Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 8 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
221
Hier :
506
Semaine :
727
Mois :
221
Total :
3677911
Il y a 3 utilisateurs en ligne
-
3 invités


CHERCHEZ PREMIEREMENT LE ROYAUME ET LA JUSTICE DE DIEU TOUTES CHOSES VOUS SERONS DONNEES PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Vendredi, 22 Octobre 2010 16:30

Message oral prêché le Dimanche 10 Août 2008 à Yopougon-Selmer,  Abidjan- Côte d’Ivoire.

Bonsoir. Prenons sans plus tarder nos précieuses Bibles pour lire la Parole du Seigneur. Nous faisons la lecture dans Matthieu 6.33 : « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. » Le Seigneur Jésus-Christ Lui-même fait une promesse de façon formelle : ‘‘toutes choses nous seront données.’’ Que signifie ‘‘toutes choses’’?

Cela signifie les biens spirituels et les biens physiques. Le Seigneur promet de nous donner tout ce qu’il y a de bon en Lui, tout ce qu’il y a de bon en ce bas monde : Le don du Saint-Esprit, l’amour, la joie, la paix, la guérison, le bonheur matériel, le manger, le boire, l’argent, la procréation. Mais, il y a une condition à remplir : Chercher premièrement le royaume et la justice de Dieu. Cette condition est obligatoire. Personne ne peut recevoir toutes choses s’il ne cherche pas premièrement le royaume de Dieu et Sa justice. Je voudrais prendre quelques exemples pour montrer comment chercher le royaume de Dieu et sa justice.

COMMENT CHERCHER LE ROYAUME DE DIEU ET SA JUSTICE

L’EXEMPLE DE SALOMON

Dieu apparait en songe à Salomon et lui dit : « Demande ce que tu veux que je te donne ». Celui-ci répondit : «Accorde à ton serviteur un cœur intelligent pour juger ton peuple, pour discerner le bien du mal. Car qui pourrait juger ton peuple, ce peuple si nombreux » (1 Rois 3. 5-9) L’Ecriture dit que cette demande a plu à Dieu, qui lui dit : « Puisque c’est là ce que tu demandes, puisque tu ne demandes pour toi ni une longue vie, ni les richesses, ni la mort de tes ennemis, et que tu demandes de l’intelligence pour exercer la justice, voici, j’agirai selon ta parole. Je te donnerai un cœur sage et intelligent, de telle sorte qu’il n’y aura eu personne avant toi et qu’on ne verra jamais personne de semblable à toi. Je te donnerai en outre, ce que tu n’as pas demandé, des richesses et de la gloire, de telle sorte qu’il n’y aura pendant toute ta vie aucun roi qui soit ton pareil. »

Salomon a demandé quelque chose de spirituel, quelque chose qui appartient au royaume de Dieu : la sagesse divine pour exercer le jugement. Il n’a demandé ni or  ni argent, mais l’intelligence divine pour discerner le bien du mal. Sa préoccupation c’était de chercher prioritairement la justice de Dieu, ce qui lui est agréable et bon.

Cette requête a tellement plu à Dieu que celui-ci lui a donné TOUTES CHOSES : les richesses et la gloire. La Parole de 1 Rois 4. 29-33 dit : « Dieu donna à Salomon de la sagesse, une très grande intelligence, et des connaissances multipliées comme le sable qui est au bord de la mer. La sagesse de Salomon surpassait la sagesse de tous les fils de l’orient et toute la sagesse des Egyptiens.

Il était plus sage qu’aucun homme, plus qu’Ethan, l’Ezrachite, plus qu’Héman, Calcol et Darda, les fils de Machol ; et sa renommée était répandue parmi toutes les nations d’alentour. Il a prononcé trois mille sentences, et composé mille et cinq cantiques. Il a parlé sur les arbres, depuis le cèdre du Liban jusqu’à l’Hysope qui sort de la muraille ; il a aussi parlé sur les animaux, sur les oiseaux, sur les reptiles et sur les poissons », Dieu a comblé Salomon de joie et de bonheur. Il ne manquait de rien. Après avoir bâtit un temple à Dieu, il a bâtit son propre palais. Lors de la dédicace, il a immolé vingt-deux mille bœufs et cent vingt mille brebis. Il était béni spirituellement, financièrement et matériellement. Parce qu’il a cherché premièrement les choses d’En-haut. CHERCHER LE ROYAUME DE DIEU, C’EST CHERCHER LES CHOSES SPIRITUELLES, INVISIBLES ET ETERNELLES.

L’EXEMPLE DES ENFANTS D’ISRAEL

Dieu a montré aux enfants d’Israël ce qu’il fallait faire pour recevoir les bénédictions matérielles. Il dit dans Deutéronome 28.1 : « Si tu obéis à la voix de l’Eternel ton Dieu, en observant et en mettant en pratique tous ses commandements que je te prescris aujourd’hui, l’Eternel ton Dieu, te donnera la supériorité sur toutes les nations de la terre. »

L’obéissance à la Parole de Dieu est la condition sine qua non pour être béni à tous égards. Obéir, c’est chercher le royaume et la justice de Dieu. Obéir à Dieu est synonyme de bénédiction, de guérison. Le Seigneur dit dans Luc 6. 38 : « Donnez, et il vous sera donné. » C’est un commandement du Seigneur. Si nous obéissons à ce commandement en donnant de notre argent, en faisant des dons, nous recevrons en retour des biens spirituels, financiers et matériels. Le même Seigneur Jésus-Christ dit : « Cherchez premièrement le royaume et la justice  de Dieu ; et toutes choses vous seront données par-dessus. » PREMIEREMENT le royaume et la justice de Dieu ; ENSUITE seulement les bénédictions spirituelles, financières, matérielles et physiques. Revenons à ce que dit la Parole dans Deutéronome 28. Si tu obéis à Dieu, et mets Sa Parole en pratique, voici ce qu’Il te promet :

  1. Tu seras béni dans la ville
  2. Tu seras béni dans les champs
  3. Le fruit de tes entrailles, le fruit de ton sol, le fruit de tes troupeaux, les portées de ton gros et de ton menu bétail seront bénis.

Le fruit de tes entrailles, c’est ta postérité, ta descendance, tes enfants. Ceux-ci seront bénis. Dans Psaumes 37. 25, le roi David sous l’onction divine dit : « J’ai été jeune, j’ai vieilli ; Et je n’ai point vu le juste abandonné, ni sa postérité mendiant son pain quotidien. »

Frères, la Vérité est révélée devant nous : Celui qui cherche le royaume de Dieu et sa justice ne sera jamais abandonné. Ses enfants ne mendieront pas leur pain. Autrement dit, ils seront bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles et matérielles. Ils ne connaîtront ni la faim, ni la soif, ni la nudité, ni la pauvreté. Ils jouiront des effets positifs de l’obéissance de leurs parents à Dieu. Quand les parents sont rebelles à Dieu, ils mettent l’avenir de leurs enfants en péril.

  1. Ta corbeille et ta huche seront bénies
  2. Tu auras la victoire sur tes ennemis qui s’élèveront contre toi ; ils sortiront contre toi par un seul chemin, et ils s’enfuiront devant toi par sept chemins.

Frères, vous convenez avec moi que la plupart des chrétiens sont vaincus par les sorciers, leurs ennemis. Pourquoi ? Ils n’obéissent pas à la Parole de Dieu ; ils n’ont pas foi en la puissance de résurrection de Christ. N’est-ce pas étrange que des gens qui confessent Jésus sont bloqués spirituellement, socialement, physiquement, financièrement et matériellement par des sorciers ? La raison est simple : ils n’obéissent pas à Dieu ; ils ne mettent pas en pratique sa Parole. Frères, si nous cherchons le royaume et la justice de Dieu, nous serons plus que vainqueurs sur le diable et sur tous nos ennemis visibles et invisibles.

  1. Dieu ordonnera à la bénédiction d’être avec toi
  2. Il te comblera de biens, multipliant le fruit de tes entrailles. Cette promesse liée à la procréation est formelle, mais il faut chercher premièrement le royaume de Dieu et Sa justice. PRATIQUER LA PAROLE, C’EST CHERCHER LE ROYAUME DE DIEU ET SA JUSTICE.

Quand une femme stérile obéit à Dieu, vit Sa Parole, le Seigneur la délivre et la rend féconde. Mais quand elle n’obéit pas à la Parole, elle risque de rester stérile toute sa vie. IL NE DOIT AVOIR DE STERILE DANS LA MAISON DE DIEU.

  1. Tu prêteras aux autres, et tu n’emprunteras point. Frères, lorsque tu empruntes de l’argent aux autres, c’est que quelque part, tu n’as pas obéi à la Parole. Il y a des chrétiens qui vont voir des païens pour solliciter un prêt, un crédit. C’est contraire à la Parole. Le vrai chrétien n’emprunte à personne. C’est lui qui prête aux autres. Dieu est formel : ‘‘Tu prêteras aux nations, et tu n’emprunteras point.’’ Chaque fois que tu empruntes de l’argent c’est que tu as péché quelque part. Je n’exagère pas, je dis la Parole de Dieu. Aujourd’hui, beaucoup de chrétiens sont endettés parce qu’ils ont pris un crédit qu’ils n’arrivent pas à rembourser. Dans Romains 13. 8, il est écrit : « Ne devez rien à personne. » Et dans Deutéronome 28. 12, Dieu dit : « Tu n’emprunteras point. » Frère Moïse, qu’en est-il des prêts bancaires ? Je n’ai que la Parole de Dieu pour répondre à cette question : « Tu n’emprunteras point. » En 1999, j’ai demandé un prêt bancaire. On m’a coupé jusqu’à ce que je rembourse tout. Mais c’est contraire à la Parole. Je n’étais pas agréable à Dieu, c’est pourquoi j’ai emprunté. Je n’ai pas obéi à la Parole, c’est pourquoi j’ai manqué d’argent jusqu’à emprunter. Dieu dit : « Tu n’emprunteras point. » J’ai emprunté. Alors, il n’y a pas de doute, j’ai désobéi à Dieu quelque part. Frère Branham est mort endetté.
  2. Dieu fera de toi la tête et non la queue, tu seras toujours en haut et tu ne seras jamais en bas.

Frères, en termes clairs, celui qui cherche le royaume de Dieu et sa justice en obéissant aux commandements du Seigneur, ne connaîtra jamais d’échec ; il réussira dans toutes ses entreprises. Il sera toujours prospère. CHERCHER LE ROYAUME DE DIEU ET SA JUSTICE, C’EST GARDER LES COMMANDEMENTS DU SEIGNEUR, ET NE PAS S’EN DETOURNER NI A GAUCHE NI A DROITE. « TOUTES CHOSES VOUS SERONT DONNEES » dit le Seigneur. Que Dieu Lui-même nous aide à chercher Son royaume et Sa justice.

RECHERCHEZ LA PAIX AVEC TOUS ET LA SANCTIFICATION.

L’Ecriture dit dans Hébreux 12. 14 de « rechercher la paix avec tous et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur. » Celui qui pratique cette Parole cherche le royaume de Dieu et Sa justice. Et Dieu lui donnera toutes choses par-dessus. RECHERCHER LA PAIX AVEC TOUS, C’EST CHERCHER LE ROYAUME DE DIEU ET SA JUSTICE. L’Ecriture dit dans Proverbes 17. 19 : « Celui qui aime les querelles aime le péché. » Là où il y a querelles, il n’y a pas de paix. Se quereller est synonyme de pécher. Et celui qui pèche ne cherche pas le royaume et la justice de Dieu. Celui qui aime les querelles pèche, et ne cherche pas le royaume céleste. Les querelles font partie des œuvres de la chair. Les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont : l’impudicité, l’impureté, la dissolution, l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, l’ivrognerie, les excès de table et les choses semblables. » Et l’apôtre Paul d’ajouter : « Ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point  le royaume de Dieu. » Frères, ceux qui aiment les querelles n’hériteront point le royaume céleste, car se quereller = pécher. Ceux qui font excès de table, c'est-à-dire les gourmands et les ivrognes seront jetés en enfer. Le fait d’être gourmand ou ivrogne est une abomination aux yeux du Seigneur. Les gourmands et les ivrognes sont toujours pauvres et misérables parce qu’ils ne cherchent pas le royaume de Dieu et Sa justice.

Ceux qui sont jaloux, envieux, méchants, orgueilleux, idolâtres n’hériteront pas le royaume de Christ parce qu’ils ne cherchent pas ce qui est bon et juste devant le Seigneur. Ces gens-là ne portent en eux aucun attribut divin. Ils ne portent pas le fruit du Saint-Esprit qui consiste en l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur et la tempérance. Rechercher les fruits de l’Esprit c’est chercher le royaume et la justice de Dieu. Interrogeons-nous : avons-nous les fruits de l’Esprit en nous ? La paix est un fruit divin et surnaturel ; c’est un fruit de l’Esprit de Dieu. Et l’Ecriture nous recommande de rechercher la paix. En d’autres termes, il nous est demandé de chercher le royaume de Dieu et Sa justice afin que toutes choses nous soient données par-dessus. Une femme querelleuse porte la marque de la pauvreté, de la poisse et de la malédiction. Un homme qui aime les querelles est un fils du diable. Tous les deux ont leur place dans l’étang de feu et de soufre.

Personne ne peut rechercher cette paix dont parle l’Ecriture si le Dieu de paix, le Christ Jésus, n’habite en lui. Rechercher la paix, c’est rechercher les choses d’En-haut.

Il y a aussi le pardon. C’est un élément très important de la paix. Celui qui pardonne, et qui ne cherche pas à se venger, cherche le royaume de Dieu et Sa justice. Toutes choses lui seront données par-dessus. Il sera agréable à Dieu qui le bénira dans toutes ses entreprises. PARDONNER, C’EST CHERCHER LE ROYAUME DE DIEU ET SA JUSTICE. Le pardon vient de Dieu. Celui qui pardonne connaît Dieu. Celui qui est rancunier, et fait semblant de pardonner n’est pas libre. Il n’a point de paix.

RECHERCHER LA SANCTIFICATION, C’EST CHERCHER LE ROYAUME DE DIEU ET SA JUSTICE

Se Sanctifier, c’est chercher le royaume céleste et ce qui est juste devant Dieu. Dans Jean 17.17, le Seigneur Jésus-Christ dit : « Sanctifie-les par ta vérité ; ta parole est la vérité ? » Celui qui reçoit la révélation de la Parole et y croit est sanctifié par elle. Personne ne peut se sanctifier de sa propre volonté. Seule la Vérité de Dieu sanctifie. Celui qui n’a pas cette Vérité est impur devant Dieu. Celui qui cherche à connaître cette Vérité, cette Parole divine, cherche le royaume de Dieu et Sa justice. LA VERITE SANCTIFIE, ET LE MENSONGE SOUILLE. Et cette Vérité qui sanctifie, ce n’est pas une prédication fut-elle scripturaire, c’est Christ. C’est en recevant Christ dans sa vie qu’on est véritablement sanctifié. Et pour recevoir Christ, il faut recevoir le don du Saint-Esprit. Christ et le Saint-Esprit sont UN.

Tous ceux qui refusent de chercher la vérité sur le fait que la dîme ne se paie pas en argent, ne cherchent pas le royaume de Dieu et Sa justice. Tous ceux qui croient que William Branham est né hors du péché sont fils du diable, et ne cherchent pas le royaume de Dieu et Sa justice. Tous ceux qui enseignent qu’il est infaillible, qu’il est Jésus-Christ portent la marque du diable dans leur conscience, et ne cherchent donc pas le royaume de Dieu et Sa justice. Frères, recherchons la sanctification sans laquelle personne ne verra le Seigneur, en nous éloignant de tous ceux qui « causent des divisions et des scandales, au préjudice de l’enseignement » que nous avons reçu. ELOIGNEZ-VOUS DES BRANHAMISTES, DES FRANKISTES. Ils disent que William Branham est le nom nouveau de Jésus-Christ, et que celui qui ne croit pas en Ewald Frank ira en enfer. ELOIGNEZ-VOUS ! L’Ecriture dit dans   2 Corinthiens 6. 17, Dieu dit : « Sortez du milieu d’eux, et séparez-vous. Ne touchez pas à ce qui est impur, et je vous accueillerai. » Sortir du milieu de ceux qui disent que William Branham est Jésus-Christ est une œuvre de sanctification. C’est la preuve que nous cherchons la vérité, le royaume de Dieu et Sa justice. ET TOUTES CHOSES nous seront données par-dessus. Se séparer selon l’ordre de Dieu, de ceux qui proclament l’infaillibilité du Pape et de Branham, c’est se sanctifier par la Parole. William Branham a fait plusieurs fausses prédictions concernant l’enlèvement : 1977, 1993, 1999. Il a dit que Dieu lui aurai dit que la ville de Los Angeles serait engloutie dans la mer avant que son fils Billy Paul ne devienne un vieil homme. Frères, ce dernier est né en 1935. Il a 73 ans aujourd’hui, et Los Angeles est toujours là. Pourtant Branham a dit que c’est Dieu Lui-même qui lui a fait cette révélation. Dieu aurait-il menti ? Pensez-y ! William Branham dit que Judas est sauvé et sanctifié, alors que Jésus dit le contraire. Frères, revenons à Christ, à la pure Parole, à la Vérité de Dieu. Si nous revenons à cette Parole qui est Christ, nous cherchons le royaume de Dieu et Sa justice. ET TOUTES CHOSES nous serons données par-dessus. Frères, recherchons la sanctification qui vient de la Parole et préparons-nous toujours pour l’enlèvement. Le branhamisme est une malédiction. William Branham n’est pas le dernier prophète. Il n’est pas l’ange d’Apocalypse 10.7. Cet ange est le septième des anges qui doivent sonner de la trompette au temps de la fin. A la sonnerie de leurs trompettes, Dieu déversera sa colère sur le monde. Si William Branham est le septième ange d’Apocalypse 10.7, c’est que les six autres correspondent aux six messagers de l’Eglise. Or, quand vous comparez ce qui s’est passé à leur époque avec ce qui se passe lors de la sonnerie des sept anges ayant des trompettes, il y a un fossé énorme. William Branham n’est donc pas l’ange d’Apocalypse 10.7, contrairement à ce qu’il dit. Frères, Jésus a dit : ‘‘Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira.’’ Et la vérité c’est que William Branham n’est ni infaillible, ni Jésus-Christ, ni l’ange d’Apocalypse 10.7.

WILLIAM MARRION BRANHAM EST MORT. SON TOMBEAU EST ENCORE AU MILIEU DES HOMMES. CHRIST, LUI, ETAIT MORT, ET IL EST RESSUSCITE. IL VIT AUX SIECLES DES SIECLES. Si vous croyez en cela, vous êtes bénis de Dieu. Le Seigneur JESUS-CHRIST seul est INFAILLIBLE. Il est le Dieu Tout-Puissant, l’Immortel, l’Invisible, l’Eternel, l’Alpha et l’Omega, le Premier et le Dernier, le Seigneur des seigneurs, le Roi des rois, l’Unique Dieu, l’Agneau de Dieu, le Rédempteur, le Ressuscité. A lui seul soient gloire, honneur, puissance, richesse à perpétuité.

William Branham a prédit la destruction totale des Etats-Unis d’Amérique pour 1977. Cela n’est pas arrivé. Il a MENTI. Recherchons la Vérité qui nous sanctifie. Personne ne sera sanctifié par les déclarations erronées et fantaisistes d’un prophète, mais UNIQUEMENT par la Parole de Dieu. Recherchons donc cette Parole Divine. Rechercher la Vérité, c’est chercher le royaume de Dieu et Sa justice. Ce qui est agréable, juste et bon devant le Seigneur, ce ne sont pas les élucubrations prophétiques et autres mensonges de Branham, mais bien la Vérité de Dieu. Frères, ce que je dis n’a aucune importance, mais ce que dit le Seigneur Jésus-Christ.

JEUNER ET PRIER, C’EST CHERCHER LE ROYAUME DE DIEU ET SA JUSTICE

Jeûner fait partie de la Parole de Dieu. Jeûner, c’est chercher à faire ce qui est juste devant le Seigneur ; c’est chercher le royaume de Dieu et sa justice. Et Dieu nous donnera TOUTES CHOSES. De l’Ancien au Nouveau Testament, les hommes de Dieu ont jeûné. Moïse le prophète a jeûné 40 jours fois 2. Le Seigneur a jeûné 40 jours. Dans Actes 13, les apôtres et les prophètes de l’Eglise du Dieu vivant ont jeûné et prié. Quand Moïse le prophète jeûnait, c’était pour recevoir la révélation de la Parole prophétique. Voici ce qu’il dit dans Deutéronome 9. 9 : « Lorsque je fus monté sur la montagne, pour prendre les tables de pierre, les tables de l’alliance que l’Eternel a traitée avec vous, je demeurai sur la montagne quarante jours et quarante nuits, sans manger de pain et sans boire de l’eau. » C’est après quarante jours de privation et de mortification que la Parole lui a été divinement révélée. Tout prédicateur réellement appelé de Dieu doit rester dans la présence de Dieu, en prière, et en jeûne, jusqu’à ce que le Saint-Esprit l’éclaire sur la Parole de Dieu avant de Prêcher. Je me souviens qu’en 1997, le Seigneur m’a dit de jeûner quarante jours et quarante nuits, sans manger. J’étais chez un Pasteur branhamiste. C’était ma deuxième année chez les branhamistes. Quand j’ai commencé ce jeûne, j’étais devenu la cible à abattre du pasteur. Du haut de la chaire, il condamnait violemment le fait de jeûner, disant que cela ne devait plus se faire à cause de la Parole prophétique annoncée par frère Branham. On m’a traité de démon, de Judas, d’incrédule. Parce que je jeûnais. Pour lui, jeûner veut dire ne pas croire en Branham. Il s’opposait ouvertement au jeûne. J’ai fait des mois dans son assemblée, mais je n’ai jamais entendu de prédication sur le jeûne et la prière. Malgré les attaques, les injures et toutes les humiliations, j’ai obéi à la voix de Dieu. J’ai jeûné 40 jours. Pendant ce temps de jeûne de consécration, le Saint-Esprit m’a montré des choses terribles et des choses glorieuses. Un exemple de choses terribles : Dans un songe, je devais me rendre au culte. Le pasteur, sa femme et son beau-frère m’attendaient dans une petite salle. Je n’étais pas disposé à y aller ; j’ai donc traîné un peu les pas. Arrivé au seuil de la porte, j’ai vu le pasteur assis devant trois graines (graines de palme) disposées sous forme triangulaire. Sa femme et son beau-frère riaient de façon bizarre. Le pasteur à la manière d’un marabout, a ramassé ces trois graines d’un geste rapide et précis, et les a jetées sur le sol. Exactement comme font les vrais marabouts pendant les séances de consultation. Pris de colère et à la fois surpris, je m’étais mis à crier : ‘‘Mais, c’est du diable, c’est du diable !’’ Et je me suis éloigné de la maison. Le pasteur m’a suivi dehors avec un ‘‘cadeau’’ dans sa main droite. Il cherchait à m’avoir comme on le fait avec les enfants, en me disant : ‘‘Viens prendre, c’est un cadeau.’’ J’ai insisté pour voir si c’était vraiment un bon cadeau. Mais, c’était du poison. Et je l’ai quitté. Il m’a été donné de comprendre qu’il était sorcier. Il a un esprit de divination, et l’enseignement qu’il donne à l’église est diabolique. Le trente troisième jours du jeûne j’ai fait un autre songe suivi d’une vision. Dans ce songe, j’étais assis avec ce même pasteur branhamiste et d’autres branhamistes. Une voix venant du ciel me dit : ‘‘Sépare-toi d’eux.’’ Je me suis levé et je me suis mis à marcher, à m’éloigner d’eux, quand une vision puissante et glorieuse se présenta devant moi. J’ai vu une grande et éclatante lumière. Elle était toute éclatante de blancheur comme de la neige. Devant moi, il n’y avait plus de route. Cette Lumière était le seul chemin. Elle remplissait l’espace. Je suis entré là-dedans. J’étais immergé dans cette Lumière mystérieuse. A l’intérieur de la Lumière, je cherchais à voir sa limite. Mais, Elle n’avait pas de limite ; pas de longueur, ni de largeur, ni de hauteur. C’était une Lumière Infinie, Eternelle. Dans cette Lumière, se trouvait une Glorieuse Présence qui posa sa main droite sur ma tête. A ce contact, je tombai par terre, le front contre terre. Après cette mystérieuse expérience, c’est comme Quelqu’un avait changé quelque chose en moi, dans mon esprit. J’ai commencé à voir certaines choses non conformes à la Parole dans les brochures de William Branham. J’ai commencé aussi à comprendre beaucoup de choses dans les Ecritures. Après les quarante jours, j’ai entendu ces Paroles : ‘‘La vie n’est pas dans le Message. Tous prêchent la carcasse du Message, mais la vie reviendra dans le Message.’’ Quand j’ai parlé de ces choses, c’était comme si j’avais commis un grave péché. Frères, le Seigneur Jésus-Christ que je sers, a jeûné. Pourquoi me dit-on qu’on ne doit pas jeûner ? Celui qui est né hors du péché, celui en qui il n’y a point eu de fraude a jeûné. Que dois-je faire, moi, un pécheur sauvé par grâce ? Frères, jeûner, c’est faire la volonté de Dieu. Et faire la volonté de Dieu, c’est chercher le royaume de Dieu et Sa justice. Et Dieu nous donnera TOUTES CHOSES. Amen ! L’apôtre Paul parle de jeûnes multipliés dans 2 Corinthiens 11.27. Dans Actes 13.1-3, il est écrit que pendant que  les prophètes et les docteurs jeûnaient, « le Saint-Esprit dit : Mettez-moi à part Barnabas et Saul pour l’œuvre à laquelle je les ai appelés. » Le jeûne permet à Dieu d’agir en nous et au milieu de nous. Au travers du jeûne, Dieu déclenche l’action surnaturelle du Saint-Esprit. Le Seigneur Jésus-Christ, bien que rempli du Saint-Esprit a dû jeûner pendant quarante jours et quarante nuits. C’est seulement après, qu’il est écrit qu’il fut revêtu de la puissance de l’Esprit. Frères, je vous le répète encore une fois, jeûner est une pratique biblique. Quand les gens de Ninive ont jeûné en réaction à la prédication de Jonas, Dieu s’est repenti du mal qu’Il voulait faire. Ils ont fait ce qui est juste et agréable à Dieu, et ils ont été pardonnés. Maintenant voyons le sujet de la prière.

LA PRIERE

Prier, c’est aussi chercher le royaume et la justice de Dieu. Le Seigneur Jésus-Christ consacrait beaucoup de temps dans la prière. Nous devons en faire autant, si nous sommes vraiment ses disciples. Dans la chambre haute, environ cent vingt disciples du Seigneur persévéraient dans la prière quand le Saint-Esprit tomba sur eux. William Branham a enseigné qu’ils n’avaient pas prié, mais ils avaient simplement attendu les bras croisés. Ce qui est faux naturellement. Et les Branhamistes, qui ne connaissent pas les Ecritures enseignent ce mensonge de Branham. Voici ce qui est écrit : ‘‘Tous d’un commun accord, persévéraient dans la prière.’’ (Actes 1.14). Voulant privilégier ce que leur prophète a dit, les branhamistes ne prient pas, ne jeûnent pas. Ils prétendent qu’en lisant les brochures de ce dernier ils sont remplis du Saint-Esprit. Si cela est possible, tant mieux. Mais, nous, nous voulons suivre l’exemple biblique des apôtres du Seigneur qui jeûnaient et qui priaient. L’Ecriture nous donne un témoignage édifiant au sujet de la prière : « Jésus fut aussi baptisé ; et pendant qu’il priait, le ciel s’ouvrit, et le Saint-Esprit descendit sur lui sous une forme corporelle comme une colombe. » Le ciel s’ouvrit et le Saint-Esprit descendit pendant qu’Il lisait les brochures de Branham ! Bien sûr que non. Pendant qu’Il  priait. Et les apôtres dans la chambre haute ? Que faisaient-ils ? Lisaient-ils les brochures de Branham ou les lettres circulaires d’Ewald Frank ? Ils priaient. Dans Actes 8, quand l’apôtre Pierre et l’apôtre Jean étaient arrivés en Samarie, avaient-ils distribué des brochures ou des lettres circulaires ? Bien sûr que non. Ils avaient mieux à faire. Ils prièrent pour les samaritains pour la réception du don du Saint-Esprit. Aujourd’hui, l’Esprit de séduction veut nous faire croire qu’il faut connaître William Branham si on veut être sauvé. Il y en a qui disent qu’il faut croire en Frank le branhamiste allemand pour espérer être enlevé. En Côte d’Ivoire, il y a un soi-disant prophète du nom de Kacou Philippe qui dit qu’il est le Chemin, la Vérité et la Vie, et qu’il faut passer par lui pour aller au ciel. C’est un branhamiste issu des reins de William Branham, selon ses propres dires ; tel maître, tel disciple. William Branham dit qu’il est né hors du péché et qu’il est infaillible. Kacou Philippe serait le Chemin, la Vérité et la Vie, Christ Lui-même. Frère, nous sommes au temps de la fin où ce que le Seigneur a prophétisé s’accomplit sous nos yeux. On vous dira : ‘‘Christ est ici dans le désert, ou là dans les chambres.’’ Papas et mamans, n’y allez pas. C’est de la tromperie, de la sorcellerie. Pour être sauvé, un seul nom : Jésus-Christ. Pour être baptisé du Saint-Esprit, un seul nom : Jésus-Christ. Pour être enlevé, un seul nom : Jésus-Christ. C’est pendant que le Seigneur priait que le ciel s’ouvrit et que le Saint-Esprit descendit sur Lui. Prenez, Paul et Silas dans la prison. Que firent-ils ? Ils priaient et chantaient des louanges. Que se passa-t-il ? Les fondements de la prison furent ébranlés, les portes de la prison s’ouvrirent seules et les chaînes aussi tombèrent seules. C’étaient l’action surnaturelle de Dieu déclenchée par la prière de deux hommes oints du Saint-Esprit. Dans Actes 4.31, que se passa-t-il quand les disciples avaient prié ? La terre trembla. Pourquoi ? Ceux qui ont prié avaient Christ dans leurs cœurs ; la puissance de résurrection était en eux. Et leur préoccupation n’était pas de plaire aux hommes, mais à Christ leur Sauveur et Rédempteur. Ils cherchaient continuellement la face de Dieu, Son royaume et Sa justice dans les prières et les jeûnes multipliés, et Dieu leur donna tout ce dont ils avaient besoin. De grands signes s’accomplissaient par leurs mains, au point que l’ombre de Pierre opérait des prodiges. Frères, prier et jeûner, c’est chercher les choses d’En-haut où Christ est assis à la droite de la majesté divine. Un jour, j’étais dans une clinique. Une dame a envoyé sa fille agonisante voir l’infirmière de service. La malade était atteinte de méningite. La situation était critique. Je venais de sortir d’un moment de jeûne. J’ai demandé à prier pour la fille. On l’a fait coucher presque sans vie. Le pouls était très très faible. J’ai prié en invoquant le nom de Jésus. Quelques moments après elle a été complètement guérie. Les examens ont révélé qu’il n’y avait aucune trace de maladie. Une fois, j’étais avec le pasteur A.M, un branhamiste convaincu. Il a ouvertement prêché contre le jeûne et la prière. L’enfant de sa voisine de quartier venait de piquer une crise terrible. Elle l’a amenée chez ce pasteur branhamiste. Ô pitié, il ne savait pas ce qu’il fallait faire. Mais, la dame voulait une prière pour son bébé. Le pasteur m’a jeté un regard plein de sens. Il était visiblement embarrassé. J’ai pris le bébé, et j’ai commencé à prier ; et l’onction a frappé l’enfant qui s’est rétabli. Les heures qui ont suivi, le  branhamiste et son épouse ont été obligés de louer le Seigneur. Mais après, ils sont vite revenus à leur idole Branham. Frères, par les prières et les jeûnes, j’ai cherché le royaume de Dieu et Sa justice, et Il m’a donné la guérison que j’ai demandée pour les gens. Quand j’étais enseignant, j’ai parlé du Seigneur à une musulmane. Mais, elle a dit : ‘‘ Monsieur, les gens disent que Jésus est vivant, pourtant ils ont prié pour moi sans succès.’’ J’ai dit : ‘‘C’est vrai, Jésus est toujours vivant.’’ Pendant que je parlais, l’onction m’a frappé et son problème m’a été divinement révélé. Elle était en seconde, mais elle n’avait jamais fait ses menstrues. Quand je lui ai fait cette révélation, elle en était fort étonnée, et me demanda à plusieurs reprises : ‘‘Monsieur, qui vous a dit cela ?’’ j’ai répondu : c’est Jésus. Et j’ai prié pour elle, et le Seigneur l’a délivrée. Elle a vu ses règles pour la toute première fois. Quelque soit le problème, nous devons prier. Si vous êtes dans une église où on ne prie pas, on ne jeûne pas, et où on prêche contre ces pratiques spirituelles, vous devez savoir que vous êtes dans l’antre du diable. Un pasteur qui ne prie pas, qui ne jeûne pas est un danger. Si vous ne priez pas qu’allez-vous devenir ? Même le féticheur prie son dieu. Et toi qui te dis chrétien, tu ne pries pas le Dieu du ciel, Jésus-Christ. Prions toujours le Seigneur, mais n’oublions pas de donner.


DONNER C’EST CHERCHER LE ROYAUME DE DIEU ET SA JUSTICE

Aussi paradoxale que cela puisse paraître, donner, c’est aussi chercher le royaume de Dieu et Sa justice. Et Dieu est tenu d’honorer Sa Parole en nous donnant TOUTES CHOSES. Prenons un exemple dans la Bible. Examinons l’exemple de Corneille dans Actes 10. L’Ecriture dit que cet homme était pieux, craignait Dieu et faisait beaucoup d’aumônes au peuple. Quand un ange du Seigneur lui est apparu en vision, il lui a dit : ‘‘Corneille, tes prières et tes aumônes sont montées devant Dieu ; et Il s’en est souvenu. Maintenant envoie chercher Simon Pierre qui te dira les choses par lesquelles tu seras sauvé toi et ta famille. ” Dieu Lui-même s’est souvenu des dons que Corneille faisait. En réaction à cela, Il envoie un ange chez Corneille. Il envoie aussi l’apôtre Pierre qui avait les clés du royaume des cieux chez lui. Et quand ce dernier, l’apôtre Pierre prêchait Jésus, le Saint-Esprit tomba sur lui et sa famille. Frères, comprenez-vous les Ecritures ? Corneille a reçu le don du Saint-Esprit avec des manifestations surnaturelles en  réponse à ses prières et à ses dons. Le Seigneur dit : ‘‘ Donnez, et il vous sera donné.’’ ‘‘ Arrosez, et vous serez arrosé.’’ Corneille a donné des biens terrestres, il a reçu des biens spirituels. Dieu lui a donné TOUTES CHOSES par-dessus, parce qu’il a cherché le royaume et la justice de Dieu. DONNER, C’EST RECEVOIR. DONNER, C’EST S’ENRICHIR. EPARGNER À L’EXCES, C’EST S’APPAUVRIR. Investir de l’argent dans l’œuvre de Dieu, aider les pauvres de l’église, c’est chercher le royaume céleste. Le résultat c’est l’effusion du Saint-Esprit comme ce fut le cas de Corneille. Savez-vous pourquoi Dieu a tué Ananias et sa femme Saphira ? C’est pour un problème d’argent. Sondez les Ecriture et vous verrez. Frères, prenons la veuve de Sarepta. C’était au temps d’Elie. Elle n’avait presque plus rien à manger. Il ne lui restait qu’un peu de farine et un peu d’huile. Mais Elie le prophète a demandé à manger avec instance, en prononçant la Parole du Seigneur selon laquelle ces deux choses, la farine et l’huile, ne manquerait pas. Quand elle a enfin obéi à la voix de Dieu et à préparer à manger au prophète de Dieu, un prodige s’est accompli. La farine n’a pas manqué et l’huile n’a pas diminué. Elle a donné, et il lui a été donné. C’est la loi immuable de donner et de recevoir. C’est la Parole, la pure Parole. Donner, c’est recevoir, c’est s’enrichir. Cette parole est certaine et absolument digne d’être reçue. Corneille a donné, il a reçu. La veuve a donné, elle a reçu. Donnez, et vous recevrez. Que dit la parole dans Proverbes 3.9 ? « Honore l’Eternel  avec tes biens, et avec les prémices de tout ton revenu.» Voici maintenant la bénédiction qui en découle : « Alors tes greniers seront remplis d’abondance, tes cuves regorgeront de moût ». Vous voyez, faire des dons ou des offrandes fait partie du service divin. Honorez  le Seigneur avec vos biens financiers et matériels, et TOUTES CHOSES  vous seront données. Honorer Dieu avec ses biens, c’est chercher le royaume céleste et Sa justice. Aujourd’hui l’Eglise est rempli d’avares et de cupides. Et chose bizarre, ces gens-là se plaignent de leur pauvreté. Beaucoup viennent au tabernacle pour adorer les mains vides ; à la fin du culte, c’est le pasteur qui paie leur transport. Honte à vous ! Comment pouvez-vous être un jour délivré de la pauvreté ? Moi j’ai beaucoup donné ; et je donne encore afin de recevoir beaucoup. Je pratique cette loi : DONNEZ, ET IL VOUS SERA DONNE. Avant je n’avais absolument rien, au point même que pour avoir un peu d’eau à boire, je devais demander la pluie par la prière. Je pouvais rester des semaines et des semaines sans manger. C’était un jeûne  forcé vous comprenez ? Mais, dès que j’ai quelque chose, je partage avec autrui. Il m’est arrivé de payer le transport de plusieurs personnes pour qu’elles puissent aller au culte ; et moi je me débrouillais. J’ai même vendu mes livres pour pouvoir avoir un peu d’argent pour moi et pour les autres. J’ai même failli vendre mes quelques vêtements que j’avais pour avoir ne serait-ce qu’un peu d’argent. Malgré cette pauvreté extrême, je partais toujours à l’évangélisation, et je n’ai jamais manqué de culte. Je rentrais dans les cours pour annoncer le Christ Jésus. Je  prêchais dans les rues, le ventre creux. J’avais une seule paire de chaussures que j’avais tellement fait raccommoder qu’il n’y avait presque plus de place pour faire passer l’aiguille. Mes orteils étaient toujours dehors. Mes chaussettes ressemblaient à des chiffons. Malgré cela, je ne relâchais pas dans l’œuvre du Seigneur. Je savais qu’un jour le Seigneur Jésus-Christ se souviendrait de moi. Il valait mieux pour moi mourir que laisser les affaires de mon père végéter. J’ai souffert de la faim et de la soif. Je partais à l’Eglise, mais personne ne semblait remarquer mon extrême pauvreté. Moi aussi, je ne demandais rien à personne parce que je m’étais accroché à cette Parole du Seigneur : ‘‘ Cherchez premièrement le royaume de Dieu et Sa justice ; et toutes choses vous seront données par-dessus.’’ Ou Dieu agit ou je meurs, me disais-je. A cause de ma foi en Christ, je n’avais ni amis ni famille. J’étais seul dans la souffrance et la misère. Presque toutes les nuits, je priais, et je suppliais Dieu. Le ciel était d’airain pour moi. Quelque fois mon âme se remplissait de tristesse et de désespoir, mais Dieu me renouvelait constamment. Cela a duré six bonnes années. A propos de ces années, j’ai fait un songe où j’étais dans un arbre, assis sur une branche. La branche sur laquelle j’étais assis s’est cassée. En tombant, j’ai cassé cinq autres branches. Et une voix m’a dit que ces six branches cassées équivalaient à six années d’épreuves et de difficultés. Et Elle a ajouté ceci : ‘‘ Ne prie pas pour que je te délivre. Tu dois passer par là. Mais, Je te bénirai.’’ C’est juste après ce songe, que ma descente aux enfers avait commencé. Frères, je pouvais faire des mois et des mois sans voir la couleur d’une pièce de 5francs. ‘‘JE N’AVAIS RIEN’’. Mais, le Seigneur ne m’avait pas abandonné. Un soir, mon épouse m’a dit : ‘‘ Il n’y a plus de nourriture pour le bébé. C’est la dernière cuillerée.’’ Je lui ai répondu :      ‘‘ Dieu pourvoira.’’ Comment, je ne savais pas. Moi-même je n’avais rien. Pour chasser la tristesse et l’amertume, j’ai commencé à parler du Seigneur, de ses merveilles, à le louer. Pouvez-vous vous imaginer quelqu’un qui n’a rien, et qui sait que le lendemain le bébé n’aura rien à manger, mais qui loue le Seigneur ? Tard dans la nuit, on a frappé à la porte. C’était un cousin qui venait d’Adzopé. Il avait un gros sac rempli de CERELAC. Il m’a demandé le genre d’aliment que prenait  le bébé. J’ai dit : CERELAC. Et il a dit : ‘‘ Quelque chose m’a dit de payer CERELAC pour t’envoyer.’’ Frères, cherchez premièrement le royaume de Dieu, et Sa justice, évangéliser, prier, jeûner, donner aux autres, Dieu se souviendra de vous. Donnez même le nécessaire, le peu que vous avez comme la veuve de Luc 21.1-4. Elle a donné TOUT ce qu’elle avait pour vivre. Et le Seigneur n’a pas eu pitié d’elle pour dire : ‘‘ Comme tu es veuve et pauvre, ne donne rien.’’ Frères, donnez TOUT, et vous recevrez TOUT. C’est la Parole. C’est dur, mais c’est la Parole. Le Seigneur Jésus-Christ a dit à mon cousin de m’envoyer du CERELAC. A un autre, Il a dit d’envoyer du savon et un peu d’argent. Parce que j’ai joué ma partition en cherchant à faire Sa volonté. Vous, vous n’êtes pas bénis parce que vous ne cherchez pas premièrement le royaume céleste. Vous cherchez premièrement l’argent, la nourriture. Vous renversez l’ordre divin. Si seulement vous pouviez revenir à la Parole. Beaucoup pensent que je dis cela parce que je veux prendre leurs biens. Que Dieu vous pardonne ! Depuis que je prêche, je paie moi-même le loyer où j’habite, avec mon salaire. N’oubliez pas que j’étais fonctionnaire. J’ai démissionné en fin d’année 2007. A Bouaké, je payais tout, je faisais tout avec mon salaire. Les offrandes que je percevais pouvaient à peine faire quelque chose. Par la grâce de Dieu, j’ai un frigo, une petite bibliothèque, un argentier, une table à manger, des chaises pour s’asseoir, une télévision. Ce n’est pas l’Eglise qui les a payés pour moi. Depuis que je suis au Dokui, cela fait deux ans, c’est l’Eglise qui paie mon loyer. Avec beaucoup de peine. Parce que personne ne veut donner de son argent. A la maison, c’est mon propre argent qui me permet de vivre. Quand je parle de mon propre argent, je parle de mon propre argent. Malgré cela, je continue d’aider les gens financièrement dans la mesure du possible. Chaque fois que je donne je reçois. Un jour un  frère m’a remis 250.000francs. C’est à peine si j’ai dépensé 60.000francs. J’ai tout donné à l’église. Vous n’êtes pas tous avares et ingrats, car il y a quelques frères qui se décarcassent pour donner. Mais, ils sont moins nombreux. Et c’est bien ainsi.

Frères, obéissez à la Parole et Dieu vous bénira abondamment. Semez, si vous voulez récolter. Faisons la volonté de Dieu, et nous serons bénis. Car faire la volonté de Dieu, c’est chercher le royaume de Dieu et Sa justice.


FAIRE LA VOLOTE DE DIEU, C’EST CHERCHER LE ROYAUME CELESTE ET SA JUSTICE

Frères, je vais terminer par le thème sur la volonté de Dieu. La volonté de Dieu, c’est quoi ? L’Ecriture dit que ce que Dieu veut, c’est notre sanctification ; Nous le savons tous. Mais, je veux montrer un autre aspect de cette volonté divine. Dans Matthieu 7.21, le Seigneur dit : « Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. » Quelle est donc la volonté de Dieu ? Le Seigneur Lui-même nous en donne la réponse dans Jean 6.40 : « La volonté de mon Père, c’est que quiconque voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle. » La volonté du Père céleste, c’est de voir le Fils et de croire en Lui afin d’avoir la vie éternelle. Voir le Fils et  croire en lui. Mystère ! La vie éternelle ne se trouve que dans le Fils. Et l’Ecriture est formelle : il faut d’abord le voir, ensuite croire en Lui. Quiconque cherche à voir le Fils et à croire en Lui, Cherche le royaume de Dieu, et il pourra y entrer. TOUTES CHOSES lui seront données par-dessus.

Dans Genèse 32.30, Jacob dit : « J’ai vu Dieu face à face, et mon âme a été sauvée. » Le problème aujourd’hui, c’est que nous n’arrivons pas à voir Dieu. Jacob L’a vu, et son âme a été sauvée. C’est sur cette même base que nos âmes aussi sont sauvées. Nous avons vu le Fils de l’homme, et nous avons cru en Lui. Et nous avons eu la vie éternelle. Jésus dit que celui qui ne naît pas de nouveau ne pourra voir le royaume des cieux, et ne pourra y entrer non plus. Et Il ajoute ceci : ‘‘Le royaume de Dieu est parmi nous.’’ Ô, quel mystère ! Voir le Fils et croire en Lui donne droit à la vie éternelle. Dans Luc 2.30, Siméon dit : ‘‘ Seigneur, mes yeux ont vu ton salut.’’ Il parlait de Jésus. Le Seigneur Jésus-Christ est le salut. Ses yeux L’ont vu. Amen ! La volonté de Dieu, c’est que quiconque voit le Fils et croit en Lui ait la vie éternelle. Jacob a vu Dieu dans un corps théophanique ; Abraham L’a vu dans un corps théophanique. Siméon L’a vu dans un corps de chair. Moïse, non seulement l’a vu dans un corps théophanique, mais il a été fait Dieu. Et j’ai été fait Moïse par la volonté de Dieu. L’apôtre Pierre l’a vu dans un corps de chair et a cru en Lui, et il a été sauvé ; il a eu la vie éternelle. Ce mystère est grand : voir le Fils de l’Homme, croire en Lui afin d’avoir la vie éternelle ? C’est cela la volonté de Dieu. Combien parmi nous ont vu le Fils avant d’avoir la vie éternelle ? Frères, il faut voir le Fils et croire en Lui. C’est seulement lorsque Jacob a vu Dieu que son âme a été sauvée. Toi qui prétends être sauvé, l’as-tu vu aussi ? Frères, je me sens poussé à continuer encore un peu. J’espère que vous n’êtes pas fatigués. Faire la volonté de Dieu, c’est semer pour le royaume de Dieu, c’est chercher ce royaume et Sa Justice. Il y a un autre point que je voudrais aborder. Faire l’œuvre de Dieu, c’est aussi chercher le royaume et la justice de Dieu. Mais que signifie  ‘‘faire l’œuvre de Dieu ?’’


FAIRE L’ŒUVRE DE DIEU = CHERCHER LE ROYAUME ET LA JUSTICE DE DIEU

Je sais que vous faites tous l’œuvre de Dieu. Chacun fait l’œuvre de Dieu, mais il peut arriver que nous ignorions ce que c’est exactement. Que signifie ‘‘faire l’œuvre de Dieu ?’’ Le Seigneur a répondu à cette importante question. Prenons l’Ecriture dans Jean 6.28-29 : «Ils lui dirent : que devons-nous faire pour faire l’œuvre de Dieu ? Jésus leur répondit : L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyez en celui qu’il a envoyé. »

Faire l’œuvre de Dieu, c’est croire en celui qu’Il a envoyé. C’est la pure Parole. Si vous jeûnez sans croire en celui que Dieu a envoyé, vous ne faites pas l’œuvre de Dieu. Vous pouvez prier, jeûner, chanter, prêcher ; mais si vous ne croyez pas en celui que Dieu a envoyé, vous ne faites pas Son œuvre ; et vous ne cherchez pas Son royaume et Sa justice. Croire en celui que Dieu a envoyé, c’est faire l’œuvre de Dieu. C’est ici le témoignage infaillible des Ecritures. Tous ceux qui ne croyaient pas en Jésus, que le Père avait envoyé, ne faisaient pas l’œuvre de Dieu, même s’ils prêchaient dans les synagogues. Les docteurs de la loi, les pharisiens, les saducéens et autres enseignaient la Parole de Dieu au peuple, mais ne croyaient pas en celui que Dieu avait envoyé, Jésus. Ceux d’entre eux qui avaient cru en Lui, firent l’œuvre de Dieu. Frères, savez- vous que Dieu ne change pas Ses manières de faire les choses ? S’il fallait croire en Jésus, homme, que Dieu a envoyé pour espérer faire l’œuvre de Dieu, aujourd’hui c’est exactement la même chose. Dieu était en Christ ; Il était devenu chair, homme, en Christ. Et l’œuvre de Dieu consiste à croire en l’homme en qui Dieu est. C’est la foi en un Dieu fait chair. Jésus était la plénitude de la divinité faite chair ; cette plénitude divine était devenue un homme. C’est en cet Homme-Dieu  qu’il faut croire. Si nous le faisons, nous faisons l’œuvre de Dieu. Si nous croyons en lui, en cet Homme-Dieu, nous faisons la volonté de Dieu. C’est la Parole dans l’homme, Dieu dans l’homme. C’est ici le grand mystère de la piété : Dieu a été manifesté en chair. Quand la Parole est devenue chair, c’est la révélation du mystère de la piété. Dieu était en Christ, manifesté dans la chair humaine. Jésus était un homme en qui Dieu a habité pleinement. C’est en croyant en cet homme Jésus que les gens faisaient l’œuvre de Dieu. L’œuvre de Dieu consiste à croire en celui que Dieu a envoyé. Et Dieu a envoyé Jésus, et le Seigneur Jésus-Christ a envoyé ses disciples. Celui-ci a dit dans Luc 10.16 : « Celui qui vous écoute m’écoute, et celui qui vous rejette me rejette ; et celui qui me rejette,  rejette celui qui m’a envoyé. » Prenons aussi  Jean 13.20 : «  En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui reçoit celui que j’aurai envoyé me reçoit, et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m’a envoyé. » Prenons également Mathieu 10.40 : «  Celui qui vous reçoit me reçoit, et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m’a envoyé. » Ces trois passages de l’Ecriture disent la même chose : ‘‘celui qui croit en Jésus, croit en celui qui L’a envoyé ; et celui qui croit en celui que Jésus a envoyé, croit en Jésus.’’ C’est ce que j’appelle la délégation de pouvoir. Le Seigneur Jésus-Christ dit à ses disciples : ‘‘Celui qui vous écoute m’écoute.’’ Par conséquent en écoutant l’apôtre Pierre par exemple, c’est Jésus Lui-même qu’on écoute. L’apôtre Pierre n’était pas Jésus-Christ, mais celui-ci habitait et parlait par lui. C’est pourquoi en l’écoutant, c’est le Christ qu’on écoute. Or, l’œuvre de Dieu c’est de croire en celui que Dieu a envoyé. Et Dieu a envoyé Jésus. Il fallait donc croire en Jésus. Mais, le Seigneur aussi a envoyé ses disciples. Il fallait croire en eux, les écouter et les recevoir. C’est ici la véritable révélation du mystère concernant l’œuvre de Dieu. Ceux qui ont cru en Pierre ont fait l’œuvre de Dieu, comme le dit l’Ecriture. Mais, ce dernier n’est plus. Ceux qui ont cru en Paul ont fait l’œuvre de Dieu parce qu’il était envoyé par Christ. N’oubliez pas ceci : ‘‘l’œuvre de Dieu, c’est de croire en celui que Dieu a envoyé’’ Les apôtres ont été envoyés par Christ ; croire en eux c’est faire l’œuvre de Dieu ; croire en eux c’est faire la volonté de Dieu ; croire en eux c’est chercher le royaume de Dieu et Sa justice. Mais, ils sont tous morts aujourd’hui. Quelques uns ont laissé des écrits qui sont la Parole, mais une Parole écrite. Et l’Ecriture ne peut sauver personne. C’est ce que dit Jésus dans Jean 5. 39-40 : « Vous sondez les Ecritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle : ce sont elles qui redent témoignage de moi. Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie. » Frères, les juifs avaient la Parole écrite qu’ils sondaient pensant avoir en elle la vie  éternelle. Mais, ils se trompaient, car cette vie n’est pas dans l’Ecriture, mais dans l’Ecriture manifestée en chair. Jésus-Christ, la Parole faite chair.

Vous pouvez sonder les Ecritures, les apprendre par cœur, les réciter comme le font les gens aujourd’hui, et ne pas avoir la vie éternelle. Car cette vie éternelle se trouve dans l’homme envoyé de Dieu. Aussi bizarre que cela puisse paraître, la vie éternelle se trouve dans l’homme que Dieu a envoyé. Quand Dieu était en Christ, il fallait aller à Lui, Christ pour être sauvé. C’est Lui qui avait les Paroles de la vie éternelle. Mais, après Sa mort, pour être sauvé, il faut toujours aller à Christ, mais Christ dans un corps de chair, dans un homme. Prenons l’exemple de l’apôtre Pierre. Les clefs du royaume des Cieux lui avaient été remises. Quand le moment était venu pour que Corneille soit sauvé, l’ange lui a dit : « Envoie à Joppé, et fais venir Simon, surnommé Pierre qui te dira des choses par lesquelles  tu seras sauvé, toi et ta maison. » (Actes11.13-14). Pourquoi l’ange du Seigneur a demandé qu’on fasse venir  l’apôtre Pierre ? C’est parce qu’il avait reçu les clefs du royaume des cieux, et il avait donc les paroles de la vie éternelle. Le Seigneur Jésus-Christ lui a donné l’autorité spirituelle nécessaire pour dire les Paroles de la vie éternelle. Ce n’était pas la personne de l’apôtre, mais la Parole en lui. En lui, Pierre, la Parole était devenue chair, l’Ecriture a pris vie ; il était une Ecriture vivante voilée dans une chair humaine. Corneille a cru en Pierre qui avait les clefs du royaume des cieux, l’a reçu, l’a écouté et a cru en lui. Alors, Dieu lui a donné le don glorieux du Saint-Esprit. En croyant à Pierre que Christ avait envoyé chez lui, il crut en Jésus Lui-même. Dieu a agit par Christ Son Fils Unique ; maintenant Christ qui est Dieu, agit par les fils de Dieu par adoption. Corneille n’avait pas besoin de sonder les Ecritures, mais il devait croire en celui que le Seigneur lui envoya, l’apôtre Pierre. En recevant ce dernier, c’était Christ Lui-même qu’il recevait ; en croyant en lui, c’est en Christ qu’il croyait. Quand Dieu était en Jésus, il fallait croire en celui-ci ; quand Il était en Pierre, il fallait croire en Pierre. Le jour où Christ sera en moi et m’enverra pour rendre témoignage à la Lumière, celui qui croira en moi croira en Lui. Et Christ est aussi en moi. Ce n’est pas ma personne, mais Christ en moi ; c’est tout simplement la grâce de Dieu sur moi. Cette même grâce est aussi sur vous. Si donc vous apportez la Parole de Christ comme il se doit, celui qui vous écoute, écoute le Seigneur qui vous envoie. Frères, écoutez-moi bien : je dis bien si quelqu’un apporte la doctrine de Christ, il peut-être écouté. Si ce n’est pas cette doctrine, faites attention. Celui qui a l’Esprit de Christ parle de Christ. Ceux qui prêchent Branham ont l’esprit de Branham. Frères, que le Dieu du ciel, Jésus-Christ Lui-même vous guide et vous donne la Compréhension des Ecritures. Si vous croyez en celui que Dieu a envoyé, vous faites son œuvre. Si vous voyez un homme de Dieu, un véritable fils de Dieu en qui agit l’Esprit de Christ, et qui parle au nom de Jésus, et croyez en lui, vous avez la vie éternelle. C’est au travers de lui que Dieu vous donne cette vie éternelle. Pour ce faire, Dieu fait de lui, une Parole faite chair. Moïse a été fait Dieu par Dieu. Il était donc une Parole faite chair. C’était Dieu, donc une Parole faite chair. C’était Dieu dans l’homme Moïse. En croyant en Moïse, les enfants d’Israël  ont cru en Dieu. En rejetant ce dernier, c’était Dieu Lui-même qu’ils rejetèrent. Et ils sont tous morts.

Maintenant, où semer pour avoir une bonne moisson ?

A QUI DONNER ?

Prenons la semence naturelle, elle a besoin  d’une bonne terre pour germer et produire des fruits. Il en est de même pour la semence spirituelle. Donner de l’argent, c’est semer. Mais où semer ? La Parole de Dieu nous donne des éclaircissements là-dessus.                                                                                                                                       A qui donner dans l’Eglise ? Tout ce que nous donnons en argent ou en espèces, c’est à Dieu que nous le donnons. Mais Dieu se nourrit-Il de nos dons ? Dépense-t-Il l’argent que nous donnons ? Mange-t-Il les fruits de la terre et le produit de l’élevage ? Bien sûr que non. Alors, comment se font les choses ?

DANS L’ANCIEN TESTAMENT

Lévitique2. 1 : « Lorsque quelqu’un fera à l’Eternel une offrande en don, Son offrande sera de fleur de farine ; il versera de l’huile dessus, et il y ajoutera de l’encens. » Toutes les offrandes faites à Dieu.

Lévitique 2.2-3 : « Il l’apportera aux sacrificateurs, fils d’Aaron ; le sacrificateur pendra une poignée de cette fleur de farine, arrosée d’huile, avec tout l’encens, et il brûlera cela sur l’autel comme souvenir. C’est une offrande d’une agréable odeur à l’Eternel. Ce qui restera  de l’offrande sera pour Aaron et pour ses fils ; c’est une chose très sainte parmi les offrandes consumées par le feu devant l’Eternel. » Frères, cette offrande faite à Dieu est divisée en deux parties : une partie sera brûlée sur l’autel en mémorial ; l’autre partie sera utilisée par Aaron et les Sacrificateurs. Dieu donne ainsi  le pouvoir aux sacrificateurs de disposer librement des offrandes que les enfants d’Israël Lui apportent. C’est le droit d’onction : Dieu ne descend pas en personne pour prendre ces offrandes ; celles-ci sont remises à un homme oint de Dieu pour le service divin. En apportant donc une offrande à un tel homme, c’est à Dieu que nous l’apportons. Ce n’est donc pas à un homme qu’on donne de son argent comme offrande, mais à Dieu. Cet homme oint de Dieu est une bonne terre pour la semence. Vous voyez ce que je veux dire ! De toutes les façons, l’homme est sorti de terre. C’est pourquoi je dis qu’il est une bonne terre pour une semence bénie. Mais, il faut que ce soit un homme rempli du Saint-Esprit, consacré à Dieu. L’homme est une semence aussi ; c’est une semence parole parlée. Adam était une semence parole parlée de Dieu, un vrai fils de Dieu. Le sacrificateur était quelqu’un a qui les enfants d’Israël apportaient les offrandes et les dîmes, parce qu’il avait l’onction divine, le droit d’onction. Selon Deutéronome 14. 28-29, l’étranger, l’orphelin et la veuve avaient droit à la dîme qui était une offrande à Dieu. Aujourd’hui, non seulement les faux prophètes et les faux docteurs exigent la dîme aux chrétiens, mais ils ne permettent à personne d’y avoir part. Nous sommes dans une nouvelle alliance, scellée, non par le sang des animaux, mais par le précieux sang de Jésus-Christ, homme. La dîme a été payée essentiellement sous le sang des animaux. Ceux qui pratiquent aujourd’hui la dîme ne sont que des menteurs et des voleurs. Toujours d’après l’Ecriture la dîme ne se paye pas en argent, mais en nature. Celui qui reçoit une dîme en argent est un faux docteur, et ne connaît pas la Parole. Je sais que William Branham a dit : ‘‘Tout bon chrétien doit payer la dîme.’’ Il devrait plutôt dire : ‘‘ Tout bon juif doit payer la dîme.’’ Un chrétien qui paie sa dîme sous le sang de Jésus est séduit et se laisse séduire.

DANS LE NOUVEAU TESTAMENT

Que dit l’Ecriture ?  « Que celui à qui l’on enseigne la Parole fasse part de tous ses biens à celui qui l’enseigne. » (Galates 6.6) Donner de son argent ou n’importe quelle offrande à celui qui enseigne la Parole de Dieu, c’est investir dans le royaume de Dieu. La moisson dépend de ce qu’on sème. « Celui qui sème abondamment moissonnera abondamment. » (2Corinthiens 9.6). On ne moissonne que ce qu’on sème. Le ministère de la Parole est aussi ‘‘une terre’’ où il faut semer ; frères, semons dans l’œuvre de Dieu. Comme le dit l’Ecriture, que  « chacun fasse part de tous ses biens à celui qui lui enseigne la Parole. » C’est là qu’il faut semer, investir. Donner à l’homme de Dieu, c’est donner à Dieu. Il y a de vrais hommes de Dieu, et de faux. Il vous appartient d’avoir le discernement qu’il faut, afin de semer là où il faut. On peut donner à un vrai serviteur de Dieu comme à un faux. Donner a un vrai homme de Dieu, c’est investir pour le royaume et la justice de Dieu. Et TOUTES choses nous seront données par-dessus. Donner à un faux prophète, c’est investir dans le royaume du diable.

Donner à manger à un enfant de Dieu et à boire à un enfant de Dieu, c’est donner à Christ. Le Seigneur dit dans Matthieu 25.40 : «  Toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites. » Il a aussi dit : « Car j’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais étranger et vous m’avez recueilli ; j’étais nu, et vous m’avez vêtu ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venu vers moi. » Frères, quand nous faisons chacune de ces choses aux enfants de Dieu, c’est à Christ que nous le faisons. Nous faisons ainsi ce qui est agréable à Dieu, et TOUTES choses nous seront données. Partagez vos biens avec ceux qui en ont besoin ! C’est dans le partage que se trouve la bénédiction. ‘‘Donnez, et il vous sera donné.’’ Si le cultivateur donne la semence à la terre, celle-ci lui rend sa semence au temps marqué sous forme de grain. A qui faut-il donner ? A Dieu.

Frère Moïse, peut-on donner de l’argent à ses parents, à ses frères, à ses cousins, à ses tantes, à ses oncles ? Bien sûr, ce sont vos parents, mais vous ne recevrez en retour aucune bénédiction spirituelle. Car ce n’est pas à Christ que vous donnez. Le Seigneur est clair et précis : ‘‘ Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites. » Il parle de ses frères. Mais, qui est son frère, qui sont ses parents ? Selon la Parole, quiconque fait la volonté de Dieu est le frère, ou la sœur, ou la mère de Jésus. Si vos parents remplissent cette condition, ils sont les frères du Seigneur. Dans ce cas, en leur donnant, c’est à Christ que vous donnez. Mais, il faut aider les parents financièrement et matériellement, sinon ce serait de l’ingratitude. En donnant de l’argent à des parents féticheurs, est-ce donner à Dieu ? Pourtant, il ne faut pas négliger ses parents même s’ils ne croient pas en Christ. Nos parents non chrétiens sont aussi des ‘‘terres’’ à ensemencer, mais ces terres manquent d’humidité spirituelle pour la moisson escomptée. Je sais que beaucoup, plus radicaux diront : ‘‘ Il ne faut rien donner à ceux qui ne croient pas en christ.’’ Moi, je n’ai pas dit cela. Je dis qu’il est plus bénéfique de donner à celui qui a l’Esprit de Christ, à celui qui croit en Jésus, à celui qui craint Dieu. Parce que l’argent sert à faire de bonnes et de mauvaises choses. Si un parent chrétien donne de l’argent à son fils païen, sachant que ce dernier va acheter de la drogue avec, il n a pas investi dans le royaume de Dieu. Si un frère en Christ a des parents féticheurs ; il est bien obligé de leur donner de l’argent. Ceux-ci utilisent cet argent pour avoir plus de fétiches et pour pratiquer la sorcellerie. Il n’a pas semé dans la bonne terre, mais il est obligé d’y semer. Car ce n’est pas toute la semence qui tombe dans la bonne terre. Souvenez-vous de la parabole du semeur dans Luc 8 ! Le semeur, c’est Christ ; la semence, c’est la Parole de Dieu. Cette Parole-Semence peut tomber dans quatre terres différentes. Une seule de ces terres est bonne et propice pour la semence, la croissance et la moisson. Le Semeur le sait, mais il a pourtant semé sur chacune des terres. Frères, vous pouvez semer partout, mais le résultat ne sera pas le même. En donnant à ceux qui croient réellement en Christ, il y a un bon résultat ; en donnant aux autres, il n’y a pas de bon résultat. Mais cela ne veut pas dire qu’il ne faut rien donner aux païens, aux parents qui ne croient pas en Christ. Donnez-leur de l’argent, aidez-les du mieux que vous pouvez tout en sachant que vous ne semez pas dans la bonne terre. Frères, et si les parents sont sorciers ! Si ce sont vos parents, donnez-leur tout ce que vous pouvez donner tout en sachant que ce n’est pas la bonne terre.

« Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes choses vous seront données par-dessus. »

Que Dieu vous bénisse !

FRERE CHRIST- MOÏSE

 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix