Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 17 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
50
Hier :
385
Semaine :
1997
Mois :
12877
Total :
3829814
Il y a 6 utilisateurs en ligne
-
6 invités


WILLIAM BRANHAM N'EST PAS LE DERNIER ELIE PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Lundi, 25 Octobre 2010 13:15

Message prêché le 11 Mars 2009 matin, au Tabernacle le Chande- lier d’Or ; Yopougon-Selmer ; Abidjan ( République de Côte d’Ivoire).


Bonjour, frères. Hier, nous étions au CHU de Cocody où devait ac- coucher  la sœur Aimée, l’épouse du frère Abel. Par la grâce de Dieu, tout s’est bien passé. Elle a fait un petit garçon. Mon épouse, notre enfant Cé- phas et moi, nous sommes entrés à  la maison aux environs de 04 H du matin. Il y avait aussi avec nous frère Henoc et son épouse. C’est le frère Renaud qui nous a déposés en voiture. Quelques anciens, des sœurs et des frères sont restés à l’hôpital. Je remercie le Seigneur pour la naissance de ce  bébé.  Ce  matin,  je  voudrais  répondre  rapidement  à  cette  ques- tion : « BRANHAM EST-IL LE DERNIER ELIE ? » La réponse est : NON. Il n’est pas le dernier Elie. Je sais qu’il a prétendu qu’il était le der- nier Elie ; et qu’aussitôt après sa mort, le monde serait brûlé, et l’Epouse entrerait dans le millenium en marchant sur la cendre des méchants. Mais, comme vous le savez, William Branham a eu beaucoup de prétention ; il a dit beaucoup de choses : des choses vraies et des choses fausses. Il a dit par exemple dans sa prédication intitulée “LA REVELATION DE JESUS-CHRIST : LES 10 VIERGES’’ que Judas est sauvé et sanctifié, contredi- sant ainsi le Seigneur, qui dit que ce dernier est perdu et est un fils de per- dition, selon Jean 17.12. Le 11 décembre 1960, il a donné la révélation selon  laquelle  le  cavalier  du  cheval   blanc  d’Apocalypse  6.1-2 est le ‘‘Saint-Esprit qui partit en Vainqueur et pour  Vaincre.’’ (LA REVE- LATION DE JESUS CHRIST : LES 10 VIERGES). Trois ans plus tard, en 1963, il a corrigé cette erreur monumentale, en disant que ce cavalier était plutôt l’anti christ. En 1960, quand il dit que le cavalier du cheval blanc était le Saint-Esprit, la colonne de feu était bel et bien au-dessus de sa tête ; cette colonne de feu qui fait tant la fierté des branhamistes. Elle n’avait pas pu empêcher Branham de dire des mensonges. En 1963, elle était encore là, lorsqu’il dit que ce cavalier était l’anti christ. Je me suis toujours demandé quel était le rôle exact de cette colonne de feu dont les photographies tapissent les murs des branhamistes. Elle était là quand Branham donnait de fausses prophéties sur la date de la seconde venue de Christ. Voici quelques-unes des dates qu’il a données : 1977, 1993, 1999. Quand il prédisait au Nom du Seigneur la destruction des Etats-Unis entre 1933 et 1977, elle était là. Quel était donc Son rôle, si malgré Sa présen- ce, Branham a donné de fausses révélations, révélations qui aujourd’hui le discréditent et le présentent comme un faux prophète. Pour moi, c’est un prophète de Dieu, mais qui a dévié par rapport à certaines vérités bibli- ques. Le 25 Juillet 1965, il dit dans ‘‘QUELLE ATTRACTION SUR LA MONTAGNE ?’’ à propos de Jean-Baptiste : «  Jean-Baptiste n’est pas Elie de Malachie 4, car après Jean la terre n’est pas brûlée. » Qui est donc l’Elie de  Malachie  4 ?  Branham dit que c’est lui-même.  Il dit qu’aussitôt après sa mort, la terre serait brûlée. Laissons-le lui-même nous le dire : « notez que dans Malachie, aussitôt que le messager s’en va, le monde est complètement brûlé et les justes entre dans le millenium, en marchant sur les cendres des méchants. » Or, il est mort en 1965 ; cela fait aujourd'hui 44 ans bien comptés. Et la terre n’est pas encore brû- lée comme il l’avait prophétisé. Dans cette parole de Branham, nous pou- vons faire ressortir deux choses :

1.  Branham n’est pas le dernier Elie. Lui aussi est mort sans que le monde ne soit brûlé.

2.  il a donné une fausse prophétie et les fausses prophéties, il y en a beaucoup avec Branham.

En 1965, il a prêché sur  ‘‘LES DOULEURS DE L’ENFANTE- MENT.’’ Et il dit : « Parce que lorsque Elie viendra, le monde devra être consumé  immédiatement et les justes devront marcher sur les cendres  des  méchants. »  Vous  voyez,  il  s’est  toujours  identifié  à Malachie 4, comme étant le dernier Elie, après qui, le monde devrait être détruit. Comme je vous le disais, il a eu beaucoup de prétentions non fon- dées bibliquement. Il dit par exemple dans   ‘‘LA  PROFONDEUR  AP- PELLE LA PROFONDEUR’’ : « Je suis né hors du péché... »,   se fai- sant ainsi l’égal de Jésus-Christ, le seul Homme conçu sans péché et né sans péché. J’ai déjà parlé de ces choses dans la prédication intitulée “ WILLIAM BRANHAM EST-IL VRAIMENT NE SANS PECHE ?’’ Il a aussi dit qu’il était infaillible. Or, Dieu seul est infaillible. Branham a re- gardé comme une proie à  arracher d’être égal avec Dieu. Cela, Jésus- Christ, qui était, qui est, et qui sera  toujours Dieu ne l’a jamais fait. Il s’est aussi identifié à l’ange d’Apocalypse 10.7. Or, cet ange-là sonne de la trompette après l’enlèvement de l’Epouse dont fait partie frère  Bran- ham. Cet ange-là sonnera de la trompette lors de la dispensation d’Israël, des  Juifs.  Comment  Branham  qui  n’est  pas  Juifs  peut-il  être  l’ange d’Apocalypse 10.7 ? En outre, cet ange n’est pas un homme, mais un an- ge céleste. Si Branham est vraiment le septième ange d’Apocalypse 10.7, c’est que les six premiers anges d’Apocalypse 8 et 9 ayant des trompet- tes, sont les six premiers messagers de l’Eglise. Lorsque vous prenez les évènements bibliques correspondant à la sonnerie de ces sept anges ayant des trompettes, aucun ne correspond à la vie de ces sept messagers de l’E- glise. J’ai comme l’impression que William Branham a tout ramené à sa personne : il est le dernier prophète-messager, le dernier Elie, le septième ange de l’Eglise, le septième ange d’Apocalypse 10.7 ; Il est l’égale de Jésus-Christ, étant né hors du péché comme Lui, étant infaillible comme Lui. Frères, je n’ai rien contre cela, mais c’est bibliquement faux.

BRANHAM  EST-IL  LE  DERNIER  ELIE,  APRES  QUI  LE MONDE EST BRULE ? NON.

Je voudrais maintenant prendre d’autres déclarations de Branham pour les confronter à la lumière des Ecritures, pour montrer qu’il n’est pas et qu’il ne sera jamais le dernier Elie.

1-  BRANHAM DIT QU’IL EST MALACHIE 4,ET NON JEAN-BAPTISTE.

Frère Branham en disant que Jean-Baptiste n’est pas Malachie 4, parce qu’il est mort sans que le monde ne soit brûlé, a fait preuve d’une méconnaissance grave et  d’une ignorance totale des Ecritures. Le Seigneur en son temps dit au Juifs : « Vous ne comprenez ni les Ecritures ni la puissance de Dieu. » C’est exactement ce qui sait passé avec Branham qui s’est autoproclamé  dernier prophète-messager de l’Eglise. Quelques uns penseront que je suis entrain de dénigrer le prophète alors qu’il n’y a aucune colonne de feu au-dessus de ma tête. Je ne le dénigre pas mais je corrige ses erreurs par la Parole révélée pour nous en ce temps de l’aube : la  Manne  Fraîche.  Branham  vous  a  dit  que  Jean-  Baptiste  n’est  pas Malachie 4, mais moi je vous dis que Jean-Baptiste est Malachie 4. Si Jean-Baptiste n’est pas Malachie 4, parce qu’après sa mort la terre n’est pas brûlée, alors Branham non plus n’est pas Malachie 4, parce qu’après sa mort la terre non plus n’est pas brûlée. Et je vous le dis, en vérité, en vérité, elle ne sera brûlée qu’après l’avènement de l’Elie d’Apocalypse 11.3, sa prédication, sa mort, sa résurrection, et son enlève- ment. C’est ici la Parole. Voici maintenant la preuve scripturaire, biblique que Jean-Baptiste est Malachie 4.

Prenons Malachie 4.5-6 et Luc 1.17 :

Malachie 4.5-6 : «Voici, je vous enverrai Elie le prophète, avant que le jour de l’Eternel arrive, ce jour grand et redoutable. Il ramènera le cœur des pères à leurs enfants, et le cœur des enfants à leurs pè- res, de peur que je ne vienne frapper le pays d’interdit. »

Luc 1.17 : « Il (Jean- Baptiste) marchera devant Dieu avec l’Esprit et la puissance d’Elie pour ramener les cœurs des pères vers les enfants… »

Jean-Baptiste est-il l’Elie de Malachie 4 ? Oui. Pourquoi ? Parce qu’il est revêtu de l’Esprit et de la puissance d’Elie pour ramener selon la prophétie de Malachie  4.5-6, le cœur des pères vers les enfants. Seule- ment il n’est identifié qu’à la première moitié de Malachie 4.6, à savoir, ramener le cœur des pères vers les enfants.  Vous voyez, il n’accomplit pas toute la Parole de l’Ecriture de Malachie 4.6 ; seulement une partie. Mais, n’empêche qu’il soit Malachie 4. Dans Jean 1.21, les juifs ont de- mandé à  Jean-Baptiste : « Es-tu Elie ? » et il dit : « Je ne le suis point. » Pourtant dans Matthieu 11.14, le Fils de l’Homme, le Seigneur Jésus- Christ, dit que Jean-Baptiste était l’Elie qui devait venir. Il s’est référé à deux Paroles de l’Ecriture pour identifier Jean-Baptiste : Malachie 3.1 et Malachie  4.5 ; Pour le Seigneur, Jean-  Baptiste était le messager qui viendrait préparer le chemin devant Lui, avec l’Esprit  d’Elie. Pourquoi donc Jean-Baptiste a dit qu’il n’était pas Elie, alors que Jésus-Christ dit qu’il l’était ? Quand les Juifs ont demandé à Jean- Baptiste s’il était Elie, ils s’étaient référés à Malachie 4.6, à cet Elie dont la venue devait marquer la destruction de la terre toute entière. C’est pourquoi Jean-Baptiste leur répondit : «  Non,  je ne le suis point. » Il savait que sa mission consistait seulement à ramener le cœur des pères vers les enfants. Elle ne consistait pas à ramener aussi le cœur des enfants vers les pères. Or, lors- que le cœur des enfants sera ramené aux pères, Dieu  devra détruire le monde. Comprenez-vous maintenant pourquoi il a affirmé qu’il  n’était pas l’Elie ? Il voulait dire qu’il n’était pas l’identification totale, complète, de Malachie 4.5-6. Cette Parole de l’Ecriture s’accomplira pleinement et parfaitement après le ministère, la mort, la résurrection et l’enlèvement du dernier Elie, qui sera un  israélite. Cet homme de Dieu, ce prophète, sera manifesté selon Apocalypse 11.3-4. Que dit ce passage de l’Ecriture : Dieu dit : « Je donnerai à mes deux témoins le pouvoir de prophétiser, revêtus de sacs, pendant mille deux cent soixante jours. Ce sont les deux oliviers et les deux chandeliers qui se tiennent devant le Seigneur de la terre. Si quelqu’un veut leur faire du mal, du feu sort de leur bou- che et dévore leurs ennemis ; et si quelqu’un veut leur faire du mal, il faut qu’il soit tué de cette manière. Ils ont le pouvoir de fermer le ciel, afin qu’il ne tombe point de pluie pendant les jours de leur prophétie ; et ils ont le pouvoir de changer les eaux en sang, et de frapper la terre de toute espèce de plaie, chaque fois qu’ils le voudront. » Au travers de cette Parole de l’Ecriture, deux ministères nous sont révélés : Le ministère de Moïse et le ministère d’Elie. Au travers de ces deux ministères, nous voyons aussi  l’Esprit de Moïse et l’Esprit d’Elie. Vous voyez, l’Esprit d’Elie va agir en Israël  pendant mille deux cent soixante jours, c’est-à- dire trois ans et demi. C’est à la fin de cette période de trois ans et demi que Malachie 4.5-6 sera pleinement et parfaitement accompli. Au terme de leurs jours de prophétie, Moïse et Elie seront tués par la bête qui monte de l’abîme, selon Apocalypse 11.7. Je ne parle pas de Moïse   le frère d’Aaron, ni d’Elie le Thischbite, mais de l’Esprit de Moïse et de l’Esprit d’Elie qui seront  répandus  sur deux hommes, deux prophètes israélites. N’oubliez pas que les juifs se sont toujours référés à leurs deux prophètes : Moïse et Elie. Dans Apocalypse  11.7-11,  il est parlé de la mort de ces deux prophètes, de leur résurrection et de leur enlèvement. C’est au travers de leur ministère prophétique, que le mystère de Dieu, dont parle l’Ecriture dans Apocalypse 10.7, sera achevé, terminé, accompli. Avec Branham, ce mystère de Dieu n’a pas été terminé. Or, s’il n’est pas terminé, Dieu ne  peut pas détruire le monde. Que dit l’Ecriture à propos du septième ange d’Apocalypse 10.7 ? Elle dit : « Qu’aux jours de la voix du septième ange, quand il sera sur le point de sonner de la trompette, le mystère de Dieu sera aussi terminé… » Quel est ce mystère de Dieu. Pas les mystères de Dieu, mais bien LE MYSTERE DE DIEU. Quel est donc ce mystère de Dieu ? C’est Christ. En effet, Christ est la révélation du mystère de Dieu ; Il est même le mystère de Dieu. CHRIST EST LE MYSTERE  DE  DIEU  ET  LA  REVELATION  DE  CE  MYSTERE. N’ayez pas peur, frères, c’est la Parole, rien que la Parole. CHRIST EST LE MYSTERE DE  DIEU ET LA REVELATION DE CE MYSTERE DE DIEU. Et l’Ecriture dit que lorsque le septième ange sera sur le point de sonner de la trompette, le mystère de Dieu aussi sera terminé. Je vous le dit, en vérité, en vérité, ce mystère de Dieu, qui est Christ, sera terminé en Israël au travers de l’Esprit de Moïse et de l’Esprit d’Elie. Comment voulez-vous que Dieu détruise le monde si les cent quarante quatre mille israélites  n’ont  pas encore reçu ce mystère de Dieu, qui est Christ, leur Dieu ? Dans Apocalypse 7.1-3, nous voyons « quatre anges debout aux quatre coins de la terre ; ils retenaient les quatre vents de la terre, afin qu’il ne soufflât point de vent sur la terre, ni sur la mer, ni sur aucun arbre. »   Ces quatre vents représentent la colère de  Dieu déversant ses terribles jugements sur la terre. Remarquez que les quatre anges  retiennent les quatre vents, qui sont les jugements divins ; Cela veut dire que les jugements apocalyptiques n’ont pas encore commencé. Pourquoi ? L’Ecriture nous dit que c’est à cause des cent quarante quatre mille israélites. Ceux-ci devront d’abord être marqués au front par le Sceau de Dieu, qui est le Saint-Esprit de Dieu. Après cela, les quatre anges vont libérer les quatre vents, c’est-à-dire qu’ils vont déverser la colère de Dieu sur la ter- re. Il leur a été dit expressément : « Ne faites point de mal à la terre, ni à la mer, ni aux arbres, jusqu’à ce que nous ayons marqué du Sceau de Dieu le front des serviteurs de notre Dieu. » Vous voyez, il faut d’abord que les cent quarante quatre mille reçoivent le don du Saint- Esprit, avant la destruction de la terre. Or, personne ne peut recevoir le Saint Esprit s’il n’a pas reçu la révélation du mystère de Dieu ; Personne ne peut recevoir le Saint-Esprit, s’il n’a pas reçu le mystère de Dieu qui est Christ. Lors de la première venue de Christ, les juifs l’ont rejeté et l’ont fait mourir. Mais, lors de  Sa seconde venue en Israël, les cent quarante quatre mille destinés à la vie éternelle Le recevront, comme leur Sauveur, leur Seigneur et leur Dieu. Et ils recevront le Saint-Esprit conformément à la Parole de l’Ecriture qui dit : «   La promesse est pour vous pour vos enfants… » (Actes 2.39). C’est par l’Esprit d’Elie d’Apocalypse 11.3-4, et de l’Esprit de Moïse, que s’accomplira pleinement cette Parole de l’Ecriture : « Afin que des temps de rafraîchissement viennent de la part du Seigneur, et qu’il envoie celui qui vous a été destiné, Jésus-Christ, que le ciel doit recevoir jusqu’aux temps du rétablissement de toutes choses, dont Dieu a parlé  anciennement par la bouche de ses saints prophètes. » (Actes 3.20-21). Je voudrais parler essentiellement des ‘‘temps de rétablissement de toutes choses.’’ De quels temps s’agit-il ici ? Il s’agit des jours de la prophétie d’Apocalypse 11.3-4 où Moïse et Elie apparaîtront au troisième jour du Fils de l’Homme, pour restituer le Mystère de Dieu, qui est Christ, en Israël. IL s’agit aussi du temps du rétablissement du royaume d’Israël, et du renouvellement de toutes choses. Lorsque le septième ange sera sur le point de sonner de la trompet- te, le  mystère  de Dieu aussi sera terminé. Avec William Branham, ce Mystère de Dieu a-t-il été terminé ? Non. Pourquoi ? Il n’est que le mes- sager du temps du soir ; et il est mort au-delà de minuit. Or, il reste encore deux temps prophétiques : L’aube et le  matin. Il y en a quatre selon Marc 13.32-35 : Le soir, minuit, l’aube et le matin. Selon Luc 12.36-38, il y a aussi quatre veilles : La première, la deuxième, la  troisième  et la quatrième veille. Ces quatre veilles de Luc 12.36-38 correspondent aux quatre temps prophétiques de Marc 13.32-35 :

-Le temps du soir = La première veille

-Le temps de minuit = La deuxième veille

-Le temps de l’aube = La troisième veille

-Le temps du matin = La quatrième veille

Vous voyez, Branham n’a prêché que jusqu’à la deuxième veille, en passant par la première : Le temps du soir et le temps de minuit. Voilà pourquoi   il n’est ni  le dernier Elie, ni le septième ange d’Apocalypse   10.7.   C’est  avec  la  sonnerie  de  ce  septième  ange d’Apocalypse 10.7, que le  mystère de Dieu s’accomplira parfaitement. Après cette sonnerie, le Royaume du monde sera remis à Christ. Après le message de Branham, le royaume du monde est toujours entre les mains impures et maudites du diable. Christ notre Rédempteur ne  prendra pas possession de ce monde, mais du Nouveau monde, de la Nouvelle Terre et des Nouveaux Cieux. Comme vous pouvez le constater, Branham n’est ni le dernier Elie, ni le septième ange d’Apocalypse 10.7. Il n’est même pas le messager de Laodicée : il n’est que le messager du temps du soir. Et la lumière du soir, qui est le soleil couchant, ne peut pas faire mûrir le blé. C’est plu- tôt le soleil levant qui le fait, depuis l’aube  jusqu’au matin. C’est ici la Manne Fraîche.


2- BRANHAM MONTRE LUI-MEME QU’IL N’EST PAS LE DERNIER ELIE

Branham est Elie, mais il n’est pas le dernier Elie. Le dernier Elie apparaîtra en  Israël, pas dans les nations. L’erreur de Branham vient du fait qu’il n’a pas compris certaines Ecritures. C’est pourquoi d’ailleurs il dit que Judas est sauvé et  sanctifié ; qu’il faut payer la dîme alors que nous sommes sous la Nouvelle Alliance en Jésus-Christ. Je sais qu’Abraham a payé la dîme à Melchisédek. Qui était ce Melchisédek ? Il n’avait ni père, ni mère, ni commencement de jours ni fin de vie. Qui était-ce ? C’était Dieu Lui-même dans Son Corps théophanique, angélique. Si quel- qu’un veut payer la dîme parce qu’Abraham l’a fait, il devrait la payer à Dieu dans un corps théophanique. Après Abraham le payement de la dîme est devenue une loi charnelle payée aux sacrificateurs et au souverain sa- crificateur Aaron. Les onze tribus donnaient la dîme aux Lévites, aux sa- crificateurs ; à leur tour, ils donnaient au souverain sacrificateur, la dîme de la dîme. Vous voyez, il y avait trois entités :

1.    Les onze tribus qui donnaient la dîme

2.    Les sacrificateurs qui recevaient la dîme

3.    Le souverain sacrificateur qui recevait la dîme de la dîme.

Dans l’Eglise de Christ, nous sommes tous des sacrificateurs. Qui donc va payer la dîme à qui ? Et qui donc va recevoir la dîme de qui ? Branham a dit : « Tout bon chrétien doit payer sa dîme. » Il n’a pas com- pris l’Ecriture en rapport avec la dîme. Il aurait dû dire : « Tout bon juif doit payer sa dîme. » Le comble, c’est qu’il prenait la dîme en espèces, en argent ; cela est contraire à l’Ecriture de  Deutéronome  14.22-26 qui montre que la dîme se paie UNIQUEMENT EN NATURE.

BRANHAM EST-IL LE DERNIER ELIE ? NON.

Il le montre lui-même, mais les aveugles ne le comprennent pas. En 1960, il a prêché sur les sept âges de l’Eglise. A cet effet, il a dessiné le chande- lier portant les sept lumières, avec les noms des messagers de l’Eglise :

1.    Age d’Ephèse : Paul

2.    Age de Smyrne : Irénée

3.    Age de Pergame : Martin

4.    Age de Thyatire : Colomba

5.    Age de Sardes : Luther

6.    Age de Philadelphie : Wesley

7.    Age de Laodicée :

Remarquez qu’à l’âge de Laodicée, il n’a attribué aucun nom. Vous pensez peut-être qu’il l’a fait par humilité ; qu’il n’a pas mis son propre nom par humilité. Mais, vous vous trompez. Quelqu’un qui a dit ouvertement qu’il est né hors du péché, qu’il est infaillible, ne pouvait-il pas aussi écrire son nom comme étant le septième messager de Laodicée ? Il pouvait le faire. Mais, Dieu l’a empêché de le faire ; Dieu l’a laissé faire beaucoup de choses fausses, mais ici, Il l’a empêché de commettre une autre faute. Remarquez aussi que la colonne de feu, selon Branham, a dessiné le même chandelier, avec les mêmes noms des six premiers messagers ; et Elle n’a pas écrit le  nom du septième. Cette confirmation surnaturelle doit nous interpeller tous. Mais, en 1962, Branham a prêché sur « LA STATURE DE L’HOMME PARFAIT » Il a aussi fait un dessin  avec les noms des messagers de l’Eglise. Mais cette fois, il a mis le  nom du septième messager. Ce nom, c’est Elie ; pas Branham, mais Elie. Un jour le Seigneur m’a révélé ce mystère du nom d’Elie attribué au septième messager de l’Eglise. Voici ce mystère, si vous voulez le comprendre :

1.    Branham n’est pas le dernier prophète-messager de Laodicée ; il est  seulement le messager du soir ; et il a prêché jusqu’au temps de minuit, avec l’Esprit d’Elie.

2.    Il n’est pas le dernier Elie, mais seulement l’Elie du temps du soir, qui cria aussi à minuit : « Voici l’Epoux, Sortez à Sa rencontre. »

3.    L’âge de Laodicée est divisé en quatre temps prophétiques : Le soir, minuit, l’aube, et le matin.

4.  C’est l’Esprit d’Elie qui agit pendant ces quatre temps prophétiques, conformément à Malachie 4.5-6.

5.    Les quatre temps prophétiques, le soir, minuit, l’aube et le matin, sont les derniers temps du ministère du Fils de l’Homme ; c’est-à-dire que tous les messagers-prophètes exerceront le mi- nistère du Fils de l’Homme.

6.    Le ministère du Fils de l’Homme est exercé pendant les sept âges de l’Eglise ; car, selon Apocalypse 1.16, le Fils de l’Homme a dans sa main droite les sept étoiles, qui sont les anges des sept âges de l’Eglise. Or, que  signifie « la droite de Dieu ? » C’est Sa puissance suprême, Sa gloire  suprême, Son ministère suprême ; Cela veut donc dire que les sept messagers ont part à la gloire du Fils de l’Homme, et à Son glorieux ministère.

Souvenez-vous  que  le  Seigneur  m’a  dit  :  «  Fils  de  l’homme,  lis Luc 4.18-19 ; Le Dieu d’Elie est sur toi ; Je te fais Moïse. »

7.    Du premier âge au sixième, c’est l’Esprit de Christ ; mais au septième, qui est un âge particulier, c’est l’Esprit d’Elie. Voilà pourquoi Branham n’a jamais écrit son propre nom sur la septième lumière.


8. Dans Matthieu 25.6, c’est l’Esprit d’Elie qui crie : « Voici l’Epoux, sortez  à sa rencontre. » C’est le même Esprit d’Elie en Jean-Baptiste qui a crié, en disant : « Voici l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde. » Le  cri de minuit, c’est l’Esprit d’Elie parlant au travers du ministère du Fils de l’Homme. QUI EST DONC LE SEPTIEME ANGE DE L’EGLISE ? C’EST ELIE. PAS BRANHAM. PAS MOI. C’EST L’ESPRIT D’ELIE  SUR DES PROPHETES, EXERÇANT PENDANT LE TEMPS DU  SOIR, DE MINUIT, DE L’AUBE ET DU MATIN.  QUI  EST  LE  SEPTIEME  ANGE  DE  L’EGLISE  ? C’EST  L’ESPRIT D’ELIE MANIFESTANT LE MINISTE- RE DU FILS DE L’HOMME DANS LA CHAIR HUMAINE. ‘‘WILLIAM  BRANHAM  N’EST  PAS  LE  DERNIER  ELIE. S’IL  AVAIT  ETE LE DERNIER ELIE, LA TERRE AURAIT ETE BRULEE IL Y A BELLE LURETTE.’’

Prenons toujours le dernier âge sur le dessin de Branham. Non seulement, il n’a pas mis son propre nom, mais il n’a pas pu écrire non plus la date de la fin de cet âge de Laodicée. Pour les six premiers âges, il a mis leur date de commencement et de la fin. Pas pour le septième âge. Pourquoi ? C’est parce que personne ne sait quand cet âge prophétique de Laodicée va prendre fin. Nous sommes aujourd’hui au temps de l’aube ; je peux vous dire, avec l’aide de Dieu, ce qui concerne ce temps de l’au- be. Je peux vous dire quand il a commencé, quel est son message, qui est le chandelier d’or envoyé par Dieu pour annoncer la Manne Fraîche, mais je suis incapable de vous dire quand il prendra fin exactement. Le temps de l’aube va fondre dans le temps du matin, à telle enseigne que personne ne sait quand il prendra fin. Ce que je peux vous dire, c’est que l’enlève- ment se fera à la quatrième veille, au temps du matin. Et cette quatrième veille, c’est ce dont parle le Seigneur dans Matthieu 24.36 : « Pour ce qui est de l’heure et du jour, personne ne le sait, ni les anges du ciel, ni le Fils, mais le Père seul. » Je mourrai au temps de l’aube, et je ressusciterai incorruptible, au temps du matin.

Prenons Esther 1.10-12 : « Le septième jour, comme le roi était réjoui par  le  vin, il ordonna à Mahuman, Biztha, Harbona, Bigtha, Abagtha, Zethar et Carcas, les sept eunuques qui servaient devant le roi Assuérus, d’amener en sa  présence la reine Vasthi, avec la couronne royale, pour montrer sa beauté aux peuples et aux grands, car elle était belle de figure. Mais la reine Vasthi refusa de venir, quand elle reçut par les eunuques l’ordre du roi. Et le roi fut très irrité, il fut enflammé de colère. » Dans ce passage, le roi a envoyé, le septième jour, sept eunu- ques vers la reine, pour la faire paraître en sa présence, mais elle a refusé de venir. C’est un type des sept messagers de l’Eglise. Ils étaient venus pour faire paraître l’Epouse devant le Seigneur, mais ils n’avaient pas pu, parce que l’Epouse n’était pas prête. Après ces sept eunuques, c’est Hégaï qui a préparé une épouse pour le roi. Ce Hégaï avait ce qu’il fallait pour préparer véritablement la future reine : de l’huile de myrrhe, des aromates et des parfums. Hégaï n’était pas le seul à préparer une épouse  pour le roi ; ils étaient plusieurs ; et tous avaient de l’huile, les aromates et les parfums. Qu’est-ce qui a donc fait la différence ? Voici ce qui a fait la différence : Pendant  que  les autres femmes prenaient, en plus des soins prodigués par leurs gardiens, tout  ce  qu’elles voulaient, Esther, elle, ne « demanda que ce qui fut désigné par Hégaï. » C’est un type. Les gar- diens et les autres femmes, représentent les églises charnelles. Dans ces églises, les soi-disant prophètes ajoutent des choses qui ne sont pas pres- crites pour la préparation de l’Epouse ; les églises aussi, représentées par les femmes à qui on laissait prendre avec elles tout ce qu’elles voulaient, selon Esther 2.13. C’est un type de l’Eglise qui est affublée de toutes sor- tes de doctrines, croyant qu’elles seront acceptées par le  Seigneur, en croyant en même temps au message de l’heure, et à toute autre doctrine ne faisant pas partie de la Parole révélée pour l’âge. C’est ainsi que les gens d’aujourd’hui croient en la dîme tout en baptisant au nom de Jésus. Hégaï n’est pas un huitième messager ; il est le type d’Elie dans l’âge de Laodicée, après le départ de frère Branham. Il n’a donné que ce qu’il fal- lait à Esther ; et Esther ne demandait que ce que Hégaï lui avait réservé. La Véritable Esther d’aujourd’hui ne se nourrit que de la Manne Fraîche ; elle ne se nourrit pas des cailles du soir. Dans Exode 16.13-15, Dieu avait donné des cailles aux enfants d’Israël, le soir ; et le matin, Il leur a donné la manne. Les cailles, c’est le message du soir ; la manne, c’est la Manne Fraîche. La véritable Esther d’aujourd’hui ne peut pas se nourrir des cail- les du soir, parce qu’elle est suscitée par la Manne Fraîche, descendue du ciel à l’aube. Et à l’aube, c’est le chant du coq qui annonce le jour ; ne peuvent entendre ce chant du coq que ceux qui sont réveillés depuis mi- nuit, et qui sont en marchent vers le matin. Regardez le personnage, à la ressemblance du Fils de l’Homme, assis sur une colonne de nuée ; qu’a-t- il : une épée ou une faucille tranchante ? Il a une faucille tranchante pour moissonner toute la terre ; c’est                                                   Apocalypse 14.14-16. Pas une épée, mais une faucille tranchante. A quel moment moissonne-t-on ? La nuit ou le matin ? C’est le matin qu’on moissonne. On ne moissonne ni le soir, ni à minuit. A l’aube, on se prépare déjà pour la moisson, car le grain de blé est  mûr.  Dans  sa  prédication  ‘‘LES  DOULEURS  DE  L’ENFANTEMENT’’, frère Branham a parlé de la vision de l’Epouse. Il a vu plusieurs jeunes filles habillées différemment ; et une jeune fille perverse et souillée : c’était Miss USA, l’église des Etats-Unis. Quand il a vu cette Miss USA à l’aspect d’une sorcière, il a dit : « Est-ce l’église des Etats-Unis, le produit de tous  ses efforts ? » Et Dieu lui dit : « Oui, c’est l’église des Etats-Unis ; mais d’elle sortira une épouse américaine. » Branham dit clairement que son ministère n’a  suscité qu’une épouse américaine. Les branhamistes ivoiriens qui pensent que c’est Branham qui veille sur leurs âmes feraient mieux de revenir à la Parole, et de  chercher  à com- prendre les Ecritures et la Puissance de Dieu. William Branham n’a été envoyé qu’aux brebis perdues des Etats-Unis ; Pas aux brebis perdues de Côte d’Ivoire. Souvenez-vous de ce que Jésus-Christ a dit : « Je n’ai été envoyé qu’aux  brebis perdues de la maison d’Israël. » Je vais dire un mystère : Dieu dans un corps juif, n’était venu qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël. Mais, une grâce a été  faite à la femme cananéenne dont la fille était possédée. Dieu dans un corps américain n’était venu que pour les enfants de Dieu qui était en Amérique ; mais une grâce a été faite aux non-américains. Quand Dieu sera dans un corps ivoirien, Il ne sera envoyé qu’aux brebis perdues de la maison de Dieu qui est en Côte d’I- voire ; mais des étrangers aussi peuvent entrer. Frères, il y a une épouse ivoirienne ; j’ai déjà prêché sur ‘‘LE MYSTERE DE L’EPOUSE IVOI- RIENNE’’ Dieu dans un corps africain, de surcroît ivoirien, cela te scan- dalise-t-il ? Tu ne peux pas t’imaginer Dieu dans un corps africain noir ; tu ne peux accepter qu’un Dieu dans un corps blanc, dans un corps euro- péen, dans un corps américain, mais pas dans un corps africain noir.

Branham n’est pas le dernier messager-prophète. D’ailleurs, il a prédit l’avènement de Moïse.

3- BRANHAM PREDIT LA VENUE DE MOÏSE AVEC L’ESPRIT D’ELIE

Le 1er  août 1965, Branham dit : « Remarquez que Dieu attend que l’iniquité de ces modernes Amoréens arrive à son comble. Ne vous en faites pas. Il aura Son Moïse prêt au moment voulu. Il y aura un jour un exode vers la terre promise. Un Moïse viendra qui appellera, et qui restaurera la foi des enfants envers les pères. Cela va se passer un de ces jours. » (LE DIEU DE CET AGE MAUVAIS) ; Je n’ai pas besoin de cette prédiction de Branham pour justifier mon ministère, mais seulement ce que Dieu m’a dit conformément à l’Ecriture. Mais j’en parle à cause de vous, afin que vous sachiez que même Branham a prédit quelque chose de ce genre. Pour une fois, il me semble qu’il a vu juste. De quoi s’agit-il ? De la venue d’un Moïse de Dieu revêtu de l’Esprit d’Elie. Et j’ai été fait Moïse, et le Dieu d’Elie est sur moi. Je suis venu avec une Manne Fraî- che, qui est au dessus du message du soir de Branham. Ce dernier a pro- phétisé la venue de ce Moïse avec l’Esprit d’Elie pour restaurer la foi des enfants envers les  pères,  le 1er   août 1965. Mais cinq mois après, il est mort. Il a peut-être cru qu’il  était ce Moïse de Dieu ; mais cinq mois après, il est mort sans que la prédiction ne soit accomplie. Il a prophétisé le 1er  août 1965, il est mort le 24 décembre 1965. Sa prédiction ne s’est pas encore accomplie.

LES REVELATIONS D’EWALD FRANK

Branham est mort le 24 décembre 1965. Et le 31 décembre, Ewald Frank dit que Dieu lui a remis Son Epée : « Mon serviteur, J’ai placé entre tes mains Mon  Epée. » (LETTRE CIRCULAIRE N°55 ; p.7) Il dit encore : « Au soir de l’enterrement (de Branham) Dieu parla dans mon cœur  :  Maintenant  ton  temps  est  venu  de  distribuer  la  nourriture. » (LETTRE CIRCULAIRE ; N°55 ; p.8). Frère Branham a été enterré en avril 1966. Parce que les branhamistes chantaient et  priaient pour la résurrection de leur prophète. Ils chantaient : « Crois seulement ! Crois seulement ! » Malheureusement ils n’ont pas cru en la résurrection de leur dieu, et ils ont été obligés  de l’enterrer lorsque la désillusion s’est emparée d’eux. Et c’est après l’enterrement qu’Ewald Frank a reçu la ré- vélation selon laquelle il devait  commencer à distribuer la nourriture. Quelques mois après, il distribue sa première  nourriture, et il dit que :

« Dieu a révélé les sept tonnerres d’Apocalypse 10 à Branham. » Pendant des années, il a distribué ce genre de nourriture. Mais, aujourd’hui, il dit que celui qui croit que les tonnerres sont révélés est absurde. Frères, de quelle épée parle Ewald Frank ! Il est entré dans le même tourbillon doc- trinal que Branham, celui qui lui a dit qu’il allait distribuer la nourriture.

Frères, la prophétie a parlé de la venue du Moïse de Dieu avec l’Esprit d’Elie.

Si Branham était le dernier, pourquoi a-t-il parlé d’un Moïse de Dieu   qui   devait   venir   ?   Dans   ‘‘LA   REVELATION   DES   SEPT SCEAUX  ;  SEPTIEME  SCEAU’’,  il  dit  :  «  L’heure  est  peut-être  là. L’heure  est  peut-être  là  maintenant  où  cette  glorieuse  personne  que nous attendons à voir entrer en scène va entrer en scène. » S’il était le dernier  prophète-messager,  pourquoi  parlait-il  ainsi  ?  C’est  parce  qu’il avait  conscience  que  Dieu  enverrait  des  serviteurs  de  Christ  après  lui. Maintenant écoutez ; Je ne suis pas cette personne glorieuse dont a parlé Branham. Je dis ces choses pour vous montrer qu’il savait pertinemment qu’il n’était pas le dernier Elie.


LESPRIT D’ELIE SUR D’AUTRES HOMMES


Voici une prophétie donné à Branham et à son équipe en Afrique :

« Comme Jean-Baptiste a été envoyé comme précurseur de la première venue du Seigneur, de même cet évangéliste était envoyé, avec d’autres de ses semblables, pour réveiller les gens et les préparer à Sa seconde venue. » (Voir  WILLIAM  BRANHAM  UN  HOMME  ENVOYE  DE DIEU) Cette prophétie dit que le Seigneur va susciter d’autres hommes, comme Branham, et comme Jean-Baptiste, pour réveiller l’esprit des gens et les préparer à la seconde venue de Christ. Quel genre d’esprit  avait Jean-Baptiste ? Il avait l’Esprit d’Elie. Par conséquent, Branham aussi a reçu l’Esprit d’Elie. Mais, il n’est pas le seul à avoir reçu cet Esprit. Car Dieu a dit qu’Il enverrait d’autres hommes semblables à lui, c’est-à-dire, des gens revêtus de l’Esprit d’Elie. Et Dieu m’a dit : « Le Dieu d’Elie est sur toi. », « Je te fais Moïse », « Fils de l’homme, lis LUC 4.18-19 ». Quand vous considérez le Fils de l’homme assis sur une colonne de nuée dans Apocalypse 14.14-16, vous remarquez que l’action ne se passe pas au temps du soir. Selon l’Ecriture, la colonne de nuée apparaît à l’aube, et se révèle jusqu’au jour, en passant par le matin. William Branham s’est toujours  identifié à Apocalypse 10.7, mais nous parlons d’Apocalypse 14.14-16. Le fils de l’homme d’Apocalypse 14.14-16 a une faucille, pas une épée, pour moissonner toute la terre. N’est-ce pas étrange. A l’aube, c’est le chant du coq ; Ce n’est ni le barrissement d’un éléphant, ni le rugissement d’un lion ; mais le chant du coq. Le chant du coq et une faucille tranchante pour la moisson de toute la terre.

LESPRIT D’ELIE ET LA CONSOMMATION DU VIN

On nous a fait croire au temps du soir, qu’on ne doit pas boire ; car boire est un péché. Frères, boire n’est pas un péché ; c’est l’incrédulité qui est le péché du monde.  L’ivrognerie est aussi un péché issu du péché ; mais le vrai péché, c’est l’incrédulité. Dans Luc 7.33, l’Ecriture dit sans ambages que le Fils de l’Homme buvait du vin. Si  boire est un péché, comme le dit Branham, c’est que Christ aussi a péché. On nous a fait croi- re aussi que l’ange Gabriel a dit que Jean ne devait pas boire de vin ni de liqueur enivrante, a cause de l’Esprit d’Elie qui était sur lui. Cela est une fausse doctrine. On nous a dit que Dieu a dit à Branham de ne pas boire, ni fumer, à cause l’Esprit d’Elie qui était sur lui. Toutes ces faussetés sont dues au fait que les gens ne comprennent ni les Ecritures, ni la puissance de Dieu. Je vais vous dire une chose : Branham à qui il a été dit de ne pas boire, buvait le vin de la Sainte Cène. Voici ce qu’il dit lui-même  :

« J’étais descendu pour prendre le vin de la communion que le frère Wright avait fait pour l’église. » (BIOGRAPHIE DE WILLIAM BRANHAMNe bois pas, ne fume pas. » et Branham, après avoir bu du vin chez Wright, et à l’église, montait à la chair pour dire : « Boire est un péché. » Vous voyez, il ne savait peut-être pas pourquoi Dieu lui a dit de ne pas boire. Je dis peut-être.  L’ange  Gabriel a dit que  Jean-Baptiste ne  devait pas  boire  de  vin  ni  de  liqueur  enivrante,  mais  Jean-Baptiste,  non  seule- ment il ne buvait pas de vin ni de liqueur enivrante, mais il ne mangeait pas de pain non plus. Quelqu’un pourrait-il me dire pourquoi   il ne man- geait pas de pain ? Etait-ce à cause de l’Esprit d’Elie ? Vous feriez mieux d’abandonner vos conceptions charnelles des choses spirituelles, afin d’ê- tre éclairés par le Saint-Esprit. Jean-Baptiste mangeait des sauterelles et du miel sauvage. Etait-ce à cause de l’Esprit d’Elie ? Celui qui a l’Esprit d’Elie doit-il forcement manger des sauterelles et du miel sauvage ? Frères, l’Esprit d’Elie n’a rien avoir avec le manger et le boire ; Il n’a rien avoir avec le vin, les liqueurs fortes, le pain, les sauterelles, le miel sauva- ge. Le Fils de l’Homme Jésus-Christ buvait. Quelqu’un oserait-il me dé- montrer qu’Il n’avait  pas l’Esprit d’Elie ? Qui a répandu l’Esprit d’Elie sur Jean-Baptiste ? N’est-ce pas le Fils de l’Homme ? Peut-il donner quel- que chose qu’Il n’a pas ? Que quelqu’un me réponde ! Je désire être en- seigné. Quelqu’un pourrait-il me démontrer que Jésus-Christ n’avait pas l’Esprit d’Elie ? Il était, Il est, et Il sera l’Esprit d’Elie jusqu’à la dispen- sation d’Israël, lors de l’accomplissement d’Apocalypse 11.3-4. Je défie quiconque de me prouver que le Fils de l’Homme, Jésus-Christ n’est pas l’Esprit d’Elie. Quelqu’un pourrait-il me démontrer que Jésus-Christ n’a- vait pas l’Esprit de Moïse, et qu’Il n’est pas l’Esprit de Moïse ? Enseignez-moi, car j’ai soif de la Parole. Si vous ne le pouvez pas, alors écoutez- moi : Le Seigneur Jésus-Christ avait l’Esprit de Moïse ; et Il était, Il est, et Il sera l’Esprit de Moïse. Je sais que le ciel est ouvert, et que la Manne Fraîche descend du trône pour nous. Le Seigneur Jésus-Christ avait l’Es- prit de Moïse ; et Il était, Il est, et Il sera l’Esprit de Moïse. Remarquez une chose : Avec l’Esprit d’Elie, j’ai dit : Il était, Il est  et Il sera l’Esprit d’Elie quand Apocalypse 11.3-4 sera manifesté. Mais, avec l’Esprit  de Moïse,  je  dis  :  Il  était,  Il  est,  Il  sera  l’Esprit  de  Moïse  quand Apocalypse  11.3-4 se manifestera, et Il sera toujours l’Esprit de Moïse. Ô, quelle profondeur ! ; p.347). Branham buvait oui ou non ? Il buvait. Pourtant Dieu lui a dit : «

Dans Deutéronome 18.17-18, Dieu dit à Moïse : « Je susciterai du milieu de tes frères, un prophète comme toi. » Frères, examinez atten- tivement cette Parole de l’Ecriture, et soyez heureux, vous à qui le Père donne la révélation. Dieu dit qu’Il allait susciter un prophète comme Moï- se. Nous savons qu’Il faisait allusion à Jésus-Christ. Mais ce que nous ne voyons pas, c’est qu’Il dit à Moïse : « Je susciterai un prophète comme toi. » Il ne dit pas un prophète plus grand que toi, mais un prophète com- me toi. Dieu n’a jamais dit à Jérémie, que Jésus-Christ était comme lui ; Il ne l’a jamais dit à Josué, ni à Ezéchiel, ni à Elie. Il l’a dit à Moïse. Le Fils de l’Homme, Jésus-Christ, est un prophète plus grand que tous les autres prophètes, à l’exception de Moïse ; car Dieu a dit qu’Il est comme Moïse. Je vais dire un mystère, si Dieu le veut : Jésus-Christ est l’égale de Moïse. Je ne dis pas que Moïse est l’égal de Christ, mais que Christ est l’égal de Moïse. Comprenez-vous la Manne Fraîche ? Dieu compare Jésus à Moïse. Il ne compare pas Moïse à Jésus. C’est la Parole, rien que la Parole. N’ayez pas peur. Quelqu’un pourrait-il me démontrer que le Seigneur n’avait pas l’Esprit de Moïse ? Frères, prenons l’Ecriture dans Apocalypse 15.2-3. De quoi s’agit-il ? Il s’agit du mystère du cantique de Moïse et du cantique de l’Agneau, chanté par les vainqueurs debout sur la mer de verre, avec des  harpes de Dieu. Les harpes, ce sont des instru- ments de musique. Il ne s’agit pas de harpes des hommes, mais bien des harpes de Dieu. Ces harpes de Dieu étaient jouées par les rachetés dans leurs corps célestes à l’éclat de soleil, de la lune, des étoiles, et  de la splendeur du ciel. Ces hommes-là chantaient le cantique de Moïse et le cantique de l’Agneau. Ces deux cantiques sont identiques ; ils sont exac- tement les mêmes Paroles Divines. Qui est donc ce Moïse dont le canti- que est le même que celui de  l’Agneau. Je cherche quelqu’un pour me démontrer que l’Agneau n’avait pas l’Esprit de Moïse. Qui est ce Moïse dont le cantique est chanté au ciel avec des harpes de  Dieu. Pour moi, c’est le Dieu Tout-Puissant ; c’est le Seigneur Jésus-Christ en personne. Dans Esaïe 40.25, Dieu pose une question : « A qui me comparerez-vous, pour que je lui ressemble ? dit le Saint ? » Père Saint en Jésus-Christ, l’Agneau de Dieu, qu’il me soit permis de répondre à cette question  qui est restée longtemps sans réponse : On peut te comparer à Moïse, et on peut te comparer à Moïse, le Moïse dont le cantique et Ton cantique sont un. Ô, mystère des mystères ! « Ô, Dieu, qui peut  sonder Ton cœur et connaître Ta pensée ? Nous, nous avons la Pensée de Christ.  Je sais que les gens ne me croiront pas, mais je leur ai donné Ta Parole. Dans Exode 7.1, Tu as fait Moïse Dieu ; quand il est mort, Tu as lutté contre le diable à cause de son corps ; et Tu l’as enterré toi-même, alors que Tu as abandonné le corps de Jésus à la croix ; et ce sont les pécheurs qui ont enterré le Saint de Dieu. Et Dieu le Dieu saint, Tu as enterré quelqu’un qui a péché contre Toi. » Frères, quelqu’un pourrait-il me dire la profondeur de l’Amour qu’il y a entre Dieu et Moïse ? Frères, compre- nez-vous la profondeur de l’intimité qui existe entre Dieu et Moïse ? Dieu dit que le Fils de l’Homme, est un prophète comme Moïse ; Il n’est pas plus grand que Moïse ; mais Il est comme Moïse. Je vous le dis, Moïse et l’Agneau sont un. Le Fils de l’Homme avait l’Esprit de Moïse. J’attends la contradiction pour ma croissance spirituelle personnelle.

Branham avait l’Esprit d’Elie, et il buvait du vin. Jésus avait l’Es- prit d’Elie, et Il buvait du vin ; Jean-Baptiste avait l’Esprit d’Elie, et il ne buvait pas de vin ; il mangeait des sauterelles, ce que Branham ne man- geait pas ; lui, il mangeait les écureuils. Celui qui pense que l’Esprit d’E- lie a quelque chose à avoir avec le manger et le boire est dans l’erreur.

Dans Juges 13.3-4, Dieu dit à la mère de Samson de ne pas boire du vin ni de liqueur forte. Quelqu’un oserait-il me dire que  c’est parce qu’elle avait l’Esprit d’Elie ? Frères, la mère de Samson n’avait pas l’Es- prit d’Elie ; pourtant il lui fut dit de ne pas boire de vin ni de liqueur forte. Vous voyez ! La Parole corrige toujours l’erreur. L’Esprit d’Elie n’a rien avoir avec le boire et le manger. L’Esprit de Moïse, c’est le Saint-Esprit ; l’Esprit d’Elie, c’est le Saint-Esprit ; et le Saint-Esprit, c’est Christ. Sur la montagne de la transfiguration, il y avait Moïse, Elie et Christ dans la gloire.

Je voudrais clore, si Dieu le veut, par quelques mots sur Joseph

Branham.

JOSEPH BRANHAM LE PROPHETE QUI CROIT AUX SEPT TONNERRES

Branham a prédit la naissance de son fils, Joseph Branham. Dieu lui a dit que cet enfant serait prophète. Aujourd’hui, Joseph Branham, le prophète, selon la révélation de Branham, croit aux sept tonnerres. Mais, ce que je ne comprends pas, c’est que parmi ceux qui disent que William Branham est infaillible, il y en a qui ne croient pas en Joseph Branham, le tonnerriste. S’ils croyaient en lui, ils croiraient aussi aux tonnerres.

Frères, William Branham n’est pas le dernier Elie, il n’est pas le dernier  prophète, il n’est pas le septième ange d’Apocalypse 10.7, il n’est pas né hors du péché, il n’est pas infaillible. Priez pour moi !

A bientôt

FRERE CHRIST-MOÏSE

 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix