Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 12 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
32
Hier :
385
Semaine :
1979
Mois :
12859
Total :
3829796
Il y a 2 utilisateurs en ligne
-
2 invités


WILLIAM BRANHAM A ETE RAVI AU PREMIER CIEL. MAIS PAUL, LUI, A ETE RAVI AU TROISIEME CIEL PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Lundi, 25 Octobre 2010 13:52

Message prêché le mardi 12 août 2009 au Tabernacle Le Chandelier d’Or ;
Yopougon – Selmer ; Abidjan ; République de Côte d’Ivoire. Matin.

Bonjour bien-aimés de Dieu. Je remercie le Seigneur pour cette journée qu’Il donne aujourd’hui. C’est par Sa grâce bienveillante que je vais  apporter  Sa  merveilleuse  Parole.  Voici  le  thème  de  ce  matin  : « WILLIAM BRANHAM A ETE RAVI AU PREMIER CIEL ». Se- lon l’Ecriture dans 2 Corinthien 12.1-4, l’apôtre Paul a été ravi jusqu’au troisième ciel, qui est le Paradis de Dieu. Il dit qu’il a entendu des paroles ineffables qu’il  n’est pas permis à un homme d’exprimer.

Dans sa brochure intitulée « REVELATION DES SEPT SCEAUX ; LE CINQUIEME SCEAU »,  William Branham dit qu’il a été ravi au pre- mier ciel. Il dit que le premier ciel, c’est le sixième endroit, et que le sep- tième endroit est l’endroit où  Christ est, c’est - à -   dire le Paradis de Dieu. Je voudrais vous inviter à examiner  avec moi   la vision de frère Branham sur son ravissement à la lumière des Ecritures pour voir si elle est conforme à la Parole.

Ecoutons frère Branham : «  Je me retournai et me voyais tou- jours couché là – bas. Je pensai : C’est bien étrange ! Juste à ce mo- ment une voix se mit à me parler, mais je vis jamais cette voix. Elle me dit : Tu as été réuni aux siens. Alors un homme me saisit et me déposa sur quelque chose de grand  de haut comme cela. Je demandai : Pourquoi as – tu fait cela ?
Il me dit : Sur la terre, tu es un conducteur…

Je dis : «  Eh bien, si je suis mort je voudrais voir Jésus. Il était toute ma vie. J’aimerais bien Le voir. »

A
lors elle me dit : «  Tu ne peux pas Le voir maintenant. Il est encore plus haut. » Vous voyez, cela se passait encore sous l’autel, le sixième endroit où l’homme va, vous voyez, et non pas le septième où se trou- ve Christ. Avant le septième il faut passer par le sixième. »

Frère Branham dit qu’il était au sixième endroit avec une voix qui lui parlait, sous l’autel. C’est également au sixième endroit, et sous l’au- tel, qu’il a vu sa femme Hope, sa fille Sharon, toutes les deux décédées. Il a vu aussi beaucoup d’autres femmes accourir vers lui, des rousses, des blondes et des brunes. Branham dit : «  Chacune de  ces femmes venait me serrer dans ses bras, disant : Notre frère bien – aimé, nous som- mes si heureux de te voir ici ». Il a aussi vu à ce sixième lieu, son petit cheval, le petit Prince ainsi que son vieux chien de chasse, sans oublier son canapé.

Que pouvons – nous retenir ? C’est que frère Branham était au sixième endroit, sous l’autel. Et là, il a vu les siens, ceux qu’il a conduits à Christ, son petit  cheval et son chien. Il n’avait pas pu voir Jésus – Christ, parce que selon la voix qui lui parlait, celui – ci était encore plus haut, au septième endroit. A la page 40, N° 305, il dit : «  Si j’avais été emporté jusqu’au premier ciel, et que j’aie vu toutes ces choses, alors qu’est – ce  que Paul a dû voir en montant jusqu’au troisième ciel ! » Comme vous pouvez le constater, William Branham a été ravi jusqu’au premier ciel, alors que Paul lui, a été ravi jusqu’au troisième ciel. Selon frère Branham, le premier ciel correspond au sixième endroit. C’est juste- ment là que la vision semble ne pas  concorder avec la Parole. C’est là qu’elle semble ne pas être conforme à l’Ecriture.

Selon l’Ecriture, il y a trois cieux. Et Paul a été ravi jusqu’au troisiè- me ciel,  qu’il a appelé le Paradis.  Le troisième ciel, c’est donc le Paradis de Dieu, la demeure du Seigneur Jésus – Christ. Frère Branham dit qu’il a été emporté jusqu’au premier ciel, qui est le sixième endroit. Si nous considérons sa révélation, voici ce que cela donne :

-     Le premier ciel étant le sixième endroit,
-     Le deuxième ciel sera le septième endroit,
-     Et le troisième ciel sera le huitième endroit.

Or, il ne peut pas y avoir de huitième endroit. La voix qui parlait à William Branham lorsqu’il était au premier  ciel dit : « Tu ne peux pas Le voir maintenant. Il est encore plus haut ». Et William Branham de dire que Jésus – Christ se trouve au septième endroit. Donc le septième endroit selon lui, c’est le Paradis. Et, toujours selon lui, le septième en- droit correspond au deuxième ciel. Ce qui revient à dire  que Jésus – Christ se trouve au deuxième ciel. Ce qui est faux bibliquement parlant. Le Seigneur se trouve au troisième ciel, qui est le Paradis, selon l’Ecritu- re. Si le sixième endroit où se trouvait William Branham, est le premier ciel, c’est que le septième endroit est le deuxième ciel. Quand il dit que le Seigneur se trouve au septième endroit, cela veut dire qu’Il se trouve au deuxième ciel. Ce qui n’est pas juste scripturairement parlant. La vision de William Branham n’est donc pas conforme aux Ecritures.

Un pasteur a dit à William Branham à propos de cette vision : «  Frè- re Branham, votre vision m’a semblé tout à fait conforme aux Ecritu- res, et ceci jusqu’au  moment où vous avez parlé d’un cheval qui se trouverait là ». William Branham lui répondit en disant : « Mais, je n’ai pas dit que j’étais allé au ciel. J’ai dit que c’était un endroit qui res- semble au Paradis, parce que Christ était encore plus haut. » Frères, voulez – vous examinez cette déclaration de William Branham avec moi ? Il dit qu’il n’a jamais dit qu’il était allé au Paradis, mais il était allé dans un endroit qui ressemble au Paradis. Cet endroit qui ressemblerait au Pa- radis, c’est le premier ciel,  selon Branham. Je voudrais vous poser une simple question : S’il n’était pas allé au Paradis, où était – il donc allé ? Dans Luc 23. 43, le Seigneur dit au brigand : « Je te le dis en vérité, au- jourd’hui tu seras avec moi dans le Paradis ». Voilà quelqu’un qui n’a jamais vu la colonne de feu, comme William  Branham, et qui était allé jusqu’au Paradis. Mais William Branham, qui avait une colonne de feu au dessus de la tête, n’avait pas été autorisé à voir le Seigneur Jésus – Christ, qui est au Paradis. Ce brigand n’avait même pas de ministère pro- phétique, il n’avait pas de message pour l’Eglise. Pourtant, il était allé jus- qu’au Paradis avec le Seigneur. William Branham, lui, avait un message, le message du soir, mais il n’a pu monter jusqu’au troisième ciel. Il s’est arrêté au premier ciel. Il dit que parmi les sept anges qui l’avaient visité sur la montagne Sunset à Tucson, Arizona, le septième était son ange. Et son ange était le plus imposant ; il bombait la poitrine. Si son ange était le plus grand et le plus imposant ; cela veut dire que celui de l’apôtre Paul était le plus petit et le  moins imposant parmi les sept anges. Ce qui est paradoxale, c’est que le Seigneur a  ravi l’apôtre Paul, qui avait le petit ange, jusqu’au troisième ciel. Mais William Branham, qui avait, selon lui, l’ange le plus puissant, le plus imposant, n’avait pas été ravi jusqu’au troi- sième ciel. Il n’a été ravi qu’au premier ciel. Sincèrement, je n’arrive pas à comprendre cela. Parlant de lui – même, il dit  qu’il «  sera un prophè- te qui sera confirmé aussi totalement, ou même plus encore que tous les autres prophètes, de tous les âges, d’Enoch à nos jours, parce que cet homme aura le ministère prophétique de la pierre de faîte. » Vous voyez ! Il dit qu’il était plus oint que tous les autres prophètes de tous les âges, d’Enoch jusqu’au jour de son ministère.  Malgré cela, il a été recalé au premier ciel ;  alors que,  celui ( Paul) qui n’était  pas aussi oint que lui, d’après lui, a pu franchir le premier et le deuxième ciel pour atteindre le troisième ciel. William Branham dit qu’il était plus oint que Moïse le prophète, que  le prophète Elie, que le prophète Elisée, que le prophète Ezéchiel, que le prophète Jérémie, que l’apôtre Pierre, que l’apôtre Paul, etc. Il était plus oint et plus confirmé que tous les autres prophètes. Mal- gré cela, il a enseigné de fausses doctrines. Il dit par exemple que Judas est sauvé et sanctifié. Il a aussi donné de fausses révélations concernant l’année de la fin du monde, la destruction totale des Etats – Unis. Avec tout cela, il s’est déclaré le plus oint et le plus confirmé de tous les pro- phètes de tous les âges.

Je veux dire encore quelque chose, William Branham qui prétendait être le plus oint, s’était réclamé du message de Paul quand il était au premier ciel. N’est-ce pas étrange ?  Selon sa révélation, il était plus oint et plus grand que Paul, pourtant il s’était réclamé du message de celui – ci quand il se retrouva au premier ciel. Pourquoi ne s’était – il pas réclamé de son propre message, qui, normalement devrait être plus grand et plus oint que celui de Paul ? Il dit que son ange était le plus puissant de tous les anges. Dans ces conditions, et d’après sa  révélation à lui, l’ange de Paul était le plus  petit et le moins puissant de tous les sept anges. Pour- quoi s’était – il  donc réclamé du message du plus petit ange, du message de Paul ?

Quand un pasteur mettait sa vision en doute à cause de son cheval qu’il aurait vu au ciel, il a dit : « Le ciel a été fait pour les êtres humains et  non  pas  pour  les   chevaux »  William  Branham  lui  dit  de  lire Apocalypse 19 où « Jésus sort des Cieux montant un cheval blanc, et tous les saints avec Lui sur des chevaux blancs ». Je suis quelque peu d’accord  avec  lui,  mais  j’émets  quelques  réserves.  Le  cheval  blanc d’Apocalypse 19. 11 sur lequel le Seigneur est assis, ne sort pas du pre- mier ciel, mais du troisième ciel. Et puis ce cheval blanc n’a rien avoir avec le  cheval  de William Branham. Ce dernier avait trouvé son petit chien qui était sur terre,  au premier ciel. Même son chien et son canapé étaient au premier ciel.  Pourquoi n’avait – il pas cité une référence  bibli- que, comme il l’a fait  pour son  cheval, pour montrer qu’on peut trouver au ciel des chiens et des canapés ?  Il a vu son chien au premier ciel. Or l’Ecriture dit : «  Dehors les chiens »,selon Apocalypse 22. 15. Je sais que Dieu ne parle pas ici des animaux, mais des païens.   Mais,   s’Il a comparé ceux qu’Il va jeter dans l’étang de feu et de soufre à des chiens, c’est que le chien lui – même,  n’est pas un animal qui symbolise Dieu. Les symboles révélant les attributs de Dieu sont, entre autres, l’agneau, la colombe, l’aigle, le lion. Mais, bizarrement,  William  Branham avait vu son chien et son canapé au premier ciel. Comme il dit lui  –  même que c’est au premier ciel  qu’il avait vu ces choses, et non pas au troisième ciel, je ne peux pas en dire plus.  Mais sachez qu’ au troisième ciel, il est impossible que je vois mon chien avec qui j’ai vécu sur terre. Au troisiè- me ciel, je ne verrai pas les chaises, les meubles que j’ai utilisés sur terre. Au ciel, je ne verrai pas la maison que j’ai habitée sur  terre. Il y aura de nouvelles demeures qui n’ont rien avoir avec nos maisons actuelles. Dans Apocalypse 19. 11, le cheval sur lequel le Seigneur est monté n’a jamais été utilisé par quelque homme que ce soit sur terre. Ce sont des chevaux particuliers. Or, le cheval de William Branham a été utilisé sur terre, ainsi que son canapé et son chien. Encore une chose,  dans Apocalypse 19. 14, il est écrit  que les armées  qui sont dans le ciel suivaient le Seigneur sur des chevaux blancs. Ces armées du ciel sont composées de rachetés de Dieu, donc d’hommes sauvés par le Sang de Christ, qui ont été enlevés et qui maintenant reviennent pour un combat. Ils sont assis sur des chevaux blancs que le  Seigneur leur a donnés. Ils descendent du troisième ciel. Chacun a son cheval blanc que Dieu lui a donné. Aucun d’entre eux n’est monté sur son propre cheval, mais sur le cheval blanc que Dieu lui a don- né. Branham, lui, a vu son vieux cheval dont j’ignore la couleur, au ciel. C’est pour quoi faire ? Est – ce sur ce cheval qu’il va monter pour suivre le Seigneur, s’il doit Le suivre un jour ? Si un jour, il doit monter plus haut pour voir le Seigneur, et Le suivre, ira – t – il là – bas avec son che- val, son canapé et son chien ?  A quoi va servir son cheval ? A quoi va servir son chien ?  Au ciel, il y a déjà des chevaux de couleur blanche qui servent à l’œuvre de Dieu.  A quoi va donc servir le cheval de Branham ? Ce que je veux qu’on m’explique c’est le rôle que va jouer là – bas le che- val de William Branham. Vous voyez ! Sa vision n’est pas conforme avec l’Ecriture.

Dans Apocalypse 19. 15, l’Ecriture dit qu’une épée aiguë sortait de la bouche du   Seigneur. Avez – vous remarqué la position de l’épée selon cette Parole de l’Ecriture ? Elle est dans la bouche du Fils de l’Homme, et non dans Sa main. Or, William Branham, qui s’est réclamé du signe mes- sianique et du ministère du Fils de l’Homme, a reçu en janvier 1963, au Canyon Sabino à Tucson, Arizona, une épée dans sa main. C’était dans une vision.  D’après lui, c’était  l’épée du Roi. Je ne conteste pas avec lui, mais je dois tout ramener à la Parole pour le bien de mon âme.  Sous la Nouvelle Alliance, avoir une épée dans sa main, et dire que c’est la Parole de Dieu, n’est pas scripturaire.  Et  sous l’Ancienne Alliance ? Je ne le crois pas non plus.  Prétendre exercer le ministère de Fils de l’Homme, et avoir une épée dans sa main, n’est pas conforme à  l’Ecriture. William Branham, dans une vision, a reçu une épée dans sa main. Et, il a exercé le ministère du Fils de l’Homme, d’après lui.  Mais le Fils de l’Homme, Lui, a Son Epée dans Sa bouche. Pas dans Sa main, mais dans Sa bouche. Et l’Epée de l’Esprit, c’est la Parole de Dieu. Et la Parole sort de la bouche de Dieu, et non de Sa main. Par conséquent, le seul endroit où on peut trouver l’Epée de l’Esprit, c’est bien dans la bouche. C’est la Parole qui le montre.  Ewald  Frank  aussi  a  reçu  une  épée  dans  sa  main.  Dans Apocalypse 14. 14 – 16, l’Ecriture nous montre quelqu’un qui ressemble au Fils de  l’Homme. Ce personnage a une faucille tranchante dans sa main. Pas une épée, mais une faucille tranchante. C’est avec cette faucille tranchante qu’il doit moissonner le blé. Ewald Frank raconte que dans un songe, Dieu lui a donné une moissonneuse – batteuse pour moissonner le blé. Cela n’est pas conforme à la Parole. Car, pour la moisson, et selon l’Ecriture, c’est une faucille tranchante qui est utilisée. Pas une épée. Pas une moissonneuse-batteuse.
Frères, sortez du branhamisme ! Sortez du frankisme ! Revenez à la Parole ! Vérifiez tout par la Parole, et retenez ce qui est bon, juste et agréable devant Dieu. Amen !

Que Dieu soit béni !

FRERE CHRIST-MOÏSE

 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix