apôtre Pierre : Le Seigneur Jésus-Christ lui a remis les clés du royaume des cieux ; et le Fils de Dieu était en lui sous la forme du Saint-Esprit. Le Fils de Dieu, le Saint-Esprit habitant en lui, il est aussi devenu un Fils de Dieu. En le voyant, c’est le Fils qu’on voit. En croyant en lui, c’est au Fils qu’on croit. Dans Jean 17.20, le Seigneur dit quelque chose de très important : « Ce n’est pas pour eux seulement que je prie, mais encore pour ceux qui croiront en moi par leur parole. » Soyez très attentifs !

Jésus a prié pour tous ceux qui croiraient en Lui.

2. Par quelle parole ceux-là croiront-ils en Lui ? C’est par la parole de ses disciples. C’est-à-dire la Parole de Dieu qui sortira de la bouche de ses apôtres. Comment feront ceux qui disent : « Je ne suis pas un homme, mais Dieu. » ? Quand Jésus était sur terre, Il était la Parole de Dieu manifestée en chair, la bouche de Dieu. Maintenant qu’Il n’est plus là physiquement, qui est la bouche de Dieu ? Je crois que ce sont ceux qu’Il envoie nous apporter Sa Parole. Pierre, Paul étaient de ceux-là. Maintenant étant morts, Christ choisit d’autres hommes qu’Il envoie. Je fais partie de ces hommes qu’Il a mandatés en cette fin des temps pour proclamer la Manne Fraîche. Lors de l’accomplissement du premier jour du Fils de l’Homme, Dieu a été fait homme. Aujourd’hui, c’est l’homme qui est fait Dieu. Je vais dire un mystère : Avant que Dieu ne devienne homme en Jésus-Christ, un homme, Moïse avait été fait Dieu. Et quand Moïse a été fait Dieu, il reçut un message pour l’exode et deux signes prophétiques. De même après la première veille, Dieu en cette troisième veille fera un homme Moïse, avec une Manne Fraîche pour un exode : le quatrième (4e).

Sur la montagne de la transfiguration, il y avait Moïse et Elie. Et Moïse dans son ministère terrestre a été transfiguré, son visage resplendissait comme le soleil. C’était le même visage que le Fils de l’Homme avait lors de sa transfiguration, avec certainement plus de gloire et d’éclat. Quant à Elie le prophète, il avait dit à Elisée, avant d’être enlevé : « Demande ce que tu veux que je fasse pour toi, avant que je ne sois enlevé d’avec toi. » Elisée dit : « Qu’il y ait sur moi, je te prie, une double portion de ton esprit. » L’Esprit d’Elie, c’est l’Esprit de Dieu. Vous le savez. Elisée demande donc à Elie, qui est un homme, de lui donner le Saint-Esprit qui est sur lui dans une double portion. N’est-ce pas étrange comme demande ! Que répond Elie ? « Elisée, pourquoi peux-tu me demander l’Esprit de Dieu, à moi qui ne suis qu’un homme. Ne sais-tu pas que c’est Dieu seul qui donne Son Esprit aux hommes ? » Non, il n’a pas dit cela. Il a dit : « Tu demandes une chose difficile. Mais si tu me vois pendant que je suis enlevé d’avec toi, cela t’arrivera ainsi ; sinon, cela n’arrivera pas. » Elie a dit à Elisée de lui demander ce qu’il voulait qu’il fasse pour lui. Elisée lui a demandé la double portion de l’Esprit de Dieu qui était sur lui. Et Elie a dit à peu près ceci : « Si tu me vois partir dans l’enlèvement, je te donnerai ce que tu as demandé. » La Parole ! La Parole ! La Parole ! Je parle maintenant de la chose la plus importante dans la vie chrétienne : LA RECEPTION DU DON DU SAINT-ESPRIT. Vous pouvez croire en Dieu, mais si vous n’avez pas reçu le don du Saint-Esprit, cela est vain. Si vous n’avez pas revêtu Christ, votre foi est vaine ; si vous n’êtes pas baptisés dans le Saint-Esprit vous ne faites pas partie du Corps de Christ. Si vous ne naissez pas de nouveau, par la Parole et par la puissance du Saint-Esprit, vous ne verrez jamais le royaume de Dieu ; et vous n’y entrerez pas. Le baptême du Saint-Esprit est la chose la plus importante pour nous. Elisée savait que recevoir l’Esprit de Dieu était la chose dont il avait vraiment besoin. Aujourd’hui, le baptême du Saint-Esprit, la nouvelle naissance ne préoccupe personne. Or vous devez naître de nouveau et être baptisés du Saint-Esprit et de feu.

Frères, Elisée a reçu la double portion de l’Esprit d’Elie, qu’il a suivi jusqu’au Jourdain. Il a suivi un homme, un homme oint de l’Esprit de Dieu ; un homme dont il avait la révélation qu’il allait être enlevé. Ne suivez que celui que Dieu a envoyé, et qui est vraiment baptisé du Saint-Esprit, et dont vous avez une révélation claire. Une sœur a rendu ce témoignage un jour. Elle a demandé à Dieu de lui dire qui est frère Moïse. Quelques jours après, elle est venue au Tabernacle. Pendant que j’étais à la chaire, une Voix lui dit : ‘‘ Je vais te montrer qui est ton frère Moïse. Lève la tête.’’ Quand elle a levé les regards vers moi, elle a vu mon visage qui resplendissait comme le soleil. La vision était tellement puissante qu’elle s’est écroulée, en pleurant. Elle a eu une révélation divine. A Bouaké, une femme d’une dénomination passait le plus clair de son temps à me dénigrer. Elle essayait même de faire sortir une de nos sœurs, la femme de frère Théodore du Tabernacle Le Chandelier d’Or. J’étais au courant de toutes les injures qu’elle proférait contre moi, mais cela m’était égal. Un jour, elle est venue à l’église. Ce jour-là,  elle a eu une vision. Elle a vu un homme tout de blanc vêtu, qui disait exactement ce que je disais. Puis la vision l’a quittée. Et chose bizarre, elle m’entendait dire aussi ce que l’homme de la vision disait. Puis la même vision est revenue. Et chose étrange, l’homme en blanc disait aussi ce que je disais. C’en était trop pour elle. Qui est donc cet homme ? Et qui est frère Moïse ? A la fin de la prédication elle a tenu à rendre son témoignage. Quelque chose s’est encore passée. Arrivée devant moi, la puissance de Dieu l’a saisie, et elle a prophétisé en disant que la Parole ne se trouvait qu’au Tabernacle Le Chandelier d’Or. Et nous avions pensé qu’il s’agissait du bâtiment, mais il s’agissait d’un homme, Tabernacle Le Chandelier d’Or. Cette femme aussi a eu sa révélation. Elisée n’a pas suivi n’importe qui ; il a suivi l’homme de Dieu, qui était Dieu dans un homme. Et comme il a suivi Elie le prophète, il ne peut demander et recevoir la portion de l’Esprit qui est sur le prophète. C’est ici le mystère du prélèvement de l’Esprit de Dieu sur un homme pour le répandre sur d’autres hommes. C’est Dieu dans l’homme, la Parole dans l’homme.

LE MYSTERE DU PRELEVEMENT DE L’ESPRIT DE DIEU

Nombres 11.16-17 : « Et l’Eternel dit à Moïse : Assemble-moi soixante-dix hommes des anciens d’Israël, que tu sais être les anciens du peuple et ses magistrats, et amène-les à la tente d’assignation, et ils se tiendront là avec toi. Et Je descendrai, et Je parlerai là avec toi, et j’ôterai de l’Esprit qui est sur toi, et je le mettrai sur eux, afin qu’ils portent avec toi le fardeau du peuple, et que tu ne le portes pas toi seul. » Sur recommandation du Seigneur, Moïse s’est présenté à la tente d’assignation avec soixante-dix hommes. Et Il dit à Moïse : « Je descendrai et je parlerai avec toi, et j’ôterai de l’Esprit qui est sur toi, et je le mettrai sur eux, afin qu’ils portent avec toi le fardeau du peuple, et que tu ne le portes pas toi seul. » C’est ici le mystère du prélèvement de l’Esprit de Dieu. L’Esprit de Dieu était sur Moïse le prophète ; et il était Dieu, selon Exode 7.1. Et Dieu a pris l’Esprit qui était sur lui pour le mettre  sur ces soixante-dix hommes. Ceux-ci devaient aider le prophète dans sa tâche quotidienne. L’Esprit de Dieu n’est jamais descendu sur eux directement du ciel. Dieu a pris le même Esprit qu’Il a donné à Moïse, et l’a mis sur eux. Quelques-uns de ceux qui ont eu part à l’Esprit qui était sur Moïse se sont soulevés contre ce dernier, avec « deux cent cinquante hommes des enfants d’Israël, des principaux de l’assemblée, de ceux que l’on convoquait à l’assemblée, et qui étaient des gens de renom. » Ils ont dit à Moïse : « C’en est assez ! Car toute l’assemblée, tous sont saints, et l’Eternel est au milieu d’eux. Pourquoi vous élevez-vous au-dessus de l’assemblée de l’Eternel ? » (Nombres 16.2-3)  Vous voyez, l’orgueil s’est trouvé en eux, à cause de l’Esprit qui leur a été donné. Et ils vont tenter de renverser Moïse qu’ils ne veulent plus comme guide. Voici les griefs qu’ils ont contre lui, des griefs non fondés bien sûr :

Ils disent que Moïse se fait passer pour le seul saint, alors que tous sont saints.

Dieu n’est pas seulement avec Moïse, mais Il est aussi avec eux.

Ils reprochent à Moïse le fait qu’il s’élève au-dessus de « l’assemblée de l’Eternel » Et là, frères, ils ont montré qu’ils n’avaient aucune révélation. Pourquoi ? Parce que le peuple d’Israël qui était le peuple de Dieu, était aussi le peuple de Moïse. Car le Dieu d’Israël a été manifesté en chair en Moïse, qui a été fait Dieu. Dans Exode 32.7, Il dit à Moïse : « Ton peuple que tu as fait sortir du pays d’Egypte s’est corrompu » Vous voyez, Israël était aussi le peuple de Moïse ! Lisons maintenant Exode 19.4 et Osée 12.14

Exode 19.4: « Vous avez vu ce que j’ai fait à l’Egypte, et comment je vous ai portés sur des ailes d’aigle et amenés vers moi. »

Osée 12.14 : « Par un prophète l’Eternel fit monter Israël hors d’Egypte, et par un prophète Israël fut gardé. »

Ces deux Paroles de l’Ecriture disent la même chose : La libération du peuple d’Israël par Dieu au travers de Moïse qui était aussi Dieu. C’est par ce prophète qu’Il a pu faire sortir les enfants d’Israël du pays d’Egypte.

Tous ceux qui se sont soulevés contre Moïse le prophète, malgré l’Esprit de Dieu qui était sur eux ont manifesté les désirs du diable. Quand le prophète a entendu les méchantes paroles des gens contre sa personne, il est tombé sur son visage. Puis, il a dit à Koré et à toute sa troupe : « Demain, l’Eternel fera connaître qui est à lui et qui est saint, et il le fera approcher de lui ; il fera approcher de lui celui qu’il choisira. Faites ceci. Prenez des brasiers…Demain, mettez-y du feu, et posez-y du parfum devant l’Eternel ; Celui que l’Eternel choisira, c’est celui-là qui sera saint. » (Nombres 16.4-7) L’heure de vérité a sonné. Que Dieu Lui-même désigne celui qui est saint. C’est l’heure de la confrontation. Cette heure-là aussi a sonné pour nous. Moïse dit : « A ceci vous connaitrez que l’Eternel m’a envoyé pour faire toutes ces choses, et que je n’agis pas de moi-même. Si ces gens meurent, s’ils subissent le sort commun à tous les hommes, ce n’est pas l’Eternel qui m’a envoyé, mais si l’Eternel fait une chose inouïe, si la terre ouvre sa bouche pour les engloutir avec tout ce qui leur appartient, et qu’ils descendent vivants dans le séjour des morts, vous saurez alors que ces gens ont méprisé l’Eternel. » Et « la terre ouvrit sa bouche, et les engloutit, eux et leurs maisons, avec tous les gens de Koré et tous leurs biens. Ils descendirent vivants dans le séjour des morts… » (Nombres 16.28-33) Tous ceux qui ont contesté avec Moïse ce jour là sont descendus vivants dans le séjour des morts. Qui était donc saint parmi le peuple ? C’était Moïse, l’homme fait Dieu par Dieu, car Dieu seul est saint. Et Il communique Sa Sainteté à qui Il veut sans dépendre des œuvres. Voilà des gens, les Koré, Dathan, Abiram et autres, qui ont vu de grands signes et des choses surnaturelles, qui ont marché sous le sang des animaux, qui ont vu la colonne de feu, qui ont eu part au don de l’Esprit, mais qui sont morts et jetés en enfer. Ils ont méprisé Moïse, leur Dieu. Oui Monsieur, Moïse était leur Dieu, car il est écrit : « Vois Moïse, je te fais Dieu pour Pharaon et Aaron ton frère sera ton prophète. »  Puis, « il parlera pour toi au peuple ; il te servira de bouche, et tu tiendras pour lui la place de Dieu. » Vous voyez, Moïse tiendra pour Aaron, et partant pour le peuple d’Israël la place de Dieu. Et il a tenu cette glorieuse position ; Il était Dieu pour les enfants d’Israël. Mais ceux-ci l’ont méprisé, pensant être comme Moïse. Moïse a été fait Dieu, pas eux. Il était prophète de Dieu, pas eux. Ils ont prophétisé, mais Moïse seul était le prophète de Dieu. C’est le premier homme sur terre qui ait jamais été fait Dieu avec un "D" majuscule. Adam était l’image de Dieu, mais Moïse lui, était Dieu. Dans 1Corinthiens 10.1-2, l’apôtre Paul dit que les enfants d’Israël « ont tous été baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer. » Or la nuée, c’est la présence de Dieu manifestée le matin. Malgré cela, beaucoup sont morts et séparés à jamais de Dieu pour avoir rejeté l’autorité du prophète sur eux. Ils « ont tous mangé le même aliment spirituel » et ils  « ont tous bu le même breuvage spirituel, car ils buvaient à un rocher spirituel, et ce rocher était Christ. » Malgré cela, ils sont morts et séparés de Dieu pour toujours. Parce qu’ils n’ont pas cru en celui que Dieu leur avait envoyé. Ils ont rejeté la Divinité de Moïse en acceptant celle du veau d’or fait de main d’homme. Ils se sont écriés en l’honneur de ce veau d’or : « Israël, voici ton dieu, qui t’a fait sortir du pays d’Egypte. » Ils ont rejeté la Divinité de Moïse, mais ils ont accepté celle d’un veau en fonte. Chose bizarre, quand Jésus est venu, les juifs dans leur écrasante majorité ont rejeté Sa Divinité pour s’accrocher à celle de Moïse, qui n’est plus. Le même démon qui a poussé les enfants d’Israël a méprisé la Divinité dans l’homme Moïse, a poussé les juifs du temps du Fils de l’homme a rejeté la Divinité de Christ. Ils ne savent pas que la Divinité a changé de corps. Il est dans un corps, caché aux yeux du monde. DIEU SE CACHE EN SE REVELANT ET SE REVELE EN SE CACHANT.

LE MYSTERE DU FILS DE L’HOMME ET LE MYSTERE DE LA PORTE ETROITE.

Dans Matthieu 7. 13-14, le Seigneur Jésus dit : « Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent. » Il parle de deux portes : une porte étroite et une porte large. La porte étroite mène à la vie éternelle tandis que la porte large mène à la perdition éternelle. Et Il nous dit : « Entrez par la porte étroite. » Retenez ceci : LA PORTE DONNE ACCES A LA MAISON PATERNELLE, AU CIEL. A propos de cette porte étroite, Il ajoute : « Il y en a peu qui la trouvent. » Qui est la porte étroite ? C’est Christ. Il a dit dans Jean 10Je suis la Porte, si quelqu’un entre par moi il sera sauvé. » Christ est la Porte par essence et par excellence. Il est la Porte universelle de l’Eglise universelle. Jésus était la Porte de la bergerie juive ; Il n’est pas la Porte de la grande Bergerie de l’Eglise Universelle. Les cent vingt disciples de la chambre haute sont entrés dans la bergerie juive par Jésus, car Il n’avait été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël. Cette bergerie juive dont le Fils de l’Homme était le berger, étant Lui-même dans un corps de chair, fait partie intégrante de la Grande Bergerie Universelle dont, le Saint-Esprit,  qui est Christ est le Berger par excellence. Ainsi par Jésus, la Porte de la bergerie juive, les cent vingt  disciples juifs sont entrés et ils sont sauvés. Ces gens-là ont écouté le Message du Fils de l’homme de vive voix, ils l’ont vu, ils ont cru en Lui, ils l’ont aimé. Qu’en est-il de la bergerie ivoirienne, car il y en a une. Souvenez-vous de la prédication intitulée « LE MYSTERE DE L’EPOUSE IVOIRIENNE. »  Il y a une épouse de Christ ivoirienne, c’est-à-dire qui sortira des systèmes religieux exerçant en Côte d’Ivoire. Il y a donc une bergerie ivoirienne. Jésus n’est pas le Berger de cette bergerie ivoirienne, mais Christ dans le corps d’un ivoirien. Le Saint-Esprit, qui est Jésus-Christ sous la forme d’Esprit, est le Berger de la Grande Bergerie Universelle, de la Grande Eglise Universelle. Cette Grande Eglise Universelle est composée d’églises locales, comme l’église d’Ephèse, l’église de Philadelphie, l’église d’Abidjan etc. Et dans chaque église locale, il y a un berger local. Le Seigneur qui est le Grand Berger Universel, habite dans ce berger local par le Saint-Esprit. Ce berger local rempli du Saint-Esprit devient la porte de l’église locale. Par lui, par son ministère, par sa parole, les gens pour qui le Seigneur a déjà prié, croient en Lui, et sont sauvés. Une fois dans la bergerie locale, on est dans la Grande Bergerie Universelle. Seulement le Grand Berger Universelle Jésus-Christ n’a pas encore commencé Son Grand ministère universel en tant que tel. Pour l’heure, en tant qu’Esprit, Il veille sur les bergers locaux qu’Il a établis, lesquels veillent à leur tour sur nos âmes comme le dit l’Ecriture dans Hébreux 13.17. Les membres du corps de Christ sont toujours dispersés. Le Seigneur s’occupe d’abord à les rassembler et à les baptiser pour former un seul corps. Après cela, quand ce corps glorieux sera réuni en un seul, alors s’accomplira cette Parole de l’Ecriture : « Les morts en Christ ressusciteront premièrement. Ensuite nous les vivants, qui seront restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous seront toujours avec le Seigneur. » Amen ! Il ne faut pas oublier ceux de la grande tribulation, qui ont lavé leurs robes et les ont blanchies dans le sang de l’Agneau. Il y a aussi les 144.000 israélites qui seront appelés lorsque les deux témoins, les deux oliviers, les deux chandeliers d’Apocalypse 11 exerceront leur ministère. Vous voyez, Dieu va rassembler tous ses enfants, aucun d’entre eux ne sera dehors. Je voudrais souligner aussi que celui qui est assis sur le trône fera toutes choses nouvelles, selon Apocalypse 21.15. Ce sera le commencement d’une nouvelle ère, lorsque le dernier ennemi, la mort, sera détruit, et que Christ, selon 1 Corinthiens 15-24 remettra « le royaume à celui qui est Dieu et Père.» C’est à ce moment-là que Dieu, le Grand Berger Universel par essence et par excellence sera aux commandes des destinées éternelles, sous Sa forme d’Esprit. Ce sera un règne qui n’aura pas de fin. Mais pour l’heure, il est vrai que Jésus-Christ est Seigneur, mais le monde est encore sous le contrôle de Satan, le dieu de  ce siècle. Le règne de Dieu sur toute la terre et sur tous les cieux n’a pas encore commencé véritablement. J’espère que vous me comprenez, sinon approchez-vous de Dieu par la prière, et tout ira bien. qu’Il est la Porte. «

Le Fils de l’homme est la porte de la Bergerie. En Israël, pendant son ministère terrestre, malgré qu’Il ait dit ouvertement qu’Il était la Porte par laquelle on devait entrer pour être sauvé, on L’a rejeté. Interdiction était faite de parler de Son nom. Pourquoi ? Parce qu’Il a dit que très peu trouveront cette Porte étroite. Après Sa mort et sa résurrection, Il n’était plus là physiquement pour être la Porte étroite, car la Porte étroite pour une localité donnée, c’est un homme fait de chair et de sang en qui Dieu habite. La Porte étroite pour l’Eglise Universelle, c’est la Personne de Dieu, sous forme d’Esprit. Me comprenez-vous ? Donc, Jésus, cet homme de Jésus n’était plus là pour être la Porte étroite pour les autres brebis perdues de la maison d’Israël. Son Esprit est revenu habité dans le cœur de l’apôtre Pierre, qui était devenu la Porte étroite en ce temps-là. En tant que porte, il avait aussi les clés du royaume des cieux. C’était lui maintenant qui allait ouvrir pour les autres ; c’était maintenant par lui qu’on devait entrer dans la bergerie et être sauvé. C’était Dieu dans l’homme Pierre. Jésus était la Porte, Il avait les clés. Sachant qu’Il n’allait plus être la Porte pour Israël, Il a remis les clés du royaume des cieux à Pierre, qui était aussi la Porte étroite. Par ce dernier, des juifs sont entrés et sont sauvés ; par lui, Corneille, un homme des nations est aussi entré dans la bergerie et est sauvé. Bien que Jésus ait dit qu’Il n’avait été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël, Il a permis que des gens, étrangers aux alliances que Dieu a conclues avec Israël, entrent par Lui et soient sauvés. Ce fut le cas par exemple de la femme samaritaine et de quelques samaritains. Avec l’apôtre Pierre, ce fut la même chose : Des juifs et non juifs sont entrés par lui, et sont sauvés. Au temps de Josué le prophète, Rahab, une païenne, une étrangère a pu entrer dans l’alliance que  Dieu a conclue avec Israël son peuple, par Josué. Elle a même épousé un israélite pur sang du nom de Salmon. De cette union est né Boaz. Et ce Boaz a aussi épousé une femme étrangère aux alliances divines avec Israël ; elle s’appelait Ruth la moabite. De ce mariage est né Obed qui engendra Isaï, qui, à son tour engendra David le roi. Et l’Ecriture dit que Jésus est le Fils de David. Amen ! Rahab, une étrangère, une prostituée, une femme de très mauvaise vie, est ainsi devenue l’une des arrières grand-mères du Fils de l’Homme. Vous voyez, ce mystère du Fils de l’homme est d’une profondeur insondable. Dieu a dit à son peuple de ne pas prendre de femmes étrangères, pourtant Il savait que l’une des arrières grand-mères dans la chair de Son Fils Jésus serait une étrangère. Branham dit que le mariage mixte est proscrit. Pour lui, les noirs doivent se marier entre eux, les blancs entre eux, les rouges entre eux, les jaunes entre eux. J’ai enseigné cela, et Dieu m’a montré que j’étais dans l’erreur. Il m’a demandé de quelle nationalité était la femme que Moïse avait prise dans le désert. J’ai dit : Une éthiopienne ; et cela régla toute la question. Le mariage mixte n’est pas une hybridation comme l’a faussement enseigné Branham au temps du soir. Quand un blanc épouse une noire, ce n’est pas une hybridation, car les deux sont des êtres humains. Et de cette union sort un autre être humain, je sais que c’est un métis, mais ce n’est pas un hybride en tant que tel dans la mesure où cet homme métis peut engendrer d’autres êtres humains. Mais lorsque vous hybridez une poule, et que cette poule pond un œuf, cet œuf ne peut pas se reproduire ; il est mort-né. Ce qui n’est pas le cas d’un métis qui peut avoir la vie éternelle, le don du Saint-Esprit s’il croit au Nom du Seigneur Jésus-Christ. Branham lui-même est un hybride, si le fait d’être métis signifie qu’on est hybride. Voici ce qu’il dit par rapport à son origine : « Mon père était irlandais. La seule coupure dans le sang irlandais fut ma grand-mère maternelle qui était une indienne Cherokee. Ma mère était donc une métisse. » (BIOGRAPHIE DE WILLIAM BRANHAM, page 11) Sa mère était une métisse ; et il dit qu’elle est sauvée. Il est lui-même un métis, et il est sauvé. Où est donc son problème ? Est-ce un esprit ségrégationniste qui l’avait poussé à condamner le mariage mixte ? Il a fait cette dangereuse déclaration au temps où la ségrégation raciale battait son plein aux Etats-Unis d’Amérique. Frères, dans l’Eglise de Christ, il n’y a ni blanc ni noir, ni rouge ni jaune. Nous sommes tous frères, si du moins l’Esprit de Christ habite en nous. Peut-on empêcher le mariage entre un noir et une blanche, alors que Christ Lui-même s’est uni au noir et à la blanche par le Saint-Esprit ? Dans Actes 16.1, l’Ecriture dit que Timothée est « fils d’une femme juive fidèle et d’un père grec. » La question sur le mariage inter-racial est définitivement réglée dans ce Tabernacle le Chandelier d’Or. Nous ne sommes pas des branhamistes.

Le mystère de la Porte étroite est grand, comme tous les autres mystères d’ailleurs. Aujourd’hui, les catholiques, les pentecôtistes, les méthodistes, les chrétiens dits évangéliques, en un mot, tous les chrétiens du monde entier disent : « Nous avons trouvé la porte étroite. » Or, Jésus a dit : « Très peu la trouveront » Le croyez-vous ? Très peu la trouveront. Si l’on considère tous les chrétiens qui disent à l’unisson qu’ils ont trouvé cette Porte étroite, je vois qu’il y a un problème. Parce que cela ne concorde pas avec la Parole du Seigneur : Très peu la trouveront. Comme Jésus a dit de s’efforcer d’entrer par la Porte étroite, beaucoup pensent que c’est en faisant les bonnes œuvres, en jeûnant, en priant, en s’efforçant d’être gentils et moins mauvais. Je sais qu’il y ait un effort à faire puisque le Seigneur en parle. Ce qu’Il n’a pas révélé c’est la nature de cet effort-là. Cet effort consiste à voir le Fils et à croire en Lui. Il était très difficile pour les juifs de voir le Dieu Tout-Puissant en Jésus-Christ qu’ils connaissaient bien. Comme il vous est aussi difficile de voir en moi le Seigneur Jésus-Christ, le Dieu Tout-Puissant. Pour certains, c’est même impossible. Les juifs ne pouvaient pas accepter que Jésus qu’ils ont vu naître soit le Dieu qu’ils attendaient, le Dieu d’Abraham, de Jacob, d’Isaac et de Moïse. Ils l’ont clairement exprimé en ces termes dans Jean 10.33 : « TOI QUI ES UN HOMME, TU TE FAIS DIEU. » C’était la Porte étroite qu’il fallait s’efforcer de trouver afin d’y entrer. Thomas après avoir douté de la résurrection de Christ, s’est écrié : « Mon Seigneur et mon Dieu » Il venait de trouver la Porte étroite, et il est entré et il est sauvé. Cette Porte étroite, c’était un homme ; ce n’était pas un esprit, selon ce qu’Il a dit dans Luc 24.39Voyez mes mains et mes pieds, voyez : un esprit n’a ni chair ni os, comme vous voyez que j’ai. » Efforçons-nous d’entrer par cette Porte étroite nous aussi. Mais avant de chercher à y entrer, il faut d’abord la trouver, cette Porte mystérieuse, cachée aux yeux du monde. Parmi mille portes, une seule est la Porte étroite. C’est pourquoi c’est difficile d’y entrer. Au temps de Jésus, c’étaient des foules immenses qui le suivaient partout. Mais combien parmi ces foules ont pu trouver la Porte étroite ? Très, très peu. Amen ! Il en est ainsi dans tous les âges : Très peu trouvent la Vraie Porte, la Porte étroite. : «

Si la Porte étroite, c’est une personne, la maison aussi est un groupe de personnes. Au temps de Moïse, le sang des animaux sur les poteaux et les linteaux des portes, a préservé ceux qui étaient à l’intérieur de la maison. C’est un type de l’église locale, et de l’Eglise Universelle. Prenons l’exemple d’une église locale. La Porte de cette église, de cette bergerie, c’est son conducteur, son berger. Si ce berger est lavé dans le sang de Jésus de toutes sortes d’impuretés, et si le sceau de Dieu est apposé sur sa vie, la mort spirituelle ne frappera jamais son assemblée. Dans Hébreux 13.17, il est écrit que ce sont les conducteurs, donc les hommes de Dieu, qui veillent sur nos âmes. Chaque conducteur réellement mandaté par Dieu pour la garde du troupeau devient une porte. S’il est baptisé du Saint-Esprit, s’il a la révélation de la Parole prophétique pour son temps, il peut effectivement veiller sur les âmes. Il devient une porte infranchissable. Et les portes du séjour des morts ne prévaudront jamais contre son assemblée.

La porte large, c’est le diable. Et on la trouve très facilement : dans la magie, dans la sorcellerie, dans l’horoscope, le fétichisme, l’amour excessif de l’argent, dans les excès de table, l’ivrognerie, l’impudicité, l’adultère, les masques, les fêtes de génération, dans la doctrine de la trinité de personnes en Dieu, dans le baptême des enfants, les revues pornographiques, la mode, les jalousies, l’envie, l’idolâtrie, dans les programmes pervers de la télévision, dans les programmes scolaires, la philosophie, les sciences orientales et transcendantales, la recherche obstinée de la popularité etc. Les portes du séjour des morts ce sont des hommes, des prédicateurs de la Parole de Dieu, mais qui ne se tiennent pas dans la vérité. Ils sont comme leur père, le diable ; il n’y a pas de vérité en eux.

FRERE MOÏSE EST-IL AUSSI LA PORTE ETROITE ?

Oui, il est aussi la Porte étroite que très peu trouveront. Beaucoup de gens sont attachés au messager du soir qui était en son temps la Porte étroite à cause de l’Esprit de Christ qui reposait sur lui et le message qu’il a reçu de Dieu. Vous jurez tous par son nom aujourd’hui : « Branham a dit ceci, Branham a dit cela » Il y en a qui adorent l’esprit de mort de frère Branham, qui ont un respect sacro-saint pour ses brochures et ses photos. Cette marée humaine se réclamant de quelqu’un qui est mort prouve qu’il n’est plus la Porte étroite que très peu trouvent. Le temps du soir étant terminé, son message est devenu caduc et a besoin de rafraîchissement de la part du Seigneur pour le débarrasser des scories et des faussetés érigées malheureusement en vérité d’Evangile. Branham dit que Judas est sauvé et sanctifié dans sa brochure intitulé "LA REVELATION DE JESUS-CHRIST’ LES 10 VIERGES." Les branhamistes s’efforcent de croire que cette fausse déclaration de leur prophète est une nouvelle révélation. Si par extraordinaire c’est une nouvelle révélation, c’est qu’elle a été inspiré par le diable. Comment lui, le prophète à la colonne de feu, qui, dit-on est venu pour nous apporter toute la Parole de Dieu, a-t-il pu dire un tel mensonge ? Ce qui est plus incroyable, c’est que la colonne de feu était bel et bien au-dessus de sa tête quand il donnait cet enseignement diabolique. Malgré tous ces défauts et contre-vérités du message du soir, on continue à dire : « Branham est infaillible. » Frères, il n’est plus la Porte étroite. La Porte étroite est une personne vivante, qui peut nous parler de vive voix. Mais Branham, lui, est mort. Jésus était la Porte étroite quand Il vivait dans un corps de chair en Israël. Et Il avait les clés du royaume des cieux. Après Sa mort, et sa résurrection, Il a fait de l’apôtre Pierre, la Porte étroite. Ce dernier aussi avait les clés du royaume des cieux. Lui aussi est mort, et quelqu’un d’autre a été fait Porte étroite avec les clés du royaume des cieux. L’apôtre Paul était la Porte étroite, il avait les clés du royaume des cieux. Mais Timothée, lui, n’était qu’une porte. C’était l’apôtre Paul qui était la Porte étroite, pas Timothée. Ce dernier n’était qu’une porte, car il n’avait pas de message particulier, Paul, si. Chaque messager de l’Eglise est la Porte étroite. Les prédicateurs qui font répercuter leur message dans d’autres contrées ne sont que des portes conduisant à la Porte étroite.

L’ÂGE DE LAODICEE ET LA PORTE ETROITE.

L’âge de Laodicée est le dernier âge de l’Eglise. Il est différent des six autres, car il est composé de quatre temps prophétiques selon Marc 13.32-35Tu es un aigle, et l’aigle prend son envol et va dans les lieux très élevés pour chercher la Manne Fraîche. » Au nom de cette Manne Fraîche qui est la Parole de Dieu, j’ai été fait Porte étroite que très peu trouveront. Avec les clés du royaume des cieux. Et le Seigneur Jésus Christ m’a dit : « Fils de l’homme, lis Luc 4.18. » « Le Dieu d’Elie est sur toi », « Je te fais Moïse. » C’est ici le mystère du Fils de l’homme en ces derniers jours, jours de moisson, selon Apocalypse 14.14-16. Dieu m’a fait Porte étroite par Sa grâce. Que Son nom soit béni ! Je ne suis pas la Porte étroite par essence et par excellence, mais j’ai été fait Porte étroite. Voilà pourquoi vous constatez que j’ai encore beaucoup de défauts, et que je fais beaucoup d’erreurs. Souvenez-vous de ce que je vous dis toujours : JE NE SUIS PAS INFAILLIBLE. Et je me glorifie dans mes faiblesses afin que la puissance de résurrection de Jésus-Christ agisse en moi profondément. Au temps du soir, il y a eu une Porte étroite, au temps de l’aube, il y a aussi une Porte étroite, ayant les clés du royaume des cieux. Beaucoup me rieront au nez, en disant : « Quelque chose de bon peut-il sortir d’Afrique ? » : Le soir, minuit, l’aube, le matin. Ces quatre temps prophétiques sont sous l’autorité de l’Esprit d’Elie, qui est le véritable messager de l’âge de Laodicée. Branham n’est pas le messager de Laodicée, mais celui du temps du soir. Seulement, il avait l’Esprit d’Elie sur lui. Ce fut la Porte étroite au temps du soir. Après le temps du soir qui a pris fin à 03heures du matin, heure prophétique et symbolique, le temps de l’aube a commencé. Ce temps de l’aube va conduire au temps du matin, au lever du soleil. En ce temps de l’aube, il y a une Manne Fraîche descendue du ciel. C’est la Parole pour cette heure, la nourriture spirituelle pour nous. Cette Manne Fraîche se veut être le resplendissement de la Bible. Le Seigneur m’a dit : «

Le premier jour du Fils de l’homme s’est achevé en Israël. Après ce jour, il y a un deuxième jour du Fils de l’homme.

LE DEUXIEME JOUR DU FILS DE L’HOMME

Le Fils de l’homme, après avoir visité Israël dans un corps de chair, va visiter les nations dans un corps de chair. L’une des particularités de Sa première venue en Israël, c’était la manifestation du signe messianique qui a consisté en la révélation des secrets des cœurs. Au temps du soir, la révélation des secrets des cœurs s’était beaucoup manifestée. Aujourd’hui, tous les prophètes exercent le don de révélation pour dévoiler la vie des gens. Bien que ce don se manifeste au temps de l’aube et au temps du matin, la particularité du ministère du Fils de l’homme en ce jour, c’est la guérison des cœurs brisés, le recouvrement de la vue des aveugles, la libération des captifs, la proclamation de l’année de grâce du Seigneur ; et comme Moïse l’a fait dans Exode 16.15, celui qui a été fait Moïse a la vocation céleste d’expliquer ce que c’est que la Manne Fraîche. Enfin, selon Apocalypse 14.14-16, il s’agit de lancer la faucille tranchante pour moissonner.

QUAND A COMMENCE LE DEUXIEME JOUR DU FILS DE L’HOMME ?

Le deuxième jour du Fils de l’homme a commencé au début des sept âges de l’Eglise. Il y a sept âges de l’Eglise : Ephèse, Smyrne, Pergame, Thyatire, Sardes, Philadelphie et Laodicée. Le deuxième jour prophétique du Fils de l’Homme a donc commencé à l’âge d’Ephèse et s’achèvera à la fin de l’âge de Laodicée.

DECOUPAGE DU DEUXIEME JOUR DU FILS DE L’HOMME

Je voudrais vous montrer quelque chose. Le ministère du Fils de l’homme pendant les sept âges de l’Eglise est le seul ministère pour tous les messagers, puisqu’il est écrit : « Il avait dans sa main droite sept étoiles », selon Apocalypse 1.16. Et selon Apocalypse 1.20, ces sept étoiles « sont les sept anges des sept Eglises. » Vous voyez, les sept anges qui sont les sept étoiles, qui sont dans la main droite du Fils de l’Homme, ne peuvent être que dans le ministère de celui-ci. De l’âge d’Ephèse à l’âge de Laodicée, c’est le ministère du Fils de l’homme qui est exercé. Souvenez-vous de ceci : « Quiconque voit le Fils et croit en Lui a la vie éternelle. » Par conséquent, pour qu’on ait la vie éternelle pendant ces sept âges de l’Eglise, il faut le ministère du Fils de l’homme. Mais, voici il y a un mystère qui sera pour certains une pierre d’achoppement ; voici ce mystère : c’est que, pendant les six premiers âges de l’Eglise, le ministère du Fils de l’homme a été exercé sous les auspices de l’Esprit de Christ. Quant au septième âge, c’est sous l’autorité exclusive de l’Esprit d’Elie que le Fils de l’homme est révélé.

LES SEPT ETOILES DANS LA MAIN DROITE DU FILS DE L’HOMME.

Selon Apocalypse 1.16, le Fils de l’Homme a « dans sa main droite sept étoiles. » Ces sept étoiles, ce sont les  « sept anges des sept églises » selon Apocalypse 1.20. Etre dans la main droite du Fils de l’Homme, c’est avoir part à Sa gloire, à Sa divinité, à Sa puissance suprême, à Son glorieux ministère, à Sa glorieuse lumière, à Son amour. Je sais que ce que je dis est une pierre d’achoppement pour plusieurs. Pourtant, c’est la vérité. En effet, chaque étoile a part au ministère du Fils de l’homme. Selon Ephésiens  4.11, il n’y a que cinq ministères de la Parole destinés au perfectionnement des saints, à l’édification du corps de Christ, à l’unification de la foi jusqu’à ce que nous parvenions tous à l’état d’homme fait et à la mesure de la stature parfaite de Christ. Ces cinq ministères sont : Apôtres, prophètes, évangélistes, docteurs et pasteurs. Vous conviendrez avec moi que ces cinq ministères sont en Christ, qui d’ailleurs les a tous exercés. Personne donc ne peut exercer un ministère sans avoir part au ministère de Jésus-Christ. De l’âge d’Ephèse à l’âge de Laodicée, c’est la manifestation du ministère du Fils de l’homme au travers des sept étoiles qui sont les sept messagers. Seulement d’Ephèse à Philadelphie, c’est l’Esprit de Christ qui se manifeste au travers du ministère du Fils de l’homme. A l’âge de Laodicée, c’est l’Esprit d’Elie révélant le Fils de l’homme. C’est pourquoi, dans cet âge de Laodicée, le Seigneur m’a dit : « Fils de l’homme, lis Luc 4.18 », « Le Dieu d’Elie est sur toi », et, « Je te fais Moïse. » L’Esprit d’Elie et l’Esprit de Moïse conduisent à la révélation du Fils de l’homme sur terre dans la chair humaine. Moi, je ne suis pas le Fils de l’Homme, mais j’ai part à Son glorieux ministère en ce temps de la fin. Le Fils de l’Homme par essence et par excellence, c’est le Seigneur Jésus-Christ, l’Infaillible et l’Invisible.

LA PARTICULARITE DE L’AGE DE LAODICEE

L’âge de Laodicée est le septième et dernier âge de l’Eglise. Sa particularité, c’est qu’il est composé de quatre temps prophétiques différents : le soir, minuit, l’aube et le matin. Outre cette particularité du septième âge, Laodicée révèle une autre : la particularité de la septième étoile, du septième messager. C’est ici la Manne Fraîche.

En 1960, frère Branham a prêché sur les sept âges de l’Eglise. Il a même dessiné le chandelier portant les sept lampes d’or. Il a écrit le nom des messagers des six premiers âges, sauf le nom du septième. Mais, le 14 octobre 1962, il a prêché sur "LA STATURE DE L’HOMME PARFAIT." Et voici, il a mentionné le nom du septième messager : ELIE. Pas Branham, mais Elie. Malgré cela, il a fait croire qu’il était le dernier prophète-messager. Elie est le dernier prophète-messager de l’âge de Laodicée. Je ne parle pas d’Elie le Thischbite, mais de l’Esprit d’Elie qui dirige l’âge de Laodicée. Au temps du soir, à minuit, à l’aube, le matin ; c’est l’Esprit d’Elie dans l’homme. Avant la fin de toutes choses, Dieu a promis d’envoyer Elie le prophète pour ramener le cœur des pères au cœur des enfants, et le cœur des enfants aux pères. L’Esprit d’Elie, c’est le Saint-Esprit. La particularité de l’âge de Laodicée, c’est :

Qu’il est composé de quatre temps prophétiques bien distincts.

Que l’étoile, le messager de Laodicée n’est pas un individu, mais l’Esprit d’Elie dans l’homme.

Au cours de cet âge de Laodicée, il y aura les cailles au temps du soir, et la manne le matin. Consultez l’Ecriture d’Exode 16.13-15, et vous aurez la révélation par la typologie. En effet, il est écrit : « Le soir, il survint des cailles qui couvraient le camp, et, au matin, il y eut une couche de rosée autour du camp…Et Moïse dit : c’est le pain que l’Eternel vous donne pour nourriture. »

Les cailles, c’est quoi ? C’est de la viande ; ce sont des oiseaux qui ressemblent à des perdrix. Remarquez que quand Dieu a donné les cailles aux enfants d’Israël, ils n’étaient pas étonnés. Pourquoi ? Ils étaient habitués à cela. En Egypte, ils ont mangé beaucoup de viande. Mais quand ils ont vu la manne, « ils se dirent l’un à l’autre : Qu’est-ce que cela ? Car ils ne savaient pas ce que c’était. » Alléluia ! Ils étaient étonnés ; et ils ne savaient pas ce que c’était. Pourquoi ? En Egypte, il n’y avait pas de manne. Ce fut la toute première fois qu’ils voyaient la manne. Quand l’aigle du soir est venu avec les « cailles », c’était semblable à la nourriture spirituelle qui était dans les religions chrétiennes. En voici quelques exemples :

Branham dit qu’il est né sans péché ; ce n’est pas nouveau. Le Pape avait déjà dit que la vierge Marie est née sans péché. Mais que dit la Manne Fraîche ? Elle dit selon l’Ecriture que tous les hommes après Adam naissent dans le péché, y compris Marie et Branham. Le premier Adam a été créé sans péché, mais il pécha. Eve a été créée sans péché, mais elle a péché. En dehors de ces deux êtres humains, nous sommes tous nés dans l’iniquité.

Branham dit que Joseph a eu des enfants avant d’épouser Marie, défendant ainsi le dogme catholique de la virginité éternelle de Marie ; c’était les cailles. Ils avaient l’habitude de manger ce genre de nourriture dangereuse. Mais que dit la Manne Fraîche ? Elle s’appuie sur l’Ecriture pour dire que la vierge Marie a été deviergée, qu’elle a eu des enfants avec Joseph ; et que Jésus n’a pas tété. Là, ils disent : Qu’est-ce que c’est que cela ? Vous voyez, ils connaissent les cailles, mais pas la Manne Fraîche.

Branham dit de payer la dîme. Ce n’est pas nouveau, ce sont des cailles ; le même enseignement que celui donné dans les religions chrétiennes. Mais, que dit la Manne Fraîche qu’ils ne connaissent pas,  ces branhamistes ? Sous le sang de la nouvelle alliance, on ne doit pas payer la dîme ; et puis elle ne se paie pas en espèces. Alors les branhamistes s’interrogent : Qu’est-ce que c’est que cela ? Quelle est cette parole ? D’où vient-elle ?

Branham dit que Judas est sauvé et sanctifié. Ce n’est pas nouveau ; car les gens disent que Dieu est trop bon pour jeter les gens en enfer, car tous sont des enfants de Dieu. La Manne Fraîche n’est pas de cet avis. Car Judas est un fils de perdition, selon Jean 17.12.

Branham dit qu’il est infaillible. Ce genre d’enseignement n’est pas nouveau. Car le Pape a proclamé son infaillibilité avant la naissance de Branham. Que dit la Manne Fraîche ? Branham n’est pas infaillible ; il a fait des erreurs, il a donné de fausses révélations, il a menti. Et les branhamistes disent : En disant que Branham a fait des erreurs, il veut dire que Dieu peut faire des erreurs. Qu’est-ce que cela ? Qui est cet homme qui expose le prophète aux yeux des gens. Les catholiques confessent l’infaillibilité du Pape et sa suprême sainteté. Les branhamistes en font autant en prêchant l’infaillibilité et la suprême sainteté de leur prophète. Ce sont des cailles.

Branham dit que tous les bébés iront au ciel. Les autres faux docteurs disent la même chose, ce sont des cailles, et ils y sont habitués. Mais quand je dis qu’il y a des bébés qui iront en enfer, on se demande : Qu’est-ce que c’est que cela ? Vous voyez, ils ne savaient pas ce que c’était.

Branham à travers son message du soir, les cailles, dit qu’Adam devait former l’homme dans le sein de sa femme par le moyen de la Parole. Tous les branhamistes le savent. Mais, savent-ils que ce qu’Adam n’a pas pu réaliser, l’Epouse de Christ le fera un jour ? La création des enfants de Dieu par la Parole de Dieu sur la nouvelle terre. Non, ils ne le savent pas.

Que Dieu vous bénisse et vous remplisse du Saint-Esprit. L’Esprit d’Elie est le véritable Messager de Laodicée. Il révèle le Fils de l’Homme au temps du soir, à minuit, à l’aube et le matin.

LA VISION DU FILS DE L’HOMME

Avant la crise qui sévit dans le pays depuis 2002, une sœur, Marie a vu une vision étrange pendant que je prêchais. Elle a vu le ciel ouvert, et le Fils de l’Homme qui descendait sur la nuée. J’étais à sa droite, sur la nuée. L’Eglise était dans un état piteux. Le Fils de l’Homme Jésus-Christ m’a alors demandé S’il pouvait enlever l’Eglise dans cet état ? J’avais un filet dans la main. J’ai dit non, vu le désordre qui régnait à l’Eglise. Quand elle a raconté cette vision, je m’étais contenté de l’écouter. Je n’ai rien dit concernant cette Parole du Seigneur qui s’est adressée à moi : « Fils de l’homme, lis Luc 4.18. » Sept ans après que cette Parole m’ait parlé, la sœur Ange m’a vu assis sur une colonne de nuée, en relation avec ce personnage d’Apocalypse 14.14-16 qui ressemble au Fils de l’homme. C’était en 2007. En mars 2008, c’est la sœur Tabitha qui voit une vision pendant que je prêchais. C’était en rapport avec moi et Apocalypse 14.14-16. Dans le même mois, je vois aussi une vision où j’étais avec le Fils de l’Homme, Jésus-Christ. Il m’a expliqué le ministère de Fils de l’homme ; et Il m’a remis quelque chose : c’était le ministère du Fils de l’homme. Voici l’interprétation de toutes ces choses : Le Fils de l’Homme m’a appelé à exercer le ministère du Fils de l’homme conformément à Apocalypse 14.14-16. Seulement une infirme partie de ce glorieux ministère. Dans Apocalypse 14.14-16, il est question d’une colonne de nuée, et non d’une colonne de feu. Et la colonne de nuée commence à apparaître à l’aube lorsque le jour approche. Pendant le jour, il se révèle dans toute sa clarté. La colonne de nuée est souvent liée au Fils de l’Homme. Dans Actes 1.9, la nuée est apparue lors de l’élévation du Fils de l’Homme au ciel. Dans 1 Thessaloniciens 4.17, l’Ecriture montre que l’Eglise sera enlevée sur les nuées. Le Seigneur Lui-même descendra sur les nuées à la rencontre de Son épouse. Frères, sans contredit l’enlèvement ne pouvait pas être fait au temps du soir où il y avait une colonne de feu. D’ailleurs, dans Luc 12.36-38, le Seigneur nous dit à quelle veille Il vient pour l’enlèvement : « Qu’Il vienne à la deuxième ou la troisième veille, heureux ces serviteurs, s’Il les trouve veillant ! » Quand revient-il ? A la deuxième ou à la troisième veille. Avez-vous remarqué qu’Il a sauté la première veille ? Et la première veille, c’est le temps du soir. Et l’enlèvement n’a pas été fait. Il reste la deuxième et la troisième veille. Mais personne ne connait ni l’heure ni le jour. Le Père seul le sait.

LE DEUXIEME JOUR DU FILS DE L’HOMME ET LA MOISSON

Le deuxième jour du Fils de l’Homme s’achèvera avec l’enlèvement de l’Epouse de l’Agneau. Avant ce jour de l’enlèvement, le Fils de l’Homme enverra ses anges pour une mission spéciale : Arracher de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l’iniquité. C’est dans la parabole du blé et de l’ivraie de Matthieu 13.24-30, qu’Il parle de ces choses. Dans l’interprétation qu’Il donne Lui-même de cette parabole, Il dit :

- Celui qui sème la bonne semence ; c’est le Fils de l’Homme.

- Le champ, c’est le monde.

- La bonne semence, ce sont les fils du royaume.

- L’ivraie ce sont les fils du malin.

- La moisson, c’est la fin du monde.

- Les moissonneurs, ce sont les anges.

Les enfants de la lumière et les enfants des ténèbres sont enfin arrivés tous à  maturité. Les enfants du royaume sont devenus des fils, des fils de Dieu, et les enfants des ténèbres, des fils du diable. La moisson peut maintenant commencer. Il n’y a plus de risque ; et il n’y aura plus de confusion entre les fils de Dieu et les fils du diable. La moisson peut commencer. Apocalypse 14.14-16 se révèle pour la moisson parce que nous sommes à la fin.

Quel est le rôle des moissonneurs ? Ils ne viennent pas pour s’amuser, mais pour arracher l’ivraie, pour la jeter au feu ; puis ils amassent le blé dans le grenier du Seigneur. Frères, nous sommes devant notre vocation céleste : Moissonner pour le Seigneur, car le grain de blé est mur. Que chacun se mette au travail en bon moissonneur ; l’heure de la moisson a sonné pour chacun de nous. Que chacun s’occupe des affaires du Père. La mission est très difficile mais exaltante ; il faut arracher du royaume de Dieu qui est l’Eglise, tous les scandales et tous ceux qui commettent l’iniquité. Souvenez-vous de ceci : Le Seigneur viendra chercher une « Eglise glorieuse, sans tâche, ni ride ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible. » Au travers de ce ministère prophétique, l’Epouse ivoirienne doit pouvoir parvenir à la sainteté et à la gloire, à l’état d’homme fait, à la stature parfaite de Christ. Que chacun s’éloigne du mal pour s’attacher à la Parole, à Christ. Que les frères appelés aux fonctions sacerdotales en tant que ministres de l’Evangile sachant qu’ils doivent contribuer au perfectionnement des saints, à l’édification du corps de Christ, qu’ils doivent contribuer à la connaissance du Fils de Dieu, qu’ils doivent être des modèles de sainteté et de perfection. C’est l’heure de la moisson. Le ministère de Fils de l’homme aujourd’hui doit contribuer à la guérison des cœurs brisés, au recouvrement de la vue des aveugles par la révélation des mystères du royaume des cieux afin que vous ne soyez pas des gens flottants à tout vent de doctrine. « Fils de l’homme, lis Luc 4.18. » Que dit cette Ecriture ? « L’Esprit du Seigneur est sur moi. »

En 1990, Dieu m’a parlé audiblement en me disant de lire la Bible, et de chercher à savoir qui est Christ. C’est pendant la lecture qu’Il m’a ouvert les yeux pour que je sache qui est véritablement le Seigneur. Qui est-il ? C’est le Dieu Tout-Puissant devenu Dieu puissant en Jésus-Christ ; c’est le Sauveur qui est mort pour moi. Ce jour-là, Dieu ne m’a pas parlé de Branham, mais de Christ. De Christ seulement. C’est le seul qui mérite d’être connu, pas Branham ni moi. Christ, et rien que Christ. Un jour, je priais, et la puissance d’En-Haut était tombée sur moi avec tellement de force que tout mon être devint comme du feu. Et depuis ce feu ne me quitte pas. L’Ecriture dit que le Seigneur Jésus-Christ baptise du Saint-Esprit et de feu. Le Seigneur Jésus-Christ m’a dit qu’au travers de ce ministère du Fils de l’homme, les gens recevront le don du Saint-Esprit. Et c’est chose faite. Je me souviens du jour où le Saint-Esprit est tombé sur le frère Théodore, sur mon épouse, sur le frère Gédéon, sur le frère Israël, sur la sœur Marie, et j’en passe. « Fils de l’homme, lis Luc 4.18. », et va jusqu’au verset 19. Quelle est la vocation céleste de ce ministère prophétique ? Ouvrir les yeux des aveugles spirituels, car ce ministère du Fils de l’homme est la lumière du monde. Oui Monsieur. Le Seigneur m’a fait lumière du monde, selon Matthieu 5.14. Dans Actes 26.17-18, le Seigneur dit à Paul : « Je t’ai choisi du milieu du peuple et du milieu des païens, vers qui je t’envoie, afin que tu leur ouvres les yeux, pour qu’ils passent des ténèbres à la lumière et de la puissance de Satan à Dieu, pour qu’ils reçoivent, par la foi en moi, le pardon des péchés et l’héritage avec les sanctifiés. » Quelle vocation céleste ! Frère, dans Luc 4.18-19, il est aussi question d’ouvrir les yeux des aveugles, selon l’ordre que le Seigneur m’a donné. Voici ce que dit le Fils de l’Homme : « L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres ; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés, pour publier une année de grâce du Seigneur. » Comme le Seigneur pouvait le dire : « Aujourd’hui cette Parole de l’Ecriture que vous venez d’entendre, est accomplie. » Il me donne au travers de cette Parole de l’Ecriture à laquelle Il m’identifie, les grandes lignes de mon ministère :

Guérir ceux qui ont le cœur brisé

Proclamer la délivrance aux captifs, qui sont dans les ténèbres, dans le péché et les plaisirs mondains.

Proclamer le recouvrement de la vue aux aveugles afin que ceux-ci aient les yeux de leurs cœurs illuminés. Je deviens alors une lampe d’or, un chandelier d’or placé dans les hauteurs spirituelles pour éclairer tous ceux qui sont destinés à être éclairés au travers de la Manne Fraîche.

Renvoyer libres les opprimés, ceux qui sont sous l’emprise du malin, qui sont tourmentés nuit et jour par des pressions diaboliques.

Annoncer une bonne nouvelle aux pauvres. Nous nous acheminons vers ce que la plupart ne veulent pas recevoir : la Divinité dans l’homme. Qu’est-ce que la bonne nouvelle ? La bonne nouvelle, c’est le mystère de la Parole faite chair. C’est Dieu dans l’homme venant vers l’homme ; c’est Dieu dans l’homme crucifié et ressuscité pour la gloire éternelle. Quelle est cette bonne nouvelle que le Seigneur veut que j’annonce aux pauvres ? C’est le mystère de la Manne Fraîche incarné dans le Tabernacle Le Chandelier d’Or. La Manne Fraîche, c’est la Parole de Dieu conduisant à Christ la plénitude de la Parole Divine dans les lieux très élevés. C’est un homme conduisant à l’Homme, un chemin conduisant au Chemin, une vérité conduisant à la Vérité, une vie conduisant à la Vie. La Manne Fraîche et celui qui la prêche sont UN. C’est la Parole. Le Tabernacle Le Chandelier d’Or est la ressemblance au Fils de l’Homme ; c’est aussi un homme. Vous avez toujours pensé que c’est le nom du temple où nous prions à Yopougon ; mais, c’est plus qu’un temple fait de main d’homme ; c’est un temple fait de main de Dieu ; c’est un homme.

Le Seigneur a relié le ministère du Fils de l’homme à Luc 4.18-19, pour nous. C’est à cause du temps dans le quel nous sommes aujourd’hui. Dans     Luc 17.26, le Seigneur dit : « Ce qui arriva au temps de Noé arrivera de même aux temps du Fils de l’Homme » Puis dans Luc 17.28, Il dit : « Ce qui arriva aux temps de Lot arrivera pareillement. » Vous voyez, il y a deux temps prophétiques différents : Le temps de Lot et le temps de Noé. Avant de parler un peu plus en profondeur de ces deux temps prophétiques, j’aimerais m’appesantir un peu sur le mystère de l’année de grâce du Seigneur.

ANNEE DE GRÂCE DU SEIGNEUR

Cette année de grâce du Seigneur que le Fils de l’Homme devait publier équivaut aux trois jours prophétiques de celui-ci. Dans Luc 13.31-32, Il dit : « Allez, et dites à ce renard : Voici, je chasse les démons et je fais des guérisons aujourd’hui et demain, et le troisième jour j’aurai fini. » Ce sont les trois jours du Fils de l’homme qui équivalent à l’année de grâce. Symboliquement, cette période de trois jours représente les trois jours prophétiques et symboliques qui s’étendent de Christ jusqu’en Israël en passant par l’Eglise des nations. Maintenant revenons aux deux temps prophétiques : Le temps de Lot et le temps de Noé.

LE TEMPS DE LOT

Au temps de Lot comme au temps de Noé, « les hommes mangeaient, buvaient, achetaient, vendaient, plantaient, bâtissaient, se mariaient et mariaient leurs enfants. » Mais, il y a quelque chose de plus important à montrer : C’est qu’avant ce temps-là, Dieu est apparu à Abraham à Mamré, pendant la chaleur du jour. Pendant la chaleur du jour, et non pas au temps du Soir. Dieu est apparu à son serviteur Abraham pendant la chaleur du jour, et non au temps du soir. Selon l’Ecriture dans Genèse 19.1, ce sont les deux anges qui sont apparus à Lot vers le soir. Dieu est donc apparu à son serviteur Abraham pendant le jour dans un corps angélique, théophanique. C’est dans ce corps théophanique qu’Il a mangé des gâteaux et du veau : Dieu dans un corps théophanique mangeant des gâteaux et du veau préparés, par des mains humaines. C’est dans ce corps angélique qu’Il a prononcé la bénédiction sur Abraham, l’ami de Dieu : « Je reviendrai vers toi à cette même époque ; et voici, Sara, ta femme aura un fils. » Dans ce corps angélique. Il a discerné les secrets du cœur de Sara, qui a ri sous cape, qui a ri en elle-même en disant : « Maintenant que je suis vieille, aurais-je encore des désirs ? Mon Seigneur aussi est vieux ». Au temps du soir, Dieu par la bouche de Branham a révélé beaucoup de chose dans la vie des gens. Mais le discernement des secrets du cœur de Sara a été fait par Dieu dans son corps théophanique, pendant le jour ; pas le soir, mais pendant le jour. Ce sont les deux anges envoyés par Dieu qui sont arrivés à Sodome et à Gomorrhe vers le soir. Il faut distinguer deux temps ici : Le temps d’Abraham où Dieu est apparu à son serviteur dans un corps angélique, et le temps de Lot où les deux anges sont arrivés vers le soir. Au temps de Lot, l’incrédulité battait son plein ; les hommes ne faisaient pas cas de Dieu, car ils s’adonnaient aux plaisirs mondains. Mais au temps d’Abraham la foi a été révélée et manifestée.

« Ce qui arriva au temps de Lot arrivera pareillement. » Frère Branham a assimilé son temps du soir au temps de Lot, avec le discernement des pensées des cœurs. Mais au temps de Lot, il n’y a pas eu de révélation des secrets des cœurs ; cela s’est passé au temps d’Abraham. Au temps de Lot, le signe qui a été donné, c’est l’aveuglement des gens de Sodome et Gomorrhe. Qu’est-ce qui est arrivé au temps de Lot : Deux choses essentielles :

- Assouvissement des plaisirs mondains : zèle pour les affaires personnelles, la poursuite des richesses de ce monde, impudicité, adultère, sodomie, fellation, masturbation, homosexualité, etc.

- Aveuglement des gens de Sodome et Gomorrhe.

Ces deux choses se sont passées avant la destruction de ces villes souillées.

Et le Seigneur dit que ce qui est arrivé du temps de Lot arrivera aux jours du Fils de l’Homme. Et nous sommes dans ce temps-là aujourd’hui. Partout, le péché bat son plein : pornographie, homosexualité, prostitution, alcoolisme, gourmandise, incrédulité envers Dieu. Sur le plan de la connaissance de Dieu, c’est l’aveuglement quasi total. D’où l’avènement d’un ministère pour le recouvrement de la vue aux aveugles, ministère qui engendrera d’autres ministères pour la même mission. Nous sommes dans l’un des jours du Fils de l’Homme, avec la mondanité qui atteint son paroxysme et l’aveuglement spirituel des soi-disant chrétiens. Nous sommes dans le temps où la charité de plusieurs s’est refroidie, où l’apostasie aussi bat son plein. L’aveuglement spirituel est tel que les hommes appelés à prêcher l’Evangile au travers des cinq ministères ont accepté la suprématie des femmes dans les églises. Ce sont eux qui les consacrent dans les ministères de la Parole. L’aveuglement est tel que ceux qui se réclament d’églises évangéliques font comme l’église catholique romaine : ils font des cours de baptême, baptisent au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, croient en la sainte trinité, prennent la sainte cène pendant le jour, ont des cartes de membres, payent la dîme (les catholiques payent les deniers de culte.) L’aveuglement est tel que les branhamistes se sont fabriqués un veau d’or, en la personne d’un défunt, d’un mort ; ils vénèrent ce mort, comme les catholiques vénèrent, adorent Marie ; ils enseignent que Branham est le Seigneur Jésus-Christ en chair et en os, qu’il est né sans péché, qu’il ne peut pas faire d’erreur, qu’il est infaillible. L’aveuglement spirituel est à son comble, les péchés des Amoréens des temps modernes sont suffisamment manifestes. Alors, comme l’a prophétisé leur prophète dans "LE DIEU DE CET ÂGE MAUVAIS", Dieu enverra « Son Moïse. », « un Moïse qui appellera, et qui restaurera la foi des enfants envers les pères. » C’est Branham qui l’a dit le 1er août 1965. Quel est donc le mystère de ce Moïse qui restaurera la foi des enfants envers les pères ? Branham a dit ces choses le 1er août 1965. Cinq mois après, il est mort. Cette prédication ne s’est pas accomplie de son vivant. Mais le 31 décembre 2000, Dieu a fait un homme Moïse, à Bouaké en Côte d’Ivoire. Il ne s’appelle pas Moïse, mais il a été fait Moïse. C’est le Moïse de Dieu. Dieu a eu Son Moïse revêtu de l’Esprit d’Elie pour la restauration de la foi apostolique. C’est l’Esprit d’Elie qui ramène le cœur des pères aux enfants, et les cœurs des enfants aux pères. Cela veut dire que ce Moïse sera revêtu de l’Esprit d’Elie. Le Seigneur m’a dit : « Le Dieu d’Elie est sur toi », puis « Je te fais Moïse ». Nous étions à Bouaké avant la guerre de 2002. En 2008, un frère que je venais à peine de connaître me raconte un songe qu’il a fait. Dans ce songe, le Seigneur lui dit que frère Moïse est la voix qui crie dans le désert. Et il a dit :"Il est donc Jean-Baptiste alors ?" Mais, Il lui répondit :"Non. Il est Elie." Je m’étais rendu compte de l’exactitude de la révélation qu’il avait reçue. Cela concorde avec ce que le Seigneur Jésus-Christ m’a dit à Bouaké. Frères, je vous le dis : Dieu a trouvé Son Moïse revêtu de l’Esprit d’Elie pour la restitution de la Parole. Souvenez-vous de ceci : Le temps de Lot est le type du temps du soir. Avant le temps de Lot, il y a eu le temps  d’Abraham.

LE TEMPS D’ABRAHAM

Dieu a rencontré Abraham pendant la chaleur du jour, et non au temps du soir. Il était dans son corps théophanique, et Il avait l’aspect d’un homme. Il était dans Son corps spirituel. Abraham a cru en cet homme, qui était Dieu, et a été appelé père de la foi. C’est pendant le jour qu’Il a discerné les secrets du cœur de Sara. William Branham a fait le discernement des secrets des cœurs au temps du soir, et non au temps du jour.

LE TEMPS DE NOE

Au temps de Noé, les hommes s’adonnaient à toutes sortes de plaisirs mondains. C’est au milieu de ce désordre que Noé a élevé la voix comme une trompette pour apporter son message. Mais, seulement sept personnes ont cru en lui. Dieu lui a demandé de construire une arche qui allait  être le seul refuge pendant le jugement de Dieu par ce déluge. Sur toute la terre, c’était à l’intérieur de cette arche construite par Noé qu’on pouvait être en sécurité et être sauvé des eaux. Sur toute la terre, il était le seul qui connaissait la Parole. Aujourd’hui, le seul endroit où nous sommes en sécurité, c’est en Christ ; et Christ est la Parole. Notre sécurité, c’est Lui ; notre refuge, c’est Lui ; notre forteresse, c’est Lui. L’Ecriture dit qu’il n’y a de salut en aucun autre nom, sinon dans le Nom du Seigneur Jésus-Christ. Il n’y a pas de salut dans le nom de Branham ; il n’y a pas de salut dans mon nom. Il n’y a de salut que dans le nom de Jésus-Christ. Quelques branhamistes baptisent au nom de William Branham pour leur propre perte. Au temps de Noé l’arche a été faite de main d’homme, mais aujourd’hui, l’arche de Dieu est une personne : C’est la glorieuse personne de Christ, notre précieux rédempteur.

LE MYSTERE DE L’ANNEE DE GRÂCE

Selon Luc 4.19, le Seigneur doit publier une année de grâce. Je voudrais approfondir cette révélation par le Saint-Esprit. Voici les différents aspects de cette année de grâce du Seigneur.

Les trois ans et demi de son ministère terrestre. C’est précisément pendant ce temps que la publication de l’année de grâce a commencé.

Les trois jours passés dans le séjour des morts : ils font partie de l’année de grâce du Seigneur, car Il est descendu dans les régions inférieures de la terre pour y prêcher l’Evangile de grâce. En effet, l’Ecriture dit qu’Il est allé prêcher aux esprits en prison et aux morts.

- Les sept âges de l’Eglise : Ils font aussi partie de l’année de grâce du Seigneur. Cette période se déroule dans les nations.

- La période de mille deux cent soixante jours (3 ans et demi) impartie aux deux oliviers, aux deux chandeliers d’Apocalypse 11.3. Cette période se déroule en Israël.

Remarquez que pendant trois ans et demi, le Fils de l’homme s’est révélé en Israël pendant son ministère terrestre. Une période de trois ans et demi est aussi accordée aux chandeliers qui exercent leur ministère en Israël.

L’UN DES JOURS DU FILS DE L’HOMME

Le Seigneur Jésus-Christ dit à ses disciples : « Des jours viendront où vous désirerez voir l’un des jours du Fils de l’Homme, et vous ne le verrez point.» De quel jour parlait-Il ? Je crois qu’il faisait allusion au deuxième jour du Fils de l’Homme. Ses disciples, qui étaient des juifs ne pourraient voir ce jour-là, parce que ce deuxième jour du Fils de l’Homme ne se déroulera pas en Israël, mais dans les nations. Les juifs ne sont pas concernés par ce jour-là, c’est pourquoi ils ne le verront point. Ceux-ci sont concernés par deux jours du Fils de l’homme : Le premier et le dernier jour. Le deuxième jour qui couvre tout le temps prophétique des sept âges de l’Eglise, est le jour où le Fils de l’Homme se révèle au travers des hommes appelés par Lui.

LE TROISIEME JOUR DU FILS DE L’HOMME.

Le troisième jour du Fils de l’Homme va durer mille deux cent soixante jours : trois ans et demi. Cette période verra l’apparition des deux oliviers, des deux chandeliers qui publieront l’année de grâce du Seigneur. Dieu leur donnera le pouvoir de prophétiser pendant cette période. La description de leurs ministères nous fait penser aux ministères de Moïse et d’Elie. Mais, ce ne sont pas Moïse et Elie en chair et en os ; mais l’Esprit de Moïse et l’Esprit d’Elie seront sur deux prophètes israélites. Ce jour-là s’accomplira cette Parole de l’Ecriture dans Sa plénitude : « Voici, je vous enverrai Elie le prophète, avant que le jour de l’Eternel arrive, ce jour grand et redoutable. » Vous voyez, l’Esprit de Moïse et l’Esprit d’Elie vont agir ensemble pour susciter l’un des réveils les plus puissants au monde. L’Ecriture dit dans Apocalypse 11.10, que ces deux prophètes tourmentaient les habitants de la terre par la puissance de la Parole et des prodiges. Ils feront des signes de terreur. « Si quelqu’un veut leur faire du mal, du feu sort  de leur bouche et dévore leurs ennemis. » « Ils ont le pouvoir de fermer le ciel, afin qu’il ne tombe pas de pluie pendant les jours de leur prophétie. » Mais, ils seront tués à la fin de leur ministère par la bête qui monte de l’abîme. « Après trois jours et demi, un esprit de vie, venant de Dieu, entra en eux, et ils se tinrent sur leurs pieds. » Et, « Ils montèrent au ciel dans la nuée. »

LE MYSTERE DES TROIS JOURS DU FILS DE L’HOMME DANS LE SEJOUR DES MORTS.

Après la mort de Jésus sur la croix, le Fils de l’homme est descendu dans le séjour des morts pour y exercer Son ministère prophétique. Pendant trois jours, Il a annoncé l’Evangile aux esprits en prison et aux morts. Les esprits en prison, ce sont les incrédules qui ont rejeté le message divin au temps de Lot, au temps de Noé, au temps de Moïse, et au temps de tous les prophètes jusqu’à Malachie. Ces gens-là sont perdus à jamais. Les esprits en prison sont différents des morts. Les esprits en prison ont leur condamnation scellée depuis toujours, ils ne peuvent pas être sauvés. Ce sont, comme le dit l’Ecriture dans Romains 9.22, « des vases de colère formés pour la perdition. » Ce sont les enfants du diable que rien ne peut sauver. Ils avaient déjà rejeté la miséricorde divine au temps où les prophètes de Dieu leur prêchèrent la Parole. Maintenant, c’est le Fils de l’Homme Lui-même qu’ils vont rejeter quand Il se révèlera à eux dans le séjour des morts. De même qu’ils n’avaient pas reçu le message de Dieu de leur vivant, de même ils ne le recevront pas dans le séjour des morts, quand le Fils de l’Homme accomplira là-bas Ses trois jours de ministère. Il y a aussi les morts ; le Fils de l’Homme leur a prêché la Parole dans les profondeurs de la terre pour sceller leur justification, leur enlèvement. Ce sont les saints que Dieu a mis à part durant les périodes prophétiques allant de la Genèse à Malachie. Prenons maintenant les Ecritures.

LA PREDICATION AUX ESPRITS EN PRISON

1Pierre 3.18-20 : « Christ aussi a souffert une fois pour les péchés, Lui juste pour des injustes, afin de nous amener à Dieu ; ayant été mis à mort quant à la chair ,mais ayant été  rendu vivant quant à l’Esprit, dans lequel aussi Il est allé prêcher aux esprits en prison, qui autrefois avaient été incrédules, lorsque la patience de Dieu se prolongeait, aux jours de Noé, pendant la construction de l’arche, dans laquelle un petit nombre de personnes, c’est-à-dire huit, furent sauvées à travers l’eau. » Quand Jésus est mort sur la croix, Il est allé prêcher dans l’Esprit aux esprits en prison. Cela a duré trois jours ; c’était les trois jours du Fils de l’Homme dans les profondeurs de la terre. Tandis que la terre est plongée dans d’épaisses ténèbres à cause de la mort de la Lumière Divine faite chair, le séjour des morts était rempli de lumière à cause de la présence du Fils de l’homme. Dans cet endroit peu connu, Il était toujours la Lumière du monde, la Véritable Lumière. Pourquoi fallait-il qu’Il aille prêcher aux esprits en prison et aux morts ? En voici la raison : Selon la Parole éternelle et immuable de Dieu, « Quiconque voit le Fils et croit en Lui a la vie éternelle. » (Jean 6.40).

« Quiconque voit le Fils et croit en Lui, a la vie éternelle », nous dit le Seigneur Jésus-Christ Lui-même. Il ne s’agit donc pas de sonder les Ecritures pour avoir la vie éternelle, mais de voir le Fils et de croire en Lui. Dans Jean 5.39-40, Il dit aux juifs : « Vous sondez les Ecritures parce que vous pensez trouver en elles la vie éternelle ; ce sont elles qui rendent témoignage de moi. Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie. » Le Seigneur fait d’importantes révélations ici : Il montre que méditer les Ecritures ne donne pas la vie éternelle ; que les Ecritures ne font que rendre témoignage de Lui ; que pour avoir la vie éternelle, il faut absolument venir à Lui, Le voir et croire en Lui. Au lieu d’aller à Jésus-Christ homme, le Fils de l’Homme pour avoir la vie éternelle, les gens ont préféré se confier dans leurs traditions ecclésiastiques. La Parole qui dit qu’il faut voir le Fils et croire en Lui, est la base, la source de la vie éternelle. L’apôtre Paul, l’apôtre Jean ont vu le Fils et ont cru en Lui, et ils ont eu la vie éternelle. Judas, l’apôtre de Christ a vu le Fils, mais n’a pas cru en Lui ; il n’a pas eu la vie éternelle. IL FAUT VOIR LE FILS ET CROIRE EN LUI POUR AVOIR LA VIE ETERNELLE. Dans le séjour des morts aussi cette Parole est valable. Le Fils de l’homme est donc descendu dans les régions inférieures de la terre pour qu’on Le voie et qu’on croie en Lui pour entrer dans la vie éternelle. Tous les saints de l’Ancien Testament avaient la vie éternelle potentiellement ; ils étaient sauvés potentiellement. Quand je parle des saints de l’Ancien Testament sauvés potentiellement, c’est-à-dire sauvés en espérance, je ne parle pas d’Henoc, le septième, de Moïse et d’Elie. Ces hommes-là sont montés au ciel avant la mort et la résurrection de Christ. Ô, quelle grâce ! Je parle plutôt d’Abraham, de Jacob, et des autres prophètes. Je sais que le Seigneur a dit qu’Abraham a vu son jour, et il s’était réjoui. Vous voyez, il a bel et bien vu le jour du Fils de l’Homme. Pourtant, quand il est mort, il n’a été ressuscité qu’après l’effusion du sang de l’Agneau et sa glorieuse résurrection. Pourquoi ? C’était en espérance qu’il était sauvé, il était sauvé potentiellement. Jacob aussi a vu le jour du Fils de l’Homme, mais quand il est mort, il n’a été ressuscité que le jour où Jésus a donné Son sang et est sorti vivant du tombeau. Il faut distinguer deux sortes de jour du Fils de l’Homme.

Les jours du Fils de l’Homme dans Son corps spirituel, théophanique.

Les jours du Fils de l’Homme dans Son corps de chair.

Tous ceux qui ont vu le Fils de l’Homme dans Son corps spirituel, et qui sont morts sans être ressuscités pour l’enlèvement, étaient sauvés en espérance. Je fais allusion à Abraham, à Jacob. Puisqu’ils ont été ressuscités d’entre les morts pour être enlevés, ils devraient attendre dans le séjour des morts la rédemption de leur corps. Or cette rédemption ne peut s’obtenir qu’au travers du sang et de la résurrection de Jésus-Christ. Henoc, Moïse et Elie ont reçu une grâce toute particulière, car ils ont expérimentés la rédemption de leur corps avant l’avènement de Christ. Amen ! C’est la pure Parole jamais prêchée dans l’Eglise. Nous savons que la porte du ciel a été véritablement ouverte lorsque Jésus-Christ homme a donné sa vie en rémission des péchés. Voici ce que dit l’Ecriture dans      Hébreux 9.8 : « Le Saint-Esprit montrait par là que le chemin du lieu très saint n’était pas encore ouvert tant que le premier tabernacle subsistait. » Le chemin du lieu très saint, c’est le chemin du ciel, la demeure et le sanctuaire de Dieu. Ce chemin-là n’était pas encore ouvert parce que le premier tabernacle subsistait. Pour qu’il soit ouvert il faut absolument la destruction du premier tabernacle. Qu’est-ce donc ce premier tabernacle qui devait être détruit pour que le chemin du ciel soit ouvert ? Ce premier tabernacle, c’est le temple du corps de Jésus, qui devait être détruit. Cela fait référence à la mort de l’Agneau de Dieu sur la croix. Le jour de Sa mort, le voile du temple a été déchiré depuis là-haut jusqu’en bas, donnant accès au lieu très saint du temple de Salomon. C’est une ombre du véritable tabernacle, celui qui est au ciel, où le Fils de l’Homme est entré avec Son propre sang. Il est écrit à ce sujet dans Hébreux 9.11-12, que Christ « a traversé le tabernacle plus grand et plus parfait, qui n’est pas fait de mains d’homme…et Il est entré une fois pour toute dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec Son propre sang. » Pour que Christ puisse entrer dans le Lieu Très Saint avec Son propre sang, Son corps qui était le premier temple devait être détruit. C’est donc après la mort de Jésus, que le chemin du  ciel a été ouvert à tous les enfants de Dieu. Pourtant Henoc, Moïse et Elie étaient montés au ciel avant la mort de Jésus sur terre.  Comment est-ce possible ? Si l’on considère 1 Pierre 1.19.20, nous pouvons considérer  que le sang de Jésus a ouvert la Porte du ciel à Henoc, à Moïse et à Elie. Car l’Ecriture dit que Christ, l’Agneau de Dieu, a été prédestiné avant la fondation du monde. C’est donc avant la fondation du monde que le sang de Christ a été versé pour les péchés de tous les enfants de Dieu, y compris pour Henoc, Moïse et Elie. Ainsi,  avant la fondation du monde, le chemin du ciel était aussi ouvert. Ces choses ont été manifestées à la fin des temps sur terre, mais elles étaient déjà réelles et vivantes dès avant la fondation du monde. Quand l’Agneau de Dieu mourait dès avant la fondation du monde, Henoc, Moïse et Elie étaient en Lui. Leurs péchés ayant été pardonnés dès avant la fondation du monde au moment de l’immolation de l’Agneau sans tache et sans défaut, dès la fondation du monde. Je veux vous montrer encore quelque chose. C’est à propos des bébés destinés à la vie éternelle. Selon la norme biblique, il faut voir le Fils et croire en Lui pour pouvoir avoir la vie éternelle. Dans Marc 16.16, le Seigneur dit : « Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné. » Nous savons tous que cette Parole du Fils de l’Homme est la Vérité. Maintenant, une question subsiste, à laquelle nous devons répondre par l’Esprit du Seigneur : « Quel est donc le sort des bébés nés de père et de mère enfants de Dieu, puis- qu’ils ne peuvent ni voir le Fils ni croire en Lui ? Qu’en sera-t-il lorsqu’ils meurent bébés ? » Ces bébés-là, qui sont prédestinés à la vie éternelle, qui meurent sans avoir vu le Fils, sans avoir cru en Lui, sans avoir confessé quelque péché que ce soit, ONT LA VIE ETERNELLE. Oui, ils avaient la vie éternelle dès la fondation du monde. C’est l’un des grands mystères du royaume des cieux. Pour tous ces enfants de Dieu prédestinés qui n’auront pas l’occasion de voir le Fils de l’Homme sur terre, ont la vie éternelle, puisque l’Agneau a été immolé dès avant la fondation du monde. Dès ce moment-là, le chemin du ciel leur était grandement ouvert. Sans avoir vu le Fils, sans avoir cru en Lui, sans être repenti de leurs péchés, ils ont quand même la vie éternelle. Parce que le sang de Christ a déjà ôté le péché du monde. Ceux qui pensent qu’on est sauvé par les œuvres doivent se repentir et revenir à la Parole. Pourquoi ces bébés prédestinés ont-ils la vie éternelle ? Pourquoi sont-ils sauvés alors qu’ils sont nés dans le péché ? C’est parce qu’ils ont été élus en Jésus-Christ dès avant la fondation pour être enfant de Dieu, pour être saint et irrépréhensible devant Dieu. Et comme ils ont été élus dès avant la fondation du monde, Christ aussi est mort et ressuscité pour leur justification avant la fondation du monde. Le salut des bébés élus dès avant la fondation du monde pour être saints et irrépréhensibles ne repose aucunement pas sur les œuvres. Leur salut repose essentiellement et exclusivement sur le dessein d’élection de Dieu, sur le mystère de la prédestination. Dans le plan de la rédemption de Dieu, il y a ceux qui doivent voir le Fils et croire en Lui afin d’avoir la vie éternelle ; et il y a ceux, ce sont les bébés, par exemple qui ont la vie éternelle sans l’avoir vu de leurs yeux. Je parle des bébés destinés à la vie éternelle. Les autres bébés seront jetés en enfer, parce qu’ils n’ont pas été élus en Jésus-Christ dès la fondation du monde.

Selon la Parole éternellement vraie et valable, c’est au travers du corps blessé de Jésus que le chemin du ciel est ouvert. Si donc Henoc, Moïse et Elie ont pu être enlevés avant la mort du Fils de l’Homme sur terre, c’est parce que l’Agneau de Dieu a été immolé dès avant la fondation du monde. C’est une grâce particulière.

Henoc, Moïse et Elie, n’étant pas dans le séjour des morts, mais au ciel, n’avaient plus besoin de voir le Fils dans ce lieu, et croire en Lui. Ils étaient déjà au ciel. Abraham a vu le jour du Fils de l’Homme dans Son corps théophanique, mais quand il est mort, il a été ressuscité d’entre les morts, et n’a pas été enlevé comme il est mort sans être ressuscité, Son corps a besoin d’expérimenter la rédemption du corps afin de pouvoir être élevé. Jacob aussi a vu le jour du Fils de l’Homme dans Son corps spirituel ; il est mort, et n’a pas été ressuscité. Il était sauvé en espérance. Il devait donc expérimenter la rédemption de Son corps afin de participer à la résurrection d’entre les morts et à l’enlèvement. Comme Abraham, Jacob, et les autres étaient sauvés en espérance, ils devaient expérimenter la rédemption du corps, puisqu’ils n’ont pas été ressuscités et enlevés.  C’est pour eux que le Fils de l’Homme a exercé Ses trois jours de ministère dans les  régions inférieures de la terre. Quand l’Ecriture dit qu’Il a annoncé l’Evangile aux morts, Elle fait allusion aux Abraham, aux Jacob etc. Pendant donc les trois jours du Fils de l’Homme dans les régions inférieures de la terre, ils ont vu le Fils et ils ont cru en Lui. Le dimanche, à Sa résurrection, plusieurs corps des saints aussi ont été ressuscités d’entre les morts, et sont entrés dans la ville sainte nous dit Matthieu  27.53. Après avoir vu le Fils et cru en Lui, ces saints ont expérimenté la rédemption de leurs corps. Ils étaient donc sortis des tombeaux avec de nouveaux corps, des corps redemptés et glorifiés, comme celui de Jésus-Christ après la résurrection. C’est dans ces nouveaux corps, qu’ils ont été enlevés au ciel, lorsque le Seigneur y montait. La Parole de l’Ecriture d’Ephésiens 4.8-9 nous révèle effectivement qu’il y a eu une résurrection et un enlèvement des saints avec le Fils de l’Homme : «  C’est pourquoi il est écrit : Etant monté en haut, Il a emmené des captifs, Et il a fait des dons aux hommes. Or, que signifie : Il est monté, sinon qu’Il est aussi descendu dans les régions inférieures de la terre ? Celui qui est descendu, c’est le même qui est monté au-dessus de tous les cieux, afin de remplir toutes choses.La mort a été engloutie dans la victoire, ô mort où est ta victoire ? Ô mort, où est ton aiguillon ? » C’est donc enveloppés dans leurs nouveaux corps, les corps incorruptibles, immortels et glorieux que les membres du corps de l’Epouse seront enlevés sur les nuées à la rencontre de l’Epoux céleste dans les airs. Alors s’accomplira cette Parole de l’Ecriture : « Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. » (Apocalypse 21.4). Après les trois jours du Fils de l’Homme dans les régions inférieures de la terre, les corps de plusieurs saints ont été redemptés, adoptés, ressuscités et enlevés. Les autres corps des saints seront redemptés et ressuscités à la dernière résurrection. Les corps des enfants du diable ressusciteront sans être redemptés, puisqu’ils seront jetés en enfer. Ces corps des enfants du diable ne seront rendus ni immortels, ni incorruptibles. Vous voyez quelle espérance nous avons en Jésus-Christ notre parent rédempteur ? C’est l’espérance de la gloire éternelle. Nos corps mortels revêtiront l’immortalité, nos corps corruptibles revêtiront l’incorruptibilité, et nous serons enlevés sur des nuées à la rencontre du Roi des rois, du Seigneur des seigneurs dans les airs ; et nous serons toujours avec Lui dans Son immense Royaume de paix, de joie, de lumière, de gloire ; et il n’y aura plus de cri, de maladie, de vieillesse, de mort, de douleur, de tentation, de démon, de diable. Il n’y aura que Dieu et Ses enfants pour l’éternité. Nous visiterons la nouvelle Jérusalem, nous y serons pour l’éternité. Cette glorieuse ville carrée, descendra d’auprès de Dieu sur la nouvelle terre, avec la gloire éternelle du Dieu éternel. D’après l’Ecriture, « Son éclat est semblable à celui d’une pierre précieuse, d’une pierre de jaspe transparente comme du cristal ; elle a douze portes sur lesquelles sont inscrits les noms des douze tribus d’Israël. Elle a douze fondements sur lesquels sont écrits les noms des douze apôtres de l’agneau. Ô quelle ville merveilleuse ! Avec ses douze portes et  ses douze fondements. Sur ses fondements sont écrits les noms des douze apôtres de l’agneau. Le nom de judas ne sera écrit sur aucun de ces fondements, car il est un fils de perdition. Je crois que le nom de l’apôtre Paul y sera écrit ; pas celui de Branham que certains égarés considèrent comme étant Jésus-Christ Lui-même. Branham dit qu’il est allé au premier ciel ; il n’a pas pu aller au troisième ciel. L’apôtre Paul, lui est monté jusqu’au troisième ciel. Quand il parlait avec l’ange là-bas au sixième endroit, qu’il appelle le premier ciel, il a dit : « J’ai prêché le même message que Paul. » Pourquoi s’est-il référé à Paul, et s’est-il réclamé de ce dernier, lui qui dit être plus grand que Paul ? Il dit que parmi les sept anges qui étaient descendus à Sunset à Tucson, le septième, qui est son ange, était le plus grand, le plus fort et le plus important. D’après lui, cet ange bombait la poitrine. Comment se fait-il qu’il se réclame du message du plus petit ange qu’est Paul ? Frères, le Fils de l’Homme a fait trois jours dans le séjour des morts. Frères, le Royaume céleste nous attend. Persévérons, servons le Seigneur Jésus-Christ de toutes nos forces. C’est bientôt l’heure de retourner à la maison paternelle, dans la patrie céleste. Soyons toujours remplis du Saint-Esprit et de feu, accomplissons les désirs de Dieu, produisons le fruit de l’Esprit. Pour être enlevé il nous faut à tout prix, le baptême du Saint-Esprit ; car si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne Lui appartient pas, nous dit l’Ecriture. Ne recherchez jamais l’esprit d’un homme, mais l’Esprit de Christ. Que ceux qui ne l’ont pas monte dans la chambre haute. Et qu’ils n’en descendent que lorsqu’ils seront remplis de la puissance d’En-Haut. Frères, c’est bon d’entendre la Manne Fraîche, mais cela ne suffit pas. Il faut aussi le revêtement de la puissance d’En-Haut. Il vous faut être remplis de Dieu jusqu’à toute la plénitude de la Divinité. A la résurrection de Jésus, il est écrit que plusieurs  corps des saints ont été ressuscités. Pas les corps de tous les saints, mais plusieurs d’entre eux. Les saints qui ont été ressuscités ce jour-là, et qui ont été enlevés après, c’étaient les saints qui avaient été remplis de l’Esprit de Dieu. Les autres seront ressuscités à la dernière résurrection. Il en est de même de nous aujourd’hui. Ceux qui seront enlevés, ce sont ceux qui ont expérimenté « La chambre haute », qui sont remplis du Saint-Esprit, qui ne peuvent plus pécher. Ce sont les vierges sages, l’Epouse de l’Agneau. Les autres, les vierges folles, l’église, seront ressuscités à la dernière résurrection. Frères, toute la Parole nous prépare tous pour la première résurrection et pour la dernière résurrection. Sachez que rien d’impur n’entrera dans la ville sainte. Si quelqu’un se sanctifie, qu’il se sanctifie davantage, si quelqu’un pèche qu’il pèche d’avantage ! C’est la Parole. L’Ecriture dit que la fin de toutes choses est proche. Soyons sobres, veillons ! Sans le don du Saint-Esprit la vie chrétienne n’a pas de sens. Vous pouvez avoir la révélation de tous les mystères du Royaume des cieux, mais si vous n’avez pas le don du Saint-Esprit en vous, c’est inutile. Pendant les trois jours du Fils de l’Homme dans le séjour des morts, Il a prêché aux esprits en prison et aux morts. Ce sont deux groupes bien différents. Sur terre, aujourd’hui, il y a aussi ces deux groupes : Il y a les esprits en prison, ce sont les enfants du diable. Ils sont destinés à aller en enfer. Ils ne pourront jamais croire au Fils pour avoir la vie éternelle ; il y a aussi les morts, les morts spirituels. Ceux-là croiront lorsqu’ils verront le Fils, et ils auront la vie éternelle. C’est pour ces deux groupes qu’il y a un autre jour du Fils de l’Homme. Le deuxième jour du Fils de l’Homme. Les enfants de Dieu verront le Fils et croiront en Lui ; ils auront alors la vie éternelle ; les enfants du diable, même s’ils voient le Fils, ils ne croiront pas en Lui ; ils sont destinés à la perdition. La même Manne Fraîche sera prêchée, et aux esprits en prison, aux enfants de perdition, et aux morts, aux enfants de lumière. Nous y sommes déjà : C’est ici le mystère du deuxième jour du Fils de l’Homme, il y a un nouveau message différent du précédent, et qui va un peu plus loin que le premier. C’est une portion de la Parole plus grande, plus puissante, et plus glorieuse que la première. » Qui est monté en haut ? C’est Christ après Sa glorieuse résurrection. Il a emmené des captifs en haut, quand Il montait au ciel. De qui s’agit-il ? Il s’agit indubitablement des corps des saints qui sont montés au ciel avec le Seigneur. Que signifie « les régions inférieures de la terre ? » C’est le séjour des morts où étaient les élus de Dieu, c’est le sein d’Abraham. Les esprits en prison, eux, ils ont vu les jours du Fils de l’Homme, mais ils n’ont pas cru en Lui. Ils sont donc perdus à jamais. De toutes les façons, il n’y a pas de moyen de salut pourvu pour eux. Judas aussi a vu le jour du Fils de l’Homme, lorsqu’Il était dans un corps de chair, en Israël. Mais, il n’a pas cru en Lui. Il n’a pas cru parce qu’il ne pouvait pas croire en Lui. Pourquoi cela ? Il était un fils de perdition. Dieu n’a prévu aucun plan  de rédemption pour les enfants de perdition. Le sang de la rédemption n’est pas versé pour eux. Leurs corps ne seront pas redemptés ; ils seront ressuscités pour la honte éternelle, pour aller dans le feu éternel où il y a la souffrance, les grincements de dents, la misère la plus totale. Seuls les corps des enfants de Dieu expérimenteront la rédemption, l’adoption. Lorsqu’un corps est redempté, adopté, il ne connaîtra plus de douleur. C’est ce jour-là que s’accomplira cette Parole de l’Ecriture : «

Après avoir accompli Ses trois jours du Fils de l’Homme dans le séjour des morts, Jésus-Christ est sorti du tombeau. A l’issue de ces trois jours, les saints de l’Ancienne Alliance sont parvenus à la perfection. Eux qui étaient sauvés en espérance, étaient entrés dans la plénitude du salut en Jésus-Christ. Dans Romains 8.24, il est écrit que nous aussi, c’est en espérance que nous sommes sauvés. Frères, c’est après la rédemption de notre corps que nous seront pleinement sauvés. Dans Hébreux 11.40, il est écrit : « Dieu ayant en vue quelque chose de meilleur pour nous, afin qu’ils ne parvinssent pas sans nous à la perfection. » Tous ceux à la foi desquels il a été rendu témoignage, Abraham, Abel, Gédéon, n’ont pas obtenu ce qui leur était promis. « Dieu ayant en vue quelque chose de meilleur pour nous, afin qu’ils ne parvinssent pas sans nous à la perfection. » Nous sommes rendus parfaits non pas par nos œuvres, mais par la Parole de vérité, par l’offrande du corps de Jésus, du sang de l’Agneau et par la sanctification du Saint-Esprit habitant en nous.

En conclusion, nous pouvons retenir ceci : il y a trois jours du Fils de l’Homme :

- Premier jour : En Israël

- Deuxième jour : Dans les nations

- Troisième jour : En Israël.

Il y a eu aussi trois jours du Fils de l’Homme dans les régions inférieures de la terre.

Du premier âge de l’Eglise au sixième âge, c’était l’Esprit de Christ accomplissant le deuxième jour du Fils de l’Homme à travers les six messagers de l’Eglise. Au septième âge de l’Eglise, c’est l’Esprit d’Elie achevant le deuxième jour du Fils de l’Homme. Ce septième âge est composé du temps du soir, du temps de minuit, du temps de l’aube et du temps du matin. L’Esprit qui agit pendant ces quatre temps prophétiques, c’est l’Esprit d’Elie.

Au temps du soir, de minuit, de l’aube, du matin, c’est l’Esprit d’Elie. L’Esprit d’Elie qui a dit : «  Voici l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde » est le même qui dit : « Voici l’Epoux, sortez à sa rencontre. » C’est le même Esprit d’Elie qui ouvre le mystère de la Manne Fraîche pour nous.

AMEN !

FRERE CHRIST-MOÏSE

 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix