Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 7 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
31
Hier :
385
Semaine :
1978
Mois :
12858
Total :
3829795
Il y a 2 utilisateurs en ligne
-
2 invités


WILLIAM BRANHAM REGARDAIT LA TELEVISION PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Lundi, 25 Octobre 2010 13:44

Message prêché le 7 septembre 2009, au Tabernacle Le Chan- delier d’Or ;
Yopougon – Selmer, Abidjan, République de Côte d’Ivoire.

Bonjour  bien-aimés de Dieu. Je remercie encore le Seigneur qui me donne  de  pouvoir   m’adresser à vous ce jour. Ma responsabilité est lourde d’autant plus que je dois mettre en lumière les contre–vérités en- seignées par William Branham et ses branhamistes. Aussi étrange que ce- la puisse paraître, je vais parler sur ce thème : « WILLIAM BRANHAM REGARDAIT LA TELEVISION ».
William Branham dit que si on lui offrait un poste téléviseur, il tirerait dessus avec  son fusil de chasse. Pourtant, il regardait la télévision. Aujourd’hui  il y a des branhamistes qui enseignent que le simple fait de re- garder la télévision est un grave  péché ; c’est une chose abominable. Pourtant leur prophète regardait la télévision. Péchait – il quand il  regardait la télévision ? Lui qui voulait tirer sur le poste téléviseur, pourquoi regardait – il la télévision ? Les branhamistes condamnent aussi le fait de regarder un match de football. Ils disent que c’est un péché, alors que leur prophète allait au stade pour assister à des matches de baseball. Ils disent que le chrétien ne doit pas boire, car pour eux, boire est  un péché. En fait, ils répètent comme des perroquets ce que dit leur soi – disant dernier mes- sager – prophète. Selon William Branham, Dieu lui a dit : «  Ne bois pas, ne fume pas. » De là, il en a déduit que c’est  parce qu’il est revêtu de l’Esprit d’Elie que Dieu lui a adressé cette parole. Il s’est référé à ce que l’ange Gabriel a dit à Zacharie, au sujet de son fils Jean - Baptiste: « Il ne boira ni vin,  ni  liqueur enivrante. » Je n’ai rien contre cela. Mais je ne comprends pas pourquoi malgré cette interdiction formelle, « ne bois pas, ne fume pas », il buvait du vin. Le Seigneur Jésus – Christ Lui – même a rendu témoigne de Jean, en disant : « Jean-Baptiste est venu, ne man- geant pas de pain et ne buvant pas de vin… » Selon cette Parole de l’Ecri- ture, Jean – Baptiste n’a jamais bu du vin, selon ce que l’ange Gabriel a dit. Je vous signale que l’ange Gabriel n’a pas parlé à Jean, mais à son père Zacharie. Et c’est ce dernier qui a dit à son fils ce que l’ange a dit à propos de la consommation de vin. C’est ce que je crois. Si quelqu’un est d’un autre avis, ce n’est pas un problème. L’ange Gabriel a parlé à Zacha- rie, et Zacharie a parlé à Jean-Baptiste.  En ce qui concerne William Branham, d’après son propre témoignage, Dieu lui a  parlé  directement, sans personne interposée, en ces termes : «  Ne bois pas, ne fume pas. » Malgré cela, il buvait. Mais Jean ne buvait pas. Je sais que vous êtes sur- pris quand je dis que William Branham à qui Dieu a dit, selon lui, de ne pas boire, buvait. Mais je ne fais que répéter ce qu’il a dit lui – même. Voici ce qu’il dit dans « BIOGRAPHIE DE WILLIAM BRANHAM », à la page 347 : « J’étais descendu pour prendre le vin de la commu- nion que le frère Wright avait fait pour l’église. »  Voilà quelqu’un à qui Dieu a dit, selon ses propres dires, de ne pas boire, qui buvait du vin. Voilà quelqu’un qui a enseigné que quand on a l’Esprit d’Elie  comme Jean – Baptiste, on ne doit pas boire, mais qui buvait, alors qu’il préten- dait être le dernier Elie.
Frères, toujours en ce qui concerne la consommation du vin, le Seigneur dit dans Luc  7. 33 que le Fils de l’Homme buvait du vin. Les faux pro- phètes prétendent que c’était du jus de raisin, et non du vin, qu’Il buvait. Dans ce cas, c’est le Seigneur qui ne saurait pas la différence entre le vin et le jus de raisin. Honte à vous, qui pensez qu’Il buvait du jus de raisin, ou du vin non alcoolisé. Honte à vous qui dites : Le chrétien ne doit pas boire. Honte à William Branham pour sa connaissance étriquée des Ecri- tures, lui, qui a enseigné aux branhamistes qu’on ne doit pas boire. Car, le Seigneur Jésus – Christ dont nous nous réclamons tous, buvait du vin. Ce qui  est  condamné  par  la  Parole,  c’est  l’ivrognerie.  Vous  me  direz  : «  Mais, c’est pour ne pas en arriver à l’ivrognerie que nous interdisons la consommation d’alcool aux chrétiens. Car, celui qui prend un verre, peut en prendre un de trop, et être ivrogne ». Ce raisonnement est pure- ment charnel. Dites –  moi comment le Fils de l’Homme a fait, Lui qui buvait du vin, pour ne jamais tomber dans l’ivrognerie ?  Vous me direz peut – être que c’est parce qu’Il prenait du vin doux. Mais laissez – moi vous dire que le vin doux est du vin alcoolisé, qui peut rendre ivre. Je par- le selon l’Ecriture. En effet, le jour de la Pentecôte, il y avait des gens qui se moquaient des disciples, en disant : «  Ils sont pleins de vin doux ». ( Actes 2. 13). Mais, l’apôtre Pierre leur donna une réplique qui montre clairement que le vin doux  peut rendre ivre : «   Ces gens ne sont pas ivres… » Frères, selon l’Ecriture, le vin doux peut rendre ivre. Il est donc alcoolisé.
William Branham prétendait qu’il était venu pour ramener les gens au message de Paul. C’est ce que répètent tous les branhamistes. Mais ce qu’il semble ignorer, c’est que l’apôtre Paul a recommandé à Timothée de ne pas continuer à ne boire que de l’eau, mais de faire usage d’un peu de vin, à cause de son estomac et de ses fréquentes  indispositions, selon 1Timothée 5. 23. Ce qu’il a dit ne fait – il pas partie des enseignements qu’il a donnés ? Si oui, pourquoi William Branham qui dit que son messa- ge nous ramène à celui de  Paul, s’oppose à ce dernier en interdisant la consommation d’alcool ? Pourriez – vous m’instruire à ce sujet ? Mainte- nant, je vous pose cette question : Comment l’apôtre Paul a su que le vin avait des vertus curatives, qu’il pouvait aider à résoudre les  problèmes d’estomac qu’avait Timothée ? Il y a deux réponses possibles :
Soit il buvait du vin lui – même,
Soit c’est le Seigneur qui lui a révélé que le vin est bon pour l’esto- mac.
Honte à vous branhamistes, qui enseignez  des choses contraires à celui qui a posé le fondement , à savoir l’apôtre Paul.  J’ai suivi un documentai- re à la télévision sur France 24, où il était question de la consommation de vin en France. Les études scientifiques  ont révélé que la consommation modérée de vin est salutaire pour le cœur, et préserve des maladies car- diovasculaires. Il a aussi été prouvé que ceux qui font excès de vin s’ex- posent à de graves maladies. C’est donc à juste titre que l’apôtre Paul dit à Timothée de faire usage d’un peu de vin. J’ai un livre intitulé " SANTE PAR LES ALIMENTS". Dans ce livre, il est dit que le raisin contient des propriétés qui  protègent contre les maladies cardiovasculaires. Il est dit que la consommation de raisins et de leur jus,  est salutaire pour le cœur et pour tout l’organisme.
Dans 1  Corinthiens  11.20-22, l’apôtre Paul dit aux Corinthiens : « Lors donc que vous vous réunissez, ce n’est pas pour manger le repas du Seigneur ; car, quand on se met à table, chacun commence par pren- dre son propre repas, et l’un a faim, tandis que l’autre est ivre. N’avez – vous pas des maisons pour y manger et boire ?... » Voilà qui est clair : Le vin de la Sainte Cène au temps de l’apôtre Paul pouvait rendre ivre. Honte à vous crieurs de minuit, qui prenez du jus de raisin ou de bissap.
Frères, nous avons vu que William Branham buvait le vin de la communion. Si le vin qu’il prenait n’était pas alcoolisé, c’est qu’il n’était pas en accord avec l’Ecriture ; c’est qu’il n’était pas en accord avec l’en- seignement de Paul. Remarquez  aussi que ce dernier n’a pas interdit la consommation du vin. Il dit d’ailleurs aux Corinthiens : «  N’avez – vous pas de maisons pour y manger et boire ? »
Honte à vous qui dites : Le chrétien ne doit pas boire ! Honte à vous éga- lement qui dites : On peut être ivrogne.
Dans Jean 2.10, après que le Seigneur ait transformé l’eau en vin, l’ordonnateur du repas dit : «  Tout homme sert d’abord le bon vin, puis le moins bon après qu’on s’est enivré ; toi, tu as gardé le bon vin jus- qu’à présent. » Honte à  vous branhamistes, et autres crieurs de minuit, qui dites que le vin fait par le Seigneur n’était pas alcoolisé. Frères, l’E- criture montre que ce vin était alcoolisé, et pouvait rendre ivre. En voici la preuve scripturaire irréfutable : Selon l’ordonnateur, on sert  d’abord le bon vin, puis le moins bon, après qu’on s’est enivré. Cela veut dire tout simplement que le bon vin peut enivrer. Et s’il peut enivrer, c’est qu’il est alcoolisé. Or, le vin fait par Jésus a été qualifié de bon vin par l’ordonna- teur. Par conséquent, le vin fait par le Fils de l’Homme, était du vin alcoo- lisé. Honte à vous, si vous ne croyez pas selon ce que dit l’Ecriture.

William Branham regardait la télévision. En voici les preuves, tirées de ses propres brochures :

Brochure : ‘‘ QUESTIONS ET REPONSES SUR LE SAINT- ESPRIT’’ ; 1959 ; page 23 ; n° 86 à 88.

Question : « La première question, ce soir, est celle-ci : 1. Frère Branham, je crois que la télévision est une malédiction pour le monde. Qu’en pensez-vous ?…. »
REPONSE «  Si la télévision est une malédiction, alors les journaux sont une malédiction, la radio est une malédiction, et, très souvent, le télépho- ne en est une…  Tout dépend de l’usage que vous en faites… » Vous voyez, ici, William Branham ne condamne pas systématiquement la télé- vision. Il ne dit pas qu’elle est une malédiction, et que si c’était le cas, les journaux aussi seraient une malédiction. A propos de ces choses, j’ai ap- pris  que le  soi-disant  dernier  messager-prophète Kacou  Philippe condamne avec la dernière énergie, la lecture des journaux. Mais contre toute attente, il a invité un jour les journalistes à une conférence de presse qu’il a donnée à la Bibliothèque Nationale. Quelques temps après, cette conférence de presse est sortie dans les journaux. Ce titre barrait la une du " JOUR PLUS" : KACOU PHILIPPE  DESHABILLE LES HOMMES DE DIEU. Quand j’ai lu ce titre, j’ai beaucoup ri, et j’ai dit qu’on devait écrire : KACOU PHILIPPE SE DESHABILLE  LUI-MEME.  Voilà quelqu’un qui dit que lire un journal est un péché, et qui fait passer une conférence de presse dans les journaux. Etait-ce une ruse pour faire pé- cher davantage les gens, puisque lire un journal est un péché, selon lui. Je connais  personnellement un pasteur branhamiste qui condamne aussi la lecture des journaux, mais qui demande toujours aux gens ce que disent les journaux par rapport à la situation socio – politique du pays. Ce pas- teur ne regarde pas la télévision, à cause de ce que William Branham a dit.  Un jour, j’ai rassemblé les brochures de Branham dans lesquelles il est prouvé que son prophète regardait la télévision, et je suis allé le voir. Il m’a fait des histoires après. C’est ce qui risque de se passer quand les branhamistes liront cette prédication que j’apporte aujourd’hui. Je vais vous montrer  que leur prophète regardait aussi la télévision. Frères, ce n’est pas la télévision qu’il  faut condamner, mais certains programmes non éducatifs et pervers.

Brochure : ‘‘ LE SAINT-ESPRIT’’ ; 1959 ; page 5 ; n° 20.

« Et après avoir emmené ma petite Rebekah à l’école ce matin, en reve- nant, j’ai décidé d’allumer la radio de nouveau ; je me suis dit que je me ferais encore rebattre  les oreilles avec ça, alors je l’ai éteint. » Frères, où se trouvait la radio que William Branham voulait allumer de nouveau ? Chez lui. Vous voyez ! Il avait un poste radio chez lui, et il écoutait les émissions qu’elle diffusait. Pourquoi donc nous dit – on que le fait d’avoir une radio à la maison est un péché ? Frères, ce n’est pas la radio qui est mauvaise. Ce sont les émissions qui y sont diffusées qui peuvent être per- verses. Dans ce cas, nous n’écouterons pas ces émissions – là. A la radio, il peut y avoir un débat biblique, ou une émission de culture générale, qui peut nous édifier. Si c’est une émission amorale, ne l’écoutez pas. Mais si c’est une  émission qui ne va pas contre les principes de la Bible, vous pouvez l’écouter.

Brochure: ‘‘LA   CONDAMNATION   PAR   REPRESENTA- TION’’ 13 Novembre 1960 ; page 7 ; n° 46.

« Avez-vous remarqué les meetings, à la télévision ? Du côté de Nixon, c’était presque tous des hommes. Elles, elles voulaient toutes embrasser Kennedy, les femmes ; elles sautaient, à califourchon sur les voitures, et tout, comme ça, elles sautaient ». Comment William Branham a – t – il su que les femmes voulaient embrasser Kennedy ? A – t – il vu une vision ? Bien sûr que non. Il a regardé la télévision. Pourtant il a dit qu’il prendrait son fusil et tirerait sur la télévision. Quel genre d’émission a – t – il regar- dé ce jour – là ? Une émission à caractère politique. Autrement dit il a suivi à la télévision le déroulement de la campagne électorale pour la pré- sidentielle aux Etats – Unis. Il regardait donc la télévision. Pourtant, il voulait tirer sur la télévision. Pourquoi n’a – t- il jamais tiré sur la télévi- sion ?  Vous voyez ! Nous devons faire attention à ce qu’il dit. Ceux qui n’y ont pas pris garde enseignent aujourd’hui qu’on ne doit pas regarder la télévision. Alors que leur prophète lui, regardait la télévision.
Je voudrais dire quelque chose : c’est que William Branham a voté contre John Kennedy. Il a donc voté pour l’adversaire politique de ce dernier.

Mais, c’est John Kennedy qui a été élu. C’était un cinglant revers pour celui qui prétendait être le plus grand prophète, le plus confirmé de tous les âges, « depuis Hénoch jusqu’à nos jours ».   Il se faisait passer pour Dieu Lui – même, proclamant son infaillibilité. Il a voté contre John Ken- nedy, mais celui – ci a été élu. Lorsque  nous considérons l’Ecriture de Romains 13.1, qui dit qu’ « il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu » et que «  les autorités qui existent ont été instituées de Dieu », nous pouvons voir à quel point Dieu a désavoué William Branham. Il a voté contre John Kennedy, qui était le choix de Dieu pour les Etats – Unis en cette année – là. Il a été désavoué. Ce qui est grave, c’est qu’il a voté contre l’autorité que Dieu voulait instituer. Il a été désavoué par Dieu. Il a fait un mauvais choix politique. Il est allé contre la volonté de Dieu. Et il a été désavoué.

Brochure : ‘‘ L’ETAT PRESENT DE MON MINISTERE’’ ; 1962 ; page 6 ; n° 27.

« Je regardais un film à la télévision où ils faisaient descendre un homme, je crois à  deux où trois kilomètres de profondeur dans l’océan, et ils avaient des rayons lumineux qui étaient émis ». Cette déclaration de Wil- liam Branham est très  intéressante : «  Je regardais un film à la télévi- sion… » Il ne dit pas qu’il tirait sur la télévision avec son fusil, mais qu’il regardait un film à la télévision. Honte à vous, crieurs de minuit, qui es- sayez de semer la zizanie dans l’esprit des gens, en leur cachant la vérité. Ayez le courage de dire à vos suiveurs que William Branham regardait la télévision. Les crieurs de minuit ne regardent pas la télévision, car selon eux,  c’est un péché, mais ils vont naviguer sur le Net.  Que Dieu nous vienne en aide ! WILLIAM BRANHAM REGARDAIT LA TELEVI- SION, AU LIEU DE TIRER SUR ELLE.

Brochure : ‘‘HONTEUX DE LUI’’ ; 11 juillet 1965 ; page 9;n° 38.

« Et ce scientifique était interviewé (j’étais en train de regarder la télévision) et il disait, ‘‘ Juste en dessous de tout cela, il y a de la lave qui bouillonne. Il  y a un gros morceau qui va se détacher.’’ » Voilà encore William Branham en train de regarder la télévision. Cette fois – ci, c’était une émission scientifique.

Brochure :  ‘‘  QU’EST-CE  QUE  LE  SAINT-ESPRIT  ?’’ ;16 décembre 1959 ; page 5 ; n° 20.

« Il y a quelques jours, j’écoutais une émission de radio qui essayait de démontrer que la création du monde avait simplement été l’agglomération de quelques cendres de phosphate et de quelques produits chimiques de la terre, et que les chauds rayons du soleil avaient créé le germe de la vie et avaient donné la vie… » Ici, il dit qu’il écoutait une émission à la radio. Pourquoi nous dit – on donc que la radio est une malédiction ?

Brochure : ‘‘ LA REVELATION DE JESUS-CHRIST, LES 10 VIERGES’’ ; 11 décembre 1960 ; page 3. n° 9.

Frère Neville prêche à la radio.
Branham dit : « Frère Neville l’annoncera régulièrement dans son émis- sion radio, comme d’autres, d’ailleurs, ainsi que le frère d’ici et ceux qui font des émissions. » Comme vous pouvez le constater frère Neville, un associé de William Branham, prêchait la Parole à la radio. Que disent les crieurs de minuit à ce sujet ? Je sais qu’ils font tout pour ne pas dire à leurs moutons que William  Branham regardait la télévision, et que Nevil- le prêchait à la radio, afin de pouvoir mieux les tenir sous leur joug. Ils feront tout pour que ces gens – là ne découvrent jamais la vérité, afin de mieux les assujettir, et de mieux leur imposer des fardeaux qu’ils ne por- tent pas eux – mêmes.
Savez – vous que  c’est un péché pour les crieurs de minuit de porter les chaussures de  son frère ? Savez – vous que c’est un péché d’avoir des fauteuils chez soi ? Ils  préfèrent semble – t – il les chaises MALAGA. Comment font – ils au service ? Comment font ceux d’entre eux qui oc- cupent des postes dans l’administration ? Remplacent-ils les fauteuils de bureau par les chaises MALAGA ? Comment font- ils quand ils montent dans des voitures où il y a des fauteuils ?

Ce sont les faux docteurs qui mettent l’accent sur ces choses, oubliant ce qui est  essentiel. L’Ecriture parle d’eux dans Colossiens 2.18-22 : « Qu’aucun homme , sous une apparence d’humilité et par un culte des anges, ne vous ravisse à son gré le prix de la course, tandis qu’il s’a- bandonne à ses visions et qu’il est enflé d’un vain orgueil par ses pensées charnelles, sans s’attacher au chef, dont tout le corps assisté et solidement assemblé par des jointures et des liens, tire l’accroissement que Dieu  donne. Si vous êtes morts avec Christ aux rudiments du monde, pourquoi,  comme si vous viviez dans le monde, vous impose-t-on   ces préceptes : Ne prends pas ! ne goute pas ! ne touche pas ! préceptes qui tous deviennent  pernicieux par l’abus, et qui ne sont fondés que sur les ordonnances et les doctrines des hommes ? » Selon cette Parole de l’E- criture, il y a des gens qui viennent sous une apparence d’humilité, et qui par un culte des anges, essaient de nous ravir le prix de la vocation céles- te. Comment les reconnaître ? Par leur enseignement : « Ne prends pas ! ne goute pas ! ne touche pas ! » L’apôtre Paul dit que ce sont des précep- tes qui deviennent pernicieux par l’abus, et qui sont fondés sur les ordon- nances et les doctrines humaines. La doctrine qui dit de ne pas regarder la télévision, est une doctrine humaine, charnelle. La doctrine qui dit qu’on ne doit pas porter les chaussures de son frère sous peine d’aller en enfer est une doctrine diabolique. La doctrine qui dit que c’est un péché de por- ter  des friperies, est une ordonnance humaine. La doctrine qui dit que c’est un péché d’avoir des fauteuils chez soi est une doctrine humaine. La doctrine qui dit qu’on ne doit pas écouter la radio, ni lire les journaux, est une ordonnance diabolique. Ceux qui enseignent de telles âneries sont du diable. J’ai remarqué que ceux qui enseignent ces choses charnelles pré- tendent tous qu’ils chevauchent au temps de minuit. Or, selon l’Ecriture, celui qui chevauche pendant les âges de l’Eglise, c’est le séducteur, l’anti christ. Considérez les quatre premiers sceaux, et vous verrez que c’est l’anti christ qui chevauche pendant tous les sept âges de l’Eglise. Il n’y a aucune promesse divine  liée à une quelconque chevauchée en rapport avec un véritable prophète de Dieu, pendant les âges de l’Eglise. La seule promesse liée à la chevauchée est en rapport  avec le séducteur. C’est pourquoi quiconque dit qu’il chevauche à minuit, qui s’inscrit dans le septième âge de l’Eglise est un séducteur. Et c’est le séducteur qui aime ce genre de prédication : «  Ne prends pas ! ne touche pas ! ne goute pas ! » Et pendant qu’il défend ces choses, il les pratique lui – même.
Dans sa brochure " LES AMES QUI SONT EN PRISON MAINTENANT", du 10 novembre 1963, William Branham dit : «  Je suis Américain, et je chevauche à minuit ». Sa chevauchée n’est pas conforme à l’Ecriture. Parce que dans l’Ecriture, il n’est écrit nulle part qu’un vrai pro- phète allait chevaucher dans le dernier âge de  l’Eglise. L’Ecriture parle par contre du cavalier chevauchant un cheval de couleur  pâle, et qui se nomme la mort. Quand ce cavalier, qui est l’anti christ est apparu, Dieu a suscité l’esprit de l’aigle pour apporter Sa Parole à Ses enfants. Quand William Branham dit qu’il chevauchait à minuit, à l’âge de Laodicée, il s’est fourvoyé. Ou il  s’est identifié au séducteur sans le savoir, ou il savait ce qu’il disait. Je préfère  opter pour la première hypothèse, parce qu’il était quand même un prophète de  Dieu. C’était un prophète qui méprisait de temps en temps l’Ecriture. N’a-t- il pas dit que Judas était sauvé et sanctifié, alors que toute l’Ecriture dit le contraire ?
F
RERES, SI QUELQU’UN DIT QU’IL CHEVAUCHE A MINUIT, SOIT  IL  EST  LE  SEDCUTEUR,  L’ANTICHRIST,  SOIT  IL  NE SAIT PAS CE QU’IL  DIT. S’IL NE SAIT PAS CE QU’IL DIT, ALORS IL EST UN FAUX PROPHETE.
L
a promesse concernant la chevauchée du Fils de l’Homme se trouve dans APOCALYPSE 19.11. On y voit le Seigneur assis sur un cheval blanc, avec les armées du ciel, elles – mêmes assises sur des chevaux blancs. Remarquez que cette chevauchée aura lieu après l’enlèvement de  l’Epouse,  et  lors  de  l’avènement  du  Seigneur  pour  la  guerre d’Harmaguédon. Cette chevauchée se situe en dehors des sept âges de l’Eglise. William Branham, lui, a chevauché au cours du dernier âge de l’Eglise. C’est pourquoi sa chevauchée n’est pas conforme à l’Ecriture, à moins qu’il soit le séducteur. Or, il n’était pas le séducteur.
Il dit que Dieu lui a montré une vision dans laquelle il a vu l’aigle alle-
mand qui observait la chevauchée du cavalier anglais qui traversait l’Afri- que. Cette vision n’est pas de Dieu. A moins que ce cavalier anglais soit le séducteur. Même si c’est le cas, elle n’est pas de Dieu. Pourquoi ? Par- ce qu’il a mandaté Ewald Frank, qui s’est identifié à l’aigle allemand de la fameuse vision. Mais jusqu’à présent, point de cavalier anglais traver- sant l’Afrique. Remarquez que l’action de l’aigle allemand et celle du ca- valier anglais devait se faire concomitamment.

LA  MERE  DE  WILLIAM BRANHAM AUSSI  REGARDAIT  LA TELEVISION : C’ETAIT UNE CHRETIENNE.

Brochure : ‘‘ LA  REVELATION DE JESUS-CHRIST, AGE D’EPHESE’’  ; Lundi soir 5 décembre 1960 ; page39 ; n° 218.

« L’autre soir, ma mère m’a appelé à la télévision où l’on pouvait voir un pasteur Méthodiste, ici même en Indiana, enseignant le rock’n’roll dans l’église. Il disait : ‘‘ C’est une honte de ne pas avoir fait pénétrer plus tôt cet art magnifique dans l’église  !’’  » Où était la télévision qu’ils regar- daient ? Dans leur maison. Je préfère m’arrêter. La mère de Branham regardait la télévision ; ce n’était pas un péché. Quand moi, je regarde, on crie au péché. Frères, jugez-en vous-mêmes : William Branham et sa mère regardaient la télévision, qui était chez eux de surcroît.  N’a- t- il pas dit qu’il allait tirer sur la télévision, si quelqu’un commettait l’erreur de lui en offrir une ? Pourquoi voulait- il attendre qu’on lui offre une télévi- sion avant de faire feu sur elle ? Ils avaient une télévision à la maison, ce qui rendait la tâche plus facile. Frères, prêchez - moi la Parole !  Car Wil- liam Branham ne savait pas ce qu’il disait. Il a dit qu’une épée était tombée dans sa main sur le Canyon Sabino en
1963. Et une voix lui a dit : «  C’est l’Epée du Roi ». Pendant longtemps j’ai cru en cela, mais aujourd’hui, j’ai une autre position. Car, selon l’Ecriture, dans les derniers jours, l’Epée qui est la Parole de Dieu ne se trou- ve pas dans la main du Fils de l’Homme, mais dans sa bouche. Oui Mon- sieur. L’Epée sort toujours de la bouche du Fils de l’Homme. Avez -vous remarqué la position de l’Epée selon l’Ecriture ? Elle sort de la bouche du Fils de l’Homme. Mais William Branham et Ewald Frank, ont reçu pour eux dans leur main. C’est contraire à la Parole.

WILLIAM BRANHAM AU STADE

Brochure : ‘‘ LA REVELATION DE JESUS-CHRIST,  LES 24 ANCIENS’’ ; Dimanche matin 1er janvier 1961 ; pa- ge 15 ; n° 101.

« Vous souvenez-vous de ces canotiers que l’on portait autrefois ? Un jour que j’étais allé voir un match de baseball, je vis un joueur réussir un but. Il y avait devant moi un spectateur particulièrement excité qui portait un de ces canotiers. » Que diantre faisait William Branham dans un stade, lui qui dit que ces choses sont du diable ? Il était allé assister à un match de baseball. Pourquoi diantre me condamne- t- on quand  je regarde un match de football ?
Frères, jouer au football, au basket, au volley, n’est pas un péché. Mais c’est une perte de temps pour des gens engagés à proclamer l’Evangile du Crucifié. Aujourd’hui les gens se sentent obligés d’avoir des fétiches afin d’être performants en matière de sport. Ce sont des pécheurs.
Frères, William Branham regardait la télévision. Que Dieu nous vienne en aide !


A bientôt.

FRERE CHRIST-MOÏSE

 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix