Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 18 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
38
Hier :
385
Semaine :
1985
Mois :
12865
Total :
3829802
Il y a 4 utilisateurs en ligne
-
4 invités


NAÎTRE DE NOUVEAU DANS LE VENTRE DE SA MERE PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Lundi, 25 Octobre 2010 11:37

Message prêché le 21 février 2009 (Matin), au Tabernacle le Chandelier d’Or ;
Yopougon-Selmer, Abidjan, République de Côte d’Ivoire.

Bonjour  à  tous.  Je  viens  de  sortir  d’un  moment  de  prière  ; de 09h 30 à 13h 30, j’étais en prière. Je voudrais vous dire ce que le Sei- gneur m’a permis de comprendre pendant ce temps de consécration. Il se pourrait que quelqu’un ne soit pas d’accord avec cela, c’est son droit le plus absolu. Si tel est le cas, nous ne nous disputerons pas, car ce n’est pas à cela que Dieu nous a appelés ; que chacun croit  seulement ce qu’il pense être vrai, et que le nom de notre Seigneur Jésus-Christ soit béni!


Maintenant voici le thème de ce matin:  « NAITRE  DE  NOUVEAU DANS LE VENTRE DE SA MERE.» N’est-ce pas  mystérieux comme thème de prédication? Nous essayerons de définir ce que c’est que la nouvelle naissance, et apporter les preuves bibliques irréfutables qu’on peut naître de nouveau étant dans le ventre de sa mère. Comme texte de base, je vous propose Jean 3.1-5. Cette Parole de l’Ecriture nous rapporte l’entretien que Nicodème a eu avec le Fils de l’Homme. Cet entretien a porté essentiellement sur la nouvelle naissance. Nicodème était un vieil homme, et un docteur de la loi en Israël. Il s’est rendu nuitamment auprès du Seigneur Jésus, pour Le complimenter en disant: « Rabbi, nous savons que tu es un docteur venu de Dieu ; car personne ne peut faire ces mi- racles que tu fais, si Dieu n’est avec lui.» Mais, le Seigneur, qui sait tou- tes choses, a amené Nicodème sur le terrain du mystère de Dieu, en di- sant: « En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît  de nouveau, il ne peut voir le Royaume de Dieu.» Quel contraste avec le discours de Nicodème! Tandis que ce dernier parlait des miracles de Dieu, le Fils de l’Homme, parlait de quelque chose de plus grand, de plus important pour l’homme: La nouvelle  naissance, condition sine qua non pour voir le Royaume de Dieu et y entrer.  Nicodème, le savant, l’érudit, le docteur d’Israël, versé dans les Ecritures, était surpris de la Parole du Seigneur. Sa réaction ne s’était pas faite attendre: « Comment un homme peut-il naître quand il est vieux? Peut-il rentrer dans le sein de sa mère et naître?» Remarquez qu’il a eu au moins le mérite de comprendre que ce que le Fils de l’Homme disait le concernait aussi, bien qu’il ne savait absolument pas de quoi il s’agissait. Au lieu de répondre à la question de Nicodème qui voulait savoir comment naître de nouveau, le Seigneur a enfoncé le clou en disant: « En vérité, en vérité, je te le dis: si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il  ne peut entrer dans le Royaume de Dieu.» Exaspéré et troublé, Nicodème Lui demanda: « Comment cela peut-il se faire?» Inci- sif, et poursuivant serein et  imperturbable, Il lui a répondu: « Tu es le docteur d’Israël, et tu ne sais pas ces choses!» Frères, ce que le Seigneur venait de dire à Nicodème est très révélateur: L’instruction intellectuelle, le fait de lire la Bible, de bosser les versets bibliques par cœur, et le fait de prêcher la Parole de Dieu, ne signifient par forcément que nous com- prenons les Ecritures et la puissance de Dieu. Vous pouvez fréquenter des écoles pastorales, obtenir des diplômes de théologie, réciter la Bible par cœur, sans comprendre ni les Ecritures ni la puissance de Dieu. Ce fut le cas de Nicodème qui ne comprenait ni les Ecritures qu’il enseignait aux autres ni la puissance de Dieu. Vous pouvez avoir la foi nécessaire pour accomplir les prodiges les plus puissants, les guérisons les plus spectacu- laires, vous pouvez voir des visions extraordinaires, et pourtant ne com- prendre ni les Ecritures ni la puissance de Dieu. Je ne suis pas contre la formation pastorale, qui est d’ailleurs une bonne chose, mais je préfère comprendre les Ecritures et la puissance de Dieu, par une révélation de Jésus-Christ. L’Ecriture dit dans Jean 7.15, que les juifs s’étonnaient, di- sant: «Comment  connaît-Il  les Ecritures, Lui qui n’a point étudié?» D’après cette Parole de l’Ecriture, le Fils de l’Homme n’a pas été formé dans une école théologique. Il est né  avec le don d’enseigner la Parole. Dans Actes  4.13, ces mêmes juifs, « Lorsqu’ils  virent l’assurance de Pierre et de Jean, ils furent étonnés, sachant que c’étaient des hommes du peuple sans instruction…» Vous voyez, Pierre et Jean non plus n’a- vaient pas reçu d’éducation intellectuelle et théologique. Pourtant, chose mystérieuse, c’est à Pierre, l’illettré, que le Seigneur Jésus-Christ a remis les clés du Royaume des cieux. Pas au docteur Nicodème, ni au docteur Gamaliel ; mais à Pierre. La connaissance des choses spirituelles ne s’ac- quiert pas par l’intellect, mais seulement par la foi, qui est une révélation. Un jour, le Seigneur a posé une question à Ses disciples: « Qui dit-on que je suis, moi, le Fils de l’Homme.» Seul l’apôtre Pierre a pu donner la ré- ponse  juste.  Et  le  Seigneur  leur  a  révélé  la  source  de  cette  réponse: « Simon, fils de Jonas, ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux.» Et le Père du Fils, c’est Dieu, le Saint-Esprit ;  c’est Lui qui a révélé à Pierre que Jésus est le Christ, le Fils du Dieu vivant. Aucun homme ne peut nous révéler de par sa force personnelle le mystère de Dieu qui est Christ. Cela ne veut pas dire qu’un homme ne peut pas enseigner son frère. On peut s’enseigner réciproquement, à la seule condition que celui qui enseigne autrui soit animé du Saint-Esprit, qui révèle les choses cachées. Nicodème enseignait la lettre qui tue, sans être animé de l’Esprit de Dieu. C’est pourquoi il ne comprenait pas le langage du Seigneur. Maintenant, que signifie  « NAI- TRE DE NOUVEAU ? », ou « NAITRE D’EAU ET D’ESPRIT ? »

LE MYSTERE DE LA NOUVELLE NAISSANCE

Selon l’Ecriture, il y a deux sortes de naissances: La naissance phy- sique et la naissance spirituelle. La naissance physique se passe dans la famille humaine au  travers des rapports sexuels, avec la chute d’Adam dans le jardin d’Eden. La naissance spirituelle, quant à elle, se passe dans la famille de Dieu, donc dans l’Eglise du Dieu  vivant. Cette naissance vient d’En-Haut, par la puissance de Dieu. Signalons que Jésus a connu la naissance physique en dehors de tout rapport sexuel. Qu’est-ce donc la nouvelle naissance? L’Ecriture dit dans 2 Corinthiens 5.17: « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.» L’ancienne création est manifestée au travers des rapports sexuels ; c’est une création déchue à cause du péché adamique. Avant la  conversion à Christ, nous vivions comme d’anciennes créations dans le péché, les  vices, les pas- sions, les querelles, les convoitises, l’envie, la gourmandise, l’ivrognerie, l’idolâtrie, et les choses semblables. Mais, à la conversion, nous sommes devenus de nouvelles créations de Dieu, avec une nouvelle vie, les choses anciennes étant passées. Nos péchés sont pardonnés, nous sommes justi- fiés par le sang de Jésus et réconciliés avec Dieu. La nouvelle naissance consiste donc à passer de la mort à la vie, des ténèbres à la Lumière, du mensonge du diable à la Vérité de Dieu, de la  puissance du diable à la Puissance de Dieu, de la puissance des ténèbres à la Puissance de la Lu- mière. A la nouvelle naissance en Jésus-Christ, nous sommes des imma- culées conceptions, et nous héritons de la vie pure et sainte de Christ. No- tre nature divine d’enfants de Dieu prédestinés est rendue manifeste.

COMMENT NAITRE DE NOUVEAU ?

Le Seigneur nous dit comment il faut naître de nouveau. Il dit qu’il faut naître  d’Eau et d’Esprit. Naître d’Eau, qu’est-ce que c’est? Naître d’Eau n’a rien à voir avec le baptême d’eau, car il y a des gens qui sont baptisés d’eau au Nom du Seigneur Jésus-Christ, mais qui ne sont pas nés de nouveau ; et ils ne naîtront jamais de nouveau, car leurs péchés n’ont jamais  été  purifiés  par  le  sang  de  Jésus.  Je  sais  qu’il  est  écrit  dans Actes 2.38: « Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint-Esprit.» Mais, je le répète, il y a des gens comme Simon le ma- gicien, qui, selon Actes 8.13, a cru, et a été baptisé d’eau au nom de Jésus -Christ, mais qui est perdu à jamais. Naître d’Eau est un mystère, ce n’est pas le baptême d’eau. Ananias et Saphira aussi ont été baptisés d’eau au nom de Jésus-Christ, mais ils n’étaient pas nés d’Eau et d’Esprit. Le Saint-Esprit les a même tués, parce qu’ils ont menti. Naître d’Eau, c’est naître de la Parole, c’est être engendré par la Parole vivante. Et naître d’Esprit, qu’est-ce que c’est ? C’est naître de Dieu. Comment cela se fait-il concrè- tement ? Voici comment cela se fait concrètement :

Premièrement : La Parole faite chair vient à vous personnellement, et vous parle du mystère de Dieu qui est Christ, qui est la Parole ; ou bien LA PAROLE VOUS PARLE DE LA PAROLE QUI EST CHRIST.

Deuxièmement : Il vous appartient de recevoir cette Parole qui est Christ et de croire en Son nom.

Troisièmement : Si vous la recevez et croyez en Son nom, la Parole vous donne le pouvoir d’être enfant de Dieu.

VOICI LE MYSTERE DE LA NAISSANCE DES ENFANTS DE DIEU

Jean 1.11-13 Elle est venue chez les siens, et les siens ne l’ont pas reçue. Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir d’être enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu.» Naître d’Eau et d’Esprit, c’est naître de Dieu, après avoir reçue la Parole et cru en Son nom. Si vous croyez comme le dit l’Ecriture, vous êtes sauvés ; vous êtes nés de nouveau, vous êtes nés d’Eau et d’Es- prit, vous êtes nés de Dieu. La nouvelle naissance est un don gratuit de Dieu, car  nous  pouvons naître de nouveau parce que Christ est mort et ressuscité d’entre les morts. A la nouvelle naissance vous avez la vie éter- nelle à laquelle vous avez été destinés dès avant la fondation du monde. Cette vie éternelle est la vie même de Dieu : Zoé. L’Ecriture dit encore dans Romains 10.9 : « Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts,   tu  seras sauvé.» ; c’est la nouvelle naissance : Confesser le Seigneur Jésus-Christ et croire dans le cœur, pas du bout des lèvres, que Dieu l’a ressuscité des morts. Quel est donc le sort de ceux qui ne croient pas qu’Il a été crucifié, mort et ressuscité ?

NAITRE DE NOUVEAU DANS LE VENTRE DE SA MERE

On peut naître de nouveau étant dans le ventre de sa mère. Seuls ceux à qui la grâce est faite de comprendre les Ecritures et la puissance de Dieu  pourront  recevoir  avec  joie  cette  révélation  divine.  Quand  nous étions à Bouaké, chaque fois que je prêchais, le bébé qui se trouvait dans le ventre de la sœur Rebecca bougeait beaucoup. Il en est ainsi pour tous les bébés, tous les fœtus dans le sein de leurs mères. Ils sont sensibles à la louange, à la Parole et à tous les bruits du monde extérieur. Je n’avais ja- mais su pourquoi les fœtus se comportent ainsi pendant les cultes jusqu’à ce que le Seigneur m’en donne la révélation, au travers de cette Parole de l’Ecriture dans Luc 1.40-41 : Marie a salué Elisabeth qui était à son sixiè- me mois de grossesse. « Dès qu’Elisabeth entendit la voix de la salutation de Marie, son enfant tressaillit dans son ventre, et elle fut remplie du Saint-Esprit.» Le passage suivant dit : Elisabeth s’écria d’une  voix forte : « Tu es bénie entre les femmes, et le fruit de ton sein est béni. Comment m’est-il accordé que la mère de mon Seigneur vienne auprès de moi ? Car voici, aussitôt que la voix de ta salutation a frappé mon oreille, l’enfant a tressailli d’allégresse dans mon sein.» Alléluia ! Jean avait six mois, et il était encore dans le ventre de sa mère Elisabeth quand il tressaillit de joie. Quelle était la cause de sa joie ?  C’était la voix de la salutation de la vierge Marie, qui venait d’être visitée par l’ange Gabriel. Le bébé Jean avait entendu la parole prononcée par Marie, et il fut rempli d’allégresse. C’est exactement ce qui se passe lorsque je prêche la Parole. Les bébés, qui sont prédestinés à la vie éternelle, dès avant la fondation du monde, l’entendent et se réjouissent, étant dans le ventre de leurs mè- res. Je sais que cela est difficile à croire, mais si vous avez reçu la grâce de Dieu de comprendre les Ecritures et la puissance de Dieu, vous saurez que c’est la pure vérité.

QUE S’EST-IL PASSE AU TEMPS DE NOE ?

Au temps de Noé, Dieu avait décidé de détruire le monde par le dé- luge, tout en  préservant la vie de Noé et de sa famille, et certains ani- maux, et certains oiseaux. Dans Genèse 6.19, Il dit à Noé : « De tout ce qui vit, de toute chair, tu feras entrer dans l’arche deux de chaque espè- ce, pour les conserver en vie avec toi : il y aura un mâle et une femelle.» Noé a reçu de la part de Dieu, l’ordre de faire entrer dans l’arche tous les animaux par couple, c’est-à-dire un mâle et une femelle de chaque espèce. Comment Noé allait-il s’y prendre ? Il y avait des éléphants, des lions, des fourmis, des tigres, des oiseaux de toute espèce, dispersés dans la na- ture jusqu’aux confins de la terre.  Comment Noé allait-il s’y prendre ? Y avez-vous pensé ? Frères,   le Dieu Tout-Puissant s’en était chargé Lui- même par Sa puissance infinie. Il dit à Noé dans Genèse 6.20 : « Des oi seaux selon leur espèce, du bétail selon son espèce, et de tous les reptiles de la terre selon leur espèce, deux de chaque espèce viendront vers toi, pour que tu leur conserves la vie.» Ainsi donc, les animaux de toute es- pèce, les oiseaux de toute espèce, les reptiles de toute espèce, avaient en- tendu la Parole du Seigneur annonçant le déluge, et ordonnant l’entrée dans l’arche de Noé pour leur salut. Frères, ces animaux et autres oiseaux avaient reçu  la  révélation prophétique de ce que Dieu allait faire ; ils avaient cru en Lui, et ils avaient obéi à sa volonté qui consistait à les sau- ver de la mort. Mais le Seigneur avait précisé qu’il fallait un mâle et une femelle de chaque espèce. Ce fut alors que le mystère de la prédestination prévalut chez les animaux. Vous pouvez ne pas croire, mais la vérité de Dieu est devant vous, en ce temps de l’aube où la Manne Fraîche se dé- voile peu à peu. Il y avait des milliers d’éléphants, de tigres, de pigeons, de fourmis, d’abeilles, mais Dieu ne voulait qu’un mâle et une femelle de chaque espèce. Alors le mystère glorieux de la prédestination et de l’élec- tion divine fut mis en branle au milieu des animaux, des oiseaux, des in- sectes, des reptiles, etc. Comme Dieu voulait seulement un mâle et une femelle de chaque espèce, Il a destiné certains à mourir pendant le déluge, et destiné d’autres à être sauvés. Tous les animaux, tous les oiseaux  et tous les reptiles qui n’avaient pas été destinés à entrer dans l’arche pour conserver leur vie n’avaient pas pu venir à Noé. Ils étaient dans la forêt alors que les « prédestinés » faisaient mouvement vers l’arche du salut. O, quel mystère ! Tous les animaux et les oiseaux, et les insectes que Dieu dans Sa souveraineté a destinés à être sauvés, s’étaient rendus auprès de Noé, précisément là où était l’arche. Comment avaient-ils su qu’il fallait entrer dans l’arche ? Comment avaient-ils pu emprunter le  chemin qui conduisait à Noé, donc à l’arche ? Pourquoi ne s’étaient-ils pas rendus auprès de quelqu’un d’autre ? Frères, c’était Dieu qui avait conduit toutes choses. Je vais dire un mystère, qui peut-être va inéluctablement causer notre séparation. Ce mystère, le voici : Dés avant la fondation du monde, Dieu a écrit dans un livre le nom de tous les animaux, de tous les oiseaux, de tous les reptiles, de tous les insectes, etc..., qui devaient conserver leur vie en entrant dans l’arche. Si Dieu a fait cela pour les  animaux, qu’en est-il des hommes pour lesquels le sang de Jésus a été donné ? Au ciel, Dieu a prédestiné certains anges pour la vie éternelle, et Il  a aussi destiné d’autres pour la mort éternelle. Dans le monde animal, au temps de Noé, Il avait prédestiné dès avant la fondation du monde, certains animaux à entrer dans l’arche pour conserver leur vie, et Il avait aussi destiné les au- tres à être détruits par le déluge. Cette prédestination au niveau du monde animal se voit jusque dans les mille ans de règne du Seigneur  Jésus- Christ. En effet, l’Ecriture nous dit dans Esaïe 65.25, que le loup et l’a- gneau paîtront ensemble, le lion, comme le bœuf, mangera de la paille, et le serpent aura la poussière pour nourriture, sur la nouvelle terre que Dieu va créer pour Ses enfants. Je vais dire encore un mystère : C’est que le mystère de la prédestination intervient également dans le monde végétal. Oui, Monsieur. Il y a des arbres, des plantes qui ont été prédestinés dès avant la fondation du monde à être préservés de disparition, et  d’autres qui seront détruits. Dans Esaïe 65.21, il est question par exemple de vigne qui sera cultivée sur la nouvelle terre, au renouvellement de toutes choses. Il y aura aussi les oliviers, tous les arbres fruitiers dont parle le livre de Genèse. J’espère que vous  comprenez les Ecritures et la puissance de Dieu. Nous sommes à l’heure de la Manne Fraîche. Tous les arbres, tous les animaux, toutes les plantes qui seront épargnés de la destruction ont leurs noms écrits dès avant la fondation du monde dans un livre ; les au- tres aussi ont leurs noms écrits dans un livre dès avant la fondation du monde.  Dieu a tout prédestiné pour manifester Sa colère et pour faire éclater Son amour. Lisons Genèse 3.17-18 : « Il dit à l’homme : puis- que tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t’avais donné cet ordre : tu n’en mangeras point ! Le sol sera maudit à cause de toi. C’est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie, il te produira des épines et des ron- ces, et tu mangeras de l’herbe des champs.» Remarquez une chose frè- res : Avant le péché d’Adam, le sol n’était pas maudit. Par conséquent, il n’y avait pas d’épines ni de ronces. Les épines et les ronces sont apparues après la malédiction divine qui a frappé le sol. C’est la Manne Fraîche, n’ayez pas  peur. C’est la Parole, rien que la Parole. Frères, dites-moi, quelle heure est-il ? C’est l’heure de la Manne Fraîche, le temps de l’aube où l’aigle va chercher dans les lieux très élevés, la Manne Fraîche pour notre âme. Il n’y avait ni épines, ni ronces dans le jardin d’Eden avant le péché  adamique. Il n’y avait que des arbres agréables à voir, et bons à manger. Les arbres désagréables à voir et mauvais pour la nourriture ont poussé de la terre après la malédiction prononcée par Dieu. Frères, Dieu a tout fait pour un but. Il a créé la lumière et les ténèbres, le jour et la nuit, les bons arbres et mauvais arbres, le bien et le mal, les enfants de Dieu, et les enfants du diable, la prospérité et la pauvreté, le Paradis et l’enfer. Il est Souverain, et personne ne peut Lui dire : Que fais-tu ? C’est ce Dieu- là qui a conduit des animaux, des oiseaux, des reptiles, choisis d’avance par Lui, à Noé. Il leur a révélé ce plan de salut pour eux. Et Il a fait en sorte que ces animaux et ces  oiseaux croient en Lui. Vous me direz :
« Frère Moïse, les animaux n’ont pas d’âme, pourquoi dis-tu qu’ils ont cru en  Lui ?» Ecoutez-moi frères, je ne sais pas si les animaux ont une âme ou pas, mais ce que je sais, c’est qu’ils avaient au temps de Noé, fait montre de plus de foi et de discernement spirituel que la plupart des prophètes d’aujourd’hui. La puissance de Dieu a pu les conduire jusqu'à l’arche depuis la forêt profonde. Il a pu appeler l’oiseau de loin, et il est venu. Si vous avez un autre mot pour remplacer le mot « foi » que j’utili- se, je serai heureux de vous l’emprunter pour la cause commune. Pendant que les animaux, qui n’ont pas d’âme comme vous le dites, avançaient par la foi vers l’arche  pour leur salut, les hommes qui en avaient, se mo- quaient de la Parole. Voulez-vous encore un mystère? En voici un autre: Aux jours de Noé, Dieu a sauvé plus d’animaux que d’hommes. Pensez- y! Il n’y avait en tout et pour tout que huit personnes sauvées sur toute l’étendue de la terre. Le Dieu même qui a conduit les animaux vers Noé, afin qu’ils soient sauvés, peut conduire un fœtus à la nouvelle naissance. Lorsque le bébé Jean a entendu la voix de la salutation de la vierge Marie, il a tressailli de joie. Il n’avait que six mois. Et il a été rempli de joie. La puissance de la Parole l’a fait bouger dans le sein de sa mère. Frères, je vais provoquer en vous un autre choc, mais très fraternellement : Lorsque la voix de la salutation de la vierge Marie a frappé les oreilles du petit bé- bé, du fœtus, au même instant, il a été rempli du Saint-Esprit ; il venait de naître de nouveau. Frères, je vous le dis, en vérité, en vérité, le fœtus était né de nouveau ce jour-là dans le ventre de sa mère. Personne ne peut rece- voir le Saint-Esprit avant d’être né de nouveau. Or, selon l’Ecriture, Jean a été rempli du Saint-Esprit dès le sein de sa mère. Selon Luc 1.15, « Il sera rempli de l’Esprit-Saint dès le ventre de sa mère.» Si vous ne com- prenez ni les Ecritures ni la puissance de Dieu, vous ne recevrez pas non plus cette Parole qui se révèle à vous. Avant de recevoir le Saint-Esprit, il faut absolument naître de nouveau. Or, le bébé de six mois, a été rempli du Saint-Esprit dès le sein de sa mère, précisément quand il  avait six mois. Dès le sein de sa mère, il était devenu une nouvelle création. Or, quand quelqu’un est une nouvelle création, il n’a plus de péché ; car ses péchés lui ont été pardonnés. A six mois donc, le fœtus Jean a eu son pé- ché pardonné. Le péché  qu’il  a hérité de ses parents pécheurs, lui a été pardonné, dès le sein de sa mère. Dieu, à partir du sixième mois, ne voyait plus de péché en lui.

Parlons maintenant de la vierge Marie. Après la visitation de l’ange Gabriel, son  péché lui a aussi été pardonné. C’est seulement après cela que le Saint-Esprit est venu sur elle, et que la puissance du Très-Haut l’a couverte de Son ombre. Je crois qu’elle était aussi devenue une nouvelle création, et qu’elle avait reçu le Saint-Esprit avant  que Christ ne soit conçu en elle. Souvenez-vous que le Saint-Esprit était sur elle. Mais, elle n’était pas encore revêtue de la puissance d’En-Haut ; elle n’avait pas en- core été baptisée du Saint-Esprit et de feu. Quand l’ombre du Très-Haut l’a couverte, la Parole qui était au commencement, et qui était Dieu, a été faite chair en elle. C’est pourquoi Christ a été entièrement conçu par le Saint-Esprit, sans aucune intervention  humaine. La vierge Marie n’était qu’une mère porteuse, pas sa vraie mère. Jésus n’a eu ni père naturel ni mère naturelle ; Il a eu un père adoptif, Joseph, et une mère porteuse, une mère adoptive, Marie. Marie n’a apporté ni sang, ni ovule, ni rien dans la conception entièrement surnaturelle du Fils de Dieu. Quand celui-ci est né, il n’a même pas tété. C’est ici la Parole prophétique  d’Esaïe 7.14-15, « C’est pourquoi le Seigneur Lui-même vous donnera un signe : Voici la vierge concevra et elle enfantera un fils, et appellera son nom Emma- nuel. Il mangera du caillé et du miel, pour savoir rejeter le mal et choisir le bien.» (Version DARBY) ; Version Louis SEGOND : « C’est pour- quoi le Seigneur Lui-même vous donnera un signe : Voici la vierge de- viendra enceinte, elle enfantera un fils, et lui donnera le nom d’Emma- nuel. Il mangera de la crème et du miel, jusqu'à ce qu’il sache rejeter le mal et choisir le bien.» Vous comprenez ! De sa naissance jusqu’à l’âge de la raison, Jésus n’a mangé que de la crème et du miel. Il N’A DONC PAS TETE LES MAMELLES DE SA MERE ADOPTIVE. Dieu ne vou- lait pas qu’il y ait un mélange au niveau du sang de Jésus. Savez-vous que par l’allaitement maternel, le bébé peut recevoir les éléments du sang de sa mère ? Au travers du cordon ombilical de la mère aussi cela est possi- ble. Or, le sang de Jésus ne devait pas se mélanger avec aucun autre sang. Car, c’est le sang de Dieu fait homme. Mais, sachez que la vierge Marie, le jour où le Saint-Esprit vint sur elle, était née de nouveau ; elle était née d’Eau et d’Esprit. La  Parole était venue à elle au travers de l’ange Ga- briel, et elle a cru. Le jour même où elle a cru en la Parole, elle était née de nouveau. Alors le Saint-Esprit vint sur elle,  pour la conception de Christ. Branham dit que Dieu a créé un spermatozoïde et un ovule pour pouvoir faire un croisement pour former le corps de Christ dans le sein de Marie. Je n’ai rien contre cela, mais à vous qui êtes venus à  la Manne Fraîche, je donne cette révélation au Nom du Seigneur : Dieu n’a jamais fait de croisement de ce genre. Prenez le premier Adam, qui est l’ombre du Dernier. Dieu n’a pas fait de croisement entre un spermatozoïde et un ovule pour le créer. Pourquoi le ferait-Il pour le Dernier Adam, l’Homme Parfait ? De même qu’Il n’a pas fait de croisement en ce qui concerne le premier, de même Il n’a  fait aucun croisement en ce qui concerne le Der- nier. Le premier Adam a été d’abord créé corps spirituel, puis corps phy- sique. Son corps spirituel est devenu un corps physique formé de la pous- sière de la terre.  Ainsi, la Parole qui était Dieu au commencement, qui était un corps spirituel est devenu un corps de chair dans le sein de Marie. Frères, la vierge Marie était remplie du Saint-Esprit quand elle parla à Eli- sabeth, qui à son tour fut remplie du Saint-Esprit. Si elle n’était pas rem- plie du Saint-Esprit, ces deux évènements surnaturels ne se seraient pas produits quand elle parla. Le premier évènement surnaturel, c’est que le fœtus Jean, fut rempli du Saint-Esprit. Le deuxième, c’est que sa mère Elisabeth aussi fut remplie du Saint-Esprit. Peut-on avoir dans ce Taber- nacle le Chandelier d’Or,  des  femmes remplies du Saint-Esprit dont la voix remplirait d’autres personnes du Saint-Esprit ? Ce n’était pas la voix de Marie, mais la voix de Dieu en Marie. Que Dieu nous donne ce genre de femmes, vertueuses, soumises, consacrées au Seigneur, comme la vierge Marie ! Des femmes qui prient, qui jeûnent et qui aiment le Seigneur. Et vous les frères, peut-on trouver parmi vous des hommes remplis de la puissance de résurrection dont la parole peut remplir les autres frères de joie divine? Peut-on trouver ici des frères que Dieu peut utiliser pour an- noncer Sa Parole par la puissance de  résurrection, afin que les cœurs soient vivement touchés ? Combien sont-ils ces frères assoupis et à l’es- prit mondain, qui se préoccupent plus de leurs propres affaires que de cel- les de Christ ? Combien sont-ils ces frères qui ne peuvent pas prier une seule heure, qui ne peuvent pas jeûner un seul jour, et qui se livrent à la débauche ? Combien sont-ils ces frères qui ont attristé le Saint-Esprit, et qui ont fini par l’éteindre à cause de leur négligence, de leur indolence et des désirs de leur chair ? Frères, quand la vierge Marie, sur qui le Saint- Esprit était, parla, des signes surnaturels se produisirent. Toi, qui penses être oint, es-tu capable de produire des signes  semblables?  Que chacun revienne à la Parole! Soyez remplis du Saint-Esprit jusqu’à toute la pléni- tude de la divinité! Au temps de Noé, même des animaux, des oiseaux et des reptiles ont entendu la Voix de la Parole au travers d’un homme. Quand Noé prêchait, il y eut un signe surnaturel : L’entrée des animaux dans l’arche sous la direction de Dieu. Quand la vierge Marie salua Elisa- beth, il y eut des signes surnaturels. Quand Jean-Baptiste prêchait, il y eut un signe surnaturel ; quand les apôtres du Seigneur prêchaient à Jérusa- lem, il y eut des signes surnaturels. Quand  Branham baptisait les gens dans la rivière Ohio, à Jeffersonville, il y eut un signe surnaturel : L’appa- rition de la colonne de Feu. Quand je baptisais dans la lagune  Ebrié, à Bingerville, il y eut un signe surnaturel photographié par l’œil mécanique de la  camera. Comprenez-vous ce que j’essaie de vous montrer ? C’est que la Parole produit toujours des signes surnaturels. Elle produit la vie éternelle, la joie éternelle, la paix éternelle, le salut éternel. Et lorsqu’Elle atteint son plus haut sommet, Elle se fait chair, et se cache tout en se révé- lant. C’est Dieu se cachant en se révélant et se  révélant en se cachant. C’est pourquoi vous, vous dites : « Frère Moïse, montre nous le Fils, et cela nous suffit.» Jean-Baptiste, à six mois, est né de nouveau ; il a cru en la Parole, et a été rempli du Saint-Esprit. Quel âge as-tu ? Es-tu rempli du Saint-Esprit ? Je ne parle pas de tes connaissances bibliques, mais de nou- velle naissance. Je ne parle pas de ton appel au ministère, mais de nouvelle naissance. Es-tu né de Dieu ? Es-tu rempli du Saint-Esprit ? Dieu peut- Il t’utiliser pour Son œuvre ? Et toi, sœur, quand cesseras-tu de murmurer, de te plaindre, de critiquer, de te quereller, de dormir, afin d’entrer dans la nouvelle naissance et la plénitude du Saint-Esprit ? La vierge Marie avait le Saint-Esprit, et il y eut un signe surnaturel. Pensez-y. Elle était remplie du Saint-Esprit, mais elle n’était pas encore revêtue de la puissance d’En- Haut. Le fœtus Jean était né de nouveau et rempli du Saint-Esprit, mais il n’était pas encore revêtu de la puissance et de l’Esprit d’Elie.
Dans le ventre de la femme en grossesse, l’enfant à un certain âge développe d’intenses activités dans le sein de sa mère : il vit,  bouge, don- ne des coups, entend, réagit au son de la musique, à la voix des hommes. La science démontre toutes ces  choses-là aujourd’hui. Les scientifiques disent même que les yeux du fœtus sont très sensibles à la lumière, même si les paupières sont closes. Si le fœtus peut entendre la voix de son père naturel, ne peut-il pas aussi entendre la voix de la Parole, le Père céleste, le Tout-Puissant ? S’il est sensible à la lumière naturelle, ne peut-il pas être aussi sensible à la Lumière spirituelle, divine ? J’ai regardé un docu- mentaire à la télévision qui parlait de l’évolution du fœtus depuis la fé- condation jusqu'à la naissance. J’ai pu constater que le bébé était vraiment sensible à  tout ce qui se passe autour de lui. Frères, si Dieu a pu conduire des animaux vers l’arche au temps de Noé, Il peut aussi conduire un fœtus à la Parole, notre Arche. Savez-vous que Dieu a fait parler un jour un ani- mal ? C’était avec Balaam le devin. Lisons cela dans Nombres 22.28 : « L’Eternel ouvrit la bouche de l’ânesse, et elle dit à Balaam : Que t’ai-je fait, pour que tu m’aies frappée déjà trois fois ?» Avez-vous déjà pensé à cela ? Un animal parlant une langue humaine à un homme ! C’est l’Ecri- ture. Vous me direz : « Frère Moïse,  comment un animal qui n’a pas d’âme peut-il parler une langue humaine ?» Je ne sais pas comment vous répondre, mais je constate avec vous, et avec plaisir d’ailleurs, qu’u- ne ânesse a parlé dans une langue humaine à quelqu’un qui se faisait pas- ser pour un prophète. Ce n’est pas tout, frères ; cette ânesse a vu aussi une vision, alors que Balaam ne vit rien du tout. C’est la Parole qui le dit :
«L’ânesse vit l’ange de l’Eternel qui se tenait sur le chemin, son épée nue dans la  main.» Je vous conseille de lire tout le récit biblique de Nombres 22 pour vous imprégner de ce qui s’est passé entre Balaam et son ânesse. Que le Nom du Seigneur soit béni ! Pour pouvoir entrer dans la dimension divine de cette prédication étrange, vous devez comprendre d’abord les Ecritures et la puissance de Dieu. Le Dieu qui a ouvert la mer rouge, qui a fait sortir de l’eau du rocher au temps de Moïse, qui a conduit les animaux à Noé, qui a commandé aux corbeaux d’envoyer à manger à Son prophète Elie, qui a parlé au vent et à  la mer au temps de Jésus, peut aussi parler au fœtus et l’amener à la nouvelle naissance et à la plénitude du Saint-Esprit. Même les cieux et la terre ont fait l’objet d’une prédesti- nation. En effet, Il a destiné les cieux et la terre à être détruit par le feu de sa colère. Mais, Il a aussi prédestiné les nouveaux cieux et la nouvelle ter- re à la vie éternelle. Frère Moïse, veux-tu dire que la terre aussi peut avoir la vie éternelle ? Les  nouveaux cieux et la nouvelle terre ainsi que les en- fants de Dieu, les animaux qui y vivront n’auront plus de fin. Ils existe- ront d’éternité en éternité. La terre ne peut pas recevoir  en elle-même la vie éternelle, mais elle subsistera éternellement. La Vie Eternelle, c’est Dieu Lui-même. Et Dieu n’habite pas dans la terre, mais Il habitera sur la terre. Pour que le Dieu Eternel puisse vivre éternellement sur terre, il faut bien que celle-ci subsiste éternellement. M’avez-vous bien compris? Que le nom du Seigneur Jésus-Christ soit à jamais béni !

QU’EN EST-IL DE NOS BEBES , SONT-ILS SAUVES ?

LA POSITION DE BRANHAM

En 1955, il dit : « Le sang de Jésus-Christ purifie le bébé à l’instant même où il vient au monde.» (DES ESPRITS SEDUCTEURS) En 1959, Branham dit : « Nous savons que les bébés qui meurent, peu importe ce que sont leurs parents sont sauvés…Aussi, c’est absolument  sans obstacles qu’il va au ciel.» (QUESTIONS ET RE- PONSES SUR LE SAINT-ESPRIT.)
En  1963,  il  dit  :  «  Je  crois  qu’un  petit  enfant  est  sau- vé.» (REVELATION DES SEPT SCEAUX ; TROISIEME SCEAU.)
Je n’ai pas l’intention de contester avec Branham, qui fut un puis- sant serviteur de Dieu, mais je crois qu’il est nécessaire d’apporter quelques petites corrections à ses révélations par le moyen de la Parole. Si l’on considère  le dessein d’élection divine, le mystère de la prédestina- tion, on ne peut pas affirmer  catégoriquement que tous les enfants sans exception sont sauvés. Ils ne sont pas tous sauvés, parce qu’ils ne sont pas tous des enfants de Dieu. Seuls les péchés des enfants de Dieu élus en Jé- sus-Christ dès avant la fondation du monde, sont purifiés par le Sang de Jésus. C’est ce que dit l’Ecriture dans Ephésiens 1.4-7 : « En Lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui, nous ayant prédestinés dans son amour à être ses enfants d’adoption par Jésus-Christ, selon le bon plaisir de sa volonté, à la louange de la gloire de sa grâce qu’il nous a accordée en son bien-aimé. En Lui nous avons la rédemption par son sang, la rémis- sion des péchés, selon la richesse de sa grâce.» Dans cette Parole de l’Ecriture, il est essentiellement, uniquement et exclusivement question des enfants que Dieu a élus en Jésus-Christ avant la fondation du monde. Quels sont les privilèges liés à cette élection divine ?
1.  Ils sont élus en Jésus-Christ avant la fondation du monde pour être saints et irrépréhensibles.
2.  Ils ont été prédestinés à être des enfants d’adoption pour Dieu par
Jésus-Christ.
3.  Ils ont été prédestinés à obtenir la rédemption par le Sang de Jé- sus, et la rémission de leurs péchés.
Vous voyez, tout a été prédestiné. Dans 1Pierre 1.19-20, l’Ecriture dit que l’Agneau  de Dieu a été prédestiné avant la fondation du monde à mourir pour nos péchés. Dans Apocalypse 13.8, il est écrit : « Et tous les habitants de la terre l’adoreront, ceux dont le nom n’a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie de l’agneau qui a été immo- lé.» A quel moment les noms ont-ils été écrits dans le livre de vie de l’a- gneau qui a été immolé ? Avant la fondation du monde. A quel moment l’Agneau a-t-il été immolé ? Avant la fondation du monde. Cette immola- tion expiatoire a été manifestée à la fin des temps. Dieu a écrit le nom de ses élus dans le livre de vie de l’Agneau qui a été immolé dès avant la fondation du monde. C’est donc exclusivement pour ces noms-là que le Sang de Jésus a été versé ; pas pour le nom des enfants du diable. Il est donc incorrect de dire que le sang de l’Agneau purifie  tous les enfants sans exception. Le sang de l’Agneau ne purifie que les enfants de Dieu. Si Dieu n’a pas élu un enfant avant la fondation du monde en Jésus-Christ, comment voulez-vous que le Sang de l’Agneau le purifie ?

Qu’en est-il de nos enfants ? Nos enfants, tout comme nous-mêmes, sont élus en  Jésus-Christ dès avant la fondation du monde, pour être saints, irrépréhensibles, pour être des enfants d’adoption pour Dieu, et à obtenir la rémission des péchés. Si un de nos bébés meurt, il n’ira pas en enfer, car il est sauvé dès avant la fondation du monde ; ses péchés ont été lavés dans le sang de l’Agneau qui a été versé avant la fondation du mon- de. Si mon bébé Céphas doit mourir aujourd’hui, alors qu’il n’a pas enco- re l’âge de la raison, il naîtra de nouveau et recevra le Saint-Esprit d’a- bord. Le Seigneur dit qu’il faut naître de nouveau avant de pouvoir entrer dans le Royaume  de  Dieu. Cela est aussi valable pour les bébés. S’Il a permis que le fœtus Jean croit,  naisse de nouveau et reçoive le Saint- Esprit dans le sein de sa mère, que ne fera-t-Il pas pour les bébés dont les noms sont écrits dans le livre de vie de l’Agneau avant la fondation du monde ? Prenons encore une autre Parole de l’Ecriture: Romains  8.9. Que dit-Elle? « Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne Lui appar- tient pas. » Sommes-nous d’accord avec ce que dit ici le Saint-Esprit? Si oui, alors aucun de nos  enfants, nés sous le Sang de l’Agneau, ne peut mourir sans avoir reçu le Saint-Esprit. S’ils meurent sans L’avoir reçu, ils ne pourront jamais appartenir à Christ. Ce mystère dont je parle est pro- fond. Pour que nos bébés puissent appartenir à Christ, ils  doivent avoir Son Esprit. C’est la Parole. C’est en vertu de cette Parole formelle que je déclare que nos bébés ne peuvent pas mourir avant d’avoir reçu le Saint- Esprit. Sachez que le Sang de l’Agneau les a aussi purifiés du péché du monde, qui les avait séparés de Dieu pendant un temps. Ce péché du mon- de c’est l’incrédulité. L’incrédulité c’est aussi le péché dit originel, le pé- ché originel. Pour Branham, le péché originel, c’est  l’acte sexuel. Pour moi c’est l’incrédulité. Le tout premier péché commis dans le jardin d’E- den, c’est le péché d’incrédulité. Après ce péché d’incrédulité est venu l’acte  sexuel. C’est ce péché d’incrédulité qui nous a tous séparés de Dieu. Mais, Jésus a été fait péché du monde, pour nous sauver du péché. Il était l’Agneau de Dieu qui a ôté le péché du monde. En ôtant le péché du monde, Il a aussi permis que nous et nos bébés, nous soyons réconciliés avec Dieu. Nos bébés ne mourront pas avant d’avoir expérimenté le pardon du péché, la nouvelle naissance, la réception du Saint-Esprit et la réconciliation totale avec Dieu. Parce qu’ils ont été élus en Jésus-Christ pour être saints et irrépréhensibles, et pour recevoir l’adoption et la rémis- sion du péché. N’est-ce pas merveilleux! « Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. » Y-a-t-il un autre moyen pour nos bé- bés d’appartenir à Christ, si ce n’est par la réception du Saint-Esprit? Que Dieu nous éclaire davantage! Amen!
Dans Romains 9.10-13, Dieu a choisi Jacob avant qu’il ne soit né ; Il a rejeté Esaü avant qu’il ne soit né. Aucun d’eux n’était encore né, aucun d’eux n’a fait ni bien ni mal, mais Dieu avait déjà choisi, selon le dessein d’élection divine, le mystère de la prédestination.  Ce dessein d’élection divine ne repose pas sur le principe des œuvres, mais sur la seule volonté souveraine de Dieu qui appelle, et qui choisit qui Il veut, et qui  rejette qui Il veut. A cause de ce choix, Jacob ne peut plus être jeté en enfer. Il en est de même pour nos bébés. Quand ils seront grands, ils recevront la Parole et naîtront de nouveau. S’ils doivent mourir avant l’âge de la raison, Dieu Lui-même les conduira dans l’Arche, qui est la Parole de Dieu pour notre temps.  N’oubliez  pas  qu’Il  a  pu  conduire  des  animaux  à  Noé.  Dans
1Rois 17.4
: Dieu dit à Elie : « J’ai ordonné aux corbeaux de te nourrir là.» Il a donné des ordres aux oiseaux, par Sa Parole. En termes clairs, Il a parlé aux corbeaux ; et ces corbeaux ont entendu la Parole, et ils ont obéi. Peut-on obéir sans croire ? C’est  une  question difficile, n’est-ce pas ? L’Ecriture dit que les corbeaux ont apporté à Elie le prophète du pain et de la viande. Ce Dieu qui a parlé à ces corbeaux, ne peut-Il pas parler aux fœtus ? Celui qui a créé les cieux et la terre, ne peut-Il pas parler à un bé- bé? Le Seigneur Jésus-Christ a ordonné à Lazare qui était mort depuis quatre jours de sortir du tombeau, et celui-ci est ressuscité. Il lui dit : « Lazare, sors !» Et Lazare est sorti du tombeau. Ne peut-Il pas aussi parler à un fœtus qui est un corps vivant, après avoir parlé à un corps mort ? Il est le Tout-Puissant, le Roi des rois, le Dieu du possible et de l’impossi- ble, l’Alpha et l’Omega, le Schilo, le Lys de la vallée, la Rose de Sharon, le Premier et le Dernier. Dans le désert, Il a ordonné à Moïse le prophète de parler au rocher. En Jésus-Christ, Il a dit à la mer en furie : « Silence, tais-toi !» Vous  voyez, la mer, le rocher, les animaux, les oiseaux, le soleil,   la   lune,   entendent   la   voix    du   Dieu   Tout-Puissant.   Dans Josué 10.12-13, le  prophète, par la Parole du Seigneur a parlé au soleil et à la lune, qui lui ont obéi. Si vous ne croyez pas en la toute puissance de Dieu, vous ne croirez pas non plus ce qui est dit maintenant. Si vous ne comprenez pas les Ecritures et la puissance de Dieu, vous ne comprendrez pas non plus la Parole qui est enseignée aujourd’hui. La Manne est toute fraîche, l’avez-vous constaté?

L’EXEMPLE DE JESUS-CHRIST

Jésus-Christ est-Il aussi né de nouveau ? Je crois que oui. Frère Moïse,  comment quelqu’un qui est né sans péché peut-Il naître de nou- veau ? Avec le  Seigneur les choses sont toujours différentes, bien qu’Il suive le cheminement de tout  homme. Jean-Baptiste a baptisé les pé- cheurs du baptême de repentance. Le Fils de l’Homme qui n’a pas de pé- ché en Lui, S’est quand même fait baptiser par le même Jean-Baptiste et dans la même eau où les pécheurs se sont faits baptiser. Son baptême est différent de celui des autres. Il ne s’est pas fait baptiser du baptême de repentance. Dans l’Ancien Testament, le Souverain sacrificateur s’est fait laver par Moïse avant de commencer son ministère de Souverain sacrifi- cateur. C’est un type de Christ. Avant  de commencer son ministère en tant que Souverain sacrificateur selon l’ordre de  Melchisédek, Il devait être lavé. Voilà le sens du baptême de Jésus par Jean-Baptiste. De même qu’Il n’a pas été baptisé à cause de ses péchés ; Il n’en a pas d’ailleurs, de même Il est passé par la nouvelle naissance de façon particulière. Il est passé par  cette  naissance spirituelle pour nous servir d’exemple, Lui, le modèle par excellence. En outre, ayant revêtu un corps de chair semblable au nôtre, Il devait aussi expérimenter la nouvelle naissance et le revête- ment de puissance. Lors de sa  nouvelle naissance, aucun péché n’a été pardonné puisqu’Il n’a jamais péché. Après Son baptême d’eau, le Saint- Esprit était descendu sur Lui, sous forme d’une colombe. Mais, Il n’était pas encore revêtu de la puissance d’En-Haut. Le jour de la nouvelle nais- sance, nous recevons le Saint-Esprit mais nous  ne sommes pas revêtus de la puissance d’En-Haut. Après Son baptême donc, L’Ecriture dit qu’Il fut rempli du Saint-Esprit, et fut emmené dans le désert pour être tenté pen- dant quarante jours et quarante  nuits. Il a jeûné pendant cette période-là, étant rempli du Saint-Esprit. Luc 4.1 : « Jésus, rempli du Saint-Esprit, revint du Jourdain, et Il fut conduit par l’Esprit dans le désert.» Retenez cela : Le Fils de l’Homme était rempli du Saint-Esprit avant d’aller dans le désert pour être tenté par le diable et pour jeûner. L’Ecriture dit : « Jésus revêtu de la puissance de l’Esprit, retourna en Galilée…» (Luc 4.14). Il venait d’être revêtu de la puissance d’En-Haut. A la pentecôte, les deux évènements s’étaient produits en même temps : Plénitude du Saint-Esprit et revêtement de la puissance d’En-Haut. Re- marquez aussi qu’on peut recevoir le Saint-Esprit sans en être rempli.
On ne peut pas naître de la Parole et d’Esprit sans recevoir le Saint- Esprit. Mais, ne confondez pas « recevoir le Saint-Esprit» et « être re- vêtu de la puissance  d’En-Haut.» Le revêtement de la puissance d’En- Haut, c’est le baptême  du Saint-Esprit. Dans le baptême du Saint-Esprit, il y a la plénitude de l’Esprit. Le Saint-Esprit est tombé sur le Seigneur sous la forme d’une colombe, et L’a rempli.  Puis, Il a été revêtu de la puissance de l’Esprit après.
On ne peut pas naître de la Parole et de Dieu, et ne pas avoir l’Esprit de Dieu. De même, dans le naturel, je ne peux pas dire que je suis l’enfant de Monsieur Abokon, et dire que je n’ai pas encore reçu son sang dans mes veines. Vous comprenez ! Dès ma conception dans le sein de ma mè- re, je reçois le germe de vie qui vient de mon père. N’oubliez pas que le naturel typifie le spirituel. Dès notre conception spirituelle dans le sein de la Parole, nous recevons la vie de Dieu. Cette vie là, c’est le Saint-Esprit. Le Seigneur dit dans Jean 6.63 : « Mes Paroles sont Esprit et Vie.» Si quelqu’un dit  qu’il est né de nouveau mais qu’il n’a pas encore reçu le Saint-Esprit, quelque chose ne va pas chez lui.
Au moment de la conception naturelle dans le sein de notre mère, nous recevons le germe de vie de notre père. C’est le germe de vie qui fait de nous, enfant de notre père. Il en est de même de notre conception dans le spirituel. Au moment de cette conception dans le sein de la Parole, nous recevons le Germe de Vie de la Parole de  Vie. Le jour même où Dieu nous crée en Jésus-Christ, nous recevons la Vie de Christ, qui est la Vie éternelle, nous recevons le Saint-Esprit de Dieu. C’est ici le mystère de la nouvelle naissance. Dans Ephésiens 2.10, il est écrit : « Car nous som- mes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes œu- vres, que Dieu a  préparés d’avance, afin que nous les pratiquions.» C’est la nouvelle naissance. Etre créé en Jésus-Christ comme l’ouvrage de Dieu, c’est être né de nouveau, c’est être né de Dieu, c’est être né de la Parole. C’est cela le mystère de la nouvelle création.
Peut-on être créé en Jésus-Christ sans avoir Son Esprit Saint ? Bien sûr que non.
La nouvelle naissance est pour tous les enfants de Dieu dont Jésus est le premier. Le Seigneur à sa naissance a revêtu un corps de chair, un corps formé pour  porter le péché. L’Ecriture dit qu’Il s’est vidé Lui- même, en prenant la forme de  serviteur, ayant paru comme un simple homme. Ayant donc revêtu un corps de chair, étant devenu un homme, un mortel, Il avait besoin aussi de naître de nouveau. Non à cause d’un quel- conque péché, puisqu’Il n’en a jamais connu, mais à cause de sa chair. En outre, Il a expérimenté la nouvelle naissance afin d’être dans ce domaine spirituel, le premier. Selon l’Ecriture, Colossiens 1.18, « Il est la tête du corps de l’Eglise ; Il est le commencement, le premier-né d’entre les morts, afin  d’être en tout le premier.» Vous voyez, Jésus-Christ est le premier en tout. Il est le premier-né d’entre les morts, afin d’être en tout le premier ; Il est le premier-né de la Vie éternelle, le premier-né de Dieu, afin d’être en toutes choses le premier. Il ne peut pas être le premier-né d’entre les morts, et ne pas être le premier-né de nouveau, le premier-né de la Vie Divine sur terre. Seulement le sens de Sa nouvelle naissance n’est pas le même que celui de notre nouvelle naissance. Jésus-Christ est l’Auteur de la nouvelle naissance; Il est la nouvelle naissance faite chair. Comme Il doit être en toutes choses, le premier, selon Colossiens 1.18, Il est la nouvelle naissance faite chair, le premier né de la création de Dieu. Je sais que je dis des choses difficiles à  comprendre, mais c’est la dé- monstration de la Parole qui me permet d’affirmer sans ambages que le Fils de l’Homme est né de nouveau. S’Il est véritablement le premier en toutes choses, comme le dit l’Ecriture, alors Il est aussi le premier né de nouveau parmi ceux qui sont nés de nouveau. Frères, je vous donne de la nourriture et non du lait. Cette « nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux dont le jugement est exercé par l’usage à discerner ce qui est bien et ce qui est mal. » (Hébreux 5.14). Aucun homme, aucun prédicateur n’a jamais dit que Jésus-Christ était né de nouveau, me direz- vous. Et je ne suis pas tout à fait d’accord avec. Peut-être faites-vous allu- sion à Branham? Dans tous les cas l’Apôtre Paul l’a dit de façon voilée. Je vous invite à examiner profondément l’Ecriture de Colossiens 1.18, et vous verrez, si Dieu veut que vous voyiez. Je m’adresse aux  hommes faits, non aux bébés en Christ. Dans Hébreux 5.11-13, l’Ecriture parle des « choses difficiles à expliquer », et à comprendre, «parce que vous êtes devenus lents à comprendre. » Et, « vous qui depuis longtemps de- vriez être des maîtres, vous avez encore besoin qu’on vous enseigne les premiers rudiments des oracles de Dieu, vous en êtes venus à avoir be- soin de lait et non de nourriture solide. Or, quiconque est au lait n’a pas l’expérience de la Parole de justice, car il est un enfant. » Mais j’ai foi que quelques uns d’entre vous comprendront le mystère: JESUS-CHRIST EST LE PREMIER A NAITRE DE NOUVEAU, D’APRES LA PARO- LE QUI DIT QU’IL EST DESTINE A ETRE LE PREMIER EN TOU- TES CHOSES. Il est l’auteur du bien et du mal, le premier à avoir fait le bien, et le premier à avoir fait le mal; Le premier à avoir fait vivre, le pre- mier à avoir tué. Mais le bien et le mal venant de Lui, sont lumière; car en Lui, tout est lumière, et il n’y a point de ténèbres en Lui. En Lui, le bien est lumière; le mal aussi est lumière; la vie est lumière, la mort aussi est lumière. Cette Parole est trop dure, qui peut l’accepter, me direz-vous? Donnez-moi le nom de quelque chose que le Seigneur n’a pas expérimen- té dans sa vie. Il a expérimenté la vie, Il a aussi expérimenté la mort; Il a expérimenté le Paradis, Il a aussi expérimenté l’enfer. Il est la Sainteté, mais Il a aussi été fait péché, afin qu’en Lui, nous soyons justifiés devant Dieu. Il est le créateur du péché. Dans Ezéchiel  28.13, Dieu parlant de Satan dit: « Tu as été intègre dans tes voies, depuis le jour  où  tu fus créé, jusqu’à celui où l’iniquité a été trouvée en toi. » Dites-moi: qui a créé cette iniquité qui s’est trouvée en Satan? Nous savons que le diable n’a rien créé. Alors qui a créé l’iniquité, le péché? C’est le Seigneur Jésus-Christ, le créateur du bien et du mal. Selon Jean 1.3, « toutes choses » ont été faites par la Parole. Et la Parole c’est Christ. Donc Christ est le créateur de toutes choses. Maintenant que signifie « toutes choses? » Cela signifie: les bonnes choses et les mauvaises choses. Cela veut dire le bien et le mal, le Paradis et l’enfer, le ciel et la terre, l’homme et la femme, les anges de lumière et les anges des ténèbres, les enfants de Dieu et les en- fants du diable. Je sais  que William Branham dit que le bien vient de Dieu, et que le mal vient du diable. Il a donné sa propre parole et non la Parole de Dieu.

Frères, je persiste et je signe: JESUS-CHRIST A EXPERIMENTE LA NOUVELLE NAISSANCE, CAR SELON L’ECRITURE, IL DOIT- ETRE LE PREMIER EN TOUTES CHOSES. Maintenant, je vais provo- quer en vous un petit choc: Savez-vous que Jésus est le premier pécheur et à la fois le premier qui n’a jamais péché. Il est né sans péché, mais Il a été fait péché, donc pécheur pour accomplir cette Parole de l’Ecriture qui dit: « l’âme qui pèche c’est elle qui mourra. » Comme Il a été destiné par la volonté souveraine de Dieu, à être le premier en toutes choses, Il est donc le premier homme fait péché parmi les hommes fait péchés. Le pre- mier Saint parmi les saints, c’est Jésus-Christ; le premier pécheur parmi les pécheurs, c’est Jésus. Etes-vous scandalisés? Il n’a pas connu le pé- ché, mais Dieu L’a fait devenir péché  pour vous, nous dit la Parole de 2 Corinthiens 5.21. Je voudrais qu’on me donne le nom de quelque chose que Jésus n’a pas expérimenté, Lui, qui est destiné à être le premier en toutes choses. J’espère que  je m’adresse à des aigles; car le cadavre de Matthieu  24.28, autour duquel les  aigles  doivent s’assembler est ici. C’est le cadavre pour le temps de l’aube. Si vous ne mangez de Sa Chair, et si vous ne buvez de Son Sang, vous n’aurez pas de vie en vous. Car Sa Chair est une nourriture, et Son Sang, un breuvage. Comprenez-vous les Ecritures et la Puissance de Dieu?
Si vous ne comprenez pas pourquoi le chrétien ne doit pas payer la dîme,  comment comprendrez-vous le mystère dont je parle? Si vous ne comprenez pas  pourquoi la femme ne doit pas enseigner la Parole de Dieu, comment  comprendrez-vous le mystère dont je parle? Si vous ne comprenez pas pourquoi Branham n’est pas le dernier prophète, comment comprendrez-vous ce mystère concernant la nouvelle naissance de Jésus?

L’EXEMPLE DES DISCIPLES DE CHRIST

Pendant trois ans et demi, les disciples ont suivi le Seigneur Jésus- Christ.  Mais,  aucun d’eux n’était né de nouveau véritablement. Le Sei- gneur  montre  même   que  personne  n’était  converti.  En  effet,  dans Luc 22.31-32, Il dit : « Simon, Simon, Satan vous a réclamés pour vous cribler comme le froment. Mais j’ai prié pour toi, afin que ta foi ne dé- faille point ; et toi, quand tu seras converti, affermis tes frères.» Il parle de la conversion de l’apôtre Pierre, qui doit lui permettre de fortifier ses frères. Quelqu’un qui n’est pas né de nouveau, et qui n’a pas le don du Saint-Esprit peut-il fortifier les autres ? Non. Dans la version Darby il est écrit : « Quand tu seras revenu, fortifie tes frères.» Qu’est-ce que cela signifie ? Satan a réclamé Pierre à Jésus-Christ pour le cribler comme le blé. Le Seigneur a livré son disciple au diable pour être criblé. Il n’a  pas voulu empêcher Satan de cribler Pierre, c’est pourquoi Il a donné son ac- cord. Mais, Il a prié pour que ce dernier ne défaille pas. Vous voyez, le diable ne peut rien faire sans la permission de Dieu. Avec, Job aussi, c’est Dieu Lui-même qui a donné la permission à Satan de détruire ses biens et sa famille. Selon Esaïe 45.7, c’est Dieu qui a créé la lumière et les ténè- bres, la prospérité et l’adversité, ainsi que toutes choses. Dans Jean 1.1-2, l’Ecriture dit que toutes choses ont été faites par la Parole, et que rien de ce qui a été fait, n’a été fait sans Elle. Par conséquent, c’est la Parole, qui est Christ, qui a créé le bien et le mal, les anges et les démons. N’allez par croire que les démons étaient des anges de lumière devenus des anges de ténèbres. La Parole a créé des anges de lumière et des anges de ténèbres ; seulement Satan qui est un ange de ténèbres se déguise en ange de lumiè- re. Satan est allé voir  Jésus pour Lui demander la permission de cribler Pierre. Et le Seigneur a accepté. Et le diable  a tellement criblé le pauvre Pierre, que ce dernier a  renié trois fois le Messie. Heureusement que Christ avait prié pour lui, afin qu’il revienne à Lui, après cette tentation. Vous voyez, Pierre n’était pas encore converti  véritablement ; il n’était pas encore né de nouveau véritablement. C’était pareil pour tous les disci- ples. Mais, après la résurrection de Christ, Celui-ci souffla sur eux, et dit : « Recevez le Saint-Esprit.» C’est seulement ce jour-là que les disciples ont reçu la  vie  nouvelle en Jésus-Christ : Ils venaient de naître de nouveau. Ils avaient reçu le Saint-Esprit mais ils n’étaient pas encore revêtus de  la  puissance  d’En-Haut.  Voilà  pourquoi  le  Seigneur  leur  dit  dans Luc 24. 48-49 : « Vous êtes témoins de ces choses. Et voici, j’enverrai sur vous ce que mon Père a promis ; mais vous, restez dans la ville jus- qu'à ce que vous soyez revêtus de la puissance d’En-Haut. » Après avoir dit cela, Il les conduisit jusque vers Béthanie, et ayant levé les mains, Il les bénit. « Pendant qu’Il les bénissait, Il se sépara d’eux, et fut enlevé au ciel.» (Luc  24.50-51). Remarquez qu’il s’agit de deux événements bien différents :
1.  Juste après Sa résurrection, le Seigneur a soufflé sur Ses disciples en disant : « Recevez le Saint-Esprit.» Après cela, Il est resté avec eux pendant quarante jours.
2.  Le quarantième jour, qui était le jour de Son élévation au ciel, Il leur dit : « Et voici, j’enverrai sur vous ce que mon Père a pro- mis ; mais vous restez dans la ville jusqu'à ce que vous soyez revêtus de la puissance d’En-Haut
En termes clairs, recevoir le Saint-Esprit et être revêtu de la puissance d’En-Haut sont deux choses biens distinctes. Mais ces deux évènements surnaturels  peuvent  aussi  se  produire  simultanément,  si  Dieu  le  veut. Amen !

Soyez bénis au Nom de Jésus-Christ.

FRERE CHRIST-MOISE

 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix