Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 7 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
33
Hier :
385
Semaine :
1980
Mois :
12860
Total :
3829797
Il y a 2 utilisateurs en ligne
-
2 invités


CHRIST NOTRE PRECURSEUR PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Lundi, 25 Octobre 2010 11:45

Message prêché le 06 mars 2009, au Tabernacle Le Chandelier d’Or ; Yopougon Selmer ; Abidjan, République de Côte d’Ivoire. Matin.

Bonjour tout le monde. C’est un insigne honneur pour moi de vous annoncer les  oracles du Seigneur Jésus-Christ, notre Rédempteur. C’est aussi un insigne honneur pour vous d’écouter Sa merveilleuse Parole de Vie. Il n’y a pas longtemps j’ai prêché  sur « LE VERITABLE PRE- CURSEUR DE LA VENUE DE CHRIST. » Cette prédication a consis- té à montrer que Dieu a envoyé des hommes remplis de Son Esprit pour annoncer Sa venue. Au travers de cette prédication, nous avons pu com- prendre que le Véritable Précurseur de la venue de Christ, c’est Dieu Lui-même.  Pendant  que je   parlais de cela, une Parole m’a été révélée : CHRIST  EST  AUSSI  UN  PRECURSEUR. Et le Seigneur m’a fait comprendre ce  mystère-là. C’est précisément de ce mystère - là que je vais vous parler. Souvenez-vous de ceci : « Examinez tout ce que vous pouvez examiner, retenez  tout ce que vous pouvez retenir, rejetez tout ce que vous pouvez rejeter ; car  moi, je ne suis pas infaillible. C’est le Seigneur Jésus-Christ seul qui est  infaillible.» Si quelqu’un n’est pas d’accord avec ce que je vais enseigner, qu’il le rejette purement et simplement, car ce n’est pas le lieu de sombrer dans les  polémiques inutiles. Je ne fais que rendre témoignage de ce que j’ai vu et entendu. Si mon témoignage est faux, rejetez-le. Que le Seigneur Jésus-Christ qui m’a envoyé vers vous m’aide à vous enseigner Sa Parole dans toute la vérité et dans la clarté.

Le thème de ce matin, c’est : « CHRIST NOTRE PRECURSEUR.» Qu’est ce  qu’un précurseur ? C’est quelqu’un qui annonce la venue d’un autre. Selon l’Ecriture, Jean-Baptiste était un précurseur de Christ. Mais selon cette même Ecriture, Christ était aussi le précurseur de Jean- Baptiste. Cela vous parait bizarre, mais c’est la Parole qui le révèle, qui le révèle aux enfants du Royaume des cieux. Le Seigneur pouvait dire : « Je te loue Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que Tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que Tu les as révélées aux enfants. Oui,  Père, Je te loue de ce que Tu l’as voulu ainsiDans Psaumes 119.130, l’Ecriture dit : « La révélation de tes paroles éclaire, elle donne de l’intelligence aux simples.» Vous voyez, sans révélation divine, personne ne peut connaître Dieu, ni même comprendre Sa Parole. Le Seigneur dit que les mystères du Royaume des cieux sont cachés aux yeux des sages, des intelligents, des intellectuels, aux enfants du diable, mais ils sont révélés aux enfants du Royaume céleste, aux humbles, à ceux d’entre  nous qui sont comme les enfants ; à ceux qui sont nés de Dieu et de la Parole, à ceux qui sont nés de nouveau.  Selon l’Ecriture, c’est la révélation de la Parole qui éclaire et donne de l’intelligence divine et spirituelle à celui qui la reçoit. Je dis toujours que notre problème, c’est que nous ne comprenons ni les Ecritures ni la Puissance de  Dieu. Et si nous ne comprenons pas ces choses, c’est parce que Dieu ne nous a pas donné de Son intelligence, et que nous ne sommes pas nés de nouveau. Recherchons donc avec un ardent désir la révélation divine sans laquelle nous n’aurons jamais la foi  véritable. Dans 1 Jean 5.20, il est écrit : « Nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu, et qu’il nous a donné l’intelligence pour connaître le Véritable ; et nous somme dans le Véri- table en son Fils Jésus-Christ. C’est lui qui est le Dieu Véritable et la vie éternelle.» Il est encore question ici d’intelligence divine, spirituelle, pour connaître le Véritable Dieu, qui est le Seigneur Jésus - Christ. L’apô- tre Jean avait reçu cette intelligence divine de la part du Saint-Esprit. Cela lui avait permis  de connaître le Véritable Dieu : Jésus-Christ. Celui qui n’a pas reçu cette intelligence divine, ne peut pas connaître le Véritable Dieu.  Il  croira  que  Jésus-Christ  n’est  pas  le  Dieu  Véritable,  mais  la deuxième personne de la trinité. Et pour se justifier, il citera Jean 17.3 où le Fils de l’Homme dit : « Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ.» Vous voyez ! Il n’aura pas la présence d’esprit de demander au Fils de l’Hom- me , qui est ce Véritable Dieu que les  gens doivent connaître pour avoir la vie éternelle ? Le Dieu Véritable dont Il parle, c’est  le Père. Le Père est le seul vrai Dieu, le Dieu Véritable.  Maintenant qui est le Père, ce Dieu Véritable ?

D’après Esaïe  9.5, le Fils qui nous est donné est aussi le Père. Dans Jean 14.7, le Fils dit à ses disciples : « Si vous me connaissiez, vous connaîtriez  aussi mon Père. Et dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu.» Les disciples connaissaient qui ? Le Père, d’après l’Ecri- ture. Ils avaient vu qui ? Le Père, d’après l’Ecriture. Cette Parole du Fils a provoqué une réaction de la part de Philippe. Il lui dit : « Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit.» Le Fils leur dit qu’ils connaissaient le Père, et qu’ils l’avaient même vu. Philippe étonné, dit : « Montre-nous le Père.» Et le Seigneur, lui montra le Père en disant : « Il y a si long- temps que je suis avec vous, et tu ne m’as pas connu, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père ; comment dis-tu : montre-nous le Père ?» Qui était le Père que le Fils révéla ce jour-là à ses disciples ? C’était le Fils, Jésus-Christ. Le Fils révéla que c’était Lui qui était le Père. Celui-ci s’é- tait révélé aux disciples comme étant le Père, en conformité avec ce que dit l’Ecriture dans Esaïe 9.5. Dans Jean 17.11, le Fils dit : « Père saint, garde-les en ton nom que tu m’as donné, afin qu’ils soient un comme nous.» Le Fils montre  ici qu’il porte le nom du Père. Si vous voulez connaître le nom du Père, vous devez chercher à connaître d’abord celui du Fils, puisque le Père a donné Son nom au Fils. Quel est donc le nom du Fils ? C’est Jésus-Christ. C’est donc Jésus-Christ le nom  du Père. C’est ce nom là qu’Il a donné à Son Fils ; et c’est par ce nom - là qu’Il nous garde. Le nom du Père étant Jésus-Christ, le baptême d’eau au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit ne peut se faire qu’au nom de Jésus- Christ, qui est le nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Je suis parfaite- ment conscient qu’il nous faut une révélation  divine pour comprendre toutes ces choses. Il en est de même en ce qui concerne le thème de ce matin : « CHRIST NOTRE PRECURSEUR.» Que le Saint-Esprit ou- vre maintenant notre entendement ! Qu’Il nous donne de cette intelligence divine afin que nous comprenions Sa Parole Divine.

CHRIST : LE PRECURSEUR DE JEAN-BAPTISTE

Le prophète Esaïe a prédit le ministère prophétique de Jean-Baptiste dans Esaïe 40.3-4 : « Une voix crie : Préparez au désert le chemin de l’Eter- nel, aplanissez dans les lieux arides une route pour notre Dieu» Cette Parole annonce la venue d’un prophète. Or, un précurseur, c’est quel- qu’un qui  annonce la venue d’un autre. Ici, c’est Christ qui annonce la venue de Jean-Baptiste au travers du prophète ESAIE. Il est donc un pré- curseur de Jean-Baptiste. Je voudrais avant de continuer vous montrer par l’Ecriture que l’Esprit qui était en Esaïe, c’était l’Esprit de Christ. Prenons à cet effet 1 Pierre 1.10-11 : « Les prophètes, qui ont  prophétisé tou- chant la grâce qui vous était réservée, ont fait de ce salut l’objet de leurs recherches et de leurs investigations, voulant sonder l’époque et les circonstances marquées par l’Esprit de Christ qui était en eux, et qui attes- tait d’avance  les souffrances de Christ et la gloire dont elles seraient suivies.» Cette Parole de l’Ecriture est claire et formelle : C’est l’Esprit de Christ qui était dans les prophètes de l’ancienne alliance ; C’est ce même Esprit de Christ  qui est en nous dans la nouvelle alliance. Par conséquent, dans Esaïe 40.3-4, c’était l’Esprit de Christ qui annonçait la  venue de Jean-Baptiste. L’Esprit de Christ est donc le précurseur de ce dernier. Peu avant  la naissance de ce prophète, le Seigneur Dieu a envoyé son ange vers Zacharie ; et l’ange lui dit : «  Ta femme Elisabeth t’enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jean. Il sera pour toi un sujet de joie et d’allégresse,  et  plusieurs  se  réjouiront  de  sa  naissance.  Car  il  sera grand devant le Seigneur. Il ne boira ni vin, ni liqueur enivrante, et il sera rempli du Saint-Esprit dès le sein de sa mère. Il ramènera   plusieurs des fils d’Israël au Seigneur, leur Dieu ; il marchera devant Dieu avec l’esprit  et  la puissance d’Elie, pour ramener les cœurs des pères vers les enfants… » (Luc  1.13-17). L’ange Gabriel a donc annoncé la venue de Jean. Il était donc un précurseur de Jean. L’ange Gabriel a été envoyé par Dieu, pour annoncer cette venue. Par conséquent, Dieu Lui- même est le Précurseur de Jean-Baptiste, celui qui a annoncé d’avance sa venue sur terre. Approfondissons un peu la Parole concernant Jean. Selon l’Ecriture, ‘‘ il ne boira ni vin ni liqueur enivrante.’’ Contrairement à ce que nous avons pensé quand nous étions au temps du soir, cette inter- diction n’a rien avoir avec l’Esprit d’Elie. En effet, il nous a été dit que c’est à cause de l’Esprit d’Elie que Dieu a interdit la consommation de la boisson forte à Jean-Baptiste. Cet enseignement branhamiste est charnel et n’a aucun fondement biblique. Comment comprendre donc cette inter- diction faite à Jean-Baptiste ? Elle met  plutôt en relief la vie consacrée de Jean et du caractère consacré de son ministère. Vous voyez ! Le fait de ne pas boire du vin ni de liqueur enivrante n’est aucunement lié au don de l’Esprit d’Elie. Prenons le cas de la mère de Samson dans Juges 13. 3-4 : Un ange de l’Eternel apparut à la femme et lui dit : « Voici tu es stérile, et tu n’as point d’enfant ; tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils. Maintenant prends bien garde, ne bois ni vin ni liqueur forte» Voilà ce qui est clair : la mère de Samson ne devait boire ni vin ni liqueur eni- vrante. Avait-elle l’Esprit d’Elie ? Non. Etait-ce à cause de l’Esprit d’E- lie ? Le fait de ne pas boire de vin ni de liqueur n’est pas lié au fait de re- cevoir l’Esprit d’Elie.

Frères, je veux dire un mystère, qui peut-être vous scandalisera. Jean- Baptiste était né de nouveau dès le ventre de sa mère. J’ai déjà parlé de ce mystère dans la prédication intitulée « NAITRE DE NOUVEAU DANS LE VENTRE DE SA MERE. » Non seulement il était né de nouveau dès le sein de sa mère, mais il avait aussi été rempli du Saint-Esprit. Dès le sein de sa mère. Christ était déjà en Lui, dès le ventre de sa mère. Jean-Baptiste a été rempli du Saint-Esprit quand il avait six mois. Car c’est au sixième mois que la vierge Marie a rendu visite à Elisabeth, et la voix de sa salutation a frappé les oreilles d’Elisabeth. Voici le témoignage irréfu- table de l’Ecriture à ce sujet : « Voici, Elisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils en sa vieillesse, et celle qui était appelée stérile est dans son sixième mois… Dès qu’Elisabeth entendit la salutation  de Marie, son enfant tressaillit dans son sein, et elle fut remplie du Saint-Esprit… Car  voici, aussitôt que la voix de ta salutation a frappé mon oreille, l’enfant a tressailli d’allégresse dans mon sein. » Cela s’est passé lors- qu’ Elisabeth avait six mois de grossesse. Qu’est-ce qu’il y avait dans la voix de salutation de Marie, pour produire un tel effet ? : Elisabeth et son fœtus furent remplis du Saint-Esprit.  Souvenez-vous que le Saint-Esprit fut aussi sur la vierge Marie, et que l’ombre du Très-Haut l’avait couverte de Son ombre ; et que la Parole, qui était au commencement, avait été fai- te chair en elle. Marie était dans son premier mois de grossesse. C’est ici la Manne Fraîche. Après que l’ange Gabriel, le précurseur de Jean, ait parlé à Marie, celle-ci fut aussi remplie du Saint-Esprit. Dieu l’avait fait naître de nouveau d’abord, en pardonnant tous ses péchés, et l’avait rem- pli du Saint-Esprit. Marie et Elisabeth  avaient déjà reçu le Saint-Esprit avant la naissance de Jésus-Christ, mais elles n’étaient pas revêtues de la puissance d’En - Haut ; puisqu’on retrouve Marie dans la chambre haute pour le baptême du Saint-Esprit et de Feu. L’expérience spirituelle faite par Marie et Elisabeth fut une  expérience qui s’inscrivit dans le temps dans des circonstances bien précises. Cette expérience avait été faite sous l’Ancienne Alliance, puisque le Sang de Christ, le Véritable Agneau de Dieu, n’avait pas encore été sacrifié. Le Saint-Esprit était venu sur elles, et les avaient remplies   pour leur permettre d’accomplir la mission divine à laquelle Dieu les avait destinées. Pour la conception de l’Enfant Jésus dans le sein de la vierge, Dieu avait pris des dispositions particulières :

1.  Marie devait naître de nouveau, en croyant la Parole de Dieu an- noncée par l’ange Gabriel

2. Elle  devait  recevoir  le  Saint-Esprit  et  en  être  remplie.  Or  dans Jean 7. 38- 39, il est écrit que « …l’Esprit n’était pas encore donné, parce que Jésus-Christ n’avait pas encore été glorifié. » Com- prenez-vous les Ecritures  et la Puissance de Dieu ? Jésus-Christ n’avait pas encore été glorifié, Il n’était même pas encore né, pour- tant l’Ecriture dit que Elisabeth fut remplie du Saint-Esprit, et que Jean-Baptiste aussi le fut dès le sein de sa mère. Qu’en est-il de la vierge Marie ? Il n’est écrit nulle part qu’elle aussi fut remplie du Saint-Esprit ; pourtant c’est ce que je dis. Frères, je persiste et je signe : La  vierge Marie aussi fut remplie du Saint-Esprit, sinon comment expliquer que la voix de sa salutation ait pu produire des évènements surnaturels ? C’est quand elle avait parlé que Elisabeth et Jean furent remplis du Saint-Esprit. Frères, il n’est écrit nulle part dans la Bible qu’elle fut remplie du Saint-Esprit, mais  c’est  écrit dans la Véritable Parole de Dieu. C’est écrit dans la Parole, mais vous ne pouvez le voir que si Dieu vous donne de Son intelligence.

La vierge Marie et Elisabeth furent remplies du Saint-Esprit.

L’ange Gabriel fut le précurseur de la venue de Jean, et le précurseur de la venue de Christ. Comme c’est Dieu qui l’avait envoyé pour annon- cer ces deux venues, c’est Dieu Lui-même qui est le Véritable Précurseur de la venue de Jean et celle de Christ. Remarquez aussi que le prophète Esaïe fut aussi un précurseur de la venue de Christ.

Dans Malachie 3.1, Dieu dit : « Voici, j’enverrai mon messager ; il préparera le chemin devant moi. Et soudain entrera dans son temple le Sei- gneur que vous cherchez, et le messager de l’alliance que vous désirez, voici, il vient…» Dans  sa brochure ‘‘CHRIST EST LA REVELATION DU MYSTERE DE DIEU’’ frère Branham dit : « Jean était plus qu’un prophète ; il était le messager de l’Alliance.  » Cela n’est pas vrai. Il s’est trompé ; et tout le monde peut se tromper. En tout cas, moi, je me trompe. Qui est donc le messager de l’Alliance, d’après l’Ecriture ? C’est Jésus-Christ. Dieu dit : « J’enverrai mon messager.» Il annonçait ainsi la venue de son  messager ; Il était donc le Précurseur de ce messager qui allait préparer le chemin devant Lui. Qui était ce messager ? C’était Jean- Baptiste. Si Dieu Lui-même a annoncé la venue de Jean, Il ne peut qu’en être le Précurseur. Le Fils de l’Homme dit dans Matthieu 11.14 que Jean- Baptiste était « l’Elie qui devait venir. »

Quelle était la mission de Jean ?

Sa mission, c’était de rétablir toutes choses, selon Matthieu 17.11 : « Il est vrai qu’Elie doit venir, et rétablir toutes choses…  Et  les disciples  comprirent  alors  qu’Il  leur  parlait  de  Jean-Baptiste. » Jean-Baptiste  était donc l’Elie qui vint pour rétablir toutes choses. Et il a rétabli toutes choses sans avoir rétabli toutes choses. C’est pourquoi le Seigneur dit : «  Il est vrai qu’Elie doit venir, et rétablir tou- tes choses. Mais, je vous dis qu’Elie est déjà venu, qu’ils ne l’ont pas reconnu, et qu’ils l’ont traité comme ils ont voulu. » Il y a deux choses à distinguer ici : « Elie doit venir, et rétablir toutes choses » : Cette Parole de l’Ecriture  n’est pas pleinement accomplie. Elle s’accomplira pleine- ment lorsque l’Elie d’Apocalypse 11.3-4 sera accompli. C’est seulement après cela que le monde pourra être détruit par Dieu. Frère Branham, dans ses nombreuses prétentions non fondées scripturairement, a fait croire aux branhamistes, qu’il était le dernier Elie ; et qu’aussitôt après sa mort, la terre serait brûlée. Mais, cela fait quarante quatre ans  qu’il  est mort, et rien n’est encore arrivé. Je vous le dis, en vérité, en vérité, le monde ne sera détruit qu’après la manifestation de l’Esprit de Moïse et de l’Esprit d’Elie en Israël. Branham n’est pas le dernier Elie. Le mystère du dernier Elie se trouve révélé dans l’Ecriture, dans  Apocalypse 11.3-4 ; comme vous pouvez le constater, l’Esprit  de  Moïse et l’Esprit d’Elie seront sur deux  prophètes  israélites.  Ceux-ci  prophétiseront  pendant  mille  deux cents soixante jours. Après les jours de leur prophétie, ils seront tués par la bête qui monte de l’abîme, selon Apocalypse 11.7. Après trois jours et demi,  ils  ressusciteront  et  ils  monteront  au  ciel  dans  la  nuée,  selon Apocalypse 11. 12. C’est seulement après ces choses que la destruction du monde est envisageable. Pas après la mort de William Branham. D’ail- leurs, il n’est pas le dernier Elie. « …Elie est déjà venu, qu’ils ne l’ont pas reconnu, et qu’ils l’ont traité comme ils ont voulu. » L’ Elie dans cette Parole de l’Ecriture, c’est Jean- Baptiste. Quand les Paroles de l’Ecriture d’Esaïe 40.3, de Malachie 3.1, et d’une moitié de Malachie 4. 5-6, s’étaient accomplies en Jean-Baptiste, les juifs dans leur écrasante majorité ne l’avaient pas compris ; pourtant, ils avaient les Ecritures qu’ils enseignaient d’ailleurs dans les synagogues. Ils n’avaient pas compris ni les Ecritures ni la Puissance de Dieu. Frères, lorsque la Parole devient chair parmi les hommes, ceux-ci ne la voient pas. En Jean-Baptiste, ces Paroles de l’Ecriture avaient été faites chair. Et les gens ne l’ont pas compris. Si ce prophète était venu de lui-même, les gens l’auraient reçu dans les salons feutrés, à manger à leur table. Mais, il avait été fait Parole dans la chair humaine, et avait été envoyé par la Paro- le. En  lui, Dieu était caché pour se révéler tout en se cachant. Il y a quel- ques jours, un frère est venu me voir pour me dire : « Je crois quand tu parles de la prédestination et toutes les autres choses, mais je ne crois pas quand tu dis que l’Esprit d’Elie est sur toi. » je lui ai simplement répondu : « Ce n’est pas  un  problème. » Je sais qu’il n’est pas le seul dans ce cas. Il y a même eu des prédicateurs qui étaient farouchement op- posés à moi quand j’ai dit : « Dieu est dans l’homme. » Pour eux, il n’est pas possible que Dieu soit en moi ; mais ils disent que Christ est en eux. Savez-vous pourquoi ils pensent comme ça ? C’est tout simplement parce que la Parole a été faite chair au milieu d’eux. Sinon comment compren- dre  qu’ils n’admettent pas que Dieu soit en moi, tout en disant que ce Dieu-là est en eux, alors que c’est moi que Dieu utilise pour régler toutes sortes de problèmes qu’ils ont,  tant sur le plan spirituel que physique ? Leur aveuglement est dû au fait que la Parole de l’Ecriture qui  a été  pré- destinée, a aussi été faite chair parmi eux. Avant que je ne dise que Dieu est en moi, nous étions de très bons amis. Avant que je ne dise que Dieu m’a fait Moïse, et que Moïse avait été fait Dieu par Dieu, nous étions de très bons amis. Avant que je ne dise que l’Esprit d’Elie est sur moi, nous étions de très bons amis. Mais maintenant que je rends témoignage de la Lumière, ils me disent : «  Tu blasphème. »

Frères,  Dieu  Lui-même  a  annoncé  d’avance  la  venue  d’Elie  dans Malachie 4.5-6, et dans Matthieu 17.11, pour le rétablissement de toutes choses. Il est donc le Précurseur de l’Elie qui doit venir pour la restaura- tion des choses, pour leur restitution. Il n’a pas parlé d’Elie le Thischbite, mais d’Elie, c’est-à-dire de l’Esprit d’Elie. Par conséquent celui qui re- çoit l’Esprit d’Elie, est Elie. Un jour, Dieu a parlé de moi au frère Josué, que je connaissais à peine, en disant : « Il est la voix qui crie dans le dé- sert. » Il Lui a dit : « Frère Moïse est donc Jean-Baptiste alors ? » Mais le Seigneur a dit : « Il n’est pas Jean-Baptiste ; il est Elie. Va le voir, afin qu’il t’explique ces choses plus en détail.» Je ne lui avais jamais dit que Dieu m’avait donné l’Esprit d’Elie. Quand quelqu’un reçoit l’Esprit d’Elie, l’Ecriture l’appelle Elie. C’est pourquoi le Seigneur a dit au frère Josué que frère Moïse est Elie. Jean-Baptiste aussi était Elie, à cause de l’Esprit d’Elie qui était sur lui. Et Dieu a été le Précurseur de sa venue. Si moi aussi j’ai reçu le même Esprit d’Elie ; alors Christ est aussi le Précurseur de ma venue. N’ayez pas peur, c’est la Parole, rien que la Parole. Les Paroles d’Exode 7.1, de  Malachie 4. 5-6, de Luc 4.18-19, d’Apocalypse 14. 14-16 sont accomplies en moi. Ô, c’en est trop pour vous n’est-ce pas ! Et si maintenant je vous dis que j’ai vu le ciel ouvert, et que j’ai vu le Fils de  l’Homme descendre vers moi, allez-vous vous bouchez les oreilles comme les juifs qui ont tué Etienne ?

Et si maintenant, je vous dis que dans une vision, j’ai été transporté en esprit jusqu’à  Golgotha pour assister à la crucifixion de Jésus ? Et si maintenant je vous dis que j’ai vu une Lumière blanche comme la neige, une Lumière sans fin, sans limite, et que je suis entré à l’intérieur de cette Lumière, et que j’ai été complètement immergé là-dedans, et qu’à l’inté- rieur de cette Lumière sans fin, j’ai rencontré  Christ, le Dieu   vivant, et qu’Il a posé Sa main droite sur moi ! Une Voix venant du ciel m’avait dit avant cette vision : «  Sépare-toi des branhamistes. » Allez-vous pous- ser de grands  cris, vous boucher les oreilles, comme ceux qui ont tué Etienne, parce qu’il avait vu  le Fils de l’Homme   debout à la droite de Dieu ? Vous faites les œuvres de votre père, le diable ; c’est à cela que vous êtes destinés. Accomplissez  donc votre destin ; j’accomplis le mien par la  proclamation de l’Evangile par la puissance de résurrection que Christ m’a donnée. L’Esprit d’Elie est ici en ce moment même dans une chair humaine pour ramener les prédestinés à l’enseignement des apôtres, au travers de la Manne Fraîche. Pendant que Branham qui prétend être le dernier Elie, venu pour révéler toute la Parole, enseigne la dîme, les apôtres eux, enseignent la libéralité, selon 2 Corinthiens  9. 6-7.  D’ailleurs, ils n’ont jamais parlé de dîme dans leurs écrits. Pendant que Branham enseigne que l’Eglise n’a pas de nom, ils enseignent qu’elle a bien un nom, selon Actes 15.14. Pendant que Branham enseigne que le mal ne vient pas de Dieu, ils enseignent que toutes choses, y compris le mal, ont été faites par la Parole, selon Jean 1.1- 3. L’Esprit d’Elie est un Esprit de restaura- tion, de restitution des choses, et il a été annoncé d’avance par Dieu Lui- même. Aujourd’hui cette prophétie s’accomplie, dans L’âge de Laodicée. Dans cet âge, Dieu a prédit la venue d’Elie dont Il est le Véritable Précur- seur. Cet âge est divisé en quatre temps prophétiques :

1. Le temps du soir

2. Le temps de minuit

3. Le temps de l’aube

4. Le temps du matin ; selon Marc 13.32-35.

L’ Esprit d’Elie agit dans chacun de ces temps prophétiques. Au milieu de la nuit, selon Matthieu 25.6, une Voix dit : « Voici l’Epoux sortez à sa rencontre. » Le temps de minuit étant inclus dans l’âge de Laodicée, et l’Esprit d’Elie étant l’Esprit qui agit en ce temps- là, j’en déduis que c’est l’Esprit d’Elie qui a crié à minuit disant : «  Voici l’Epoux, sortez à Sa rencontre. » C’est d’ailleurs le même Esprit d’Elie, au travers de  Jean- Baptiste, qui dit : «  Voici l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du mon- de. » Au temps de l’Aube, le même Esprit d’Elie révèle la Manne Fraîche, voilée dans une chair humaine. Dans Luc 12.36- 38, le Fils de l’Homme nous révèle les quatre veilles qui correspondent aux quatre temps prophé- tiques :

1. La première veille → Le temps du soir

2. La deuxième veille → Le temps de minuit

3. La troisième veille → Le temps de l’aube

4. La quatrième veille → Le temps du matin.

Le Seigneur n’est pas venu au temps du soir, ni à minuit ; Il ne viendra pas non plus   au temps de l’aube ; Il viendra pour l’enlèvement, et plus tard pour Israël, au temps  du matin, qui est la quatrième veille. Frère Branham a donné plusieurs fausses  prophéties concernant la date de la seconde venue de Christ, pensant que le Seigneur viendrait en son temps. La quatrième veille, qui est le temps du matin, est un mystère total ; c’est le mystère dont le Fils de l’Homme parle dans Matthieu 24.36 : «  Pour ce qui est de l’heure et du jour, personne ne le sait, ni les anges du ciel ni le Fils, mais le Père seul. » Vous voyez ! Même le Fils de l’Homme ne le sait pas. Si quelqu’un  exerce le ministère du Fils de l’Homme avec l’Esprit du Fils de l’Homme véritablement, il ne connaîtra pas ce jour-là non plus. C’est un jour mystérieux que le Père seul connaît. Je ne sais pas pourquoi, frère Branham qui dit être l’incarnation  parfaite du  Fils de l’Homme, et de l’Esprit d’Elie, a donné des dates en ce qui concerne la seconde venue de Christ. Mais, c’est entre Dieu et lui.

CHRIST LE PRECURSEUR DE SAMSON

La conception et la naissance de Samson ont fait l’objet d’une prédiction de la part de Dieu. Voici ce que dit l’Ecriture à ce sujet. « Un ange de l’Eternel apparut à la femme, et lui dit : Voici, tu es stérile, et tu n’as point d’enfants ; tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils. » Com- me vous pouvez le constater, c’est Dieu Lui-même qui prépare le chemin devant Samson, un simple homme. O, profondeur des profondeurs ! Mys- tère des mystères ! Dieu prépara le chemin devant un homme, Samson. Dieu était donc le Précurseur de la venue d’un homme, le Précurseur de Samson. Cela vous surprend-t-il ? Moi, pas. Car je sais que Dieu est hum- ble, et dans sa grandeur infinie, Il peut s’abaisser jusqu’au rang de l’hom- me mortel, et devenir le  Précurseur des hommes. Quand le Dieu Tout- puissant est devenu un Dieu Puissant en Jésus, c’était pour manifester Sa grande humilité. Quand Il est devenu un simple homme, qu’Il est né com- me un simple homme, et qu’Il est mort en Jésus, comme un simple hom- me, c’était pour manifester un attribut : L’humilité. Dieu Lui-même a an- noncé et préparé d’avance la venue de Samson ; c’était un précurseur. Comprenez-vous les Ecritures et la Puissance de Dieu, nous révélant la grande humilité dont Il est capable ? L’homme charnel et hautain dit en son cœur : « Je ne peux parler d’un homme.  Je ne peux pas prêcher un homme ; je ne prêche que Dieu seul.» Mais, sachez que Dieu, Lui, Il prêche l’homme qu’Il envoie. Ici, Il était en train de prêcher Samson, sa naissance, sa vie, sa mort. Oui Monsieur, Dieu a prêché  Samson, qui était un homme. Aujourd’hui, tous les prédicateurs parlent de Samson, de Moïse, de Jérémie, et j’en passe, dans leurs sermons. Mais, juste après cela, ils disent : «  Nous ne prêchons pas un homme. Nous ne prê- chons  que Dieu.» Vous voyez, ils ne comprennent ni les Ecritures ni la puissance de Dieu. Quand Dieu parle de Samson, de Moïse, d’Elie, d’E- zéchiel, de Paul, de Pierre, que fait-Il ? Il prêche l’homme qu’Il envoie, et l’homme qu’Il envoie Le prêche en se référant à ce que celui qui l’a en- voyé lui a dit. Dieu prêche l’homme, et l’homme prêche Dieu. Dieu prê- che l’homme, et l’élève même. Il a prêché Job et l’a élevé en disant  au diable: « As-tu vu mon serviteur Job ? Il n’y a personne comme lui sur la terre : c’est un homme intègre et droit, craignant Dieu, et se détournant du mal. » Si parmi vous un frère dit du bien d’un autre frère en faisant ressortir ses qualités morales et spirituelles, on vous dira : «  Vous élevez un homme. » Frères, Dieu Lui- même a élevé Job, comme le révèle l’Ecriture. N’est-ce pas un très grand honneur que de voir le Dieu Tout- puissant annoncé d’avance la naissance de quelqu’un sur terre ? Amen ! O, quelle profondeur ! Voulez-vous vous boucher les oreilles ? Non, ne le faites pas maintenant, car je n’ai pas encore mis fin avec les mystères du Royaume des cieux. Prenons Nombres 12.6-8 ; c’est à propos des mur- mures de Marie et d’Aaron contre Moïse, au sujet de la femme éthiopien- ne qu’il avait épousée. Dieu, ce jour-là, leur a prêché un homme, Moïse, en ces termes : «  Ecoutez bien mes paroles ! Lorsqu’il y  aura parmi vous un prophète, c’est dans une vision que moi, l’Eternel, je me révèle- rai à lui, c’est dans un songe que je lui parlerai. Il n’en est pas ainsi de mon serviteur  Moïse. Il est fidèle dans toute ma maison. Je lui parle bouche à bouche, je me révèle à lui sans énigmes ; et il voit une repré- sentation de l’Eternel» Sur qui  était basé la prédication de Dieu ce jour- là ? C’était Moise, un homme. Il a élevé cet homme de façon parti- culière en mettant en relief ses grandes qualités : « Il est fidèle dans toute ma maison. Je lui parle bouche à bouche. » En disant ces choses, Il a montré que Moise était supérieur aux autres enfants d’Israël ; Il l’a non seulement prêché, mais Il l’a aussi élevé. Qu’avez-vous à dire à ce sujet : Que Dieu a péché parce qu’Il a parlé d’un homme et l’a élevé ?

Dans Exode 7.1, Dieu dit à Moïse : «  Vois, je te fais Dieu pour pharaon, et Aaron sera ton prophète. » C’était une prédication de Dieu Lui- même, dont l’homme Moïse était la toile de fond, le thème central. Il a prêché ce jour-là sur la Divinité de l’homme. Oui Monsieur. Dans l’Ecri- ture, Dieu dit : «   Faisons l’homme à notre  image. » Et «   Dieu créa l’homme à son image. » C’était Dieu prêchant l’homme, qui est son ima- ge.            C’était Dieu prêchant la Divinité de l’homme. Dans 2 Corinthiens    4.5, l’apôtre Paul dit : «  Nous ne nous prêchons pas nous-mêmes, c’est le Seigneur Jésus-Christ que nous prêchons. » Il est donc clair qu’il n’a prêché  que Christ. Et moi non plus, je ne me prêche pas moi -même, c’est le  Seigneur Jésus-Christ que je prêche. Alléluia ! Revenons à l’apôtre Paul. Il dit qu’il ne se prêchait pas lui-même, mais que c’était Christ qu’il prêchait. Maintenant prenons quelques-unes de ses prédications : Dans Romains 2.16, il dit : « C’est ce qui paraîtra au jour où, selon mon Evangile, Dieu jugera par Jésus-Christ les actions sécrètes des hommes. » Il parle ici, non de l’Evangile de Christ, mais de son Evangile. Pourtant il dit qu’il ne se prêchait pas lui-même, mais que c’é- tait le Seigneur Jésus-Christ qu’il prêchait. Je crois aussi qu’il ne se prê- chait pas lui-même, que  c’était Christ qu’il prêchait. En parlant de son Evangile, il parlait de l’Evangile de Christ qu’il prêchait. Son Evangile et l’Evangile de Christ était un. C’était le même Evangile. Si c’est le même Evangile, c’est que Christ et Paul étaient un. Jésus  dit qu’Il était la Lumière du monde, pendant qu’Il était encore dans le monde, selon Jean 9.5. Quand Il n’était plus physiquement dans le monde, Il ne  pouvait plus être la Lumière du monde, dans une chair humaine. Nous savons que c’est Dieu qui est la seule Lumière véritable. Mais pour pouvoir éclairer les hommes, vivre parmi les hommes et mou- rir pour eux, Il s’est revêtu d’un corps de chair.  C’est dans ce corps de chair que le Fils de l’Homme dit qu’Il était la Lumière du monde, pendant qu’Il était dans le monde. J’espère que vous comprenez les Ecritures et la Puissance de Dieu. Après le corps de Jésus, le même Dieu de Lumière, a choisi le corps de chair  de Paul pour être  la Lumière du monde, confor- mément à Matthieu 5.14. Dans Actes 26.17-18, le Seigneur Jésus-Christ lui dit : « Je t’ai choisi du milieu de ce peuple et du milieu des païens, vers qui je t’envoie, afin que tu leur ouvres les yeux, pour qu’ils passent des ténèbres à la lumière et de la puissance de Satan à Dieu. »  Quelle était la mission assignée à l’apôtre Paul par le Seigneur Lui- même ? Il avait pour mission :

1.    D’ouvrir les yeux aux autres hommes. Comme vous pouvez le constater, le pouvoir surnaturel d’ouvrir les yeux aux hommes a été aussi donné à Paul, un homme. Vous voyez Christ et Paul sont vraiment un. Dieu a aussi utilisé le corps de Paul pour accomplir Sa volonté, comme Il a utilisé celui de Jésus pour Sa gloire.

2.  De faire passer les hommes des ténèbres à la lumière Divine.

Dans Actes 13.47, Il lui dit : «  Je t’ai établi pour être la lumière des nations, pour porter le salut jusqu’aux extrémités de la ter- re. » Vous voyez ! Il a fait de Paul, la Lumière du monde. C’est toujours la même Lumière du monde qui est prêchée, mais au tra- vers  de  plusieurs  hommes  oints  de  l’Esprit   de  Christ.  Dans Ephésiens 5.1, l’apôtre Paul dit à notre endroit : «  Devenez donc les imitateurs de Dieu, comme des enfants bien-aimés. » Qui de- vons-nous imiter, d’après lui ? C’est Dieu, nous dit-il. Mais dans Philippiens 3.17, il dit encore : « Soyez tous mes imitateurs, frères, et portez les regards sur ceux qui marchent selon le modèle que vous avez en nous. » Ici, qui devons-nous imiter ? Selon le même Paul, nous devons d’abord l’imiter, lui, puis, nous devons aussi imiter ceux qui marchent selon le modèle qui est en eux. Pas selon le modèle qui est en Christ, mais bien selon le modèle qui est en lui, Paul. Pas selon le modèle qui est en Dieu, mais selon le modèle qui est en l’homme, l’homme rempli du Saint-Esprit. Vous voyez, Dieu prêche l’homme, et l’homme prêche Dieu, en se prê- chant lui-même, car Dieu habite  en lui. Dans un premier temps, l’apôtre Paul dit : «  Imitez Dieu. » Puis, il dit : «  Imitez-moi. » Qu’est- ce à dire sinon qu’il veut que nous sachions que Dieu et lui sont un. Il dit aussi de porter les regards vers ceux qui mar- chent selon le modèle qu’il y a en lui. Les gens disent : «  Portez les regards vers Christ. » C’est bien. Mais l’Ecriture dit aussi de porter les regards sur ceux qui marchent selon le modèle qui est en Paul. De quel modèle s’agit -il ? DE CHRIST, LE PARFAIT MODELE.

L’apôtre Paul dit qu’il ne se prêchait pas lui-même, mais qu’il prê- chait le Seigneur Jésus-Christ. Tout ce qu’il dit en rapport avec sa propre personne était une façon de prêcher Christ. Car, sa vie était la vie de Christ. Son Evangile était l’Evangile de Christ. Quand il parle de lui, c’est de Christ qu’il parle ; lorsqu’il parle de Christ, il parle de lui. Il n’a prêché tout sa vie que Christ. Comprenez-vous les Ecritures et la Puissance de Dieu ? Et si l’histoire de Dieu se répétait !

Dieu a prêché la naissance et la mort de Jean-Baptiste, de Samson, comme nous venons de le voir. Il était leur précurseur.

LE MYSTERE DES SEPT TRESSES DE SAMSON.

Samson, le serviteur de Dieu, avait sept tresses de cheveux sur sa tête. Branham dit que les sept tresses de Samson représentent les sept âges de l’Eglise. Mais, il a omis de dire aux branhamistes que ces sept tresses qui représentent les sept âges de l’Eglise, avaient été coupées, et que Samson avait été fait prisonnier par les philistins ; et qu’il avait eu les yeux crevés, et qu’après, ses cheveux avaient poussé, et qu’il mourut. Si les sept tres- ses ont été coupées, c’est que les sept âges de l’Eglise vont passer ; si les cheveux ont poussé après, c’est qu’il y a une continuité en ce qui concer- ne les âges de l’Eglise. Je m’explique :

1.Les sept tresses de Samson représentent les sept âges de l’Eglise

2.Samson est un type de la Parole à travers les sept âges de l’Eglise

3.Quand les sept tresses ont été coupées, Samson a été fait pri- sonnier par les philistins. De même après les six premiers âges de l’Eglise, plus précisément au septième âge, la Parole sera faite prisonnière par les hommes. Selon Romains  1.18, les hommes retiendront injustement la vérité captive. Nous som- mes dans ce  temps-là. Avec la mort de Branham, qui s’est prétendument déclaré  septième et dernier messager, les gens ont pensé que l’âge de Laodicée était terminé. Quand les phi- listins ont coupé la septième et dernière tresse de Samson, ils ont pensé que tout était fini. Comprenez-vous la typologie ?

4.La septième tresse de Samson représente le septième âge de l’Eglise. O, si le Seigneur pouvait nous permettre de compren- dre le mystère de la septième tresse de la tête de Samson. N’é- tait-elle pas particulière ? N’était-elle pas composée de quatre tresses réunies ensemble ? Je n’en sais rien. Mais, le septième âge, lui, est divisé en quatre temps prophétiques différents. Au milieu de ce septième âge, après le temps du soir et le temps de minuit, la Parole a été rendue captive, elle a été faite pri- sonnière par des hommes charnels, qui pensent détenir toute la Parole. Ils lui font dire tout ce qu’ ils veulent ; ils lui font faire tout ce qu’ ils veulent. Ils lui font dire que Branham est né sans péché, qu’il est infaillible, comme le Pape, que Dieu n’a pas créé le mal, qu’il faut payer la dîme, qu’il faut baptiser au nom de Branham, que Branham est Jésus-Christ en chair et en os, que Jésus-Christ n’est pas le Dieu Tout-puissant ; ils lui font dire que Marie a été conçu sans péché, comme Branham, que l’Eglise n’a pas de nom, que le parler en langues est le signe initial du baptême du Saint-Esprit, qu’il y a trois person- nes en Dieu, que le foulard est le voile de la femme, etc. Mais, frères, les cheveux de Samson ont poussé, pas en sept tresses, mais en un seul bloc. C’est ici le mystère de la restauration, de la restitution de la Parole. Quand ses cheveux poussaient, les philistins, imbus de leur propre personne, de  leurs propres conceptions des choses, ne le savaient pas. Le jour où ils l’ont su, c’était leur dernier jour, c’était trop tard.  Le même Sam- son qu’ils ont fait prisonnier, c’est le même qui les a détruits. La même Parole que les hommes ont rendue captive, c’est El- le qui va les juger et les jeter dans l’étang de feu et de souffre pour la mort éternelle. D’ailleurs, Elle les a déjà jugés et déclarés morts spirituellement.

CHRIST LE PRECURSEUR DE MOISE.

Dieu a fait une promesse à Abraham, laquelle promesse annonçait la ve- nue de Moïse, de façon très voilée et très mystérieuse. Mais, nous bénis- sons Dieu pour l’aigle qui a pris son envol pour la révélation de la Manne Fraîche, car au travers de ce ministère prophétique les choses deviennent de plus en plus claires. Examinons cette promesse : « Sache que tes des- cendants seront étrangers dans un pays qui ne sera point à eux ; ils y seront asservis, et on les opprimera pendant quatre cents ans. Mais, je jugerai la nation à laquelle ils seront asservis, ils sortiront ensuite avec de grandes richesses. » (Genèse 15.13).  Cette Parole prophétique parle d’Isaac, de Jacob ; des douze fils de Jacob, de leur temps de servitude en Egypte, et de leur délivrance  par Moïse. Dieu Lui-même a annoncé, et préparé d’avance le chemin de l’esclavage de son peuple, et le chemin de leur libération par Moïse. Voyez-vous ! Il était le Précurseur de la venue de Joseph et de sa famille en Egypte. C’est Lui-même qui a  préparé ce chemin-là :

1.Il a permis que Joseph soit vendu par ses propres frères, et que ce dernier  soit  fait  prisonnier en  Egypte,  puis  gouverneur, après Pharaon.

2.Il a permis que la famine sévisse là où vivait Jacob et sa fa- mille, mais qu’il y ait de la nourriture en Egypte.

3.Il a suscité la rencontre et la réconciliation entre Joseph et ses onze frères.

4.Il a poussé Jacob et toute sa famille à aller vivre auprès de Jo- seph en Egypte.

5.Il a permis que Joseph meure, et qu’un autre Pharaon vienne au pouvoir ; et que les enfants d’Israël soient réduits à l’esclavage.

6.Il a suscité Moïse pour opérer la libération, et pour juger le pays d’Egypte comme Il l’avait promis à Abraham.

Voyez-vous  maintenant  comment  Dieu  a  préparé  le  chemin  de l’exil ? C’était un Précurseur de la venue de ce peuple en Egypte. C’était aussi Lui le Précurseur de la naissance et de la venue de Moïse le libéra- teur. Dans Osée 12.14, il est écrit : « Par un prophète, l’Eternel fit mon- ter Israël hors du pays d’Egypte. Par  un prophète, Israël fut gardé. » Qui était ce prophète ? C’était Moïse. Et qui était Moïse ? C’était Dieu, le  Dieu  d’Israël. Oui Monsieur, vous m’avez bien entendu :  MOISE ETAIT LE DIEU D’ISRAEL. Dans Exode 32.7, après la fabrication du veau d’or, Dieu dit à Moïse, «  Va descends ; car ton peuple que tu as fait sortir du pays d’Egypte s’est corrompu. » Dieu dit que le peuple d’I- sraël était le peuple de Moise. Et Moïse aussi dit à dit Dieu : «  Pourquoi, ô Eternel, ta colère s’enflammerait-elle contre ton peuple. »  Ici, Moise aussi dit que c’était le peuple de Dieu. (Exode 32.11). Dieu dit à Moïse :

‘‘ c’est ton peuple.’’ Moïse dit à Dieu : ‘‘ c’est ton peuple.’’ C’est le même peuple, pour un seul et même Dieu : DIEU ET MOISE. Le peuple de Dieu et le peuple de Moïse sont un. Dans Apocalypse 15.2-3, l’Ecritu- re parle de ceux qui ont vaincu la bête, l’image de la bête et le nombre de son nom, debout sur une mer de verre, mêlée de fer. Ces hommes-là, ont des harpes de Dieu, et ils chantent le cantique de Moïse et le cantique de l’Agneau. Les deux cantiques ont exactement les mêmes paroles. Le can- tique de Moïse et le cantique de l’Agneau sont un même et seul cantique. Qui est donc  Moïse, pour qu’il ait le même cantique que celui de l’A- gneau ? Qui est donc Moïse  pour que son cantique soit chanté par les vainqueurs, l’Epouse, avec des harpes de Dieu, au ciel ? Selon Exode 7.1, il avait été fait Dieu. Et quand on considère Apocalypse 15.2-3, on cons- tate qu’il est toujours Dieu. Or, il n’ y a qu’un seul Dieu. Dans l’Apoca- lypse, quand l’Ecriture parle par exemple de Royaume du Seigneur et de Christ, cela veut dire que le Seigneur et Christ sont une seule et même personne, et que le Royaume aussi est un même et seul Royaume. Le mot « et » ici a valeur d’égalité.  Dans Apocalypse 20.2, il est écrit dans l’E- criture : « Il saisit le dragon, le serpent ancien, qui est le diable et Satan, et il le lia pour mille ans. » «  Le diable et Satan » : cela ne veut pas dire que le diable est à part, et  que Satan est à part. Cela veut dire que le dia- ble et Satan sont un, la seule et même personne. Quand le Fils de l’Hom- me dit : Le Père et moi sont un, Il veut dire que le Fils et le Père sont une seule et même Personne. Le cantique de Moïse et le cantique de l’A- gneau, sont donc un seul et même cantique. Qu’en est-il de Moïse et de l’Agneau ? Moïse et l’Agneau sont une seule et même Personne. Je sais que beaucoup ne pourront pas recevoir cette révélation, mais je répète : MOISE ET L’AGNEAU SONT UNE SEULE ET MEME PERSONNE. Selon Exode 7.1, Moïse était Dieu. Selon Esaïe 9.5, Jésus-Christ aussi était Dieu. Dans les deux cas, Dieu est écrit avec un ‘‘D’’ majuscule. Hier, frère Bazel m’a demandé quelle était la différence entre la Divinité de  Moïse et la divinité des autres prophètes, comme Jérémie, Ezéchiel, Elie. J’ai dit que la Divinité de Moïse est largement au-dessus de la divi- nité des autres prophètes, hormis Jésus. Et j’ai dit que la différence entre Moïse et Jésus, se situe essentiellement au niveau de leur conception et de leur naissance. Moïse a été conçu dans le péché et est né dans le péché. Mais, le Fils de l’Homme a été conçu hors du péché, et Il est né sans pé- ché. Moïse est un homme pécheur fait Dieu par Dieu. Jésus-Christ était un Homme sans péché devenu péché du monde. Moïse a été conçu au tra- vers des rapports sexuels, mais Jésus-Christ a été conçu en dehors de tout rapport sexuel, par le Saint-Esprit. Moïse, c’était Dieu venu sous la loi. Jésus-Christ  était,  et  est  Dieu,  venu  avec  la  grâce  et  la  vérité.  Dans Jean 1. 17, l’Ecriture dit que « la loi a été donnée par Moise, la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ. » Je crois que cette Parole de l’E- criture cache un mystère : C’est qu’il y a deux grandes dispensations : La loi et la grâce. Le mystère, c’est donc que Dieu s’est révélé sous la loi en Moise, et  qu’Il s’est révélé sous la grâce en Jésus-Christ. Au temps du soir, il a été dit que Moise était une partie de Dieu. Mais, sachez-le une fois pour toutes, il était Dieu Lui-même ; il était toute la plénitude de Dieu manifestée corporellement.

Lors de la transfiguration de Moïse sur la montagne, son visage avait changé d’aspect ; il rayonnait de la gloire de Dieu. Je vous ai déjà dit que ce visage qui rayonnait de la gloire de Dieu n’était rien d’autre que le vi- sage de Dieu Lui-même. Le corps de Moïse était le corps de Dieu sous la loi ; et le corps de Jésus est le corps de Dieu sous la grâce. Par le sang de Christ et le don du Saint-Esprit, nous aussi, nous sommes devenus le tem- ple de Dieu, le corps de Christ. Frère Bazel a cité une Parole de l’Ecritu- re : « Moïse dit : L’Eternel me dit : Je leur susciterai du milieu de leurs frères un prophète comme toi, je mettrai mes parole dans sa bouche, et il leur dira tout ce que je lui commanderai. » (Deutéronome 18.17-18). Dieu par la bouche  de Son prophète, a annoncé la venue  de Christ sur terre. Il a été donc le Véritable Précurseur de la venue du Fils de l’Hom- me. Moïse aussi a été le Précurseur de la venue de Christ. Mais, dans cette Parole de l’Ecriture que nous venons de lire, les  termes de la prophétie sont très mystérieux : « Je susciterai un prophète comme toi » dit Dieu à Moïse. Nous savons que cette prophétie parle de Jésus-Christ. Il ne dit pas :  «   Je susciterai un prophète plus grand que toi, mais un prophète comme toi. » Donc  Jésus-Christ était un prophète comme Moïse. Dieu compare ici Jésus-Christ son Fils  Unique à Moïse un enfant de Dieu adopté. A quels niveaux peut-on situer cette comparaison ? Moïse était et est Dieu ; Jésus-Christ était et est Dieu. Quand Moïse est  mort, Dieu a lutté avec le diable au travers de l’archange Michel, au sujet de son corps. Et Il l’a Lui-même enterré. Maintenant, je veux dire un mystère : Il l’a ressuscité  avant  qu’il ne connaisse la corruption. Quand Jésus est mort, Dieu n’a pas non plus abandonné son corps à la corruption, mais Il l’a res- suscité le troisième jour. Moi, je  crois qu’Il a aussi ressuscité Moïse le troisième jour, avant que son corps ne  connaisse la corruption. Sinon, pourquoi s’est- Il donné tant de peine à lutter avec Satan  au sujet du ca- davre de Moïse? Moïse a été transfiguré sur la montagne, Jésus aussi a été transfiguré sur la montagne. L’Ecriture parle de l’Esprit de Moïse qui re- vient aussi sur les hommes. L’Esprit de Moïse et l’Esprit de Christ sont un seul et  même Esprit en ce sens que c’est l’Esprit de Dieu. Moïse et Christ sont un, si vous pouvez le supporter. Dieu n’a pas dit qu’Il allait susciter un prophète plus grand que  Moïse, mais un prophète comme Moïse. Moïse était la référence sur laquelle Il s’est appuyé pour parler de Jésus-Christ. Moïse est le seul homme jamais enterré par Dieu Lui-même. Même Jésus, Dieu Lui-même ne l’a pas enterré, car Dieu avait abandonné son  corps sur la croix. Je demande toujours quelle est la profondeur, la hauteur, la largeur de l’intimité qu’il y avait entre Dieu et Moïse. Posez- vous aussi la question.

Dans Nombres  20.7-12, Dieu dit que Moïse n’a pas cru en Lui, qu’il a péché. Mais, aucun sacrifice n’a été immolé pour l’expiation de son péché. Jésus non plus n’a pas besoin de sacrifice pour ses propres péchés, puisqu’il n’en a pas. Pourquoi la Parole n’a pas prévu de sacrifice pour le péché de Moïse ? Que Dieu nous éclaire davantage là-dessus. Dieu a été le Précurseur de la venue de Moïse. Il est encore le Précurseur de la venue de Moïse, de l’Esprit de Moïse et de l’Esprit d’Elie, dans les nations et en Israël.

CHRIST LE PRECURSEUR DE L’EPOUSE.

Seigneur dit dans Jean 14.2-3 : «  Il y a plusieurs demeures dans la maison de  mon Père ; Si cela n’était pas, je vous l’aurait dit. Je vais vous préparer une place.  Et lorsque je m’en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi. » Vous voyez ! Il a annoncé d’avan- ce l’enlèvement de l’Epouse, de son entrée au ciel. Cette œuvre de prépa- ration qu’Il est allé faire est assimilable à l’œuvre d’un précurseur. Tout le ciel,  et  toutes  les  armées  qui  s’y  trouvent,  savent  que  l’Epouse  de CHRIST,  Son corps terrestre  va un jour monté au ciel sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs. Chaque homme de Dieu, appelé selon la Parole d’Ephésiens 4.11, est aussi un  précurseur de ce grand évène- ment surnaturel : L’enlèvement. Avant l’enlèvement, il y aura la résurrec- tion de ceux qui sont en Christ, et le changement de ceux qui seront vi- vants quand le Seigneur viendra. C’est ce jour-là que notre corps actuel qui souffre et qui soupire, connaîtra la rédemption, l’adoption. Nous qui avons les prémices de l’Esprit, et nous qui sommes dans les douleurs de l’enfantement, à cause de la servitude et de la corruption, nous soupirons en nous - mêmes. Mais, le jour de la résurrection et de l’enlèvement, Dieu mettra fin à toutes sortes de souffrances. Ce sera le jour de la rédemption, de l’adoption et de la délivrance de nos corps. Ce jour-là, le corps mortel revêtira l’immortalité, le corps corruptible revêtira l’incorruptibilité. Se- lon 1Corinthiens 15.40-41, les corps ressuscités revêtiront des corps cé- lestes. Et les  corps célestes auront des éclats différents. Voici les diffé- rents éclats des corps célestes : l’éclat du soleil, l’éclat de la lune, l’éclat des étoiles ; et selon Daniel 12.2-3, il y a aussi l’éclat de la splendeur du ciel. Frères, emparons-nous donc de ces  glorieuses promesses de notre Dieu.  Prions,  jeûnons,  servons  le  Seigneur,  et  craignons  Son  Nom. Soyons remplis du Saint-Esprit, et revêtus de la Puissance d’ En Haut. Le Fils de l’Homme est allé nous préparer une place dans le palais du Père. Quand Il aura fini, Il reviendra nous chercher. Et là où Il sera, c’est là que nous serons. Mais, cette fois, Il ne descendra pas sur terre ; Il sera dans les airs sur les nuées du ciel. C’est l’Epouse qui quittera la terre pour aller à Sa rencontre, et Elle sera avec Lui pour toujours. Christ notre Précurseur a annoncé notre entrée au ciel auprès du Père ; Il est notre Pâque, notre Précurseur,  notre Dieu, notre Rédemption, notre Médiateur, notre Sei- gneur et notre Sauveur. Il est l’Alpha et l’Omega, le Premier et le Dernier, le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs, le Dieu des dieux. Christ notre Précurseur a non seulement préparé le chemin du ciel pour nous, mais Il a aussi promis de nouveaux cieux et une nouvelle terre où la justice habite- ra. Christ est aussi notre Précurseur pour le retour sur la nouvelle terre. Dieu a montré à l’apôtre Jean, dans une vision, la ville sainte, la nouvelle Jérusalem,  qui  descendait du ciel d’auprès de Dieu, ayant la gloire de Dieu. La sainte cité  descendra un jour sur terre, sur la nouvelle terre. C’est sur cette nouvelle terre que l’Epouse aura son véritable réveil. Frère Branham a prédit, semble- t-il,  un réveil de puissance et de création divi- ne avant l’enlèvement, sur la première terre. C’est ce que les branhamistes attendent. Ils attendront ce réveil vainement ; car un tel  réveil n’a pas été prédit par l’Ecriture. D’après 1 Thessaloniciens 4.15-17, voici les diffé- rentes étapes de l’enlèvement :

1. Il y aura un cri de commandement

2. La voix de l’archange

3. La sonnerie de la trompette de Dieu

4. La résurrection des morts en Christ

5. Le changement des vivants

7.  L’enlèvement de l’Epouse à la rencontre de l’Epoux sur les nuées du ciel.

Où est donc la place du réveil prédit par frère Branham ?  Vous voyez, c’est un leurre. Un tel réveil n’est prédit nulle part par l’Ecriture. Elle n’y fait même pas allusion. Dans 1 Corinthiens 15.51-52, l’apôtre Paul parle d’abord de la dernière trompette, puis la résurrection des morts en Christ, et du changement des vivants. Et toutes ces choses seront faites par Dieu Lui-même. Les branhamistes disent que cette dernière trompette qui va appeler à la résurrection des morts en Christ et le changement des vivants en un clin d’œil , en vue de l’enlèvement, c’est le message de leur prophè- te William Branham. Je crois qu’ils se bercent d’illusions. Jugez-en vous- mêmes : William Branham s’est souvent référé à Genèse 18 où Dieu a discerné les secrets du cœur de Sara, pour justifier les discernements qu’il a fait, tout en se réclamant du temps du soir. Or, lorsque nous considérons les Ecritures, le discernement des secrets du cœur de Sara ne s’est pas fait au  temps du soir, mais plutôt au temps du jour. Lisons Genèse 18. 1 :

« L’Eternel lui apparut parmi les chênes de Mamré, comme il était as- sis à l’entrée de sa tente, pendant la chaleur du jour. » Et c’est au verset 13, que Dieu a discerné les secrets du cœur de Sara. Au temps du jour ; pas au temps du soir.  Mais selon Genèse 19. 1, les deux anges sont arri- vés à Sodome sur le soir. Et au temps du soir, il n’y a pas eu de discerne- ment des secrets de cœur ; les deux anges ont plutôt frappé les gens d’a- veuglement. Ce n’est donc pas scripturaire de parler de discernement des secrets de cœur au temps du soir. Selon l’Ecriture, le discernement  des secrets de cœur s’est fait au temps du jour, et l’aveuglement a frappé les gens au  temps du soir. J’ai comme l’impression que William Branham s’est trompé de temps, où qu’il les a confondus, n’ayant pas une révéla- tion claire de ces choses. Est-ce avec un tel message que la résurrection des morts, le changement des vivants et l’enlèvement seront faits ? Je ne le crois pas. Le message du soir de William Branham  nous a laissé sur notre faim, à cause de ses nombreuses confusions dues essentiellement à ses déviations. Est-ce avec un tel message que les morts ressusciteront et que l’enlèvement sera fait ? Je ne le pense pas. Aujourd’hui, il y a plu- sieurs  tendances dans ce message, à cause de ses imperfections. Il y a ceux qui croient aux sept  tonnerres comme Joseph Branham, et qui disent qu’ils seront enlevés. Il y a ceux qui n’y croient pas, et qui disent aussi qu’ils seront enlevés. Est-ce dans ces confusions que l’Epouse sera enle- vée. William Branham dit qu’il faut la révélation des sept tonnerres pour que l’Epouse ait la foi de l’enlèvement. Dans sa brochure sur LA REVE- LATION  DES  SEPT  SCEAUX,  LE  TROISIEME  SCEAU  ,  il  dit  :« L’Epouse n’a pas encore eu de réveil. Il n’y a pas encore eu de ré- veil, aucune manifestation de Dieu pour mettre l’Epouse en mouvement. Vous voyez ? C’est ce que nous attendons ! Il faudra ces sept tonnerres inconnus là derrière pour la réveiller. Il les enverra. Il l’a promis. » Selon lui, le Seigneur a promis révéler les sept tonnerres incon- nus pour mettre l’Epouse en mouvement.  Il a dit cela le 20 mars 1963, après la visitation de sept anges venus, d’après lui, de l’éternité, et l’appa- rition de la Colonne de feu qui fait tant la fierté des branhamistes. Mais le 24 mars 1963, soit quatre jours après que le Seigneur ait promis de révéler les sept tonnerres pour mettre l’Epouse en mouvement, William Branham dit encore dans sa prédication sur le septième sceau : « Maintenant, quel est ce grand secret caché sous ce sceau, je l’ignore. Je ne le connais pas. Je ne le comprends pas. Je ne peux rien en dire de plus que ce qui a été dit. Mais je sais que c’est ces sept tonnerres qui font enten- dre leurs voix immédiatement l’un après l’autre, tonnant à sept reprises, et que cela se déploie en débouchant dans quelque chose d’autre que j’ai vu. Quand j’ai vu cela, j’ai cherché l’interprétation qui en découlait, mais je n’ai  pas pu la trouver. » Que retenir de tout cela ? D’après Branham, Dieu lui a promis  la révélation des sept tonnerres qui mettra l’Epouse en mouvement, et qui lui donnera la foi pour être enlevée. Mais, curieusement, quatre jours après, il dit qu’il a vu ces sept tonnerres, qu’il a cherché l’interprétation, mais qu’il n’a pas pu la trouver. Dès lors plu- sieurs questions se bousculent dans notre esprit, entre autres :

1.  Dieu a-t-Il failli à Sa promesse, a-t- Il menti ? Il a promis de révé- ler les sept tonnerres pour donner à l’Epouse la foi pour être enle- vée, mais Il ne l’a pas  fait. A mon avis, c’est William Branham qui a menti en disant qu’une telle promesse lui a été faite par le Seigneur. Dieu n’est pas un plaisantin pour  faire une promesse pour ne pas l’accomplir.

2.  Qu’en est- il de l’enlèvement de l’Epouse, puisque William Bran- ham n’a pas pu trouver la révélation des sept tonnerres ? Frères, si vous voulez le savoir, l’enlèvement sera sans la révélation des sept tonnerres d’Apocalypse 10. Depuis le temps des apôtres, Dieu a donné à Ses élus ce qu’il faut pour être enlevés.

Frères, le message de Branham n’est pas la dernière trompette dont parle l’Ecriture, ni même la Manne Fraîche. Quelle est la mission de la Manne

Fraîche ? Sa mission, c’est :

-     De perfectionner les saints

-     D’édifier le Corps de Christ, afin que nous parvenions tous à l’unité de la foi, à l’état d’homme fait, à la connaissance du Fils de Dieu, à la mesure de la stature parfaite de Christ en vue de l’enlèvement, mais Elle n’est pas la dernière trompette de Dieu. William Branham dit que Judas est sauvé et  sanctifié ; est-ce avec de telles faussetés que l’Epouse va être enlevée ? Il dit que c’est un péché qu’un blanc épouse une noire, montrant ainsi qu’il est  contre le brassage des races, alors qu’il est lui-même métisse.  Dans  l’Ecriture,  nous  pouvons  voir que le prophète Moïse, qui était Dieu, a  épousé une africaine. C’est pourquoi quand Branham s’oppose au mariage mixte, il parle de son pro- pre fonds, de son propre chef. Aussi quand il  prédit un grand réveil de puissance et de création, avant l’enlèvement, il parle de son propre fonds.

Où placer dans l’Ecriture, la prophétie de Branham concernant ce grand réveil surnaturel qui va bouleverser le monde, et qui va propulser l’Epouse dans l’enlèvement ? Cette prophétie fait partie des fausses pro- phéties de Branham. Les  branhamistes disent que la dernière trompette, c’est le message de Branham. Frères, c’est un leurre. Christ notre Précur- seur n’a pas parlé de ce réveil tant attendu par les branhamistes. La résur- rection des morts, le changement des vivants et l’enlèvement se feront en un clin d’œil. Quand le Fils de l’Homme montait au ciel, il n’y eut ni bruit ni trompette ni tambour ; seulement 120 personnes environ ont assisté à cet évènement surnaturel. Quand Elie montait au ciel, seul Elisée était té- moin. Tout Israël n’en  savait  rien. Quand l’Epouse montera au ciel, le monde n’en saura rien, et n’assistera pas à cet évènement surnaturel. La prophétie de Branham qui prévoit un bouleversement du monde par des miracles surnaturels n’a aucun fondement biblique ; c’est une vue de l’es- prit. Il dit : « L’Epouse n’a pas encore eu de réveil. Il n’y a pas encore de  réveil,  aucune  manifestation  de  Dieu  pour  mettre  l’Epouse  en mouvement. Vous voyez ? C’est ce que nous attendons ! Il faudra ces sept tonnerres inconnus là derrière pour la réveiller. Il les enverra, Il l’a promis. » Il a fait cette déclaration en 1963, à l’ouverture du troisième sceau. Selon lui, c’est la révélation des sept tonnerres d’Apocalypse 10, qui donnera la foi de l’enlèvement à l’Epouse, qui produira le fameux ré- veil de l’Epouse. C’est ce que les branhamistes attendent, dans l’assoupis- sement spirituel dans lequel ils se  trouvent aujourd’hui. Mais, Branham qui a dit que Dieu a promis de révéler les sept tonnerres pour l’enlève- ment de l’Epouse, dit encore à l’ouverture du septième sceau, qu’il avait vu les sept tonnerres, mais qu’ils sont passés à toute vitesse. Il dit même qu’il  avait  cherché  vainement  l’interprétation.  N’est-ce  pas  curieux  ! Quelque chose que Dieu n’a pas révélé, comment et où a-t-il cherché l’in- terprétation ? En 1964, dans   DIEU DEVOILE , il dit que les sept tonner- res ne sont pas révélés. Après, il dit   encore qu’ils sont révélés dans les sceaux. Il ne savait plus à quel saint se vouer. Si c’est avec ce galimatias prophétique que les branhamistes attendent le retour du  Seigneur pour l’enlèvement, j’ai peur pour eux. Frères, vous n’êtes pas les enfants du soir, mais les enfants du matin. Branham dit que Judas est sauvé et sancti- fié. Si c’est avec ce genre d’enseignement que les gens espèrent avoir la foi de l’enlèvement, je préfère ne pas en entendre parler.

Christ  est  notre  précurseur,  et  nous  sommes  aussi  les  précurseurs  de Christ, si du moins nous annonçons Son retour.

Frères, Dieu a annoncé d’avance la naissance de chaque élu en Jésus-Christ, en tant que Précurseur. Il a annoncé et préparé d’avance cha- que ministère et chaque ministre, en tant que Précurseur. Christ est notre Précurseur Il est le Précurseur d’Apocalypse 14.14-16.

Que Son Nom en soit béni à jamais !

FRERE CHRIST-MOISE


 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix